Mystère : le phénomène des boules de feu de Naga et la tradition divine

Naga fireballs 003

 

Le mystère derrière l’apparence des boules de feu Naga sur le Mékong a été finalement résolu en partie par des scientifiques « rationalistes », et il est un phénomène naturel, a dit hier le ministère de la Science . «Le phénomène est causé par le gaz phosphine inflammable(1)« , a déclaré le vice secrétaire permanent Saksit Tridech. Le ministère a lancé une expédition scientifique, dernièrement, pour mesurer et observer la manifestation annuelle à Nong Khai province. Un thermo-scanner a été installé près de la berge dans Rattana Wapee sous-district et cinq équipes de spécialistes étaient stationnés à différents points de vue le long de la rivière, y compris au Temple thaïlandais dans le district de Phisai Phon, où des milliers de curieux s’étaient rassemblés pour assister à l’événement. Les boules de feu Naga apparaissent à la fin du carême bouddhique, qui conduit beaucoup à croire que ce n’est pas le résultat de causes naturelles, mais quelque chose de plus mystique. Mais Saksit a déclaré que le matériel de numérisation ramassé le mouvement du gaz flottant sur ​​la surface de l’eau avant que les gens pouvaient capter  avec leurs yeux les bulles orange éclatant lors de l’ allumage en boules de feu. Leur « timing » dépend de l’accumulation du gaz des marais sur le lit de la rivière, qui souvent atteint un sommet en Octobre. Boules de feu ont été aperçus à plusieurs reprises tout au long de l’année dans le Mékong et ses environs avec une forte concentration de phosphine, at-il dit. Napanisa Kaewmorakot NATION, Nong Khai

Boules de feu Naga,sur le Mékong (2012)
Boules de feu Naga,sur le Mékong (2012)

La tradition millénaire des boules de feu Naga

Les boules de feu Naga sont très célèbres en Thaïlande et au Laos. Le Mékong est l’endroit où la magie s’opère, et l’une des parties les plus intéressantes de celui-ci, c’est qu’il semble se produire à un moment donné de l’année… juste au bon moment. Le Mékong a certains endroits dans la culture pop américaine, car il est le théâtre de nombreux films guerre du Vietnam, le plus célèbre Rambo II. Quoi qu’il en soit, les boules de feu ont été observées par beaucoup de gens pendant des années, certains ont  calculés parfois plus  d’un mille en une seule nuit.

Ils ressemblent à ce qu’ils sont appelés. Elles  sont rougeâtres et varient considérablement en taille. Elles  ont été signalés par des observateurs à être aussi grand que des ballons de basketball , à certains moments, même si la plupart d’entre eux sont plus petits. Elles  s’élèvent  apparemment de la rivière dans le ciel et  voyages entre 100 et 200 mètres avant de disparaître. Ce n’est pas un phénomène nouveau, les habitants disent qu’il s’est passé tout au long de leur vie, et les histoires ont traversé les générations ainsi,remontant à des millénaires dans le passé. Personne n’a jamais été blessé par les boules de feu, aussi ,il n’y a  jamais eu des dommages matériels. Elles  arrivent seulement vers la fin du mois dOctobre de chaque année. Les boules de feu sont si cohérentes dans leur apparition vers la fin d’Octobre qu’il y a effectivement des  festivals qui ‘arrêtent volontairement leurs activités pour les observer.

D’autres explications

Les scientifiques ont admis récemment  qu’ils n’ont aucune explication fiable pour les boules de feu Naga, mais il y a un couple de théories. La première est que les sédiments dans la rivière deviennent  fermentés avec la décomposition des restes d’animaux et des bulles de déchets  remonteraient  à la surface. Théoriquement, les bulles portent tellement d’énergie qu’ils sont capables de faire éclater hors de l’eau et de voyager quelques centaines de mètres dans le ciel. C’est fondamentalement le concept du gaz de passage de la rivière. Alors une théorie intéressante, la plupart des scientifiques s’accordent pour dire qu’il n’y a aucune raison de croire que le Mékong est la seule raison de  la production de bulles de gaz avec des choses  particulières autour de ce phénomène   car  toute rivière sur Terre  produirait le même phénomène. En outre, le problème de ce que se passe à un moment particulier de l’année invalide également cette théorie.

Il a été suggéré que les boules de feu sont un complot  mis en place et que le feu des traceurs de soldats du côté laotien de la rivière sont la véritable cause des boules de feu. Si tel est le cas, alors ils ont fait de grands efforts pour  que ça arrive en octobre, pendant des décennies. Il semble tout à fait difficile  à accepter un tel canular, et là aussi le problème est que des coups de feu n’ont jamais accompagné les boules de feu, comme vous pourrez le voir . La seule autre théorie est celle tenue par la population locale: un énorme serpent dans la rivière,qu’on  a appelé  Naga, incidemment, crache les boules de feu quand il vient à la surface.

Remarquablement, la théorie du  serpent pourrait être la meilleure explication que nous avons en ce moment de ce phénomène.C’est pourquoi le serpent Naga,est déifié depuis l’ancienne tradition de tout le détroit du Mékong.

Le dieu Nâga
Le dieu Nâga

 

La mythologie du Nâga

Le nāga (नाग ou serpent en sanskrit) est un être fabuleux de l’hindouisme, à corps de serpent habituellement représenté avec plusieurs têtes, souvent chimériques et effrayantes : capuchon de cobra, gueule de chien, yeux exorbités et parfois humains.

Dans les légendes de l’Inde et de tout le Sud-Est asiatique, les nâgas sont des habitants du monde souterrain où ils gardent jalousement les trésors de la terre. Ils ont pour ennemi naturel l’aigle géant Garuda, mais nâgas et Garuda ne sont en fait que deux incarnations de Vishnou, les deux aspects de la substance divine, en qui ils se réconcilient.

Le nâga le plus célèbre est Ananta, sur lequel se repose Vishnou dans l’intervalle entre la fin d’un monde et la création d’un nouveau.

 

Le nāga comme sa forme féminine ( nāgī or nāginī ) est un génie des eaux, représenté comme un serpent à tête humaine. Considérés comme étant de grands poètes, ils gardent les trésors de la terre1. Le nāga est donc gardien et protecteur, médiateur entre ciel et terre, intercesseur entre ce monde et l’au-delà, parfois associé à l’arc-en-ciel (Bouddha descend du ciel sur un escalier qui est un arc-en-ciel, dont les rampes sont deux nâgas). À Angkor (Angkor-Thom, Prah Khan, Banteai Chmar), des chaussées à balustrades en forme de nâga symboliseraient2 cet arc-en-ciel, avec Indra à leur extrémité (Dieu de la foudre et de la pluie). Dans l’iconographie khmer, le nâga mâle a un nombre impair de têtes, tandis que les femelles en ont un nombre pair. Sur certains linteaux d’Angkor, pouvant symboliser la porte du ciel sont figurés Indra et la Makara crachant deux nâgas.

Le Nagaraja, mot sanscrit formé de naga (« serpent ») et de raja (roi), désigne le Roi des serpents. Ce terme s’applique à trois déités majeures Ananda (Sheshanaga), Takshaka, et Vasuki. Ananda, Vasuki et Takshaka sont frères, fils de Kashyapa et Kadru, qui sont les parents de tous les serpents3.

Dans les contes et légendes cambodgiens, les nâgas peuvent prendre forme humaine, voyager sous terre, nager dans l’eau et voler dans les airs. C’est aussi au nâga qu’on doit la fertilité du sol et la fécondité des femmes.

Le Nâga,le lien entre le monde divin et le monde  humain

On trouve des légendes à propos du nâga ou serpent dans les mythologies hindoues et bouddhistes. Sa fréquence dans l’art khmer est extraordinaire. Le royaume des nâgas est constitués par les rivières, les lacs et les mers et c’est là que ces créatures royales demeurent dans des palais luxueux, décorés de perles et de pierres précieuses. Le nâga n’est pas seulement le gardien de l’énergie vitale des eaux, mais également celui des coraux, des coquillages et des perles. Il porte un joyau sur la tête. Les formes sinueuses du nâga créent des arches autour des frontons, des balustrades autour des bassins et des chaussées. Ces chaussées sont souvent appelées « ponts de nâgas », mais dans tous ces cas, le corps allongé du nâga symbolise l’arc-en-ciel qui relie le monde divin au monde humain.

La généalogie légendaire de nombreux souverains khmers et arrivée jusqu’à nous grâce à des panégyriques en sanskrit gravés sur de grandes stèles. Beaucoup de ces souverains se réclament de la descendance de l’union d’un brahmine indien et d’une nagini à moitié serpent, à moitié femme, elle même descendante d’un roi serpent. Ayant planté sa lance pour marquer sa prise de possession de la terre, il avait d’autre part la maitrise des eaux à travers son ascendance nâga.

 

Le cycle du monde

Dans la mythologie hindoue, le cycle du monde est divisé en quatre kalpa ou âges. Après la création, 14 périodes mènent inéluctablement vers la destruction. Pendant la sixième période de l’âge actuel, les dieux et les démons combattaient pour la domination du monde, quand une trêve fut conclue pour extraire de l’océan l’amrita, l’élixir d’immortalité. Cet épisode est connu sous le nom de « barattage de l’océan de lait », où le mont Mandara est utilisé comme axe. Le corps du nâga Vasuki est enroulé autour du mont Mandara, les dieux et les démons tirent chacun de leur côté pour baratter l’océan de lait et extraire l’élixir.

À la fin d’un âge, survient la destruction. L’énergie de Vishnou prend d’abord la forme du soleil, et assèche la terre de toute vie. Il prend ensuite la forme du vent, aspire tout l’air met le feu et réduit tout en cendres. Puis, se transformant en nuage, Vishnou déverse sous forme de pluie le lait sucré de l’océan cosmique. Les cendres de la création y sont gardées, et tout est dissous, y compris la lune et les étoiles, dans une immense étendue d’eau. C’est alors l’âge de la nuit, qui dure aussi longtemps qu’a duré le jour. Prenant une forme humaine, Vishnou dort sur le nâga à cinq têtes Ananta (« sans fin ») ou Sesha (« le reste »).

Le Serpent Naga Musée_Guimet

Le nâga apparaît également dans la vie du Bouddha historique. Durant la méditation du Bouddha, s’éleva un orage violent qui fit monter les eaux. Le roi serpent à sept têtes Muchalinda, surgissant d’entre les racines de l’arbre sous lequel Bouddha méditait, s’enroula en sept anneaux et déploya le capuchon de ses sept têtes pour protéger le seigneur Bouddha jusqu’à ce que les flots se retirent. Le Bouddha obtint ainsi la dévotion du nâga et les eaux sur lequel il régnait. Des représentations du Bouddha assis sur le nâga deviennent communes dans l’art khmer à partir du XIe siècle, et surtout à la fin du XIIe siècle, avec l’adoption du bouddhisme par les souverains d’Angkor.

Dans les autres traditions

 

Le nâga représente le cycle du temps, tout comme l’Ouroboros des Grecs.

Il serait peut-être à rapprocher de l’Uraeus, ou cobra en colère, qui orne le front de Pharaon, concentrant en lui les propriétés du soleil, vivifiant et fécondant, mais capables aussi de tuer, en desséchant ou brûlant.

De nombreux mythes évoquent un serpent légendaire, du monde souterrain (la Vouivre, puissant serpent souterrain des celtes ou le dieu serpent-oiseau fréquent en Amérique du sud), qui peut aussi évoquer les interprétations freudienne du serpent.

 

EN RÉSUMÉ

L’histoire de la Naga est en quelque sorte similaire à celle du monstre du Loch Ness, dans la mesure où il s’agit d’une créature mythique qui vit sous les eaux.

Le 15 e jour du 11 e mois dans le calendrier lunaire Lao, à la fin du carême bouddhique, un événement extraordinaire se produit inexpliquée sur un tronçon de 20 km entre le fleuve Mékong Pak-Ngeum et Phonephisai dans la province de Nong Khai.

Le serpent Nâga,selon la tradition...sur le lit du fleuve Mékom.
Le serpent Nâga,selon la tradition…sur le lit du fleuve Mékom.


En ce jour chaque année (c’est le cas depuis plus de 100 ans), une boule de feu roserouge, connu sous le nom Bung Fai Paya Nak, s’élève de la rivière et des flotteurs du Mékong dans le ciel à une hauteur d’environ 20 mètres, puis disparaît. Beaucoup croient que c’est un événement naturel et spirituel qui n’est pas  mis en scène par l’homme. L’événement est appelé » l’aérolithe du Naga ». Beaucoup croient que le Naga tire ces balle en l’air pour célébrer la fin du carême bouddhique, comme Naga sont soupçonnés de méditer pendant la période du Carême.

Le Naga était un serviteur du Seigneur Bouddha dans sa dernière vie, et  est représenté dans les sculptures et les images sous  la fonction Naga dans de nombreux temples bouddhistes. Beaucoup d’entre eux représentent Bouddha méditant sous l’ombre de la tête du Naga, indiquant que le Naga était le garde du corps de Bouddha.

 

 

(1)La phosphine est le nom commun d’un gaz constitué d’ hydrure de phosphore (dont le nom officiel et international (Code IUPAC) est phosphane).

Il s’agit d’un gaz incolore, très toxique et inflammable (utilisé pour ces raisons comme agent de fumigation à des fins biocides). Son point d’ébullition est de -88 °C à 1 atm.
La phosphine pure est inodore, mais la « phosphine technique » a une odeur extrêmement déplaisante évoquant l’ail ou le poisson pourri, à cause de la présence de « phosphine substituée » et de diphosphine (P2H4).

Sa formule est PH3. Elle peut par exemple résulter de l’action d’un acide sur un sel d’aluminium (phosphure d’aluminium) ou de magnésium (phosphure de magnésium) ou tout simplement d’une réaction de ces sels avec l’eau où le sel est hydrolysé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.