En el espíritu de salvar la Tierra

 

Boudha en communion avec le dieu Nâga : la médiation sur le sens de la Vie.Le conseil entre le monde des humains et celui des Dieux.
Buda en comunión con el dios Naga: la mediación en el sentido de la vida.
La junta entre el mundo de los humanos y los dioses.

 

La degradación ambiental representa una gran amenaza para la humanidad, pero la mayoría de la gente parece ajena a la necesidad urgente de abordar el problema. Queda por ver si los esfuerzos para crear « conciencia global » tendrá éxito. Tal vez los humanos sólo tiene que esperar hasta que la crisis se profundiza. Como dice el refrán, « Una lágrima no se elimina hasta que se vea un ataúd. » El medio ambiente está siendo destruido por cuatro razones principales:
_ Muchas personas todavía creen los seres humanos son sus maestros y pueden hacer lo que quieran con sus recursos naturales. Se refieren a lo antagónico, como un subordinado.

_ La revolución industrial terminó el enfoque agraria simple que satisfacía las necesidades básicas a un ritmo lento y dio la naturaleza la oportunidad de sanar. Ya no recupera el tiempo para recuperar el equilibrio. Ahora no podemos dar marcha atrás al reloj, pero si mostramos la preocupación por el medio ambiente y adoptar tasas apropiadas de producción y consumo, podemos aliviar la degradación.

_ Los seres humanos en la era del capitalismo están motivados a consumir más y más. Se les hizo creer que el consumo crea la felicidad. La « sabiduría » aceptada es que un mayor consumo lleva a la expansión económica, pero esto pasa por alto el hecho de que un mayor consumo significa el agotamiento rápido de los recursos naturales.

En su libro « El mundo sin nosotros », ecologista señala Alan Wesiman que millones de monos una vez habitaron los bosques amazónicos y los seres humanos les honra como sus antepasados. La población se encuentra en los cientos de miles de personas porque las personas comenzaron a matar a los monos para la comida, simplemente porque no tenían nada más que comer.

Cuando los seres humanos comienzan a comer sus antepasados ​​venerados, ¿no es la escritura en la pared, advirtiendo de la tragedia para la humanidad en su conjunto? ¿Qué pasará si un día, no monos se dejan cazar? ¿La crisis ambiental comenzar la caza de los humanos?

Población humana del mundo _La es simplemente demasiado grande para conservar los recursos naturales. Teniendo en cuenta la producción de alimentos a gran escala, esto no debería agravar el problema, pero, como dijo Mahatma Gandhi: « Hay suficiente en el mundo para las necesidades del hombre, pero no para la codicia del hombre. »

Nuestro problema es que, hoy, la gente de todo el mundo se dedican a la globalización, el capitalismo y el tipo de marketing que impulsa la codicia. La codicia ahora domina todo, incluso la democracia, una vez aclamado como la política del hombre común – por el pueblo y para el pueblo.

Los que saben cómo consumir con conciencia no es necesario consumir una gran cantidad, pero ahora son superados en número por los que consumen sin sentido y se convierten en cazadores terribles y destructores de los recursos naturales. La población de los EE.UU. es una fracción del total del mundo, pero sus ciudadanos consumen significativamente más que los de cualquier otro país.

El consumo en respuesta a la necesidad real no es un problema. Lo que crea problemas es el consumo en respuesta a las « necesidades artificiales ».

La crisis ambiental se origina en la crisis en la mente de las personas. Por lo tanto, los principales métodos para resolverlo deben comenzar con una revolución de la mente humana:

_ La idea de que los seres humanos son dueños del medio ambiente debe ser reemplazado con el entendimiento de que no somos más que una parte del medio ambiente. La destrucción que nos destruye.

_ Fabricación a gran escala para alimentar a vastos mercados debe ser reducido por lo que la naturaleza puede curarse a sí mismo lo suficiente para dar cabida a las generaciones futuras.

_ El consumo en respuesta a la codicia debe ser reemplazado por el consumo en respuesta a las necesidades. Necesidad real no se deriva de la publicidad o sociales las tendencias que enfatizan glamour. Las prendas se deben usar hasta que se lleven a cabo, y la comida nunca pierden. Debemos regresar a lo básico y apreciar el verdadero valor de todo lo que consumimos.

_ La humanidad debe despertar a los peligros de la globalización, esta dominación incontrolada a través del capitalismo y el consumo sin sentido. Si no, el autobús de pasajeros llamada humanidad se dirigirá inevitablemente hacia un profundo abismo.

La crisis ambiental tiene su origen en la mente propensos a errores del ser humano. « Con nuestros pensamientos hacemos el mundo », dijo el Señor Buda. Nuestras concepciones falsas nos han llevado a un mundo de peligro. Si empezamos corregir nuestro curso con la « creencia » y la « actitud » de la humanidad, que debería conducir a cambios fundamentales reales.

V.Vajiramedhi en méditation.
V.Vajiramedhi meditación.

 

(Fuente: V. vajiramedhi varios textos, un gran predicador budista m « inspirado para dar esta visión)

 

 

 

Publicités

In the spirit to save the « Planet Earth »

Boudha en communion avec le dieu Nâga : la médiation sur le sens de la Vie.Le conseil entre le monde des humains et celui des Dieux.
Buddha in communion with the god Naga: mediation on the meaning of life.The board between the world of humans and the gods.

 

Environmental degradation poses a major threat to humanity, yet most people seem oblivious to the urgent need to tackle the problem. It remains to be seen whether efforts to create « global awareness » will succeed. Perhaps humans will just wait until the crisis deepens. As the saying goes, « A tear is not shed until a coffin is seen. » The environment is being destroyed for four main reasons:
_ Too many people still believe humans are its masters and can do whatever they want with its natural resources. They deal with it antagonistically, as an underling.

_ The industrial revolution ended the simple agrarian approach that met basic needs at a slow rate and gave nature a chance to heal. It no longer gets the time to regain equilibrium. We cannot now turn back the clock, but if we show concern for the environment and adopt appropriate rates of production and consumption, we can ease the degradation.

_ Humans in the age of capitalism are motivated to consume more and more. They are led to believe that consumption creates happiness. The accepted « wisdom » is that more consumption leads to economic expansion, but this overlooks the fact that more consumption means quicker depletion of natural resources.

In his book « The World without Us », environmentalist Alan Wesiman notes that millions of apes once inhabited the Amazon forests and humans honoured them as their ancestors. The population is now in the hundreds of thousands because people began killing the apes for food, simply because they had nothing else to eat.

When humans start to eat their revered ancestors, is it not the writing on the wall, warning of tragedy for humanity as a whole? What will happen if, one day, no apes are left to hunt? Will the environmental crisis begin hunting down humans?

_The world’s human population is simply too big to conserve natural resources. Considering large-scale food production, this should not add to the problem, but, as Mahatma Gandhi said, « There is sufficiency in the world for man’s need, but not for man’s greed. »

Our problem is that, today, people the world over are devoted to globalisation, capitalism and the kind of marketing that drives greed. Greed now dominates everything, even democracy, once hailed as the politics of the ordinary man – by the people, for the people.

Those who know how to consume with awareness need not consume a lot, but they are far outnumbered by those who consume senselessly and become dreadful hunters and destroyers of natural resources. The US population is a fraction of the world’s tally, but its citizens consume significantly more than those of any other country.

Consumption in response to real need is not a problem. What creates problems is consumption in response to « artificial needs ».

The environmental crisis originates from the crisis in people’s minds. Therefore, the main methods to solve it should start with a revolution of the human mind:

_ The misconception that humans are masters of the environment must be replaced with the understanding that we are merely a part of the environment. Destroying it destroys us.

_ Large-scale manufacturing to feed vast markets should be scaled down so that nature can heal itself enough to accommodate future generations.

_ Consumption in response to greed should be replaced by consumption in response to need. Real need does not derive from advertising or social trends that emphasise glamour. Garments should be used until they are worn out, and food never wasted. We should return to basics and appreciate the true value of everything we consume.

_ Humanity must awaken to the danger of globalisation, this uncontrolled domination through capitalism and senseless consumption. If not, the passenger bus called humanity will inevitably head towards a deep abyss.

The environmental crisis has its origins in human beings’ error-prone minds. « With our thoughts we make the world, » the Lord Buddha said. Our false conceptions have led us to a world of peril. If we begin correcting our course with the « belief » and the « attitude » of humanity, it should lead to real fundamental changes.

V.Vajiramedhi en méditation.
V.Vajiramedhi in meditation.

 

(Source : Many texts of V. Vajiramedhi ,a great boudhist preacher living in Taïland  give me the inspiration  for  this vision ,today)

 

 

 

Dans l’esprit de Sauver la « Planète Terre »

Boudha en communion avec le dieu Nâga : la médiation sur le sens de la Vie.Le conseil entre le monde des humains et celui des Dieux.
Boudha en communion avec le dieu Nâga : la médiation sur le sens de la Vie.Le conseil entre le monde des humains et celui des Dieux.

 

La dégradation de l’environnement constitue une menace majeure pour l’humanité, mais la plupart des gens semblent indifférents à l’urgente nécessité de s’attaquer au problème. Il reste à voir si les efforts visant à créer une «conscience mondiale» réussiront. Peut-être que les humains vont tout simplement attendre que la crise s’aggrave. Comme dit le proverbe, « Une larme n’est pas versé jusqu’à ce qu’ un cercueil est vu. » L’environnement est détruit pour quatre raisons principales:
_ Trop de gens croient encore que les êtres humains sont ses maîtres et peuvent faire ce qu’ils veulent avec ses ressources naturelles. Ils traitent avec elle antagoniste, comme un sous-fifre.

_ La révolution industrielle a terminé l’approche agraire simple qui répond aux besoins de base à un rythme lent et a donné une chance de guérir la nature. Il ne reçoit plus le temps pour retrouver l’équilibre. Nous ne pouvons pas maintenant revenir en arrière, mais si nous montrons le souci de l’environnement et acceptons  volontairement  d’adopter des taux adéquats (un équilibre ) de production et de consommation, nous pouvons nous  faciliter la vie en freinant la  dégradation de notre environnement.

_ Les Humains de la Terre, à l’ère du néolibéralisme et du capitalisme triomphant, sont motivés à consommer de plus en plus. Ils sont amenés à croire que la consommation crée le bonheur. La «sagesse» acceptée est que plus de consommation conduit à  une expansion économique décuplée , mais cela ne tient pas au fait que plus de consommation signifie l’épuisement rapide des ressources naturelles de la Terre.

Dans son livre « Le monde sans nous », écologiste Alan Wesiman note que des millions de singes peuplaient autrefois la forêt amazonienne et que les humains les ont  honorés comme leurs ancêtres. La population est maintenant dans les centaines de milliers parce que les gens ont commencé à tuer les singes pour se nourrir, tout simplement parce qu’ils n’avaient rien d’autre à manger.

Quand les humains commencent à manger leurs ancêtres vénérés, n’est-ce pas l’écriture sur le mur, avertissant d’une tragédie pour l’humanité dans son ensemble? Qu’est-ce qui se passera si, un jour, aucun des singes sont laissés à la chasse? Est-ce que la crise environnementale commencera vraiment par  la chasse aux humains venant des autres  formes de vie?

La population humaine mondiale  est tout simplement trop grande  pour préserver les ressources naturelles. Compte tenu de la production alimentaire à grande échelle, cela ne doit pas ajouter au problème, mais, comme le disait le Mahatma Gandhi: «Il y a suffisance dans le monde pour les besoins de l’homme, mais pas pour l’avidité de l’homme. »

Notre problème est que, aujourd’hui, les gens du monde entier sont consacrés à la mondialisation, le capitalisme et le genre de marketing qui pousse à  la cupidité. La cupidité domine maintenant tout, même la démocratie, une fois salué comme la politique de l’homme ordinaire ,par le peuple, pour le peuple.

Ceux qui savent comment consommer avec conscience n’a pas besoin de consommer beaucoup, mais ils sont beaucoup moins nombreux que ceux qui consomment de manière  insensée et deviennent  des chasseurs et des destructeurs terribles  de ressources naturelles. La population américaine est une fraction du décompte du monde, mais ses citoyens consomment nettement plus que ceux de n’importe quel autre pays.

la consommation en réponse aux besoins réels n’est pas un problème. Ce qui crée des problèmes est la consommation en réponse aux «besoins artificiels».

Nous consommons trop de choses inutiles fabriquées pour simplement faire tourner l’économie capitaliste.

La crise environnementale est originaire de la crise dans l’esprit des gens. Par conséquent, les principales méthodes pour la  résoudre doit commencer par une révolution de l’esprit humain:

_ L’idée fausse que les humains sont des maîtres de l’environnement doit être remplacé par la compréhension que nous sommes simplement une partie de l’environnement.Si nous le  détruisons , il nous détruit en même temps.

_ La fabrication à grande échelle, pour nourrir les humains évalués en  vastes marchés ,devrait être réduite de telle sorte que la nature peut se guérir assez pour accueillir les générations futures.

_ La consommation en réponse à la cupidité doit être remplacée par la consommation en réponse aux besoins. Les besoins  réels ne découlent  pas de publicité ou de tendances sociales qui mettent l’accent sur le glamour. Les vêtements doivent être utilisés que lorsqu’ils sont usés, et la nourriture ne devrait  jamais être gaspillée. Nous devons revenir à l’essentiel et apprécier la vraie valeur de tout ce que nous consommons.

_ L’humanité doit se réveiller au danger de la mondialisation, cette domination incontrôlée par le capitalisme et la consommation insensée. Sinon, le train  de passagers appelé l »‘Humanité » va inévitablement se diriger vers un abîme,sans fin.

La crise environnementale a ses origines dans les esprits propices aux erreurs des êtres humains. « Avec nos pensées, nous créons le monde », a déclaré le Bouddha. Nos conceptions erronées nous ont conduit à un monde de danger. Si nous commençons  par corriger notre cap avec  «conviction» et  une «attitude» de dignité pour toute   l’humanité et toutes les formes de vie.Cela devrait conduire à des changements fondamentaux réels.

V.Vajiramedhi en méditation.
V.Vajiramedhi en méditation.

(Source: l’éminent prédicateur bouddhiste  V .Vajiramedhi de qui je me suis inspiré)

Mystère : le phénomène des boules de feu de Naga et la tradition divine

Naga fireballs 003

 

Le mystère derrière l’apparence des boules de feu Naga sur le Mékong a été finalement résolu en partie par des scientifiques « rationalistes », et il est un phénomène naturel, a dit hier le ministère de la Science . «Le phénomène est causé par le gaz phosphine inflammable(1)« , a déclaré le vice secrétaire permanent Saksit Tridech. Le ministère a lancé une expédition scientifique, dernièrement, pour mesurer et observer la manifestation annuelle à Nong Khai province. Un thermo-scanner a été installé près de la berge dans Rattana Wapee sous-district et cinq équipes de spécialistes étaient stationnés à différents points de vue le long de la rivière, y compris au Temple thaïlandais dans le district de Phisai Phon, où des milliers de curieux s’étaient rassemblés pour assister à l’événement. Les boules de feu Naga apparaissent à la fin du carême bouddhique, qui conduit beaucoup à croire que ce n’est pas le résultat de causes naturelles, mais quelque chose de plus mystique. Mais Saksit a déclaré que le matériel de numérisation ramassé le mouvement du gaz flottant sur ​​la surface de l’eau avant que les gens pouvaient capter  avec leurs yeux les bulles orange éclatant lors de l’ allumage en boules de feu. Leur « timing » dépend de l’accumulation du gaz des marais sur le lit de la rivière, qui souvent atteint un sommet en Octobre. Boules de feu ont été aperçus à plusieurs reprises tout au long de l’année dans le Mékong et ses environs avec une forte concentration de phosphine, at-il dit. Napanisa Kaewmorakot NATION, Nong Khai

Boules de feu Naga,sur le Mékong (2012)
Boules de feu Naga,sur le Mékong (2012)

La tradition millénaire des boules de feu Naga

Les boules de feu Naga sont très célèbres en Thaïlande et au Laos. Le Mékong est l’endroit où la magie s’opère, et l’une des parties les plus intéressantes de celui-ci, c’est qu’il semble se produire à un moment donné de l’année… juste au bon moment. Le Mékong a certains endroits dans la culture pop américaine, car il est le théâtre de nombreux films guerre du Vietnam, le plus célèbre Rambo II. Quoi qu’il en soit, les boules de feu ont été observées par beaucoup de gens pendant des années, certains ont  calculés parfois plus  d’un mille en une seule nuit.

Ils ressemblent à ce qu’ils sont appelés. Elles  sont rougeâtres et varient considérablement en taille. Elles  ont été signalés par des observateurs à être aussi grand que des ballons de basketball , à certains moments, même si la plupart d’entre eux sont plus petits. Elles  s’élèvent  apparemment de la rivière dans le ciel et  voyages entre 100 et 200 mètres avant de disparaître. Ce n’est pas un phénomène nouveau, les habitants disent qu’il s’est passé tout au long de leur vie, et les histoires ont traversé les générations ainsi,remontant à des millénaires dans le passé. Personne n’a jamais été blessé par les boules de feu, aussi ,il n’y a  jamais eu des dommages matériels. Elles  arrivent seulement vers la fin du mois dOctobre de chaque année. Les boules de feu sont si cohérentes dans leur apparition vers la fin d’Octobre qu’il y a effectivement des  festivals qui ‘arrêtent volontairement leurs activités pour les observer.

D’autres explications

Les scientifiques ont admis récemment  qu’ils n’ont aucune explication fiable pour les boules de feu Naga, mais il y a un couple de théories. La première est que les sédiments dans la rivière deviennent  fermentés avec la décomposition des restes d’animaux et des bulles de déchets  remonteraient  à la surface. Théoriquement, les bulles portent tellement d’énergie qu’ils sont capables de faire éclater hors de l’eau et de voyager quelques centaines de mètres dans le ciel. C’est fondamentalement le concept du gaz de passage de la rivière. Alors une théorie intéressante, la plupart des scientifiques s’accordent pour dire qu’il n’y a aucune raison de croire que le Mékong est la seule raison de  la production de bulles de gaz avec des choses  particulières autour de ce phénomène   car  toute rivière sur Terre  produirait le même phénomène. En outre, le problème de ce que se passe à un moment particulier de l’année invalide également cette théorie.

Il a été suggéré que les boules de feu sont un complot  mis en place et que le feu des traceurs de soldats du côté laotien de la rivière sont la véritable cause des boules de feu. Si tel est le cas, alors ils ont fait de grands efforts pour  que ça arrive en octobre, pendant des décennies. Il semble tout à fait difficile  à accepter un tel canular, et là aussi le problème est que des coups de feu n’ont jamais accompagné les boules de feu, comme vous pourrez le voir . La seule autre théorie est celle tenue par la population locale: un énorme serpent dans la rivière,qu’on  a appelé  Naga, incidemment, crache les boules de feu quand il vient à la surface.

Remarquablement, la théorie du  serpent pourrait être la meilleure explication que nous avons en ce moment de ce phénomène.C’est pourquoi le serpent Naga,est déifié depuis l’ancienne tradition de tout le détroit du Mékong.

Le dieu Nâga
Le dieu Nâga

 

La mythologie du Nâga

Le nāga (नाग ou serpent en sanskrit) est un être fabuleux de l’hindouisme, à corps de serpent habituellement représenté avec plusieurs têtes, souvent chimériques et effrayantes : capuchon de cobra, gueule de chien, yeux exorbités et parfois humains.

Dans les légendes de l’Inde et de tout le Sud-Est asiatique, les nâgas sont des habitants du monde souterrain où ils gardent jalousement les trésors de la terre. Ils ont pour ennemi naturel l’aigle géant Garuda, mais nâgas et Garuda ne sont en fait que deux incarnations de Vishnou, les deux aspects de la substance divine, en qui ils se réconcilient.

Le nâga le plus célèbre est Ananta, sur lequel se repose Vishnou dans l’intervalle entre la fin d’un monde et la création d’un nouveau.

