Les armes du Nouvel Ordre Mondial:les robots remplacent les humains sur les champs de bataille

De nouveaux types de robots-soldats seraient mis au point pour remplacer surtout...les fantassins,sur les champs de bataille.
De nouveaux types de robots-soldats seraient mis au point pour remplacer surtout…les fantassins,sur les champs de bataille.La Zone 51 serait mise à contribution.

 

WASHINGTON  – L’expérience de la guerre et de la séquestration  aurait amené une  nouvelle ère dans  l’Armée américaine qui  travaille à devenir « une force plus petite, plus meurtrière, facilement déployable et très agile», selon le général Robert Cone, lpenseur et le chef responsable  de la doctrine de commandement du service.

Mais combien plus petit peut devenir  une surprise.

Pendant que les  remarques  tombaient lors du Symposium de l’aviation de l’armée à Arlington, en Virginie, le 15 janvier 2014, Cone a  tranquillement largué une bombe. L’armée, dit-il, étudie la possibilité de réduire   la taille de l’équipe de combat d’une brigade d’environ 4000 soldats à 3000 au cours des années à venir, et de remplacer les soldats perdus avec des robots et des plates-formes sans pilote.

«J’ai des directives claires à  suivre :si vous pouviez  penser que les robots  peuvent  effectuer certaines tâches en termes de maniabilité, en fonction de l’avenir de la force, » a-t-il dit, ajoutant qu’il a aussi « des directives claires à repenser » la taille du nombre de neuf hommes…pour le  peloton d’infanterie.

Il a mentionné l’utilisation de véhicules terrestres sans pilote qui suivraient les  plates-formes pilotées, ce qui nécessiterait moins d’armure et de protection, réduisant ainsi le poids d’une équipe de combat de brigade.

Au cours des 12 dernières années de  guerre, « en fonction de la protection de la force , nous avons sacrifié beaucoup de choses», dit-il. « Je pense que nous avons également perdu beaucoup de létalité. » Et l’armée veut  plus  de  maniabilité, de puissance de feu et  de déploiement.

L’armée est déjà sur la voie de réduire de 540 000 soldats à environ 490 000 d’ici la fin de 2015, et verrra probablement glisser ses forces  en dessous des  420 000 en 2019, selon les rapports.

Cone a déclaré que son personnel est en train de mettre sur pied un comité consultatif pour examiner ces questions, y compris aligner  une brigade plus  petite en nombre de soldats.

« Vous ne pensez pas  que 3000 personnes  sont  probablement probablement  suffisantes pour se débrouiller» avec les capacités technologiques accrues actuellement , a-t-il  demandé.

Il est difficile de voir un tel changement radical de la composition de l’équipe de combat de brigage comme autre chose qu’un mouvement du budget, porté sur la nécessité de réduire les coûts de personnel qui se nourrissent de  près de la moitié du budget total du service militaire.

Cône a  utilisé la Marine comme un exemple de ce que l’armée essaie de faire.

« Quand vous voyez le succès, franchement, que la marine a eu en termes de réduction du nombre de personnes à bord des navires, y a-t-il des fonctions de la brigade que nous pourrions automatiser – robots seuls  ou en association habité / sans pilote – et réduire le nombre de personnes qui sont impliqués compte tenu du fait que les individus sont notre principal coût « , a-t-il dit.

Certaines des « idées Lumineuses »  de la pensée de Cône ont  été reprises  par le lieutenant-général Keith Walker dans une interview le 6 janvier 2014   ,dans le magazine   Défense News.

Dans ce que  Walker a appelé «l’avenir profond » – sur le cadre de la période de 2030-2040  – il a dit que « nous devons changer fondamentalement la nature de la force, et cela  exigerait une percée dans la science et de la technologie. »

Bien que Walker, commandant des capacités de l’Armée US au « Integration Center », qui surveille les changements  de la modernisation de l’armée ainsi que les applications  de la  doctrine de Cône, n’a pas parlé de remplacer les soldats avec des robots, il a dit l’armée veut revoir son  ratio « dent-queue  » (dans le langage de l’état-major US : le ratio « Toot-tail »), ou le  ratio du nombre de soldats qui remplissent des fonctions de soutient  par rapport à ceux qui tirent réellement les ficelles.

