Accueil

Exploration spatiale:les combinaisons spatiales de l’ISS deviennent dangereusement obsolètes

Laisser un commentaire

La Nasa va bientôt manquer de combinaisons spatiales pour ses astronautes à bord de l’ISS. Ces combinaisons ont en effet été construites il y a une quarantaine d’années, et sont depuis simplement réparées. Elles avaient été conçu au départ pour résister une quinzaine d’années maximum. Certaines seraient très dangereuses à utiliser, et le stock de combinaisons en état de marche n’est plus que de 11 sur les 18 au départ. 

Les combinaisons spatiales de la Nasa à bord de l’ISS sont des objets fascinants, car ce n’est pas un simple vêtement : il s’agit d’un vaisseau spatial miniature. Véritables chef d’oeuvre d’ingénierie, les combinaisons spatiales blanches utilisées de nos jours par les astronautes de la station spatiale internationale lors des sorties extra-véhiculaires sont les mêmes (vraiment les mêmes) que celles qui étaient utilisés par les astronautes il y a 40 ans.

Et elles commencent à devenir dangereusement obsolètes.

Les mêmes combinaisons depuis Apollo 10.

La Nasa n’aurait bientôt plus de combinaison spatiale en état de marche

Depuis leur construction, elles sont donc régulièrement réparées et améliorées. Le problème, c’est qu’elles étaient conçues pour 15 années d’utilisation maximum. Et qu’au bout de 40 ans, elles commencent à devenir très difficiles à réparer. Et que ces mini vaisseaux spatiaux sont par ailleurs très difficiles à concevoir et à fabriquer. Du coup le stock de combinaisons en état de marche diminue dangereusement. Aujourd’hui il en reste 11 sur les 18 de départ.

Certaines seraient extrêmement dangereuses à utiliser lors de sorties spatiales, avec parfois des accidents graves. Comme en 2013 lorsqu’un astronaute a failli mourrir noyé après qu’une fuite du système de refroidissement de sa combinaison ait rempli son casque d’eau. D’autres astronautes parlent d’une utilisation très inconfortable, ou d’usure inquiétante au niveau des gants.

La Nasa a investi près de 200 millions de dollars ces dernières années pour leur trouver un remplaçant, mais il faudra encore de nombreuses années pour que le successeur des combinaisons spatiales actuelles, indispensables aux sorties extra-véhiculaires pour réparer l’ISS, soit disponible. L’agence s’inquiète donc dans son rapport de manquer de combinaisons d’ici la fin de vie de la station programmée en 2024.

Un problème qui va devenir encore plus pressant si la durée de vie de la station est prolongée jusqu’en 2028.

Sources:NASA

 

 

 

Advertisements

Astronomie: fantastiques photos de supernovae quadruples

Un commentaire

 

Une vue large sur le ciel nocturne de l’Observatoire Palomar en Californie révèle une toile de fond étonnante pour une image composite de la supernova iPTF15geu de type Ia. L’image la plus à gauche provient de Sloan Digital Sky Survey.L’image centrale et de droite provient du télescope spatial Hubble de la NASA / ESA et montre la lentille galaxy SDSS J210415.89-062024.7 au centre et quatre images à lentille de l’explosion de la supernova autour de la galaxie des lentilles.


Photo no 2

 

 

À 2,5 milliards d’années-lumière, galaxy SDSS J210415.89-062024.7 a servi de lentille à une supernova encore plus loin dans le cosmos. La lentille gravitationnelle a créé quatre images distinctes de l’explosion.


Photo no 3

La lumière de la supernova iPTF16geu a parcouru 4,3 milliards d’années pour se rendre à la Terre. La seule raison pour laquelle les astronomes ont vu que c’était l’avant-plan de la galaxie allumait la lumière, la grossissant de 50 fois. La lentille gravitationnelle a également provoqué la lueur de la supernova à apparaître dans quatre endroits distincts dans le ciel entourant la galaxie des lentilles.


Photo no 4

 

Sur Palomar Mountain en Californie, l’Observatoire Palomar a recueilli cette large vue sur le ciel nocturne. Une explosion de supernova dont la lumière a parcouru 4,3 milliards d’années a été découverte dans la partie inférieure centrale de l’image en raison de la lentille gravitationnelle.


