Réécrire l’histoire des dinosaures:Exposer l’histoire interdite

Histoire interdite des dinosaures

Depuis les mayas en passant par les dieux naga du Japon,aux aztèques,aux incas,aux égyptiens et aux sumériens, les reptiliens sont dans toutes les traditions ancestrales de l’humanité!Je considère que ce n’est pas une coïncidence!

 

Dinosauroide: L’évolution de l’intelligence des dinosaures

Stenonychosaurus (Troodon) est l’un des dinosaures les moins connus et, selon des chercheurs modernes tels que Dale Russel, il faisait partie des dinosaures en train de développer une intelligence supérieure, même si l’extinction des dinosaures l’avait empêchée de développer un intellect de pointe.

Stenonychosaurus (Troodon)

 

 

Selon Russel, Troodon, bien que de petite taille, était le principal mammifère prédateur du Crétacé.

Troodon devait être plus intelligent que les mammifères qu’il chassait, et pour cette raison, il postulait que Troodon était un dinosaure intelligent doté d’un cerveau plus gros que la taille de son corps.

La plus grande taille du cerveau peut avoir vu apparaître l’origine des caractéristiques humanoïdes chez Troodon.

Super-intelligence des dinosaures, technologie et interaction humaine

Les reptiles humanoïdes sont présents dans les différents mythes et légendes. Ce sont souvent des créatures mi-humain et mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques.

Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres noms pour désigner un même genre, ont toujours concerné des êtres de pouvoir (des dieux) ou des initiateurs, apportant quelque chose à l’homme présupposé inférieur ou soumis.

La théorie de Russell n’est toutefois pas universellement acceptée, mais dans une nouvelle recherche publiée dans le Journal de l’American Chemical Society, Ronald Breslow explore la perspective d’une vie de dinosaure extraterrestre.

Breslow conclut que de telles formes de vie pourraient bien être des versions avancées de dinosaures, spéculant que « nous ferions mieux de ne pas les rencontrer » parce que leur technologie avancée associée à leur intelligence reptilienne sans émotion, mais avancée et efficace, signifie que notre civilisation serait très primitive devant eux, et sa conquête presque sans effort pour eux.

Conclusion première

L’histoire cachée des dinosaures signifie qu’il est possible qu’une race de reptiles spatiaux extrêmement avancée et intelligente existe depuis plus longtemps que les êtres humains sur Terre et dans l’espace.

Notre histoire est-elle alors l’histoire d’une rencontre entre l’humanité et l’une de ces races intelligentes et avancées de reptiles et de dinosaures?

La Conspiration de la Terre-Creuse  a popularisé cette notion depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale  , lorsque l’armée américaine a envoyé l’expédition Byrd en Antarctique dans le cadre de l' »Opération Highjump « ,une  Opération Ulta secrète  destinée à récupérer la technologie de guerre secrète du Troisième Reich,développée à partir d’une technologie extraterrestre..L’ensemble de l’Opération Highjump avait été présenté comme une expédition  scientifique.

Dans une rencontre OVNI présumée, l’expédition Byrd a été attaqué par une force militaire imprévue à l’ aide d’ armes que personne n’avait  rencontré  sur un champ de bataille avant, en plus du naufrage du destroyer principal de l’expédition … Depuis lors, on a  spéculé que l’attaque a été lancée à partir d’ une base située dans la  Terre- Creuse  dont l’entré (ou sortie) se situerait en   Antarctique , qui a servi de base cachée aux reptiliens intelligents qui ont peut-être survécu à l’extinction des dinosaures ou ont atterri ici depuis l’espace.Une chose est sure:ils ont fait alliance avec les soldats du Troisième Reich sur leurs bases!

Des momies péruviennes semblent être d’origine reptilienne.

 

De nombreux enlèvements ont été signalés au fil des ans.Tous les témoins parlent de petits gris d’aspect reptilien.

 

La découverte de figurines de type reptilien dans la civilisation ubaide de la pré-mésopotamie antique ajoute également une couche supplémentaire de mystère et soulève la question de savoir si notre civilisation peut être retracée aux visiteurs d’anciens reptiliens… Il n’existe à ce jour aucune explication historique officielle donnée au serpent de la civilisation ubaid. comme des figurines de Dieux, et pour cette raison, la possibilité d’une présence ancienne de Reptiles qui aurait pu se retirer dans une partie éloignée de la Terre ne peut être complètement exclue.


CIVILISATION UBAID

 

Cet artefact de figurine d’Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid.

Figurines, style Ubaid ou à tête de lézard, argile, Ur (culture Ubaid), Ve millénaire av. J.-C., h: 13,6 cm Originaire d’Ubaïd, période mésopotamienne méridionale, 5000 av. La culture Ubaid a succédé au Halaf à la fin du 6ème millénaire avant notre ère dans le sud de l’Irak, puis s’est répandue dans toute la Mésopotamie. La culture Ubaid est connue pour la poterie peinte; grandes maisons de plan tripartite pour les familles élargies; et des figurines à tête de lézard des deux sexes. Les figurines telles que les exemples ci-dessus sont typiques. La figure à gauche tient un bébé sur sa hanche et le tète. La figure de droite a des vergetures incisées sur son abdomen. Il a été suggéré que les points et les lignes peints en brun représentent les tatouages ​​et que les pastilles d’argile cicatrisent. On ignore si la forme des crânes représente la liaison de la tête.

Bas relief civilisation ubaid.

ANNUNAKI CIVILISATION DE MÉSOPOTAMIE ET DE SUMER

 

Stèle écrite et représentation du dieu Enki
Enki semant l’arbre de la vie.
Enki sort de l’eau et se dirige vers la terre.

 

Ea se tient dans sa maison aquatique l’Apsu.

 

Création de lignées, d’humains, d’alchimie

 

Séparation hommes-femmes des aspects de l’âme double , en haut et en bas
Les dieux amphibies créent une lignée humaine

 

Omphalos et représentation de l’ADN.

AUTRES CIVILISATIONS

MÉSOAMÉRIQUE

Viracocha , foetus, serpent (ADN), chromosomes XX

 

GOBEKLI TEKE CULTURE

Venant de la civilisation de Gobekli Teke,cette mante religieuse géante tient un enfant dans ses bras:est-ce de l’affection ou sert-il de repas?Cette figurine a plus de 13,000 ans!

 

 

 

PLATEAU IRANIEN

Iran Jirof culture:

 

JAPON

Hommes-lézards de la civilisation Horyuji du Japon

 

CIVILISATION DE L’ÉLAM

Culture de l’Élam

 

Ceci est cependant hautement spéculatif, mais la possibilité d’une intelligence évoluée des dinosaures reste intriguante, en particulier à la lumière de la découverte du dinosaure Troodon… Espérons que nous aurons plus d’informations au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur le sujet.


EN COMPLÉMENT

L’HYPOTHÈSE DE DALE RUSSELL

Dale Russell

Dale A. Russell, né le , est un géologue et paléontologue, professeur de recherche au MEAS (Department of Marine Earth and Atmospheric Sciences – Département des sciences de la mer, de la terre et de l’atmosphère) à l’université d’État de Caroline du Nord (North Carolina State University).

Dasplétosaure

Dale Russell a décrit, entre autres, le Dasplétosaure et fut un des premiers à émettre l’hypothèse d’une cause extraterrestre (comète ou astéroïde) à la disparition des dinosaures.

Sa découverte, en 1969, du premier crâne de Sténonychosaure (ou Troodon) et la constatation de la taille de sa cavité cérébrale par rapport à la taille de son corps, exceptionnellement grande pour un dinosaure, l’amène à l’hypothèse, chez cet animal, d’une intelligence supérieure à celle des autres dinosaures contemporains.

En 1982, alors en poste au Musée national des sciences naturelles du Canada, à Ottawa (musée depuis 1990 renommé en « Musée canadien de la nature »), il a émis l’hypothèse, comme une expérience de pensée, que la Terre serait actuellement habitée par des reptiles humanoïdes ou « dinosauroïdes », évolution des dinosaures, si ceux-ci n’avaient pas disparu. Il avait même fait réaliser par un artiste taxidermiste, Ron Seguin, une sculpture de dinosauroïde, sculpture qui eut un succès médiatique. Selon cette expérience de pensée, ces « dinosauroïdes », occuperaient, dans ce cas, la place de l’homme en tant qu’espèce dominante de la planète.


HYPOTHÈSES DE RECHERCHES

1-Question 1:Les humains auraient co-existés  avec les dinosaures:Vrai?

Laissons parler les pierres d’Ica:

 

 

2-Maria Orsic aurait guidé  les officiers du Reich vers l’Antartique afin d’établir un contact avec cette civilisation: vrai?

Cette photo de 1939 du Vril-7,prise dans les archives allemandes,nous prouve que la technologie alien fut copiée suite au crash ovni de Freiburg,en 1936.

 

3-Question no 3:La civilisation qui a motivé l’expédition Antartique Allemande de 1938 -39 et l’installation massive de savants et de bases ultra-secrètes par le Reich serait-elle celle qui commencerait à émerger  au-dessus des glaces suite au réchauffement climatique?

 

Des ruines étranges apparaissent au-dessus des glaces.

 

Des fossiles découverts en Antartiques montrent toute la diversité de la vie antérieure.

 

D’où viennent ces mini-squelettes humanoïdes?

 

4-Question 4: ces photos montrent-elles  des entrées vers la Terre-Creuse?

 

 

5-L’amiral Byrd et son expédition  « scientifique » Opération Highjump,a-t-il  été contacté par des entités extraterrestres ou/et intraterrestres?

L’amiral Byrd en compagnie de James Forrestal et du général Nimitz…au retour de l’Opération Highjump.Forrestal sera « suicidé » avec assistance et juste avant,Byrd fera une conférence de presse ou il parlera de « soucoupes volantes » et de forte résistance ennemie.Il sera mis à la retraite.

EN CONCLUSION

Il s’agit d’une nouvelle entrée en matière sur ce sujet délicat et votre humble serviteur va tenter de répondre à ces questions avec ses moyens de recherches,mais je demeure convaincu que la seule façon véritablement scientifique est d’organiser une expédition et d’aller voir sur place.

Aussi ai-je nommé ce projet …Neue Schwabenland 2 qui annonce sur ce site,le début de la mise en oeuvre de cette grande aventure.J’aurai donc besoin de toute l’aide que vous pourrez m’apporter…en personnes décidées à y aller,en moyens financiers et scientifiques!

Retourner là-bas est mon  Grand Rêve!

Qu’en pensez-vous…de retourner à Neue Schwabenland?

Les marins du Swabenland avaient presque domestiqué des pingouins.

 

Le MS Swabenland en train d’appareiller en 1934.
Aufnahmedatum: um 1934
Systematik:
Kulturgeschichte / Flugzeug / Wasserflugzeuge

 


POUR LE FUTUR

 

Vous venez de lire le premier article sur ce sujet,je considère continuer dans le même sens.Il y aura une suite rapide  à cet article et des vidéos aussi.

Mais  je vous promets de développer   ce qu’il faut pour mettre sur pieds l’expédition  qui retournera vers les bases secrètes allemandes,vers Neue Schwabenland et la civilisation contactée par Maria Orsic ,en Allemagne.

…à suivre …coûte que coûte!

 

 

 

Publicités

Une forêt fossilisée vieille de 280 millions d’années a été découverte en Antarctique

 

Il fut un temps où la glace ne dominait pas l’Antarctique : des chercheurs américains viennent en effet de trouver les restes d’une forêt vieille de 280 millions d’années sur le continent austral.

L’Antarctique n’a pas toujours été une terre de glace. Des scientifiques de l’université du Wisconsin à Milwaukee ont en effet découvert les vestiges d’une flore impressionnante en plein cœur du continent blanc. Des fossiles qui dateraient de plus de 280 millions d’années. 

Il y a 252 millions d’années, l’extinction Permien-Trias a bouleversé l’état de la planète. L’émission massive de gaz à effet de serre par les volcans a entraîné une augmentation brutale des températures, donc un changement des climats terrestres, et a considérablement acidifié les océans. Ainsi, plus de 95% des espèces présentes sur Terre à l’époque ont disparu.

Le paléoécologiste Erik Gulbranson et son équipe de chercheurs se sont donc rendus en Antarctique pour observer les effets de cette extinction sur la nature des continents. Au cours de leurs explorations, ils ont fini par trouver les fossiles d’une forêt datant d’avant ce bouleversement.

Une immense forêt fossilisée a été découverte. Une souche d’arbre vieille de 280 millions d’années est encore attachée à ses racines antarctiques. Les plantes se sont développées sur ce qui est aujourd’hui le continent le plus froid, il y a 400 millions à 14 millions d’années. Comprendre les anciennes forêts polaires pourrait aider les chercheurs à élaborer des prévisions sur la façon dont les arbres réagiront lorsque le changement climatique provoqué par l’homme réchauffera le globe.

 

Avant cette extinction, le genre de plantes dominant en Antarctique était les Glossopteris, explique Erik Gulbranson . Éteinte depuis, cette espèce pouvait mesurer de 20 à 40 mètres de haut et était présente massivement dans l’hémisphère Sud. À cette époque, les forêts n’étaient donc pas très diversifiées en terme de faune, et chacune des espèces avait un rôle bien particulier à jouer dans la survie des autres. Le chercheur se demande donc pourquoi ces plantes robustes n’ont pas survécu à l’extinction. 

Cette découverte est très importante, puisqu’il s’agit là d’un « moyen de voir l’avant, le pendant et l’après-extinction », explique Erik Gulbranson. Ces 13 restes d’arbres fossilisés pourraient donc permettre d’avoir une idée un peu plus précise des conséquences de l’extinction et de leur chronologie.

Erik Gulbranson et son équipe de chercheurs ont retournés en Antarctique de la fin du mois de novembre à janvier 2018 pour continuer leurs travaux et « mieux comprendre comment les gazs à effet de serre et les changements climatiques ont pu affecter la vie sur Terre ».


LES RECHERCHES DE GULBRANSON

La façon dont ils ont passé l’hiver dans l’obscurité et le froid est l’une des questions auxquelles ces fossiles pourraient répondre. Une autre est la façon dont ces arbres et plantes auraient pu basculer entre les modes été et hiver si rapidement avec les conditions changeantes.

Des recherches antérieures ont montré que des arbres à feuilles persistantes et à feuilles caduques étaient disséminés sur les bords de l’Antarctique il ya des centaines de millions d’années.

Il est également probable que le feuillage était moins diversifié que dans les forêts d’aujourd’hui, différents types de plantes ayant des fonctions différentes dans la survie globale de l’écosystème.

L’équipe n’a pas encore publié les résultats de ses découvertes, mais 13 fragments fossiles d’arbres ont été récupérés jusqu’à présent. Avec les roches qui entourent ces fragments, ils peuvent nous en apprendre beaucoup sur les écosystèmes du passé lointain et sur ce qui aurait pu effacer toute cette vie.

« Cette forêt est un aperçu de la vie avant l’extinction, ce qui peut nous aider à comprendre ce qui a causé l’événement », a déclaré Gulbranson .

Chaque voyage dans les friches glacées a le potentiel de découvrir quelque chose de nouveau, que ce soit des vestiges d’un passé préhistorique ou des preuves que des espèces inconnues pourraient prospérer à certains endroits sous la glace.

Des recherches et des expéditions supplémentaires sont prévues pour les mois à venir, et nous pourrons éventuellement découvrir des leçons importantes sur la manière dont notre planète réagira probablement au changement climatique que nous avons aujourd’hui.

« Le dossier géologique nous montre le début, le milieu et la fin des événements liés au changement climatique », déclare Gulbranson .

« Avec d’autres études, nous pourrons mieux comprendre comment les gaz à effet de serre et le changement climatique affectent la vie sur Terre. »


Antarctique: les palmiers prospéraient autrefois sur les côtes glacées d’il y a 52 millions d’années

Une armada d’icebergs dérivant au large des côtes de Wilkes Land en Antarctique.

Compte tenu de la hausse prévue des températures mondiales au cours des prochaines décennies, les climatologues s’intéressent particulièrement aux périodes chaudes qui se sont produites dans le passé géologique. La connaissance des épisodes passés de chaleur mondiale peut être utilisée pour mieux comprendre la relation entre le changement climatique, les variations du dioxyde de carbone atmosphérique et la réaction de la biosphère terrestre. Les scientifiques ont découvert une phase de réchauffement intense il y a environ 52 millions d’années dans des carottes prélevées sur le fond marin près de l’Antarctique, une région particulièrement importante dans la recherche sur le climat.

Tronc fossilisé trouvé en Antartique

L’étude publiée dans la revue Nature montre que la végétation tropicale, y compris les palmiers et les parents des baobabs tropicaux d’aujourd’hui, poussait sur la côte de l’Antarctique il y a 52 millions d’années. Ces résultats mettent en évidence le contraste extrême entre les conditions climatiques modernes et passées sur l’Antarctique et l’étendue de la chaleur mondiale pendant les périodes de niveaux élevés de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Il y a environ 52 millions d’années, la concentration de gaz à effet de serre (CO 2 ) dans l’atmosphère était deux fois plus élevée qu’aujourd’hui. « Si les émissions actuelles de CO 2 continuent sans relâche en raison de la combustion de combustibles fossiles, le CO 2les concentrations dans l’atmosphère, telles qu’elles existaient dans un passé lointain, devraient être atteintes d’ici quelques centaines d’années », explique le professeur Jörg Pross, paléoclimatologue à l’université de Goethe et membre du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat (BiK-F). ) à Francfort, en Allemagne. « En étudiant les périodes de réchauffement climatique naturel dans le passé géologique, notre connaissance des mécanismes et des processus du système climatique augmente. Cela contribue énormément à améliorer notre compréhension du réchauffement climatique induit par l’homme. « 

Les modèles informatiques indiquent que le réchauffement climatique futur sera particulièrement prononcé dans les régions de haute latitude, à savoir près des pôles. Jusqu’à présent, cependant, la manière dont les écosystèmes terrestres de l’Antarctique ont réagi dans le passé géologique à un climat de serre avec des concentrations élevées de CO 2 dans l’ atmosphère n’était pas claire .

Les scientifiques travaillant avec le Pr Pross ont analysé des échantillons de roche prélevés dans des carottes de forage au fond de la mer, au large de la côte de Wilkes Land, en Antarctique, dans le cadre du Programme intégré de forage océanique (IODP). Les échantillons de roches datent de 53 à 46 millions d’années et contiennent des pollens et des spores fossiles provenant de la région côtière de l’Antarctique. Les chercheurs ont ainsi pu reconstituer la végétation locale en Antarctique et, par conséquent, interpréter la présence de forêts tropicales tropicales et subtropicales couvrant la région côtière il y a 52 millions d’années.

Dans une région où la calotte antarctique borde l’océan Austral aujourd’hui, des plantes sensibles au gel et à la chaleur, telles que les palmiers et les ancêtres des baobabs d’aujourd’hui, ont prospéré il ya 52 millions d’années. Les évaluations des scientifiques montrent que les températures hivernales sur la côte de Wilkes Land en Antarctique étaient supérieures à 10 degrés Celsius à cette époque, malgré trois mois de nuit polaire. L’intérieur continental, cependant, était sensiblement plus frais, le climat favorisant la croissance des forêts pluviales tempérées caractérisées par des hêtres du sud et des arbres d’ Araucaria du type courant en Nouvelle-Zélande aujourd’hui. L’analyse des composés organiques produits par les bactéries du sol qui peuplent les sols le long de la côte antarctique fournit des preuves supplémentaires de températures extrêmement douces.

Glossopteris

Ces nouvelles découvertes en Antarctique impliquent également que la différence de température entre les basses latitudes et les hautes latitudes méridionales au cours de la phase de serre il y a 52 millions d’années était significativement plus petite qu’on ne le pensait. « La teneur en CO 2 de l’atmosphère, telle qu’elle est supposée pour cet intervalle de temps, ne suffit pas à elle seule à expliquer les conditions quasi tropicales de l’Antarctique », explique Pross. «Un autre facteur important était le transfert de chaleur par les courants océaniques chauds qui ont atteint l’Antarctique.» Lorsque le courant océanique chaud s’est effondré et que la côte antarctique a subi l’influence des courants océaniques plus froids, les forêts tropicales,

Source de l’histoire:

Matériel fourni par l’ institut de recherche Senckenberg et le musée d’histoire naturelle 

 

 

 

 

 

Les fossiles d’Anticosti permettent une percée scientifique

Une équipe internationale de chercheurs a réussi, grâce notamment aux fossiles de l’île d’Anticosti, à démontrer que l’extinction massive survenue à la fin de la période géologique de l’Ordovicien serait liée à une chute brusque de l’oxygène dans les océans.

La majestueuse chute Vauréal constitue un joyau du parc national de l’île d’Anticosti

 

 

 

Les scientifiques qui étudient les fossiles avaient déjà pu remarquer une importante baisse du nombre d’êtres vivants dans les océans vers la fin de la période géologique de l’Ordovicien, soit près d’il y a 444 millions d’années.

Cette recherche a permis de préciser que la majeure partie de la disparition de ces espèces s’est produite il y a près de 444 millions d’années.

Certains avaient soulevé l’hypothèse d’une chute importante de la quantité d’oxygène présente dans les océans, mais il restait à le prouver.

L’étude des diverses strates de fossiles, couplée à celle des isotopes d’uranium présent dans les roches calcaires d’Anticosti et sensibles à la quantité d’oxygène dissoute dans les océans, a permis d’en faire la démonstration, souligne André Desrochers, professeur à l’Université d’Ottawa et codirecteur de l’équipe de recherche qui fait cette découverte.

Des fossiles de diverses espèces retrouvés à l’île d’Anticosti.

« On a fait des analyses d’isotopes en uranium, explique André Desrochers. Certains [de ces] isotopes sont très sensibles à la quantité d’oxygène dissous dans les océans. Ce dont on s’est aperçu, c’est que coïncidant avec cette chute importante de la biodiversité dans les océans, on avait une chute brusque de concentration de cet isotope d’oxygène. »

C’est donc près de 85 % de la vie marine présente il y a 444 millions d’années qui a disparu dans les océans en suffoquant par manque d’oxygène.

À l’époque, la majeure partie de la vie se retrouvait sous les océans avec des invertébrés et des plantes marines.

Deux membres de l’équipe du chercheur André Desrochers de l’Université d’Ottawa scrutent une paroi à la recherche de fossiles à l’île d’Anticosti.

 

Parallèle avec notre époque

Un certain parallèle peut être établi avec notre situation actuelle et servir de mise en garde, estime André Desrochers

« C’est quelque chose aussi qui est d’actualité parce que lorsqu’on regarde les océans aujourd’hui, on est en train de réchauffer, en train d’asphyxier les océans. Et des océans qui sont plus chauds retiennent de moins en moins d’oxygène. Donc, il y a peut-être une leçon à tirer de cette extinction de vie passée qui date de 444 millions d’années qu’il faut faire attention à notre terre. »

Fossiles et patrimoine mondial de l’UNESCO

C’est parce que ce site est au-dessus de la moyenne pour l’étude des fossiles que le dossier de candidature en préparation insistera sur la nécessité pour l’UNESCO de reconnaître l’île.

André Desrochers, qui a pris la direction scientifique du comité de pilotage de la candidature de l’île, précise que la préparation du dossier devrait prendre environ trois ans.

« Probablement [que] le plus important dans la prochaine année est de faire l’étude comparative, note André Desrochers. Il y a peut-être 25 à 30 sites similaires à Anticosti qui ont enregistré les mêmes événements géologiques. Il va falloir, à partir d’une étude très très exhaustive, démontrer qu’Anticosti se situe au numéro 1. »

Le dossier de candidature ne doit pas se limiter à souligner le caractère exceptionnel, il doit aussi inclure un plan de protection et de mise en valeur de l’Île au cours des prochaines années

 

 

 

 

Incroyable ! 12 000 empreintes de dinosaures vieilles de 68 millions d’années révèlent leurs secrets

C’est comme s’ils avaient marché ici récemment, et que le ciment avait séché pour immortaliser leur passage. Pourtant, les empreintes de dinosaures du site archéologique de Cal Orcko, à Sucre en Bolivie, ne datent pas d’hier : au contraire, elles ont environ 68 millions d’années.

Sur un mur haut de 200 mètres, et large d’1,5 kilomètres, plus de 12 000 traces de pas venant de huit espèces différentes sont référencées, faisant de ce lieu l’endroit où la densité d’empreintes fossilisées sur une même couche est la plus grande au monde.

Découvert il y a 20 ans, le site attire de plus en plus de touristes, émerveillés par ces traces presque intactes, malgré les millions d’années qu’elles ont traversé. Parmi les fossiles identifiés, on trouve ceux de titanosaures ou encore d’herbivores de 15 mètres de long, dont les empreintes rondes sont si grandes qu’elles peuvent contenir un homme. Les touristes peuvent également s’émerveiller devant la plus longue piste de dinosaure connue : 500 mètres d’empreintes ininterrompues d’un petit tyrannosaure, baptisé pour l’occasion «Johnny Walker».

Aujourd’hui, l’observation des empreintes a permis de comprendre le comportement de certaines espèces: les titanosaures, par exemple, se déplaçaient en groupe, leurs petits au milieu du troupeau. Par ailleurs, «la grande biodiversité observée à Cal Orcko corrobore l’idée d’une extinction soudaine des dinosaures, au détriment de la théorie d’un lent déclin de la diversité des espèces pendant la période crétacée» explique Christian Meyer, professeur à l’université de Bâle.

Voici les traces de 465 dinosaures différents
Mais pourquoi les traces de pas sont-elles le long d’un mur ? Il s’avère que ce mur de roche a été l’ancien rivage d’un lac soulevé au fil du temps par des mouvements tectoniques. Désormais, les fossiles sont devenus fragiles car exposés à l’érosion éolienne et hydraulique.

