Les poissons-chats tropicaux plus d’espèces à sauvegarder que prévu!

Publiée dans la revue Nature, une étude britannique montre que dans les communautés de poissons-chats apparemment identiques des rivières d’Amérique tropicale, se cachent en fait diverses espèces. Elle met en lumière le mimétisme, mais aussi  la fragile biodiversité au sein de ces espèces, face aux pressions des activités humaines dans la région.

Dans chaque cours d’eau sud-américain où l’on croyait observer telle ou telle espèce de poisson-chat du genre Corydoras,  se cache en fait un grand nombre d’espèces différentes de ce groupe ayant adopté, au cours de l’évolution, des formes et des couleurs identiques, y trouvant sans doute un bénéfice mutuel. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs de l’Université de Bangor (Pays de Galles). Une biodiversité inattendue, qui challenge les besoins en mesures de préservation, ces poissons n’ayant pas les mêmes besoins, en dépit de leur étonnante ressemblance.

« Bien que ces poissons soient apparemment identiques, nos évaluations en profondeur de leurs relations génétiques, de leur régime alimentaire, de leur morphologie et de leurs couleurs, ont révélé que 92 % des communautés que nous avons échantillonnées comprennent des espèces qui ne rivalisent pas pour les ressources », explique Markos Alexandrou, doctorant à l’université.

« En marge de la biodiversité méconnue et de l’intéressant système évolutif révélé par cette étude, ceci renforce le besoin urgent de préserver et de gérer les écosystèmes sud-américains pour éviter la perte de plusieurs espèces sur le point d’être découvertes et décrites », complète Claudio Oliveira, de l’organisme brésilien UNESP

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.