Accueil

L’agent de la CIA qui a interrogé Saddam Hussein : «Toutes nos informations étaient fausses»

Un commentaire

John Nixon estime que le développement de l’Etat islamique aurait été impossible si le régime baasiste s’était maintenu. S’il condamne la brutalité de Saddam Hussein, il dit être désormais sûr de l’absence d’armes de destruction massive dans le pays.

John Nixon, ancien agent de la CIA, publie dans les jours à venir ses mémoires, Debriefing The President: The Interrogation Of Saddam Hussein, dans lesquelles il revient notamment sur l’un des interrogatoires les plus marquants de sa carrière : celui de Saddam Hussein, l’ancien président irakien, interrogé avant le procès au terme duquel il a été exécuté.

 

saddam-hussein

 

Evoquant un homme «courtois et en bonne condition physique», John Nixon insiste dans son ouvrage sur l’absence de fiabilité des informations dont disposaient les services secrets américains. «Toutes nos informations étaient fausses», déplore-t-il.

Vous allez échouer. Vous allez découvrir qu’il n’est pas aisé de gouverner l’Irak. Vous allez échouer parce que vous ne connaissez pas notre langue, vous ignorez notre histoire et vous ne comprenez pas l’esprit arabe

«Je ne sais pas d’où vous tenez vos renseignement, mais ils sont entièrement faux», s’amuse Saddam Hussein, tout en invalidant un certain nombre d’éléments dont les Etats-Unis semblaient persuadés : des plus anecdotiques, comme le fait que le président irakien ait cessé de manger de la viande et de fumer (ce qui s’est révélé être faux), jusqu’aux plus sérieux, en ce qui concerne notamment la possession présumée d’armes de destruction massive. «Utiliser des armes chimiques contre nos voisins ? Nous n’avons jamais eu cette intention. Quel individu en pleine possession de ses moyens ferait une chose pareille ?», s’indigne Saddam Hussein, avant de conclure ironiquement : «Vous avez trouvé un traître pour vous mener jusqu’à moi, mais pas un seul traître pour vous révéler l’emplacement de ces armes ?»

Avec le recul, John Nixon admet que «l’Irak n’était pas un Etat terroriste». Saddam Hussein est le premier étonné de se voir reprocher d’entretenir des liens avec Al-Qaïda et Oussama Ben Laden. Affirmant que George Bush a sciemment menti pour le renverser, Saddam Hussein met en garde les Etats-Unis.

armee-irakienne

«Vous allez échouer. Vous allez découvrir qu’il n’est pas aisé de gouverner l’Irak. Vous allez échouer parce que vous ne connaissez pas notre langue, vous ignorez notre histoire et vous ne comprenez pas l’esprit arabe», lui a confié le Raïs.

En dépit de la brutalité de son régime, seul un homme de poigne tel que lui pouvait tenir un Etat multiethnique comme l’Irak

John Nixon admet rétrospectivement que le président irakien avait partiellement raison et qu’il «aurait dû rester au pouvoir». «En dépit de la brutalité de son régime, seul un homme de poigne tel que lui pouvait tenir un Etat multiethnique comme l’Irak», explique-t-il.

Plus surprenantes sont les conclusions auxquelles il parvient, lorsqu’il évoque le détachement avec lequel Saddam Hussein a gouverné son pays dans les dernières années, de manière presque passive. «Il était tout à fait ignorant de ce qui se passait dans son pays et ne prêtait presque plus attention à ce que faisait son gouvernement», affirme l’ex-agent de la CIA.

Concernant l’imminence de l’attaque américaine, Saddam Hussein ne semblait pas davantage préparé, ni militairement, ni politiquement : «Il n’avait aucune appréciation de l’immensité de l’orage qui approchait», écrit John Nixon.

bombes-irakiennes

Bien au contraire, Saddam Hussein semble avoir cru que son pays et les Etats-Unis se rapprocheraient dans le cadre d’une lutte contre le terrorisme, au lendemain du 11 septembre. «Qui est derrière le 11 septembre ? Des saoudiens. Et le leader ? Un Egyptien. Pourquoi serais-je impliqué ?» demande-t-il à son interrogateur. John Nixon, de son côté, estime que le maintien de Saddam Hussein à la tête de l’Irak aurait permis de conserver la stabilité, et sans doute endigué la progression du terrorisme islamiste au Moyen-Orient.

 

 

 

 

Comment penser la Russie? symposium autour de Trump… — histoireetsociete

Laisser un commentaire

Avec l’élection de Donald Trump à la présidence, la question des relations américano-russes acquiert une nouvelle importance. La Russie a figuré en bonne place dans le débat sur les élections américaines et dans les débats sur l’orientation de la politique étrangère américaine. Maintenant, la question centrale est de savoir s’il y a oui ou non […]

via Comment penser la Russie? symposium autour de Trump… — histoireetsociete

Le sarcophage géant coiffe désormais la centrale nucléaire de Tchernobyl — Enjeux énergies et environnement

Laisser un commentaire

explosion-reacteur-3-centrale-nucleaire-fukushima-japon

Au départ de l,explosion,on voit bien le champignon caractéristique.Les retombées seront énormes.C’était le réacteur 3 de la centrale de Fukushima …Est-ce que l’homme a appris quelque chose depuis Tchernobyl?

http://www.lemonde.fr/energies/article/2016/11/29/le-sarcophage-geant-coiffe-desormais-la-centrale-nucleaire-de-tchernobyl_5040157_1653054.html Tchernobyl dispose de son nouveau sarcophage. Trente ans après la plus importante catastrophe nucléaire mondiale, la société Novarka, une coentreprise des géants français du BTP Vinci et Bouygues, a définitivement installé, dimanche 27 novembre, la nouvelle enceinte de confinement de la centrale. Juste à temps pour la cérémonie d’inauguration organisée, mardi 29 novembre, en présence du […]

via Le sarcophage géant coiffe désormais la centrale nucléaire de Tchernobyl — Enjeux énergies et environnement

Troisième Guerre Mondiale en progression:Les troupes de l’OTAN se rassemblent à la frontière entre l’Europe et la Russie

2 commentaires

Au lendemain de la présentation du nouveau missile russe,la Grande-Bretagne a envoyé 800 soldats ainsi que des chars et des drones à l’Estonie, où l’Europe a une frontière terrestre avec la Russie.

Plus de 900 militaires britanniques viennent d'être envoyé en estonie,face à l'Armée russe en face.

Plus de 900 militaires britanniques viennent d’être envoyé en estonie,face à l’Armée russe en face.

Cela fait partie de la plus grande concentration militaire dans la région depuis la guerre froide  qui menaçait de tous nous atomiser , et vient après Poutine  qui a effectué  une menace sérieuse de «guerre nucléaire» pour 40 millions de personnes,récemment .

 

L’OTAN , qui a promis d’envoyer des forces aux Etats baltes et à  la Pologne orientale dès l’année prochaine, a demandé de l’aide à ses  alliés afin d’ apporter une contribution militaire pour ce qui semble être une forte tension avec Moscou.

Cela vient après qu’une flotte de navires de guerre russes , comprenant  un porte-avions et de nombreux  navires  de soutient  ont  navigué le long des côtes européennes sur le chemin de la Syrie, dans ce qui est appelé  une démonstration de force sans précédent.

Russian aircraft carrier Admiral Kuznetsov in the English Channel, 21 October 2016. The Russian Task Group, which includes the sole Russian aircraft carrier, Admiral Kuznetsov, the nuclear powered Kirov Class Battlecruiser, Pyotr Velikiy and two Udaloy Class Destroyers, Vice Admiral Kulakov and Severomorsk sailed from Russia on Saturday 15 October to join the Russian anti-Daesh military operations in Syria.

Russian aircraft carrier Admiral Kuznetsov in the English Channel, 21 October 2016. The Russian Task Group, which includes the sole Russian aircraft carrier, Admiral Kuznetsov, the nuclear powered Kirov Class Battlecruiser, Pyotr Velikiy and two Udaloy Class Destroyers, Vice Admiral Kulakov and Severomorsk sailed from Russia on Saturday 15 October to join the Russian anti-Daesh military operations in Syria.

 

Les groupements tactiques, en Europe , menés par les Etats-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Canada sont configurés pour être en Pologne, en Lituanie, en Estonie et en  Lettonie avec des forces allant de l’infanterie aux drones – avec près de 4.000 hommes au total.

 

Les gens ont peur que la Russie pourrait essayer quelque chose de semblable à ce qu’elle a fait en Crimée, quand elle  a annexé de l’Ukraine en 2014.

Le secrétaire général de l’OTAN, M. Jens Stoltenberg a déclaré que les engagements actuels seraient «une démonstration claire de notre lien transatlantique.

Selon des diplomates, il aurait également envoyé un message à Donald Trump, qui s’est plaint récemment que les alliés européens ne paient pas leur quota pour faire partie de  l’OTAN.

Vladimir Poutine,photo récente.

Vladimir Poutine,photo récente.

La Russie est pas heureuse avec les déploiements actuels de troupes , en disant que c’est une provocation et que l’OTAN n’aurait  pas  du avoir élargi  sa zone d’influence vers l’est autant qu’elle l’ a fait.

Mais bien qu’il y aura des troupes dans la Baltique, il n’y a pas de stratégie similaire pour la région de la mer Noire, que le  président turc Tayyip Erdogan a déclaré être en voie  de devenir un «lac russe» en raison de la présence militaire de Moscou dans la région.

C’est considéré comme un geste symbolique par l’Occident, étant donné qu’on donne plus d’importance  à la Turquie depuis que la Russie a réussi à signer  plusieurs accords de désarmement au cours des deux derniers mois… tout en déplaçant des missiles à capacité nucléaire vers la frontière.(!)

Les responsables de l’OTAN ont refusé de dire si la Russie avait déplacé des ogives nucléaires à Kaliningrad.Ce qui donne froid dans le dos!


Que penser de la bisbille autour du ravitaillement de la flotte russe?

La flotte russe qui accompagne le puissant porte-avions russe.

La flotte russe qui accompagne le puissant porte-avions russe.

 

L’Espagne examine une demande formulée par la marine russe qui souhaite ravitailler à Ceuta ses navires qui font route vers la Syrie, ont annoncé mercredi les autorités espagnoles. Mais les alliés de Madrid voient d’un très mauvais oeil cette éventualité et expriment leurs «préoccupations».

«Les dernières escales demandées sont en cours de révision en fonction des informations que nous recevons de nos alliés et des autorités russes», a fait savoir le ministère espagnol des Affaires étrangères, dans un courrier électronique.

 

Cette déclaration confirme implicitement les informations selon lesquelles certains navires de ce groupe devaient se ravitailler à Ceuta, une enclave espagnole en territoire marocain qui fait face à Gibraltar.

Le ministère ajoute que des bâtiments russes font escale depuis des années dans les ports espagnols. Chaque escale est autorisée au cas par cas, en tenant compte en premier lieu de la sécurité de l’environnement et de la ville et la population concernées.

Huit bâtiments

Parti du nord de la Russie, l’escadre a franchi la Manche vendredi et se rapproche de Gibraltar. Elle se compose de huit bâtiments: le seul porte-avions russe, l’Amiral-Kouznetsov, un croiseur à propulsion nucléaire, deux navires anti-sous-marins et quatre navires de soutien, selon des responsables de l’OTAN.

A bord du porte-avions se trouvent des dizaines de chasseurs-bombardiers et d’hélicoptères. Les huit navires de ce groupe naval vont rejoindre la dizaine de bâtiments de guerre russes d’ores et déjà au large de la Syrie.

Tous «inquiets»

Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a réaffirmé mercredi que la possible utilisation du porte-avions russe pour augmenter les frappes sur Alep suscitait «l’inquiétude» de l’Alliance atlantique, et que celle-ci était «partagée par tous ses membres».

Mais il n’a pas critiqué ouvertement la possibilité d’un ravitaillement de la flottille russe dans un port espagnol. «C’est à chaque allié de décider (…) s’il fournit un ravitaillement à des navires russes», a assuré le chef de l’OTAN en arrivant à une réunion des ministres de la Défense des 28 pays de l’Alliance à Bruxelles.

 

«Mais cette fois j’ai transmis un message très clair que nous sommes inquiets sur l’usage potentiel de cette flottille pour augmenter les attaques sur Alep (…) Tous les membres de l’Alliance sont conscients de nos inquiétudes», a-t-il expliqué.

Londres a également fait part de ses inquiétudes. «Nous serions extrêmement préoccupés si un membre de l’OTAN devait aider un groupe naval russe susceptible de contribuer au bombardement de civils à Alep», a déclaré le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon.

EN CONCLUSION

Si rien n’est fait pour calmer cette situation de crise qui s’envenime,nous allons voir se dérouler toute l’horreur de la guerre à grande échelle…Seule la désobéissance civile peut  stopper  cette guerre voulue par les banquiers à la solde des Rotschild.Il ne manque plus que l’élection d’Hillary Clinton  pour ajouter le dernier clou dans le cercueil de l’humanité. 

 

Voir notre article antérieur en rapport avec celui-ci:Présentation du nouveau missile russe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découverte d’une base secrète nazie dans l’Arctique

Laisser un commentaire

Photo du site

Photo du site en hiver.

 

Des scientifiques russes ont fait une découverte surprenante: une base secrète nazie au Pôle Nord. Ce bunker a longtemps été un mythe mais voilà que le mythe est maintenant confirmé. Et il y a encore une histoire intéressante qui circule au sujet de ce bunker: tout le monde aurait dû être évacué après avoir été empoisonnés par de la viande d’ours polaire.

La base se trouve sur la Terre d’Alexandra, une île qui appartient à la Russie et qui se trouve encore à un millier de kilomètres du Pôle nord. La base aurait été construite en 1942, un an après que Hitler avait attaqué la Russie. Les nazis auraient vidé la base en 1944, après que toute l’équipe avait été empoisonnée par la viande d’un ours polaire. Un sous-marin allemand serait venu chercher tous ces savants nazis malades.

Trouvaille

Pour la science, cette découverte elle-même équivaut à la découverte d’un trésor. Il y a là énormément de documents bien conservés grâce au froid. On a retrouvé au total plus de 500 objets dans cette base. Le nom du bunker, Schatzgraber, ou chasseur de trésors, a longtemps fait craindre que les nazis y étaient occupés à une mission secrète.

Cette île était vraiment importante pendant la Deuxième Guerre Mondiale: de là, des bulletins météo cruciaux pour les mouvements de troupe allemands, des navires, des sous-marins, étaient envoyés.

La Terre d’Alexandra appartient aujourd’hui officiellement à la Russie, après qu’il y a eu quelques discussions à ce sujet. Et les Russes ont entre-temps décidé d’y établir une base militaire permanente. Tant qu’ils se méfient des ours polaires…


MISE  À JOUR DU 31 octobre 2016

 

Le gouvernement russe  a envoyé une mission scientifique afin de récolter tous les artefacts.

Le gouvernement russe a envoyé une mission scientifique afin de récolter tous les artefacts.

Des centaines d’objets militaires et scientifiques allemands datant de la Seconde Guerre mondiale ont été découverts sur le territoire russe. L’Allemagne nazie y avait déployé puis abandonné une base météo stratégique en Arctique pour planifier des mouvements de troupes, de sous-marins et de navires.

Ce conteneur de ravitaillement a été découvert aussi.Il s'agit de la plus importante pièce.

Ce conteneur de ravitaillement a été découvert aussi.Il s’agit de la plus importante pièce.

Connue sous le nom  » Schatzgraber  » (Chasseur au Trésor), la base habitée était située sur une île de l’archipel du Franz Josef Land, une des terres les plus au nord de la Russie. Le  » Chasseur au Trésor  » opérait selon toute vraisemblance en 1943-1944. Ironie du sort, 72 ans plus tard, ce sont les scientifiques russes qui ont décroché le gros lot : plus de 500 objets, certes abîmés, ont été récoltés par les enquêteurs russes.  » Nous avons retrouvé des munitions et du matériel militaire, des articles de la vie de tous les jours, des effets personnels et des morceaux d’appareils météorologiques « , a listé dans un communiqué Yulia Petrova, porte-parole du ministère de l’Écologie et des Ressources naturelles.  

Voici une vidéo  provenant du gouvernement russe:


Crédit : Julia Petrova/Ministère russe de l’Écologie et des Ressources naturelles.

Si l’existence de la base était connue bien avant sa découverte via des archives écrites, personne n’était parvenu à déterminer sa position exacte jusqu’aujourd’hui. Près de 700 bulletins météo y ont été produits pendant son activité. 

schaztgraber-001

La station évacuée à cause d’une infection

La fin de l’histoire de cette base nazie est aussi surprenante que sa redécouverte : d’après le ministère, les membres de la mission allemande sont tombés malades après avoir mangé de la viande d’ours polaire infectée de vers ascarides. Un avion de secours fut alors envoyé parachuter un médecin : le pilote décida finalement d’atterrir et endommagea l’appareil. Malgré tout, l’expédition est arrivée à le réparer, et les météorologues malades furent évacués en Norvège en juillet 1944, alors sous occupation nazie, abandonnant et le site. 

Cette station météo n’était pas la seule installée par l’Allemagne d’Hitler. Le cercle arctique avait à l’époque – et aujourd’hui encore – un grand intérêt stratégique. Dans leur effort de guerre, les Nazis ont ainsi posté une base scientifico-militaire dans les territoires du Grand Nord, quelques années avant que cette zone devienne canadienne. 

Sources : TWNSputniknews.com  Ministère russe de l’Écologie et des Ressources naturelles

schaztgraber-ancient-base

 

schaztgraber-russian-soldir

 

 

isola-terra-alessandra-base-tedesca-artico-schatzgraber

 

 

schaztgraber-munitions

Des documents en parfait état.

Des documents en parfait état.

schaztgraber-arctic-base

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale:La Russie dévoile son nouveau missile thermonucléaire Satan 2 en guise d’avertissement

2 commentaires

Vous voyez ici la première version du Missile Satan.

Vous voyez ici la première version du Missile Satan.

Une imagine qui nous ramène aux pires heures de la guerre froide. La Russie a dévoilé une image de son nouveau missile, surnommé « Satan 2 » par l’OTAN. Particularité de cette arme nucléaire: elle peut détruire et raser un pays de la taille de la France en seulement quelques secondes. Le RS-28 Sarmat, de son nom de combat, destiné à remplacer les vieillissants missiles R-36M, a été testé cet été par les autorités russes. 

Un missile nucléaire, assez puissant pour effacer une zone deux fois la taille de la Grande-Bretagne, a été révélé par  la Russie comme étant l’arme la plus destructrice jamais fabriquée par l’être humain. 

Un agent d'information a beaucoup risqué pour prendre cette photo du missile russe surnommé Satan 2 par l'OTAN.

Un agent d’information a beaucoup risqué pour prendre cette photo du missile russe surnommé Satan 2 par l’OTAN.

Ce ne fut pas un secret  d’apprendre que Vladimir Poutine cherche à remplacer son arsenal meurtrier de missiles  SS-18  de marque «Satan».

Cependant, la puissance de la nouvelle RS-28 missile, Satan 2, pourrait en fait: faire  disparaître une zone de la taille de la France.

Il est soupçonné d’avoir une vitesse de pointe de quatre miles et demi par seconde.

 

L'arme pourrait anéantir tout un pays (Image: Makeyev.ru)

L’arme pourrait anéantir tout un pays (Image: Makeyev.ru)

 

Lien vers la vidéo du nouveau missile russe.

Vladimir Poutine cherche à remplacer son arsenal meurtrier des SS-18 armes (Alexei Druzhinin / Sputnik, Kremlin Pool Photo

Vladimir Poutine cherche à remplacer son arsenal meurtrier des missiles SS-18  (Alexei Druzhinin / Sputnik, Kremlin Pool Photo

 

Les premières images de la super-nuke ont été dévoilés aujourd’hui ( 25 octobre 2016) par les ingénieurs du Kremlin.

Satan 2, qui est actuellement l’objet d’essais près de Miass, est prêt à être déployé en 2018.

Jusqu’alors caché, le centre de fusées russe Makeev a dévoilé une image sur son site, révèle Direct matin. « Conformément au décret gouvernemental sur la commande publique de défense pour 2010 et la période prévisionnelle 2012-2013, le centre Makeev a été chargé de concevoir le missile de croisière Sarmat […] Ce complexe stratégique est conçu pour remplir efficacement les tâches de dissuasion nucléaire des forces stratégiques russes », est-il noté dans la légende reprise par le quotidien gratuit. 

Dans le détail, le missile a une capacité d’action de 10.000 kilomètres et pourrait ainsi atteindre Paris, Londres ou même des villes sur la côte ouest américaine. Pis, selon le quotidien, il a la capacité de détruire en quelques secondes un territoire grand comme l’Etat du Texas ou la France avec ses douze têtes nucléaires. Sa technologie furtive lui permet également de tromper les systèmes radars.

 
http://metro.co.uk/video/embed/1346709

Selon le Daily Star , les experts ont averti que la nouvelle arme nucléaire de la Russie fera ressembler  les bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki à de vulgaires  «pétards».

