Poésie:Miroir du Temps

 

 

Passons derrière le miroir,

Traversons la ligne de notre histoire.

Découvrons nous simplement,

Aimons nous tendrement.

Le temps passe si vite

Qu’on ne l’évite.

N’ayons plus aucuns doute

Poursuivons notre route

À travers ce miroir,

Par delà l’histoire.

C’était hier,

Soyons en fiers,

De nos aïeux

Venus des cieux!

Comme Jimmy Guieu,

Attendons sans pardon

Le Retour des Dieux

Nous libérer de cette prison!

À Guy Tarade,

J’offre cette tirade:

Une fleur chaque jour

Est preuve d’amour

Que l’on voit s’ouvrir

Sans la cueillir!

Et pour finir

Dans notre délire,

Nous croyons sans fin

Voler le butin

De la nature mourante

De notre futur d’épouvante!

Meurent sur Terre,

Humains mercenaires!

Après Grande Extinction

De toute vie…sans illusion!

Meurent sur Terre

Banquiers sanguinaires

Créateurs des guerres

Voleurs des terres!

Meurent sur Terre

Chefs des pays,

Menteurs infinis

De fausses pandémies!

À ceux du miroir

Qui gardent l’espoir

Fuyez ces Enfers

Devenez Peuples de l’Univers

Libérés des Frontières

D’un monde éphémère!

par Michel Duchaine

Publicités

La vidéo-conférence de la semaine:L’avenir de la vie sur Terre par Hubert Reeves

 

 

 

 

Cette conférence a été donnée par Hubert Reeves, astrophysicien président de l’association Humanité et Biodiversité, pour la MAIF le 4 décembre 2014 à Lille. « Après avoir discuté des racines lointaines de la situation de la crise écologique dans laquelle nous sommes plongés aujourd’hui, je vais décrire les menaces qui pèsent sur notre avenir et envisager les voies qui s’offrent à nous pour nous en sortir. » Hubert Reeves

 

 

 

 

 

Sensationnelle découverte d’une planète jumelle de la Terre et autres nouvelles du ciel

Vue d’artiste de l’exoplanète Kepler-1649c avec vue sur son étoile, une naine rouge.

 

Cette semaine, on découvre une rare planète potentiellement habitable à peine plus grande que la Terre, trois astronautes dont une recordwoman retrouvent la terre ferme, la Nasa ressort son vieux logo rouge pour fêter son retour aux vols habités, et une vue de la «bille bleue» par BepiColombo, qui nous a survolés la semaine dernière.

Une jumelle de la Terre dans les archives de Kepler

Une nouvelle cousine pour la Terre ! En réanalysant des données enregistrées par le télescope spatial Kepler, à la retraite depuis deux ans, une équipe d’astrophysiciens a trouvé la trace d’une exoplanète passée inaperçue jusqu’ici. Toutes les observations de Kepler sont pourtant scannées par un algorithme, chargé de détecter des signaux inhabituels dans la luminosité des étoiles : quand elle faiblit légèrement de façon régulière, c’est sans doute qu’une planète lui passe devant. On appelle cela la méthode des transits – redoutable pour découvrir des exoplanètes à la pelle. Mais l’algorithme avait manqué cette planète-là, raconte la Nasa, et il a fallu un deuxième épluchage humain des données pour corriger l’oubli.

Taille comparée de la Terre et de Kepler-1649c, exoplanète 1,06 fois plus grosse.

 

Et à côté de quoi on a failli passer ! Kepler-1649c – de son petit nom – fait 1,06 fois la taille de la Terre. Une jumelle presque parfaite. Et elle orbite dans la zone habitable de son étoile, là où la température permet la présence d’eau liquide, ce qui en fait une exoplanète vraiment exceptionnelle. Sur les 4 100 planètes extrasolaires qu’on connaît à ce jour, seule une vingtaine sont à la fois de taille terrestre et potentiellement habitables. Nos meilleures candidates pour y chercher des traces de vie extraterrestre. En janvier, TOI 700d avait rejoint cette liste de happy few.

Située à 300 années-lumière de nous, Kepler-1649c reçoit 75% de la quantité de lumière que la Terre reçoit du Soleil. C’est assez semblable, et les températures en surface de la planète sont peut-être proches des nôtres. En revanche, l’exoplanète orbite autour d’une naine rouge, un type de petite étoile connu pour être parfois éruptive, et donc dangereuse pour son environnement… et hostile au développement de la vie.

Retour sur Terre en pleine crise sanitaire

Les astronautes se sentiront peut-être comme dans Good Bye Lenin ces prochains jours : parachutés (au sens propre !) dans un monde à la fois familier et très différent de ce qu’il était il y a six mois, la dernière qu’ils y ont vécu. Jessica Meir, Andrew Morgan et Oleg Skripochka ont atterri ce vendredi matin dans les plaines du Kazakhstan, redescendus de l’ISS où ils séjournaient depuis septembre – et même juillet pour Andrew Morgan.

Atterrissage de l’expédition 62 de l’ISS au Kazakhstan, le 17 avril 2020.

 

Les photos de l’atterrissage les montrent souriants sur les fauteuils où on les assied tout de suite, incapables de marcher car écrasés par le retour à la gravité, dans un comité d’accueil tout en masques chirurgicaux. Sur l’ISS, les astronautes ont entre autres mené des expériences sur les fluides humains et le fonctionnement du cœur en microgravité, la mécanique des gouttes d’eau, et amélioré un spectromètre chargé de chercher l’hypothétique matière noire.

L’Américaine Jessica Meir est entrée dans les livres d’histoire spatiale en participant, le 18 octobre 2019, à la toute première sortie dans l’espace 100% féminine. Elle accompagnait sa collègue de la Nasa Christina Koch pour remplacer des batteries en panne.

Coucou la Terre, ici Bepi !

Vendredi dernier (10 avril) était un grand jour pour BepiColombo, la sonde euro-japonaise qui file vers Mercure pour l’étudier en détail. Lancée en octobre 2018, elle a suivi la Terre dans son orbite autour du Soleil pendant un an et demi et doit maintenant infléchir sa course vers l’intérieur du système solaire pour se rapprocher de sa cible. Pour entamer son virage, elle a profité de l’«assistance gravitationnelle» de la Terre en frôlant notre planète. BepiColombo nous a survolés à 12 700 kilomètres, soit la moitié de l’altitude de croisière des satellites GPS et Galileo !

La sonde a pris des photos tout au long de son approche et de son éloignement. Mises bout à bout, elles forment une animation émouvante de notre «bille bleue» vue de loin…

Ci-dessous, une version retraitée pour homogénéiser l’exposition :

BepiColombo devait être surveillée d’un peu plus près que d’habitude durant le survol. Les ingénieurs de l’ESA qui gèrent les sondes au centre de Darmstadt, en Allemagne, n’avaient jamais vécu un tel moment dans des conditions aussi particulières – une partie des salariés en télétravail, les autres devant coopérer sans s’approcher dans les locaux…

Nasa : le retour du logo «ver»

C’est le genre de petit rien qui fait battre les cœurs nostalgiques. Le vieux logo tout rouge de la Nasa, utilisé entre 1975 et 1992, va orner une fusée de SpaceX pour célébrer «le retour des vols habités sur des fusées américaines depuis le sol américain».

La Falcon 9 qui emmènera les premiers astronautes vers l’ISS à bord d’une capsule Crew Dragon est ornée du vieux logo rouge de la Nasa.

 

 

La Falcon 9 qui emmènera les premiers astronautes vers l’ISS à bord d’une capsule Crew Dragon est ornée du vieux logo rouge de la Nasa. Photo SpaceX

Cela fait presque dix ans en effet, depuis le retrait de la navette spatiale en 2011, que les Américains n’ont pas pu se rendre sur la station spatiale par leurs propres moyens : tous les ans, ils achètent des places à bord des vaisseaux russes Soyuz, qui assurent seuls le trafic humain vers et depuis la station. Mais les choses vont bientôt changer. Deux nouvelles capsules américaines sont en cours de tests et feront bientôt leur premier vol habité. L’une est conçue par Boeing (la Starliner), l’autre par SpaceX (Crew Dragon). Cette dernière devrait décoller fin mai avec des astronautes à son bord.

Le sceau de la Nasa, son logo entre 1975 et 1992, et le logo historique utilisé aujourd’hui.

 

«Le design à la fois rétro et moderne du logo illustrera la joie d’ouvrir une nouvelle ère du vol spatial habité», espère la Nasa. L’agence rappelle que ce vieux logo est surnommé «le ver», avec ses quatre lettres épurées qui se tordent comme des asticots rouges. Le logo historique de la Nasa avec l’orbite blanche et le chevron rouge sur fond bleu, utilisé entre 1959 et 1975 puis de 1992 à aujourd’hui, est surnommé «meatball» (la boulette de viande).

L’hélicoptère martien est visible en bas de l’image, attaché au «ventre» de Perseverance. Il sera déployé environ deux mois et demi après l’atterrissage du rover américain.

L’hélicoptère martien de la mission Mars 2020 a été attaché au rover Perseverance la semaine dernière, au centre spatial Kennedy en Floride. Il est visible en bas de l’image, attaché au «ventre» de Perseverance. Il sera déployé sur Mars environ deux mois et demi après l’atterrissage du rover américain, en février 2021.

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial versus Les Triades Chinoises:Les USA ont introduit le COVID-19 en Chine à l’occasion des « Jeux Militaires » de Wuhan

Voici deux versions d’une théorie qui risquent de nous embrouiler l’esprit:

Première version (en prenant le texte à pied levé…sans réfléchir,ni faire de recherches):

En octobre 2019, les États-Unis ont amené 172 (en réalité 369) « athlètes » militaires à Wuhan pour les Jeux militaires mondiaux. Bien qu’ils aient la « plus grande armée au monde », les États-Unis se sont classés 35e derrière des pays comme l’Iran, la Tunisie, la Finlande ou la Slovénie. Il n’y a pas de vidéo ou de photos de l’équipe américaine, aucun dossier n’a été conservé, une équipe énorme mais une performance minable et pitoyable pour « les meilleurs militaires » du monde.

 

L’équipe américaine a si mal réussi qu’elle a été qualifiée de «soldats à la sauce soja» par les Chinois. En fait, la plupart des supposés « athlètes soldats » n’ont participé à aucun événement et sont restés près du marché de gros de poissons de Wuhan, dans lequel la maladie serait apparue quelques jours seulement après que les soldats des États-Unis aient quitté la région.

Le Pentagone a envoyé 17 équipes avec plus de 280 athlètes et autres membres du personnel aux Jeux mondiaux militaires à Wuhan, en Chine, en octobre 2019.

L’équipe américaine est rentrée chez elle le 28 octobre 2019. Dans les 2 semaines suivantes, les premiers cas de COVID-19 sont apparus à Wuhan. Les Chinois n’ont pas pu trouver le «patient zéro» et pensent qu’il faisait partie de l’équipe américaine. Ils ont également des sources qui disent que les États-Unis avaient volontairement menti sur « la grippe » qui, selon Trump, a tué des milliers de personnes. Cette grippe a été transportée en Chine par l’équipe militaire américaine, une grippe qui était en réalité le COVID-19, développé dans une installation militaire de guerre biologique dans l’État de Washington, désormais le «Ground Zero» aux États-Unis pour COVID 19.

Les Chinois affirment, quelque chose de censuré aux États-Unis, que l’attitude inattentive et les résultats disproportionnellement faibles à la moyenne des athlètes américains dans les jeux militaires, indiquent qu’ils devaient être là pour d’autres fins que sportives, et qu’ils pourraient être des agents de la guerre biologique, et que leur lieu de résidence pendant leur séjour à Wuhan était proche du marché de gros de fruits de mer, où le premier groupe connu de cas infectés s’est produit.

L’armée américaine pourrait avoir introduit la nouvelle maladie des coronavirus (COVID-19) à Wuhan, en Chine, la ville où le virus a été détecté pour la première fois dans le pays, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.


Deuxième version:la propagande communiste des Triades Chinoises

 

Une  accusation  venant directement  des responsables de la propagande communiste  chinoise

La Chine propose une nouvelle théorie sur les origines du coronavirus : il s’agit d’une maladie américaine qui aurait pu être introduite par des membres de l’armée américaine qui se sont rendus à Wuhan en octobre 2019.

Il n’y a pas la moindre preuve pour étayer cela, mais la notion a reçu l’approbation officielle du ministère chinois des Affaires étrangères, dont le porte-parole a accusé les responsables américains de ne pas avoir dit clairement ce qu’ils savent de la maladie .

La diffusion intentionnelle d’une théorie du complot infondée – qui a circulé vendredi,13 mars 2020, sur Internet étroitement contrôlé par la Chine – a ponctué une spirale descendante dans les relations entre les deux pays, alimentée par les instincts les plus bas des responsables des deux côtés.

L’insinuation est venue dans une série de messages sur Twitter par Zhao Lijian, un porte-parole du ministère qui a fait bon usage de la plate-forme, qui est bloquée en Chine, pour pousser une stratégie diplomatique nouvellement agressive et belliciste. Il est très probablement destiné à détourner l’attention des propres faux pas de la Chine au cours des premières semaines de l’épidémie en semant la confusion ou, au moins, l’incertitude au pays et à l’étranger.


Découvrez qui est Zhao Lijian

Xi Jinping (à gauche) a nommé Zhao Lijian (photo de droite) à la tête de l’un de ses plus importants ministères politique,l’an passé.
Zhao Lijian est un politicien chinois et l’actuel directeur adjoint du Département de l’information du ministère des Affaires étrangères. Il est le 31e porte-parole depuis que le poste a été créé au ministère en 1983.  Il a rejoint le Service extérieur en 1996 et a servi principalement en Asie. Il est surtout connu pour ses accès de colère sur Twitter , un réseau social  qui est bloqué aux citoyens ordinaires en Chine.
Zhao est né à Hebei , le 10 novembre 1972. Il a rejoint le Département des affaires asiatiques en 1996. Il a obtenu une maîtrise en politique publique du Korea Development Institute en 2005. En 2009, il est devenu secrétaire de l’ ambassade de Chine à Washington , DC . En 2013, il a été rappelé au département d’origine. En 2015, il a été conseiller et ministre conseiller de l’ambassade de Chine au Pakistan. Il est directeur adjoint du Département de l’information du ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine depuis août 2019 

 


UNE GUERRE FROIDE ENTRE TRIADES CHINOISES ET ILLUMINATI AMÉRICAINS?

 

Zhao a tweeté : «Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis? Combien de personnes sont infectées? Quels sont les noms des hôpitaux? Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent! Rendez vos données publiques! Les États-Unis nous doivent une explication! ».

 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a exigé des autorités américaines qu’elles révèlent ce qu’elles cachent sur les origines de Covid-19, allant jusqu’à suggérer que le coronavirus aurait pu être introduit en Chine par l’armée américaine.

Pointant vers une vidéo du directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), Robert Redfield admettant apparemment que les États-Unis ont eu plusieurs morts du Covid-19 avant de pouvoir le tester, Zhao a appelé le chien de garde américain à se nettoyer dans un tweet publié jeudi.

 


Communications sur Twitter

Lijian Zhao 赵立坚  @zlj517

 

2/2 CDC was caught on the spot. When did patient zero begin in US? How many people are infected? What are the names of the hospitals? It might be US army who brought the epidemic to Wuhan. Be transparent! Make public your data! US owe us an explanation!

Traduction

2/2 CDC a été pris la main dans le sac. Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis? Combien de personnes sont infectées? Quels sont les noms des hôpitaux? Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent! Rendez vos données publiques! Les États-Unis nous doivent une explication! pic.twitter.com/vYNZRFPWo3

 

— Lijian Zhao 赵立坚 (@zlj517) March 12, 2020


« Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan« , a suggéré Zhao, appelant le CDC – et les États-Unis en général – à « être transparents » et à partager ce qu’ils savent sur où et quand « Patient Zero » a été diagnostiqué pour la première fois.

Août 2019: les laboratoires de recherche sur les risques biologiques de l’armée américaine fermés pour échec des contrôles de sécurité.

Le laboratoire qui se trouve dans l’État de Washington où ils ont la plus forte incidence de COVID-19.

Oct 2019: Jeux mondiaux militaires à Wuhan.


Déc 2019: Premier cas COVID-19 à Wuhan 

 

dans un laboratoire de l’armée américaine  sur des problèmes de sécurité

Aout 2019:Des problèmes d’élimination des matières dangereuses ont conduit le gouvernement à suspendre la recherche au principal centre de biodéfense militaire.

Denise Braun s’est préparée à démontrer le travail de laboratoire lors d’une tournée des médias à l’Institut de recherche médicale de l’armée sur les maladies infectieuses à Fort Detrick, MD, en 2011.

Les préoccupations en matière de sécurité dans un laboratoire militaire de germes de premier plan ont conduit le gouvernement américain à suspendre la recherche impliquant des microbes dangereux comme le virus Ebola.

« La recherche est actuellement en suspens », a déclaré vendredi le 13 mars 2020,dans un communiqué une sommité  de l’Institut de recherche médicale des États-Unis sur les maladies infectieuses à Fort Detrick, dans le Maryland. La fermeture devrait durer des mois, a déclaré Caree Vander Linden, une porte-parole, dans une interview.

Le communiqué indique que les Centers for Disease Control and Prevention ont décidé d’émettre un « ordre de cesser et de s’abstenir » le mois dernier pour interrompre la recherche à Fort Detrick parce que le centre ne disposait pas de « systèmes suffisants en place pour décontaminer les eaux usées » de ses laboratoires de haute sécurité. .

Mais il n’y a eu aucune menace pour la santé publique, aucune blessure pour les employés et aucune fuite de matières dangereuses à l’extérieur du laboratoire, a déclaré Mme Vander Linden.

 

Dans la déclaration, le CDC a cité des «raisons de sécurité nationale» comme justification pour ne pas divulguer d’informations sur sa décision.

                                             ((TROUBLANT!!!))

L’institut est un centre de biodéfense qui étudie les germes et les toxines qui pourraient être utilisés pour menacer la santé militaire ou publique, et enquête également sur les épidémies. Il réalise des projets de recherche pour les agences gouvernementales, les universités et les sociétés pharmaceutiques, qui paient pour le travail. Elle compte environ 900 employés.

L’arrêt affecte une partie importante des recherches qui y sont normalement menées, a déclaré Mme Vander Linden.

La recherche suspendue implique certaines toxines, ainsi que des germes appelés agents sélectifs , dont le gouvernement a déterminé qu’ils «pourraient constituer une menace grave pour la santé publique, animale ou végétale ou pour les produits animaux ou végétaux». Il existe 67 agents et toxines sélectionnés ; les exemples incluent les organismes qui causent Ebola, la variole, l’anthrax et la peste, et le poison ricine.

En théorie, les terroristes pourraient utiliser des agents sélectionnés comme armes, de sorte que le gouvernement exige que toute organisation qui veut les manipuler passe une vérification des antécédents, s’enregistre, suit les procédures de sûreté et de sécurité et subisse des inspections dans le cadre d’un programme géré par le CDC et les États-Unis. Département de l’agriculture. En 2017, 263 laboratoires – gouvernementaux, universitaires, commerciaux ou privés – s’étaient inscrits au programme.

L’institut de Fort Detrick faisait partie du programme des agents sélectionnés jusqu’à ce que son inscription soit suspendue le mois dernier, après que le CDC lui ait ordonné de cesser de mener la recherche.

L’ arrêt a été signalé pour la première fois vendredi par le Frederick News-Post.

Les problèmes remontent à mai 2018, lorsque des tempêtes ont inondé et ruiné une usine de stérilisation à la vapeur vieille de plusieurs décennies que l’institut utilisait pour traiter les eaux usées de ses laboratoires, a déclaré Mme Vander Linden. Les dégâts ont interrompu la recherche pendant des mois, jusqu’à ce que l’institut développe un nouveau système de décontamination utilisant des produits chimiques.

Le nouveau système a nécessité des modifications de certaines procédures dans les laboratoires. Lors d’une inspection en juin, le CDC a constaté que les nouvelles procédures n’étaient pas suivies de manière cohérente. Les inspecteurs ont également constaté des problèmes mécaniques avec le système de décontamination chimique, ainsi que des fuites, a déclaré Mme Vander Linden, bien qu’elle ait ajouté que les fuites se trouvaient dans le laboratoire et non dans le monde extérieur.

« Une combinaison de choses » a conduit à l’ordonnance de cesser et de s’abstenir et à la perte de l’enregistrement, a-t-elle déclaré.

Le Dr Richard H. Ebright, biologiste moléculaire et expert en armes biologiques à l’Université Rutgers, a déclaré dans un e-mail que des problèmes avec le nouveau processus de décontamination chimique de l’institut pourraient signifier qu’il devrait revenir à un système à base de chaleur « qui, si cela nécessite la construction d’une nouvelle usine de stérilisation à la vapeur, ce qui pourrait entraîner de très longs retards et des coûts très élevés. »

Bien que de nombreux projets soient en suspens, Mme Vander Linden a déclaré que les scientifiques et les autres employés continuent de travailler, mais pas sur des agents sélectionnés. Elle a dit que beaucoup étaient inquiets de ne pas pouvoir respecter les délais de leurs projets.

 

Des erreurs ont été commises dans d’autres laboratoires gouvernementaux, notamment ceux des Centers for Disease Control et des National Institutes of Health. Et en 2009, la recherche à l’institut de Fort Detrick a été suspendue car elle stockait des agents pathogènes non répertoriés dans sa base de données. L’institut de l’armée a également employé Bruce E. Ivins, un microbiologiste qui était l’un des principaux suspects – mais qui n’a jamais été inculpé – dans les envois à l’anthrax en 2001 qui ont tué cinq personnes. Le Dr Ivins est décédé en 2008 , apparemment par suicide.

((TRÈS TROUBLANT!!!))

 

*Je  vous encourage  à lire cet article  jusqu’à la fin ou vous trouverez des détails très troublants…qui relient cette affaire aux événements « false flag » du 11 septembre 2001.

 



— Twain (@twainus) March 12, 2020

Dans la vidéo, Redfield a reconnu que certains cas de coronavirus avaient été mal classés comme grippe car les médecins n’avaient pas de test précis pour la nouvelle épidémie à l’époque. Il n’a pas précisé quand ces cas mal diagnostiqués sont apparus pour la première fois – disant seulement que «certains cas ont été diagnostiqués de cette façon».

Le directeur du CDC admet ouvertement que certains décès #covid ont été diagnostiqués à tort comme grippe aux États-Unis. La question est de savoir quand sont ces décès. Cela confirme les affirmations des scientifiques japonais selon lesquelles le virus était originaire des États-Unis mais était dissimulé. #COVID19 #Corona pic.twitter.com/AwdXAKz6Ao

— Taro (@taro_taylor) March 12, 2020

En l’absence de détails sur les patients ou de chronologie des décès, la spéculation a tourbillonné. La «théorie» de Zhao s’est concentrée en particulier sur la délégation militaire qui s’est rendue à Wuhan en octobre pour les Jeux mondiaux militaires, des semaines avant que la ville ne confirme l’épidémie en décembre. La délégation faisait partie du groupe de 300 membres d’athlètes américains participant à l’événement multisports organisé tous les quatre ans.

Le ministre de l’Intérieur #Bahrain a accusé l’Iran de répandre #COVID19 et la guerre biologique. Je lui réponds que les #USAavec leur 5ème flotte régissant Bahreïn est le principal facteur derrière la guerre biologique #BiologicalWarfare et même la dissimulation initiale de la diffusion du #CoronavirusOutbreak en Amérique.

pic.twitter.com/f7TqbqFoOA

— H.amirabdollahian (@Amirabdolahian) March 12, 2020

Zhao n’est pas la seule personnalité politique de haut niveau à avoir émis des soupçons sur le calendrier des Jeux de guerre et l’introduction du coronavirus à Wuhan. L’ancien Premier ministre malaisien Matthias Chang a proposé des spéculations similaires en janvier, se concentrant sur l’événement comme point de départ de ce qu’il a qualifié de guerre biologique menée par les États-Unis contre la Chine.

Nous cherchons toujours d’où provient le virus. Et les chances sont grandes que le virus ait été introduit en Chine par l’équipe de l’armée américaine qui s’est rendue à Wuhan en octobre. Quoi qu’il en soit, aucun humain ne mérite COVID-19. Le monde devrait lutter ensemble contre la maladie. Pas le temps de blâmer.

— Chris Jiang (@crs_1222) February 27, 2020

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare que ce qui est maintenant la pandémie de Covid-19 a été signalé pour la première fois comme une épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019. La recherche de l’origine de la maladie mortelle s’est poursuivie, des versions contradictoires accusant le marché alimentaire de Wuhan et les chauves-souris – une délicatesse culinaire locale – y ont été vendus en particulier, tandis que d’autres hommes d’opinion pourraient avoir attrapé le virus des pangolins, un mammifère écailleux en voie de disparition.

Des théories moins orthodoxes suggèrent une intention malveillante, le chef des élites des gardiens de la révolution iraniens affirmant avec sensation la semaine dernière que Covid-19 pourrait être «le produit d’une attaque biologique de l’Amérique qui s’est d’abord propagée à la Chine, puis à l’Iran et au reste du monde . « 

Jusqu’à présent, le problème avec toutes ces théories, accusant à la fois les animaux et les humains, est qu’aucune preuve directe de causalité n’a été établie, tandis que l’identité du «patient zéro» de la Chine reste également peu claire. Et ce n’est pas le cas de la Chine seule: dans l’État de Washington – qui a apparemment identifié et isolé avec succès son premier voyageur infecté, avec des dizaines de contacts identifiés et surveillés – le virus a commencé à se propager de toute façon. Même Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple, a déclaré à un moment donné que lui et sa femme étaient peut-être le « patient zéro » des États-Unis après avoir développé une mauvaise toux à leur retour de Chine. Depuis, il est apparu que le diagnostic de sa femme était «une infection des sinus».

Source : Breaking/Exclusive: US Brought COVID19 to China with Fake Army Team for Military Games, Evidence  


Découvrez la ville de Wuhan d’ou est parti le coronavirus

 


EN COMPLÉMENT (Le mot pour rire)

La seule façon d’éviter le coronavirus: Rester à la maison 24h / 24 et 7j / 7 en regardant les infos sur le coronavirus

À la suite de nouvelles études montrant que la meilleure façon d’éviter le coronavirus est de rester à la maison en regardant la couverture non-stop par TOUTES les chaînes tv du coronavirus (dont des variantes comme le Coran-à-virus, Corona-vît-russe, etc.) le gouvernement des États-Unis et les sociétés qui en sont propriétaires ont mis en place un nouveau plan pour limiter la propagation de la terrible maladie.

Hier, le Center for Disease Control (CDC) et le Center for Media Control (CMC) nouvellement fusionnés ont annoncé qu’à partir de la semaine prochaine, tous les médias grand public fusionneront en une seule méga-société, le Coronavirus News Network (CvNN). Une fois que le CvNN commencera à diffuser à 12 h 01 lundi prochain, le public américain devra rester à la maison et regarder la couverture  continue et d’urgence des coronavirus jusqu’à la fin de l’urgence ou jusqu’à ce qu’il meure de faim, selon la première éventualité.

«Ne touchez pas ce cadran. N’essayez pas de regarder d’autres chaînes, en particulier les médias alternatifs. Ne quittez pas votre maison. Toutes ces activités apparemment inoffensives se sont avérées propagatrices de  coronavirus », a expliqué le directeur du CDC-CMC, le Dr Ignatius “Splatz” Sneezlestein. «La seule activité sûre consiste à regarder des têtes parlantes surpayées discuter du coronavirus à l’écran écran. Si vous faites autre chose, vous mettez votre vie et celle de milliers d’autres en danger. « 

Le CDC-CMC cite des preuves que le coronavirus n’est pas apparu d’abord de la morve aspirée de la narine d’une chauve-souris flottant dans un bol de soupe de chauve-souris, ni d’un laboratoire de lutte contre les germes, mais il a plutôt émergé spontanément en raison de l’absence totale de couverture médiatique des coronavirus prévalant dans le temps. « Pensez-y: Immédiatement avant l’émergence du coronavirus, il n’y avait aucune couverture médiatique du coronavirus !! », a expliqué le Dr Sneezlestein. «Ce vide complet et absolu de la couverture médiatique des coronavirus peut avoir créé des conditions presque miraculeusement parfaites pour que l’organisme Covid-19 apparaisse ex nihilo et commence à se reproduire furieusement.» Il a ensuite cité des études montrant que les personnes qui ingèrent moins de 12 heures de couverture quotidienne tv contre les coronavirus courent un risque extrême de contact avec la maladie.

Bien que tous les experts en santé réputés soutiennent unanimement l’initiative CvNN du CDC-CMC «tous les coronavirus tout le temps», les opinions varient selon que les grands écrans ou les petits écrans offrent le traitement préventif le plus efficace. Les défenseurs du grand écran disent que des images gigantesques de têtes parlantes surpayées discutant du coronavirus, en particulier lorsque le volume du son est élevé, peuvent terrifier et décourager le virus et le faire disparaître, voire se suicider. Les partisans des petits écrans soutiennent qu’il est extrêmement important de continuer à regarder la couverture même lorsque vous allez à la salle de bain. Si vous constatez qu’il est impossible de transporter votre téléviseur grand écran dans la salle de bain avec vous chaque fois que vous ressentez le besoin de vider votre vessie ou vos intestins,   il est alors préférable de le regarder sur un téléphone ou un ordinateur portable.

Après l’annonce du CDC-CMC, les actions des médias grand public se sont redressées pour la première fois depuis l’invention d’Internet.

Source : The Only Way to Avoid Coronavirus: Stay Home 24/7 Watching Coronavirus News ; Par Kevin Barrett  (Dissociated Press)


INFORMATIONS TRÈS TROUBLANTES SUR UN PASSÉ RÉCENT QUE LE GOUVERNEMENT US NE VEUT PAS QUE VOUS  APPRENEZ

 

Le suicide d’un scientifique lié à une enquête sur l’anthrax

 

Tout commence ici:Un technicien en 2001 au centre de recherche sur la biodéfense à Fort Detrick, Md., A ouvert une lettre au sénateur Patrick J. Leahy soupçonné de contenir du charbon. Des lettres avec l’anthrax ont tué cinq personnes.

WASHINGTON ,2 aout 2008 (informations diffusées de manière discrète dans des  journeaux secondaires)

Après quatre ans à poursuivre un ancien scientifique de l’Armée sur une fausse piste coûteuse, les agents du FBI enquêtant sur les lettres mortelles de l’anthrax de 2001 ont finalement mis à zéro l’année dernière un autre suspect: un autre scientifique de l’Armée du même centre de recherche sur la biodéfense à Fort Detrick à Frederick, Md.

Au cours des 18 derniers mois, alors même que le gouvernement luttait contre une action en justice intentée par le premier scientifique, Steven J. Hatfill, les enquêteurs ont monté un dossier contre le second, Bruce E. Ivins, un microbiologiste très respecté qui avait travaillé pendant de nombreuses années à concevoir un meilleur vaccin contre le charbon.

Dr Bruce E. Ivins specialiste de l’anthrax

Le week-end dernier, après avoir appris que les procureurs fédéraux s’apprêtaient à l’inculper pour meurtre, le Dr Ivins, un père de deux enfants de 62 ans, a pris une surdose de Tylenol avec de la codéine. Il est décédé mardi dans un hôpital de Frederick, laissant derrière lui une famille endeuillée et des doutes quant à la résolution définitive du mystère de l’anthrax.

Le suicide apparent du Dr Ivins, un volontaire de la Croix-Rouge et un jongleur amateur  qui avait remporté la plus haute distinction civile du Département de la Défense en 2003, a constitué un tournant dramatique dans l’une des plus grandes enquêtes criminelles de l’histoire du pays. L’attaque, le seul acte majeur de bioterrorisme sur le sol américain, est survenue au lendemain de l’agitation des attentats du 11 septembre. Il a tué cinq personnes, rendu malade 17 autres et déclenché une vague de panique.

Dans les premiers jours qui ont suivi l’attaque par lettre, en septembre et octobre 2001, le Dr Ivins a rejoint environ 90 de ses collègues de l’Army Medical Research Institute of Infectious Diseases dans un laboratoire 24h / 24 pour tester des milliers d’échantillons de poudre suspecte. pour voir s’ils étaient anthrax. Plus tard, en avril 2002, il a été examiné dans le cadre d’une enquête de l’armée sur une fuite de spores d’anthrax potentiellement mortelles à l’extérieur d’un laboratoire fermé à Fort Detrick. Il a admis plus tard qu’il avait découvert la fuite mais ne l’a pas signalée.

Il n’était pas clair si l’accent mis sur le Dr Ivins avait résolu le cas des lettres charbonneuses. Un responsable fédéral de l’application des lois a déclaré que le Dr Ivins avait été considéré comme un suspect sérieux et que des agents étaient sur le point d’être arrêtés, et un avocat familier avec l’enquête a déclaré qu’il pensait que les procureurs avaient prévu d’accuser uniquement le Dr Ivins. Le lien entre le suicide du Dr Ivins et l’enquête fédérale a été signalé pour la première fois vendredi dans le Los Angeles Times.

Mais le Bureau fédéral d’investigation a refusé vendredi de rendre public son dossier contre le Dr Ivins, notant que les preuves étaient sous scellés judiciaires dans le cadre d’une enquête du grand jury. Les fonctionnaires ont dit qu’ils informaient les victimes des lettres de l’anthrax ?? ceux qui ont récupéré, ainsi que les membres de la famille de ceux qui sont morts ?? et il faudrait s’adresser aux tribunaux pour obtenir des preuves scellées avant de pouvoir même les résumer pour le public.

Un avocat qui représentait le Dr Ivins depuis mai 2007, Paul F. Kemp, a insisté sur le fait que le Dr Ivins était innocent et avait été conduit au suicide par de faux soupçons.

« Pendant six ans, le Dr Ivins a pleinement coopéré à cette enquête, aidant le gouvernement de toutes les manières qui lui étaient demandées », a déclaré M. Kemp dans une déclaration écrite, qualifiant le microbiologiste de « scientifique de renommée mondiale et hautement décoré qui a servi son pays depuis plus de 33 ans avec le Département de l’armée. « 

« Nous affirmons son innocence dans ces tueries et nous l’aurions établi au procès », a déclaré M. Kemp. « La pression incessante des accusations et des insinuations fait des ravages de différentes manières sur différentes personnes, comme cela a déjà été vu dans cette enquête. »

M. Kemp faisait clairement référence au cas du Dr Hatfill, qui a fait l’objet d’une attention intensive du FBI et des médias dans l’affaire à partir de la mi-2002 et a reçu un règlement de 4,6 millions de dollars du gouvernement en juin pour régler un procès accusant le Le FBI et le ministère de la Justice ont détruit sa carrière et sa vie personnelle avec des fuites.

Quelle que soit la cause de son suicide, le Dr Ivins s’était comporté bizarrement dans les semaines précédant sa mort. Il a été brièvement hospitalisé pour dépression et, selon une plainte déposée auprès de la police, a menacé de tuer un travailleur social qui l’avait traité en thérapie de groupe, entre autres, dans des diatribes faisant référence à son attente qu’il serait inculpé de cinq chefs de meurtres capitaux.

La maison de Bruce E. Ivins vendredi à Frederick, Md. Le Dr Ivins était un microbiologiste très respecté qui avait travaillé pendant de nombreuses années pour concevoir un meilleur vaccin contre le charbon.

« C’est hors de caractère », a déclaré Norman M. Covert, un ancien porte-parole et historien du centre de biodéfense de l’armée qui a servi avec le Dr Ivins au sein d’un comité de protection des animaux. « Mais si le FBI s’appuyait vraiment sur lui, quelle énorme charge pesait sur lui. »

Un porte-parole de la police de Frederick, le lieutenant Clark Pennington, a déclaré qu’il ne pouvait pas dire si le Dr Ivins avait laissé une note de suicide parce que l’enquête sur l’anthrax restait ouverte.

 

Les enquêteurs de l’énorme enquête se sont rendus dans de nombreux pays et à la fin de 2006, ils avaient mené 9 100 entretiens, envoyé 6 000 assignations à comparaître devant le grand jury et effectué 67 perquisitions, a indiqué le FBI. Mais l’objectif principal s’est progressivement rétréci: d’abord aux laboratoires des maladies infectieuses de l’armée, apparemment liés aux lettres par analyse génétique, puis au Dr Hatfill, un médecin devenu consultant en bioterrorisme, et enfin au Dr Ivins, qui a travaillé dans le même bâtiment que le Dr Hatfill et vivait à deux pâtés de maisons de lui à l’extérieur des portes de Fort Detrick.

Les spores de l’Anthrax vus au microscope.

Deux puzzles ont hanté les enquêteurs depuis le début: le motif de l’agresseur et ses compétences. Parce que les notes de certaines des lettres envoyées aux médias et à deux sénateurs incluaient une rhétorique islamiste radicale, les enquêteurs pensaient initialement que les lettres auraient pu être envoyées par Al-Qaïda.

Mais le FBI a rapidement opté pour un profil différent: un scientifique ou technicien américain mécontent, peut-être un spécialiste de la biodéfense, qui voulait sonner l’alarme sur la menace du bioterrorisme. Cette théorie expliquait les coutures scellées des lettres et l’utilisation du mot anthrax dans les notes, un avertissement qui permettait un traitement antibiotique ?? pas à attendre d’une attaque de Qaïda destinée principalement à tuer.

Une jeune victime des spores de l’anthrax.

Cette théorie d’un initié de la biodéfense a placé de nombreux scientifiques à l’institut des maladies infectieuses et d’autres laboratoires sous surveillance, même s’ils ont aidé le FBI à analyser la poudre d’anthrax dans les lettres.

Un grande question demeure sans réponse:qui a donné l’ordre dans l’entourage immédiat de George W Bush…ou derrière les rideaux cachant ce gouvernement invisible?

« Le FBI serait négligent de ne pas nous regarder, en particulier ceux d’entre nous qui ont travaillé avec l’anthrax », a déclaré John W. Ezzell, un chercheur sur l’anthrax qui a embauché le Dr Ivins à l’institut et le connaissait bien. «Nous avons tous été soumis à des tests de détection de mensonges. Nous avons tous été interviewés. »

M. Ezzell a qualifié le Dr Ivins «d’intense travailleur, mais d’un gars populaire». Lorsqu’on lui a demandé s’il savait que le Dr Ivins était devenu un suspect plus sérieux, M. Ezzell a refusé de commenter.

La méthode très simple d’attaque à l’anthrax:déposer directement la poudre blanche dans une enveloppe…ainsi en l’ouvrant on en vient directement en contact.

L’autre casse-tête impliquait les compétences nécessaires pour produire la poudre aérosol de haute qualité contenue dans les lettres adressées aux sénateurs, Tom Daschle, démocrate du Dakota du Sud, et Patrick J. Leahy, démocrate du Vermont.

Des scientifiques familiarisés avec la guerre des germes ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que le Dr Ivins, bien qu’un expert en vaccins ayant un accès facile aux formes les plus dangereuses de la maladie du charbon, avait les compétences nécessaires pour transformer l’agent pathogène en poudre inhalable.

« Je ne pense pas qu’un spécialiste des vaccins pourrait le faire », a déclaré le Dr Alan P. Zelicoff, un médecin qui a aidé l’enquête du FBI lorsqu’il travaillait aux laboratoires nationaux Sandia à Albuquerque.

« Il s’agit de la physique des aérosols, pas de la biologie », a ajouté le Dr Zelicoff. «Il y a très peu de gens qui ont leurs pieds dans les deux camps.»

M. Ezzell a déclaré que le Dr Ivins avait travaillé sur de nombreux projets impliquant des spores d’anthrax et la toxine qu’elles produisent, y compris des expériences dans lesquelles des animaux ont été exposés à l’anthrax pour tester des vaccins. Mais il a dit que les expériences, à sa connaissance, impliquaient des  spores d’anthrax dans un liquide et non sous la forme de poudre sèche utilisée dans les attaques de lettres.

De leur propre aveu, le FBI et le Service d’inspection postale possédaient peu d’expertise en armes biologiques en 2001, lorsqu’ils ont pour la première fois libéré des centaines d’agents de l’enquête. Depuis lors, au moins 19 laboratoires gouvernementaux et universitaires ont travaillé sur l’enquête, en utilisant des indices comme les empreintes génétiques de l’anthrax et les isotopes radioactifs dans l’eau utilisés pour le faire pousser, pour tenter de le retracer jusqu’à une source.

La source, selon plusieurs responsables, était l’institut des maladies infectieuses, où la piste ne conduisait qu’à une poignée de flacons dans un seul laboratoire.

Mais les preuves scientifiques, dont certaines ont été trouvées à l’aide de nouvelles méthodes, peuvent désormais ne jamais être testées dans un procès pénal, ce qui laisse des questions sur leur force impérieuse.

«J’exhorte le bureau à publier ses preuves s’il déclare le cas résolu et clos», a déclaré le Dr Claire Fraser-Liggett, ancienne directrice de l’Institut de recherche génomique, où le génome de l’anthrax a été décodé.

Sur Capitol Hill, où la contamination par l’anthrax en 2001 a conduit à l’évacuation de nombreux bureaux, plusieurs membres du Congrès ont exprimé leur scepticisme quant aux informations selon lesquelles la chasse au tueur d’anthrax pourrait être terminée.

Le représentant Rush Holt, un démocrate dont le district comprend la boîte aux lettres de Princeton, NJ, où les enquêteurs pensent que les lettres ont été postées, a déclaré que le FBI devrait fournir un briefing complet.

« Ce que nous apprenons », a déclaré M. Holt, « ne changera pas le fait qu’il s’agit d’une enquête mal gérée qui a duré six ans et a déjà entraîné une série d’embarras et de tragédie personnelle. »


INFORMATION EN RAPPEL:L’ATTAQUE « FALSE FLAG » À L’ANTHRAX

Il a été rapporté ce matin du 2 octobre 2001 que le courrier du Pentagone avait reçu au moins deux colis contenant le poison mortel ricin.
Rappellons- nous les attaques à l’anthrax de 2001

 

Immédiatement après les attaques à l’anthrax en 2001, les néoconservateurs de Bush ont fait pression sur le directeur du FBI , Robert Mueller, pour prouver que la mystérieuse attaque était l’œuvre d’Al-Qaïda, un fantasme comparable aux armes de destruction massive de Saddam. Cette histoire – l’essence de fausses nouvelles – a laissé de côté quelque chose d’important: il faut un équipement complexe pour préparer des spores d’anthrax pour l’armement et il était très improbable, voire impossible, qu’Oussama ben Laden et al-Qaïda produisent la substance dans une grotte afghane isolée. 

Bush et Cheney ont tous deux fait cette affirmation et le Wall Street Journal a publié un article liant l’attaque à Oussama ben Laden et à l’Irak. Des informations par ABC News ont suivi après que feu John McCain ait insisté sur le fait que l’attaque à l’anthrax était l’œuvre de l’Irak. McCain, célébré comme un véritable héros américain après sa mort, était de mèche avec les néoconservateurs de Bush pour déclencher une guerre en Irak. 

L’attaque au charbon a coïncidé avec une autre fausse propagande absurde et a contribué à promouvoir le plan d’envahissement de l’Irak. Il a également contribué à l’adoption du Patriot Act, grâce au procureur général de l’époque, John Ashcroft, qui a harangué le comité judiciaire de la Chambre.

L’attaque à l’anthrax a été exploitée de la manière standard problème-réaction-solution. Après l’attaque et l’hyperactivité des médias, les États-Unis ont recommencé à investir de l’argent dans la recherche sur la guerre biologique. Le gouvernement a accordé à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses 1,5 milliard de dollars en 2003 et le Congrès a adopté le projet Bioshield Act, qui a fourni 5,6 milliards de dollars sur dix ans pour l’achat de nouveaux vaccins et médicaments, procurant ainsi aux sociétés pharmaceutiques transnationales un afflux bienvenu d’argent des contribuables. 

Combien de temps avant qu’un cadre revitalisé de néoconservateurs replié au sein de l’administration Trump ne blâme cette attaque contre l’Iran ou la Russie? Le Royaume-Uni a donné l’exemple en accusant la Russie des empoisonnements de Skripal «Novichok», une accusation transparente et totalement dénuée de fondement qui a été adoptée par les États-Unis et leurs médias d’entreprise perroquets. 

 


EN CONCLUSION

Un grande question demeure sans réponse:qui a donné l’ordre dans l’entourage immédiat de George W Bush…ou derrière les rideaux cachant ce gouvernement invisible?

 

Les Georgia Guidestones nous avaient annoncé et averti du plan de dépeuplemnent!

Astronomie:La Terre a capturé une «mini-Lune» temporaire

La Terre a capturé temporairement une «mini-Lune» de la taille d’une voiture, selon les astronomes qui ont repéré l’objet céleste orbitant autour de notre planète.

Ce satellite, d’une taille de 1,90 à 3,50 mètres, a été observé la nuit du 15 février par les chercheurs Kacper Wierzchos et Teddy Pruyne, du projet Catalina Sky Survey financé par l’agence spatiale américaine NASA, en Arizona.

«GRANDE NOUVELLE. La Terre possède un objet nouvellement capturé/possible mini-Lune appelée 2020 CD3», qui pourrait être un astéroïde de type C (carboné, donc très sombre), a tweeté mercredi Kacper Wierzchos.

Pour l’astronome, l’information est «importante» car «il s’agit seulement du second astéroïde connu à graviter autour de la Terre (après 2006 RH120, qui a également été découvert par Catalina Sky Survey)».

Son orbite actuelle suggère qu’il a été capturé par l’attraction terrestre il y a trois ans, a-t-il précisé.

Une petite lune de la taille d’une voiture.

Le Centre des planètes mineures du Smithsonian Astrophysical Observatory, qui collecte les données concernant les objets mineurs du système solaire, a déclaré qu’«aucun lien avec un objet artificiel connu n’a été établi», impliquant qu’il s’agissait donc sûrement d’un astéroïde capturé par la gravité terrestre.

«La dynamique orbitale indique que cet objet est temporairement lié à la Terre», selon la même source.

Notre nouveau voisin n’est pas en orbite stable et ne devrait pas rester très longtemps dans les parages.

«Il s’éloigne du système Terre-Lune au moment où nous parlons», dont il devrait sortir courant avril, a expliqué au magazine New Scientist le chercheur Grigori Fedorets, de l’université Queen’s de Belfat.

Le seul autre astéroïde connu à avoir gravité autour de la Terre, 2006 RH120, a été en orbite autour de notre planète de septembre 2006 à juin 2007.

Animation_of_2006_RH120_orbit_around_Earth_20060401-20071101

12 astéroïdes géocroiseurs presque prêts à être forés

Le forage d’astéroïdes pour extraire le platine et les matériaux précieux est une opportunité que beaucoup envisagent. Les projets les plus célèbres sont Planetary Resource sponsorisé par Eric Schmidt, Larry Page et James Cameron, et Deep Space Industries .

Le problème est que nous devons identifier les astéroïdes qui peuvent probablement être utilisés comme mines spatiales. C’est ce que pensaient les astronomes de l’Université de Strathclyde au Royaume-Uni, qui ont identifié 12 petits astéroïdes suffisamment proches de la Terre (à environ 1 million de kilomètres de la Terre, soit environ quatre fois la distance qui nous sépare de la Lune) qu’ils pourraient être facilement accroché et dont les ressources minérales pourraient être facilement extraites avec la technologie actuelle des missiles.

Le groupe de scientifiques, dirigé par le professeur Garcia Yarnoz, les a trouvés dans les points de Lagrange L1 et L2 qui sont indiqués dans l’image publiée sur cette page. Les points lagrangiens sont des régions de l’espace où la gravité de la Terre et un autre corps céleste s’équilibrent. Les points L1 et L2 sont ceux dans lesquels la gravité de la Terre et du Soleil sont égalisées . Un astéroïde à un point lagrangien est idéalement placé pour une opération de forage car il reste stationnaire. 

Les 12 ERO (objets facilement récupérables) qui ont été identifiés suivent des orbites qui les rapprochent très près des points lagrangiens  surnommés, il n’a donc besoin que d’un petit coup de pouce pour les atteindre. En particulier, l’astéroïde connu sous le nom de 2006 RH120 pourrait être amené dans la bonne position en modifiant sa vitesse de seulement 58 mètres par seconde: une opération qui devrait être possible en 2026.

Les points L1 et L2 de Lagrange sont ceux qui intéressent les chercheurs

Les scientifiques britanniques ont examiné 9 000 astéroïdes et en ont sélectionné de plus petits car nous ne disposons pas actuellement de la technologie nécessaire pour déplacer en toute sécurité un gros astéroïde vers un point lagrangien. 

Cependant, les astéroïdes qui se déplacent dans l’espace près de la Terre sont très nombreux: un graphique récent publié par la NASA révèle que depuis le début de 2013, ils ont orbité autour de nous plus de 1400 astéroïdes potentiellement dangereux (PHA) autour de nous , avec un diamètre d’au moins 460 mètres.

NASA: des astéroïdes en orbite autour de nous

Ils ne seront pas une menace inquiétante au moins pour les 100 prochaines années car ils orbiteront à une distance d’environ 7,5 millions de kilomètres de nous (20 fois ce qui nous sépare de la Lune), mais ils nous donnent une idée de la façon dont l’espace est riche en des corps en mouvement, qui, dans le passé, ont peut-être considérablement modifié l’évolution de notre système solaire

 

 

 

 

Alerte dans l’espace:Un satellite américain risque d’exploser et de créer des milliers de débris

 

Un opérateur de télévision a demandé aux autorités américaines l’autorisation d’éloigner l’un de ses satellites en raison d’un problème de batterie faisant courir un risque d’explosion.

Dessin représentant Spaceway I dans l’espace.

 

Un service de télévision par satellite américain, DirecTV, s’inquiète du risque d’explosion d’un de ses appareils à cause d’un problème de batterie. Le satellite Spaceway 1 a été lancé en avril 2005 et pèse environ 3700 kilogrammes en fin de vie, selon une ancienne fiche de Boeing, le constructeur. Avec ses panneaux solaires déployés, il mesure 41 mètres de longueur et 7 mètres de largeur.

Un risque « important » que les batteries explosent

DirecTV a informé la Commission fédérale des communications (FCC) le 19 janvier qu’une « anomalie majeure » avait causé « des dommages thermiques importants et irréversibles » aux batteries de Spaceway 1.

« Il existe un risque important que ces batteries explosent », écrit DirecTV dans un courrier.

A partir du 25 février, le satellite sera dans l’ombre de la Terre et les batteries abîmées tenteront inévitablement de se recharger, ce qui pourrait provoquer l’explosion. L’opérateur veut donc évacuer son satellite au plus vite vers l’orbite cimetière, 300 km plus loin que l’orbite géostationnaire où se trouvent des centaines de précieux satellites de télécommunications. 

Risque d’endommagement d’autres satellites

Pour réduire le risque d’une explosion accidentelle, DirecTV va vidanger dans l’espace une partie des 73 kg de carburant (bipropergol) encore à bord, mais l’opérateur a prévenu que le temps manquait pour tout vider. Il a demandé une exemption d’urgence car la réglementation exige en temps ordinaire que le carburant soit entièrement vidangé d’un satellite avant sa désorbitation.

L’explosion d’un satellite aussi grand pourrait créer des milliers de débris et endommager d’autres satellites.


EN COMPLÉMENT

LA POLLUTION DES DÉBRIS DE LA CONQUÊTE SPATIALE

 

 

L’espèce humaine pollue la Terre, mais aussi l’espace immédiat environnant notre planète. La Royal Society of London a mis au point une animation qui retrace les étapes de cette dégradation depuis Spoutnik 1 en 1957.

 

SpaceX, avenir des lanceurs réutilisables?

Pour limiter la pollution due aux débris spatiaux, une solution pourrait être d’employer des lanceurs réutilisables. La société SpaceX du milliardaire américain Elon Musk a réussi lundi pour la première fois à faire décoller une fusée Falcon 9 et à récupérer ensuite le premier étage de son lanceur, revenu atterrir en douceur sur Terre après 11 minutes de vol.

Pour Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d’études spatiales (Cnes) interrogé par l’AFP, SpaceX a bien accompli un « exploit technologique ». Pour autant, tout n’est pas résolu. Il rappelle que les lanceurs réutilisables ne sont pas nouveaux. Citant l’exemple de la navette spatiale américaine, il souligne que lorsqu’elle devait être remise en vol, les coûts étaient très importants ». Les ambitions du fondateur de Tesla se briseront-elles sur l’argument économique? Le directeur du Cnes croit ce scénario plausible. Tout dépendra du nombre de réutilisations possibles et d’écart de temps entre deux lancements. « Entre un monde parfait où on réutilise en l’état un lanceur un très grand nombre de fois, et un monde réel où il faut remettre les choses d’aplomb, et finalement ça ne fonctionne qu’une ou deux fois, l’écart est très très grand », souligne-t-il.

Le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël, se pose les mêmes questions et s’en est ouvert à BFM Business, mercredi. En réponse à SpaceX, il planifie de réduire les coûts du lanceur européen par six d’ci quelques années.

 

 

 

Astronomie:Les lacets magnétiques du Soleil et autres nouvelles de l’espace

Le Soleil photographié en 2010 par la sonde SDO (Solar Dynamics Observatory).

 

Cette semaine, la sonde Parker Solar Probe lève le voile sur quelques mystères de notre étoile. On a aussi retrouvé l’atterrisseur indien Vikram sur la Lune, repéré une planète géante autour d’une naine blanche et dessiné des trous noirs.

Le voile se lève sur les mystères du Soleil

La sonde Parker Solar Probe a décollé de Cap Canaveral en août 2018, direction le Soleil. Elle a mis plusieurs mois à se rapprocher de sa cible en resserrant progressivement ses orbites elliptiques, jusqu’à se retrouver deux fois plus proche du Soleil que Mercure… soit 24 millions de kilomètres, contre 58 millions pour la première des planètes. Là, Parker Solar Probe (PSP pour les intimes) a effectué ses premières mesures. Son objectif : comprendre pourquoi la température de la couronne solaire – la partie externe de son atmosphère – dépasse un million de degrés, alors que la surface du Soleil n’atteint «que» les 5 500 degrés. Quel mécanisme chauffe la couronne ? Quelle est la source du vent solaire et comment accélère-t-il ? Quelle est la dynamique des champs magnétiques autour du Soleil ?

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui étudie le Soleil depuis 2018.

 

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui étudie le Soleil depuis 2018. Image Nasa

Les premières découvertes tirées des mesures de PSP viennent d’être publiées dans Nature, en quatre études, et elles sont pleines de surprises. D’abord, les astrophysiciens ont découvert dans les vibrations du champ magnétique «comme des vagues scélérates dans l’océan»selon les mots de Justin C. Kasper, responsable scientifique de l’un des instruments de la sonde. Inattendues et soudaines, ces vagues magnétiques montent à 480 000 kilomètres/heure en un rien de temps, et durent de quelques secondes à quelques minutes. Elles sont si puissantes qu’elles peuvent inverser la direction du champ magnétique, lui imposer des demi-tours qui forment au final un chemin en lacet, comme une route de montagne. Puis on revient au vent solaire normal comme si de rien n’était. Ravi par cette découverte, Kasper estime que c’est peut-être une clé pour comprendre l’échauffement de la couronne solaire.

La sonde Parker Solar Probe montre que des vagues soudaines imposent des revirements en forme de S dans le trajet des champs magnétiques qui s’échappent du Soleil, contribuant peut-être à l’échauffement de la couronne solaire.

 

Parker Solar Probe montre également avec certitude que le vent solaire «lent», celui qui va à 1 million de km/h environ, provient des trous coronaux près de l’équateur, des zones plus sombres et plus froides du Soleil ou les champs magnétiques s’échappent vers l’extérieur et ne semblent pas retomber en arche sur la surface.


AUTRES NOUVELLES DE L’ESPACE

 

On a retrouvé Vikram, l’atterrisseur lunaire indien

Trois mois après l’alunissage raté de la mission Chandrayaan-2, on a enfin repéré l’endroit où s’est crashé l’atterrisseur Vikram, près du pôle Sud de notre satellite naturel. L’Inde devait devenir, avec cette mission, le quatrième pays à se poser en douceur sur la Lune – après la Russie, les Etats-Unis et la Chine. Mais le 6 septembre, au cours de sa descente vers la surface lunaire, l’engin baptisé a cessé d’émettre. On n’a plus jamais eu de ses nouvelles.

 

L’agence spatiale indienne, l’Isro, a rapidement annoncé qu’elle avait «localisé» Vikram près de son lieu d’atterrissage visé, grâce à la caméra thermique d’une sonde restée en orbite lunaire. Mais sans dévoiler d’image pour confirmer ses dires. De son côté, la Nasa a mobilisé son satellite LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) pour chercher des traces du crash. Sans résultat au début : les marques d’impact étaient peut-être cachées dans les cratères ombragés… Mais un ingénieur indien, passionné par le destin de Vikram, n’a pas lâché l’affaire. Il a continué d’examiner à la loupe les photos prises par LRO avant et après le crash, librement mises à disposition par la Nasa… et il a fini par gagner au jeu des sept différences.


LIENS TWITTER

Shan@Ramanean

Is this Vikram lander? (1 km from the landing spot) Lander might have been buried in Lunar sand? @LRO_NASA @NASA @isro

Voir l'image sur Twitter

Shan@Ramanean

@NASA @LRO_NASA @isro
This might be Vikram lander’s crash site (Lat:-70.8552 Lon:21.71233 ) & the ejecta that was thrown out of it might have landed over here https://twitter.com/Ramanean/status/1179792967692734465  (The one on the left side was taken on July 16th & one on the right side was from Sept 17)

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Shan@Ramanean

Is this Vikram lander? (1 km from the landing spot) Lander might have been buried in Lunar sand? @LRO_NASA @NASA @isro #Chandrayaan2 #vikramlanderfound #VikramLander

Voir l'image sur Twitter

«Ceci pourrait être le lieu du crash»envoie-t-il à la Nasa et à l’Isro sur Twitter, avec des coordonnées lunaires et des photos de ses trouvailles, où il encadre en rouge les lieux suspects. Quelques jours plus tard, l’équipe de la Nasa enquête et confirme la découverte de l’amateur Shanmuga Subramanian. Les débris de l’atterrisseur sont minuscules sur les photos (1 ou 2 pixels de large, et 1 pixel pour l’ombre) mais on voit bien, en faisant la différence de luminosité entre les photos d’avant et après le 6 septembre, les éjectas sur le lieu du crash, à 750 mètres au nord-ouest du site prévu.

Cette image montre la différence de luminosité sur la surface lunaire avant et après l’atterrissage de Vikram. Les éjectas et les débris s’étalent sur 100 mètres autour du point d’impact, au centre de l’image.

Cette image montre la différence de luminosité sur la surface lunaire avant et après l’atterrissage de Vikram. Les éjectas et les débris s’étalent sur 100 mètres autour du point d’impact, au centre de l’image. Photo Nasa. Goddard. Arizona State University


Une planète géante autour d’un cadavre d’étoile

Ce n’est pas parce qu’une étoile meurt que ses planètes doivent la suivre dans la tombe : c’est ce qu’ont découvert des astronomes grâce au Very Large Telescope, dans le désert chilien d’Atacama. Ils s’intéressaient aux naines blanches, ces résidus d’étoiles qui subsistent à la toute fin de leur vie, une fois qu’elles ont expulsé leurs couches externes de gaz. Les étoiles les plus massives explosent en supernova et laissent derrière elles une étoile à neutrons ou un trou noir, tandis que les étoiles grosses comme le Soleil finissent naines blanches, petites et denses, encore très chaudes mais faiblement lumineuses. Les astronomes étudiaient un cortège de 7 000 naines blanches, donc, quand ils ont été intrigués par l’une d’entre elles.

 

Cette étoile singulière semblait entourée d’hydrogène, d’oxygène et de soufre dans son environnement proche. En regardant mieux, les astronomes ont compris qu’il y avait un vrai disque de gaz tourbillonnant autour de la naine blanche. «Quelques semaines de réflexion furent nécessaires pour aboutir à la seule conclusion plausible : la création de ce disque doit résulter de l’évaporation d’une planète géante»raconte Matthias Schreiber de l’université de Valparaíso au Chili, qui a fait les simulations numériques. C’est la première fois qu’on découvre une planète géante autour d’une naine blanche.

La planète doit être une géante gazeuse, au moins deux fois plus grosse que l’étoile elle-même, et glacée comme Neptune. «Parce qu’elle est en orbite autour de la naine blanche chaude à faible distance, effectuant une révolution complète en dix jours seulement, les photons hautement énergétiques émis par l’étoile expulsent progressivement l’atmosphère planétaire, explique l’ESO. La plupart du gaz s’échappe, le reste se retrouve piégé au sein d’un disque tourbillonnant vers l’étoile à la vitesse de 3 000 tonnes par seconde.»

 

Images de là-haut

Le 10 avril 2019 a marqué l’histoire de l’astronomie : pour la première fois, on a découvert le véritable visage d’un trou noir, photographié par une équipe de plus de 200 chercheurs à l’aide de huit observatoires et après des mois de travail. On a donc un portrait du trou noir supermassif qui se trouve au cœur de la galaxie M87 : c’est… un rond noir, tout bêtement, entouré d’un halo lumineux plus vif en bas qu’en haut de la photo.

Mais à quoi ressemblent les autres trous noirs ? Est-ce que leur ombre, la zone sombre au milieu, est toujours visible, ou est-ce qu’elle est parfois cachée derrière le halo de gaz incandescent qui tourne autour du trou noir, piégé par son champ gravitationnel ? Et de quels critères dépend l’intensité de ce halo ? Trois chercheurs américains ont produit des simulations, selon différentes géométries possibles de l’espace-temps et mouvements du gaz qui tombe dans le trou noir. Bilan : l’ombre du trou noir est toujours visible.

Simulations de l’image d’un trou noir vu par un observateur distant, selon un modèle d’espace-temps newtonien ou de Schwarzschild, avec un gaz au repos (au milieu) ou tombant vers l’intérieur (à droite).

 

Simulations de l’image d’un trou noir vu par un observateur distant, selon un modèle d’espace-temps newtonien ou de Schwarzschild, avec un gaz au repos (au milieu) ou tombant vers l’intérieur (à droite). Photos Narayan et al, 2019, The Astrophysical Journal Letters

En septembre, la Nasa avait publié une simulation animée de trou noir, pour visualiser le mouvement du gaz incandescent. «Le disque semble plus brillant à gauche qu’à droite, car le gaz du côté gauche avance vers nous à une vitesse si élevée que la relativité d’Einstein augmente sa luminosité. L’opposé se produit du côté droit, où le gaz s’éloigne de l’observateur et devient donc plus sombre.»

 

 

Astronomie:un gigantesque trou noir découvert au centre de la Voie Lactée

Les trous noirs d’une telle masse ne devraient même pas exister dans notre galaxie”. C’est ce qu’a déclaré l’astronome Jifeng Liu, de l’Observatoire national chinois d’astronomie, après une découverte des plus surprenantes. Une méthode de recherche des trous noirs a permis d’en identifier un… au sein même de la Voie lactée ! Dénommé LB-1, sa masse stellaire atteint 68 fois la masse du Soleil. Mais selon les modèles, cette taille est inconcevable — du moins pour notre galaxie. Ces recherches inédites sont décrites dans la revue Nature ce 27 novembre.

 

 

Le trou noir dénommé LB-1 ...au centre de notre Voie Lactée.
Le trou noir dénommé LB-1 …au centre de notre Voie Lactée.

À 15 000 années-lumières

Les trous noirs qui accumulent activement de la matière sont observables, car ils brillent sur plusieurs longueurs d’onde du spectre. Au contraire, lorsqu’ils sont dits “dormants”, ils sont littéralement invisibles et ne dégagent aucun rayonnement détectable : pas de lumière, pas d’ondes radio, pas de rayons X, rien. Toutefois, cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent être détectés. La méthode de la vitesse radiale, notamment, identifie les trous noirs à l’aide des objets célestes émettant de la lumière qui gravitent autour d’eux.

 

L’équipe de l’astronome Jifeng Liu utilisait le The Large Sky Area Multi-Object Fibre Spectroscopic Telescope (LAMOST) à la recherche de ces étoiles vacillantes. Ils sont finalement tombés sur un astre rare, une “étoile bleue de la séquence principale” située à 15 000 années-lumières de la Terre. Il a ensuite fallu des observations des puissants télescopes Gran Telescopio Canarias (Espagne) et Keck Observatory (États-Unis) pour révéler la nature étonnante de ce que les scientifiques avaient découvert : une étoile de 35 millions d’années, pesant huit fois la masse du Soleil… Et surtout en rotation autour d’un trou noir, dans un cycle de 79 jours et une orbite “étonnamment circulaire”.

L’histoire de sa formation intrigue

Cette révélation est un véritable casse-tête pour les scientifiques. En fait, la composition chimique des plus grosses étoiles de notre galaxie suggère qu’elles perdent une grande partie de leur masse à la fin de leur vie, juste avant que le noyau de l’étoile ne s’effondre et forme un trou noir. Les astres les plus lourds mettent fin à leur vie dans ce qu’on appelle une “supernova”, si bien que leur noyau est complètement “effacé”. Le trou noir a alors une masse inférieure à 50 à 60 fois celle du Soleil. “LB-1 est deux fois plus massive que ce que nous pensions possible”, indique Jifeng Liu. Il n’a donc pas pu être créé lors d’une supernova. “Maintenant, les théoriciens devront relever le défi d’expliquer sa formation.”

Une première théorie suggère que LB-1 serait le résultat de la collision de deux trous noirs. Cet ensemble aurait ensuite “capturé” l’étoile bleue. Dans ce scénario, néanmoins, l’orbite circulaire de son compagnon n’est pas cohérente : une capture produirait une orbite elliptique. Le temps aurait pu la lisser, mais cela prendrait bien plus de temps que 35 millions d’années. Une autre possibilité consiste en une supernova “de repli”. Des éléments, éjectés de l’étoile mourante, seraient retombés immédiatement pendant la formation du trou noir. Pour l’instant, il n’existe aucune preuve confirmant ou infirmant ces synopsis.

Dans tous les cas, LB-1 est soudainement devenu l’un des objets les plus intéressants de la Voie Lactée, car il oblige les chercheurs à réexaminer les modèles de formation des trous noirs. Ces objets célestes ne cessent d’étonner les scientifiques. Il y a quelques jours, ils découvraient pour la première fois une galaxie avec trois trous noirs supermassifs en son centre, ce qu’ils ne pensaient pas être possible non plus.


 

Il y a quelques jours :

des astronomes découvrent une galaxie avec trois trous noirs supermassifs en son centre

 

L’Univers ne cesse de nous délivrer de nouveaux mystères. Alors que cela n’avait jamais été vu auparavant, trois trous noirs supermassifs ont été observés dans une même galaxie, dénommée NGC 6240.

La galaxie NGC 6240 est un véritable casse-tête pour les astronomes. Pendant longtemps, ils ont estimé qu’elle était lerésultatd’une fusion entre deux galaxies. En témoignait sa forme particulière. Mais une nouvelle étude des universités de Göttingen et de Potsdam (Allemagne), publiée dans la revue Astronomy and Astrophysics fin octobre, démontre que cet ensemble d’étoiles, de gaz, de poussières et de vide provient finalement de la collision de trois galaxies.

On estime qu’au centre de toutes les grandes galaxies se trouve un trou noir, des millions de fois plus massif que notre Soleil. Et NGC 6240 concentrerait en effet trois trous noirs supermassifs, proches les uns des autres, en son centre. Un phénomène inédit, pour le moment jamais découvert ailleurs dans l’Univers.

Des technologies de pointe

Bien qu’à environ 300 millions d’années lumière de la Terre, la galaxie avait déjà été étudiée de manière approfondie. Toutefois, c’est l’utilisation du Very Large Telescope (VLT) — ou Très Grand Télescope — de l’Observatoire européen austral (ESO), ainsi que du spectrographe 3D MUSE qui a permis de scruter NGC 6240 avec plus de précision qu’auparavant. Et ainsi de révéler ces trois trous noirs supermassifs. Les nouvelles observations montrent en effet que l’objet céleste du Sud était en réalité constitué de deux trous : S1 et S2. Ce troisième élément n’avait pas été détecté car, en autre, seuls deux des trous absorbent activement de la matière, tandis que le troisième est dit “dormant”.

NGC 6240 et ses 2 trous noirs actifs (S1 et S2) …le troisième (n) est considéré comme endormi!

 

 

 

“Jusqu’à présent, une telle concentration de trois trous noirs supermassifs n’avait jamais été découverte dans l’Univers, assure le Dr Peter Weilbacher de l’Institut d’astrophysique de Leibniz à Potsdam. Les nouvelles recherches fournissent la preuve d’un processus de fusion simultané de trois galaxies avec leurs trous noirs centraux.”

Comprendre la formation des galaxies

Plus encore qu’une manifestation méconnue, la découverte de ce triple système est d’une importance fondamentale pour mieux comprendre la formation des galaxies, particulièrement des plus grandes et des plus massives — comme par exemple la Voie lactée. Pour le moment, les scientifiques n’arrivaient pas à expliquer comment ces dernières peuvent se créer. Car en 14 milliards d’années — date de la naissance de l’Univers et du Big Bang— elles n’ont pas eu suffisamment de temps pour se forme, même en tenant compte de la fusion de deux galaxies.

Mais si trois galaxies peuvent fusionner simultanément, à l’instar de NGC 6240, cela peut changer la donne et expliquer l’existence d’énormes assemblages. “Si, toutefois, des processus de fusion simultanés de plusieurs galaxies avaient lieu, alors les plus grandes galaxies dotées de trous noirs supermassifs centraux pourraient évoluer beaucoup plus rapidement”, confirme dans un communiqué Peter Weilbacher.

Une puissance incroyable

D’après les chercheurs, NGC 6240 est probablement sur le point de terminer son processus de fusion. Cela peut cependant encore prendre plus d’un milliard d’années. Chacun des trois trous noirs a une masse de 90 millions de fois celle de notre Soleil. Ils finiront par se fondre en un gigantesque ensemble, lourd comme 270 millions de soleils. Lorsque cela se produira, dans un avenir (très) lointain, cette fusion générera de très puissantes ondes gravitationnelles. En attendant, des objets célestes similaires pourront encore être démasqués, et de nouveaux systèmes de fusion découverts.

Depuis toujours nous pouvons observer à l’oeil nu,le centre de notre voie Lactée,…mais les distances sont tellement grandes que nous ne pouvions voir ce que nous venons de découvrir!

 

 

Voyager 3, vers une fiction…

 

 

L’idée ici c’est qu’il y a eu une troisième sonde Voyager, après Voyager 1 et Voyager 2. La sonde Voyager 3 aurait permis de trianguler avec les deux autres sondes, je ne sais pas quoi. Mais là on est pris, car la sonde Voyager 3 empêche la respiration par ambification de se faire. Par là je veux dire que l’ambification c’est la caractéristique qu’ont les astres d’échanger avec d’autres astres. Ce type de respiration implique donc pour l’astre, un commencement et une fin. Tandis que chaque respiration permet de perdurer aussi longtemps que voulu. La fin d’un astre est sa singularité. Donc, un trou noir.

Évidemment, le processus d’ambification complète de la Terre qui la fait suffoquer peut être dû à plusieurs facteurs. Par exemple, les recherches du CERN ont peut-être créé un portail quelconque, une déchirure dans la fiction espace-temps, ou bien quelques singularités qui se promènent maintenant ici et un peu partout avant de pouvoir un jour se réveiller (phoenix).

Si le CERN a créé un trou noir, alors les effet de se trou noir ont commencé à se faire sentir bien avant sa création par le CERN. D’où l’exploration spatiale, d’où les sondes Voyager.

Dans certains milieux, on dit que la Terre est sous quarantaine. Même dans un épisode d’X-Files (l’épisode 4 de la saison 11), vers la fin de l’épisode il y a un extra-terrestre qui vient pour dire que la Terre est sous quarantaine dorénavant.

L’ambification implique une sortie, car autrement il n’y aurait pas d’ambification. Pas besoin d’avoir un mot qui ne veut rien dire, puisqu’il suffit de ne rien écrire pour obtenir le même effet. La nature n’aime pas le gaspillage, oubliez-pas ça.

Au niveau fictif, j’aime croire qu’il suffira d’un simple signal, une sorte de couleur bleue unique, en quelque sorte, envoyé je ne sais pas où, pour faire en sorte que nous nous libérerons de ce qui nous retiens où nous sommes.

Parce que si la Terre est en processus d’ambification, alors le système solaire aussi. Souvenez-vous où se trouvent Voyager 1 et 2. Et Voyager 3, qui officiellement n’a pas été lancé, mais dont les pièces ont été utilisés (par la très fiable agence NASA, pas du tout sarcastique ici) pour servir je sais pas quoi.

Ben c’est çá. Si nous sommes dans un processus d’ambification, alors le coeur de la Terre se refroidit un peu. Où va la chaleur ? vers l’autre côté de la Terre, c’est-à-dire où nous sommes. Si la Terre est dans un processus d’ambification, alors Mars aussi. Avez-vous lu la nouvelle qui dit que la calotte polaire de Mars est en train de fondre?

 

 

 

 

 

La photo du Jour/Picture of the day:Le Centre de la Voie Lactée vue du Plateau de Chajnantor…et diverses questions

 

Une vision extraordinaire devant l’immensité de notre propre galaxie./
An extraordinary view in front of our own galaxy.

CETTE PHOTO DU JOUR/ THIS PHOTO OF THE DAY 

 

Aujourd’hui,la photo du jour  montre le cœur de la Voie Lactée alors qu’elle brille sur le plateau du Chajnantor. Situé au cœur du désert d’Atacma au Chili, ce plateau est l’un des endroits les plus hauts et les plus secs du monde, offrant ainsi des conditions idéales pour l’observation des rayonnements millimétriques et submillimétriques de l’espace, normalement absorbés par l’atmosphère de la Terre. Il n’est donc pas surprenant que le plateau de Chajnantor ait été choisi comme site du très productif Atmacama Large Millimetre / Submillimeter Array (ALMA), un télescope ultramoderne utilisé pour étudier certains des objets les plus froids de l’univers.

Sur les nuages ​​sombres complexes et le lustre de milliards d’étoiles, vous pouvez voir un triangle formé par Mars, Saturne et l’étoile Antares . Le point brumeux sur la gauche, presque éclipsé par la splendeur spectaculaire de la Voie lactée, est un visiteur interplanétaire appelé Komet 252P / LINEAR . Cette comète a survolé la Terre en avril 2016. Bien qu’il était trop faible pour être vu à l’œil nu, sa beauté peut être vue lors de longues expositions comme celle-ci.

Cependant, comme le suggère l’intrépide stargazer au premier plan, le plateau est également un excellent endroit pour observer le cosmos à l’œil nu. À partir de là, vous pouvez observer le ciel étoilé du sud avec une clarté inégalée, évoquant des souvenirs de l’époque avant que la lumière artificielle ne fasse disparaître le ciel et obscurcisse notre vision de l’univers./

Today, the photo of the day shows the heart of the Milky Way as it shines on the Chajnantor plateau. Located in the heart of the Atacma Desert in Chile, this plateau is one of the highest and driest places in the world, providing ideal conditions for the observation of millimeter and submillimetric radiation from space, normally absorbed. by the atmosphere of the Earth. It is no wonder that the Chajnantor Plateau was chosen as the site of the highly productive Atmacama Large Millimeter / Submillimeter Array (ALMA), a state-of-the-art telescope used to study some of the coldest objects in the universe.

On the complex dark clouds and the luster of billions of stars, you can see a triangle formed by Mars, Saturn and the star Antares. The foggy point on the left, almost eclipsed by the spectacular splendor of the Milky Way, is an interplanetary visitor called Komet 252P / LINEAR. This comet flew over the Earth in April 2016. Although it was too weak to be seen with the naked eye, its beauty can be seen during long exposures like this one.

However, as the intrepid stargazer suggests in the foreground, the set is also an excellent place to observe the cosmos with the naked eye. From there, you can observe the southern starry sky with unparalleled clarity, evoking memories of the time before artificial light makes the sky disappear and obscures our vision of the universe.


 

AUTRE PHOTO PRÈS DU SITE  / OTHER PHOTO NEAR THE SITE

 

Cette belle image montre comment la voie lactée s’élève juste au-dessus de la Residencia à l’ observatoire Paranal de l’ESO, que l’on peut voir au loin sur une montagne. Residencia est un hôtel privé de l’ESO – un chez-soi loin de chez soi pour les astronomes, ingénieurs, techniciens et visiteurs de l’observatoire. Également appelé «l’oasis des astronomes», le bâtiment dispose de son propre restaurant, salle de musique, bibliothèque, piscine et même d’un sauna pour permettre aux astronomes de se détendre entre leurs tâches. Elle a même été choisie comme lieu de tournage dans le film de James Bond  » Quantum of Solace  » (2008)/
This beautiful picture shows how the Milky Way rises just above the Residencia at ESO ‘s Paranal Observatory, which can be seen in the distance on a mountain. Residencia is a private ESO hotel – a home away from home for astronomers, engineers, technicians and visitors to the observatory. Also known as the « Oasis of Astronomers », the building has its own restaurant, music room, library, swimming pool and even a sauna to allow astronomers to relax between their tasks. She was even chosen as the location for the James Bond film « Quantum of Solace » (2008)

 


EN COMPLÉMENT  /IN COMPLEMENTARY

NOTRE GALAXIE ET LA POSITION DU SOLEIL /OUR GALAXY AND THE SUN’S POSITION 

 

 

Ce petit point bleu dans le coin inférieur gauche du diagramme, c’est nous! Nous sommes dans une immense galaxie contenant 200 à 400 milliards d’étoiles appelée la Voie Lactée, une des moins de 100 milliards d’autres galaxies. Est-il vraiment réaliste de penser que ce n’est que sur ce point bleu pâle que se reflètent les ténèbres et l’immensité apparemment infinies de l’univers entier!/This little blue dot in the lower left corner of the diagram is us! We are in a huge galaxy containing 200 to 400 billion stars called the Milky Way, one of less than 100 billion other galaxies. Is it really realistic to think that it is only on this pale blue point that the apparently infinite darkness and immensity of the entire universe is reflected!

 

La classification de Hubble sur les Galaxies connues/ The Hubble classification

Voir ce lien: les types de galaxies connues


Question: Y a-t-il aussi des êtres vivants sur d’autres planètes?/Question: Are there also living beings on other planets?

 

C’est l’une des questions les plus passionnantes que la science aborde depuis des décennies. Vous savez qu’aucune forme de vie extraterrestre n’a été découverte ou prouvée à ce jour. Donc, la réponse est: nous ne savons pas.
Mais il y a beaucoup à dire et, ces dernières années, de plus en plus de preuves d’une possible vie extraterrestre ont été découvertes, compte tenu de tout ce que nous savons sur la structure de l’univers, la fréquence et la nature des exoplanètes ) et les conditions préalables à la vie organique, il n’ya pratiquement aucun doute d’un point de vue scientifique que la vie existe même dans de nombreux endroits de l’univers. La plupart des experts parieraient qu’il y a de la vie sur d’autres planètes. Mon estimation personnelle est que le nombre de planètes habitées dans le cosmos est d’au moins plusieurs milliers. Quelques faits: Il n’ya que des milliards d’étoiles dans notre galaxie (voie lactée), dont la plupart ont des planètes. Selon des découvertes récentes, il y aurait aussi au moins cent milliards (!) Autres galaxies, chacune d’entre elles étant également constituée de milliards d’étoiles (et de planètes). Avec les derniers télescopes spatiaux, de nombreuses planètes semblables à la Terre ont été découvertes, dont un nombre surprenant se trouvant dans la zone dite habitable autour de l’étoile de leur maison. combien de civilisations extraterrestres existent dans notre seule galaxie. En principe, vous calculez la probabilité qu’une planète donnée présente une condition favorable à la vie et vous la multipliez par le nombre de planètes. Bien entendu, le résultat dépend fortement des hypothèses utilisées. Selon ces calculs, il existe également une tendance claire, selon les connaissances actuelles: il y a très probablement une vie extraterrestre! Sur notre planète voisine, Mars aurait pu naître de la vie, mais probablement uniquement sous sa forme primitive. Les autres formes de vie sont Europa de la lune de Jupiter et Titan de la lune de Saturne, où au moins sous la surface au moins des organismes unicellulaires auraient pu se former.    /
This is one of the most exciting questions science has been addressing for decades. You know that no form of extraterrestrial life has been discovered or proven to date. So, the answer is: we do not know.
But there is much to be said, and in recent years, more and more evidence of possible extraterrestrial life has been discovered, given all that we know about the structure of the universe, frequency and nature. exoplanets) and the preconditions for organic life, there is virtually no doubt from a scientific point of view that life exists even in many parts of the universe. Most experts would bet there is life on other planets. My personal estimate is that the number of inhabited planets in the cosmos is at least several thousand. Some facts: There are only billions of stars in our galaxy (Milky Way), most of which have planets. According to recent discoveries, there would also be at least one hundred billion (!) Other galaxies, each of which is also made up of billions of stars (and planets). With the latest space telescopes, many Earth-like planets have been discovered, including a surprising number found in the so-called habitable area around the star of their home. how many extraterrestrial civilizations exist in our galaxy alone. In principle, you calculate the probability that a given planet presents a favorable condition to life and you multiply it by the number of planets. Of course, the result depends heavily on the assumptions used. According to these calculations, there is also a clear trend, according to current knowledge: there is very likely an extraterrestrial life! On our neighboring planet, Mars could have been born of life, but probably only in its primitive form. The other life forms are Europa of the moon of Jupiter and Titan of the moon of Saturn, where at least under the surface at least unicellular organisms could have been formed.

Autre question:Sommes-nous seuls dans l’univers?/Another question: Are we alone in the universe?

(for english translation see the end of french text please)

 

L’astronome fait une expérience de pensée: « Imaginez qu’il existe une planète à 70 millions d’années-lumière sur laquelle des êtres sophistiqués regardent la Terre à travers un super-télescope, que verraient-ils? » Layman: « La terre » Astronome: « Il regarderait même à travers l’atmosphère: que verrait-il? » Layman: « Toi et moi. » As-tronomiste: « Faux, il verrait des dinosaures. » Layman: « Dinosaures? » Astronome: « Oui, Dinos, ils sont morts il y a 65 millions d’années. » Layman: « C’est fou. » Astronome: « Parce que les distances sont tellement insensées, nous ne pouvons voir ou entendre que les autres et les autres quand notre soleil se couche d’un seul coup et nous ne l’entendons que huit minutes plus tard. » Laie:

 

Le jeu de l’esprit montre que plus une civilisation intelligente est proche de la Terre, plus les chances de dialogue sont grandes – plus les représentants de la génération interrogée expérimentent encore la réponse des autres. Notre curiosité serait déchargée de nombreuses questions: depuis combien de temps avez-vous, votre planète, votre soleil? Pouvez-vous voyager presque aussi vite que la lumière? Ou vous battez-vous toujours avec votre arc et vos flèches? Comment vous multipliez-vous? Êtes-vous en carbone? Pour des raisons évidentes: comment gagnez-vous votre énergie? Et si nous savions qu’il y en a d’autres, mais qu’ils ne répondent pas, pourquoi êtes-vous silencieux?
L’histoire de la connaissance de la position de l’homme dans le cosmos est à la fois une source de grande déception et d’émerveillement. Au début, l’homme pensait pendant des siècles que la terre était au centre de tout et que les étoiles étaient des accessoires étincelants ou le siège des dieux. En fait, la terre tourne autour du soleil. Ensuite, nous réalisons que notre système solaire fait partie d’une galaxie et que nous n’y vivons que marginalement. Quelques siècles plus tard seulement, nous réalisons qu’il s’agit d’une zone résidentielle cinq étoiles, qui nous épargne les explosions de gamma et toutes sortes d’autres rigueurs d’explosions de supernova.
Mais notre voie lactée est la seule galaxie? Même pas ça. Une fois que les télescopes spatiaux ont examiné l’espace plus profondément que jamais, il est clair qu’il existe des milliards de galaxies avec des milliards de soleils chacune. Stupéfié par tant d’espace, d’arbitraire et de perte, l’homme se demande: Où sont nos frères et sœurs? Ou la Terre est-elle le seul endroit où l’univers pense à lui-même?

« La vie est partout »

La vie de toutes sortes semble être commune. Une abondance de formes d’existence différentes peuplent chaque coin de la planète bleue. De la nuit éternelle sous l’énorme pression de la mer profonde à l’air hautement dilué au-dessus des plus grandes montagnes grouillant et déferlant. Les êtres vivants défient la chaleur et la sécheresse du désert, ainsi que le blizzard et le froid glacial au pôle Sud.

Même des ravines de lave au fond des océans ont donné vie à des naturalistes. Des microbes extrêmement étranges se déposent dans l’eau bouillante et se nourrissent d’acide sulfurique. Les êtres étranges sont appelés archaïques. Ils forment une pousse auparavant inconnue sur l’arbre de la nature.

La plus petite des créatures du même genre vit dans l’eau de refroidissement de Kernmeilern. Il semble apprécier les radiations qui pourraient être mortelles pour les humains. Une race indestructible de consommateurs de kérosène s’est installée dans les réservoirs de carburant des avions commerciaux. Mais les émanations de leurs aliments préférés seraient un poison pour le reste du monde animal.

La conquête de ces niches lointaines montre qu’il est évident que les formes d’existence se développent partout où les circonstances le permettent. Ni le froid, la chaleur, la pression ni les radiations ne peuvent limiter de manière décisive leur progression dans les liquides.

L’eau ruisselle même lorsque vous ne vous y attendiez pas depuis longtemps. Des robots roulants ont trouvé des preuves sur Mars qu’une fois ruisseaux, rivières, lacs et mers recouvraient la planète rouge voisine. Des sondes spatiales ont détecté l’humidité fructueuse sur les lunes des planètes géantes Jupiter et Saturne. Cela a renforcé la preuve qu’il est également en train de fleurir, de ramper et de fuir sur des planètes semblables à la Terre. L’astrobiologiste britannique David Darling a conclu: « La vie est partout. »

Dans son livre, The New Outsider Science of Astrobiology, Darling a annoncé une « percée attendue depuis longtemps ». Le chercheur a déclaré:  

Quelque chose d’inhabituel s’est passé au cours de la dernière décennie. Sans fanfare, les scientifiques du monde entier sont parvenus à un accord sur l’un des problèmes les plus complexes jamais soulevés par l’esprit humain:

Sommes-nous seuls dans l’espace?

Non!

Presque hors de doute, il se produit également ailleurs. Au moins sous forme microbiologique, il est largement utilisé. Nous trouverons probablement bientôt des preuves indéniables de cela.


 

 

 


David Darling

Préastronautique: Quelqu’un est-il allé là-bas?

Le sujet de Darling, Astrobiology, est une leçon récente. Il combine les résultats de l’astronomie, qui explore la construction de l’espace, avec les découvertes de la biologie, le client des plantes et des animaux, y compris l’homme.

Tous les êtres vivants ont le besoin de se multiplier et de se répandre. L’espace offre la plus grande opportunité possible de développement. C’est peut-être la raison la plus profonde pour laquelle les gens voyagent dans l’espace. De même, les habitants des mondes extraterrestres chercheront d’autres étoiles.

Les voyages lunaires ont prouvé que les êtres vivants sont capables de quitter leur monde et d’atteindre d’autres corps célestes. En outre, Mars obtiendra tôt ou tard une visite de la Terre. Les planètes du prochain soleil extraterrestre, Toliman ou Proxima Centauri, forment avec quatre années-lumière un objectif beaucoup plus lointain mais pas fondamentalement différent. De même, quelqu’un aurait pu partir de là pour explorer le système solaire.

Quatre années-lumière peuvent constituer un écart insurmontable dans l’état actuel des connaissances. Mais les abysses vertigineux de l’univers sont confrontés à des périodes tout aussi impressionnantes. L’âge de la partie visible de l’univers est estimé à environ quatorze milliards d’années. La plupart des soleils nains rouges accompagnés de compagnons amoureux sont beaucoup plus âgés que la star qui brille sur les gens. Il ne s’agit pas de quelques siècles, mais de millions d’années.

Les résidents de ces mondes auraient eu amplement le temps de développer plus d’espace. La Terre ne compte que soixante-dix ans, si l’on en revient à la construction des premières grandes fusées opérationnelles à Peenemünde. Les navires générationnels peuvent également franchir des distances astronomiques. Dans le sommeil froid et profond, on peut voyager pendant des décennies, voire des siècles.

Les messagers de civilisations plus matures auraient eu amplement l’occasion de visiter la Terre avant qu’il y ait des humains. Tel est le principe directeur de la pré-astronautique, l’astronautique dans la préhistoire, le client du voyage dans l’espace dans la préhistoire et les débuts de l’histoire. Bien que parfois considérée comme une pseudo-science, elle n’est plus contraire à aucune loi naturelle connue.

Les représentants de cette doctrine font des constatations telles que le coin en aluminium d’Aiud en Transylvanie roumaine. La pièce date apparemment de la préhistoire. Cependant, l’extraction de l’aluminium dans la pureté présente n’a été réalisée que récemment à l’aide du courant électrique provenant de la bauxite.

L’origine du mécanisme d’Anticythère est également déconcertante. C’est un mouvement à engrenages, qui contient, entre autres, un engrenage de compensation. Vraisemblablement, l’appareil a servi à prédire les mouvements des étoiles. Les débuts de cette technique datent du XIVe siècle au plus tôt. Cependant, le mécanisme a été découvert dans l’épave d’un navire qui avait sombré à l’époque préchrétienne près de la ville grecque d’Anticythère./

The astronomer is doing a thought experiment: « Imagine that there is a planet 70 million light-years away from which sophisticated beings are looking at the Earth through a super-telescope, what would they see? » Layman: « Earth » Astronomer: « He would even look through the atmosphere: what would he see? » Layman: « You and me. » As-tronomist: « False, he would see dinosaurs. » Layman: « Dinosaurs? » Astronomer: « Yes, Dinos, they died 65 million years ago. » Layman: « It’s crazy. » Astronomer: « Because distances are so insane, we can see or hear only others and others when our sun goes down at a single stroke and we only hear it eight minutes later. » Laie

The play of the mind shows that the closer an intelligent civilization is to the Earth, the greater the chances of dialogue – the more the representatives of the questioned generation still experience the response of others. Our curiosity would be relieved of many questions: how long have you, your planet, your sun? Can you travel almost as fast as light? Or are you still fighting with your bow and arrows? How do you multiply? Are you carbon? For obvious reasons: how do you gain your energy? And if we knew there were others, but they did not answer, why are you silent?

The story of knowing the position of man in the cosmos is both a source of great disappointment and wonder. At first, man thought for centuries that the earth was at the center of everything and that the stars were sparkling props or the seat of the gods. In fact, the earth revolves around the sun. Then we realize that our solar system is part of a galaxy and we live there only marginally. Only a few centuries later, we realize that this is a five-star residential area that spares gamma explosions and all sorts of other rigors of supernova explosions.

But our milky way is the only galaxy? Not even that. Once space telescopes have examined space more deeply than ever, it is clear that there are billions of galaxies with billions of suns each. Amazed by so much space, arbitrariness and loss, the man asks himself: Where are our brothers and sisters? Or is the Earth the only place where the universe thinks of itself?

« Life is everywhere »

Life of all kinds seems to be common. An abundance of different forms of existence populate every corner of the blue planet. From eternal night under the enormous pressure of the deep sea to the highly diluted air over the largest mountains swarming and breaking. Living beings defy the heat and drought of the desert, as well as the blizzard and icy cold at the South Pole.

Even lava gullies at the bottom of the oceans gave life to naturalists. Extremely strange microbes are deposited in boiling water and feed on sulfuric acid. Strange beings are called archaic. They form a previously unknown shoot on the tree of nature.

The smaller creature of the same kind lives in the cooling water of Kernmeilern. He seems to appreciate the radiation that could be deadly to humans. An indestructible breed of kerosene consumers has settled into the fuel tanks of commercial aircraft. But the fumes from their favorite foods would be a poison to the rest of the animal world.

The conquest of these distant niches shows that it is obvious that forms of existence develop wherever circumstances permit. Neither cold, heat, pressure nor radiation can decisively limit their progress in liquids.

The water trickles even when you have not expected it for a long time. Rolling robots found evidence on Mars that streams, rivers, lakes and seas covered the neighboring red planet. Space probes have detected the successful moisture on the moons of the giant planets Jupiter and Saturn. This has reinforced the evidence that he is also blooming, crawling and fleeing on Earth-like planets. The British astrobiologist David Darling concluded: « Life is everywhere. »

In his book, The New Outsider Science of Astrobiology, Darling announced a « long-awaited breakthrough ». The researcher said:

Something unusual has happened in the last decade. Without fanfare, scientists around the world have come to an agreement on one of the most complex issues ever raised by the human mind:

Are we alone in space?

No!

Almost beyond doubt, it also occurs elsewhere. At least in microbiological form, it is widely used. We will probably find undeniable proof of that soon.


David Darling

Pre-astronaut: Has anyone gone there?

Darling’s subject, Astrobiology, is a recent lesson. It combines the results of astronomy, which explores the construction of space, with the discoveries of biology, the client of plants and animals, including man.

All living beings have the need to multiply and spread. The space offers the greatest opportunity for development. This is perhaps the most profound reason why people travel in space. In the same way, the inhabitants of the extraterrestrial worlds will look for other stars.

Lunar trips have proved that living beings are able to leave their world and reach other celestial bodies. In addition, Mars will sooner or later get a tour of the Earth. The planets of the next extraterrestrial sun, Toliman or Proxima Centauri, form with four light-years a goal much more distant but not fundamentally different. Similarly, someone could have gone from there to explore the solar system.

Four light-years can constitute an insurmountable gap in the current state of knowledge. But the dizzying abysses of the universe are facing equally impressive times. The age of the visible part of the universe is estimated at about fourteen billion years. Most of the red dwarf suns with fellow lovers are much older than the star who shines on people. It is not a few centuries, but millions of years.

Residents of these worlds would have had plenty of time to develop more space. The Earth is only seventy years old, if we go back to the construction of the first large operational rockets at Peenemünde. Generational ships can also cross astronomical distances. In cold and deep sleep, one can travel for decades, even centuries.

The messengers of more mature civilizations would have had ample opportunity to visit Earth before there were humans. This is the guiding principle of pre-astronautics, astronautics in prehistory, the client of space travel in prehistory and the beginnings of history. Although sometimes considered a pseudo-science, it is no longer contrary to any known natural law.

Representatives of this doctrine make findings such as the aluminum corner of Aiud in Romanian Transylvania. The piece apparently dates from prehistory. However, the extraction of aluminum in the present purity has only been carried out recently using electric current from bauxite.

The origin of the Antikythera mechanism is also disconcerting. It is a gear movement, which contains, among other things, a compensation gear. Presumably, the device was used to predict the movements of the stars. The beginnings of this technique date from the 14th century at the earliest. However, the mechanism was discovered in the wreck of a ship that had sunk in pre-Christian times near the Greek city of Antikythera.