En 2100, 75% des terriens pourraient être touchés par des vagues de chaleur mortelles

Une étude très alarmiste estime qu’en cas d’une absence de réduction drastique des émissions de GES, pas moins de 75% de l’humanité pourrait être victime de canicules terribles et meurtrières à la fin du siècle.

Vague de chaleur sur cette ville.

 

“Les vagues de chaleur meurtrières sont un phénomène très fréquent. Le fait que notre société ne s’inquiète pas davantage des dangers que cela implique m’échappe” a déclaré Camilo Mora, professeur à l’université de Hawaï à Manoa (États-Unis) et principal auteur de l’étude publiée dans la revue Nature Climate Change le 17 juin 2017.

Lors de la parution de cette étude il y a un an, l’accent avait été fortement mis dans les médias sur le fait qu’actuellement, 30% de la population mondiale est confronté à des vagues de chaleur potentiellement meurtrières durant 20 jours par an ou plus. Cependant, ces mêmes recherches indiquaient également – et cela n’avait pas beaucoup été relayé – qu’à l’horizon 2100, ce serait le cas de 75% des humains !

“La canicule qui a frappé l’Europe en 2003 a causé la mort d’environ 70 000 personnes, soit plus de 20 fois le nombre de personnes tuées dans les attentats du 11 septembre” a également indiqué Camilo Mora.

Ce genre de canicule est d’ailleurs bien plus fréquent que nous le pensons. Citons par exemple la canicule de Chicago en 1995 (700 morts) ou encore celle de Moscou en 2010 (plus de 10.000 décès). Beaucoup plus récemment, à l’été 2017, c’est une incroyable canicule qui s’était installée en Inde et au Pakistan avec un nouveau record de température établi à 53,5°C et des milliers de personnes décédées. Il faut également savoir que le nombre de périodes caniculaires ayant fait plus d’une centaine de morts dans ce pays a été multiplié par deux en un demi-siècle.

Ainsi, outre la montée des eaux qui a récemment été évaluée à 6 degrés dans une autre étude, les scientifiques prévoient aussi une augmentation de 5°C de la température moyenne à la surface du globe si les émissions de gaz à effet de serre ne baissent pas drastiquement et rapidement.

Actuellement, la canicule frappe le Québec et selon un article paru dans MétéoMédia le 7 juillet 2018, 54 personnes ont déjà perdu la vie.

Sources : National Geographic – RTL – CNews

 

 

 

 

Publicités

Astronomie:Gliese 710,l’étoile qui fonce vers notre système solaire

L’étoile Gliese 710 fonce vers notre Système solaire. Elle traversera le nuage d’Oort dans un peu plus d’un million d’années. Sa masse perturbera alors des milliers de comètes endormies, semant le trouble en les projetant dans toutes les directions. Un tel évènement ne s’est pas produit dans le voisinage du Soleil depuis des millions d’années. via […]

via Gliese 710, l’étoile qui fonce vers notre Système solaire (vidéo) — Etrange et Insolite — Groupe de Recherche Ufologique du Québec

Technologie:Un ingénieur de la NASA embauché pour travailler sur le projet Flying-Car Uber

L'illustration de l'artiste de la voiture volante Puffin, un véhicule concept développé par l'ingénieur de l'aérospatiale de la NASA Mark Moore. Uber a embauché Moore pour travailler sur l'initiative volante de voiture de la compagnie, connue sous le nom Uber Elevate. Crédit: NASA
L’illustration de l’artiste de la voiture volante Puffin, un véhicule concept développé par l’ingénieur de l’aérospatiale de la NASA Mark Moore. Uber a embauché Moore pour travailler sur l’initiative de recherche et développement   de voiture volante  de la compagnie, connue sous le nom Uber Elevate.
Crédit: NASA

 

Uber a engagé l’ingénieur de longue date  de la NASA ,Mark Moore, pour travailler sur le projet  de voitures volantes  de la compagnie du covoiturage, selon Bloomberg Technology.

Moore deviendra directeur de l’ ingénierie pour l’ aviation et contribuera à développer l’initiative Uber Elevate, qui envisage l’ aide de «taxis aériens» pour transporter les gens entre des «vertiports» situés à moins de 50 miles à 100 miles (80 à 100 kilomètres) l’un de l’autre, ce que Bloomberg Technology a rapporté lundi (6 février 2017).

Moore a passé les 30 dernières années à la NASA. Ses recherches sur le décollage et atterrissage vertical (VTOL) les bateaux – comme le électrique véhicule concept Puffin – a contribué à inspirer le cofondateur de Google Larry Page pour commencer deux compagnies de vol de voitures, Zee.aero et Kitty Hawk, d’après Bloomberg Technology .

On ne sera pas trop longtemps à attendre  avant  d’entrer dans le futur des  « Jetsons »  ,et tout ce  que de tels projets promettent, selon Moore: Il a dit à Bloomberg Technology qu’il s’attend de voir plusieurs nouveaux types de voitures volantes  différentes entrer  en ligne dans le prochain un à trois ans. Ces véhicules utiliseront des pilotes humains pour l’avenir prévisible, selon Moore .

 

 

 

Vie future:la rotation de la Terre ralentit et son axe change

La banquise arctique a atteint son quatrième point le plus bas en 2015, la ligne jaune représentant la moyenne de son étendue sur les années 1981-2010... Plus elle fond, plus le niveau des mers monte.
La banquise arctique a atteint son quatrième point le plus bas en 2015, la ligne jaune représentant la moyenne de son étendue sur les années 1981-2010… Plus elle fond, plus le niveau des mers monte.

 

La fonte des glaciers et de la banquise fait monter le niveau des océans, qui a une influence sur la rotation de la Terre. Ou comment le réchauffement climatique va rallonger les journées terrestres. Un petit peu.

La fonte des glaciers et de la banquise fait monter le niveau des océans. Le message a été répété un nombre incalculable de fois lors de la COP 21 à Paris, afin de mettre en garde contre les conséquences dramatiques sur les zones côtières et les îles… Mais un autre effet est imputable à la montée des eaux: elle ralentit la rotation de la Terre et rallonge les journées.  

L’impact se chiffre en millisecondes par siècle. Il semble imperceptible, certes. Mais il est suffisant pour fausser certains calculs astronomiques. L’hypothèse, émise en 2002, a été vérifiée et amendée par une équipe de chercheurs qui publie ses résultats dans Science Advances. 

 

Walter Munk et son énigme

« Si vous faites fondre les calottes glaciaires ou les glaciers, ce qui se produit à proximité des pôles, et que toute cette masse se déplace des pôles vers l’équateur, ce mouvement est comparable à celui d’un surfeur qui utilise un bras pour ralentir sa vitesse », décrit un des auteurs, Jerry Mitrovica, professeur de géophysique à l’University d’Harvard, au Washington Post. Ce déplacement va « ralentir la rotation de la Terre » et, puisqu’il n’est « pas tout à fait symétrique ni également réparti », il peut aussi affecter son axe de rotation. 

L’océanographe Walter Munk avait tenté de calculer cet effet dans un article publié en 2002 dans Proceedings of the National Academy of Sciences, mais n’avait pas réussi à prouver sa théorie. Un décalage s’insinuait entre son évaluation de la montée des eaux au XXe siècle et celle du ralentissement de la rotation de la Terre. Or la clé de cette « énigme de Munk » pourrait avoir été trouvée. Non seulement le scientifique avait surévalué la montée des eaux passée, mais il avait oublié des complices. 

La montée des eaux n’est pas la seule coupable

« L’attraction gravitationnelle de la Lune contribue également » à ce léger freinage, note Mathieu Dumberry, professeur de physique à l’Université d’Alberta et coauteur de l’étude. « Mais la combinaison de ces effets ne suffit encore pas: le rôle du noyau terrestre doit être pris en compte. Or depuis 3000 ans, le coeur de la Terre a légèrement accéléré [vers l’est, NDLR] tandis que le manteau sur lequel nous nous trouvons a légèrement ralenti sa rotation [vers l’ouest, NDLR]. » Ces modifications influent sur le champ magnétique de la planète, mais aussi sur la durée de nos journées.  

D’après les calculs présentés dans Science Advances, ces effets cumulés devraient ajouter 1,7 millisecondes à chaque jour terrestre d’ici la fin du XXIe siècle. Une poussière pour l’homme mais une poussière mesurable qui s’ajoute aux multiples études scientifiques sur le changement climatique et ses ramifications, note le Washington Post. « Ces effets semblent minuscules mais ce sont eux qui recèlent les changements les plus importants du système terrestre », estime Jarry Mitrovica.  

 

Soyons heureux

Tout ce qui a trait à l’avenir n’est pas toujours déprimant, certaines annonces sont tout ce qu’il y a de plus inoffensives, même les plus étonnantes. Une des conséquences du réchauffement planétaire sera le ralentissement de la rotation de la Terre ! Rassurez-vous, pas d’apocalypse en vue, les jours vont uniquement devenir un peu plus longs.