Un étrange objet, peut-être interstellaire, traverse le système solaire actuellement

Une petite comète ou astéroïde susceptible d’être étrangère au système solaire a été aperçue le traversant par des scientifiques à la recherche du premier visiteur interstellaire observé depuis la Terre.

Le mystérieux objet, identifié pour le moment sous le nom de A/2017 U1, a été découvert ce mois-ci par un chercheur de l’Université de Hawaï doté d’un système perfectionné de télescopes pour scruter l’univers à la recherche de tels phénomènes.

Depuis des siècles, les astronomes ont observé les allées et venues de centaines de comètes, chacune d’entre elle en provenance d’un point du système solaire. Mais mi-octobre, un corps céleste mystérieux, découvert grâce au télescope Pan-STARRS 1, basé à Hawaï, semble provenir de beaucoup plus loin. 

« Nous attendions ce jour depuis des décennies », a déclaré Paul Chodas, directeur du centre d’études des objets proches de la Terre de la Nasa, à Pasadena, en Californie.

« Des théories conçoivent depuis longtemps l’existence de tels objets — des astéroïdes ou des comètes se déplaçant entre les étoiles et passant à l’occasion par notre système solaire, mais c’est la première détection du type », a-t-il ajouté.

L’amas, d’un diamètre de 400 mètres, a été rapidement repéré par les scientifiques en raison de sa trajectoire inhabituelle.

En provenance de la constellation de la Lyre, au dessus de l’orbite elliptique suivie par les planètes et les astéroïdes gravitant autour du soleil, l’objet est passé le 2 septembre sous ce plan elliptique, juste à côté de l’orbite de Mercure, avant d’opérer un virage serré, happé par la gravité du soleil.

Il s’est approché le 14 octobre à environ 24 millions de kilomètres de la Terre.

« Il se déplace extrêmement rapidement et sur une trajectoire telle, que nous sommes en mesure de dire avec assurance que cet objet est en passe de sortir du système solaire pour ne plus y revenir », a déclaré Davide Farnocchian, membre du même laboratoire de la Nasa à Pasadena.

Les astronomes suivent attentivement la traversée de A/2017 sur leurs télescopes dans l’espoir d’utiliser les données enregistrées pour confirmer son origine interstellaire et tenter d’élucider sa composition.

Si l’objet est formellement identifié comme le premier élément venu d’autres étoiles détecté depuis la Terre, une nouvelle nomenclature devra être convoquée pour le nommer par l’Union astronomique internationale (UAI), soulignaient les scientifiques.

 

L’astéroïde découvert il y a quelques jours fonce à travers le système solaire sur une orbite hyperbolique, c’est à dire ouverte : il pourrait provenir de l’étoile Véga de la Lyre.

 

Si cette découverte se confirme, ce serait une première dans l’histoire de l’astronomie et une bouleversante observation… Les spécialistes du Minor Planet Center soupçonnent que l’astéroïde A/2017 U1, découvert le 18 octobre dernier à l’observatoire de Haleakala, dans l’île hawaïenne de Maui, avec le télescope Pan-Starrs, vient… d’une autre étoile !

Depuis des années, les astronomes supposent que, de loin en loin, une comète ou un astéroïde formé dans un autre système planétaire que le notre pourrait traverser le système solaire, voire s’y installer, happé par la formidable attraction de notre étoile et de ses planètes géantes. Seulement voilà, personne n’a jamais vu un tel astre « interstellaire » chez nous, et A/2017 U1 serait donc le tout premier objet « extrasolaire » jamais vu par l’humanité d’aussi près.

D’après les observations et le calcul de l’orbite supposée du petit corps mesurant moins de 200 mètres de diamètre, l’astéroïde est passé au plus près du Soleil le 9 septembre, à une distance de 38 millions de kilomètres, et il fonce actuellement à travers le système solaire à 25 kilomètres par seconde sur une orbite de libération, qui devrait l’éloigner à jamais de notre étoile…

A ce rythme, le petit astéroïde interstellaire devrait croiser l’orbite de Jupiter dans moins d’un an, celle de Saturne dans deux ans, rattraper les sondes Voyager dans une dizaine d’années, et échapper définitivement à l’attraction du Soleil dans dix mille ans…

Les spécialistes de mécanique céleste du Minor Planet Center demandent des observations urgentes de l’astéroïde A/2017 U1, pour affiner son orbite et confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un objet extrasolaire. Des observations d’autant plus pressées que l’astre, minuscule, sera bientôt hors de portée des plus grands télescopes… Le Very Large Telescope européen a déjà permis d’estimer la taille de l’objet – moins de 200 mètres, probablement – et son statut d’astéroïde plutôt que de comète.

Mais s’il se confirme, comme cela semble être le cas, que l’astéroïde A/2017 U1 vient bien « d’ailleurs », d’où vient-il ? Apparemment, de la constellation de la Lyre, où brille la belle Véga, une étoile justement entourée d’un disque de poussières où existent probablement en grand nombre comètes et astéroïdes. Si le petit corps rocheux qui file actuellement dans le système solaire provient bien de Véga, alors son voyage dans la Galaxie aura duré près de trois cent mille ans…

Connaîtrons nous un jour avec certitude l’origine du mystérieux petit corps ? Pas sûr, le temps presse pour l’étudier, à chaque jour qui passe il s’éloigne de nous de plus de deux millions de kilomètres.

Bientôt, le vagabond interstellaire va plonger dans l’océan obscur et sans mémoire de l’espace, avant d’être éclairé de nouveau, dans quelques centaines de milliers d’années, par une autre étoile croisée en chemin…

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s