Le Québec sous la gérance du crime organisé:un système judiciaire rendu fou

passoire sur la tête 003

 

Québec verse 16 140 $ pour démontrer qu’une passoire n’est pas un signe religieux…

Nathalie Roy de la CAQ n’en revient pas de l’absence de gros bon sens à la base de toute cette histoire. Personne de sensé ne pourrait croire « qu’une passoire à spaghettis sur la tête » équivaut à un signe religieux, fait-elle valoir.

« Voyons, batinsse, il n’y a personne qui penserait que c’est une religion! Il faut être complètement déconnecté ou vivre dans un monde artificiel »

Sauf pour la ministre, mère du projet de loi 59 qui vise à détruire la libre expression !
À qui on doit cette grotesque facture ?
Nul autre que Stéphanie Vallée !

Des fonds publics ont servi à démontrer qu’un foulard de pirate et une passoire à spaghettis ne peuvent pas être considérés comme des signes religieux justifiant une demande d’accommodement.

La Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) a déboursé 16 140 $ pour donner un contrat servant à déterminer si le « pastafarisme », qui se réclame d’un dieu appelé le « Monstre en spaghetti volant », constituait une religion.

La députée caquiste Nathalie Roy s’est indignée de ce qu’elle a qualifié de gaspillage de fonds publics basé sur un manque de jugement, jeudi, lors de l’étude des crédits budgétaires du ministère des Transports.

Selon elle, cette commande « loufoque et ridicule » relance le débat autour des accommodements religieux, alors que Québec n’a toujours pas défini de balises claires pour encadrer les demandes visant à obtenir ce type d’accommodements.

L’étude avait été commandée dans le cadre de procédures judiciaires. Elle devait fournir une assise juridique au gouvernement pour appuyer son argumentaire voulant qu’un foulard de pirate ou encore une passoire pour pâtes alimentaires ne pouvaient pas constituer des signes religieux ostentatoires.

passoire sur la tête 002

Une passoire sur la tête

L’histoire avait commencé quand une femme, à l’emploi de la Ville de Montréal, a intenté un recours judiciaire en 2014 pour revendiquer le droit de porter sur la tête ses accessoires religieux (foulard de pirate ou passoire à spaghettis) pour sa photo apparaissant sur son permis de conduire.

Selon Mme Roy, les avocats du gouvernement auraient très bien pu refuser dès lors d’aller de l’avant et couper court aux procédures, compte tenu du caractère frivole et loufoque de la démarche de la demanderesse, Isabelle Narayana.

Cette dernière a d’ailleurs perdu sa cause, en Cour supérieure, en octobre 2015.

Brandissant la Charte canadienne des droits et libertés, Mme Narayana contestait le fait que la SAAQ lui avait interdit d’afficher ses croyances religieuses.

Nathalie Roy n’en revient pas de l’absence de gros bon sens à la base de toute cette histoire. Personne de sensé ne pourrait croire « qu’une passoire à spaghettis sur la tête » équivaut à un signe religieux, fait-elle valoir.

« Voyons, batinsse, il n’y a personne qui penserait que c’est une religion! Il faut être complètement déconnecté ou vivre dans un monde artificiel », lance-t-elle en entrevue téléphonique, persuadée que la dame voulait seulement tester les limites de la Charte et que la SAAQ est tombée dans le piège.

Le sous-ministre adjoint aux Transports, André Meloche , a indiqué jeudi que le contrat, accordé à Louis Rousseau, avait été passé « à la demande du Procureur général du Québec », la ministre Stéphanie Vallée.

« Est-ce qu’elle manque de jugement à ce point-là ? », questionne Mme Roy.

M. Meloche a justifié la dépense en faisant valoir que le gouvernement devait démontrer que les prétentions de la dame étaient fausses.

Le voile islamique (hijab), la kippa juive et le turban sont acceptés par la SAAQ, le principe étant qu’un couvre-chef religieux est toléré si le visage demeure découvert.

Dans sa décision rendue en octobre 2015, le juge Stéphane Sansfaçon critique la décision des avocats de la SAAQ de ne pas avoir rejeté la requête dès le début, estimant que « la frivolité évidente de la demande aurait aussi pu être invoquée ».

Il a fait valoir que de tels dossiers « loufoques » devraient « être écartés rapidement dès le début de l’instance, et non après une longue et coûteuse audition ».

passoire sur la tête

Malgré cela, le ministre des Transports, Jacques Daoust, a pris la défense des avocats de la SAAQ, qui relève de sa responsabilité.

« Si le tribunal avait décidé ce matin-là que ce n’était pas frivole, et puis on n’avait pas de défense à offrir, bien imaginez-vous, le chapeau de pirate aurait gagné », a-t-il commenté, lors d’une brève mêlée de presse, au terme des travaux, jeudi.

 

Sources: Céline Galipeau  et ce lien:cliquez ici

Publicités

Un commentaire sur “Le Québec sous la gérance du crime organisé:un système judiciaire rendu fou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s