Dérèglement climatique : le rapport accablant du GIEC que le monde est en train de perdre la bataille

« Limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C nécessiterait des changements rapides, très profonds et sans précédent dans tous les aspects de la société », dit le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) dévoilé dimanche.

C’est avec cet appel solennel que les experts en changements climatiques les plus influents du monde interpellent les décideurs de toutes les nations.

Pour arriver à leur fin, les 91 auteurs du GIEC citent 6000 sources scientifiques.

Leur rapport rigoureux a pour but de « donner aux décideurs les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions qui s’attaqueront aux changements climatiques », comme l’explique Debra Roberts, coprésidente d’un des groupes de travail du GIEC.

Les prochaines années sont parmi les plus importantes de notre histoire.

Debra Roberts, coprésidente d’un des groupes de travail du GIEC

Le GIEC répond ainsi à une requête qui lui a été adressée par les nations signataires lors de l’adoption de l’Accord de Paris en 2015 : analyser les effets d’un réchauffement climatique de 1,5 °C, mais aussi expliquer l’ampleur des efforts qui devraient être déployés pour limiter le réchauffement sous cette ambitieuse limite.

Photo de la fonte des glaces en Antartique.

D’après les graphiques diffusés, les risques d’un réchauffement de 2 °C sur les coraux des eaux chaudes où sur la région de l’Arctique serait « très élevés ». Les risques seraient « élevés » en ce qui concerne l’augmentation du niveau des océans et les événements météorologiques extrêmes.

Chaque fraction de degré compte

En signant l’Accord de Paris, au terme de la COP21, les États signataires se sont engagés à maintenir la hausse de la température globale « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C ».

La mention du seuil maintenant bien connu de 1,5 °C avait été obtenue par les petits États insulaires, dont l’existence même de certains est menacée par la hausse du niveau des océans.

L’ours polaire aura disparu avant nous,mais nous ne réagissons pas!

Cette limite n’est cependant pas symbolique, et les experts du GIEC insistent sur l’importance de chaque fraction de degré Celsius de réchauffement sur « les écosystèmes, la santé et le bien-être humains ».

Le respect de cet objectif requerra cependant des actions radicales; il faudra réduire nos émissions nettes de CO2 de 45 % par rapport au niveau de 2010 d’ici 2030 et que l’humanité soit carboneutre en 2050. Dans un peu plus de 30 ans, il faudrait donc que chaque tonne de CO2 émise dans l’atmosphère par les humains soit ensuite retirée.

le monde en train de perdre la bataille

Les canicules au Québec en 2018 démontrent que le climat est très fortement perturbé.

Le monde n’atteindra pas son objectif le plus rigoureux des 25 dernières années en matière de changements climatiques à moins que les dirigeants politiques ne fassent preuve de la volonté nécessaire pour agir plus rapidement et plus directement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L’intensité des incendies en Grèce et en Californie,en 2018.

C’est le principal message du nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies qui doit être publié dimanche.

Le rapport vise à donner des lignes directrices scientifiques sur comment la communauté internationale peut atteindre ses objectifs relativement aux changements climatiques. Il devrait toutefois montrer que la planète est en voie de se réchauffer de 1,5 degré Celsius par rapport à l’ère préindustrielle d’ici 2040.

Actuellement, la température globale augmente de 0,2 degré Celsius chaque décennie et a déjà grimpé de 1 degré Celsius depuis 1850.

Selon la cible établie par l’Accord de Paris en 2015, les pays devraient réduire suffisamment leurs émissions d’ici la fin du siècle pour permettre un réchauffement maximal de 2 degrés Celsius comparativement à l’ère préindustrielle. Mais l’Accord prévoit aussi un objectif plus ambitieux de 1,5 degré Celsius.

Catherine Abreu

Catherine Abreu, la directrice générale de Réseau action climat Canada, affirme que la différence entre 1,5 et 2 degrés Celsius peut paraître minime, mais elle est en fait énorme sur le plan des changements climatiques.

Carbon Brief, un site web britannique spécialisé dans la recherche scientifique et les politiques sur le climat, a passé en revue 70 études approuvées par les pairs. À partir de cet examen, il a affirmé, vendredi, qu’avec un réchauffement de 1,5 degré Celsius, le niveau des mers augmenterait en moyenne de 48 centimètres contre 56 centimètres avec un réchauffement de 2 degrés.

De plus, le groupe a estimé les chances d’avoir un été sans glace dans l’Arctique à 3 pour cent avec un réchauffement de 1,5 degré Celsius comparativement à 16 pour cent avec un réchauffement de 2 degrés.

