Politique canadienne:Accusation d’accointance avec le « nazisme » : Maxime Bernier refuse de se soumettre au B’nai Brith

Maxime Bernier,chef du Parti Populaire du Canada

Selon B’nai Brith:

Le gouvernement canadien est un cartel de la «mafia».

Une administration américaine antérieure s’est livrée à la «torture» et au «terrorisme d’État», et l’ancien Président Barack Obama était «sur la voie du fascisme».

Les membres des médias sont des «parasites».

Ce ne sont là que quelques exemples de déclarations publiques illustrant la vision du monde conspiratrice de Martin Massé, porte-parole clé du Parti populaire du Canada et ami et conseiller de longue date de son dirigeant, Maxime Bernier.

Une enquête indépendante menée par B’nai Brith Canada a révélé que Masse avait soit fait, soit soutenu toute une série de déclarations susceptibles de fomenter l’antisémitisme, la misogynie et le racisme. La majorité d’entre eux sont issus de son époque en tant que propriétaire et éditeur de Québécois Libre, un journal de presse libertaire en ligne qui contenait plusieurs articles péjoratifs et erronés. Il a fermé en 2016.

Dans un article, un contributeur affirme que l’Occident est à blâmer pour le terrorisme, écrivant que les attentats-suicide islamistes «ne sont pas une conséquence de l’extrémisme religieux» mais une «réponse à l’extrémisme politique – à savoir l’agression et l’interventionnisme occidentaux».

Dans d’autres articles, des chroniqueurs suggèrent qu’Abraham Lincoln était «un criminel de guerre et le pire président de tous les temps des États-Unis», qui n’avait pas pour objectif de supprimer l’esclavage et que l’Afrique avait une responsabilité égale dans le commerce des esclaves occidentaux. 

Massé a également publié un article qui discrédite les groupes LGBTQ comme voulant établir «leur propre tyrannie».

Dans plusieurs articles, Masse défend personnellement les ex-politiciens européens Jörg Haider, qui a fait l’éloge des criminels de guerre nazis et a souvent banalisé l’Holocauste, et Jean-Marie Le Pen, un négationniste invétéré qui a endossé plusieurs tropes antisémites, en affirmant que l’ancien président français Jacques Chirac était «contrôlé par des organisations juives, notamment le tristement célèbre B’nai Brith».

De même, Massé a qualifié B’nai Brith et d’autres groupes juifs au Canada de «barons ethniques» et a décrié les «médias pro-israéliens». Il a qualifié le sionisme de «simplement une justification supplémentaire de l’assassinat et du déplacement de Palestiniens», se moquant ainsi de lois égalitaires favorisant les «féministes-fascistes», et a laissé entendre qu’Israël et les États-Unis sont en partie responsables attentats terroristes contre eux, tout en qualifiant ce dernier un «Etat policier».

En tant que membre du PPC, Massé a signé un «engagement sans embarras» déclarant qu’il n’a jamais rien fait de mal à son parti.

Cependant, lorsque B’nai Brith a approché Bernier au sujet des déclarations embarrassantes de Massé, ce dernier a répondu que rien dans son long dossier ne décrivait les vues de Massé comme étant «racistes» ou «antisémites».

Bernier a également refusé la demande de B’nai Brith de renvoyer Massé de son parti.

> La suite sur B’nai Brith Canada.

Publicités

Un commentaire sur “Politique canadienne:Accusation d’accointance avec le « nazisme » : Maxime Bernier refuse de se soumettre au B’nai Brith

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.