Soledar et le point de non-retour des forces occidentales est atteint

La rupture du front à Soledar marque un tournant décisif dans la guerre qui se joue entre « l’Occident collectif » et le reste du monde emmené par la Russie pour l’occasion. Une question se pose : l’Occident collectif va-t-il franchir un palier dans son engagement en soutien à l’Ukraine ou bien accepter une porte de sortie ? Une question subsidiaire en découle : la co-belligérance sera-elle déclarée ou non ?

Sur le plan opérationnel, la rupture du front à Soledar marque un tournant considérable dans les opérations militaires. En effet, après des mois de guerre d’attrition méthodique, la percée tactique à Soledar place la Russie en position d’engager l’offensive décisive. À cet égard, la nomination du chef d’état-major de l’armée russe, le général Gerasimov, à la tête de l’opération et celle du général Sourovikine à la tête des opérations aériennes, alors que les réserves russes sont désormais prêtes au combat, laisse présager un changement d’ampleur de la stratégie militaire russe, et potentiellement, une victoire rapide de la Russie sur le terrain… bien avant que les chars lourds promis n’arrivent sur le front (et tant mieux pour eux).

Pour les États-Unis suivis de leurs toutous, il s’agissait jusqu’à présent d’alimenter le chaudron le plus longtemps possible en vue, pensaient-ils, d’essouffler la Russie, sans toutefois être déclarés co-belligérants. La bêtise de cette tactique a fait s’épuiser les ressources militaires des pays de l’OTAN sous les coups de l’artillerie et de l’aviation russe par un effet boomerang, de la même façon que les sanctions économiques contre la Russie se sont retournées contre leurs auteurs. De surcroît, compte tenu que l’armée ukrainienne a subie des pertes monstrueuses depuis le début, il faudrait de la chair à canon fraîche venue d’ailleurs, en l’occurrence des pays de l’OTAN. La Pologne semble montrer la voie.

Sur le plan géopolitique, les États-Unis ont enfin admis, par la voix de hauts responsables militaires et politiques, que cette guerre était existentielle pour eux, et de fait elle l’est puisqu’il s’agit de la dernière scène du dernier acte du changement de paradigme géopolitique débuté il y a quinze ans. L’effondrement des États-Unis en tant que super puissance mondiale s’accélère. Nous assistons à un mouvement de fond en vue de la dédollarisation de l’économie mondiale et au développement rapide des échanges économiques entre les pays du reste du monde (en dehors de l’Occident collectif). Les pays d’Afrique, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’Asie ont choisi leur camp. Mais au-delà des réalités de la situation, c’est peut-être l’aspect psychologique de ce changement de paradigme qui est le plus important. En effet, le sentiment de supériorité des dirigeants américains est fondé sur le mythe de l’exceptionnalisme américain qui fait qu’ils se sentent légitimes à donner des ordres au reste de la planète et à punir les pays qui refusent d’obéir. Baignés dans ce sentiment de supériorité qui aujourd’hui relève du fantasme plus que de la réalité de la situation, les neocons psychopathes qui sont aux commandes de l’Occident collectif jouent avec le feu (nucléaire). Il n’est même pas certain qu’ils aient bien évalué la puissance militaire russe.

Pour la Russie, il s’agit d’atteindre les objectifs géopolitiques de cette opération en évitant une escalade qui mènerait à une confrontation nucléaire. On marche sur des œufs. En fin stratège, Vladimir Poutine sait qu’il ne faut jamais acculer son adversaire mais toujours lui laisser une porte de sortie « honorable », tout en dessinant des lignes rouges pour le dissuader d’en faire trop (par exemple livrer des chars lourds à l’Ukraine, ce qui, sur le plan opérationnel ne changerait pas grand-chose, mais qui pourrait être considéré comme un acte de co-belligérance et permettrait à la Russie de frapper directement des cibles en territoire américain).

Voilà à peu près où nous en sommes actuellement. Cette partie qui se joue en ce moment est le point clé du changement de paradigme géopolitique. La Russie va vraisemblablement lancer son offensive décisive bientôt. Quelle sera la réaction des psychopathes ?

Pour ma part, j’imagine trois scénarios :

• Les psychopathes pourraient être ramenés les pieds sur terre, ou au minimum neutralisés, par des généraux de haut rang du Pentagone qui ont une vision suffisamment claire de la situation. J’estime que la probabilité de ce scénario est assez faible, mais on ne sait jamais.

• Des révolutions de palais ou des révolutions populaires pourraient avoir lieu dans les pays de l’Occident collectif et renverser les psychopathes, tant la situation économique de nos pays se dégrade à grande vitesse. Il m’est difficile d’évaluer la probabilité de ce scénario.

• Les psychopathes pourraient être ramenés les pieds sur terre par effet de sidération, comme pétrifiés. Si la Russie décrète que la ligne rouge a été franchie, elle pourrait envoyer par le fond les plus prestigieux des porte-avions américains à l’aide d’une bordée de missiles hypersoniques. En effet, les porte-avions américains constituent l’emblème absolu de la puissance militaire américaine. Des films tels que le Nimitz ou Top Gun l’illustrent très bien. Ce scénario me semble plus probable que les deux premiers.

Je n’envisage pas le scénario d’une montée aux extrêmes nucléaire, mais…

Qui vivra verra. Espérons que nous verrons.


EN COMPLÉMENTAIRE

Le chef de l’état-major interarmées US vient d’admettre que Kiev ne peut pas vaincre la Russie

Chairman of the Joint Chiefs of Staff Gen. Mark Milley speaks during a Senate Armed Services Committee hearing on the conclusion of military operations in Afghanistan and plans for future counterterrorism operations, Tuesday, Sept. 28, 2021, on Capitol Hill in Washington. (AP Photo/Patrick Semansky, Pool)

Le général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées, est le plus haut responsable militaire des États-Unis et ne peut raisonnablement pas être accusé d’être un « propagandiste russe » , compte tenu de son rôle de premier plan dans l’orchestration de la guerre par procuration de l’OTAN contre ce pays par le biais de l’Ukraine. Au contraire, il est l’une des figures anti-russes les plus dures depuis la Seconde Guerre mondiale en raison de ce qu’il fait aujourd’hui, et c’est pourquoi sa dernière prédiction sur le conflit ukrainien devrait faire l’objet d’une réflexion approfondie de la part de tous les Occidentaux.

Milley a conforté les propos tenus par le premier ministre, le président et le chef d’état-major des forces armées polonais au cours de la semaine écoulée en déclarant publiquement vendredi que « D’un point de vue militaire, je maintiens qu’à partir de cette année, il sera très, très difficile d’éjecter militairement les forces russes de chaque pouce de l’Ukraine occupée par la Russie. » Voici la vidéo de ses remarques partagée par The Guardian pour les sceptiques qui douteraient que le plus haut responsable militaire des États-Unis ait vraiment dit cela.

Ce que cela signifie, c’est que les quelque 100 milliards de dollars que les États-Unis ont déjà donnés à Kiev pour combattre la Russie en son nom n’ont manifestement pas suffi pour gagner. Le milliard doré occidental dirigé par les États-Unis est donc véritablement à un « point de basculement » , comme l’affirmait CNN en début de semaine, où il devra soit augmenter indéfiniment le financement de l’Ukraine, à hauteur de centaines de milliards de dollars supplémentaires, soit accepter le fait accompli imminent de la victoire de la Russie.

Pour ajouter l’insulte à la blessure que les responsables militaires polonais et maintenant même américains viennent d’infliger au « récit officiel » antérieur sur cette guerre par procuration censée tendre vers une  « inévitable victoire ukrainienne  » , un haut responsable américain anonyme a déclaré aux médias que Kiev gaspillait de précieuses ressources en continuant à se battre pour Artymovsk/Bakhmut. Ce conseil est intervenu une semaine après que la Russie a officiellement confirmé la libération de Soledar, dont l’évolution a obligé le « récit officiel » à changer radicalement [Sauf sur les chaîne francophones comme Euronews, TF1, Fr2, LCI etc. pour lesquels l’Ukraine triomphe : il y aurait eu 180.000 morts russes pour 100.000 morts ukrainiennes !!] .

Dans ce qui n’est manifestement pas une coïncidence, Der Spiegel rapportait, le même jour que la déclaration des hauts fonctionnaires américains anonymes susmentionnés et celle de Milley, que l’agence de renseignement allemande avait précédemment informé les législateurs que Kiev perdait « un nombre à trois chiffres de soldats » chaque jour autour d’Artyomovsk. Pris ensemble, ces trois événements narratifs, plus les trois autres initiés par le premier ministre, le président et le chef d’état-major des forces armées polonais, préparent le public à la défaite de Kiev.

Cela ne signifie pas que le mandataire anti-russe du milliard doré va bientôt s’effondrer, et encore moins que les forces de son adversaire vont balayer l’ensemble de cette ancienne république soviétique en ruine dans un avenir proche, mais simplement que la défaite de Kiev semble désormais inévitable en l’absence d’une évolution qui change la donne. À tout le moins, les États-Unis, la Pologne et l’Allemagne s’attendent à de nouveaux revers dans la bataille du Donbass, ce qui explique pourquoi leurs responsables (nommés ou non) viennent de modifier de manière décisive le « récit officiel« .

Cette dynamique militaro-stratégique tardivement reconnue, qui était évidente depuis un certain temps déjà mais qui est devenue indéniable après la libération de Soledar la semaine dernière, contribue également à expliquer la réticence de Berlin à approuver la demande de ses partenaires européens d’envoyer en Ukraine les chars Leopard fournis par l’Allemagne. En d’autres termes, le leader de facto de l’UE ne veut pas parier sur un cheval perdant et se retrouver dans l’embarras si les forces russes commencent à partager des images d’elles détruisant ces armements surfaits.

L’Allemagne pourrait encore capituler devant la pression sans précédent exercée par le milliard doré pour qu’elle revienne sur sa décision, mais elle tient bon pour le moment, du moins en grande partie grâce à ces calculs prudents. Milley ayant déclaré publiquement qu’il ne s’attendait pas à ce que Kiev vainque la Russie cette année, le chancelier Olaf Scholz et son nouveau ministre de la défense Boris Pistorius n’ont aucune raison de faire marche arrière, ce qui pourrait accélérer le calendrier de la victoire apparemment inévitable de la Russie.

Prédiction de la nouvelle carte de l’Ukraine…si la tendance se maintient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


DEUXIÈME COMPLÉMENTAIRE

Le général allemand Kujat avertit que la guerre en Ukraine est perdue

Relance l’accusation de coup de poignard dans le dos contre les États-Unis et l’OTAN pour « avoir exposé l’Allemagne à la Russie ».
Un nouveau général allemand a émis un avertissement public que la guerre sur le champ de bataille ukrainien par les armées américaines et de l’OTAN est perdue, et que l’Allemagne sera ensuite perdue si l’avancée des forces russes vers Kiev et Lvov n’est pas stoppée rapidement par un armistice, une partition et la démilitarisation de l’Ukraine, et le temps de reconstruire l’armée allemande.
le général Harald Kujat

 

 

 

 

 

 

 

 

Le général de division à la retraite Harald Kujat — fils d’un soldat de la Wehrmacht tué au combat par l’Armée rouge qui a grandi pour devenir chef de l’armée allemande puis de l’état-major militaire de l’OTAN — est l’auteur d’un bilan militaire dans lequel il accuse la presse allemande, l’ex  chancelière Angela Merkel, l’ex premier ministre britannique Boris Johnson ( image principale, centre droit ) et d’autres alliés de l’OTAN qu’il ne nomme pas d’êtrevune nouvelle version allemande du coup de poignard dans le dos ( image principale, gauche) .

Dans ce plan, selon Kujat, les alliés de l’OTAN ont cherché à saboter la puissance de l’Allemagne en Europe. Cela se fait, a-t-il dit, en augmentant le « risque d’une attaque conventionnelle contre l’Allemagne » et en « poursuivant l’objectif d’exposer l’Allemagne à la Russie en particulier ». Sans viser explicitement les États-Unis, Kujat accuse Washington d’avoir créé une menace nucléaire directe contre la Russie par les batteries de missiles Aegis désormais installées en Pologne et en Roumanie ; pour avoir fait de l’Allemagne une partie directe à la guerre en Ukraine en permettant « aux États-Unis [de] former des soldats ukrainiens en Allemagne » ; et pour avoir détruit les gazoducs Nord Stream vers l’Allemagne.

