Laura Madeleine Eisenhower: L’Invasion ET s’est déjà produite et les Gouvernements ne veulent pas que nous le sachions

Laura Madeleine Eisenhower est la petite petite-fille de l’ancien président américain Dwight David Eisenhower)

TERRA NOVA, Congres International d’Ufologie, Cio Uritorco.

Bonjour, mon Nom est Laura Madeleine Eisenhower, merci de m’avoir invitée, c’est un tel Honneur pour Moi d’être là, présente.
Pour résumer mon Parcours, j’ai vécu, expérimenté et fait des Recherches dans les Domaines de l’Exopolitique, de l’Alchimie, des Agendas Secrets et sur toute notre Histoire Galactique. J’ai été missionnée sur ce Terrain des Énergies Profondes depuis toute petite.
La Nature m’a servie d’Enseignante et m’a appris à faire la Différence entre notre Voyage d’Âme, notre Nature multi dimensionnelle et la Matrice artificielle avec ses Agendas de Contrôle.

Nous ne pouvons pas nier la Modification du Climat à travers les Épandages dans nos Ciels. Tout ce que nous avons à faire est de lever les Yeux au Ciel pour voir qu’il se passe quelque Chose de vraiment mauvais.

Nous devons aussi faire avec le Désastre de Fukushima, les OGM, les Faux Drapeaux dans les JT, le Contrôle des Esprits comme des Médias, sans compter tous les Scénarios possibles de fausses Invasions Aliens.

L’effondrement contrôlé de l’Économie, les Lois Martiales et les Camps de FEMA aussi, ainsi que le Puçage des Citoyens. Voici tout ce qui nous menace.

C’est de la Ligne de Temps organique et corporelle qu’ils veulent nous détourner, cela est relié à un Changement de Paradigme Intérieur et au Réveil de notre Temple Divin, de notre Potentiel de l’ADN.

Les Lignes de Temps artificielles sont reliées au Gouvernement et aux Traités qui ont été passé avec les ETs, ainsi qu’aux Technologies détenues depuis 26000 Ans qui créent la Désunion et mettent les Âmes en esclavage.

La plupart des Agendas de l’Ombre ont été crées bien avant que notre Planète ne soit complètement formée. Ils sont maintenant ici sur Terre car nous sommes au Temps de la Seconde Création après d’intenses Guerres Galactiques et la Chute de Civilisations avancées.

Ils ont créée le Système de Contrôle dans lequel nous vivons afin de s’assurer que nous restions limités à une Existence dans la Dimension 3D. Et aussi pour que la Guérison soit impossible pour les Groupes ETs Négatifs qui veulent garder le Pouvoir. Cela est fait pour interférer avec notre Vrai Mariage Spirituel, qui est ce à quoi nous devons nous reconnecter. Ils savent que l’Équilibre et l’Unité est tout ce dont nous avons Besoin.

Cela a commencé avec les Séraphins déchus et la Guerre des Elohims, la Rébellion de Lucifer et les Annunakis et le But du NOM. Les Annunakis sont un Mélange d’Êtres de différents Systèmes d’Étoiles, les Lucifériens, tout comme les Dracos, en sont les Factions Négatives. Ce furent les premières Races Guerrières qui attaquèrent la Lyre et son Système. L’Énergie Lucifer, Yahweh/Jéhovah représente la Rébellion, ainsi que la Nécessité de l’Ordre et de la Loi. Les Traités ETs ont commencé avec Hitler, Crowley, Roosevelt et Eisenhower.

Les Pléiadiens et les Gris ont tous deux fait des Offres au Gouvernement mais le Gouvernement s’est rangé du Côté des Gris et des Reptiliens.

Nous avons donc deux Factions opposées dans le Gouvernement de l’Ombre que sont les Illuminatis. Ils propagent la Guerre pour nous garder soumis et divisés. Et il y a un Combat au milieu duquel nous sommes pris.

Il y aurait beaucoup d’Histoire à partager sur ces Races, y compris une Planète appelée Apex dans le Système de la Lyre, qui devint ensuite Zeta Reticuli. Tous ne sont pas nocifs mais certains ont rejoint les Êtres qui sont au Service du Soi quand ceux-ci ont détruit leur Planète après une Guerre Nucléaire. Ils ont été forcés de devenir des Gris de plus petite Taille après avoir du vivre dans les Souterrains. Cela a détruit leurs Fonctions reproductives et donc ils ont utilisé le Clonage pour se reproduire.

Nous voyons des Scénarios similaires se reproduire ici bas.

Les Gris et les Reptiliens sont supposément les Races qui seraient impliquées dans la Machination avec les Dracos sur L’Étoile de Rygel. Et avec les Grands Blancs. Nous entendons parler des Grands Blancs par Paul Hellyer, Notre Gouvernement travaille avec eux et ils souhaitent empêcher notre Ascension en désalignant les Grilles Terrestres.

Les Nordiques ayant réussi à fuir cette Infiltration ont essayé de nous aider.

C’est en 1926 que les Zetas de la Planète Apex ont commencé à interagir avec certaines Factions de plusieurs Gouvernements car les Plans des Dracos prévoyaient la Destruction du taux vibratoire de la Terre, et ceci afin de nous empêcher d’Évoluer ou d’Ascensionner.

Les Zetas ont été impliqués en Atlantide et ont eu une Colonie pendant quelque temps sur Mars, l’Information vient de Keylong Tech Science. Le Lanceur d’Alerte William Cooper, qui a écrit «Voici le Cheval Pâle», nous fait part de quelque Chose de similaire.

La première Chose qu’ont fait les Dracos et les Gris a été d’infiltrer subtilement toutes les Strates de la Société et d’utiliser des Implants pour exercer le Contrôle de l’Esprit. Ensuite ils ont systématiquement érodé la Matrice de l’Âme Collective, et ont intégré la Population dans leur Complexe de Groupes de Mémoires.

Ils ont en fait, remplacé la Mémoire Collective de la Population par la Leur, transformant la Population en Drones.

Morgan Martel parle sur son Site du Projet Paperclip qui a pris place après la Seconde Guerre Mondiale. L’un des Buts était d’empêcher l’Allemagne d’après Guerre de pouvoir développer de nouveau ses Capacités de Recherche en matière militaire. L’un des Domaines dans lequel les Docteurs et Scientifiques Nazis étaient en avance était celui du Contrôle Social et Comportemental des Humains, également connu sous le Nom de Mind Control.

Les Gris ont passé des Accords avec Roosevelt et Hitler, mais les Accords étaient différents.

L’Office des Services de Stratégie étaient déjà occupés avec l’Opération Paperclip depuis trois Mois avant que Truman ne donne l’Ordre, et beaucoup de Membres du Parti Nazi avaient déjà pénétré le Territoire Américain. L’OSS eut donc recours au Blanchiment des Histoires des Nazis, voire créa des Identités complètement nouvelles, ce qui leur rendit facile le Fait d’étendre leur Influence aux USA.

Il a été dit par un Lanceur d’Alerte du MI6 que la CIA fut créée près de deux Ans après cet Évènement.

La Loi de 1947 sur la Sécurité Nationale fut votée pour traiter le Nombre massif de Clones issus du Mind Control et toutes les Opérations cachées issues de l’Opération Paperpclip. Le MJ12 fut aussi créée en tant que Groupe chargé de s’occuper des Affaires ETs.

Cela fut également l’Année du Crash de Roswell, l’Année où les Entités Biologiques ETS rentrèrent en Jeu pour nous aider à rentrer en Contact avec leurs Races.

Le Groupe Bilderberg fut créée en 1952 afin de pouvoir retirer le Problème Alien et un certain Nombre d’autres Problèmes des Mains des Gouvernements. Au Cours des Années, le groupe Bilderberg évolua en Gouvernement Secret Mondial, maintenant presqu’entièrement peuplé d’Illuminatis.

Au Moment où Eisenhower est rentré en Fonction, le Système Draconien avait infiltré les Alphabets à Trois Lettres, et même les Projets reliés à la Défense furent infiltrés car des Échanges de Technologie eurent lieu. Montauk en est un Exemple.

La Quantité de Projets touchant au Mind Control est en augmentation. En 1954 un Accord fut conclu avec les Gris, après qu’un Accord n’ait pu être conclu avec les Nordiques.

Les Lanceurs d’Alerte ont rapporté que 4 Races différentes étaient présentes lors des Réunions Secrètes.

Les Nordiques, les Gris, des Humanoïdes et une Race grande de près de 3 Mètres qui était d’Apparence Reptilienne. Les Gris ont été regardés comme de futures Images de Nous en tant qu’Humains par certains.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les Traités, vous pourrez trouver les Informations dans une Conférence que j’ai présentée en Italie et que vous trouverez sur mon Site Gaiasophia.com.

Les Téléspectateurs qui ont essayé de découvrir d’où venaient les Gris ont mentionné qu’ils venaient de trois Époques différentes et que la plupart d’entre eux venaient des Temps Futurs. Certains Auteurs croient que les Gris ne sont pas des Aliens mais des Futurs Humains ou Humanoïdes, dont beaucoup sont sous Contrôle Reptilien.

 

Lire la suite 1 ici

Lire la suite 2 ici

 

 

 

 

 

Publicités

Astronomie:La photo la plus lointaine jamais prise dans l’espace

Aucune image n’avait, jusqu’à aujourd’hui, été prise d’aussi loin de la Terre. En décembre dernier, la sonde New Horizons de la NASA a capté une image au moment où elle se trouvait à 6,12 milliards de kilomètres de la Terre, soit à plus de 40 fois la distance Terre-Soleil. Un record.

L'objet 2012 HE85.

L’objet 2012 HE85.

 

Cette image – dont la précision n’est pas de la plus grande qualité – montre un point jaune entouré d’une couronne vert et bleu sur fond violet.

Elle a été prise à l’aide de l’instrument LORRI embarqué dans la sonde New Horizons, qui a été lancée en 2006 à la conquête de Pluton et des confins du système solaire.

Cette image montre une région de l’amas d’étoiles 2012 HZ84 situé dans la ceinture de Kuiper, qui se trouve bien au-delà de l’orbite de Neptune. New Horizons avait capté une autre image de l’objet appelé 2012 HE85 quelques heures plus tôt.

La sonde parcourt pas moins de 1,1 million de kilomètres quotidiennement.

La Terre vue de la sonde Voyager 1.©  La Terre vue de la sonde Voyager 1.

La sonde se trouve actuellement plus éloignée de notre planète que la sonde Voyager 1 lorsqu’elle a renvoyé la célèbre photo « Un point bleu pâle (Pale Blue Dot en anglais) » en février 1990. Elle avait d’ailleurs inspiré le titre d’un livre écrit en 1994 par l’astronome Carl Sagan. À l’époque, Voyager se trouvait à 6,06 milliards de kilomètres de la Terre. Il a fallu plus de 27 ans pour battre ce record.

Le prochain objectif de la sonde est un autre objet de la ceinture de Kuiper appelé 2014 MU69.

Son diamètre ne dépasse pas 50 kilomètres. Le vaisseau s’en approchera à une distance de 3500 kilomètres en janvier 2019.

L'objet 2012 HZ84 tel que capté par la sonde New Horizons.

 L’objet 2012 HZ84 tel que capté par la sonde New Horizons.

Le saviez-vous?

  • La ceinture de Kuiper a été découverte dans les années 1990, mais le premier objet dans ses limites, Pluton, avait été identifié dès 1930.
  • Il existe une autre ceinture d’astéroïdes dans notre système solaire, beaucoup moins lointaine, située entre Mars et Jupiter.
  • La ceinture de Kuiper est beaucoup plus vaste et plus massive que la première.
  • Quelques planètes naines se trouvent à l’intérieur de ses limites, telles Pluton, Makemake et Haumea.

Si la ceinture de Kuiper ferme notre système solaire, il existerait une dernière structure l’entourant : le nuage d’Oort. Composé de milliards de rochers recouverts de glace, celui-ci se trouve à la limite gravitationnelle de notre système : plus loin, un objet céleste, comme une comète, serait plus fortement attiré par une autre étoile.

Civilisations extraterrestres:Les dropas et le crash ovni antique de Chine

 

Disque dropa ancien
Extrait d’ Anunnaki: L’héritage des dieux par Sasha Alex Lessin, Ph.D. (Anthropologie, UCLA) et Janet Kira Lessin (PDG, Aquarian Radio)

 

 Les Chinois rapportent des Gris Extraterrestres qu’ils appellent les «Dropa», qui étaient en expédition d’exploration sur la Terre, il y a environ 12 000 ans dans les montagnes Baian-Kara-Ula, à la frontière sino-tibétaine. Ils ont laissé des peintures et leurs petits squelettes (un peu plus de 4 pieds de haut) dans une grotte où ils se sont abrités. L’archéologue chinois Chi Pu Tei a trouvé la grotte et les squelettes en 1938 mais les Chinois ont vite effacé son travail  ainsi que ses découvertes – et peut-être aussi l’ont-ils assassiné .