 

Le nāga comme sa forme féminine ( nāgī or nāginī ) est un génie des eaux, représenté comme un serpent à tête humaine. Considérés comme étant de grands poètes, ils gardent les trésors de la terre1. Le nāga est donc gardien et protecteur, médiateur entre ciel et terre, intercesseur entre ce monde et l’au-delà, parfois associé à l’arc-en-ciel (Bouddha descend du ciel sur un escalier qui est un arc-en-ciel, dont les rampes sont deux nâgas). À Angkor (Angkor-Thom, Prah Khan, Banteai Chmar), des chaussées à balustrades en forme de nâga symboliseraient2 cet arc-en-ciel, avec Indra à leur extrémité (Dieu de la foudre et de la pluie). Dans l’iconographie khmer, le nâga mâle a un nombre impair de têtes, tandis que les femelles en ont un nombre pair. Sur certains linteaux d’Angkor, pouvant symboliser la porte du ciel sont figurés Indra et la Makara crachant deux nâgas.

Le Nagaraja, mot sanscrit formé de naga (« serpent ») et de raja (roi), désigne le Roi des serpents. Ce terme s’applique à trois déités majeures Ananda (Sheshanaga), Takshaka, et Vasuki. Ananda, Vasuki et Takshaka sont frères, fils de Kashyapa et Kadru, qui sont les parents de tous les serpents3.

Dans les contes et légendes cambodgiens, les nâgas peuvent prendre forme humaine, voyager sous terre, nager dans l’eau et voler dans les airs. C’est aussi au nâga qu’on doit la fertilité du sol et la fécondité des femmes.

Le Nâga,le lien entre le monde divin et le monde  humain

On trouve des légendes à propos du nâga ou serpent dans les mythologies hindoues et bouddhistes. Sa fréquence dans l’art khmer est extraordinaire. Le royaume des nâgas est constitués par les rivières, les lacs et les mers et c’est là que ces créatures royales demeurent dans des palais luxueux, décorés de perles et de pierres précieuses. Le nâga n’est pas seulement le gardien de l’énergie vitale des eaux, mais également celui des coraux, des coquillages et des perles. Il porte un joyau sur la tête. Les formes sinueuses du nâga créent des arches autour des frontons, des balustrades autour des bassins et des chaussées. Ces chaussées sont souvent appelées « ponts de nâgas », mais dans tous ces cas, le corps allongé du nâga symbolise l’arc-en-ciel qui relie le monde divin au monde humain.

La généalogie légendaire de nombreux souverains khmers et arrivée jusqu’à nous grâce à des panégyriques en sanskrit gravés sur de grandes stèles. Beaucoup de ces souverains se réclament de la descendance de l’union d’un brahmine indien et d’une nagini à moitié serpent, à moitié femme, elle même descendante d’un roi serpent. Ayant planté sa lance pour marquer sa prise de possession de la terre, il avait d’autre part la maitrise des eaux à travers son ascendance nâga.

 

Le cycle du monde

Dans la mythologie hindoue, le cycle du monde est divisé en quatre kalpa ou âges. Après la création, 14 périodes mènent inéluctablement vers la destruction. Pendant la sixième période de l’âge actuel, les dieux et les démons combattaient pour la domination du monde, quand une trêve fut conclue pour extraire de l’océan l’amrita, l’élixir d’immortalité. Cet épisode est connu sous le nom de « barattage de l’océan de lait », où le mont Mandara est utilisé comme axe. Le corps du nâga Vasuki est enroulé autour du mont Mandara, les dieux et les démons tirent chacun de leur côté pour baratter l’océan de lait et extraire l’élixir.

À la fin d’un âge, survient la destruction. L’énergie de Vishnou prend d’abord la forme du soleil, et assèche la terre de toute vie. Il prend ensuite la forme du vent, aspire tout l’air met le feu et réduit tout en cendres. Puis, se transformant en nuage, Vishnou déverse sous forme de pluie le lait sucré de l’océan cosmique. Les cendres de la création y sont gardées, et tout est dissous, y compris la lune et les étoiles, dans une immense étendue d’eau. C’est alors l’âge de la nuit, qui dure aussi longtemps qu’a duré le jour. Prenant une forme humaine, Vishnou dort sur le nâga à cinq têtes Ananta (« sans fin ») ou Sesha (« le reste »).

Le Serpent Naga Musée_Guimet

Le nâga apparaît également dans la vie du Bouddha historique. Durant la méditation du Bouddha, s’éleva un orage violent qui fit monter les eaux. Le roi serpent à sept têtes Muchalinda, surgissant d’entre les racines de l’arbre sous lequel Bouddha méditait, s’enroula en sept anneaux et déploya le capuchon de ses sept têtes pour protéger le seigneur Bouddha jusqu’à ce que les flots se retirent. Le Bouddha obtint ainsi la dévotion du nâga et les eaux sur lequel il régnait. Des représentations du Bouddha assis sur le nâga deviennent communes dans l’art khmer à partir du XIe siècle, et surtout à la fin du XIIe siècle, avec l’adoption du bouddhisme par les souverains d’Angkor.

Dans les autres traditions

 

Le nâga représente le cycle du temps, tout comme l’Ouroboros des Grecs.

Il serait peut-être à rapprocher de l’Uraeus, ou cobra en colère, qui orne le front de Pharaon, concentrant en lui les propriétés du soleil, vivifiant et fécondant, mais capables aussi de tuer, en desséchant ou brûlant.

De nombreux mythes évoquent un serpent légendaire, du monde souterrain (la Vouivre, puissant serpent souterrain des celtes ou le dieu serpent-oiseau fréquent en Amérique du sud), qui peut aussi évoquer les interprétations freudienne du serpent.

 

EN RÉSUMÉ

L’histoire de la Naga est en quelque sorte similaire à celle du monstre du Loch Ness, dans la mesure où il s’agit d’une créature mythique qui vit sous les eaux.

Le 15 e jour du 11 e mois dans le calendrier lunaire Lao, à la fin du carême bouddhique, un événement extraordinaire se produit inexpliquée sur un tronçon de 20 km entre le fleuve Mékong Pak-Ngeum et Phonephisai dans la province de Nong Khai.

Le serpent Nâga,selon la tradition...sur le lit du fleuve Mékom.
Le serpent Nâga,selon la tradition…sur le lit du fleuve Mékom.


En ce jour chaque année (c’est le cas depuis plus de 100 ans), une boule de feu roserouge, connu sous le nom Bung Fai Paya Nak, s’élève de la rivière et des flotteurs du Mékong dans le ciel à une hauteur d’environ 20 mètres, puis disparaît. Beaucoup croient que c’est un événement naturel et spirituel qui n’est pas  mis en scène par l’homme. L’événement est appelé » l’aérolithe du Naga ». Beaucoup croient que le Naga tire ces balle en l’air pour célébrer la fin du carême bouddhique, comme Naga sont soupçonnés de méditer pendant la période du Carême.

Le Naga était un serviteur du Seigneur Bouddha dans sa dernière vie, et  est représenté dans les sculptures et les images sous  la fonction Naga dans de nombreux temples bouddhistes. Beaucoup d’entre eux représentent Bouddha méditant sous l’ombre de la tête du Naga, indiquant que le Naga était le garde du corps de Bouddha.

 

 

(1)La phosphine est le nom commun d’un gaz constitué d’ hydrure de phosphore (dont le nom officiel et international (Code IUPAC) est phosphane).

Il s’agit d’un gaz incolore, très toxique et inflammable (utilisé pour ces raisons comme agent de fumigation à des fins biocides). Son point d’ébullition est de -88 °C à 1 atm.
La phosphine pure est inodore, mais la « phosphine technique » a une odeur extrêmement déplaisante évoquant l’ail ou le poisson pourri, à cause de la présence de « phosphine substituée » et de diphosphine (P2H4).

Sa formule est PH3. Elle peut par exemple résulter de l’action d’un acide sur un sel d’aluminium (phosphure d’aluminium) ou de magnésium (phosphure de magnésium) ou tout simplement d’une réaction de ces sels avec l’eau où le sel est hydrolysé.