Le syndrome d’Oslo et les Blancs qui se détestent

Le syndrome d’Oslo est le nom utilisé par l’écrivain juif Kenneth Levin pour décrire spécifiquement la psychologie des juifs qui détestent les juifs, mais le concept s’applique à tous les groupes car il s’agit d’un phénomène psychologique humain fondamental qui est lié à la fois au syndrome de Stockholm et à celui de  l’enfant battu. 

 

 

Essentiellement, ce qui se passe, c’est que lorsqu’un groupe spécifique de personnes est soumis à une haine, une diabolisation et des abus constants, certains membres du groupe auront souvent le moral brisé et seront battus comme des chiens fouettés, et ils perdront l’estime de soi et l’estime du groupe, se sentent dévalorisés et pleins de désespoir.

Ces individus désespérés, atteints du syndrome d’Oslo, ne blâmeront pas ceux qui leur font du mal, mais prendront en fait le parti de ceux qui leur font du mal contre les autres dans leur propre groupe. Levin postule que certains Juifs vivant parmi les Palestiniens et s’identifiant aux Palestiniens et prenant parti pour eux contre leurs compatriotes juifs présentent le syndrome d’Oslo. Maintenant, étant donné la mauvaise façon dont Israël traite les Palestiniens, on peut certainement remettre en question l’analyse de Levin selon laquelle les Juifs haïssant les Juifs à cet égard ont le syndrome d’Oslo. Au lieu de cela, on peut faire valoir que ces Juifs comprennent simplement le bien du mal car ces termes sont utilisés dans un sens universel. Néanmoins,


Amérindiens

Nous avons vu un phénomène similaire chez les Indiens d’Amérique, dont beaucoup se sont sentis tellement sans valeur qu’ils ont préféré se suicider plutôt que de vivre comme les individus sans valeur qu’ils estimaient être. Dans ces cas, les sentiments psychologiques de culpabilité, de haine de soi et d’inutilité étaient si grands que pour soulager ces sentiments – cette douleur psychologique très réelle mais invisible – ces personnes ont simplement mis fin à leur vie. D’autres se sont tournés vers l’alcool. D’autres encore ont simplement souffert en silence et ont simplement cessé d’essayer de vivre pleinement leur vie. Dans la plupart des cas, les Indiens se sont blâmés et ont blâmé les autres Indiens pour leurs problèmes.


Suicide pour soulager la douleur psychologique et les sentiments de culpabilité et d’inutilité

Il convient de souligner qu’à l’origine du syndrome d’Oslo se trouvent des sentiments de haine de soi, d’inutilité et de culpabilité et que certaines personnes vont frapper leur propre peuple pour soulager ces sentiments négatifs, et leur soupape de décharge est ce suicide rituel ou abnégation de soi. D’autres emprunteront une voie plus directe et mettront simplement fin à leurs jours. Ceux qui soulagent leurs sentiments d’inutilité et de culpabilité en s’en prenant à leur propre peuple et en adoptant les préjugés contre leur peuple se sentiront souvent «vertueux» en le faisant.

Il est bien dit que ceux qui se suicident ne veulent pas mettre fin à leurs jours, ils veulent juste mettre fin à leur souffrance psychologique. Le suicide est un moyen. S’effacer avec de la drogue ou de l’alcool en est une autre. Se ranger du côté du groupe qui attaque votre groupe est encore une autre façon. Et il y en a d’autres. Le principe psychologique sous-jacent ici consiste à essayer de libérer la pression psychologique refoulée de ces sentiments de désespoir, de haine de soi, de culpabilité et d’inutilité.


Syndrome de l’enfant battu

Le lien avec le syndrome de l’enfant battu est clair et met en lumière la manifestation adulte d’un tel syndrome. Un enfant battu, que ce soit physiquement ou psychologiquement, ne verra souvent pas que le problème n’est  pas  avec lui-même mais avec le parent ou la figure parentale qui a un contrôle total sur l’enfant et qui est l’agresseur. L’enfant intériorise l’abus, se sent coupable, se blâme et croit que si seulement il ou elle agissait mieux ou était un meilleur enfant, le parent ou la figure parentale cesserait d’abuser de l’enfant. En d’autres termes, l’enfant croit qu’il est toujours fautif et qu’il ne vaut rien.


Blancs qui se détestent

Les Blancs qui s’excusent d’être Blancs ou qui pardonnent aux attaquants non Blancs ont souvent le syndrome d’Oslo.

Vous avez sans doute vu les histoires de Blancs pardonnant aux Noirs qui ont essayé de les tuer parce qu’ils sont Blancs et comment ces Blancs abattus acceptent souvent le parti pris des Noirs contre les Blancs. Vous avez probablement aussi entendu parler de parents blancs qui pardonnent aux Noirs qui tuent les enfants blancs des parents blancs – et ces parents blancs disent alors qu’ils « comprennent » et parfois même se lient d’amitié avec les tueurs de leurs propres enfants blancs. De tels comportements de la part des Blancs sont révélateurs du syndrome d’Oslo.

Au Québec,cet état de fait existe  depuis la conquête britannique de 1760.Pendant plus de deux siècles,les politiciens qui se sont succédés au pouvoir durant toute cette période ,se sont plu à  humilier le peuple québécois…particulièment durant la  Grande Noiceur de l’Ère Duplessis.En 2022,


Le 22 juillet 2011, la Norvège était ensanglantée par la pire attaque de l’après-guerre

Aujourd’hui, nous voyons des Blancs attaqués à de nombreux niveaux différents dans notre société. Il y a un battement de tambour constant dans toute la société qui diabolise les Blancs. Nous entendons constamment, par exemple, que les Blancs n’ont pas gagné ce qu’ils ont et qu’ils ne l’ont obtenu qu’en raison du « privilège blanc » – ou qu’à l’exception du racisme blanc et de la haine des Noirs, les Noirs mèneraient une vie meilleure. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une maltraitance psychologique des Blancs  à l’image de ce que l’on voit dans les cas de maltraitance d’enfants. Les Blancs sont culpabilisés de ne rien faire de plus que d’être qui et ce qu’ils sont de naissance, pourtant toute expression de Blancheur ou de leur identité génétique ou de se sentir bien dans sa peau est rapidement dénigrée comme étant des signes de «racisme» et de mal blanc.

Comme pour toutes les maladies psychologiques, il existe un continuum de haine de soi et certains des symptômes et expressions du syndrome d’Oslo chez les Blancs sont plus subtils et peuvent apparaître au spectateur occasionnel comme étant vertueux. Par exemple, lorsque vous voyez des Blancs qui sont hypersensibles aux insultes perçues envers les Noirs et qui attaquent ensuite leurs compatriotes blancs verbalement ou physiquement pour leur « racisme », vous pouvez être à peu près sûr que vous voyez une personne atteinte du syndrome d’Oslo. La vie de ces Blancs qui se détestent est celle de l’abnégation.

Et nous voyons des cas de certains Blancs qui ne craignent pas tant que d’autres les traitent de racistes, mais craignent qu’ils soient secrètement racistes et qu’en tant que tels, ils se soient laissés tomber et qu’ils doivent se punir. En fait, nous pouvons spéculer en toute sécurité que beaucoup de suicides de Blancs sont dus à ce sentiment chez certains Blancs qu’ils se sont laissés tomber ou n’ont pas respecté certaines normes sociétales, religieuses ou familiales concernant diverses normes, y compris l’exigence sociétale qu’un pas être raciste. Ainsi, au lieu d’être racistes, ils s’effacent eux-mêmes – ou ils vivent et se détestent, et soulagent la pression en transférant la haine à d’autres Blancs, se prouvant ainsi qu’ils sont de « bonnes » personnes pour attaquer d’autres Blancs.

Nous verrons également des Blancs essayer de s’effacer eux-mêmes et leur espèce en n’ayant pas d’enfants, ou en limitant le nombre d’enfants qu’ils ont, ou en métissant et en produisant des enfants non blancs, ou en adoptant des enfants non blancs au lieu d’enfants blancs. . La petite-nièce d’Hermann Goering  dit qu’elle s’est fait ligaturer les trompes pour « ne pas transmettre le sang d’un monstre ».

Ce syndrome de haine de soi et des névroses de haine de soi similaires peuvent se manifester de nombreuses façons, mais le but pour l’individu est toujours de soulager cette douleur psychologique de la culpabilité d’être blanc, puis de « réparer » le « mal ». – avec lequel vous pensez être né parce que vous êtes blanc – en vous sacrifiant d’une manière ou d’une autre. Bien sûr, vous pouvez ajouter les complexes de la Grande Mère Blanche et du Grand Père Blanc que j’ai déjà écrits dans le cadre des motivations subconscientes pour adopter des enfants non blancs – et, généralement, le plus Noir est le mieux. Ces gens ne voudraient pas adopter un bébé noir qui n’est pas presque noir violet de peur que les autres ne se rendent compte que le bébé est vraiment noir et que les parents blancs adoptifs sont vraiment des individus « vertueux » et « justes ».


Rester en bonne santé mentale et fort émotionnellement

Alors, qu’est-ce qu’une vision de soi mentalement saine ? C’est que vous devriez être qui vous êtes né pour être. Ne vous excusez jamais d’être blanc. Ne soutenez jamais les non-Blancs contre les Blancs. Rappelez-vous toujours que vous avez parfaitement le droit d’être qui et ce que vous êtes. Vous avez parfaitement le droit de vous identifier en tant que Blanc et de vous sentir bien dans votre peau.

Personne n’a le droit de vous maltraiter, de vous insulter ou de vous attaquer parce que vous êtes Blanc et s’ils le font, vous ne devriez pas aller vous cacher dans un coin mais vous défendre de la manière qui convient, et qui ne vous met pas dans le mal. Si rester silencieux dans ces circonstances est le meilleur choix pour votre survie et votre sécurité, alors c’est ce que vous devriez faire. Mais, ce faisant, ne laissez jamais les ennemis des Blancs vous faire sentir coupable et sans valeur d’être Blanc. Vous êtes exactement le contraire de cela, juste en étant né Blanc. Vous êtes une personne importante pour vous-même, votre famille, vos ancêtres et pour tous les autres Blancs qui sont éveillés et conscients. Tu n’es pas seul. Vous n’êtes jamais seul . Vous n’êtes pas le seul à ressentir ce que vous ressentez. Nous sommes des millions.

Ne laissez jamais les ennemis des Blancs vous faire sentir isolé et en décalage avec ce qui est juste et juste. Votre survie et la survie de notre peuple – en tant que fiers Blancs qui ne veulent pas être mélangés génétiquement, spirituellement ou culturellement ne sont  jamais  injustes ou désynchronisées. Vous avez le droit d’être vous-même. Vous avez droit à votre identité génétique. C’est votre planète autant que celle de n’importe qui d’autre et personne n’a plus de droits que vous sur quoi que ce soit. Cette terre sous les pieds ? C’est à toi. Cet arbre? C’est à toi. Personne n’a obtenu d’actes sur quoi que ce soit sur cette planète de la part de la Nature, et vos droits viennent de la Nature et (si vous choisissez de le croire) du Dieu de la Nature.

Développer la force mentale et l’estime de soi pour résister à ceux qui détestent les Blancs. Restez blanc. Race blanche. Vive le Blanc. Ne critiquez jamais d’autres Blancs qui sont également éveillés et conscients. Ne prenez jamais parti pour des non-Blancs contre des Blancs. Ne vous détestez pas ou ne détestez pas vos concitoyens blancs.


VOIR NOTRE BOUTIQUE SVP:

Sur ce lien :Vintage par Michel

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.