Pourquoi les chiens de traineaux sont menacés au Groenland

Entre les maisons en bois pastel et les collines dominant Kulusuk, un village insulaire du Groenland, les chiens de Moses Bajare guettent la formation des glaces pour s’élancer sur la banquise et traquer l’ours ou le phoque. Robuste et endurant, le chien du Groenland, assez semblable au husky, est depuis des siècles l’animal de trait idéal pour le chasseur inuit qui écume sur son traîneau l’immense désert blanc pendant les longs mois d’hiver où le mercure peut afficher -35°C.

Un chasseur et son chien.

Mais le réchauffement de l’atmosphère et des océans accélère la fonte des glaces, deux fois plus rapide dans l’Arctique, et retarde leur formation à la fin de l’été.

Pour Moses, c’est tout un mode de vie, plus qu’un simple gagne-pain, qui est menacé au Groenland, recouvert à 85% de glace. « Quand j’ai un problème, avec la famille, dans ma vie, je me réfugie dans la nature avec mes chiens. Et après un ou deux jours, quand je reviens, c’est réglé », raconte cet homme de 59 ans, unique policier du village de 250 âmes.

Des chiens extraordinaires

Cet été, des climatologues guidés par des chasseurs ont publié des photos saisissantes de chiens progressant péniblement dans un fjord dont la banquise était recouverte de glace fondue. Sous un ciel désespérément bleu, face aux montagnes déneigées, l’attelage semble marcher sur l’eau.

A Kulusuk, les chiens de Moses s’ébattent sous le soleil estival, nettoyant leur épais pelage et agitant au vent leur queue touffue comme des panaches blanc et noir dans le ciel boréal.

Dans l’est du Groenland, la chasse au phoque, à la baleine ou au narval, petit cétacé apparenté à une licorne des mers, se fait en bateau, et non à bord de motoneiges.

Et pendant l’hiver, Moses continue de sortir sa meute de 12 chiens jusqu’aux rives de l’océan comme il le fait depuis 35 ans, pour mettre son kayak à l’eau et suivre les colonies de phoques, carabine à la main.

La glace change

Et ce, même si la glace n’est pas aussi épaisse qu’avant, dès le mois de février, et fond précocement, dès le mois de mai désormais au lieu de juin ou juillet. « La glace est en train de changer », déplore Moses, qui comme la plupart des 250 habitants de Kulusuk est Inuit – un peuple indigène qui représente 90% de la population du Groenland.

A Kulusuk, 79% des habitants estiment que la glace est devenue plus dangereuse ces dernières années, et 67% pensent que le réchauffement menace le traîneau à chiens, selon une étude menée par les universités de Copenhague et du Groenland, territoire autonome danois.

« Avant, on pouvait sortir à traîneau pendant quatre ou cinq mois pendant l’hiver », se souvient Kunuk Abelsen, un jeune chasseur, mais « maintenant, c’est seulement pendant trois mois ».

Lui possède 22 chiens et chiots. Une partie de la meute vit sur une île rocailleuse, de l’autre côté du fjord pendant l’été. A l’approche de son bateau en ce jour d’août, les chiens, excités, s’ébrouent, aboient.

Le chef de meute, Han Solo, est tenu à l’écart du groupe et de son rival, un jeune mâle agressif répondant au nom de Cristiano.

Ses chiens sont pour Kunuk une partie de son identité. « Nous n’avons pas de terrain de foot, pas de piscine, et vous pouvez aller loin dans la nature », dit-il. « Si on arrêtait d’utiliser (les chiens), nous perdrions une part importante de notre culture ».

Des chiots mignons comme tout!

Et des revenus que les propriétaires de traîneaux tirent de leur activité de guide auprès des touristes étrangers. Un tour avec des chiens de traîneau est facturé jusqu’à 1.000 couronnes danoises, une petite fortune au vu des prix affichés au petit supermarché local.

« Le dérèglement climatique, c’est vraiment pas bon »

D’autres éleveurs ont réduit leur meute ou s’en sont débarrassés. Et Kunuk Abelsen commence à se demander si cela vaut encore la peine de garder ses chiens. « Le dérèglement climatique, c’est vraiment pas bon pour les chiens de traîneau », dit le jeune Groenlandais.

En 2016, le nombre de chiens au Groenland était estimé à 15.000, contre 25.000 en 2002, selon les statistiques du territoire.

Mais la fonte des glaces libère les eaux, ce qui « nous permet de pêcher, principalement, et de chasser en bateau toute l’année. De plus en plus de gens font ça », relève Kunuk Abelsen, en soulignant la faculté d’adaptation des Inuits.

Un constat partagé par Andrea Fiocca, un chercheur et guide italien, auteur d’un Master sur le changement climatique et les chiens de traîneau, qui a passé quatre mois à Kulusuk.

« L’adaptation et la résilience sont typiques du peuple Inuit », dit-il.

Mais « je suis sûr que jusqu’à ce que la glace disparaisse complètement de cette région, les meneurs de traîneau continueront à utiliser » les chiens, avance-t-il.

Sur le port où les pêcheurs déchargent leurs prises, le père de Kunuk se remémore le temps béni où il arpentait son territoire pour poser des filets à phoques ou pistait les ours polaires.

« C’est dans mon sang, et mon fils Kunuk, c’est aussi dans son sang. Alors s’il n’y a plus de glace, que ferons-nous ? ».

Publicités

La « désertification » et le rôle du changement climatique

La désertification a été décrite comme « le plus grand défi environnemental de notre époque » et le changement climatique l’aggrave.

Bien que ce terme puisse évoquer les dunes de sable balayées par le vent du Sahara ou les vastes mares salées du Kalahari, il s’agit d’un problème qui dépasse de loin ceux qui vivent dans les déserts du monde et dans les environs, menaçant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de plus de deux milliards de personnes. personnes.

L’impact combiné du changement climatique, de la mauvaise gestion des terres et de l’utilisation non durable de l’eau douce a entraîné une dégradation croissante des régions du monde où l’eau est rare. Cela laisse leurs sols moins en mesure de supporter les cultures, le bétail et la faune.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’ évolution du climat  (GIEC) publiera cette semaine  son rapport spécial sur le  changement climatique et les terres . Le rapport,  rédigé par des  centaines de scientifiques et de chercheurs du monde entier, consacre l’un de ses sept chapitres uniquement à la question de la désertification.

Avant la publication du rapport, Carbon Brief analyse ce qu’est la désertification, le rôle que joue le changement climatique et son impact dans le monde.

Définir la désertification

En 1994, l’ONU a établi la  Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) en tant que «seul accord international juridiquement contraignant liant environnement et développement à une gestion durable des terres». La Convention elle-même était une réponse à un  appel lancé  lors du Sommet de la Terre des Nations  Unies  à Rio de Janeiro en 1992 afin de mener des négociations en vue d’un accord juridique international sur la désertification.

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification énonçait une définition de la désertification dans un  traité adopté  par les parties en 1994. La désertification signifiait «dégradation des sols dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches résultant de divers facteurs, notamment les variations climatiques et les activités humaines».

La première partie de l'article 1 de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, adoptée en 1994 et entrée en vigueur en 1996. Source: Collection des traités des Nations Unies
La première partie de l’article 1 de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, adoptée en 1994 et entrée en vigueur en 1996. Source: Collection des traités des Nations Unies

Ainsi, plutôt que la désertification signifiant l’expansion littérale des déserts, il s’agit d’un terme fourre-tout pour la dégradation des terres dans les régions du monde où l’eau est rare. Cette dégradation inclut le déclin temporaire ou permanent de la qualité du sol, de la végétation, des ressources en eau ou de la faune, par exemple. Cela inclut également la détérioration de la productivité économique des terres – telle que la capacité de les exploiter à des fins commerciales ou de subsistance.

Les zones arides, semi-arides et sub-humides sèches sont appelées collectivement «zones arides». Ce sont, sans surprise, des zones qui reçoivent relativement peu de pluie ou de neige chaque année. Techniquement, ils sont définis par la Convention comme «des zones autres que les régions polaires et sub-polaires, dans lesquelles le rapport des précipitations annuelles à l’évapotranspiration potentielle se situe dans la plage de 0,05 à 0,65».

En termes simples, cela signifie que la quantité de pluie reçue par la région représente entre 5 et 65% de sa perte par évaporation et  transpiration  de la surface du sol et de la végétation, respectivement. Toute zone qui reçoit plus que cela est appelée « humide ».

Vous pouvez le voir plus clairement sur la carte ci-dessous, où les zones arides du monde sont identifiées par différentes nuances de couleur orange et rouge. Les zones arides couvrent environ 38% de la superficie terrestre de la planète, couvrant une grande partie de l’Afrique du Nord et du Sud, l’ouest de l’Amérique du Nord, l’Australie, le Moyen-Orient et l’Asie centrale. Environ 2,7 milliards de personnes  vivent dans les zones arides   (pdf), dont  90% vivent dans des pays en développement.

 

La distribution observée des différents niveaux d’aridité, basée sur les données de 1981 à 2010. La couleur ombrée indique les régions définies comme étant froides (gris), humides (vert), sèches, sous-humides (rouge), arides (orange foncé), semi-arides (orange pâle) et hyperarides (jaune pâle). Carte produite par l’ unité commune de recherche de la Commission européenne .

 

Les terres arides sont  particulièrement exposées  à la dégradation des sols en raison de la pluviosité faible et variable ainsi que de la faible fertilité des sols. Mais à quoi ressemble cette dégradation?

Les terres peuvent se dégrader de nombreuses façons. L’un des principaux processus est l’érosion – la décomposition et l’enlèvement progressifs des roches et des sols. Ceci est généralement dû à une certaine force de la nature – comme le vent, la pluie et / ou les vagues – mais peut être exacerbé par des activités telles que le labour, le pâturage ou la déforestation.

La perte de fertilité du sol est une autre forme de dégradation. Cela peut être dû à une perte d’éléments nutritifs, tels que l’azote, le phosphore et le potassium, ou à une diminution de la quantité de matière organique dans le sol. Par exemple, l’érosion des sols par l’eau entraîne des pertes mondiales  pouvant atteindre 42 millions de tonnes d’azote et 26 millions de tonnes de phosphore  chaque année. Sur les terres agricoles, cela doit inévitablement être remplacé par des engrais à un coût élevé. Les sols peuvent également souffrir de la salinisation – une augmentation de la teneur en sel – et de l’acidification due à une utilisation excessive d’engrais.

Ensuite, de  nombreux autres processus  sont classés dans la catégorie dégradation, notamment une perte ou un changement de type et de couverture de végétation, le compactage et le durcissement du sol, une augmentation des incendies de forêt et une nappe phréatique en déclin du fait d’une extraction excessive des eaux souterraines.

Mélange de causes

Selon un  récent rapport  de la  Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques  (IPBES), «la dégradation des sols est presque toujours le résultat de multiples causes en interaction».

Les causes directes de la désertification peuvent être largement réparties entre celles qui concernent la gestion ou la non gestion des sols et celles qui concernent le climat. La première comprend des facteurs tels que la déforestation, le surpâturage du bétail, la surexploitation des cultures et une irrigation inappropriée; ce dernier comprend les fluctuations naturelles du climat et le réchauffement de la planète résultant des émissions de gaz à effet de serre causées par l’homme.

Terre affectée par le surpâturage par le bétail en Inde. Crédit: Maximilian Buzun / Alamy Banque de Photos. KKFE00
Terre affectée par le surpâturage par le bétail en Inde. Crédit: Maximilian Buzun / Alamy Banque de Photos.

 

Le rapport de l’IPBES note également des causes sous-jacentes, notamment «des facteurs économiques, démographiques, technologiques, institutionnels et culturels».

En ce qui concerne le rôle du climat, un facteur important est que la surface de la terre se réchauffe plus rapidement que la surface de la Terre dans son ensemble. (Cela s’explique par le fait que la « capacité calorifique » du sol est inférieure à celle de l’eau des océans, ce qui signifie qu’elle a besoin de moins de chaleur pour augmenter sa température.) Ainsi, alors que les températures moyennes mondiales sont d’  environ 1,1 ° C  plus chaudes maintenant que dans  les temps préindustriels , la surface du sol s’est réchauffée d’environ 1,7 ° C. Le graphique ci-dessous compare les variations de la température des terres dans quatre enregistrements différents avec la température moyenne mondiale depuis 1970 (ligne bleue).

La température moyenne des terres dans le monde à partir de quatre jeux de données: CRUTEM4 (violet), NASA (rouge), NOAA (jaune) et Berkeley (gris) pour la période allant de 1970 à nos jours, par rapport à un scénario de référence de 1961 à 1990. La température globale de l’enregistrement HadCRUT4 (en bleu) est également indiquée. Graphique parbilan carbone en utilisant  Highcharts .

Bien que cette soutenue, le réchauffement causé par l’ homme peut par lui – même ajouter au stress thermique face à la végétation, elle est également liée à  l’ aggravation des phénomènes météorologiques extrêmes , explique  le professeur Lindsay Stringer , professeur dans l’ environnement et le développement à l’  Université de Leeds  et auteur principal sur le chapitre sur la dégradation des sols du prochain rapport sur les terres du GIEC. Elle dit à Carbon Brief:

«Les changements climatiques ont une incidence sur la fréquence et l’ampleur d’événements extrêmes tels que les sécheresses et les inondations. Dans les zones naturellement sèches, par exemple, une sécheresse peut avoir un impact considérable sur la couverture végétale et la productivité, en particulier si ces terres sont utilisées par un grand nombre de têtes de bétail. Au fur et à mesure que les plantes meurent faute d’eau, le sol devient nu et s’érode plus facilement sous l’effet du vent et de l’eau lorsque les pluies arrivent. ”

(Stringer commente ici son rôle au sein de son institution d’origine et non en tant qu’auteur du GIEC. C’est le cas de tous les scientifiques cités dans cet article.)

La variabilité naturelle du climat et le réchauffement de la planète peuvent également affecter la structure des précipitations dans le monde, ce qui peut contribuer à la désertification. Les précipitations ayant un effet de refroidissement sur la surface du sol, une diminution des précipitations peut permettre aux sols de se dessécher à la chaleur et de devenir plus sujets à l’érosion. D’autre part, les fortes précipitations peuvent éroder le sol et causer l’engorgement et la subsidence.

Par exemple, la sécheresse généralisée – et la  désertification associée  – dans la région africaine du Sahel au cours de la seconde moitié du XXe siècle ont été liées aux fluctuations naturelles dans les  océans Atlantique, Pacifique et Indien , tandis que les recherches suggèrent également qu’une récupération partielle des pluies a été provoquée. en  réchauffant les températures de surface de la mer en Méditerranée .

Mme Katerina Michaelides , chargée de cours principale au  Drylands Research Group de l’  Université de Bristol  et auteur du chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC, a décrit le passage à des conditions plus sèches comme principal impact du réchauffement climatique sur la désertification. Elle dit à Carbon Brief:

«Le principal effet du changement climatique est l’aridification, un changement progressif du climat vers un état plus aride – les précipitations diminuant en fonction de la demande évaporative – car elles affectent directement l’approvisionnement en eau de la végétation et des sols.»

Les changements climatiques sont également un  facteur contributif des incendies de forêt , provoquant des saisons plus chaudes – et parfois plus sèches – qui créent des conditions idéales pour la maîtrise des incendies. Et un climat plus chaud peut accélérer la décomposition du carbone organique dans les sols, les laissant épuisés et  moins en mesure de retenir l’eau et les nutriments .

Outre les impacts physiques sur le paysage, le changement climatique peut avoir un impact sur les hommes «car il réduit les options en matière d’adaptation et de moyens de subsistance et peut amener les populations à surexploiter la terre», note Stringer.

Cette surexploitation fait référence à la façon dont les humains peuvent mal gérer leurs terres et provoquer leur dégradation. Le moyen le plus évident est peut-être la déforestation. Enlever des arbres peut perturber l’équilibre des éléments nutritifs dans le sol et enlever les racines qui aident à lier le sol ensemble, le laissant ainsi risquer d’être érodé et lavé ou emporté par le vent.

 

Déforestation près de Gambela, Ethiopie.

 

Les forêts jouent également un rôle important dans le cycle de l’eau, en particulier sous les tropiques. Par exemple, des  recherches  publiées dans les années 1970 ont montré que la forêt amazonienne génère environ la moitié de ses propres précipitations. Cela signifie que le défrichage des forêts risque d’assécher le climat local, ce qui augmente le risque de désertification.

La production alimentaire est également un facteur majeur de la désertification. La demande croissante de nourriture peut voir les  terres cultivées s’étendre dans les forêts et les prairies , et utiliser des méthodes d’agriculture intensive pour maximiser les rendements. Le surpâturage du bétail peut dépouiller les  parcours  de végétation et de nutriments.

Cette demande peut souvent avoir des facteurs politiques et socio-économiques plus larges, note Stringer:

«Par exemple, la demande de viande en Europe peut entraîner le défrichement des terres forestières en Amérique du Sud. Ainsi, alors que la désertification est vécue dans des endroits particuliers, ses moteurs sont mondiaux et proviennent en grande partie du système politique et économique mondial en vigueur. « 

Impacts locaux et globaux

Bien entendu, aucun de ces conducteurs n’agit de manière isolée. Le changement climatique interagit avec les autres facteurs humains de la dégradation, tels que «la gestion non durable des terres et l’expansion agricole, en provoquant ou en aggravant nombre de ces processus de désertification», a déclaré le  Dr Alisher Mirzabaev , chercheur principal à l’  université de Bonn  et auteur principal coordinateur. sur le chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC. Il dit à Carbon Brief:

«Il en résulte une baisse de la productivité des cultures et de l’élevage, une perte de biodiversité et des risques accrus d’incendies de forêt dans certaines zones. Naturellement, cela aura des impacts négatifs sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, en particulier dans les pays en développement. ”

Selon Stringer, la désertification entraîne souvent «une réduction de la couverture végétale, donc des sols plus nus, un manque d’eau et une salinisation des sols dans les zones irriguées». Cela peut également signifier une perte de biodiversité et des cicatrices visibles du paysage dues à l’érosion et à la formation de ravins à la suite de fortes pluies.

«La désertification a déjà contribué à la perte de biodiversité au niveau mondial», a ajouté  Joyce Kimutai  du Département de météorologie du  Kenya . Kimutai, qui est également l’auteur principal du chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC, a déclaré à Carbon Brief:

«Les espèces sauvages, en particulier les grands mammifères, ont une capacité limitée d’adaptation en temps utile aux effets conjugués du changement climatique et de la désertification.»

Par exemple, une  étude  (pdf) de la région du désert du Cholistan au Pakistan a révélé que «la flore et la faune s’éclaircissaient progressivement avec la sévérité croissante de la désertification». Et une  étude menée en  Mongolie a révélé que «tous les indicateurs de la richesse et de la diversité des espèces ont considérablement diminué» en raison du pâturage et de la hausse des températures au cours des deux dernières décennies.

La dégradation peut également ouvrir la voie à des espèces envahissantes  et à  des espèces moins adaptées au bétail, dit Michaelides:

«Dans de nombreux pays, la désertification entraîne une baisse de la fertilité des sols, une réduction de la couverture végétale – en particulier de la couverture herbeuse – et des espèces d’arbustes plus envahissantes. Concrètement, les conséquences en sont une diminution des terres disponibles pour le pâturage et des sols moins productifs. Les écosystèmes commencent à être différents à mesure que de plus en plus d’arbustes tolérants à la sécheresse envahissent ce qui était auparavant des prairies et que des sols plus nus sont exposés. ”

Cela a «des conséquences dévastatrices pour la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et la biodiversité», explique-t-elle:

«Lorsque la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance sont intimement liés à la terre, les conséquences de la désertification sont particulièrement immédiates. On peut citer comme exemple de nombreux pays d’Afrique de l’Est – en particulier la Somalie, le Kenya et l’Éthiopie – où plus de la moitié de la population est composée de pasteurs dépendant de pâturages en santé pour leur subsistance. En Somalie seulement, l’élevage contribue pour environ 40% du PIB [produit intérieur brut]. « 

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la  désertification estime  qu’environ 12 millions d’hectares de terres productives sont perdus chaque année à cause de la désertification et de la sécheresse. Cette zone pourrait produire 20 millions de tonnes de céréales par an.

Cela a un impact financier considérable. Au Niger, par exemple, le coût de la dégradation causée par le changement d’utilisation des terres représente  environ 11% de son PIB . De même en Argentine, «la perte totale de services écosystémiques due au changement d’affectation des terres, à la dégradation des zones humides et à l’utilisation de pratiques de gestion dégradant les terres en pâturage et certaines terres cultivées» équivaut à  environ 16% de son PIB .

La perte de bétail, la diminution des rendements des cultures et la dégradation de la sécurité alimentaire sont des impacts humains très visibles de la désertification, déclare Stringer:

«Les gens font face à ce genre de défis de différentes manières – en sautant des repas pour économiser de la nourriture; acheter ce qu’ils peuvent – ce qui est difficile pour ceux qui vivent dans la pauvreté avec peu d’autres moyens de subsistance – en collectant des aliments sauvages, et dans des conditions extrêmes, souvent associées à d’autres facteurs, les populations quittent les zones touchées pour abandonner leurs terres. « 

Les populations sont particulièrement vulnérables aux conséquences de la désertification lorsqu’elles disposent de «droits de propriété précaires, de peu de soutien économique pour les agriculteurs, de niveaux élevés de pauvreté et d’inégalité et d’une gouvernance faible», ajoute Stringer.

Un autre impact de la désertification est l’augmentation des tempêtes de sable et de poussière. Ces phénomènes naturels –  connus sous les noms de  «sirocco», «haboob», «poussière jaune», «tempêtes blanches» et «harmattan» – se produisent lorsque de forts vents emportent du sable et de la saleté sur des sols nus et secs. Les recherches suggèrent  que les émissions annuelles de poussières dans le monde ont augmenté de 25% entre la fin du XIXe siècle et aujourd’hui, les principaux facteurs étant les changements climatiques et l’utilisation des sols.

 

Une tempête de poussière Haboob survole les montagnes Mohawk près de Tacna, en Arizona, le 9 juillet 2018. Source: John Sirlin / Alamy Stock Photo. T0TRCA
Une tempête de poussière Haboob survole les montagnes Mohawk près de Tacna, en Arizona, le 9 juillet 2018.

Une récente étude  révèle que les tempêtes de poussière au Moyen-Orient «deviennent de plus en plus fréquentes et intenses»  . Cela a été motivé par «la réduction à long terme des précipitations favorisant une humidité du sol et un couvert végétal plus bas». Cependant, Stringer ajoute qu ‘«il est nécessaire de poursuivre les recherches pour établir les liens précis entre changement climatique, désertification et tempêtes de poussière et de sable».

Les tempêtes de poussière peuvent avoir un impact considérable sur la santé humaine, en  contribuant à  des troubles respiratoires tels que l’asthme et la pneumonie, des problèmes cardiovasculaires et des irritations de la peau, ainsi qu’à la pollution des sources d’eau libre. Ils peuvent également  perturber l’ infrastructure en réduisant l’efficacité des  panneaux solaires  et  des éoliennes en les recouvrant de poussière et en perturbant les  routes, les chemins de fer et les aéroports .

Retour sur le climat

L’ajout de poussière et de sable dans l’atmosphère est également l’un des effets de la désertification sur le climat, a déclaré Kimutai. D’autres incluent «les changements dans la couverture végétale, l’albédo de surface (réflectivité de la surface de la Terre) et les flux de gaz à effet de serre», ajoute-t-elle.

Les particules de poussière dans l’atmosphère peuvent  disperser les rayons  du soleil, ce qui réduit le réchauffement local à la surface mais les augmente dans l’air. Ils peuvent également influer sur la formation et la durée de vie des nuages,  ce qui réduit potentiellement les risques de précipitations  et réduit donc l’humidité dans une zone déjà sèche.

Les sols constituent un stock de carbone très important. Les deux derniers mètres de sol dans les zones arides mondiales, par exemple, stockent environ  646 milliards de tonnes de carbone  , soit environ 32% du carbone contenu dans tous les sols du monde.

Les recherches montrent  que la teneur en humidité du sol est la principale influence sur la capacité des sols des terres arides à «minéraliser» le carbone. C’est le processus, également appelé «respiration du sol», dans lequel les microbes décomposent le carbone organique du sol et le convertissent en CO2. Ce processus rend également les éléments nutritifs du sol disponibles pour que les plantes puissent les utiliser pendant leur croissance.

Erosion des sols au Kenya. 

La respiration du sol indique sa  capacité à soutenir la croissance des plantes . Et généralement, la respiration diminue avec la diminution de l’humidité du sol jusqu’à un point où l’  activité microbienne cesse effectivement . Bien que cela réduise le CO2 libéré par les microbes, il inhibe également la croissance des plantes, ce qui signifie que la végétation absorbe moins de CO2 de l’atmosphère grâce à la photosynthèse. Dans l’ensemble, les sols secs sont plus susceptibles d’être des émetteurs nets de CO2.

Ainsi, à mesure que les sols deviennent plus arides, ils auront tendance à moins pouvoir piéger le carbone de l’atmosphère et contribueront ainsi au changement climatique. D’autres formes de dégradation libèrent également du CO2 dans l’atmosphère, telles que la  déforestation , le surpâturage – en dépouillant la terre de la végétation – et les  incendies de forêt .

Mapping troubles

«La plupart des environnements de zones arides du monde sont touchés par la désertification dans une certaine mesure», a déclaré Michaelides.

Mais proposer une estimation globale robuste de la désertification n’est pas simple, explique Kimutai:

«Les estimations actuelles de l’étendue et de la gravité de la désertification varient considérablement en raison d’informations manquantes et / ou peu fiables. La multiplicité et la complexité des processus de désertification rendent sa quantification encore plus difficile. Les études ont utilisé différentes méthodes basées sur différentes définitions. « 

Et l’identification de la désertification est rendue plus difficile car elle a tendance à émerger relativement lentement, ajoute Michaelides:

«Au début du processus, la désertification peut être difficile à détecter et, comme elle est lente, il faudra peut-être des décennies pour se rendre compte qu’un lieu est en train de changer. Au moment où il est détecté, il peut être difficile d’arrêter ou d’inverser. « 

La désertification sur toute la surface de la Terre a été cartographiée pour la première fois dans une étude publiée dans la revue  Economic Geography  en 1977. Il était indiqué ce qui suit: «Dans la plupart des pays du monde, il existe peu d’informations fiables sur l’ampleur de la désertification dans certains pays». La carte – indiquée ci-dessous – classait les zones de désertification en «légères», «modérées», «graves» ou «très graves» sur la base d’une combinaison «d’informations publiées, d’expériences personnelles et de consultations avec des collègues».

Carte du monde indiquant l'état de la désertification dans les régions arides du monde. Tiré de Dregne, HE (1977) Désertification des terres arides, géographie économique, vol. 53 (4): pages 322 à 331. © Clark University, reproduit avec l'autorisation de Informa UK Limited, exerçant sous le nom de Taylor & Francis Group, www.tandfonline.com pour le compte de Clark University.
Etat de la désertification dans les régions arides du monde. Tiré de Dregne, HE (1977) Désertification des terres arides, géographie économique , vol. 53 (4): pages 322 à 331. © Clark University, reproduit avec l’autorisation de Informa UK Limited, exerçant sous le nom de Taylor & Francis Group, http://www.tandfonline.com pour le compte de Clark University.

 

En 1992, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié son premier « Atlas mondial de la désertification » (WAD). Il a cartographié la dégradation des sols due aux activités humaines dans le monde, en s’inspirant largement de « Évaluation mondiale de la dégradation des sols d’origine anthropique » (GLASOD), financée par le PNUE . Le projet GLASOD était lui-même basé sur un jugement d’experts, avec  plus de 250 scientifiques spécialistes des sols et de l’environnement  contribuant à des évaluations régionales qui ont alimenté sa carte mondiale, publiée en 1991.

La carte GLASOD, présentée ci-dessous, détaille l’ampleur et le degré de dégradation des sols dans le monde. Il a classé la dégradation en produit chimique (ombrage rouge), vent (jaune), physique (violet) ou eau (bleu).

Évaluation globale de la dégradation des sols d'origine anthropique (GLASOD). Les zones ombrées indiquent le type de dégradation: chimique (rouge), vent (jaune), physique (violet) et eau (bleu), les zones plus foncées indiquant des niveaux de dégradation plus élevés. Source: Oldeman, LR, Hakkeling, RTA et Sombroek, WG (1991). Carte mondiale de l'état de la dégradation des sols induite par l'homme: note explicative (éd. Rév.), PNUE et ISRIC, Wageningen.
Évaluation globale de la dégradation des sols d’origine anthropique (GLASOD) . Les zones ombrées indiquent le type de dégradation: chimique (rouge), vent (jaune), physique (violet) et eau (bleu), les zones plus foncées indiquant des niveaux de dégradation plus élevés. Source: Oldeman, LR, Hakkeling, RTA et Sombroek, WG (1991). Carte mondiale de l’état de la dégradation des sols induite par l’homme: note explicative (éd. Rév.), PNUE et ISRIC, Wageningen.

Bien que GLASOD ait également été utilisé pour le  deuxième WAD , publié en 1997, la carte a  été critiquée  pour son manque de cohérence et de reproductibilité. Des ensembles de données ultérieurs, tels que l’ évaluation globale de la dégradation et de l’amélioration des terres (GLADA), ont bénéficié de l’ajout de  données satellitaires .

Néanmoins, au moment où le  troisième WAD  – produit par le Centre commun de recherche de la Commission européenne – est arrivé environ deux décennies plus tard, les auteurs ont « décidé de prendre une voie différente ». Comme le rapport le dit:

«La dégradation des sols ne peut être cartographiée de manière globale par un seul indicateur ou par une combinaison arithmétique ou modélisée de variables. Une seule carte mondiale de la dégradation des sols ne peut satisfaire toutes les vues ou tous les besoins. ”

Au lieu d’une seule métrique, l’atlas considère un ensemble de «14 variables souvent associées à la dégradation des sols», telles que l’aridité, la densité du bétail, la perte d’arbres et la baisse de productivité des terres.

En tant que telle, la carte ci-dessous – extraite de l’Atlas – ne montre pas la dégradation des sols, mais la « convergence des preuves » de la concordance de ces variables. Les parties du monde présentant les problèmes les plus potentiels (comme l’indiquent les zones orange et rouge) – telles que l’Inde, le Pakistan, le Zimbabwe et le Mexique – sont ainsi identifiées comme particulièrement exposées au risque de dégradation.

Carte montrant la «convergence des preuves» de 14 risques de dégradation des sols tirés de la troisième édition de l'Atlas mondial de la désertification. Ombrage indique le nombre de risques coïncidents. Les zones qui en ont le moins sont indiquées en bleu, qui augmentent ensuite en vert, jaune, orange et le plus en rouge. Crédit: Office des publications de l'Union européenne

Carte montrant la «convergence des preuves» de 14 risques de dégradation des sols tirés de la troisième édition de l’Atlas mondial de la désertification. Ombrage indique le nombre de risques coïncidents. Les zones qui en ont le moins sont indiquées en bleu, qui augmentent ensuite en vert, jaune, orange et le plus en rouge. Crédit:  Office des publications de l’Union européenne

L’avenir

Comme la désertification ne peut pas être caractérisée par un seul indicateur, il est également délicat de faire des prévisions sur la manière dont les taux de dégradation pourraient changer à l’avenir.

En outre, de nombreux facteurs socio-économiques contribueront. Par exemple, le nombre de personnes directement touchées par la désertification augmentera probablement uniquement en raison de la croissance démographique. La population vivant dans les zones arides du monde entier  devrait augmenter  de 43%, pour atteindre quatre milliards d’ici 2050.

L’impact du changement climatique sur l’aridité est également compliqué. Un climat plus chaud est généralement  plus apte à évaporer l’humidité de la surface du sol  – ce qui augmente potentiellement la sécheresse en combinaison avec des températures plus chaudes.

Cependant, le changement climatique affectera également les régimes de précipitations et une atmosphère plus chaude peut contenir plus de vapeur d’eau, augmentant potentiellement les précipitations moyennes et fortes dans certaines régions.

Il existe également une  question conceptuelle  de distinction entre les changements à long terme dans la sécheresse d’une région et la nature relativement courte des sécheresses.

En général, la superficie mondiale des terres arides devrait s’accroître à mesure que le climat se réchauffe. Les projections selon les scénarios d’émissions RCP4.5 et RCP8.5 suggèrent que les terres arides  augmenteront respectivement de 11% et 23% par rapport à 1961-90. Cela signifierait que les terres arides pourraient représenter respectivement 50% ou 56% de la surface terrestre de la Terre d’ici à la fin du siècle, contre 38% aujourd’hui.

Cette expansion des régions arides se produira principalement «sur le sud-ouest de l’Amérique du Nord, la frontière nord de l’Afrique, l’Afrique australe et l’Australie»,   indique une autre étude. et Amérique du Nord et du Sud ».

Les recherches montrent également que le changement climatique augmente déjà  la probabilité et la gravité des sécheresses dans le monde . Cette tendance devrait se poursuivre. Par exemple,  une étude utilisant le scénario d’émissions intermédiaires «RCP4.5» prévoit des augmentations importantes (jusqu’à 50% à 200% en termes relatifs) de la fréquence des futures sécheresses modérées et graves dans la plupart des Amériques, en Europe, Afrique australe et Australie »

Une autre étude  note que  les  simulations de modèles climatiques «suggèrent des sécheresses graves et généralisées au cours des 30 à 90 prochaines années sur de nombreuses zones terrestres, résultant d’une diminution des précipitations et / ou d’une augmentation de l’évaporation».

Cependant, il convient de noter que toutes les terres arides ne devraient pas devenir plus arides avec le changement climatique. La carte ci-dessous, par exemple, montre l’évolution prévue pour une mesure de l’aridité (définie comme le rapport pluie /  évapotranspiration potentielle , TEP) d’ici 2100 dans le cadre de simulations de modèles climatiques pour RCP8.5. Les zones ombrées en rouge indiquent que les zones deviendront plus sèches (car le PET augmentera plus que les précipitations), tandis que celles en vert deviendront plus humides. Ce dernier comprend une grande partie du Sahel et de l’Afrique de l’Est, ainsi que l’Inde et des parties du nord et de l’ouest de la Chine.

Changements projetés de l'indice d'aridité (le ratio précipitations / PET), simulés sur terre par 27 modèles climatiques CMIP5 d'ici 2100 dans le scénario RCP8.5. Source: Sherwood et Fu (2014). Reproduit avec la permission de Steven Sherwood.

Changements projetés de l’indice d’aridité (le ratio précipitations / PET), simulés sur terre par 27   modèles climatiques CMIP5 d’ ici 2100 dans le scénario RCP8.5. Source: Sherwood et Fu ( 2014 ). Reproduit avec la permission de Steven Sherwood.

Les simulations de modèles climatiques suggèrent également que les précipitations, lorsqu’elles se produiront, seront plus intenses  dans la quasi-totalité du monde , augmentant potentiellement les risques d’érosion des sols. Les projections indiquent que la majeure partie du monde verra une  augmentation de 16-24%  de l’intensité des fortes précipitations d’ici 2100.

Solutions

Limiter le réchauffement climatique est donc l’un des principaux moyens d’  aider à mettre un terme à la désertification  à l’avenir, mais quelles autres solutions existent-elles?

L’ONU a  désigné  la décennie de janvier 2010 à décembre 2020 comme «décennie des Nations Unies pour le désert et la lutte contre la désertification». La décennie devait être «une opportunité d’apporter des changements cruciaux pour garantir la capacité à long terme des terres arides à apporter une valeur au bien-être de l’humanité».

Ce qui est très clair, c’est que mieux vaut prévenir que guérir, et beaucoup moins cher. «Une fois que la désertification s’est produite, il est très difficile d’inverser la tendance», a déclaré Michaelides. En effet, une fois que «la cascade de processus de dégradation a commencé, il est difficile de l’interrompre ou de s’arrêter».

Pour mettre un terme à la désertification avant qu’elle ne commence, il faut prendre des mesures pour «protéger contre l’érosion des sols, prévenir la perte de végétation, prévenir le surpâturage ou la mauvaise gestion des terres», explique-t-elle:

«Toutes ces choses nécessitent des efforts concertés et des politiques de la part des communautés et des gouvernements pour gérer les ressources en terres et en eau à grande échelle. Même une mauvaise gestion des terres à petite échelle peut entraîner une dégradation à plus grande échelle. Le problème est donc assez complexe et difficile à gérer. ”

Lors de la  Conférence des Nations Unies sur le développement durable tenue  à Rio de Janeiro en 2012, les parties ont convenu de «s’efforcer de parvenir à un monde neutre pour la dégradation des sols dans le contexte du développement durable». Ce concept de « neutralité de la dégradation des sols » (LDN) a ensuite  été repris par la Convention  et également  officiellement adopté en  tant que  cible 15.3  des  objectifs de développement durable  par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015.

L’idée de LDN, expliquée en détail dans la vidéo ci-dessous, est une hiérarchie de réponses: premièrement pour éviter la dégradation des terres, deuxièmement pour la minimiser là où cela se produit, et troisièmement pour compenser toute nouvelle dégradation en restaurantant et réhabilitant des terres ailleurs. Le résultat étant que la dégradation globale entre en équilibre – toute nouvelle dégradation étant compensée par le renversement de la dégradation précédente.

 

Pour Mariam Akhtar-Schuster , coprésidente de l’ interface science-politique de la  Convention  et rédactrice en chef du chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC, la «gestion durable des terres» est essentielle pour atteindre l’objectif de la NDT  . Elle dit à Carbon Brief:

«Les pratiques de gestion durable des terres, qui sont basées sur les conditions socio-économiques et écologiques locales d’une région, permettent d’éviter la désertification en premier lieu, mais aussi de réduire les processus de dégradation en cours. »

La GDT signifie essentiellement maximiser les avantages économiques et sociaux de la terre tout en maintenant et en améliorant sa productivité et ses fonctions environnementales. Cela peut englober toute une gamme de techniques, telles que le pâturage en rotation du bétail, améliorer les éléments nutritifs du sol en laissant les résidus de récolte sur le sol après la récolte, piéger les sédiments et les éléments nutritifs qui seraient autrement perdus du fait de l’érosion et planter des arbres à croissance rapide pour constituer un abri du vent.

Test de la santé des sols en mesurant les fuites d'azote dans l'ouest du Kenya. Crédit: CIAT / (CC BY-NC-SA 2.0).

Test de la santé des sols en mesurant les fuites d’azote dans l’ouest du Kenya. Crédit: CIAT / (CC BY-NC-SA 2.0).

Mais ces mesures ne peuvent être appliquées nulle part, note Akhtar-Schuster:

«Etant donné que la GDT doit être adaptée aux conditions locales, il n’existe pas de boîte à outils unique permettant d’éviter ou de réduire la désertification. Cependant, tous ces outils adaptés localement auront les meilleurs effets s’ils sont intégrés à un système national intégré de planification de l’utilisation des sols. »

Stringer convient qu’il n’y a pas de solution miracle pour prévenir et inverser la désertification. Et ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui investissent dans la GDT qui en bénéficient, explique-t-elle:

«Un exemple ici serait celui des utilisateurs des terres en amont d’un bassin versant reboisant une zone et réduisant l’érosion des sols dans les plans d’eau. Pour les personnes vivant en aval, cela réduit les risques d’inondation car il y a moins de sédimentation et pourrait également améliorer la qualité de l’eau. »

Cependant, il y a aussi un problème d’équité si les utilisateurs des terres en amont paient pour les nouveaux arbres et que ceux en aval reçoivent les avantages sans frais, a déclaré Stringer:

«Les solutions doivent donc identifier qui« gagne »et qui« perd »et devraient incorporer des stratégies qui compensent ou minimisent les inégalités.»

«Tout le monde oublie cette dernière partie sur l’équité et la justice», ajoute-t-elle. L’autre aspect qui a également été négligé par le passé est d’obtenir l’adhésion de la communauté aux solutions proposées, dit Stringer.

Les recherches montrent  que l’utilisation des connaissances traditionnelles peut être particulièrement bénéfique pour lutter contre la dégradation des sols. Notamment parce que les communautés vivant dans les zones arides le font avec succès depuis des générations, malgré les conditions environnementales difficiles.

Selon Stringer, cette idée est de plus en plus prise en compte – une réponse aux «interventions descendantes» qui se sont révélées «inefficaces» en raison d’un manque de participation de la communauté.

de la résilience https://www.resilience.org/stories/2019-08-07/desertification-and-the-role-of-climate-change/
via IFTTT

 

 

 

 

Météo extrême : des conséquences à travers le monde

Dans cette étude publiée le 24 juillet dernier dans la revue Nature, les chercheurs ont analysé les derniers 2000 ans du climat de notre planète. Ils ont utilisé des indicateurs comme les anneaux d’arbres, les carottes de glace, les sédiments des coraux ainsi que des technologies modernes.

Le premier constat présente plusieurs variations climatiques mais qui n’ont ni touché toute la planète en même temps, ni uniformément. L’étude a mis en évidence le petit âge glaciaire (1300 à 1850) qui a d’abord affecté la région Pacifique au XVe siècle, avant de se tourner vers l’Europe et les États-Unis quelques centaines d’années plus tard.

*Source : University of Bern *

La grande différence, c’est que les changements climatiques qu’on observe présentement sont globaaux. Depuis la Révolution industrielle, 98% du globe s’est réchauffé, indique Raphael Neukom, chercheur à l’Université de Bern en Suisse.

Il s’agit également du réchauffement le plus rapide en 2000 ans. Ce réchauffement est difficilement explicable par facteurs naturels et ses conséquences sont marquées à travers le globe.

 

Il est important de faire la distinction entre climat et météo. Cette dernière définit les conditions de l’atmosphère sur une courte période contrairement au climat qui s’étend sur une longue période. Lorsque nous parlons de changements climatiques, nous parlons de changements dans les moyennes météorologiques à long terme.

Les eaux se réchauffent, les glaciers fondent

D’après l’Organisation mondiale de la météorologie (OMM), la partie nordique de la planète est celle qui se réchauffe le plus rapidement. En Arctique, l’écart entre les températures hivernales et la moyenne de saison est de plus en plus marqué, ce qui permet aux glaciers de se détacher et de fondre. La température des océans aux pôles a aussi un rôle à jouer : une nouvelle étude publiée dans la revue Science constate qu’en plus de fondre en raison des températures atmosphériques élevées, les glaciers fondent sous la surface à cause des eaux plus chaudes.

 

Tout ceci aura comme effet de faire monter le niveau des eaux, inondant de nombreuses villes côtières. Cela contribue également à l’acidification des océans et menace des populations animales (dont l’ours polaire).

Les glaces éternelles des montagnes ont aussi perdu de leur caractère perpétuel. En effet, la canicule qui a touché l’Europe en 2003 a réduit le couvert de glace qui retient des pans de roches dans les Alpes. Ainsi, deux ans plus tard, le pallier Bonatti, d’une grosseur de 292 000 mètres carré, s’est effondré, changeant le décor à jamais.

Des températures à l’extrême

Les températures records enregistrées ces dernières décennies sont liées aux changements climatiques. Les canicules, comme celle que vient de vivre l’Europe, seront beaucoup plus fréquentes, sévères et longues d’ici la fin du siècle d’après le dernier rapport du GIEC, dévoilé à la fin de l’année 2018.

Des conséquences de ces épisodes chauds sont déjà observables. Dans la première région piscicole d’étang de France, le niveaux des eaux des 1100 étangs est à son plus bas (moins d’un mètre), limitant la quantité de poissons pêchés. Cet asséchement est aussi dû à des précipitations en-dessous des normales.

Au Canada, ce manque de pluie a déjà affecté les Prairies : en 2018, cette région a seulement reçu de 40 à 60 % de la pluie qui devrait tomber normalement en avril et en mai. Les récoltes ont été très difficiles et le manque de pâturage a affecté le bétail.

Mais attention ! Les vagues de froid et les changements climatiques ne sont pas incompatibles. D’après un article paru en 2017 dans la revue Nature Géoscience, malgré la tendance au réchauffement de la Terre, l’Amérique du Nord a connu des épisodes de froid plus intenses pendant les hivers et les printemps.

Ces évènements sont liés au réchauffement anormal de l’Arctique depuis 1990, permettant à l’air froid du nord de redescendre dans les régions méridionales.

Des précipitations extrêmes

Les évènements pluvieux extrêmes continueront de faire partie de la vie de plus en plus courante dans de nombreuses régions. D’après la NASA, la hausse des températures intensifiera le cycle de l’eau et augmentera l’évaporation. Cette hausse entraînerait davantage de tempêtes, mais contribuerait également à l’assèchement de certaines terres.

 

Là aussi, des conséquences considérables pour les agriculteurs sont à mentionner, eux qui devront s’adapter à ces nouvelles conditions climatiques. Par exemple, les orages violents avec épisodes de grêle pourraient survenir plus souvent. Ces boules de glace peuvent détruire des plantations entières, comme en 2016, alors que d’immenses grêlons de la taille de balles de baseball ont décimé des champs de maïs au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cet été-là, des agriculteurs du Saguenay, du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches et de la Montérégie ont dû recevoir l’aide du gouvernement pour compenser les pertes liées aux phénomènes météo violents.

 

 

 

 

 

 

 

Le réchauffement climatique devenu risque systémique

Même au pays du président enraciné dans le déni de l’anthropocène, les régulateurs des marchés financiers le concrétisent : les changements climatiques constituent un risque systémique. Il aura fallu plus de 30 ans après la création du GIEC, quelque 25 ans après la COP 1 de Berlin en 1995.

En 2018,les incendies en Grèce ont fait d’énormes ravages en forêt.

La reconnaissance est venue mercredi de l’agence américaine chargée de la surveillance des marchés de produits financiers dérivés (CFTC, en anglais). À l’ouverture d’une conférence sur le sujet à Washington, son commissaire s’alarmait du risque réel pour le système financier de l’impact des catastrophes naturelles liées aux changements climatiques. Dans un sens plus large, le régulateur américain soulignait, selon un texte de l’Agence France-Presse, que « les impacts du changement climatique affectent tous les aspects de l’économie américaine, depuis la production agricole jusqu’à l’activité manufacturière, et le financement de toutes ces activités à chaque étape […] Non seulement les assureurs, les gestionnaires de portefeuilles, les fonds de pension, les banques commerciales et de détail doivent prendre en compte ce nouvel environnement », mais encore, « les plus touchés sont finalement souvent les agriculteurs, les investisseurs, les clients, les consommateurs et les propriétaires immobiliers », peut-on lire. La Commodity Futures Trading Commission n’est pas la Réserve fédérale, mais enfin.

Depuis quelques années,les glacier de Patagonie,en Argentine,fondent de plus en plus vite.

Cette lecture s’ajoute à l’évaluation commandée par le Congrès américain rendu public en novembre 2018. Les quelque 300 scientifiques signataires concluaient à des dommages évalués dans les centaines de milliards de dollars causés par les émissions de GES. Des dégâts attendus qualifiés de « considérables pour l’économie américaine », débordant de la chute des rendements agricoles et de la multiplication des incendies de forêt destructeurs, avec des impacts parfois irréversibles pour des milliers d’années, parfois permanents. Un rapport gouvernemental qui avait reçu pour réponse du président américain un « je n’y crois pas ». Donald Trump venait de militer en faveur de l’adoption d’une politique environnementale visant à relancer une industrie du charbon moribonde sur le thème du « charbon propre ».

Les iles Marshall dans le Pacifique vont toutes disparaître ,grâce à la montée des eaux.

Après toutes ces années de rapports plus concluants les uns que les autres, mais après toutes ces Conférences sur le climat aboutissant à des interventions de façade sous un leadership politique circonstanciel, banques centrales et régulateurs adoptent désormais le scénario voulant que les effets et conséquences négatives aillent supplanter les retombées économiques de la transition et de l’adaptation. Le mois dernier, la Banque du Canada insérait les changements climatiques dans sa liste de sources de risques pour l’économie et le système financier au rang des points faibles. Peu avant, en avril, l’institution fédérale était de la trentaine de banques centrales qui, sous le leadership des banques d’Angleterre et de France, reprenaient le thème du verdissement de la finance internationale, exhortant les décideurs politiques et réglementaires à positionner leur système financier face aux changements climatiques. Au risque physique, qui interpelle particulièrement les assureurs et les banques, s’ajoute celui de responsabilité civile auquel s’exposent de manière plus sensible les gouvernements et les entreprises, pouvait-on lire dans Le Devoir. S’y greffe la relation risque-rendement associée à la transition vers une économie à faible émission en carbone. En appui, un rapport déposé par le Réseau des banques centrales et des superviseurs pour le verdissement du système financier (NGFS, en anglais) reconnaissait que les risques liés aux changements climatiques ne sont pas entièrement reflétés dans l’évaluation des éléments d’actif.

Aux îles Spitzberg,la Côte Nord-Ouest jadis recouverte de glaciers,se découvre.

Le gros fonds souverain de la Norvège, dont l’actif de 1000 milliards est largement alimenté en pétrodollars, poursuit justement son délestage, sous les recommandations d’une Banque de Norvège suggérant d’en atténuer la vulnérabilité aux énergies fossiles. « Il s’agit de réduire et de disséminer les risques » encourus face à un recul permanent du prix du pétrole, expliquait en mars la ministre des Finances. Le gouvernement a donné le feu vert, mercredi, à une sortie plus remarquée des énergies fossiles, au profit d’un investissement accru dans le renouvelable. Selon Greenpeace, 5 milliards $US sortiraient, ainsi, de la composante charbon et 8 milliards du secteur pétrole et gaz.

Des avancées par petits pas, disait-on.

Une chaleur mortelle frappe de plus en plus l’Asie.

Le monde s’éloigne toujours plus de son objectif climatique

Le monde s’éloigne de son objectif de maîtrise du réchauffement climatique, avec un fossé grandissant entre les émissions de gaz à effet de serre et l’ambition de l’Accord de Paris, alerte mardi l’ONU dans un rapport annuel sévère.

Pour garder la hausse du mercure en deçà de 2 °C, les États devront tripler d’ici 2030 le niveau global de leur engagement par rapport aux promesses faites en 2015 à la conférence climat de Paris (COP21), souligne le Programme environnement de l’ONU (PNUE).

Et le multiplier par 5 pour ne pas dépasser +1,5 °C, stade déjà annonciateur de dérèglements, ajoute ce neuvième rapport sur l’action climatique, publié à cinq jours de l’ouverture en Pologne de la 24ᵉ conférence mondiale sur le climat (COP24).

« C’est la nouvelle la plus alarmante : l’écart [entre le niveau actuel des émissions et le niveau nécessaire] est plus grand que jamais », dit à l’AFP Philip Drost, qui a coordonné le rapport du PNUE.

 « Il y a tant de chemin à parcourir, et nous devons agir rapidement.

Les feux de Californie

dans des décennies, maintenant. »

 

En 2017, les émissions de GES sont reparties à la hausse, après trois ans de relative stabilité. Et 2018 devrait connaître la même tendance, avec une augmentation attendue des émissions du secteur de l’énergie (les trois quarts du total), a déjà prévenu l’Agence internationale de l’énergie.

Le scénario du PNUE est plus sombre que l’an dernier aussi parce que les dernières recherches montrent qu’il ne faudra pas compter sur un déploiement vaste et rapide de technologies d’absorption du CO₂.

Les émissions en 2017 ont atteint un niveau historique, à 53,5 gigatonnes (Gt) équivalent-CO₂, soit 0,7 Gt de plus qu’en 2016, souligne le PNUE. Et « rien ne dit qu’elles aient atteint un pic — ce point où elles basculent, de la hausse à la baisse ».

Pour rester à 2 °C, il faudrait émettre au maximum 40 Gt d’équivalent-CO₂ en 2030, et 24 Gt pour 1,5 °C. Or si les pays s’en tiennent à leurs actions présentes, sans les renforcer, ils produiront encore 59 Gt à cette échéance, souligne le rapport, synthèse des connaissances scientifiques.

Selon les auteurs, 49 pays ont passé leur « pic » d’émissions, mais ils ne représentent que 36 % des GES mondiaux. Et au total, seuls 57 États (60 % des émissions) seraient en bonne voie d’y parvenir d’ici 2030 — si leurs promesses de 2015 sont tenues.

Il y a des progrès : boom des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, actions des collectivités locales dans les transports… Le PNUE souligne le dynamisme du secteur privé et le potentiel inexploité de l’innovation et du financement vert.

Fonte des glaciers en Patagonie

Encore bien du chemin à parcourir

Mais lutter contre le dérèglement climatique aujourd’hui, « c’est comme courir après un bus », explique Andrew Steer, président du groupe de réflexion WRI. « Nous allons de plus en plus vite, nous battons des records, mais le bus accélère, et la distance se creuse ».

Selon le rapport spécial publié en octobre par les experts climat de l’ONU (GIEC), le monde doit aussi viser l’objectif 1,5 °C — et pas seulement 2 °C — s’il veut se garder d’impacts majeurs, vagues de chaleur, super-ouragans ou calottes glaciaires déstabilisées. Or à ce stade, il court vers +4 °C par rapport au niveau préindustriel, à la fin du siècle.

Le PNUE insiste sur l’amélioration de l’impulsion au niveau national et le rôle à jouer par les gouvernements, par exemple avec « une politique fiscale soigneusement conçue […] pour subventionner des solutions à faibles émissions et taxer les combustibles fossiles ».

Nombre de pays du G20 en particulier ne devraient pas remplir leurs engagements pris à Paris (UE, États-Unis, Australie, Canada…), à en croire leurs trajectoires actuelles. La Chine et la Russie devraient y arriver, mais leurs ambitions étaient relativement limitées.

À la COP de Katowice, qui ouvre dimanche, les États sont invités à répondre au rapport du GIEC et à se pencher sur l’ampleur de leur engagement global. L’accord de Paris prévoit une révision des contributions nationales pour 2020.

« Les gouvernements doivent vraiment reprendre leurs contributions, et relever leurs ambitions », souligne M. Drost, du PNUE. « Il y a tant de chemin à parcourir, et nous devons agir rapidement. Pas dans des décennies, maintenant. »

 

Recul du glacier au Groenland.

 

 

 

 

 

Réchauffement climatique : les scientifiques sonnent l’alarme

A partir de contributions de 500 scientifiques, l’Administration nationale océanique et atmosphérique américaine rend compte, dans son rapport annuel, de l’accélération du réchauffement.

Alors que des incendies gigantesques continuent de détruire forêts et habitations en Californie et que Météo France annonce plusieurs jours de canicule dans l’Hexagone, l’Administration nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA) publie un nouveau rapportinquiétant sur l’impact du changement climatique sur la planète. «L’Etat du climat 2017» est le résultat de contributions de 500 scientifiques dans 65 pays. En voici les résultats les plus marquants.

1) Des records de niveaux de gaz à effet de serre

L’année dernière, les concentrations dans l’atmosphère des principaux GES (CO2, méthane, et oxydes nitreux) ont atteint, en moyenne, 405 parties par million (ppm), soit la plus forte concentration jamais enregistrée. D’après les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), pour avoir plus de deux chances sur trois de limiter le réchauffement mondial à 2°C d’ici à 2100 (l’objectif de l’accord de Paris), il faudrait que les émissions de CO2 entre 1870 et la période où sa concentration dans l’atmosphère sera stabilisée n’excède pas 2 900 gigatonnes (Gt) de CO2. Or environ 2 100 GtCo2 ont déjà été émises entre 1870 et 2017. Il ne nous reste donc plus que 800 GtCO2 à émettre si nous voulons avoir des chances de respecter l’objectif des +2°C. Les émissions de GES doivent donc impérativement atteindre un pic en 2020, soit dans deux ans, puis diminuer rapidement.

2) Le niveau des mers toujours plus haut

Sous l’influence du réchauffement qui provoque une dilatation de l’eau et la fonte des glaces, le niveau des océans a augmenté de 7,7 centimètres entre 1993 et 2017. C’est la sixième année consécutive que le niveau de la mer augmente par rapport à l’an précédent et il croît de 3,1 centimètres par décennie en moyenne. Cette élévation n’est pas uniforme sur la planète. Dans l’océan Indien et dans le Pacifique tropical, par exemple, elle a dépassé le taux d’augmentation moyen, au contraire de l’est du Pacifique où il est plus bas. Un phénomène étonnant qui est dû à des changements dans la circulation des vents depuis 2012.

 

3) Des océans toujours plus chauds en surface

Les températures dans la partie supérieure des océans ont aussi atteint des maximales en 2017. Les océans se réchauffent en captant du carbone émis dans l’atmosphère par les activités humaines, et le stockent sous forme de chaleur principalement dans les 700 premiers mètres d’eau. Cela participe à l’acidification des océans qui touche durement les mollusques et les coraux, ainsi qu’à la création de zones mortes privées d’oxygène. Le rapport souligne la poursuite d’un épisode de blanchissement des récifs coralliens depuis juin 2014. Dans certaines zones de la grande barrière de Corail au large de l’Australie, plus de 95% des coraux sont morts. Cet évènement a été le plus long, le plus étendu et certainement le plus destructeur des trois observés depuis le début des relevés.

4) 2017, deuxième ou troisième année la plus chaude

Canicule au Québec en 2018
Au Québec,la canicule de 2018 s’est perpétuée tout l’été et plus de 60 personnes sont mortes.

 

D’après plusieurs études, les températures moyennes océaniques et terrestres combinées ont augmenté de 0,38 à 0,48°C par rapport à la moyenne de 1981-2010. Cela fait de l’année dernière la deuxième ou troisième année la plus chaude enregistrée depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Le podium étant occupé par 2015 et 2016. D’après l’Organisation météorologique mondiale, 2018 pourrait rapidement prendre la tête du classement.

5) Des pôles qui souffrent de températures toujours plus élevées

C’est au Groenland que l’on peut le mieux constater le réchauffement climatique!

Dans l’océan Arctique, la couverture de glace maximale a atteint son plus bas en 2017 (sur les trente-huit années d’observation). Pour le mois de septembre, cette surface glacée a été 25% plus petite que la moyenne constatée sur cette même période. L’Antarctique n’a pas été épargné. Au 1er mars 2017, la superficie de glace maritime y est tombée à 2,1 millions de kilomètres carrés, soit le plus bas jamais observé sur une journée depuis 1978.

6) Une multiplication des cyclones tropicaux

On se souvient de l’ouragan Maria qui a ravagé les Antilles, Cuba et Porto Rico. De même pour Harvey, qui a dévasté le Texas et la ville de Houston, frôlant le désastre en Louisiane. D’après la NOAA, le nombre de cyclones tropicaux a légèrement augmenté en 2017 : 85 par rapport à la moyenne de 82 sur la période 1981-2010.


