Dictature Sanitaire Mondiale en formation:En France,Jean Castex dépose un projet de loi autorisant le “placement” des non-vaccinés

Après l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande, la variante Omacron prévoit d’enfermer les non vaxxés dans des Goulags nasitaires. Après avoir terrorisé et éliminé les syndicats, les gilets jaunes, et tous ceux qui osent contester ou discuter les oukases de la fiotte élyséenne, voilà le must de l’arnaque pandémique : le goulag nasitaire. 

De nombreux camps ont déjà été bâti en Australie depuis le début de l’année!

 

Le « placement » des non-vaccinés, c’est-à-dire leur installation forcée dans un lieu qui ne serait pas leur domicile, fait partie des mesures prévues par le projet de loi nº 3714 instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires. Ce texte hallucinant, déposé le 21 décembre à l’Assemblée Nationale, utilise le prétexte sanitaire pour transformer ce pays en véritable dictature. Il autoriserait le gouvernement à prendre des décrets qui nous font basculer dans un régime qui ne s’appelle plus la démocratie. Le texte sur le passe sanitaire devrait être un leurre pour cacher des dispositions qui constituent une rupture majeure avec la logique républicaine.

Installer des non-vaccinés dans des lieux d’hébergement loin de leur domicile ? Oui, ce sera possible avec le projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires, que le gouvernement a déposé au Parlement selon le dispositif de la procédure accélérée, qui limite les débats parlementaires. 

Il faut absolument lire ce texte pour comprendre quelle rupture il introduit dans nos traditions démocratiques

Un projet de loi préparé de longue date

Bien entendu, ce texte n’est pas né avec le variant O Micron [O Macron] et la panique simulée qui l’entoure. Il est préparé de longue date, et cherche à inscrire dans les textes les pouvoirs d’exception que le gouvernement a demandé depuis un an et demi pour gérer la crise avec le brio que l’on connaît. 

L’essentiel du texte, qui tient en cinq articles, vise à créer un régime de “crise sanitaire” et un autre “d’urgence sanitaire” qui donneraient des pouvoirs exceptionnels au gouvernement. 

Dans ces pouvoirs exceptionnels, il faut surtout comprendre qu’il s’agit d’autoriser le gouvernement à violer gravement les libertés sans aucun contrôle parlementaire. 

Nous vous proposons ici une présentation “panoramique” de ce texte pour en comprendre les enjeux. 

 

Un régime pérenne d’urgence…

Premier point qui en dit long sur les véritables intentions du texte : il s’agit de créer un “régime pérenne” en matière d’urgences sanitaires. Sous-entendu : d’autres épidémies sont à venir, et il faut désormais disposer d’un appareil juridique qui permette d’y faire face.

Ceux qui accusaient le gouvernement de vouloir faire durer les épidémies pour s’arroger des pouvoirs exceptionnels ont été régulièrement taxés de complotisme. 

Ce texte qui comporte 92 pages avec son intéressante étude d’impact montre qu’ils étaient plutôt fine mouche. 

Des centaines de manifestants à Sydney,Australie,le 24 juillet5 2021

L’invention burlesque de l’état de crise sanitaire

Première innovation estomaquante : le gouvernement propose de créer un “état de crise sanitaire”. 

Cet état serait proclamé de la façon suivante : 

L’état de crise sanitaire peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain ainsi que du territoire des collectivités mentionnées à l’article 72‑3 de la Constitution en cas de menace ou de situation sanitaire grave aux fins de prévenir ou de limiter les conséquences de cette menace ou de cette situation. Il peut également être déclaré, à l’issue de l’état d’urgence sanitaire prévu à l’article L. 3131‑5, afin de mettre fin à la catastrophe sanitaire ou d’en réduire les conséquences sanitaires.

« L’état de crise sanitaire est déclaré par décret motivé pris sur le rapport du ministre chargé de la santé.

Autrement dit, lorsque le gouvernement considérerait qu’il existe une crise sanitaire, il prendrait un décret pour s’arroger des pouvoirs exceptionnels. 

Mais qu’est-ce qu’une crise sanitaire  “grave” ? Le texte ne le dit pas, et prend bien garde de ne surtout pas le définir. 

Voilà qui s’appelle un chèque en blanc donné au gouvernement pour prendre le prétexte de n’importe quelle grippe pour suspendre les libertés. 

Les pouvoirs exceptionnels en cas de crise sanitaire

En cas de “crise sanitaire”, des pouvoirs exceptionnels sont confiés au gouvernement :

  1. le Premier Ministre peut fixer les prix
  2. le Premier Ministre peut réquisitionner des biens et des personnes
  3. le ministre de la Santé peut décider “le placement et le maintien en isolement des personnes affectées ou contaminées, au sens de l’article 1er du règlement sanitaire international de 2005, ou la mise en quarantaine des personnes susceptibles d’être affectées ou contaminées“
  4. le ministre de la Santé peut prendre “toute mesure permettant la mise à la disposition des patients de produits de santé”
  5. le ministre de la Santé peut prendre “toute autre mesure relative à l’organisation et au fonctionnement du dispositif de santé”

On mesure ici l’étendue des pouvoirs exceptionnels accordés au Premier Ministre et au ministre de la Santé. 

On notera en particulier que celui-ci aura la faculté de “placer” toute personne susceptible d’être contaminée… Cette violation sans contrôle des libertés est tout simplement hallucinante. 

L’état d’urgence sanitaire…

L’état d’urgence sanitaire est une sorte de degré supérieur dans la crise sanitaire. Il est prononcé “en cas de catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population”.

Cet état d’urgence serait déclaré par décret en conseil des ministres… “Les données scientifiques disponibles sur la situation sanitaire qui ont motivé la décision sont rendues publiques.”

On ne pouvait imaginer de forme plus simple et plus “dépouillée” pour prendre des décisions de ce genre. 

Rappelons que, en l’état actuel des choses, l’urgence sanitaire suppose une loi. On comprend quelle dégradation démocratique le projet gouvernemental introduit. 

Les pouvoirs exceptionnels en cas d’urgence sanitaire

Jean Castex,premier-ministre de France

En cas d’urgence sanitaire, le gouvernement dispose des pouvoirs exceptionnels de la “crise sanitaire”, et de quelques pouvoirs supplémentaires :

  1. le Premier Ministre peut “réglementer ou interdire la circulation des personnes et des véhicules et réglementer l’accès aux moyens de transport et les conditions de leur usage”
  2. le Premier Ministre peut aussi “interdire aux personnes de sortir de leur domicile, sous réserve des déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux ou de santé”
  3. le Premier Ministre peut “ordonner la fermeture provisoire et réglementer l’ouverture, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion, en garantissant l’accès des personnes aux biens et services de première nécessité”
  4. le Premier Ministre peut encore “limiter ou interdire les rassemblements sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public ainsi que les réunions de toute nature, à l’exclusion de toute réglementation des conditions de présence ou d’accès aux locaux à usage d’habitation”
  5. le Premier Ministre peut aussi “prendre toute autre mesure limitant la liberté d’entreprendre”…
  6. le Premier Ministre peut enfin “subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif”

On mesure là encore l’étendue des pouvoirs exceptionnels que le gouvernement peut s’accorder sur simple décret lorsqu’une “catastrophe sanitaire” survient, dont on ne mesure pas bien la définition ni les éléments objectifs de déclenchement. 

Des mesures définitivement liberticides

Le chapitre sur les “dispositions communes” concernant la crise sanitaire et l’urgence sanitaire en disent long sur l’implosion prévisible de la démocratie une fois ce texte adopté. 

Ainsi, la loi prévoit cette mesure scélérate : “Sous réserve des obligations résultant du droit international et du droit de l’Union européenne, les projets d’actes réglementaires pris sur le fondement des dispositions du présent chapitre sont dispensés de toute consultation préalable obligatoire prévue par une disposition législative ou réglementaire, à l’exception de celles prévues par ce chapitre”.

Autrement dit, les corps intermédiaires ne sont plus consultés lorsque la crise sanitaire arrive. Le gouvernement décide seul. 

En outre, les Préfets sont autorisés à prendre eux-mêmes les mesures liberticides que le gouvernement est autorisé à prendre au niveau national. 

Les éléments d’une véritable dictature sous couvert de menace sur la santé publique sont posés. 

L’inquiétant “placement” des dissidents

Un paragraphe mérite d’être lu très attentivement. Il s’agit du futur article L 3131-12 du Code de la Santé Publique, qui précise le régime du “placement” des personnes. 

Cette mesure est prononcée “par décision individuelle motivée du représentant de l’État dans le département sur proposition du directeur général de l’agence régionale de santé”.

Le texte précise que le placement peut “se dérouler, au choix des personnes qui en font l’objet, à leur domicile ou dans des lieux d’hébergement adaptés.” 

Le texte apporte deux précisions importantes sur les interdictions qui peuvent être faites aux personnes placées :

« 1° Ne pas sortir de son domicile ou du lieu d’hébergement, sous réserve des déplacements qui lui sont spécifiquement autorisés par l’autorité administrative. Dans le cas où un isolement complet de la personne est prononcé, il lui est garanti un accès aux biens et services de première nécessité ainsi qu’à des moyens de communication téléphonique et électronique lui permettant de communiquer librement avec l’extérieur ;

« 2° Ne pas fréquenter certains lieux ou catégories de lieux.

Enfin, la loi ajoute :

“Lorsque la mesure impose à l’intéressé de demeurer dans le lieu où la quarantaine ou l’isolement se déroule plus de douze heures par jour, elle ne peut se poursuivre au‑delà d’un délai de quatorze jours sans que le juge des libertés et de la détention, préalablement saisi par le représentant de l’État dans le département, ait autorisé cette prolongation.”

Autrement dit, le gouvernement s’arroge le droit de “confiner” strictement les personnes susceptibles d’être contaminées dans des lieux d’hébergement, pendant deux semaines, sans que le juge des libertés ne soit saisi. 

Pouvoirs “informatiques” exceptionnels

Enfin, le texte du gouvernement a cette formulation curieuse dont on finit par se demander ce qu’elle vise au juste :

En cas de situation sanitaire exceptionnelle ou pour tout événement de nature à impliquer de nombreuses victimes, notamment les accidents collectifs, les informations strictement nécessaires à l’identification des victimes et à leur suivi, notamment pour la prise en charge de leurs frais de santé, sont recueillies dans un système d’identification unique des victimes.

Mais quels accidents collectifs le gouvernement a-t-il en tête ?

En tout cas, on voit que “l’urgence sanitaire” a bon dos. Elle constitue un véhicule idéal pour faire passer des mesures de fichage très variées, que la CNIL refusait jusqu’ici. 

Une rupture avec la démocratie

Dans le principe, utiliser la crise sanitaire pour créer le précédent d’un régime où le gouvernement peut décider, sans autorisation du Parlement (même si nous avons bien conscience de la faiblesse de ce Parlement), de s’octroyer des pouvoirs liberticides de cette importance, en dit long sur l’instrumentalisation du COVID. 

Beaucoup, depuis mars 2020, répètent en boucle (et c’est notre cas), que le COVID est le prétexte à autre chose, en particulier à une marginalisation du processus démocratique au profit de la caste mondialisée. 

Ce texte en constitue la meilleure illustration et la meilleure preuve. 

Source: Le Courrier des Stratèges


EN COMPLÉMENTAIRE

Camp de concentration australien de Covid…en rappel

 

établissement de quarantaine de Howard Springs à Darwin pour les Australiens revenant de l’étranger porte plusieurs noms. Le gouvernement l’a surnommé – sans ironie intentionnelle – le « Center for National Resilience » et le « Golden Standard », rapporte The Conservative Woman .

Le terme le plus précis est « quarantaine surveillée obligatoire ». En d’autres termes, nous ne sommes pas convaincus que les compatriotes de retour, qui ont probablement payé une fortune aux compagnies aériennes pour revenir ici, se comporteront avec honneur et se mettront en quarantaine dans un lieu de leur choix. D’autres n’ont pas été aussi gentils dans leurs descriptions de l’établissement de Howard Springs, alors que de nouvelles histoires continuent de faire surface sur le traitement cruel des « prisonniers » pour mauvaise conduite.

Les rapports d’abus dans les installations de quarantaine australiennes ne sont pas nouveaux. Beaucoup d’entre nous ont récemment été amusés par l’article de Katie Hopkins sur le nouveau style australien d’hospitalité envers les visiteurs. Cela n’inclut pas les différents ministres qui l’ont expulsée du pays. (Je crois qu’elle se porte bien actuellement en Floride, où le traitement d’un récalcitrant au Covid est légèrement plus humain que dans ces colonies pénitentiaires du XXIe siècle).

Il y a eu les horribles rapports du fiasco de la quarantaine de Melbourneen 2020, ce qui a conduit à une commission d’enquête, mais malheureusement aucune sanction des auteurs politiques et bureaucratiques. (L’enquête a été qualifiée de « blanchiment d’argent). En effet, personne au gouvernement n’a admis avoir pris la décision d’embaucher des entrepreneurs privés pour sécuriser le système de quarantaine de l’hôtel, et le comité n’a pas été en mesure de prouver qui avait pris la décision. La Commission n’a pas été en mesure de prouver qui avait pris la décision. Le contrat a été attribué au personnel du tristement célèbre Premier ministre de Victoria, Daniel Andrews, dont on a découvert plus tard qu’il avait eu des relations sexuelles avec des prisonniers, ce qui a entraîné une série de problèmes, notamment des atteintes à la sécurité et un manque de formation appropriée.

Les plus de 700 personnes décédées de Covid à Melbourne à l’hiver 2020 constituent toujours la grande majorité des décès australiens attribuables à Covid. C’était l’année dernière. Cette année, malgré la hausse actuelle en Nouvelle-Galles du Sud, le nombre de décès est en baisse, touchant principalement les personnes de plus de quatre-vingts ans . Des conditions de quarantaine strictes restent en place et des histoires effrayantes circulent sur les réseaux sociaux sur les conditions dans les hôtels de quarantaine.

Un « prisonnier » a décrit son expérience pour cairnsnews.org : « Pas d’air, pas hors de la pièce pendant 338 heures, la deuxième fois en 11 jours ici, quelqu’un a complètement détruit sa chambre en hurlant des bébés. Je pense que ce type pensait qu’il partait aujourd’hui, mais en fait il partait ce soir à 23h59. Tu deviens fou quand tu es tout seul. Est-ce vraiment nécessaire? J’ai moi-même eu 9 tests négatifs avant d’être mis en quarantaine à domicile, et j’ai été vacciné. Mais pourquoi? Quel est le prix de la santé mentale pour les Victoriens… est-ce que quelqu’un s’en soucie ? Cet homme est menacé par les autorités d’être « gazé » s’il ne se calme pas.

Un autre a répondu sur Twitter à propos d’Howard Springs.

Howard Springs CV Quarantine Camp en Australie pour toutes les personnes « dangereuses » pour la société. Des rapports font maintenant surface selon lesquels des détenus (ce n’est pas une erreur) se voient refuser de la nourriture pour avoir enfreint des règles mineures. Puis-je vous demander. Cela vous rappelle-t-il une partie de notre histoire? Pouvez-vous déjà le voir?

https://twitter.com/Graham333888/status/1436602247887077377

« J’ai bien peur que ce soit un camp d’internement et si vous ne le voyez pas, vous êtes condamné. Il y avait une femme de 33 ans qui a fait ses valises, s’est dirigée vers la porte, a jeté ses bagages par-dessus, a escaladé la barrière et s’est éloignée, tandis que des personnes abasourdies la filmaient sur leurs téléphones portables. La police l’a rattrapée 15 minutes plus tard et elle a été condamnée à une amende de près de 4 000 $.

https://twitter.com/AwakenedLegal/status/143671406006006349826

Il est extrêmement difficile d’aller au fond de ces rapports, car les médias et les radiodiffuseurs publics ne publient jamais de telles histoires ni n’enquêtent sur des allégations d’agression qui pourraient saper l’histoire officielle de Covid. Et bien sûr, vous ne trouverez jamais ces histoires sur un moteur de recherche qui fait taire si efficacement les dissidents. Ce que vous pouvez faire, c’est vous demander si les histoires sur les installations de quarantaine sont plausibles compte tenu de ce que nous savons d’autre. Et nous en savons beaucoup. Nous savons que:

  • – La police a tiré des balles en caoutchouc sur des manifestants et utilisé du gaz poivré dans les rues de Melbourne ;
  • – Le commissaire de police de Victoria, Shane Patton, a annoncé que deux commandos Covid distincts avaient été mis en place pour fonctionner au moins jusqu’à la fin de 2022, et peut-être indéfiniment ;
  • – Victoria est en train de construire une installation de quarantaine, ainsi que le Queensland (une installation de 1 000 lits à l’aéroport de Wellcamp à l’ouest de Brisbane) ;
  • – Les résidents des immeubles à appartements de Sydney qui ont été enfermés par NSW Health sont surveillés pour leur approvisionnement en alcool dans le cadre d’une politique visant à limiter les consommations par jour, c’est-à-dire six bières ou des quantités équivalentes de vin et de spiritueux, tout excès d’alcool étant confisqué;
  • – Des couvre-feux ont été mis en place à Melbourne et à Sydney pour enfermer les gens chez eux après 21 heures ;
  • – Des militantes telles que Monica Smit de Reignite Democracy Australia ont été arrêtées et emprisonnées pour avoir organisé des manifestations ;
  • – À Sydney, des écoliers ont été « pilotés » vers des stades sécurisés par la police pour se faire vacciner après que des pressions eurent été exercées sur eux pour leurs prochains examens du diplôme d’études supérieures ;
  • – De lourdes amendes sont infligées pour non-respect de diverses réglementations en matière de santé publique ;
  • – Le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud licencie ses propres enseignants pour ne pas se faire vacciner, dans un État où le Premier ministre a déclaré que « ceux d’entre vous qui choisissent de ne pas se faire vacciner sont votre choix, mais ne vous attendez pas à ce qu’ils fassent tout ce qu’ils peuvent faire que font les vaccinés, même lorsque nous atteignons 80 pour cent [double vacciné] » ;
  • – Des gardes armés et l’armée ont sécurisé des bâtiments de verrouillage dans la banlieue de Sydney ;
  • – Selon la feuille de route NSW récemment publiée sur les blocages, les personnes non vaccinées ne sont pas autorisées à rendre visite aux vaccinés.

Compte tenu de toutes ces violations flagrantes des droits de l’homme et du processus démocratique, pourquoi ne pas croire les histoires qui sortent des installations de quarantaine ? Compte tenu de ce que notre police criminelle est prête à faire en public, rien ne devrait nous surprendre de ce qu’elle fait à huis clos. Je trouve ces messages tout à fait plausibles.

C’est bien beau que les chouchous des médias comme Claire Lehman de Quillette se moquent et accusent ceux d’Australie et des États-Unis qui craignent pour notre avenir et nous comparent (à juste titre) à des régimes totalitaires avec des camps armés de l’hyperbole. Selon elle, nous restons « une nation toujours fière de ses citoyens et rayonnante d’un sens communautaire ». La vraie histoire de nos banlieues hantées, de nos villes fantômes, de ces misérables tours d’appartements où les incarcérés silencieusement ou bruyamment deviennent fous, et des camps de quarantaine clairement brutaux, font allusion à une nation très différente de celle que Lehman imagine. Je suppose qu’elle considère ces développements comme un prix à payer pour un faible taux de mortalité de Covid par rapport à d’autres pays (dans l’hémisphère Nord). Un résultat qui n’a rien à voir avec nos interventions non médicales extrêmes. Peut-être n’est-elle pas au courant de l’impressionnante littérature internationale sur la futilité médicale des blocages et des diverses explications du faible taux de mortalité de Covid en Australie.

Le comportement de la classe politique ressemble à de la violence domestique et des abus. Il a toutes les caractéristiques et les tactiques d’un comportement abusif, la peur suscitée par l’agressé n’étant que le signe le plus clair de ce qui se passe. Cela a conduit à un déclin rapide de la vie civile en Australie, Daniel Andrews déclarant que « seuls les vaccinés pourront participer à l’économie du futur ». Ce qui semble se passer derrière des portes de quarantaine fermées a tout à voir avec un État policier devenu incontrôlable.

Qui détruit notre dignité pour nous garder en sécurité.


L’AGHENDA 21 INSCRITE DANS LA GEORGIA GUIDESTONE

Le Georgia Guidestone Monument, également connu sous le nom d’American Stonehenge, a été érigé en 1979 près d’Elberton, en Géorgie, le long de l’autoroute 77.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut s’attendre à ce que l’Agenda 21 des Nations Unies commence à être mis en œuvre, résultant en :

  • Une prise de contrôle mondiale par un gouvernement mondial unique
  • Abrogation des libertés individuelles et des droits de propriété et asservissement de l’humanité
  • L’incapacité d’acheter ou de vendre, à moins que vous ne receviez une puce électronique dans votre corps (main ou tête), obtenue uniquement en prêtant allégeance aux nouveaux dirigeants (alimentés par le mal). 
  • Beaucoup de morts et de sang qui coule
  • La liberté et la paix ne reviendront sur terre qu’après l’ultime bataille entre le bien et le mal. (Indice : Dieu gagne.)

SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI  EN VISITANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

Sur ce lien:VintageParMichel

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:il n’y a AUCUNE preuve scientifique que les vaccins covid-19 aient sauvé UNE SEULE vie

De la même manière qu’aucune preuve scientifique n’existe démontrant l’existence du virus Covid-19, il n’y a , à ce jour, AUCUNE preuve que les pseudo vaccins ARNm sauvent des vies.
Le vieil adage selon lequel «les vaccins sauvent des vies» ne peut en aucun cas être appliqué aux vaxx expérimentaux de covid-19. Peu importe combien de fois on dit au public de croire aux MENSONGES, il n’y a toujours pas de données scientifiques pour le prouver. Une analyse de Peter Doshi, publiée dans le British Medical Journal, souligne l’évidence : les fabricants de vaccins ont conçu des essais cliniques qui ne fournissent aucune donnée sur les avantages en matière de mortalité toutes causes confondues.

Les essais cliniques n’étudient pas la transmission virale, la charge virale ou la prévention des maladies graves, ni les hospitalisations ou les décès. De toute évidence, les fabricants de vaccins n’avaient pas suffisamment confiance en leur capacité à montrer que les vaccins expérimentaux à ARNm pouvaient sauver une seule vie. Il n’y a pas un seul essai clinique de vaccin qui a détecté une réduction des résultats graves des vaccins. C’était de la fraude depuis le début.

Pas un seul essai clinique pour les vaccins contre le covid-19 n’a étudié la transmission, les maladies graves, l’hospitalisation ou le décès

Aujourd’hui, les gouvernements du monde entier « imposent » une série interminable de piqûres sans aucune preuve scientifique pour prouver que cette méthodologie d’interférence génétique peut empêcher une seule infection ou sauver une seule vie. Pire encore, les fabricants de vaccins ont déjà éliminé la cohorte de contrôles dans leurs essais cliniques en les inoculant. En violant les études cliniques de cette manière, les fabricants de vaccins effacent toutes les données potentielles montrant que les vaccins AUGMENTENT les taux d’infection, AUGMENTENT les maladies graves et CAUSENT une mortalité excessive.

Néanmoins, les données d’innocuité qui sont signalées au Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) réfutent la propagande actuelle selon laquelle «les vaccins sauvent des vies». L’afflux de rapports sur les blessures (effets secondaires indésirables à graves) causées par les vaccins brosse un horrible tableau de fautes professionnelles médicales généralisées et de décès injustifiés. Des centaines de milliers de problèmes médicaux ont été signalés post vaccination, dont des milliers de décès. Au lieu de retirer le vaccin expérimental du marché, les organismes de réglementation et les dictateurs gouvernementaux veulent imposer les piquouses aux  enfants et sabotent les moyens de subsistance des gens. Tout aussi préoccupant, les personnes qui refusent les vaccinations sont vilipendées en tant que « fournisseurs de désinformation » qui mettent la « santé publique en danger ». Peu importe à quel point ces MENSONGES sont propagés, il n’y a aucune preuve scientifique que les vaccins covid sauvent une seule vie. En fait, il existe de nombreuses données de pharmacovigilance suggérant que les injections tuent des personnes en bien plus grand nombre.

Les fabricants de vaccins ont piégé le monde, conduisant les gens vers des fosses communes

 

Peter Doshi confirme : «Dans un essai sur 30.000 personnes, les hospitalisations et les décès dus au covid-19 sont tout simplement trop rares dans la population étudiée pour qu’un vaccin efficace démontre des différences statistiquement significatives», et il ajoute. « Il en va de même pour savoir si cela peut sauver des vies ou empêcher la transmission : les essais ne sont pas conçus pour le découvrir. »

Les essais de phase 3 n’ont pas été conçus pour détecter une réduction des hospitalisations et ils ne peuvent pas déterminer si le vaccin interrompt la transmission du virus. Les fabricants de vaccins n’ont pas abordé les cas de maladie grave du covid-19, mais ont plutôt comparé les taux de maladie bénigne. Des individus présentant des symptômes légers ressemblant à ceux du rhume et un test PCR positif ont été utilisés comme points de données pour montrer le taux de covid-19 dans le bras témoin non vacciné. Aucun de ces cas présumés de covid-19 n’a été confirmé à l’aide de critères de diagnostic spécifiques aux symptômes ou du séquençage de Sanger. Pire encore, ces cas de maladie bénigne ont été utilisés comme données pour prouver que le vaccin a sauvé des vies qu’il n’a même pas sauvées ! Même le médecin-chef de Moderna, Tal Zaks, a déclaré au British Medical Journal que leurs essais cliniques ne permettent pas de déterminer si les vaccins préviennent les maladies graves, les hospitalisations ou les décès. Au lieu de cela, les essais comparent simplement des taux aléatoires de maladie bénigne et de symptômes non spécifiques au cours d’une période de temps spécifique.[1]

La plupart des personnes testées positives pour le covid-19 ne présentent que des symptômes bénins. Leur vie n’est pas en jeu. Il y avait très peu de cas de maladie grave dans les essais, mais le vaccin a été présenté comme « sûr et efficace » parce que davantage de personnes dans le groupe témoin ont inévitablement été testées positives à l’aide de tests PCR hautement frauduleux. Ces cas positifs indiqués par le PCR n’ont jamais été confirmés comme étant des personnes souffrant d’une maladie grave et de décès potentiel.

La psychose enlève l’esprit critique du cerveau des gens:pourquoi porter un masque à l’,extérieur quand il fait beau?

En fait, un grand pourcentage de la cohorte vaccinée a présenté des symptômes légers et graves ! Ces problèmes médicaux (qui sont maintenant observés à grande échelle dans la population) ne se seraient pas produits si les gens n’avaient pas été empoisonnés par les vaccins en premier lieu. Certains de ces symptômes étaient graves, mais cela n’avait pas d’importance pour les essais cliniques et ses critères d’évaluation ; les essais cliniques ont été construits autour des taux de positivité et des symptômes légers, aucun d’entre eux n’a étudié une maladie grave ou une hospitalisation. C’est pourquoi des millions de personnes aujourd’hui se rétablissent avec une immunité naturelle, tandis que d’autres qui se font vacciner sont grièvement blessés, souffrent toujours d’une maladie grave ou meurent suite aux piquouses.

Source


NOTES

Note importante

Les fabricants des vaccins mortels et invalidants gagnent 1000$ par seconde sur le dos de leurs victimes

De nouveaux chiffres de la People’s Vaccine Alliance révèlent que les sociétés derrière les trois vaccins les plus utilisés contre la COVID – Pfizer, BioNTech et Moderna – réalisent des bénéfices combinés de 65 000 $ par minute. Les chiffres basés sur les derniers rapports des entreprises sont publiés alors que les PDG de l’industrie pharmaceutique se réunissent pour le sommet annuel STAT – l’équivalent d’un « Big Pharma Davos » – du 16 au 18 novembre.

Ces entreprises ont vendu la majorité des doses aux pays riches, laissant de côté les pays à faible revenu. Pfizer et BioNTech ont livré moins de 1 % de leurs fournitures totales de vaccins aux pays les plus pauvres, tandis que Moderna n’en a livré que 0,2 %. Pendant ce temps, 98 % des habitants de ces pays n’ont pas été complètement vaccinés.

1-les documents Ministère de la Santé admettent que le CDC n’a jamais isolé de « virus covid-19 » … le test PCR ne détecte que le BRUIT des instruments …

• Aucun matériel de référence certifié isolé pour le virus « covid-19 ».
• Les tests PCR qui trouvent des résultats « positifs » pour covid enregistrent simplement le résultat d’un fond amplifié d’instrument.
• La FDA admet que les tests PCR ont été développés sans aucun échantillon de virus covid-19 isolé. Donc, ils ont simulé le virus.
• La virologue Dr Judy Mikovitz confirme que les coronavirus courants et les virus de singe sont frauduleusement étiquetés « covid ».
• Le Dr Jane Ruby explique l’absence de tout isolat viral et pourquoi la pandémie est basée sur une fraude scientifique coordonnée.
• Les documents du CDC FOIA révèlent la preuve que le CDC n’a jamais isolé covid-19.
• L’arme biologique à protéines de pointe – spike – est réelle, et les « vaccins » contre le virus sont des piqûres mortelles pour parvenir à la dépopulation.
• La directrice  du CDC, Walensky, admet que le vaccin contre le covid n’arrête pas les infections covidiennes.
• Le sénateur Rand Paul appelle les Américains à résister à la tyrannie covidienne.
L’année dernière, lorsque les sceptiques de l’arnaque covid disaient « qu’il n’y a pas de virus covid », je n’étais pas du tout d’accord. En tant que scientifique de l’alimentation publié, propriétaire de laboratoire et inventeur de deux brevets publiés basés sur l’analyse par spectrométrie de masse, je savais que le SARS-CoV-2 avait été séquencé génomiquement. J’ai sûrement pensé à tort qu’il avait été isolé, purifié et déterminé comme étant la cause de la maladie de covid-19.
Un an plus tard, il s’avère que les sceptiques avaient raison. Et les avertissements de personnes comme le Dr Thomas Cowan, Sally Fallon, le Dr Andrew Kaufman, Jon Rappoport, David Icke et d’autres étaient justes. (Je me suis depuis excusé auprès d’eux dans un podcast public.)
Comment ai-je réalisé que l’establishment médical et scientifique avait fabriqué tout cela ? Et quelle est l’explication de la maladie très réelle que les gens connaissent ?
Je vais partager cette histoire ici, mais en bref, les virus du rhume et les fragments de virus de singe trouvés dans les vaccins contre la grippe sont mal étiquetés « covid », et il existe une arme biologique à protéine de pointe armée qui est distribuée via des injections de vaccin. Tout cela est réel. Mais il n’existe pas de virus covid-19 réel, physique et isolé qui a été récolté sur des personnes malades et dont il a été démontré qu’il infecte d’autres personnes et les rend malades. Ce à quoi nous assistons vraiment ici, semble-t-il maintenant, ce sont trois choses distinctes :
1) Un cocktail de virus du rhume étiquetés « covid » qui circulent et provoquent des maladies chez certaines personnes, très probablement en raison du manque d’exposition du système immunitaire aux virus de type sauvage pendant tous les blocages mondiaux.
2) Une nanoparticule toxique de protéine de pointe armée qui est injectée à des personnes sous forme de « injection  de caillots »… et elle est probablement en train de se détacher/disperser, provoquant des effets secondaires nocifs chez d’autres personnes non vaccinées.
3) Un schéma PCR « casdémique » [1] entièrement frauduleux conçu pour signaler presque tout le monde comme « positif » basé presque entièrement sur le nombre de cycles que les instruments de préparation d’échantillons PCR doivent effectuer, amplifiant ainsi le bruit de l’instrument jusqu’à devenir « positif ». Presque tout peut être signalé comme « positif », y compris les fragments de matériel génétique provenant des vaccins antigrippaux des années précédentes [2].
Ces trois choses – combinées à la programmation d’hystérie de masse par les médias – ont atteint un niveau de peur mondiale et de terrorisme psychologique que le monde n’a jamais vu auparavant. Mais tout est basé sur des mensonges. Et voici comment nous le savons.
Aucun matériel de référence certifié pour le virus SARS-CoV-2 « covid-19 » isolé
En tant moi-même propriétaire de laboratoire, publiant des analyses scientifiques et analyste des spécifications de masse, je suis extrêmement familier avec le processus d’utilisation de matériaux de référence certifiés (certified reference materials CRM) pour valider les méthodes d’analyse et les séquences d’étalonnage des instruments. (J’ai passé beaucoup trop de soirées à créer des dilutions en série d’étalons à l’aide d’une pipette Gilson, croyez-moi…)
Voici comment le processus fonctionne normalement dans un laboratoire scientifique légitime :
Étape 1) Acquérir le CRM de la chose que vous souhaitez tester (« analyte »). Cela signifie acquérir un étalon purifié et isolé avec une concentration connue, généralement dans un support tel que l’eau, ou sous forme de poudre sèche. Par exemple, lorsque je teste le mercure dans les aliments, j’ai une norme de mercure certifiée avec une concentration connue de mercure, dissous dans l’eau, l’acide nitrique et l’acide chlorhydrique.
Étape 2) Exécutez le CRM en tant qu’échantillon, à différentes concentrations, pour créer une « courbe » qui enseigne efficacement à l’instrument à quoi ressemble l’analyte et comment le détecteur de l’instrument réagit aux différentes concentrations de l’analyte [3]. Le résultat final est une « courbe quantique » qui sera utilisée à l’étape 3.
REMARQUE : Les instruments « correspondront » à la chose que vous recherchez par une variété de méthodes, en filtrant toutes les autres choses qui ne correspondent pas. Dans le travail de spécification de masse, les molécules sont identifiées par leur masse moléculaire, les schémas de fragmentation des ions et le temps d’élution sur les colonnes de chromatographie. Pour qu’une substance corresponde, elle doit atteindre tous ces paramètres. Dans les tests PCR, une « correspondance » est une séquence génomique constituée de paires de bases, définie dans une bibliothèque numérique qui peut ou non avoir été exécutée par rapport à une norme physique réelle dans le monde réel.
Étape 3) Faites passer des échantillons inconnus dans l’instrument (sérum sanguin, urine, salive, eau, extraits d’échantillons alimentaires, etc.) et voyez si l’échantillon inconnu contient l’un des éléments que vous recherchez (l’analyte). Comme vous avez construit une courbe quantique, vous pouvez également déterminer la concentration de l’analyte dans l’échantillon d’origine. Ceci est généralement décrit comme la masse sur le volume, telle que ng / ml (nanogrammes par millilitre). Un nanogramme est un milliardième de gramme. Lorsque nous testons les aliments pour le glyphosate, nous pouvons détecter aussi peu que 1 nanogramme par millilitre, ce qui vous en dit long sur l’extrême sensibilité des instruments haut de gamme.
C’est le processus pour tester quelque chose et identifier la quantité de quelque chose qui se trouve dans quelque chose d’autre. Par exemple, si vous deviez déterminer si quelqu’un est malade du « covid », vous devrez déterminer la concentration de virus covid-19 dans son sang (c’est-à-dire la « charge virale »). C’est la science/biologie 101.
Alors, quel est le problème ?
Vous seriez stupéfait de réaliser à quel point la fraude scientifique est profonde. Considérez ces points critiques :
Point n° 1 : Il ne semble pas y avoir de matériaux de référence certifiés isolés et purifiés disponibles pour le SARS-CoV-2 « covid ». J’ai vu des entreprises qui prétendent vendre des « isolats » contenant des virus covid, mais dans leur propre description, elles expliquent que leurs flacons contiennent du matériel génétique provenant de « cellules hôtes » (cellules humaines) ainsi que de cellules de sérum bovin, ce qui signifie que c’est un ragoût de cocktail de je-ne-sais-quoi. Pourtant, cela s’appelle un « isolat ».
Exemple concret: BEI Resources, qui propose ce qu’ils appellent un « isolat » de covid-19, que vous pouvez trouver sur ce lien. Comme la description l’indique pour ce covid-19 « isolat : »
Ce produit ne convient pas comme préparation d’antigène de cellule entière car la teneur en protéines est largement apportée par la cellule hôte et le sérum bovin fœtal utilisé lors de la propagation du virus.
En d’autres termes, la plupart du matériel génétique de l’« isolat » provient en fait de cellules humaines. Ce n’est donc pas du tout un isolat. Le virus covid n’est pas isolé. En fait, cet « isolat » contient du matériel génétique viral, du matériel génétique humain et du matériel génétique bovin, ainsi que tous les autres virus présents dans le sang des humains et des vaches. Cela pourrait être des millions de nanoparticules différentes présentes, chacune contenant ses propres séquences de matériel génétique.
Point #2 : Si vous n’avez pas de matériaux de référence isolés et certifiés, vous ne pouvez pas développer un test d’analyse légitime. Et c’est exactement ce qu’admet la FDA dans ses propres documents, qui indiquent que puisque les virus covid-19 n’étaient pas disponibles pour le développement du test PCR, ils l’ont « simulé » en utilisant des cellules humaines et des fragments de coronavirus de banque de gènes. D’après le propre document de la FDA :
Étant donné qu’aucun isolat de virus quantifié du 2019-nCoV n’était disponible pour une utilisation par les CDC au moment où le test a été développé et où cette étude menée, des tests conçus pour la détection de l’ARN 2019-nCoV ont été testés avec des stocks caractérisés d’ARN complet transcrit in vitro… dopés dans un diluant composé d’une suspension de cellules humaines A549 et d’un milieu de transport viral (VTM) pour imiter l’échantillon clinique.
En d’autres termes, ils ont truqué le virus covid en utilisant des cellules de banque de gènes qui ont été délibérément et faussement étiquetées «covid». C’est ainsi que le test PCR a été développé. La FDA admet tout. Le test PCR est une fraude.
Point n°3 : Si vous n’avez pas d’isolat CRM, vous ne pouvez pas étalonner les instruments par rapport à un échantillon connu. Et cela signifie que les tests PCR ne sont pas calibrés par rapport à quoi que ce soit de réel et de physique. Au lieu de cela, ils s’appuient sur des bibliothèques numériques téléchargées fournies par nul autre que le CDC, le même groupe paravent de Big Pharma qui est le fer de lance de cette arnaque covid.
Point n°4 : les instruments de PCR sont incapables d’analyse quantitative. Les coups « positifs » ne sont que des bruits de fond amplifiés. Aucun instrument PCR ne peut vous dire quelle quantité de matériel génétique a été trouvée dans un échantillon original. Il peut simplement détecter la présence de matériel sur une base oui/non. En science de laboratoire, cela s’appelle une analyse « qualitative », pas une analyse quantitative.
Dans l’analyse qualitative, le facteur clé est la « limite de détection » (“Limit of Detection” LOD) de l’instrument. Dans quelle mesure l’échantillon créera-t-il encore un “hit” ( succès/coup ) pour l’instrument ? Dans tous les instruments, pour que la LOD soit scientifiquement valide, elle doit être quelque chose qui dépasse le bruit de fond, sinon elle n’a aucun sens scientifique. Tous les instruments produisent un bruit de fond, qui sont des « pics » ou des « hits » qui représentent la statique du détecteur, pourrait-on dire. Ceux-ci existent à un niveau d’arrière-plan même lorsque vous n’exécutez rien dans l’instrument.
Pour vous montrer à quoi cela ressemble, considérez le graphique suivant.
Il montre des résultats de spécification de masse sur un spectre de masses. L’axe horizontal ici est m/z (masse sur charge), qui est simplifié en « masse » pour une discussion générale. C’est la masse des molécules ou des particules détectées.
Remarquez les lignes rouges et oranges au bas de chaque graphique. C’est en grande partie un bruit de « fond » dans toutes les masses. Remarquez ensuite le très haut pic orange qui s’élève au-dessus de l’arrière-plan. C’est la masse de la molécule qu’ils recherchent. Il peut s’agir d’un pesticide, d’un contaminant, d’un nutriment, etc.
Il est important de noter que si je devais augmenter l’amplification du détecteur, le « bruit de fond » au bas de l’écran s’étendrait verticalement pour remplir l’écran. L’écran entier serait un « hit » sur chaque masse, car l’amplification est augmentée. C’est l’équivalent de ce que font les instruments PCR lorsqu’ils exécutent plus de 30 cycles. Ils amplifient le bruit, puis prétendent avoir eu un « hit » sur le covid.
Mais parce qu’ils l’ont amplifié tant de fois, ils ont effacé toute capacité de dire avec certitude ce qu’ils ont, ou même combien ils ont. Parce que le LOD (Limit of Detection) est scientifiquement invalide s’il ne peut pas extraire un pic du bruit de fond.
En règle générale, dans la validation de méthode, votre LOD doit être au moins trois fois plus élevé que le bruit de fond, ce qui signifie qu’un « pic » doit être trois fois plus élevé que le bruit de fond. Tout ce qui est inférieur à cela est considéré comme un faux bruit de fond. Et lorsque vous effectuez un travail quantitatif, vous avez généralement besoin d’un signal au moins 10 fois supérieur au bruit de fond.
Pourtant, les instruments PCR prennent le bruit de fond et l’amplifient jusqu’à ce qu’ils obtiennent un résultat « positif ». Ce « positif » est alors absurdement appelé un « cas de covid », même s’il ne signifiait littéralement rien d’un point de vue scientifique légitime.
L’ensemble du processus utilisé aujourd’hui via la PCR est une science complètement bidonnée qui ne passerait même pas l’audit d’un laboratoire scientifique le plus élémentaire. C’est d’ailleurs pourquoi la plupart de ces habillages du PCR ne sont pas accréditées ISO. Ils ne pouvaient pas passer un seul audit. (Mon laboratoire est accrédité ISO avec un audit annuel, y compris les tests de précision de quantification à l’aveugle des instruments de spécification de masse pour s’assurer que nous atteignons la précision de nos objectifs.)
Dr. Judy Mikovitz confirme tout dans une récente interview
Dr. Judy Mikovitz, auteur de Ending Plague (PlagueTheBook.com), a confirmé tout cela dans une récente interview avec moi. Non seulement a-t-elle confirmé qu’il n’y a pas de virus covid-19 isolé qui a été récolté et purifié sur une personne malade et dont il a été prouvé qu’il provoque une maladie chez une autre personne; Elle a également confirmé que le Dr. Fauci a spécifiquement choisi un échantillon militarisé/armé de laboratoire qui a été infecté par un cocktail de coronavirus à utiliser comme base pour la recherche sur le gain de fonction.
En d’autres termes, le Dr. Fauci savait qu’il était en train de construire un ragoût viral frankensteinien, que le frauduleux CDC et ses complices de la communauté scientifique ont labellisé « covid ». Soutenus par l’hystérie des médias de masse, ils pourraient amener la plupart de la population à se soumettre à un vaccin pour inoculer à la population des bio-armes que sont les protéines de pointe, conçues et é développées dans le cadre du financement et des directives de Fauci.
Ainsi, la vraie histoire ici est que Fauci et le CDC ont utilisé les coronavirus communs pour simuler la pandémie de covid afin d’injecter aux gens une véritable arme biologique : la protéine de pointe augmentée.
Surtout, le Dr. Mikovitz confirme que tout cela provient de l’armée américaine qui est impliquée  dans le développement et le déploiement de cette arme biologique de dépopulation mondiale (la protéine de pointe) ;
Dr. Jane RUBY offre une explication exceptionnelle du canular de covid lors d’une récente émission Stew PETERS
Dans une autre vidéo accablante, Dr. Jane Diamond, une contributrice à l’émission de Stew Peters (StewPeters.TV) confirme toute cette histoire, révélant que le virus covid-19 n’a jamais été isolé, ni purifié et ou montré comme provoquant une maladie de covid. La plandémie est une colossale arnaque : Brighteon.com/2726f974-3b5f-4c8a-9edf-6f6a20217714
Ce qui suit est une traduction machine non révisée :
CDC documents FOIA [4] ne révèlent aucun « covid-19 » isolé du virus existant
Enfin, de nouveaux documents FOIA ont fait surface, révélant que le CDC n’a jamais isolé de virus covid-19. Une Canadienne du nom de Christine Massey aurait déposé plusieurs demandes de FOIA auprès des CDC, demandant de la manière suivante : la Freedom of Information Act ;
Toutes les études et/ou rapports en la possession, la garde ou le contrôle du CDC et/ou de l’Agence du Registre des Substances Toxiques et des Maladies (ATSDR) décrivant la purification de tout virus « COVID-19 » (y compris B.1.1.7 » « B.1.351 », « P.1 » et toute autre « variante ») (par macération, filtration et utilisation d’une Ultracentrifugeuse, également appelée parfois par certaines personnes « isolement »), directement à partir d’un échantillon prélevé sur un humain malade, où l’échantillon du patient n’a d’abord été combiné à aucune autre source de matériel génétique (c.
Dans une lettre de réponse datée du 7 juin 2021, les CDC ont répondu :
Une recherche dans nos dossiers n’a révélé aucun document relatif à votre demande. Plus précisément, le National Center for Immunization and Respiratory Diseases CDC indique qu’il ne purifie ni n’isole aucun virus COVID-19 de la manière décrite dans les demandes.
La demande FOIA est identifiée comme # 21-01075-FOIA.
En d’autres termes, le CDC n’a jamais isolé et purifié aucun virus covid-19, point final.
Le site Internet du Dr. Robert O. Young révèle des documents supplémentaires montrant que le CDC n’a jamais isolé et purifié pour le virus HPV, le virus de la rougeole, le virus MERS, le virus Zika ou le virus de la polio, entre autres.
(Nous travaillons pour contacter Christine Massey, pour confirmer l’étendue de ses demandes de FOIA et l’inviter à un entretien.)
Le 21 juillet de cette année, le CDC a annoncé qu’il retirait son autorisation du test PCR pour covid-19, affirmant que le test PCR ne serait plus considéré comme une science valide après le 31 décembre de cette année. Il indique ensuite qu’un nouveau test PCR « facilitera la détection et la différenciation du SRAS-CoV-2 et des virus de la grippe », ce qui signifie que le nouveau test serait capable de faire la différence entre le covid et le rhume. Cela implique que le test actuel – celui utilisé pour pousser l’hystérie pandémique mondiale covid – n’atteint pas une telle différenciation.
En effet, il semble que le CDC ait fabriqué la science derrière les « pandémies » mondiales depuis des décennies, utilisant les médias pour répandre l’hystérie de masse là où aucune pandémie n’existait. L’un des cas les meilleurs et les plus récents est le récent virus Zika, où les médias grand public criaient que les bébés nés de nouvelles mères en Floride naîtraient avec la tête réduite (microcéphalie) à cause du virus Zika. Tout comme pour le programme covid, des milliards de dollars ont été acheminés vers des sociétés pharmaceutiques pour rechercher un vaccin contre le Zika, qui s’est avéré n’être rien de plus qu’un battage médiatique fictif.
La directrice du CDC Walensky admet que le vaccin contre le covid n’empêche pas l’infection ou  la transmission du variant Delta du covid
Ajoutant au démêlage de ce canular du vaccin covid-19, le directeur du CDC, Dr. Rochelle Walensky, vient d’admettre quelque chose d’étonnant à CNN, les vaccins Covid-19 n’empêchent pas les infections à covid-19. Ils n’empêchent pas non plus les gens de transmettre la « variante delta » de ce que le CDC appelle covid le virus.
En effet, Walensky vient d’admettre que les passeports vaccinaux sont inutiles et ne prouvent rien. Si une personne « complètement vaccinée » peut toujours attraper et transmettre le covid, alors un passeport vaccinal n’est rien de plus qu’une preuve d’obéissance, pas une preuve de vaccination.
Voici le Dr. Walensky disant tout cela sur CNN ou non, ce n’est pas une vidéo « deep fake ». C’est une admission ouverte;
Le virus du Covid-19 est un canular, mais la protéine de pointe est très réelle et assez meurtrière comme arme
Alors que le 19-covid le virus semble n’être rien de plus que des virus du rhume ou des virus de singe renommés, la protéine de pointe toxique pour les nanoparticules – actuellement injectée dans le vaccin – est une arme biologique mortelle initiée aux États-Unis, puis augmentée à Wuhan, en utilisant nous l’argent des contribuables.
Il semble maintenant évident que tout le but de l’hystérie covid était d’inciter les gens à accepter des injections de protéines de pointe, qui sont intentionnellement mal étiquetées « vaccin ». Ces protéines de pointe, à partir desquelles le covid vax s’appelle désormais le « caillot shot », provoquent des caillots sanguins, une lésion neurologique, un accident vasculaire cérébral, des crises cardiaques, des avortements spontanés et des dommages vasculaires universels, même selon le courant dominant du Salk Institute. De leur article sur la protéine de pointe et ses effets néfastes sur le système cardiovasculaire humain ;
Maintenant, une nouvelle étude majeure montre que les protéines de pointe du virus (qui se comportent très différemment de celles codées par la sécurité des vaccins) jouent également un rôle clé dans la maladie elle-même.
… [L] e document fournit une confirmation claire et une explication détaillée du mécanisme par lequel la protéine endommage les cellules vasculaires pour la première fois. Il y a eu un consensus croissant sur le fait que le SARS-CoV-2 affecte le système vasculaire, mais exactement comment il l’a fait n’a pas été compris. De même, les scientifiques étudiant d’autres coronavirus soupçonnent depuis longtemps que la protéine de pointe a contribué à endommager les cellules endothéliales vasculaires, mais c’est la première fois que le processus est documenté.
Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont créé un « pseudovirus » entouré de la protéine de pointe de la couronne de fraise SARS-CoV-2, mais ne contenant aucun virus réel. L’exposition à ce pseudovirus a entraîné des dommages aux poumons et aux artères d’un modèle animal, prouvant que la protéine en forme de pointe suffisait à elle seule à provoquer la maladie. Des échantillons de tissus ont montré une inflammation des cellules endothéliales tapissant les parois des artères pulmonaires.
La protéine de pointe a été développée en tant qu’arme biologique afin de provoquer des symptômes généralisés qui peuvent ensuite être faussement étiquetés « covid » puis cités pour pousser encore plus d’injections du vaccin contenant plus d’arme biologique à protéine de pointe. Le « virus » covid-19 n’est qu’un cocktail de virus de singe et de virus du rhume, tandis que la protéine de pointe – qui est ce que les vaccins contiennent comme antigène cible – provoque les dommages vasculaires, les dommages liés à l’infertilité, les dommages au système immunitaire, etc.
Quel est l’intérêt dans tout ça ? Dépeuplement, bien sûr.
C’est  une arme de dépopulation pour réaliser l’extermination massive de la race humaine
La protéine de pointe est une arme de dépopulation. Le « vaccin » est un tir d’extermination / suicide à la Soylent Green qui a été reconditionné en tant que « médicament ». L’hystérie médiatique « pandémique » a été attisée pour créer la panique et une demande généralisée pour le vaccin afin que les gens ne résistent pas aux tirs d’extermination.
Et cela signifie que beaucoup de ceux qui ont tiré seront bientôt morts parce que le but de cette fausse plandémie était de débarrasser le monde de milliards d’êtres humains.
Cela signifie également que toute personne qui s’engage dans cette voie est complice de meurtres génocidaires et de crimes contre l’humanité. Cela inclut les journalistes, les scientifiques, les médecins, les gouverneurs, les responsables de la FDA / CDC / OMS, et même les pharmaciens et infirmières locaux qui administrent ces tirs mortels aux hommes, aux femmes, aux enfants et même aux personnes âgées. Leurs crimes contre l’humanité font de l’Holocauste de la Seconde Guerre mondiale un jeu d’enfant en comparaison. Covid, le vaccin peut contrecarrer le meurtre de masse de milliards d’êtres humains avant que les criminels ne soient arrêtés.
Essentiellement, vous assistez à une campagne mondiale d’extermination de masse déguisée en réponse de santé publique à une pandémie.
Il s’agit de l’escroquerie « scientifique » la plus sinistre et diabolique jamais perpétrée dans l’histoire de la civilisation connue. C’est, par n’importe quelle mesure honnête, la tentative mondialiste de parvenir à l’extinction de l’homo sapiens, une sorte de « nettoyage ethnique à l’échelle planétaire » pour débarrasser le monde des humains et faire place à tout scénario insensé qu’ils espèrent suivre.
Il est temps que tous les êtres humains qui souhaitent préserver la race humaine se soulèvent pacifiquement et résistent à cette tentative d’extermination génocidaire contre l’humanité.
C’est pourquoi le sénateur américain. Rand Paul appelle maintenant les Américains à résister au verrouillage des masques et aux mandats, déclarant: «  » Nous n’avons pas à accepter le mandat, le verrouillage et les politiques néfastes des petits tyrans et des bureaucrates ineptes. On peut simplement dire non, pas encore. » Il continue:
Ils ne peuvent pas tous nous arrêter. Ils ne peuvent pas garder tous vos enfants à la maison de l’école. Ils ne peuvent pas garder tous les bâtiments gouvernementaux fermés – bien que j’aie une longue liste de ceux qu’ils devraient. Nous n’avons pas à accepter le mandat, le verrouillage et les politiques néfastes des petits tyrans et des bureaucrates imprudents. Nous pouvons simplement dire non, pas encore.
Président Biden – nous n’accepterons pas le mandat de vos agences ou vos mouvements signalés vers un verrouillage « , a déclaré Paul. « Personne ne devrait suivre les mandats des CDC masques anti-science.
… [N] nous ne vous permettrons plus de faire plus de mal à nos enfants cette année encore.
Nous avons tous été trompés, les amis. Tout cela n’a rien à voir avec la santé publique, sauver des vies ou arrêter une pandémie. Il s’agit d’un théâtre élaboré et coordonné pour inciter les gens à se suicider par injection d’armes biologiques afin que les mondialistes puissent retirer quelques milliards de personnes de la planète tout en faisant progresser leur tyrannie et leur contrôle autoritaire sur les survivants.
Cela peut également servir de couverture pour leur réinitialisation financière prévue, qui entraînera l’effondrement des devises mondiales, la destruction de tous les avoirs en devises des moutons et la consolidation de la propriété de tout entre les mains de l’élite mondialiste.
C’est pourquoi les gouvernements du monde tiennent maintenant leurs propres citoyens en otage, exigeant que les quotas de vaccins soient respectés afin de libérer une « liberté » limitée qui sera bien sûr complètement révoquée une fois la prochaine « variante » identifiée.
Les gouvernements précédents tiennent les citoyens en otage, exigent un quota de vaccins avant de restaurer la « liberté »

 

https://www.brighteon.com/37810944-72c7-422c-9712-82ce1fa5a51a


AJOUTS DE DERNIÈRES MINUTES

UNE NOUVELLE PASSÉE SOUS SILENCE:CNews révèle que les vaccins tuent

Ma vie au poste - Covid-19 : CNews révèle que les vaccins tuent

Au nom de l’éthique journalistique, Ivan Rioufol reçoit sur CNews un grand scientifique injustement boyocotté par la plupart des médias, Christian Perronne (on ne peut plus rien dire). L’invité a brillamment démontré, absence de preuves à l’appui, que les vaccins étaient les principaux responsables des ravages causés par le Covid-19.

