Les enseignements de Rampa : sur la Terre Creuse

Terre Creuse et Habitants de l’Intérieur.

… « Beaucoup de gens croient qu’il existe peut-être un monde à l’intérieur de ce monde. Que le monde pourrait être creux. Qu’en pensez-vous ? Vous prétendez connaître beaucoup de choses au sujet de la religion. Comment se fait-il que vous n’ayez jamais parlé de ça ? Comment se fait-il que les livres de religion n’en parlent jamais ? »

Eh bien, ce monsieur se trompe car la religion – ou la croyance – sur laquelle je suis le mieux informé (le bouddhisme) se réfère en vérité à un Monde Intérieur. Il y a un mot spécial pour le désigner, Agharta, qui revient très fréquemment dans les Écritures bouddhistes. En fait, la tradition tébétaine mentionne abondamment Shamballa, résidence du roi de tous les mondes, le roi qui est caché à la vue des multitudes vivant à la surface du globe. [Voir aussi F. Ossendowski, Bêtes, hommes et dieux, Éd. J’ai Lu ]

Les Tibétains croient fermement à ce roi du monde habitant à l’intérieur du monde. Ce n’est pas une sorte de démon mais un souverain extrêmement bon, un excellent maître spirituel qui vit simultanément sur deux plans : le plan physique où il règne éternellement et le plan spirituel ou astral où il règne aussi éternellement. Selon les Tibétains, le roi du monde a donné originellement ses instructions au premier dalaï-lama, lequel était, en réalité, le représentant dans le monde extérieur du roi du monde intérieur.

Il existe indiscutablement au Tibet des tunnels qui s’enfoncent toujours plus profond sous la terre et de nombreuses légendes font état de personnages singuliers qui empruntent ces tunnels pour s’entretenir avec des lamas de degré supérieur. Ainsi que je l’ai écrit dans quelques-uns de mes ouvrages, je suis descendu dans certains de ces tunnels et même dans ceux de l’Ultime Thulé. Il est divers endroits du globe d’où l’initié peut se rendre au centre de la planète pour y rencontrer des représentants de cette civilisation intérieure et beaucoup de gens savent de science certaine que les habitants du monde intérieur viennent conférer avec ceux de la surface. Naturellement, quelques-uns des O.V.N.I. proviennent de ce monde intérieur.

Il y a au Tibet des tunnels conduisant au monde intérieur et il y en a aussi au Brésil. Le Brésil et le Tibet sont deux régions du monde extérieur qui ont une importance capitale et qui exercent une attraction particulière sur le peuple du monde intérieur.

Il est fort regrettable qu’il existe un si grand nombre de superstitions que l’on n’a jamais convenablement étudiées car certains « sensitifs » savent qu’il y a un tunnel sous les grandes pyramides. Mais attention : je ne me réfère pas aux seules pyramides égyptiennes. Il y en a beaucoup d’autres. Toutes servaient de balises envoyant des messages aux Jardiniers de la Terre et à leurs représentants qui traversent l’espace dans leurs astronefs. Il y a des pyramides en Égypte et dans certaines parties de l’Amérique du Sud, il y en a aussi de très importantes dans le désert de Gobi mais celui-ci est aujourd’hui sous le contrôle de la Chine communiste, on ne sait pas grand-chose à ce propos à l’extérieur. Toutes ces pyramides communiquent avec le monde intérieur et, à l’époque des pharaons, un grand nombre de rites magiques égyptiens étaient conduits par des êtres venus du monde intérieur dans ce but.

Mais revenons aux faits fondamentaux. Selon les Écritures bouddhistes, la Terre a subi de considérables convulsions et les climats se sont maintes et maintes fois modifiés. En raison de ces bouleversements des tribus, chassées des zones froides, ont émigré vers des zones plus chaudes et, lors d’une de ces migrations de population – cela se passait il y a quelques 25 000 ans -, une tribu a atteint ce que nous appellerions aujourd’hui le pôle nord. Cette peuplade a continué sa marche et a fini par s’apercevoir que le soleil était toujours devant et jamais derrière, que jamais il ne se levait ni ne se couchait. Au fil du temps, ces hommes ont finalement compris qu’ils étaient à l’intérieur de la Terre, que celle-ci était creuse et ils se sont établis là. On pense également – j’aurais dû mettre des guillemets ! – que les Tziganes viennent tous du centre de la Terre.