«En ce moment notre équipe est à peu près deux tiers « dent » et un tiers « queue », de sorte que nous réduisons la taille de l’armée, vous pouvez finir par réduire d’un tiers la dent et deux tiers queue, mais demandez-vous  si vous pouvez tenir sur un solide  point d’appui,un équilibre? C’est peut-être la moitié . Le point est que vous obtenez de garder plus dent, plus de gens qui conduisent en fait des opérations sur le terrain et diminuer la structure de support « .

L’armée est déjà dirige dans cette voie dans la structure de ses équipes de combat de brigade, annonçant l’an dernier qu’il a été l’ajout d’un troisième bataillon de manœuvre à chaque brigade, avec l’ingénierie et les  capacités nouvelles de luttes aux incendies. Il ajoute plus de punch à ses équipes de combat de brigade, tout en réduisant le nombre d’équipes qu’il a sur les  champs  de 45 à 33 d’ici la fin de l’exercice 2017, tandis que le transfert se fera  de certains de ces soldats pour les brigades existantes. 

La querre du futur est déjà commencée,car elle est déjà planifiée.

Issu de la technologie spatiale,un véhicule sans pilote est mis en service et développé à White Sands.
Issu de la technologie spatiale,un véhicule sans pilote est mis en service et développé à White Sands.

 

Sources:Military Times

 

 

 

 

Publicités

Alerte Fukushima: tous les thons rouges pêchés en Californie sont radioactifs

Tous les thons rouges  capturés dans la Californie sont radioactifs :

Une alerte vient d'être lancée
Une alerte vient d’être lancée aux USA.

Chaque thon rouge testé dans les eaux au large de la Californie a montré  des signes sérieux de  contamination  par le rayonnement qui provient de Fukushima .

Il y a plus d’un an et demi , en mai 2012, le Wall Street Journal a rapporté une étude de l’Université de Stanford . Daniel Madigan , un écologiste marin qui a dirigé l’étude , a  affirmé:   » Le thon  emmagasine le maximum de radiations  ( le rayonnement ) et l’apporte  à travers le plus grand océan du monde . Nous étions vraiment surpris de voir  cela dans son ensemble  et encore plus surpris de voir  le taux mesuré dans chacun des poissons   » .

Un autre membre du groupe d’étude , le biologiste marin Nicholas Fisher de l’Université Stony Brook , dans l’État de New York a déclaré ,  » Nous avons constaté qu’ absolument chacun  d’eux avait des concentrations comparables de césium 134 et le césium 137 . « 

C’était il y a plus d’un an . Les poissons qui ont été testés avait relativement peu d’exposition aux déchets radioactifs déversés dans l’océan suite à la fusion nucléaire  survenue à la centrale de Fukushima Daiichi, en Mars 2011. Depuis ce temps , le flux de contaminants radioactifs   rejetés (dumping ) dans l’océan s’est poursuivi sans relâche . Les poissons qui arrivent à ce stade vont  nager dans  des contaminants pour toute leur vie .

Lorsque le contact avec le césium radioactif se produit , ce qui est très peu probable , une personne peut éprouver des lésions cellulaires dues à un rayonnement des particules de césium . Pour cette raison, des effets tels que des nausées, des vomissements, la diarrhée et les saignements peuvent se produire. Lorsque l’exposition dure longtemps , les gens peuvent même perdre conscience. Le coma ou même la mort peuvent alors suivre. La gravité des effets dépend de la résistance des individus et la durée d’exposition et la concentration qu’une personne est exposée  .

Si vous voulez partager cet article , alors probablement quelques personnes de plus seront alerté de ce péril et seront sauvé.

PENDANT CE TEMPS AU JAPON,LE POISSON EST MAUDIT

Le marché du poisson au Japon,condamné à mort.
Le marché du poisson au Japon,condamné à mort.

