Même les géants de la technologie de l’envergure de Google et Facebook ne sont pas immunisés contre les escroqueries par phishing. D’après le magazine américain Fortunes, les deux sociétés ont été victimes d’une grosse arnaque qui leur a coûté à eux deux pas mois de 100 millions de dollars. 

 

 

Le mois dernier, la justice américaine avait signalé la mise en accusation d’un lituanien de 48 ans répondant au nom de Evaldas Rimasauskas. Ce dernier serait impliqué dans une arnaque de 100 millions de dollars ayant touché deux grandes entreprises de technologie. Aucune précision n’avait été donnée quant à l’identité de ces sociétés. Le magazine américain Fortunes nous apprend aujourd’hui que ces entreprises ne sont autres que Google et Facebook.

Google, Facebook : une arnaque phishing très élaborée

Entre 2013 et 2015, Rimasauskas se serait fait passer pour la société taïwanaise Quanta Computer – un fabricant d’électronique – en envoyant des e-mails frauduleux à des employés de Google et de Facebook, leur demandant le paiement de biens et de services. Quanta Computer est partenaire de plusieurs grandes sociétés américaines parmi lesquelles figurent  Google et Facebook, mais aussi Apple et Amazon.

« Sur une période de deux ans, l’imposteur a fait virer plusieurs dizaines de millions de dollars par les départements comptables des deux sociétés de technologie », selon Fortune. « Au moment où les deux entreprises ont compris ce qui se passait, Rimasauskas s’était déjà fait virer plus de 100 millions de dollars, qu’il a rapidement dispatchés dans des comptes bancaires  situés en Europe de l’Est ».

Une information confirmée par Google et Facebook

Evaldas Rimasauskas

« Nous avions découvert cette fraude contre notre équipe de gestion des fournisseurs et avions rapidement alerté les autorités. Nous avons récupéré les fonds et sommes heureux que cette question soit résolue », a déclaré un porte-parole de Google dans un communiqué sans toutefois préciser le montant total que la firme a transféré, encore moins combien elle a pu récupérer.

Même son de cloche du côté de Facebook : « Nous avons récupéré la majeure partie des fonds et avons étroitement coopéré avec la justice dans le cadre de son enquête ».

Evaldas Rimasauskas qui vit toujours sur le sol lituanien est sous le coup d’une procédure d’extradition aux États-Unis. Il continue de nier les faits qui lui sont reprochés.

 

 

 

 

 

 

Publicités