Une photo d’un ptérodactyle abattu durant la Guerre de Sécession …vraie ou fausse?

Voici la photo originale  revendiquée dans les années 1960…Les  manipulations  auraient été difficiles à faire éditer à l’époque. Ça aurait pu être une bannière qu’ils tenaient ces soldats confédérés, éditée par les techniques modernes du photoshop mais même là, cela arait  très bien fait.Par un expert!

 

Photo originale!

 

Ils n’avaient pas la capacité d’effets spéciaux à l’époque. Ils n’avaient même pas de plastique. La créature est au-delà de la  compétence d’un taxidermiste qui aurait dépassé tout ce qui a été fait et produit  pour ce genre de chose à l’époque.Ce trucage aurait même surpassé ce que faisait  Barnum et Buffalo Bill dans leurs cirques!

Ce pourrait être un canular moderne, mais il y a des réclamations que la photo remonterait aux années 1960 qui sont des décennies avant même l’informatique à la maison. Ils utilisaient toujours des machines à écrire et la télévision était une nouvelle invention. Donc, si ces photos étaient dans les années 60, cela ajoute au mystère car elles ne pouvaient pas avoir été édité non plus,à cette époque.

 


Voici ce qui semble être des trucages

 

Ces photos seraient apparues au-début des années 2000!

Il est possible que deux photos similaires soient toutes deux fausses. Mais quand l’un d’eux a été fait pour imiter étroitement l’aîné, il est au moins un peu suspect. Un projet de loi contrefait est le plus susceptible d’être fait à l’imitation d’un véritable projet de loi, pas une autre contrefaçon. Nous n’avons pas de corrélation exacte entre cela et les deux photos de ptérosaura de la guerre de Sécession, mais il y a suffisamment de relations pour mériter maintenant notre attention.

Figure-1: Comparaison des deux photographies: celle de droite est un canular ( émission de télévision Freakylinks )

Cliquez sur Figure-1 (peut-être en cliquant une seconde fois pour un grossissement maximum). Quelqu’un qui cherche une preuve de reconstitution de la guerre civile peut avoir peu de difficulté à remarquer un ou plusieurs problèmes avec la photo sur la droite. C’est une photo de canular, faite pour promouvoir la série télévisée Freakylinks qui a été diffusée sur le réseau Fox de 2000-2001. La photo à gauche, cependant, est plus ancienne, apparemment vue par de nombreux lecteurs d’un livre au milieu du XXe siècle. Avec cette connaissance, il est facile de voir que le canular de Freakylinks aété fait pour imiter la photographie plus ancienne.

Photoshop PAS!

Le photo-hoax de Freakylinks a commencé avec une reconstitution par des hommes habillés comme des soldats de la guerre civile. Ils ont été photographiés debout sur une mauvaise imitation du Ptéranodon apparent original dans la photographie plus ancienne. La photo avec les faux soldats a ensuite été traitée avec Photoshop ou un programme de traitement d’image similaire. Il a été fait pour avoir l’air très vieux.

Cela ne prouve pas que la photographie plus ancienne (Ptp) soit authentique ou que les producteurs de Freakylinks(Haxan Films) aient été impliqués dans une conspiration, comme certaines personnes l’ont suggéré. Mais certaines personnes ont déclaré se souvenir de la photo Ptp dans un livre autour des années 1960. C’était de nombreuses années avant que Photoshop ne soit développé.

En outre, un scientifique (Clifford Paiva, un physicien) a trouvé un certain nombre de preuves de l’authenticité de l’image du Ptéranodon apparent dans l’ancienne photo Ptp. Ceux-ci incluent des ombres constantes sous la botte du soldat qui se tient en face de l’animal, l’ombre cohérente avec ceux trouvés sur et sous l’animal. En d’autres termes, aucune manipulation de Photoshop n’a été impliquée en collant ce soldat sur une image d’un ptérosaure apparent apparent.

En surface, il semble improbable que ces deux photos de « guerre civile » soient « bidon », mais un point plus important est le suivant: un scientifique a vérifié que l’image de cet animal dans la photographie Ptp est authentique .

Figure-2: Un scientifique a trouvé des preuves que Photoshop n’était pas utilisé dans  la photo Ptp

 

Les sceptiques évitent l’animal

J’ai trouvé un type commun de commentaire de la part des sceptiques. Ils évitent l’image de l’animal et pointent vers les détails dans les images des soldats. Un sceptique a déclaré que Photoshop a été utilisé à cause de choses comme des doigts manquants sur un soldat. Il semble que le sceptique était complètement ignorant de la possibilité que le soldat tenait la bélière, qui n’était pas visible sur la photographie. Mais même si cette explication est incorrecte, pourquoi voudrait-on utiliser Photoshop pour coller une image d’un fusil sur une photo qui incluait un soldat tenant son bras comme s’il tenait un fusil? C’est ridicule et rien de tel qu’une preuve réelle de tout canular de l’image du Ptéranodon apparent .

Le point principal de la photo  Ptp est la créature volante . C’est le but. Un scientifique a découvert que la tête, le cou et l’épaule de cet animal sont étroitement corrélés avec ce que nous attendrions d’un Ptéranodon moderne ou d’une espèce similaire de ptérosaure.

Conclusion

L’image de ptérosaure dans la photo Ptp a assez de preuves d’authenticité pour justifier des examens plus approfondis.Mais les critiques semblent tellement biaisées en faveur des extinctions universelles de toutes les espèces de ptérosaures qu’elles ne regarderont pas où elles devraient regarder :sur  l’image même du ptérosaure lui-même.

Taille d’un humain comparé à celle du quetzalcoatlus,le plus grand des ptérosaures vivant en amérique…il y a plus de 66 millions d’années!

 

 

Source:Livingpterosaur

 

Voir notre vidéo:

Publicités

Dinosaures:215 œufs fossilisés de ptérosaures découverts en Chine

La mise au jour de centaines d’oeufs fossilisés de ptérosaures dans le nord-ouest de la Chine permet de mieux comprendre la vie de ces reptiles volants qui peuplaient la terre aux côtés des dinosaures durant le Crétacé il y a 120 millions d’années.

 

Dessin d’artiste représentant des ptérosaures Cette découverte de paléontologues brésiliens et chinois permet entre autres d’établir que les bébés Hamipterus tianshanensisétaient incapables de voler à la naissance, et qu’ils devaient donc compter sur les soins de leurs parents.

Pas moins de 215 œufs ont été mis au jour, dont certains contenaient des embryons.

Cette espèce de Hamipterus tianshanensis se nourrissait en grande partie de poissons.

Les adultes possédaient une crête au sommet d’un crâne allongé et des dents pointues. Leurs ailes déployées présentaient une envergure de plus de 3,5 m (11 pi).

En outre, des milliers d’autres spécimens de mâles et femelles ont été découverts sur le même site de la région de Xinjiang.

« C’était certainement un paradis pour les ptérosaures », affirme le paléontologue chinois Shunxing Jiang en décrivant le site, qui devient ainsi l’endroit sur la planète qui recèle le plus d’informations sur ces créatures.

Les ptérosaures furent les premiers vertébrés à voler. Les oiseaux et les mammifères ont suivi par la suite.

Jusqu’à aujourd’hui, aucun oeuf de ptérosaure n’avait été découvert avec des embryons conservés en trois dimensions. Les chercheurs pensent qu’il pourrait exister jusqu’à 300 autres œufs au même endroit, enterrés sous les fossiles exposés.

Selon le paléontologue brésilien Alexander Kellner, les os embryonnaires indiquent que les pattes postérieures d’un bébé Hamipterus se développaient plus rapidement que certaines parties des ailes.

Les chercheurs pensent que les restes de ptérosaures découverts appartiennent à des spécimens qui vivaient dans une grosse colonie près d’un lac d’eau douce.

Ils soupçonnent que des oeufs et certains individus juvéniles et adultes ont été emportés par les eaux du lac lors d’une importante tempête et qu’ils ils y ont été préservés et ensuite fossilisés.

Les oeufs mesurent jusqu’ à environ 7,2 cm de long. Ils ressemblent aux oeufs mous de certains serpents et lézards modernes.

Peu d’oeufs et d’embryons de ptérosaure ont été découverts au cours des années, en partie parce que les œufs à coquille molle se fossilisent difficilement.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Science .

L’exploration du cratère qui a provoqué l’extinction des dinosaures va commencer

Le cratère de Chixculub renferme l’un des plus grands mystères de la planète. Des scientifiques ont décidés de le percer… dans tous les sens du terme !

Les dinosaures ont-ils oui ou non été exterminés par la chute d’un astéroïde ? C’est très probable mais les scientifiques n’ont jamais été en mesure d’apporter une réponse définitive. Alors, pour en avoir le coeur net, une équipe de spécialistes a décidé d’explorer l’immense cratère causé par la chute d’un astéroïde tombée sur Terre il y 66 millions d’années ! Un projet génial qui laisse rêveur…

Dessin d'artiste illustrnt bien les proportions des lieux.
Dessin d’artiste illustrnt bien les proportions des lieux.

Ce cratère, qui fait 180km de diamètre, se situe dans la péninsule du Yucatan, au Mexique. On l’appelle le cratère de Chicxulub. C’est à cet endroit précis que serait tombé l’immense projectile de 10km de diamètre fortement suspecté d’avoir causé la perte de nos amis les dinosaures à la fin du Crétacé.

 

Mais puisqu’il n’est pas bon d’accuser sans preuve, une expédition hors-norme va être lancée sur site pour y rechercher des indices. Cette mission, financée conjointement par  l’International Ocean Discovery Program (IODP) et l’International Continental Scientific Drilling Program (ICDP) consistera en un gigantesque forage…

Dès la fin de ce mois, un navire atteindra la zone, située à 30km des côtes. A son bord : une équipe chargée d’installer une plateforme à l’aide de trois pylônes.

Géographie des lieux:centre du cratère.
Géographie des lieux:centre du cratère.

Quand cette plateforme sera opérationnelle (en principe, dès le 1er avril), la partie forage pourra alors commencer. Premier objectif : atteindre les 500m sous terre. C’est à partir de cette profondeur que les scientifiques espèrent récolter des indices. Ensuite, des carottes de 3m de long seront extraites jour et nuit jusqu’à atteindre, deux mois plus tard, les 1 500m !

Commencera alors la partie la plus passionnante de l’opération : l’étude de ces carottes. Que contiendront-elles ? Quels changements de roches vont-elles révéler ? Y trouvera-ton des fossiles ? Nous offriront-elles des traces d’ADN ?

Chicxulub entrant dans l'athmosphère:il y a 65 millions d'années!
Chicxulub entrant dans l’athmosphère:il y a 65 millions d’années!

Il faudra encore patienter un peu avant d’obtenir toutes les réponses à ces questions. Mais elles devraient enfin prouver que les dinosaures ont bel et bien disparu de la surface de la Terre après avoir croisé le trajet d’un astéroïde.

Une aventure passionnante dont on a hâte de connaître l’issue !

 

 

 

Ré-écrire l’histoire « réelle » de l’humanité

Vous pouvez probablement vous  rappeler les mensonges que votre professeur vous racontait  assez bien, lorsque vous avez demandé ,jadis,à l’école:  « Alors, où ne viennent les humains? »

Si vous êtes allé à une école religieuse, vous avez peut-être entendu parler de la théorie de l’homme dans le ciel qui agitait une baguette magique et qui  a tout créé.

Pour d’autres, vos professeurs scientifiques avaient utilisés  ce que vos manuels de sciences avançaient, de proposer des réponses à la théorie de Darwin d’orage et de l’évolution. Ils peuvent vous ont parlé des fossiles de Lucy, une grande femme primate  de 3,5 à 4 pieds (1,1 à 1,2 m)  qui a vécu il ya environ 3,2 millions d’années.

En classe de physique, vous a jamais appris à propos de l’antimatière.En classe d’histoire ,on  vous a dit qu’il n’y avait pas eu  d’ère « Pierrafeu », et que les dinosaures et les humains n’ont  jamais coexisté (et que Christophe Colomb était en effet celui qui avait découvert l’Amérique).Vous n’avez pas entendu parlé du paléontologue Stan Tyler, qui en 1968, a commencé des fouilles sur des empreintes de dinosaures fossilisés et ce qu’il a trouvé, a choqué la communauté scientifique. Près du lit de la rivière Paluxy Dans Glen Rose, Texas, il trouva conservées les empreintes d’un homme à côté de traces de dinosaures, dans les mêmes strates fossilisée  du crétacée .

Empreintes de dinosaures
Empreintes de dinosaures

 

Depuis lors, il y a eu des centaines de nouvelles découvertes d’empreintes de pas humains dans le monde entier. Mais ils restent feutrés, la communauté scientifique n’est pas apte à changer, et les manuels d’histoire restent les mêmes.

Et puis il y a l’Afrique. 

Au cours des dernières décennies, les mineurs dans le Transvaal occidental de l’Afrique du Sud ont été déterrer des sphères métalliques mystérieuses. Elles ne sont pas si grandes, mesurant seulement 25 à 100 mm de diamètre, mais sont gravés avec des rainures parallèles s’étendant autour du centre. Leur composition est ce qui est farfelu. Les scientifiques les ont appelé sphères Klerksdorp et dit que leur fragile équilibre et l’emplacement des dates qu’ils soient Précambrien ancien 2,800,000,000 années (2,8 milliards d’années).

……………………………………………………………………………………………..

Des sphères étranges en Afrique du Sud datant de

2.8 milliards d’années:

 Sphères anciennes 001

Au cours des dernières décennies, les mineurs sud-africains ont trouvé des centaines de sphères métalliques, dont au moins une a trois cannelures parallèles autour de son équateur. Les sphères sont de deux types – « l’un de métal bleuâtre plein avec des taches blanches, et un autre qui est une boule creuse remplie d’un centre spongieux blanc. » Roelf Marx, curator du musée de Klerksdorp, Afrique du Sud, où une partie des sphères est logée, a indiqué:

« Les sphères sont un mystère complet. Elles semblent synthétiques, pourtant à ce moment dans l’histoire de la planète, lorsqu’elles sont apparues et on été déposées dans cette roche aucune vie intelligente n’existait. Les globes sont trouvés dans le pyrophyllite, qui est extrait près de la petite ville d’Ottosdal au Transvaal occidental. Ce pyrophyllite est un minerai secondaire tout à fait mou avec un compte de seulement 3 sur l’échelle de Mohs et a été constitué par sédimentation il y a environ 2,8 milliards d’années. D’autre part les globes sont très durs et ne peuvent pas être rayés, même par l’acier. »

Cette sphère avec les trois cannelures parallèles autour d’elle est trop parfaite pour être quelque chose de naturel. Le dépôt de minérai précambrien où ces globes sont trouvés est daté d’au moins 2,8 milliards d’années. A cette époque les cellules microscopiques simples étaient tout ce qui était vivant sur la Terre. Mais ce n’était de toute évidence pas complètement vrai. Qui ont créé ou déposé derrière eux ces sphères magnifiques? Seraient-elles une sorte d’émetteur qui une fois découvert,envoie un message à qui de droit?

 

 

 

 

Alors qu’est-ce que nous savons, c’est à coup sûr sur l’histoire de l’homme ou non ?

