CONSTRUCTION D’UNE MOSQUÉE EN RUSSIE : RÉPONSE DE POUTINE AU ROI D’ARABIE SAOUDITE

Le 30 novembre 2018,la rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane n’est pas passée inaperçue au sommet du G20 à Buenos Aires, en Argentine. Les images de leur poignée de main ont fait le tour de la planète.

Mohammed ben Salmane faisait une première grande apparition sur la scène internationale depuis le scandale entourant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Accusé ou soupçonné d’avoir commandité l’assassinat, «MBS» a aussi vu sa réputation entachée par le rôle que joue l’Arabie saoudite dans l’interminable et sanglant conflit yéménite.

Or, loin de se trouver ostracisé en Argentine, ou d’être traité en «paria» comme le prédisaient certains experts, le prince héritier a été au contraire très entouré.

Une vidéo le montre avec le président russe Vladimir Poutine, lui aussi critiqué, cette fois pour avoir remis le feu aux poudres du conflit ukrainien.

Image associée
Même Macron y était!

Mais ce qui frappe le plus,c’est l’édifiant dialogue qui suit. Ce que j’en ai  pensé est simple : Lorsque de tels propos seront tenus par des autorités politiques qualifiées, au sujet des prétentions de l’Islam au Québec, nous serons largement tirés d’affaire, au moins s’agissant des problèmes et tragédies que nous subissons du fait de l’immigration musulmane massive que nous pouvons facilement sentir à Montréal et dans plusieurs villes,depuis quelques années.

 Vladímir Vladímirovich Poutine Président de la Russie, a reçu à Moscou la visite du roi d’Arabie Séoudite. Avant de partir, le roi Salmane lui a dit qu’il voulait acheter un grand terrain et construire, bien sûr avec de l’argent entièrement arabe, une grande mosquée dans la capitale russe. « Aucun problème », a répondu Poutine, « mais à une condition : que vous autorisiez que soit construite également, dans votre capitale arabe, une grande église orthodoxe ».  

« Cela ne peut pas être », dit le roi arabe. « Pourquoi ? » a demandé Poutine.   

« Parce que votre religion n’est pas la vraie et nous ne laissons pas tromper le peuple. 

– Je pense la même chose de votre religion et, cependant, je vous permettrais de construire votre temple s’il y a réciprocité. Par conséquent, nous avons là épuisé ce sujet.» 

Mais Poutine ne s’arrête pas là. Dans un discours devant le Parlement russe, se référant à des tensions avec les minorités ethniques, il dit : « En Russie vivez en tant que que Russes ! Toute minorité, d’où qu’elle vienne, qui veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler russe et respecter les lois russes. S’ils préfèrent la Charia et vivre une vie de musulmans, nous leur conseillons d’aller des lieux où ce soit la loi de l’État. La Russie n’a pas besoin des minorités musulmanes ; ces minorités ont besoin de la Russie et nous ne leurs garantissons pas de privilèges spéciaux pas plus que nous n’essaierons de changer nos lois, en les adaptant à leurs souhaits. Les traditions et coutumes russes ne sont pas compatibles avec le manque de culture et les formes primitives de la Charia et l’Islam. » 


EN COMPLÉMENT:

En 2015,Vladimir Poutine inaugurait la plus grande mosquée d’Europe à Moscou

 

La plus grande mosquée d’Europe se trouve à Moscou. Le président russe Vladimir Poutine a inauguré ce mercredi la Grande mosquée de Moscou, vaste de 19 000 m² et qui peut accueillir 10 000 personnes. L’islam est la deuxième religion en Russie, avec quelque 20 millions de fidèles, après l’église orthodoxe qui jouit toujours d’une grande influence spirituelle et politique. « La Russie est un pays multiconfessionnel dans lequel, et je tiens à le souligner, l’islam est une des religions traditionnelles », a expliqué Vladimir Poutine dans son discours inaugural. « Cette mosquée sera une source pour propager les idées humanistes et les vraies valeurs de l’islam », a-t-il ajouté, contrairement à l’organisation État islamique (EI) qui selon lui « dénature l’islam ».

 

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas assistait à l’inauguration, ainsi que le président turc Recep Tayyip Erdogan, avec qui Poutine s’est ensuite entretenu à huis-clos, pour évoquer tant l’EI que le projet de gazoduc Turkish Stream.

Installée près du centre-ville de la capitale russe, la Grande Mosquée de Moscou a été construite en lieu et place d’une veille mosquée, datant de 1904. 170 millions de dollars ont été réunis pour la bâtir, dont plusieurs dizaines de millions par un oligarque du Daguestan, selon le premier vice-président du Conseil des muftis de Russie, Rouchan Abbiassov, cité par l’agence de presse russe Interfax.

 

 

 

 

Publicités

OVNI en Russie ? Poutine a déployé l’armée après l’”effondrement” d’une montagne en Sibérie

VLADIMIR Poutine a enrôlé des soldats pour enquêter sur une “montagne effondrée” dans une région reculée de Sibérie à la suite de suggestions selon lesquelles l’effondrement a peut être été provoqué par l’atterrissage forcé d’un OVNI ou par la chute d’une météorite.

Quelle qu’en soit la cause, l’événement a entraîné un éboulement massif qui a bloqué la rivière Bureya toute proche, et laissé plusieurs villages en proie à des inondations. Tellement de roches ont été déplacées qu’elles rempliraient 13.600 piscines de taille olympique, disent les experts. Pendant ce temps, la chute de 34 millions de mètres cubes de débris a laissé une entaille dans une montagne qui aurait pu emmagasiner toute l’eau utilisée si tous les Américains prenaient une douche au même moment.

 

L’armée russe a été dépêchée sur les lieux pour tenter de déterminer la cause de la catastrophe et déplacer un monticule de roches de 160 mètres de haut, qui a considérablement bloqué la Bureya, avec un village dans les régions de Khabarovsk et d’Amour en danger d’inondations.

L’armée a été chargée de “déplacer la montagne”, en utilisant des explosifs et de l’équipement pour permettre à l’eau de s’écouler à nouveau.

Mais les experts ont averti que la roche voisine est fracturée et qu’un deuxième glissement de terrain gargantuesque n’est pas exclu.

Selon une source du ministère de la Défense, un groupe de spécialistes est en route “pour effectuer des travaux de reconnaissance” sur le site, où les rochers sont tombés à environ 390 pieds sur le fond de la vallée.

La source a ajouté : “Compte tenu de l’ampleur du glissement de terrain, des unités du génie civil et des forces ferroviaires dotées d’équipements spéciaux, ainsi que l’armée et l’aviation et les transports, participeront au nettoyage du rocher.

Des plans sont en cours d’élaboration pour l’évacuation de 400 personnes des villages de Chekunda, Ust-Urgal et Elga .

Les inondations pourraient également perturber la liaison ferroviaire Baïkal-Amur, longue de 4.345 kilomètres, qui est un lien vital entre l’intérieur de la Sibérie et la côte Est de la Russie, à moins que l’armée ne puisse débloquer rapidement le fleuve.

Pour compliquer encore les choses, une centrale hydroélectrique est également menacée car l’eau s’assèche dans le réservoir hydroélectrique de Bureyskaya situé en aval.

La Russie a également envoyé des équipes de géomorphologues, de géologues, d’hydrologues et d’arpenteurs pour évaluer le carnage, qui semble s’être produit le 11 décembre, a rapporté The Siberian Times.

Alexey Maslov, chef du district de Verkhnebureinsky où l’incident s’est produit, a déclaré :Nous essayons de trouver une explication à cet incident.”

“J’insiste que c’était une météorite.”

Cependant, un sondage local dans l’Est de la Russie a suggéré que si 27 pour cent étaient d’accord avec son évaluation, plus de 33 pour cent pensaient qu’un OVNI – en était la cause.

Le professeur Dave Petley, vice-président pour la recherche et l’innovation à l’Université de Sheffield et expert en science des glissements de terrain, a rejeté ces deux idées, expliquant que le flanc de la montagne au-dessus du Bureya présentait une “fissure de tension ou dépression préexistante” à une altitude d’environ 579 mètres.

Il a dit : “Nous pouvons dire qu’il s’agit certainement d’une rupture d’une pente rocheuse, et qu’il est très peu probable qu’elle soit associée à un impact de météorite.

  1. Petley admet qu’il est “légèrement” surprenant que le crash ait eu lieu en hiver, lorsque le sol était gelé, plutôt qu’à une période plus chaude de l’année.

Il a averti que les conditions locales montraient “qu’il pourrait y avoir un plus grand éboulement à venir”, créant ainsi un potentiel pour un glissement de terrain encore plus important.

 

Les chasseurs qui sont arrivés les premiers sur les lieux – alertés par un changement soudain et inexplicable du débit de la rivière – ont signalé des “roches chaudes” sur lesquelles ils pouvaient se réchauffer les mains.

Leur première supposition était que la destruction avait été causée par une météorite – même s’il n’y avait aucun rapport à l’époque qu’une roche spatiale avait frappé l’Extrême-Orient russe en décembre.

La Sibérie a été le théâtre d’un certain nombre d’attaques de météorites au fil des ans.

 

En 2013, un météore a été illustré au-dessus de la ville de Tchéliabinsk, dans l’ouest de la Sibérie, illuminant le ciel alors qu’il explosait à une altitude de 32 km.

Des décennies auparavant, en 1908, l’événement dit de la Toungouska a détruit 1200 kilomètres carrés de forêt dans une région isolée de la Sibérie centrale.

En 1908,les arbres détruits par l’explosion.

Les théories sur la cause de l’explosion vont d’un météore, d’une comète et, une fois de plus, d’un atterrissage forcé d’un OVNI, le mystère étant aggravé par l’absence de tout cratère d’impact visible.

Source: Express.co.uk

 

 

 

Le thermomètre vient de tomber à -62 °C dans le village le plus froid du monde, et les photos sont à couper le souffle

Bienvenue à Oymyakon, un village où les élèves assistent aux cours jusqu’à ce que les températures atteignent -52° C. Ce village sibérien isolé est considéré comme le village d’habitation permanent le plus froid du monde, et la température cet hiver vient de dégringoler à -62° C (-80 ° F), ce qui rend nos plaintes quotidiennes à propos du temps plutôt idiotes.

Le photographe Amos Chapple y a voyagé :  » Je portais un pantalon fin quand je suis sorti pour la première fois à -47° C », a déclaré Chapple. « Je me souviens d’avoir eu l’impression que le froid agrippait physiquement mes jambes, l’autre surprise était que parfois ma salive se congelait en aiguilles me piquant les lèvres. »

 

Mais cette fois-ci, le froid est encore plus fort, non seulement il pince les jambes, mais il transforme aussi les cils des gens en glaçons. La station météorologique officielle au « pôle du froid » a enregistré -59 ° C, mais le nouveau thermomètre électronique a déclaré qu’il faisait -62° C. En fait, il a même cessé de fonctionner après avoir atteint la marque douloureuse. Certains des 500 habitants affirmant que les températures descendent même jusqu’à -68° C.

Dans les années 1920 et 1930, Oymyakon était une halte pour les éleveurs de rennes qui menaient leurs troupeaux à la source thermale. En essayant de forcer la population nomade à s’enraciner, le gouvernement soviétique a plus tard transformé le site en une colonie permanente. En 1933, une température de -67,7 ° C a été enregistrée dans le village, considérée comme la plus basse de l’hémisphère nord.

Bienvenue à Oymyakon, un village sibérien isolé considéré comme le village d’habitation permanent le plus froid du monde

 

La température a chuté à -62 ° C

 

Cependant dans le village, le froid qui pourrait geler vos globes oculaires n’a pas arrêté de vivre
Sauf pour les étudiants locaux qui ont cessé d’assister aux cours jusqu’à ce que les températures atteignent au moins -52° C
Et, croyez-le ou non, les gens vont encore travailler
Voici a quoi ressemble la conduite dans de telles conditions
Les vendeurs de rue n’ont pas besoin de réfrigérer leur poisson, car la température de l’air est suffisante pour les empêcher de pourrir

 

Cependant, les vendeurs ont besoin de se couvrir aussi chaud que possible

 

« Pendant le tournage du marcher, mes mains ont gelé », a déclaré le journaliste. « Les vendeurs sont là toute la journée. Comment se chauffent-ils? «

 

Certains touristes qui visitent Oymyakon sont aussi extrêmes que son temps

 

Ce groupe de Chinois n’a pas eu peur de plonger dans la source thermale à environ -60 ° C de température extérieur

 

Les photographes essaient d’utiliser le froid de manière créative: « J’ai vraiment pris des photos de cette ballerine à l’extérieur à moins 41° C, et cette photo n’est pas photoshopée »

 

Le village se trouve dans le district d’Oymyakonsky de la République de Sakha, en Russie

 

Il porte le nom de la rivière Oymyakon, dont le nom vient apparemment du mot Even kheium, signifiant « étendue d’eau non gelée »; un endroit où les poissons passent l’hiver «

 

Selon d’autres sources, le mot heyum (hэjум) (kheium peut être une faute d’orthographe) signifie « lac gelé »

 

La température avait trop chuté, même pour le nouveau thermomètre électronique. Il s’est cassé après avoir atteint -62 ° C

 

Mais environ 500 personnes vivent encore dans le village

 

Il se trouve à environ 750 mètres au-dessus du niveau de la mer

 

« Nous brossons la neige de nos chevaux Yakoutes. Pour nous, c’est normal « , a déclaré un habitant du village
Les gens ont surnommé ce lieu: le pôle nord du froid
Et bien que les hivers à Oymyakon soient longs et excessivement froids
Les étés peuvent parfois être chauds. En juin, juillet et août, les températures supérieures de 30° C ne sont pas rares

 

Dans les années 1920 et 1930, Oymyakon était une halte pour les éleveurs de rennes qui menaient leurs troupeaux à la source thermale au printemps

 

Mais en tentant de forcer sa population nomade à s’enraciner, les soviétiques ont ensuite transformé le site en un établissement permanent

 

Cependant, ce froid fait que tout le village ressemble à un pays hivernal merveilleux

 

Ce n’est pas tous les jours que vous verrez une telle beauté dans un tunnel de mine

 

En 1933, une température de -67,7 ° C a été enregistrée dans le village, validée comme la plus basse jamais enregistrée dans l’hémisphère Nord.

 

 

La durée du jour varie de trois heures en décembre à vingt et une heures en juin
Donc, vous devrez être rapide si vous voulez faire du tourisme en hiver

Et tandis que les habitants continuent à parler de leur vie quotidienne

 

 

Certains ont eu leurs cils gelés; ce qui mériterait de devenir la nouvelle tendance de beauté

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’incident naval entre la Russie et l’Ukraine se transforme en crise

Le président Petro Porochenko a signé un décret instaurant la loi martiale pour 60 jours. Il doit maintenant obtenir l’aval du parlement.

Par définition, la loi martiale institut un état judiciaire d’exception où le pouvoir et le maintien de l’ordre est assuré par l’armée et où les droits et libertés des citoyens sont en général suspendus.

« La loi martiale ne signifie par une déclaration de guerre [à la Russie], a prévenu le président Porochenko, elle sera introduite uniquement pour la défense », a-t-il assuré à la sortie du Conseil de sécurité et de défense.

Cette nouvelle escalade des tensions entre l’Ukraine et la Russie survient au lendemain de la capture de trois bateaux militaires ukrainiens par la marine russe à la suite d’une escarmouche dimanche dans le détroit de Kertch qui sépare la mer Noire de la mer d’Azov.

Ce détroit, la seule voie maritime entre la mer Noire et la mer d’Azov, est un passage hautement stratégique autant pour la Russie que l’Ukraine.

Selon Kiev, la marine russe a délibérément percuté un navire ukrainien et bloqué l’accès à la mer d’Azov en immobilisant un pétrolier sous le pont qui franchit le détroit qui sépare la Russie de la Crimée, annexée par la Russie en 2014.

Plus tard, Kiev a accusé la marine russe d’avoir capturé trois de ses bateaux, deux vedettes blindées et un remorqueur après avoir ouvert le feu sur les bâtiments. Six marins ukrainiens ont été blessés dont deux gravement, selon le gouvernement ukrainien.

L’Ukraine a exigé lundi la libération de ses marins et la restitution de ses navires tout en appelant ses alliés à instaurer de nouvelles sanctions contre Moscou.

Méthodes dangereuses

Moscou a de son côté affirmé avoir dû intervenir et ouvrir le feu contre les navires ukrainiens qui se livraient à des provocations et des « actions illégales dans les eaux territoriales russes ».

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a pour sa part accusé lundi l’Ukraine d’utiliser des « méthodes dangereuses » dans le détroit de Kertch.

« Une violation a eu lieu, et des méthodes dangereuses ont par ailleurs été utilisées. Cela pouvait créer et cela a créé une menace et des risques pour le déplacement normal des navires dans ce corridor maritime » entre la mer d’Azov et la mer Noire, a affirmé le chef de la diplomatie russe.

« La partie russe a agi en stricte conformité avec la législation, à la fois le droit international et le droit intérieur à une intrusion de navires de guerre étrangers dans les eaux territoriales de la Fédération de Russie », a renchéri le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Cette nouvelle escalade militaire entre l’Ukraine et la Russie sera d’ailleurs en tête de l’ordre du jour d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU prévue pour 11h lundi matin.

L’OTAN, qui porte aide et assistance militaire à l’Ukraine depuis l’annexion de la Crimée par les Russes, a pour sa part annoncé une réunion extraordinaire avec le gouvernement ukrainien lundi, à Bruxelles.

 

Troisième guerre Mondiale en préparation:L’armée américaine pourrait perdre un conflit potentiel contre la Russie et la Chine

Les États-Unis ont perdu leur avantage militaire à un point tel qu’ils pourraient perdre une future guerre avec la Russie ou la Chine, a annoncé mercredi un nouveau rapport au Congrès américain.

« L’armée américaine pourrait subir des pertes inacceptables et d’importantes immobilisations lors de son prochain conflit. Elle pourrait avoir du mal à gagner, voire à perdre, une guerre contre la Chine ou la Russie », a déclaré le rapport préparé par la Commission de la stratégie de défense nationale, groupe d’experts bipartite créé par le Congrès.

La commission a averti que si les États-Unis n’agissaient pas rapidement pour remédier à la situation, les conséquences seraient « graves et durables ».

Le rapport a mis en garde contre la menace croissante non seulement des grandes puissances telles que la Russie et la Chine, mais également d’autres pays tels que l’Iran et la Corée du Nord.

« Ces pays ont développé des armes plus sophistiquées et des tactiques asymétriques employées de manière créative », a-t-il déclaré.

De plus, les États-Unis font face à une menace grandissante d’organisations terroristes transnationales, en particulier de groupes djihadistes radicaux.

« Dans le monde entier, la prolifération de technologies de pointe permet à davantage d’acteurs de contester le pouvoir militaire américain de manière plus menaçante », indique le rapport.

La commission a approuvé la stratégie de défense nationale (SND) présentée par l’administration du président Donald Trump en janvier 2018, qui visait à réorganiser l’armée américaine pour contrer les menaces croissantes de la Russie et de la Chine. Mais le rapport a également averti que les États-Unis n’avaient pas agi assez vite ni investi suffisamment d’argent pour mettre en pratique la stratégie de Trump.

Wing Loon un drone chinois pour longue distance.

 

 

 

 

La Conspiration nazi: la Chambre d’ambre volée par les soldats du Reich aurait été localisée

PREMIÈRE PISTE

Le trésor russe légendaire pillé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pourrait être caché dans une grotte des Monts Métallifères dans l’est de l’Allemagne.

