Pirater une voix n’est plus de l’ordre de la science-fiction. Un simple enregistrement d’une minute suffit désormais pour copier la voix de n’importe quel individu et de s’en servir à volonté. Présidents et célébrités comme personnes lambdas ne sont donc pas à l’abri d’être victimes de fausses déclarations. La technologie soulève un grand nombre de questions d’ordre éthique et légal.

 

S’ils peuvent être à l’origine de canulars hilarants, les logiciels permettant de recréer les voixde personnes existantes peuvent aussi représenter un risque majeur pour les individus. Imaginez par exemple qu’une personne mal-intentionnée se serve de votre voix pour produire un faux témoignage. Comment prouveriez-vous votre innocence ?

Pirater votre voix en une minute chrono

C’est la question que s’est posée Lyrebird. Cette entreprise canadienne a en effet donné naissance à une technologie capable de pirater la voix de n’importe qui sur la base d’un enregistrement d’une minute seulement. Autrement dit dès aujourd’hui, une simple conversation téléphonique suffirait à un pirate pour créer de faux documents audio.

Pour prouver son efficacité, Lyrebird a mis en ligne plusieurs fichiers sur Soundcloud, dans lesquels on peut notamment entendre Barrack Obama, Donald Trump et Hillary Clinton discuter au cours d’une conversation montée de toutes pièces. Selon la société, le logiciel est même capable de reproduire certaines émotions telles que la colère ou la joie. Fascinant et terrifiant.

 

La prouesse est impressionnante, et ce genre de piratage éclair n’est pas sans rappeler celui de d’Alexandre Korznikov, qui permettait de pirater un compte Windows dans des délais similaires. Pour Lyrebird, cependant, il ne s’agit pas de faciliter la tâche à de potentiels pirates. Au contraire, on peut lire sur son site officiel :

En révélant l’existence de cette technologie et en la rendant disponible, nous souhaitons conjurer l’apparition de tels risques. Nous espérons que le public prendra conscience qu’imiter une voix est devenu possible et que cela doit relativiser à l’avenir la valeur de preuve accordée aux enregistrements audio.

 

La vocation de Lyrebird est donc avant tout de prévenir le public de l’émergence de ce genre de détournements. Dans un futur très proche, le témoignage audio n’aura peut-être plus la même puissance et utilité qu’aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités