Lac d’eau liquide sur Mars : pourrait-on y trouver la vie ?

Il y a quelques jours, une équipe d’astronomes annonçait la découverte d’un lac d’eau liquide d’une vingtaine de kilomètres de large, situé à 1,5 kilomètre de profondeur sous la glace martienne. Si ces données restent à confirmer, elles soulèvent une question importante : la vie pourrait-elle évoluer sous la surface de Mars ?

Une équipe de chercheurs annonçait il y a peu la découverte d’un lac d’environ 20 km de large situé sous une couche de glace martienne, côté pôle sud. C’est la première fois qu’un tel volume d’eau liquide est découvert. La nouvelle est importante : rapportés dans la revue Science, les détails de cette étude révèlent aujourd’hui la présence d’une masse d’eau permanente sur la planète rouge. Cette dernière serait capable – pourquoi pas – de soutenir la vie sur durée prolongée. Mais est-ce vraiment le cas ? La réponse courte est : on ne sait pas.

Jonti Horner, professeur d’astrophysique à l’Université du Queensland (Australie), explique dans The Conversation que nous pourrions comparer ce lac martien souterrain avec la myriade de lacs enterrés sous la glace de l’Antarctique. « Jusqu’à présent, dit-il, plus de 400 de ces lacs ont été trouvés sous la surface du continent gelé. Le lac Whillans, par exemple, est enterré à environ 800 mètres sous la glace, à l’ouest du continent. En 2013, une équipe de chercheurs a réussi à forer assez profondément pour y récupérer des échantillons. Qu’ont-ils découvert ? Que ce lac est grouillant de vie microbienne. En d’autres termes, poursuit le chercheur, les meilleurs analogues terrestres à ce lac martien nouvellement découvert ne sont pas seulement habitables, ils sont habités ».

Qu’en est-il alors de Mars ? Nous savons plusieurs choses : que la planète rouge était autrefois chaude et humide, qu’elle abritait potentiellement des océans, des lacs et des rivières (et sur Terre, là où il y a de l’eau, il y a de la vie). Nous savons également que la transition d’une planète chaude et humide vers un monde froid et aride s’est produite sur des millions d’années. Quoi d’autre ? Que la vie s’adapte aux environnements changeants, tant que ce changement n’est pas trop rapide ou dramatique.

Le reste n’est que spéculation. « Nous pourrions imaginer que dans un passé lointain, Mars abritait peut-être la vie, poursuit le chercheur. Peut-être est-elle née sur place ? Peut-être a-t-elle été transportée en auto-stop, à bord d’une météorite ? Toujours est-il qu’une fois la vie établie, il est incroyablement difficile de s’en débarrasser ». Pendant des millions d’années, Mars a vu son climat refroidir et son eau se renfermer dans le pergélisol. Son atmosphère s’est amincie, certes, rendant les conditions invivables en surface, mais la vie – tenace – aurait-elle pu suivre le cours de l’eau, se retrouvant ainsi sous la glace ?

Encore une fois, « ce n’est ici que de la spéculation, mais c’est bien ce genre de processus de pensée qui ont guidé notre exploration continue de Mars au cours des deux dernières décennies, rappelle le chercheur. Maintenant que nous savons avec certitude qu’il y a un réservoir d’eau liquide juste au-dessous de la surface de la planète, les astronomes peuvent désormais penser un moyen de se rendre directement sur place ». Ce ne sera pas facile. Il est aujourd’hui beaucoup plus aisé d’atterrir près de l’équateur que des pôles, car la surface est plus rugueuse et l’atmosphère plus fine (ce qui rend le freinage plus difficile pour une sonde).

Mais les chercheurs sont habitués au « compliqué ». Et si une potentielle vie extraterrestre évolue bel et bien sous la surface de Mars, il ne fait aucun doute que les astronomes du monde entier trouveront le moyen d’en avoir le cœur net. Rendez-vous dans quelques années.

 


EN COMPLÉMENT

Il y a 40 ans, la NASA détruisait probablement par erreur les premières molécules organiques détectées sur Mars

 

Il y a une quarantaine d’années, les deux atterrisseurs Viking découvraient probablement les premières molécules organiques dans le sol de Mars, l’agence spatiale américaine les aurait détruites par erreur. Comment cela s’est-il produit ?

 

Il y a peu, la NASA a déclaré avoir découvert d’étonnantes molécules organiques par le biais du rover Curiosity dans de la roche sédimentaire de Mars. Cependant, il se pourrait que cela ne soit pas une grande première. Les atterrisseurs Viking 1 et 2 ont débarqué sur Mars respectivement le 20 juillet et le 3 septembre 1976. Il s’avère que ceux-ci sont au cœur des débats depuis plusieurs décennies consistant à savoir si oui ou non, les atterrisseurs ont identifié des traces de vie sur Mars. Il se pourrait que ce soit le cas selon certains chercheurs et il est presque sûr que ces deux Viking ont été les premiers à détecter des molécules organiques complexes à la surface de la planète rouge.

Melissa Guzman et son équipe du Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatiales (LATMOS) affirment dans une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research le 20 juin 2018 que les Viking auraient identifié de la matière organique sur mars il y a quarante ans. Seulement voilà, les chercheurs de la NASA seraient passés à côté, car cette matière organique aurait été détruite de manière involontaire durant l’expérience.

Les scientifiques ont toujours été surpris de ne pas mettre la main sur des traces de carbone là où logiquement, il devrait y en avoir. En effet, Mars reçoit souvent une multitude de micrométéorites sur son sol et ces dernières sont riches en composés carbonés. Le fait est que ces micrométéorites sont très inflammables et l’expérience de porter une poignée de sol martien à une température de 500°C dans un chromatographe en phase gazeuse (CPG) a sûrement eu raison de l’échantillon et donc des éventuelles traces de matière organique.

C’est en tout cas ce que pensent Melissa Guzman et son équipe qui dans le cadre de leurs recherches, ont tenté de retrouver des traces de chlorobenzène dans les archives de Viking. Le chlorobenzène est une molécule résultant de la combustion de perchlorates avec du carbone. Finalement, des traces de cette molécule ont été retrouvées en ce qui concerne Viking 2 mais malheureusement, aucune preuve n’existe pour affirmer qu’il s’agissait de matière organique martienne ou provenant de notre propre planète.

Sources : New Scientist 


la plus complexe matière organique de Mars

La sonde Opportunuity

 

D’étonnantes molécules organiques ont été découvertes par le rover Curiosity dans de la roche sédimentaire. Les chercheurs en savent également un peu plus sur l’atmosphère de Mars avec la découverte de traces de méthane, mais la découverte de la vie sur cette planète n’a pas encore été faite. Pourquoi ?

 

La NASA a qualifié la découverte de matière organique la plus complexe jamais trouvée à la surface de Mars, ce qui serait une avancée dans le cadre de la recherche de vie sur la planète rouge, comme l’explique l’étude parue dans la revue Science le 7 juin 2018. Une deuxième étude concerne la découverte de méthane atmosphérique.

Bien que la découverte de la vie sur Mars ne soit pas encore effective grâce à cette trouvaille, Curiosity semble également avoir confirmé la présence de variations saisonnières de méthane dans l’atmosphère martienne. Or ce gaz, souvent signe de la présence de la vie, vient de la planète elle-même et pourrait être contenu dans des plaques de glaces situées sous la surface.

Par ailleurs, il faut savoir que les échantillons de matière organique ont été retrouvés à la base du mont Sharp (cratère de Gale), prélevés dans des roches datant de 3,5 milliards d’années. Ce lieu qui fut autrefois un lac est considéré comme une des zones les plus difficiles de Mars.

Les chercheurs parlent d’une avancée puisque cette découverte montre que la matière organique peut être présente dans des environnements difficiles de la planète. Cependant, il serait selon eux possible de trouver quelque chose de beaucoup mieux préservé, c’est-à-dire renfermant une signature de vie.

En 2014 déjà, Curiosity avait retrouvé de la matière organique en petite quantité. En revanche, cela ne veut pas dire que la vie est présente, mais selon Sanjeev Gupta, professeur de SVT à l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni) et co-auteur de l’étude, “les composés organiques sont les pierres de construction de la vie”.

Il faut savoir que les échantillons de matière organique peuvent avoir une origine abiotique, provenir de formations géologiques similaires au charbon, ou encore d’une météorite. Il faut bien comprendre que matière organique ne veut pas nécessairement dire que la vie est présente.

Sources : Sciences et Avenir 

 

Détail d’un cratère

 

 

 

 

Publicités

Fantastique découverte d’un grand lac d’eau liquide découvert sur Mars

Une équipe de chercheurs annonce la découverte d’un lac d’environ 20 km de large situé sous une couche de glace martienne. C’est la première fois qu’un tel volume d’eau liquide est découvert. Les détails de cette étude sont rapportés dans la revue Science.

 

Une équipe internationale d’astronomes annonce avoir repéré un lac sur Mars. La découverte de cette vaste étendue d’eau souterraine, que vous retrouverez sous le pôle Sud de la planète rouge, est un tournant dans la recherche de la vie sur d’autres planètes. “C’est un résultat stupéfiant qui laisse penser que la présence d’eau sur Mars n’est pas seulement un ruissellement temporaire révélé par de précédentes découvertes, mais une masse d’eau permanente qui crée les conditions pour de la vie sur une période de temps prolongée“, a commenté Alan Duffy, professeur associé à l’université de Swinburne (Australie), qui n’a pas participé à l’étude.

 

Ce lac, large d’une vingtaine de kilomètres (et pas très profond), “ressemble à l’un des bassins interconnectés situés sous plusieurs kilomètres de glace au Groenland et en Antarctique“, explique Martin Siegert, géophysicien à l’Imperial College de Londres. Selon les premières estimations, qui demandent à être confirmées, cette étendue d’eau liquide se trouverait à environ 1,5 kilomètre sous la surface glacée. Les chercheurs se sont ici appuyés sur les données de MARSIS, un radar installé sur la sonde Mars Express, de l’Agence spatiale Européenne, en orbite depuis 2005, qui a pour objectif principal de “scruter ce qui se trouve en dessous de la surface martienne”.

L’instrument fonctionne en analysant le temps que met l’onde radar à revenir à la sonde. Cette onde réagit différemment en fonction des matériaux traversés. C’est alors qu’à environ 1,5 km sous la couche de glace du pôle sud martien, les données récoltées ne collaient pas avec de la glace, de la roche ou de simples sédiments. Les chercheurs estiment alors que la “matière” traversée la plus probable est bel et bien de l’eau liquide.

 

Notons par ailleurs qu’il fait -68°C sous cette couche de glace. Comment se fait-il alors que cette eau ne soit pas complètement gelée ? Tout dépend de la pression, mais surtout de la composition de l’eau (plus elle est salée, plus la température doit être basse pour qu’elle gèle). Les chercheurs font ici remarquer qu’une eau avec un fort dosage de sels de sodium, de magnésium et de calcium, peut effectivement rester liquide jusqu’à -74°C. Et ces trois éléments ont été repérés à la surface martienne.

D’autres analyses devront être faites pour confirmer la présence de cette eau liquide sous la surface martienne. Si telle est le cas, cette annonce aura à coup sûr de fortes implications pour les futures missions d’ores et déjà prévues. Pourrait-on y retrouver une vie microbienne ? Rappelons que si Mars est désormais froide, désertique et aride, elle était auparavant chaude et humide et abritait une large quantité d’eau liquide et de lacs il y a au moins 3,6 milliards d’années.

Source

 

 

 

 

 

 

 

La Sexualité Sacrée:Le sexe dans l’espace et la frontière finale pour la colonisation de Mars

Si l’humanité est sérieuse au sujet de la colonisation de Mars, il faut s’occuper d’étudier comment s’occuper de l’espace.

De nombreux films de science fiction ont ouvert cette vision et cette voie importante pour l’avenir de l’humanité.

Nous ne savons pas assez sur la façon dont la reproduction humaine et le développement fonctionnent dans la dernière frontière pour planifier de manière sûre des établissements permanents et durables sur la planète rouge ou ailleurs dans la Terre, a déclaré Kris Lehnhardt, professeur adjoint au département de la médecine d’urgence À l’École de médecine de l’Université George Washington et des sciences de la santé.

« C’est quelque chose que nous, franchement, n’avons jamais étudié de façon spectaculaire, car ce n’est pas pertinent à ce jour », a déclaré Lehnhardt le 16 mai 2017,lors d’une table ronde à « On the Launchpad: Return to Deep Space », un événement de diffusion sur Internet à Washington, DC , Organisé par le magazine The Atlantic.

Nous sommes limité par notre imagination….

« Mais si nous voulons devenir une espèce spatiale et que nous voulons vivre dans l’espace de manière permanente, c’est une question cruciale que nous devons aborder, qui n’a pas encore été pleinement étudiée », a-t-il ajouté.

La reproduction hors terre n’est pas un sujet complètement ignoré, bien sur. Le mois dernier, par exemple, un groupe de chercheurs au Japon a annoncé que le sperme de souris lyophilisé qui a été stocké dans la Station spatiale internationale pendant neuf mois a donné naissance à des chiots en bonne santé .

Ira-t-on jusqu’aux relations sexuelles avec d’autres races extraterrestres?
Seul l’avenir nous le dira!

Ces résultats suggèrent que les niveaux relativement élevés de rayonnement dans l’espace ne constituent pas une barrière insurmontable à la reproduction.

Mais le sperme de souris a été ramené à la Terre pour produire des embryons, qui ont poussé ici sur la terre ferme. La façon dont un embryon humain se déroulerait loin de la Terre – dans l’ environnement de microgravité de l’orbite ou de l’espace profond, ou sur Mars, dont la gravité superficielle est seulement 38 pour cent aussi forte que celle de notre planète – reste un mystère, a déclaré Lehnhardt.

L’étude du corps humain en apesanteur va surement permettre d’améliorer les relations sexuelles humaines dans l’espace…et sur d’autres mondes!

« Nous n’avons aucune idée de la façon dont ils vont se développer », a-t-il déclaré. « Est-ce qu’ils développeront les os de la même façon que nous le ferons? Sera-t-il capable de venir à la Terre et de se lever? »

L’idée aurait commencé avec le premier film des frères Lumières (Les premiers hommes dans la lune) ,mais avec le développement du cinéma de science fiction dans les années ’50,cette idée fit davantage son chemin.

Et il y a beaucoup à penser au-delà des problèmes de développement des noix et des boulons. Par exemple, les personnes qui sont nées et grandissent sur Mars, ou dans d’énormes habitats terrestres en orbite terrestre, «vont être très différentes de ce que nous sommes», a ajouté M. Lehnhardt. « Et ce peut être un tournant dans l’histoire de l’humanité ».

C’est avec Star Trek que commence l’idée de relations et de croisements interraciaux …dans l’espace.

La table ronde a également présenté l’ancien astronaute de la NASA, Michael López-Alegría; Sheyna Gifford, membre de la mission simulée de Mars de HI-SEAS IV à Hawaï; Et la journaliste Alison Stewart. Vous pouvez regarder toute la discussion sur la chaîne YouTube d’AtlanticLIVE .

 

Même les bandes dessinées s’emparèrent du sujet dans les années ’60 et ’70.

 

La sonde Opportunity découvre une région étrange à la formation inexpliquée

Opportunity est le premier robot envoyé sur Mars par la NASA, en 2004. Il devait y rester 90 jours mais est toujours actif, et poursuit sa mission de reconnaissance. Et il vient justement d’arriver à un point central de sa dernière mission, un site formé d’une façon que les scientifiques  ignorent.

13 ans après son arrivée sur Mars et bien avant Curiosity, Opportunity continue de parcourir la planète à la recherche de réponses quant à la formation de celle-ci. Et en ce mois de mai, il vient d’atteindre la vallée de la Persévérance, située sur le flanc d’un gigantesque cratère de 22 kilomètres de large nommé Endeavour.

Mars : la formation de cette vallée étrange est inexpliquée

Cette vallée est au cœur de toutes les interrogations chez les scientifiques en charge à la NASA. En effet, impossible pour eux de définir comment s’est-elle formée. Comme toujours, et même si l’on sait désormais qu’il n’y a pas de trace d’eau à la surface de Mars, la thèse d’un flux d’eau ancien a été évoquée. De même, ce site aurait pu être érodée par les vents, lui donnant ses formes particulières au fil du temps.

La mission d’Opportunity est donc désormais de rechercher des sédiments, ce qui irait dans le sens de la théorie portée sur l’eau. Matt Golombek, l’un des chercheurs lié au projet indique que « L’équipe scientifique est vraiment impatiente de ratisser la zone au peigne fin à la recherche d’indices qui aideront à faire le tri entre les multiples hypothèses expliquant la formation de cette vallée« .

En définitive, après toutes ces années d’observation et de recherche scientifique, Mars se dévoile peu à peu à nous, et des scientifiques ont déjà effectué des simulations d’un an dans le but de s’y rendre réellement un jour. De nouvelles missions sont d’ores-et-déjà prévues, l’une d’entre-elles pourrait d’ailleurs impliquer des humains et serait lancée dans les années 2030.

 

 

 

 

 

 

Mars : ces images prises par Curiosity ,en 2016 sont à couper le souffle

Mars s’est dévoilée comme jamais auprès du grand public grâce aux belles images que nous renvoie Curiosity. Le robot qui a commencé sa mission en 2012 continue de nous envoyer de superbes clichés de la planète rouge, et cette année n’a pas fait exception. Retour sur les plus belles images prises par l’astrobot sur ce monde distant qu’il a tant contribué à rapprocher dans nos esprits.

Un selfie par Curiosity.
Un selfie par Curiosity.

 

 

Curiosity a commencé sa mission en 2012 avec pour objectif d’observer de près la surface de Mars, et répondre à ces grandes questions : la planète qui semble aujourd’hui morte, a-t-elle été un jour habitable ? De l’eau liquide a-t-elle coulé sur sa surface ? Et surtout que peut nous apprendre la géologie du Mount Sharp et du Gale Crater que le robot est censé étudier ?

Mais admettons-le : pour nous simples mortels, ce qui nous a sans aucun doute le plus frappé, ce sont sans aucun doute les photos haute résolution et en couleurs naturelles de ce monde si distant : des dunes, rochers, un météorite, quelques images en stéréoscopie 3D pour se rendre compte des volumes, les images de la ChemCam et de ses puissants tirs laser…

Sans parler des selfies du robot qui nécessitent d’assembler plusieurs clichés et permettent d’apprécier l’état de Curiosity. Ou les photos des dunes actives qui se déplacent grâce aux vents de la fine atmosphère martienne. Et les images de formations rocheuses martiennes qui font penser au far-west américain. Bref, grâce à toutes ces images, le rêve d’y envoyer des hommes un jour ne semble plus du tout une vue de l’esprit fantaisiste.


HORS TEXTE:

COMME AU FAR_WEST AMÉRICAIN

 

On a des nouvelles de Mars : le rover Curiosity nous a envoyé une nouvelle série de photos. Une salve censée permettre aux scientifiques de mieux apprécier la toponymie du terrain. Mais en faisant impasse sur l’étrange couleur du ciel, on se croirait dans des paysages du far-west américain, comme si le rover évoluait dans un désert du Mojave dépourvu de végétation.

mars4

 

Depuis son arrivée rocambolesque sur la planète rouge en 2012, le rover Curiosity n’a parcouru qu’un peu plus de 14 km. Mais a largement raccourci la distance de plusieurs millions de kilomètres qui nous sépare de lui, au moins d’un point de vue psychologique. Grâce à Curiosity, on a pu découvrir pour la première fois un autre monde dans notre système solaire avec une résolution et des couleurs naturelles qui permettent de s’y projeter.

 

mars2

 

14 kilomètres, cela peut sembler infime à l’échelle du système solaire. Mais à l’échelle de la région retenue par les ingénieurs du JPL pour l’atterrissage, c’est suffisant pour changer totalement de toponymie. Et c’est ainsi que le le rover de 75 kg a atteint la région de Murray Butes, un peu plus au sud du Mount Sharp. Et nous a envoyé son carnet de voyage, et on ressent comme un trouble en le regardant. Ces paysages si lointains, ne font-ils pas penser à la Terre ?

 

mars3

 

Pourtant, même les conditions du désert du Mojave feraient figure de paradis en comparaison de celles, hostiles à la vie telle qu’on la connaît, qui règnent sur ce point rouge du ciel. La pression de l’atmosphère d’abord, 8700 Pascals. Sur Terre, en comparaison, cette pression est de 101300 Pascals en moyenne, soit 1013 hPa. L’atmosphère est constituée à plus de 96% de CO2 et l’oxygène n’y existe qu’à l’état de traces. La surface de la planète, dépourvue de magnétosphère, est inlassablement bombardée par les radiations.

mars1

 

 

Comme vous vous en doutez, le rover Curiosity n’erre jamais sans but. Et l’équipe californienne qui a ici décidé de le déplacer cherche à mieux comprendre la formation de dunes sur la planète rouge. En effet, avec la fine atmosphère martienne, les scientifiques pensent que cette région est constituée de dunes anciennes, qui se sont agglomérées au point de devenir dures comme de la pierre. Ces photos permettent de mieux comprendre leur formation et érosion.


 

 

 

 

 

Il y a d’ailleurs déjà plusieurs missions en préparation, dont le projet du célèbre patron de SpaceX, Elon Musk, qui veut lui-aussi aller sur Mars. On vous laisse en tout cas contempler ces images complètement uniques, et mystérieuses, venues d’ailleurs. Cliquez sur les images pour les agrandir :

 

Mars : forages du sol sur différents sites visités par Curiosity
Mars : forages du sol sur différents sites visités par Curiosity

 

Une formation rocheuse sédimentée faisant penser au Far West américain
Une formation rocheuse sédimentée faisant penser au Far West américain

 

Curiosity prend une macro du sol...On dirait même qu'il y a quelque chose de géodésique en dessous.
Curiosity prend une macro du sol…On dirait même qu’il y a quelque chose de géodésique en dessous.

 

Comment les pseudo savants de la NASA peuvent-ils affirmer que l'objet au cenre...est une météorite?
Comment les pseudo savants de la NASA peuvent-ils affirmer que l’objet au centre…est une météorite?

 

Panorama d’une plaine martienne à proximité de Curiosity
Panorama d’une plaine martienne à proximité de Curiosity

 

 

Curiosity : tir de laser sur une roche et observation du résultat grâce à la ChemCam
Curiosity : tir de laser sur une roche et observation du résultat grâce à la ChemCam

 

 

 

 

 

 

 

 

Conspiration et conjuration du secret:un vidéo où les ingénieurs de la NASA avouent n’être jamais allé sur la Lune

Documentaire fort  intéressant.. La propagande étasunienne essaie de  vendre  le projet Orion pour aller sur Mars,Dans leur discours ils ne se rendent même pas compte qu’ils avouent ne jamais être allé sur la lune… Les gars sur  l’ISS le disent:actuellement l’ISS est dans l’atmosphère terrestre même si l’air y est très rare et la pesanteur faible… et pour  les projets suivants on leur demande? 

Donc si on a bien compris: avec le projet Orion on pourra aller plus loin …vers  la lune, mars,etc…mais  la lune? on y est pas  sensé être  déjà allé? et l’autre gars le dit :avec Orion ,on pourra mesurer les radiations de la ceinture de van allen avant que l’on puisse envoyer des astronautes…. ah bon, on l’a pas déjà fait plusieurs fois pendant les missions Apollo?

Quelle contradiction majeure!

Divulgation de la NASA:il y a bien de l’eau salée sur Mars

 Des scientifiques assurent qu'ils ont la preuve de la présence d'eau liquide à la surface de Mars.
Des scientifiques assurent qu’ils ont la preuve de la présence d’eau liquide à la surface de Mars.

 

 

 

Il y a bien de l’eau liquide sur Mars. C’est du moins ce qu’affirme avec certitude une équipe de scientifiques, dirigée par Lujendra Ohja du Georgia Institute of Technology (Etats-Unis), qui publie ses travaux ce lundi dans la revue Nature Geoscience.

La Nasa a ménagé le suspense en annonçant jeudi dernier, sur son site Internet, une «découverte majeure» à propos de la planète rouge. A 17h30 (heure de Paris), l’agence spatiale américaine dira comment les chercheurs ont, comme elle l’affirme, «résolu un mystère» de Mars.

On sait depuis plus d’une décennie que Mars possède de l’eau glacée dans ses régions polaires. En revanche, il n’avait jamais été prouvé que de l’eau à l’état liquide, nécessaire à l’existence d’une vie potentielle, y coulait à sa surface. En 2011, Lujendra Ohja et son équipe avait émis cette hypothèse, sans toutefois pouvoir la valider. Interrogée par leParisien.fr, sa collègue, la chercheuse française Marion Massé, explique comment les travaux qu’elle cosigne aujourd’hui ont vu le jour.

Quelles étapes ont-elles précédé votre découverte ?

Dans le cadre de nos travaux publiés en décembre 2011, nous avions constaté qu’il se produisait, chaque année à la saison chaude, des écoulements linéaires sur de fortes pentes situées face au Soleil. La première chose que nous nous sommes dits, c’est qu’il devait s’agir d’écoulements liquides. Pour le prouver, nous avons voulu utiliser la spectroscopie : c’est une technique qui permet de repérer, sur une image, la présence d’un minéral en fonction de la quantité de lumière solaire qu’il réfléchit. Mais c’est très difficile de voir un liquide à la surface de Mars.

Sur les clichés dont nous disposions, un pixel équivaut à 18 mètres, tandis que la largeur des écoulements est estimée à 5 mètres. Par ailleurs, la thèse de l’eau liquide n’était pas des plus évidentes. Pour avoir de l’eau liquide en surface, il faut une température comprise entre 0 et 100°C, ce qui est par moment possible sur cette planète.

Mais pour qu’elle s’écoule, il faut aussi une pression suffisante. Or, la pression sur Mars est très basse et ne permet pas à l’eau liquide d’être stable. La solution, c’est d’ajouter du sel dans l’équation. De la même manière que le sel fait fondre la glace sur les routes en hiver, il peut permettre à l’eau de s’écouler avant qu’elle s’évapore. C’était une explication qui avait du sens, car il y a des sels partout sur Mars, notamment des sulfates. Nous n’avions cependant pas pu les détecter à l’époque.

Vous avez la preuve aujourd’hui de la présence de sels et d’eau liquide dans ces écoulements ?

Oui, nos derniers résultats confirment la présence de saumure, un mélange de sels et d’eau, à la surface de Mars. Pour y parvenir, nous avons observé les mêmes zones à des moments différents. En croisant les images, nous avons découvert que des sels, les perchlorates, apparaissent tous les ans pendant la période d’activité des écoulements. Nous pensons qu’ils se cristallisent alors, tandis que l’eau s’évapore.

D’où cette eau vient-elle ?

Il y a trois solutions. La première serait qu’elle provienne de la glace située sous la surface, le pergélisol [ou permafrost, comme en Sibérie, ndlr]. Mais si cette eau gelée fond partiellement tous les étés, il faut qu’elle puisse se reformer l’hiver. Et nous n’avons pas trouvé comment.

La deuxième solution serait du givre saisonnier qui se déposerait en hiver. Mais normalement, le givre disparaît au printemps et là, les écoulements ont lieu plus tard dans l’année.

L’hypothèse que nous privilégions s’appelle la déliquescence : les sels absorberaient l’humidité atmosphérique qui se transformerait en liquide. Mais cette explication pose quand même un souci, car il n’y a pas beaucoup d’eau dans l’atmosphère martienne. On favorise quand même cette hypothèse car plusieurs modélisations montreraient que c’est possible.

Comment aller plus loin dans ces recherches ?

On pourrait imaginer une nouvelle mission en orbite avec un instrument ayant une meilleure résolution que l’outil de Mars Reconnaissance Orbiter. On pourrait aussi faire atterrir un robot à côté des écoulements. Mais la communauté scientifique ne veut pas contaminer les autres planètes. Si l’on envoie un robot avec une petite bactérie dans un endroit sec, ça va. En revanche, une bactérie dans un milieu liquide peut se développer.

Pour l’instant, nous voulons reproduire le mécanisme en laboratoire, dans une chambre martienne, avec la même pression et la même température que sur Mars. Avec des perchlorates aussi, qui sont assez rares sur Terre. Cela permettrait de valider ou non nos hypothèses.

Que nous apprennent vos découvertes sur l’éventualité d’une forme de vie sur Mars ?

La brique essentielle à la vie, c’est l’eau. C’est pour ça que l’on est content quand on trouve de l’eau sur une planète. Mais pour l’instant, nous n’avons aucun moyen de dire s’il existe une forme de vie sur Mars.

Le processus de déliquescence que nous décrivons se produit également dans le désert de l’Acatama, au Chili. Dans ces sels, il a été observé des communautés microbiennes. Un liquide salé n’est pas incompatible avec la vie. Mais sur Mars, les écoulements semblent durer seulement une ou deux heures, avant que l’eau s’évapore. Cela se répète peut-être plusieurs jours d’affilée, pendant les périodes les plus chaudes.

Cela me parait compliqué qu’il y ait de la vie sur Mars, la pression étant très basse et l’atmosphère étant trop ténue pour protéger des organismes des rayonnements solaires.

 

Sources:Le Parisien

La photo choc de Curiosity: une vie intelligente sur Mars…ou une fraude monumentale de la NASA

 

La photo que  je surnomme la Conspiration de Mars Curiosity.
La photo que je surnomme la Conspiration de Mars Curiosity.

 

 

Cela  ressemble à l’ombre d’une figure humaine. Elle est assez longue, se penche sur Mars rover « Curiosity », étend son bras .

On dirait un employé au travail…sur Mars ?!?!Tout récemment en 2014,  la NASA diffusait cette photo au milieu  d’une masse de photos!

OU PEUT-ÊTRE  PAS?

Bien que la photo de l’agence spatiale américaine, la NASA n’est pas nouvelle, mais elle  fournit actuellement le net pour les théories de la spéculation et de complot …sauvages.

 

C’est reconnaissable: Le personnage porte un casque, les cheveux sont facile à reconnaître (brins). Les réservoirs d’air arrière sont visibles et l' »Être » porte un costume qui couvre presque tout le corps .

Cela conduit aux considérations suivantes:

1. Est-ce une preuve que le Rover roule  sur la terre (en Arizona,près de la zone 51,etc) ,mais n’est PAS sur Mars – et ce que l’on voit,ce sont des gens qui sont responsables pour le nettoyage et l’entretien?

2. Cela a été démontré que des gens vivent sur Mars dans des bases abandonnées des étrangers? A cet effet, il faut  aller sur le site Web du hacker Gary McKinnon .

3. Est-ce que  l’image serait la preuve que des étrangers travaillent sur  le Rover pour créer des illusions?

« Ce que nous savons »

Ce ne est pas la première fois que des photos étranges sortent de la surface de Mars, puisque le véhicule sans pilote « Curiosity » a atterri en Août 2012, sur la planète rouge. En Avril 2014, une  photo  montrait une  figure présumée debout avec les bras tendus …pour la spéculation!

Mise à jour  du 24 mars 2015:

Il faut noter que l’athmosphère de Mars n’est que de 1% celle de la Terre:elle est très ténue…et mince!Sa composition est très particulière:95% de Co2,35,3% de nitrogène,1.6 % d’argon qui font de  l’athmosphère martienne,un véritable poison.

La poursuite de mon enquête sur cette photo-choc m’a fait découvrir de nombreuses autres photos et images provenant du site de la NASA et …d’autres bloggers,comme moi qui ont su sauvegarder ces preuves émises comme par erreur par  l’agence spatiale américaine. En voici donc quelques spécimen:

Le 26 septembre 2012,à 16h01:11 UTC, la caméra de navigation (NAVCAM) donnait cette image. (Archives du rover Curiosity sur Mars.)
Le 26 septembre 2012,à 16h01:11 UTC, la caméra de navigation (NAVCAM) donnait cette image.
(Archives du rover Curiosity sur Mars.)

 

 

 

À 14h00:36  cette photo était reçue le 26 septembre 2012.
À 14h00:36 cette photo était reçue le 26 septembre 2012.

 

Le 26 septembre 2012 à 14h00:07
Le 26 septembre 2012 à 14h00:07
À 13h59:02 celle-ci!
À 13h59:02 celle-ci!

 

...mais à 13h59:04,regardez bien!
…mais à 13h59:04,regardez bien!

 

Ma conclusion

Il est plus que probable que l’exploration martienne du rover Curiosity ,ne soit qu’une belle mise en scène,une fumisterie organisée par des professionnels de la tromperie…et à ce niveau,le silence des autoritées de la NASA devient un aveu.

Le but de cette escroquerie est d’arracher des contrats et des subventions au gouvernement américain,soit voler l’argent du peuple lui-même!

Sources:NASA JPL

 

 

Mars perd un océan mais gagne du potentiel pour la vie

 

 

Les scientifiques de la NASA ont déterminé qu'un océan primitif sur Mars a tenu plus d'eau que l'océan Arctique de la Terre et que la planète rouge a perdu 87 pour cent de cette eau à l'espace. L'eau aurait couvert 20% de la planète il y a environ 3 milliards d'années. Crédit: NASA / GSFC
Les scientifiques de la NASA ont déterminé qu’un océan primitif sur Mars a tenu plus d’eau que l’océan Arctique de la Terre et que la planète rouge a perdu 87 pour cent de cette eau à l’espace. L’eau aurait couvert 20% de la planète il y a environ 3 milliards d’années. Crédit: NASA / GSFC

 

Il est difficile de croire maintenant en  regardant le  poussiéreux, paysage desséché de Mars qu’il possédait une fois un vaste océan. Une étude récente de la NASA de la planète rouge à l’aide des télescopes infrarouges les plus puissants du monde indiquent clairement une planète qui a soutenu un plan d’eau plus grand que l’océan Arctique de la Terre.

Si répartir uniformément à travers le globe martien, il aurait couvert toute la surface à une profondeur d’environ 450 pieds (137 mètres). Plus probablement, l’eau regroupées dans les plaines basses qui couvrent une grande partie de l’hémisphère nord de Mars. Dans certains endroits, il aurait été près d’un mile (1,6 km) de profondeur. 

Trois des meilleurs observatoires infrarouges dans le monde ont été utilisés pour étudier la normale à l'abondance de l'eau lourde dans l'atmosphère de Mars, en particulier les calottes polaires, pour créer une carte mondiale de la teneur en eau de la planète et en déduire un ancien océan. Crédit: NASA / GSFC
Trois des meilleurs observatoires infrarouges dans le monde ont été utilisés pour étudier la normale à l’abondance de l’eau lourde dans l’atmosphère de Mars, en particulier les calottes polaires, pour créer une carte mondiale de la teneur en eau de la planète et en déduire un ancien océan. Crédit: NASA / GSFC

Maintenant, voici la bonne partie: Avant de prendre la fuite  ,molécule par molécule dans l’espace, les vagues léchaient les rives du désert pendant  plus de 1,5 milliards années …de plus  de temps nécessaire pour développer la  sur la Terre. Par voie de conséquence, la vie avait suffisamment de temps pour se  préparer à ce coup de fouet sur Mars, aussi.

Un atome d'hydrogène est constitué d'un proton et un électron, mais sa forme lourde, appelé deutérium, contient également un neutron. HDO ou de l'eau lourde est rare par rapport à l'eau potable normale, mais étant plus lourd, plus susceptibles de rester lorsque la forme plus légère se vaporise dans l'espace. Crédit: NASA / GFSC
Un atome d’hydrogène est constitué d’un proton et un électron, mais sa forme lourde, appelé deutérium, contient également un neutron. HDO ou de l’eau lourde est rare par rapport à l’eau potable normale, mais étant plus lourd, plus susceptibles de rester lorsque la forme plus légère se vaporise dans l’espace. Crédit: NASA / GFSC

En utilisant les trois télescopes infrarouges les plus puissants de la planète – l’Observatoire WM Keck à Hawaii, Very Large Telescope de l’ESO et Infrared Telescope Facility de la NASA – scientifiques de Goddard Space Flight Center de la NASA ont étudié les molécules d’eau dans l’atmosphère martienne. Les cartes montrent qu’ils ont créé la distribution et la quantité de deux types d’eau – la version normale de H2O nous utilisons dans notre café et HDO ou de l’eau lourde, rares sur Terre, mais pas tellement sur Mars comme il s’avère.

Cartes montrant la répartition des H20 et HDO (eau lourde) à travers la planète fait avec le trio de télescopes infrarouges. Crédit: NASA / GSFC
Cartes montrant la répartition des H20 et HDO (eau lourde) à travers la planète fait avec le trio de télescopes infrarouges. Crédit: NASA / GSFC

 

Dans l’eau lourde, l’un des atomes d’hydrogène contient un neutron en plus de son seul proton, formant un isotope de l’hydrogène appelé  deutérium . Parce que le deutérium est plus massive que l’hydrogène ordinaire, l’eau lourde est vraiment lourd que l’eau normale tout comme son nom l’indique. Les nouvelles « cartes des eaux » ont montré comment le rapport de la normale à l’eau lourde varié à travers la planète selon l’emplacement et la saison. Remarquablement, les nouvelles données montrent les calottes polaires, où une grande partie de l’eau courante de jour de Mars est concentrée, sont hautement enrichi en deutérium.

On pense que la décroissance du champ magnétique fois-mondiale de Mars, le vent solaire dépouillé grande partie de début, l'atmosphère épaisse de la planète, permettant à la lumière UV solaire pour briser les molécules d'eau en dehors. Briquet hydrogène sorti dans l'espace, en se concentrant la forme plus lourd. Certains de l'hydrogène peut également quitté en raison de la faiblesse de gravité de la planète. Crédit: NASA / GSFC
On pense que la décroissance du champ magnétique fois-mondiale de Mars, le vent solaire dépouillé grande partie de début, l’atmosphère épaisse de la planète, permettant à la lumière UV solaire pour briser les molécules d’eau en dehors. Briquet hydrogène sorti dans l’espace, en se concentrant la forme plus lourd. Certains de l’hydrogène peut également quitté en raison de la faiblesse de gravité de la planète. Crédit: NASA / GSFC

Sur Terre, le rapport deutérium à l’hydrogène normale dans l’eau est de 1 à 3200, mais les calottes polaires de Mars, ce est 1 à 400. Normal, l’hydrogène léger est lentement perdu à l’espace une fois une petite planète a perdu son enveloppe atmosphère protectrice, la concentration de la forme lourd de l’hydrogène. Une fois que les scientifiques savaient que le ratio d’hydrogène/deutérium était  normal, ils pourraient déterminer directement la quantité  d’eau  que Mars doit avoir eu quand elle  était jeune. La réponse est …beaucoup d’eau!

Les scientifiques  de Goddard estiment que seulement 13% des réserves d'eau d'origine de Mars sont encore là aujourd'hui, concentrée dans les calottes polaires glacées. Le reste se est envolé pour l'espace. Crédit: NASA / GSFC
Les scientifiques de Goddard estiment que seulement 13% des réserves d’eau d’origine de Mars sont encore là aujourd’hui, concentrée dans les calottes polaires glacées. Le reste se est envolé pour l’espace. Crédit: NASA / GSFC

Seulement 13% de l’eau d’origine reste sur la planète, enfermé principalement dans les régions polaires, alors que 87% de l’océan original a été perdu dans l’espace. L’endroit le plus probable pour la localisation de  l’océan aurait été les plaines du nord, une vaste région , de basse altitude , idéale pour retenir les  énormes quantités d’eau. Mars aurait été une planète beaucoup plus  comme la terre,à l’époque ,avec une atmosphère plus épaisse, pour fournir la pression nécessaire, et le climat plus chaud pour soutenir l’océan ci-dessous.

Mars à l'heure actuelle a peu ou pas d'eau liquide à sa surface froide, comme un désert. Il y a bien longtemps, le Soleil a presque certainement vu son reflet dans les lacs de vagues ondulées et une mer du Nord. Crédit: NASA / GSFC
Mars à l’heure actuelle a peu ou pas d’eau liquide à sa surface froide, comme un désert. Il y a bien longtemps, le Soleil a presque certainement vu son reflet dans les lacs de vagues ondulées et une mer du Nord. Crédit: NASA / GSFC

Quoi de plus excitant sur ​​les résultats  que  le fait que Mars serait resté beaucoup plus longtemps humide qu’on ne le pensait à l’origine. Nous savons maintenant  à partir de mesures faites par le Rover Curiosity que l’eau a coulé  sur ​​la planète pendant 1,5 milliards d’années après sa formation. Mais la nouvelle étude montre que…à  la surface de Mars,le matériel est resté bourré d’eau (en bon québécois:il s’est formé de la sloshe)  beaucoup plus longtemps. Étant donné que la première preuve de vie sur Terre remonte à il y a 3,5 milliards années – seulement un milliard d’années après la formation de la planète – Mars peut avoir eu assez de temps pour l’évolution de la vie elle-même.

Ainsi, alors que nous pourrions déplorer la perte d’une si merveilleuse  chose comme un océan, nous nous retrouvons avec la possibilité alléchante que c’était assez longtemps pour donner naissance à la plus précieuse des créations de l’univers …la vie.

Pour citer Charles Darwin: « …  à partir d’un commencement si simple, les plus belles et les plus merveilleuses formes de vie sans fin ,ont existé , et ont évolué. »

Illustration montrant Mars...jadis.L' évolution d'un monde humide pour l'actuelle où l'eau liquide ne peut pas former un étang sur sa surface sans  se vaporiser directement dans les airs de la planète. Comme Mars a perdu son atmosphère au cours des milliards d'années, l'eau restante,s'est  refroidie et condensée  pour former le nord et le sud des calottes polaires. Crédit: NASA / GSFC
Illustration montrant Mars…jadis.L’ évolution d’un monde humide pour l’actuelle où l’eau liquide ne peut pas former un étang sur sa surface sans se vaporiser directement dans les airs de la planète. Comme Mars a perdu son atmosphère au cours des milliards d’années, l’eau restante,s’est refroidie et condensée pour former le nord et le sud des calottes polaires. Crédit: NASA / GSFC

 

 

 

Sources :NASA