Le rover Curiosity de la NASA examine de plus près «  l’étrange creux  » sur Mars

 

Les découvertes du Rover Curiosity n’ont pas finies de nous étonner,voyez ici:

 

La fosse de Balby est pleine de sable foncé et se démarque du paysage martien.

The Balby Trough, un curieux paysage sur Mars.
The Balby Trough, un curieux paysage sur Mars.

Mettez les mots « étrange » et « Mars » ensemble et vous avez mon attention. NASA rover de Mars Curiosity vit jusqu’à son nom en consultant une formation inhabituelle situé dans une zone appelée Butte Ouest dans le cratère Gale.

« Dans les images de l’orbite, il semble que quelqu’un ait tracé une ligne droite épaisse avec un marqueur de feutre sombre sur le côté sud-est de la butte »  , a écrit Melissa Rice , membre de l’équipe de Curiosity , géologue planétaire à l’Université Western Washington, dans une mise à jour de mission. semaine intitulée A Strange Trough sur Western Butte.

Cette image du rover Curiosity du 14 janvier montre la vue depuis la descente de Western Butte.NASA / JPL-Caltech

Du point de vue de Curiosity, l’auge est peu profonde et remplie de sable foncé. 

Le rover a été chargé de capturer plus d’images de la région pour que les scientifiques puissent les étudier. « Nous ne savons pas ce qui a créé cette fonctionnalité, ni pourquoi elle se trouve ici », a écrit Rice, « il vaut donc la peine de s’arrêter pour y regarder de plus près. »    

L’équipe de rover a nommé le fossé Balgy Trough, une référence aux pittoresques chutes de Balgy en Écosse. L’équipe a donné des noms d’inspiration écossaise à certaines caractéristiques du paysage martien de cette région. 

Mars regorge de formations fascinantes, de petits nodules ronds  à des roches qui ressemblent par coïncidence à des objets familiers de la Terre . L’auge est une autre fonctionnalité intéressante à étudier par les scientifiques alors que nous en apprenons davantage sur la géologie sauvage et merveilleuse de la planète rouge.

 


AUTRES PHOTOS PARTICULIÈRES

 

Photo prise sur Mars durant une nuit.Le point blanc au-dessus,c’est notre terre!

 

 

L’énorme désert de Mars.

 

Le cratère Gusev: on dirait qu’une ancienne rivière s’y rendait.

 

Un élément inconnu apparaît ici.

 

 

Anomalie en forme de mâchoire de crocodile

 

 

…sous un angle différend.

 

 

Au pôle sud de Mars,une étrange fosse.

 

Le sol de Mars ressemble à celui de la Lune.

 

Terre et lune vue de mars

 

Un étrange « fossile » découvert sur une ancienne photo de Curiosity…restée inexpliquée!

 

…toujours inexpliquée!

 

Fossiles sur mars

 

Combien d’autres mystères restent enfouis sous la surface de la planète Mars qui n’attendent que le jour ou nous les sortirons des sables?
Pourquoi la NASA efface-t-elle les photos qui remettent la science en question?

 

 

 

La vie extraterrestre est là-bas:Mais nos théories nous en éloignent

 

 

Si nous découvrions des preuves de la vie extraterrestre, le réaliserions-nous même? La vie sur d’autres planètes pourrait être si différente de ce à quoi nous sommes habitués que nous pourrions ne pas reconnaître les signatures biologiques qu’elle produit.

Ces dernières années ont vu des changements dans nos théories sur ce qui compte comme une biosignature et sur les planètes qui pourraient être habitables , et d’autres revirements sont inévitables. Mais le mieux que nous puissions faire est d’interpréter les données que nous avons avec notre meilleure théorie actuelle, pas avec une idée future que nous n’avons pas encore eue.

C’est un gros problème pour ceux qui sont impliqués dans la recherche de la vie extraterrestre. Comme Scott Gaudi du Conseil consultatif de la Nasa a dit : « Une chose que je suis tout à fait sûr, avoir maintenant passé plus de 20 ans dans ce domaine des exoplanètes … attendre à l’inattendu. »

Mais est-il vraiment possible « d’attendre l’inattendu »? De nombreuses percées se produisent par accident, de la découverte de la pénicilline à la découverte du rayonnement de fond micro-ondes cosmique laissé par le Big Bang. Celles-ci reflètent souvent une certaine chance au nom des chercheurs impliqués. En ce qui concerne la vie extraterrestre, suffit-il aux scientifiques de supposer « nous le saurons quand nous le verrons »?

De nombreux résultats semblent nous dire qu’attendre l’inattendu est extrêmement difficile. « Nous manquons souvent ce que nous ne nous attendons pas à voir », selon le psychologue cognitif Daniel Simons, célèbre pour son travail sur la cécité inattentionnelle . Ses expériences ont montré comment les gens peuvent rater un gorille se cognant la poitrine devant leurs yeux. Des expériences similaires montrent également à quel point nous sommes aveugles aux cartes à jouer non standard telles que les quatre cœurs noirs. Dans le premier cas, le gorille nous manque si notre attention est suffisamment occupée. Dans ce dernier, nous manquons l’anomalie car nous avons de fortes attentes antérieures.

Il existe également de nombreux exemples pertinents dans l’histoire des sciences. Les philosophes décrivent ce type de phénomène comme « la théorie-échelle d’observation « . Ce que nous remarquons dépend, assez fortement parfois, de nos théories, concepts, croyances de base et attentes antérieures. Plus communément encore, ce que nous considérons comme significatif peut être biaisé de cette manière.

Par exemple, lorsque les scientifiques ont découvert pour la première fois des preuves de faibles quantités d’ozone dans l’atmosphère au-dessus de l’Antarctique, ils l’ont initialement rejetée comme de mauvaises données . Sans aucune raison théorique préalable de s’attendre à un trou, les scientifiques l’ont exclu à l’avance. Heureusement, ils étaient prêts à revérifier et la découverte a été faite.

plus de 200000 étoiles sur une photo de mission TESS

 

Une chose similaire pourrait-elle se produire dans la recherche de la vie extraterrestre? Les scientifiques qui étudient les planètes dans d’autres systèmes solaires (exoplanètes) sont submergés par l’ abondance de cibles d’observation possibles en compétition pour leur attention. Au cours des 10 dernières années, les scientifiques ont identifié plus de 3 650 planètes – plus d’une par jour. Et avec des missions telles que le chasseur d’exoplanètes TESS de la NASA, cette tendance se poursuivra.

Chaque nouvelle exoplanète est riche en complexité physique et chimique. Il est bien trop facile d’imaginer un cas où les scientifiques ne revérifient pas une cible signalée comme « manquant de signification », mais dont la grande signification serait reconnue par une analyse plus approfondie ou avec une approche théorique non standard.

Cependant, nous ne devons pas exagérer l’étendue théorique de l’observation. Dans l’illusion de Müller-Lyer, une ligne se terminant par des pointes de flèche pointant vers l’extérieur apparaît plus courte qu’une ligne également longue avec des pointes de flèche pointant vers l’intérieur. Pourtant, même lorsque nous savons avec certitude que les deux lignes sont de la même longueur, notre perception n’est pas affectée et l’illusion demeure . De même, un scientifique aux yeux perçants pourrait remarquer dans ses données quelque chose que sa théorie lui dit qu’elle ne devrait pas voir. Et si un seul scientifique voit quelque chose d’important, bientôt tous les scientifiques du domaine le sauront.

L’histoire montre également que les scientifiques sont capables de remarquer des phénomènes surprenants, même des scientifiques biaisés qui ont une théorie qui ne correspond pas aux phénomènes. Le physicien du 19e siècle, David Brewster, croyait à tort que la lumière était composée de particules se déplaçant en ligne droite. Mais cela n’a pas affecté ses observations de nombreux phénomènes liés à la lumière, tels que ce qu’on appelle la biréfringence dans les corps sous stress. Parfois, l’observation n’est certainement pas chargée de théorie, du moins pas d’une manière qui affecte sérieusement la découverte scientifique.

Nous devons être ouverts d’esprit

 

Certes, les scientifiques ne peuvent pas simplement observer. L’observation scientifique doit être dirigée d’une manière ou d’une autre. Mais en même temps, si nous devons « nous attendre à l’inattendu », nous ne pouvons pas permettre à la théorie d’influencer fortement ce que nous observons et ce qui compte comme significatif. Nous devons rester ouverts d’esprit, encourager l’exploration des phénomènes dans le style de Brewster et des savants similaires du passé.

L’étude de l’univers largement libéré de la théorie n’est pas seulement une entreprise scientifique légitime – elle est cruciale. La tendance à qualifier la science exploratoire de manière désobligeante de « expéditions de pêche » est susceptible de nuire au progrès scientifique. Les zones sous-explorées doivent être explorées et nous ne pouvons pas savoir à l’avance ce que nous trouverons.

Dans la recherche de la vie extraterrestre, les scientifiques doivent être très ouverts d’esprit. Et cela signifie une certaine quantité d’encouragement pour les idées et techniques non traditionnelles. Les exemples de la science passée ( y compris les plus récents ) montrent que les idées non traditionnelles peuvent parfois être fortement retenues. Les agences spatiales telles que la NASA doivent tirer des leçons de ces cas si elles croient vraiment que, dans la recherche d’une vie extraterrestre, nous devons «nous attendre à l’inattendu».

 

 

 

Sommes-nous seuls dans l’univers?

Le célèbre astrophysicien américain « Carl Sagan » aurait clairement répondu à cette question par la négative. Il croyait que Dieu ne perdrait jamais autant d’espace. Maintenant, d’un point de vue philosophique, il n’est probablement pas si mauvais, scientifiquement parlant, qu’il n’existe à ce jour aucune preuve étayée.

Carl Sagan

 

 

Compte tenu du fait que nous, êtres humains, avec nos capacités techniques modestes, sommes déjà capables de détecter la vapeur d’eau dans l’atmosphère d’une planète en orbite autour d’une étoile à plus de 100 années-lumière de nous, un tout petit espoir germe sur nous :nous ne sommes pas si seuls. D’un autre côté, c’est un signe fort que des formes de vie évoluées pourraient nous avoir repérés depuis longtemps, à mesure que nous découvrons plus d’exoplanètes année après  année.


MON ESTIMATION PERSONNELLE 

…est que nous avons été visité depuis des millénaires et que notre position est connue ,très bien connue ,sur le bras d’Orion,dans notre Voie Lactée.

Même si on n’aurait pas été visité,depuis des millions d’années,depuis les débuts de la guerre froide entre les américains et les soviétiques…puis ensuite les communistes chinois,l’utilisation des faisceaux lasers afin d’augmenter l’efficacité des communications dans les forces armées de ces pays,font que plus de 1,000 systèmes solaires reçoivent chaque jour des émissions ou signaux  de communication jusqu’à  une possibilité de 50,000 années-lumière de nous.

 


 

Les efforts de SETI (Recherche d’Intelligence Extraterrestre) sont sans aucun doute bien intentionnés, même si SETI « seulement » insiste pour écouter et ne pas envoyer! Un aspect très important est souvent ignoré: le fait que même les radios télescopes les plus sensibles ne peuvent recevoir que les signaux envoyés avec une puissance de sortie énorme. Un signal à une sonde qui se trouverait dans notre système le plus proche voisin, situé à  environ 4,4 années-lumière de nous, devrait sonner avec environ 1,93 gigawatts.     

Cela correspond à la performance d’au moins 2 centrales nucléaires. La facture d’électricité serait considérable. Pour des systèmes encore plus éloignés, il faudrait beaucoup plus d’énergie et ET devrait envoyer un signal aussi intense pour nous atteindre! Cela nous amène à la prise en compte de l’effet coût-bénéfice, car dans notre société humaine, même une civilisation extraterrestre décidera exactement si cet effort mérite des ressources énormes, juste pour envoyer rapidement un message dans l’immensité de l’univers. , Une civilisation extraterrestre sophistiquée trouvera le moyen de choisir exactement, et pas seulement avec le bonheur de jeter une bouteille après l’autre à la mer.

Le paradoxe de Fermi indique qu’une civilisation hautement civilisée aurait colonisé la galaxie entière en quelques millions d’années, mais rien ne permet de penser à cela? Cependant, le créateur de la théorie part de la mentalité humaine actuelle ne doit pas nécessairement correspondre à celle d’une intelligence extraterrestre.

conclusion:

On entend par SETI qu’il existe des civilisations techniquement avancées. ET existe mais pour des raisons inconnues, il ne veut pas dire « Me voici ».  Les chercheurs de SETI s’intéressent toujours aux formules complexes, telles que le matériel génétique de l’ADN, les atomes d’hydrogène ou les composants chimiques de la vie. Et si  une telle démonstration d’intelligence n’est pas nécessaire?  Les hiéroglyphes égyptiens n’ont été déchiffrés que cent ans après leur découverte et c’était une langue humaine!  Ockham dirais – Si tous les paramètres sont identiques, généralement la solution la plus simple est la bonne! Il existe un langage commun qui permet la communication non seulement entre des personnes de langues différentes, mais également entre des personnes et des animaux qui ne repose pas sur la compréhension verbale…. L’empathie.  


(Intelligence émotionnelle) 

Empathie C’est le fondement de toute compréhension humaine et des relations interpersonnelles. Une personne qui reconnaît ce que les autres ressentent peut détecter les signaux souvent cachés dans le comportement des autres beaucoup plus tôt et déterminer ce dont ils ont besoin ou ce qu’ils souhaitent. Cependant, Goleman souligne également dans d’autres textes qu’il est également évident que leur influence peut être influencée négativement ( capacité de leadership ). L’empathie est donc une capacité neutre en termes de valeur – elle peut avoir un effet ressenti individuellement positif ou négatif. L’empathie n’est à la base des sociétés humaines performantes que d’un point de vue sociétal global, créant un ordre émergent .  


COMME PAR EXEMPLE: ET VOUDRAIT JUSTE ENVOYER LE MESSAGE … »BONJOUR! »

 


QUE PENSER DES ENLÈVEMENTS EXTRATERRESTRES?

Partout dans le monde,des enlèvements de personnes par des extraterrestres ont été observé,ou analysé …ou simplement enregistré pour fin d’enquêtes.
Cela exclue des milliers de personnes qui ont disparues sans laissé de traces.

 

La plupart des gens qui entendent pour la première fois entendre dire que des extraterrestres emmènent des hommes, des femmes et des enfants à bord d’un OVNI et les soumettent à diverses interventions chirurgicales supposent qu’il s’agit d’un type de syndrome psychiatrique contemporain. C’était aussi ma première réaction. Quand, à l’automne 1989, un collègue m’a invité à rencontrer Budd Hopkins (dont je n’avais alors rien entendu parler) et à m’expliquer que Hopkins prenait au sérieux les témoignages des abductés avec lesquels il travaillait, je le croyais comme ses sujets. confus mentalement. Car ce phénomène est au-delà des réalités possibles dans la vision du monde occidental et de ce qu’est une maladie mentale autre que la pensée et le comportement qui ne correspond pas à ce que nous sommes habitués à reconnaître comme réalité.

L’homme a naturellement tendance à adapter chaque nouveau phénomène à des schémas et à des structures familiers, car il nous est difficile de supporter le mystère et l’inconnu. Ceux d’entre nous qui travaillent en tant que psychiatres ou psychologues ont bien entendu tous les diagnostics possibles pour expliquer le phénomène d’enlèvement dès qu’ils en ont entendu parler. Les récits sonnent sans aucun doute comme des illusions ou des hallucinations. Ils contredisent même nos lois physiques, suggérant une sorte de psychose. Les personnes enlevées sont souvent anxieuses ou souffrent de symptômes physiques indiquant une forme de névrose. Les souvenirs de leurs expériences sont souvent fragmentaires; Alors peut-être souffrent-ils d’une déficience organique du cerveau, d’une épilepsie du lobe temporal. Les expériences sont traumatisantes et affectent souvent les abus en matière de procréation, suggérant un viol ou une possible molestation d’enfants. Les expériences d’abduction entraînent un changement d’état de conscience ou se déroulent dans un tel état. Par conséquent, nous pouvons être confrontés à une condition généralement associée à une réaction dissociative telle qu’un trouble de la personnalité multiple ou même un abus des cultes sataniques. Si nous considérons le fait que nous vivons à l’ère spatiale et que les médias ont prêté une si grande attention au phénomène des enlèvements, n’est-il pas possible qu’un processus collectif tel que l’hystérie de masse ou le délire de masse soit à l’œuvre ici? Les expériences de chambre à coucher suggèrent des rêves ou des phénomènes hypnagogiques.

Les différents aspects du phénomène des enlèvements suggèrent l’une ou l’autre possibilité de diagnostic, surtout si l’on ne traite pas ce phénomène avec trop de soin. Cependant, tous ces diagnostics ignorent plusieurs éléments fondamentaux du phénomène des enlèvements. Chaque théorie doit impliquer cinq complexes.

  1. Les rapports de personnes enlevées aux États-Unis (et ici je fais référence aux seuls États-Unis, car les différences culturelles pourraient modifier cette déclaration) montrent de grandes similitudes même s’ils n’ont pas été mentionnés jusqu’à présent dans les médias. proviennent de personnes qui n’ont aucun contact les uns avec les autres, ne font que rendre compte de leurs expériences avec réticence, n’ont rien à gagner et acceptent d’être ridiculisées.
  2. L’expérience d’enlèvement est accompagnée de preuves physiques importantes. Parmi ceux-ci, des témoins indépendants ont déclaré que le ravisseur avait disparu pendant un certain temps; Des saignements de nez et des coupures diverses, des marques en forme de cuillère, des ecchymoses et d’autres lésions cutanées à motifs complexes que l’on trouve parfois simultanément sur plusieurs abductées, ainsi que des implants pouvant être ressentis après un enlèvement sous la peau, bien qu’aucun d’entre eux ne soit non biologique ou « origine étrangère » a été prouvé.
  3. Même les enfants trop jeunes pour développer le syndrome psychiatrique mentionné ci-dessus signalent un enlèvement. Au cours d’une conversation, un garçon de deux ans m’a confié qu’il avait été élevé au ciel par un homme qui se mordait le nez. Un garçon de presque trois ans a raconté que des chouettes aux grands yeux (les enfants se souviennent généralement des extraterrestres en tant qu’animaux) l’emmenent sur un bateau dans le ciel et qu’il craint de ne pas pouvoir retourner chez sa mère.
  4. Bien que toutes les personnes enlevées n’aient pas vu l’OVNI dans lequel elles ont été introduites, le phénomène est systématiquement associé à l’observation d’objets volants inhabituels, à la fois par les personnes enlevées et par d’autres témoins. Une femme avec qui j’ai travaillé a appris aux médias l’horreur du matin après son enlèvement, dans laquelle elle-même n’avait vu aucun OVNI, que beaucoup de personnes à proximité du lieu de leur enlèvement avaient vu un OVNI au moment de leur expérience. ,
  5. Même dans les évaluations psychiatriques et les examens psychologiques, comme dans plusieurs de mes propres cas, aucun trouble mental cohérent n’a été trouvé. Bien sûr, les abductés peuvent souffrir psychologiquement et émotionnellement du fait de leurs expériences souvent traumatisantes, et certains ont des problèmes psychiatriques associés à ces expériences. Beaucoup d’entre eux viennent de familles brisées. Mais en aucun cas le trouble émotionnel n’a fourni une explication de l’expérience de l’enlèvement. Veuillez consulter l’étude de personnalité de PEER pour une mise à jour.