J’ai entendu bien des gens discuter de la théorie de la terre creuse et les adversaires de cette thèse rétorquent immanquablement : « Si la Terre est creuse, comment se fait-il que les avions de ligne qui survolent le pôle nord ne voient pas d’ouverture ? Aujourd’hui, ils le survolent et ils survolent peut-être aussi le pôle sud. S’il y avait une grande crevasse, il est évident que les pilotes la remarqueraient. »

Eh bien, ce n’est pas vrai. Les avions de ligne ne survolent ni le pôle nord ni le pôle sud. Ils passent à bonne distance pour la simple raison que s’ils les survolaient à la verticale, cela affolerait les instruments de navigation. Aussi, les appareils civils font-ils un large crochet afin d’éviter un pôle nord ou un pôle sud mythique qui dérèglerait les compas.

D’autres disent encore : « Et tous les explorateurs qui sont allés au pôle nord ou au pôle sud ? S’il y avait eu un trou dans l’écorce terrestre, ils l’auraient trouvé. » 
Là encore, la réponse est non. Ce n’est pas vrai. Personne n’est allé au pôle nord, personne n’est allé au pôle sud. Nous disposons de rapports rédigés par des gens qui sont parvenus à proximité de l’un ou l’autre pôle et qui ont continué d’avancer pendant des kilomètres et des kilomètres. En d’autres termes, ils se sont plus ou moins perdus. L’histoire ancienne, et l’histoire moderne aussi, nous apprend que les marins repèrent souvent des débris flottants qui viennent des pôles (j’emploie le mot « pôle » pour me conformer à l’usage et pour que la localisation soit précise). Parfois, ce sont même des animaux ou des oiseaux. Or, tout le monde sait qu’on ne trouve ni oiseaux ni insectes, pas plus au pôle nord qu’au pôle sud. Sans parler de feuilles vertes. Alors, d’où viennent ces épaves ? De l’intérieur de la Terre, évidemment.

Voici ce que je crois.

Supposons que vous ayiez un véhicule et que vous puissiez aller d’ici – par « ici », j’entends l’endroit où vous êtes actuellement – au pôle nord. Vous avanceriez, vous avanceriez et vous atteindriez un point que vous considéreriez comme étant le pôle. Vous continueriez alors et vous constateriez finalement que c’est un autre soleil qui brille au-dessus de vous, le soleil étant un phénomène de nature atomique qui se produit naturellement, et pas seulement au centre de la Terre mais tout aussi bien sur beaucoup d’autres mondes. Les astronomes ont parfois noté, par exemple, l’apparition d’étranges lueurs sur la Lune à l’enplacement des pôles.

« Peut-être bien, répondrez-vous, mais des hommes ont été sur la Lune. »

Absolument, mais ils n’ont reconnu qu’un périmètre très réduit [écrit en 1974], un cercle de quelque huit kilomètres de rayon. Oh non ! on n’a pas exploré la Lune. Et on n’a pas exploré la Terre. Il reste encore une bonne partie de cette dernière à découvrir.

Si cela vous intéresse, allez à la bibliothèque publique. Je suis sûr que vous y trouverez quantité d’ouvrages où il est question de la théorie de la Terre creuse, relatant des récits de voyageurs égarés qui ont abordé un pays  étrange et ont fini par se  retrouver au coeur du monde intérieur. Plutôt que de vous rendre à la bibliothèque, achetez donc quelques livres dans une bonne librairie.

On m’a demandé d’expliquer à quoi pourrait ressembler un tel monde, comment pourrait exister un monde intérieurement creux. La meilleure explication que je puisse fournir est la suivante :

Imaginez une noix de coco. L’extérieur de la noix de coco est la surface de la Terre. Et rappelez-vous que si vos avez les mains moites, l’humidité que vous avez déposée sur l’écorce de votre noix de coco rien qu’en la touchant représente une profondeur proportionnelle à celle de la plus profonde des mers de la Terre en vraie grandeur. C’est là une donnée qui mérite qu’on la garde présente à l’esprit.

Bref, vous avez votre noix de coco et vous examinez sa surface externe. Elle figure notre Terre conventionnelle. Maintenant, percez un trou dans ce que l’on appelle l’oeil de la noix de coco et percez-en un autre diamétralement opposé. Nous dirons que ce sont respectivement le pôle nord et le pôle sud. Les trous doivent avoir deux centimètres environ. Videz le lait. Vous aurez à ce moment une écorce coriace qui est la croûte terrestre et, à l’intérieur, une pulpe blanche : c’est la surface du monde intérieur. Arrangez-vous pour placer juste au milieu de la noix de coco une petite ampoule électrique pour figurer le soleil interne qui brille sans relâche.

Poursuivons. L’enveloppe coriace qui est l’écorce terrestre et la surface interne, plus molle, qui permet aux habitants du monde intérieur de se tenir debout engendrent également la force de gravité grâce à laquelle les gens peuvent marcher verticalement sur l’une et l’autre surfaces accolées. Rien ne permet d’affirmer que le contenu de la terre soit fait de gaz en fusion, de fer en fusion, de roches en fusion ou de n’importe quoi d’autre en fusion. Ce n’est là qu’une supposition des  « savants », ces savants qui ont fait tant de suppositions erronées – quand ils disaient, par exemple, que si un homme voyageait à une vitesse supérieure à 50 kilomètres à l’heure, la pression de l’air ferait éclater ses poumons. Ou qu’un astronef ne pourrait jamais se poser sur la Lune car il s’enliserait aussitôt, englouti par la poussière impalpable constituant le sol de notre satellite. Non, les savants ne sont que des devins diplômés de l’université. Et ils sont souvent pires que les devins qui n’ont pas fait d’études car on leur enseigne que si Pierre, Paul ou Jacques dit qu’une chose est impossible, c’est qu’elle est impossible de sorte qu’au lieu de leur apprendre à penser, on leur apprend seulement que tel ou tel Auteur est infaillible et que s’il a dit que telle chose est impossible, eh bien, elle est impossible, voilà tout.

Je crois que les habitants de l’intérieur de la Terre sont un peuple très, très hautement développé, qu’ils ne sont autres que les survivants de la Lémurie, de Mu, de l’Atlantide et de beaucoup d’autres civilisations encore plus anciennes. La Terre a été ravagée par des cataclysmes, des tempêtes, des météorites et tout le reste, les habitants de la surface ont fréquemment été décimés. Mais, à l’intérieur, la vie se poursuit sereinement sans être perturbée par les événements de dehors et la connaissance spirituelle et scientifique a par conséquent progressé.

Peut-être ignorez-vous que les Chiliens, qui s’intéressent fort à la région du pôle sud, ont photograpié des O.V.N.I. qui y prenaient leur essor. Une équipe de géophysiciens chiliens a pris des photographies tout à fait passionnantes. Malheureusement, des pressions considérables ont été exercées sur eux et ces documents ont été remis aux autorités des États-Unis. Depuis, on n’en a plus jamais entendu parler.

Il existe différents types d’O.V.N.I. L’un d’eux vient des entrailles de la Terre et si l’on voit aujourd’hui beaucoup d’objets volants non identifiés, c’est parce que le peuple de l’intérieur s’inquiète énormément des explosions atomiques qui intervienent à l’extérieur. Après tout, si la déflagration est assez puissante, l’écorce terrestre risque de se fragmenter encore plus gravement que ce n’est actuellement le cas et la Terre tout entière pourrait bien périr. C’est pourquoi le peuple de l’intérieur se fait tant de souci, c’est pourquoi il essaye de contrôler la recherche atomique dans le monde extérieur.

Avez-vous véritablement étudié les voyages des explorateurs qui prétendent être allés au pôle nord ou au pôle sud ? Tous sans exception signalaient que plus ils remontaient vers le nord, plus la température s’élevait, qu’ils trouvaient plus de mers libres qu’ils ne s’y attendaient et qu’ils découvraient une foule de choses contredisant radicalement la théorie selon laquelle le froid augmente à mesure que l’on s’approche des pôles. En fait, les pôles n’existent pas sinon en tant que symboles mythiques suspendus en plein ciel, peut-être à la verticale de l’ouverture béant sur les profondeurs de la Terre.

