Les ressources de la Terre ne nous suffiront bientôt plus

Nous vivrons donc à crédit pour les cinq prochains mois. Si nous poursuivons à ce rythme, nous aurons besoin de deux Terres en 2030, avertit le Global Footprint Network.

Notre Terre …souveraine!

Selon les calculs de l’organisme international Global Footprint Network (GFN), nous avons déjà épuisé les ressources naturelles de la Terre pour l’année. L’humanité a utilisé plus d’arbres, d’eau, de sols et de poissons que notre planète ne peut en fournir en un an, et nous avons émis plus de carbone que les forêts et océans ne peuvent en absorber.

L’organisme fait ce calcul depuis plusieurs années et, chaque fois, la date avance. Le 1er août est la date la plus précoce depuis que l’humanité a basculé dans le déficit écologique, dans les années 1970.

GFN estime qu’il nous faudrait désormais 1,7 Terre pour combler nos besoins annuels.

Une date symbolique

« C’est un indicateur pour tirer la sonnette d’alarme et dire aux gens que l’on consomme plus de ressources que la planète en produit », soutient Élisabeth Robinot, professeure à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal et membre de l’Observatoire de la consommation responsable.

« Ça souligne qu’il est vraiment urgent que tous les pays changent de comportement et adoptent des pratiques plus vertueuses », ajoute-t-elle.

Pourquoi c’est important?

À mesure que l’économie se développe et que la population grandit, la pression sur les ressources s’accroît. Mais la biocapacité de la Terre n’est pas extensible.

Le dépassement écologique n’est possible que pour une courte période avant que les écosystèmes ne s’écroulent, soutient GFN.

On en voit déjà les résultats dans l’érosion des sols la désertification ,la baisse de productivité des terres agricoles , la déforestation, l’appauvrissement de la biodiversité et l’effondrement des ressources halieutiques, affirme l’organisme.

Si nous continuons à vivre de la même manière, nous aurons besoin de deux Terres en 2030, calcule l’organisme.

Qui sont les pires pollueurs?

Tous les pays ne sont pas égaux en ce qui concerne l’abus de ressources. Certains pays consomment bien plus que leurs capacités, tandis que d’autres, peu développés ou mieux nantis en ressources naturelles, sont encore bien en deçà.

Les Canadiens sont loin d’être les meilleurs élèves.

« Si la planète consommait autant que les Canadiens, la journée du grand dépassement serait le 18 mars plutôt que le 1er août », affirme Sophie Paradis, directrice pour le Québec du Fonds mondial pour la nature. « On aurait besoin de 4,8 planètes si tout le monde vivait comme nous. »

Les pays en développement consomment généralement beaucoup moins de ressources que les pays industrialisés. La situation risque-t-elle donc de se détériorer encore plus à mesure que ces États voudront emprunter notre mode de vie?

« C’est à nous de changer rapidement et de leur offrir de l’aide pour qu’ils évitent les erreurs de notre passé et puissent se développer de la façon la plus vertueuse possible », pense Élisabeth Robinot.

Développement n’égale pas nécessairement abus des ressources, croit aussi Sophie Paradis, donnant en exemple le Costa Rica, « un pays qui protège son territoire, ses forêts naturelles et qui promeut la réduction de l’empreinte écologique des citoyens. »

Comment ralentir ou arrêter le processus?

Il est urgent de revoir nos façons de consommer et cette réflexion doit venir d’en haut, croit Élisabeth Robinot. « Il y a des changements au niveau des consommateurs, mais si on veut aller plus vite, il faut que ça vienne des gouvernements », croit-elle.

Mme Robinot pense notamment qu’il est important de légiférer contre l’obsolescence programmée et pour imposer aux entreprises d’offrir des services de réparation à un prix inférieur au prix d’achat.

Les gouvernements pourraient également favoriser la mobilité durable en développant le réseau du transport en commun et en baissant les prix.

 

« On ne peut pas obliger les gens à faire des choses, mais on peut les y inciter d’une façon positive avec des allégements fiscaux », avance-t-elle aussi.

« Ce n’est pas d’arrêter de consommer, c’est de mieux consommer », explique pour sa part Sophie Paradis, du Fonds mondial pour la nature.

Choisir des produits certifiés, employer des tasses et des contenants réutilisables plutôt que jetables, éviter le gaspillage alimentaire ,limiter l’utilisation du plastique et emprunter les transports en commun sont autant de manières de réduire notre empreinte écologique.

Un signe encourageant, souligne le GFN, est que la détérioration a été plus lente au cours des cinq dernières années. Le Jour du dépassement avance environ d’un jour par année dans le calendrier , plutôt que de trois par année, comme c’était le cas depuis les années 70. 

Publicités

4 commentaires sur “Les ressources de la Terre ne nous suffiront bientôt plus

  1. « L’idée que l’occident serait totalement sorti de la religion au sens général du terme, ça impliquerait que l’occident serait une profondément rationnelle qui échapperait à toutes les croyances qui vont avec les religions. Or de manière évidente c’est faux. Pour la simple raison qu’aujourd’hui on se trouve dans une situation de développement économique qui entre en conflit avec les limites de la biosphère et on continue, pourtant, à se développer exactement comme on le fait depuis le 19ème siècle. Donc là il y a une croyance très très forte, une croyance collective qui définit les politiques publiques, partout sur terre. Cette croyance très forte c’est que le monde physique est infini et qu’on va pouvoir continuer à s’y développer comme on l’a fait sans rencontrer aucun problème. Et à l’évidence, ça, c’est faut, et c’est une croyance. » Stéphane Foucart – auteur de Des marchés et des dieux
    Quand l’économie devient religion
    Dieu se cache-t-il dans les marchés ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre-dete/emission-du-mercredi-15-aout-2018

    Aimé par 1 personne

  2. Les révélations d’un chef lakota

    « Dieu a tout créé d’une manière si simple. Nos vies sont très simples. Nous faisons ce que nous voulons. La seule loi à laquelle nous devons obéir est la loi naturelle, la loi de Dieu. Nous n’en reconnaissons aucune autre. Nous n’avons pas besoin de votre Église. Les Black Hills sont notre Église. Nous n’avons pas non plus besoin de votre Bible. Notre Bible, ce sont le vent, la pluie et les étoiles. Le monde est une bible ouverte, et nous autres, Indiens, l’étudions depuis des millions et des millions d’années.

    « Je prédis de nombreuses choses qui finissent par se produire. Dieu va châtier le monde, Il est furieux. Je suis désolé de ce qui doit arriver. Il ne détruira pas le monde entier, mais toutes les créatures vivantes périront, et il faudra peut-être un million d’années avant que la vie réapparaisse. Grand-Mère Terre sera seule. Elle pourra se reposer. Tout cela à cause de la méchanceté de l’Homme Blanc. Vous tomberez, et votre chute sera très dure. Vous pleurerez, vous vous lamenterez. Vous comprendrez que votre punition, pour avoir détruit le monde de Dieu, est inéluctable. N’espérez pas lui échapper Dieu balayera le mal de toute la surface de la Terre. » 

    https://leschroniquesderorschach.blogspot.com/2018/08/les-revelations-dun-chef-lakota.html

    Aimé par 1 personne

  3. A reblogué ceci sur L'actualité de Lunesoleilet a ajouté:
    Après l’entrée de Vénus en Vierge au moment de l’éclipse solaire de juillet et de Cérès la Déesse de l’agriculture créant un triangle de Terre avec Saturne / Capricorne et Uranus / Taureau, cest le Soleil prochainement qui va faire son entrée dans la Vierge et activer pour encore une fois ce Triangle de Terre, Gaïa, la mère nature et ces questionnements sur le climat, le réchauffement climatique, la mauvaise gestion des déchets recyclables qui pour des questions de finances , la gestion du recyclage est réduit comme une peau de chagrin.
    Le consommateur est toujours le plus pénalisé, lorsqu’il qu’il s’agit de payer de nouvelles taxes soit disant pour réduire, limiter , solidariser le citoyen sur des causes dont les raisons sont politiques et non humaines …
    La conjonction décroissante de Saturne et Pluton en Capricorne, nous montre l’usure des méthodes politiques, industrielles et des fondations qui sont arrivés a termes de leur durées. …
    Nous auront encore la conjonction croissante accompagné de Jupiter en 2020 au carré ambivalant avec Uranus montrant que toutes les réformes économiques n’auront pas résolus le vrai problème de fond. On peut penser a partir de ce moment là, à un accélérateur des causes et des effets au niveau des matières premières, des difficultés sociales, économiques ect …. qui ne peuvent qu’aller en aggravant si rien n’est fait dans le bon sens par les gouvernements. …
    Les actions citoyennes ne seront pas suffisantes si les objectifs politiques ne porte pas secours a la planète, avec des actions parallèles pour améliorer l’humanité et non la détruire par la malbouffe et toutes les ramifications similaires ….
    Reveillez-vous 🙌🙌🙌🙌🙌

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.