Troisième Guerre mondiale en préparation:La Russie couvre la prochaine offensive syrienne finale avec bien plus que 25 navires de guerre

La force navale russe, seule, au large des côtes syriennes n’a aucune chance face à la marine américaine. C’est pourquoi la construction russe dans la région va bien au-delà de ces forces

Un très bon article d’Alastair Crooke sur la situation autour de la Syrie et des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres «démocraties» préparant encore un faux drapeau utilisant, quoi de neuf, des SOBs (Special Operations Battalion), une élite de ce qui se fait de pire comme rejetons d’Al-Qaeda et de Daech.

Crooke fait cette observation:

De toute évidence, la Russie prend cette menace sérieusement (elle a déployé 20 navires dans la Méditerranée, au large de la Syrie). Et l’Iran prend évidemment la menace au sérieux aussi. Le ministre iranien de la Défense a effectué dimanche une visite imprévue à Damas afin de préparerune réponse tripartite (Russie, Syrie et Iran) à toute attaque américaine en Syrie.

La Russie prend très au sérieux cette menace et positionne sa force opérationnelle navale sous la forme d’un écran en cas de salve probable des TLAM (Tomahawk Land Attack Missile) et, éventuellement, en fonction des circonstances dans lesquelles les transporteurs aériens lancent leurs propres munitions à distance.

De plus, les exercices navals russes au large de la Syrie ne sont pas que la démonstration d’une flotte navale avec une salve significative – en tant que telle, cette force aura des problèmes de survie face à un ou deux groupements tactiques de l’US Navy, qui sont nettement supérieurs. Mais voici la présence militaire réelle russe et il n’y a rien de secret à ce sujet.

  1. La force opérationnelle navale russe opère toujours sous un «parapluie» aérien important et hautement intégré avec des systèmes terrestres S-400 et S-300 en Syrie et un système d’alerte, qui comprend des moyens aérospatiaux, tels que des satellites et des capacités de reconnaissance A-50 faire partie de cela.
  2. Personne ne connaît le nombre exact de sous-marins dans la région, mais je suppose que les sous-marins russes sont représentés dans la région par plus que deux, même les meilleurs et les plus récents SSK de pr. 636.
  3. Enfin, les actifs au sol. La Russie a son propre « porte-avions » dans la région et s’appelle la base aérienne de Khmeimim. Je n’ai pas le nombre actuel de SU-27SM, SU-30SM et SU-35S disponibles, mais même le régiment (24 avions) de ces chasseurs est plus que suffisant pour atténuer un avantage qu’un seul porte-avions pourrait transporter. au cas où les cinglés à Washington décideraient de procéder à leurs frappes.
  4. Et last but not least- on peut essayer de suivre (bonne chance avec ça) les MiG-31K armés de Kinzhals et de TU-22 avec des X-32, qui, j’en suis sûr, ont toutes les données nécessaires et sont déjà en alerte immédiate de combat ( боевое дежурство), juste au cas où.

Et voici le point principal. Crooke demande:

Qui va cligner des yeux en premier? Netanyahou? Ou Trump pourra-t-il émerger de ses tribulations nationales, pour prendre note et dire «non»?

Les terroristes près d’Idlib,ont commencé a recycler les petites Jeep toyota fournies jadis par le gouvernement US.

A ce stade, tout cela est en effet réduit à la « relation » de Trump avec son « équipe » qu’il a d’ailleurs assemblé lui-même (cela en dit long sur lui, n’est-ce pas?); et cette « équipe » est une collection complète de néoconservateur, des casse-tête tels que Bolton  qui n’est qualifié pour aucune évaluation militaire ou politique, une fois que Mattis est exclu du processus de décision. Cela amène donc à la conclusion inévitable que Trump, en tant qu’individu, n’est pas digne d’une quelconque confiance. Fondamentalement, tout ce qu’il dit c’est du bidon. Comme Crooke et Lawrence Wilkersonpoint le disent, maintenant Trump est un atout complet aux mains des néocons. Une caractéristique déterminante des néocons est leur manque de connaissance de la situation et même de compétence militaire rudimentaire. Trump ne sait peut-être même pas que quelqu’un doit cligner des yeux et il n’a certainement aucun passé militaire (où est Jimmy Carter quand vous en avez besoin).

Alors, qu’est-ce qui reste? Je ne sais pas dans quelle mesure toute cette situation pourrait être qualifiée d’événement de type «Suez», mais c’est certainement l’un des nombreux événements démontrant un désordre complet au sein de la classe politique américaine en général et de l’administration Trump en particulier. Selon l’issue de cette « frappe », si elle ne dégénère pas en affrontement sérieux entre les forces russes et américaines, je pense que la Russie reconsidérera sa position et fournira les dernières S-300 aux forces armées syriennes. . Alors, qu’est-ce que ça va être Monsieur le Président Donald J. Trump – « Paix sur Terre », vous l’aviez si éloquemment demandé quand vous aviez besoin de votes électoraux en 2016, ou alors « une la Terre en lambeaux »?

MISE À JOUR: Un de nos participants, Evald, m’a gracieusement autorisé à utiliser ses excellents graphismes traitant des forces et des moyens russes en Syrie et dans les environs. Le terme clé dans tout cela est l’interaction (Vzaimodeistvie) des forces hétérogènes.

 

Sources:

Andrei Martyanov 

 

Russia Is Covering the Upcoming Syrian Final Offensive With Far More Than Just 25 Warships

Publicités

Une créature marine très poilue s’échoue au large du Kamtchatka

Un animal ou une plante? Les experts se grattent la tête en essayant d’identifier une créature à l’air étrange retrouvée sur une plage du Kamtchatka.

Une mystérieuse créature marine poilue s’est échouée sur une plage du Kamchatka, dans l’Extrême-Orient russe, déconcertant les habitants.

Les scientifiques tentent de déterminer l’origine de cette créature stupéfiante découverte sur la côte, ainsi que la cause de la mort de l’animal.

 

Selon Kam-Inform, le corps de cette créature marine a été découvert par des scientifiques russes sur la péninsule.

 

Des hackers russes ont piraté le réseau électrique américain !

Un groupe de pirates informatiques basé en Russie se serait introduit dans le réseau électrique américain l’an dernier. Selon les autorités américaines, les pirates auraient pu causer des black-out.

À l’heure où beaucoup d’aspects techniques de nos sociétés sont tous ou en partie automatisés, le danger des intrusions informatiques est devenu d’autant plus important. Parmi les nombreuses cibles figure le réseau électrique national américain, pris pour cible l’an dernier selon un article publié le 23 juillet 2018 dans le Wall Street Journal.

Selon le média américain – citant la sécurité intérieure américaine – des black-out auraient pu être provoqués par l’intrusion de hackers du groupe russe Dragonfly, également connu sous le nom de Energetic Bearde. Il s’agit par ailleurs d’un groupe de pirates soutenu par le gouvernement russe, qui était parvenu à paralyser le réseau électrique ukrainien en 2016. Le black-out avait à l’époque concerné pas moins de 15 millions de personnes (soit un tiers de la population), bien que celui-ci n’ait duré que quelques heures seulement.

Selon la sécurité intérieure américaine, les attaques de ce groupe russe sur le réseau électrique américain en 2016 et 2017 étaient arrivées à un point où des coupures de courant auraient pu être provoquées. Par ailleurs, les responsables n’excluent pas que la campagne de piratage soit toujours en cours. Cette situation fait suite aux accusations d’une douzaine de pirates russes en 2016, soupçonnés d’avoir lancé des cyberattaques sur le Parti démocrate américain juste avant les élections.

La sécurité informatique des dispositifs automatisés prend de plus en plus d’importance aujourd’hui. Ceci incite les sociétés spécialisées en cybersécurité à pointer les faiblesses de certains systèmes. Rappelons par exemple qu’en 2016, des experts ont très facilement piraté une station de traitement des eaux et que d’autres ont pu pirater un avion de ligne à distance en 2017 !

Source

 

 

 

 

Angela Merkel serait-elle en train de briser l’UE?

Loin d’être la sauveuse de l’Europe, la chancelière allemande la détruit progressivement, lit-on dans un article de Politico. Saura-t-elle gagner la bataille en défendant sa politique migratoire?

La chancelière allemande Angela Merkel n’est pas du tout une «sauveuse de l’Europe», comme elle est présentée par une partie des politiques occidentaux, affirme Politico.

La réponse d’Angela Merkel à la crise des réfugiés en Europe lui a valu dans le monde entier une réputation de «Jeanne d’Arc des temps modernes», de défenseur audacieux des idéaux occidentaux contre une attaque populiste. Mais en réalité, la destruction de l’Union européenne est la conséquence de sa politique migratoire, sans qu’elle ne prête attention, estime l’auteur de l’article.

«Au-delà des préoccupations nationales, de plus en plus d’anciens alliés de Merkel posent une question encore considérée comme sacrilège dans une grande partie de l’establishment allemand: déchire-t-elle l’Europe?», lit-on dans l’article. «Chère Angela Merkel, après presque 13 ans en tant que chancelière, la seule chose qu’il vous reste en Europe, c’est l’animosité, a déclaré Malte Pieper, correspondant de la radio allemande ARD, dans un commentaire. Toutes les réunions des derniers mois l’ont illustrée. Aidez-nous à arrêter définitivement l’Europe qui vire vers la division au lieu de l’unité! Faites place à la chancellerie à un successeur».

Cette déclaration a soulevé une vague de réactions à Berlin, note Politico. Les élites politiques allemandes nourrissent des craintes sérieuses: les institutions démocratiques allemandes ne sont pas aujourd’hui assez fortes pour préserver l’Europe, seule Angela Merkel le peut. La chancelière devrait donc l’emporter dans toutes les confrontations. Car personne ne veut être blâmé pour avoir «détruit l’Europe».

Mais si la crise de la zone euro avait «fissuré» le continent, le problème des réfugiés a laissé un «gouffre», selon le média. Car cette fois-ci, l’Allemagne n’offrait pas d’aide, mais elle en demandait. Et la réponse d’une grande partie du reste de l’Europe a été clairement «Non».

Même si Merkel «gagne la bataille» à Bruxelles, la guerre concernant sa politique migratoire, et par extension son avenir politique, continuera certainement de faire rage, conclut l’auteur.

Le quotidien allemand Bild a publié un article consacré à la récente rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et Vladimir Poutine qui s’est déroulée dans la résidence du Président russe à Sotchi.

Selon l’auteur de l’article, le dirigeant russe «a clairement montré à Mme Merkel qui est le maître non seulement dans la résidence présidentielle mais aussi sur la scène internationale».

Ainsi, le média rappelle que la veille de la rencontre avec la chancelière allemande, Vladimir Poutine avait rencontré le dirigeant syrien Bachar el-Assad, accusé par Angela Merkel de «massacres de masse».

Précédemment, M. Poutine avait inauguré le pont de Crimée reliant la Russie continentale à la Crimée, ce qui avait été critiqué par le gouvernement allemand, poursuit l’auteur.

Malgré tout cela, quatre semaines avant le Mondial 2018, Angela Merkel «reste assise chez Poutine à Sotchi».

«L’hôte du Kremlin pourrait difficilement être encore plus satisfait», résume le quotidien.

En déplacement en Russie, Angela Merkel a été accueillie dans la résidence du Président russe à Sotchi. Il s’agit de la première rencontre entre le chef de l’État russe et la chancelière allemande depuis que ceux-ci ont entamé leur quatrième mandat.

À l’issue de cette rencontre, Vladimir Poutine a affirmé que la conversation avec Mme Merkel avait été riche et opportune tandis que la chancelière allemande a souligné que les bonnes relations avec Moscou font partie des intérêts stratégiques allemands.


EN COMPLÉMENT…ET EN CONCLUSION

«Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a estimé Angela Merkel, appelant les pays d’Europe à «prendre leur destin en main».

La chancelière allemande a estimé jeudi que l’Europe ne pouvait plus compter sur les États-Unis pour la «protéger» en toute circonstance.

«Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a déclaré Angela Merkel lors d’une cérémonie en présence d’Emmanuel Macron.

«L’Europe doit prendre son destin en main elle-même, c’est notre défi pour l’avenir», a-t-elle ajouté.

Les propos d’Angela Merkel font écho à la récente déclaration du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a indiqué que les États-Unis, comme acteur international, ont perdu leur vigueur, et à cause de cela, leur influence à long terme».

Donald Trump a annoncé,en mai 2018, qu’il retirait son pays de l’accord signé à Vienne en juillet 2015, provoquant une vive réaction parmi ses alliés européens.

Washington a promis de rétablir l’intégralité des sanctions levées, mais a aussi annoncé la mise en place de sanctions encore plus sévères.

En fait,les états unis utilisent l’Europe pour se protéger, contre les guerres qu’ils ont provoqué.

Je ne crois pas un seul instant aux déclarations de la paysanne Merkel et encore moins celle de Trump .La doctrine des néocabalistes américains qui s’inspire de celle de Paul Wolfowitz et de Zbigniew Brzeziński est justement d’éviter que les casques à pointes décident de faire cavaliers seuls et surtout qu’ils opèrent un rapprochement avec la Russie.

L’Euro était un rampart à la dédolarisation. Or, l’Euro et le Dollar, tout comme la Livre Sterling et le Yen, vont tous connaitre un réajustement monétaire qui va  faire passer les pays riches d’Europe … à pays tout juste développés. L’empire américano sioniste s’effondre, uniquement parce que ces gens sont des irresponsables et des criminels compulsifs qui ne vivent jamais que du pillage, du mensonge, de la tromperie et du non respect des règles qu’ils imposent pourtant à tous les autres pays de la Terre. Le seul moyen de nous en sortir, c’est de se retrousser les manches, et de profiter de la mise à niveau de tous les pays que l’on pillait jusqu’à maintenant. Et les USA n’en profiteront probablement jamais…parce qu’ils devront affronter la pire crise économique de l’histoire humaine quand ils devront réhausser le plafond ,déjà trop haut,de leur dette nationale !

L’instant décisif  pour lancer la Seconde Révolution américaine est arrivé!

 

Sources diverses dont : SpoutnikNews,Politico,Bild,etc

 

Ré-écrire l’histoire:1941, Les Ukrainiens accueillent les troupes allemandes à la lumière des atrocités soviétiques (VIDEO)

Les Ukrainiens accueillent les troupes allemandes comme des libérateurs de la tyrannie soviétique.

 

Les habitants de Lvov ou de Lemberg, en Ukraine occidentale, accueillent les soldats qui entrent dans la ville. Les massacres de masse viennent à la lumière. Juste avant de fuir la ville, la police soviétique a utilisé des haches, des couteaux et des armes à feu pour tuer de nombreux Ukrainiens dans les locaux de la police du GPU. Les corps des victimes sont transportés depuis le bâtiment GPU et disposés pour identification. Des civils enragés se rassemblent pour se venger de ceux qui ont soutenu les Soviétiques.

Les Ukrainiens applaudissent lorsqu’une statue de Staline est détruite et qu’une affiche de propagande soviétique est détruite. Ce reportage est extrait de l’hebdomadaire allemand « Die Deutsche Wochenschau », n ° 566 du 9 juillet 1941. La narration en allemand. Durée: 3:54 mins

 

 

Voici pourquoi le FBI veut que vous redémarriez votre routeur

Le FBI demande à tous les propriétaires d’un routeur de le redémarrer pour tenter de stopper une attaque informatique en provenance de la Russie.

Dans une annonce publiée le 25 mai, le service de police fédéral américain prévient qu’un logiciel malveillant appelé VPNFilter a infecté de nombreux routeurs, tant dans les maisons que dans les milieux de travail.

Selon le FBI, VPNFilter serait capable d’intercepter des informations qui transitent sur le réseau auquel le routeur est connecté, de bloquer le réseau et même de prendre le contrôle de certains appareils

L’attaque serait liée à Sofacy, un groupe russe qui vise notamment des gouvernements et des organisations militaires, selon le département de la Justice des États-Unis .

Le New York Times indique que Sofacy est soupçonné d’être dirigé par l’agence de renseignement militaire russe par des agences gouvernementales américaines et européennes. Les mêmes agences estiment que Sofacy serait à l’origine du piratage du parti démocrate américain , survenu avant l’élection présidentielle de 2016.

Comment se défendre contre VPNFilter?

Peu de temps après la découverte de VPNFilter, le FBI et le département de la Justice américain ont saisi le domaine utilisé par Sofacy pour contrôler le réseau d’appareils infectés.

Cela signifie qu’un simple redémarrage des routeurs touchés devrait suffire à neutraliser le logiciel malveillant.

Pour redémarrer votre routeur, débranchez le fil d’alimentation électrique de l’appareil pendant une minute, puis rebranchez-le. C’est tout!

Si vous désirez sécuriser votre réseau davantage, il est fortement recommandé de vous assurer que le logiciel embarqué de votre routeur est à jour. Pour ce faire, rendez-vous sur le site du fabricant de votre appareil, trouvez la page de votre modèle et suivez les instructions pour faire la mise à jour.

La dernière étape, qui est d’une importance capitale, est de modifier le nom d’utilisateur et le mot de passe utilisés pour contrôler votre routeur. Les identifiants par défaut sont en effet faciles à trouver sur Internet et laissent donc votre appareil vulnérable à une attaque. Les informations pour changer les identifiants devraient aussi se trouver sur le site du fabricant de votre routeur.

« Guerre des clics » (en référence à la Blitzkrieg allemande lors de la seconde guerre mondiale) « Lancement d’attaque sur les serveurs estoniens » Dessin de presse paru dans le Herald Tribune, quotidien américain en mai  Pourquoi l’Estonie accuse l’Etat russe d’être à l’origine de cette cyber attaque? Celle-ci est-elle une illustration de relations particulièrement tendues entre les deux pays?

Submergée de déchets, Moscou étouffe

La Russie produit près de 70 millions de tonnes de déchets par an, selon les estimations de l’organisation écologiste Greenpeace. Le tri sélectif n’existe que dans une centaine de villes russes et la plupart des déchets s’accumulent depuis des décennies dans des décharges de plus en plus polluantes.

 

 

Moscou étouffe. Les déchets qui s’accumulent dans les décharges, avec leurs odeurs incommodantes et leurs rejets toxiques, insupportent les habitants de la périphérie de la capitale russe. Et l’incinération, solution brandie par les autorités, est loin de satisfaire tout le monde. Selon Greenpeace, au cours des dix dernières années, le volume des déchets en Russie a augmenté de 30%. Seuls 2% de ces déchets sont incinérés et 7% recyclés, tandis que le reste est stocké dans les décharges.

 

«La Russie semble réaliser la prédiction du physicien Niels Bohr selon laquelle l’humanité mourra en étouffant sous ses propres déchets», ironise un responsable de Greenpeace-Russie, Alexeï Kisseliov. Dans les environs de Moscou, 24 décharges ont été fermées au cours des cinq dernières années parce qu’elles avaient atteint les dimensions maximales, tandis que 15 autres – d’énormes montagnes puantes à ciel ouvert – continuent à recevoir de nouvelles masses de déchets polluants non triés. «La plupart ont été créées il y a 50 ans, sans aucune technologie de traitement du gaz et des eaux usées» qui en découlent, reconnaît le ministère local de l’Écologie.

Des enfants empoisonnés

Ce problème a fait irruption dans le débat public il y a un an, lorsque les habitants de Balachikha, une ville à six kilomètres à l’ouest de Moscou, étouffant sous les odeurs d’une décharge avoisinante, ont demandé sa fermeture au président Vladimir Poutine lors d’une cession de questions-réponses à la télévision. A cette date, la situation demeure inchangée.

Fin mars, une cinquantaine d’enfants ont dû recevoir une assistance médicale à Volokolamsk, au nord-ouest de Moscou, après avoir été intoxiqués par un gaz émanant d’une décharge proche. Des milliers d’habitants ont alors manifesté, un fait rare en Russie, pour réclamer sa fermeture. Le mouvement de révolte s’est étendu à d’autres villes, parfois avec une virulence très rare dans une Russie où toute protestation est accueillie avec fermeté par le pouvoir. La Russie s’est alors esnuite adressée aux Pays-Bas en demandant de lui fournir un système pour neutraliser les gaz toxiques, faute de technologie russe efficace dans ce domaine. Selon les experts, près de 11 millions de tonnes de déchets s’accumulent chaque année rien que dans les alentours de Moscou, soit 16% de tous les déchets du pays. «Le plus grave, c’est que personne ne fait attention au problème tant qu’il n’y a pas une émission de gaz, une fuite d’eau polluée ou un incendie dans une décharge», déplore M. Kisseliov.

Face à cette catastrophe écologique, le gouvernement russe a promis de construire cinq usines d’incinération des déchets: quatre dans la région de Moscou et une à Kazan, sur la Volga. Les deux premières usines, en mesure d’incinérer 700.000 tonnes de déchets par an et de produire chacune 70 mégawatts d’électricité, doivent être terminées en 2021 à Voskressensk, dans le sud-est de Moscou, et à Naro-Fominsk, dans le Nord-Est. «L’objectif, c’est de mettre fin au stockage des déchets dans les décharges», explique Andreï Chipelov, directeur de la société RT-Invest qui développe le projet.

Incinérer ou recycler?

Les travaux doivent débuter dans les prochaines semaines, mais la population locale a multiplié les actions de protestation, craignant un impact négatif sur l’environnement. «Nous voulons des usines de recyclage et non des usines d’incinération», s’insurge une habitante de Naro-Fominsk, Marina Melnikova. Comme d’autres habitants de sa ville, qui ont réuni 4000 signatures contre le projet transmises au président Poutine, Marina avoue craindre la pollution par les dioxines cancérogènes qui pourraient émaner des rejets de l’usine. «Il faut bien résoudre le problème des déchets. Mais pourquoi commencer par le dernier maillon de la chaîne? Où sont le recyclage et le tri?», s’interroge un militant communiste, Igor Vavilov.

Le 14 avril, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de la région de Moscou pour réclamer la fermeture et la réhabilitation des décharges. Plusieurs milliers de manifestants ont aussi dénoncé la construction des incinérateurs. M. Chipelov, le directeur du projet, rejette ces accusations, assurant qu’il s’agit «des technologies les plus sophistiquées» développées par le groupe suisso-japonais Hitachi Zosen Inova, qui a déjà construit 500 incinérateurs dans différents pays, soit un tiers de toutes les usines de ce type dans le monde. «Ces usines ne sont absolument pas dangereuses. Ni les dioxines, ni d’autres éléments dangereux n’émaneront de l’usine», promet M. Chipelov. «Les hautes températures permettront de détruire les dioxines les plus dangereuses dans le réacteur», affirme-t-il.

Les écologistes sont pour leur part convaincus que le développement de l’incinération n’est pas la meilleure solution en Russie, comme l’explique M. Kisseliov: «À quoi bon créer une nouvelle source de pollution, alors que nous pouvons résoudre le problème avec des usines de retraitement?»

 

 

 

 

 

Mystère en Arctique : ces rennes tournent en rond et personne ne sait pourquoi

Une incroyable vidéo tournée dans le nord-ouest de la Russie et publiée par un chercheur local laisse songeur. On y voit des troupeaux de rennes tourner en rond sans s’arrêter, une véritable course circulaire sans fin dont personne n’a encore trouvé la véritable raison.

 

Le 1er mai 2018, le chercheur Andrei Golovnev, par ailleurs directeur du musée d’ethnographie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie (Kunstkamera), a publié une vidéo surprenante sur sa page Facebook. Les images obtenues par un drone fin avril ont été tournées dans la péninsule de Kola, située dans l’extrême nord-ouest de la Russie.

 

Il est possible de voir sur ces images trois troupeaux de rennes tournant littéralement en rond à toute vitesse dans leur enclos. À défaut de donner une explication à ce phénomène, Andrei Golovnev a commenté la vidéo d’une façon non moins étonnante : « Un de mes amis dit que les combats et les tourbillons sont un chemin vers une réalité différente. »

Le fait est que ce phénomène reste toujours un épais mystère, puisque personne n’a donné d’explication jugée acceptable. Les images ont également été relayées sur le site officiel du musée de la Kunstkamera, et les internautes y sont allés de leur commentaire alors que certains évoquent des théories plus ou moins folles.

En effet, certains internautes pensent à des « cercles aliens » ou à « l’impact du champ magnétique de la Terre » puisque les animaux vivent près du Pôle Nord. D’autres personnes ont avancé des explications plus terre à terre. Il pourrait s’agir d’une technique de défense afin de protéger les individus les plus faibles contenus au centre du cercle, ou encore une manière de générer de la chaleur afin de résister au froid polaire. En revanche aucune de ces explications n’a été validée par un quelconque organisme scientifique, mais il ne serait pas surprenant que la question intéresse réellement quelques chercheurs.

 

 

 

 

 

 

Ré-écrire l’histoire: Fritz Kristen le « héro nazi » banni des livres d’histoire

 

 

Les choses ont commencé à changer en 1933 lorsque le Parti national-socialiste allemand des travailleurs a pris le pouvoir. Au fur et à mesure que l’économie allemande s’améliorait, sa famille en récolta les fruits et, oubliant leur humiliation, tomba amoureuse du national-socialisme. Déterminé à faire sa part, Christen a rejoint les Jeunesses hitlériennes avant que cela devienne obligatoire.

Après le lycée, il a rejoint le Waffen-Schutzstaffel (Armed SS); l’aile militaire du NSDAP. Christen s’est qualifié pour la 3e Panzer Division SS Totenkopf. Ils étaient une force de combat choisie parmi les SS-Totenkopfverbände qui travaillaient comme gardes du camp de concentration.

Puis, le 22 juin 1941, l’opération Barbarossa a commencé; l’invasion de l’Union soviétique.

Trois millions de soldats allemands, soutenus par environ 650 000 soldats de Finlande et de Roumanie, ont franchi la frontière soviétique dans 134 divisions sur trois fronts. L’Italie, la Croatie, la Slovaquie et la Hongrie ont également envoyé des forces dans un assaut qui s’étendait de la mer Baltique au nord à la mer Noire au sud.

Bien que les Soviétiques aient attendu une invasion, ils ont été pris par surprise. À la mi-septembre, l’unité de Christen se trouvait dans le district de Demyansk à Novgorod, en Oblast, en Russie. Près de 300 miles au nord-ouest de Moscou.

Le 21 septembre, les services de renseignements allemands ont annoncé qu’une offensive soviétique majeure se dirigeait vers eux. Les forces soviétiques avaient sondé le Totenkopf avec des tentatives d’attaque qui devenaient plus vicieuses. L’unité de Christen s’enfonça dans les bois à l’extérieur du village de Lushno, préparant leur tour.

Il est arrivé dans la matinée du 24 septembre. Christen était en charge d’un canon antichar de 50 mm situé sur le bord de la forêt au nord de Lushno, gardant une clairière à l’est. Il a plus tard prétendu que le froid inquiétait davantage les soldats que les Soviétiques avançant, et ils étaient sûrs d’une victoire rapide.

À l’aube, leur confiance a chuté lorsqu’ils ont vu les forces russes qui approchaient. Une ligne de chars moyens soviétiques T-34-85 roulait leur chemin. Derrière eux, suivait une grande force d’infanterie pour ramasser ce que les chars n’avaient pas pu desccendre.

Avant que le soleil se soit pleinement levé, les chars soviétiques ont commencé leur barrage. Avec seulement des arbres et des abris pour les protéger, le groupe de Christen était assis comme des canards. Ce que les chars n’ont pas pulvérisé, c’est l’infanterie.

Kristen a tiré avec son canon anti-char tandis que des hommes tombaient autour de lui. Il avait détruit cinq ou six chars quand une accalmie se fit dans les combats. Cependant, les Soviétiques ne reculaient pas; ils se regroupaient.

Kristen a appelé les noms des soldats, mais il n’y a pas eu de réponse. Tout le monde était mort ou grièvement blessé. Il était le seul à se battre.

Comme les Soviétiques ne l’attaquaient pas, le seul Allemand disponible commença désespérément à creuser une tranchée autour de son arme antichar. Il se demanda vaguement pourquoi personne n’était là pour  prendre des photos.

Le modèle de canon antichar que devait manœuvrer Fritz Kristen

Quand le soir est tombé, l’attaque a repris. Les arbres se sont brisés autour de lui. Des fragments de bois et de métal ont déchiré la chair de ses camarades blessés. Kristen a étreint le sol. Quand le tir s’est finalement arrêté, il a poussé un soupir de soulagement. Puis il entendit le bruit de nombreuses bottes qui se dirigeaient vers lui. C’était l’infanterie soviétique.

L’ancien des Jeunesses  Hitlériennes  a ouvert le feu. À sa grande surprise, ils se retirèrent – pensant probablement qu’il n’était pas seul. Quand la nuit tomba, il s’attendait à une nouvelle attaque, mais aucune ne vint. Il a utilisé le temps pour chercher des munitions et l’a ramassé dans sa tranchée.

Il a cherché de la nourriture et de l’eau mais n’ a rien  trouvé . Il a essayé de dormir mais le feu sporadique tout au long de la nuit l’a forcé à riposter.

Avant l’aube, les Soviétiques ont attaqué avec un barrage de plusieurs chars. Il a réagi en détruisant sept chars, forçant les autres à battre en retraite. Resté seul pour le reste de la journée, il chercha encore de la nourriture ou de l’eau mais en vain.

Les tirs ont recommencé ce soir-là. Christen a couru d’avant en arrière à travers sa ligne,tout en  manœuvrant différentes armes. À un moment donné, il a partiellement démantelé son canon anti-char, l’a traîné sur plusieurs mètres, l’a étayé avec une bille, puis a tiré sur les chars entrants. Il l’a gardé tout le jour suivant, malgré sa faim et sa soif, aggravées par le froid.

Le 27 septembre, Kristen savait qu’il ne pouvait pas tenir le coup. Ses munitions étaient finies. Il ne lui restait plus qu’un pistolet pris sur le cadavre de son officier. Le matin s’est allongé, mais il n’y a pas eu d’attaque. Cela a changé à midi.

Une force beaucoup plus grande se dirigeait vers lui, alors Christen se prépara. Il se demanda s’il devrait sauver la dernière balle pour lui-même. Puis il a entendu les soldats parler. Ils étaient allemands!

Malgré l’absence de nourriture et d’eau pendant près de trois jours, il a tué plus de 100 soldats et détruit 13 chars, à lui ,tout seul.

Il fut le premier SS avec un grade de simple soldat (SS-Sturmann) à obtenir la Croix de Chevalier de la Croix de Fer personnellement de son Führer Adolf Hitler le 20 octobre 1941.

Fritz Kristen en compagnie du Führer Adolph Hitler lors de la remise de sa croix de Fer.
Fritz Christen est né le 29 juin 1921 à Wredenhagen en Allemagne. En raison des difficultés qui ont suivi la perte de l’Allemagne dans la Première Guerre mondiale et les effets de la Grande Dépression, sa famille a souffert.

Il a survécu à la guerre et a vécu jusqu’au 23 Septembre 1995. Sa tombe est à Neusorg, Oberpfalz, en Allemagne.

 

Aidez-nous en partageant cet article  car votre serviteur est censure par certains médias.

Aidez-nous en souscrivant même $1 ou 1 euro pour nous permettre d’améliorer le site…et le faire vivre longtemps après ma mort!


Participez avez nous au développement du site

Aidez nous à développer davantage notre recherche et notre futur projet d’exploration des bases secr`tes allemandes en Antartique!

Nous prévoyons investir davantage sur notre site web...Nous prévoyons voyager plus afin de rencontrer des personnes qui sont au coeur de l'actualité et nous avons commencer des travaux sur le développement d'une fondation dont le but sera d'aller explorer les bases secrètes allemandes abandonnées en Antartique. Vous pouvez donner la somme que vous voulez à partir de $1 canadien. Merci de penser à votre futur collectif!

C$1,00

Ré-écrire l’histoire: Vidéo d’archive montrant l’accueil des troupes allemandes en Union Soviétique en 1941

Alors que les forces allemandes pénétraient dans l’Union soviétique en 1941, beaucoup de gens accueillaient les troupes comme des libérateurs de la tyrannie bolchevique.

L’accueil a été particulièrement chaleureux dans les pays baltes, l’ouest de la Biélorussie et l’ouest de l’Ukraine. Comme le montre cette vidéo de quatre minutes (pas de narration), des personnes reconnaissantes expriment leur gratitude pour les troupes qui ont libéré de la dure domination soviétique et ont rétabli les anciens droits. Les soldats allemands, ainsi que les troupes des nations alliées de l’Allemagne, aidaient souvent les habitants à réparer les maisons et les bâtiments, à réparer les infrastructures endommagées et à rouvrir les églises que les bolcheviks avaient fermées ou détruites.