« Les débats montrent la grande qualité intellectuelle des cinq candidats, se réjouit Ivan Rioufol. Ils sont tous bons, ils disent tous des choses sensées. » À l’approche du troisième débat des candidats LR à la présidentielle, organisé par CNews, l’éditorialiste du Figaro évalue leurs chances dans l’émission dont il est la vedette, Les points sur les i. « Laurent Wauquiez a renoncé à se présenter alors qu’il représente précisément cette ligne identitaire, cette ligne de la renaissance française. » Et de l’amitié entre les peuples. « Ciotti, avec beaucoup de talent, est en train de fédérer tout ce nouveau courant conservateur. » Et humaniste. « On a un paysage qui se droitise, estime Véronique Jacquier, on en a largement parlé sur CNews, avec des thèmes comme l’immigration, comme l’insécurité. » En effet, on ne parle sur CNews que de thèmes comme l’immigration, l’insécurité. « Le paysage est ultra-favorable et les LR sont dans une bonne dynamique. » Dans le paysage de CNews.

Comme Ivan Rioufol critique la politique menée par la droite au pouvoir ces dernières décennies, l’animateur du « débat », Thomas Lequertier, demande : « La droite doit s’excuser ? — Pourquoi pas ?, réagit l’éditorialiste. Ils auraient à s’excuser de leur angélisme, de leur suivisme, de leur conformisme, de leur politiquement correct. » De leur wokisme. Un seul candidat de la primaire trouve grâce à ses yeux. « Ciotti est le seul à ne pas avoir voté Macron lors de la dernière présidentielle. Ciotti est le seul à avoir défendu Eric Zemmour. » Le seul ne pas avoir succombé à la bien-pensance. Las, « il y en a encore chez les LR à aller vers le centrisme plutôt que vers la radicalité ». Vers l’’antiracisme plutôt que vers le politiquement incorrect. « Applaudissons au fait que les LR durcissent leur discours mais j’ai un doute sur leur sincérité. » Méfions-nous de l’islamo-gauchiste qui sommeille chez le raciste.

« Les LR ne sont pas sortis de l’auberge, avertit Véronique Jacquier. Il faudrait que le champion de la droite, le 4 décembre [jour de la primaire], soit en capacité de commencer à écrire une histoire d’amour avec les Français. — C’est beau, ce que vous dites », s’émeut Thomas Lequertier. Beau comme une histoire d’amour avec Éric Ciotti. « Mon sentiment personnel est que Ciotti semble avoir pris l’air du temps, insiste Ivan Rioufol. Si les LR restent sur leur quant-à-soi, ne veulent pas paraître trop populistes, trop réactionnaires, trop nostalgiques, cette droite perdra. » Conseil d’expert : soyez aussi populistes, réactionnaires et nostalgiques qu’Ivan Rioufol.

Thomas Lequertier accueille l’invité vedette de l’émission. « Christian Perrone, vous êtes le spécialiste des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital de Garches. » Dont il était chef de service avant d’être démis par l’AP-HP pour « propos considérés comme indignes de la fonction qu’il exerce ». « Ivan, pourquoi avoir invité le professeur Perrone sur CNews ? — Pour avoir un autre son de cloche, d’un grand spécialiste des vaccins que l’on n’entend plus. » Victime de la censure. « D’ailleurs, je me demande bien pourquoi on ne vous entend plus ou du moins je crois le comprendre. C’est parce que vous avez été de ceux qui depuis le départ avez émis des réserves sur la dramatisation excessive de cette panique sanitaire. » Notamment dans un documentaire, Hold-up, dont la rigueur scientifique n’est plus à démontrer. « On n’a pas voulu vous entendre sur les traitements, sur vos réserves sur la politique vaccinale. Et on vous a même sanctionné, vous étiez chef de service, vous avez été sanctionné et visiblement les médias rechignent à vous inviter. » Mais chacun sait que les médias sont noyautés par l’ultragauche sanitairement correcte.

Ivan Rioufol se justifie : « Je vous ai invité pour que l’on parle des faits, qu’on cesse avec ces idéologies. » Marre des idéologies. Seul Ivan Rioufol est exempt de tout parti-pris idéologique. « Je rends hommage à votre professionnalisme, le félicite Christian Perronne, parce que les journalistes doivent vérifier les sources de tout ce qu’ils avancent. — C’est élémentaire », revendique l’éditorialiste, dont les sources vérifiées ont révélé que « l’université est en écriture inclusive » et que la France est gangrenée par « des petits Kosovo ». « Première question, est-ce que vous êtes d’accord avec ce qu’a dit le porte-parole du gouvernement sur cette grande cinquième vague qui s’apprête à être apocalyptique comme l’avait été annoncée la quatrième qui finalement ne l’avait pas été ? » On nous avait menti, une fois de plus. « Sur cette cinquième vague, si ce n’était si dramatique, je rigolerais, répond l’invité. Y a pas de cinquième vague, l’épidémie est quasiment terminée en France. » Enfin une bonne nouvelle. Fini le port du masque, la distanciation, les classes fermées, on peut reprendre une vie normale.

Ivan Rioufol produit une preuve indubitable, « le graphique pour illustrer le nombre de morts dans l’évolution de cette année. — Voilà, on est sorti de la crise ». En effet, le nombre de décès est ridiculement faible. « Tous les pays du monde qui n’ont pas vacciné n’ont plus d’épidémie. Comme par hasard. Mais tous les pays qui ont vacciné de façon massive voient des rebonds de l’infection, des morts, etc. » Voilà la preuve que le vaccin tue. « On pourrait vous dire que s’il n’y a pas de mort c’est parce que la France a vacciné massivement, objecte Ivan Rioufol. — Nan parce que la France était en retard par rapport à d’autres pays qui ont vacciné massivement donc on verra peut-être les conséquences du vaccin un petit peu plus tard. » Ça va être une hécatombe (bien que l’épidémie soit quasiment terminée). « Aujourd’hui, on le sait de la Grande-Bretagne, les gens qui sont vaccinés meurent quatre fois plus du Covid que les non-vaccinés. » Le vaccin tue.

« Mais alors pourquoi  est-ce que ce n’est pas répercuté ? », s’indigne Ivan Rioufol. Parce qu’on ne peut plus rien dire, même pas que le vaccin tue. « C’est pour ça que je parle plus dans les médias, explique Christian Perronne, parce que le CSA avait dit à la fin de l’année dernière : il faut plus inviter Perronne sur les plateaux parce qu’il est complotiste. » Perronne, complotiste ? À ce compte-là, Rioufol est raciste. « Mais par exemple dans mon dernier livre, y a soixante pages de références. » À des études de l’IHU, c’est vous dire si elles sont sérieuses. « Je suis fier de moi parce que comme j’ai géré pendant quinze ans les épidémies, la vaccination avec le gouvernement français, avec l’OMS… — Vous étiez un Monsieur Vaccin. » Sa compétence ne saurait être mise en doute. D’ailleurs, il est édité par une maison très sérieuse, Albin Michel.

« On peut vous faire une objection, relève toutefois Ivan Rioufol. Il est normal qu’il y ait des morts doublement vaccinés parce que la Grande-Bretagne a beaucoup vacciné donc, dans la proportion, comme on sait que les vaccins ne protègent pas… » Qu’ils sont inutiles… « … On pourrait comprendre qu’il y ait des morts multi-vaccinés. — J’ai toujours été pour les vaccins. Là, on nous a fait croire que ces produits étaient des vaccins et c’est pas des vaccins. — Ce ne sont pas des vaccins ?— Beh non ! Imaginons que ce soit des vaccins. Un vaccin, ça protège de la maladie or on voit que les vaccinés font autant de maladie que les autres. » Pire, ils en font plus, et ils en meurent plus. « Un vaccin, ça évite de porter le virus ou de le transmettre, on voit que les vaccinés transmettent autant voire plus que les autres. » Le vaccin est facteur de propagation. « Un vaccin, ça protège contre les formes graves. On voit que dans beaucoup de pays, la grande majorité des gens en réanimation sont des gens vaccinés. » Infectés par le vaccin.

« Le gouvernement dit quand même, et il semble y avoir un consensus là-dessus, que ces vaccins protègent des formes les plus graves, remarque Ivan Rioufol. — Absolument pas. C’est l’inverse qui se produit. L’Angleterre montre l’inverse, Israël montre l’inverse. Si vous regardez le monde entier, tous les pays pauvres qu’on pas pu s’acheter le vaccin, l’épidémie est terminée. » Heureux pays pauvres. « Tous les pays où l’épidémie continue de flamber, de faire des morts, c’est les pays qui vaccinent à fond. » Les pays sacrifient sciemment leur population en lui injectant des vaccins de la mort. « Regardez l’exemple de l’Inde. Il y a des états, la grande majorité, qui voulaient pas du vaccin ou qu’avaient pas les moyens de l’acheter, ils ont recommandé et ils ont même donné de l’Ivermectine, de l’Azythromicine, du zinc, de la vitamine D… » Du jus de brocoli, de l’extrait de céleri… « L’épidémie est terminée dans ces états, y a plus de morts. » Pour échapper à la troisième dose, je vais m’exiler en Inde.

« Pardonnez-moi, s’impose Thomas Lequertier, je vous coupe parce que c’est important ce que vous dites ce soir et je voudrais que ce soit très bien interprété. » Pas de souci, c’est très clair : le vaccin tue. « Sur la courbe que vous nous avez montrée tout à l’heure, on voit très bien que le nombre de morts diminue au fil des mois. On voit aussi très bien qu’il y a un lien avec la vaccination en France. Plus on vaccine et plus la courbe descend. — Pas du tout, parce que le gouvernement nous annonce une cinquième vague, ce qui est exagéré. » La cinquième vague qui n’existe pas prouve que le vaccin fait des ravages. « Tout virus, quand il s’attaque à l’homme, au fil des mois, il perd de sa virulence, c’est comme ça depuis la nuit des temps dans l’histoire de la médecine. » Par exemple, le virus du Sida est devenu bénin. « Les nouveaux variants, le variant delta, le variant indien, le variant je-sais-pas-quoi, ils en ont inventé des tonnes… » Pour faire peur aux gens. « … Ils sont de moins en moins virulents. » Un jus de carotte suffit à les terrasser.

« Aujourd’hui, résume Christian Perronne, le Covid est une maladie bénigne, il y a encore quelques morts chez des personnes avec des facteurs de risque majeurs, très âgées, mais ça n’a rien à voir avec la première vague. — Donc vous convenez que la première vague, ce n’était pas bénin, rebondit Ivan Rioufol. — Non, c’était pas bénin pour des gens très à risque, les plus de 85 ans, les grands obèses, les grands diabétiques. Mais si on les avait traitées, y aurait presque pas eu de morts. Toute l’expérience des médecins dans le monde et des pays qui ont traité ont montré que si on traitait par l’hydroxychloroquine, l’Azythromicine, l’Ivermectine… » La décoction de datura, la bave de crapaud, la poudre d’écaille de pangolin… « … Y avait pas de mort. » Il suffit de regarder le Brésil.

« Toutes les lois qui ont soutenu ce vaccin sont totalement illégales, s’insurge Christian Perronne. On peut pas commercialiser en autorisation de mise sur le marché conditionnelle un produit si y a un traitement qui marche. Or y a des centaines de publications qui montrent qu’y a des traitements qui marchent. » La tisane d’ortie, la poudre de corne de rhinocéros, l’urine de chauve-souris… « Et ça a été dénié. » A cause du lobby des labos. « On peut pas obliger des gens à être vaccinés avec un produit qui est toujours en phase expérimentale. C’est totalement interdit par le code de Nuremberg. » Sauf à appliquer les méthodes des nazis. « Le rendre obligatoire, c’est totalement illégal. » C’est fasciste. « D’accord, approuve Ivan Rioufol, mais il y a quand même une rationalité chez nos dirigeants, quand vous avez un tel consensus sanitaire de tous les pays avancés sur cette politique vaccinale, c’est sans doute qu’ils voient des effets que vous ne voyez pas. Qui a tort et qui a raison ? — Je vais demander à Emmanuel Macron de regarder la carte du monde, il verra que tous les pays qui vaccinent pas, tout va bien, y a plus d’épidémie. » Il suffit de regarder l’Afrique du Sud.

« En plus je refuse d’appeler ça un vaccin, peste encore Christian Perronne. — Vous appelez ça comment ?, s’enquiert Ivan Rioufol. — Des substances thérapeutiques expérimentales qui vont modifier vos cellules. » Pour y introduire une puce de Bill Gates. « Un grand dirigeant d’un grand laboratoire qui fabrique des vaccins à ARN messager a dit : “Quand on vous inocule ce produit, c’est comme si vous téléchargiez un logiciel pour modifier vos cellules.” » Et les rendre compatibles avec la 5G. « Et le nombre d’effets secondaires en ce moment explose. C’est énorme, j’en vois plein autour de moi, et des morts aussi. » Irradiés par les ondes 5G.

« Moi, ce qui me dérange ce soir dans votre discours, intervient à nouveau Thomas Lequertier, vous nous dites que les pays qui ne vaccinent n’ont plus de morts aujourd’hui et les pays qui ont vacciné ont des morts. Ça voudrait dire pratiquement que le vaccin tue. » Mais bien sûr ! Ce journaliste est vraiment long à la comprenette. Toutefois, rappelle Christian Perronne, « heureusement, ça tue pas tout le monde. — Ça me dérange parce que vous affirmez quelque chose… — Mais c’est prouvé, regardez les soixante-dix sportifs, des jeunes en bonne santé, qui sont morts. » Assassinés par le vaccin. « Mais est-ce que vous pouvez dire qu’il y a moins de morts dans les pays qui ne vaccinent pas que dans les pays qui vaccinent, ce qui sous-entend que le vaccin tue ? Ça me dérange de vous entendre dire ça. — Il suffit de regarder les cartes du monde. — Vous savez que sur les cartes du monde on va peut-être pas avoir une remontée de toutes les données au Vietnam ou en Chine, insinue Véronique Jacquier. — Le Vietnam, c’est un très bon exemple, réagit Christian Perronne. Y avait presque pas de morts, presque pas de cas depuis le début de la pandémie. Le jour où la vaccination a démarré, on a vu l’épidémie repartir, il y a eu des morts. C’est la même chose dans beaucoup de pays. » Dans les pays d’Europe de l’Est, par exemple.

« Alors pourquoi il y aurait plus de morts parce qu’on vaccine ?, s’entête Thomas Lequertier. — Parce que ce n’est pas un vaccin. » C’est un venin mortel. « Mais ces personnes qui meurent en étant vaccinés, elles meurent de la Covid-19 ou du vaccin ? — Elles meurent du Covid. Mais y a des morts du vaccin. j’en ai déjà sept autour de moi, des morts du vaccin. Y a soixante-dix sportifs qui sont morts… — Là, vous parlez des effets secondaires, précise Ivan Rioufol. Vous êtes en train de nous dire que ces vaccins-là ont des effets secondaires. — Oui, Il peut y avoir des coïncidences mais quand c’est aussi fréquent, quand tous les gens autour de moi… — Pardon, se rebelle Ivan Rioufol, on voulait parler de faits et là ce ne sont pas des faits, ce sont des témoignages. — Nan, les soixante-dix sportifs morts, c’est des faits. » Rigoureusement non sourcés.

« Y a la base de données européenne qui montre qu’y a quand même plus de 20 000 morts du vaccin, ajoute Christian Perronne. C’est pareil aux Etats-Unis, y a beaucoup de morts. » Tout ça est très bien documenté par le site France Soir. « Moi je le sais par des personnes autour de moi qu’ont eu des problèmes après le vaccin que les médecins ne déclarent pas parce qu’ils ont peur, y a une sous-déclaration. — Ce que vous nous décrivez, c’est une sorte de processus suicidaire d’une logique sanitaire qui irait jusqu’au bout de ses certitudes sachant les dégâts qu’elle causerait, résume Ivan Rioufol. J’ai du mal à imaginer que tous les dirigeants européens suivent cette logique absurde. » C’est oublier leur complot pour exterminer leurs populations. « Maintenant les dirigeants ont les données sous les yeux, rétorque Christian Perronne, j’espère qu’ils vont changer leur politique. » Et promouvoir la liqueur de rosée. « C’était votre avis, conclut Thomas Lequertier, vous l’avez partagé sur CNews et on rappelle que vos propos n’engagent que vous mais vous avez le mérite d’être venus les défendre ici. » À l’invitation de CNews. Une invitation qui n’engage que CNews.

Nous avons pourtant été averti et combien de gens sont encore endormi?

 


N’OUBLIEZ PAS DE VISITER NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE AFIN D’ACHETER PEUT-ÊTRE UN SPLENDIDE CADEAU…CE QUI AIDERA  À LA SURVIE DU SITE:

Sur ce lien: VintageParMichel 

 

 

 

 

Christine Anderson du Parlement européen : « Jetez-moi en prison, mais vous ne pourrez jamais me contraindre à votre vaccination »

Christine Anderson, députée européenne (Alternative pour l’Allemagne) : partout en Europe, les gouvernements font pression sur les citoyens pour qu’ils se fassent vacciner. Ce n’est qu’ainsi que la « pandémie » serait contenue, alors seulement nous retrouverions notre liberté. Mais rien de tout de cela ne s’est réalisé, malgré le taux de vaccination élevé. Les personnes vaccinées peuvent être infectées et aussi tomber malades malgré la vaccination. Seul Big Pharma en a profité ici.

La prudence est de mise lorsque les élites politiques parlent du bien-être du peuple. Il faut se poser la question, à qui est-ce bon au final ?  Les méthodes actuellement observées des dirigeants sont celles d’États oppressifs. Je m’y oppose de toutes mes forces !

« En ce qui me concerne, je ne serai jamais vaccinée avec un produit qui n’a pas été testé et qui ne me montre pas que la balance bénéfice/risque est positive, sans effet secondaire à long terme, ce qui n’est à ce jour pas garanti avec ces vaccins. Je ne serai pas réduite à un cobaye de laboratoire et je ne me vaccinerai pas sous prétexte que mon gouvernement me l’impose contre la liberté. PERSONNE N’ACHÈTE MA LIBERTÉ, CAR JE SUIS UNE PERSONNE LIBRE. Je mets au défi la Commission européenne et le gouvernement allemand de me jeter en prison. Mais vous ne pourrez jamais me contraindre à votre vaccination, si le citoyen libre que je suis, décide de ne pas l’être”.

Le 20 octobre 2021, les membres du Parlement européen, à savoir Christine Anderson (Allemagne, AfD), Francesca Donato (Italie, NI), Ivan Vilibor Sinčić (Croatie, NI) et Cristian Terheş (Roumanie, ECR) se sont réunis pour donner une voix à tous les citoyens européens qui sont de plus en plus confrontés à des représailles étatiques en lien avec le Covid, entre autres par le biais du « certificat numérique covid » de l’Union européenne (certificat vert numérique).

Transcription : 

« Oui, eh bien, le plus gros problème que je vois en rapport avec cette crise du covid est que les droits civils fondamentaux sont de plus en plus restreints, et je ne peux pas expliquer pourquoi les citoyens des États membres laissent faire.

Je pense qu’une explication à cela pourrait être que — et c’est un grand désavantage des sociétés démocratiques libres — elles atteignent un moment donné où elles croient que la démocratie, l’état de droit et la liberté sont en quelque sorte quelque chose de divin et ont toujours existé. Et on ne se soucie plus du tout du fait que, non, ces choses ont dû être arrachées dans le sang aux dirigeants. Il n’y a donc plus du tout de compréhension de la valeur de la liberté elle-même. Et c’est ce que nous voyons maintenant dans cette crise. En principe, les droits fondamentaux — en Allemagne, ils sont constitutionnellement ancrés dans la Loi fondamentale — sont simplement distribués par les gouvernements comme des privilèges ou retirés à nouveau. Et on a l’impression que les droits fondamentaux ne peuvent être revendiqués que par ceux qui se comportent bien. Et je dois le dire très clairement : je n’ai pas peur du covid. Ce dont j’ai réellement peur, c’est des gouvernements qui exploitent de telles “crises” pour restreindre les libertés civiles et les accorder ou non, tels des privilèges. Et cela doit cesser, c’est ce que nous défendons en Europe, la liberté, la démocratie et l’État de droit. Et aucun gouvernement ne devrait, ne peut ou ne pourra jamais les restreindre sous quelque prétexte que ce soit. Et c’est là le grand problème, et nous devons nous y attaquer, et nous devons le faire comprendre aux Européens : qu’ils ne laissent pas cela durer plus longtemps. Merci beaucoup. »

Le Media en 4-4-2

Source


EXPLIQUEZ MOI L’ERREUR OU LE MYSTÈRE:

Les boîtes du vaccin CAVID-19 d’AstraZeneca indiquent une date de fabrication du 15 juillet 2018.
Mais le CAVID-19 n’a été découvert qu’en 2019 et n’a été NOMMÉ que le 11 février 2020.
Expliquez moi cela si ce n’est pasd un complot contre le peuple?

Ça se passe ici ,au Québec!


 

Pascal Légitimus regrette d’être vacciné : “La troisième dose, ce sera sans moi”

Pascal Légitimu

 

[…] Le 6 novembre prochain, France 3 diffusera un téléfilm intitulé Meurtres à Marie-Galante. En tête d’affiche : Pascal Légitimus qui interprète le personnage d’un commandant de police. Ce dernier est en charge d’une enquête sur la noyade d’un éducateur spécialisé. Pour l’occasion, le comédien a accordé une interview à Télé Star à paraître ce lundi 1er novembre. Il a indiqué que malgré le fait que le téléfilm soit une enquête policière sur un meurtre, « c’est un film qui fait du bien ». L’acteur assure avoir apporté sa touche d’humour à son personnage.

L’acteur en a également dit plus sur ses projets à venir. Il a révélé être en train de travailler sur l’écriture d’un long-métrage qui traitera des erreurs médicales.

« Mais il ne sera pas question de la Covid-19 », assure-t-il. Pascal Légitimus a d’ailleurs confié qu’il s’était fait vacciner contre le coronavirus. Une décision qu’il semble avoir prise à contre cœur, regrettant « qu’on n’ait pas fait le choix des médicaments pour soigner cette maladie ». S’il a fait les deux doses indispensables pour obtenir son pass sanitaire, l’humoriste ne compte pas se faire injecter une troisième dose de vaccin : « Ce sera sans moi », lâche-t-il. Avant d’ajouter : « Je la donne volontiers aux petits Africains. »

Ice Cube refuse de jouer dans un film où la vaccination est obligatoire et s’assoie sur 9 millions de dollars

Ice Cube

 

 

Ice Cube ne jouera pas dans la comédie Oh Hell No dans laquelle il aurait joué avec Jack Black. Selon Hollywood Reporterla légende du hip-hop de 52 ans de la côte Ouest – de son vrai nom O’Shea Jackson Sr.  a décliné une demande des producteurs de se faire vacciner contre le covid-19. Le vaccin étant le passage obligé pour travailler, nous passons de « no pain, no game » à « no jab, no job ».  Ice cube devait toucher pour ce film 9 millions de dollars.

Sony n’a fait aucun commentaire. Un représentant personnel de la star a refusé de commenter. WME, son agence, a refusé de commenter. Oh Hell No est produit par Matt Tolmach et Black, qui n’ont tous deux fait aucun commentaire.

Ice Cube et Black se sont associés sur le projet en juin. Le film de Sony devait être tourné cet hiver à Hawaï (premier État des États-Unis à administrer des vaccins covid-19 à 90 % de la population) avec Kitao Sakurai. Les producteurs de Oh Hell No ont demandé à ce que les acteurs du projet soient vaccinés.

Source : Le Média en 4-4-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 


N’OUBLIEZ PAS UNE PETITE VISITE SUR  NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE ,MES AMI(E)S:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:(Les Vax tueurs) Il y a 6 fois plus de décès chez ceux qui sont entièrement vaccinés que chez les non vaccinés

Les données brutes de mortalité Covid-19 et de mortalité toutes causes de l’Office of National Statistics (ONS) du Royaume-Uni ont révélé que les personnes doublement vaccinées étaient six fois plus susceptibles de mourir toutes causes confondues que les personnes non vaccinées de fin avril à début juillet 2021.

 

C’est la première fois que le gouvernement publie des données qui démontrent l’ampleur des effets secondaires mortels des injections de Covid-19.

Les données peuvent être téléchargées à partir de l’ONS au format Excel ici.

Données issues des tables 4 et 5 :
Tableau 4
 : Taux de mortalité hebdomadaires standardisés selon l’âge par statut vaccinal pour les décès impliquant le COVID-19, pour 100.000 personnes, Angleterre, décès survenus entre le 2 janvier 2021 et le 2 juillet 2021

 

 

 

Tableau 5 : Taux de mortalité hebdomadaires standardisés selon l’âge par statut vaccinal pour les décès non liés au COVID-19, pour 100.000 personnes, Angleterre, décès survenus entre le 2 janvier 2021 et le 2 juillet 2021

Facteur de décès = ratio de décès vaccinés pour 100.000 contre les décès non vaccinés pour 100.000

Dans les tableaux 4 et 5 du rapport, l’ONS a calculé les taux de mortalité pour 100.000 à l’aide de la formule compliquée du taux de mortalité standardisé selon l’âge expliquée dans son rapport.

 

Source

Ceci est censé éliminer l’âge comme facteur de confusion dans le tableau ci-dessus, mais ils ne fournissent pas les données brutes par tranche d’âge pour les tranches d’âge qu’ils utilisent dans leur formule. On ne peut donc pas vérifier les aspects vitaux de la formule.

Par conséquent, il a été décidé d’utiliser simplement les données brutes publiées ci-dessus et de calculer les taux de mortalité pour 100.000 en divisant le nombre de décès par la population et en multipliant par 100.000. Nous avons utilisé excel pour le calcul puisque l’ONS fournit toutes les données au format excel.

Pour éviter tout doute –

Les décès de Covid non vaccinés par 100k dans la colonne 11 = 100000 x colonne3/colonne6
Les décès toutes causes non vaccinés par 100000 dans la colonne 14 = 100 000 x colonne5/colonne6

Les décès de Covid vaccinés par 100000 dans la colonne 12 = 100000 x colonne 7/colonne 10
Les décès toutes causes vaccinés par 100000 dans la colonne 15 = 100 000 x colonne9/colonne10

L’efficacité du vaccin telle que mesurée par les décès dus au Covid-19 est Colonne 13 = (Colonne 11 – Colonne 12)/la plus grande des deux colonnes en %
L’efficacité du vaccin telle que mesurée par les décès toutes causes est Colonne16 = (Colonne 14 – Colonne 15)/la plus grande des deux colonnes en %
Le facteur de décès est simplement le rapport entre le taux de mortalité toutes causes vaccinées pour 100000 sur les non-vaccinés

____________

Les chiffres sont étonnamment révélateurs. En utilisant le rapport absolu normalisé des décès de Covid entre les vaccinés et les non vaccinés dans la colonne 13, nous voyons clairement que les vaccins étaient initialement efficaces à 97% contre la variante originale de Covid-19, comme le prétendent Pfizer et Moderna.