Les aurores béréales pourraient fort bien n’être que le reflet du soleil interne que l’on observe dans certaines conditions favorables ou même des radiations émanant de la vie nucléaire au centre du globe.

Mais il y aura immanquablement quelqu’un qui dira que tout cela est impossible, qu’il n’y a, bien entendu, pas de trou conduisant à l’intérieur de la Terre, qu’une telle idée est absurde, ridicule… Si une gigantesque excavation s’ouvrait au pôle nord et une autre au pôle sud, il va de soi que les pilotes les auraient remarquées, les astronautes aussi et, d’ailleurs n’importe qui pourrait voir à travers l’épaisseur de la Terre, exactement comme on peut voir le jour à travers un oeuf percé. Quelqu’un ne saurait manquer de dire que l’auteur de ces lignes a perdu les pédales… ou qu’il est devenu gâteux.

C’est là une attitude entièrement erronée qui montre que l’on ignore les faits. Combien d’entre vous sont-ils allés au pôle nord ? Combien d’entre vous sont-ils allés au pôle sud ? Combien d’entre vous connaissent-ils les conditions climatiques qui règnent dans ces régions ? Les conditions d’ennuagement, par exemple ? Ou de visibilité ? Non, lecteur à l’esprit critique, je n’ai pas perdu les pédales. C’est toi qui les a perdues si tu penses que tout cela est impossible. Et si tu penses que tout cela est impossible, tu n’as pas seulement perdu les pédales, tu prends des vessies pour des lanternes, ce qui est bigrement plus grave.

Songe aux immenses grottes qui sont restées inconnues pendant des centaines ou des milliers d’années dans des régions fortement peuplées. À celle où l’on a retrouvé les manuscrits de la Mer Morte. On ne l’a découverte que par hasard.

Regarde le Canada. De vastes zones du Québec n’ont pas été explorées. Et supposons qu’un avion survole certaines de ces zones que la glace recouvre presque toute l’année. Les photos montreraient des reflets exactement semblables à la réflexion de la glace et de la neige. Ou peut-être des taches sombres exactement semblables aux taches sombres que peuvent présenter la glace et la neige. Vous savez, la glace peut avoir de nombreuses teintes différentes, elle n’est pas toujours blanche et pailletée comme le givre dont on saupoudre  les arbres de Noël. On trouve même de la glace rouge dans certains endroits. Je le sais parce que j’en ai vu. Toutefois, l’essentiel est qu’une photo prise à la verticale de l’emplacement approximatif du pôle sud pourrait révéler des ombres curieuses mais si l’on n’a pas de raison d’étudier ces ombres de près, personne n’ira enquêter sur place, n’est-il pas vrai ? Il faut beaucoup d’argent pour monter une expédition qui se rendrait au mythique pôle nord ou au non moins mythique pôle sud. Il faut beaucoup d’argent, il faut des hommes d’une espèce particulière, il faut énormément de matériel et de vivres et il faut un solide compte en banque pour payer les assurances.

J’en reviens au Canada. Une très grande partie des territoires septentrionaux de ce pays n’a pas été explorée. il y a des régions où l’homme n’a jamais posé le pied. Comment savoir quels trous il peut y avoir dans les territoires septentrionaux si l’on n’y est pas allé ? Il est stupide de dire que ces choses-là sont impossibles quand on ne connaît pas toutes les données, quand on n’est pas expert en photographie, quand on n’est pas un géologue patenté.

Pensez aux astronautes ou aux cosmonautes, quel que soit le terme par lequel on les désigne couramment. Quand ils décollent et qu’ils sont suffisamment près de la Terre, ils ont probablement autre chose à faire que chercher à savoir s’il y a un trou à l’emplacement théorique du pôle nord ou du pôle sud, d’autant que, dans ces régions polaires, la visibilité est affreusement médiocre du fait des brouillards, des tempêtes de neige et de la réflexion de la neige, de la glace et de l’eau qui brouille tout. Il convient aussi de considérer que lorsque les astronautes sont en orbite, ils ont des tâches précises à accomplir : jeter un coup d’oeil scrutateur sur les Russes et jeter un coup d’oeil encore plus scrutateur sur les Chinois. Y a-t-il des ombres révélatrices indiquant que l’on a construit des silos qui pourraient être des rampes de lancement de missiles balistiques intercontinentaux ? Et si tel est le cas, dans quelle direction sont-elles pointées ? C’est grâce à des informations de ce genre que les Américains sont à même de dire si les seigneurs de guerre de Pékin ont des fusées braquées sur New York, Los Angeles ou d’autres villes. Ils leur faut tenir compte de l’angle d’inclinaison et de la rotation de la Terre pour pouvoir déterminer à quelques kilomètres près la cible assignée aux missiles intercontinentaux. Savoir ce que fabriquent les Russes, les Polonais, les Chinois et les Tchèques intéresse beaucoup plus les Américains que de chercher à savoir s’il y a un trou dans la Terre.

On peut donc tenir pour établi que, à moins de conditions et de circonstances très particulières, on ne photographiera jamais ces excavations. Quant à se figurer qu’en regardant par un bout on pourrait voir le trou opposé comme s’il s’agissait d’un tunnel rectiligne, c’est une idée complètement aberrante. On ne pourrait pas. Imaginez un tunnel ferroviaire rectiligne, droit comme un fil. Vous regardez à un bout, Si vous faites très attention, mais vraiment très attention, il est possible que vous voyiez un petit point de lumière à l’autre extrémité. Et votre tunnel fait peut-être quinze cent mètres à peine. Mais si vous regardez à travers un trou s’ouvrant dans la Terre, le trou d’en face sera à une distance de quelques 12 800 kilomètres. C’est-à-dire que ce tunnel-là serait si long que vous ne verriez pas la lumière de l’autre côté. Et il n’y a pas que cela. Même si vous aviez une vue perçante au point de pouvoir distinguer un petit trou à l’autre bout, vous ne verriez quand même que les ténèbres pour la bonne raison qu’il n’y aurait pas de lumière réfléchie sauf si le soleil est juste en face de vous.

Si vous niez la POSSIBILITÉ que la Terre soit creuse, vous ne salez pas mieux que ceux qui croient qu’elle est plate ! … Toujours est-il que si vous n’êtes pas certain de quelque chose, pourquoi ne pas garder l’esprit ouvert pour ne pas être pris de court le jour où la preuve vous sera administrée ?

Encore une chose qu’il convient de considérer : les gouvernements du monde – ou, plutôt, les gouvernements des super-puissances – font des efforts titanesques pour étouffer tout ce qui a trait aux ovnis. Pourquoi ? Des millions de gens en ont vu. Pas plus tard qu’hier, je lisais dans un périodique que les statistiques prouvent que 15 millions d’Américains en ont vu. Si 15 millions de personnes dans un seul pays ont vu des O.V.N.I., c’est forcément qu’il existe quelque chose comme des O.V.N.I. L’Argentine, le Chili et quelques autres pays sensés admettent l’existence des O.V.N.I. Cela ne signifie pas obligatoirement qu’ils savent ce que sont les O.V.N.I. ou pourquoi  il y en a, mais ils reconnaissent que les O.V.N.I. existent, et c’est déjà un grand pas en avant.

Les gouvernements font le silence et dissimulent la vérité sur les O.V.N.I. Alors, supposons que le gouvernement américain, par exemple, possède des photographies d’O.V.N.I. arrivant sur Terre ou en repartant, supposons qu’il ait la preuve irréfutable que la Terre est creuse et qu’elle abrite une haute civilisation. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que les gouvernements essaieraient de cacher la vérité, sinon ce serait l’affolement, les gens pilleraient, se suicideraient et feraient toutes les choses singulières que font les humains sous l’empire de la panique. Rappelons-nous seulement que l’émission de télévision d’Orson Welles, il y a quelques années – La Guerre des Mondes – a provoqué une panique chez les Américains malgré les exhortations des présentateurs qui leur disaient que ce n’était qu’une dramatique.

Bon… Les gouvernements cachent la vérité parce qu’ils redoutent que la panique ne s’empare des populations. Mais peut-être seront-ils obligés dans un avenir assez proche de s’incliner devant elle, de reconnaître que la Terre est creuse, qu’elle abrite dans ses profondeurs une race supérieurement intelligente et qu’une certaine catégorie d’objets volants non identifiés vient de ses entrailles. Une catégorie d’O.V.N.I. vient de l’« espace extérieur », une autre de l’« espace intérieur », autrement dit de l’intérieur de la Terre.

Mais peut-être allez-vous dire : « Je maintiens que ce type est fou parce qu’il n’y aurait pas assez de place à l’intérieur de la Terre pour qu’il y ait une civilisation. » 
Eh bien, mon cher monsieur – ou ma chère madame, selon le cas -, cela signifie que vous étiez cancre à l’école. Examinons donc quelques chiffres. Je ne vais pas citer les chiffres précis sinon quelqu’un s’écriera sans aucun doute : « Oh ! Regardez ! Voilà la preuve que nous avons affaire à un imposteur. Le diamètre de la Terre a 15 centimètres de plus en réalité ! » Eh oui, bien-aimé lecteur, les gens disent et écrivent des choses dans ce genre et ils se croient très malins. Néanmoins, voyons quelques chiffres approximatifs.

Le diamètre de la Terre est, en gros, de 12 680 Km. Admettons (puisqu’il faut tout de même donner des chiffres, n’est-ce pas ?) que l’épaisseur de l’écorce terrestre de ce côté de la Terre et celle du « sol » de la Terre intérieure fassent 1300 Km. Multiplions par deux : nous obtenons 2600 Km. Si nous retranchons ces 2600 Km  de 12 680 Km, cela nous donne 10 080 Km et nous pouvons considérer que c’est grossièrement le diamètre de la Terre à l’intérieur de la Terre [le diamètre de l’espace vide à l’intérieur de la Terre].

Autrement dit, le monde intérieure est (toujours de façon approximative) 2,9 fois plus grand que la Lune et si l’on pouvait fourrer la Lune dans la Terre, la malheureuse balloterait comme le pois chiche dans le sifflet de l’arbitre. Rappelons-nous que le diamètre de la Lune est de l’ordre de 3 450 Km et que nous avons évalué celui de la Terre intérieure à 10 080 Km. Maintenant, à vous de faire un peu d’arithmétique pour changer.

Ce n’est pas encore tout. Seul un huitième de la surface du globe est de la terre ferme. Les 7/8e  sont de l’eau : mers, océans, lacs et tutti quanti. Il est donc tout à fait vraisemblable que le monde intérieur comporte davantage de terre ferme et, dans ce cas, il pourrait avoir une population plus nombreuse. À moins que ces gens-là ne prennent régulièrement la pilule et recherchent la qualité de l’espèce de préférence à la quantité.

Tout cela, j’y crois, j’y crois depuis des années et j’ai étudié ce problème avec la plus grande attention. J’ai lu tout ce que j’ai pu trouver là-dessus et si vous en faites autant, vous arriverez obligatoirement à la même conclusion que moi, à savoir qu’il y a un autre monde à l’intérieur de notre Terre, qu’il a 2,9 fois la taille de la Lune et qu’il est habité par une race très intelligente.

Encore une chose qui ne manque pas d’intérêt. Pensez à tous les explorateurs qui sont allés « au pôle » : pas un seul d’entre eux n’a apporté la PREUVE qu’il y était allé. Songez à l’amiral Peary, songez à Wilkinson, à Amundsen, à Shackleton, à Scott, etc. Tous ces hommes qui, théoriquement, ont atteint cette région, y sont allés en bateau, à pied ou par la voie des airs et aucun n’a jamais vraiment prouvé et démontré qu’il était parvenu au pôle proprement dit. Je crois que c’était impossible parce que le « pôle » est une zone située quelque part dans l’espace au-dessus de la surface et il est acquis que son emplacement subit d’importantes variations.

J’en ai fini. Si cette question vous intéresse, inutile de m’écrire car j’ai dit tout ce que j’avais à dire là-dessus. Certes, je sais beaucoup d’autres choses, bien plus que ce qui précède. Alors, un conseil : rendez-vous au trot dans une bonne librairie et ACHETEZ quelques ouvrages traitant de la théorie de la Terre creuse…

Extrait de Crépuscule, de Lobsang Rampa
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s