 

 

En septembre 2017, la ville de Sucre a d’ailleurs déposé un dossier pour soumettre la candidature de Cal Orcko au Patrimoine mondial de l’Unesco. «En entrant sur la liste, la préservation des empreintes ne serait plus seulement la responsabilité des autorités locales mais aussi nationales et bien sûr de l’Unesco», explique Cloris Lambertin, secrétaire départementale au tourisme. Ce serait la moindre des choses : la richesse archéologique du site de Cal Orcko demeure aujourd’hui unique au monde et permet aux archéologues d’en savoir toujours plus sur ces bêtes fascinantes qu’étaient les dinosaures.

 

 

 

Dinosaures:215 œufs fossilisés de ptérosaures découverts en Chine

La mise au jour de centaines d’oeufs fossilisés de ptérosaures dans le nord-ouest de la Chine permet de mieux comprendre la vie de ces reptiles volants qui peuplaient la terre aux côtés des dinosaures durant le Crétacé il y a 120 millions d’années.

 

Dessin d’artiste représentant des ptérosaures Cette découverte de paléontologues brésiliens et chinois permet entre autres d’établir que les bébés Hamipterus tianshanensisétaient incapables de voler à la naissance, et qu’ils devaient donc compter sur les soins de leurs parents.

Pas moins de 215 œufs ont été mis au jour, dont certains contenaient des embryons.

Cette espèce de Hamipterus tianshanensis se nourrissait en grande partie de poissons.

Les adultes possédaient une crête au sommet d’un crâne allongé et des dents pointues. Leurs ailes déployées présentaient une envergure de plus de 3,5 m (11 pi).

En outre, des milliers d’autres spécimens de mâles et femelles ont été découverts sur le même site de la région de Xinjiang.

« C’était certainement un paradis pour les ptérosaures », affirme le paléontologue chinois Shunxing Jiang en décrivant le site, qui devient ainsi l’endroit sur la planète qui recèle le plus d’informations sur ces créatures.

Les ptérosaures furent les premiers vertébrés à voler. Les oiseaux et les mammifères ont suivi par la suite.

Jusqu’à aujourd’hui, aucun oeuf de ptérosaure n’avait été découvert avec des embryons conservés en trois dimensions. Les chercheurs pensent qu’il pourrait exister jusqu’à 300 autres œufs au même endroit, enterrés sous les fossiles exposés.

Selon le paléontologue brésilien Alexander Kellner, les os embryonnaires indiquent que les pattes postérieures d’un bébé Hamipterus se développaient plus rapidement que certaines parties des ailes.

Les chercheurs pensent que les restes de ptérosaures découverts appartiennent à des spécimens qui vivaient dans une grosse colonie près d’un lac d’eau douce.

Ils soupçonnent que des oeufs et certains individus juvéniles et adultes ont été emportés par les eaux du lac lors d’une importante tempête et qu’ils ils y ont été préservés et ensuite fossilisés.

Les oeufs mesurent jusqu’ à environ 7,2 cm de long. Ils ressemblent aux oeufs mous de certains serpents et lézards modernes.

Peu d’oeufs et d’embryons de ptérosaure ont été découverts au cours des années, en partie parce que les œufs à coquille molle se fossilisent difficilement.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Science .

La vision théosophique face au rationalisme de notre époque

La première chirurgie du cerveau? Ancienne Mésopotamie -Voici un crâne avec trois trous percés . Ces trous sont le résultat d'une intervention chirurgicale réalisée par les anciens médecins sumériens. Cet individu est soupçonné d'avoir survécu à la chirurgie, car l'os montre des signes de guérison.
La première chirurgie du cerveau?
Ancienne Mésopotamie -Voici un crâne avec trois trous percés . Ces trous sont le résultat d’une intervention chirurgicale réalisée par les anciens médecins sumériens. Cet individu est soupçonné d’avoir survécu à la chirurgie, car l’os montre des signes de guérison.Un vestige de la science des Annunaki.
Une étrange et très ancienne pierre tombale.
Une étrange et très ancienne pierre tombale.
what does it mean ?? title: Buddha the Winner By artist : Nicholas Roerich Gallery: N. K. Roerich International Centre-Museum, Moscow, Russia : L'artiste veut-il nous lancer sur la piste de Shamballa?

title: Buddha the Winner
By artist : Nicholas Roerich
Gallery: N. K. Roerich International Centre-Museum, Moscow, Russia :
L’artiste veut-il nous lancer sur la piste de Shamballa?
Pierre gravée découverte sous la mer,au large d'Okinawa.Une gigantesque pyramide a été découverte,antérieurement,dans ce secteur ,sous la mer.Jadis,une civilisation  comparable à celle de l'Égypte y vivait
Pierre gravée découverte sous la mer,au large d’Okinawa.Une gigantesque pyramide a été découverte,antérieurement,dans ce secteur ,sous la mer.Jadis,une civilisation comparable à celle de l’Égypte y vivait.
Helena Petrovna Blavatsky,la grande voyante  ,précurseure de Maria Orsic et de la soiciété du Vril .
Helena Petrovna Blavatsky,la grande voyante ,précurseure de Maria Orsic et de la soiciété du Vril .

L’idée de la Lémurie comme quelque chose de plus qu’un lieu physique , ou au moins quelque part qui avait été habitée par des entités non-humaines avant l’apparition de l’homme, provient des écrits de la grande   occultiste russe  Helena Petrovna Blavatsky ( 1831-1891 ) . Blavatsky était la co- fondatrice  , avec  l’avocat Henry Steel Olcott , de la Société Théosophique , à New York en 1875. La Société était un ordre ésotérique destiné à étudier les enseignements mystiques du christianisme et des religions orientales .
Dans son ouvrage massif La Doctrine Secrète (1888) Blavatsky décrit une histoire originaire des millions d’années avec les « Seigneurs de la Flamme » et poursuit en discute cinq «races -racines » qui ont existées sur la terre , chacune mourant dans un  cataclysme  universel. La troisième de ces races -racines qu’elle a appelé la « Lémurie », qui a vécu il ya des millions d’années , et qui était constituée de géants aux pouvoirs  télépathiques  qui ont gardé les dinosaures comme animaux de compagnie .
Les Lémuriens finalement noyés lorsque leur continent a été submergé sous l’océan Pacifique. La descendance de la Lémurie était le quatrième Race-Racine , les  humains de l’Atlantide, qui ont été amenés par leur utilisation de la magie noire, leur continent d’ Atlantis  fit naufrage sous les vagues il y a 850.000 années . L’humanité actuelle représente la Cinquième Race-Racine .
Blavatsky  avait envisagé son continent de  Lémurie comme couvrant une vaste zone . Dans ses propres mots , il s’étendait du pied de l’Himalaya , qui la séparait de la mer intérieure qui  roulait  ses vagues sur ce qui est maintenant le Tibet , la Mongolie et le grand désert de Schamo ( Gobi ) ; de Chittagong , vers l’ouest à Haridwar , et vers l’est jusqu’à l’Assam. De là , elle s’étendait du Sud à travers ce qui nous est connu comme étant  maintenant  l’Inde du Sud , à Ceylan et Sumatra , puis embrassant sur son chemin , comme nous allons plein sud vers  Madagascar sur sa main droite et l’Australie et la Tasmanie sur sa gauche, il courut à l’intérieur quelques degrés du cercle polaire antarctique , lorsque , de l’Australie, une région de l’intérieur sur le Continent Mère dans ces âges , il s’étendait loin dans l’océan Pacifique …
Blavatsky décrit également que  les survivants de la destruction catastrophique de la Lémurie échappèrent à la mort pour  ensuite devenir les ancêtres de certaines des tribus aborigènes d’Australie . Elle soutient qu’elle a pris toutes ses informations en ce qui concerne la Lémurie « du livre de Dzyan », censé avoir été écrit en Atlantide et montré à elle par les adeptes indiens appelés « Mahatmas ».
Madame Blavatsky n’a jamais prétendu avoir découvert la Lémurie , en fait, elle se réfère à Philip Schlater inventant le nom de Lémurie, dans ses écrits. Il faut dire que la Doctrine Secrète est un livre extrêmement difficile, un mélange complexe des  cosmologies occidentales et orientales  , de visions  mystiques et de  sagesse ésotérique , en grande partie destiné à être interprété.
Madame Blavatsky  fait une vision première «occulte et spirituelle » de la Lémurie , mais sur un niveau particulier, il ne devrait pas être assimilé au continent physique plus tard proposé par Churchward . C’est ce Madame  Blavatsky et d’autres occultistes depuis plus de cent ans, ont suggéré concernant la Lémurie qui  pourrait être en partie interprété comme un état ​​spirituel idéal de l’âme, une sorte de vision spirituelle et historique ,voire légendaire.
Néanmoins, il y a certains médiums et des prophètes qui considèrent encore aujourd’hui l’existence de l’ancienne Lémurie / Mu comme une réalité physique . En effet , il y a quelques-uns qui  une fois placé dans un état « d’ hypnose régressif »ont rappelé  leurs vies antérieures en tant que citoyens du continent disparu .

La grande voyante en 1887. Mme  helena P. Blavastsny fut la  fondatrice de la Société Théosophique .
La grande voyante en 1887.
Mme Helena P. Blavastsky fut la fondatrice de la Société Théosophique .

« Il n’y a pas de religion supérieure à la Vérité »,nous dit la Société  Théosophique et cette grande  voyante….et je l’appuie totalement.

…………………………………………………………………..

Si Madame Blavastky est une illuminée,comment expliqueriez-vous les faits suivants:

1-

En juillet 2005 M. Mohammed Zaraouit a découvert dans une carrière de marbre à Tafilalet ( Maroc ), dans une couche géologique du dévonien un petit crâne fossilisé d'un primate qui devait être bipède et âgé de 360 millions d'années !
En juillet 2005 M. Mohammed Zaraouit a découvert dans une carrière de marbre à Tafilalet ( Maroc ), dans une couche géologique du dévonien un petit crâne fossilisé d’un primate qui devait être bipède et âgé de 360 millions d’années !

2-

Découverte en 1851.
Découverte en 1851.

Dorchester ( Massachusetts ), au cours d’une opération de minage, les deux parties d’un vase ont été arrachées de la roche dynamitée.

Ce vase fait 11,3 centimètres de hauteur, il est en alliage de zinc, à très forte teneur d’argent semble-t-il, et finement décoré ; âge estimé 100,000 ans.

Il a, à l’époque, voyagé de musée en musée, puis a disparu…

3-En automne 1885, un objet cubique a été trouvé dans un bloc de charbon du tertiaire ( datant de 60 millions d’années ) dans une mine en Allemagne.
Le parallélépipède a été étudié par le Dr A. Gurlt. D’après les publications faites en 1886 sur cet objet, il est interprété tout d’abord comme une météorite fossile, et semble avoir été « retravaillé, usiné » !…
L’objet fait 7 centimètres sur 7 sur 4,5 , et a une densité de 7,75. Quatre de ses faces sont parfaitement planes, les deux autres, opposées, sont légèrement convexes. Une rainure profonde en fait le tour à mi-hauteur.
Endommagé par les différents prélèvements effectués, on en fera un moulage en plâtre au début du siècle.
En 1910, il disparaît de l’inventaire du musée de Salzbourg où il était conservé.
On le retrouve exposé de 1950 à 1958, au musée national d’Oberosterreichisehes de Linz ( Autriche ), où est également conservé le moulage.
Il est maintenant la propriété de M. O.R. Bernhardt du musée Heimathaus de Vöcklabrück, en Autriche.
Des études complémentaires effectuées par divers instituts scientifiques de Vienne, en 1966-67, 1973 et 1986, concluent définitivement que l’objet en fonte, n’est pas une météorite et a été coulé dans un moule.
Cet objet a-t-il été réellement trouvé dans du charbon ou bien est-il issu d’une fonderie de l’époque ?

(Source: Fossil meteorite found in coal, C.Gurlt, Nature London, 11/11/1886, p.36 ; L’astronomie, 1886, p.463 .)

4-

Un  pied humain  ...fossilisé.
Un pied humain …fossilisé.

C’est en février 2002 que James Snyder, un habitant de la région de Ramona, a fait cette découverte étonnante lors d’une balade dans la forêt nationale de Cleveland.

En sortant des sentiers battus à la recherche d’or dans le massif de Gowers, Snyder est tombé sur une empreinte géante de pied fossile dans la roche granitique de ce qui a sans doute été un cours d’eau il y a longtemps… très longtemps…

Snyder, qui pense qu’il pourrait s’agir de l’empreinte d’un « Bigfoot », aimerait que des scientifiques fassent l’effort de se déplacer dans ce coin perdu, à plus d’une heure et demi de marche dans des montagnes difficiles d’accès pour étudier sérieusement cet empreinte…

Il attend toujours…

Et nous aussi…

5-

Une chaussure qui aurait écrasé un trilobite.
Une chaussure qui aurait écrasé un trilobite.

En 1968, un minéralogiste amateur W.J. Meister, à la recherche de fossiles de trilobites et de brachiopodes, vieux de 500 millions d’années, à Antelope Spring ( Utah ), trouva, à sa grande surprise en brisant une roche, ce qui ressemble à une empreinte de chaussure. Sur cette empreinte apparaît un trilobite écrasé.

6-En 1930, le Dr W. Burrough, chef du département de géologie du collège de Berea ( Kentucky ), annonça la découverte de dix empreintes d’hominidés dans du grès carbonifère sur les collines au nord du comté de Rockcastle. Les empreintes mesuraient 24 centimètres de long sur 15 de large. Les photos micrographiques et infra-rouges qui furent prises ne montrèrent aucun signe de sculpture artificielle sur et autour des marques. De plus, l’analyse microscopique indiqua que les empreintes étaient bien dues à un impact suite à la pression du pied d’un hominidé. La roche de ces traces est estimée à 250 millions d’années.

Des années plus tard, ces empreintes furent totalement détruites par des vandales, sans doute choqués que l’on puisse étudier des preuves qui remettraient en cause ce que l’on croit savoir de l’histoire de l’homme…  

(Source:Science Newsletter, 29 octobre 1938.)

7-

Préservées sous un lit d'eau,les traces sont restées intactes.
Préservées sous un lit d’eau,les traces sont restées intactes.

print_2

Ces deux photos de traces  font l’objet d’une grande controverse en Amérique. Découvertes en 1908, près de Glenn Rose ( Texas ), elles montrent des traces humanoïdes de géants de 4 mètres de hauteur ( selon les standards modernes ), mêlées avec des traces de dinosaures ! ( de 120 à 130 millions d’années )
Même si les traces que l’on aperçoit au premier plan sur la photo du haut  ont sans doute été laissées par les membres antérieurs ou les métatarses de ces dinosaures, on a du mal à croire que l’érosion ait pu les transformer en celles que l’on peut voir dans la photo  juste en dessus..

CONCLUSION DE CETTE PARTIE

Nous vivons dans un monde multi-dimensionnels et la pensée humaine peut tout.

La pensée est la création et ce que Madame Blavatsky  a écrit est une vision  provenant  d’un lointain passé…il  est vrai,ce passé,car sa vision l’a recréé.

Le néolibéralisme et le Nouvel Ordre Mondial vont chercher à ridiculiser ,même à détruire les preuves de ce passé « inexpliqué » car l’admettre remettrait l’existence même du capitalisme.

L’argent et le profit capitaliste ,de même que la corruption politique n’existait pas à l’époque de la Lémurie (ou de Mu).