Mais en avril, leur efficacité à prévenir les décès de Covid avait pratiquement disparu des données brutes, étant cachée dans une certaine mesure par la différence d’âge entre les vaccinés et les non vaccinés. Par la suite, heureusement, le nombre de décès (de Covid lui-même) a été assez faible à la fois pour les vaccinés et les non vaccinés. Donc tout ce que nous voyons, c’est du bruit autour du zéro.

Il y a peut-être un léger avantage discernable pour les vaccins car la différence d’âge s’épuise vers juillet. Cependant, rien de spectaculaire n’y est visible.

Mais quand on regarde la mortalité toutes causes, on a enfin une idée des dégâts causés par l’aspect thérapie génique de ces injections.

Les taux de mortalité globaux parmi les doubles vaccinés pour 100.000 étaient environ 6 fois plus élevés que chez les non vaccinés de fin avril à début juillet 2021. Ces taux de mortalité incluent tous les décès causés par des effets secondaires qui n’ont pas nécessairement été cliniquement attribués aux vaccins.

Ce sont les premières données publiées qui parviennent à capturer ce chiffre. Au début de cette période, il est vrai que les personnes doublement vaccinées étaient en moyenne beaucoup plus âgées que les personnes non vaccinées. On s’attendrait donc à ce que les taux de mortalité soient plus élevés dans le groupe vacciné.

Mais tous les adultes britanniques de plus de 18 ans ont été appelés pour leur première injection avant le 18 juin, date à laquelle la période recommandée entre les injections avait été réduite à 8 semaines. Donc, tous les adultes avaient été appelés pour une 2e piqûre avant le 13 août. Ainsi, fin septembre, la différence d’âge entre les vaccinés et les non vaccinés aurait été négligeable.

Mais si nous extrapolons les chiffres du facteur de mortalité non ajustés en fonction de l’âge de 12 semaines jusqu’au 24 septembre (semaine 38), ils seront manifestement toujours beaucoup dans le rouge et certainement supérieurs à 3.

À la semaine 26, 71 % de la population totale était doublement vaccinée. Donc, la plupart du travail a été fait, étant donné que 8 à 9 % ne seront jamais vaccinés. Ces données démolissent le concept que les vaccins sauvent des vies. Plutôt l’inverse, en fait. Ils rendent les gens plus susceptibles d’être infectés par le variant delta et plus susceptibles de mourir.

Une analyse plus approfondie de ces données a été réalisée par les professeurs Norman Fenton et Martin Neil et peut être consultée ici.

Source : ONS Data reveals the Fully Vaccinated are 6 times more likely to die than the Unvaccinated due to all-causes

By The Exposé on October 27, 2021


EN COMPLÉMENTAIRE 

85% des décès de Covid-19 et 75% des hospitalisations étaient parmi les entièrement vaccinés au cours du dernier mois selon les dernières données de santé publique

Les dernières données officielles de la santé publique montrent que les personnes entièrement vaccinées représentaient 85% des décès de Covid-19 au cours des quatre dernières semaines, et représentent également 75% des hospitalisations de Covid-19 et 61% des cas présumés de Covid-19 du 25 septembre au au 22 octobre.

Le rapport statistique Covid-19 est un rapport hebdomadaire sur les données Covid-19 publié par Public Health Scotland, et la dernière mise à jour publiée le 27 octobre confirme que les choses empirent pour la population entièrement vaccinée chaque semaine tandis que les choses s’améliorent pour la population  non vaccinée.

Le tableau 23 du rapport confirme que la majorité des cas de Covid-19 se trouvaient parmi la population entièrement vaccinée au cours de la semaine commençant le 16 octobre 2021, représentant 10.992 cas. Alors que la population non vaccinée représentait un peu plus de la moitié du nombre, enregistrant 5.756 cas.

 

 

 

 

Le nombre total de cas par statut vaccinal tel que confirmé par le tableau ci-dessus entre le 25 septembre et le 22 octobre 2021 était le suivant :

  • Population non vaccinée = 27 511 cas
    • Population partiellement vaccinée = 3 621 cas
    • Population entièrement vaccinée = 38 474 cas

Cela signifie que la population vaccinée représentait 61% des cas de Covid-19 entre le 25 septembre et le 22 octobre, tandis que la population non vaccinée représentait 39%.

Cependant, la différence entre les vaccinés et les non vaccinés s’aggrave beaucoup en ce qui concerne les hospitalisations, les entièrement vaccinés représentant désormais la majorité des hospitalisations Covid-19 depuis au moins juillet 2021.

 

 

 

 

 

 

 

Le tableau ci-dessus montre que les plus de 60 ans non vaccinés ne représentaient que 10 % des hospitalisations liées au Covid-19 entre le 25 septembre et le 22 octobre, tandis que les plus de 60 ans vaccinés représentaient 90 %.

Une tendance similaire peut également être observée dans la tranche d’âge des 30 à 59 ans, les non vaccinés ne représentant que 33% des hospitalisations Covid-19, tandis que les vaccinés représentaient 67%.

Le nombre total d’hospitalisations par statut vaccinal pour tous les groupes d’âge entre le 25 septembre et le 22 octobre 2021, tel que confirmé par le tableau 24 du rapport PHS, était le suivant :

  • Population non vaccinée = 584
    • Population partiellement vaccinée = 81
    • Population entièrement vaccinée = 1672

Cela signifie que la population vaccinée a représenté 75 % des hospitalisations liées au Covid-19 entre le 25 septembre et le 22 octobre 2021, tandis que les non vaccinés n’en représentaient que 25 %.

Mais encore une fois, la différence entre les vaccinés et les non vaccinés s’aggrave encore en ce qui concerne les décès prétendument liés au Covid-19.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nombre total de décès présumés de Covid-19 par statut vaccinal entre le 18 septembre et le 15 octobre 2021, tel que confirmé par le tableau 25 du rapport PHS, était le suivant :

  • Population non vaccinée = 85 décès
    • Population partiellement vaccinée = 17 décès
    • Population entièrement vaccinée = 457 décès

Cela signifie que la population vaccinée représentait 85 % des décès dus au Covid-19 entre le 18 septembre et le 15 octobre, tandis que les non vaccinés n’en représentaient que 15 %.

Le fait que les entièrement vaccinés représentent désormais la majorité des cas de Covid-19 est extrêmement préoccupant en ce qui concerne l’efficacité des injections de Covid-19, car jusqu’à récemment, les enfants, qui ne sont pas éligibles à la vaccination, ont représenté la grande majorité des cas.

D’autres questions sur l’efficacité des jabs doivent également être posées en raison du fait que les hospitalisations et les décès de Covid-19 augmentent d’une semaine à l’autre parmi la population entièrement vaccinée, tandis que les hospitalisations et les décès parmi la population non vaccinée continuent de diminuer.

Source : EXCLUSIVE – 85% of Covid-19 Deaths & 75% of Hospitalisations were among the Fully Vaccinated in the last month according to the latest Public Health data

By The Exposé on October 28, 2021

—————————————

CONCLUSION

Les vaccins ARNm de thérapie génique  utilisés partout causent évidemment les mêmes effets partout. Les conclusions tirées de l’expérience britannique sont valables partout ailleurs où les mêmes vaccins sont administrés aux mougeons (moutons mâtinés de pigeons) : Europe, Amériques, Asie, Océanie. Rares sont les pays qui en réchapperont: ce sont qui vaccinent le moins.

Dans le tableau suivant, nous avons listé les pays ayant moins de 10% de taux de vax. 

Que constatons-nous ?

1- Des pays riches mais éveillés rejettent toute vaccination Covid : Luxembourg, Monaco, Qatar, Koweït, Vatican (le pape a pourtant appelé les gens à se faire piquer !).

2- Cette opération COVID pourrait être une vaste tentative de repopulation de notre planète, comme elle le fut il y a 40.000 ans par nos premiers ancêtres venus d’Afrique. En effet, l’écrasant majorité des populations pas ou peu vaccinées se trouvent aujourd’hui en Afrique. 

Pays Totalement
vaccinés
Population
totale
%
Vanuatu 30.554  307.150   9.95%
Kiribati 11.253  119.446   9.42%
Guyane 72.080 786.559   9.16%
Namibie 232.548  2.540.916   9.15%
Gambie 203.746  2.416.663 8.43%
Myanmar 4.574.418  54.409.794 8.41%
Irak 3.351.014  40.222.503   8.33%
Égypte 8.339.003  102.334.403   8.15%
Arménie 210.247  2.963.234   7.1%
République centrafricaine 285.529  4.829.764   5.91%
Mozambique 1.825.866  31.255.435   5.84%
Nicaragua 362.357  6.624.554   5.47%
Libye 370.707  6.871.286   5.4%
Guinée 707.941  13.132.792   5.39%
Sénégal 879.073  16.743.930   5.25%
Togo 419.768  8.278.736   5.07%
Libéria 249.861  5.057.677   4.94%
Angola 1.604.661  32.866.267   4.88%
Îles Salomon 31.054  686.878   4.52%
Gabon 91.802  2.225.728   4.12%
Côte d’Ivoire 840.670  26.378.275   3.19%
Malawi 540.186  19.129.955 2.82%
Zambie 511.004  18.383.956   2.78%
Kenya 1.484.841  53.771.300   2.76%
Ghana 825.706  31.072.945   2.66%
Djibouti 26.087  988.002   2.64%
Syrie 407.405  17.500.657   2.33%
République du Congo 120.167  5.518.092   2.18%
Somalie 285.192  15.893.219   1.79%
Bénin 186.951  12.123.198   1.54%
Tanzanie 885.579  59.734.212   1.48%
Nigeria 2.875.824  206.139.587   1.4%
Sierra Leone 110.744  7.976.985   1.39%
Niger 323.533  24.206.636   1.34%
Burkina Faso 278.016  20.903.278   1.33%
Mali 257.460  20.250.834   1.27%
Papouasie-Nouvelle-Guinée 106.657  8.947.027   1.19%
Éthiopie 1.084.662  114.963.583   0.94%
Ouganda 415.486  45.741.000   0.91%
Madagascar 184.632  27.691.019 0.67%
Cameroun 155.738  26.545.863   0.59%
Guinée-Bissau 10.448  1.967.997   0.53%
Sud-Soudan 42.361  11.193.729   0.38%
Tchad 44.478  16.425.859   0.27%
Haïti 28.941  11.402.533   0.25%
Yémen 48.148  29.825.967   0.16%
République démocratique du Congo 38.155  89.561.404   0.04%
Îles Vierges américaines 104.422   0%
Îles mineures éloignées des États-Unis 300 0%
Tuvalu 11.792   0%
Turkménistan 6.031.187   0%
Soudan 43.849.269   0%
Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud 30   0%
Sainte-Hélène 6.071   0%
Qatar 2.881.060   0%
Puerto Rico 2.860.840   0%
Pitcairn 50   0%
Îles Mariannes du Nord 57.556 0%
Île Norfolk 1.748   0%
Niue 1.618   0%
Nauru 10.834   0%
Monaco 39.244   0%
Micronésie 115.021   0%
Luxembourg 613.894   0%
Koweït 4.270.563   0%
Corée du Nord 25.778.815   0%
Saint-Siège (Vatican) 809   0%
Guernesey 63.276   0%
Guam 168.783   0%
Terres australes et antarctiques françaises 196   0%
Guyane française 298.682   0%
Îles Falkland 3.483   0%
Érythrée 3.546.427   0%
Îles Cocos 596   0%
Île Christmas 1.843   0%
Burundi 11.890.781   0%
Territoire britannique de l’Océan Indien 4.000   0%
Antarctique 4.400   0%
Samoa américaines 55.196   0%
Afghanistan 38.928.341   0%

EN DEUXIÈME COMPLÉMENTAIRE

La star équestre australienne Cienna Knowles hospitalisée avec des caillots sanguins après le vaccin Pfizer

 

 

 

 

 

 

 

 

Après s’être entendu dire : pas de vaccin, pas de travail, la star équestre Cienna Knowles, une jeune sportive Australienne de 19 ans, a fait sa deuxième dose de vaccin le jeudi 21 octobre à 10 heures et dans la nuit, l’enfer a commencé, comme elle en témoigne sur Instagram : « Cette nuit-là, je me suis réveillée tellement malade avec des vomissements, fièvre, sueur, palpitations cardiaques, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, vision floue, c’était l’enfer. J’avais tellement mal à ce stade, je savais que quelque chose n’allait vraiment pas. »

Le lendemain, son médecin envoie Cienna Knowles d’urgence à l’hôpital :  « J’ai été dans le service respiratoire avec des caillots dans mes jambes, mon estomac et mes deux poumons. La quantité de caillots sur mes poumons équivaut à avoir des côtes cassées, donc douloureuses et des difficultés à respirer. »

Cienna Knowles à cheval

La jeune femme regrette aujourd’hui ce choix de la vaccination pour garder son travail chez Toyota Australia« C’est fou la vitesse à laquelle je suis passée d’une jeune fille de 19 ans qui n’avait jamais eu aucun problème de santé. J’avais un travail à plein temps, j’entraînais des chevaux et je les montais tous les jours. Et on me l’a enlevé après ma deuxième vaccination Pfizer. Mes poumons sont pleins de caillots sanguins et mon cœur a été soumis au stress. Ma nouvelle normalité, c’est d’avoir maintenant un médecin pneumologue, un médecin cardiologue, des analyses de sang, des scanners du corps entier, des ultrasons sur mon cœur et mes poumons. Pour un vaccin que j’ai reçu parce que c’était la bonne chose à faire — et que je n’ai jamais voulu recevoir parce que j’avais vraiment peur de courir un risque. J’aurais aimé ne jamais l’avoir fait et retrouver mon corps sain. »

Source

—————————————–

Posted: 26 Oct 2021 07:23 AM PDT

L’Argentine suspendra les vaccins Moderna et Pfizer jusqu’en 2023 « afin d’avoir le recul nécessaire jusqu’à la fin du cadre expérimental prévu à cette date », en raison de l’augmentation des cas de thrombose et autres effets indésirables observés.

Source


VENEZ VISITER NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE QUI EST LA BASE DE NOTRE SURVIE FINANCIÈRE SUR LE WEB:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Une catastrophe sanitaire est en cours à cause des vaccins et de l’obligation vaccinale (un article par le Docteur Jean-Gabriel Balique)

Dans une lettre ouverte datée du 2 Octobre 2021 et adressée aux sénateurs et députés, le docteur Jean-Gabriel Balique, membre de l’académie de chirurgie, alerte sur les conséquences désastreuses du vaccin et invite à la remise en cause d’une obligation qui n’a aucun effet sur l’immunité collective escomptée et qui en plus semble exposer les vaccinés à des Covids plus virulents, voire mortels et à une contagiosité plus importante. Il est clair que le vaccin ne répond pas vraiment à son objectif de protection, d’autant plus qu’il faut multiplier les doses !

 

Le docteur Balique cite Israël en exemple pour démontrer que désormais ce sont les doublement, voire les triplement vaccinés qui occupent les lits d’hôpitaux, ce qui remet en cause la stratégie sanitaire reposant uniquement sur les vaccins, à l’exclusion de tout traitement curatif ! Le Portugal et l’Islande très vaccinés ont des résultats équivalents à Israël. Il ne comprend pas comment on peut encore continuer à imposer une vaccination qui ne fonctionne pas et qui a le terrible désavantage de provoquer de graves blessures, d’engendrer des maladies invalidantes et même des décès qui ne sont pas suffisamment remontés à la pharmacovigilance.

Il dénonce » les complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables » et le rejet du serment d’Hippocrate dans toutes ses composantes : « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé…dont le gouvernement se rend responsable et coupable. Le docteur Balique s’appuie sur l’agence européenne du médicament qui au 2 Octobre recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications, dont 1 million graves, et affirme que de nombreux cas ne sont pas du tout répertoriés.

Il souligne que parallèlement chez les non vaccinés sans co-morbidité, il n’y a aucun décès du Covid, alors pourquoi rendre encore obligatoire un « remède » plus dangereux que la maladie chez les personnes sans risques ?

L’ignorance du principe de précaution ne va-t-il pas conduire à un potentiel scandale à venir ? Comme de nombreux citoyens en France, le Docteur Balique a constaté la censure et le muselage des soignants auxquels on interdit de s’exprimer alors que nous sommes dans le pays des droits de l’homme ! Ces soignants qui redoutent à juste raison un vaccin dont ils observent dans leur pratique les effets néfastes sur les vaccinés accueillis à l’hôpital ou dans leur cabinet.

Pour toutes ces raisons, le docteur Balique demande la suppression du Pass sanitaire et l’arrêt de la propagande mensongère » tous vaccinés = tous protégés « . La pandémie ne s’accompagne que d’une mortalité de 0, 05 % (1 décès pour 10.000 malades) , uniquement représentée par les personnes à risque et dont la moyenne d’âge des décès est de 83 ans.

Intervenant au nom des victimes du vaccin et des soignants qui le refusent, le docteur Balique insiste sur le fait que ceux qui auront pris la responsabilité de l’obligation vaccinale conduisant à de graves complications auront été prévenus, et sous entend que le jour où la vérité éclatera, car elle éclatera, ils ne pourront pas se défausser de leurs responsabilités ni des dommages qu’ils auront engendré par leurs décisions.

Je suis heureuse que ce médecin exprime exactement ce que j’ai pensé, analysé et expérimenté de la situation depuis la mise en place du scandaleux Pass sanitaire et des mesures incroyablement liberticides et attentatoires aux droits humains et citoyens accordés à tous sans aucune discrimination ni conditions. J’en ai porté témoignage et j’ai alerté à maintes reprises dans de nombreux articles dès le lendemain de l’allocution incendiaire du 12 juillet 2021 d’Emmanuel Macron, en m’exposant à des critiques très injustes, infondées et peu amènes alors que je ne gagne strictement rien à alerter mes concitoyens des risques graves encourus avec ces injections, qui rapportent beaucoup d’argent aux laboratoires et qui détruisent bien plus de santé et de vies que le virus lui-même !


Ci-dessous la lettre ouverte du docteur Jean-Gabriel Balique :

Professeur Jean Gabriel Balique
Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie
jgbalique@gmail.com

À propos du projet d’obligation vaccinale
Lettre ouverte Le 2 octobre 2021

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,
Mesdames les Députées, Messieurs les Députés,

Au moment où vous allez discuter de l’obligation vaccinale, il est de mon devoir en tant que médecin, père et grand-père, de vous alerter sur la catastrophe sanitaire qui se déroule sous nos yeux, à l’ombre des autorités de tutelle. Je précise d’emblée que je ne suis ni complotiste ni anti-vaccins (je me fais régulièrement vacciner contre la grippe et je n’ai pas des a priori envers les vaccins «classiques » rendus obligatoires dans notre pays).

Le vaccin contre la Covid 19, en novembre 2020, devait nous sauver et nous ramener à une vie normale. Maintenant que nous avons du recul, il devient plus « facile » de faire le bilan du bénéfice-risque de la stratégie vaccinale. La première constatation qui s’impose est que le « vaccin » ne protège pas et n’empêche pas de contaminer (cf. déclaration du Ministre de la Santé Olivier Véran devant le Conseil d’État au mois d’avril 2021). L’exemple d’Israël que nos autorités ont pris comme modèle montre que les hospitalisations et les réanimations sont débordées de personnes vaccinées !

On ne cite plus Israël actuellement ! Une étude parue dans European Journal of Epidemiology le 30 septembre 2021 confirme que les pays où le pourcentage de population vaccinée est le plus élevé, ont un nombre de cas de Covid-19 pour 1 million d’habitants plus élevé (exemple Israël, Portugal, Islande…). Nous n’avons jamais vu en médecine imposer un traitement ou une vaccination qui ne marche pas (sauf pour les personnes à risque où la balance bénéfice/risque est différente).

Ceci ne serait pas dramatique si cette stratégie n’était pas à l’origine de complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables pour tout médecin qui, tous les jours, se bat, pour soulager et soigner des patients. Les médecins « du terrain » croient encore au serment d’Hippocrate qui a été leur guide depuis des siècles et que les politiques les obligent à bafouer. Les principes fondamentaux du serment dont « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé… ont été rejetés d’un revers de main.

Comme vous le savez, ce vaccin est en cours de phase d’expérimentation, phase 3 de mise au point d’un médicament. Maintenant que cette phase, déclenchée au niveau mondial, a du recul, les médecins du terrain voient apparaître de nombreuses complications. Au 2 octobre 2021, l’agence européenne du médicament, l’EMA, recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications dont 1 million graves. Ces chiffres ne représentent qu’une partie des cas observés. En France, l’Agence nationale du médicament (ANSM) dans son rapport du 16 septembre 2021 rapporte 22 559 cas graves parmi lesquels des décès. De nombreux cas ne sont pas rapportés pour différentes raisons.

En France, l’expérience du terrain rapportée par les médecins de ville et hospitaliers montre clairement l’accroissement des complications survenant dans les semaines suivant la vaccination : de nombreux cas de paralysie faciale, de myocardite et péricardite dans les suites précoces de la vaccination, des complications cardio-vasculaires (Infarctus, AVC) chez des sujets relativement jeunes et pas forcément à risque cardio-vasculaire, de nombreux cas de thrombose veineuse et d’embolie pulmonaire. Les médecins signalent une élévation fréquente des marqueurs de thrombose (D-Dimères) parfois à des taux anormalement élevés, une fatigue et altération de l’état général accélérée chez les patients âgées, des cancers jusque là contrôlés, explosent après vaccination, des maladies auto-immunes comme des polyarthrites, des thyroïdites se dérèglent dans les semaines qui suivent la vaccination. L’ANSM indique comme « signaux confirmés » la myocardite et la péricardite de survenue précoce après la vaccination avec les vaccins Comirnaty (Pfizer/BioNTech) et Moderna sans donner le nombre exacts de malades et en minimisant la pathologie alors que les complications et les séquelles à long terme peuvent être graves.

Depuis le début de la vaccination des 12-18 ans, 206 cas d’effets indésirables graves (dont des décès) ont été rapportés avec le vaccin Comirnaty et 18 cas graves avec Moderna alors que nous sommes à peine à 3 mois et demi de vaccination dans ce groupe d’âge. Il s’agit de jeunes qui n’étaient pas à risque de forme grave ni de décès du Covid mais qui vont garder probablement à vie des séquelles de la vaccination. Ces derniers jours, deux adolescentes sans facteurs de risques viennent de décéder et un jeune a été amputé d’une jambe, 15 jours après le vaccin. N’est-ce pas un sacrifice que la société fait et quel est le prix à payer ? À partir de combien de décès d’adolescents diriez-vous STOP à la vaccination des jeunes qui n’ont rien à gagner car ils sont à faible risque de forme grave et de décès du Covid ?

Chez les femmes, des troubles des règles, des fausses couches ou des morts du fœtus in utero au cours des grossesses sont observés. Comment se fait-il que la Direction Générale de la Santé autorise la vaccination dès le premier trimestre de la grossesse alors que les données sur la sécurité du vaccin chez les femmes enceintes sont limitées et incomplètes ? Où est le principe de précaution ?

Toutes ces complications surviennent précocement après la vaccination chez des personnes sans antécédent ayant une vie normale. Elles surviennent aussi chez des sportifs qui ont dû arrêter leur activité après avoir été vaccinés, hypothéquant leur carrière : Jérémy Chardy, Christophe Lemaitre en sont les exemples les plus célèbres… Parallèlement dans la même population de personnes sans co-morbidité, non vaccinées il n’y a aucun décès du Covid, seules sont exposées les personnes à risque, c’est pour cette population là que le « vaccin » peut avoir une certaine protection.

Malheureusement ces complications sont passées sous silence, elles ne remontent pas aux tutelles ou celles-ci ne veulent pas les voir. Ce drame humain sanitaire ne va faire qu’empirer avec la persistance de cette vaccination et la multiplication probable des doses. La mise au point d’un essai de vaccin anti H1N1 a été arrêté pour beaucoup moins de complications. Aucun des vaccins obligatoires n’a entrainé de telles complications. Actuellement les médecins voient plus de patients en consultations pour des complications du vaccin que du COVID lui-même. La balance bénéfice/risque n’est pas en faveur du « vaccin » dans cette population. Pourquoi voulez-vous encore rendre obligatoire un « remède » plus dangereux que la maladie chez les personnes sans risques !

Il est urgent d’en tirer les conséquences, au moment où l’immunité naturelle se développe, où le variant Delta s’avère beaucoup moins agressif et que l’épidémie décroît. Ne recommencez pas le syndrome de Tchernobyl où l’on nous a affirmé que le nuage nucléaire radio-actif s’était arrêté à la frontière. N’oubliez pas le scandale du Sang contaminé. À ce sujet, savez-vous que l’Établissement français du sang exige un délai de 28 jours après vaccination avec vaccin atténué (Rougeole, Rubéole, Oreillons, Fièvre jaune…) mais ne prend aucune précaution quant aux donneurs de sang récemment vaccinés avec ces nouveaux vaccins dont on connaît incomplètement la biodistribution dans le corps. N’est-ce pas encore une fois une ignorance du principe de précaution et un potentiel scandale à venir ?

Même si vous n’êtes pas médecin, regardez autour de vous ce qui se passe, recherchez l’information. Vous avez le droit de vous informer car vous êtes nos représentants.

La vérité commence à éclater. Déjà le vaccin Astra Zeneca a été interdit chez les moins de 55 ans à la suite de thromboses (c’est dire l’innocuité de ces vaccins !) puis récemment le Janssen et progressivement on voit des États remettre en cause la vaccination généralisée :

• Au Royaume Uni, la vaccination est interdite aux moins de 15 ans et ils viennent de renoncer à la vaccination obligatoire. Au Texas la vaccination des jeunes est interdite.

• Au Danemark, seules sont vaccinées les personnes à risques et il y a une liberté totale retrouvée sans pass sanitaire.

• En Afrique, on observe une mortalité 10 fois inférieure à la nôtre alors qu’il n’y a que 2 % de vaccinés (on annonçait une catastrophe sanitaire !) [1]

Tous ces soignants, médecins, infirmières, aides-soignants mais aussi pompiers qui sont montrés du doigt ne sont pas des antivaccins mais redoutent les effets d’un « vaccin » encore en expérimentation dont ils voient dans leur pratique directement les effets néfastes.

Ces soignants « du terrain » voient des vrais malades, les médecins des plateaux télé extrapolent à partir de chiffres des probabilités dont la grande majorité se sont avérées erronées.

Dans cette crise il ne doit pas y avoir de couleur politique mais un consensus pour défendre la santé des français qui vous ont élus.

Au nom de toutes les victimes, au nom de tous ces soignants muselés qui ne peuvent pas s’exprimer sous peine de sanctions, du jamais vu dans un pays soit disant de liberté, je vous demande de regarder au-delà des chiffres officiels totalement manipulés et de refuser la vaccination obligatoire, à plus forte raison pour les enfants dont on met en danger l’avenir.

• Faites au minimum un moratoire, au cours duquel vous pourrez entendre l’avis de nombreux médecins, scientifiques et autres qui essayent de se faire entendre mais qui sont systématiquement boycottés quand leur avis va à l’encontre de la politique sanitaire gouvernementale. Il faut aussi réévaluer la fiabilité des tests utilisés, discuter des traitements actuellement proposés.

• Supprimer le passe sanitaire et faite arrêter la propagande honteuse et mensongère sur la vaccination : « tous vaccinés = tous protégés » slogan complètement faux, on le sait maintenant !

• Lever les sanctions de tous les soignants non vaccinés interdits d’exercer alors qu’ils sont passionnés par leur vocation et qui ne sont pas devenus plus dangereux le 15 septembre que le 15 juin. Certains hôpitaux malgré l’interdit continuent à juste titre d’employer des personnels non vaccinés pour pouvoir maintenir leur activité sans aucune conséquence sanitaire mais en créant une inégalité criante par rapport à ceux qui ne peuvent pas travailler. Rappelez-vous que vous les avez encensés lors de la première vague et qu’un certain nombre d’entre eux sont morts pendant cette vague faute de masques et de moyens de protection.

La stratégie imposée est déconnectée de la réalité : c’est une pandémie qui s’accompagne d’une mortalité de 0.05 %, représentée par les personnes à risque, la moyenne d’âge des décès est de 83 ans, un peu moins actuellement car les personnes les plus fragiles sont décédées lors de la première vague. Que l’on propose une vaccination est logique à condition d’avoir un vrai vaccin ce qui n’est pas encore le cas et en respectant la volonté de chacun (il ne s’agit pas d’ Ebola, d’une méningite ou de la variole…). En attendant, en cas de maladie, il est possible de proposer, à un stade précoce, des traitements. De nombreux médecins les ont prescrits avec succès. Ils peuvent même être proposés à titre préventif chez les personnes à risque. Ces personnes sont connues et peuvent donc être protégées isolément (notamment par ce « vaccin » dont c’est la seule indication) sans pénaliser le reste de la population.

Sachez que vous aurez été informé et que le moment venu, lorsque la vérité éclatera, car elle éclatera tôt ou tard compte tenu de l’accumulation des données scientifiques et des données du terrain sur les complications, votre responsabilité risque d’être engagée.

En espérant être entendu au nom des victimes du vaccin et des soignants qui refusent cette expérimentation et en restant à votre disposition, je vous prie de croire, Messieurs et Mesdames les élus (es), en mes respectueuses salutations.

Professeur Jean Gabriel BALIQUE
Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie

 


NOTES  PARTICULIÈRES

Dans le tableau suivant, nous avons listé les pays ayant moins de 10% de taux de vaccination.

Que constatons-nous ?

1- Des pays riches mais éveillés rejettent la vaccination Covid : Luxembourg, Monaco, Qatar, Koweït, Vatican (le pape a pourtant appelé les gens – hors Vatican- à se faire piquer !).

2- L’écrasant majorité des populations pas ou peu vaccinées se trouvent aujourd’hui en Afrique. 

Pays Totalement
vaccinés
Population
totale
%
Vanuatu 30.554  307.150   9.95%
Kiribati 11.253  119.446   9.42%
Guyane 72.080 786.559   9.16%
Namibie 232.548  2.540.916   9.15%
Gambie 203.746  2.416.663 8.43%
Myanmar 4.574.418  54.409.794 8.41%
Irak 3.351.014  40.222.503   8.33%
Égypte 8.339.003  102.334.403   8.15%
Arménie 210.247  2.963.234   7.1%
République centrafricaine 285.529  4.829.764   5.91%
Mozambique 1.825.866  31.255.435   5.84%
Nicaragua 362.357  6.624.554   5.47%
Libye 370.707  6.871.286   5.4%
Guinée 707.941  13.132.792   5.39%
Sénégal 879.073  16.743.930   5.25%
Togo 419.768  8.278.736   5.07%
Libéria 249.861  5.057.677   4.94%
Angola 1.604.661  32.866.267   4.88%
Îles Salomon 31.054  686.878   4.52%
Gabon 91.802  2.225.728   4.12%
Côte d’Ivoire 840.670  26.378.275   3.19%
Malawi 540.186  19.129.955 2.82%
Zambie 511.004  18.383.956   2.78%
Kenya 1.484.841  53.771.300   2.76%
Ghana 825.706  31.072.945   2.66%
Djibouti 26.087  988.002   2.64%
Syrie 407.405  17.500.657   2.33%
République du Congo 120.167  5.518.092   2.18%
Somalie 285.192  15.893.219   1.79%
Bénin 186.951  12.123.198   1.54%
Tanzanie 885.579  59.734.212   1.48%
Nigeria 2.875.824  206.139.587   1.4%
Sierra Leone 110.744  7.976.985   1.39%
Niger 323.533  24.206.636   1.34%
Burkina Faso 278.016  20.903.278   1.33%
Mali 257.460  20.250.834   1.27%
Papouasie-Nouvelle-Guinée 106.657  8.947.027   1.19%
Éthiopie 1.084.662  114.963.583   0.94%
Ouganda 415.486  45.741.000   0.91%
Madagascar 184.632  27.691.019 0.67%
Cameroun 155.738  26.545.863   0.59%
Guinée-Bissau 10.448  1.967.997   0.53%
Sud-Soudan 42.361  11.193.729   0.38%
Tchad 44.478  16.425.859   0.27%
Haïti 28.941  11.402.533   0.25%
Yémen 48.148  29.825.967   0.16%
République démocratique du Congo 38.155  89.561.404   0.04%
Îles Vierges américaines 104.422   0%
Îles mineures éloignées des États-Unis 300 0%
Tuvalu 11.792   0%
Turkménistan 6.031.187   0%
Soudan 43.849.269   0%
Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud 30   0%
Sainte-Hélène 6.071   0%
Qatar 2.881.060   0%
Puerto Rico 2.860.840   0%
Pitcairn 50   0%
Îles Mariannes du Nord 57.556 0%
Île Norfolk 1.748   0%
Niue 1.618   0%
Nauru 10.834   0%
Monaco 39.244   0%
Micronésie 115.021   0%
Luxembourg 613.894   0%
Koweït 4.270.563   0%
Corée du Nord 25.778.815   0%
Saint-Siège (Vatican) 809   0%
Guernesey 63.276   0%
Guam 168.783   0%
Terres australes et antarctiques françaises 196   0%
Guyane française 298.682   0%
Îles Falkland 3.483   0%
Érythrée 3.546.427   0%
Îles Cocos 596   0%
Île Christmas 1.843   0%
Burundi 11.890.781   0%
Territoire britannique de l’Océan Indien 4.000   0%
Antarctique 4.400   0%
Samoa américaines 55.196   0%
Afghanistan 38.928.341   0%

 


AFIN DE LUTTER POUR QUE SORTE LA VÉRITÉ,SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE (VOUS Y TROUVEREZ PLEIN  DE CADEAUX ET PIÈCES DE COLLECTION VINTAGE):

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19: L’Australie construit des goulags sanitaires permanents pour les récalcitrants au vaxx

Bien que la « pandémie » de Covid-19 soit à peu près terminée, du moins pour les non vaccinés, l’Australie est en train de construire de nouveaux camps de « quarantaine », qui seront nécessaires l’année prochaine pour héberger les personnes « qui n’ont pas eu accès à la vaccination. « , a déclaré le gouvernement.

Pour maintenir les « opérations en cours » relatives à la « pandémie » factice, les autorités australiennes financent la construction de complexes massifs, dont l’un aurait 1 000 lits et devrait être achevé d’ici la fin mars 2022.
« À ce stade, les cabines seront utilisées par les voyageurs nationaux revenant des points chauds COVID », précise un rapport sur l’installation des camps de quarantaine en cours d’érection à l’aéroport de Wellcamp en dehors de Toowoomba.

Le goulag emploiera de nombreux locaux, ce qui, selon le gouvernement, contribuera à stimuler l’économie. De toute évidence, c’est ainsi qu’il vend le projet pour réduire les soupçons à son sujet.
Selon les rapports, le camp est divisé en différentes zones et accueillera des chambres simples, doubles et familiales tout en étant patrouillé par la police et les gardes 24h/24 et 7j/7.

Le camp de prisonniers sera censé être utilisé pour aider à « aplatir la courbe » et à garder les Australiens « en sécurité » contre les futures « variantes » de coronavirus qui devraient émerger tant que les élites voudront qu’elles émergent.
Un groupe appelé « Les parents sont la famille immédiate » a tweeté à propos des camps, s’exclamant : « C’est dingue ! Qui sera assez fou pour être obligé de rester dans ces camps de prisonniers ?!”
Le Premier ministre du Queensland, Steven Miles, a récemment déclaré aux médias qu’il prévoyait un « besoin continu d’installations de quarantaine » dans le futur, d’où la nécessité de construire rapidement ces camps d’internement.
Le gouvernement a loué le terrain sur lequel l’installation Wellcamp est en cours de construction. Il y a une période initiale de 12 mois qui peut être prolongée d’autres périodes de 12 mois par la suite si le gouvernement le souhaite.
De même, une autre installation de quarantaine de 1.000 lits est en cours de construction sur un site de casernes de l’armée de 30 hectares dans la zone industrielle de Pinkenba, près de l’aéroport de Brisbane.
Alors que les Australiens continuent de souffrir de la tyrannie [1], ne pensez pas que de tels goulags ne sont pas prêts à surgir dans d’autres pays du monde. Les États-Unis mettent en place des « installations de quarantaine » similaires pour les Américains qui sont considérés comme « incapables de se mettre en quarantaine à la maison ». [2]
En outre, le Canada et la Nouvelle-Zélande installeraient des camps, le Canada étant peut-être le plus honnête quant à ses véritables intentions. Des responsables de la ville de Québec ont déclaré que les citoyens « non coopératifs » seront isolés dans l’établissement de « quarantaine » du Canada, dont l’emplacement reste inconnu .
L’Allemagne a également annoncé qu’elle prévoyait de maintenir en captivité les refusant les vaccins dans un « camp de détention » situé près de Dresde .

Une analyse de l’efficacité des vaccins Covid-19 montre qu’ils ne fonctionnent tout simplement pas

Il y a eu beaucoup d’illustrations maintenant concernant la tromperie de l’efficacité allant de 90% à 99% des vaccins Covid-19 (VE).

Il existe également maintenant suffisamment de données empiriques réelles pour évaluer l’efficacité globale du vaccin COVID-19 en tant qu’outil de santé publique.

By Joel Smalley – Analyste de données quantitatives

En ce qui concerne les cas de COVID-19, il est clair qu’il y en a eu beaucoup plus cette année, après la vaccination, qu’il n’y en a eu l’année dernière.
Au moins, il semble que les cas n’augmentent plus comme ils l’ont fait l’année dernière dans la « saison ».
Est-ce à cause du vaccin ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Eh bien, la plupart des cas de maladie sont chez les vaccinés. Bien entendu, la majorité de la population est vaccinée. Alors, y a-t-il vraiment plus de cas chez les non vaccinés ?
La réponse est : Non.
Le taux de cas chez les complètement vaccinés est directement proportionnel à la population vaccinée.

 

 

 

 

 

 

 

 

D’accord, mais avec une efficacité de 90 à 99 % pour réduire les maladies graves, nous devrions voir beaucoup moins de vaccinés à l’hôpital que de non vaccinés, par rapport aux cas, n’est-ce pas ?
Eh bien, les formes de la courbe ne donnent pas l’impression que les vaccinés se portent mieux.

 

 

 

 

 

 

 

Mais qu’en est-il de l’efficacité du vaccin contre le Covid-19 ?
Il y a une différence absolue d’environ 13% à 19% dans la proportion vaccinée des hospitalisations COVID-19 et de la population vaccinée, donc, oui, il y a peut-être des preuves d’une gravité réduite.
[Peu importe qu’il y ait beaucoup plus d’hospitalisations que l’année dernière.]

 

 

 

 

 

 

 

Plus important encore, pouvons-nous voir la même efficacité vaccinale dans les décès ?
Nenni. Pas de différence évidente dans les pentes des courbes sauf que les morts chez les non vaccinés semblent moins sévères.

 

 

 

 

 

 

 

Et par rapport à la population vaccinée ?
Non plus.
Exactement la même chose, tout comme les cas. Rien ne prouve qu’il y ait relativement moins de décès par COVID-19 vaccinés que la population vaccinée.

 

 

 

 

 

 

 

Encore une fois, heureusement, les décès semblent être en baisse par rapport à l’année dernière où ils étaient en hausse. Bonne nouvelle!
Peut-on attribuer cela au vaccin ? Non, car les vaccinés ne font pas mieux que les non vaccinés. Peut-être (juste peut-être), est-ce une immunité naturelle de fond ? Et en termes de santé publique globale, avons-nous mis un frein à l’excès de décès ?
Hélas non.
La situation actuelle est nettement pire que l’année dernière ou de nombreuses années précédentes en fait pour la période de l’année.

Et ce n’est pas le COVID-19.  Source


NOTES COMPLÉMENTAIRES ET INFORMATIONS DIVERSES

1-La police australienne du « goulag covidien » menace de gazer un prisonnier demandant sa libération après 14 jours de détention

Centre de test covid en Australie

 

L’holocauste vaccinal est bien engagé en Australie, où une nouvelle vidéo inquiétante montre la police australienne du camp d’internement covidien menaçant de « gazer » un prisonnier qui a déjà passé 14 jours en quarantaine forcée et qui veut être libéré. Un extrait de la vidéo est affiché dans le podcast « Situation Update » .

Ce que la vidéo semble confirmer, c’est que les autorités australiennes tyranniques :

 

 

 

1) Ne semblent pas libérer les gens après qu’ils ont été « assignés » à une quarantaine forcée de 14 jours. (Vous pouvez vous enregistrer mais vous ne pouvez pas vous désinscrire.)

2) Menacent de « gazer » les prisonniers s’ils n’obéissent pas. Il n’est pas clair d’après la vidéo si ce « gaz » consiste à gazer quelqu’un avec du gaz lacrymogène ou un gaz mortel de type Zyklon B, mais dans les deux cas, il s’agit d’une violation flagrante des droits humains fondamentaux.

Les organisations mondiales des droits de l’homme sont mystérieusement silencieuses sur tout cela, et en Amérique, la soi-disant Union américaine des libertés civiles (ACLU) a complètement abandonné les libertés civiles et approuve désormais les vaccins et les masques pour tout le monde.

La vidéo d’Australie révèle les horribles conséquences sur la santé mentale d’être interné dans ce qui est essentiellement un camp de la mort covidien, où l’un des occupants de cette vidéo explique: « vous ne pouvez pas avoir d’air pour respirer » dans les pièces fermées et scellées. Son codétenu crie : « Emmenez-moi quelque part où les murs ne se rapprochent  pas », révélant les conséquences sur la santé mentale d’un confinement involontaire sous un état de police médicale despotique.

Des personnes innocentes en parfaite santé sont considérées comme une menace pour la santé publique simplement parce qu’elles sont « testées positives » via un test PCR frauduleux

Ce qui est encore plus troublant avec tout cela, c’est la façon dont le gouvernement australien tyrannique détermine quelles personnes kidnapper médicalement et jeter dans ces goulags covidiens de la mort. Il vous suffit de tester « positif » via un test PCR frauduleux  pour être signalé et incarcéré, même si vous ne présentez aucun symptôme de maladie et êtes en parfaite santé.

Sur la base d’un test PCR frauduleux, en d’autres termes, vous pouvez vous voir refuser votre droit à la liberté et être jeté dans un camp d’internement covidien tout en étant soumis à la torture mentale et physique par les autorités cruelles qui gèrent les camps de prisonniers.

Cela se produit déjà en Australie, et cette pratique sera bientôt en Amérique car le CDC a déjà annoncé ses plans pour des camps de la mort de covid «zone verte» d’où personne ne sortira vivant. [2]

Nous assistons à l’accélération de l’holocauste vaccinal de jour en jour alors que les gouvernements deviennent des terroristes génocidaires

Sous l’influence séduisante d’un pouvoir illimité, les gouvernements du monde ont abandonné tous les piliers de la procédure régulière, de l’état de droit ou des libertés individuelles et fonctionnent désormais comme des organisations terroristes génocidaires menant des opérations d’extermination de masse. Pourtant, les êtres humains obéissants et crédules continuent de croire d’une manière ou d’une autre que s’ils se conforment juste assez, les choses reviendront à la normale.

« Normal » est un lointain souvenir, disparu depuis longtemps dans le rétroviseur. Aucun gouvernement n’abandonnera volontairement le pouvoir, c’est pourquoi les autorités sanitaires australiennes citent maintenant ouvertement le «nouvel ordre mondial» et prétendent que la pandémie de covid ne prendra jamais fin. (Ce qui signifie que leur tyrannie ne finira jamais.)

Voici le ministre australien de la Santé, le Dr Chant – qui prétend en quelque sorte être humain – déclarant que le « Nouvel Ordre Mondial » est désormais sous contrôle .

Il ne fait aucun doute que le Dr Chant soutient pleinement le gazage de masse des prisonniers des camps de la mort de Covid en Australie, car le véritable objectif du Nouvel Ordre Mondial est, bien sûr, l’extermination massive de milliards d’humains suivie de l’asservissement complet des survivants restants.

Il est maintenant tellement évident pour quiconque y prête attention qu’il est choquant de ne pas voir cela pour ce que c’est. Pourtant, les démocrates et les woke ne voient rien de mal aux camps de la mort covidiens, car tout se déroule sous « leur » président sénile, Joe Biden.

Le podcast Situation Update d’aujourd’hui se penche sur les horreurs de l’holocauste vaccinal et sur la façon dont les gouvernements terroristes mènent désormais ouvertement une guerre biologique contre la race humaine.

Brighteon.com/150d5257-277c-4557-a29b-9c683c30962e


2-Aout 2021:début de la construction du camp de quarantaine de Mickleham

La construction est en cours au Centre pour la résilience nationale de Melbourne – le nom lourd donné à la nouvelle installation de quarantaine à Mickleham – et le camp devrait ouvrir d’ici la fin de l’année.

Une séance d’engagement communautaire a eu lieu plus tôt cette semaine sur les progrès du site d’hébergement accéléré de 1 000 lits pour les voyageurs de retour, mais les résidents ont été informés que les constructeurs ne seraient retardés par aucun processus de consultation.

Les travaux de terrassement ont commencé dans un enclos vide dans le nord de Melbourne, qui se trouve à côté de l’installation de quarantaine pour animaux de compagnie du gouvernement fédéral et à environ 300 mètres des maisons.

La construction de la nouvelle installation de quarantaine à Mickleham a commencé.
La construction de la nouvelle installation de quarantaine à Mickleham a commencé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le projet est calqué sur le centre de Howard Springs dans le Territoire du Nord, qui s’est avéré très efficace pour prévenir les fuites de COVID-19 par rapport à la quarantaine hôtelière.

Multiplex a été engagé pour construire l’installation, 80 % des bâtiments devant être préfabriqués hors site. Le centre peut être étendu à 3000 lits mais sera opérationnel dès que 500 seront prêts plus tard cette année.

Parmi les questions soulevées par le public lors d’une séance d’information jeudi figuraient des questions sur l’impact sur les prix de l’immobilier , la menace que le virus s’échappe dans la communauté et pourquoi les résidents ne recevaient que des informations sur le projet maintenant.

À quoi ressemblera la nouvelle installation de quarantaine à Mickleham.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les habitants ont été assurés que l’établissement suivrait les normes de contrôle des infections les plus strictes fixées par Howard Springs, avec un personnel entièrement vacciné et incapable d’occuper un deuxième emploi.

Vendredi, on a demandé au premier ministre Daniel Andrews pourquoi la communauté n’avait pas eu la possibilité de donner son avis sur le centre.

« Nous voulons que la communauté sache ce qui se passe là-bas, nous voulons qu’elle fasse partie de ce programme et de ce processus », a-t-il déclaré.

«Mais nous devons le construire. Il y a beaucoup plus de risques pour les habitants de Victoria, y compris Mickleham, en ayant des milliers de personnes dans des hôtels qui ne sont pas construits pour les mettre en quarantaine.

« C’est le site qui a été choisi et tout le monde, y compris les habitants, s’en portera mieux à cause de cela. »

Le gouvernement victorien a fourni des images de ce à quoi pourrait ressembler la nouvelle installation de quarantaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le maire du conseil municipal de Hume, Joseph Haweil, a déclaré que l’installation ne suivait pas un processus de consultation complet si les gens n’étaient pas en mesure de s’y opposer.

« Je dirais que c’est moins d’être consulté, plus d’être informé », a-t-il déclaré.

Une autre préoccupation soulevée par les résidents était l’impact potentiel sur la circulation, les routes environnantes étant souvent encombrées par les voitures en raison d’un afflux de nouveaux logements.

Cr Haweil a déclaré que la communauté avait le droit d’être récompensée par un financement d’infrastructure si elle devait faire le gros du travail de mise en quarantaine des voyageurs. « Cette contribution doit être reconnue », a-t-il déclaré.

Rien d’étonnant:la démocratie est morte en Australie depuis longtemps…tout comme au Québec,d’ailleurs et en France!


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT  SA BOUTIQUE EN LIGNE OU VOUS TROUVEREZ DE MAGNIFIQUES CADEAUX POUR VOS PROCHES:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:La « chasse aux sorcières » contre les médecins honnêtes s’intensifie

Le Dr Robert Malone, l’inventeur des vaccins à ARNm, dit qu’il a été qualifié de « terroriste » par les médias en Italie et avertit que les médecins qui s’expriment sont « traqués par les commissions médicales et la presse ».

« Je vais parler franchement », a tweeté Malone. « Les médecins qui s’expriment sont activement recherchés par les commissions médicales et la presse. Ils essaient de nous délégitimer et de nous éliminer un par un. Ce n’est pas une théorie du complot, c’est un fait. Veuillez vous réveiller. Cela se produit à l’échelle mondiale.

« J’ai été qualifié de ‘terroriste’ dans la presse italienne lorsque j’étais à Rome pour le Sommet international COVID. Mon crime ? Plaidoyer pour un traitement précoce de la maladie COVID-19. Je suggère que cela mérite un peu de méditation », a-t-il ajouté.

Malone est l’un des nombreux médecins qui ont été complètement persécutés simplement pour avoir discuté de problèmes liés aux traitements COVID et aux effets secondaires des vaccins.

Il a fait face à une vive opposition pour son affirmation selon laquelle les enfants ne devraient pas recevoir de vaccins COVID-19 et a également constamment souligné les inquiétudes concernant les liens avec le risque de myocardite.

Ces inquiétudes sont maintenant justifiées par la Finlande, le Danemark et la Suède qui arrêtent le vaxx Moderna pour les jeunes hommes après des rapports d’effets secondaires cardiovasculaires.

Malgré de telles inquiétudes régulièrement exprimées par les médecins, la Fédération des commissions médicales d’État a annoncé en juillet qu’elle envisagerait de retirer les licences médicales des médecins qui font de la « désinformation » sur COVID.

Dans un autre développement stupéfiant, l’adresse IP de Malone a été bloquée par le New England Journal of Medicine afin qu’il ne puisse pas lire les études sur leur site Web.

Le médecin a déclaré qu’il savait comment contourner le blocage IP, mais a qualifié cette décision de « petit acte minable ».

 


EN COMPLÉMENTAIRE

 

DR. MALONE : « L’immunité collective n’est pas possible »

Dans l’un des exemples les plus révoltants de Big Tech qui essaie de museler les  scientifiques qui refusent de mettre en sourdine  leurs critiques sur la technologie ARNm derrière les vaccins COVID ( comme Moderna et Pfizer-BioNTech), le Dr Robert Malone, un pionnier qui a aidé à développer la technologie de vaccin à ARNm, [1] a vu le mérite de sa contribution à la médecine effacé d’Internet par Wikipédia, car il avait fait part de ses inquiétudes concernant les problèmes auto-immunes potentiels à long terme et d’autres complications pouvant résulter des injections  de ces vaccins à ARNm [2].

Il a également partagé d’autres « hérésies médicales », y compris la possibilité que des vaccins « imparfaits » pourraient en fait aider à favoriser des variantes COVID plus virulentes en raison d’un phénomène appelé « ADE » – antibody-dependent enhancement (amélioration dépendante des anticorps). Essentiellement, ce qui ne tue pas le virus le rend plus fort. En représailles pour avoir partagé ces opinions, le Dr Malone a été ridiculisé par ses collègues comme un complotiste et un « anti-vaxxer ».

 

Mais plus tôt cette semaine, le Dr Malone a vu ses opinions subtilement confirmées par une source inattendue : un scientifique et universitaire britannique nommé le professeur Sir Andrew Pollard, qui est le directeur de l’Oxford Vaccine Group. Lors d’un briefing, Sir Pollard a averti le Parlement que le Royaume-Uni n’obtiendra probablement jamais l’immunité collective, à cause de la variante delta.

Dans des remarques qui risquaient de saper la campagne de vaccination du gouvernement, Sir Pollard, professeur d’infection et d’immunité pédiatriques, a averti mardi le Parlement britannique que l’obtention de l’immunité collective n’était probablement « pas une possibilité » en raison des variantes comme delta. Récemment, un groupe de scientifiques a estimé que le seuil d’immunité collective pourrait maintenant atteindre 90 % en raison de la variante delta. Selon Pollard, nous apprenons pour la première fois que l’immunité collective est une pensée magique – et a toujours été une pensée magique.

Étant donné que ceux qui sont vaccinés peuvent toujours être infectés par des variantes, « il n’y a pratiquement rien que le Royaume-Uni puisse faire » pour éradiquer complètement le COVID.

« Nous savons très clairement avec le coronavirus que cette variante actuelle, la variante Delta, infectera toujours les personnes qui ont été vaccinées, et cela signifie que quiconque n’est toujours pas vacciné, à un moment donné, rencontrera le virus« , a déclaré Pollard.

Il a déclaré qu’il était peu probable que l’immunité collective soit jamais atteinte, affirmant que la prochaine variante du nouveau coronavirus sera « peut-être encore plus facilement  transmissible aux les populations vaccinées« .

Pollard a également partagé ce qui ressemblait à une critique subtile des masques en disant que « Nous n’avons rien qui puisse arrêter cette transmission à d’autres personnes« . À titre d’exemple, il a cité Israël, qui a vu de nouveaux cas et hospitalisations presque disparaître avant que la nouvelle variante ne s’installe, provoquant une nouvelle augmentation des cas et des hospitalisations. Maintenant, il y a même eu une poignée de patients qui ont été testés positifs même après avoir reçu leur troisième dose du vaccin Pfizer (que les États-Unis viennent tout juste d’approuver pour une troisième dose également).

Le Dr Malone, quant à lui, a célébré les commentaires de Sir Pollard comme une justification.

As I have been saying. The « Noble Lie » is being revealed step by step. https://t.co/xDv8nvsm0A

— Robert W Malone, MD (@RWMaloneMD) August 10, 2021

This is what external validation looks and sounds like.
Now, watch carefully for how long it takes until Dr. Fauci and the USG/CDC get on board the bus.

