La banquise arctique a atteint son quatrième point le plus bas en 2015, la ligne jaune représentant la moyenne de son étendue sur les années 1981-2010... Plus elle fond, plus le niveau des mers monte.

La banquise arctique a atteint son quatrième point le plus bas en 2015, la ligne jaune représentant la moyenne de son étendue sur les années 1981-2010… Plus elle fond, plus le niveau des mers monte.

 

La fonte des glaciers et de la banquise fait monter le niveau des océans, qui a une influence sur la rotation de la Terre. Ou comment le réchauffement climatique va rallonger les journées terrestres. Un petit peu.

La fonte des glaciers et de la banquise fait monter le niveau des océans. Le message a été répété un nombre incalculable de fois lors de la COP 21 à Paris, afin de mettre en garde contre les conséquences dramatiques sur les zones côtières et les îles… Mais un autre effet est imputable à la montée des eaux: elle ralentit la rotation de la Terre et rallonge les journées.  

L’impact se chiffre en millisecondes par siècle. Il semble imperceptible, certes. Mais il est suffisant pour fausser certains calculs astronomiques. L’hypothèse, émise en 2002, a été vérifiée et amendée par une équipe de chercheurs qui publie ses résultats dans Science Advances. 

 

Walter Munk et son énigme

« Si vous faites fondre les calottes glaciaires ou les glaciers, ce qui se produit à proximité des pôles, et que toute cette masse se déplace des pôles vers l’équateur, ce mouvement est comparable à celui d’un surfeur qui utilise un bras pour ralentir sa vitesse », décrit un des auteurs, Jerry Mitrovica, professeur de géophysique à l’University d’Harvard, au Washington Post. Ce déplacement va « ralentir la rotation de la Terre » et, puisqu’il n’est « pas tout à fait symétrique ni également réparti », il peut aussi affecter son axe de rotation. 

L’océanographe Walter Munk avait tenté de calculer cet effet dans un article publié en 2002 dans Proceedings of the National Academy of Sciences, mais n’avait pas réussi à prouver sa théorie. Un décalage s’insinuait entre son évaluation de la montée des eaux au XXe siècle et celle du ralentissement de la rotation de la Terre. Or la clé de cette « énigme de Munk » pourrait avoir été trouvée. Non seulement le scientifique avait surévalué la montée des eaux passée, mais il avait oublié des complices. 

La montée des eaux n’est pas la seule coupable

« L’attraction gravitationnelle de la Lune contribue également » à ce léger freinage, note Mathieu Dumberry, professeur de physique à l’Université d’Alberta et coauteur de l’étude. « Mais la combinaison de ces effets ne suffit encore pas: le rôle du noyau terrestre doit être pris en compte. Or depuis 3000 ans, le coeur de la Terre a légèrement accéléré [vers l’est, NDLR] tandis que le manteau sur lequel nous nous trouvons a légèrement ralenti sa rotation [vers l’ouest, NDLR]. » Ces modifications influent sur le champ magnétique de la planète, mais aussi sur la durée de nos journées.  

D’après les calculs présentés dans Science Advances, ces effets cumulés devraient ajouter 1,7 millisecondes à chaque jour terrestre d’ici la fin du XXIe siècle. Une poussière pour l’homme mais une poussière mesurable qui s’ajoute aux multiples études scientifiques sur le changement climatique et ses ramifications, note le Washington Post. « Ces effets semblent minuscules mais ce sont eux qui recèlent les changements les plus importants du système terrestre », estime Jarry Mitrovica.  

 

Soyons heureux

Tout ce qui a trait à l’avenir n’est pas toujours déprimant, certaines annonces sont tout ce qu’il y a de plus inoffensives, même les plus étonnantes. Une des conséquences du réchauffement planétaire sera le ralentissement de la rotation de la Terre ! Rassurez-vous, pas d’apocalypse en vue, les jours vont uniquement devenir un peu plus longs.

La raison de ce phénomène est on ne peut plus logique, les calottes glaciaires fondent, la rotation de la Terre ralentit et les jours se rallongent, telle est la conclusion d’une étude de Harvard. En effet, la fonte des glacier affecte deux facteurs, à la fois la vitesse de rotation et également l’inclinaison axiale de la Terre.

Toute l’eau auparavant congelée est redistribuée sur le globe et fuit les pôles pour se retrouver vers l’équateur. Notre planète prend du bidon ! Cette circonférence plus importante va petit à petit la freiner. Une milliseconde supplémentaire de jour a été ainsi gagnée au cours du dernier siècle, et les experts estiment le gain à cinq millisecondes en 2100.

Si pour vous chaque minute compte, soyez heureux. Le reste du monde ne s’en rendra simplement pas compte et au pire des cas, nous dispositions de solutions pour redresser le tir. Pas en modifiant la planète ou son axe, bien sur, mais les scientifiques peuvent ajouter des secondes de plus aux horloges atomiques afin de re-synchroniser tout ce beau monde.

La rotation de la Terre

C’est l’astronome Edmond Halley qui s’aperçut le premier, au XVII e siècle, que la Terre tournait de moins en moins vite.

La Terre, comme une toupie, tourne de moins en moins vite sur elle-même. Elle boucle son tour aujourd’hui en 24 h mais il ne lui en fallait que 22 il y a 400 millions d’années.

Ce ralentissement aboutira t-il à l’arrêt complet ?

Effets de la rotation

Notre planète n’est pas rigide. Que ce soit le manteau, en interne, ou les océans en externe, ils sont relativement malléables.

La Lune déforme à distance notre globe. Les premiers touchés sont les océans. Lorsque la Lune passe au dessus d’une région, l’eau monte, formant une sorte de bourrelet : c’est la marée haute.
Lorsqu’elle s’en éloigne, l’eau redescend.

Terre

La Terre vue par Appolo 17

Selon les fonds, ces différences de niveau peuvent aller de quelques centimètres à une dizaine de mètres.

Le manteau et la croûte sont, eux aussi, soumis à des « marées terrestres ». Ainsi, la France monte et descend chaque jour de 30 à 40 cm.

Ralentissement de la rotation

La grande responsable de ce ralentissement est la Lune. Elle avance moins vite que la Terre. La Lune effectue une rotation sur son axe en 27,3216 jours, ce qui est la durée de sa période orbitale, c’est pourquoi la Lune présente toujours la même face à la Terre.

Pendant très longtemps, le frottement dû aux forces de marée, à l’intérieur du système Terre-Lune, a ralenti la rotation de la Lune. La rotation terrestre a également ralenti. Des anneaux de croissance, dans le corail fossilisé, indiquent que la période des marées était différente il y a 360 millions d’années, et donc que la période orbitale de la Lune devait également être différente.

Emporté par son élan, le bourrelet des marées à tendance à devancer la Lune au lieu d’être parfaitement aligné sur sa trajectoire.
Le satellite tire donc en permanence ces masses d’eau en arrière, freinant la totalité du globe.

Pour être précis, la Terre ralentit de deux millisecondes par siècle. Donc, tous les 200 millions d’années environ, il lui faut une heure de plus pour boucler un tour complet.

De son côté, la Lune s’éloigne de notre planète au rythme de 3,7 centimètres par an.

Nous ne perdrons pas notre Lune. Son orbite va continuer à s’allonger, jusqu’à ce que la longueur d’un jour terrestre soit égale à un mois lunaire. Ceci se produira lorsqu’une journée durera 47 jours, et que le système Terre-Lune aura atteint une synchronisation stable.

Un arrêt complet ?

A force de perdre de la vitesse, la Terre finira t-elle par s’arrêter ?

Au rythme du ralentissement actuel, les marées auront dissipé toute l’énergie de rotation de notre planète dans 4,3 milliards d’années.
A ce moment là, la planète bleue présentera, du côté du soleil, une face carbonisée, et côté sombre, une face gelée.
La vie n’y sera plus possible.

Nous avons encore largement le temps. D’ailleurs, dans 4,3 milliards d’années, le Soleil sera en train de s’éteindre.

Et si subitement la rotation s’arrêterait!

Si jamais ,pour une raison quelconque ,la rotation  de la Terre s’arrêterait totalement,au bout d’un certain  temps,toutes les terres se regrouperaient à l’équateur;

 

Un jour ou l’autre, nous nous sommes tous déjà demandé ce qu’il pourrait bien se passer si instantanément, notre Terre s’arrêtait de tourner… Croyez-moi, personne n’a réellement envie de savoir !

Première réponse, nous serions tous instantanément morts, notre corps se voyant propulsé à plus de 1600 km/h en une fraction de seconde. Mais ceci est plutôt une bonne nouvelle, car nous éviterions de traverser toute une série de catastrophes bien pires, comme nous l’explique cette vidéo.

Voici en quelques points certains faits qui se produiraient si la Terre s’arrêtait de tourner de manière instantanée :

– Notre corps serait propulsé vers l’Est comme une masse d’os et de muscles à la vitesse de 465 mètres par seconde pour les personnes les plus proches de l’Équateur, et 368 mètres par seconde pour les personnes situées au-dessus du tropique du cancer. Les personnes proches de pôles survivraient… à première vue.

-Les personnes en avion survivraient les premières secondes, avant de périr dans les gigantesques orages qui feraient rage.

-La vitesse du vent serait plus élevée que celle d’une bombe atomique, et provoquerait des incendies instantanément tout autour du monde.

-Le vent provoquerait également une érosion hallucinante sur tout ce qui fait partie de la croûte terrestre.

-Les eaux s’élèveraient en de gigantesques tsunamis, et toute la carte du monde deviendrait obsolète, comme montré sur cette image.

continent unique

Le noyau terrestre au centre de la Terre perdrait toutes ses fonctions, et le champ magnétique terrestre s’arrêterait instantanément, laissant au Soleil le soin de tout détruire.

-En plus de cela, la moitié de la Terre serait constamment exposée au Soleil, provoquant des hausses extrêmes de températures.
L’autre moitié de la planète serait complètement gelée.

 

Publicités