L’ordre du Temple Solaire

L’Ordre du Temple solaire a marqué l’actualité québécoise au milieu des années 90. La mort dans des circons-tances plus que nébuleuses de cinq membres de la secte dans un chalet incendié à Morin Heights en octobre 1994 avait frappé les esprits. Surtout qu’une cinquantaine de coreligionnaires suisses, dont les deux meneurs de l’organisation, Joseph di Mambro et Luc Jouret, connaissaient le même sort à quelques heures d’intervalle.

L’année suivante, un autre «suicide collectif», tout aussi louche, d’une quinzaine de membres restants, avait lieu dans le massif du Vercors, en France, mettant un point final aux activités de l’ordre.

Ce docufiction revient sur l’histoire de cette secte en se basant sur les enquêtes policières qui ont suivi ces tragiques événements. Mais il revient surtout sur les témoignages de deux anciens membres très actifs de la secte, qui l’avaient quittée quelques jours avant les incendies meurtriers. On a donc droit à la reconstitution des étapes marquantes de leur vie au sein de la secte, de leur endoctrinement aux remises en question des dogmes et de la sincérité des deux meneurs, ainsi qu’à des illustrations de la vie quotidienne, des tâches auxquelles ils étaient astreints jusqu’aux cérémonies rituelles de toutes sortes…

Ce sont d’ailleurs ces séquences qui sont les plus intéressantes et les plus fascinantes, d’abord pour les emprunts faits tant aux Templiers et aux Rose-Croix qu’à la mythologie égyptienne et à d’autres croyances ésotériques, mais surtout à cause des éléments de «mise en scène» (musique de Wagner, «apparitions» de maîtres et effets spéciaux plutôt simples), qui montrent toute la force de persuasion des gourous sur leurs disciples, des gens majoritairement instruits et fortunés.

En voyant ce à quoi ils ont pu croire, il est plus facile de comprendre qu’ils ont accepté de mourir quand leurs «maîtres» ont décidé qu’il était temps de «quitter» la Terre….

 
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.