Nous ne le faisons pas »Nous ne  nous posons pas de questions. Nous ne savons pas si nous avons vraiment erré à côté de T-Rex, nous ne savons pas si nous existions avant ce qui est actuellement enregistré, mais il est certain qu’ un diable ,un jour,aura  beaucoup de preuves à dire que ce sera peut-être vrai…parce que ce sera le diable qui parlera.

 

Voir le charbon a une mauvaise réputation pour être bien … juste un morceau de minerai.

Mais en 1944, un garçon de dix ans nommé Newton Anderson a chuté sur ce qui était un morceau de charbon régulièr sur le terrain et quand il a éclaté, une cloche en alliage de laiton fabriqués à la main est apparu avec un clapet de fer et un manche sculpté. L’analyse de la cloche était un mélange de métaux que les techniques modernes ne sont pas familiers avec.

Ce qui est encore plus gros ,c’est la source  d’où le      bloc de charbon  originait :il était âgé de 300.000.000 années.

Ensuite, il ya l’histoire qui a été signalé dans le Morrisonville Illinois fois le 11 Juin 1891, étaient une femme nommée SW Culp a trouvé une circulaire chaîne en or 8 carats qui était de 10 pouces de long intégrés dans le charbon qu’elle mettait dans son auvent.

Même avant cela, en 1885, Le Cube Salzbourg a été découvert. Le cube de fer, détaillé et synthétique a été trouvé dans un morceau de charbon d’un travailleur en Autriche et analysées pour être un des millions d’années.

L’aspect unique du   charbon, c’est que c’est un sous-produit de la décomposition des végétaux. La végétation devient enterré au fil du temps est ensuite recouvert de sédiments, qui fossilise la suite et forme une roche. Ce processus naturel pourrait prendre jusqu’à 400 millions d’années à accomplir. Cela signifie que tout ce qui est retrouvé noyé dans le charbon a été abandonné dans la végétation elle-même avant qu’il ne soit enterré dans les sédiments.

 Il y a 400 millions d’années. C’est près de 100 fois plus que ce que nous avons « a dit» ou ce qui est encore plus, ce que nous ne nous dit pas.

 Dwarka-1-dwakadish-temple 

Y at-il un groupe de personnes plus avancées que les humains qui existaient? Une autre course? Faut-il oser dire « A » mot …. étrangers ?!

Dans le film,  » Dwarka: Atlantis de l’Est «  , Amish Shah affirme que Dwarka, la ville submergée de l’Inde, a été mentionné dans le Mahabharata et a été décrit comme le site d’une bataille énorme entre la figure légendaire de Krishna et l’un de ses plus grands ennemis. Le poème épique raconte chars volants et les explosions explosifs qui pourraient tuer des millions de personnes en quelques jours.

La ville de Dwarka a dit avoir été construit comme la forteresse de Krishna par la mer. Les archéologues ont même recueilli des preuves médico-légales sous la forme d’objets autour du site de fouilles datant de 2000 ans avant JC et les savants modernes sont même en considérant ce soit autour de 1000 avant JC! 

Arjuna et Krishna

Ensuite, il ya la preuve étonnante par un expert astronomique sous le nom de Dr Narahari Achar, qui a utilisé des références spécifiques du Mahabharata et le logiciel d’astronomie de pointe, à poser que les événements de la bataille épique ont effectivement eu lieu autour de 3067 BC. Les auteurs étaient très précis référencement alignements et les mouvements planétaires qui ne pouvaient ont eu lieu une fois au cours des mille dernières années en laissant d’autres études futures de Dwarka pour éventuellement révéler comme la plus ancienne civilisation sur la Terre, et qui plus est, avec la technologie ancienne. ( Pour plus d’informations à ce documentaire, cliquez ici )

Alors … quel âge ont les humains vraiment? Il semble que nous devons simplement continuer à creuser …  la vérité.

 


LES ARTÉFACTS IMPOSSIBLES DE LA MANA EN ÉQUATEUR

 

En 1984 une large cachette contenant plus de 300 artéfacts a été découverte par un petit groupe de prospecteurs d’or dirigé par l’ingénieur Dr. Elias Sotomayor dans un tunnel 300 pieds sous terre dans une montagne recouverte par une jungle à La Maná en Équateur. La datation des artéfacts est cependant impossible par les dernières méthodes, car la technique de thermoluminescence ne serait pas adéquate du au fait à leur exposition à la lumière depuis la découverte. La technologie et la géométrie lithiques présentées par les artéfacts refusent de les placer dans n’importe quels contextes de la région, suggérant qu’ils peuvent être antérieurs aux cultures de la région. Le symbolisme présenté dans les formes et les designs et scriptes incrustés dans les artéfacts de La Maná concernent plutôt la culture Sanskrite, la langue mère depuis laquelle les glyphes Égyptiens et Mayas nous sont descendus.

L’analyse géométrique donnée ici suggère que dans les artéfacts de La Maná est encodé de l’information fractale à propos de propriétés de résonance de la calcite, informant la fonction du design des pyramides Orion de Gizeh en Égypte – la production d’eau Électrum.
L’analyse géométrique donnée ici suggère que dans les artéfacts de La Maná est encodé de l’information fractale à propos de propriétés de résonance de la calcite, informant la fonction du design des pyramides Orion de Gizeh en Égypte – la production d’eau Électrum.

 

L’artéfact le plus intrigant du groupe est une représentation d’une pyramide avec 13 divisions horizontales ou étapes et surmontée d’un œil qui voit tout, ou du troisième œil dans le symbolisme spirituel Sanskrit. Alors qu’il n’y a pas de seules vraies pyramides représentées dans les Amériques, seulement une multitude de pyramides à étages, cela doit être considéré comme une représentation de la Grande Pyramide de Gizeh qui se trouve à des milliers de kilomètres. Sur le côté renversé de l’objet se trouve une inscription en or de la ceinture d’Orion et une série de glyphes archaïques Sanskrits, qui ne sont toujours pas interprétables. On retrouve aussi cette même pyramide dans beaucoup de religions, et sur le billet d’un dollar.
L’artéfact le plus intrigant du groupe est une représentation d’une pyramide avec 13 divisions horizontales ou étapes et surmontée d’un œil qui voit tout, ou du troisième œil dans le symbolisme spirituel Sanskrit. Alors qu’il n’y a pas de seules vraies pyramides représentées dans les Amériques, seulement une multitude de pyramides à étages, cela doit être considéré comme une représentation de la Grande Pyramide de Gizeh qui se trouve à des milliers de kilomètres. Sur le côté renversé de l’objet se trouve une inscription en or de la ceinture d’Orion et une série de glyphes archaïques Sanskrits, qui ne sont toujours pas interprétables. On retrouve aussi cette même pyramide dans beaucoup de religions, et sur le billet d’un dollar.

  

Le mot Sanskrit « nâga » veut dire serpent/cobra alors que « kundalini » veut dire serpent, et est utilisé comme métaphore spirituelle pour une corde d’énergie résidant dans le corps humain, symboliquement représentée d’un cobra natif de l’Asie en bas de l’Himalaya. La symbologie du cobra est intéressante, on peut trouver 33 lignes horizontales sur son torse. On peut retrouver le chiffre 7 Maya et Sanskrit de par la forme de la bouche et des deux naseaux de l’animal.