— Robert W Malone, MD (@RWMaloneMD) August 10, 2021

Comme je l’ai dit. Le « Noble Mensonge » se révèle pas à pas. ]

Voici à quoi ressemble et apparaît la validation externe. Maintenant, surveillez attentivement le temps qu’il faut pour que le Dr Fauci et l’USG/CDC montent à bord du bus.]

– Robert W Malone, MD (@RWMaloneMD) 10 août 2021

Pour le contexte, le Dr Malone a tweeté en juin que les cibles d’immunité collective étaient effectivement inutiles.

Le gouvernement fédéral américain ne possède pas les données pour calculer la transmissibilité et donc aucune cible de vaccination ne peut prédire «l’immunité collective» https://t.co/ZktdsXx1hF

— Robert W Malone, MD (@RWMaloneMD) June 25, 2021

Même la Maison Blanche reconnaît enfin que les vaccins ne sont pas aussi efficaces qu’ils le croyaient autrefois, c’est pourquoi la FDA a décidé d’approuver la troisième dose. « Je pense que tout le monde pense que cela diminue avec le temps, la question est de savoir dans quelle mesure« , a déclaré un haut responsable de Biden à Axios. « Personne ne rater le coche. Nous voulons l’attraper avant qu’il n’y ait un problème, et c’est pourquoi il y a un examen très minutieux. »

N’oubliez pas que non seulement les personnes vaccinées peuvent être écœurées par des  « nouvelles » infections , mais elles peuvent également transmettre le virus à d’autres (y compris à d’autres vaccinés). Et plus le virus se propage, plus une variante résistante au vaccin est susceptible d’émerger.

Source : DR. MALONE: “Herd Immunity Is Not A Possibility”

L’inventeur du vaccin à ARNm : les vaccins COVID-19 peuvent rendre le virus plus dangereux

Le Dr Robert Malone avertit que le développement d’une amélioration dépendante des anticorps chez les personnes vaccinées avec des vaccins COVID  « est le pire cauchemar du vaccinologue ».
Le scientifique  appelle à l’arrêt immédiat des vaccinations.
En Suède, depuis qu’il n’a y plus de masques, il n’y quasiment plus de morts du Covid.

Le meilleur scientifique des vaccins, le Dr Robert Malone, a averti que les vaccins pourraient rendre le COVID-19 plus dangereux et a déclaré que la campagne de vaccination pourrait devoir être complètement interrompue dans une interview mercredi sur War Room de Steve Bannon.
Le Dr Malone déclare notamment avoir été le principal inventeur de la technologie de l’ARNm et des innovations en matière d’ARNm et d’ADN alors qu’il travaillait avec le Salk Institute dans les années 1980. Les vaccins Pfizer et Moderna COVID-19 reposent tous deux sur la technologie de l’ARNm. Malone est également un médecin agréé qui a reçu sa formation médicale à l’Université Northwestern, à la faculté de médecine de l’Université Harvard et à l’UC Davis.
Dans son entretien avec Bannon, Malone a répondu au récent revirement des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) sur les masques faciaux, notant ce qu’il a appelé « des déploiements d’informations de plus en plus désespérées et abruptes ».

Plus tôt cette semaine, le CDC a mis à jour ses directives pour indiquer que les Américains devraient à nouveau se masquer à l’intérieur s’ils se trouvent dans des zones de transmission virale « élevée » ou « substantielle », même après avoir reçu des vaccins COVID-19. « Des preuves émergentes suggèrent que les personnes entièrement vaccinées qui sont infectées par la variante Delta risquent de la transmettre à d’autres« , indiquent maintenant les directives de l’agence, citant des « données non publiées », dont certaines ont été publiées vendredi.
«Nous avons assisté à une progression de déploiements d’informations de plus en plus désespérées et abruptes, à commencer par l’alerte de Pfizer il y a quelques semaines selon laquelle ils pensaient que nous allions avoir besoin d’un rappel après six mois, et Fauci les réprimandant, puis le gouvernement faire volte-face et dire que nous allions devoir avoir des rappels pour les bénéficiaires de Pfizer après six mois chez les personnes âgées et immunodéprimées, puis la bombe larguée la nuit dernière », a déclaré Malone. « Et j’ai peur que ce soit précisément ce qui m’a préoccupé.« 

Il a noté un rapport de NBC News mardi qui affirmait que le retour en arrière du CDC sur les masques reflétait des données montrant que les personnes vaccinées « pourraient être porteuses de niveaux de virus plus élevés que prévu » et éventuellement infecter d’autres, selon « plusieurs sources » proches du Biden administration. L’article de NBC a été fortement modifié depuis sa publication.

Sur la base des déclarations contenues dans le rapport, Malone a déduit que les niveaux viraux étaient plus élevés chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées. Comme il l’a expliqué plus tard sur Twitter, cela n’a pas été résolu.

Un rapport du CDC publié aujourd’hui a déclaré que les charges virales entre les vaccinés et les non vaccinés sont probablement « similaires« , bien que « des études microbiologiques soient nécessaires pour confirmer ces résultats« .
« C’est précisément ce que l’on verrait si l’amélioration dépendante des anticorps (ADE) se produisait« , a déclaré Malone à propos des niveaux de virus plus élevés chez les vaccinés. “ Qu’est-ce que l’amélioration dépendante des anticorps ? En bref, c’est que le vaccin rend le virus plus infectieux qu’il ne le serait en l’absence de vaccination, provoquerait la réplication du virus à des niveaux plus élevés qu’en l’absence d’infection. ” (Voir plus d’explications ADE ici)

« C’est le pire cauchemar du vaccinologue. Cela s’est produit avec le virus respiratoire syncytial
, et dans les années 60, il a causé plus de décès d’enfants chez les vaccinés que chez les non vaccinés. C’est arrivé avec Dengvaxia, le vaccin contre la dengue
 », a poursuivi Malone.

« Et c’est arrivé avec pratiquement tous les autres programmes de développement de vaccins contre les coronavirus, certainement chez l’homme, connus dans l’histoire, et c’est ce contre quoi les vaccinologues comme moi ont mis en garde depuis le début, c’est le risque d’amélioration dépendante des anticorps. »

Malone a déclaré que l’amélioration dépendante des anticorps semble plus apparente chez les personnes injectées avec le vaccin de Pfizer. « Donc, nous savons maintenant que la protection Pfizer diminue au bout de six mois », a-t-il déclaré. « Et ce que les données semblent suggérer, ce sont ceux qui ont reçu Pfizer, qui est probablement le moins immunogènes des trois en termes de durabilité, de durée de protection, les personnes qui sont maintenant dans la phase décroissante de la réponse immunitaire du vaccin Pfizer semblent être infectés. ”
« Remarquez qu’ils n’arrêtent pas de parler de Pfizer et pas des deux autres. Donc, cela suggère que c’est exactement ce que vous attendez, c’est que la fenêtre de plus grande sensibilité à l’amélioration dépendante des anticorps se situe dans cette longue phase de diminution à mesure que la réponse vaccinale diminue. »

Le meilleur expert en vaccins à ARNm a également critiqué le Dr Anthony Fauci, qui a déclaré lors d’une apparition sur MSNBC cette semaine que les niveaux de virus dans le nez des personnes vaccinées qui contractent COVID-19 sont “exactement les mêmes que le niveau de virus chez une personne non vaccinée qui est infectée. ”
« Et je pense que le Dr Fauci est très malhonnête« , a déclaré Malone. “ On m’accuse d’être désormais un anti-vaccin et de promouvoir la désinformation. Mais à mes yeux, le gouvernement obscurcit ce qui se passe ici. ”
«Et je ne veux pas paraître alarmiste, mais ce qui semble se dérouler est le pire des cas, où le vaccin en phase décroissante provoque la réplication du virus plus efficacement qu’il ne le ferait autrement, c’est ce que nous appelons amélioration dépendante des anticorps est ce que le mot est. Et les gens ont mis en garde à ce sujet depuis le début de cette campagne de vaccination précipitée. »

Le Dr Malone a également critiqué Fauci, qui a récemment blâmé les personnes non vaccinées pour les variantes, pour un «ensemble de déclarations trompeuses» sur les mutations. Malone a déclaré que « les mutants d’évasion qui échappent à la pression sélective du vaccin se développent très probablement chez les personnes qui ont été vaccinées, pas chez les non vaccinés ». « C’est donc juste un autre mensonge pratique« , a-t-il déclaré, ajoutant que « l’amélioration dépendante des anticorps peut être influencée par des mutants échappés« .
“ Si les données sont cohérentes avec [l’amélioration dépendante des anticorps], nous devons arrêter la campagne de vaccination », a souligné Malone. « Nous devons nous orienter pour accélérer autant que possible les traitements médicamenteux, qui ont été largement bloqués et supprimés au niveau de la FDA, en particulier pour les médicaments connus à réutiliser. »

Vaccin « pensée de groupe »
Commentant la décision de l’administration Biden d’imposer de nouvelles exigences en matière de vaccins COVID-19 pour tous les employés fédéraux, Malone a déclaré qu’il assistait à « l’exemple le plus imagé, à mes yeux, de pensée de groupe que j’aie jamais vu dans ma vie« .

«Je pense qu’ils sont tous dans la logique selon laquelle nous avons besoin d’une vaccination universelle pour ouvrir l’économie. Nous ne le pensons pas », a-t-il déclaré. « Ils pensent que les vaccins sont la voie pour parvenir à l’immunité collective. C’est faux. »
« Et ils pensent que les vaccins sont parfaitement sûrs. Or, non seulement ils ne sont pas parfaitement sûrs, si cela est vrai, que NBC rapporte, et les niveaux sont plus élevés chez les vaccinés que chez les non vaccinés, cela signifie que nous avons le pire type d’événement indésirable qui effraie les tous les vaccinologues, qui est une amélioration dépendante des anticorps ”
« Ils y sont tous, et ils semblent incapables de traiter ces nouvelles informations, et cela semble provoquer une dissonance cognitive et rendre ces personnes de plus en plus frénétiques et transparentes dans leurs messages chaotiques« , a poursuivi le Dr Malone.

Dans un épisode précédent de Bannon’s War Room la semaine dernière, le Dr Malone a souligné le risque de complications à cause des vaccins COVID-19, soulignant « des preuves assez claires que la protéine de pointe exprimée à partir des vaccins est causée par la toxicité chez un petit sous-ensemble de patients ».
 La question est de savoir quelle est la taille de ce sous-ensemble et quelle est la gravité et l’étendue de ces toxicités ? La vérité honnête est que nous ne savons pas, et de plus il y a beaucoup de signes que cette information nous est cachée. 

De multiples sources lui ont dit que le CDC avait « largement sous-déclaré » les effets secondaires indésirables tels que la cardiotoxicité. « Mes collègues seniors de la FDA savent que c’est le cas depuis des mois et sont très frustrés« , a déclaré Malone. « Nous avons plusieurs exemples où le CDC semble modifier des données à l’appui du » noble mensonge « . « 

Des centaines de milliers de complications après la vaccination contre le coronavirus ont été signalées par les autorités fédérales, dont plus de 6300 décès, bien que des recherches aient montré que le système de suivi des blessures vaccinales (effets secondaires) dirigé par le CDC et la FDA sous-estimait considérablement les événements indésirables.
Des experts, comme le Dr Peter McCullough, cardiologue de renom et rédacteur en chef de deux revues médicales, ont estimé que le nombre total de décès attribuables aux vaccins pourrait être supérieur à 50.000.

Source : mRNA Vaccine Inventor: COVID-19 Vaccines May Make Virus More Dangerous


Bill Gates bailleur de fonds de la MHRA et détient des actions majoritaires dans Pfizer et BioNTech

 

 

Une enquête a révélé que la Fondation Bill & Melinda Gates est le principal bailleur de fonds de l’Agence britannique de réglementation des produits médicaux et de santé (Medicine & Healthcare products Regulatory Agency ) MHRA et que la Fondation détient également des actions importantes dans Pfizer et BioNTech. Est-il étonnant que la MHRA ait recommandé le vaccin Pfizer pour les enfants ?

Il parait que Macron possèderait aussi des actions Pfizer, mais je n’ai pas trouvé de confirmation sérieuse. Je reste ouvert aux suggestions des lecteurs.

La MHRA a prolongé l’autorisation d’urgence du jab ARNm Pfizer / BioNTech au Royaume-Uni pour permettre son administration aux enfants âgés de 12 à 15 ans le 4 juin 2021.

À l’époque, le directeur général de la MHRA, le Dr June Raine, a déclaré que la MHRA avait “ examiné attentivement les données d’essais cliniques chez les enfants âgés de 12 à 15 ans et avait conclu que le vaccin Pfizer est sûr et efficace dans ce groupe d’âge et que le les avantages l’emportent sur les risques. »
Nous nous demandons si le Dr June Raine et la MHRA ont même lu les résultats 

de l’étude extrêmement courte. S’ils l’avaient fait, ils auraient vu que 86% des enfants de l’étude ont subi une réaction indésirable allant de légère à extrêmement grave.
Seuls 1.127 enfants ont participé à l’essai, mais seulement 1.097 enfants ont terminé l’essai, dont 30 n’ont pas participé après avoir reçu la première dose du vaccin Pfizer. Les résultats n’indiquent pas pourquoi les 30 enfants n’ont pas terminé l’essai.
L’information est accessible au public et contenue dans une fiche d’information de la FDA qui peut être consultée ici (voir page 25, tableau 5 à la salle).
Il ne faisait aucun doute que la MHRA autoriserait d’urgence le vaccin Pfizer / BioNTech à utiliser chez les enfants si l’on considère qu’un certain M. Bill Gates détient des actions à la fois dans Pfizer et BioNTech et qu’il est le principal bailleur de fonds de la MHRA.
La Fondation Bill & Melinda Gates a acheté des actions de Pfizer en 2002, et en septembre 2020, Bill Gates a veillé à ce que la valeur de ces actions augmente en annonçant aux médias grand public dans une interview à CNBC qu’il considérait le jab de Pfizer comme le leader dans la course au vaccin contre le Covid-19.
« Le seul vaccin qui, si tout se passait parfaitement, pourrait demander la licence d’utilisation d’urgence d’ici la fin octobre, serait Pfizer. »
La Fondation Bill & Melinda Gates a également acheté « par coïncidence » pour 55 millions de dollars d’actions de BioNTech en septembre 2019, juste avant que la prétendue pandémie de Covid 19 ne frappe.

La MHRA a reçu une subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates en 2017 à hauteur de 980.000 £ pour une « collaboration » avec la fondation. Cependant, une demande d’accès à l’information à laquelle a répondu la MHRA en mai 2021, a révélé que le niveau actuel des subventions reçues de la Fondation Gates s’élève à 3 millions de dollars et couvre « un certain nombre de projets ».
Peut-on vraiment faire confiance à la MHRA pour rester impartiale alors que son principal bailleur de fonds est la Fondation Bill & Melinda Gates, qui détient également des parts dans Pfizer et BioNTech ? Nous ne le pensons pas.
Mais ce n’est pas seulement à la MHRA de décider si oui ou non les enfants doivent recevoir le vaccin Pfizer / BioNTech. Cette décision revient finalement au gouvernement, mais il s’appuie sur les conseils donnés par le Comité conjoint sur la vaccination et l’immunisation (JCVI).
Le JCVI est un groupe indépendant d’experts qui conseillent les services de santé gouvernementaux des quatre pays du Royaume-Uni sur la vaccination et la prévention des maladies infectieuses. Ils examinent l’innocuité et l’efficacité des vaccins et examinent l’impact et la rentabilité des stratégies de vaccination.
Malheureusement, le JCVI a décidé d’émettre l’avis suivant sur l’utilisation du vaccin Pfizer Covid-19 chez les enfants le 19 juillet 2021 –
« À partir d’aujourd’hui, le JCVI propose, pour les enfants à risque de maladie grave COVID-19, le vaccin BioNTech Pfizer.
Cela comprend les enfants âgés de 12 à 15 ans atteints de troubles neurologiques graves, du syndrome de Down, d’immunosuppression et de troubles d’apprentissage multiples ou graves.
Le JCVI recommande également que les enfants et les jeunes de 12 à 17 ans vivant avec une personne immunodéprimée d’offrir le vaccin. Il s’agit de protéger indirectement leurs contacts familiaux immunodéprimés, qui présentent un risque élevé de maladie grave du COVID-19 et peuvent ne pas générer une réponse immunitaire complète à la vaccination.
 »

Mais heureusement, un groupe de médecins, de scientifiques et d’avocats se préparent à poursuivre la MHRA en justice pour faire annuler la décision de donner la piqouze Pfizer / BioNTech aux enfants.
La Covid-19 Assembly est une organisation à but non lucratif basée au Royaume-Uni qui s’efforce de mettre fin à toutes les restrictions liées au coronavirus et d’empêcher qu’elles ne se reproduisent. Ils ont réuni un groupe de médecins et de scientifiques experts de classe mondiale, dont le Dr Roger Hopkinson, le Dr Robert Malone, le Dr Tess Lawrie, le Dr Ross Jones et bien d’autres.
Au nom des nombreux parents extrêmement inquiets, l’Assemblée Covid-19 intente une action en justice pour contester la décision de la MHRA d’approuver le vaccin Pfizer / BioNtech pour une utilisation chez les 12-15 ans.
Le groupe déclare avoir des preuves substantielles qui établissent clairement qu’il n’y a aucune justification légale, morale ou médicale pour que les enfants reçoivent un vaccin contre le 19-Covid. Arguant que le « vaccin » est nouveau et comporte des risques associés.
Ils déclarent également que le vaccin Pfizer n’a pas encore terminé les essais cliniques pour démontrer l’efficacité au-delà de quelques mois, donc il n’y a pas de données de sécurité à long terme pour justifier l’approbation de la MHRA.
Une déclaration publiée par l’assemblée de Covid-19 a déclaré qu’ils « croient fermement qu’il est contraire à l’éthique et inutile que ce traitement soit largement utilisé par les moins de 18 ans, et il y a des centaines de médecins et de scientifiques seniors qui sont d’accord avec nous, dont plus de 60 ont mis leurs noms dans une lettre ouverte à la MHRA des semaines avant l’autorisation. »
« Il y a maintenant eu plusieurs rapports d’issues graves et mortelles chez les moins de 18 ans soupçonnées d’avoir été causées par le vaccin Pfizer aux États-Unis.
« En contestant l’autorisation d’utilisation chez les 12-15 ans, notre espoir est d’éviter que des enfants souffrent inutilement. En cas de succès, nous prévoyons que nous aurons sauvé la santé et la vie de nombreux enfants et le chagrin de leurs familles. »

Bev Turner

Bev Turner, un diffuseur de télévision grand public, a exhorté à plusieurs reprises à la prudence dans les médias grand public quant à l’utilisation des vaccins expérimentaux Covid-19, et est désormais porte-parole de l’assemblée 19-Covid. Elle a réalisé la vidéo suivante faisant connaître la décision de l’Assemblée Covid-19 d’intenter une action en justice contre la décision de la MHRA d’autoriser  l’administration d’urgence du vaccin Pfizer / BioNTech aux enfants.

Source : Bill Gates is the primary funder of the MHRA & owns major shares in both Pfizer & BioNTech – Is there any wonder the MHRA authorised the jab for use in children?

By Daily Expose on


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

L’Horrible et sanguinaire Arnaque de la COVID-19 : Un holocauste secret ou des millions de victimes du vaccin disparaissent-elles dans des fosses communes ?

Dans le but  d’enquêter sur l’émergence de la Folie Actuelle du COVID-19,je vous présente aujourd’hui une théorie qui mérite la lecture…certains l’appellent la nécropolitique:

 

Nous avons maintenant une nouvelle théorie inquiétante qui est en train d’émerger et qui mérite une véritable enquête. Je remercie Michael Snyder de The Economic Collapse Blog, qui a demandé dans un article récent, “Where Did All The People Go?” (« Où sont passés tous les gens ? »)
Vérifiez votre propre cercle de famille et d’amis : n’êtes-vous pas au courant d’au moins une personne décédée à la suite du vaccin covid ?
Comme je l’explique dans le podcast d’aujourd’hui, si seulement 1 de vos amis sur 20 mourait après la vaccination covid, cela se traduirait par un taux de mortalité de 5% dans la population, ce qui représenterait plus de 16 millions de décès en Amérique.

Comme le souligne Snyder, la pénurie mondiale de travailleurs – désormais largement signalée à travers le monde – ne peut vraiment s’expliquer que si un grand nombre d’adultes en âge de travailler ne sont plus avec nous. Aux États-Unis, avec la Cour suprême des États-Unis qui a annulé le moratoire inconstitutionnel sur les expulsions décrété par le CDC, les gens doivent travailler pour payer un loyer (le loyer gratuit a cessé). Et avec la fin des paiements pour inciter les gens à se faire vacciner covid dans la plupart des États, les gens ne peuvent pas subvenir à leurs besoins en restant à la maison et en ne travaillant pas… en particulier avec l’inflation alimentaire qui fait grimper énormément les prix.

Comme le souligne Snyder :
Il n’y a pas assez d’ouvriers d’usine, il n’y a pas assez de chauffeurs de camion, il n’y a pas assez d’employés au port, il n’y a pas assez d’employés pour bien doter nos magasins, et la pénurie de médecins et d’infirmières devient une crise majeure dans certains domaines. En temps normal, on nous a toujours dit que l’économie mondiale ne produisait pas assez d’emplois pour tout le monde, mais maintenant, pour la toute première fois, nous sommes confrontés à une énorme pénurie de main-d’œuvre mondialement. C’est presque comme si des millions et des millions de personnes disparaissaient soudainement du système.

Dans le podcast d’aujourd’hui (ci-dessous), j’ai posé le reste de cette question : est-il possible que les hôpitaux assassinent systématiquement des personnes et se débarrassent secrètement de leurs corps afin de couvrir les décès massifs dus au vaccin contre le covid ?
Il n’est plus incroyable que les hôpitaux puissent être impliqués dans la dissimulation des décès massifs de patients vaccinés
Au cours de n’importe quelle année précédente, j’aurais pensé qu’une telle idée était une théorie du complot sauvage, mais après avoir vu des administrateurs d’hôpitaux et des spécialistes du marketing admettre dans une récente vidéo zoom qu’ils allaient modifier le nombre de patients covid afin de «faire peur» au public pour qu’il réclame plus de vaccins, je sais maintenant que les hôpitaux sont des usines à meurtre dirigées par des fous anti-humains se faisant passer pour des médecins et des administrateurs. Ils n’ont aucun intérêt à aider les gens ou à prévenir les décès. Au contraire, ils s’efforcent maintenant ouvertement de maximiser le nombre d’hospitalisations et de décès par Covid parmi les non vaccinés, et il semble qu’ils ne reculeront devant rien pour y parvenir.

Logiquement, ils feraient aussi n’importe quoi pour couvrir la mort des patients vaccinés. Avez-vous le moindre doute qu’ils mentiraient et commettraient une fraude en matière de soins de santé afin de cacher au public la vérité sur les décès dus aux vaccins ?
Une vidéo récente en provenance d’Australie montre un homme local accusant des hôpitaux de traiter des patients vaxxés avec de l’ivermectine afin de leur sauver la vie, tout en mettant simultanément des patients non vaxxés sous ventilateurs afin de les assassiner et d’augmenter le nombre de décès parmi les « non vaccinés ». Regardez-le ici :
Brighteon.com/d39bd385-15c0-470f-9643-4a15b03e3db1
Nous n’avons pas la preuve que les affirmations faites dans cette vidéo sont vraies à 100 %, mais je vous pose cette question : est-ce que cela vous surprendrait si elles l’étaient ?
La réponse pour la plupart des gens est maintenant : « Non, pas du tout. »
Il est maintenant évident que de nombreux médecins, infirmières et administrateurs d’hôpitaux ont mépris total pour la vie humaine et essaient simplement de faire avancer leur programme de culte covid, quel qu’en soit le coût… même si cela signifie assassiner des êtres humains innocents et jeter leurs corps dans une benne à ordures (ou un incinérateur) sur le parking de l’hôpital.

Big Tech fait taire toute personne mentionnant des blessures ou des décès liés au vaccin covid
Pour renforcer davantage la dissimulation, Big Tech fait taire ou même supprime toute plate-forme qui parle de quelqu’un qui a été blessé ou tué par des vaccins. Ainsi, le canal par lequel les décès dus aux vaccins seraient normalement partagés a été complètement fermé. Vous n’êtes autorisé à dire que de bonnes choses sur les vaccins contre le covid, pas des choses critiques.

Il est donc tout à fait plausible que des millions d’Américains soient déjà morts des vaccins contre le Covid et qu’il n’y ait presque aucune mention publique à ce sujet. Les médias sont entièrement contrôlés par Big Pharma, et les géants de la technologie répriment tout discours de ce type. Ce sont les deux façons dont la plupart des gens obtiennent leurs informations.
Pendant ce temps, les hôpitaux et les responsables du comté pourraient facilement recevoir l’ordre de truquer les chiffres et de couvrir tous les décès dus au vaccin contre le covid, exactement de la même manière qu’ils ont truqué tous les chiffres l’année dernière et ont affirmé que tout le monde mourait de covid (tout en affirmant que tous les lits d’hôpital étaient pleins) alors que rien de tel ne se produisait.

Le seul domaine qu’ils ne contrôlent pas entièrement est la section des commentaires pour les histoires publiées
Si cet « holocauste secret » avait lieu, nous devrions en trouver des preuves quelque part, peut-être dans des coins d’Internet qui ne sont pas entièrement contrôlés par Big Pharma et les responsables de l’application des vaccins. Les sections de commentaires pour les histoires publiées pourraient fournir précisément un tel lieu.

Que voyons-nous dans les commentaires pour les histoires sur les vaccins contre le covid ?

Comme LifeSiteNews l’a récemment rapporté, « la chaîne de télévision demande des histoires de décès des non vaxxés, mais est inondée d’histoires de morts vaxées et de blessures vaxées« .

Alors que l’affilié d’ABC News essayait de promouvoir un récit de personnes non vaccinées mourant de covid, ils ont obtenu à la place plus de 180.000 commentaires de personnes partageant des histoires de blessures et de décès liés au vaccin.

Si personne ne mourait des vaccins, comment cela serait-il possible ? Exemple d’histoire :
« Je ne connais personne qui est mort du covid mais je connais un homme de 37 ans qui a été vacciné et qui est décédé d’un anévrisme cérébral 8 jours plus tard« , a écrit un utilisateur de Facebook sous le nom de Maximilien Robespierre.

Immédiatement ci-dessous, Richard Smother a partagé: « La fille de mes collègues (12 ans) a dû être transportée d’urgence aux urgences après s’être effondrée une heure après sa deuxième piqûre. »

Krista Evans a partagé: «Je connais personnellement 3 personnes qui sont décédées peu de temps après avoir été complètement vaxxées. Toutes les personnes que je connais qui ont eu le covid, ont eu des symptômes pseudo-grippaux très légers, alors pourquoi diable quelqu’un se ferait-il piquer avec ce poison ??? »
Becky Burch a commenté : « Une tante est décédée une semaine après la piqûre. La famille n’y a jamais beaucoup réfléchi jusqu’à ce qu’elle rende visite à un autre cousin dont la famille est décédée après la piqûre avec le même problème « étrange »… pas sûr des détails. Maintenant, ils pensent que c’était la piqûre vax ».
Outre les décès, les témoignages d’effets secondaires de l’injection couvrent un large éventail de blessures et de symptômes, allant des crises cardiaques et des caillots sanguins aux problèmes digestifs en passant par la perte de la vue et de mouvements.
« Ma mère a eu une crise cardiaque 4 jours après avoir reçu son premier vaccin. Elle a maintenant un caillot de sang dans les poumons », a commenté Jessica Mauldin.
Juli Smith a écrit : « Mon voisin est mort de la vax, les funérailles ont lieu la semaine prochaine. Ma mère ne sent pas ses bras et ses jambes. Ma meilleure amie a été plusieurs fois aux urgences avec des maux de tête débilitants. Ma mère et les médecins de BFF ne font pas de corrélation entre les deux, mais le timing le rend suspect. Le médecin de mon mari a refusé de le laisser tester les anticorps covid. Ces médecins sont complices. »

Si seulement 1 personne sur 20 est déjà décédée d’un vaccin contre le covid, cela équivaudrait à plus de 16 millions de décès à travers l’Amérique
Vérifiez votre propre cercle de famille et d’amis : n’êtes-vous pas au courant d’au moins une personne décédée à la suite du vaccin contre le covid ?

Comme je l’explique dans le podcast d’aujourd’hui, si seulement 1 de vos amis sur 20 mourait après la vaccination contre le covid, cela se traduirait par un taux de mortalité de 5% dans la population, ce qui représenterait plus de 16 millions de décès en Amérique.
Nous ne prétendons pas que le vaccin contre le covid a tué plus de 16 millions de personnes (pour l’instant), mais si presque tout le monde connaît quelqu’un qui est décédé des suites du vaccin, le nombre réel se chiffre presque certainement déjà en millions.
Il serait également très facile de couvrir ces décès si une institution financière liée au gouvernement achetait toutes les maisons précédemment occupées par des victimes du vaccin aujourd’hui décédées. Effectivement, c’est exactement ce que fait BlackRock, comme l’écrit NOQreport :
… un article du WSJ d’avril qui relate que BlackRock et d’autres institutions financières achètent des maisons mono-familiales aussi rapidement que possible à des taux supérieurs à ceux que l’acheteur moyen est prêt à payer. Ils les achètent à un prix plus élevé, et cela devrait concerner tout le monde, que vous soyez sur le marché pour acheter une maison ou non.

Il semble que BlackRock rachète les stocks excédentaires de maisons afin de maintenir une demande élevée alors que tant de propriétaires meurent et disparaissent. Un fil Twitter de @CulturalHusbandry ajoute :
Blackrock achète toutes les maisons unifamiliales qu’ils peuvent trouver, en payant 20 à 50 % au-dessus du prix demandé et en surenchérissant sur les acheteurs normaux de maison. Pourquoi les entreprises, les fonds de pension et les groupes d’investissement immobilier rachètent-ils des quartiers entiers à la classe moyenne ? Nous allons jeter un coup d’oeil. Des maisons apparaissent sur MLS et passent sous contrat en quelques heures. Blackrock, entre autres, achète des milliers de nouvelles maisons et des quartiers entiers.

Le directeur des funérailles John O’Looney dénonce les décès en masse dus à la covid

Une interview très importante avec John O’Looney de Milton Keynes Family Funeral Services au Royaume-Uni se répand comme une traînée de poudre à travers le « net ». Il révèle des informations vraiment choquantes et troublantes sur les hôpitaux assassinant en masse des patients au nom du « covid » et transportant un flux constant de corps vers les services funéraires.
Regardez-le ici :
Brighteon.com/ff7c79ce-367e-478d-aa74-76868f454e4b
Et bien sûr, les plateformes vidéo sur le net diffusent depuis longtemps des vidéos révélant des cercueils de la FEMA empilés en grand nombre à divers endroits à travers l’Amérique. Voici une de ces vidéos, via Brighteon.com :
Une vidéo similaire sur les sites de charniers de la FEMA au Texas est également disponible sur Bitchute.
Il est assez évident que la FEMA prévoit des décès de masse et que cette planification est en cours depuis de nombreuses années. Ainsi, il existe déjà une infrastructure pour faire disparaître des millions de cadavres dans des cercueils et des fosses communes, le tout sous l’œil vigilant du gouvernement américain qui mène une guerre biologique contre le peuple américain. Ce n’est pas une preuve absolue que de tels événements se produisent, mais cela montre qu’ils sont plausibles et que l’infrastructure est déjà en place.
Dans le podcast Situation Update d’aujourd’hui, je discute de la prise de conscience croissante que des millions de personnes semblent disparaître de notre économie, laissant les petits employeurs au sec sans plus personne pour pourvoir les plus de 10 millions d’offres d’emploi qui sont nécessaires pour gérer les entreprises pour maintenir l’Amérique à flot.
Écoutez et décidez par vous-même si vous pensez que les vaccins contre le covid tuent déjà des millions de personnes à travers l’Amérique tandis qu’un gouvernement corrompu et traître couvre tout et fait taire ceux qui essaient de s’exprimer. Et posez-vous ces questions importantes : si les vaccins contre le covid étaient parfaitement sûrs et efficaces, pourquoi Big Tech devrait-il censurer autant de personnes qui ont vu des personnes blessées ou tuées par ces mêmes vaccins ?

Brighteon.com/87e3c4f5-7e7e-4b96-ad46-37ece66e17e6

Source : SECRET HOLOCAUST: Are millions of vaccine victims disappearing into mass graves?

En souvenir de Wuhan,au-début de l’année 2020.

Partant des chiffres américains, nous pouvons estimer le nombre de décès provoqués par les « vaccins » covid pour les pays suivants :

Pays Million de
vaccinés
Millions de
tués par les
vaccins
Population
totale
% décès de la
population
USA 180 16 333 4,8%
France 43 3,8 65,4 5,8%
GB 44,2 3,9 68,2 5,8%
Israël 5,57 0,5 8,8 5,6%
Algérie 4,17 0,4 44,6 0,8%
Tunisie 3,05 0,3 11,9 2,3%
Maroc 16,9 1,5 37,3 4,0%
Monde 5570 495,1 7875 6,3%

Globalement, le Grand Reset a déjà liquidé 6% de la population mondiale. Les USA, La France, la Grande Bretagne et Israël suivent le quota global. Les pays du Maghreb semblent être en retard sur le programme du Grand Reset. L’Algérie et la Tunisie utilisent partiellement les vaccins russes et chinois, qui ne sont pas à ARNm, donc moins tueurs.

 


EN COMPLÉMENTAIRE

Le mensonge à propos de Covid grandit comme le nez de Pinocchio

 

Prenez 15 minutes et écoutez cette interview avec une infirmière hospitalière — https://www.lewrockwell.com/2021/09/no_author/whistleblower-nurse-destroys-delta-narrative-vaccinated-patients-fill-hospital/
Elle dit que ce qu’on appelle les «cas de percée» et les cas de variante Delta affectent principalement les vaccinés et sont en fait des réactions indésirables aux vaccinations. Elle dit que les hôpitaux et les médecins hospitaliers ne reconnaîtront pas le fait des effets indésirables et ne signaleront pas les effets indésirables du vaccin en tant que nouveaux cas de Covid. Plus il y a de cas de Covid et de décès de Covid, plus l’hôpital gagne d’argent, donc signaler les réactions indésirables aux vaccins en tant que nouveaux cas de Covid est la façon dont les hôpitaux maximisent leurs profits. De toute évidence, un médecin hospitalier qui n’est pas d’accord est sans emploi. Autrement dit, la vérité sur le Covid et le vaccin coûte trop cher à l’hôpital pour être reconnue.
L’infirmière interrogée dit que la moitié des infirmières de l’hôpital où elle travaille sont sur le point de perdre leur emploi, car elles refusent de se faire vacciner. Nous avons vu, dit-elle, les terribles effets de la vaccination sur les patients et nous ne voulons pas nous le faire nous-mêmes. De nombreuses infirmières veulent arrêter malgré tout, car elles ne peuvent empêcher les médecins de rendre les gens malades en les vaccinant. La médecine, semble-t-il, a cessé d’être une question de santé.
La politique de cet hôpital est essentiellement la politique de tous les hôpitaux. Il convient au NIH, au CDC et à la FDA, car il protège la réputation du vaccin et celle des régulateurs qui ont approuvé son utilisation d’urgence, et il protège les bénéfices de Big Pharma, dont certains reviennent aux régulateurs.
Comme Stew Peters résume l’interview, c’est un meurtre pour de l’argent.
L’infirmière dit que le seul traitement que l’hôpital donne aux patients de Covid est le Remdesivir et met les patients sous respirateurs. Le remdesivir a ses propres effets indésirables graves, et les ventilateurs sont des tueurs connus des patients Covid.
Interrogés sur l’ivermectine, les hôpitaux refusent de l’utiliser même si un médecin la prescrit à un patient. Comme je l’ai signalé, dans un autre hôpital, une femme a dû obtenir une ordonnance du tribunal ordonnant à l’hôpital de donner au mari mourant un traitement à l’ivermectine. Mais l’hôpital a traîné des pieds, et apparemment Big Pharma est allé voir le juge et il a retiré son ordre. Le patient a probablement été assassiné par le refus d’un traitement à l’ivermectine. Pour les hôpitaux, c’est le protocole Big Pharma sur la vie.
Comparez cela avec l’utilisation généralisée réussie de l’ivermectine en Inde pour contrôler Covid, et la décision de la Tokyo Medical Association de recommander que tous les médecins traitent les patients Covid avec de l’ivermectine. https://www.paulcraigroberts.org/2021/09/07/the-powerful-case-against-covid-mrna-vaccine/
La conclusion est qu’en matière de traitement Covid, le système médical américain est le plus arriéré au monde.
Malheureusement, les préstitués ne rapporteront rien de tout cela, et malheureusement la plupart des Américains sont trop occupés à perdre leur temps comme ils le font pour sauver leur vie en regardant une interview de 15 minutes.
Le mensonge de Covid a commencé avec le test PCR exécuté à des cycles élevés qui rendaient le test peu fiable et générateur d’un taux élevé de faux positifs. C’est ainsi que la « pandémie » a été créée. Des millions de personnes qui n’avaient pas de Covid ont été signalées comme ayant Covid en raison des faux positifs générés par le test PCR. Ce mensonge intentionnel a été utilisé pour créer la peur qui a conduit les gens à être des cobayes pour un « vaccin » expérimental dangereux.
La peur était également motivée par les incitations financières accordées aux hôpitaux. Les décès de Covid signifiaient des paiements de bonus. Cette habileté a incité les hôpitaux à déclarer tous les décès possibles comme des décès de Covid. La saison de la grippe, les crises cardiaques, le cancer, la pneumonie, tous sont devenus des décès de Covid. Le chiffre très exagéré a été utilisé pour augmenter le facteur de peur.
En vérité, les personnes qui mouraient étaient des personnes atteintes de Covid et de comorbidités, et elles mouraient parce qu’elles n’étaient traitées qu’avec des ventilateurs, ce qui s’est avéré ne pas être un traitement qui s’attaque à Covid.
Les traitements connus et sûrs ont été suspendus, car sinon l’utilisation d’urgence ne pourrait pas être accordée aux vaccins en attente. L’autorisation d’utilisation en urgence est conditionnée à l’absence de traitements curatifs. C’est pourquoi aux États-Unis et en Europe, l’HCQ et l’ivermectine, tous deux approuvés depuis longtemps, utilisés depuis longtemps et si sûrs qu’ils sont disponibles en vente libre dans la plupart des pays du monde, ont été diabolisés comme « dangereux », « non approuvés,  » et c’est pourquoi de fausses histoires financées par Big Pharma se répandent, comme celle-ci – https://www.rt.com/usa/534011-ivermectin-horse-dewormer-doctor-debunked/ – qui convainquent les gens qu’il existe pas d’alternative au « vaccin ».
Le vaccin n’est pas un vaccin. Il s’agit d’un effort pour substituer la technologie expérimentale de l’ARN à un vaccin, et il a largement échoué. Ce qui était hier « complètement vacciné » est aujourd’hui non vacciné. Un rappel est nécessaire, Un rappel est nécessaire, et Fauci dit maintenant qu’il en faudra un tous les 8 mois ou malgré de nombreux vaccins, vous ne serez pas vacciné. En Israël où 84 % sont « vaccinés », la pandémie parmi les vaccinés est si importante que le tsar israélien de la santé a déjà des Israéliens sous un deuxième rappel. Il semble que l’humanité est en train de devenir une pelote d’épingles pour les aiguilles vaccinales.
Non seulement le soi-disant vaccin ne protège pas, mais il produit des effets indésirables graves et mortels. En effet, le cas probable est que la grande majorité de ce que l’on dit être de nouveaux cas de Covid sont en fait des réactions indésirables au vaccin. Cela expliquerait pourquoi la grande majorité de ceux qui sont étiquetés de nouveaux cas de Covid sont parmi les « entièrement vaccinés » et pourquoi les nouveaux cas augmentent avec la vaccination. Voir le tableau israélien par exemple—https://www.paulcraigroberts.org/2021/09/07/the-powerful-case-against-covid-mrna-vaccine/
S’il existe déjà des variantes, il est fort probable qu’il s’agisse de résultats du vaccin qui, selon les scientifiques de haut niveau, permet au virus d’échapper à la réponse immunitaire. Autrement dit, plus il y a de vaccination, plus il y a de variantes, plus le Covid se propage.
Il serait impossible de concevoir un plus grand échec ou une plus grande menace pour la santé publique et la liberté civile que les vaccins à ARNm et la campagne de propagande derrière eux. De nombreux experts distingués sont arrivés à cette conclusion et en parlent, mais ils sont censurés. Pourquoi? Est-ce seulement parce qu’ils menacent les bénéfices des Big Pharma vaccins ?
Malgré l’échec total indéniable et massif du vaccin Covid, il y a une énorme pression de partout pour une vaccination universelle. Biden veut qu’il soit mandaté par le ministère du Travail que chaque entreprise de 100 employés exige la vaccination comme condition d’emploi. Les hôpitaux et les HMO l’exigent de leurs médecins et de infirmières. Les universités refusent même aux étudiants non vaccinés de suivre des cours en ligne ! https://www.globalresearch.ca/rutgers-university-freezes-accounts-several-non-vaccinated-students/5755319 Il y a des appels pour refuser aux personnes non vaccinées l’accès aux restaurants, hôtels, transports en commun, événements sportifs, hôpitaux et même visites à leur propre médecin et dentiste. Un passeport Covid qui doit être mis à jour tous les 8 mois signifie une paperasse sans fin. Chaque fois que vous vous retournez, il est temps d’obtenir un nouveau passeport.
La pression est incessante. Si vous effectuez un achat dans une pharmacie de l’État de Géorgie, il vous sera remis un sac rouge et blanc sur lequel est écrit  en lettres géantes : « J’ai dit oui au vaccin pour aider à mettre fin à la pandémie ». « Le vaccin Covid est sûr »,  « Les effets secondaires sont légers et durent un jour ou deux. » « Faites maintenant votre part pour contrôler la pandémie : faites-vous vacciner. Département de la santé publique, gouvernement de Géorgie. »
Ceci vient d’un service de santé publique malgré le fait que la vaccination ne protège pas, nécessite des rappels sans fin, et provoque une pandémie d’effets indésirables et de nouvelles variantes !
La seule conclusion possible est que soit les fonctionnaires, les employeurs et les administrateurs universitaires sont si complètement stupides qu’ils ne peuvent pas comprendre les preuves claires, soit ils veulent plus de réactions vaccinales indésirables, plus de nouvelles variantes et plus de cas de Covid.
Source : The Covid Lie Grows Like Pinocchio’s Nose
by Paul Craig Roberts | Sep 13, 2021

PRENEZ QUELQUES SECONDES POUR VISITEZ NOTRE BOUTIQUE:

VINTAGE par Michel
Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

Cette semaine,nous offrons cette magnifique théière en argent:

Sur ce lien :Théière tibétaine en argent

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’opération Covid-19 met à nu le « Nombre de la Bête »

«fait que, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, soient marqués sur la main droite ou sur le front, de sorte que personne ne puisse acheter ou vendre à moins qu’il a la marque.  »
Nouveau Testament, Apocalypse, chapitre 13

Comme la vague de criminalité Covid est si ÉNORME, il y aura de graves conséquences !

Il y a maintenant des fissures énormes et irréparables qui s’ouvrent dans la façade du Plan Covid-Arnaque (Plandemic).

 

Le SYSTÈME de la BÊTE

La chose extraordinairement unique à propos de cette plus grande conspiration criminelle mondiale de l’histoire du monde, c’est qu’elle devait impliquer tout le monde – chaque entité institutionnelle majeure, c’est-à-dire qui était nécessaire pour mener à bien ce gigantesque canular.

Cela signifie que le  SYSTÈME DE LA BÊTE [1] a  révélé à quel point il est puissant et omniprésent à travers la planète.

Le graphique suivant ne capture que certaines de ces entités institutionnelles et mouvements mondialistes qui ont constitué le  SYSTÈME DE LA BÊTE depuis le tout début. Il comprend également des opposants féroces qui ont exposé le CORONAhoax actuel  .

Même un examen superficiel du précédent diagramme du complot COVID-5G révèle que chaque grande institution mondiale et nationale, qui est vitale pour la continuité du  SYSTÈME DE LA BÊTE , s’est inscrite sur la « carte de la frénésie de crime Covid » en constante évolution.

La première de ces organisations criminelles est peut-être le complexe gouvernemental et médical (GMC) qui a participé à ce génocide mondial sans précédent en tant que principal criminel opérationnel de Covid.

Le GMC comprend l’OMS, le CDC, la FDA, le NIH, l’AMA,  Big Pharma et plusieurs autres poids lourds de la santé qui ont tous  conspiré pour mener un complot criminel extrêmement complexe pour commettre un génocide mondial et couvrir la vague mondiale de criminalité Covid.

Dès le départ, les chances d’empêcher un complot criminel aussi compliqué de se défaire complètement étaient minces, voire nulles, et vraiment beaucoup plus proches de « AUCUN ». Car comment pourrait-on compter sur les innombrables co-conspirateurs pour rester ensemble lorsque les choses sont devenues difficiles – vraiment difficiles car elles sont sur le point de le devenir alors que les perspectives d’un autre verrouillage mondial augmentent en raison de la «variante Delta» inexistante et totalement fausse .

En effet, la   cabale mondialiste du Nouvel Ordre Mondial ait même imaginé pouvoir maintenir cette conspiration criminelle et dissimuler des relents d’un tel degré d’orgueil et d’arrogance jamais vus dans l’histoire enregistrée.

Maintenant que l’ensemble du système de santé américain, ainsi que les différents gouvernements à tous les niveaux des États-Unis, ont subi une perte de confiance incomparable en raison du génocide gériatrique délibéré exécuté au cours de la dernière année et demie, à quoi les médecins s’attendent-ils ?

Maintenant que les mêmes responsables de la santé et hommes de main politiques ont imposé à la population des vaccins hautement expérimentaux, qui se sont chacun avérés extrêmement dangereux pour la santé humaine et souvent mortels, comment les médecins du monde entier réagiront-ils aux accusations à venir de « meurtre par médicament » et «viol médical » ?

Avouons-le : la fête est finie pour  Big Pharma  et tous leurs nombreux co-conspirateurs criminels qui ont empoisonné les citoyens américains pendant plusieurs décennies.

L’effondrement en chute libre de la confiance qui se produit actuellement ne fera que s’accélérer à mesure que de plus en plus de personnes mourront des injections répétées de vaccins Covid, ou deviendront mortellement malades des expositions au défilé annuel des prochaines grippes en raison de leur vulnérabilité accrue après avoir reçu les piquouses.

Il est devenu très clair que l’une des principales raisons de la poussée démesurée de vacciner une même personne sur la planète – SANS CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ – était de la rendre considérablement plus sensible à tous les agents infectieux courants qui circulent chaque saison de la grippe. Les victimes vaccinées contre le Covid seront également beaucoup plus sans défense face aux nombreux autres micro-organismes pathogènes et microbiens virulents en raison de leur système immunitaire fortement compromis et/ou supprimé.

Bien entendu, tous ces développements intentionnels ont été soigneusement mis en œuvre par le  SYSTÈME DE LA BÊTE (BS).

Parce que la BS satanique s’est maintenant pleinement exposée, elle n’a d’autre choix que d’aller à fond dans sa tentative de verrouiller l’ensemble de la civilisation planétaire. Car une fois la boîte de Pandore ouverte, impossible de remettre les choses comme avant. Ce qui signifie que  LA GRANDE ARNAQUE COVID  était vraiment un jeu de dés ÉNORME et très conséquent… en ce qui concerne l’élite du pouvoir.

Ce qui est maintenant clair, c’est que les criminels de Covid se sont mis à nu comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité ; et ils seront – finalement – traqués et sévèrement punis; à moins qu’ils ne dépeuplent la planète de tous les chercheurs de vérité.

Contrairement aux «attaques sous faux drapeau du 11 septembre» et à la «guerre contre le terrorisme» et à d’autres crimes odieux contre l’humanité, le complot criminel hautement prémédité et organisé de Covid a été carrément mis dans l’arrière-cour de tout le monde. Chaque personne sur Terre a été profondément affectée par la pure malveillance démontrée par  les pouvoirs en place  (TPTB) tout au long de cette guerre de bioterrorisme en cours. Et cela seul change tout car tout le monde, à des degrés divers, a la peau du jeu.

Qui sont au juste les individus et les organisations qui commettent ce plus grand « crime de l’ère » ?

Marque de la bête

Quelle plus grande preuve existe-t-il de l’existence d’un SYSTÈME DE LA BÊTE apparemment tout-puissant   que la « Marque de la Bête ?

N’est-ce pas le but de l’Agenda de Super Vaccination Covid   ? Pour s’assurer que chaque personne sur la planète soit dotée de la  « Marque de la Bête » minutieusement bio-ingénierie de Bill Gates ?

Quoi de mieux que d’imposer un programme de vaccination obligatoire au COVID-19 à toute l’humanité.

Bien que ce plan d’agression médicale piqûres Covid puisse sembler tiré par les cheveux, c’est exactement l’objet du plan.

Par conséquent, il est impératif que les États-Unis, informés et conscients, fassent tout ce qui est nécessaire pour empêcher l’approbation par la FDA des vaccins les plus dangereux et les plus mortels de l’histoire des États-Unis.

Conclusion

À la lumière de ces dures réalités, il est fort probable que TPTB souffrira bientôt à la fois de la fatigue psychologique et de l’épuisement des gens suite à la dissimulation.

Pensez simplement à la main-d’œuvre, au temps et à l’énergie qu’il faut à la fois pour perpétuer cette fausse pandémie de COVID-19, puis la couvrir, puis administrer un programme de super vaccination Covid extrêmement nocif et mortel  dans  le monde entier.

Il va sans dire qu’une opération bioterroriste de cette taille et de cette ampleur est vouée à entraîner BEAUCOUP d’erreurs, beaucoup d’erreurs graves. Voir :  CE MÉMO SECRET EST-IL UN SUPER ÉCRAN PAR LES CRIMINELS BRITANNIQUES COVID ? !

La simple surveillance de tous les lanceurs d’alerte devient également une opération majeure. Le niveau d’espionnage et de surveillance 24h/24 et 7j/7 est à lui seul un travail colossal qui doit être entrepris sans faute. De plus, tout ce qu’il faut, c’est un dénonciateur courageux pour faire exploser tout le stratagème criminel de Covid – pour de bon.

Chaque entité institutionnelle au sein du SYSTÈME DE LA BÊTE a connu un effondrement complet de la confiance dans le monde entier depuis que COVID-19 a été nommé pour la première fois

En fait, les systèmes politiques, médicaux, scientifiques, juridiques, universitaires et autres systèmes influents ont perdu à jamais la confiance du peuple. De même, les gouvernements à tous les niveaux ont subi de manière irréversible la perte de confiance des gouvernés, qui est nécessaire pour continuer cette ruse Covid. Finalement, le public forcera ces fonctionnaires criminels et corrompus à quitter leurs fonctions. Et, de nombreux criminels de Covid seront probablement poursuivis dans toute la rigueur de la loi.

Ce n’est qu’alors que  Nous, le Peuple, nous  reposerons tranquillement.

Note spéciale :  ce que ces super-criminels de Covid ont fait jusqu’à présent est si outrageusement barbare qu’ils se sont créés un dilemme « ça passe ou ça casse ». En d’autres termes, s’ils ne verrouillent pas la planète comme jamais auparavant, ils subiront tous les conséquences les plus graves. Être pendu en direct sur Internet serait facile pour eux. Par conséquent, à l’avenir, les criminels Covid feront tout ce qui est nécessaire pour éviter leurs chutes respectives et certaines punitions. Cela signifie que la situation ne fera que s’intensifier pendant le mandat du POTUS Imposteur Joe Biden. Et que les contrôleurs de Covid deviendront beaucoup plus effrontés et imprudents dans leurs efforts pour dépouiller les Américains de leurs droits et libertés constitutionnels.

Source : OPERATION COVID-19 EXPOSES THE BEAST SYSTEM


NOTES

 

[1] Beaucoup de gens soulignent des similitudes entre les caractéristiques des vaccins et la marque de la bête du livre de l’Apocalypse.

La marque de la bête est décrite dans le Nouveau Testament, plus précisément dans l’Apocalypse, chapitre 13. Dans ce dernier livre de la Bible, l’auteur, connu sous le nom de Jean l’Ancien, décrit les vues qu’il voit à la fin du monde.

Deux bêtes surgissent de la mer, et la seconde bête «fait que, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, soient marqués sur la main droite ou sur le front, de sorte que personne ne puisse acheter ou vendre à moins qu’il a la marque.  »

On en arrive aujourd’hui à la situation catastrophique suivante : personne ne peut acheter ou vendre, aller au travail ou à l’école, ou voyager, etc. sans posséder la marque de la bête, c’est-à-dire le « pass vaccinal » et autres documents de marquage et puces électroniques intégrées au corps humain au moyen des soi-disant vaccins.

Voici ce qu’a dit Bill Gates dans un article sur le sujet dans Yahoo Finance :

« La solution ultime, la seule chose qui permettrait un retour complet à la vie normale,  de pouvoir s’asseoir sans crainte dans un stade plein de gens, serait de créer un vaccin. Et cela pas seulement dans notre pays mais dans le monde entier afin de créer une vaste immunité et que « cette chose » quelle qu’elle soit ne se propage pas en grand nombre »

Vouloir un vaccin pour lutter contre le Covid 19 n’est pas suspicieux en soi. C’est ce que Bill Gates a dit ensuite qui a soulevé des soupçons.
En effet, dans un autre article : Bill Gates veut pucer les gens avec une micro chip pour « lutter contre des maladies » comme le Coronavirus (Kurios.com). Durant une session de Reddit, Gates a parlé de « certificats numériques » révélant qui a guéri ou qui a été vacciné contre le Covid 19. Ceci a soulevé des inquiétudes chez de nombreuses personnes qui craignent que le milliardaire américain, promoteur de vaccins tueurs en Afrique, veuille implanter des puces à tout le monde.

Et, en effet, Gates a suggéré une telle possibilité : « Cependant, le sujet de controverse concerne les certificats numériques. On aura donc un registre des gens testés, vaccinés »

A quoi fait-il référence ?
Peut-être à son « quantum dot tatoo » ? Il s’agit d’un tatouage invisible accompagnant le vaccin : il est fait de points quantiques : de très petits cristaux semi-conducteurs qui reflètent la lumière et qui brillent en présence de lumière infrarouge.

Ces tatouages incluent l’application de micro aiguilles résorbables contenant le vaccin et des capsules microscopiques contenant des points fluorescents à base de cuivre. Ces capsules étant biocompatibles. (Jamesfitzer.org )

Ces tatouages ont pour but de contenir le carnet de santé de chaque personne. C’est la fondation Bill et Melinda Gates qui a poussé à trouver une solution pour identifier les gens vaccinés et qui a financé cette recherche publiée dans le « Journal of Translational  Medecine »

Ces tatouages sont en cours de développement par les chercheurs du MIT (Institut de technologie de Massachussetts) et Rice University. 

Ceux-ci ont créé une encre qui peut être incorporée dans la peau avec le vaccin et qui est lisible uniquement par un smartphone spécial (camera et filtre spécialisés)

Ce système de dépistage dans la peau destiné à tous les habitants du monde ressemble à la fameuse « marque de la bête » .

 


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT  SA BOUTIQUE EN LIGNE

 

Sur ce lien : Vintage par Michel

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:Les données officielles montrent que DEUX FOIS plus de personnes sont décédées à cause des vaccins Covid-19 en 6 mois que de personnes décédées de Covid-19 en 15 mois

Nous sommes en mesure de le confirmer grâce aux données publiées par Public Health England Scotland, aux côtés des données publiées par la MHRA sur le programme Yellow Card Report. Cependant, la véritable image est probablement bien pire en raison de la grande quantité de décès enregistrés dus aux injections survenues en Écosse. En effet, Public Health England refuse de publier ces données.
Selon les données publiées par le NHS sur les décès liés à Covid-19 jusqu’au 10 juin 2021, il y a eu 87253 décès dans les 28 jours suivant un test positif. Cependant, parmi ceux-ci, seuls 3591 sont décédés de Covid-19, tandis que les autres avaient tous des conditions préexistantes allant des maladies cardiaques à la démence.
D’autre part, 
2.431 femmes ont signalé la perte de leur bébé à naître en raison d’un vaccin Covid-19  conseillé par leur médecin.

Les 83.662 personnes décédées avec des conditions préexistantes n’ont peut-être été ajoutées aux statistiques de décès de Covid que parce qu’elles ont reçu un résultat de test positif pour le virus SARS-CoV-2 dans les 28 jours avant leur décès. Un résultat de test qui sera dû au fait que les hôpitaux exigent essentiellement que des tests soient effectués avant que le traitement ne soit proposé, bien que cela soit contraire à la loi.

Le test utilisé est le test PCR, qui ne peut pas détecter l’infection et peut trouver tout ce qu’il veut trouver s’il est effectué à un taux de cycle élevé, produisant des faux positifs, il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi des dizaines de milliers de personnes sont mortes d’autres les causes ont été ajoutées aux statistiques de décès dus au Covid.

En utilisant le chiffre de 3591 personnes qui seraient décédées de Covid-19 selon les données du NHS, nous pouvons voir qu’une moyenne de 239,4 personnes sont décédées par mois depuis mars 2020 jusqu’en juin 2021.

Cela comprend 3501 personnes de plus de 40 ans et à peine 90 personnes de moins de 40 ans.

Cela met vraiment les choses en perspective lorsque vous prenez le chiffre connu des personnes décédées à cause des vaccins Covid-19. Depuis le 9 décembre 2020 jusqu’au 30 juin 2021, un total de 450 décès ont été signalés au programme Carte jaune de la MHRA comme effets indésirables du vaccin Pfizer ARNm Covid-19. Une moyenne de 75 par mois.

 

 

 

Depuis le 5 janvier 2021 jusqu’au 30 juin 2021, un total de 960 décès enregistrés ont été signalés au programme Carte jaune de la MHRA en tant que réactions indésirables au vaccin AstraZeneca Covid-19. Une moyenne de 160 par mois.

 

Le vaccin à ARNm Moderna a également fait l’objet de 6 rapports de décès. Le programme de carte jaune de la MHRA a également reçu 24 rapports de décès pour lesquels la marque de vaccin n’était pas spécifiée.

Cela signifie que le nombre total de décès signalés au programme de carte jaune de la MHRA en tant que réactions indésirables à tous les vaccins Covid-19 approuvés d’urgence au cours des 6 derniers mois s’élève à un total de 1440 jusqu’au 30 juin 2021. Il s’agit d’une moyenne de 240 décès survenus par mois. Cette statistique à elle seule dépasse déjà de 0,6 le nombre moyen de décès par mois de personnes décédées de Covid-19.

Cependant, nous avons également des données publiées par Public Health Scotland avec lesquelles travailler.

Un rapport publié par PHS le 23 juin 2021 a révélé qu’entre le 8 décembre 2020 et le 11 juin 2021, un nombre total de 5522 personnes sont décédées dans les 28 jours suivant la dose d’un vaccin Covid-19.

Selon la feuille de calcul fournie par Public Health Scotland qui comprend le nombre de décès par type de vaccin et la date à laquelle ils se sont produits, 1877 décès sont dus au vaccin Pfizer, 3643 décès sont dus au vaccin AstraZeneca et 2 décès ont été en raison du à Moderna.

Cela équivaut à une moyenne de 920 décès survenant chaque mois en raison des vaccins Covid-19 rien qu’en Écosse. Dépassant le nombre moyen de personnes décédées de Covid-19 en Angleterre de 680,6 par mois.

En combinant le nombre total de décès signalés à la MHRA en tant que réactions indésirables aux piqûres de Covid-19, avec le nombre total de décès enregistrés dans les 28 jours suivant un piqûre de Covid-19 en Écosse, nous pouvons voir qu’il y en a eu 6 962 décès au cours des 6 derniers mois dus aux vaccins Covid-19. C’est presque le double du nombre de personnes décédées de Covid-19 en Angleterre au cours des 15 derniers mois.

Cela signifie également que sur la base des données disponibles, 1160 personnes meurent en moyenne chaque mois à cause des vaccins Covid-19. Cela dépasse de 920,9 le nombre moyen de personnes qui meurent de Covid-19 chaque mois.

En utilisant les données sur le nombre de décès dus aux vaccins Covid-19 en Écosse, nous pouvons également estimer le nombre probable de décès dus aux piqûres en Angleterre. En nous adaptant à la taille de la population (simple règle de 3), nous estimons que le nombre réel de décès dus aux injections en Angleterre au cours des 6 derniers mois pourrait atteindre 57.470.

Mais lorsque vous entendez dire par Devi Sridhar a dit qu’ils sont 100% sûrs, nous vous entendons pleurer. Eh bien, nous sommes désolés de vous informer qu’elle n’a pas dit la vérité.

Les données pour l’Écosse révèlent également que le nombre de décès dus aux vaccins Covid-19 en 6 mois est dix fois supérieur au nombre de personnes décédées du Covid-19 entre mars 2020 et janvier 2021. Une demande d’accès à l’information faite le 30 janvier, a demandé au gouvernement écossais de révéler le nombre total de personnes décédées de Covid-19 depuis mars 2020.

Ce à quoi le gouvernement écossais a répondu le 11 mars 2021 comme suit :

« La réponse à votre question est que 596 décès impliquant COVID-19 ont été enregistrés alors qu’il n’y avait pas de problème de santé préexistant entre mars 2020 et janvier 2021 (y compris). »

Quelle que soit la façon dont vous les regardez, les données montrent que les vaccins Covid-19 tuent beaucoup plus de personnes que Covid-19 n’en a jamais fait. Le problème que vous avez maintenant, c’est qu’ils veulent ensuite vacciner vos enfants.

Source : Official Data shows TWICE as many people have died due to the Covid-19 Vaccines in 6 months than people who have died of Covid-19 in 15 months

By The Daily Expose on July 15, 2021


EN COMPLÉMENTAIRE

2 431 femmes ont signalé la perte de leur bébé à naître en raison d’un vaccin Covid-19 conseillé par leur médecin

Nous avons récemment révélé comment le Center for Disease Control aux États-Unis avait manipulé les résultats d’une étude réelle extrêmement discutable sur la sécurité de l’administration des vaccins Covid-19 aux femmes enceintes. 

Le CDC avait présenté les résultats de l’étude pour montrer que seulement 12,6% des femmes avaient subi une fausse couche après avoir reçu le vaccin Covid-19. Cependant, en lisant les petits caractères, nous pouvions voir que le nombre réel de femmes qui avaient subi une fausse couche était de 82 %.

Malheureusement, au Royaume-Uni, le Joint Committee on Vaccination and Immunization (JVCI) avait conseillé que toutes les femmes enceintes devraient se voir proposer le vaccin Covid-19 sur la base des résultats de cette étude.

Mais ce qui est plus regrettable, ce sont les conséquences de ces conseils qui sont maintenant observés au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe…

Les dernières données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) aux États-Unis nous montrent qu’au 9 juillet 2021, 1073 femmes ont signalé une fausse couche comme réaction indésirable à l’un des vaccins Covid-19. Cependant, il est important de se rappeler que seulement 1 à 10 % des effets indésirables sont signalés au VAERS, et il existe un énorme arriéré de rapports sur la grande quantité d’effets indésirables subis par un public non averti. Ainsi, les données présentées dans le système VAERS n’incluent pas tous les rapports qui ont été soumis jusqu’au 9 juillet 2021, et les rapports effectués dès janvier ne font que s’ajouter au système.

Comment savons-nous que seulement 1 % des effets indésirables sont signalés ? Parce qu’un rapport de 2011 commandé par le département américain de la Santé le dit –

« Les événements indésirables liés aux médicaments et aux vaccins sont courants, mais sous-déclarés. Bien que 25 % des patients ambulatoires subissent un événement indésirable médicamenteux, moins de 0,3 % de tous les événements médicamenteux indésirables et 1 à 13 % des événements graves sont signalés à la Food and Drug Administration (FDA). De même, moins de 1 % des événements indésirables liés aux vaccins sont signalés. »

Cela signifie donc que le nombre réel de femmes qui ont perdu leur enfant à naître, sur les 90.000 présumées ayant reçu l’un des vaccins Covid aux États-Unis, pourrait se situer entre 10.730 et 100.730.

Il est important de se rappeler que ce ne sont pas que des statistiques, ce sont de vraies personnes, et cela a eu une issue tragique dans leur vie. Comme cette femme qui déclare que tout allait bien avec sa grossesse jusqu’à 4 heures après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer ARNm Covid.

Et une autre femme qui avait consulté 2 obstétriciens-gynécologues , médecins spécialisés dans la grossesse. Elle leur a demandé si elle devait se faire injecter un vaccin Covid-19 et ils ont insisté pour qu’elle le fasse. Deux jours après avoir reçu le vaccin d’ARNm de Moderna, elle a commencé à faire une fausse couche. Trois jours plus tard, la fausse couche était terminée.

Lorsque le JCVI dit qu’« aucun problème de sécurité n’a été identifié » aux États-Unis, il ment. Le JCVI devrait sûrement conseiller à toutes les femmes enceintes de se faire vacciner parce que les essais cliniques indiquent qu’il est sûr de le faire ? Après tout, les autorités du Royaume-Uni continuent de nous rappeler que les vaccins Covid ont été passé « à travers tous les essais cliniques et les contrôles de sécurité que tous les autres médicaments autorisés subissent ». Sauf qu’ils ne l’ont pas fait. Elles mentent aussi.

Aucun des vaccins Covid n’est autorisé selon les règles, ils ont plutôt reçu une autorisation d’utilisation d’urgence, qui n’est valable que lorsqu’il y a un état d’urgence déclaré, c’est-à-dire des restrictions de verrouillage. Pourquoi n’ont-ils reçu qu’une autorisation d’utilisation d’urgence ? Parce que les essais cliniques de phase trois pour tous les vaccins Covid ne se termineront pas avant 2023. Nous fournissons une vérification détaillée des faits sur le sujet que vous pouvez lire ici.

Ce qui signifie qu’il n’y a pas d’études pour confirmer que les vaccins Covid sont sans danger pour les femmes enceintes, comme l’a confirmé le gouvernement britannique lorsque le vaxx d’ARNm de Pfizer a reçu une autorisation d’utilisation d’urgence en décembre 2020. C’est précisément ce que le gouvernement britannique a déclaré dans son conseil à l’époque –

Grossesse
Il n’y a pas ou peu de données sur l’utilisation du vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2. Les études de toxicité pour la reproduction chez l’animal n’ont pas été achevées. Le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 n’est pas recommandé pendant la grossesse. Pour les femmes en âge de procréer, une grossesse doit être exclue avant la vaccination. De plus, les femmes en âge de procréer doivent être avisées d’éviter une grossesse pendant au moins 2 mois après leur deuxième dose.

Allaitement maternel

On ne sait pas si le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 est excrété dans le lait maternel. Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons ne peut être exclu. Le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 ne doit pas être utilisé pendant l’allaitement.

Fertilité

On ne sait pas si le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 a un impact sur la fertilité.

Cela signifie que vous êtes le cobaye pour l’essai/l’étude si vous choisissez d’avoir un vaccin expérimental contre le Covid,

Au Royaume-Uni, à la 24è mise à jour hebdomadaire sur les effets indésirables des vaccins Covid-19 signalés au programme de carte jaune MHRA, un nombre total de 183 femmes ont signalé la perte de leur enfant à naître en raison du vaccin à ARNm Pfizer au 7 juillet 2021.

Cependant, encore une fois, la MHRA estime que seulement 1% à 10 % des effets indésirables sont signalés au programme Yellow Card. Ainsi, le nombre de femmes qui ont réellement perdu leur bébé après avoir reçu le vaccin Pfizer pourrait en fait se situer entre 1830 et 18300.

147 autres femmes (en réalité 1470 à 14700) ont également signalé la perte de leur enfant à naître après avoir reçu le vaccin vecteur viral AstraZeneca.

Le jab d’ARNm de Moderna, dont seulement 1,1 million de doses ont été administrées au Royaume-Uni, a également causé une fausse couche à 11 (en réalité 110 à 1100) femmes jusqu’à présent. Cependant, à mesure que le déploiement de ce vaxx expérimental s’accélère, nous pouvons nous attendre à voir des nombres similaires à ceux signalés pour Pfizer, car ils constituent tous deux une thérapie génique expérimentale similaire.

Les femmes des pays de l’UE signalent également la perte de leurs enfants à naître en raison des vaccins contre le Covid. Au 17 juillet, le système Eudravigilance montre que 401 femmes ont signalé la perte de leur enfant à naître après avoir subi le vaccin Pfizer.

331 femmes ont signalé la perte de leur enfant à naître après avoir reçu l’injection d’AstraZeneca, ce qui comprend 329 rapports d’avortement spontané et 3 rapports d’avortement manqué.

277 femmes ont signalé la perte de leur enfant à naître après avoir reçu le vaccin Moderna, cela comprend 270 rapports d’avortement spontané et 7 rapports d’avortement manqué.

Et 8 femmes ont signalé la perte de leur enfant à naître après avoir reçu le vaccin vecteur viral Johnson et Johnson.

Comme vous pouvez le voir d’après les données que nous venons de présenter, aucun des vaccins Covid ne s’avère sûr pour une utilisation chez les femmes enceintes. Au total, 2431 rapports de fausses couches dues aux vaccins Covid-19 ont été signalés au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis. Il s’agit d’une augmentation de 183% par rapport au nombre qui avait été signalé au 29 mai 2021.

Mais l’autre question persistante à laquelle il faut répondre est «pourquoi une femme enceinte souhaiterait-elle prendre le risque de prendre l’un des vaccins expérimentaux Covid»?

Voici quelques-unes des choses que les autorités exigent que vous évitiez pendant la grossesse : poisson fumé, fromage à pâte molle, peinture humide, café, tisane, suppléments vitaminiques, malbouffe transformée… la liste est interminable. Pourtant, les femmes se présentent pour prendre l’un des vaxx expérimentaux.

La réponse réside très probablement dans le fait que ces femmes ne sont pas correctement informées. Si les autorités leur disent qu’il est sûr de l’avoir, alors cela doit être vrai, n’est-ce pas ? Eh bien, ils ont tort, car les autorités leur disent en fait le contraire. Au moins, ils sont par écrit de toute façon, si ces femmes reçoivent réellement cette information est une autre histoire, nous doutons qu’elles le soient.

Le Royal College of Midwives étiquette en fait le risque de vaccination contre le Covid pour les femmes enceintes dans une fiche d’information qu’ils ont créée en janvier. Ils déclarent ce qui suit –

  • Les vaccins Covid n’ont pas été testés chez les femmes enceintes.
  • Les preuves d’efficacité sont insuffisantes pour les femmes enceintes.
  • Nous ne savons pas si le vaccin fonctionne aussi bien pendant la grossesse
  • Nous ne savons pas s’il existe des inconvénients particuliers à la grossesse.

Si ces femmes sont sensibilisées aux risques ci-dessus, cela leur incombe tout autant que le JCVI pour avoir modifié ses conseils. Ce que ces femmes doivent comprendre, c’est qu’elles sont les cobayes, et en prenant le vaccin Covid, elles participent à une expérience, extrêmement dangereuse et scandaleuse en plus.

Il est important que les femmes enceintes puissent lire cet article pour les sensibiliser aux faits et leur permettre de faire un choix en toute connaissance de cause, alors partagez-le largement.

Sources


NOTES IMPORTANTES

Le Dr Peter McCullough révèle que les vaccins Covid « tuent directement des bébés au premier trimestre » alors que la pression criminelle pour vacciner les femmes enceintes se poursuit

 

Dr Peter McCullough

Le médecin le plus connu sur le traitement précoce du COVID-19 a publié une nouvelle interview explosive dans laquelle il révèle la poussée inutile destinée à donner aux femmes enceintes le vaccin Covid-19 tue directement les bébés au premier trimestre.

Enfin une « bonne nouvelle » : la Norvège reconnaît les effets néfastes des vaccins Covid et indemnise les victimes

Le Dr McCullough, professeur de médecine à Texas A&M, a récemment été interviewé par Mike Adams sur Brighteon Conversations, où il a discuté de prophylactiques efficaces, de nutraceutiques, de traitements et de perfusions d’anticorps pour la prétendue maladie de Covid-19. Le Dr McCullough a déclaré que ces approches réussissent à traiter les personnes âgées et les populations à risque. Mais a déclaré qu’ils étaient inutiles pour la majorité des personnes de moins de 50 ans, car pour eux, surmonter Covid-19 est comme affronter une brise légère.

Le médecin respecté a ensuite évoqué l’acte criminel consistant à donner aux femmes enceintes l’une des piquouses expérimentales de Covid-19. Les autorités américaines et britanniques demandent aux femmes d’éviter, pendant la grossesse, le poisson fumé, le fromage à pâte molle, la peinture humide, le café, les tisanes, les suppléments vitaminiques et la malbouffe transformée. Mais les autorités américaines et britanniques pensent qu’il est parfaitement acceptable pour chaque femme enceinte d’avoir un vaccin expérimental approuvé par une procédure illégale d’urgence.

« Les femmes enceintes peuvent traverser le covid-19 sans encombre », a déclaré le Dr McCullough. « Aucune femme ne devrait jamais prendre le risque avec le vaccin Covid-19 pendant la grossesse, point final. » Les vaccins Covid-19 n’ont jamais été testés sur les femmes enceintes dans les études cliniques, car il est contraire à l’éthique de faire subir de tels abus aux femmes enceintes. Par conséquent, les conceptions des l’étude n’ont pas testé les défauts mutagènes ou reproducteurs.

“ Les femmes craignent de boire un demi-verre de vin pendant la grossesse, alors comment diable peuvent-elles prendre un vaccin extrêmement expérimental, non prouvé et dangereux ? C’est presque comme si les médecins, les Américains et tout le monde subissaient un lavage de cerveau ensemble, ils avaient été propagés et ils acceptaient aveuglément quelque chose dont ils devraient simplement rester à l’écart.
Ces vaccins tuent directement les bébés au cours du premier trimestre et c’est absolument atroce, horrible. Aucune femme ne devrait jamais prendre le risque avec le vaccin Covid-19 pendant la période de grossesse. « 

Une nouvelle étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, corrobore les affirmations de bon sens du Dr McCullough. L’étude « Preliminary Findings of mRNA Covid-19 Vaccine Safety in Pregnant Persons » a révélé que les vaccins Covid avaient provoqué des avortements spontanés chez 104 femmes parmi 127 femmes enceintes au cours du premier trimestre. Au total, 827 femmes enceintes ont participé à l’étude, mais 700 d’entre elles ont reçu la piquouse expérimentale au cours du troisième trimestre. Cela signifie que le vaccin perturbe les étapes critiques du développement prénatal précoce et tue quatre bébés sur cinq au cours des 20 premières semaines de gestation.

Les données au Royaume-Uni montrent également qu’un certain nombre de femmes ont signalé la perte de leur bébé au programme de carte jaune de la MHRA. Au 23 juin 2021, 289 femmes au total ont signalé la perte de leur bébé à cause des vaccins Ovid-19. Cependant, le nombre réel pourrait être beaucoup plus élevé en raison du fait que seulement 1 à 10 % des effets indésirables sont signalés au programme.

153 rapports de fausse couche, 1 rapport de décès d’un bébé prématuré, 5 rapports de mort fœtale et 4 rapports de mortinatalité ont été signalés comme effets indésirables du

113 rapports de fausse couche, 1 rapport de mort fœtale et 2 rapports de mortinatalité ont été signalés comme effets indésirables du vaccin AstraZeneca.

7 rapports de fausse couche ont été signalés comme des réactions indésirables au vaccin Moderna récemment approuvé d’urgence.

 Le Comité consultatif du CDC sur les pratiques d’immunisation (ACIP) et American College of Obstetricians and Gynecologists continuent de recommander que les femmes enceintes aient accès aux vaccins COVID-19. Ainsi que le JCVI au Royaume-Uni qui a basé sa recommandation sur ce que font les États-Unis plutôt que sur des preuves scientifiques.

Ces autorités ont jusqu’à présent refusé d’annuler leurs recommandations, même si des preuves préliminaires montrent que ces vaccins expérimentaux provoquent un taux d’avortement spontané de 83 % au cours du premier trimestre.

Il était une fois un certain bon sens dans la communauté médicale sur la question de la protection des femmes enceintes contre les substances potentiellement nocives. Le développement fœtal est un processus critique et délicat, en particulier au cours du premier trimestre, lorsque les organes vitaux et les fonctions physiologiques prennent forme.

Vous pouvez regarder l’intégralité de l’entretien avec le Dr Peter McCullough dans la vidéo (la discussion sur la vaccination des femmes enceintes commence à partir de la 28e minute).

Source : Dr Peter McCullough reveals the Covid Vaccines are “directly killing babies in the first trimester” as criminal push to vaccinate pregnant women continues

By The Daily Expose on July 4, 2021

La Norvège versera une indemnisation aux victimes d’AstraZeneca

En Norvège, au moins trois réclamations concernant des effets indésirables graves du vaccin AstraZeneca ont été acceptées, entraînant une indemnisation financière. On s’attend à ce que beaucoup d’autres soient confirmés en lien avec les blessures causées par le vaccin.

Le système norvégien d’indemnisation des patients (NPE) a annoncé vendredi 2 juillet qu’il verserait des paiements à trois demandeurs qui ont été grièvement blessés après avoir reçu le vaccin Oxford AstraZeneca.

Le NPE a confirmé que la piquouse AstraZeneca, qui est actuellement suspendu en Norvège, a causé de graves cas de caillots sanguins et une faible numération plaquettaire chez ces demandeurs, dont l’un est malheureusement décédé.

Deux agents de santé – qui faisaient partie du groupe prioritaire pour la vaccination – font partie de ceux qui ont eu des effets indésirables après avoir reçu une dose du vaccin, qui a ensuite été retiré du programme national de vaccination en raison de ses effets secondaires graves.

Les deux femmes ont été transportées d’urgence à l’hôpital en mars et l’une d’entre elles, qui avait la quarantaine, est décédée.

Un autre demandeur, un homme anonyme dans la trentaine, souffre toujours de graves réactions immunitaires à la suite de la piquouse.

L’homme a déclaré au NPE : « J’ai été admis à l’hôpital avec une grande douleur. C’était effrayant de suivre les nouvelles concernant d’autres personnes qui venaient de mourir du même vaccin. »

Rolf Gunnar Jorstad, le directeur de l’organisme, a annoncé qu’ils calculaient le montant de l’indemnisation qui doit être versée, précisant que le lien entre les blessures et le vaccin a été établi et confirmé par le personnel médical.

Jorstad a également déclaré que la famille de la femme décédée recevrait un paiement pour ses funérailles.

En Norvège, il y a eu jusqu’à présent 77 demandes d’indemnisation concernant le vaccin Covid-19. Plus de 50 de ces allégations concernent le vaccin AstraZeneca, tandis que le reste est lié aux vaccins Moderna et Pfizer. Huit de ces applications concernent des cas mortels.

Les médias NRK ont rapporté qu’il y avait eu plus de 16000 réactions indésirables enregistrées au vaccin Covid-19 à la fin juin, selon l’Agence norvégienne des médicaments (NMA). Ces effets indésirables vont de légers, tels que maux de tête, fièvres sévères, y compris caillots sanguins, paralysie et anaphylaxie.

Actuellement, au Royaume-Uni, il y a eu un total de 1.0007.253 réactions indésirables aux vaccins Covid-19 signalées depuis décembre 2020, dont 1.403 décès à la suite de la piquouse expérimentale. Malgré cela, les médias britanniques ne reconnaîtront aucune de ces blessures ou ne rapporteront pas les dangers du « vaccin ». Espérons que ceux dont la vie a été ruinée par la piquouse puissent obtenir justice et compensation pour ce que les grandes sociétés pharmaceutiques leur ont fait.

Pays n’ayant pas vacciné PERSONNE (qui pourraient servir de refuges ultérieurs) :

Burundi; Corée du Nord; Djibouti; Émirats Arabes Unis; Érythrée; Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud; Guam; Guernesey; Guyane française; Haïti; Île Christmas; Île Norfolk; Îles Cocos; Îles Falkland; Îles Mariannes du Nord; Kiribati; Lesotho; Micronésie; Nicaragua; Niue; Puerto Rico; Sainte-Hélène; Saint-Siège (Vatican); Saint-Vincent-et-les Grenadines; Samoa américaines; Tanzanie; Terres australes et antarctiques françaises; Territoire britannique de l’Océan Indien; Tokelau; Turkménistan.


LUTTONS CONTRE LA CENSURE DES MÉDIAS EN SUPPORTANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

 

Sur ce lien svp:Vintage par Michel

 

*Aujourd’hui,notre boutique vous offre une magnifique porcelaine chinoise de Jingdezhen 景德镇:

Sur ce lien:

https://www.etsy.com/your/shops/VintageParMichel/tools/listings/1043257152?ref=listing_card_body&from_page=/your/listings