Les dossiers de Michel Duchaine:L’Église catholique romaine possède la plus grande réserve d’or au monde …

 

La plus grande et unique fourchette de lingots (lingots) par rapport à toute autre organisation au cours des 1 000 dernières années est, et a toujours été, le culte romain qui contrôle l’Église catholique.
L’Église catholique romaine contrôle environ 60 350 tonnes d’or, soit deux fois plus que les réserves d’or officielles dans le monde, soit environ 30,2% de tout l’or extrait / produit. Aux prix actuels, il est possible d’estimer la valeur des actifs qui constituent le plus grand trésor de l’histoire de l’humanité, avec plus de 1 245 milliards de dollars ($).
De nos jours, l’Église catholique romaine est revenue aux chiffres qui l’ont amenée à occuper une position dominante dans le secteur aurifère, ce qui n’était plus le cas depuis la chute du Saint Empire romain germanique (vers 1100). un peu moins de 30% de l’or total présent dans le monde.
Au cours des 1000 dernières années, l’Église catholique a adopté une position dominante lui permettant de contrôler les marchés de l’or à travers le monde, détenant plus de 50% de la totalité de l’or et détenant une position unique. si dominante, du XIVe au XVIIe siècle, de contrôler plus de 60% de tout l’or extrait.
Ce trésor dans son ensemble a été divisé entre de nombreuses réserves déclarées et le même nombre de réserves non déclarées. Seules 20% du total des réserves d’or sont stockées par l’intermédiaire de « tiers » dans les réserves officielles, la plus grande réserve déclarée étant représentée par la Federal Reserve Bank, suivie de réserves en Italie, en Suisse, en Allemagne et en France. Les plus importantes réserves privées non divulguées sont inconnues, mais elles semblent également être situées dans des pays occidentaux et pourraient apparemment être associées aux plus importantes réserves privées de banques privées et aux plus anciennes sociétés financières d’Europe. Il peut également y avoir des réserves privées administrées directement par le Vatican, bien que cette dernière hypothèse reste improbable.
Une pensée me vient spontanément: avec tout l’or que possède le Vatican, il serait possible de réduire le déficit public, et avec les restes que nous pourrions nourrir tous ceux qui en ont besoin, à quoi bon accumuler ces énormes quantités d’or? … Dans Luc 9:25, dans la parole de Dieu, il est écrit: Qu’est-ce qui serait mieux pour un homme de gagner le monde entier s’il est perdu ou ruiné?
Sources: la source de cette étude a été  fermé (coïncidence?) hier: 
Publicités

Selon divers papes:Jésus Christ n’aurait pas existé

Dicton Benoit XVI

Le pape Léon X déclara,un jour: « JESUS EST UNE GROSSE FABLE ».
« On sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus-Christ a été profitable à nous et à nos proches. Le Pape Paul IIl déclara: » »JÉSUS N’A JAMAIS EXISTE, C’EST  UN  PERSONNAGE INVENTE. »
« N’ayant pu découvrir aucune preuve de la réalité historique de l’existence ou encore de Jésus-Christ la légende chrétienne, j’étais dans l’obligation comme les Égyptiens de conclure à un dieu solaire mythique de plus comme les anciens. »Le Pape Benoit XVI déclare « JÉSUS EST UN PERSONNAGE FICTIF »
« Comme résultat naturel de ces tentatives, il ressort l’impression que nous savons très peu de choses fiables sur Jésus et que c’est la foi en sa divinité qui a façonné son image après coup.
Est-ce le Jésus de l’histoire qui a donné naissance au Christ de la foi – c’est bien entendu la position classique de l’Eglise catholique (et des autres églises chrétiennes) – ou bien est-ce que le Christ de la foi qui a fait apparaître un Jésus historique ? »

«En conséquence, la Résurrection ne peut pas être un événement historique dans le même sens que la Crucifixion. Elle n’est décrite en tant que telle par aucun récit, et sa réalisation n’est pas déterminée autrement que par l’expression de type eschatologique de :  » le troisième jour ».»

Joseph Ratzinger alias pape Benoit XVI « Jésus de Nazareth », Les principes de la théologie catholique – Esquisse et matériaux, Téqui 1985, p.208

Le Pape François implore « humblement » les pays musulmans

 

Le Pape François 1 er
Le Pape François 1 er

Pendant qu’un niveau de violence physique et morale ,conjugué à l’intolérance des islamistes radicaux en Syrie,au Mali et partout  en Occident ,le Pape François  ose  montrer de la compassion à des brutes qui ne croient qu’en la loi du meurtre ,la loi de l’esclavage  et celle du mensonge.

Ces brutes qui servent de mercenaires aux Nouvel Ordre Mondial,c’est-à-dire aux États-Unis d’Amérique,à la République Française et au Royaume-Uni!

Comment des assassins pédophiles à tendances terroristes peuvent entendre la raison?Quel est leur sens de la vie au moment ou l’humanité est menacée dans sa survie qui est liée à celles de toutes les autres formes de vie,sur Terre?

Je pense que l’humanité et toute la planète Terre se porteraient mieux,sans les islamistes radicaux  terroristes qui nous menacent tous!

La légitime-défense,ça existe!

…………………………………………………………

Le pape François a «imploré humblement» les pays musulmans d’assurer la liberté religieuse aux chrétiens, «prenant en compte la liberté dont les croyants de l’islam jouissent dans les pays occidentaux».

Dans son exhortation intitulée «Evangelii Gaudium» («La joie de l’Evangile») rendue publique aujourd’hui, sept ans après le tollé causé dans le monde musulman par des propos de Benoît XVI à Ratisbonne, en Allemagne, semblant lier islam et violence, le pape François s’inquiète d’«épisodes de fondamentalisme violent» mais invite aussi à éviter «d’odieuses généralisations», «parce que le véritable islam […] s’oppose à toute violence». […]

Le Figaro

Puissante éruption volcanique du Jebel Zubair sous la mer Rouge

KKDeailed_MapArabie Saoudite,13 octobre 2013-

À compter d’aujourd’hui, l’éruption sous-marine se poursuit avec la production d’un panache de vapeur de taille variable, pas toujours facilement identifiable sur les images satellites. Un panache SO2 est également visible sur des données satellitaires à la dérive depuis le site d’éruption. Les  cendres  ne peuvent  être vu sur des images satellites, seulement de la vapeur, et le domaine de l’eau décolorée (indicateur de particules en suspension) est faible sinon a disparu. Cela suggère que l’éruption est actuellement plutôt faible et n’a probablement pas encore entré dans la phase dite surtseyen où des fragments solides (cendres, blocs de lave) sont éjectés au-dessus de la surface de la mer.

(Sources et  liens direct sur cet événement: Volcano )

Ré-écrire l’histoire: Gusmâo fait voler un premier avion en 1709

Le seul croquis existant de l'appareil conçu en 1708.Nous le devons aux informations écrites par un  enquêteur de l'Inquisition elle-même.
Le seul croquis existant de l’appareil conçu en 1708.Nous le devons aux informations écrites par un enquêteur de l’Inquisition .

Le secret de l’aviation était bien caché en 1783 quand les frères Montgolfier réinventèrent l’aérostat cette année-là,mais le Vatican qui détenait ce secret ,se tut même si le silence  n’avait plus aucune raison d’être.

Réplique de la Gondole Volante .
Réplique de la Gondole Volante .

Mais qui connait vraiment Bartholomeu Lourenço de Gusmâo …en 2013?

Quand Robert Charroux,un des grands précurseurs du « réalisme fantastique » en parle dans son livre « Histoire inconnue des hommes depuis cent mille  ans »,peu de gens  le connaissent son histoire (en 1963) et beaucoup  disaient que c’était une histoire inventée!

Timbre symbolisant la présentation de son invention au roi.
Timbre symbolisant la présentation de son invention au roi.

Bartolomeu Lourenço naquit le 18 décembre 1685 à Santos, au Brésil. Encore enfant, il devint célèbre pour sa mémoire prodigieuse et pour avoir construit dans le Séminaire de Belém da Cachoeira, à Cachoeira, Bahia, où il étudiait, un « engin faisant monter l’eau à n’importe quelle distance ». L’œuvre fut à l’époque reconnue comme remarquable et comme très utile et il obtint le 23 mars 1707 le privilège de cette invention.

Récemment déménagé à Lisbonne, Lourenço obtient, le 19 avril 1709, un brevet pour une « machine volante » qui peut, d’après lui, parcourir plus de 1 000 km par jour .

Lourenço fut surnommé péjorativement «le Planeur » et son invention, divulguée en Europe par des dessins fantaisistes, qui généralement la présentaient comme un bateau en forme d’oiseau, fut connue sous le nom de Passarola (« Grand oiseau »).

Le 6 mai, l’inventeur commença la fabrication de la mystérieuse machine. Une démonstration publique de l’invention fut prévue pour le 24 juin, le jour de São João – saint homonyme du roi portugais, Dom João V – mais fut retardée, du fait que le monarque était malade.

La Princesse Élisabeth Christine, épouse de Charles III d’Espagne, très intéressée par la nouvelle invention, raconte, dans une lettre du 2 juillet 1709, les nouveautés à sa mère, Christine Louise d’Oettingen-Oettingen., Duchesse de Brunswick :

« Je me souhaiterais seulement un seul jour aupres de Votre Altesse. Que j’aurais de choses à Luy dire! La Reine de Portugal ma feit la proposition de venir la trouvé sitôt qu’un navire volant serai fait, étant a Lisbonne un homme qui se vante de pouvoir faire qui passe par l’air. Se cette invention réussit, je viendrais toutes les semaines un jour trouver Votre Altesse. Ce seroit un charmant moyens et tres aggréable pour moi, mais je doute fort qu’il réussira dans son entreprise. »

En août, Bartolomeu Lourenço organisa finalement, devant la haute noblesse portugaise, quelques démonstrations avec des ballons de petites dimensions, construits de ses mains. Lors de la première démonstration connue, réalisée le 3 dans la Maison du Fort, à l’intérieur du Palais Royal, le prototype utilisé prit feu avant de s’envoler. La seconde démonstration datée, faite le 5 dans la Maison Royale, l’aérostat, pourvu dans le fond d’une écuelle avec alcool en combustion, s’éleva à 4 mètres, quand il fut mis à terre par deux laquais royaux munis de bâtons, craignant que l’engin n’incendiât les rideaux de l’enceinte. À une expérience faite le jour 8 dans la Salle des Audiences, le globe a monté jusqu’au plafond de la salle pour redescendre avec douceur par la suite. À une autre démonstration, non datée, faite au Terrasse du Paço, le ballonnet s’est élevé à grande hauteur, montant lentement durant plusieurs minutes. Le 8 octobre 1709, Lourenço fait une nouvelle démonstration de son invention sur le pont de la Maison de l’Inde, avec un appareil plus grand que les précédents, mais encore incapable de porter un homme. L’expérience est un succès : l’aérostat monte à une grande hauteur et descend quelques minutes plus tard.

Toutes ces expériences avaient été suivies par les autorités de la société portugaise, mais cela ne fut pas suffisant pour rendre l’invention populaire. Les petits ballons montrés, outre de ne pas avoir été considérés comme des innovations importantes ou utiles, n’étaient pas contrôlables. Ils étaient emportés par les courants atmosphériques et furent considérés comme dangereux, pouvant provoquer des incendies. Un modèle plus grand, dirigeable, ne fut donc pas construit.

En 1710, il publie Diverses manières d’expulser sans personnel l’eau des embarcations, dans lequel il décrit un nouvel appareil qu’il a inventé pour expulser l’eau qui submerge les embarcations. Le 27 septembre 1713, il sollicite, en Hollande, le brevet pour un appareil similaire, expédié trois mois plus tard, le 14 décembre, sous le numéro 1.665.

De 1713 à 1715, il vit en Hollande, en Angleterre et en France. Retournant au Portugal, il reprend des études à l’Université de Coimbra. En 1718, il propose le complément « de Gusmão » à son nom, afin de rendre hommage à son précepteur au Séminaire de Bélem da Cachoeira, le Père Alexandre de Gusmão, qui lui avait inculqué le goût pour les sciences.

Il termine ses études universitaires en 1720 retourne à Lisbonne, appelé par le roi à servir dans le Ministères des Affaires Étrangères. Nommé au Secrétariat d’État, il exerce différentes fonctions, s’occupant notamment du déchiffrage de messages codés interceptés de diplomates étrangers. En décembre, il est affecté à l’Académie Royale d’Histoire Portugaise et chargé d’écrire l’Histoire ecclésiastique de l’évêché de Porto, une œuvre qu’il ne parviendra pas à achever.

Dans l’intervalle, il se dédie à de nouvelles inventions. En 1721, il étudie la fabrication du charbon et, en 1724, il crée une machine augmentant le rendement des moulins hydrauliques, reconnue par le brevet portugais du 18 juillet de la même année. Ce sera sa dernière invention officielle. À l’époque, il est sur le point d’être dénoncé par l’Inquisition comme « apostat judaïsant ».

…………………………………………………………………………….

Notes  de l'Inquisition faisant état de l'invention de Gusmâo.
Notes de l’Inquisition faisant état de l’invention de Gusmâo.