Les chercheurs allemands Leonhard Blume, Günter Eckardt et Peter Lohr affirment que la fameuse Chambre d’ambre volée par les nazis en 1941 et dont les traces avaient été perdues lors de la Seconde Guerre mondiale se trouverait en réalité dans la grotte du Prince près de Dresde, dans l’est de l’Allemagne.

Les spécialistes racontent notamment qu’une «source fiable» leur a indiqué l’emplacement de la Chambre d’ambre ce qui les a poussés à entamer des recherches. Ils ont ensuite scanné le sol dans la grotte du Prince au moyen d’un radar et trouvé des cavités ressemblant à un bunker.

«Nous avons trouvé sur les murs des traces de câbles en acier qui ont été utilisés pour faire descendre des cargaisons. D’après les données du géoradar, il y a un système de tunnels secrets sous les grottes», ont-ils expliqué au journal The Daily Mail.

Ils précisent notamment qu’à proximité de la grotte du Prince se trouvait une gare où on avait vu en avril 1945 un train en provenance de Königsberg (des militaires allemands y avaient emporté la Chambre d’ambre en 1941), ce qui serait un avantage en faveur de la théorie des chercheurs allemands. Ils sont également d’avis que les grottes pourraient abriter le trésor du dernier monarque de l’Empire allemand, Guillaume II.

Pour l’instant, les spécialistes recherchent des fonds pour poursuivre leur recherche.

La Chambre d’ambre, un ensemble de panneaux d’ambre sculptée qui ornait autrefois les murs d’une chambre du Palais Catherine, a été volée par les nazis en 1941 et a disparu deux ans et demi plus tard. Depuis 70 ans, les chasseurs de trésors les plus fervents refusent de baisser les bras et cherchent à la retrouver.

Ce chef-d’œuvre légendaire, volé dans les environs de Saint-Pétersbourg (à Tsarskoïe Selo), représente une pièce murale recouverte d’éléments d’ambre sculptés. Une reproduction de la Chambre a été inaugurée en 2003 après presque 30 années de travaux au Palais Catherine à Saint-Pétersbourg.


UNE AUTRE  PISTE

A Wuppertal (Allemagne), Wilfried Fischer, un retraité de 64 ans, espère trouver la chambre d’ambre dans ce bunker.

Depuis 1945, nul n’a revu la pièce couverte d’ambre qui ornait le palais russe de Tsarskoïe Selo. Détruite par un incendie pour les uns, cachée par les nazis selon les autres, ce chef-d’œuvre inestimable fait toujours courir les chercheurs de trésors d’Allemagne et de Pologne.

Au coin de la rue, l’aventure. A un carrefour du centre-ville de Wuppertal, cité industrielle dans l’ouest de l’Allemagne, Wilfried Fischer, 64 ans, retraité d’une compagnie de canalisations, mène l’enquête. Treillis, veste militaire, bottes boueuses, casque de chantier, lampe frontale : bien équipé, il nous guide dans le sentier qui grimpe sur la colline, derrière l’arrêt de bus. Trois mètres plus loin, nous y voilà déjà. Devant une porte d’acier, Wilfried Fischer sort la clé confiée par la mairie et nous laisse pénétrer dans l’obscurité d’un bunker. Dans ce dédale de calcaire et de béton, où se succèdent cinq longues salles humides qui protégeaient des bombes les habitants à la fin de la seconde guerre mondiale, il cherche la « chambre d’ambre » : l’un des plus précieux trésors jamais disparus, dont la trace a été perdue en avril 1945. « Elle pourrait être là », prétend-il. Dans une pièce murée, derrière une paroi, ou dans un autre des 180 bunkers et tunnels de la ville, qui n’ont pas tous été explorés, serait caché ce joyau, surnommé la « huitième merveille du monde ».

Un cadeau de la Prusse à la Russie en 1716

Cette photo prise en 1917 est la seule disponible, en couleur, de la chambre originelle.

Cet ensemble de panneaux d’ambre finement sculptés a été façonné entre 1701 et 1713 à la demande du roi de Prusse, Frédéric Ier, pour décorer son château de Charlottenburg, à Berlin. Finalement exposée dans la résidence d’Oranienburg, un peu plus au nord, la chambre éblouit le tsar russe Pierre Le Grand, en visite en 1716. Pour renforcer l’alliance des deux pays, le successeur de Frédéric Ier, Frédéric-Guillaume Ier, la lui offre. Il reçoit, en retour, un étonnant présent : 55 soldats géants, ainsi qu’un navire bâti au port de Saint-Pétersbourg et un gobelet façonné par le tsar. La chambre est installée en 1771, dans sa version définitive de 96 mètres carrés, au palais de Tsarskoïe Selo, à Pouchkine, à 25 kilomètres de Saint-Pétersbourg. Malheureusement, à l’été 1941, l’offensive nazie prend de court l’URSS. Dans l’urgence, la chambre est cachée derrière des couches de tissus. En vain. Les nazis arrivent, démontent la pièce en trente-six heures et l’expédient à Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad), où elle est exposée dans un château. Au printemps 1945, c’est au tour des Soviétiques de mener l’offensive et aux nazis d’empaqueter leurs trésors. La précieuse pièce, démontée et répartie dans 28 caisses, est vue pour la dernière fois le 9 avril 1945. Le 11, les soldats russes envahissent le château de Königsberg, qui brûle intégralement. Aucune trace de la chambre d’ambre n’est retrouvée.

Huit Indiana Jones allemands sur les dents

Mais soixante et onze ans plus tard, 1 200 kilomètres plus à l’ouest, le retraité Wilfried Fischer est persuadé d’être sur sa piste, à Wuppertal. Sa conviction a été forgée par son ami Karl-Heinz Kleine. Cet ex-ingénieur de 70 ans préside une association d’Indiana Jones du dimanche, qui fouillent sans relâche les anciennes caches nazies de la région. Pour ces huit aventuriers de la Ruhr, la chambre d’ambre a été dissimulée dans les parages, sur l’ordre d’Erich Koch, gouverneur nazi de Prusse orientale (la région de Königsberg pendant la guerre). Lui seul avait le pouvoir de mettre à l’abri le trésor. « Il est né à Wuppertal et y avait des amis influents, capables de l’aider », indique Karl-Heinz Kleine. Depuis huit ans, lui et ses acolytes ont ratissé une trentaine de bunkers, percé quantité de murs et pioché sans se décourager dans une poignée de tunnels. L’un d’entre eux, le tunnel de Schee, qui traverse une montagne boisée à dix minutes du centre-ville, paraît fort suspect à Karl-Heinz Kleine et  à son jeune confrère Dennis Issel, 37 ans, commercial en assurances et arpenteur de bunkers lui aussi. « A la fin de la guerre, des avions de chasse étaient assemblés ici par la firme Homann, dont le directeur était un ami d’Erich Koch », indique Dennis Issel, à l’entrée de cette longue galerie. « Kleine pense que la chambre pourrait être cachée dans une pièce secrète ou une grotte naturelle, sous le tunnel ou pas loin », commente-t-il. Impossible de vérifier l’hypothèse, l’endroit ayant été transformé depuis en piste cyclable. « Nous avons cherché à la sortie, mais n’avons rien trouvé », regrette Dennis.