 Avant que Chi et ses preuves ne soient cachées, les Soviétiques ont obtenu et analysé plusieurs des disques.

Selon des savants soviétiques,voici à quoi ressembleraient les dropas lors de leur crash en Chine.

 

Peintures rupestres Dropa

Le Dropa a laissé des disques en pierre que les Chinois appelaient «pierres de Dropa». Les disques avaient un trou au milieu et, lorsqu’ils étaient filés, ils émettaient des impulsions électriques. 

 

 

 

Les disques dropas.

 

Le Dropa a couvert les murs de la caverne avec des pictogrammes qui montrent notre système solaire et tracent des itinéraires parmi les étoiles avec des lignes et des points qui se croisent.

Leurs pictogrammes illustrent des êtres fragiles de quatre pieds avec des bols ronds semblables à des casques sur leurs têtes bombées.

Représentation soviétique d’un vaisseau dropa.

Dans l’une de leurs grottes, un disque de pierre avait un mince sillon en spirale rempli de hiéroglyphes qui racontaient que le Dropa avait écrasé son vaisseau spatial il y a 1200 ans. Ils ne pouvaient pas, dit les pictogrammes, réparer leur engin. Les Chinois locaux (Han) ont tué la plupart d’entre eux; les survivants étaient ceux qui s’étaient enterrés dans la caverne.

Localisation de l’endroit.

Les communistes chinois ont-ils tué un lanceur d’alerte?La vidéo  ci-dessous le suggère:

 

LES PYRAMIDES  QUE LES CHINOIS, COMME LES ÉGYPTIENS, PRÉTENDENT  CONSTRUITES SELON LEURS PROPRES RÈGLES ANCESTRALES.

Les pyramides sont aplaties au sommet pour les avions (ou appareils volants) qui atterrissaient dans le nord et le centre de la Chine (bien que les patrons chinois cachent cela) rivalisent avec l’Égypte et l’Amérique centrale il y a 12 000 ans – et leur taille.

Les pyramides chinoises.

 

Les empereurs chinois ont réclamé la descente de ces  » Dieux descendus du Ciel » qui ont atterri dans les « dragons volants »  venant d’une autre planète. Les pyramides montrent l’alignement astronomique qui les date à l’époque où les Anunnaki ont ceint la Terre avec ces structures. Les archives de cette époque parlent des empereurs descendant du ciel en dragons volants.

 

La plus haute pyramide signalée s’élève à 300 mètres de haut. Ses côtés mesurent 500 mètres de long, deux fois plus grand que vingt fois le volume de la Grande Pyramide de Gizeh. Les pyramides de Chine et de Gizeh alignent leurs lignes de base avec nord-sud et ouest-est. Les pierres couvraient autrefois les pyramides chinoises mais maintenant seulement quelques pierres se trouvent au fond; les deux ont des canaux d’eau des rivières voisines.  

La pyramide de Xianyang, dans la province de Qinghai, près du sommet du mont Baigong, s’élève à 200 pieds au milieu de conduites de carburant et d’eau pressurisées faites de cobalt et d’éléments exogènes de la Terre.

Le vol de l’empereur chinois.

En 2309 BCE, Hou Yih (l’ingénieur de l’empereur Yao) et sa femme Chang Ngo ont navigué sur l’ordinateur embarqué d’une fusée et ont volé sur la lune. « Hou Yih a exploré l’espace en montant le courant d’air lumineux – l’échappement de sa fusée. Il a volé dans l’espace où il n’a pas perçu le mouvement rotatoire du soleil. « Seulement dans l’espace nous ne voyons pas le soleil bouger chaque jour.

L’empereur Chen-Tang.

En 1766, l’empereur Cheng Tang vola à Honan, puis ordonna que son engin soit détruit de peur que «le secret de son mécanisme ne tombe entre de mauvaises mains». En 300BCE, Chu Yang fit voler un engin et arpenta les montagnes Kun Lun et le désert de Gobi. Les Chinois appelaient des avions battant des dragons. [Childress, 2000: 153, 157]

L’alignement des pyramides chinoises est le même que celui des pyramides égyptiennes…une coïncidence vous croyez?

 

 

 

 

Astronomie fantastique:on vient de découvrir qu’une couche protectrice recouvre l’astéroïde Oumuamua

L’objet, dont le nom signifie « messager » en langue hawaïenne, a été repéré le 19 octobre par le télescope Pan-STARRS1 situé à Hawaï.

C’est la première fois que l’on parvient à détecter un objet interstellaire, mais il y en aurait au moins un par an qui visiterait notre système solaire.

 

Lors de sa découverte, les chercheurs ont estimé qu’Oumuamua est un astéroïde long de 400 mètres et large de 40 mètres seulement. Il pourrait avoir été éjecté de l’orbite d’une étoile hôte lors d’événements chaotiques il y a des milliards d’années.

Oumuamua a depuis été classifié comme un astéroïde interstellaire et s’est vu attribuer le nom scientifique de 1I/2017 U1 (I pour interstellaire).

Un centre de glace

Les analyses réalisées depuis sa détection laissent à penser que l’objet pourrait encore avoir un intérieur glacé. Il serait recouvert d’un « manteau » protecteur d’au moins 50 centimètres d’épaisseur, fait de matériaux organiques riches en carbone.

Ce manteau isolant pourrait avoir été formé par des réactions entre la surface originelle de l’objet et le bombardement par des rayons cosmiques pendant des millions ou des milliards d’années.

Alan Fitzsimmons, Université Queen’s de Belfast, en Irlande du Nord

Ce revêtement protégerait l’intérieur riche en glace de l’objet céleste d’une évaporation lors de son passage près du Soleil.

« Une composition interne glacée ne peut donc pas être exclue », expliquent les chercheurs, et ce, « en dépit de l’absence d’activité de l’objet lors de son passage près du Soleil ».


Pourrait-il être  un vaisseau extraterrestre?

Ceux qui voyaient par sa forme étrange un possible vaisseau spatial seront un peu déçus. Le programme Breakthrough Listen, dédié à la recherche d’une vie intelligente extraterrestre, a braqué la semaine dernière le puissant radiotélescope de Green Bank (en Virginie-Occidentale, aux États-Unis) sur Oumuamua.

« Aucun signal artificiel n’a été détecté en provenance de l’objet jusqu’à présent […] mais la surveillance et l’analyse des données se poursuivent », a expliqué Breakthrough Listen par voie de communiqué.

Le détail de cette étude est publié dans la revueNature.

L’astéroïde `Oumuamua intrigue avec sa forme allongée. Trop petit pour être le vaisseau Rama, du roman d’Arthur Clarke, ne pourrait-il pas être tout de même une sonde interstellaire de passage dans notre Système solaire ? C’est la question que semblent se poser les membres du programme Seti ayant écouté le voyageur avec des radiotélescopes.

L’origine interstellaire de l’objet désormais nommé 1I/2017 U1 (`Oumuamua) est confirmée.

Il s’agit du premier astéroïde venu d’ailleurs jamais observé.

Nombre de télescopes le suivent de très près. Les premières mesures montrent qu’il est très allongé, « une forme extrêmement inhabituelle » pour un astéroïde. Même si ce n’est pas un vaisseau interstellaire, comme dans le roman Rendez-vous avec Rama, d’Arthur Clarke, pourrait-il s’agir d’une sonde E.T équipée d’une super IA ?

Pour tous les fans de science-fiction, en particulier ceux qui se sont dirigés vers les sciences sous son influence, la découverte de `Oumuamua, l’astéroïde venu d’un autre système planétaire, ne peut que faire songer à Arthur Clarke et son célèbre roman Rendez-vous avec Rama. L’ouvrage met en effet en scène la découverte, en 2131, par les radars terrestres destinés à protéger la Terre des géocroiseurs, d’un astéroïde de grande taille dont les paramètres orbitaux indiquent une origine en dehors du Système solaire.

Baptisé Rama en l’honneur d’un dieu du panthéon hindou, l’objet se révèle en fait rapidement être un gigantesque cylindre quasi parfait, dont l’envergure est d’environ 50 km de long par 20 km de diamètre. Il s’agit donc incontestablement d’un artefact d’une civilisation ET technologiquement avancée.

Oumuamua a été écouté par Seti avec l’ATA

Or, `Oumuamua ne ressemble à aucun des astéroïdes du Système solaire et, pour le moment, les astrophysiciens ne peuvent pas expliquer sa forme étirée qui le fait ressembler à un long cylindre d’environ 400 mètres de long. L’objet est, certes, trop petit pour être un Rama, que Clarke décrit comme l’équivalent d’une arche interstellaire inspirée des fameuses colonies spatiales du physicien Gerard K. O’Neill. Mais rien n’interdit de penser qu’il puisse s’agir d’une sonde interstellaire de type von Neumann par exemple, ou, pour le moins, d’une machine dotée d’une super IA. Rien n’interdit non plus de croire que cette sonde a ralenti temporairement en fonçant dans le Système solaire pour étudier un peu ce dernier, la Terre en particulier, tout en restant hors de portée des vaisseaux de l’humanité, par sécurité.

Si tel est bien le cas, peut-être que cette machine est en train d’essayer d’établir un contact temporaire par radio avec nous, un peu comme dans un autre roman d’Arthur Clarke, Les Fontaines du paradis, mettant en scène une telle machine baptisée « le Vagabond des Étoiles ». On ne sera donc pas surpris d’apprendre que des membres du programme Seti ont entrepris d’écouter `Oumuamua avec l’Allen Telescope Array (ATA). C’est ce que révèle en effet l’astronome Franck Marchis, membre du Seti Institute, sur sa page Facebook professionnelle en renvoyant vers un billet posté sur le site de Centauri Dreams.

On y apprend que le physicien James Benford a interrogé la célèbre Jill Tarter au sujet de `Oumuamua. Celle-ci lui a confié que le Seti Institute avait bel et bien tourné certaines de ses oreilles en direction de l’astéroïde, en l’occurrence l’ATA mais aussi le Green Bank Telescope dans le cadre du projet Breakthrough Listen, en tentant d’intercepter un signal dans la fameuse bande 1,1-1,9 GHz, où se trouve la raie à 21 cm de l’hydrogène : une bande que l’on pense privilégiée pour la communication interstellaire. Des analyses seraient encore en cours.

Au centre de toutes les attentions depuis sa découverte, 1I/2017 U1 (`Oumuamua) n’est pas un astéroïde comme les autres : il vient d’ailleurs, de l’espace interstellaire. De par sa forme et sa composition, le visiteur interstellaire étonne autant qu’il impressionne les astronomes qui composent son portrait par petites touches.

Depuis sa découverte le 19 octobre dernier, 1I/2017 U1 (`Oumuamua), ou pour faire plus court `Oumuamua, défraie la chronique. Les astronomes se sont donné le mot et nombre de télescopes parmi les plus puissants et prestigieux de la planète sont braqués sur lui. Il s’agit de faire vite, en effet, pour les chercheurs car cet objet qui était passé à 24 millions de kilomètres de la Terre il y a quelques semaines, s’éloigne de nous à grands pas, à plus de 90.000 km/h, en direction de l’espace interstellaire. Il ne reviendra plus jamais et même s’il ressemble à un astéroïde, il n’a rien à voir avec les quelque 750.000 que nous connaissons dans notre Système solaire.

Beaucoup d’astronomes sont émerveillés par ce visiteur venu d’ailleurs. Une découverte attendue depuis des décennies. « Pour la communauté des chercheurs sur les astéroïdes, [la nouvelle] est aussi importante que l’annonce des ondes gravitationnelles », avait d’ailleurs déclaré Joseph Masiero, de la Nasa.

Dans un article qui à paraître dans Nature, une équipe internationale confirme l’origine extrasolaire d’Oumuamua — dont le nom d’origine hawaïenne, rappelons-le, peut se traduire par « messager venu de loin et arrivé le premier » — et en dresse le portrait le plus précis à ce jour. Et le moins que l’on puisse dire est que l’objet est vraiment étonnant, et certaines caractéristiques n’ont rien à voir avec ce que l’on connaît dans notre Système solaire.

Un étrange astéroïde allongé en forme de cigare

D’abord, il y a sa forme. Les chercheurs qui ont étudié les courbes de sa luminosité — entre autres avec le VLT — ont conclu que l’objet dont la période de rotation est de 7,34 heures est au moins 10 fois plus long que large. Sa luminosité varie d’un facteur 10. Mesurant entre environ 400 mètres, `Oumuamua est tout en longueur, ressemblant à un crayon, un cigare ou encore un sous-marin. Une forme vraiment inhabituelle. « Nous ne voyons rien de tel dans notre Système solaire » a déclaré l’auteure principale de l’étude, Karen Meech, chef de l’étude à l’Institut d’astronomie de l’université d’Hawaï. « Nous avons par ailleurs constaté qu’il était de couleur rouge foncé, semblable à celle des objets situés en périphérie du Système solaire, et qu’il était totalement inerte, aucune trace de poussière n’ayant été détectée dans son environnement proche. »

D’abord pris pour une comète, 1I/2017 U1 se montre en réalité pauvre en eau et en glace. C’est un corps céleste dense et rocheux, plutôt riche en métal, estiment les auteurs. Sa teinte sombre — nous le verrions brun foncé — résulterait « des effets de l’irradiation par les rayons cosmiques sur des millions d’années », écrit l’ESO.

L’origine énigmatique d’`Oumuamua

Quant à ses origines, elles sont encore incertaines. Si `Oumuamua venait de l’étoile Véga, comme cela a été proposé, il lui aurait fallu 300.000 ans pour faire le voyage, or à cette période, l’étoile qui, comme le Soleil, se déplace dans la Galaxie, n’était pas au même endroit. Pour les chercheurs, l’étrange astéroïde est un véritable vagabond, qui erre dans le milieu interstellaire depuis des centaines de millions d’années…

Désormais à plus de 200 millions de kilomètres de la Terre, 1I/2017 U1 continue de faire l’objet de la plus grande attention des astronomes. Il est actuellement dans la ligne de mire des télescopes spatiaux Spitzer (infrarouge) et Hubble (visible).

« Nous continuons d’observer cet objet si particulier et espérons déterminer, avec une précision accrue, sa provenance ainsi que sa destination prochaine au sein de la galaxie, commente Olivier Hainaut, chercheur à l’ESO. Maintenant que nous avons découvert le tout premier rocher interstellaire, nous nous préparons à en observer d’autres ! ». Et selon les chercheurs, ils sont nombreux.

L’astéroïde interstellaire a désormais un nom

Article de Xavier Demeersman publié le 15 novembre 2017

Les astronomes se sont mis d’accord sur le nom, accepté par l’UAI, du premier astéroïde interstellaire jamais découvert. Il vient en effet d’ailleurs, d’une autre étoile, et sa désignation astronomique, comme son surnom, y font directement référence. Pour les chercheurs, il n’est que le premier que nous remarquons, beaucoup d’autres sont à venir. L’Union astronomique internationale vient, pour lui, d’ajouter une lettre à l’alphabet des petits corps. Après « A » et « C », voilà « I ».

De par sa trajectoire hyperbolique avérée (excentricité 1,20), l’astéroïde d’environ 400 mètres découvert le 19 octobre dernier alors qu’il passait à 30 millions de kilomètres de la Terre, ne vient donc pas de notre Système solaire mais d’un autre. Quelle étoile ? Les chercheurs mènent l’enquête et certains avancent une piste (voir article plus bas).

C’est la première fois dans l’histoire de l’astronomie qu’un objet cosmique venu d’ailleurs est observé. Pris d’abord pour une comète, il fut désigné au cours des premières heures C/2017 U1. « C » pour comète, « 2017 » pour l’année bien sûr et « U1 » en référence au premier corps débusqué durant la deuxième quinzaine d’octobre. Finalement, faute d’activité cométaire significative, la première comète interstellaire est devenue le premier astéroïde interstellaire jamais observé : A/2017 U1.

1I/2017 U1 (‘Oumuamua), le premier astéroïde interstellaire

Mais le « A » pose un peu problème car cela renvoie aux astéroïdes de notre Système solaire… Pour les découvreurs et nombre d’astronomes avec eux, il est temps de proposer une nomenclature plus adéquate pour ce type d’objet qui, à n’en pas douter, n’est que le premier que nous remarquons sur des milliers d’autres à venir. Les nouvelles générations de télescopes devraient en effet nous permettre d’en découvrir beaucoup d’autres.

De par sa nature interstellaire, la désignation 1I/2017 U1 fut donc soumise au comité exécutif de l’Union astronomique internationale (UAI) laquelle accepta rapidement. C’est donc officiel, cet astéroïde venu d’une autre étoile est baptisé 1I/2017 U1 (‘Oumuamua), « 1I » pour « premier interstellaire ». Oumuamua est le surnom que lui ont donné les chercheurs qui ont opéré avec le télescope PanStarrs-1, basé à l’observatoire d’Haleakala, qui l’a découvert. Un nom qui signifie en hawaïen « messager venu de loin et arrivé le premier » et qui lui va très bien.

L’astéroïde interstellaire n’est peut-être pas seul

Article de Xavier Demeersman publié le 10 novembre 2017

A/2017 U1, le premier astéroïde interstellaire découvert a désormais un nom : 1I/2017 U1 (Oumuamua). Tous les projecteurs sont braqués sur lui, enfin plutôt les télescopes, alors qu’il traverse notre Système solaire. Des chercheurs pensent avoir trouvé son foyer d’origine et, selon eux, ils seraient plusieurs à suivre le même chemin.

Surpris par les sondages des télescopes PanStarrs-1 le 19 octobre dernier, quelques semaines après son passage au plus près du Soleil, l’objet A/2017 U1 a, de par sa trajectoire hyperbolique confirmée (excentricité de 1,20), tout d’un voyageur interstellaire. Aussitôt la nouvelle connue, des dizaines de télescopes de par le monde, amateurs et professionnels, se sont tournés vers ce visiteur d’un autre monde pour tenter d’en savoir plus sur lui. Il faut dire qu’il est le premier de ce type jamais observé par les astronomes et que ce moment est attendu depuis des décennies !

D’abord pris pour une comète — il fut nommé dans un premier temps C/2017 U1 (C pour comète) —, ce corps céleste d’une taille estimée à 400 m a été requalifié peu après sa découverte en astéroïde, à cause de l’absence manifeste de chevelure de gaz et de poussière.

 

Maintenant, du fait de la nature unique de l’objet, des astronomes proposent de le désigner 1I/2017 U1, « I » pour interstellaire. En tout cas, ses découvreurs basés à l’Haleakala (Hawaï) lui ont trouvé un nom : « Oumuamua ». Le mot hawaïen fait référence à un éclaireur ou un messager. « « Ou »‘ signifie « vouloir tendre la main » et « mua », avec le second « mua » qui met l’accent, signifie d’abord « en avance de » », indiquent-ils.

Plein d’autres « éjectoïdes » à venir

1I/2017 U1 — ou encore 1I/2017 U1 (Oumuamua) — serait ainsi le premier objet interstellaire découvert par l’humanité. Et selon une étude qui vient d’être déposée sur Arxiv, il faut s’attendre à en découvrir d’autres…, beaucoup d’autres. Surtout à partir de 2022 quand le LSST (Large Synoptic Survey Telescope) entrera en service au Chili. Optimistes quant à leur découverte dans un futur proche, les chercheurs esiiment que « le taux de découverte du LSST des éjectoïdes nous aidera à contraindre la fréquence et les propriétés de systèmes planétaires en formation dans notre voisinage galactique ».

Oui, ils les appellent éjectoïdes. Une désignation qui fait bien sûr allusion à la probable origine de Oumuamua. Selon eux, cet objet a été expulsé du système où il est né et la masse ainsi éjectée à chaque formation d’un système planétaire comme le nôtre serait d’environ 20 masses terrestres. 1I/2017 U1 ne serait donc que le premier d’une grande série…

 

Les probables origines d’Oumuamua

Quant aux origines d’Oumuamua, trois chercheurs ont déposé un article sur Arxiv qui propose une réponse. L’astéroïde ne viendrait pas de Véga, l’astre le plus brillant de la constellation de la Lyre, à 25 années-lumière de nous, comme cela a été supposé préliminairement, mais de l’une des très jeunes étoiles de l’association Carina, ou Colombe, située entre 163 et 277 années-lumière de la Terre. Les auteurs se sont plongés dans le catalogue du satellite Gaia (qui suit un milliard d’étoiles) pour inférer les étoiles qui ont des mouvements en accord avec celui A/2017 U1.

Compte tenu de sa nature d’astéroïde, les astronomes estiment en outre que l’objet devait être à l’intérieur de la ligne de glace du disque protoplanétaire de l’étoile où il s’est formé, il y a quelque 45 millions d’années. Car oui, cela ferait donc une quarantaine de millions d’années qu’il voyage. Et il n’est sans doute pas le seul à venir de là-bas, soulignent-ils.

Enfin, ils ont estimé que la planète responsable de l’éjection de l’objet — et donc d’autres avec lui — est (ou était) soit une superterre, soit une géante gazeuse de 20 à 30 masses terrestres.

La découverte d’Oumuamua ouvre en tout cas un nouveau chapitre de l’histoire de l’astronomie. Les études sur ce fascinant voyageur se multiplient. Vous n’avez pas fini d’en entendre parler.

Découverte du premier astéroïde interstellaire

 

Les premières observations d’un petit corps céleste qui vient d’être découvert suggèrent qu’il vient de l’espace interstellaire. Si cela se confirme, ce serait le premier cas connu d’une comète ou d’un astéroïde venu d’ailleurs. Mais d’où ?

Chaque semaine, de nouvelles comètes sont découvertes alors qu’elles s’approchent ou entrent dans le Système solaire interne. Petits corps célestes glacés plus ou moins lumineux, selon l’activité de leur noyau réchauffé par le Soleil, elles ont beaucoup à nous dire sur les origines de notre Système solaire. La plupart viennent des régions les plus éloignées de notre étoile, au-delà de Neptune, à des dizaines ou des centaines de milliards de kilomètres. Certaines déboulent pour la première fois dans la région où gravitent les planètes les plus proches du Soleil (les quatre planètes telluriques). Tandis que d’autres, à courte période, par exemple Halley ou Tchouri, sont des habituées.

Mais le 18 octobre, des astronomes ont repéré dans les sondages réalisés par les télescopes PanStarrs 1 installés sur l’Haleakala, à Hawaï, un étrange visiteur à quelque 37 millions de kilomètres du Soleil. D’abord baptisé C/2017 U1, l’objet vient d’être requalifié en A/2017 U1, suggérant une nature d’astéroïde plutôt que de comète. En tout cas, l’astre paraît très pressé et surtout, et c’est plutôt inhabituel, sa trajectoire montre une extrême excentricité hyperbolique (1,19). Aussi, et si d’autres observations ultérieures le confirment, « cet objet pourrait être le premier cas évident d’une comète interstellaire », a déclaré à Sky&Telescope Gareth Williams, qui codirige le MPC (International Astronomical Union’s Minor Planet Center), centre qui engrange les données des petits corps célestes.

Nous attendons ce jour depuis des décennies.

« Nous attendons ce jour depuis des décennies, s’est exclamé le directeur de Cneos Paul Chodas. On a longtemps émis l’hypothèse que de tels objets existent — des astéroïdes ou des comètes qui se déplacent entre les étoiles et qui traversent parfois notre Système solaire — mais ceci est la première détection de ce type. Les données aideraient à le confirmer. »

 

Animation de la trajectoire de l’objet A/2017 U1 récemment découvert. Comète ou astéroïde, il n’a jamais rencontré les 8 planètes de notre Système solaire. Cet objet est le premier identifié à venir d’un autre système planétaire. 

D’où vient cette comète ou cet astéroïde apparemment interstellaire ?

L’astre est très pâle (magnitude 20). De premiers calculs basés sur sa luminosité estiment pour l’instant sa taille à moins 400 m (Nasa). Assez petit, il a malgré tout survécu à la chaleur du Soleil lorsqu’il était au plus près de lui, le 9 septembre. C’est une des raisons pour lesquelles les chercheurs s’orientent sur la piste d’un astéroïde plutôt qu’une comète. Le supposé visiteur interstellaire file assez vite, à quelque 25,5 km/s. Si c’est une comète, « elle n’a peut-être pas eu le temps de se réchauffer suffisamment pour se briser », suggère Bill Gray, un dynamicien qui s’intéresse à elle.

A/2017 U1 est passé dans le voisinage de la Terre, le 14 octobre dernier, à environ 24 millions de kilomètres. Et nous ne sommes pas prêts de le revoir, car il se dirige vers l’espace interstellaire… Où sera-t-il dans un million d’années ? À une quinzaine d’années-lumière…, et peut-être rendra-t-il visite à d’autres étoiles.

Comète, météorite, astéroïde, étoile filante : quelle est la différence ?

Évidemment, cet astéroïde (ou comète) venu d’ailleurs aurait beaucoup de choses à nous raconter. Cela suscite beaucoup de questions : quelle est sa composition ? est-il similaire à nos astéroïdes ? a-t-il visité d’autres étoiles ? quelle est son étoile d’origine ? etc. Pour l’instant, tout ce que peuvent dire les astronomes qui l’étudient est qu’il vient de la direction de Véga (mais pas exactement), l’étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre. « C’est exactement ce qu’on peut attendre [notre Système solaire se déplace dans la Voie lactée, en direction des étoiles de la Lyre, NDLR]. Il devrait y avoir davantage de comètes interstellaires venant de la direction vers laquelle le Soleil se dirige », explique Luke Dones, du Southwest Research Institute (SwRI) à Boulder, dans le Colorado.