L’accident dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, qui a fait suite au tremblement de terre et au tsunami qui lui a fait suite il y a deux ans, a eu une conséquence catastrophique sur l’intérêt que le monde entier porte à la cuisine de ce pays. Par peur de suites d’une éventuelle contamination radioactive, beaucoup de consommateurs se sont détournés de leur plaisir de consommer la cuisine japonaise. En Corée du Sud, toute importation de poisson et de produits de la mer provenant du Japon a été interdite. Cela a eu des conséquences graves, car le poisson n’est pas seulement un élément essentiel de l’art culinaire japonais, mais il représente aussi un des plus importants secteurs d’exportation du pays.

Jusqu’à la catastrophe de la centrale nucléaire, le Japon gérait une des plus importantes flottes de pêche au monde. Le pays représentait, selon les estimations du magazine Forbes, environ 15% de la pêche mondiale. Ce secteur a été fortement menacé par la catastrophe, même si, selon les observateurs, on note une timide reprise au vu de certains indicateurs. Etant donné que les consommateurs ont largement réfrené leur enthousiasme pour la cuisine japonaise par peur de la radioactivité, les pêcheurs sont obligés de vendre à perte une grande partie de leurs prises.

Yamashike Yosuke, professeur d’ingénierie de l’environnement à l’Université de Kyoto, fait remarquer que dans les environs de la centrale touchée par l’accident, on peut enregistrer sur le fond de la mer une importante contamination, avec une forte concentration en césium radioactif. Cette contamination est en grande partie due à la fuite de l’eau destinée au refroidissement du système hydraulique de la centrale. On a craint que cette radioactivité ne continue à se répandre dans l’Océan Pacifique. Il est possible que 5 préfectures soient touchées par la contamination. Ce facteur menace de nombreuses entreprises de pêche, qui capturent environ 40.000 tonnes de poisson par an.

Les compagnies de pêche de la préfecture de Fukushima sont donc maintenant obligées de contrôler l’éventuelle contamination de leurs prises. « Lors de chaque pêche, un échantillon est prélevé à des fins de tests », déclare un porte-parole du secteur. « Même la plus petite indication d’une possible irradiation est suffisante pour rejeter toute la pêche et la détruire. Mais jusqu’à présent, on n’a encore constaté aucune contamination. Le poisson japonais est sûr ». Il semble cependant difficile de convaincre le public que le poisson japonais est tout à fait sain, malgré les efforts des autorités pour affirmer que le problème est sous contrôle.

Aleksey Yaroshevsky, éditeur du magazine Russia Today, dit au contraire avoir constaté que dans le port de Soma, à quelques kilomètres du site nucléaire, chaque pêche effectuée dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale est automatiquement détruite à cause du danger d’irradiation. « Selon l’économe Hirokai Kurasaki, les pêcheurs concernés sont dédommagés pour leurs pertes par Tepco, exploitant de la centrale », ajoute-t-il. « Les pêcheurs ne sont donc pas tentés de faire de la publicité quant au problème. Certaines quantités de poisson seraient d’ailleurs proposées à la vente dans de petits magasins », pense Kurasaki.

✔ En juin 2012, la National Academy of Sciences a publié un rapport choquant qui révélait que des thons rouges avaient amenés des éléments radioactifs en Californie.

✔ Déjà en 2012, le Vancouver Sun rapportait que du césium-137, un isotope radioactif instable de césium, avait été retrouvé dans un pourcentage important du poisson que le Japon vend au Canada : dans 73% des maquereaux, 93% des thons et 92% des sardines. (Entre-temps, l’article a disparu du journal).

Vidéo: Sans lendemain

 

Un vidéo important à voir et comprendre,au moment ou le Québec aura un important choix de société à faire!

 

Sans lendemain,est un documentaire d’animation belge qui nous questionne sur notre façon de vivre. Avec des chiffres qui donnent froid dans le dos, ce film percutant remet nos actions en question alors que l’être humain exploite bien trop de ressources naturelles et d’énergies fossiles. Jusqu’où ira notre modèle de croissance ?