Publicités
Accueil

Astronomie:Un gros astéroïde va frôler la Terre

Laisser un commentaire

 

L’astéroïde (3122) Florence va s’approcher vendredi peu après midi à environ sept millions de kilomètres de la Terre. L’événement ne présente pas de risque, même si cet objet, d’un diamètre moyen de 4,35 kilomètres, est classé « potentiellement dangereux » en raison de son orbite et de sa taille.

Il s’agit d’un des plus gros astéroïdes dits géocroiseurs, évoluant à proximité de la Terre. Il sera nettement plus visible que 2014 JO25, d’un diamètre de 650 mètres, qui était passé en avril à 1,8 million de kilomètres de notre planète.

La Nasa prévoit de braquer ses radars sur le corps céleste, notamment afin de confirmer sa taille et découvrir des détails de sa surface.

(3122) Florence (ou 1981 ET3) a été découvert en 1981. Il ne devrait pas revenir à proximité de la Terre avant octobre 2024, ni s’en approcher autant avant 2500, selon les scientifiques.

 

 

 

 

 

Publicités

Astronomie:Le 19 avril, cet énorme astéroïde va frôler la Terre

Laisser un commentaire

Depuis que la science est suffisamment avancée pour que l’humain sache que les dinosaures ont disparu suite à la chute d’un astéroïde sur notre belle planète, c’est un sujet qui fascine les foules, les amateurs de films apocalyptiques, les fans d’astronomie comme les théoriciens du complot.

 

Hé bien sachez, mesdames et messieurs que le 19 avril prochain, un astéroïde de plus d’un kilomètre va passer tout près de la Terre. Il répond au doux nom de 2014 JO25, et ce sera l’astéroïde qui passera le plus près de la Terre depuis 400 ans, nous devrons d’ailleurs attendre encore 490 ans avant de revoir un tel phénomène.

 

 

Si les astronomes du mont Lemmon, à l’origine de sa découverte, pensent qu’il ne fera que frôler la Terre à une distance représentant environ 4,8 fois celle de la Lune, certains sont tout de même inquiets : et si l’attraction terrestre le poussait à venir nous faire un petit coucou ? Et s’il tapait malencontreusement dans la lune ? Pas d’inquiétude, on est sûr que tout va bien se passer, d’autant que les astronomes ont déjà prévu qu’il reviendrait nous saluer dans environ 75 ans, après avoir fait un tour du côté de Vénus et de Mercure. 

Sortez vos télescopes, ça vaudra sûrement le détour

 

 

 

 

 

 

Danger planétaire:pourra-t-on éviter l’astéroïde Bennu

Laisser un commentaire

 

 

La chasse à l’astéroïde Bennu est ouverte ! Après la sonde Rosetta, partie à la conquête de la comète Tchouri, c’est au tour de la Nasa, l’agence spatiale américaine, de se lancer dans la traque à l’objet céleste, version… « Armageddon ». Ce soir décollera de Cap Canaveral (Floride) la sonde Osiris-Rex, dont l’une des missions sera de vérifier si ce gros caillou de 500 m de diamètre — presque deux fois plus massif que la tour Eiffel — risque bel et bien de croiser la route de la Terre.

La route de l'astéroïde Bennu.

La route de l’astéroïde Bennu.

Bennu n’a été repéré qu’en 1999. Mais, d’ores et déjà, ce petit bolide, qui évolue à la vitesse vertigineuse de 101 000 km/h autour du Soleil et croise tous les six ans l’orbite de la Terre, figure, selon la Nasa, dans le duo de tête des candidats potentiels à une collision. Quand ? « Entre 2175 et 2196 », a calculé la Nasa. Mais pas de panique ! Cette probabilité d’impact demeure faible : une chance sur 2 500, selon ses évaluations. « Pour moi, c’est plutôt une sur 10 000 car, au-delà de cent ans, ce genre de prédiction demeure très aléatoire, nuance François Colas, astronome au Muséum national d’histoire naturelle, mais ce qui est sûr, c’est que Bennu va passer à la fin du XXIIe siècle très près de notre planète. Or, plus il se rapprochera, plus son orbite se déformera et on ne peut pas totalement exclure qu’il soit, alors, happé par la gravité de la Terre. » Raison de plus pour aller y voir de plus près ! Et tenter de voir comment on peut anticiper la menace.

«Tous les mille ans, un objet céleste de la taille d’un terrain de football s’écrase sur la Terre » françois colas, astronome

Car le risque de chute de météorites capables de raser une ville entière est de plus en plus pris au sérieux par les agences spatiales. « Un très gros impact finira bien par arriver, prévient François Colas, tous les mille ans, un objet céleste de la taille d’un terrain de football s’écrase sur la Terre », souligne-t-il. « Les impacts sont déjà une réalité, rappelle l’astrophysicien du CNRS Patrick Michel, chaque année, des dizaines de milliers de tonnes de matériaux bombardent la Terre, mais la plus grande partie est détruite en entrant dans l’atmosphère ou tombe dans les océans ou les déserts. »

Mais pas toujours. Le 15 février 2013, l’explosion d’un astéroïde que personne n’avait vu venir, au-dessus de Tcheliabinsk (Russie), a blessé plus d’un millier de personnes, attirées aux fenêtres par l’intensité de la lumière produite. L’objet n’avait pourtant rien d’un monstre : il n’avait que 15 à 20 m de diamètre et pourtant, en explosant, il a dégagé une énergie équivalant à 35 bombes d’Hiroshima…

Peut-on se protéger de ce genre d’accidents extraterrestres ? Pour l’instant, la réponse est clairement non ! Car on n’en est qu’au début de la détection des astéroïdes. Pour les plus gros, ceux de plus de 1 km, synonymes de fin du monde, c’est quasi fait : « On les connaît à 90 % et aucun ne nous menace », précise Patrick Michel. Pour les plus petits, c’est une autre histoire. Le recensement des objets d’un diamètre de plus de 140 m, en clair de tous ceux pouvant rayer une région de la carte, n’en est qu’au début. A ce jour, on n’en connaît que 15 à 20 % et il faudra encore de dix à vingt ans pour y voir clair.

Mais les scientifiques ne baissent pas la garde. En 2022, l’Agence spatiale européenne devrait tenter, avec la Nasa, de dévier un astéroïde. L’idée est de le heurter avec un objet artificiel, comme dans une partie de pétanque galactique. Mais encore faut-il, pour que cela fonctionne, que la structure de l’astéroïde ne s’avère pas trop poreuse… A ce titre, l’exploration de Bennu, qu’atteindra dans deux ans la sonde Osiris-Rex, pourrait s’avérer pleine d’enseignements.

Le mystère de la formation des océans

La sonde Osiris-Rex réussira-t-elle là où a échoué le robot Philae ? Autrement dit prélever des échantillons et peut-être enfin percer le mystère de la naissance des océans ? C’est son autre objectif. Pour cela, il lui faudra ramener de 60 g à 2 kg de poussières minérales de Bennu. La manoeuvre ne durera que cinq secondes. La sonde soufflera de l’azote sur l’astéroïde et collectera par aspiration le nuage ainsi créé. Retour prévu en 2023. Avec peut-être à la clé la confirmation que c’est grâce aux astéroïdes que l’eau des océans (donc la vie) est apparue sur Terre. Pour les scientifiques, il est fort possible que ces bolides, à force de s’être fracassés pendant des centaines de millions d’années à sa surface, aient pu, d’une certaine manière, l’ensemencer en lui apportant, notamment, des acides aminés. « Ce qui est passionnant avec Bennu, c’est qu’il est vierge, explique Brigitte Zanda, du Muséum national d’histoire naturelle. A la différence des météorites que l’on récolte sur Terre qui ont été chauffées, donc dégradées, c’est un objet primitif et carboné vieux de 4,5 milliards d’années, dont on pense qu’il a conservé la mémoire du matériau originel à partir duquel se sont formées les planètes. Grâce à lui, on va pouvoir remonter le temps », s’enthousiasme-t-elle.

Alerte dans l’espace:des objets d’origine inconnue tombent du ciel

Laisser un commentaire

De petits objets en forme de sphères sont tombés du ciel.

D'étranges objets sphériques tombés du ciel.

D’étranges objets sphériques tombés du ciel.

C’est l’émoi dans un village espagnol de Murcie. Un objet non identifié de forme sphérique a été retrouvé dans les champs. Après s’être assuré qu’il n’était pas radioactif, l’objet a été transporté et analysé par des experts pour identifier son origine qui est toujours inconnue. Le même jour, une autre sphère similaire a été retrouvée à 1500 km de là en Turquie dans un village côtier de la mer Noire. Ces deux objets sont des sphères de 20 kg. Deux jours plus tard, un troisième objet semblable a fait son apparition dans un autre village espagnol à quelques kilomètres de là où a été retrouvé la première sphère. Des fermiers locaux ont témoigné avoir « aperçu plusieurs boules de feu tomber du ciel ».

Les citoyens sont inquiets pour leur sécurité se demandant ce qu’il se passerait si l’un de ces objets tombaient sur eux, rapporte l’Express. L’un d’entre eux ayant laissé derrière lui un petit cratère. 

Un porte-parole de la police d’Alicante a expliqué aux journalistes que « ces sphères pouvaient provenir d’un engin aérospatial ou d’un satellite. »

Une piste confirmée par la Nasa, qui a expliqué que 500 000 débris gravitent autour de notre planète et que certains d’entre eux retombent sur la terre chaque année.

Néanmoins, la fréquence des chutes et la forme de ces objets interpellent. La Guardia civil a publié des photos des objets suspects.


D’autres parts …un étrange  objet inconnu se dirige vers la Terre

Un étrange débris spatial devrait s’écraser sur Terre le 13 novembre vers 6h20 (UTC). D’après l’Agence spatiale européenne, l’objet baptisé WT1190F devrait tomber dans l’océan Indien, à environ 65 km au sud du Sri Lanka.

L'objet photographié récemment.

L’objet photographié récemment.

 

WT1190F a d’abord été identifié comme un astéroïde lors de sa découverte en 2013. C’est l’orbite chaotique et la faible densité de l’objet qui ont révélé aux scientifiques qu’il s’agissait plutôt d’un débris spatial. 

L’objet de deux mètres de long est selon toutes vraisemblances le morceau du moteur d’une fusée lunaire, ou d’une partie d’un vaisseau du programme Apollo qui serait dans l’espace depuis plus de 40 ans.

La Zone d'amerrissage de 5 km pour WT1190F, au sud du Sri Lanka, le 13 novembre 2015 à 06:20 UTC

La Zone d’amerrissage de 5 km pour WT1190F, au sud du Sri Lanka, le 13 novembre 2015 à 06:20 UTC

 

La trajectoire de l’objet ne comporte que des risques minimes pour nous. De plus, le débris se désintégrera dès qu’il entrera dans l’atmosphère au-dessus de l’océan Indien. 

Par ailleurs, cette carte interactive montre que des milliers de débris spatiaux sont en orbite autour de la Terre.

Source : ESA

Découverte fantastique de 2 points lumineux sur Cérès

Laisser un commentaire

 

 

Cérès le 25 février 2015.

Cérès le 25 février 2015.

 

« Ils nous regardent ». C’est l’impression que l’on pourrait avoir des deux points lumineux côte à côte sur Cérès apparus sur la photo prise à 46 000 kilomètres de distance, le 19 février dernier. La planète naine n’en n’avait qu’un lors de veilles antérieures. Le tweet précise qu’il s’agit d’une tache « variable ».

Un événement « inattendu et mystérieux »

ceresgif

Chriss Russel, le chargé de la mission de Dawn, la sonde spatiale qui a pris la photo, a fourni les explications suivantes: « La tache brillante a désormais une compagne d’un moindre éclat, mais apparemment dans le même cratère. Cela peut indiquer une origine semblable au volcanisme, mais il faudra attendre une meilleure résolution avant de pouvoir faire de telles interprétations géologiques ».>> Lire: Un mystérieux signal radio venu d’ailleursLe responsable de la prise de vue, Andreas Nathues ajoute que « le point brillant reste trop petit pour la caméra, mais malgré sa taille, il est plus brillant que quoi que ce soit d’autre sur Cérès. C’est vraiment inattendu et cela reste un mystère pour nous ». Dawn devrait prendre de nouveaux clichés en mars qui permettront peut-être de trouver des réponses à ce phénomène.

Tierra en peligro: el peligro desde el espacio: Apophis y los asesinos de planetas

Laisser un commentaire

météore01

Hoy 15 de febrero 2013, un asteroide pesa 135.000 toneladas y mide 45 metros de diámetro pasará cerca de nuestro planeta a la increíble velocidad de 28.000 km / h. Sin embargo, podemos respirar. NASA asegura que no colisionará con la Tierra.

Tenga en cuenta que el meteorito que golpeó la región de los Urales, al noroeste de Rusia esta mañana, cuenta con más de 1.000 heridos (entre ellos 200 niños) de acuerdo con las autoridades rusas, pero este fenómeno natural no está vinculada al asteroide que pasará cerca de la Tierra esta noche.

Después de que el meteorito que golpeó a Rusia en la mañana del viernes otro cuerpo celestial vino a visitarnos en la vecindad de nuestro planeta. Asteroide 2012 DA14 pasó muy cerca de la Tierra a las 14 h 24 (hora del este), a sólo 27 700 kilómetros de sol.plus cerca de los satélites geoestacionarios. Este cuerpo celeste aún no representa ningún peligro.

No habría ninguna relación entre los dos eventos, según los científicos.

2012 DA14 es de aproximadamente 50 m de largo y tiene una masa estimada en 130 000 toneladas (equivalente a 3 compañías). El asteroide fue hallado en posición vertical en Indonesia y 8.000 km por debajo del anillo formado por la órbita del satélite artificial por encima del ecuador. Algunos de ellos se encuentran en 36 000 km, pero el riesgo de colisión se mantuvo casi inexistente.

El objeto alcanza la velocidad de 28 000 km / hora.

Observación imposible con el ojo desnudo

Aunque pasó muy cerca de la Tierra de 2012 DA14 no era visible debido a su – relativo – pequeño. De hecho, se mueve a una distancia de 14 veces más cerca que la Luna como nuestro planeta. Además, que no refleja la luz solar. Por lo tanto, su brillo se mantiene más baja que cualquier estrella discernible sin instrumentos.

Los astrónomos aficionados equipados con binoculares o telescopios, gafas han sido capaces de verlo en un entorno favorable, lejos de las luces de la ciudad. Él apareció como un punto moviéndose como un satélite artificial.

¿Sabías que? 2012 DA14 se conoce por menos de un año. Su descubrimiento, La Sagra Observatorio en Andalucía, España, se remonta al 22 de febrero de 2012, durante su visita a 2,6 millones de kilómetros de distancia.

Si ..

En caso de que un asteroide golpeó el tamaño de la Tierra, se crearía un cráter de un kilómetro de diámetro y destruir toda la vida en un radio de 20 kilómetros.

2012 DA14 bucle de corriente de su revolución alrededor del Sol con un período de 366 días. Pertenece al grupo de los asteroides cercanos a la Tierra que se cruzan Apolos trayectoria normal de la Tierra y por lo tanto puede representar una amenaza potencial de colisión.

En junio de 2004, Apophis, un asteroide de unos 325 m (± 15 m) de diámetro y una masa de más de 45 millones de toneladas ha sido descubierto por los astrónomos. En su carrera alrededor del Sol, el asteroide amenaza directamente a nuestro planeta una colisión cataclísmica.

Por primera vez, un NEO [1], llamado así en 2004 MNA se clasificó segundo grado en la escala de Torino [2] explicó Donald Yeomans, científico del Laboratorio de Propulsión Jet de la NASA en 2004.

La amenaza NEO fue descubierta por R. A. Tucker, D. J. Tholen y F. Bernardi a través del Observatorio de Kitt Peak, Arizona, en el suroeste de los Estados Unidos. NASA inmediatamente alertó a su red de detección de tierra.

Las estimaciones iniciales indican que el asteroide que cruza la órbita de la Tierra dos veces durante su revolución, podría satisfacer la órbita de la Tierra en abril de 2029, con una colisión improbable, pero no imposible.

Otros cálculos, de fecha 31 de octubre de 2005, prorrogó el vencimiento de una cruz con la Tierra en abril de 2036 con un riesgo evaluado luego de un 5560! Esto corresponde al nivel 1 (10) de la escala de Torino. 2004 MNA ha pasado a denominarse 99942 Apophis [3], el nombre de una deidad egipcia del mal y de la oscuridad (APEP).

Nuevos cálculos de fecha 06 de mayo 2008 desestimó el riesgo de un poco más de la colisión. Los NEO entonces tenía una « oportunidad » de 45.000 de chocar con la Tierra 13 de abril 2036: el nivel de riesgo en la Escala Torino ponderó 0.

Finalmente, los últimos cálculos de la NASA 07 de octubre 2009 indican que el riesgo de colisión de Apophis con la Tierra no es más que uno en 233 mil para Domingo, 13 de abril 2036. Si tenemos en cuenta todas las fechas en que Apophis se cruzan la órbita de la Tierra, la probabilidad de impacto es de 1 en 135.000, es decir, no 99,99926% de probabilidad de que el asteroide No toque la tierra …

Apophis se espera que cerca de la Tierra 13 de abril 2029

Astrónomos rusos han confirmado esta posibilidad, Ria Novosti. Según Leonid Sokolov, profesor de la Facultad de Mecánica Celeste de la Universidad de San Petersburgo, « 13 de abril 2029, Apophis se aproximará a la Tierra a una distancia de unos 37.000 o 38.000 millas. Puede haber un colisión con la Tierra abril 13 de 2036.  »

De hecho, en abril de 2029 parece más preocupante porque Apophis pasara sólo 30.000 km de la Tierra! En comparación, la Luna está distante alrededor de 385.000 kilómetros de la Tierra. El frôlerait NEO por lo que la Tierra a una distancia menor de nuestros satélites de comunicación que están en órbita geoestacionaria 36.000 km sobre la Tierra. El objetivo debe ser visible en el cielo es causar algunos sustos.

Afortunadamente, por el momento, otros investigadores, incluidos expertos del Instituto de Astronomía Aplicada de la Academia Rusa de Ciencias, ver el choque como poco probable.

Estas estimaciones están obligados a ser refinada en los próximos años debido a que la trayectoria del asteroide está sujeta a incertidumbre [4], que bien puede probar o refutar la probabilidad de impacto.

En efecto, « la determinación precisa de la órbita de Apophis es particularmente difícil debido a la ignorancia del » efecto Yarkovsky « , llamado así por el ingeniero ruso que descubrió el fenómeno del siglo XX: cuando un cuerpo celeste por rotación se acerca al Sol, se calienta a un lado antes de refrescarse cuando se gira sobre sí mismo. Este enfriamiento se produce mediante la emisión de radiación infrarroja que genera un empuje infinitesimal pero Continuando con el asteroide y por lo tanto altera la trayectoria « especifica el CNES.

El asteroide Apophis se acercó a la Tierra 09 de enero 2013 sobre 14.460.000 millas. Una oportunidad para los astrónomos para estudiar su órbita y evaluar mejor el riesgo de colisión con la Tierra.

Apophis seguirá siendo observable con telescopios hasta febrero-marzo de 2013 y volverá a estar fuera de su alcance hasta el año 2021.

Las consecuencias de una colisión todavía improbable

Los científicos, sin embargo, indican que « en el caso poco probable de que se estrellaría bien », el meteorito que se calienta a más de 1600 ° C a la atmósfera, con el consecuente tsunami catastrófico (marea- marea) si se sumerge en el océano, [5] o daño masivo en tierra y áreas pobladas.

El impacto con la Tierra liberaría más energía de megatones 506. Se trata de 34 000 veces la potencia de la bomba arrojada sobre Hiroshima el 6 de agosto de 1945 que había alcanzado entonces una potencia de unos 15 kilotones.

El temor de que tal evento se produce Apophis ya apodado el « destructor de mundos ».

¿Cómo evitar lo peor?

Si el riesgo de colisión con la Tierra cayó bruscamente después de los nuevos detalles sobre la trayectoria del Apophis 99942, se susbiste duda sobre su trayectoria precisa cuando pasa cerca de la Tierra. Así, Patrick Michel, un astrofísico en el Observatorio de la Côte d’Azur mostró [6] que a sólo 600 metros, Apophis podría chocar contra la Tierra o continuar su curso en el espacio durante su pasaje 32000 km de la Tierra en 2036. Esta brecha dependerá de las perturbaciones gravitatorias Tierra es, por el momento, no es posible determinar.

Por ello, los científicos han insistido en que las discusiones se dedica sobre las formas de evitar el desastre o el calentamiento regional. Así, un grupo de trabajo de expertos de varios países, preparó un proyecto de tratado internacional que se presentará ante la ONU en 2009.

Ya se examina misión CNES espacio diseñado para determinar la estructura interna del asteroide y permiten cambiar la trayectoria de los NEO, si debe ser realmente mortal.

Varias formas más o menos arriesgado para desviar Apophis ya se considera: explosión, desviación, tractor gravitatorio, sombrilla satélite …

Algunos asteroides como Apophis, regularmente pasan cerca de la Tierra. Y así las posibilidades de que uno de ellos golpea nuestro planeta son casi nulas, los científicos piensan activamente la manera de neutralizar estos espacios coches y evitar el desastre.

Considere la posibilidad de formas de desviar la trayectoria de los NEO no es en vano, porque las probabilidades son que los demás se descubrirá asteroides amenaza mientras tanto.

Notas

El asteroide moviéndose cerca de la Tierra
La escala de Torino, que comprende 10 grados evalúa la probabilidad de impacto de un asteroide o un cometa con la Tierra
También conocido como el Destructor Apep, Apophis es el dios egipcio del mal y la destrucción que vivió en la oscuridad eterna.
Apophis puede ver su trayectoria alterada por perturbaciones gravitacionales causadas por otros cuerpos del sistema solar.
Los océanos cubren el 77% de la superficie de la Tierra
La distancia Tierra-Luna es de aproximadamente 384 403 km en promedio.

 

La Terre en danger- le danger vient de l’espace:Apophis et les tueurs de planètes

Laisser un commentaire

météore01

Aujourd’hui 15 février 2013, un astéroïde pesant 135 000 tonnes et mesurant 45 mètres de diamètre frôlera notre planète à l’incroyable vitesse de 28 000 km/h. On peut toutefois respirer. La Nasa assure qu’il n’entrera pas en collision avec la Terre.

Soulignons que la pluie de météorites qui s’est abattue sur la région de l’Oural, au nord-ouest de la Russie ce matin, a fait plus de 1,000 blessés  (dont 200 enfants)  selon les autorités russes, mais que ce phénomène naturel n’est pas lié à l’astéroïde qui passera tout près de la Terre ce soir.

Après la pluie de météorites qui s’est abattue sur la Russie en ce  vendredi matin, un autre corps céleste est venu nous  visiter dans le voisinage de notre planète. L’astéroïde 2012 DA14 est  passé  très près de la Terre à 14 h 24 (HAE), à seulement 27 700 kilomètres du sol.plus près que les satellites géostationnaires. Ce corps céleste ne représentera cependant aucun danger.

Il n’existerait aucun lien entre les deux événements, selon les scientifiques.

2012 DA14 mesure environ 50 m de long et possède une masse estimée à 130 000 tonnes (l’équivalent de 3 porte-avions). L’astéroïde s’est  trouvé à la verticale de l’Indonésie, et quelque 8000 km en dessous de l’anneau artificiel que forment les satellites géostationnaires au-dessus de l’équateur. Certains d’entre eux se trouvent à 36 000 km, mais les risques de collision demeuraient presque inexistants.

L’objet a  atteint la vitesse de 28 000 kilomètres/heure.

Observation impossible à l’oil nu

Même s’il est  passé très près de la Terre, 2012 DA14 n’était  pas visible en raison de sa – relative – petite taille. En fait, il est passé à  une distance de 14 fois plus près que la Lune que de notre planète. De plus, il ne réfléchit pas beaucoup la lumière du Soleil. Ainsi, son éclat  est demeuré inférieur à celui de la moindre étoile discernable sans instrument.

Les astronomes amateurs équipés de jumelles, de lunettes ou de télescopes ont été capables de le voir dans un environnement favorable, loin des lumières des villes. Il est apparu  comme un point mobile, comme un satellite artificiel.

Le saviez-vous?   2012 DA14 est connu depuis moins d’un an. Sa découverte, à l’observatoire de La Sagra, en Andalousie, en Espagne, remonte au 22 février 2012, lors de son passage à 2,6 millions de kilomètres de distance.

Si…

Dans le cas où un astéroïde de cette grosseur heurtait la Terre, il créerait un cratère d’un kilomètre de diamètre et anéantirait toute trace de vie dans un rayon de 20 kilomètres.

2012 DA14 boucle actuellement sa révolution autour du Soleil d’une période de 366 jours. Il appartient au groupe des astéroïdes géocroiseurs Apollos qui croisent régulièrement la trajectoire de la Terre et peuvent à ce titre représenter une menace potentielle de collision.

 

En juin 2004, Apophis, un astéroïde d’environ 325 m (± 15 m) de diamètre pour une masse de plus de 45 millions de tonnes a été découvert par les astronomes. Dans sa course autour du soleil, cet astéroïde menace directement notre planète d’une collision cataclysmique.

 

Pour la première fois, un géocroiseur[1], nommé alors 2004 MNA a été classé au deuxième degré sur l’échelle de Turin[2] expliquait Donald Yeomans, scientifique de Jet Propulsion Laboratory de la NASA en 2004.

Ce géocroiseur menaçant été découvert par R. A. Tucker, D. J. Tholen et F. Bernardi via l’observatoire de Kitt Peak, dans l’Arizona, au sud-ouest des Etats-Unis. La NASA a aussitôt alerté son réseau de détection au sol.

Les premières estimations indiquaient alors que l’astéroïde, qui croise deux fois l’orbite terrestre au cours de sa révolution, pourrait rencontrer l’orbite de la Terre en avril 2029, avec une collision peu probable mais pas impossible.

D’autres calculs, datés du 31 octobre 2005, ont repoussé l’échéance d’un croisement avec la Terre à avril 2036 avec un risque évalué alors à 1 sur 5 560 ! Ce qui correspond au degré 1 (sur 10) de l’échelle de Turin. 2004 MNA a alors été renommé 99942 Apophis[3], du nom d’une divinité égyptienne du mal et des ténèbres (Apep).

De nouveaux calculs datés du 6 mai 2008 ont écarté un peu plus le risque de collision. Le géocroiseur avait alors une « chance » sur 45 000 d’entrer en collision avec la Terre le 13 avril 2036 : le niveau de risque sur l’échelle de Turin repassait à 0.

Enfin, les derniers calculs effectués par la NASA le 7 octobre 2009 indiquaient que le risque de collision d’Apophis avec la Terre n’est plus que de 1 sur 233 000 pour le dimanche 13 avril 2036. Si l’on considère l’ensemble des dates où Apophis devrait croiser l’orbite de la Terre, la probabilité d’un impact est de 1 sur 135 000 ; autrement dit, il y a 99,99926 % de chance que l’astéroïde ne touche pas la Terre…

 

Apophis devrait frôler la Terre le 13 avril 2029

 

 

Les astronomes russes ont confirmé cette probabilité, rapporte Ria Novosti. Selon Leonid Sokolov, professeur à la faculté de mécanique céleste de l’université de Saint-Pétersbourg, « le 13 avril 2029, Apophis s’approchera de la Terre à une distance d’environ 37 000 ou 38 000 kilomètres. Il peut entrer en collision avec la Terre le 13 avril 2036« .

 

En fait, avril 2029 semble plus inquiétant car Apophis devrait passer à seulement 30 000 km de la Terre ! A titre de comparaison, la Lune est distante d’environ 385 000 km de la Terre. Le géocroiseur frôlerait donc la Terre à une distance inférieure à celle de nos satellites communication qui sont en orbite géostationnaire à 36 000 km de la Terre. L’objet devrait être bien visible dans le ciel : de quoi susciter quelques frayeurs.

Heureusement, pour l’instant, d’autres chercheurs, dont les experts de l’Institut d’astronomie appliquée de l’Académie des sciences de Russie, considèrent cette collision comme peu probable.

Ces estimations ne manqueront pas d’être affinées dans les années à venir car la trajectoire de l’astéroïde est soumis à des incertitudes[4] qui pourraient bien confirmer ou infirmer la probabilité de l’impact.

En effet, « la détermination précise de l’orbite d’Apophis est particulièrement difficile en raison de la méconnaissance de « l’effet Yarkovsky », du nom de l’ingénieur russe qui découvrit au début du XXe siècle le phénomène suivant : lorsqu’un corps céleste en rotation s’approche du Soleil, il s’échauffe d’un côté avant de se refroidir lorsqu’il a tourné sur lui-même. Ce refroidissement se produit par émission d’un rayonnement infrarouge qui crée une poussée infinitésimale mais permanente sur l’astéroïde et ainsi en modifie la trajectoire » précise le CNES.

 

 

L’astéroïde Apophis est passé près de la Terre le 9 janvier 2013 à environ 14,46 millions de km. Une occasion pour les astronomes d’étudier son orbite et de mieux évaluer le risque d’impact avec la Terre.

Apophis restera observable à l’aide de télescopes terrestres jusqu’en février-mars 2013 puis sera de nouveau hors de portée jusqu’en 2021.

Conséquences d’une collision encore improbable

Les scientifiques indiquent néanmoins que « dans l’hypothèse improbable où il entrerait bien en collision », le bolide qui serait chauffé à plus de 1 600°C en pénétrant dans l’atmosphère, engendrerait des conséquences cataclysmiques : du tsunami (raz-de-marée) si il plonge dans l’océan[5], ou des dégâts massifs sur les terres et les zones habitées.

Un impact avec la Terre dégagerait une énergie de plus de 506 mégatonnes. C’est près de 34 000 fois la puissance de la bombe larguée sur Hiroshima le 6 août 1945 qui avait alors dégagé une puissance d’environ 15 kilotonnes.

La peur que suscite une telle éventualité fait qu’Apophis est déjà surnommé le « destructeur de mondes ».

Comment éviter le pire ?

Si le risque de collision avec la Terre a fortement diminué d’après les nouvelles précisions concernant la trajectoire de 99942 Apophis, il susbiste un doute sur sa trajectoire précise lors de son passage près de la Terre. Ainsi, Patrick Michel, astrophysicien à l’observatoire de la Côte d’Azur indiquait[6] qu’à seulement 600 mètres près, Apophis pourrait s’écraser sur Terre ou continuer sa course dans l’espace lors de son passage à 32 000 km de la Terre en 2036. Cet écart avec la Terre sera fonction des perturbations gravitationnelles qu’il n’est, pour le moment, pas possible de déterminer.

C’est pourquoi, les scientifiques ont insisté pour que des discussions soient engagées sur les moyens d’éviter une catastrophe régionale voire planétaire. Ainsi, un groupe de travail réunissant des experts de plusieurs pays a préparé un projet de traité international qui devait être soumis à l’ONU en 2009.

D’ores et déjà, le CNES étudie une mission spatiale destinée à déterminer la structure interne de cet astéroïde et ainsi permettre de modifier la trajectoire de ce géocroiseur, si il devait devenir vraiment menaçant.

Plusieurs moyens plus ou moins risqués pour dévier Apophis sont déjà envisagés : explosion, déviation, tracteur gravitationnel, satellite parasol…

 

Certains astéroïdes, comme Apophis, passent régulièrement à proximité de la Terre. Et si les chances de voir l’un d’entre eux percuter notre planète sont quasiment nulles, les scientifiques réfléchissent activement aux moyens de neutraliser ces bolides de l’espace et d’éviter tout cataclysme.

 

Etudier les moyens de dévier la trajectoire de ce géocroiseur n’est pas vain puisqu’il y a fort à parier que d’autres astéroïdes menaçants seront découverts,entre temps.

Notes

  1. Astéroïde évoluant à proximité de la Terre
  2. L’échelle de Turin qui comprend 10 degrés évalue les probabilités d’impact d’astéroïdes ou comètes avec la Terre
  3. Également connu sous le nom Apep, le Destructeur, Apophis est le dieu égyptien du mal et de destruction qui habitaient dans les ténèbres éternelles.
  4. Apophis peut voir sa trajectoire modifiée par les perturbations gravitationnelles engendrées par les autres corps du système solaire.
  5. Les océans recouvrent 77% de la surface de la Terre
  6. La distance Terre-Lune est d’environ 384 403 km en moyenne.

(Sources: CNES,Agence Spatiale Européenne, recherches personnelles)

%d blogueurs aiment cette page :