Face à face avec l’Inquisition

L’Inquisition jeta l’interdit sur la première machine volante connue de mémoire d’homme,en Occident,celle de Gusmâo,qui avait puisé ses connaissances à bonne source,en Amérique du Sud.

Quand Bartholomeu Lourenço de Gusmâo ,de la Compagnie de Jésus,vint à Lisbonne en 1708,il était bien décidé à mettre en construction une sorte d’avion dont il avait le secret.

En Bolivie,fief des Incas,il avait eu la révélation de la science inconnue d’un très ancien peuple américain dont l’origine se perdait dans la nuit des temps.

Les jésuites,avec l’intelligence et  l’esprit  de recherche qui les caractérisent,avaient tout de suite compris les autochtones des Indes Occidentales pouvaient leur apporter,outre l’or,les émeraudes et le cuivre,les rudiments d’une connaissance ignorée de l’Europe.Ils apprirent ainsi la formule médicale la plus célèbre de tous les temps,celle de la quinine.

Gusmâo,avec stupéfaction,avait découvert le secret d’engins pour soulever,pour détruire,pour voler,le secret de vaisseau servant à voyager d’une planète à une autre planète,mais il n’avait retenu,comme réalisable en ce temps-là,au XVIII ième siècle,que la machine volante athmosphérique.

Timbre commémoratif du Brésil,représentant Gusmâo,celui qu'on surnommait "Padro Voador",le Père Volant.
Timbre commémoratif du Brésil,représentant Gusmâo,celui qu’on surnommait « Padro Voador »,le Père Volant.

Le jésuite commença d’abord par se mettre en règle avec Dieu et avec le pouvoir temporel,en adressant un rapport et une  demande d’autorisation au roi Joâo V.Il analysait les avantages que pourrait aasurer sa machine à la couronne du Portugal:effectuer par air des voyages plus longs et plus rapides que par terre,franchir les mers et les montagnes au-delà de 200 lieues par jour;diriger les armées,secourir les places assiégées;explorer le monde jusqu’aux pôles;transporter les marchandises;enfin ,honorer la nation portuguaise et lui donner dans les airs la suprématie qu’elle avait jadis sur les océans.

Le 17 avril 1709,le roi donna une réponse favorable et mieux encore,une pension de 600,000 reis qui permit à Gusmâo de se mettre aussitôt au travail.

On a beaucoup écrit sur son engin,qui fut admiré par des milliers de personnes.En réalité,le jésuite veilla jalousement à en préserver le secret et seule la Bibliothèque Vaticane en possède » les plans précis ».Il s’agissait,pense-t-on d’un avion pourvu de tubes horizontaux servant de tuyères ou de soufflerie et envoyant un courant d’air dans une voile  disposée en poche renversée.

La machine ressemblait à un oiseau avec une tête,une queue de direction et des ailes battantes.

Un second mécanisme reposant sur un effet  magnétique réalisé par des boules d’ambre et des sphères attractives placées au-dessus de la voile parait avoir joué un rôle assez mystérieux.Le Père Manuel Antonio Gomez,physicien jésuite,parle de ballonnets gonflés à l’hydrogène et d’une génératrice à gaz!

Quoiqu’il en soit,le 5 août 1709,Gusmâo fit voler son appareil devant le roi et toute la cour jusqu’à une hauteur de 20 palmes mais le feu se déclara à bord,le vaisseau aérien redescendit et on eu bien du mal à éteindre l’incendie.

Le jeudi ,30 octobre 1709,nouvel essai  couronné de succès dans la cour de la Casa da India:l’appareil monta très haut  et redescendit intact.

L’invention suscita  l’enthousiasme,un nom lui fut donné,la Passarola ou Gondole Volante ,et Gusmâo ,promu académicien et aumonier royal,fut surnommé le « Voador »!

Ensuite,tout d’un coup,le silence.

L’Inquisition  avait senti le danger de perdre   un certain pouvoir auprès du roi et aussi,avait-elle jugé l’invention dangereuse,voire satanique et Bartholomeu Lourenço de Gusmâo dut  suspendre totalement ses essais et bruler ses plans (version officielle de l’époque,transcrite dans les Annales de l’Inquisition).

Ainsile premier avion de l’histoire « officielle » de l’Occident ,sitôt né ,était brusquement interdit par l’obscurantisme religieux qui règnait en Maître à l’époque.

Gusmâo obéissant ne révéla jamais le secret du mécanisme.

Mais moi je doute que dans cette affaire,en les brassant un peu,les autorités du Vatican pourraient ,au moins ,  faire la lumière sur les nombreux  plans et devis qu’ils ont en leur possession sur cet avion « d’avant le nom »!

……………………………………………………………………………………………………………………..

Les accusations mensongères

Gusmão entretient depuis longtemps des relations amicales avec de nouveaux chrétiens brésiliens surveillés par le  Saint Office. Nouant des relations avec le couple Miguel de Castro Lara et Maria Coutinho, chez qui il restait jusqu’à la nuit tombée, il craint la délation  et s’enfuit de Lisbonne le 26 septembre.

Le 11 octobre, le père Louis Gonzala  le dénonce en attestant l’avoir entendu se prononcer contre l’infaillibilité du Pape et défendre, en la présence du roi, que les enseignements de la Bible ne devaient pas être niés à quiconque, peu importe leur descendance. Bien que ces opinions se rapprochassent davantage à celle de l’Église réformée que de la religion judaïque, le fait est que, depuis 1713, Bartholomé traverse une crise religieuse. Il se convertit au judaïsme en 1722.

Il fuit vers l’Espagne, après avoir dans un premier temps tenté l’Angleterre. À Tolède, Bartolomeu Lourenço de Gusmão tombe gravement malade et est recueilli à l’hôpital da Misericórdia. Il meurt le 18 novembre 1724, à 38 ans. S’étant confessé et ayant reçu le viatique préconisé par le catholicisme, il fut inhumé le jour suivant à l’Église de São Romão, de la ville espagnole de Tolède.

Monument et plaque commémorative à la mémoire de Gusmâo,le grand "redécouvreur" de l'avion.
Monument et plaque commémorative à la mémoire de Gusmâo,le grand « redécouvreur » de l’avion.

………………………………………………………….

Les témoignages

Bartolomeu Lourenço fut incontestablement un précurseur de l’aérostation. Cinq témoignages[réf. souhaitée], découverts successivement en 1843, 1868, 1898, 1913 et 1934, ne laissent aucun doute à ce sujet. Ils procèdent du Cardinal Michelangelo Conti, Nonce Apostolique à Lisbonne de 1697 à 1710 et en 1721 élu Pape sous le nom d’Innocent XIII, de deux membres de l’Académie Royale du Portugal, Francisco Leitão Ferreira et José Soares da Silva, du diplomate José da Cunha Brochado et du chroniqueur portugais Salvador Antonio Ferreira.

Antonio Ferreira a écri:

« Le 3 août 1709 le Père Bartholomeu Lourenço, brésilien, commença une expérience de son appareil à voler. À cet effet il s’établit dans la salle qui est au-dessous de la Salle des Ambassades [du Palais Royal de Lisbonne], mais son essai échoua parce que son appareil, dès le début, prit feu. Le 5 de même mois le même Père apporta un demi-globe de bois mince. Il y avait dedans un autre globe de papier épais. Il alluma au fond de l’appareil une écuelle où il y avait du feu. Le ballon monta plus de 20 palmes, et comme le feu était bien allumé, le foyer incendia le papier, pendant la montée. Et le demi-globe resta par terre sans monter parce que l’expérience échoua. Et comme le globe allait atteindre le plafond de la salle, deux laquais de la Maiseon Royale accoururent avec des bâtons pour empêcher un désastre éventuel. Sa Majesté assista à tout cela avec sa cour et plusieurs autres personnes. Le jeudi 3 octobre, le Père Bartholomeu do Quental (Bartholomeu Lorenço veux-je dire) effectua une autre expérience dans le pont de la Maison d’Inde, avec sa machine à voler. Celle-ci, après avoir monté à une hauteur assez considérable tomba par terre, sans conséquences. »

Le 16 août 1709, le cardinal Conti écrit au secrétaire d’État du Vatican:

« L’individu qui, comme on l’a déjà raconté, prétend construire un appareil pour voler, a réalisé, ces derniers jours, deux essais avec sa machine en présence du Roi, ayant fait un globe sphérique léger. Comme, cependant, la force impulsive ou attractive semble procéder de certains fluides, ces derniers prirent feu et l’appareil brûla sans s’élever du sol. La seconde fois il brûla aussi après avoir monté à une hauteur de deux canne (4 mètres). L’individu en question ayant à cœur de démontrer la réalité de son invention est en train de faire un autre appareil plus grand que celui-ci. »

Ancienne gravure représentant  sa trouvaille.
Ancienne gravure représentant sa trouvaille.

La partie hiaviste de la Bible

Yahweh Elohim (tétragramme YHWH), Yahweh ou Yavhé est le nom donné à un des Elohim, apparemment, celui qui a autorité, le chef des armées d’Elohim 

( Le premier texte est plutôt Elohiste et ne dit pas qu’il y a une autorité, c’est toute l’équipe qui travaille.)

Note : On constate que la succession de la création correspond à la façon dont les biologistes imaginent les diverses étapes de l’évolution. Apparemment les gens de cette époque le savaient  aussi !

Ensuite :Après ce que Eve et le Serpent ont fait, Elohim n’est pas content et il s’adresse au Serpent et lui dit ceci :

« Puisque tu as fait  CELA, maudit sois-tu … »

« …sur ton ventre désormais tu marcheras  et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.. je mettrais l’inimitié entre toi et la femme,  entre sa race et ta race… »(Gen.III,14)

Le serpent à d’abord eu des pattes comme le lézard, la Salamandre etc. ensuite, il les perdues et est devenu le reptile comme on le connaît aujourd’hui.Dans le texte biblique, selon toute évidence, il ne s’agit pas du serpent au sens « animal » du terme.  Le mot ramper veut dire beaucoup plus.  Le mot rampant à le sens qu’il a à l’heure actuelle :

Dans un aéroport, il y a deux sortes de personnels :

1) Ceux qui volent (les pilotes etc.)

2) Ceux qui restent au sol et qu’on appelle « des rampants » .

Les dieux avaient la possibilité de planer au dessus des eaux, donc de voler.. Cela voudrait donc dire que la race des fils du serpent seront désormais condamnés à « ramper » sur terre, donc « interdit de vol »…

« Inimitié entre les deux races » :  « …celle-ci t’écrasera la tête et toi tu la viseras au talon ».

Cela veut dire que le croisement entre les fils du Serpent et les Terriennes, ne donnera plus d’enfants normaux. En effet, ces croisements futurs donneront des Géants.(voir « les Titans »).

Ces Géants vont s’imposer avec force et cruauté. Ils écraseront la tête des hommes et eux ne pourront que les blesser aux talons, (le talon d’Achille…) au point faible, pour la déséquilibrer (la race) et la faire tomber.

Note : Le déluge avait pour but de détruire  l’Eden et cette race de géants. Bien que quelques uns y ont survécu. 

La colère de Yahvé se retourne contre Eve à présent et il lui  dit :

« Je vais multiplier tes souffrances et tes grossesses, et c’est désormais  dans la souffrance que tu enfanteras  tes fils… »

Le serpent avait raison. La seule différence entre l’homme et les dieux est la notion de conscience. Plus rien ne distingue sauf une chose : “ l’immortalité”.

Et il est écrit :

« Maintenant il faut éviter qu’il n’ étende sa main, prenne aussi de l’arbre de vie, en mange et vive à jamais ».

  L’ homme qui n’a aucune expérience de la vie, a la connaissance du bien et du mal donc le droit à l’initiative. Il a donc la possibilité d’agir à sa guise, et ne s’en  prive pas. Mais, il est dangereux car il ne maîtrise pas bien ses pouvoirs, il et est plus destructif que constructif.

  L’homme a été chassé de l’Eden et la femme ? Il semblerait que Eve, probablement enceinte du Serpent, est restée jusqu’à l’accouchement dans l’Eden et qu’elle ai rejoint Adam après…

  « Le Seigneur Dieu l’expulsa du jardin d’Eden, pour qu’il cultivât la terre d’où il avait été tiré. Après avoir chassé  l’homme, il posta à l’orient du jardin  d’Eden  les chérubins armés d’un glaive à lame flamboyante,  pour garder le chemin de l’arbre de vie. » (Genèse 003 :023 – 024)

*

Eve conçut et donna le jour à  Caïn. « J’ai acquis, dit-elle, un homme, avec l’aide du Seigneur. » (La Genèse 004 :001)

On nous a enseigné que toute l’humanité est conçue d’un couple, une homme et une femme. Si on accepte cela, il y a un problème manifeste d’inceste ayant une répercussion évidente de dégénérescence de la race. Les mariages consanguins provoquent la dégénérescence.

Cette théorie n’était pas possible. Ils n’étaient plus que trois, Adam, Eve et Caïn, la descendance de Caïn ne donna que des garçons pendant six générations (pauvre Eve). Elle continua à avoir des fils avec son mari, elle enfanta de Seth (Genèse, IV,25) Adam avait alors 130 ans !

Les événements ne se sont pas du tout passés comme cela, il est évident qu’il devait y avoir d’autres hommes sur Terre à l’époque de Adam et Eve et on va le vérifier.

La fabrication d’Adam et Eve était faite autour d’une idée nouvelle qui veut que la femme soit l’aide de l’homme. Il s’agit de travailler ensemble en commun dans un but précis.

Probablement à cause de sa “conscience de la douleur”, la femelle humaine est un des seuls animaux à enfanter dans la douleur. Un animal sent qu’il a mal, mais ne comprend pas pourquoi. Il ne somatise pas…Ne bénéficiant plus de l’appui médical, ni de l’environnement  privilégié du paradis terrestre, l’humain risque de voir les enfants mourir en bas âge. Dès lors, lorsqu’une espèce est en danger, la fécondation augmente. Donc les grossesses seront multipliées pour assurer la continuité de l’espèce.

Ensuite :

«C’est dans la souffrance que tu enfantera et ton élan  ira vers ton mari et lui te dominera ».

Note : Vers qui d’autre l’élan de Eve pouvait-il aller…le Serpent ?

Cette phrase est la base de toute la phallocratie occidentale. Mais, à l’époque il n’y avait pas  moyen de faire autrement. Depuis que la femme devient (presque) l’égale de l’homme, nous constatons que les couples au lieu de se consolider, font l’inverse. Il y a autant de divorces que de mariages. A l’époque de la création, il fallait que l’espèce humaine se développe. Il fallait qu’il y ait beaucoup d’enfants qui grandissent dans un milieu sain, équilibré et protecteur pour leur survie. Donc, les couples devaient être unis.

Ensuite :  « Tu travailleras à la sueur de ton front etc.. » 

Ce qui est logique, étant donné qu’ils devront quitté l’Eden et se débrouiller seuls.

Et puis, voici la phrase clé qui est donnée par Yahvé :

« Voici que l’homme est devenu comme l’un de nous, 

grâce à la  conscience du bien et du mal  »  . (Gén.III,22)

Si on comprend bien le texte, l’homme et la femme sont fabriqués différents du point de vue sexuel, pour fabriquer une descendance, mais aussi complémentaires psychiquement pour un programme d’ensemble d’évolution d’humanité.

La différence psychologique entre l’homme et la femme et la différence de comportement est complémentaire et ils doivent travailler ensemble pour la meilleure réussite de leur évolution au sens humain ou spirituel du terme ! La femme ne devait pas travailler pour l’homme, les textes relatent qu’Elohim avait placé les animaux pour aider l’homme. A ce moment là, il a introduit l’idée d’animal domestique.

Eve mit ensuite au monde Abel, frère de Caïn.

Abel devint   berger, et Caïn cultivateur. (Genèse 004 :003)

         Au bout d’un certain temps, Caïn présenta des fruits de la  terre en offrande au Seigneur.  Abel, de son côté, offrit des premiers-nés de son troupeau  et de leur graisse. Le Seigneur eut égard pour Abel et pour son  offrande,   mais ne regarda pas Caïn et la sienne. Caïn en fut très irrité  et son visage‚ était tout défait.(La Genèse 004 :006)

Note : « AB EL » signifie fils de EL, on remarque la nette préférence de Dieu pour sa progéniture et le dédain envers le fils du Serpent…On remarque aussi la pudeur des traducteurs de la Bible qui désigne Adam comme le géniteur d’enfants qui ne sont pas de lui… Probablement le premier cocu de l’histoire de l’humanité…En refusant son offrande, le Seigneur dit froidement à Caïn :

« Si tu agis bien, ne te relèveras-tu pas ? Alors que si tu n’agis pas bien,

le péché est tapi à ta porte : son élan est vers toi,

mais toi, domine-le » (Gen.IV,7)

Cela signifie en clair : « Tu es  incapable de faire le bien, tu as en toi (comme ton père) l’esprit du mal,  essaie de le dominer… »

Mais Caïn ne peut pas se dominer et fou de jalousie, il, tue Abel. Il va être puni, pour cela . Je suppose que n’importe quel « fils d’homme normal » aurait été condamné à mort pour avoir osé tuer un fils de EL…Mais Caïn « fils du serpent » eut la vie sauve et fut simplement bannit de l’Eden et reçu même « un signe » pour le protéger.

Il dit ceci :

« Je serai fugitif et fuyard sur la Terre et il arrivera que quiconque

 me rencontrera me tuera ».

Dieu répondit : « Si quiconque tue Caïn, il sera vengé sept fois etc.. »

Donc, il n’est pas seul, il y a d’autres hommes et femmes en dehors de l’Eden !

Ensuite :

«  Caïn sortit de devant Yahvé et il habita au pays de Not à l’Orient d’Eden,

 il y connu sa femme (il y avait bien d’autres femmes) et elle conçu et

 enfanta Hénoch. Comme il bâtissait  une ville, il appela la ville du

 nom de son fils Hénoch « ….

A partir de là, les textes deviennent prolixes en filiations très précises et en prénoms de toutes sortes : Eve, Caïn, Seth, Aenosch, Kénan, Mahalabel, Yéred, Lamek et ses deux épouses Ada et Sella etc. Dix lignes de textes contenant une avalanche de noms. Il y avait d’autres femmes et d’autres hommes, assez pour peupler une ville !

Il devait y avoir beaucoup d’êtres plus rudimentaires, mais bien sûr, la race Adamique « améliorée » était de toute évidence génétiquement supérieure.

“C’est vérifié du point de vue historique. Prenez l’hypothèse que le gène caractérisant la race Adamique est un gène prédominant de telle façon que quel que soit le croisement d’un être humain de la race Adamique avec un autre hominien, c’est le gène dominant qui l’emporte. Cela nous le savons puisque tous les types préhominiens, au point de vue archéologique, ont disparu sans laisser de trace et il n’y a pas de chaînon intermédiaire, ce qui semble bien indiquer l’apparition d’un gène dominant qui amène la disparition de l’espèce ou gène récessif, il n’y a pas de hasard, tout se tient très bien.”(conf.L.D’Alès)

Le serpent …et le diable

Le serpent dit  à la femme :

« Si vous mangez de cet arbre, vous ne mourrez pas, mais Elohim sait que  le jour ou vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme  des dieux, connaissant le bien et le mal »…  

Nous sommes créés à l’image de Dieu et apparemment, la seule distinction entre l’homme d’alors et les dieux, était qu’ils n’avaient pas la conscience du bien et du mal.   Ensuite :

La femme voyant que le fruit de l’arbre était bon à manger, appétissant d’aspect et précieux pour ouvrir l’intelligence, en prit et en présenta à son mari…Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils virent qu’ils étaient nus, et, ajoutant ensemble des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures…”.

 “…Ils entendirent des bruits de pas (Il marche ?), le Seigneur Dieu se promenait dans le jardin…”

Prendre conscience de sa nudité, c’est ce qui distingue l’homme de l’animal. L’homme mange quand il n’a pas faim, boit quand il n’a pas soif, s’accouple en dehors des périodes de reproduction etc. En résumé, le « Serpent » à mis Eve au courant de choses qu’elle ne devait pas encore savoir (Remarquons au passage que Eve a été instruite la première et que si elle n’avait pas ouvert les yeux à Adam, il ne serait encore toujours qu’un animal domestique dans un superbe zoo… ) Cela va même plus loin : Que dit Eve pour se défendre ?  

« Le serpent m’a dupée » (Genèse.III,13)

Dupée en hébreu = ischiani *: trompée, entraînée, séduite, ensemencée…  …»

(*Traduit par le Rabin Askenazi. Interprétation de la psychanalyste Maryse Choisy Lire Y.Guerrier : Le premier Testament des Dieux)

De cette union encore compatible devra naître Caïn qui sera un homme « normal ».

Note : si on réfléchi, Eve à été amenée « adulte » à Adam. Même si elle était un « bébé éprouvette », elle à du grandir auprès des Célestes et elle a du être instruite par un de ceux-ci. Dans cette hypothèse là, il n’est pas impossible qu’il y ai eu « sympathie  et attachement » entre l’élève et son professeur/docteur (cela arrive encore de nos jours…)

Parmi les Anges il y avait les « Veilleurs » qui ne dorment jamais…

Deux cents de ces Veilleurs qui étaient sous les ordres d’Azazel,

se sont laissé séduire par les filles des hommes.

Pour leur punition, ces Anges désobéissants furent jetés sur la Terre. Dès lors on les appelle les Néphilim (de Nephel qui signifie : tomber)


Nous n’avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Principautés et les Puissances, contre les maîtres de ce monde de ténèbres, contre les mauvais esprits répandus dans les régions célestes. (St. Paul, Eph.VI,10,12)   

Le diable et les humains

 

 « Or le Serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que Dieu avait créés. » 

 Dans le texte original de la genèse, le Serpent est nommé Nashash.

Dans les textes hébreux : Nashash représente tantôt la passion venue du monde des fluides, tantôt la passion qui nous ramène à nous-mêmes. (le serpent qui peut se replier sur lui-même), tantôt, l’être rampant.

Dans les textes Rabbiniques : Il est renseigné que « Nashash » a des membres et une tête hideuse. Il ressemble aux monstres de l’époque secondaire. Un être aux traits méprisables, reptiliens. 

Le « Serpent » ou « Nashash » de la Genèse est totalement différent de Satan qui tenta Job. Ce Satan là, est un serviteur zélé de l’Eternel. Il  lui parle, fait des paris avec Lui, (Job,1,6 à 12) est admis devant le trône de Dieu et aux réunions célestes.. 

« Le conseil des Dieux se réunit et Satan est parmi eux… » (Hénoch) 

Satan n’était pas « l’Esprit du mal » à proprement parlé, mais l’intermédiaire disciplinaire (par la souffrances et les sanctions) entre Dieu et l’homme. Il est donc considéré comme l’ennemi de l’homme.  

C’est par le Diable que la mort est entrée dans le monde : en feront l’expérience ceux qui sont la part du démon. » (Sagesse, II,24) 

1.Lucifer est un ange déchu, mais toujours décrit comme noble et orgueilleux. 

2.Satan est un ange déchu vulgaire, rustre, et représenté comme grotesque.  

Le premier tente « l’homme » par l’orgueil, et l’hérésie, le deuxième tente « l’homme » par la luxure et les vices. 

3.Asmodée est  l’ange exterminateur (Glaive flamboyant) de l’Apocalypse.  

Les Dieux et les déesses qui deviendront des…démons

Ils seront représentés hideux et grotesques dans tout l’art du Moyen-âge…

Belzébuth =dieu calomnié. Divinité cananéenne devenue chez les Juifs, le Prince des démons

Moloch =divinité cananéenne et phénicienne,à qui était offerts des sacrifices humains.  

Python = esprit des prophéties (pythonisses)      

Astarté  ou Ashtart ou Ishtar =divinité Phénicienne assimilée à l’Aphrodite grecque.  

Bélial = esprit de la perfidie et de la trahison.

BAL = désigne dans la Bible, tous les faux dieux.(Ex: Bal-Moloch)

« Les démons » qui hantent nos cauchemars et nos obsessions sont, d’après, C.G.Jung, les « ombres de notre personnalité ». Ils n’existent que dans notre imagination et peuvent provenir de notre éducation religieuse. Ex:Au temps de l’inquisition, les hommes étaient terrifiés par tout ce qui ne comprenaient pas, ils pensaient que c’était des diableries. Ils voyaient le « mal »  partout et étaient conditionnés aux terreurs et aux sanctions divines ou malignes.)

Dans les manuscrits de la mer Morte on parle de l’opposition entre l’Ange de Vérité et l’Ange des ténèbres. En voici un extrait :

« C’est à cause de l’Ange des Ténèbres que s’égarent tous les fils de la justice;

toutes leurs iniquités, toutes leurs fautes sont l’effet de son empire, conformément aux mystères de Dieu, jusqu’au terme fixé par lui… »

Satan = opposé à Dieu                         Diable = calomniateur, esprit du mal.

 Samaël = poisson supérieur…Il est associé à Mars et au Serpent

Lucifer son nom signifie «  le porteur de lumière ». Chef des Anges déchus, on retrouve les principaux textes qui parlent de lui, dans les Apocryphes de l’Ancien Testament : le livre d’Hénoch *Lucifer n’apparaît que bien plus tard dans les textes postérieurs à la Diaspora. Citations de Lucifer  : « J’escaladerai l’altitude des nuées, je ressemblerai à l’Eternel ! » (Isaïe)

*

“…Ton coeur s’est enflé et tu as dit : “Je suis Dieu et me suis assis sur

le trône de Dieu… (Ezéchiel)

Adam et Eve

Elohim dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre  ressemblance. Qu’il règne sur les poissons de la mer, sur  les oiseaux des cieux, sur le bétail, sur les bêtes sauvages  et sur tous les animaux qui rampent sur le sol. »  (Donc en principe sur les Serpents…)     Dieu créa l’homme à son image ; à l’image de Dieu il le créa,  homme et femme il les créa. Dieu les bénit : « Soyez féconds, dit-il, multipliez, remplissez  la terre et soumettez-la. » (Genèse 001 : 024 à 029) Il semblerait que dans un premier temps, le « mâle et la femelle » qui ont été créés, étaient encore très proche des animaux..

« Elohim créa adam (homme, femme, invariable) à son image «  « Vaïbéra Elohim  æt ha-adam betsalemo Betsalem Elohim bara oto (singulier) Zakhar ou-nequevà bara otam (pluriel) »   

Elohim va donc procéder comme un éleveur d’animaux de race, il va sélectionner les meilleurs éléments pour la reproduction, en manipulant peut-être un peu les gènes, et il doit isoler ces reproducteurs afin qu’ils ne soient pas contaminés par leurs congénères. Il les plaça donc dans un « jardin. Donc, une parcelle de terre sur la surface du globe…

« Dieu plaça l’homme dans le jardin d’Eden, pour le cultiver et le soigner »

« le-aveda ou le-shamera » (Genèse, 11,15)   

Mais l’homme étant encore dispenser des travaux durs de la Terre, il est probable que c’est  lui, Adam, que Dieu veut cultiver et soigner… Dieu dit : « Je vous donne toute herbe portant semence sur   toute la surface de la terre, ainsi que tous les arbres fruitiers  portant semence ;ce sera votre nourriture.  Il semblerait que le premier homme vivant qui ai été créé est la synthèse de tout ce qui se trouve dans la Terre et  que cette première espèce était végétarienne.

« Alors Elohim forma l’homme, poussière provenant du sol et il insuffla dans ses narines une haleine de vie, et l’homme devint âme vivante. »(Gen.II,7)  « Sol » en hébreu se dit « adâmâh », tant que l’homme n’eut pas « d’esprit », il est appelé « Adam », nom commun,  nom  collectif, qui deviendra  progressivement le nom propre du premier homme. Ensuite il deviendra « ish ». Elohim mit donc « l’homme » dans une sorte de paradis terrestre, (sorte de jardin protégé appelé Eden) et « quelque » chose est insufflé à l’homme dans ses narines…(Cela correspond à la cosmogonie chinoise, ou l’énergie qui rend l’être humain vivant est « une » des énergies). l y a l’énergie de structure qui fabrique spécialement les structures moléculaires, l’architecture globale du corps, puis vous avez l’énergie qui en fait un être vivant, qui donne tous les instincts et tous les comportements, qui forme des êtres entiers. Chez les chinois il y a une troisième énergie qui est le « Tcheng » qui est la partie la plus divine de l’ensemble des énergies. Il semblerait que cette énergie ait été donnée plus tard, après l’incident qui ce produisit au paradis terrestre. (conf.L.D’Alès)   

« Alors le Seigneur Dieu, qui avait façonné de la terre tous  les animaux des champs et tous les oiseaux des cieux, les  amena vers l’homme, pour voir comment il les appellerait ;   Tout  être vivant devait ainsi porter le nom que l’homme lui donnerait.  L’homme imposa des noms à toutes les bêtes, à tous les oiseaux  des cieux et à tous les animaux des champs ; mais pour lui, il ne se trouva pas d’aide qui lui fut assortie. » ( Genèse 002 :019) 

Donc Adam parle déjà. On s’aperçoit que  dès le départ, il y a un projet…L’ homme peut vivre dans le  paradis terrestre et a le droit de jouir de tout ce qui s’y trouve. La seule chose qui était interdite, c’était de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Distinguer le bien du mal, c’est avoir “de la conscience”. Il semblerait que le premier Homme n’avait pas cela. Il était donc, comme une sorte d’animal…   (Genèse II : 11,16,17)

Elohim estime : « qu’il n’est pas bon que l’homme soit seul » « Il lui faut une aide qui lui soit assortie » (Genèse, 11,18)     

(Donc, on continue de supposer qu’il n’y avait toujours pas de femelle assortie à Adam…les premières ne devaient pas être très réussies…)Elohim va donc procéder sur l’homme a un prélèvement organique qui va permettre de refaire une femelle améliorée grâce à la génétique :

«  Alors le Seigneur Dieu fit descendre une torpeur sur l’homme,   qui s’endormit ; il lui prit une côte, et à  la place de laquelle  il referma la chair. De cette côte qu’il avait enlevée à l’homme, le Seigneur  Dieu fit une femme, qu’il amena près de l’homme ».  (Genèse 002 :021)

 Anesthésie, scalpel, ligature… Tout y est, on s’y croirait… Et on obtient ainsi un couple qui « devient une seule chair quand l’homme s’attache à sa femme »  

comme le dit le verset 24 pour décrire l’accouplement.

C’est à ce moment précis que le mot Adam (invariable homme/femme) cède la place pour la première fois, au mot ‘ish pour homme, et ‘ishsshâh pour la femme. (Des jumeaux en quelque sorte).Ils s’appelleront comme cela tout le temps qu’ils seront dans l’Eden. Ils seront baptisés autrement lorsqu’ils en seront chassés. Adam rebaptisera alors sa compagne du nom de « Eve » qui signifie  « vie » ou « mère de l’humanité ».(Nous pouvons évidemment tous compter nos côtes, il ne nous en manque pas une seule, ce n’est donc pas de l’ablation d’une côte thoracique qu’on nous décrit là…)

-Aucuns textes ne prouve qu’Adam était un androgyne dont on aurait extrait la partie mâle pour obtenir une femme, mais cette théorie est à considérer aussi…

Misraki démontre une théorie par la génétique :

  • Les chromosomes XX déterminent le sexe féminin.
  • Les chromosomes YX ou XY déterminent le sexe masculin.

Si on regarde la différence entre le X et le Y, on peut penser qu’on a enlevé une « côte », ou 

un côté au Y.  C’est une théorie qui se tient aussi, étant donné que les Célestes étaient des experts en génétique…

Une autre hypothèse propose ceci :

Eve serait issue du code génétique d’Adam. Le mot “code” serait, par mauvaise interprétation, devenu “côte”…

– D’autres hypothèses disent que Eve étant le complément d’Adam, on les mit « côte à côte… »     Donc la première femme proposée ne plaisait pas à Adam, (elle s’appellait Lilith). 

Mais ensuite après, la compagne idéale tant attendue est là, et Adam très content s’exclame 

« Cette fois, celle-ci est l’os de mes os et la chair de ma chair. Celle-ci on l’appellera femme parce que d’un homme, celle-ci a été tirée. C’est pourquoi l’homme laissera  son père et sa mère, s’attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair. »

En comparant la Bible …le Popol Vuh

Bible poétique rescapée des destructions des conquérants, celle de l’inquisition Espagnole notamment. Elle a été sauvegardée grâce à la mémoire des Mayas précolombiens qui l’ont transmise de génération en génération. Ce témoignage date d’env.2000 ans av. J.C. (Traduit de l’espagnol par Valerie Faurie)

« …Voici le récit du temps où tout était en suspension, tout calme, tout en silence,  tout immobile, muet et vide dans l’extension du ciel…”

“…Il n’y avait encore ni hommes, ni animaux, ni oiseaux, ni poissons, ni crustacés, ni arbres, ni pierres, ni cavernes, ni gorges, ni herbes, ni forêts; seul le Ciel existait…”“…Seuls étaient la mer calme et le ciel dans son extension…”

Ensuite apparaissent les créateurs :  

Tzacol : le Créateur,    Bitol    : le Formateur;

            Tepeu  : le Puissant;    Gucumatz : Serpent Emplumé

“Les Géniteurs étaient dans l’eau, entourés de clarté, cachés sous des plumes vertes et bleues.”

Note : Il pouvait s’agir d’une base sous-marine, éclairée ou, d’un engin spatial immergé.On remarque ici aussi, que les dieux créateurs sont plusieurs, et ils ont des fonctions différentes.

Ensuite : “Leur nature était celle de grands sages et de grands penseurs.”

Note : Il pouvait donc bien s’agir d’êtres venus d’ailleurs qui mettaient au point un projet “Terre”. Vérifions cette hypothèse :

“…Ils parlèrent, se consultèrent, et méditant entre eux, ils se mirent d’accord pour assembler leurs paroles et leurs pensées…”“…Tandis qu’ils méditaient sur l’apparition de l’homme à la venue de l’aube, la clarté se manifesta. Ils disposèrent de la création, et de la croissance des arbres et des lianes, de la naissance de la vie et de la création de l’homme…”

 Ensuite, quelque chose qui se nomme “le COEUR DU CIEL” et qu’on peut comparer à la “Nuée” ou à la “Gloire” biblique, se met au travail :

 Tout se mit en place dans les ténèbres et dans la nuit, par le Coeur du Ciel qui se nomme Huracan.”

– Le premier signe se nomme : Caculha Huracan : Maître Géant Eclair.

– Le deuxième est Chipi Caculha  :  Trace de l’Eclair

– Le troisième est Raxa Caculha   :  Splendeur de l’Eclair

                       Tous trois sont le Coeur du Ciel.

Note : Il est donc très probable qu’ils s’agisse d’engins volants très puissants. Dans leur ignorance,  les Indiens, les prirent pour des êtres vivants et pensants. En fait ceux qui pensent et qui vivent sont bien évidemment à l’intérieur. Les Indiens ne pouvaient pas savoir cela…Ensuite :

“Tous se joignirent à Tepeu et Gucumatz pour tenir conseil sur la vie et la clarté, pour concevoir l’aube et celui qui serait le producteur de l’aliment et de la substance.”(l’homme)

Note : Tout se passe donc grosso-modo comme dans la Genèse Biblique ! Ils vont donc commencer à écarter les eaux, afin que surgissent les Terres :

“Que cette eau se retire, et désoccupe l’espace, que surgisse la terre et qu’elle se raffermisse ! Que naisse l’aube dans le ciel et sur la terre …”

 “…Comme la brume, comme le nuage, comme le tourbillon fut la création, lorsque surgissent de l’eau les montagnes et qu’elles se mirent aussitôt à grandir…”

Note : Toutes ces descriptions suivent une succession tout à fait logique de la mise en place des éléments de la création.“…Le Serpent Emplumé fut rempli d’allégresse…”

Il dit :“…Bonne est ta venue, Cœur du Ciel ! Huracan et toi, Maître Géant Eclair, 

Trace de l’Eclair, Splendeur de l’Eclair…”

Note : on peut prendre cela dans le sens : félicitations, vous tous, car vous avez fait du bon travail…Ils répondirent :

“Notre oeuvre, notre création sera achevée. Après les montagnes

et les vallées, furent conçus les fleuves, qui se divisèrent en rivières,

courant librement entre les monts.”   

Et les dieux furent satisfait de leur travail !

**************

Après avoir crée tous les végétaux, Ils vont créer tous les êtres vivants : les animaux de toutes espèces et leurs attribuer leurs territoires respectif. 

“Ayant terminé de les former leur dirent : parlez, criez, gazouillez; que chacun fasse entendre son langage selon son espèce, sa variété…Dites nos noms, louangez-nous, nous, votre père, votre mère…”

Note : Il semblerait qu’il y avait des hommes et des femmes parmis les dieux…

Invoquez Huracan, le Coeur du Ciel, Splendeur de l’Eclair, Trace de l’Eclair, Esprit du Ciel, Esprit de la Terre, le Créateur, le Formateur, les Géniteurs; parlez, invoquez-nous, adorez-nous, dirent-ils.”

Note : Il est clair que ces dieux très orgueilleux, ont mis au point se chef-d’œuvre dans le but d’être admirés, loués et adorés par leurs créatures.

“Alors, le Créateur, le Formateur, les Engendreurs se mirent de nouveau à l’œuvre : “Créons celui qui nous substantera, nous alimentera ! “Tentons maintenant de créer des êtres obéissants, respectueux, qui nous soutiennent et nous nourrissent, dirent-ils.”

Note : Apparemment, ils cherchèrent le super-domestique fait sur mesure, pour les servir. 

La création de l’homme

 

“De terre et de boue ils façonnèrent la chair de l’homme. Mais il constatèrent qu’il n’était pas réussi : il était mou, se défaisait, n’avait pas de mobilité, ni de force. Il tombait, s’amollissait, ne pouvait pas bouger la tête, sa vue était voilée et il ne pouvait pas regarder en arrière. Il parla, mais ce qu’il disait était dénué de sens. Très vite il s’humidifia et ne put tenir debout.”

Note : La première tentative de créer un homme avec toutes les matières premières de la Terre, ne fut pas très convaincant et Ils le détruisirent. Ensuite, ils invoquèrent leurs devins afin qu’ils leurs viennent en aide. Ils se mirent à faire des hommes en bois…

 “Des mannequins charpentés dans le bois ressemblaient à l’homme et parlaient. Ils peuplèrent la surface de la terre et se multiplièrent, eurent des fils et des filles ! Mais ils n’avaient aucune conscience et ne se souvenaient ni de leurs Créateurs, ni de leurs Formateurs. Ils ne parlèrent plus, leur tête s’est desséchée, leur pieds et leur mains avaient perdu de leur consistance, ils n’avaient ni sang, ni substance, ni humidité, ni graisse; leurs joues étaient sèches, leurs pieds et leurs mains rigides et leur chair jaune. Ce furent les premiers hommes qui en grand nombre peuplèrent la face de la terre…”

Les dieux supprimèrent ces hommes de bois par un déluge, car ils avaient oublié leur mère et leur père. La seule chose qui restait de ces hommes de bois furent des singes et leurs descendances…