Dans le passé, la seule autre comète soupçonnée de venir d’ailleurs était C/1980 E1 Bowell. Mais son excentricité (1,05) a pu être provoquée en cours de route par son passage à 35 millions de kilomètres de Jupiter. Peut-être en a-t-il été de même pour C/2017 U1 ? Les chercheurs ne l’excluent pas. L’enquête est en cours et nous devrions en savoir plus sur son histoire dans les semaines à venir.

En conclusion

Les scientifiques sont divisés sur sa vraie nature. La plupart rejettent l’hypothèse que ce soit autre chose qu’un astéroïde. Il fallait s’y attendre. Ils préfèrent miser en fonction des probabilités les plus fortes et comme d’habitude, ils fustigent ceux qui osent croire à autre chose. Cependant d’autres scientifiques, dont le réputé Stephen Hawking, croient possible l’hypothèse inverse et ne se gênent plus pour défendre cette possibilité.

De nouvelles analyses publiées dans le journal Nature Astronomy ont révélé que `Oumuamua semble recouvert d’une épaisse couche de matières organiques visqueuses et que son cœur est fait de glace. Mais ce qui se passe au sein de l’apparent astéroïde demeure très incertain. L’auteur de ce texte, Alex Fitzsimmons, regrette de ne pas avoir possédé suffisamment de temps pour l’étudier plus en détail puisque le bolide interstellaire s’éloigne déjà de notre système solaire. Il espère que le prochain astéroïde du même type sera détecté suffisamment tôt pour peaufiner les analyses.

À ce sujet, une nouvelle sur le web semble indiquer que le découvreur de `Oumuamua serait apparemment tombé sur un second astéroïde en forme de barreau de chaise. Je n’ai pas obtenu pour l’instant confirmation de cette rumeur, mais je reste à l’écoute de toutes avancées dans ce domaine et vous informerai des derniers développements.

Image : NewsHub

 

 

Vie extraterrestre:Une bactérie inconnue sur Terre se retrouve dans les filtres à air de la station spatiale ISS

L’étrange bactérie découverte à l’extérieur de l’ISS serait bien d’origine extra-terrestre, selon les chercheurs russes qui l’étudient ! Au mois de mai, les occupants de la Station Spatiale Internationale avaient fait une étonnante découverte. En effet, une bactérie inconnue sur Terre venait d’être découverte dans les filtres à air de la station ! Une bactérie qui a pour particularité d’être endospore, c’est à dire qu’elle produit des spores comme certaines moisissures. Plus impressionnant, elle a pu survivre au vide et aux radiations de l’espace pendant trois ans ! Des propriétés qui fascinent les scientifiques.

Les bactéries vues au microscope.

 

 

L’ISS abriterait bien plus de vie qu’on ne le pensait ! Au mois de mai, une étrange bactérie avait été découverte par les spationautes russes. Ils l’avaient prélevée il y a plusieurs années dans les filtres à air et à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale, sans lui prêter beaucoup d’attention. Il faut reconnaître qu’on espérait mieux qu’un premier contact au microscope avec les extra-terrestres ! Ainsi, la bactérie baptisée Solibacillus kalamii a été ramenée sur Terre dans l’indifférence générale.

Kasthuri Venkateswaran, chercheur senior de la section Biotechnologie du Jet Propulsion Laboratory (JPL), supposait qu’elle venait de la Terre. Et qu’elle avait été emportée par mégarde par un lancement de cargo. Ce qui rendait particulièrement probable son origine terrestre, c’était son analyse génomique. Elle révélait une forte correspondance avec Solibacillus isronensis (98,9%)Solibacillus silvestris (98,6%), et Bacillus cecembensis (96,7%). Néanmoins, les chercheurs russes ont affirmé lundi 27 novembre qu’il s’agit bien d’une vie extra-terrestre !

Une bactérie inconnue sur Terre se retrouve dans les filtres à air de l’ISS

Cette bactérie surprenante a été découverte dans des filtres à air de l’ISS, ainsi que sur un écouvillon prélevé à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale. Apparemment, le groupe ne savait pas vraiment que la bactérie était présente sur les échantillons prélevés par écouvillon, jusqu’à ce qu’elle soit retournée sur Terre pour être examinée de plus près. Négligée, les bactéries vivantes pourraient provenir de l’espace extra-atmosphérique. Ce qu’explique le cosmonaute russe Anton Shkaplerov.

« D’une certaine façon, ces écouvillons révèlent des bactéries qui étaient absentes lors du lancement du module de l’ISS. Ils sont venus de l’espace et se sont installés le long de la surface extérieure. Ils sont étudiés actuellement et il semble qu’ils ne présentent aucun danger. »

Mais, ce qui est intéressant c’est que le plus souvent, les conditions du vide spatial et les radiations ont raison de la plupart des organismes. Pourtant, les fluctuations intenses de température n’ont pas réussi à tuer ces bactéries pendant trois ans ! En effet, les filtres sont changés tous les 40 mois. Ainsi, cet organisme endospore s’est montré extrêmement résistant. Une particularité qui fascine les chercheurs.

Mais, cela ne serait pas vraiment inédit : divers organismes encore en vie comme des tardigrades et des algues ont déjà été trouvés à l’extérieur de la station. Désormais les chercheurs, qui ont baptisé la bactérie en l’honneur du 11e président de l’Inde, Avul Pakir Jainulabdeen Abdul Kalam, s’intéressent aux raisons de cette exceptionnelle résistance. Dans l’espoir, peut-être, un jour, de trouver des applications dans le domaine de la santé.

 

 

Le plus grand mensonge de l’histoire moderne:voici des preuves de la falsification du programme Apollo d’exploration spatiale vers la Lune

La Nasa (National Aeronautic and Space Administration), agence spatiale américaine, prétend avoir envoyé 6 misssions habitées sur la Lune de 1969 à 1972.

C’est entièrement faux! 

Toutes ces prétendus missions vers la Lune ont été réalisées en studio et avec des logiciels de photo et vidéo montage.

Les spécialistes trouveront certainement quelques erreurs dans les explications suivantes, mais il y a tant d’autres impossibilités, d’incohérences, de trucages flagrants, que le doute n’est plus permis.

J’ai simplifié le texte pour qu’il soit accessible aux lecteurs n’ayant pas une formation scientifique. Les liens en bas de page vous donneront des explications plus techniques.

1 + L’espace est trop radioactif pour les astronautes.

Il y a trois types de rayonnement ionisants: 
rayonnements ionisants le rayonnement α (alpha), arrêté par une simple feuille de papier. 
• le rayonnement β (béta), arrêté par une feuille d’aluminium de quelques millimètres d’épaisseur. 
• le rayonnement γ (gamma) , le plus nocif et difficile à arrêter. Ce rayonnement inflige des dégats à notre corps qui peuvent être graves pouvant aller de brûlures à différents degrés, jusqu’à une mort plus ou moins rapide. Cela dépend de l’intensité de ces rayonnements, de la nature de ce rayonnement et du temps d’exposition. 
Effets sur les humains des rayonnements ionisants.
L’espace est parcouru en permanence par un rayonnement cosmique α, β et γ provenant du soleil, d’étoiles ayant explosées, ou de quasars. 
Ce rayonnement cosmique est composé de particules ayant une énergie très élevée. Ce sont essentiellement des noyaux atomiques se déplaçant à des vitesses voisines de la lumière. 
Lorsque ces particules percutent un atome, le noyau de cet atome se casse, libère des neutrons qui vont heurter d’autres atomes, les brisant aussi. Ce processus continue tant que l’énergie des particules est suffisante pour briser des atomes. Et chaque fois qu’un atome est brisé, il apparaît de la radioactivité. Rayonnements cosmiquesceinture van allenHeureusement ce rayonnement ne nous atteint pas sur Terre, parce que la plupart des particules cosmiques sont déviées ou piégées par le champ magnétique de la Terre formant un bouclier, la Ceinture de Van Allen, de plusieurs milliers de kilomètres d’épaisseur au dessus de nous. 
Elle commence à 500 km environ au dessus de nos tête et s’étend jusqu’à 60 000 km.

 

Lorsque Certaines particules traversent malgré tout cette ceinture, elles réagissent avec les molécules dans la haute atmosphère et n’arrivent pas jusqu’au sol. 
C’est cette réaction qui cause les magnifiques aurores boréales et australes, visibles dans les latitudes nord et sud de la planète.
radiations atmosphère

Les particules cosmiques engendrant les rayonnements gammas sont très énergétiques et arrivent à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par seconde et chacune peut avoir une énergie de plusieurs milliard d’électron-volt par centimètre carré et par seconde. Elles traverseraient sans aucune difficulté les minces parois d’aluminium d’un vaisseau spatial, pénétrant dans le corps des astronautes, détruisant les cellules, endomageant gravement les brins des molécules d’ADN. 
Les pilotes d’avion de ligne qui passent du temps en haute altitude subissent un rayonnement 200 fois plus élevé qu’au sol et sont suivis régulièrement par les autorités médicales. Alors qu’ils sont protégés par l’atmosphère et par la ceinture de Van Allen. 
Les astronautes passant au travers de cette ceinture auraient du être sévèrement irradiés et souffrir de nombreuses lésions.
Sur Terre on nous protège avec un épais morceau de plomb pour une simple radio des dents et les astronautes de la Nasa auraient fait un voyage de huit jours dans l’espace sans subir aucun désagrément.
Pourtant il faut au moins une épaisseur de 1,5 cm d’épaisseur pour arrêter des rayons gammas, voire plus selon leur énérgie. Mais cela ne cause aucun problème pour une fusée dont les parois d’aluminium ne font que quelques millimètres d’épaisseur! 
Or il n’y a jamais de symptômes de radiation trouvés sur les astronautes. Aucun.

liquidateurs tchernobyl
Les courageux liquidateurs à Tchernobyl ont subi de telles radiationsque soit ils en sont morts, soit ils ont subi de graves séquelles pour tout le reste de leur vie.
Les radiations de la ceinture de Van Allen sont des milliers de fois plus importantes que celles de Tchernobyl, mais les astronautes sont passés à travers sans aucun problème.

Sur la Lune, il n’y a ni champ magnétique, ni atmosphère pour arrêter ces particules! Elles arrivent donc directement sur le sol lunaire, brisant les noyaux des atomes et occasionnant des mini réactions nucléaires en chaîne, libérant encore plus de rayonnement sous la forme de neutrons énergétiques. La surface de la Lune est donc très radioactive. 
Mais les astronautes seraient restés plusieurs heures sur le sol lunaire, sans aucun problème, avec une combinaison en plastique? 
Si ces combinaisons pouvaient arrêter les rayonnements radioactifs on les utiliserait aujourd’hui pour intervenir lors des accidents dans les centrales nucléaire de Fukushima et de Tchernobyl.

On nous dit que les rayonnements dans l’espace sont négligeables. Pourtant Kelly Smith, ingénieur sur le projet Orion,explique que la Nasa est en train de faire des recherches, pour savoir comment passer sans soucis à travers la ceinture de Van Alen. 
Mais … ce problème n’a-t-il pas déjà été résolu lors des voyages vers la Lune? Pourquoi doivent ils à nouveau travailler sur ce sujet? Pourquoi la Nasa affirmait que ces radiations sont négligeables, alors que maintenant ils doivent faire des recherches?
La partie sur les radiations commence à 3min 05seccamera astronaute hasselbladcamera astronaute hasselblad

Le rayonnement gamma voile les photos, laisse des taches et des trainées blanches. 
Les rayons X utilisés tous les jours en radiographie sont comme les rayons gammas, mais en moins puissants. Ces rayons ne sont arrêtés que par un épais blindage en plomb. Or les appareils photos et caméras Hasselblad des astronautes n’étaient protégées par aucun blindage et pourtant on ne voit aucune trace de cette radioactivité sur les photos prises par les astronautes. C’est totalement impossible.
Les caméras des astronautes
Autre fait curieux: alors que les industries pharmaceutiques sacrifient chaque année des milliers d’animaux pour tester les produits qu’ils mettront en vente, la Nasa n’a effectué aucune expérience préalable avec des animaux pour voir comment ils supporteraient le rayonnement cosmique dans l’espace. 
Directement, ils ont envoyé des humains.

2 + Incohérences et impossibilités

Lorsqu’on analyse les éléments des missions sur la Lune, on trouve une incroyable quantité d’incohérences. En voici quelques unes, mais il y en a beaucoup d’autres, décortiquées sur d’autres sites.Pourquoi les astronautes sur la Lune n’ont ils pas tenté de jeter une pierre au loinet filmer ce qu’il se passe? La pierre irait très loin et mettrait longtemps à retomber, ce serait spectaculaire à voir. Pourquoi il n’existe aucun film montrant ceci? 

S’ils ne l’ont pas fait, c’est parce que toutes leurs images ont été faites en studio où c’était impossible de réaliser un tel effet.
La seule expérience de ce style qu’ils auraient fait, c’est de lacher au même moment un marteau et une plume, pour montrer que les deux objets arrivent en même temps sur le sol. Et on ne peut pas voir s’il s’agit vraiment d’une plume.
Sur la Lune on s’attendrait à voir des effets plus spectacultaires que cette vidéo ridicule.

masaisaut astronaute

Cet astronaute fait un saut en hauteur sur la Lune. Sur Terre il pèse environ 170 kg avec son équipement. Sur la Lune, il ne pèserait que 27 kg. Sa musculature étant la même que sur Terre, il devrait donc monter sans difficulté beaucoup plus haut que ce saut ridicule. 
A quelle hauteur vous monterez si vous faisiez un saut en hauteur en ne pesant que 27 kg?
Les bergers Masai du Kenya lorsqu’ils dansent, sautent plus haut que cet astronaute, alors qu’ils pèsent beaucoup plus lourd que cet astronaute lorsqu’il est sur la Lune.
Sur cette vidéo on voit les astronautes effectuer quelques misérables sauts. Pourquoi sont ils à moitié cachés par les structures du Lem? 
Pourquoi leur saut donne vraiment l’impression qu’il sont suspendus à un cable?rotule lemCurieux que le pied du Lem ne soit pas recouvert d’un peu de poussière: l’engin se posant avec un réacteur de 5 tonnes de poussée, sur un sol épais de plusieurs centimètres de poussière, et rien sur le pied? 
Selon certains, c’est parce que le jet de la tuyère était très large et donc ne produisait pas de souffle important.
Bien sûr, pour poser un engin de 15 tonnes ayant une vitesse de départ de 6000 km/h, il suffit d’un jet ne produisant pas de souffle.

Le Lem se pose avec une composante de vitesse très horizontale (vidéo). Et les pieds se sont posés sans avoir glissés sur le sol? Sans aucun rebond?
Pas une seule pierre n’aurait été éjectée et roulée un peu plus loin en laissant des traces?

Et quelle est cette trace en forme de triangle devant le pied? Certains affirment que la marque de la sonde de contact du Lem. Et aucune trace de rebond, de trainée?
Photo numéro AS 11-40-5917 Site de la Nasa. 

armadillo
Pour comparer, regardez la poussière que soulève l’appareil de l’entreprise Armadillo…et il ne pèse qu’une centaine de kilos, mais le Lem ayant une masse de 15 tonnes se posant sur la Lune, n’aurait pas fait de poussière? 
Vidéo d’origine de Armidillo

Sur la photo d’au dessus, regardez l’articulation entre le pied du Lem et la plaque posée au sol.
Pensez vous que cette articulation peut supporter l’atterissage du Lem ayant une masse de 15 tonnes? 
Et à quoi servent ces 4 cables de titane reliant le pied à la plaque?

pied lem 3
Normalement une rotule tient seule dans son logement et elle pivote librement dans ce logement.
Il n’y a pas besoin de cable pour tenir l’ensemble.pied lem 2
Mais sur cette photo de la Nasa, la plaque posée sur le sol est tenue au pied du Lem par ces cables.
La rotule ne peut donc pas bouger, puisqu’elle est fixée par ces cables. Elle ne sert à rien.pied lem 1
Et si le Lem s’était posé sur un sol en pente, pensez vous que ces cables résisteraient à l’atterrissage du Lem ayant une masse de 15 tonnes?
Ils se seraient cassés.

météorite espace

Des milliers météorites de toutes tailles traversent en permanence l’espace entre la Terre et la Lune aucune n’a jamais touché une fusée allant vers la Lune? 
La photo ci contre n’est pas à l’échelle bien sûr, mais une météorite de la taille d’une noisette et se déplaçant à 50 km/sec, si elle percutait le vaisseau spatial, elle dégagerait la même énergie qu’un camion lancé contre un mur à plus de 150 km/h.La combinaison des astronautes était composée de 21 épaisseurs de matériaux différents, dont une couche en Mylar/Teflon pour les protéger des météorites!
Une météorite pesant 1 gramme impactant un astronaute dégagerait la même énergie qu’une voiture lancée à 100 km/h contre un mur. Pensez vous que 1 millimètre de Kevlar serait efficace contre un tel choc?
Et si cette météorite impactait la visière de l’astronaute? 
Et si c’était une météorite de 10 grammes, l’impact correspondrait à celui d’un lourd camion lancé contre un mur.
nixon astronautes

Au retour de leur voyage sur la Lune, les astronautes ont été placés en quarantaine pour éviter une éventuelle contamination par des germes lunaires. 
Le président Nixon vient leur parler. Vidéo sans son. 
Quelques jours plus tard, les héros faisaient leur première conférence de presse. Après un tel exploit, on devrait voir des visages émerveillés, une joie immense et contagieuse: ce sont les premiers humains à avoir été sur une autre planète. 
Mais là, aucune émotion dans leur paroles, la conférence est morose, les trois astronautes semblent malheureux, il n’arrivent pas à répondre à certaines questions. Aucune excitation à raconter cet exploit. 
La conférence dure 1h 20 mais cet extrait vidéo suffit pour montrer à quel point les soi disants astronautes sont embarrassés … Ils ressemblent plutôt à trois d’adolescents ayant été pris en train de voler des chocolats au supermarché, plutôt qu’à de fiers conquérants de l’espace! 

conférence astronautes champions du monde hand-ball
Photo du haut:Fiers conquérants de la Lune, héros de l’espace. 
Photo du bas:Champions du monde de handball 2015.

Pourquoi la Nasa ne peut fournir les autres films tournés par les astronautes sur la Lune?
La Nasa prétend que ces bandes ont été transférées aux « Archives Nationales des Usa », où elles ont été démagnétisées pour être réutilisées … parce que cet organisme n’a pas les moyens d’acheter de nouvelles bandes! Ils sont obligés d’effacer des bandes historiques pour les réutiliser! 
La Nasa n’aurait pas effectué une seule copie avant? 
On se doute que si ces films ne sont plus disponibles, c’est parce que la supercherie serait trop facilement découverte.
Bandes perdues (en anglais)

camera astronautesLors de la mission Apollo 11, la Nasa a publié 129 photos que les astronautes ont pris sur la Lune.
Ils ne pouvaient pas viser puisque leur caméra était fixée sur la poitrine. Et dans des conditions de lumière très difficiles, ils ne pouvaient pas faire les bons réglages avec leurs mains gantées.
C’est impossible que les astronautes n’aient réalisé que des photos de qualité professionnelle, parfaitement cadrées, parfaitement exposées, au bon moment. 
Par exemple la photo de droite a une profondeur de champ parfaite, une lumière parfaite et a été prise exactement au bon moment. C’est impossible que l’astronaute ayant fait cette photo l’ai réussie du premier coup.
Selon la Nasa c’est parce que les astronautes auraient pris de nombreuses photos, et on n’aurait publié que les meilleures.
Pourquoi la Nasa ne nous montre-t-elle pas toutes ces photos mal cadrées, mal exposées, cela aurait été intéressant aussi. 
Mais ces photos ratées n’existent pas. Il y en a bien quelques unes mais beaucoup trop peu pour que ce soit crédible.
Admettons que pour chaque photo de réussie, il y en ait 8 de ratées. Un photographe professionel en élimine beaucoup plus. Les astronautes auraient donc pris environ 1000 photos.
Or où sont ces photos? Pourquoi elles ne sont elles pas disponibles?
Admettons que la Nasa les aient éliminées, il reste quand même un problème:Les astronautes seraient sortis pendant 2h31 minutes sur la Lune. Pendant ce temps, ils ont inspectés le Lem pour déceler s’il y avait des dégats, ils ont déployé le drapeau américain, ils ont déballé et sorti l’équipement radio et télévision, ils ont aussi déballé et sortis de nombreux autres objets pour faire des expériences, ils ont pris des notes, ils ont récolté 24 kg de roches lunaires. 
Admettons qu’ils aient eu besoin de deux heures pour effectuer tout cela. Temps pendant lequel ils ne pouvaient pas prendre de photos, puisqu’ils étaient occupés à autre chose.
On peut considérer qu’il restait environ 30 minutes pour faire ces 1000 photos, soit une photo toutes les 2 secondes. Il n’y avait qu’un seul appareil photo pour les deux astronautes. Et sachant qu’à chaque prise il faut un moment pour viser au jugé, sans pouvoir regarder dans le viseur, il faut éventuellement faire des réglages, parfois changer la pellicule. 
Tout ça avec d’épais gants pressurisés et en faisant une photo toutes les deux secondes!
C’est totalement impossible.photo duke
Charles Duke avait fait une photo de lui et sa famille, avant son voyage vers la Lune. Il a emballé cette photo dans un sac plastique, puis une fois sur la Lune, l’a posée sur le sol.
Tout d’abord, c’est curieux comme façon de faire: poser la photo de sa famille par terre, dans la poussière. D’ailleurs, cette photo numéro AS16 – 117 – 18841n’est plus disponible sur le site de la Nasa
Comment est ce que la photo pourrait résister à une température de +120°? Le temps que l’astronaute sorte du Lem, marche sur la Lune et pose sa photo sur le sol, celle ci devrait déjà être sérieusement abîmée. Et sur le sol, la température est encore beaucoup plus élevée parce que chauffée depuis plusieurs dizaines d’heures par le soleil. Immédiatement elle devrait se tordre, s’altérer.Prenez une photo, posez la sur une poêle chauffée à 120°. Immédiatement les couleurs vont s’altérer, puis disparaîre. Puis très rapidement la photo se recroqueville, se tord.
Mais pas sur la Lune!Lunar reconnaissance orbiter
Le 18 juin 2009, la Nasa envoyait le LRO: Lunar Reconnaissance Orbiter,en orbite à 50 km de la surface lunaire. Elle était munie de plusieurs appareils de mesures, dont des caméras.
Lunar Reconnaissance Orbiter
Le but était de déterminer avec précisions les futurs lieux d’atterrissage sur la Lune, d’effectuer des analyses diverses et surtout de prendre des photos pour montrer les engins que les astronautes avaient laissés sur la Lune lors des missions précédentes.
Pourquoi les photos qu’ils nous montrent sont d’aussi mauvaise qualité?En 2009 la Nasa ne savait pas réaliser des images de très haute définition? A 50 km d’altitude on aurait espéré avoir des détails beaucoup plus précis, la technologie le permettait largement.
Cette photo est tirée du site de la Nasa.
Pourquoi le LRO n’a fait aucune photo de la face cachée de la Lune? Personne n’a jamais vu la face cachée de la Lune et le LRO n’aurait pas fait de photos?

cratères lune cratères lune

De nombreuses photos prises soi disant sur la Lune ne montrent pas de petits cratères. Or il y a en permanence des météorites qui tombent sur le sol de la Lune et avec une vitesse de plusieurs kilomètres par seconde. 
L’impact d’une météorite de 1 gramme arrivant à plusieurs kilomètres par seconde, correspond à l’impact d’une voiture lancée à 100 km/h contre un mur. Même l’impact de petites météorites devrait nécessairement laisser un cratère. 
La Lune passe au travers un flux d’environ 100 tonnes de météorites par an. Cela fait une moyenne de 100 millions de météorites d’un gramme. Cela fait environ 5 météorites de 1 gramme par an et par km². 
Ou une météorite de 1 gramme par 100 m² tous les 2 000 ans.
Puisque sur la Lune il n’y a pas de vent, pas d’eau, donc pas d’érosion, autre que celle causée par les météorites elles mêmes, un cratère d’impact peut rester intact pendant des millions d’années. 
Or les photos qu’ont pris les astronautes sur la Lune, montrent de grandes surfaces, sans aucun impact météoritique. 

cokpit csmcokpit csm
L’intérieur de la Capsule de retour montre une quantité de boutons, de voyants, de manettes… A quoi servaient ils, puisque les astronautes ne pouvaient absolument pas diriger l’engin?
Au mieux il faudrait quelques boutons pour réguler la température, le débit d’oxygène, la lumière. Pas besoin de tout ceci.
Mais cela n’aurait pas fait très sérieux de montrer une cabine qui n’a pas le tableau de bord d’un engin de science fiction!
Pourquoi sur les films du véhicule se déplaçant sur la Lune, la poussière soulevée par les roues retombe aussi vite sur le sol, comme sur Terre? La Lune ayant une gravité 6 fois plus faible, la poussière aurait du monter 6 fois plus haut et décrire de grands arcs en l’air avant de mettre plusieurs dizaines de secondes avant de retomber.Plusieurs sites ont analysés les photos prises par les astronautes. La Nasa aurait expliqué plusieurs cas, celui du drapeau qui flotte sur la Lune,une marque en forme de C sur une roche. Mais beaucoup d’autres photos ont été analysées et elles comportent des anomalies effarantes. 
Un spécialiste de la photographie a fait un travail énorme pour montrer les erreurs des soi disant photos sur la Lune.

3 + Ils disent avoir placé un réflecteur sur la Lune.

réflecteur lunelaser lune

Les astronautes disent avoir installé un reflecteur sur la Lune.
Ensuite depuis la Terre, les scientifiques ont envoyé un faisceau laser vers ce réflecteur qui renvoie le faisceau exactement de la direction dont il vient, quelque soit sa direction. 
Le faisceau se réfléchissant sur l’appareil revenait vers la Terre après 2,5 secondes environ, où il était capté par plusieurs stations. 
Puisqu’on connait la vitesse de la lumière, en mesurant le temps du trajet aller retour du faisceau, cela permettait de calculer la distance exacte de la Terre à la Lune.
Cela leur permettait aussi prouver que les astronautes sont bien allés sur la Lune et y ont posé ce reflecteur.Encore un mensonge qui ne résiste pas à l’analyse. Placer un réflecteur sur la Lune est totalement inutile, puisque la surface de la Lune est suffisament réfléchissante.
* Le faisceau laser quitte La Terre qui tourne sur elle même à la vitesse de 400 m/sec. Il va donc se déplacer dans l’espace en suivant le mouvement de rotation de la Terre. 
* On ne pourrait pas viser directement le réflecteur posé sur la Lune, parce qu’il faut tenir compte du mouvement de la Terre et celui extrêmement complexe de la Lune. 
* La Lune tourne sur un plan incliné autour de la Terre à la vitesse de 1 km/sec.
* La Lune a un mouvement de rotation autour de son axe vertical. (nutation) 
* La Lune a un mouvement de balancier, libration.
Les mouvements de la Lune.laser reflecteur lune
Le faisceau laser subit une diffraction en traversant l’atmosphère terrestre.Mesurant quelques centimètres de diamètre, au départ de la station émettrice sur Terre, il arrivera sur la Lune avec un diamètre de 8 km, soit une surface de 50 km²! Cette diffraction varie selon l’atmosphère que le rayon traversera.
Imaginez quelle quantité de lumière recevra le réflecteur de un quart de mètre carré!
Le faisceau se reflète dans le réflecteur sur la Lune, puis l’infime partie reflétée revient vers la Terre, traverse l’atmosphère ou il subit à nouveau une importante diffraction.Il faut maintenant que des stations de réception arrivent à capter ce qu’il reste du faisceau. Non seulement celui ci n’aurait presque plus d’énergie en revenant sur Terre, mais surtout il serait noyé dans une quantité d’autres ondes électromagnétiques provenant de l’espace et beaucoup plus puissantes.
Les scientifiques prétendent envoyer une salve de faisceaux laser. 
Ils prétendent aussi avoir installés plusieurs filtres pour arriver à différencier le signal de retour du reste du bruit de l’univers. 
Ainsi ils nous font croire que puisque sur leur ordinateur il apparait un signal provenant du réflecteur posé sur la Lune, c’est que les astronautes ont bien été sur la Lune pour l’installer.
Alors que la Lune réfléchirait très bien le faisceau laser, sans qu’il y ait besoin d’un reflecteur.

4 + Le voyage aller.

Si ce chapitre vous semble trop technique, passez directement au suivant.

Un avion qui veut se rendre d’un point à un autre doit être propulsé par un moteur à hélice ou un réacteur. Mais une fusée qui va soi disant vers la Lune, n’est pas propulsée!saturn 5

La fusée n’est propulsée qu’au décollage pendant 11 minutes pour la placer sur orbite. Deux heures plus tard, une nouvelle impulsion de 6 minutes pour envoyer la fusée vers la Lune. 
Ensuite, pendant les 75 heures que durent le voyage vers la Lune, la fusée n’est plus propulsée. Elle n’avance que grace à l’impulsion donnée au départ. Exactement comme la balle d’un fusil n’est propulsée qu’au départ dans le fusil! 
Un tireur d’élite parvient à placer sa balle au centre d’une cible située à plusieurs centaines de mètres avec une balle pesant quelques grammes, la Nasa prétend avoir envoyé le Module de commande de 45 tonnes vers un point situé à 380 000 km, et après un voyage qui va durer 2 jours et demi!Voici la trajectoire du soi disant voyage vers la Lune:
1 + La fusée de 3000 tonnes décolle de la Terre et se place en orbite. Les réacteurs sont éteints.
2 + Les réacteurs sont rallumés, la fusée se dirige vers la position qu’aura la Lune 75 heures plus tard.
3 + Le vaisseau spatial se place en orbite autour de la Lune. 
4 + Le vaisseau spatial quitte l’orbite et se pose sur la Lune.
Il faut savoir que:
* Pendant tout le trajet vers la Lune, la fusée est attirée par la Terre, et plus la fusée s’éloigne, plus l’attraction de la Terre diminue et plus l’attraction de la Lune augmente. Jusqu’à ce que le vaisseau spatial soit capturé par la Lune.
Le vaisseau spatial est aussi soumis à l’attraction du soleil et dans une moindre mesure, des planètes Mars, Jupiter et Saturne.
* Depuis le départ de l’orbite terrestre, il faut arriver à déterminer exactement où le vaisseau spatial doit arriver sur l’orbite lunaire. Sachant que la Lune tourne autour de la Terre à la vitesse de 1 km/sec. 
Sachant que cette vitesse n’est pas régulière, puisque l’orbite de la Lune est elliptique. Cela signifie aussi que la distance Terre Lune change à chaque instant.
Sachant encore que la Lune tournant autour de la Terre sur une orbite inclinée, cela change à chaque instant la direction de l’attraction que subit le vaisseau spatial.
Au final, il aura parcouru près de 600 000 kms entre le moment où le vaisseau a quitté la Terre et le moment ou il se met en orbite autour de la Lune.
* Le vaisseau va trop vite lorsqu’il s’approche de la Lune, et il faut le ralentir.
* Chaque manoeuvre consomme du carburant, ce qui modifie la trajectoire du vaisseau spatial.Les astronautes ne dirigent pas la fusée. D’abord parce qu’il y a beaucoup trop de paramètres qui interviennent, et ensuite parce qu’on ne peut pas diriger une fusée comme un avion. 
Pour diriger un avion, il suffit d’agir sur les commandes et l’avion réagit. Mais dans l’espace, il n’y a pas d’air et des commandes de direction ne serviraient à rien. On ne peut qu’agir avec des moteurs fusées et en tenant compte de l’attraction de la Terre et de la Lune et du poids du vaisseau variant avec sa consommation de carburant.
De ce fait les calculs de trajectoires en mécanique spatiale sont extraordinairement complexes et ne peuvent être effectués que par des ordinateurs puissants et longtemps avant le voyage lui même. 
Seul l’alunissage aurait été réalisé par les astronautes.
ordinateur apollo
Ne comptez pas sur l’ordinateur de bord pour calculer la trajectoire: en 1969, celui ci avait à peine la puissance d’un smartphone d’aujourd’hui!
Cependant un ingénieur informatique a analysé le rapport expliquant le développement de l’ordinateur de bord des missions Apollo. Il a trouvé que ce rapport est truffé d’erreurs grossières, rendant impossible le fonctionnement de cet ordinateur. Lien vers cette analyse, assez technique.De plus, même les ordinateurs les plus puissants, ne peuvent pas connaître tous les paramètres avant le voyage, parce qu’avec des vitesses de plusieurs kilomètres par seconde et sur une telle distance, avec autant de paramètres qui interviennent, de très faibles variations amèneront des écarts considérables par la suite qu’il faudrait modifier en temps réel. 
Aujourd’hui il n’existe aucun avion de ligne entièrement dirigé par ordinateur. Mais il y a 50 ans, la Nasa aurait fabriqué une fusée dirigée par un programme informatique réalisé bien avant le voyage. et cette fusée aurait emmené des hommes sur la Lune, sur une distance de 600 000 km et à des vitesses de plusieurs kilomètres par seconde.La Nasa affirme qu’ils ont effectué une correction de trajectoire pendant le trajet. 
Puisqu’il n’y a pas de GPS dans l’espace il faut d’abord déterminer la position de la fusée … depuis la Terre. 
Les étoiles ne peuvent pas servir à guider la navigation parce qu’elles sont trop éloignées. Même l’écart de la Terre à la Lune est totalement indécelable avec les télescopes les plus puissants sur Terre. Les étoiles ne servent qu’à donner une orientation à un engin spatial.
radiotelescope goldstoneLa Nasa aurait utilisé le réseauDeep Space Horizonoù trois radiotéléscopes couplés ensemble vont rechercher la fusée dans l’espace.
Il faut plusieurs observations à plusieurs heures d’intervalle pour pouvoir déterminer la vitesse et la direction de celle-ci.
Sachant que la Terre tourne à la vitesse de 400m/sec pendant le temps des mesures, donc la distance entre les radiotelescopes et le vaisseau spatial va varier de plus de milliers de km. Sachant aussi que la Terre est inclinée sur son axe.
Bien sûr que les ordinateurs gèrent tout cela, mais cela fait à chaque fois plus de paramètres à gérer, donc plus d’opérations et donc plus de temps de calcul.
Puis il faut traiter ces informations. Et enfin il faut calculer comment modifier la trajectoire, sachant que les calculs de trajectoire en mécanique spatiale sont extrêmement longs complexes. 
Il faut aussi déterminer à quel moment il faudra démarrer un moteur fusée, lequel, pendant combien de temps. Sachant qu’en faisant fonctionner un moteur, cela consomme du carburant ce qui influence la trajectoire.
Une fois les calculs effectués, il faut enfin envoyer les ordres à la fusée.
Sans oublier que pendant tout le temps du calcul, la fusée se sera déplacée de plusieurs dizaines de milliers de km. 
Il faudrait aussi intégrer dans le calcul, le temps que mettront les ordinateurs à effectuer des calculs! Il faut plus de 6 mois pour déterminer la position d’une nouvelle comète. Combien de temps pour déterminer la position de la fusée? 
Ensuite il faudrait vérifier si la fusée a atteint la position désirée et à la vitesse souhaitée. Puis éventuellement recommencer toute l’opération si la position n’est pas bonne. 
Mais la Nasa affirme que qu’il n’y a eu besoin que d’une seule correction de trajectoire.
Il faut aussi savoir qu’une correction de trajectoire demande beaucoup de carburant: on ne déplace pas facilement une masse de 45 tonnes qui a une vitesse de 40 000 km/h … et lorsque l’on consomme du carburant, cela modifie la masse de la fusée, donc sa trajectoire.
Chaque manœuvre doit être faite à un endroit et à un moment très précis de la trajectoire.
* Si vous allez trop vite, vous arriverez trop tôt, vous raterez la Lune qui se sera déplacée entre temps et il faudra donc freiner, mais vous n’aurez pas assez de carburant pour tout le voyage. 
* Si vous allez trop lentement, vous arriverez trop tard et la Lune sera déjà passée, il faudrait accélérer mais là aussi il n’y aurait plus assez de carburant pour tout le voyage. La quantité de carburant a été déterminée pour une trajectoire parfaite. 
Si on est en retard de quelques minutes sur une manœuvre, il faudra recalculer tout le voyage, alors que cela demande des calculs longs et extrêmement complexes.Désarrimage du Module de commande 

astronaute t-shirt

Depuis le départ, les astronautes sont installés dans le Module de commande, qui est dans la partie terminale de la fusée. Ils devront rejoindre le Lem plus tard, ce qui est impossible pour l’instant à cause du réacteur. 
ILs vont donc faire effectuer un demi tour au Module de commande.

undocking apollo

Ce sont les astronautes qui font l’opération, alors qu’ils ne l’ont jamais effectué auparavant. Ils ont très peu de visibilité, puisque l’engin n’a que deux hublots minuscules et il pèse près de 30 tonnes, donc une énorme inertie. 
A partir de ce moment et pendant les 72 heures du voyage, les astronautes auront le dos tourné à la Lune. L’appareil n’est pas propulsé, il n’avance que grâce à l’injection de départ. 
Ce site explique pourquoi la vidéo de cette manoeuvre est fausse.ariane saturnC’est impossible d’envoyer une fusée à cause du poids du carburant Il faut assez de carburant pour emmener les 15 tonnes du Lem sur la Lune. Mais il faudra aussi du carburant pour se poser sur la Lune et pour en revenir.
Aujourd’hui on sait au mieux mettre en orbite des satellites de 6 tonnes et à une distance de 36 000 kilomètres de la Terre, avec les fusées Ariane. On enverrait une masse plus importante si on savait le faire, parce que cela coûterait beaucoup moins cher, vu le coût extraordinairement élevé d’un lancement.
Or on ne sait pas envoyer des masses plus importantes, et il n’existe aucune fusée capable d’envoyer 45 tonnes vers la lune. (Module de commande + Lem) 
Mais en 1969 la Nasa aurait envoyé le Lem qui pesait 45 tonnes et à une distance sur la Lune à 380 000 km. Ils avaient donc une technologie qu’on n’a pas aujourd’hui?

colonisation de la lune
Pourtant la Nasa envisage de coloniser la Lune d’ici 10 ans.S’il fallait une fusée de 3000 tonnes pour amener deux astronautes sur la Lune, il faudrait une fusée de quelle dimension pour envoyer plus d’hommes et plus de matériel?
Ou combien de fusées il faudrait pour envoyer plus d’hommes et plus de matériel. Sachant qu’une mission Apollo coûtait 130 000$/kg, cela reviendra cher! 
Colonisation de la Lune

5 + L’atterrissage sur la Lune avec le Lem.

Lorsque le vaisseau spatial arrive à proximité de la Lune, les astronautes ne dirigent absolument rien, tout se fait de façon automatique. Comment pourraient ils diriger? Ils n’ont aucune visibilité, non seulement parce qu’ils sont dans le cone du vaisseau spatial, mais en plus parce que les hublots sont minuscules.
Comment feraient ils pour connaître leur position par rapport à la Lune? Ils sont à 110 km d’altitude, impossible de voir les détails et la zone où ils doivent se poser. Tout est programmé dans l’ordinateur de bord.
Comment peuvent ils savoir à exactement quel moment ils doivent démarrer les rétrofusées pour ralentir?
LEM

Le LEM, Lunar Explorer Module, se détache du vaisseau spatial pour se poser sur le sol de la Lune avec deux astronautes à bord. 
Cette manoeuvre n’a jamais été réalisée avant. Le 8 mai 1968 Neil Armstrong, avait testé un appareil ressemblant au Lem. 
C’était une structure légère qui volait à faible vitesse et à basse altitude, mais comme on le voit sur la vidéo ci contre, l’appareil était incontrolable et s’est crashé, Armstrong s’est éjecté en parachute.Le 8 décembre 1968, le pilote Joe Algranti essaye une autre version du Lem … qui se crashe aussi. Et ils auraient réussi, 6 mois après, à poser sur la Lune un engin ayant une masse de 15 tonnes, descendant d’une altitude de 110 km, dans un environnement sans atmosphère, à une vitesse de 6000 km/h et avec une gravité 6 fois plus faible que sur Terre. 
La Nasa affirme qu’il y a eu plus de 200 tests du Lem en 1967/1968. Ce n’étaient pas des tests avec un engin en vol, c’était soit avec un appareil attaché à un portique (!), soit avec un simulateur de vol.
Comment croire que des pilotes expérimentés n’arrivant pas à contrôler l’engin de test dans l’environnement familier de la Terre, auraient réussis à contrôler un engin beaucoup plus lourd, plus rapide, dans l’environnement inconnu de la Lune.
Dans le film de l’atterrissage du Lem, on entend le pilote commenter ce qu’il fait. Les deux astronautes sont assis au dessus d’un réacteur délivrant 45 tonnes de poussée, l’équivalent de la poussée des réacteurs d’un avion de chasse Rafale.
atterrissage lem
Voici le son des réacteurs d’un Rafale et ces réacteurs sont situés loin à 10 mètres derrière le pilote. 
Dans le vide, le son ne se propage pas. On pourrait penser que c’est normal de ne pas entendre le bruit du moteur fusée à l’intérieur du Lem.
Mais les vibrations de ce moteur fusée devraient se transmettre à la structure métallique du Lem. On devrait entendre toute cette structure vibrer, un minimum. Or on entend absolument aucun bruit, alors que juste à côté du pilote, il y a un moteur fusée ayant la même poussée qu’un avion de chasse Rafale.
La voix de Armstrong qui sort du Lem et descend sur la Lune, est monotone. Le commentaire est d’une banalité affligeante: « je suis au pied de l’atterrisseur, l’empreinte au sol doit faire environ deux ou trois inches… la surface du sol est poudreuse »
Pourtant devant ce spectacle extraordinaire qu’aucun humain n’a jamais vu, n’importe qui devrait être saisi d’une émotion intense. 
Bande tirée de cette vidéo à partir de 7’11.Une caméra installée sur le Lem filmait l’atterrissage. Elle aurait du être secouée par les très fortes vibrations engendrées par le moteur fusée. L’image devrait trembler, pourtant l’image est parfaitement stable. Même les avions qui se posent sur Terre, sont plus ou moins secoués à l’atterrissage. Pas le Lem?
Atterrissage Airbus A-380intérieur lem
L’interieur du Lem est irréel: il n’y aucune visibilité, alors qu’il faut le poser sur la Lune, depuis une altitude de 110 km, avec une vitesse de 6000 km/h.
cokpit avionComparez avec l’intérieur d’un jet, qui lui se pose depuis une altitude< de 10 km et qui fait son approche avec une vitesse de 300 km/h.
Comparez aussi la quantité de commandes, d’instruments, de témoins pour diriger l’avion à ceux utilisés dans le Lem.

lem apollo
Voici le Lem qui s’est posé sur la Lune!
Les panneaux verticaux à peine fixés.
L’engin recouvert de papier d’emballage, tenus ensemble avec du scotch.
Et lors de la descente sur la Lune, les petits réacteurs n’ont pas mis le feu au papier?
Franchement est ce sérieux? Est ce crédible?
Photo de la Nasa numéro: AS11-40-5922

 

6 + Retourner sur Terre est impossible.

décollage lem
Le Lem décolle de la Lune pour rejoindre le CSM (Module de commande) qui est en orbite autour de la Lune. 
Pour faire décoller une fusée depuis la Terre et l’envoyer en un point précis dans l’espace, il faut effectuer des calculs extrêmement longs et complexes. Cela ne se fait pas en dix minutes, et cela ne peut se faire qu’à partir de données très précises et connues.
Mais lorsque le Lem se pose sur la Lune, on n’a pas ces données, ou pas tout de suite.

* Le Lem ne s’est pas posé précisément à l’endroit défini au départ, puisque c’est l’astronaute Armstrong qui l’a fait alunir. Il faut donc, depuis la Terre, déterminer où est situé exactement le Lem pour déterminer sa trajectoire de remontée vers le Module de commande. 
On ne peut pas savoir si le Lem s’est posé parfaitement à l’horizontale. Or l’inclinaison au départ va modifier sa trajectoire. Et c’est impossible de connaître dans quel sens est cette inclinaison. 
* Le Lem doit rejoindre le Module de commande en orbite autour de la Lune. Mais on ne peut pas connaître la position exacte de cet appareil. Puisque lorsque le Lem s’est détaché de lui pour aller se poser sur la Lune, cela a nécessairement influencé et donc modifier son orbite. Il faudra là aussi déterminer sa position depuis la Terre.
Or le Lem n’est resté que 22 heures sur la Lune. Comment arriver pendant ces 22 heures, à déterminer la position du Lem, celle du Module de commande en orbite autour de la Lun, puis calculer la trajectoire à donner au Lem lorsqu’il va quitter la Lune pour rejoindre le Module de commande.
décollage lemdécollage lem

Les réservoirs de carburants ne sont pas centrés.Lorsque le Lem décolle pour rejoindre le Module de commande, cela crée un moment de force qui fait tourner le Lem. Comme le réacteur central est fixe, il faut compenser ce déséquilibre du centre de gravité par les petits réacteurs latéraux. 
C’est géré par ordinateur, mais on ne pouvait pas ajuster la poussée de ces réacteurs: ils fonctionnaient en « tout ou rien »: ils ne pouvaient qu’être allumés ou éteints.
A cause de ceci le Lem monte en se balançant, lui donnant un vol irrégulier. Très pratique pour aller rejoindre le Module de commande à quelques milliers de kilomètres de là!
retour apollo
Comme pour le voyage aller, le Module de commande n’est pas propulsé pendant le voyage de retour: ses moteurs fusées lui ont donné une impulsion de quelques minutes au départ de la Lune, juste de quoi s’arracher de son attraction.
Mais une fois que le Module de commmande a quitté l’attraction lunaire, il est alors attiré par la Terre, comme un caillou qui tomberait vers le sol, sa vitesse ne fait qu’augmenter et dans une direction perpandiculaire au sol.
* Si on ne modifie pas sa trajectoire, il arrivera à la verticale (1) dans l’atmosphère terrestre à plus de 11 km/sec et se consummera en quelques secondes, avant même d’avoir touché le sol, comme les météorites.
* Mais s’il arrive avec un angle trop proche de l’horizontale (2), il passera au travers de l’atmosphère et entrera dans une orbite elliptique autour de la Terre, qui durera des années. Aucune chance de survie pour les astronautes.retour apolloIl faut donc qu’il arrive avec un angle très précis et à un moment très précis.
La Nasa prétend donc avoir effectué une correction de trajectoire, quand la capsule de retour était à environ 200 000 km de la Terre.
Dans quelle direction ont ils effectué la correction de trajectoire? Vers le Nord? Le Sud? L’Est? L’Ouest? 
Et à quel moment ils l’ont fait? Sachant que la Terre tourne sur elle même à la vitesse de 400 mètres par seconde, si la manoeuvre a été fait quelques minutes en avance ou en retard, ou si la vitesse du module de retour varie à peine, l’engin se posera a des dizaines de kilomètres du point prévu. 
Pourtant après un voyage de 8 jours dans l’espace et avoir parcouru 1 200 000 km, la Capsule s’est posée juste à côté du bateau de récupération!retour apollo
La Nasa peut déterminer la position du Module de retour, mais elle ne peut pas déterminer son inclinaison. Comment la Nasa savait quelle orientation donner aux moteurs fusée pour faire ce changement de trajectoire?
Quel moteur fusée démarrer, puisqu’il y avait 4 groupes de 4 moteurs.
Quelle force faut il appliquer à un engin de 5 tonnes voyageant à 40 000 km/h?
Quelle quantité de carburant faudra t’il ?Pour atterir à un endroit précis, le pilote d’un avion doit effectuer de nombreuses corrections de trajectoire jusqu’à la piste d’atterrissage, alors que sa vitesse est d’environ 200 km/h. Approche avion
Et un engin spatial arrivant à la vitesse de 40 000 km/h n’aurait besoin que d’une seule correction de trajectoire, 45 heures avant se poser en un point précis sur Terre?
Ces corrections n’étant même pas effectuées par les astronautes, elles ont été detérminées par ordinateur sur Terre et les ordres envoyés aux appareils de la capsule de retour.
Est ce crédible?
retour apollo rebond
Selon la Nasa, la capsule a rebondi sur l’atmosphère, exactement comme une pierre fait un ricochet sur l’eau. 
Mais une pierre ne rebondit que parce que l’eau a une certaine densité. Or lorsque la capsule arrive à une altitude de 120 km, il n’y a pas d’air, il n’y a que quelques molécules d’air: le vide est presque total. 
Imaginez un lourd camion de 6 tonnes arrivant depuis l’espace avec une vitesse hypersonique de 40 000 km/h. Croyez vous vraiment qu’il va rebondir sur les hautes couches de l’atmosphère puis descendre doucement en planant pendant 15 minutes, avant de se poser dans l’Océan Pacifique. 
La Capsule de retour ne pourrait pas avoir d’ailes, celles ci seraient arrachées lors de la rentrée à vitesse hypersonique. 
Dans la réalité, sa vitesse accélèrera et soit elle se consummera dans l’atmosphère, soit elle s’écrasera en moins de 10 secondes sur Terre.
Mais la Capsule revenant de la Lune avec 3 astronautes à bord, a traversé sans aucun problème l’atmosphère terrestre à la vitesse de 40 000 km/h .retour apollo capsule
Pour freiner une voiture, on doit appuyer sur les freins, ou attendre que les forces de frottements l’arrêtent. 
Mais la Capsule de retour n’a pas de freins, pas de rétrofusée. Elle ne ralentit qu’avec le frottement avec l’air sur une distance de plusieurs milliers de kilomètres.
Or les forces de frottement libèrent de la chaleur et à une vitesse de 40 000 km/h, ces forces de frottement sont très élevées. La température devrait tellement augmenter que la Capsule se consummerait en quelques secondes. Comme les météorites arrivant depuis l’espace et qui se vaporisent en un instant, donnant les étoiles filantes qu’on voit la nuit. Pourtant ce sont des blocs de pierre, mélangées à du métal, très dense. Mais la capsule faite de minces parois d’aluminium aurait résisté à l’énorme chaleur! 
Personne ne sait comment se produisent les écoulement de l’air à ces vitesses aussi élevées, puisqu’il n’y aucun moyen de le tester: il n’existe aucune soufflerie sur Terre permettant d’effectuer des essais. 
Le seul moyen pour ralentir un objet tombant de l’espace vers la Terre, serait d’utiliser une rétro fusée qui s’opposerait à la gravité terrestre. Mais pour cela il faudrait mettre plus de carburants dans la fusée, ce qui augmenterait encore son poids. 
De toutes façons, cette Capsule de retour n’avait pas de rétrofusées.
La Nasa prétend avoir placé un bouclier thermique à la base du Module de commande. Fabriqué par la société Avco, il pesait un peu plus d’une tonne et mesurait au plus 2,5 cm d’épaisseur. Il était composé de couches de résines qui fondaient et se détachaient, évacuant avec elles la chaleur avant qu’elle ne franchisse les parois du vaisseau. Bien sûr sa composition est tenue secrète. 
retour apollo capsule
Le côté du bouclier exposé au frottement de l’air montait à plus de 2700°. Alors qu’à l’intérieur la température devait être d’environ 120° pour être supportée par les astronautes pendant environ les 15 minutes de la descente.
Croyez vous qu’un bouclier thermique de 3 cm d’épaisseur permettrait d’avoir une température de 2700 degrés d’un côté et 120° de l’autre. La capsule de retour est petite, ses cloisons ne sont pas épaisses et les astronautes n’étaient qu’à quelques dizaines de centimètres du bouclier thermique. capsule apollo
La capsule ayant une forme de cone ne pouvait pas être stable à une telle vitesse. Et encore moins dans des zones où la densité de l’air est très faible, elle se mettrait à osciller à tourner sur elle même, subirait des mouvements chaotiques tellement violents que cela tuerait les astronautes à l’intérieur.
D’autre part la Capsule en basculant d’un côté et de l’autre, ce ne sera plus le bouclier qui sera en avant, mais les parois de la Capsule en aluminium, qui ne sont pas protégées par un bouclier thermique. L’aluminum fond à 660 degrés et la température de rentrée étant de 2700°, voire beaucoup plus, comment pourraient elles résister?
En plus des forces de friction, il y a aussi des charges latérales qui mettent une forte pression sur le vaisseau et devraient l’écraser. Jamais ses fines parois ne pourraient y résister.
Tout objet en chute libre dans l’atmosphère passe en autoration. Les parachutistes connaissent ce danger: s’ils ne controlent pas leur chute libre, ils vont tomber en tournant dans tous les sens et s’ils ne reprennent pas le contrôle à temps, la rotation devient si brutale qu’ils finiront par perdre connaissance et ne pourront plus ouvrir leur parachute. Vidéo de l’autorotation d’un parachutiste
Chute de Felix Baumgardtner, depuis 39 km d’altitude. L’autorotation est visible à partir de 51 secondes.Selon la Nasa ces mouvements seraient contrôlés par un ordinateur couplé à un gyroscope pour garder la capsule dans une bonne position.
Mais ces mouvements sont trop brusques et imprévisibles. Jamais un ordinateur n’aurait le temps de traiter des informations transmises par des capteurs, puis envoyez des ordres au gyroscope pour rééquilibrer la capsule.
Il ne s’agit pas d’un parachutiste tombant à 50m/sec, mais d’un engin de 6 tonnes tombant à 11 000 m/sec.amerissage apollo
Pourtant la capsule de 6 tonnes ayant volé doucement, sans ailes, sur une distance de 3000 km, s’est posée non loin du bateau de récupération.
Si son angle de pénétration dans l’atmosphère avait varié de quelques dixièmes de degrés, ou si la capsule avait pénétré une minute plus tard, la Terre aurait tourné de quelques degrés la capsule se serait posée 300 km plus loin et il aurait fallu une dizaines d’heures au bateau pour aller la récupérer, alors qu’elle est tombée presque à côté.
Après un soi disant voyage de 8 jours et 1 200 000 km dans l’espace.
capsule apollo hublots
Pourquoi les astronautes n’ont ils pas filmé le retour dans l’atmosphère? Pourtant il y avait des hublots permettant voir à l’extérieur.
Ils auraient fait 1400 photos sur la Lune, des films et dans des conditions très difficiles, mais rien lors de leur rentrée dans sur Terre? Pourtant cela aurait donné des images spectaculaires.
Puisque la Nasa savait exactement où se poserait la Capsule, pourquoi n’y avait il pas des avions en haute altitude pour filmer cette entrée? Ou des hélicoptères? Là aussi cela aurait donné des images spectaculaires! Mais il n’y a rien.

7 + Pourquoi un tel mensonge?

Il y aurait plusieurs raisons:
Les américains étaient en guerre froide contre les Russes et certains militaires avaient l’intention de fabriquer des missiles balistiques intercontinentaux pour éventuellement attaquer l’Urss, depuis le sol américain.
Il fallait pour cela des fusées très puissantes. Mais comme la guerre du Viet Nam devenait très impopulaire aux Usa, jamais le Congrès américain n’aurait accepté de débloquer des budgets pour fabriquer de telles fusées. Ils ont donc inventé cette idée de voyage vers la Lune, beaucoup plus facile à vendre.
De plus, cela renforçait l’égo des américains blessés dans leur amour propre, parce qu’ils avaient perdu Cuba, parce que le Vietnam était une catastrophe, parce que les Russes avaient été les premiers à envoyer dans l’espace.Le coût des 6 missions vers la Lune s’est élevé à 25 milliards, soit 130 milliards de dollars actuels. Ce n’est pas une petite somme, dont une bonne partie va directement dans le compte en banque de certains.
Mais cet argent vient de vos impots.
Trouvez vous normal que les agences spatiales vous ponctionnent des dizaines de milliards pour un tel mensonge, qui ne sert à rien. Parce que à quoi auront servis ces missions vers la Lune? En quoi cela aidé l’humanité à mieux vivre? 
Ne pensez vous pas que ces 130 milliards auraient pu être beaucoup mieux utilisés?
Ne croyez pas que cela ne vous concerne pas parce que cela se passe aux Usa. Dans les prochaines parutions sur ce site, vous verrez que l’ESA, agence spatiale européenne, ponctionne VOS impots pour des missions mensonges, comme la mission Rosetta vers la comète Tchourioumov, ou la toute récente mission vers Mars.

8 + En conclusion

La science doit pouvoir prouver ce qu’elle affirme. Mais personne, absolument personne, ne peut prouver que ces voyages ont eu lieu. Les seules preuves qu’on a sont des photos, des films et le témoignage de 6 astronautes de la Nasa.
 * Le témoignage de 6 astronautes, militaires tenus au devoir de réserve, n’a aucune valeur scientifique.
 * A l’ère des logiciels ultra performants de retouche photo, les images ne sont en aucun cas une preuve scientifique.
* Le fait que plusieurs milliers de personnes aient travaillé pour ces missions vers la Lune, ne signifie pas que ces voyages ont eu lieu, mais que des milliers de personnes ont travaillé sur ces missions.
Chaque technicien travaille sur un secteur bien défini et ne se préoccupe pas du reste. Si par exemple un ingénieur travaille sur les moteurs fusée, il ne se préoccupe pas de savoir si la fusée ira bien vers la Lune. Et même s’il doutait, que pourrait il faire? Il préférera se taire et conserver son travail bien payé plutôt que de se faire licencier. 
Cependant, la majorité des personnes ayant travaillé de près ou de loin sur ces missions, sont convaincues que ces voyages vers la Lune ont eu lieu et refusent de voir la réalité: il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Certains envisagent que les voyages vers la Lune ont bien eu lieu, mais que la Nasa ne voulait pas publier les photos de ce que les astronautes ont vu sur place. La Nasa aurait donc fabriqué des images en studio.
D’une part on vient de voir que techniquement cela n’est pas possible. 
D’autre part, qu’est ce que les astronautes auraient vus sur la Lune qu’il ne fallait pas montrer? Des extraterrestres? Des monstres?La seule façon de prouver que ces voyages sur la Lune ont eu lieu, serait que l’on arrive à voir depuis la Terre, les appareils laissés sur la Lune.
Mais c’est totalement impossible, même avec les téléscopes les plus puissants, les objets les plus petits qu’on arrive à voir sur la Lune, font au minimum 20 mètres de diamètre.Si ces voyages sont un mensonge, pourquoi les Russes n’ont pas dévoilé la supercherie? Parce qu’eux aussi mentaient déjà avec l’histoire de Youri Gagarine en 1961 qui aurait été le premier humain dans l’espace. 
Ce n’est pas nouveau, depuis que l’humanité existe, certains mentent. Des enfants les plus jeunes, jusqu’aux responsables les plus hauts placés.
Voir aussi le mensonge des bombes atomiques.Toutes ces soi disantes missions vers la Lune ont été réalisées en studio, avec des logiciels de retouche d’images performants. Lorsqu’on le sait et qu’on regarde les images, la supercherie est flagrante.Les fusées ne peuvent emmener dans l’espace que des satellites. S’ils elles embarquaient un être vivant, jamais il ne reviendrait vivant sur Terre. 
Mais surtout, il n’y aucun intérêt à ce que des humains explorent l’espace. Mieux vaut utiliser des robots.
Les soi disant missions spatiales habitées prévues vers la planète Mars sont exactement le même mensonge que les missions vers la Lune.
Cela fera l’objet d’une prochaine parution.

 + Liens vers d’autres sites.

Il existe beaucoup de sites traitant de ce sujet. 

Heiwa: (en anglais) Site de Anders Bjorkman, très complet avec beaucoup d’explications techniques. 
Anders a lancé un challenge où il donne 1 000 000 d’euros à celui qui pourra prouver que les voyage sur la Lune ont eu lieu. Ce challenge existe depuis plusieurs années, personne n’a encore gagné.

Auteur inconnu! (français) Un ingénieur aéronautique fait une analyse très poussée et parfois très technique sur plusieurs aspects des missions Apollo.
Il montre aussi les incohérences et impossibilités sur de nombreuses photos..

Michel Palomino (français) Site très complet avec de nombreuses analyses.

Philipe Lheureux (français) L’auteur a écrit un livre « lumières sur la Lune ».

L’homme sur la Lune Article du site « Stop Mensonges »

Vidéo étonnante où Bart Sibrel demande à plusieurs astronautes de jurer sur la Bible qu’ils sont bien allés sur la Lune. Bien évidemment, aucun n’accepte de le faire. Buzz Aldrin lui décoche même un coup de poing.
Il n’y a que la vérité qui blesse! Si Aldrin était vraiment allé sur la Lune, pourquoi il répondrait de façon aussi agressive? 

Bill Kaysing qui travaillait sur les moteurs Saturn du programme Apollo, a été l’un des premiers à dénoncer la supercherie avant même les premiers soi disant vols vers la Lune.
Le livre « We Never Went to The Moon » est édité officiellement aux Etats-Unis seulement en 1987. Kaysing indique que les Etats-Unis n’avaient jamais eu la technique pour un voyage sur la lune en 1969. Qu’il n’y jamais eu de conquête spatiale. 

Il existe aussi une quantité de site anglais, sous le terme « Moon Hoax ». 

Sites expliquant le déroulement des missions.
Les missions lunaires.
Toutes les photos de Apollo 11, sur le site de la Nasa.
Déroulement d’une mission Apollo

J’espère que vous avez apprécié cet article. Faites passer le message que nous vivons dans le plus nocif paradigme imaginable…érigé sur un mensonge.

 

ALERTE:QUELQUE CHOSE DE MASSIF VIENT D’ENTRER DANS L’ATMOSPHÈRE TERRESTRE ET CE N’EST PAS UN MÉTÉORE

 

Les gens derrière la chaîne YouTube BPEarthWatch ont révélé qu’un objet énorme qui n’est pas un météore est entré dans l’atmosphère de la Terre le 2 décembre. BPEarthWatch surveille les données du radar météoritique qui arrivent, puis fournit des informations à ce sujet et jusqu’à présent, ils ont fait du bon travail. Dans la vidéo, l’opérateur de la chaîne explique que lorsque des objets ou des météores frappent l’atmosphère supérieure de la Terre, ils ont des signatures qui sont captées électroniquement par un émetteur VHF et un système de récepteur.

UN VAISSEAU SPATIAL VOILÉ? 

Le système rebondit alors sur un signal de l’ionosphère de la Terre, et il peut identifier la traînée d’ionisation d’un objet entrant, qui peut ensuite être convertie en données tangibles. BPEarthWatch a dit que le signal reçu le 2 décembre n’avait pas Sporadic E, ce qui est un faux signal que l’on trouve seulement dans les mois d’été. Ils ont dit que ce qui était vu était quelque chose de très différent et c’était très grand et était arrivé très lentement. L’opérateur de la chaîne a déclaré que c’était quelque chose qui ne serait pas considéré comme normal et qu’ils n’étaient pas sûrs de ce que c’était. Ils ont continué en disant qu’il n’y avait pas eu de météores autour qui étaient si gros et qui viendraient sur Terre avec un signal qui durerait aussi longtemps. Il y a eu des discussions sur le fait que l’écho radar entendu pourrait avoir été au lancement d’une fusée ou peut-être c’était un OVNI. La vidéo ci-dessous vous permet d’entendre à quoi ressemble l’écho radar, un bruit de fréquence qui continue pendant un certain temps. Le graphique montre les pointes de la fréquence sonore ondulant de haut en bas.

 

 

Une autre vidéo montre le son quelque 30 minutes plus tard de la vidéo précédente, et celui-ci a une narration sur le dessus. Ils continuent en expliquant que les sons et le graphique de cette vidéo sont considérés comme normaux, et que ce sont des météores ou des objets dans la haute atmosphère de la Terre et qu’ils sont montrés comme une traînée d’ionisation. La voix continue en expliquant que l’autre vidéo différait de celle-ci et qu’ils ne l’avaient jamais vue auparavant.