 

 

Une paire de cartes avec des constellations ont aussi été trouvées. Tous ces objets ont été trouvé dans des tunnels sous La Maná. Deux figurines de pierre ont été trouvées sur un plateau incrusté de points formant différentes constellations qui luisent dans le noir avec de la lumière UV comme des étoiles la nuit. Les constellations présentées sur la base ne se conforment pas exactement avec nos observations modernes, ce qui veut dire que c’est très âgé, cependant elles peuvent être facilement identifiées comme représentation du ciel étoilée sous Orion, le chasseur. On retrouve aussi l’étoile solitaire Aldébaran, les Pléiades ou les Sept Sœurs, Castor et Pollux les Gémeaux, et autres.
Une paire de cartes avec des constellations ont aussi été trouvées. Tous ces objets ont été trouvé dans des tunnels sous La Maná. Deux figurines de pierre ont été trouvées sur un plateau incrusté de points formant différentes constellations qui luisent dans le noir avec de la lumière UV comme des étoiles la nuit. Les constellations présentées sur la base ne se conforment pas exactement avec nos observations modernes, ce qui veut dire que c’est très âgé, cependant elles peuvent être facilement identifiées comme représentation du ciel étoilée sous Orion, le chasseur. On retrouve aussi l’étoile solitaire Aldébaran, les Pléiades ou les Sept Sœurs, Castor et Pollux les Gémeaux, et autres.

 

 

La base est un reflet terrestre symbolique du ciel la nuit sur laquelle deux figurines debout sont pétrifiées. Les figurines sont habillés de vêtements épais, ressemblent à des robots, et se penchent pour observer le ciel, et sont aussi fluorescentes. Ces deux figures énigmatiques scrutent silencieusement la région d’Orion.

 

Une série de 13 coupes fluorescentes a été découverte. Faites à partir de Jade, les coupes parfaites géométriques trouvées suggèrent que diverses techniques de rotation étaient utilisées lors de la coupe. La numération des petites coupes suggèrent que c’est associé au zodiaque et calcules des cycles de la précession sur Terre. Les numéraux de La Maná ressemblent à ceux de la culture Maya.

 

Cela a longtemps été suggéré que la connaissance profonde astronomique et la précision de l’observation du peuple Maya, Sumérien et Egyptien sont en fait un héritage laissé par une civilisation antérieure avancée. La culture Maya parle de ses ancêtres comme d’une civilisation avancée de gens à la peau blanche, un teint qui a pu provenir après une longue existence dans des milieux souterrains, et le domaine dans lequel les artéfacts de La Maná ont été découverts. Le début du calendrier cosmique Maya du Baktun est antérieur à la culture Maya elle-même par des millénaires, un fait qui propose que la continuité de la connaissance des cycles cosmiques s’est fait par une source ancienne avancée. Le calendrier cosmique décrit une période de 5200 ans et il se terminera le 21 Décembre 2012 d’après le calendrier Grégorien.
Cela a longtemps été suggéré que la connaissance profonde astronomique et la précision de l’observation du peuple Maya, Sumérien et Egyptien sont en fait un héritage laissé par une civilisation antérieure avancée. La culture Maya parle de ses ancêtres comme d’une civilisation avancée de gens à la peau blanche, un teint qui a pu provenir après une longue existence dans des milieux souterrains, et le domaine dans lequel les artéfacts de La Maná ont été découverts. Le début du calendrier cosmique Maya du Baktun est antérieur à la culture Maya elle-même par des millénaires, un fait qui propose que la continuité de la connaissance des cycles cosmiques s’est fait par une source ancienne avancée. Le calendrier cosmique décrit une période de 5200 ans et il se terminera le 21 Décembre 2012 d’après le calendrier Grégorien.

 

 

Le plus large des artéfacts trouvés à La Maná est une pierre ronde de granite composée de plusieurs symboles et lignes incrustées. Après observation on réalise que c’est une ancienne map monde ou la plupart des continents sont représentés. On peut même constater qu’à la gauche de ce qui représente l’Amérique du sud se trouve un morceau de Terre de la taille de Madagascar, et à la droite des Amériques se trouvent un plus gros morceau de Terre. Il y a trois parcours distincts, deux petits et un très visible. Sur le gros parcours au niveau d’Israël se trouve un œil rouge incrusté (l’œil se trouve exactement là ou est Jérusalem). C’est une énorme découverte il y a de quoi spéculer. On pourrait dire que le morceau de Terre dans l’Atlantique est l’archipel d’Atlantis, et celle dans le pacifique représente Mû. On pourrait voir ça comme un tour du monde, comme une autoroute qui connecte tout avec tout. Ou bien les grandes connexions du monde, les grands réseaux de trafic. Qui sait, mais de voir ces deux continents qui n’existent plus aujourd’hui indique que c’est une très ancienne mappemonde.
Le plus large des artéfacts trouvés à La Maná est une pierre ronde de granite composée de plusieurs symboles et lignes incrustées. Après observation on réalise que c’est une ancienne map monde ou la plupart des continents sont représentés. On peut même constater qu’à la gauche de ce qui représente l’Amérique du sud se trouve un morceau de Terre de la taille de Madagascar, et à la droite des Amériques se trouvent un plus gros morceau de Terre. Il y a trois parcours distincts, deux petits et un très visible. Sur le gros parcours au niveau d’Israël se trouve un œil rouge incrusté (l’œil se trouve exactement là ou est Jérusalem).
C’est une énorme découverte il y a de quoi spéculer. On pourrait dire que le morceau de Terre dans l’Atlantique est l’archipel d’Atlantis, et celle dans le pacifique représente Mû. On pourrait voir ça comme un tour du monde, comme une autoroute qui connecte tout avec tout. Ou bien les grandes connexions du monde, les grands réseaux de trafic. Qui sait, mais de voir ces deux continents qui n’existent plus aujourd’hui indique que c’est une très ancienne mappemonde.

 


 

 EN CONCLUSION

 

L’histoire qu’on nous raconte n’est pas L’HISTOIRE : là où s’arrête l’archéologie conventionnelle, va l’archéologie « interdite », qui est celle qui s’applique à ce que nos « savants mainstreams » refusent de voir, et ne peuvent expliquer ;

 

 

 

 

Notez cette découverte :

 

Une culture inconnue découverte au Pérou

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été)

À l’occasion des Premières Rencontres du Mystère et de l’Inexpliqué, organisée par Bob Vous Dite Toute La Vérité, la chercheuse-historienne Bleuette Diot donnait une conférence sur le thème de l’Archéologie Interdite. Mme Diot vient de publier aux Éditions Dorval un essai intitulé « Histoires Secrètes des Civilisations, de Göbekli Tepe à Sumer ». Nous l’avons donc interrogé à propos de l’Archéologie Interdite en générale, et du site archéologique de Göbekli Tepe en Anatolie, site vieux d’au moins 12 000 ans. Voici un extrait de son livre :

« La science respecte-t-elle ses propres principes, à savoir : étudier les faits et rien que les faits, même s’ils contredisent les théories établies ? Et bien, ma réponse est non.

Hélas, le filtrage des connaissances est communément pratiqué à partir du moment où les trouvailles archéologiques ne cadrent pas avec ce qui est officiellement admis, interdisant par là même à la science de progresser ! Une sorte d’autocensure s’opère spontanément dès que les faits ne cadrent pas avec ce que nous pensons détenir comme acquis. Si un certains nombre de chercheurs dissidents dénoncent aujourd’hui cette forme d’occultisme, d’autres experts en revanche, s’imaginant peut-être détenir le monopole de la Vérité, n’hésitent pas à traiter de pseudo-scientifiques tous ceux qui refusent d’entrer dans le moule académique. À l’inverse, il est souvent reproché aux historiens et archéologues conservateurs d’avoir trop souvent tendance à privilégier leurs propres théories au détriment des faits eux-mêmes, voire de les ignoner quand ceux-ci ne cadrent pas avec les théories admises. »

Source de l’article : http://www.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/arti…

Pour aller plus loin : l’Archéologie censurée 

http://artivision.pagesperso-orange.fr/docs/archeologiece…

 

Nous ouvrons un deuxième chapitre de l’Archéologie interdite : Des empreintes de pieds datant du Trias (-250 à -203 millions d’années) ont été découvertes, suggérant que des humains étaient contemporains des dinosaures…Il est clair que ces découvertes font le miel des créationnistes, ou plus généralement des scientifiques qui doutent de la théorie Darwinienne, imposée comme seule vérité possible.. C’est la raison pour laquelle tout ce qui vient la contredire est mis de côté par la communauté scientifique

 

EMPREINTES DE PIEDS FOSSILISÉES

Plusieurs pistes d’humains fossilisés ont été signalées au cours des années.