À la lumière de ces aspects fondamentaux du phénomène des enlèvements, examinons à nouveau les possibilités de diagnostic mentionnées ci-dessus. Toute forme de psychose peut être exclue dans la mesure où les personnes enlevées sont, à de très rares exceptions près, cliniquement parfaitement normales et, malgré le stress associé à leur expérience d’enlèvement, généralement bien intégrées dans la société. Trois de mes cas, avec lesquels j’ai effectué toute une série de tests psychologiques, se sont révélés parfaitement sains mentalement. La psychonévrose peut être exclue car les personnes enlevées ne semblent pas souffrir des conflits personnels intenses typiques des névroses. Les expériences ne peuvent pas être expliquées comme des fantasmes,

Les symptômes physiques des personnes enlevées semblent être le résultat de blessures rappelées explicitement et liées à un enlèvement. De même, contrairement aux stigmates religieux, les coupures et autres blessures observées après un enlèvement ne semblent pas suivre un schéma psychodynamique. L’incapacité des personnes enlevées à se souvenir des détails de leurs expériences n’est apparemment pas due à un dysfonctionnement cérébral organique, mais à la répression de la mémoire qui entraîne souvent un traumatisme, et éventuellement aux forces agissant lors de rencontres extraterrestres.

Le traumatisme est sans aucun doute une caractéristique importante de la plupart des expériences d’enlèvement, mais il n’existe aucun cas documenté où la source du traumatisme se soit avérée être une expérience différente de la vie de la personne enlevée par rapport à l’expérience elle-même. Enfin, avec l’évocation de la dissociation comme explication diagnostique possible, on contourne la question de la causalité. Car la dissociation est une réaction, un mécanisme d’adaptation, par lequel les souvenirs d’expériences douloureuses ou déroutantes sont séparés de la conscience. Cela permet à la personne concernée de conserver ses énergies psychiques pour faire face à la vie quotidienne. En fait, les personnes enlevées « se dissocient » par rapport à leurs expériences traumatiques, c’est-à-dire qu’elles déplacent les souvenirs de rencontres troublantes avec leur subconscient.

Même si l’un ou l’autre aspect de ces différentes catégories de diagnostics s’applique aux cas d’enlèvement, il nous reste à expliquer: l’apparition de ce phénomène chez les tout-petits, les diverses manifestations physiques, l’association avec des ovnis, et surtout les similitudes frappantes entre les récits indépendants , De ce point de vue, les histoires d’enlèvements ressemblent à des manifestations physiques. Cela n’enlève rien au fait que nous ne comprenons pas la cause ou la source de ces événements.

La question de la cause psychosociale est plus complexe. Le syndrome d’abduction est certainement un phénomène collectif dans le sens où de nombreuses personnes aux États-Unis et dans d’autres parties du monde vivent des expériences similaires. Superficiellement, il semble s’agir d’un phénomène d’hystérie de masse, d’illusion de masse ou de croyance erronée qui pourrait se nourrir des nombreux reportages dans les médias (voir l’article de Robert Hall «Les rapports d’enlèvements sont-ils une hystérie de masse?», P. 345, 349). Mais le syndrome d’abduction ne se comporte pas comme un trouble collectif. Les expériences sont très personnelles et individuelles, et les victimes sont isolées les unes des autres et ont souvent peu entendu parler des ovnis ou du phénomène des enlèvements. Ils ne manifestent pas un système de croyance culturellement répandu ou accepté, comme ce fut le cas avec des incidents historiques d’hystérie de masse. Au lieu de cela, les personnes enlevées nagent contre le courant de notions de société sur la réalité qui prévalent et courent le risque d’être ostracisées et ridiculisées lorsqu’elles parlent de leurs expériences.

Il est vrai que les médias ont consacré beaucoup d’attention au phénomène des enlèvements, en particulier ces derniers mois. Cependant, je crois plutôt que cette attention est due aux nombreux rapports sur les enlèvements et les chercheurs en enlèvements sur des enlèvements réels, plutôt que de déclencher des expériences d’enlèvement. Parce que les histoires de kidnapping réelles montrent dans de nombreux matches et pas dans les médias mentionnés de grands matchs. En outre, une explication psychosociale, comme déjà mentionné, doit encore expliquer l’enlèvement de jeunes enfants, les manifestations physiques et, bien sûr, la relation avec les OVNIS.

Enfin, comme le proposait CG Jung dans un article sur les soucoupes volantes écrit bien avant la vague d’enlèvements, nous pourrions élargir notre notion de l’inconscient collectif et considérer le phénomène OVNI / enlèvement comme une sorte de mythe contemporain, de croyance à une époque donnée. manifesté dans une culture particulière. Les jeunes appellent des phénomènes de ce type « psychoïdes » dans la mesure où ils impliquent une sorte de résonance entre la psyché ou le monde intérieur et les phénomènes physiques du monde extérieur (y compris les OVNIS et les manifestations physiques accompagnant les enlèvements). Cependant, si nous élargissions ainsi l’idée de l’inconscient collectif, je dirais que la distinction entre intérieur et extérieur, perdu entre psyché et réalité. Monde et psyché ou conscience ne font plus qu’un. ils existent dans une sorte d’harmonie ou de résonance dont nous devons découvrir les modèles.

Je ne voudrais pas exclure cette possibilité, mais si elle nous donnait une image utile du cosmos, nous abandonnerions le paradigme dualiste de la science occidentale, qui implique une séparation entre les mondes intérieur et extérieur et selon lequel le monde physique obéit à des lois qui ont peu à voir avec les différents. Les formes de conscience doivent faire. Avec l’aide du phénomène des enlèvements, nous découvririons une nouvelle image de l’univers dans laquelle la psyché et le monde se manifestent et se développent conformément à des principes que nous ne comprenons pas encore.

 

En résumé, nous pouvons trouver peu d’aide pour expliquer le phénomène d’enlèvement de la psychiatrie. Aucun diagnostic psychiatrique n’est utilement appliqué à ces cas. Même des explications psychosociales ou culturelles, y compris toutes les dimensions essentielles du syndrome, nous obligeraient à élargir nos conceptions de l’inconscient collectif à un point tel que la distinction entre psyché et monde, réalité interne et externe, disparaîtrait.

 

Il n’y a aucune preuve que les personnes enlevées aient vécu autre chose que ce qu’elles nous ont rapporté. Les personnes avec qui je travaille disent la vérité à mon avis. Cette impression a également d’autres chercheurs sur l’enlèvement. Nous avons donc un secret profond et important à faire, et nous ne savons pas de quoi il s’agit. Une sorte d’intelligence semble être entrée dans notre monde à partir d’une autre dimension de la réalité. Il a un grand pouvoir (beaucoup d’abductés parlent d’un sentiment de « respect » vis-à-vis de ce pouvoir) et nous n’avons aucun moyen de contrôler leurs effets. Nous ne savons pas quel est le but réel. Tout ce que nous pouvons faire, c’est en apprendre davantage sur le phénomène des enlèvements et avoir le courage de

Il existe des preuves que le phénomène devient moins traumatisant à mesure que les abductés surmontent leur anxiété et reconnaissent pleinement la réalité de l’expérience. Il développe une relation avec les êtres extraterrestres, qui est davantage déterminée par la réciprocité, même par les sentiments amoureux. Les personnes enlevées reçoivent des informations sur les risques écologiques fondamentaux et les autres risques mondiaux susceptibles de leur procurer un enrichissement émotionnel et spirituel de base. Nous avons besoin de nombreuses autres études candides sur ces dimensions du phénomène.

John E. Mack md 1929-2004

 

 

  • John E. Mack, MD était un auteur lauréat du prix Pulitzer et professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School.

QUELQUES VIDÉOS

 

 

 

 

 

Longtemps après la prise de cette photo,un ovni apparait au centre.(vidéo en allemand)

Vidéo en allemand fort intéressant  sur la surveillance  ufologique en Allemagne.

 

Lors d’une sortie dans l’espace de l’ISS,un astronaute aperçoit un groupe d’ovni.

 

En 2015 apparitions d’ovni au-dessus d’une autoroute.

Le 30 juin 2015,des astronautes filment un étrange ovni sortant de l’atmosphère terrestre.

 

 

 


Le terme OVNI

 

Le terme OVNI est, à proprement parler, l’abréviation de Objet Volant Non-Identifié. Et cela peut être n’importe quoi, un avion inhabituellement construit, un phénomène météorologique rare ou une météorite – tout simplement un objet volant que le spectateur ne peut pas attribuer immédiatement. De nombreuses observations d’OVNIS se sont avérées être une fausse interprétation du phénomène observé ou – malheureusement – en réponse à une tromperie délibérément induite. Il reste un petit « rez-de-chaussée » dans lequel une falsification ou une tromperie était indétectable, mais cela ne prouve logiquement pas l’authenticité. Et certainement pas comme preuve pour visiter une intelligence extraterrestre peut être consulté.

Malgré tout, l’affirmation ‘  Non, il n’y a pas de tels OVNIS’ est  aussi irréalisable que la réponse ‘Oui, il y a de tels OVNIS’ , car les deux ne peuvent être prouvés clairement jusqu’à aujourd’hui. Donc jusque-là, cela reste une question de foi. Des questions beaucoup plus intéressantes seraient les suivantes:  »  Quelle est la probabilité qu’il y ait des OVNIS? »  Ou   » Et s’il y en avait? »  Ou   » Quel intérêt leurs propriétaires pourraient-ils avoir sur notre planète? »

Ce message ne traite pas de savoir si nous sommes visités par un vaisseau spatial extraterrestre sophistiqué ou si nous avons déjà été visités. Plutôt, les faits et les relations physiques doivent être présentés, et je laisse le soin à mes lecteurs, après cette lecture, de laisser à l’un ou à l’autre le «choix» de décider. Très souvent, il est également question de savoir pourquoi des intelligences étrangères souhaitent établir un contact direct avec la société humaine. En ce qui concerne cette question, il ne faut pas oublier qu’il existe de nombreuses espèces intelligentes sur Terre qui ne s’intéressent pas non plus aux contacts humains.

Un résumé objectif des extraterrestres les plus célèbres:

Les Gris (Ufologie)

 

Gris  ( gris , également  plus petit gris ) est un nom pour un être  humain hypothétique   vivant. Il est dit d’être d’   origine extraterrestre et est  lié aux  phénomènes d’ OVNI et aux  enlèvements extraterrestres dans la  science fiction  et la non –  fiction  . [1]  La première description d’un gris que le couple est  Betty et Barney Hill ont  considéré que , en 1961 , dit qu’il enlevé par des extraterrestres dans un OVNI et plusieurs  médicaux Les expériences ont été soumises. La description de Betty Hill ne correspond pas à la plupart des descriptions ultérieures. [2]  L’existence des Gris n’a pas été prouvée et fait l’  objet d’études et de discussions controversées en  ufologie .

Nouveaux éléments pour les théories du complot: les X-Files du gouvernement britannique, jusque-là secrets. Maintenant, les archives ont été ouvertes et les documents rendus accessibles. Source: ministère de la défense

 


LE CAS  BETTY HILL

Voir mon article sur ce cas précis: Voir ce lien

 

Les dessins d’un gris par Betty et Barney Hill

 

Le croquis complet d’un gris par Betty Hill.

 

Son habillement.

Sans oublier l’autre article sur  de nouvelles révélations:voir ce lien


…À suivre mes ami(e)s!

 

 

 

 

 

Un objet mystérieux tourne autour de la Terre depuis 50 ans – et les experts ne savent toujours pas ce que c’est

 

 

L’objet surnommé par de nombreux chercheurs: le Chevalier Noir (Black Knight)

Nous sommes en 1899 et Nikola Tesla vérifie les signaux reçus par l’immense tour de radio qu’il a construite sur le toit de son laboratoire-maison de Colorado Springs. Incroyablement, le célèbre scientifique a capté des signaux mystérieux – dont il a finalement décidé qu’ils provenaient de Mars. D’autres, cependant, affirment plus tard que les signaux provenaient en réalité d’un objet extraterrestre énigmatique vieux de 13 000 ans en orbite autour de la Terre.

Nikola Tesla

 

Ingénieur serbo-américain et pionnier de l’électricité né en 1856, Tesla a été très tôt sur la scène de la chasse aux aliens. Mais la croyance en la vie extra-terrestre et sa recherche de celle-ci sont devenues de plus en plus populaires à partir du milieu du 20e siècle. Et un éventail de personnes, des scientifiques sérieux aux conspirateurs complices, ont suivi la poursuite.

 

Maria Orsic

Je tiens à faire remarquer que Nikola Tesla était souvent en communication avec Maria Orsic,la grande prêtresse de la Société du Vril qui dessina et fit construire le premier disque volant allemand.C’était une grande voyante qui avait des dons de télépathie et de clairvoyance.Elle est à l’origine de la découverte du crash ovni de 1936,en Forêt Noire,près de Freiburg.

La liaison de Tesla avec cette femme serait à l’origine de son assassinat en 1943.

Dans la culture populaire, l’idée de vie extraterrestre est inextricablement liée aux observations d’OVNIS. Et peut-être le plus célèbre de ceux-ci est ce qui est largement connu comme l’incident de Roswell. Cela nous ramène à un titre de journal de 1947. Le message figurant sur la première page du Roswell Daily Record le 8 juillet de cette année était ainsi libellé: «La RAAF capture une soucoupe volante au ranch de la région de Roswell». L’OVNI aurait apparemment atterri au ranch.

La RAAF – Roswell Army Air Field – se trouvait au Nouveau-Mexique et existe toujours sous le nom de Walker Air Force Base. Quant à l’article susmentionné, il est rapidement devenu national, faisant apparemment appel au zeitgeist américain du jour. Le rapport était certainement sensationnel. Et un  journaliste du Roswell Daily Record a même retrouvé des témoins oculaires.

Un certain M. et Mme Wilmot étaient assis devant leur maison à Roswell vers 22 heures, quand ils ont vu quelque chose de très éclairé qui courait à toute vitesse dans le ciel nocturne. Selon M. Wilmot, l’objet volant volait à 1 500 pieds à une vitesse comprise entre 400 et 500 mi / h. De plus, il était en forme de soucoupe – un OVNI classique.

Et comme si ce reportage n’était pas assez sensationnel, l’histoire a grandi et a été embellie de façon extraordinaire. Un livre de 1980 intitulé  The Roswell Incident , de Charles Berlitz et William Moore, affirmait que le personnel gouvernemental avait en fait enlevé deux étrangers décédés du navire accidenté – et que le gouvernement américain avait ensuite couvert tout l’incident.

Le fait qu’en 1947, des représentants du gouvernement aient annoncé que le prétendu vaisseau spatial extraterrestre était en réalité un ballon météo qui s’était écrasé ne permettait absolument pas de décourager les conspirateurs féroces. Et le phénomène que nous avons mentionné plus tôt – le satellite qui aurait été construit il y a 13 000 ans et qui entoure la Terre – a également alimenté les débats pour les fans de la théorie du complot.

 

Comme vous vous en souviendrez, c’est Nikola Tesla qui, en 1899, capta pour la première fois d’étranges signaux radio provenant de l’espace. À l’époque, cependant, il ne savait pas exactement ce qu’il avait détecté, même s’il avait par la suite formulé des hypothèses extravagantes. Selon toute vraisemblance, les sons entendus par Tesla étaient des signaux de radiation de pulsars – des phénomènes inconnus jusqu’en 1968 et qui sont en réalité des étoiles à neutrons lointaines.

 

Plus tard, d’autres ont décidé que Tesla avait été la première personne à suivre ce qu’on a appelé le Black Knight Satellite (le Satellite Chevalier Noir). Tesla lui-même pensait qu’il avait reçu des signaux de la part de la vie extraterrestre sensible sur la planète rouge. En 1923, il déclara au télégramme d’Albany : «J’ai la conviction profonde que des êtres extrêmement intelligents existent sur Mars. En expérimentant dans le Colorado… j’ai obtenu une preuve expérimentale extraordinaire de l’existence de la vie sur Mars. ”

« J’avais perfectionné un récepteur sans fil d’une sensibilité extraordinaire, bien au-delà de ce que l’on sait, et j’ai capté des signaux que j’ai interprétés comme signifiant 1–2–3–4», poursuit Tesla. « Je crois que les Martiens ont utilisé des chiffres pour communiquer parce que les chiffres sont universels. »

D’autres ont émis l’hypothèse que Tesla aurait peut-être écouté des tempêtes spatiales sur Jupiter ou une sorte d’ondes radio dans l’espace lointain. Mais il y a aussi ceux qui, vers le milieu du XXe siècle, ont commencé à croire que Tesla avait capté les signaux du Black Knight Satellite.

C’est là que la sombre histoire du Black Knight a commencé . Il semble, en effet, provenir de diverses sources, avec des faits variés ensuite fusionnés en un tout. Par exemple, en 1954, Donald Keyhoe, un responsable des OVNIS, déclara que l’armée de l’air américaine avait identifié une paire de satellites en orbite autour de la Terre.


HORS TEXTE

DONALD KEYHOE

 

Donald Keyhoe naît à Ottumwa (Iowa), le dimanche 20 juin 1897, à l’aube de la conquête de l’air. Comme Roscoe Henry Hillenkoetter, il est diplômé de l’Académie Navale, promotion 1920, à Annapolis (Maryland), avec un B. S. et le grade de 2nd lieutenant du Corps des Marine. Au cours de sa dernière année à l’Académie, Robert Goddard publie un article théorique, Une Méthode pour Atteindre des Altitudes Extrêmes (les fusées), et 2 ans plus tard Hermann Oberth écrit La Fusée dans l’Espace Interplanétaire.

Les frères Wright ont volé à Kitty Hawk, N.C., lorsque Keyhoe est adolescent. Les vols de ballons sont également d’actualité. Le jeune lieutenant devient un aviateur naval, pilotant à la fois des ballons et des avions dans la période de l’entre-deux guerres. Dans les années qui mènent à la seconde guerre mondiale, le lieutenant Keyhoe commande un escadrille d’hydravions transportés des Etats-Unis à l’île de Guam, où il est affecté. Après un crash de nuit à Guam, il quitte le service actif et commence à écrire en freelance.

En rejoignant le service du gouvernement, il devient éditeur des publications Coast and Geodetic Survey, puis est nommé Directeur de l’Information de la Branche Aéronautique du Département du Commerce américain (branche qui deviendra plus tard la FAA). Après que Floyd Bennett ait survolé le Pôle Nord le dimanche 9 mai 1926 dans un vol historique, Keyhoe est chargé de s’occuper de sa tournée au travers du pays dans l’avion du Pôle Nord Josephine Ford. Ensuite lorsque le colonel Charles A. Lindbergh, environ un an plus tard, franchit avec succès l’Atlantique dans le Spirit of St. Louis et devient un héros national et international, Keyhoe est lui est affecté comme aide, accompagnant le pilote au cours de sa tournée triomphale de 48 états. Plus tard il écrit le charmant et populaire ouvrage sur cette épisode de sa vie .

Keyhoe se lance ensuite dans l’écriture de fictions, exploitant sa connaissance des airs, d’abord sous forme de série dans le Daily Globe , puis dans les années 1930s et au début des années 1940s, au travers de récits d’aventures liées à l’aviation pour des magazines bon marché populaires, inventant les pilotes héroïques « Phil Strange » et « Dick Knight, » entre autres héros et vilains. Il contribue également à nombre d’articles factuels des principaux magazines de l’époque sur divers sujets, dont beaucoup popularisant l’aviation. Parmi ces magazines on trouve le Saturday Evening PostCosmopolitanAmericanRedbook, et True avec qui il collaborera plus tard sur les ovnis. D’autres articles et brèves paraissent dans le journal supplément du dimanche This Week et American Weekly.

Donald Keyhoe

Lorsque la guerre apparaît en Europe, Keyhoe publie un livre à propos de la mobilisation américaine pour l’effort de guerre. Au cours de la seconde guerre mondiale il est rappellé au service actif avec le grade de major et est affecté au Pentagone, à la Division de l’Entraînement de l’Aviation Navale. Après la guerre il retourne une nouvelle fois à la vie civile et reprend sa carrière d’écrivain.

Durant les années 1940s et le début des années 1950s, Keyhoe procède personnellement aux essais d’une grande variété d’appareils et évalue leur performance et caractéristiques pour True Magazine. Lorsque les premières observations de « soucoupes volantes » sont signalées en juin 1947, Keyhoe, en tant qu’aviateur expérimenté, est sceptique. Mais True lui demande d’enquêter en 1949 et, en interrogeant de nombreux pilotes ainsi que des officiers du Pentagone, il découvre que des observateurs experts ont vus les disques inexpliqués, et souvent de près. Plus il enquête, plus il devient convaincu que les ovnis n’ont rien à voir avec cette planète, et qu’ils viennent apparemment de l’espace. Il conclut que l’USAF doit être au courant et qu’elle dissimule la vérité. Il va devenir un des pères fondateurs de l’ufologie.

Son article intitulé « Les soucoupes volantes existent » dans le numéro de janvier 1950 de True devient l’un des articles les plus lus et discutés de l’histoire de la publication, et fait sensation. Il y explique que les soucoupes volantes viennent d’autres planètes, que l’USAF le sait et conserve soigneusement le secret. Sa conclusion : Je pense qu’on nous prépare pour ce que le projet UFOsait déjà : que la Terre est surveillée par des voyageurs interplanétaires. L’article est développé dans un livre de poche et touche un plus grand public encore.

En mai 1954, il annonce que 2 satellites artificiels gravitent autour de la Terre, défiant les lois de la physique avec une orbite très irrégulière. Il ne s’agit pas d’engins fabriqués par l’homme.

En 1956, il démissionne des Marines américains où il était pilote, et se recycle dans le journalisme, spécialiste du sujet ovni. La même année sort Earth Versus the Flying Saucers, un film s’inspirant librement des travaux de Keyhoe. A la fin de l’année, il rejoint le NICAP à Washington, dont il est nommé directeur dès janvier 1957.

Keyhoe sur CBS le 22 Janvier 1958

Le mercredi 22 janvier 1958, Keyhoe participe à une émission télévisée populaire de CBS pour discuter du sujet ovni. Plusieurs portes-paroles de l’USAF sont invités, mais imposent comme condition à leur participation d’avoir en main le script de l’intervention de Keyhoe. CBS envoie le script est envoyé à Keyhoe, coupé en de nombreux endroits, car décrit comme « trop long ». L’émission venue, Keyhoe ignore le téléprompteur et déclare et maintenant je vais révéler quelque chose qui n’a jamais été dévoilé auparavant… durant les 6 derniers mois nous avons travaillé avec une commission du Congrès enquêtant sur le secret concernant les ovnis… CBScoupe alors brutalement le son, laissant l’image seulement. Keyhoe proteste.

Une nouvelle invitation sur CBS le 3 mars, mis sur le grill par Mike Wallace, lui donnera l’occasion de dénoncer la censure dont il a fait l’objet.

Sous sa direction, le NICAP l’association donne une publicité sérieuse au phénomène ovni dans les années 1960s et encourage les auditions parlementaires au Congrès. Il reste directeur du NICAP jusqu’en 1969.

Son dernier livre est publié en 1973. A cette époque Keyhoe est définitivement convaincu que la CIA est l’agence principale derrière la dissimulation. Il passe ses dernières années de retraite à « Bluemont » dans la belle Vallée de Shenandoah hors de Luray (Virginie), avec sa femme Helen Gardner Keyhoe, native du comté de Page (Virginie). Mme Keyhoe est membre des Filles de la Révolution Américaine .

Auteur de :

  • Flying Saucers from Outer Space, New York: Henry Holt & Co., 1953.
  • The Flying Saucer Conspiracy, Henry Holt 1955, New York
  • Flying Saucers: Top Secret, Henry Holt 1959, New York / G. P. Putnam’s Son 1960, New York
  • « Follow the Boucing Ball » – Sur le cas de Goshen/Adickes notamment.
  • « What Radar Tells About Flying Saucers », True
  • « I Know The Secret of the Flying Saucers », True, janvier 1966
  • « Someone Watching Over Us », The True Report on Flying saucers, 1967
  • « Down Down Down Censorship », The True Report on Flying saucers, 1967
  • « Radar Tracks Blips and Blobs », The True Report on Flying saucers, 1967
  • avec Lore, G. (Eds.) 1969. Strange Effects from UFOs. Washington, DC: NICAP.
  • avec Lore, G. (1969). UFOs: A New Look. Washington, DC: NICAP.

 

Spoutnik I

 

Selon l’affirmation de Keyhoe, ces satellites tournaient autour de la planète avant que les Soviétiques lancent ce que l’histoire reconnaît comme étant le satellite artificiel d’origine, Sputnik 1, en 1957. Certains ont réfuté les affirmations de Keyhoe, voulant faire remarquer et soulignant que l’ancien pilote du Marine Corps voulait vendre un livre sur les ovnis .

Le fameux projet de fusée Black Knight

 

Un autre facteur susceptible de contribuer à la croissance de l’histoire de Black Knight Satellite est peut-être le fait qu’il existe un véritable projet de fusée Black Knight de 1958 à 1965. Il s’agissait d’une affaire britannique. Et bien que la fusée ait été utilisée pour des tests, elle n’a jamais propulsé un satellite en orbite.

Dessin d’un satellite GPS de la NASA.

Puis, en 1960, le magazine Time a publié un article sur un étrange objet sombre détecté en orbite. La chose étrange était que l’objet était sur une orbite polaire – et pourtant, autant qu’on sache, les satellites américains et soviétiques de l’époque étaient tous sur des orbites équatoriales. Certains ont dit que c’était le chevalier noir. Cependant, il s’est avéré par la suite qu’il s’agissait d’un satellite américain secret participant à une mission de photo-reconnaissance.

 

Ensuite, un auteur de science-fiction écossais, Duncan Lunan, a présenté une théorie ahurissante. Lunan a déclaré que les mystérieux signaux radio captés par Tesla et par la suite des chercheurs pourraient être un vaisseau spatial vieux de 13 000 ans en orbite autour de la Lune. L’auteur a ensuite nié que ce soit lui qui avait commencé l’histoire de Black Knight. Cependant, il semble certainement y avoir contribué, même si ce n’est que involontairement.

 

Mais ce que les chercheurs considéraient peut-être comme la preuve la plus solide à ce jour de l’existence du satellite Black Knight apparut en 1998. Une photo prise lors du premier vol de la navette spatiale vers la Station spatiale internationale montrait un mystérieux objet noir apparemment suspendu dans l’espace à l’arrière-plan.

Et enfin, c’était ça: une photo prise par une mission spatiale du satellite Black Knight par la NASA. Enfin, il y avait une preuve irréfutable qu’il existe vraiment un satellite vieux de 13 000 ans provenant d’une autre galaxie entourant la Terre.

 

LA DÉSINFORMATION DE LA NASA ET LE SYNDROME DU BALLON SONDE DE JESSE MARTEL

 

Malheureusement pour les chercheurs sérieux, il s’est avéré qu’il y avait une explication « toute faite » à l’identité de l’objet énigmatique. Le journaliste James Oberg, qui écrit souvent sur l’espace, a interviewé Jerry Ross, l’un des astronautes qui avait participé à la mission à la Station spatiale internationale. Et Ross avait une réponse à la question brûlante.

Loin d’être le satellite Black Knight, l’objet sur la photo était, semble-t-il, une couverture thermique. Selon Ross, un de ses collègues et lui-même avaient participé à une sortie dans l’espace pour installer la couverture autour d’un composant métallique à l’extérieur de la station spatiale. Cependant, la couverture s’était alors détachée et avait volé dans l’espace. Croyable? Ton appel. Mais si vous êtes déterminé à croire au Black Knight Satellite, vous pouvez toujours rejeter cette explication comme une nouvelle dissimulation par le gouvernement américain.

Au regard des nombreuses photos ,recherches et expertises faites sur le Chevalier Noir,on peut se demander si le gouvernement américain nous prend pour des idiots!

Voici diverses photos et documents de diverses époques:

New York Times du 10 octobre 1954

 

 

Photo de la NASA

 

Top Secret article page 1

 

Top Secret article p.2
Top Secret article p.3
Top Secret article p.4

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:L’exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »

Proxima Centauri b, une exoplanète située dans notre voisinage galactique, soit à 4,2 années-lumière de la Terre, contiendrait d’énormes zones d’eau liquide à sa surface, ce qui augmente les possibilités qu’elle abrite des organismes vivants.

L'exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »© ESO L’exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »

 

L’astrophysicien Anthony Del Genio et ses collègues de l’Institut Goddard d’études spatiales, aux États-Unis, ont réalisé les premières simulations climatiques tridimensionnelles de la planète, des modèles semblables à ceux utilisés pour étudier les changements climatiques sur Terre.

Ils estiment que Proxima b abriterait une plus grande surface d’eau liquide que ce que l’on pensait jusqu’ici. C’est que la température de cette eau pourrait être plus froide que ce qui était estimé, en raison de la circulation océanique, des écarts de température et de la salinité de l’eau, qui abaissent son point de congélation.

La principale information qui ressort de nos simulations est qu’il y a de bonnes chances que la planète soit habitable.

Anthony Del Genio, Institut Goddard

Il faut savoir qu’une planète est considérée comme habitable lorsqu’elle se trouve à une distance de son étoile qui lui permet de recevoir suffisamment de lumière pour maintenir sa surface – ou une partie de sa surface – au-dessus de la température de gel de l’eau.

Comme elle se trouve très proche de son étoile, il est probable qu’elle lui présente toujours la même face en raison des forces gravitationnelles, un peu comme la Lune montre toujours le même côté à la Terre.

En 2016, d’autres modélisations informatiques tendaient à montrer que la composition chimique de son atmosphère ressemblait à celle de la Terre, et qu’elle possédait une atmosphère primitive constituée d’azote et de gaz carbonique.

Ces travaux montraient que l’hémisphère de l’exoplanète faisant face à son étoile pourrait être très chaud, tandis qu’un océan gelé se trouverait dans l’hémisphère faisant face à l’espace. Ainsi, seul un cercle d’eau chaude pourrait y exister.

Toutefois, les simulations actuelles, plus complètes que les précédentes, laissent à penser qu’un océan beaucoup plus dynamique s’y trouverait et serait capable de transférer efficacement la chaleur d’un côté à l’autre de l’exoplanète.

Même si le côté sombre ne voit jamais la lumière, il y existerait quand même une bande d’eau liquide, qui se maintiendrait autour de la région équatoriale.

Anthony Del Genio

Le détail de cette étude est publié dans le journal Astrobiology (en anglais).

En raison de sa proximité, l’objet céleste pourrait devenir la première planète hors de notre Système solaire à recevoir la visite d’une sonde humaine.

Des percées technologiques devront cependant être réalisées pour qu’on y arrive, puisqu’une sonde utilisant la technologie actuelle prendrait des milliers d’années pour y parvenir.

Proxima b se trouve quand même à plus de 40 000 milliards de kilomètres de la Terre.

Lac d’eau liquide sur Mars : pourrait-on y trouver la vie ?

Il y a quelques jours, une équipe d’astronomes annonçait la découverte d’un lac d’eau liquide d’une vingtaine de kilomètres de large, situé à 1,5 kilomètre de profondeur sous la glace martienne. Si ces données restent à confirmer, elles soulèvent une question importante : la vie pourrait-elle évoluer sous la surface de Mars ?

Une équipe de chercheurs annonçait il y a peu la découverte d’un lac d’environ 20 km de large situé sous une couche de glace martienne, côté pôle sud. C’est la première fois qu’un tel volume d’eau liquide est découvert. La nouvelle est importante : rapportés dans la revue Science, les détails de cette étude révèlent aujourd’hui la présence d’une masse d’eau permanente sur la planète rouge. Cette dernière serait capable – pourquoi pas – de soutenir la vie sur durée prolongée. Mais est-ce vraiment le cas ? La réponse courte est : on ne sait pas.

Jonti Horner, professeur d’astrophysique à l’Université du Queensland (Australie), explique dans The Conversation que nous pourrions comparer ce lac martien souterrain avec la myriade de lacs enterrés sous la glace de l’Antarctique. « Jusqu’à présent, dit-il, plus de 400 de ces lacs ont été trouvés sous la surface du continent gelé. Le lac Whillans, par exemple, est enterré à environ 800 mètres sous la glace, à l’ouest du continent. En 2013, une équipe de chercheurs a réussi à forer assez profondément pour y récupérer des échantillons. Qu’ont-ils découvert ? Que ce lac est grouillant de vie microbienne. En d’autres termes, poursuit le chercheur, les meilleurs analogues terrestres à ce lac martien nouvellement découvert ne sont pas seulement habitables, ils sont habités ».

Qu’en est-il alors de Mars ? Nous savons plusieurs choses : que la planète rouge était autrefois chaude et humide, qu’elle abritait potentiellement des océans, des lacs et des rivières (et sur Terre, là où il y a de l’eau, il y a de la vie). Nous savons également que la transition d’une planète chaude et humide vers un monde froid et aride s’est produite sur des millions d’années. Quoi d’autre ? Que la vie s’adapte aux environnements changeants, tant que ce changement n’est pas trop rapide ou dramatique.

Le reste n’est que spéculation. « Nous pourrions imaginer que dans un passé lointain, Mars abritait peut-être la vie, poursuit le chercheur. Peut-être est-elle née sur place ? Peut-être a-t-elle été transportée en auto-stop, à bord d’une météorite ? Toujours est-il qu’une fois la vie établie, il est incroyablement difficile de s’en débarrasser ». Pendant des millions d’années, Mars a vu son climat refroidir et son eau se renfermer dans le pergélisol. Son atmosphère s’est amincie, certes, rendant les conditions invivables en surface, mais la vie – tenace – aurait-elle pu suivre le cours de l’eau, se retrouvant ainsi sous la glace ?

Encore une fois, « ce n’est ici que de la spéculation, mais c’est bien ce genre de processus de pensée qui ont guidé notre exploration continue de Mars au cours des deux dernières décennies, rappelle le chercheur. Maintenant que nous savons avec certitude qu’il y a un réservoir d’eau liquide juste au-dessous de la surface de la planète, les astronomes peuvent désormais penser un moyen de se rendre directement sur place ». Ce ne sera pas facile. Il est aujourd’hui beaucoup plus aisé d’atterrir près de l’équateur que des pôles, car la surface est plus rugueuse et l’atmosphère plus fine (ce qui rend le freinage plus difficile pour une sonde).

Mais les chercheurs sont habitués au « compliqué ». Et si une potentielle vie extraterrestre évolue bel et bien sous la surface de Mars, il ne fait aucun doute que les astronomes du monde entier trouveront le moyen d’en avoir le cœur net. Rendez-vous dans quelques années.

 


EN COMPLÉMENT

Il y a 40 ans, la NASA détruisait probablement par erreur les premières molécules organiques détectées sur Mars

 

Il y a une quarantaine d’années, les deux atterrisseurs Viking découvraient probablement les premières molécules organiques dans le sol de Mars, l’agence spatiale américaine les aurait détruites par erreur. Comment cela s’est-il produit ?

 

Il y a peu, la NASA a déclaré avoir découvert d’étonnantes molécules organiques par le biais du rover Curiosity dans de la roche sédimentaire de Mars. Cependant, il se pourrait que cela ne soit pas une grande première. Les atterrisseurs Viking 1 et 2 ont débarqué sur Mars respectivement le 20 juillet et le 3 septembre 1976. Il s’avère que ceux-ci sont au cœur des débats depuis plusieurs décennies consistant à savoir si oui ou non, les atterrisseurs ont identifié des traces de vie sur Mars. Il se pourrait que ce soit le cas selon certains chercheurs et il est presque sûr que ces deux Viking ont été les premiers à détecter des molécules organiques complexes à la surface de la planète rouge.

Melissa Guzman et son équipe du Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatiales (LATMOS) affirment dans une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research le 20 juin 2018 que les Viking auraient identifié de la matière organique sur mars il y a quarante ans. Seulement voilà, les chercheurs de la NASA seraient passés à côté, car cette matière organique aurait été détruite de manière involontaire durant l’expérience.

Les scientifiques ont toujours été surpris de ne pas mettre la main sur des traces de carbone là où logiquement, il devrait y en avoir. En effet, Mars reçoit souvent une multitude de micrométéorites sur son sol et ces dernières sont riches en composés carbonés. Le fait est que ces micrométéorites sont très inflammables et l’expérience de porter une poignée de sol martien à une température de 500°C dans un chromatographe en phase gazeuse (CPG) a sûrement eu raison de l’échantillon et donc des éventuelles traces de matière organique.

C’est en tout cas ce que pensent Melissa Guzman et son équipe qui dans le cadre de leurs recherches, ont tenté de retrouver des traces de chlorobenzène dans les archives de Viking. Le chlorobenzène est une molécule résultant de la combustion de perchlorates avec du carbone. Finalement, des traces de cette molécule ont été retrouvées en ce qui concerne Viking 2 mais malheureusement, aucune preuve n’existe pour affirmer qu’il s’agissait de matière organique martienne ou provenant de notre propre planète.

Sources : New Scientist 


la plus complexe matière organique de Mars

La sonde Opportunuity

 

D’étonnantes molécules organiques ont été découvertes par le rover Curiosity dans de la roche sédimentaire. Les chercheurs en savent également un peu plus sur l’atmosphère de Mars avec la découverte de traces de méthane, mais la découverte de la vie sur cette planète n’a pas encore été faite. Pourquoi ?

 

La NASA a qualifié la découverte de matière organique la plus complexe jamais trouvée à la surface de Mars, ce qui serait une avancée dans le cadre de la recherche de vie sur la planète rouge, comme l’explique l’étude parue dans la revue Science le 7 juin 2018. Une deuxième étude concerne la découverte de méthane atmosphérique.

Bien que la découverte de la vie sur Mars ne soit pas encore effective grâce à cette trouvaille, Curiosity semble également avoir confirmé la présence de variations saisonnières de méthane dans l’atmosphère martienne. Or ce gaz, souvent signe de la présence de la vie, vient de la planète elle-même et pourrait être contenu dans des plaques de glaces situées sous la surface.

Par ailleurs, il faut savoir que les échantillons de matière organique ont été retrouvés à la base du mont Sharp (cratère de Gale), prélevés dans des roches datant de 3,5 milliards d’années. Ce lieu qui fut autrefois un lac est considéré comme une des zones les plus difficiles de Mars.

Les chercheurs parlent d’une avancée puisque cette découverte montre que la matière organique peut être présente dans des environnements difficiles de la planète. Cependant, il serait selon eux possible de trouver quelque chose de beaucoup mieux préservé, c’est-à-dire renfermant une signature de vie.

En 2014 déjà, Curiosity avait retrouvé de la matière organique en petite quantité. En revanche, cela ne veut pas dire que la vie est présente, mais selon Sanjeev Gupta, professeur de SVT à l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni) et co-auteur de l’étude, “les composés organiques sont les pierres de construction de la vie”.

Il faut savoir que les échantillons de matière organique peuvent avoir une origine abiotique, provenir de formations géologiques similaires au charbon, ou encore d’une météorite. Il faut bien comprendre que matière organique ne veut pas nécessairement dire que la vie est présente.

Sources : Sciences et Avenir 

 

Détail d’un cratère

 

 

 

 

Vie extraterrestre:Une bactérie inconnue sur Terre se retrouve dans les filtres à air de la station spatiale ISS

L’étrange bactérie découverte à l’extérieur de l’ISS serait bien d’origine extra-terrestre, selon les chercheurs russes qui l’étudient ! Au mois de mai, les occupants de la Station Spatiale Internationale avaient fait une étonnante découverte. En effet, une bactérie inconnue sur Terre venait d’être découverte dans les filtres à air de la station ! Une bactérie qui a pour particularité d’être endospore, c’est à dire qu’elle produit des spores comme certaines moisissures. Plus impressionnant, elle a pu survivre au vide et aux radiations de l’espace pendant trois ans ! Des propriétés qui fascinent les scientifiques.

Les bactéries vues au microscope.

 

 

L’ISS abriterait bien plus de vie qu’on ne le pensait ! Au mois de mai, une étrange bactérie avait été découverte par les spationautes russes. Ils l’avaient prélevée il y a plusieurs années dans les filtres à air et à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale, sans lui prêter beaucoup d’attention. Il faut reconnaître qu’on espérait mieux qu’un premier contact au microscope avec les extra-terrestres ! Ainsi, la bactérie baptisée Solibacillus kalamii a été ramenée sur Terre dans l’indifférence générale.

Kasthuri Venkateswaran, chercheur senior de la section Biotechnologie du Jet Propulsion Laboratory (JPL), supposait qu’elle venait de la Terre. Et qu’elle avait été emportée par mégarde par un lancement de cargo. Ce qui rendait particulièrement probable son origine terrestre, c’était son analyse génomique. Elle révélait une forte correspondance avec Solibacillus isronensis (98,9%)Solibacillus silvestris (98,6%), et Bacillus cecembensis (96,7%). Néanmoins, les chercheurs russes ont affirmé lundi 27 novembre qu’il s’agit bien d’une vie extra-terrestre !

Une bactérie inconnue sur Terre se retrouve dans les filtres à air de l’ISS

Cette bactérie surprenante a été découverte dans des filtres à air de l’ISS, ainsi que sur un écouvillon prélevé à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale. Apparemment, le groupe ne savait pas vraiment que la bactérie était présente sur les échantillons prélevés par écouvillon, jusqu’à ce qu’elle soit retournée sur Terre pour être examinée de plus près. Négligée, les bactéries vivantes pourraient provenir de l’espace extra-atmosphérique. Ce qu’explique le cosmonaute russe Anton Shkaplerov.

« D’une certaine façon, ces écouvillons révèlent des bactéries qui étaient absentes lors du lancement du module de l’ISS. Ils sont venus de l’espace et se sont installés le long de la surface extérieure. Ils sont étudiés actuellement et il semble qu’ils ne présentent aucun danger. »

Mais, ce qui est intéressant c’est que le plus souvent, les conditions du vide spatial et les radiations ont raison de la plupart des organismes. Pourtant, les fluctuations intenses de température n’ont pas réussi à tuer ces bactéries pendant trois ans ! En effet, les filtres sont changés tous les 40 mois. Ainsi, cet organisme endospore s’est montré extrêmement résistant. Une particularité qui fascine les chercheurs.

Mais, cela ne serait pas vraiment inédit : divers organismes encore en vie comme des tardigrades et des algues ont déjà été trouvés à l’extérieur de la station. Désormais les chercheurs, qui ont baptisé la bactérie en l’honneur du 11e président de l’Inde, Avul Pakir Jainulabdeen Abdul Kalam, s’intéressent aux raisons de cette exceptionnelle résistance. Dans l’espoir, peut-être, un jour, de trouver des applications dans le domaine de la santé.

 

 

Astronomie:Des comètes seraient composées de matière plus ancienne que notre système solaire

La matière organique découverte dans le noyau de la comète Tchouri lors de la mission de la sonde Rosetta ne se serait pas formée lors de la naissance du système solaire, mais auparavant, dans l’espace interstellaire.

Cette théorie émise par les Français Jean-Loup Bertaux et Rosine Lallement, respectivement de l’Université de Versailles Saint-Quentin et de l’Observatoire de Paris, remet en question la théorie largement avancée en astronomie selon laquelle les astéroïdes et les comètes datent de la formation du système solaire.

Si comme le pense le duo français, la matière organique des comètes a bel et bien été créée dans le milieu interstellaire, alors elle a également pu atteindre d’autres planètes de notre galaxie et y permettre l’apparition de la vie.

Un noyau qui livre ses secrets

La mission Rosetta de l’Agence spatiale européenne s’est terminée en septembre 2016. La sonde s’est alors écrasée sur la comète Tchouri, mettant un terme à une mission spatiale historique de plus de 12 ans.

Les données recueillies ont permis d’établir que la matière organique représente près de 40 % de la masse du noyau de la comète Tchouri (67P Churyumov-Gerasimenko).

Cette masse est composée de molécules à base de carbone, d’hydrogène, d’azote et d’oxygène, certains de ces éléments étant nécessaires à l’apparition de la vie telle que nous la connaissons sur Terre.

Mystérieuse lumière céleste

Selon les scientifiques français, cette information est sous les yeux des astronomes depuis 70 ans.

En effet, l’analyse de la lumière émise par les étoiles montre partout dans le milieu interstellaire des absorptions inconnues, à des longueurs d’onde bien précises. Elles sont connues sous le nom de bandes interstellaires diffuses (BID).

Selon l’astrophysicien américain Theodore Snow, ces bandes sont attribuées à des molécules organiques complexes, qui constitueraient « le plus grand réservoir connu de matière organique dans l’Univers ».

Cette matière organique interstellaire est généralement proportionnelle à la matière interstellaire dans son ensemble, sauf dans le cas d’un nuage très dense, comme une nébuleuse protosolaire. Dans le cœur de ces nébuleuses, où la matière est encore plus dense, les BID plafonnent, voire diminuent.

Cette réalité est une indication que les molécules organiques qui provoquent les BID disparaissent, par agglutination les unes aux autres. Une fois collées ensemble, elles ne peuvent plus absorber autant que lorsqu’elles flottent librement dans l’espace.

C’est ce type de nébuleuse primitive qui finit par former les systèmes solaires comme le nôtre, composé de planètes et de comètes.

Des comètes créées à partir de matière interstellaire

La mission Rosetta a aussi permis d’établir que les noyaux de comètes se sont formés par accrétion : les petits grains se collent les uns aux autres pour former des grains plus gros, lesquels se rassemblent à leur tour jusqu’à atteindre la taille d’un noyau de comète, de quelques kilomètres.

Selon les scientifiques français, les molécules organiques provoquant les BID, et préexistantes dans les nébuleuses primitives, n’ont donc probablement pas été détruites, mais ont pu faire partie des grains constituant les noyaux cométaires, où elles se trouvent toujours, 4,6 milliards d’années plus tard.

Vers une future mission

Une mission spatiale rapportant sur la Terre des échantillons de matière organique d’une comète pourrait, selon eux, permettre son analyse en laboratoire et révéler la nature exacte de cette mystérieuse matière interstellaire.

 

Les détails des présents travaux sont publiés dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Astronomie:Certaines exoplanètes peuvent contourner l’habitabilité

L’orbite terrestre dans la zone habitable du soleil signifie que ses températures sont justes pour la vie. Mais les mondes glacés situés dans la zone habitable de leur étoile peuvent brusquement passer de trop froid à trop chaud sans passer par une étape habitable, selon une nouvelle étude.

La découverte suggère qu’il pourrait y avoir moins de mondes potentiellement habitables que les scientifiques pensaient auparavant, ont indiqué les chercheurs.

Alors que Venus semble trop chaud pour la vie et Mars semble trop froid, la Terre se trouve entre Vénus et Mars, où les températures peuvent être juste pour que sa surface possède de l’eau liquide. Cette zone « Goldilocks » est également connue sous le nom de zone habitable , car sur Terre, il y a une vie presque partout où il y a de l’eau liquide. 

L’illustration d’un artiste d’une exoplanète glacée et couverte de neige.

Des étoiles comme le soleil brillent avec le temps. Cela soulève la possibilité qu’une planète ou une lune qui commence à être froide et glacée autour d’une jeune étoile sombre, comme la Terre précoce, peut éventuellement se réchauffer à un état stable et habitable lorsque l’étoile devient plus lumineuse.

Cependant, la nouvelle étude constate que certaines planètes peuvent aller directement d’une étape de la glacière de type Mars à une phase de serre de Vénus , en contournant les conditions habitables de la Terre.

« Auparavant, des études ont suggéré que les planètes glacées et les lunes, telles que [la lune de Jupiter] Europa, deviendront habitables à vie après la fusion de leur glace de surface ou de la neige », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Jun Yang, de l’Université de Pékin à Pékin. « Notre travail montre que cela n’arrivera pas ».

Le climat d’une planète riche en eau dépend d’au moins deux facteurs. L’un est la quantité de glace qui couvre sa surface. La glace a un albédo élevé , ce qui signifie qu’elle reflète une grande partie de la lumière qui retombe sur l’espace avant que la lumière puisse réchauffer la surface de la planète. De cette façon, la glace refroidit la planète, ce qui conduit à la formation de plus de glace et rend la planète encore plus froide. Le deuxième facteur est la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère de la planète; La vapeur d’eau est un gaz à effet de serre qui piège la chaleur, réchauffe une planète, ce qui amène plus d’eau à s’évaporer et rend la planète encore plus chaude.

L’albédo de la glace joue un rôle dominant dans le climat des planètes glacées. Une étude de 2004 a suggéré que la Terre a échappé à une éventuelle «phase de boule de neige» parce que le soleil a été éclairé au fil du temps et que l’activité volcanique sur Terre a libéré du dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre qui ont aidé la planète à conserver la chaleur.

En revanche, de nombreux corps glacés, tels que la lune de Jupiter Europa et la lune Enceladus de Saturne, ne libèrent pas de grandes quantités de gaz à effet de serre via les volcans . En tant que tel, les chercheurs voulaient voir comment ces mondes évoluaient s’ils n’avaient que la lumière de leurs étoiles pour les réchauffer.

Dans la nouvelle étude, les scientifiques ont développé un modèle climatique mondial qui a simulé l’évolution du climat d’une planète glacée dépourvue de gaz à effet de serre autre que la vapeur d’eau. Ce modèle informatique 3D comprenait plusieurs couches de l’atmosphère, ainsi que les vents et leurs effets sur les températures, les nuages, la vapeur d’eau, la neige et la glace, selon l’étude.

Les chercheurs ont constaté que, sans la présence de gaz à effet de serre en plus de la vapeur d’eau, les corps glacés nécessitaient beaucoup d’énergie de leurs étoiles avant de commencer à fondre – environ 10 à 40 pour cent de plus que la Terre provient du soleil. Lorsque la glace a finalement fondu dans les simulations, la chute résultante de l’albédo a rendu ces mondes beaucoup plus chauds très rapidement. Ce réchauffement rapide a souvent conduit à des étapes de serre dans lesquelles la plupart ou la totalité des océans d’eau se sont vaporisés, rendant ces mondes inhabités pour la vie à base d’eau, comme on le sait sur Terre.

« La découverte suggère que le nombre de planètes potentiellement habitables et les lunes peuvent être moins élevés que prévu, en particulier pour les petites planètes glaciales et les lunes glaciales », a déclaré Yang à Space.com.

Le document détaillant les nouvelles découvertes a été publié en ligne le 31 juillet dans la revue Nature Geoscience.

 

 

Civilisations extraterrestres:L’étoile à la « mégastructure Alien » refait des siennes, le mystère s’obscurcit

L’étoile KIC 8462852 que certains scientifiques soupçonne d’abriter une « mégastructure Alien » sorte de sphère de Dyson entre autres théories vient à nouveau de faire parler d’elle. Tabetha Boyajian, à l’origine de la découverte de l’étoile, rapporte en effet une nouvelle baisse soudaine de la luminosité de l’étoile. De quoi encore brouiller les pistes sur les raisons du comportement étrange de cet astre, et obscurcir encore le mystère. 

 

On vous en parle régulièrement : KIC 8462852 est une étoile située à 1500 années-lumières de nous. Et si elle fascine autant, c’est qu’elle a une particularité étrange : sa luminosité diminue à travers le temps et par à-coups. Comme si quelque-chose était en train d’être construit autour d’elle, dans le style des sphères de Dyson, une mégastructure censée permettre à des civilisations avancées de capturer toute l’énergie d’une étoile.

L’étoile à la « mégastructure Alien » baisse encore en luminosité, la raison est un vrai mystère

En tout cas, c’est l’une des théories en l’absence d’une explication vraiment satisfaisante. Car jusqu’ici plusieurs hypothèses ont été testées, sans que les astronomes ne puissent se mettre à 100% d’accord. La dernière théorie en date était par exemple que l’étoile était en plein festin galactique. Mais un nouveau plongeon de sa luminosité de plus de 2% vient d’être détecté, comme l’annonce Tabetha Boyajian, première à avoir découvert cette étrange étoile.

Selon elle, cette nouvelle baisse soudaine augure un cycle d’observation passionnant au cours duquel il sera peut-être possible de comprendre enfin ce qui se passe, et éventuellement de confirmer ou d’infirmer la théorie selon laquelle une structure d’origine artificielle en construction obscurcit progressivement la luminosité qui nous parvient. Evidemment, comme on vous le disait plus haut cette théorie cohabite celles d’une origine naturelle du phénomène.

 

Mais les données en provenance de l’étoile sont si étrange, que ces deux approches radicalement opposées cohabitent. C’est en tout cas la première baisse claire de luminosité enregistrée depuis sa détection en 2015. De fait, il faudra encore attendre la mise en service de télescopes spatiaux plus puissant que Hubble, dont le James Webb télescope pour voir enfin ce qui se passe et lever enfin le voile sur la fameuse étoile de Tabby.

L’étoile la plus mystérieuse de la Voie Lactée est à nouveau dans l’actualité.

Les astronomes émettent les alarmes vendredi alors que les observations du télescope détectent des modèles de lumière inhabituels provenant d’une étoile éloignée située à environ 1 300 années-lumière de la Terre dans la constellation de Cygnus, dans les bords extérieurs de la galaxie. La gradation et le scintillement mystérieux de l’étoile, découverts pour la première fois en 2011, signifient quequelque chose passe devant lui. Cela a perplexe les astronomes depuis, mais c’est la première fois qu’ils l’ont vu s’obscurcir en temps réel, en présentant une occasion extraordinaire d’observer tout ce qui bloque la lumière de l’étoile.