 

A Pouchkine, une réplique de la pièce précieuse

De 1979 à 2003, un extraordinaire travail de reconstitution, fondé sur les rares photos de la chambre, mobilisa plusieurs dizaines d’artisans, qui façonnèrent 6 tonnes d’ambre brut pour recréer la pièce, après vingt-quatre ans d’effort. Elle fut inaugurée, au palais de Tsarkoïe Selo, le 31 mai 2003, à l’occasion du tricentenaire de Saint-Pétersbourg, en présence de Vladimir Poutine et de nombreux dirigeants européens, dont Jacques Chirac

Persuadé que le trésor se cache dans ce bunker de Mamerki (Pologne), Bartlomiej Plebanczyk, directeur du musée de la ville, envisage de recourir à des équipements utilisés dans les pyramides d’Egypte pour trouver des salles secrètes.

La piste polonaise

Tous ceux partis sur la trace de la chambre d’ambre ont connu la même déconvenue. Depuis 1945, la quête a attiré des milliers d’amateurs du monde entier, dont Matthias Gluba, ingénieur allemand retraité. « Il existe une centaine de théories sur le lieu où elle serait cachée », précise-t-il, convaincu, pour sa part, que le trésor croupit dans un bois vers Auerswalde, dans l’est de l’Allemagne. L’écrivain allemand Mario Ulbrich a lui suivi, en 2011, un autre chercheur de trésors, Dietmar Reimann, lancé sur une piste dans la forêt de Poppenwald, au sud de Dresde. « Il a prouvé qu’une opération secrète y avait bien eu lieu début 1945, mais il n’est pas sûr qu’elle ait concerné la chambre d’ambre », nous confie l’auteur.
A ce jour, l’espoir le plus vif vient de Mazurie, région des grands lacs dans le nord-est de la Pologne. A Mamerki, lieu-dit paisible au milieu des bois, à 150 kilomètres au sud de Kaliningrad, une trentaine de bunkers secrets abritaient le haut commandement de l’armée nazie sur le front de l’Est. Le directeur du musée local, Bartlomiej Plebanczyk, est persuadé que le bunker 31, un bloc de béton de 6 mètres de haut sans entrée ni ouverture, abrite un trésor. « C’est trop haut pour de simples fondations », tranche-t-il. La chambre d’ambre serait-elle enterrée sous ces tonnes de ciment ? « Pour les nazis, c’était la cache la plus sûre à proximité de Königsberg », juge-t-il. Un vétéran de la Wehrmacht, l’armée allemande, confirme justement y avoir vu débarquer des caisses au printemps 1945. Enfin, « en 1975, la police polonaise avait amené ici Erich Koch, emprisonné après guerre », ajoute-t-il. Trois fouilles, menées par l’armée et les services secrets au début des années 1950, à la fin des années 1960, puis en 1975, ont tenté de percer ce cube à coups d’explosifs. En vain. En juillet dernier, Bartlomiej Plebanczyk a utilisé des moyens plus modernes : plusieurs carottes ont été forées, sur les indications d’un scanner, malheureusement erronées. « Nous recommencerons l’année prochaine avec des équipements utilisés dans les pyramides d’Egypte pour trouver des salles secrètes », promet-il.

Le pensionné Karl-Heinz Kleine croit qu’il connaît l’emplacement de la chambre d’ambre et qui l’a caché là. Selon Kleine, l’administrateur en chef des Nazis en Prusse orientale, Erich Koch, a caché le trésor dans sa ville natale de Wuppertal dans la région industrielle de la Ruhr.
Ca n’aurait rien d’étonnant de penser cela de Koch. Même les nazis ont été horrifiés par ses vols d’airain et l’utilisation des détenus du camp de concentration à des fins personnelles. Koch a été jugé pour corruption devant un tribunal nazi en 1944 et condamné à mort. Plus tard, il revient dans les faveurs des nazis et continue d’amasser sa fortune personnelle jusqu’à la fin de la guerre.
Une fois capturé en Pologne, il a été condamné à mort pour le meurtre de 72 000 Polonais et pour l’envoi de 200 000 autres dans des camps de travail. Mais il a encore échappé à sa peine. La mauvaise santé de Koch a empêché la Pologne d’exécuter sa condamnation à mort, et il a vécu en prison pendant 27 ans, sans se repentir jusqu’à la fin.

« Une sorte de monstre du Loch Ness »

Les spécialistes de la chambre d’ambre sont sceptiques. «  Ces théories, c’est comme le monstre du Loch Ness », tranche le journaliste allemand Guido Knopp, qui y a consacré un ouvrage. « Ceux qui veulent vraiment voir la chambre peuvent contempler sa réplique au musée de Saint-Pétersbourg » conseille-t-il. Les ex-journalistes du quotidien britannique The Guardian, Adrian Levy et Catherine Scott-Clark, partagent son avis. Dans leur essai publié en 2004, ils concluent que le chef-d’œuvre a brûlé à Königsberg dans un incendie déclenché par les soldats soviétiques lors de la contre-offensive de l’Armée rouge. « L’enquêteur russe missionné après guerre pour tirer l’affaire au clair a fait la même conclusion, mais la vérité a été cachée pour faire porter le chapeau aux Allemands », raconte Adrian Levy.
Est-il toutefois possible qu’un morceau de la chambre ait été préservé ? « Je ne l’exclus pas », affirme le président de l’Association de recherche des crimes d’art (Arca), Noah Charney. Mais dans quel état ? « Après soixante-dix ans dans une caisse de bois, il n’en resterait rien », assure le professeur Alexander Shedrinsky, spécialiste de l’ambre à l’université de Long Island (Etats-Unis). Il en faudra plus, toutefois, pour dissuader les Wilfried Fischer, Dennis Issel et autres grands enfants en quête d’aventure, de s’adonner à leur hobby : percer des trous dans des bunkers.

En 2006,un chercheur de Vérité sort la théorie que la Chambre d’Ambre aurait été embarquée à bord d’un u-boat à destination de l’Argentine ou de …Neue Schwabenland,la base secrète en Antartique.

