Certains types de jeu vidéo auraient pour effet d’endommager l’hippocampe, une partie du cerveau associée à la mémoire et la navigation spatiale. Une atrophie de cette structure est liée à plusieurs maladies neurologiques dont la dépression, la schizophrénie, ou même la maladie d’Alzheimer. 

 

Des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Université McGill viennent de publier une étude qui met en évidence les liens entre certains types de jeu vidéo et la perte de matière grise dans l’hippocampe. Cette partie du cerveau joue un rôle central dans la mémoire et la navigation spatiale.

Comment certains jeux affectent une partie du cerveau

Les professeurs Gregory West et Veronique Bohbot qui ont dirigé cette étude ont recruté 64  jeunes âgés de 18 à 30 ans. Ces derniers ont été placés devant des jeux d’action, notamment des jeux de tir à la première personne : Call of Duty, Killzone, Medal of Honor, Borderlands 2, ou encore des jeux de plateforme 3D comme Super Mario 64. Les sujets qui ont fait l’objet de cette étude n’avaient jamais joué à ces jeux auparavant.

En évaluant leurs capacités cognitives par des tests des labyrinthes, mais aussi en réalisant des IRM, les chercheurs ont constaté une perte de substance grise dans l’hippocampe de ceux qui jouaient aux jeux de tirs à la première personne (FPS), comme l’explique Véronique Bohbot, chercheuse à l’Institut Douglas et à l’Université McGill.

Notre étude a permis de constater qu’il y avait une atrophie d’une partie du cerveau qui s’appelle l’hippocampe chez 85% des joueurs, mais ce n’est pas pour tous les jeux

Les conséquences pourraient être non négligeables, surtout chez les personnes avec des facteurs de risque génétiques.

Beaucoup d’études ont montré que lorsqu’il y a une atrophie de l’hippocampe, cela est un facteur de risque pour plusieurs maladies neurologiques et psychologiques. On parle de la dépression, la schizophrénie, ou même la maladie d’Alzheimer

L’étude montre par ailleurs que d’autres types de jeu vidéo ont un effet contraire. C’est le cas des jeux de plateforme comme «Super Mario 64»  qui eux, contribuent plutôt à stimuler l’hippocampe.

Pour finir, les chercheurs recommandent une limite de 3 heures par semaine pour l’utilisation des jeux de tir à la première personne. Ils encouragent également les joueurs à s’adonner davantage à des jeux de logique, de plateforme, qui vont solliciter la mémoire spatiale et qui sont donc favorables pour l’hippocampe.

Les détails de cette étude ont été publiés le 8 août 2017 dans la revue Molecular Psychiatry.

 

Publicités