Alerte réchauffement climatique : les forêts nous ont déjà sauvé mais nous avons atteint un point de non-retour

Le réchauffement climatique résisterait à l’emballement grâce au plantes qui absorbent tant bien que mal une quantité croissante de dioxyde de carbone. De quoi souligner leur importance alors que la déforestation continue. Selon une étude parue dans Nature, la photosynthèse des plantes a augmenté de 30% au cours du siècle dernier. Sans elles, la planète ne serait peut-être plus habitable. 

 

L’humanité rejette toujours plus de CO2 dans l’atmosphère, la température augmente, les glaciers fondent, le niveau des océans augmente… tout cela peut donner l’impression d’aller très vite. Et pourtant, la situation pourrait être bien pire si nous n’avions pas les plantes et les forêts. Une nouvelle étude du Global Carbon Project parue dans Nature révèle que les plantes tentent de limiter les conséquences de notre activité en absorbant davantage de CO2.

Les forêts sont avec les océans les deux puits de carbone qui permettent d’éviter que la catastrophe d’un emballement ne se produise trop vite. Ces deux puits parviennent en effet à encore absorber 50% des émissions humaines. Les plantes terrestres absorbent ainsi 10 milliards de tonnes de CO2 par an. Selon l’étude du GCP, au cours du siècle dernier, l’ensemble de la couverture végétale aurait absorbé 30% de CO2 supplémentaire.

Contre le réchauffement climatique, les forêts absorbent davantage de CO2

Le carbone dans l’atmosphère favorise en effet la photosythèse, avec des plantes qui ont tendance à pousser plus vite et donc à amplifier l’absorption de CO2. En parallèle, le réchauffement des températures permettrait aux plantes de mieux pousser dans les latitudes élevées, ce qui permet à l’ensemble de capter encore plus de CO2. Le problème c’est que les activités humaines favorisent la déforestation.

Sans laquelle cet effet pourrait être encore plus marqué. Pour le prouver, les scientifiques ont analysé la concentration d’un gaz particulier, l’oxysulfure de carbone. Ce qui est intéressant avec ce gaz c’est qu’il est présent en quantité infime dans l’atmosphère et que les plantes l’absorbent via les stomates des feuilles. Il a surtout pour origine les océans, mais il est également corrélé à l’activité humaine.

Les scientifiques ont pu constater une hausse de la concentration de ce gaz jusque dans les années 1990, puis une baisse soudaine alors que les activités humaines le rejetant n’ont pas faibli. La seule explication, c’est que la capacité du puits de carbone généré par les plantes a énormément augmenté, suffisamment pour absorber toutes les émissions d’oxysulfure de carbone.

Grâce à une simulation, ils ont ensuite pu montrer que les végétaux se sont donc mis à absorber 30% de CO2 supplémentaire au cours du siècle dernier. Un signal encourageant, bien que le réchauffement climatique continue d’être une réalité, et que d’autres phénomènes agissent de façon contradictoire et concurrent à la réduction de la biodiversité.

Moralité de l’histoire, dans la lutte contre le réchauffement climatique, mieux vaut prendre grand soin de nos forêts !


HORS TEXTE

Le taux de CO2 dans l’atmosphère vient de passer un point de non-retour depuis septembre 2016

Quand la désintégration rapide de la Banquise de Larsen sera terminée,la vitesse de circulation d’eau autour de l’Antartique va s’accélérer…faisant croître la température et la fonte

Le taux de CO2 a passé le seuil symbolique de 400 ppm dans l’atmosphère. Un taux élevé pour un mois de septembre. Les climatologues estiment que nous ne connaîtrons plus jamais de niveaux inférieurs à 400 ppm au cours de notre vie. L’augmentation de CO2 dans l’atmosphère pourrait, en outre, causer une accélération du réchauffement climatique.

Attention ça chauffe ! Au mois de septembre 2016, le CO2 a dépassé une concentration de 400 ppm dans l’atmosphère. La mesure a été faite au sommet du volcan Mauna Loa (Hawaii). Une étude britannique du UK Met Office (équivalent de Météo France outre-Manche) révèle que cette concentration restera supérieure à 400 ppm toute cette année.

Le phénomène est en outre aggravé par El Niño qui a pour effet de rendre les tropiques plus arides. Cette anomalie climatique prend de l’ampleur à mesure que le réchauffement climatique se poursuit, avec des conséquences dramatiques pour les populations vivant dans les zones plus touchées par le phénomène.

Or c’est justement dans la zone des tropiques que la végétation est la plus prompte à absorber le dioxyde de carbone de l’atmosphère. En plus du phénomène d’aridification provoqué par la montée des températures, la déforestation, particulièrement de la forêt amazonienne, n’arrange pas les choses.

Le réchauffement climatique pris dans un effet d’entrainement à cause des émissions de CO2

L’analyse de carottes dans la glace des pôles montre que la planète n’a jamais connu de niveaux de CO2 aussi élevés depuis au moins trois millions d’années. En outre, le Met Office s’attend cette fois-ci également à un autre record : une hausse de la concentration de CO2 de 3.15 ppm là où la concentration n’augmente en général que de 2 ppm de CO2 dans l’atmosphère par an.

Cela peut paraître peu lorsqu’on parle de partie par million. Mais lorsqu’on sait les effets sur le climat de ce gaz à effet de serre, ce n’est forcément pas une bonne nouvelle. Le Pr Richard Betts du Met Office, cité par la BBC, explique :

« Il est important de relever que la hausse de CO2 de cette année est plus importante que celle relevée lors d’El Niño en 1997/8, tout simplement parce que les émissions humaines ont augmenté de 25% depuis. Donc on a un effet naturel qui s’ajoute à un effet d’augmentation causé par l’homme. »

EST-IL DÉJÀ TROP TARD?

Est-il déjà trop tard ? Condamne-t-on la planète à une nouvelle extinction de masse ?Voici deux visions qui s’opposent:

Vision rationaliste:Impossible de le dire pour le moment, mais il semble clair que les pays industrialisés doivent faire davantage pour réduire leurs émissions. Il existe en la matière certains succès, comme l’Ecosse qui a pris six ans d’avance sur son objectif de réduire ses émissions de 42% d’ici 2020.

Au pays du Haggis, des chardons, de la cornemuse, du whisky et du poète Robert Burns, les émissions sont déjà de 45.8% inférieures à celles de 1990, lorsque les objectifs de réduction avaient été décidés. Reste à voir si en France,au Québec  et d’autres pays, nous sommes ou non capables d’atteindre des objectifs aussi ambitieux !

Vision  réaliste-fantastique:Oui,il est déjà trop tard depuis 1992 environ.À toutes les savantes études commandées par les politiciens « écolo-sceptiques américains »,il faut ajouter  les changements opérés depuis l’arrivée récente de Donald Trump,comme président américain.Celui-ci a en effet déployé d’immenses efforts financiers  pour revaloriser et sur-développer l’industrie du charbon fossile.Cela devrait donner un coup de Mort à la planète entière.

Devant l’augmentation rapide du taux de  CO2 ,le climat,l’atmosphère de la Terre va devenir hostile aux humains ainsi qu’à un  nombre considérable d’espèces animales et pourrait affecter toutes les formes de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s