L’évaluation de Kujat a été publiée en Suisse le 18 janvier ; La publication allemande a suivi le 20 janvier . Attaquée dans le passé par les grands médias allemands et par des représentants du gouvernement américain, la nouvelle déclaration de Kujat a été ignorée en Allemagne et aux États-Unis.

« Plus la guerre dure, plus le risque d’expansion ou d’escalade est grand« , a averti Kujat, ajoutant que l’armée allemande, la sécurité territoriale allemande et la puissance industrielle allemande seront les perdants car « la Russie pourrait dépasser l’escalade occidentale à tout moment avec ses armes. » Kujat voulait dire que cela incluait l’utilisation d’armes nucléaires.

Kujat est l’officier allemand le plus haut gradé à avoir rendu publique une attaque contre la guerre menée par l’Allemagne et les alliés pour vaincre la Russie en Europe.

Il succède au vice-amiral Kay-Achim Schönbach, chef de la marine allemande, qui a été contraint de démissionner en janvier 2022 , après un discours public dans lequel il a déclaré que « la péninsule de Crimée est partie : elle ne reviendra jamais — c’est un fait ». ”; et que les préoccupations russes en matière de sécurité doivent être traitées avec « respect ». « Ce que [Poutine] veut vraiment, c’est le respect. Et, mon Dieu, donner du respect à quelqu’un coûte peu, voire pas de coût. … Il est facile de lui accorder le respect qu’il exige vraiment – ​​et qu’il mérite probablement aussi. »

Après l’éviction de Schönbach, aucun officier allemand en service n’a osé risquer la critique publique de la politique de guerre en Allemagne. Au lieu de cela, ils s’expriment par l’intermédiaire d’officiers à la retraite. Le général de brigade Erich Vad, l’ancien chef du groupe militaire de la chancellerie de Merkel, a lancé une attaque détaillée au début du mois ; lire les détails ici .

Left to right: Vice Admiral Kay-Achim Schönbach, Brigadier General Erich Vad, and Major General Kujat.

Se référant à la résistance du chancelier Olaf Scholz ( image principale, à droite à droite ) à l’envoi de chars Leopard allemands en Ukraine, Kujat déclare que « le débat sur la fourniture de certains systèmes d’armes montre clairement l’intention de nombreux médias de faire eux-mêmes la politique. Il se peut que mon malaise face à cette évolution soit la conséquence de mes nombreuses années de service au sein de l’OTAN, notamment en tant que président du Conseil OTAN-Russie et de la Commission des chefs d’état-major OTAN-Ukraine. Je trouve particulièrement ennuyeux que les intérêts de sécurité allemands et les dangers pour notre pays posés par une expansion et une escalade de la guerre reçoivent si peu d’attention. Cela montre un manque de responsabilité ou, pour utiliser un terme démodé, une attitude hautement antipatriotique. »

Kujat affirme « avoir toujours cru que cette guerre devait être empêchée et qu’elle aurait pu l’être ». Que cela n’a pas été le résultat qu’il reproche à Merkel pour sa politique de tromper la Russie, qualifiant cela « d’abus de confiance flagrant » et « de violation du droit international, c’est clair« .

Le tournant dans l’équilibre des forces de sécurité russo-allemand a commencé à Washington en 2002, dit Kujat, lorsque le président américain George W. Bush a annulé le traité sur les missiles anti-balistiques (ABM), puis en 2008 lorsque Bush « a tenté de faire passer une invitation de l’Ukraine et de la Géorgie à rejoindre l’OTAN « . La décision de l’administration Obama en 2009 de déployer « le système de défense antimissile balistique de l’OTAN en Pologne et en Roumanie » était une nouvelle escalade « parce que la Russie est convaincue que les États-Unis pourraient également éliminer les systèmes stratégiques intercontinentaux russes par ces installations de lancement et ainsi mettre en danger l’équilibre stratégique nucléaire. 

La survie de l’Allemagne est menacée par ce déséquilibre nucléaire, selon Kujat, car les armes nucléaires russes sont désormais directement menacées par les États-Unis, et par l’escalade des armes conventionnelles américaines et de l’OTAN sur le champ de bataille ukrainien. « Il faut compter avec ça. Plus la guerre dure, plus le risque d’expansion ou d’escalade est grand. [ Question : Nous avons déjà eu cela lors de la crise des missiles de Cuba ? ] C’était une situation comparable.

Comme Vad, Kujat a été obligé de publier dans un magazine zurichois à petit tirage, Zeitgeschehen im Fokus (« Focus sur les événements actuels »), puis dans une obscure publication allemande basée à Francfort ; Appelé Overton , un nom révolutionnaire anglais , ce magazine ne révèle rien sur lui-même si ce n’est qu’il est « une voix contre l’étranglement du débat et le moralisme. Il remet en question les récits généraux et n’est décidément pas un porte-parole idéologique ou un organe de déclaration, mais se sent engagé dans les Lumières. Vad a publié son analyse militaire dans Emma , ​​un magazine féministe de Cologne.

Vad a été explicite dans sa critique de Merkel et de l’actuelle ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock. Bien qu’il ait été interrogé à son sujet dans son interview, Kujat évite d’attaquer Baerbock par son nom. Il affirme également que les médias américains ont été moins trompeurs dans leurs reportages sur la guerre que la presse allemande, citant un « article dans Foreign Affairs… de Fiona Hill, un ancien haut responsable du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. Elle est très compétente et absolument fiable.

Left, Henriette Hanke Güttinger, editor in chief of Zeitgeschehen im Fokus; centre: Alice Schwartzer, publisher and editor-in-chief of Emma; rightFiona Hill, former US intelligence analyst and Russia policy director on President Trump’s National Security Council.

Kujat accuse les Britanniques, et non les Américains, d’avoir perturbé les conditions de cessez-le-feu qu’il pense que le Kremlin était prêt à signer à la suite des négociations d’Istanbul fin mars 2022. Suivez ce qui s’est passé à Moscou et à Istanbul à l’époque dans ce rapport .

Dans la version de Kujat,  » la Russie avait apparemment [ sic ] accepté de retirer ses forces au niveau du 23 février, c’est-à-dire avant le début de l’attaque contre l’Ukraine. Aujourd’hui, le retrait complet est réclamé à plusieurs reprises comme condition préalable aux négociations… L’Ukraine s’était engagée à renoncer à l’adhésion à l’OTAN et à ne permettre le stationnement d’aucune troupe ou installation militaire étrangère. En contrepartie, elle devrait recevoir des garanties de sécurité des États de son choix. L’avenir des territoires occupés devrait se régler diplomatiquement d’ici 15 ans, avec le renoncement explicite à la force militaire… Selon des informations dignes de foi [ sic ], le Premier ministre britannique de l’époque, Boris Johnson, est intervenu à Kiev le 9 avril et a empêché une signature. Son raisonnement était que l’Occident n’était pas prêt pour la fin de la guerre. »

Kujat n’a pas révélé les sources « apparentes » et « fiables » de ses affirmations. Il semble également signaler que les responsables américains n’étaient pas derrière l’action de Johnson, et ce que Kujat appelle également le président Vladimir Zelensky « modifiant à plusieurs reprises les objectifs stratégiques de la guerre ukrainienne ».

….

Comme Vad au début du mois, Kujat appelle le Pentagone, les officiers militaires américains et les fabricants d’armes américains à arrêter l’escalade de la guerre sur le champ de bataille ukrainien alors que les objectifs stratégiques russes se durcissent et que la défaite tactique des armes américaines, allemandes et de l’OTAN devient inévitable. . « Selon les chefs d’état-major interarmées américains, le général Mark Milley », déclare Kujat, « l’Ukraine a réalisé ce qu’elle pouvait réaliser militairement. Plus n’est pas possible. C’est pourquoi des efforts diplomatiques doivent être faits maintenant pour parvenir à une paix négociée. Je partage ce point de vue… on peut se demander si les forces armées ukrainiennes disposent encore d’un nombre suffisant de soldats aptes à pouvoir utiliser ces systèmes d’armes compte tenu des pertes importantes de ces derniers mois. En tout cas, la déclaration [du chef d’état-major ukrainien, le général Valery] Zaluzhny explique aussi pourquoi les livraisons d’armes occidentales ne permettent pas à l’Ukraine d’atteindre ses objectifs militaires, mais ne font que prolonger la guerre. De plus, la Russie pourrait surpasser l’escalade occidentale à tout moment avec la sienne. Dans la discussion allemande, ces connexions ne sont pas comprises ou ignorées. La manière dont certains [ sic ] alliés tentent publiquement d’exhorter le gouvernement fédéral à livrer des chars de combat Leopard 2 joue également un rôle. Cela ne s’est pas produit à l’OTAN jusqu’à présent. Cela montre à quel point la réputation de l’Allemagne au sein de l’alliance a souffert de l’affaiblissement de la Bundeswehr et de l’engagement avec lequel certains alliés poursuivent l’objectif d’exposer l’Allemagne à la Russie notamment.

Kujat laisse entendre que le chancelier Olaf Scholz subit secrètement des pressions de la part des États-Unis pour des raisons que Kujat ne veut pas révéler maintenant – à l’exception de son indice selon lequel les Américains et les Britanniques visent à affaiblir politiquement l’Allemagne en Europe et à supplanter l’industrie allemande de l’armement avec leurs propres entreprises. . « Les efforts actuels des États-Unis pour inciter les Européens à fournir davantage d’armes pourraient avoir quelque chose à voir avec cette situation. Une distinction doit être faite entre les raisons exprimées publiquement et les décisions concrètes du gouvernement fédéral. Ça irait trop loin [ sic] pour entrer dans tout le spectre de cette discussion. Cependant, je souhaite que le gouvernement fédéral reçoive des conseils vraiment compétents sur cette question et – peut-être plus important encore – qu’il soit réceptif et capable de jugement en fonction de l’importance de cette question. »

Left: Baerbock campaigning in Kiel, September 26, 2021; Right: Scholz campaigning in Kiel on May 5, 2022, before the SPD’s defeat by the CDU and Greens in the Schleswig-Holstein state election.

Kujat omet également de mentionner l’alliance de Baerbock et du Parti vert avec l’industrie aérospatiale et de la défense allemande pour obtenir des votes verts à Kiel, Düsseldorf, Munich et d’autres électorats de villes et d’États ( Bundesland ) où les Verts visent à attirer de grandes oscillations de vote de la part du social-démocrate. parti (SDP) et l’Union chrétienne-démocrate (CDU).

Kiel abrite Krauss-Maffei Wegmann Maschinenbau, constructeur du char Leopard. Lors du vote parlementaire de Kiel en 2021, les Verts ont gagné près de 14 % pour marquer 28 % du total, tandis que le SDP a perdu du terrain mais a conservé le siège avec 29,5 %. Un peu plus de deux mille voix les séparaient. Les candidats anti-guerre de la gauche et de l’alternative pour l’Allemagne (AfD) ont perdu du terrain à Kiel, terminant avec 5 % et un peu plus de 7 000 voix chacun. A Düsseldorf, siège du groupe Rheinmetall, les Verts ont gagné 13 % en 2021 sur le SDP et la CDU, perdant de justesse face à la CDU. Des changements de vote similaires vers les Verts ont été enregistrés à Essen et Duisburg, où Thyssen-Krupp dirige son complexe militaro-industriel.

Les liens de Kujat avec ces principaux fabricants d’armes allemands sont indiqués par sa présidence du conseil consultatif du Network Centric Operations Industry Consortium, une association de fabricants d’armes américains, allemands et européens . Pour en savoir plus sur les perspectives des entreprises allemandes que lui et le consortium représentent, lisez ceci .

Kujat prévient que la défaite des États-Unis et de l’OTAN par les forces russes en Ukraine met en péril la rentabilité future de cette entreprise. « C’est la situation actuelle dans laquelle les systèmes d’armes occidentaux modernes sont utilisés dans la guerre en Ukraine. En décembre, la Russie a lancé un vaste programme d’évaluation des paramètres techniques et opérationnels-tactiques des armes occidentales capturées, ce qui devrait accroître l’efficacité de ses propres opérations et l’efficacité de ses armes. »

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.