L’humanité en danger:Un premier loup “mutant” de Tchernobyl a quitté la zone d’exclusion

Les loups gris de la zone interdite radioactive autour du site de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl se propagent maintenant dans le reste du monde, avec dans leurs bagages des gènes mutants, selon une nouvelle étude.

 

En 1986, des explosions détruisaient un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, libérant environ 400 fois plus de retombées radioactives que la bombe atomique larguée sur Hiroshima, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique. De nombreuses études sur les effets des retombées radioactives de Tchernobyl sur son environnement ont donné des résultats contradictoires. Alors que certaines études suggéraient que la faune locale avait souffert, d’autres ont découvert des preuves que les animaux, au contraire, prospéraient, probablement parce que la zone d’exclusion – dépourvue de population – devint une réserve naturelle.

Les loups gris ont particulièrement prospéré dans la zone d’exclusion, avec une densité de population dans la zone estimée jusqu’à sept fois plus élevée que dans les réserves environnantes. Compte tenu de cette densité de population élevée, les chercheurs s’attendaient à ce que certains loups nés dans la zone se dispersent dans les paysages environnants. Maintenant, et pour la première fois, “nous avons suivi un jeune loup qui a définitivement quitté la zone d’exclusion“, explique Michael Byrne, écologiste à l’Université du Missouri, à Columbia.

Les scientifiques ont en effet suivi 14 loups gris dans la région biélorusse de la zone d’exclusion – 13 adultes de plus de 2 ans et un mâle juvénile de 1 à 2 ans – en les équipant de colliers GPS. “Aucun loup ne brillait – ils ont tous quatre pattes, deux yeux et une queue“, a tout de même tenu à rassurer le chercheur, non sans humour. Si les loups adultes restaient dans la zone, le juvénile, en revanche, errait bien au-delà de ses limites. Le jeune loup a commencé à s’éloigner constamment de son domaine vital environ trois mois après que les scientifiques aient commencé à suivre ses mouvements. Au bout de 21 jours, l’animal s’est retrouvé à environ 300 kilomètres de la zone d’exclusion.

En raison d’un dysfonctionnement du collier GPS, les chercheurs n’ont pas pu déterminer si l’animal était finalement revenu ou non dans la zone d’exclusion. S’il s’avère que certains loups commencent à s’éloigner, ainsi que d’autres animaux, la zone d’exclusion de Tchernobyl pourrait alors alimenter d’autres populations de la région. Concernant la propagation des gènes “mutants”, il s’agit ici d’un domaine de recherche complètement nouveau, mais le chercheur note que ce n’est pas quelque chose pour lequel il s’inquiète.

Source

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “L’humanité en danger:Un premier loup “mutant” de Tchernobyl a quitté la zone d’exclusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.