Sur la gauche, une empreinte féminine dans une empreinte de dinosaure qui a été trouvée dans la région de la rivière Paluxy de Glen Rose, Texas.

 

delksm

 
 

Sur la droite une empreinte d’homme pénétrée par une empreinte de dinosaure tridactyl (cliquez pour une meilleure résolution). Avec les traces de Taylor et La voie Burdick, ces hommes à côté des pistes de dinosaures ont été la source d’une vive controverse. Mais il est instructif de considérer que les empreintes d’hommes de Paluxy sont beaucoup plus claires que celle de Marie Leakey Laoetoli, la célèbre piste en Tanzanie, qui est universellement acceptée comme hominidé. Non loin de là, dans l’État du Texas, un mystérieux ensemble d’empreintes de roue dentée longeant une voie de dinosaures dans une zone appelée « Dinosaur Flats. » Un autre élément surprenant de cette même région est l’empreinte de main en calcaire du Crétacé.

feminineprint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette découverte est actuellement à l’étude avec beaucoup d’intérêt.
Juste au-dessous de la photo est la voie Zapata, trouvée dans les calcaires du Permien au Nouveau-Mexique. C’est une voie très superficielle, presque invisible avec un fort éclairage latéral . Cela explique le dramatique sablier avec des points de forme à l’avant, semblable à ce que vous voyez lorsque vous marchez avec un pied humide sur un plancher de tuiles. Le Géologue Don Patton a tenté de retirer cette gravure du roc, mais y a laissé quatre lames de carborundum en essayant de le couper! Patton rapporte avoir personnellement vu une photo de quatre pistes pratiquement identiques prise à un quart de mille de la piste Zapata. Le rocher et la piste sont pratiquement identiques. Certains critiques prétendent que l’empreinte Zapata est «trop parfaite». Mais la boue sur les côtés et le fait que la matrice s’est révélée extrêmement difficile à découper (les tests de laboratoire ont indiqué qu’il était calcaire avec 30% de silice) en fait une sculpture tout à fait improbable.

En 1987, pas loin du site de la piste Zapata , le paléontologue Jerry MacDonald a découvert une variété de superbes empreintes fossiles préservées dans les couches du Permien. Le site de la Montagne Robledo contient des milliers d’empreintes et de sentiers d’invertébrés qui représentent des dizaines de sortes différentes d’animaux. En raison de la qualité de conservation et de la multitude des différents types d’empreintes, ce site a été le plus important site du Permien jamais découvert. Certains qui ont visité le site remarquent qu’il contient ce qui semble être un pied nu d’homme imprimé. ». Les pistes fossiles que MacDonald a recueilli comprennent un certain nombre de cas que les paléontologues appellent » problématiques. « Sur un chemin, par exemple, une créature à trois-doigts apparemment fait quelques pas, puis disparaît – comme s’il avait décollé et volé . «Nous ne connaissons pas d’animaux à trois doigts , fit remarqué MacDonald . » Et il ne sont pas censés être tous oiseaux. « Il y a plusieurs pistes où apparaissent des créatures qui marchent sur leurs pattes de derrière, d’autres qui ressemblent aux simiennes. Sur une paire de tablettes de siltstone, je remarque certaines empreintes exceptionnellement grandes, profondes et effrayantes, chacune avec cinq marques d’orteils, comme des clous. Je commente qu’ils ressemblent à des empreintes d’ours. « Ouais, » MacDonald explique avec réticence, « assurément elles y ressemblent . » Ces mammifères ont évolué longtemps après la période du Permien, mais les scientifiques s’accordent, ces empreintes sont clairement du Permien. ( « Pétrifié Footprints: A Puzzling Parade des bêtes Permien, » Le Smithsonian, Vol. 23, Juillet 1992, p. 70.)

 

Ci-dessous à droite est l’ « Empreinte maîtresse, » se trouvant dans l’Utah dans un bloc de schiste. Il a d’abord été publié dans le SIR trimestriels que l’empreinte de pied contenait un fossile trilobite. En bas à gauche est une seule chaussure fossilisée trouvée pétrifiée dans la roche du Trias.Ce modèle d’impression est tellement clair que les fils sont visibles à l’œil nu! Également publié dans cette revue est l’étude de 1995 de quasihuman ichnofossils (supposée de l’homme morceaux) trouvée avec des straces de dinosaures dans les couches près de Tuba City, Arizona.
Ci-dessous à droite est l’ « Empreinte maîtresse, » se trouvant dans l’Utah dans un bloc de schiste. Il a d’abord été publié dans le SIR trimestriels que l’empreinte de pied contenait un fossile trilobite. En bas à gauche est une seule chaussure fossilisée trouvée pétrifiée dans la roche du Trias.Ce modèle d’impression est tellement clair que les fils sont visibles à l’œil nu! Également publié dans cette revue est l’étude de 1995 de quasihuman ichnofossils (supposée de l’homme morceaux) trouvée avec des straces de dinosaures dans les couches près de Tuba City, Arizona.

 

 

Les analyses Photomicrographiques indiquent que ces empreintes ressemblant à des empreintes humaines ont été créés par une pression qui créa une surface relativement lisse, contrairement à la surface irrégulière formée à l’intérieur des concrétions et différentes des surfaces avoisinantes. La Comparaison des quasi-humaines ichnofossiles moderne avec des empreintes dans la boue humide montre qu’elles sont comparables, en soutenant leur thèse selon laquelle les empreintes fossiles ont été faites par le pied de l’homme .(Auldaney, Rosnau, Dos, et Davis, CRS Quarterly,vol. 34, pp. 133-146.)
En 1983, le professeur Amanniyazov, Turkmenia Directeur de l’Institut de géologie, a indiqué ce qui semblait être des traces de l’homme dans les strates du Mésozoïque. ». Ce printemps, une expédition de l’Institut de géologie de la SSR turkmène Académie des sciences a trouvé plus de 1500 traces laissées par les dinosaures dans les montagnes au sud-est de la République. les empreintes qui ressemblent à une empreinte de l’homme ont été découvertes à côté des traces des animaux préhistoriques.  » (Rubstsov, « Tracking Dinosaurs, » Moscow News , No. 24, p. 10, 1983.)

Le Dr. Amanniqazov été choqué au-delà de ses convictions de trouver une empreinte d’homme se mêlant avec des dinosaures. Il traite de l’une des empreintes et dit: « si nous parlons de l’empreinte humaine, elle a été faite par un homme ou par un homme animal. Incroyablement, cette empreinte est sur le même plateau où il y a des pistes de dinosaures. Nous pouvons le dire l’âge de cette empreinte n’est pas de 5 ou 10, mais au moins de 150 millions d’années. Elle est de 26cm de long, ce qui est une taille russe 43 EEE [9,5-américain], et nous considérons que celui qui a fait l’empreinte est plus grand que nous ne sommes … cela créerait une révolution dans la science de l’homme.  » (Amanniyazov, Kurban, Science in the USSR T 986, « Old Friends Dinosaurs, » p. 103-107.) Cette citation du journaliste Russe, Alexander Bushev qui a enquêté sur ces pistes est aussi intéressante: « Mais le plus mystérieux fait que, parmi les traces de dinosaures, les empreintes de pieds nus de l’homme ont été trouvées …

Nous savons que l’Homme est apparu beaucoup plus tard que les dinosaures -ou qu’il y avait un extraterrestre qui a marché dans son maillot de bain le long de la mer ». (Bushnev, Alexander, Komsomolskya Pravda, Janvier 31, 1995, p. 61ff.)
Peut-être le plus fascinant de ce rapport sur les empreintes fossiles a été fait par le chef de département du collège Berea, au Kentucky, d’une empreinte d’homme en grès de la Haute-carbonifère. De nombreux scientifiques ont enquêté sur ces empreintes et ont conclu qu’ils étaient authentiques (allant même jusqu’à compter les grains de sable en vertu du grossissement pour s’assurer qu’ ils avaient étés comprimés plutôt que sculptés). Dans les scientifiques Americains, le géologue Albert G. Ingalls écrit: «Si l’homme, ou même ses ancêtres singes, ou même les singes ancêtre du début des ancêtres mammifères , existe dès la période du Carbonifère dans n’importe quelle forme, alors l’ensemble des sciences de la géologie est complètement assez faux pour que tous les géologues démissionnent de leur emploi et acceptent un travail de conduite de camion.

Ainsi, pour le moment au moins, la science rejette l’explication attrayante que l’homme a fait de mystérieuses gravures dans la boue du Carbonifère avec ses pieds. Mais un homme de taille d’amphibiens du Carbonifère est en somme une source de problèmes pour le calendrier de l’évolution de l’homme à cette époque!

Empreintes 001

 

LES CIMETIÈRES FOSSILES

Peut-être le phénomène fossile le plus difficile à expliquer pour les apologistes darwiniens est le grand cimetière de restes d’animaux que l’on retrouve dans le monde.En cours de fouilles dans le désert de Gobi une telle vue est devenue un embarras pour les évolutionnistes. Vngt-cinq dinosaures thérapode ont été découverts le long de 200 crânes de mammifères. Il n’existe pas de preuve de plusieurs millions d’années d’évolution pour délimiter quand les dinosaures ont disparu.

« Le désert de Gobi en Asie centrale est un des lieux les plus désolés sur terre . Pourtant, le Gobi est un paradis pour les paléontologues. … Nos expéditions, parrainées conjointement par l’Académie mongole des sciences et par l’American Museum of Natural History, ont fouillé des dinosaures, des lézards et des petits mammifères dans un état de conservation sans précédent. Des squelettes fraîchement exposés parfois regardés comme des restes de carcasses récentes plus que comme des fossiles vieux de 80 millions d’années. Dans une autre ironie, les roches du Gobi semblent faire défaut précisément dans les couches qui occupent actuellement le plus grand intérêt du public: pas de section trouvée à ce jour incluant la frontière du Crétacé-Tertiaire (KT) , lorsque les dinosaures ont disparu. ni de cataclysme qui aurait balayé les dinosaures (et de nombreuses autres espèces sur la terre ), Les marques sur l’Asie centrale semblent avoir été effacées.  » (Novacek, Michael J., Mark Norell, Malcolm C. McKenna, et James Clark, « Les fossiles de l’Flaming Cliffs, » Scientific American, vol. 271, 1994, pp. 60-69, cité dans Morris, 1997).

Dinosaures et humains

 

Le Gobi n’est pas non plus unique en son genre. Joe Taylor est peut-être le premier créateur de fossiles pour les musées et les universités. Dans son livre fascinant,Fossiles, faits et fantasmes, il analyse plusieurs de ces sites à travers le monde. Aux États-Unis, on trouve une profusion de squelettes dans un cimetière de dinosaures au Nouveau-Mexique, dans la célèbre carrière du Wyoming, et sur d’autres sites. En Alberta, au Canada, il existe un immense cimetière qui s’étend sur plusieurs kilomètres et possède d’innombrables os de dinosaures. En Agate Springs, au Nebraska un cimetière fossile d’environ 9000 animaux a été retrouvé enterré dans les dépôts alluviaux. Les restes de centaines de rhinocéros, des chevaux à trois doigts, chameaux, sangliers géants, d’oiseaux, de plantes, ‘arbres, de coquillages et de poissons sont mélangés et confondus en une grande confusion. En Tanzanie, en Belgique et en Mongolie des catastrophes massives similaires, d’immenses populations capturées et prises au piège dans un cimetière de fossiles, des sédiments et des débris.

L’un des plus fascinants de toutes les cimetières de fossiles est situé dans le sud des États-Unis. Le Petit Ashley est un immense cimetière de phosphate qui contient des restes humains mixés avec de la terre et des animaux marins, notamment des dinosaures, pleisosaurse, baleines, requins, des rhinocéros, des chevaux, des mastodontes, des mammouths, des marsouins, des éléphants, cerfs, porcs, les chiens et les moutons.

Ce catalogue des fossiles du lit de phosphate a été donné dans les enregistrements de Edward Willis qui l’affiche à de multiples expositions (Willis, « Fossiles et phosphate spécimens», 1881.) Le Professeur FS Holmes (paléontologue et conservateur du Collège du musée d’histoire naturelle de Charleston ) a décrit le cimetière de fossiles dans un rapport de l’Académie des sciences naturelles: « Les restes du porc, le cheval et autres animaux de date récente, avec des os humains mêlés avec les os de mastodonte et de gigantesques lézards disparus. »

Il ne fait guère de doute qu’il faisait référence à ce gigantesque lézard éteint car il a une photo d’hadosaurus sur le devant de son livre The 1870 phosphates de la Caroline du Sud et sous-titrée: «Squelette d’un fossile de lézard de dix-huit pieds de long. » En outre, à la page 31, il a écrit, «C’est dans cet age post-Pleiocene , la période où l’éléphant américain, ou le Mammouth, Mastodon, Rhinocéros, Megathereum, Hadrosaurus, et d’autres quadrupèdes gigantesques parcouraient les forêts de la Caroline « … (p. 31.)

Le mélange de ces vestiges est pêle-mêle à travers la zone de quelques 40 milles carrés autour de ce dépôt de Charleston, en Caroline du Sud. Selon une estimation, les os faisaient 65% de l’extraordinaire gisement de phosphates dans la région du bassin de la rivière Ashley avant qu’il ne soit largement miné. (Keener, JC, The Garden of Eden and the Flood , 1901, p. 244.)

Les évolutionnistes ont essayé de proposer un mécanisme crédible pour le mélange de créatures du Crétacé à l’Holocène dans cette strate, mais aucun n’a été satisfaisant et la question a été radiée des références actuelles à ce site. (Watson, John Allen, Man, Dinosaurs, and Mammals Together , 2001, p. 7.) (Watson, John Allen, Man, les dinosaures et les mammifères Ensemble, 2001, p. 7.)

Dino

À LIRE AUSSI

: « Darwin, le mensonge de l’évolution » du Dr Joachim Zillmer ( Le Jardin des livres)

 

 

ou son plus connu :  « L’erreur de Darwin ».

Le Dr Hans-Joachim-Zilmer prouve que le monde académique, piégé par les dernières découvertes scientifiques, veut maintenir à tout prix la théorie de l’évolution, car autrement, tous les manuels scolaires seraient, non seulement à réécrire, mais forceraient aussi à reconnaître que d’autres civilisations ont vécu avant nous, et qu’elles ont toutes été décimées par des catastrophes régulières.

 

 

 

 

Des dinosaures …parmi nous

C’est entendu, les dinosaures ont disparu depuis longtemps, et vraisemblablement, l’homme et le dinosaure n’ont jamais pu se rencontrer, et pourtant, régulièrement des témoignages troublants viennent contredire nos certitudes.

Du dinosaure au ...poussin et vice-versa!
Du dinosaure au …poussin et vice-versa!

 

Une espèce présumée disparue est appelée « Taxon Lazare » en référence à Lazare que le Christ aurait ressuscité. lien

Les cas de ces espèces disparues puis retrouvées sont foison : le Potorous Gilberti, disparu en 1800, redécouvert en 1994, l’Eupetaurus cinéreus, disparu au 19ème siècle et retrouvé, le Pétrel des Bermudes éteint depuis 1620, retrouvé en 1951, ou même la Rousserolle à grand bec, disparue en 1867et redécouverte en 2006.

Au-delà du dragon de Komodo, toujours bien vivant (vidéo) dont l’origine remonte à 140 millions d’années (lien), ou des Limules qui ont 350 millions d’années (lien), il existe d’autres rescapés de la préhistoire.

Le Cœlacanthe, vivant il y a 500 millions d’années, poisson doté de moignons de pattes, que l’on pensait disparu il y a 70 millions d’années a été retrouvé par l’ornithologue Marjorie Courtenay-Latimer le 22 décembre 1938, et a fait l’objet d’un très beau documentaire. lien

Le 19 mai 2007, un nouvel exemplaire a été capturé par Justinus Laham, un pécheur indonésien, mais déjà en 1998 un autre cœlacanthe avait été péché dans la mer des Célèbes, au dessus de Sulawesi.lien

Mais connaissez vous le « requin lézard » ?

En 2007, un pécheur japonais avait observé à la surface de l’eau un étrange animal semblant sorti tout droit de la préhistoire, et avait prévenu les vétérinaires du parc d’Awashima de Shizuoka, au sud de Tokyo,lesquels ont filmé l’animal avant de le capturer (vidéo) ce qui provoqua manifestement sa mort, quelques heures après.

Ce squale, semblable à une grosse anguille de 2 mètres de long, pourvu de 300 dents sur 25 rangs, vivant à une profondeur située entre 120 et 1280 mètres, se nourrissant de petits requins, de calamars, aurait une période de gestation de 2 ans. photo

De son vrai nom « chlamydoselachus anguineus  », ce rescapé préhistorique vivait sur notre planète il y a 50 millions d’années, et il n’a pas beaucoup changé depuis. lien

Au chapitre des ancêtres préhistorique, le risque de mystification existe aussi, puisque le 1 avril 2011,Alan Grant affirme avoir aperçu et filmé un archosaure dans le sud de l’Amazonie, dans la région duPantanal (lien) et une newyorkaise prétend avoir photographié un bébé ptérodactyle dans sa véranda.photo

Plus sérieusement, le mystère s’épaissit au Congo, dans la région du Likouala, au bord du lac de Télé, où selon de nombreux témoignages convergents un monstre préhistorique aurait été aperçu.

Mokélé Mbembé
Mokélé Mbembé

Les congolais l’appellent « Mokélé Mbembé  » (celui qui arrête le cours d’une rivière) et ils décrivent un animal de près de 10 mètres de long, de couleur gris-rougeâtre, ayant au bout d’un long cou, une petite tête semblable à celle d’un serpent, munie d’une crête, et ayant un corps aussi imposant que celui d’un éléphant, muni de 4 membres, et d’une queue musclée.

Pour l’instant, les différentes expéditions n’ont découvert que des empreintes (photo) mais les descriptions faites de cet animal (crête mise à part) rappellent beaucoup celles d’un diplodocus.

Empreintes découvertes au Congo ,il y a quelques années..la région du  fameux dinosaure.
Empreintes découvertes au Congo ,il y a quelques années..la région du fameux dinosaure.

La première véritable expédition fut menée par James Powell, en 1980, lequel avait obtenu le témoignage d’un sorcier Fang, qui affirmait avoir l’avoir vu sortir d’une rivière.

L’année suivante, le biologiste, Roy Mackal membre de cette première expédition, décida d’y retourner, et réussit à photographier une piste montrant le passage d’un animal de près de 2 mètres de haut, trainant derrière lui une énorme queue. lien

Les pygmées qui ont rencontré l’animal affirment que le seul danger qu’il représente sont les coups de queue qu’il donne, renversant les pirogues, et noyant les occupants sans pour autant s’en nourrir. lien

En 1985, un ingénieur allemand, Herman Reguster, menant une exploration dans cette région, affirma avoir aperçu l’animal « un long cou gracieux terminé par une petite tête identique à celle d’un serpent, et l’animal après les avoir observé s’est doucement laissé glisser dans l’eau ». lien

Pour d’autres scientifiques, il ne peut s’agir d’un dinosaure, mais peut-être tout simplement d’un varan géant.

Photo prise le  10 janvier 2006 sur le fleuve Amazone,au Brésil par Stephen Wagner.
Photo prise le 10 janvier 2006 sur le fleuve Amazone,au Brésil par Stephen Wagner.

Mais avez-vous entendu parler du Lau, une sorte de serpent de 12 à 30 mètres de long, dont le corps de la taille d’un âne, doté de tentacules, de gros piquants, a été décrit par l’ex roi Lewanika de la tribu desBarotsé, au Congo  ? lien

Toujours en Afrique, un chasseur nommé F.Gobler, évoque l’existence d’un dinosaure vivant dans les marais du lac Dilolo, appelé « chipekwe » par les indigènes.

ptérosaures
ptérosaures

Quittons ceux-ci pour nous intéresser aux ptérosaures.

En 1856, des ouvriers du chemin de fer travaillant dans le nord de la France auraient aperçu un étrange oiseau, d’une envergure de plus de 3 mètres, muni de dents pointues, se déplaçant sur 4 pattes, qui serait mort à leurs pieds, qu’ils auraient identifié comme un ptérodactyle, et en 1896 3 chasseurs crétois prétendent avoir vu un énorme oiseau avec un bec semblable à celui d’un pélican, qu’ils auraient identifié aussi comme un ptérodactyle. lien

Aux USA, deux cow-boys aperçurent le 26 avril 1890 un immense oiseau de 4,8 mètres d’envergure, et de2,8 mètres de long, qu’ils réussirent à abattre, et qu’ils ramenèrent à Tombstonelien

D’autres articles racontent cet étrange épisode même si la taille donnée à l’oiseau semble la conséquence d’une virgule mal placée. lien

Le journal local, « The Epitaph » en publia unephoto, mentionnée dans le livre d’Horace Bell « On the Old West Coast  », publié en 1930. photo

S’agirait-il de l’oiseau « thunderbird » évoqué dans de nombreuses légendes indiennes ? lien

D’autres témoignages remontant aux années quarante évoquent un oiseau de la taille d’un petit avion. lien

En 1963, un certain M.H. Cramer s’est souvenu d’avoir vu cette photo qui aurait été publiée dans plusieurs journaux. photo

En 1977 un groupe d’enfants auraient aperçu dans la même région deux de ces oiseaux, qui auraient tenté en vain d’enlever l’un d’entre eux.

Au mois de juin 2011, à Fresno aux Etats Unis, une famille affirme avoir vu planer dans le ciel un étrange oiseau de 3,50 mètres d’envergure de couleur sombre dont les ailes possédaient des sortes de pointes.

On a de la peine à le croire qu’un ptérosaure vive de nos jours et pourtant, il existe cette photo. lien

Ce qui serait la preuve d’une belle santé, puisque le ptérosaure vivait sur notre terre à l’époque jurassique, il y a 220 millions d’années. vidéo

Le plus grand d’entre eux était le quetzalcoaltus : exhumé au Texas dans les années 70, on sait aujourd’hui que ses ailes déployées mesuraient 11 mètres, qu’il pesait 130 kg, qu’il se déplaçait à 70 km/h, mais une récente découverte faite en Israël laisse envisager l’existence d’un oiseau encore plus impressionnant qui ridiculiserait notre quetzalcoaltus.

Quant au « monstre » du Loch Ness, tout comme le Yéti, il a autant de détracteurs que de défenseurs.lien

Pourtant il y a plus original car pourquoi ne pas choisir la compagnie d’animaux préhistoriques, au lieu des traditionnels chiens ou chats ?

2 jeunes biologistes de l’Université de Lausanne, Sylvain Dubey et Jonas Cosendai, nous proposent d’avoir chez nous des animaux vivants, plus vieux que les Tyrannosaures : des triops cancriformis.

Bien sur, leur taille modeste ne permet pas la comparaison avec ces derniers, mais ils sont pourtant vieux de 230 millions d’années. lien

Ces crustacés atteindront en 2 mois une dizaine de centimètres et vous pourrez même les acquérir en kit, lequel contient les œufs, et la nourriture de vos futurs nouveaux amis.

Ces Triops ont aussi l’originalité d’être « la plus vieille espèce animale qui est restée totalement inchangée  » affirme Sylvain Dubey.

Et ce n’est pas une nouveauté, le célèbre journal Pif Gadget avait proposé en son temps de faire éclore des Artémies (artimia salina).

En effet ce magazine offrait aux lecteurs un sachet de ces petits animaux qu’il avait rebaptisé « Pifises ».lien

Ces petites crevettes préhistoriques elles aussi, ont des œufs qui peuvent attendre des siècles avant d’éclore : il leur suffit pour cela d’un peu d’eau : un gramme de cystes pouvant produire 300 000 petites crevettes qui atteindront à maturité 1,5 cm. lien

C’est d’ailleurs devenu un commerce très juteux, puisque les aquariophiles sont, autant que leurs poissons, gourmands de cette nourriture vivante et sur ce lien, on trouve tous les détails pour en faire l’élevage.

Reverra-t-on le mammouth laineux?
Reverra-t-on le mammouth laineux?

Plus ambitieux, Hans Larsson, de l’Université McGill de Montréal, qui s’est dit inspiré par le peut-être prémonitoire film de Spielberg, « Jurassik Park » va tenter de reproduire chez les gallinacés les traits caractéristiques des dinosaures en manipulant génétiquement des poussins. lien

Mais un tel projet amène une question : ce chercheur ne s’est-il pas endormi avant la fin du film ? en a-t-il bien compris le message ? vidéo

Car comme dit mon vieil ami africain :

« Si tu marches en regardant les étoiles, ton pied ne verra pas la pierre ».

L’image illustrant l’article provient de « anthropoblog.fr »

 

Sans oublier les fameuses pierres d'Ica.
Sans oublier les fameuses pierres d’Ica.

 

 

 

On pourrait ramener les dinosaures à la vie

De magnifiques bébés dinosaures!
De magnifiques bébés dinosaures!

Selon un biochimiste d’Oxford, les dinosaures et les mammouths laineux pourraient être ramenés à la vie. Dr Alison Woollard dit qu’il serait théoriquement possible de recréer les animaux anciens, par l’utilisation de  l’ADN d’oiseaux, écrit le  quotidien britannique « Telegraph ».

Récemment, un moustique a été trouvé avec un sang d’un animal datant de 46 millions d’années. Cependant, l’espoir s’évanouit quand l’équipe de l’Université de Western Australia Murdoch a conclu que l’ADN ne peut pas survivre plus de 6,3 millions d’années. La plupart des dinosaures ont disparu il ya environ 65 millions d’années.

Mais le Dr Woollard,du  Département de biochimie de l’Université d’Oxford , suggère que les dinosaures pouvaient être ramenés à la vie par les oiseaux ,par « de-évolution ».

«Nous savons que les oiseaux sont les descendants directs des dinosaures, comme le prouve une ligne ininterrompue de fossiles qui suit l’évolution de la lignée de créatures telles que le velociraptor ou T-Rex en passant par les oiseaux qui volent autour d’aujourd’hui, » a déclaré le Dr Woollard.

 

« Le plus célèbre d’entre eux est l’Archaeopteryx, un fossile qui montre clairement la transition entre les dinosaures à plumes et les oiseaux modernes. Cette évolution implique que enfoui au plus profond dans l’ADN des oiseaux d’aujourd’hui sont les gènes éteints  qui contrôlent les  traits des  oiseaux comme si c’étaient des   dinosaures , « dit-elle.

«Pourrions-nous revenir en arrière ‘ de l’ évolution en passant ces gènes en marche et les utiliser pour guider le développement de la progéniture de cet oiseau, et la progéniture de sa progéniture, en arrière?  » ce que le Dr Woollard s’est demandé.

Dr Woollard a déclaré que les scientifiques pourraient, en théorie, utilisez le lien génétique des oiseaux aux dinosaures  afin de concevoir le génome d’un dinosaure. Cependant, dit-elle, il y a des questions éthiques et les obstacles pratiques qui ne peuvent pas être ignorés.

D’autre part, même si l’ADN de dinosaure survivant a été découvert, il se trouve dans de très courts fragments, et de faire une réplique  scientifique complète  du génome devrait  nous forcer de  combiner des millions de courts fragments d’acides nucléiques dans le bon ordre.

En ce qui concerne le mammouth laineux, le ramener causerait moins de problèmes, explique le Dr Woollard.

Les technologies modernes permettent de ramener cette espèce éteinte à la vie , si des cellules viables pourraient être trouvées.

Le processus est appelé dans le milieu universitaire  « de-extinction «  et est déjà devenu un fait scientifique avec le clonage réussi par des chercheurs français et espagnols de bouquetin des Pyrénées, une espèce qui a été chassé jusqu’à l’extinction en 2000. Des scientifiques coréens et mongols ont déjà trouvé des morceaux de tissus de mammouth dans les falaises glacées de la Sibérie et si elles peuvent trouver une cellule viable de  mammouth, ou même le noyau intact d’une cellule, du tissu, ils peuvent être en mesure de créer un clone  bien vivant , écrit  le « Telegraph ».

 » Les chercheurs  se devront de récolter un « œuf porteur de  vie » plus proche du mammouth  par rapport à  l’éléphant, un processus qui est assez difficile en soi, qui doit encore être fait avec succès, remplacer le noyau de la cellule d’éléphant avec le noyau de mammouth et d’induire la division cellulaire par électro  choc « , explique le Dr Woollard.

« Théoriquement, cet oeuf transgénique serait développé  par division cellulaire dans un embryon de mammouth et  devrait naître  comme un bébé mammouth, après une période de gestation de deux ans», dit-elle.

Toutefois, le Dr Woollard dit qu’il y a beaucoup  de choses à prendre en considération, y compris les effets sur les écosystèmes et les virus possible,les  infections  dont les clones pourraient être porteurs. Pour la fin, dit-elle, nous  pourrions nous demander si nous aimerions vraiment  vivre aux côtés des  dinosaures.

 

SE MÉFIER DE CETTE SCIENCE

Voici mon opinion:il pourrait être facile pour les savants   de la science génétique de recréer un tyrannosaure actuellement.Une des plus grandes sommités de la génétique qui est décédée il y a 5 ans,aurait passé plus de 40 ans de sa vie à analyser l’ADN du tyrannosaure.À son décès,il avait réussi à dépasser les 50% de travail à faire.On peut donc évaluer que d’ici 20 ans maximum,avec l’accélération de l’évolution scientifique,les universités et les laboratoires militaires financés à coups de milliards de dollars détournés des fonds publics,seraient en mesure de fabriquer un tyrannosaure et/ou peut-être même un vélociraptor (mon prédateur favori) par clonage et par de-évolution.

Ce projet scientifique démentiel,s’il serait  mis en application,pourrait mettre dans les mains « des apprentis-sorciers  » du Nouvel Ordre Mondial ,l’instrument parfait pour exterminer au moins 40% des Humains de la Terre.Il s’agirait de l’application du programme de dépopulation.