EN COMPLÉMENT

Une étude confirme le lien entre le réchauffement climatique et la vague de chaleur actuelle

A partir de relevés météorologiques dans sept stations à travers l’Europe, une équipe de chercheurs a pu établir que le changement climatique avait multiplié la probabilité de vagues de chaleur.

 

«Il y a vingt ans, le changement climatique était une notion abstraite que l’on visualisait dans les projections scientifiques. Il est incroyable aujourd’hui de voir la vague de chaleur en Europe porter l’empreinte de ce réchauffement du climat», déclare Geert Jan van Oldenborgh, chercheur à l’Institut météorologique royal des Pays-Bas. Avec plusieurs climatologues du réseau international World Weather Attribution, il a publié vendredi une étude attribuant la vague de chaleur extrême que connaît depuis mai l’Europe, de la Scandinavie à la Grèce, au réchauffement mondial dû aux activités humaines.

C’est un exercice complexe qu’ont accompli ces chercheurs. A partir de relevés météorologiques dans sept stations à travers l’Europe (Irlande, Pays-Bas, Danemark, Norvège, Suède et deux en Finlande), ils ont pu établir notamment que le changement climatique a multiplié la probabilité d’extrêmes caloriques par 2 à Dublin en Irlande, par 3,3 à De Bilt aux Pays-Bas, et même par 5 à Copenhague.

«Les modèles de projection scientifiques correspondent aux observations faites sur le terrain», explique Friederike Otto, directrice adjointe de l’Institut sur les changements environnementaux de l’université d’Oxford, au Royaume-Uni, qui a aussi participé à cette étude. En Europe centrale, on observe même une hausse des températures plus rapide que prévu. «Avec ce rapport, nous voulons montrer que le réchauffement du climat n’est pas seulement une moyenne mondiale, mais qu’il existe d’importantes disparités dans ce que vivent les humains, même au sein de l’Europe», reprend la chercheuse. En ce qui concerne la vague de chaleur que connaît la Scandinavie depuis deux mois, les scientifiques du World Weather Attribution estiment que le changement climatique d’origine humaine augmente les probabilités de tels extrêmes dans la région, sans pouvoir établir à quel point. La variabilité des phénomènes météorologiques atmosphériques est trop aléatoire pour définir un chiffre précis. Selon l’Administration nationale océanique et atmosphérique (NOAA) américaine, l’Europe a vécu son deuxième mois de juin le plus chaud enregistré, juste derrière celui de la canicule de 2003. Certains pays, comme le Royaume-Uni et le Danemark, ont même changé de couleur, passant du vert au jaune, comme le montrent les images satellites de l’Agence spaciale européenne.

Le continent européen n’est pas le seul touché. 41,1 °C à Kumagaya, au nord-ouest de Tokyo. 51,3 °C à Ouargla en Algérie. 48,9 °C à Chino, dans la banlieue de Los Angeles. 36,6 °C dans l’agglomération de Montréal. 42,7 °C à Bakou en Azerbaïdjan. 40,5 °C à Tbilissi, en Géorgie. 32,5 °C à Kvikkjokk, en Suède, près du cercle polaire. Autant de records de chaleur (depuis le début des relevés) atteints pendant le seul mois de juillet. Ces extrêmes provoquent sécheresses, incendies et pics de consommation d’électricité à travers le monde. En Californie, le parc Yosemite vient de déclarer son ordre d’évacuation le plus étendu depuis trente ans alors que l’incendie appelé Ferguson continue de ravager ce site emblématique américain. Au Japon, 22 000 personnes ont été hospitalisées en début de juillet 2018  à cause de la chaleur étouffante.

En Asie:une chaleur mortelle!

L’ENFER DES INCENDIES EN GRÈCE

 

 

 

 

 


EN CONCLUSION

Il s’agit du début de la fin de notre civilisation.Les incendies en Europe,en Asie et en Amérique ,les inondations partout sur la planète,des zones mortes immenses dans les océans,la fonte du Groenland ,de la calotte Antartique  et des glaciers combinés a la montée inexorable des eaux océaniques annoncent le début d’une Ère Nouvelle pour l’Humanité et toutes les formes de Vie sur Terre!

Annoncée par l’événement du 21  décembre 2012,alors que des  profiteurs parlaient de la fin du monde,la Terre et une grande partie de notre système solaire a été exposé a l’énergie  cosmique venant du centre de notre galaxie…et au centre de  notre galaxie,il y a un trou noir supermassif!

Nous ne pouvons pas freiner la puissance dont nous ignorons la force,mais nous savons que la Sixième Extinction Massive d’Espèces est déjà commencée  et la nouvelle a été propagé vers ceux qui nous ont créé…ou du moins intervenu sur notre génétique:les Dieux…les Annunaki…les Extraterrestres…un Grand Intervenant…Qui sait?

Pour vous remémorer: en 2013 de nombreuses pyramides ont émises un signal dont celle de Chichen Itza,celle de Bosnie,etc.Notre évolution vers la catastrophe actuelle,déjà commencée, est connue de nos Frères du Cosmos et nous devons garder espoir qu’ils nous viennent en aide.

Quand vous apercevrez les Vaisseaux-Mère au-dessus de vous,restez dans la lumière…et vous serez  sauvé!

Tel est le message télépathique que j’ai reçu d’eux!

Mais ils ne sauveront que quelques centaines d’individus présélectionnés et nous ignorons qui ils sont!

Priez s’il-vous-plait!

Stephen Hawkins ,le grand savant disait peu avant de mourir que l’humanité  aura cessé d’exister avant 1,000 ans…et moi,je crois qu’on peut enlever un zéro a son chiffre!

Il se peut aussi que  ce Peuple du Ciel,dont j’estime venir d’Aldébaran,ne sauve que des animaux que nous avons maltraité et abandonné!

Cet ours polaire en train de mourir de faim mérite plus d’être sauvé que les centaines de pécheurs japonais qui utilisent des chiens comme appâts pour prendre des requins!

 

Alerte Éruption majeure du Sinabung:Le mont Sinabung est en train de faire un désastre écologique

L’éruption récente du mont Sinabung vue de l’espace.

 

L’Observatoire de la Terre de la NASA est une partie vitale de la mission de l’agence spatiale pour faire progresser notre compréhension de la Terre, de son climat et de la manière dont elle est similaire et différente des autres planètes solaires. Pendant des décennies, l’OT a surveillé la Terre depuis l’espace afin de cartographier sa surface, de suivre ses tendances météorologiques, de mesurer les changements dans notre environnement et de surveiller les événements géologiques majeurs.

Par exemple, le mont Sinabung – un stratovolcan situé sur l’île de Sumatra en Indonésie – est devenu sporadiquement actif en 2010 après des siècles de dormance. Mais le 19 février 2018 , il a éclaté violemment, projetant des cendres au moins 5 à 7 kilomètres (16 000 à 23 000 pieds) dans l’air au-dessus de l’Indonésie. Quelques heures plus tard, Terra et d’autres satellites de l’Observatoire de la Terre de la NASA ont capturé l’éruption depuis l’orbite.

Les images ont été prises avec le spectroradiomètre d’imagerie à résolution moyenne de Terra (MODIS), qui a enregistré une image en couleur naturelle de l’éruption à 11h10 heure locale (04:10 heure universelle). Ce n’était que quelques heures après le début de l’éruption et a réussi à illustrer ce qui était rapporté par les sources sur le terrain. Selon de nombreux rapports de l’Associated Press, la scène était celle d’un carnage.

Mount Sinabung le 13 septembre 2010, après qu’il soit redevenu sportivement actif. Crédit: Kenrick95 / Wikipedia Commons

Selon des témoignages, le dôme de lave en éruption a effacé un morceau du sommet qui a éclaté. Cela a été suivi par des panaches de gaz chaud et de cendres descendant le sommet du volcan et s’étendant sur un diamètre de 5 kilomètres (3 miles). Les chutes de cendres étaient très répandues et couvraient des villages entiers dans la région, ce qui a permis aux pilotes de lignes aériennes d’obtenir les alertes les plus élevées pour la région.

 

En fait, les chutes de cendres ont été enregistrées aussi loin que la ville de Lhokseumawe – située à environ 260 km au nord. Pour faire face à la menace pour la santé publique, le gouvernement indonésien a conseillé aux gens de rester à l’intérieur en raison de la mauvaise qualité de l’air, et les responsables ont été envoyés à Sumatra pour distribuer des masques faciaux. En raison de sa composition et de sa nature particulaire, les cendres volcaniques constituent un risque grave pour la santé.

D’une part, il contient du dioxyde de soufre (SO²), qui peut irriter le nez et la gorge de l’homme lorsqu’il est inhalé. Le gaz réagit également avec la vapeur d’eau dans l’atmosphère pour produire des pluies acides, endommageant la végétation et l’eau potable. Il peut également réagir avec d’autres gaz dans l’atmosphère pour former des particules d’aérosol qui peuvent créer des brouillards épais et même conduire à un refroidissement global.

Ces niveaux ont été enregistrés par le satellite Suomi-NPP à l’aide de sa solution Ozone Mapper Profiler Suite (OMPS). L’image ci-dessous montre à quoi ressemblaient les concentrations de SO² à 13h20 heure locale (06:20 heure universelle) le 19 février, plusieurs heures après l’éruption. Les concentrations maximales de SO² ont atteint 140 unités Dobson dans le voisinage immédiat de la montagne.

Carte montrant les concentrations de dioxyde de soufre (SO²) dues à l’éruption du mont Sinabung sur l’île de Sumatra, Indonésie. Crédit: NASA / EO

Erik Klemetti, un volcanologue, était sur place pour assister à l’événement. Comme il l’explique dans un article pour Discovery Magazine:

« Le 19 février 2018, le volcan a décidé de changer d’air et a déclenché une énorme explosion qui a potentiellement atteint au moins 23 000 et probablement jusqu’à 55 000 pieds (~ 16,5 kilomètres), ce qui en fait la plus grande éruption depuis le volcan en 2013 « 

Klemetti a également cité un rapport qui a été récemment déposé par le Darwin Volcanic Ash Advisory Center – une partie du Bureau de météorologie du gouvernement australien. Selon ce rapport, les cendres dériveront vers l’ouest et tomberont dans l’océan Indien, plutôt que de continuer à pleuvoir sur Sumatra. D’autres capteurs sur les satellites de la NASA surveillent également le mont Sinabung depuis son éruption.

Cela inclut le Lidar Cloud-Aérosol et l’Observation par Satellite Pathfinder Infrarouge (CALIPSO), un satellite environnemental exploité conjointement par la NASA et le Centre National d’Etudes Spatiales(CNES). Les données de ce satellite indiquent que certains débris et gaz libérés par l’éruption ont atteint 15 à 18 km (mi) dans l’atmosphère.

De plus, les données du satellite Aura de l’ instrument de surveillance de l’ ozone (OMI) a récemment indiqué des niveaux croissants de SO² autour Sinabung, ce qui pourrait signifier que le magma frais se rapproche de la surface. Comme Erik Klemett, j’ai conclu:

 

« Cela pourrait être une explosion unique du volcan et il reviendra à son niveau d’activité précédent, mais il est surprenant de dire le moins. Sinabung est toujours une crise humanitaire massive, avec des dizaines de milliers de personnes incapables de retourner chez eux pendant des années. Certaines villes ont même été reconstruites plus loin du volcan car il n’a montré aucun signe de fin de cette période éruptive. « 

 

 

Réchauffement climatique:Un iceberg grand comme 20 terrains de football se détache et menace le Chili

Un spectacle inimaginable s’est déroulé au Chili. Un bloc de glace de 350 mètres de long sur 380 mètres de large s’est détaché du glacier de Grey. Explication.

En plein milieu de la Patagonie, un iceberg, faisant près d’une vingtaine de terrains de football, flotte sur les eaux gelées. En effet, un morceau du glacier Grey, qui mesure 350 mètres sur 380, s’est détaché.

Pour l’instant, les causes de sa séparation sont encore floues selon les autorités chiliennes. Et la Corporación Nacional Forestal, responsable du parc national des Torres del Paine, ajoute que ce phénomène de rupture ne s’était pas produit depuis au moins 30 ans.

Une mer gelée

Le glacier Grey est aujourd’hui considérée comme une mer de glace de 270 km2 et attire en moyenne 115 000 touristes, d’après le Corporación Nacional Forestal.

 

Le glacier Grey, situé dans la région de la Patagonie chilienne, tout au sud du pays, a récemment perdu un énorme morceau de glace. Le bloc massif, qui mesure 350 mètres sur 380 forme désormais une île à part entière. En partie émergée, elle dérive maintenant sur l’eau du lac qui s’est formé à la suite de la fonte d’une partie du glacier.

Citée par France Info, la Corporación Nacional Forestal (Conaf) estime que le détachement d’un bloc d’une aussi grande taille ne s’était plus produit depuis les années 1990.

Le glacier Grey actuellement.

L’origine du phénomène inconnu

L’organisme en charge de la gestion du parc national des Torres del Paine, qui abrite le glacier, a par ailleurs indiqué ne pas connaître les raisons qui ont entraîné la rupture de l’immense iceberg.

Comme le précise Le Monde, le glacier Grey possède une superficie de 270 km2. « Quand on parle des glaciers de Patagonie, on pense tout de suite au Perito Moreno en Argentine. Pourtant, 70 % des glaciers d’Amérique du Sud sont auChili », explique une guide spécialiste du site. D’après la Conaf, celui-ci attire chaque année 115.000 visiteurs environ.

«En 2100, la plupart des glaciers auront disparu», selon les scientifiques

 

En 40 ans de métier, c’est la première fois qu’il assiste à une telle situation. Le glacier des 2 Alpes sera fermé pendant les vacances de la Toussaint. Une situation que regrette Gilles Vanheule, directeur de l’Office du tourisme. Mais la station de ski iséroise a dû se résoudre à l’inévitable.

« Il fallait préserver au maximum ce qu’il reste. Et au regard de son état actuel, il n’était pas exploitable. Il n’y a pas assez de neige. Le passage de skieurs n’aurait que raboter la couche actuelle », confie l’homme.

Le manque de flocons l’hiver dernier, les fortes chaleurs estivales et l’absence de précipitations depuis le début de l’été ont conduit à une « situation inédite ». « C’est une période exceptionnelle qui s’inscrit dans un cycle long », poursuit Gilles Vanheule, conscient qu’elle résulte du « réchauffement climatique avéré ». Au fil des années, l’activité en haut du glacier a fortement décliné.

 

« On a observé quatre années exceptionnelles, particulièrement désastreuses pour les glaciers : 2003, 2009, 2015 et désormais 2017 », enchaîne Delphine Six, guère optimiste pour l’avenir. « Le réchauffement climatique, qui se traduit par une augmentation des températures, devrait amener plus d’humidité et de précipitations. Mais est-ce que cela sera suffisant pour les sauver ? » Rien n’est moins sûr. « En 2100, la plupart des glaciers situés en dessous de 3.500 mètres d’altitude auront probablement disparu », prédit-elle.

 

 

Pendant que la race humaine détruit tout et est devenue exposée aux menaces d’extinction massive…méditons en paix!

Réchauffement climatique : nous n’aurions plus que 5% de chances de le limiter à 2°C

Le réchauffement climatique s’emballe, et les scénarios les plus pessimistes commencent à s’imposer : des chercheurs affirment que nous n’avons plus que 5% de chances de le limiter à 2°C et moins d’1% de chances de parvenir à le contenir sous 1,5°C. Selon eux et en prenant en compte l’accord de Paris sur le climat, la température pourrait augmenter entre 2°C et 4,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels.

 

À cause du réchauffement climatique, les prochaines décennies vont nous donner très chaud : des chercheurs américains craignent désormais la survenue d’un des scénarios les plus pessimistes possible. Soit une augmentation des températures comprise entre 2°C et 4,9°C au niveau mondial. Quand bien même tous les Etats signataires respecteraient leurs engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris.

Réchauffement climatique : une augmentation médiane de 3,6°C

Les chercheurs qui ont publié une étude très détaillée dans Nature Climate Change expliquent que l’augmentation de la population mondiale provoquera la poursuite à la hausse des émissions en raison de la consommation d’énergie, quand bien même des efforts significatifs pour limiter l’utilisation d’énergies fossiles seraient réalisés. Ils s’appuient entre autres sur les projections de l’ONU qui tablent sur une humanité à 11,2 milliards en 2100.

En outre, les chercheurs ne pensent pas qu’il y aura un basculement suffisamment massif vers les énergies renouvelables dans le monde. Ils expliquent :

L’augmentation de la température sera probablement de 2°C à 4,9° C, avec une valeur médiane de 3,2°C et 5% de chances qu’elle soit inférieure à 2°C. La croissance de la population n’est pas un facteur contributif majeur. Notre modèle n’est pas basé sur un scénario où personne ne fait rien, mais est plutôt basé sur des données qui montrent déjà l’effet des politiques de réduction des émissions. Atteindre l’objectif de moins de 1,5 °C demandera que les émissions de carbone réduisent en intensité bien plus vite que dans le passé récent

Les chercheurs recommandent en outre de poursuivre les efforts même si l’objectif n’est pas atteint – les conséquences étant de plus en plus graves à chaque dixième de degré supplémentaire. L’accord de paris, signé par 195 pays, engage ses signataires à faire les efforts nécessaires pour maintenir la hausse de la température « bien en-dessous » des 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels.

Avec pour objectif ultime de les limiter en-dessous de 1,5°C. Un dernier objectif qui semble s’éloigner de plus en plus. Mais tout n’est pas perdu, selon les chercheurs, qui demandent d’aller plus vite pour réduire les émissions de CO2 et basculer vers des énergies renouvelables.

Réchauffement climatique : en 2100, 74% de l’humanité pourrait mourir de chaud

Le réchauffement climatique inquiète particulièrement en ces vagues de canicule. Et selon une étude, l’inaction pourrait nous coûter très cher. D’ici la fin du 21e siècle, 74% de toute l’humanité risque en effet de mourrir de chaud dans le scénario le plus pessimiste. Si les efforts étaient au contraire amplifiés, 48% de la population mondiale serait tout de même touchée. En 2017, plus de 33% de la population de la planète risque déjà de mourir de chaud.

 

 

 

Une nouvelle étude de l’université d’Hawaii publié dans Nature Climate Change vient encore une fois nous montrer à quel point les décisions d’aujourd’hui font peser une lourde menace sur demain. Une sorte de réponse à la décision de Donald Trump de sortir de l’accord de Paris sur le climat. Si les émissions de CO2 continuent de progresser à ce rythme de même que les températures, nous risquons en effet très gros.

Réchauffement climatique : les trois quarts de l’humanité risquent de mourir de chaud en 2100

Les chercheurs sont arrivé à cette macabre conclusion en étudiant les conséquences en termes de surmortalité de 783 épisodes de chaleur de 1980 à 2014. Comme par exemple l’épisode de canicule de 2003, qui avait provoqué une surmortalité de 15.000 personnes rien qu’en France (plus de 70.000 personnes en Europe).

Et ont défini les conditions météorologiques au-delà desquelles il y a un réel danger pour l’Homme. Un seuil atteint dans les années 2000 sur 13% de la surface de la planète, où vivent 30% de la population mondiale. Et ça progresse… Quand bien même la hausse des températures était limitée à 1°C grâce à une politique volontariste au niveau mondial, les zones touchées s’étendraient à 27% du globe, menaçant 48% de la population.

Le pire, relèvent les scientifiques, serait que le scénario le plus pessimiste (une augmentation des températures moyennes de 3,7 °C en 2100) se réalise. 74% des êtres humains de la planète risqueraient alors de mourir des conséquences de la chaleur.