Dans une déclaration aux côtés de la première image, les créateurs ont dit: «Conformément à l’arrêté du gouvernement russe » L’ordre de la Défense d’Etat pour 2010 et la période de planification 2012-2013 « , le Rocket Makéev Design Bureau a été chargé de commencer la conception et le développement ,cad travailler sur le Sarmat.

« En Juin 2011, le ministère russe de la Défense a signé un contrat d’Etat pour le développement du missile Sarmat.

«Le système de prospective stratégique de missile est en cours d’élaboration afin de créer une force de dissuasion nucléaire assurée et efficace pour les forces stratégiques de la Russie. » (Vladimir Poutine la semaine passée).

 

 

 

Troisième Guerre mondiale en préparation active:La Russie ordonne tous ses fonctionnaires vivant à l’étranger de rentrer à la maison sur peur d’une guerre mondiale

Laisser un commentaire

La Russie ordonne tous ces fonctionnaires vivant à l’étranger de rentrer à la maison alors que les tensions accrues sur la perspective d’une guerre mondiale. Les politiciens et les personnalités de haut rang auraient reçu un avertissement du président Vladimir Poutine pour ramener leurs proches à la «mère patrie», selon les médias locaux.

Le président Poutine apparaît de plus en plus souvent le poing fermé,à la télévision russe...depuis l'échec des pourparlers.

Le président Poutine apparaît de plus en plus souvent le poing fermé,à la télévision russe…depuis l’échec des pourparlers.

Cela vient après que Poutine a annulé une visite prévue en France parce que la France était furieuse du rôle de Moscou dans le conflit syrien. L’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a également averti que le monde se trouve à un «point dangereux» en raison de la montée des tensions entre la Russie et les Etats-Unis.

Selon le Daily Star, le personnel de l’administration, les administrateurs régionaux, les législateurs de tous les niveaux et les employés des entreprises publiques ont reçu l’ordre de retirer leurs enfants des écoles étrangères immédiatement.

La raison exacte de l’ordre n’est pas encore claire.

Mais l’analyste politique russe Stanislav Belkovski est cité par le Daily Star en disant: «Cela fait partie du paquet de mesures visant à préparer les élites dans une certaine« grande guerre ».

Les relations entre la Russie et les États-Unis sont à leur plus bas depuis la guerre froide et se sont détériorées au cours des derniers jours après que Washington a tiré le bouchon sur les négociations en Syrie et a accusé la Russie d’attaques de piratage.


Selon la télévision russe, la 3ème Guerre mondiale a déjà commencé

La parade du jour de la Victoire,à Moscou cette année.

La parade du jour de la Victoire,à Moscou cette année.

A en croire les médias russes, il faut se préparer à l’imminence d’un nouveau conflit international, après la rupture le 3 octobre des négociations entre Washington et Moscou sur le conflit syrien.

La Troisième Guerre mondiale n’aura probablement pas lieu mais pour quiconque allume son téléviseur en Russie, elle a déjà commencé. Sur la première chaîne d’Etat, c’est le présentateur de l’émission phare du dimanche soir qui annonce que les batteries antiaériennes russes en Syrie vont «abattre» les avions américains. Sur la chaîne d’informations en continu Rossia 24, c’est un reportage sur la préparation des abris antinucléaires à Moscou.

A Saint-Pétersbourg, le site d’informations Fontanka croit savoir que le gouverneur veut rationner le pain pour une future guerre malgré les explications des autorités qui affirment vouloir simplement stabiliser le prix de la farine. Et à la radio, on discute des exercices de «défense civile» mobilisant, selon le ministère des Situations d’urgence, 40 millions de Russes pendant une semaine. Au programme : évacuations d’immeubles et exercices d’incendie.

Pour celui qui aurait éteint son téléviseur pour se promener dans les rues de Moscou, il est fort possible de tomber sur un des immenses graffitis «patriotiques» des artistes pro-Poutine de l’organisation «Set» qui tapissent désormais les immeubles comme cet ours, symbole de la Russie, distribuant des gilets pare-balles à des colombes de la paix.

La cause d’une telle fièvre, de cet emballement pour l’imminence d’une «Troisième guerre mondiale» ? La rupture le 3 octobre des négociations entre Washington et Moscou sur le conflit syrien après l’échec d’un cessez-le-feu que les deux puissances avaient âprement négocié à Genève en septembre. Dans la foulée, les bombes russes et syriennes ont transformé Alep en «enfer sur Terre» selon l’ONU et suscité les critiques des Occidentaux.

Sur le terrain, l’armée russe a continué la semaine à faire cavalier seul en déployant sur sa base navale, dans le port syrien de Tartous, des batteries antiaériennes S-300 aptes à détruire des avions de chasse, mais aussi en envoyant des corvettes équipées de missiles pouvant, en théorie, couler des navires de guerre. Autrement dit, une démonstration de force visant, non pas les jihadistes ou les rebelles syriens, mais bien la Marine et les avions américains.

Une menace à peine voilée contre les Etats-Unis

La base russe dans l'enclave de Kaliningrad.

La base russe dans l’enclave de Kaliningrad.

A Moscou, où les journalistes russes et occidentaux se lèvent et se couchent en recevant les communiqués du ministère russe de la Défense, le climat de confrontation est relayé, amplifié par les médias. Le porte-parole de l’armée russe, le général Igor Konachenkov, adresse ses mises en garde à la Maison Blanche, au Pentagone, au Département d’Etat. «Je rappelle aux « stratèges » américains que les missiles antiaériens S-300 et S-400 qui assurent la couverture aérienne des bases russes de Hmeimim et de Tartous ont un rayon d’action qui pourraient bien surprendre n’importe quel aéronef non identifié», a-t-il dit le 6 octobre en une menace à peine voilée contre les Etats-Unis.

Sur l’antenne de la chaîne d’Etat Rossia 1, le présentateur Dmitri Kissilev, également patron de l’agence de presse Ria Novosti, résume la pensée du général Igor Konachenkov pour «les simples gens comme vous et moi» : «nous abattrons» les avions américains. Puis il dévoile le «plan B» des Etats-Unis en Syrie. «Le plan B, c’est en gros que les Etats-Unis vont avoir un recours direct à la force contre les forces syriennes du président Bachar al-Assad et contre l’aviation russe», dit-il.

«Est-ce qu’il faut craindre des provocations ? C’est comme cela que les Etats-Unis ont engagé la guerre au Vietnam», conclut Dmitri Kissilev avant de mettre en garde les Occidentaux : les missiles déployés à Kaliningrad, l’enclave russe proche de la Pologne pourraient emporter des têtes nucléaires. «La Russie actuelle est plus que prête, mais avant tout psychologiquement, à la nouvelle spirale de confrontation avec l’Ouest», résume Gueorgui Bovt dans une tribune sur le site d’informations Gazeta.ru.

«Si la bagarre ne peut pas être évitée, frapper le premier»

Le politologue envisage deux scénarios, compte tenu par ailleurs des difficultés économiques de la Russie. Le premier, optimiste, où les deux puissances vont «se mettre d’accord sur de nouvelles conditions de coexistence, en gros un Yalta-2», référence au partage des aires d’influence entre les Etats-Unis et l’Union soviétique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Et le scénario catastrophe : la Russie va réagir selon une loi de la rue bien connue : «si la bagarre ne peut pas être évitée, frapper le premier».

Dans une interview à Ria Novosti, le dernier président soviétique Mikhaïl Gorbatchev et initiateur il y a 30 ans à Reykjavik avec le président américain Ronald Reagan du début de la fin de la Guerre froide, prévenait récemment : le monde flirte «dangereusement avec la zone rouge».

Et mercredi, premier signe de détente après des jours d’invectives verbales, Moscou annonçait une réunion internationale sur la Syrie samedi à Lausanne qui a déjà des allures pour le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de rencontre de la dernière chance.

 

Le bateau de guerre russe class Corvette 617 «Mirazh» traverse le Bosphore à Istanbul et se dirige vers la Syrie, le 7 octobre 2016. On place ses pions.

Le bateau de guerre russe class Corvette 617 «Mirazh» traverse le Bosphore à Istanbul et se dirige vers la Syrie, le 7 octobre 2016.
On place ses pions.

 

...en plus,les tireurs d'élite de l'armée russe s’entraînent depuis des années.

…en plus,les tireurs d’élite de l’armée russe s’entraînent depuis des années.

 

 


Sources : Africa24.info  et Libération.fr

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :