La Grande Mort Blanche: Il ne faudra que 30 à 40 ans pour que la population musulmane devienne la majorité

Un fascinant article a été posté sur le site de l’Institut des Libertés, le think tank du grand financier français Charles Gave. Dans celui-ci, il demande: Est-ce que la population indigène – par laquelle il veut dire la population blanche – de l’Europe est menacée d’extinction?

Sa réponse est « oui »: « Ce n’est pas bon ou mauvais, C’EST », écrit Gave. Son argument de base est que, avec un taux de fécondité «autochtone» de 1,4, un «migrant» – ce qui signifie musulman – taux de 3,4 à 4 enfants par femme, et en prenant la population musulmane initiale à 10% de la Au total, il faudra seulement 30 à 40 ans pour que la population musulmane devienne majoritaire. En effet, écrit Gave, avec un taux «natif» de 1,4 pour une population de 100, après seulement deux générations, on ne voit que 42 enfants «natifs» nés.

Comme prévu, Gave fut presque immédiatement méprisé comme un fou d’extrême droite pour avoir adopté la théorie connue en France comme «le grand remplacement» – de la population autochtone par une nouvelle population migrante. La théorie avait déjà été diffusée par l’écrivain Renaud Camus, proche du Front national national de Marine Le Pen.

Dans un article furieux et venimeux sur les « calculs stupides » de Gave, le journal Libération – comparé à celui du New York Times ou du Washington Post paraissant honnête et équilibré – a écrit que la population musulmane ne représente pas 10% de la population française , mais moins; que le taux de fécondité de la population autochtone est de 1,8 et non de 1,4; que le taux de fécondité des migrants du Maghreb est de 3,53, et non de 4 et que le concept d ‘«origine musulmane» est absurde.

Charles Gave

Qui a raison, Gave ou ses critiques?

Commençons par noter que l’observation de Libération est fondamentalement faible. Gave écrit que le taux de fécondité des migrants musulmans est compris entre 3,4 et 4 – pas 4, comme le prétend faussement Libération (Gave: entre 3,4 et 4, Libération: 3,53, exactement la même chose). De plus, personne ne connaît la proportion exacte de musulmans en France – l’État français interdit explicitement toute forme de recensement religieux ou racial – mais 10% semble une estimation raisonnable et modérée. De plus, Libération rate la seule vraie erreur dans le calcul de Gave: avec un taux de fécondité de 1,4 et compte tenu d’une population initiale de 100, aucun autre facteur pris en compte, après deux générations vous n’avez pas 42 enfants (Gave), mais 49 (100 x 0,7 = 70 x 0,7 = 49, pas 42). [1]

Cela étant dit, l’article de Gave a fait quelques hypothèses avec lesquelles je ne serais pas d’accord, par exemple:

« Ceux qui sont nés aujourd’hui seront là dans trente ans et ceux qui ne sont pas nés ne seront pas là, c’est CERTAIN », écrit Gave. On imagine que la même certitude était aussi vraie en 1913, 1937 ou juste avant la peste noire;

« Penser que l’immobilier va augmenter quand il n’y a que 42 acheteurs pour 100 vendeurs est une idée intéressante, mais j’ai du mal à comprendre la logique », écrit Gave; mais il venait de mentionner que la population migrante remplaçait la population indigène – en fait, la France n’a jamais été aussi peuplée qu’elle ne l’est aujourd’hui;

Gave conclut que la population indigène européenne va disparaître dans 40 ans: « L’immense nouvelle des trente ou quarante prochaines années sera donc la disparition des populations européennes, dont les ancêtres ont créé le monde moderne ». En tenant compte d’un taux de fécondité de 1,4 pour les «indigènes», il leur faudrait plus de 40 ans pour disparaître de la surface de la Terre; pour ne rien dire des mariages «mixtes», et ainsi de suite.

Plus important encore, l’Islam n’est pas une race. L’Islam est une religion et, en fait, beaucoup plus que cela; c’est une doctrine, un mouvement politique, une idéologie et un ensemble complet de normes (jurisprudence islamique sous la forme du Coran, de la Sunna, du Fiqh) destinées à régir tous les aspects de l’activité humaine. En tant que doctrine, on peut y adhérer et se convertir à l’islam. On peut aussi quitter l’Islam; Cependant, la punition pour avoir quitté, appelée «apostasie», est la mort.

Il y a néanmoins des gens qui se définissent comme des «anciens musulmans», même s’ils ne sont pas majoritaires. Cela n’a cependant pas beaucoup de sens de prétendre savoir 40 ans à l’avance quel sera l’avenir d’une croyance, d’une croyance, d’une idéologie ou d’un culte, surtout en Europe et dans le monde occidental. Comme le dit le dicton: « Il est difficile de faire des prédictions, en particulier sur l’avenir. »

Il y a seulement deux ou trois générations, des dizaines de millions d’Européens s’agenouillaient plusieurs fois par semaine dans les églises pour montrer leur adoration de Jésus-Christ. Quarante ans après cette ferveur religieuse, il ne reste presque rien. Ce que nous avons au contraire, c’est le phénomène bien connu de la «déchristianisation» qui a englouti toute l’Europe.

Pourtant, malgré quelques différences, il y a du vrai dans l’article de Gave. Franchement, les Européens ne font plus de bébés. Et cela n’a absolument rien à voir avec l’Islam; cette « maladie » est entièrement auto-infligée.

Dans son livre, The Population Bomb, publié en 1968, le biologiste américain Paul Ehrlich écrit que la meilleure méthode pour réduire la population est la légalisation de l’avortement. Et c’était sans même considérer l’effet du contrôle des naissances.

Lorsque les Européens ont commencé à légaliser le contrôle des naissances et l’avortement il y a 40 ans, quelques années après Roe contre Wade (1973), l’Église catholique a averti du risque que l’Europe entre dans une «civilisation morbide». Lorsque le Parlement belge décida de dépénaliser l’avortement en 1990, le roi – un fervent catholique – refusa de signer la loi, il y eut une « crise de régime » et le Premier ministre de l’époque devait concevoir une sorte de patch constitutionnel pour sanctionner la loi malgré le roi. Bien que cela ait été dit il y a seulement quelques années, la mentalité du roi semble maintenant archaïque.

Quarante ans plus tard, nous savons maintenant que Paul Ehrlich et l’Église catholique avaient raison: les Européens ont manifestement le sentiment d’avoir mieux à faire que de s’occuper des bébés.

L’avortement a récemment pris des proportions épiques dans des pays comme la Suède ou la France. En France, il y a 200 000 avortements par an. Pour mettre les choses en perspective, il y a en France environ 750 000 naissances par an. La France avorte donc 20% de ses bébés / fœtus / embryons / grappes de cellules – choisissez en fonction de vos convictions personnelles – chaque année.

Le Parlement français a récemment fait de l’avortement un droit absolu (la loi Vallaud-Belkacem de 2014). Avant cela, la mère devait être dans un état de détresse pour qu’un avortement soit légal. Cette «condition» – qui n’a jamais été vérifiée ni contrôlée – a maintenant été supprimée et l’avortement est maintenant un droit de tous les jours, comme le droit de conduire une voiture ou d’acheter un sandwich.

Le Parlement français a récemment approuvé l’une de ces lois – interdisant «l’obstruction numérique à l’avortement» – pour laquelle la France a un penchant. Cette nouvelle loi stipule que c’est une infraction pénale que de diffuser des « fausses informations » concernant l’avortement afin de dissuader les femmes d’en avoir un. Mais qu’est ce qui est « faux »? Est-il faux d’affirmer que les conséquences psychologiques de l’avortement sont souvent dévastatrices? Est-ce « faux » d’illustrer les étapes cliniques d’un avortement? Est-ce « faux » de mettre la valeur de la vie humaine au-dessus de toute autre chose? En passant, si la «liberté d’expression» n’entraîne pas le droit de dire des choses «fausses» ou même abominables, le discours n’est plus gratuit. Cette loi signifie que probablement environ 99,9% des sites américains pro-vie sont maintenant opposés au droit pénal français: Américains, il faut se méfier! En France, le droit à l’avortement est désormais un dogme.

Certains de ces avortements proviennent d’Occidentaux «indigènes» qui ont vécu en France pendant des générations, et d’autres de personnes venues en tant que migrants. Après un certain temps, cependant, le taux d’avortement «migrant» tend à converger avec celui de «l’indigène».

Mais cela ne nous concerne pas ici. Ce qui est préoccupant, c’est qu’il existe un sous-groupe de la population européenne qui est en train de s’effacer de manière très efficace. En effet, avec une fécondité de 1,4, le groupe initial «occidental natif» de 100 devient de moins en moins – 70, 49, 34, 24, 17, 12, 8, 6, 4, 3, 2, 1 – en treize générations. Le résultat est mathématique.

Bien sûr, même si les avortements n’étaient pas autorisés, il pourrait y avoir un déclin démographique – de la guerre, de la maladie, de la politique «un enfant» du gouvernement chinois (qui implique parfois des avortements forcés), etc. (voir John Bongaarts modèle agrégé des déterminants proches, « Demographic Research », 33, 19: 535-560, 2015). On peut penser théoriquement à une population où l’avortement est légal, mais le taux de fécondité à long terme est de 3. Mais en termes réels, il n’y a pas, à ma connaissance, dans la vaste littérature sur le sujet [2], un seul exemple une population qui n’a pas diminué après l’avortement a été largement diffusée – notamment, comme en France, comme un «droit».

Le point ici n’est pas de savoir si l’avortement est «mauvais» ou immoral, ou si la politique devrait être inversée. Il s’agit de montrer que la «mort blanche» de l’Europe est une réalité mathématique; et que ce fléau n’est pas seulement auto-infligé, mais qu’il a commencé avec la légalisation du «contrôle des naissances» et de l’avortement avant même l’afflux massif de migrants musulmans.

Qu’on profère une telle vérité – systématiquement prédit par des personnalités aussi respectées que le philosophe Raymond Aron (auteur de In Défense of Decadent Europe), les anciens premiers ministres Michel Rocard et Alain Juppé, ou même l’ancien président François Mitterrand («suicide démographique») – – provoque un tel chaos et des condamnations furieuses dans les médias, révèle qu’en Europe, non seulement la population «indigène» meurt, mais aussi la liberté d’expression.

 

 

 

Publicités

5 commentaires sur “La Grande Mort Blanche: Il ne faudra que 30 à 40 ans pour que la population musulmane devienne la majorité

  1. Article très intéressant et complet.

    Néanmoins, juste une petite précision si je puis me permettre. L’on peut quitter l’islam sans encourir la peine de mort. Cela fut appliqué lors de certaines batailles il y a 15 siècles car il y avait de nombreux espions qui s’infiltraient via une fausse conversion, etc… C’était donc pour dissuader. Mais à la même époque, l’on trouve certains musulmans qui avaient émigré en Abyssinie et qui ont embrassé le christianisme sans soucis. D’autres différentes religions ou courants philosophiques et ce… Jusqu’à ce jour. Ceux qui pratiquent la peine de mort pour apostasie ont une lecture simpliste des textes, connaissent très mal l’histoire, etc… Je ne veux baisser personne à travers mon commentaire mais ils devraient étudier plus sérieusement leur religion car au nom de fausses croyances, etc… L’on peut commettre l’inacceptable, tout et n’importe quoi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.