 

L’histoire

1701 Le roi de Prusse Frédéric Ier commande la réalisation de la chambre d’ambre.
1716 Son successeur, Frédéric-Guillaume Ier, l’offre au tsar russe Pierre Le Grand.
1771 Après des travaux d’agrandissement, la chambre d’ambre est installée au palais de Tsarkoïe Selo, à 25 kilomètres de Saint-Pétersbourg.
1866 Dans Voyage en Russie, l’écrivain Théophile Gautier décrit sa visite du joyau : « L’œil (…) est comme ébloui par la richesse de tons chauds qui traversent toute la gamme des jaunes, du topaze étincelant au citron clair… »
1941 L’armée nazie envahit Tsarkoïe Selo et rapatrie à Kaliningrad (alors Königsberg) la chambre d’ambre.
1945 L’Armée rouge chasse les soldats allemands de Kaliningrad. Aucune trace de la chambre n’est retrouvée.
2003 Une reconstitution est inaugurée à Tsarkoïe Selo.

reconstitution de 2003

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’armée russe défie l’OTAN en Sibérie

Les plus grandes manœuvres russes de ces dernières décennies ont débuté en Sibérie ce mardi. Y participent la Chine et la Mongolie.

Près de 300’000 hommes, toutes les composantes de l’armée impliquées et des soldats chinois en soutien: la Russie lance mardi les plus vastes manœuvres militaires de son histoire, dénoncées par l’Otan comme la répétition d’un «conflit de grande ampleur».

Ce déploiement massif auquel participent les armées chinoise et mongole, baptisé «Vostok-2018» (Est-2018), continuera jusqu’au 17 septembre en Sibérie orientale et dans l’Extrême-Orient russe.

«Vostok-2018 a démarré», a indiqué mardi le ministère de la Défense dans un communiqué, accompagné d’une vidéo montrant des véhicules blindés, des hélicoptères ou encore des avions en mouvement.

Evénement sur trois jours

Si la journée de mardi doit être consacrée au déploiement des troupes, mercredi verra la tenue d’exercices de lutte antiaérienne tandis que «le principal évènement» sera jeudi, a assuré le ministère de la Défense aux journalistes couvrant les exercices, sans donner plus de précisions.

En marge du Forum économique de Vladivostok (Extrême-Orient), Vladimir Poutine devrait assister à Vostok-2018 qui intervient dans un contexte de tensions persistantes avec les Occidentaux, entre crise ukrainienne, conflit en Syrie et innombrables accusations d’ingérence dans la politique occidentale.

Démonstration de force

Aux yeux de l’armée russe, cette démonstration de force est similaire à «Zapad-81» (Ouest-81) qui, il y a près de 40 ans, avait mobilisé entre 100’000 et 150’000 soldats du pacte de Varsovie en Europe orientale, les plus grandes manoeuvres jamais organisées à l’ère soviétique.

«Il y aura comme un air de Zapad-81, mais en plus imposant d’une certaine manière», se félicitait d’ailleurs fin août le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, détaillant le contingent attendu: 300’000 soldats, 36’000 véhicules, 1.000 avions et 80 navires.

«Imaginez 36’000 engins militaires se déplaçant en même temps: des chars, des blindés de transport de troupes, des véhicules de combat d’infanterie. Et tout cela, bien sûr, dans des conditions aussi proches d’une situation de combat que possible», s’était-il enthousiasmé.

Armes modernes

Tout le répertoire moderne de l’armée russe sera de la partie: des missiles Iskander, capables de transporter des ogives nucléaires, des tanks T-80 et T-90 ou les récents avions de combats Su-34 et Su-35. En mer, la flotte russe déploiera plusieurs frégates équipées de missiles Kalibr, qui ont fait leurs preuves en Syrie.

Participation chinoise

Côté chinois, la participation est bien plus modeste avec 3200 soldats engagés et une trentaine d’avions ou d’hélicoptères déployés, mais elle est symbolique alors que la Russie cherche à montrer qu’elle n’est pas isolée sur la scène internationale.

«Nous avons des relations de confiance (avec la Chine) en matière politique, de sécurité et dans la sphère militaire», a d’ailleurs déclaré Vladimir Poutine mardi lors d’une rencontre à Vladivostok avec le président chinois Xi Jinping, qui participe aussi au forum économique.

Si les précédents exercices militaires russes dans la région, Vostok-2014, avaient déjà rassemblé 155’000 soldats, les manoeuvres Zapad-2017 (Ouest-2017) organisées l’an passé aux portes de l’Union européenne n’avaient en comparaison impliqué que 12’700 hommes selon Moscou, l’Ukraine et les pays baltes évoquant un contingent bien plus important.

L’Otan dénonce

Sans surprise, l’Otan a dénoncé ses manoeuvres. «Cela s’inscrit dans une tendance que nous voyons depuis un moment: une Russie plus sûre d’elle, qui augmente significativement son budget de Défense et sa présence militaire», a indiqué un porte-parole de l’Alliance, Dylan White.

Depuis 2014 et la grave dégradation des relations entre Moscou et l’Occident, la Russie a multiplié les exercices militaires d’ampleur, du Caucase à la Baltique et jusqu’en Arctique, tout en dénonçant l’expansion à ses frontières de l’Otan, menace fondamentale pour sa sécurité selon la nouvelle doctrine militaire russe adoptée la même année.

Les manoeuvres russes en Extrême Orient ont été précédées par des exercices en Méditerranée auxquels ont pris part plus de 25 navires et une trentaine d’avions, dans un contexte de renforcement de la présence russe au large de la Syrie où elle intervient militairement depuis 2015.

La Russie va organiser les plus grands exercices militaires depuis l'époque soviétique - Ministre de la Défense

 

 

Divulgation d’informations:L’ex-adjoint à la sécurité d’Obama reconnaît l’implication yankee avec l’État Islamique !…

Quelqu’un a finalement demandé à des hauts-fonctionnaires de l’administration Obama de prendre en compte le développement de l’EIIL/Daesh et l’armement des djihadistes en Syrie.

John McCain en compagnie de dirigeants syriens d’Al Qaida

Dans un entretien a bâton rompu intitulé « Confronting the Consequences of Obama’s Foreign Policy » le journaliste de The Intercept Mehdi Hasan a posé la question à Ben Rhodes qui a servi longtemps comme adjoint au conseiller national à la sécurité à la Maison Blanche sous la présidence de Barack Obama et qui fait maintenant la promotion de son nouveau livre, The World As It Is: Inside the Obama White House.

Rhodes a été décrit comme étant tellement dans la confidence d’Obama qu’il était “dans la pièce” lors de pratiquement toutes les décisions importantes en politique étrangère prises par Obama lors de ses 8 années au pouvoir. Bien que l’entretien accordé à The Intercept vaut la peine d’être écouté dans sa totalité, c’est le segment sur la Syrie qui a capté notre attention.

Malgré le fait que Rhodes essaya de littéralement danser autour de l’affaire, il répond docilement par l’affirmative lorsque Mehdi Hasan lui pose les questions suivantes au sujet du soutien des djihadistes en Syrie:

“Êtes-vous trop intervenus en Syrie ? Parce que la CIA a dépensé des centaines de millions de dollars à financer et à armer les rebelles anti-Assad et beaucoup de ces armes comme vous le savez, ont terminé aux mains des groupes djihadistes, certaines même aux mains de l’EIIL.

Le 19 octobre 2011,Hillary Clinton fête la victoire sur le grand guide Lybien,Muhammar Qadafi…entourée par ses alliés d’Al Qaida.

Vos critiques diraient que vous avez exacerbé la guerre par procuration en Syrie ; que vous avez prolongé ce conflit et que ce faisant vous avez favorisé et poussé les djihadistes.

L’État Islamique recevra a temps,une multitude de jeeps Toyota en provenance des entrepôts de la CIA et du département d’état.

Rhodes dans un premier temps monologue au sujet de son livre et fait une “évaluation secondaire” de la politique sur la Syrie dans une tentative d’éluder la question, mais Hasan le ramène sur le cap à suivre en disant: “Allez enfin, vous coordonniez beaucoup de leurs armes.”

Les deux hommes argumentent sur l’accusation de Hasan de “pousser les djihadistes” dans la section suivante de l’entretien, à la fin de laquelle Rhodes lâche en traînant les pieds un “ouais…” tout en essayant de faire passer le blâme sur les alliés américains que sont la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite (de manière similaire sur ce que fit le vice-président Joe Biden dans un discours datant de 2014)

MH: Allez quoi, vous coordonniez beaucoup de leurs armes. Vous savez que les Etats-Unis étaient lourdement impliqués dans cette guerre ainsi que les Saoudiens, les Qataris et les Turcs.

BR: Et bien j’allais dire: la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar…

MH: Vous y étiez aussi…

BROuais, mais en fait une fois que cela eut dégénéré en une sorte de guerre civile sectaire ayant des parties combattant pour ce qu’elles percevaient être leur propre survie, je pense que nous, en la capacité de mettre fin à ce type de situation, et une partie de ce avec quoi j’ai lutté avec le livre, sont les limites de notre capacité de tirer un levier et de faire qu’une telle tuerie s’arrête une fois qu’elle est déclenchée.

A notre connaissance, il s’agit de la seule et unique fois qu’une organisation médiatique importante a directement demandé à un haut-conseiller en politique étrangère de l’administration Obama de reconnaître les longues années de soutien des djihadistes en Syrie par la Maison Blanche.

Bien que l’entretien fut publié vendredi dernier, son importance n’a pas été relevée ni commenté dans les médias le week-end dernier et ce peut-être de manière bien prévisible. Ce qui a circulé en revanche fut un article du magazine Newsweek se moquant des “théories du complot” entourant la montée rapide de l’EIIL/Daesh, incluant ceci:

“Le président Trump a peu fait pour dissiper le mythe d’un soutien direct américain à l’EIIL depuis qu’il a pris ses fonctions. Lors de sa campagne électorale en 2016, Trump affirma, sans donner aucune preuve, que le président Obama et la ministre des AE d’alors Hillary Clinton, avaient co-fondé le groupe et que l’EIIL “honore” l’ancien président.”

Bien sûr, la vérité est un peu plus nuancée que ça, alors que Trump lui-même, ailleurs, semblait le reconnaître, ce qui amena le président un peu plus tard à mettre un terme à l’assistance de la CIA et à son programme de changement de régime en Syrie à l’été 2017 tout en se plaignant à ses aides de la brutalité choquante des soi-disants “rebelles” entraînés par la CIA.

Dans le même temps, les médias ont été satisfaits de diffuser la fausse information que l’héritage du président Obama est “qu’il est resté en dehors de Syrie” tout en approuvant à un niveau négligeable quelques aides à de soi-disants “rebelles modérés” qui combattaient à la fois Assad et de manière supposée l’État Islamique. Rhodes avait lui-même tenté, dans des entretiens précédents,, de faire le portrait d’un sage Obama qui était “resté sur le touche en Syrie”.

Mais, comme nous l’avons fait remarqué à maintes reprises ces dernières années, ce narratif ignore et cherche même à blanchir ce qui est probablement le plus grand programme secret de la CIA de son histoire, commencé par Obama, qui a armé et financé une insurrection djihadiste dans le but de renverser Al Assad et qui a coûté au contribuable américain de l’ordre d’un milliard de dollars par an (1/15 du budget publiquement connu de la CIA, d’après les documents fuités par Edward Snowden et révélés par le Washington Post).

Saisies d’armes en Irak

Ceci ignore également le fait bien établi, documenté à la fois dans les rapport du renseignement américain et authentifié par les prises de vue sur les champs de batailles, que l’EIIL et l’Armée Syrienne Libre (ASL) ont combattu sous un commandement unifié géré par les Américains pendant les premières années de la guerre en Syrie et ce jusqu’à la fin 2013, chose qui a été confirmée par le professeur Joshua Landis, de l’université de l’Oklahoma, l’expert mondial sur la Syrie.

Le chef d’Al Nusra en Syrie: Abu Mohammed al Jolani

Troisième Guerre Mondiale en préparation: Idlib quand l’empire tremble…

 

 

Idlib, où Washington et ses alliés préparent un énième scénario chimique par Casques blancs interposés, risque de devenir le lieu de ce face-à-face. Pourquoi les États-Unis craignent-ils autant la reprise d’Idlib par l’armée syrienne ? Il y a d’abord la crainte de voir l’armée syrienne reprendre le contrôle de l’ultime point stratégique d’où les États-Unis pourraient harceler Damas.

Après tout, l’enclave d’Idlib est le dernier bastion des terroristes que l’État syrien s’apprête à libérer avant de revendiquer la victoire totale dans une guerre menée depuis sept ans contre son existence même. Idlib libérée, l’Amérique perdra l’un de ses derniers leviers de pression contre l’armée syrienne, une libération propre à ramener l’État syrien à l’état d’avant la guerre.

Ce qui veut dire au clair qu’après plus de sept ans de guerre et des milliards de dollars dépensés, les États-Unis devront déclarer forfait face à un Assad vainqueur. Cette perspective effraie les Américains, qui en sont désormais à concocter un scénario chimique à Idlib quitte à provoquer une riposte conjointe syro-russe.

La Russie ne plaisante pas, elle qui a déployé un bouclier maritime en Méditerranée au nord-ouest de la Syrie. Mais la crainte des Américains a un autre motif : Idlib libérée, l’armée syrienne aura toute la latitude nécessaire pour s’attaquer à al-Tanf, cette localité de la province de Deir ez-Zor où les Américains disposent d’une base militaire qui sert de centre de commande et de coordination pour leurs opérations de plus en plus sanglantes contre l’armée syrienne, la Résistance ou encore la Russie. C’est cette base qui abrite d’ailleurs les forces israéliennes, les mêmes qui ont tué des dizaines de combattants des Hachd al-Chaabi en juin dernier non loin d’Abou Kamal.

Le ministre syrien des Affaires étrangères a affirmé jeudi que personne n’avait convié les Américains et que ces derniers se trouvent en Syrie à titre de forces d’occupation. Cette position est également celle de la Russie, qui exige elle aussi le retrait US de l’ensemble du territoire syrien, fut-ce au prix d’une confrontation. Interviewé par Sputnik, l’analyste russe Andreï Ontikov rappelle que Damas est armé des missiles les plus sophistiqués et jouit de l’appui des officiers russes.

L’armée turque porte assistance aux rebelles près d’Idlib.

L’armée syrienne est parfaitement à même de contrer une offensive américaine, surtout que 25 navires russes sont déployés en Méditerranée et surveillent le moindre agissement ennemi. La bataille d’Idlib aura lieu que l’Amérique le veuille ou non. C’est une bataille où les ennemis d’Assad (États-Unis, Turquie, Israël, Arabie saoudite, etc.) jouent leur va-tout.

*Partagez nos articles mes ami(e)s!

 

Troisième Guerre mondiale en préparation:La Russie couvre la prochaine offensive syrienne finale avec bien plus que 25 navires de guerre

La force navale russe, seule, au large des côtes syriennes n’a aucune chance face à la marine américaine. C’est pourquoi la construction russe dans la région va bien au-delà de ces forces

Un très bon article d’Alastair Crooke sur la situation autour de la Syrie et des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres «démocraties» préparant encore un faux drapeau utilisant, quoi de neuf, des SOBs (Special Operations Battalion), une élite de ce qui se fait de pire comme rejetons d’Al-Qaeda et de Daech.

Crooke fait cette observation:

De toute évidence, la Russie prend cette menace sérieusement (elle a déployé 20 navires dans la Méditerranée, au large de la Syrie). Et l’Iran prend évidemment la menace au sérieux aussi. Le ministre iranien de la Défense a effectué dimanche une visite imprévue à Damas afin de préparerune réponse tripartite (Russie, Syrie et Iran) à toute attaque américaine en Syrie.

La Russie prend très au sérieux cette menace et positionne sa force opérationnelle navale sous la forme d’un écran en cas de salve probable des TLAM (Tomahawk Land Attack Missile) et, éventuellement, en fonction des circonstances dans lesquelles les transporteurs aériens lancent leurs propres munitions à distance.

De plus, les exercices navals russes au large de la Syrie ne sont pas que la démonstration d’une flotte navale avec une salve significative – en tant que telle, cette force aura des problèmes de survie face à un ou deux groupements tactiques de l’US Navy, qui sont nettement supérieurs. Mais voici la présence militaire réelle russe et il n’y a rien de secret à ce sujet.

  1. La force opérationnelle navale russe opère toujours sous un «parapluie» aérien important et hautement intégré avec des systèmes terrestres S-400 et S-300 en Syrie et un système d’alerte, qui comprend des moyens aérospatiaux, tels que des satellites et des capacités de reconnaissance A-50 faire partie de cela.
  2. Personne ne connaît le nombre exact de sous-marins dans la région, mais je suppose que les sous-marins russes sont représentés dans la région par plus que deux, même les meilleurs et les plus récents SSK de pr. 636.
  3. Enfin, les actifs au sol. La Russie a son propre « porte-avions » dans la région et s’appelle la base aérienne de Khmeimim. Je n’ai pas le nombre actuel de SU-27SM, SU-30SM et SU-35S disponibles, mais même le régiment (24 avions) de ces chasseurs est plus que suffisant pour atténuer un avantage qu’un seul porte-avions pourrait transporter. au cas où les cinglés à Washington décideraient de procéder à leurs frappes.
  4. Et last but not least- on peut essayer de suivre (bonne chance avec ça) les MiG-31K armés de Kinzhals et de TU-22 avec des X-32, qui, j’en suis sûr, ont toutes les données nécessaires et sont déjà en alerte immédiate de combat ( боевое дежурство), juste au cas où.

Et voici le point principal. Crooke demande:

Qui va cligner des yeux en premier? Netanyahou? Ou Trump pourra-t-il émerger de ses tribulations nationales, pour prendre note et dire «non»?

Les terroristes près d’Idlib,ont commencé a recycler les petites Jeep toyota fournies jadis par le gouvernement US.

A ce stade, tout cela est en effet réduit à la « relation » de Trump avec son « équipe » qu’il a d’ailleurs assemblé lui-même (cela en dit long sur lui, n’est-ce pas?); et cette « équipe » est une collection complète de néoconservateur, des casse-tête tels que Bolton  qui n’est qualifié pour aucune évaluation militaire ou politique, une fois que Mattis est exclu du processus de décision. Cela amène donc à la conclusion inévitable que Trump, en tant qu’individu, n’est pas digne d’une quelconque confiance. Fondamentalement, tout ce qu’il dit c’est du bidon. Comme Crooke et Lawrence Wilkersonpoint le disent, maintenant Trump est un atout complet aux mains des néocons. Une caractéristique déterminante des néocons est leur manque de connaissance de la situation et même de compétence militaire rudimentaire. Trump ne sait peut-être même pas que quelqu’un doit cligner des yeux et il n’a certainement aucun passé militaire (où est Jimmy Carter quand vous en avez besoin).

Alors, qu’est-ce qui reste? Je ne sais pas dans quelle mesure toute cette situation pourrait être qualifiée d’événement de type «Suez», mais c’est certainement l’un des nombreux événements démontrant un désordre complet au sein de la classe politique américaine en général et de l’administration Trump en particulier. Selon l’issue de cette « frappe », si elle ne dégénère pas en affrontement sérieux entre les forces russes et américaines, je pense que la Russie reconsidérera sa position et fournira les dernières S-300 aux forces armées syriennes. . Alors, qu’est-ce que ça va être Monsieur le Président Donald J. Trump – « Paix sur Terre », vous l’aviez si éloquemment demandé quand vous aviez besoin de votes électoraux en 2016, ou alors « une la Terre en lambeaux »?

MISE À JOUR: Un de nos participants, Evald, m’a gracieusement autorisé à utiliser ses excellents graphismes traitant des forces et des moyens russes en Syrie et dans les environs. Le terme clé dans tout cela est l’interaction (Vzaimodeistvie) des forces hétérogènes.

 

Sources:

Andrei Martyanov 

 

Russia Is Covering the Upcoming Syrian Final Offensive With Far More Than Just 25 Warships