Et la fréquence des pluies torrentielles dans l’est du Canada passe de 26 pour cent avec un réchauffement de 1,5 degré Celsius à 55 pour cent avec un réchauffement de 2 degrés.

L’an prochain, les signataires de l’Accord de Paris devront témoigner de leurs progrès dans leurs efforts pour atteindre leurs objectifs nationaux sur le plan des émissions de gaz à effet de serre. Le Canada souhaite réduire les siennes de 30 pour cent par rapport aux niveaux enregistrés en 2005. En 2017, le gouvernement canadien avait informé les Nations unies qu’il était à 66 millions de tonnes de sa cible, et ce, en dépit de tous les programmes et politiques en place ou prévus. Ce chiffre correspond aux émissions produites par 14,5 millions de voitures au cours d’une seule année.

Lors d’une récente entrevue avec La Presse canadienne, la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, a dit savoir que le rapport annoncerait que «nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre le 1,5 degré».

«Nous le reconnaissons et nous savons tous que nous devons en faire plus, a-t-elle concédé. C’est pourquoi l’Accord de Paris a été conçu tel qu’il est. Chaque pays doit passer à l’action et nous devons nous montrer plus ambitieux au sujet des mesures qui seront adoptées.»

Le Canada n’a cependant aucunement l’intention de réviser ses ambitions dans un avenir proche. Il se concentre plutôt sur l’implantation de son plan actuel, qui comprend un prix national pour le carbone, l’élimination des centrales électriques au charbon, l’amélioration de l’efficacité énergétique des résidences et des entreprises, et l’investissement dans des sources d’énergie propres et renouvelables.

EN CONCLUSION

Chaque pays tient fermement ses positions:comme par exemple les Etats-Unis d’Amérique qui ne font pas partie d’aucun accord sur la lutte au réchauffement global.

Nous devons prendre comme acquis que le climat de la Terre va devenir hostile aux êtres humains et d’ici peu,nous aurons disparu au milieu de la Sixième Extinction Massive d’Espèces que nous aurons  créé nous-mêmes!

Les Défenseurs de la Terre doivent se mettre au travail  pour abattre ce système le plus rapidement possible!

Osons promouvoir une nouvelle démarche,une nouvelle société,même partir pour un autre monde,s’il le faut!


EN COMPLÉMENT

Voici à quoi ressemblera le monde une fois que toute la glace aura fondu

 

Au fil des années, nous avons appris que l’humanité a radicalement changé la planète Terre. Si toute la glace venait à fondre à la surface de la Terre, elle transformerait DRAMATIQUEMENT les continents de notre planète et inonderait les grandes villes autour du globe.

 

Les scientifiques estiment qu’il y a plus de 5 millions de kilomètres cubes de glace sur la Terre. De nombreux chercheurs s’accordent à penser qu’il faudrait environ 5 000 ans pour que toute la glace fonde.

Si cela venait à se produire, les continents sur Terre serait complètement réorganisés.

Toutefois, si nous continuons à rajouter des quantités de carbone dans l’atmosphère, nous pourrions facilement créer une planète totalement libérée de la glace. Comme le National Geographic l’a rapporté, cela se traduirait par une température moyenne de 26 degrés Celsius au lieu de la 13 en ce moment-même.

Selon les rapports, le niveau de la mer a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie et à un rythme encore plus effréné durant ces dernières années. Selon les estimations du Groupe Intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, le niveau de la mer pourrait augmenter à un rythme alarmant d’un ou plusieurs mètres d’ici la fin du siècle.

Tout cela a été minutieusement démontré par le National Geographic en 2013, et que le niveau de la mer peut augmenter de 65 mètres si toute la glace sur notre planète venait fondre.

Les conséquences sont terrifiantes. Cela signifierait que le littoral atlantique ENTIER pourrait disparaître, y compris la Floride et la côte du Golfe. Consultez l’image ci-dessous:

Amérique du Nord…
En Amérique du Sud, le Bassin de l’Amazone, au nord, et le Bassin de la rivière Paraguay, au sud, deviendraient des embouchures de l’Atlantique, en balayant Buenos Aires, le littoral de l’Uruguay et la majeure partie du Paraguay.

 

La même chose se produirait en Europe, en Afrique, en Asie et même en Antarctique.

Europe

 

Afrique

 

Asie

 

Océanie

 

Pour avoir une idée de ce qui se passerait si toute la glace sur Terre venait à fondre, le site Business Insider a créé une vidéo :

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.