Photo no 5

À l’aide de Sloan Digital Sky Survey, les astronomes ont parcouru le ciel pour les supernovae, en utilisant un télescope optique grand angle de 2,5 mètres à l’Observatoire Apache Point au Nouveau-Mexique.Le minuscule point rouge au centre gauche de l’image est l’explosion iPTF16geu.


Photo no 6

L’Observatoire de Keck à Hawaï est passé à l’action pour capturer cette vue de la supernova iPTF16geu après avoir été repéré avec le télescope spatial Hubble, un événement de lentille qui l’agrandit de 50x.


Photo no 7

 

La supernova iPTF16geu située dans une image par le télescope Palomar de 48 pouces en Californie. La première photo montre une image de la zone de l’étude du sommet de San Diego, et les images du télescope spatial Hubble révèlent une galaxie de premier plan et la supernova lointaine, dont la lumière s’est penchée autour de la galaxie pour arriver à Hubble quatre fois de plus. Une image de la supernova du télescope Keck est également incluse.


Photo no 8

Ce diagramme montre comment la supernova iPTF16geu a obtenu un coup de pouce visuel d’une galaxie qui l’entourait et du télescope spatial Hubble.La gravité de la galaxie intermédiaire a déformé la lumière provenant de la supernova, l’envoyant à Hubble divisé en quatre images et en la rendant de plus de 50 fois (50X).


Photo no 9

Les chercheurs se sont précipités pour capturer les vues de la supernova iPTF16geu avec différents télescopes lorsque la supernova a été capturée magnifiée 50 fois alors qu’une galaxie de premier plan passait entre elle et le télescope spatial Hubble.


Sources: NASA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Certaines planètes extrasolaires genre « Tatooine » peuvent être en mesure de soutenir la vie

Laisser un commentaire

La vie sur une planète extraterrestre avec deux soleils dans son ciel, comme le monde de la maison de Luke Skywalker Tatooine dans les films « Star Wars », peut en effet être possible, selon une nouvelle étude.

Un monde Tatooine pourrait être habitable malgré son orbite inévitablement compliquée, aussi longtemps que la planète reste dans une gamme particulière de distances de ses deux étoiles hôtes,disent  les chercheurs .

« Cela signifie que les systèmes à double étoile du type étudié ici sont d’ excellents candidats pour accueillir des planètes habitables, malgré les grandes variations de la quantité des planètes hypothétiques étoilées dans un tel système de réception, » a déclaré Max Popp, un chercheur associé de recherche à l’ Université de Princeton dans le New Jersey et l’Institut Max Planck de météorologie de Hambourg, en Allemagne.

L’illustration de cet artiste montre une hypothétique planète recouverte d’eau autour du système d’étoile binaire de Kepler-35A et B.

Crédit: NASA / JPL-Caltech

 

Popp et Siegfried Eggl, chercheur postdoctoralde  Caltech au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, ont étudié la « zone habitable » pour les mondes de type Tatooine – cette gamme juste à droite des distances orbitales à laquelle l’ eau liquide, et peut – être la vie comme nous le savons, pourrait exister sur la surface d’une planète.

Clouer la zone habitable pour les planètes une seule étoile n’est pas simple car  les détails de la zone dépendent fortement de la nature de l’atmosphère d’un monde, par exemple.Mais les zones habitables deviennent encore plus délicates quand la planète en question a deux soleils.

Les planètes Tatooine en zones habitables, après tout, dépendent de la distance entre les deux étoiles hôtes de centre de masse, non seulement la distance de toute étoile particulière. De plus,les mondes Tatooine n’orbitent pas dans une trajectoire circulaire; leurs chemins oscillent considérablement en raison de l’influence gravitationnelle de leurs étoiles parentes,disent  les chercheurs .

 

Pour mieux comprendre ces facteurs, les conditions modélisées par Popp et Eggl sur une hypothétique planète de la taille de la Terre , un monde couvert d’eau dans Kepler-35, un vrai système à deux étoiles à plus de 5000 années-lumière de la Terre qui est connu pour accueillir une planète huit fois plus massives que la nôtre. (Popp et Eggl ont ignoré l’influence gravitationnelle de cette planète réelle, qui est connu comme Kepler-35b, par souci de simplicité.)

« Notre recherche est motivée par le fait que la recherche de planètes potentiellement habitables nécessite beaucoup d’efforts, il est bon de savoir à l’ avance où regarder », a déclaré Eggl dans la même déclaration :« Nous montrons que cela vaut la peine de cibler des systèmes à deux étoiles. »

Les simulations du duo ont étudié ce que cet imaginaire climat mondial sur  Tatooine serait comme si elle tournerait  en orbite avec des périodes entre 341 et 380 jours,proche d’un système comme celui de la Terre.

Ils ont constaté que, près du bord extérieur de la zone habitable présumée de Kepler-35, la planète serait relativement froide et sèche. La pénurie de vapeur d’eau atmosphérique serait également celle de la variable climatique… tout à fait; les températures mondiales moyennes de surface balanceraient par jusqu’à 3,6 degrés Fahrenheit (2 degrés Celsius),ont dit les chercheurs .

« Ceci est analogue à la façon dont, sur la Terre, avec  les climats arides comme ceux des déserts, nous éprouvons d’énormes variations de température du jour à la nuit », a déclaré Eggl. « La quantité d’eau dans l’air fait une grande différence. »

Mais les conditions seraient très accueillantes, et beaucoup plus stables, près du bord intérieur de la zone habitable, grâce à l’influence stabilisatrice de la vapeur d’eau, selon les chercheurs.(Tout comme avec les systèmes mono-étoile, une planète au – delà du bord extérieur de la zone habitable deviendrait un monde « boule de neige », tandis qu’un trop près en connaîtrait un effet de serre galopant comme Vénus a fait et finir par une serre chaude chaleur étouffante,C’est ce qu’ ils ont trouvé .)

Fait intéressant, les modèles du duo suggèrent que les mondes de type Tatooine ont moins de couvertures nuageuses que leurs homologues  avec une unique étoile, fournissant des habitants hypothétiques avec de superbes vues de leurs doubles soleils.

La nouvelle étude a été publiée le 6 Avril 2017 dans la revue Nature Communications .


HORS TEXTE

UNE VISION DES MONDES RÉELS  ET IRRÉELS VENUS DE STAR WARS 

 

 

 

 

 

 

 

En direct:La NASA annonce d’importantes découvertes

Laisser un commentaire

Astronomie:Gliese 710,l’étoile qui fonce vers notre système solaire

Laisser un commentaire

L’étoile Gliese 710 fonce vers notre Système solaire. Elle traversera le nuage d’Oort dans un peu plus d’un million d’années. Sa masse perturbera alors des milliers de comètes endormies, semant le trouble en les projetant dans toutes les directions. Un tel évènement ne s’est pas produit dans le voisinage du Soleil depuis des millions d’années. via […]

via Gliese 710, l’étoile qui fonce vers notre Système solaire (vidéo) — Etrange et Insolite — Groupe de Recherche Ufologique du Québec

Astronomie:Découverte d’une planète « habitable » proche de la Terre

Laisser un commentaire

A hand out image made available by the European Southern Observatory on August 24 2016, shows an artist's impression of a view of the surface of the planet Proxima b orbiting the red dwarf star Proxima Centauri, the closest star to the Solar System. The double star Alpha Centauri AB also appears in the image to the upper-right of Proxima itself. Proxima b is a little more massive than the Earth and orbits in the habitable zone around Proxima Centauri, where the temperature is suitable for liquid water to exist on its surface.  Scientists on August 24, 2016 announced the discovery of an Earth-sized planet orbiting the star nearest our Sun, opening up the glittering prospect of a habitable world that may one day be explored by robots. Named Proxima b, the planet is in a "temperate" zone compatible with the presence of liquid water -- a key ingredient for life.   / AFP PHOTO / EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / M. Kornmesser

 

 

Des preuves existent qu’une planète potentiellement habitable gravite autour de l’étoile la plus proche de notre système solaire, annonce mercredi l’Observatoire européen austral (ESO), parallèlement à une publication de l’université Queen Mary à Londres dans la revue spécialisée Nature. Il pourrait s’agir de la zone habitable la plus proche en dehors de notre système solaire.
Des scientifiques avaient déjà découvert en 2013 les indices de l’existence d’une planète tournant autour de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du système solaire, à une distance d’un peu plus de quatre années-lumière.

Grâce notamment au télescope de l’ESO à La Silla, au Chili, il est apparu qu’il s’agissait d’une exoplanète dont la masse équivaut à environ 1,3 fois celle de la Terre. Il s’agit de la plus proche exoplanète jamais découverte.

L’astre a été baptisé Proxima b et orbite à une distance de près de 7 millions de kilomètres autour de l’étoile, soit quelque 5% de la distance Terre-Soleil.

Présence d’eau possible
La température estimée à sa surface rend possible la présence d’eau. Les paramètres en surface peuvent toutefois être fortement influencés par les UV et rayons X provenant de l’étoile, et ce rayonnement est plus intense que celui que la Terre reçoit du Soleil.

Des points d’interrogation subsistent au sujet de Proxima b, notamment par rapport aux rayons X, à ses températures extrêmes et à la composition de son atmosphère. Le supertéléscope E-ELT, que l’ESO devrait mettre en service en 2024, permettra peut-être d’y répondre, indique Hans Van Winckel, de l’insitut d’astronomie de l’université de Louvain (KU Leuven).

Quoi qu’il en soit, Proxima b constituera « un élément important dans la recherche de traces de vie dans l’univers », conclut l’ESO.

Astronomie:Quelque chose dans l’espace fait mourir des galaxies entières

Un commentaire

Une nouvelle étude s’alarme d’une tendance troublante observée dans une dizaine de milliers galaxies lointaines. Ces galaxies se vident de leur gaz, indispensable à la formation de nouvelles étoiles, et sont donc condamnées à mourir prématurément. Ce qui signifie en fait en termes galactiques à refroidir inexorablement. La force qui évacue ce gaz est encore mal comprise par les scientifiques. 

 

La galaxie NGC4402 est un exemple de ram-pressure stripping à mesure qu’elle s’approche de l’amas de la Vierge (en direction du bas de l’image)

La galaxie NGC4402 est un exemple de ram-pressure stripping à mesure qu’elle s’approche de l’amas de la Vierge (en direction du bas de l’image)

 

Selon une publication du Centre for Astronomy Research un phénomène encore mal compris purgerait les galaxies de leur gaz, ce qui empêcherait la formation de nouvelles étoiles et par ricochet provoquerait la mort prématurée de galaxies, qui finiraient par devenir froides. Ce phénomène, baptisé ram-pressure stripping survient lorsque des galaxies se rassemblent dans de gros amas.

Un « vent » pousse alors le gaz et les poussières qu’elles contiennent, peu arrimées à leur galaxie, alors que la force gravitationnelle attire ces mêmes galaxies vers le cluster, ce grand rassemblement galactique. Résultat : la matière première indispensable à la formation de nouvelles étoiles se perd en route.

Et condamne la galaxie à une fin inexorable : une fois que ces étoiles s’éteindront, il ne restera plus qu’une galaxie morte, faite de corps froids. Toby Brown, l’un des scientifiques de l’étude, explique :

 

« Au cours de leur vie, les galaxies habitent des halos [de gaz et de poussières] de taille différentes, pouvant aller de celle de notre voie lactée, à des halos des dizaines de milliers de fois plus massifs. Au fur et à mesure que ces galaxies se rapprochent, le plasma intergalactique surchauffé entre les galaxies les prive de leur gaz dans un processus rapide appelé ram-pressure stripping. Vous pouvez le voir comme un balai géant galactique qui va aller physiquement balayer le gaz hors de ces galaxies. Et si vous enlevez le carburant nécessaire à la formation d’étoiles, vous tuez effectivement la galaxie et la transformez en un objet mort. »

Plusieurs preuves du phénomène du ram-pressure stripping ont été observés. C’est le cas de la galaxie à spirale NGC4402 (voir illustration de cet article)qui se dirige droit vers le centre du cluster de l’amas de la Vierge. Son disque semble se disloquer et on voit que les poussières et les gaz à droite de l’image, semblent quitter le coeur de la galaxie.

Heureusement, en ce qui nous concerne, nous faisons partie du Groupe Local, modeste amas galactique, lui même membre de ce que l’on appelle le Superamas Local, qui s’étend sur quelques 18,4 millions de parsecs soit environ 60 millions d’années-lumières. Et quand bien même nous finirions par être victimes à notre tour de ram-pressure stripping ce processus « rapide » prend des dizaines de millions d’années.

w-705-constellation-bootes

 

Une durée donc plus grande encore que ne pourraient l’apprécier des millions de générations futures. On ne risque donc pas grand chose, mais répondre à ce type de question permet de mieux comprendre d’où nous venons, et surtout, comment l’univers finira, un jour, par mourir.

 

Sources

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :