Lac d’eau liquide sur Mars : pourrait-on y trouver la vie ?

Il y a quelques jours, une équipe d’astronomes annonçait la découverte d’un lac d’eau liquide d’une vingtaine de kilomètres de large, situé à 1,5 kilomètre de profondeur sous la glace martienne. Si ces données restent à confirmer, elles soulèvent une question importante : la vie pourrait-elle évoluer sous la surface de Mars ?

Une équipe de chercheurs annonçait il y a peu la découverte d’un lac d’environ 20 km de large situé sous une couche de glace martienne, côté pôle sud. C’est la première fois qu’un tel volume d’eau liquide est découvert. La nouvelle est importante : rapportés dans la revue Science, les détails de cette étude révèlent aujourd’hui la présence d’une masse d’eau permanente sur la planète rouge. Cette dernière serait capable – pourquoi pas – de soutenir la vie sur durée prolongée. Mais est-ce vraiment le cas ? La réponse courte est : on ne sait pas.

Jonti Horner, professeur d’astrophysique à l’Université du Queensland (Australie), explique dans The Conversation que nous pourrions comparer ce lac martien souterrain avec la myriade de lacs enterrés sous la glace de l’Antarctique. « Jusqu’à présent, dit-il, plus de 400 de ces lacs ont été trouvés sous la surface du continent gelé. Le lac Whillans, par exemple, est enterré à environ 800 mètres sous la glace, à l’ouest du continent. En 2013, une équipe de chercheurs a réussi à forer assez profondément pour y récupérer des échantillons. Qu’ont-ils découvert ? Que ce lac est grouillant de vie microbienne. En d’autres termes, poursuit le chercheur, les meilleurs analogues terrestres à ce lac martien nouvellement découvert ne sont pas seulement habitables, ils sont habités ».

Qu’en est-il alors de Mars ? Nous savons plusieurs choses : que la planète rouge était autrefois chaude et humide, qu’elle abritait potentiellement des océans, des lacs et des rivières (et sur Terre, là où il y a de l’eau, il y a de la vie). Nous savons également que la transition d’une planète chaude et humide vers un monde froid et aride s’est produite sur des millions d’années. Quoi d’autre ? Que la vie s’adapte aux environnements changeants, tant que ce changement n’est pas trop rapide ou dramatique.

Le reste n’est que spéculation. « Nous pourrions imaginer que dans un passé lointain, Mars abritait peut-être la vie, poursuit le chercheur. Peut-être est-elle née sur place ? Peut-être a-t-elle été transportée en auto-stop, à bord d’une météorite ? Toujours est-il qu’une fois la vie établie, il est incroyablement difficile de s’en débarrasser ». Pendant des millions d’années, Mars a vu son climat refroidir et son eau se renfermer dans le pergélisol. Son atmosphère s’est amincie, certes, rendant les conditions invivables en surface, mais la vie – tenace – aurait-elle pu suivre le cours de l’eau, se retrouvant ainsi sous la glace ?

Encore une fois, « ce n’est ici que de la spéculation, mais c’est bien ce genre de processus de pensée qui ont guidé notre exploration continue de Mars au cours des deux dernières décennies, rappelle le chercheur. Maintenant que nous savons avec certitude qu’il y a un réservoir d’eau liquide juste au-dessous de la surface de la planète, les astronomes peuvent désormais penser un moyen de se rendre directement sur place ». Ce ne sera pas facile. Il est aujourd’hui beaucoup plus aisé d’atterrir près de l’équateur que des pôles, car la surface est plus rugueuse et l’atmosphère plus fine (ce qui rend le freinage plus difficile pour une sonde).

Mais les chercheurs sont habitués au « compliqué ». Et si une potentielle vie extraterrestre évolue bel et bien sous la surface de Mars, il ne fait aucun doute que les astronomes du monde entier trouveront le moyen d’en avoir le cœur net. Rendez-vous dans quelques années.

 


EN COMPLÉMENT

Il y a 40 ans, la NASA détruisait probablement par erreur les premières molécules organiques détectées sur Mars

 

Il y a une quarantaine d’années, les deux atterrisseurs Viking découvraient probablement les premières molécules organiques dans le sol de Mars, l’agence spatiale américaine les aurait détruites par erreur. Comment cela s’est-il produit ?

 

Il y a peu, la NASA a déclaré avoir découvert d’étonnantes molécules organiques par le biais du rover Curiosity dans de la roche sédimentaire de Mars. Cependant, il se pourrait que cela ne soit pas une grande première. Les atterrisseurs Viking 1 et 2 ont débarqué sur Mars respectivement le 20 juillet et le 3 septembre 1976. Il s’avère que ceux-ci sont au cœur des débats depuis plusieurs décennies consistant à savoir si oui ou non, les atterrisseurs ont identifié des traces de vie sur Mars. Il se pourrait que ce soit le cas selon certains chercheurs et il est presque sûr que ces deux Viking ont été les premiers à détecter des molécules organiques complexes à la surface de la planète rouge.

Melissa Guzman et son équipe du Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatiales (LATMOS) affirment dans une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research le 20 juin 2018 que les Viking auraient identifié de la matière organique sur mars il y a quarante ans. Seulement voilà, les chercheurs de la NASA seraient passés à côté, car cette matière organique aurait été détruite de manière involontaire durant l’expérience.

Les scientifiques ont toujours été surpris de ne pas mettre la main sur des traces de carbone là où logiquement, il devrait y en avoir. En effet, Mars reçoit souvent une multitude de micrométéorites sur son sol et ces dernières sont riches en composés carbonés. Le fait est que ces micrométéorites sont très inflammables et l’expérience de porter une poignée de sol martien à une température de 500°C dans un chromatographe en phase gazeuse (CPG) a sûrement eu raison de l’échantillon et donc des éventuelles traces de matière organique.

C’est en tout cas ce que pensent Melissa Guzman et son équipe qui dans le cadre de leurs recherches, ont tenté de retrouver des traces de chlorobenzène dans les archives de Viking. Le chlorobenzène est une molécule résultant de la combustion de perchlorates avec du carbone. Finalement, des traces de cette molécule ont été retrouvées en ce qui concerne Viking 2 mais malheureusement, aucune preuve n’existe pour affirmer qu’il s’agissait de matière organique martienne ou provenant de notre propre planète.

Sources : New Scientist 


la plus complexe matière organique de Mars

La sonde Opportunuity

 

D’étonnantes molécules organiques ont été découvertes par le rover Curiosity dans de la roche sédimentaire. Les chercheurs en savent également un peu plus sur l’atmosphère de Mars avec la découverte de traces de méthane, mais la découverte de la vie sur cette planète n’a pas encore été faite. Pourquoi ?

 

La NASA a qualifié la découverte de matière organique la plus complexe jamais trouvée à la surface de Mars, ce qui serait une avancée dans le cadre de la recherche de vie sur la planète rouge, comme l’explique l’étude parue dans la revue Science le 7 juin 2018. Une deuxième étude concerne la découverte de méthane atmosphérique.

Bien que la découverte de la vie sur Mars ne soit pas encore effective grâce à cette trouvaille, Curiosity semble également avoir confirmé la présence de variations saisonnières de méthane dans l’atmosphère martienne. Or ce gaz, souvent signe de la présence de la vie, vient de la planète elle-même et pourrait être contenu dans des plaques de glaces situées sous la surface.

Par ailleurs, il faut savoir que les échantillons de matière organique ont été retrouvés à la base du mont Sharp (cratère de Gale), prélevés dans des roches datant de 3,5 milliards d’années. Ce lieu qui fut autrefois un lac est considéré comme une des zones les plus difficiles de Mars.

Les chercheurs parlent d’une avancée puisque cette découverte montre que la matière organique peut être présente dans des environnements difficiles de la planète. Cependant, il serait selon eux possible de trouver quelque chose de beaucoup mieux préservé, c’est-à-dire renfermant une signature de vie.

En 2014 déjà, Curiosity avait retrouvé de la matière organique en petite quantité. En revanche, cela ne veut pas dire que la vie est présente, mais selon Sanjeev Gupta, professeur de SVT à l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni) et co-auteur de l’étude, “les composés organiques sont les pierres de construction de la vie”.

Il faut savoir que les échantillons de matière organique peuvent avoir une origine abiotique, provenir de formations géologiques similaires au charbon, ou encore d’une météorite. Il faut bien comprendre que matière organique ne veut pas nécessairement dire que la vie est présente.

Sources : Sciences et Avenir 

 

Détail d’un cratère

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Lac d’eau liquide sur Mars : pourrait-on y trouver la vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.