À Kinshasa, « des enfants des rues se font violer par de vieux messieurs »

Livrés à eux-mêmes, les enfants des rues de Kinshasa sont souvent à la merci de nombreux criminels, notamment des violeurs. Une situation que veut aujourd’hui dénoncer Rachel Mwanza, la jeune actrice congolaise du film « Rebelle », qui a elle-même été « abusée » à l’époque où elle tentait de survivre dans la capitale congolaise.

Vivre dans la rue, c’est le quotidien de plus de 20 000 enfants à Kinshasa. Hier encore,Rachel Mwanza, la jeune actrice congolaise révélée dans le film Rebelle, était parmi eux. Elle avait à peine 11 ans lorsque sa grand-mère la chassa de la maison, l’accusant d’être une « sorcière ». Ours d’argent de la meilleure actrice en 2012, elle n’a jamais oublié cet épisode de sa vie. Un « enfer », écrit-elle aujourd’hui dans un livre-témoignage cosigné avec Mbépongo Dédy Bilamba : Survivre pour voir ce jour.

 » À travers ma propre histoire, j’ai décidé de raconter dans un livre la vie des enfants des rues de Kinshasa. Parce que, trop souvent, les gens ne savent pas ce que c’est ‘vivre dans la rue' », explique-t-elle à Jeune Afrique. Des milliers de « shegués » [enfants des rues, dans le jargon kinois, NDRL] en errance dans la capitale congolaise sont souvent exposés à des « choses pas cool », notamment les violences sexuelles. « Des enfants de six ans, voire trois ans, se font violer par de vieux messieurs, de vieux voyous », dénonce Rachel Mwanza.

Rachel Mwanza ,une grande actrice en devenir.
Rachel Mwanza ,une grande actrice en devenir.

Au royaume des « prédateurs »

Avec sa jeune sœur, Rachel Mwanza elle aussi a été abusée lorsqu’elle vivait dehors. « Un soir de pluie, alors que nous sommes adossées contre un mur en train de grelotter, un homme nous propose de nous héberger, raconte-t-elle. Il a l’âge de mon grand-père, et nous avons si faim et froid que nous le suivons ». Une fois arrivées chez leur « hôte », celui-ci les viole…

À la nuit tombée, les enfants des rues deviennent ainsi les « proies » des divers « prédateurs » qui rôdent dans les rues de Kinshasa. Il peut s’agir de « phaseurs » (personnes sans domicile fixe, en argot), de kulunas (délinquants armés), voire de certains policiers véreux. Dans ce monde nocturne sans foi ni loi, certaines amies de Rachel Mwanza, âgées entre 12 et 15 ans, n’ont pas eu d’autre choix que de se livrer à la prostitution dans les allées désertes des petits marchés de la ville. Souvent, c’est Rachel qui jouait au guetteur. Sa mission : « Surveiller les alentours pendant que [son amie] est avec un homme et l’avertir si la police arrive. »

Sources:Jeune Afrique 

Publicités

Mouvement Mondial de Désobéissance Civile:des milliers de femmes africaines manifestent en Israël

 

Elles sont des dizaines de milliers à manifester.
Elles sont des dizaines de milliers à manifester.

Des milliers de femmes africaines accompagnées d’enfants ont manifesté mercredi à Tel-Aviv contre le refus des autorités israéliennes de leur accorder le statut de réfugié.

« Nous sommes des réfugiées », ont scandé les manifestantes, dont une partie portaient des enfants dans leurs bras ou dans des poussettes.

Brandissant des banderoles sur lesquelles était écrit: « Nous voulons la liberté » et « Stop au racisme », elles ont défilé devant le siège du Haut commissariat de l?ONU pour les réfugiés (HCR) puis l’ambassade des Etats-Unis.

« Nous ne sommes pas des criminels », a déclaré à l’AFP Zabib, une Érythréenne qui a refusé de donner son nom de famille.

« Nos enfants n’ont aucun papier d’identité et n’ont donc aucun droit. Nous ne disposons d’aucun soutien pour nous et nos enfants, nous sommes en situation de survie », a-t-elle ajouté.

La semaine dernière, des dizaines de milliers d’immigrés africains entrés illégalement en Israël ont manifesté à Tel-Aviv, puis à Jérusalem devant le Parlement israélien.

Ils dénoncent le refus des autorités d’examiner leurs demandes d’asile, ainsi que le placement en rétention de centaines d’entre eux.

Ils se sont heurtés à une fin de non-recevoir du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a prévenu que leurs manifestations ne « serviraient à rien ».

Selon une loi votée le 10 décembre, les immigrés clandestins peuvent être placés jusqu’à un an en centre de rétention sans procès.

Après le vote de la loi, un centre de détention a été ouvert dans le sud d’Israël. Il est ouvert durant la journée, mais ses occupants doivent pointer à trois reprises, et sont obligés d’y passer la nuit.

Les autorités israéliennes, qui estiment à quelque 52. 000 le nombre actuel de migrants clandestins, ont lancé en 2012 une campagne ayant abouti au départ ou à l’expulsion de 3. 920 d’entre eux.

La clôture électronique construite par Israël le long des 230 km de frontière avec l’Egypte a réduit pratiquement à néant le nombre d’entrées illégales à partir de la péninsule du Sinaï.

Source: Jeune Afrique

Nouvel Ordre Mondial: télévision et lavage de cerveaux

Lavage de cerveaux

À la télévision la désinformation massive, la météo, les résultats sportifs, le juste prix avec son public bien dressé qui rit, tape dans les mains sur commande, les émissions de télé-réalité avec son lot de dégénérés consanguins, des clips remplis de grosses voitures, de prostituées et de faux gangsters …

Dans la rue des troupeaux de consommateurs, lobotomisés par le petit écran, ils se pensent bien informés, ne veulent pas trop réfléchir, estiment vivre dans une démocratie puisqu’ils votent tous les cinq ans, à droite ou à gauche, selon le vent, et dont, les seules préoccupations sont la presse people, les grandes marques, les téléphones portables ou comment finir le mois …

La question qui est impossible d’éviter de se poser est :
dans la mesure où l’information que nous recevons est monolithique, formatée, décidée à notre place, dans quelle mesure pouvons-nous toujours prétendre être maîtres de nos opinions et de notre pensée ? Jusqu’à quel point la notion même de démocratie peut encore être pertinente si une partie si essentielle de notre liberté, à savoir la pensée, nous est ôtée ? En quoi sommes-nous encore sujets ou plutôt en quoi ne sommes-nous pas objets ? Jusqu’à quel point pouvons-nous affirmer avec certitude ne pas être ces machines de « Matrix » ou ces robots de « Terminator .

Découverte extraordinaire d’un dépôt d’or massif sur Google Earth

Un dépôt d'or très massif
Un dépôt d’or très massif

Une des meilleures images  transmises de Google Earth par mon ami Wayne Wells.Il  croit qu’il s’agit d’un dépôt en or massif ,très massif d’environ 200 mètres de long sur 60 mètres de large sur le flanc d’une falaise en Amérique du Sud.

Vous  vous demanderez surement pourquoi ce gisement d’or massif n’a pas été découvert avant.
Il  suppose que beaucoup d’avions auraient survolé cette région dans le passé.
Ils l’ont vu surement en le survolant  dans les   airs.Bien sur, ils n’auraient pas pu le voir  si il   était  enterré.
Il  croit que durant  les deux dernières années, ce « cliffface »,ce filon magnifique , a été touché par de fortes pluies  qui ont  lavé la saleté et  révéler ce gisement d’or massif juste sous la surface.
Découverte  surprenante et remarquable.

Ajoutons que vérifier des lieux sur Google Earth,est le passe-temps favori de mon ami Wayne!