Le premier « licenciement collectif » pour les robots d’un hôtel au Japon

Japon : premier "licenciement collectif" pour les robots d'un hôtel

Le personnel du Henn na Hotel au Japon est pour grande partie composé de robots, et cet hôtel nippon en est très fier. Mais les nombreuses pannes, les problèmes de maintenance, sans compter les plaintes récurrentes des clients courroucés ont poussé la direction de cet établissement à la pointe de la technologie à se séparer de la moitié de ses 243 robots.

https://wp.me/a10Mg1-5by

Yoshihisa Ishikawa, qui a passé une nuit dans cet hôtel connecté partage son expérience dans le Wall Street Journal. Une nuit qui a été loin d’être reposantes selon lui. L’assistant vocal intelligent de sa chambre, l’a réveillé au milieu de la nuit avec ces questions « Pouvez-vous répéter ? Désolé, je n’ai pas compris votre demande… ». Pour finalement comprendre, plus tard dans la nuit, que ses propres ronflements avaient déclenché le robot.

Finalement donc, les robots en panne, entraînaient de nombreux coûts pour l’entreprise, qui devait engager des humains pour réparer ou entretenir les robots récalcitrants.

Publicités

La Sexualité Sacrée:les scientifiques disent que les «digisexuels» sont inévitables, car de plus en plus de gens nouent des liens avec des robots

Les universitaires font valoir que de nombreuses personnes s’identifieront bientôt comme des «digisexuels» et prendront leur identité sexuelle après avoir eu des relations sexuelles avec des robots.

Alors que les robots sexuels sont actuellement assez primitifs, un nouveau rapport publié dans le Journal of Sexual and Relationship Therapy affirme qu’ils seront bientôt capables de regarder, de parler et d’agir comme de vraies personnes – et seront spécifiquement conçus pour répondre aux désirs de la personne.

Les auteurs du rapport, Neil McArthur et Markie LC Twist, de l’Université du Manitoba, au Canada, soutiennent qu’il faut être prêt à faire face au phénomène lorsqu’il sera mené à terme.

« Il ne fait aucun doute que les sexbots arrivent », déclarent McArthur et Twist . «Selon nous, ils représenteront une expérience sexuelle différente de celle proposée par les technologies existantes. Tout d’abord, les gens vont créer une connexion intense avec leurs compagnons robots. ”

«Ces robots seront conçus sur mesure pour répondre aux désirs des gens et feront des choses que les partenaires humains ne peuvent ou ne veulent pas faire. Pour cette raison, un nombre important de personnes en viendra probablement à utiliser des robots comme principal mode d’expérience sexuelle ».

 

Les deux hommes , qui ont également co-écrit le livre «Robot Sex: Un livre pour le sapiosexuel éclairé»,soutiennent que la montée de la digisexualité apportera des avantages, y compris potentiellement la sauvegarde des relations humaines.

Ils disent également que la digisexualité aura un impact positif, en particulier pour les personnes qui ont subi un traumatisme sexuel dans le passé ou pour celles qui ont des difficultés à établir des relations humaines.

Cependant, ils préviennent que cela apportera également une foule de difficultés et soutiennent que les médecins doivent être prêts à gérer la digisexualité et disposer d’un cadre pour la traiter.

Noel Sharkey de la Fondation pour une robotique responsable (FRR) s’est récemment prononcé contre le fait que des robots sexuels soient utilisés par des personnes âgées dans des maisons de retraite.

«Ils sont proposés aux personnes âgées dans les maisons de retraite, ce qui est à mon avis controversé. Si vous avez une maladie d’Alzheimer grave, vous ne pouvez pas vraiment faire la différence. En tant que société, nous devons réfléchir à ce que nous voulons faire à ce sujet », adéclaré la chercheuse.

« C’est très triste parce que ça va être une relation à sens unique », a-t- il poursuivi. « Si les gens nouent des liens avec des robots, c’est très inquiétant. Vous aimez un artefact qui ne peut pas vous aimer en retour, et le mieux qu’ils puissent faire est de le simuler. »


Les poupées sexuelles robotisées permettant aux hommes de simuler un viol devraient être proscrites, déclare un militant

 

Les poupées sexuelles qui peuvent être programmées pour résister aux avances et permettre aux hommes de les «violer» devraient être illégales en Grande-Bretagne, a déclaré un militant.

Katie Parker, qui a fondé le projet de consentement de l’école, un organisme de bienfaisance qui enseigne le consentement à ses élèves, a évoqué la poupée sexuelle Roxxxy créée par True Companion, société basée aux États-Unis, qui utilise l’intelligence artificielle pour créer différentes personnalités afin de répondre aux fantasmes des utilisateurs.

L’un de ces modèles s’appelle ‘Frigid Farrah’ et définit le robot pour qu’il résiste aux avances sexuelles. Il a des paramètres pour répondre à différents fantasmes tels que «la dominatrice» ou le «à peine 18 ans».

Parker dit que bien que posséder une des poupées au Royaume-Uni ne constitue pas un délit, cela normalise les violences sexuelles.

«Certains disent que ces robots renforcent l’objectivation des femmes et la marchandisation du sexe; d’autres, qu’ils permettent à des personnes autrement isolées de faire l’expérience de l’intimité. De toute façon, Roxxxy est une autre bête », a-t- elle écrit dans son blog . 

«Le fait qu’elle ne pense pas, que se sentir humain ne rend pas son existence sans problème. Les robots normalisent les violences sexuelles. Ils servent et distraient les impulsions criminelles qui devraient probablement faire l’objet d’une intervention psychiatrique. »

Parker dit aux clients qu’on leur promet que s’ils touchent le robot « dans une zone privée, elle ne sera probablement pas très reconnaissante de votre avance. »

«La relation prouvée entre le comportement de chacun et le type de contenu auquel on est exposé expose de manière convaincante la criminalisation», a-t- elle ajouté.

Pour 7 770 £ (10 000 USD), True Companion permet aux clients de choisir l’une des 73 couleurs de cheveux disponibles dans 39 styles: couleur des yeux et des sourcils, couleur de la pédicure, la couleur de la peau et la forme et le type de poils pubiens.

Roxxxy est le produit phare de la société. Il s’agit d’un «sexbot» entièrement personnalisable coûtant 7 700 £. En plus du sexe, True Companion dit qu’elle peut offrir de la compagnie et du soutien social aux hommes seuls.

La société affirme que la poupée n’est pas programmée pour participer à un scénario de viol et que ces allégations étaient «de pures conjectures». Elle indique que la poupée est conçue pour «donner son opinion ou ses commentaires, comme le ferait toute personne à une date donnée» et peut être un outil d’apprentissage «pour aider les gens à comprendre comment ils peuvent être intimes avec un partenaire»


Les robots sexuels pourraient fournir une thérapie et traiter la solitude dans les maisons de soins

 

Les personnes âgées vivant dans des maisons de retraite pourraient bientôt profiter de la compagnie de robots sexuels spécialement conçus, selon une organisation leader sur le terrain.

Les robots extrêmement réalistes pourraient être largement disponibles au cours de la prochaine décennie, utilisés non seulement par les fétichistes, mais aussi comme outils de thérapie sexuelle et de communication.

La Fondation pour la robotique responsable (FRR) a déclaré que bien que leur utilisation présente des inconvénients, l’arrivée de la machine sexuelle est imparable.

«Je peux vous dire que des robots vont certainement arriver», a déclaré Noel Sharkey, professeur émérite de robotique et d’intelligence artificielle à l’université de Sheffield, et co-fondateur du FRR.

«Le problème est que cela se passe [et] personne n’en parle. Les gens ricanent à leur sujet, mais ils en expédient beaucoup et nous allons les voir beaucoup plus. ”

La professeure Sharkey, qui a pris la parole mercredi lors du lancement d’un nouveau rapport de consultation, a déclaré qu’il était temps que le gouvernement intervienne et commence à réglementer les prostituées sexuelles.

«Ils sont proposés aux personnes âgées dans les maisons de retraite, ce qui est à mon avis controversé. Si vous avez une maladie d’Alzheimer grave, vous ne pouvez pas vraiment faire la différence », a déclaré le chercheur.

« Nous devons penser en tant que société à ce que nous voulons faire à ce sujet. »

Un robot sexuel identifié comme Henry, est un robot que les femmes ont qualifié d ‘ »irrésistible », en raison de son érection robotique infatigable, et qui a aussi un sens de l’humour.

Le rapport du professeur Sharkey a révélé que près des deux tiers des hommes et environ 30% des femmes sont favorables à l’utilisation de poupées sexuelles.

Des bordures de poupées sexuelles existent déjà au Japon, en Espagne et en Corée du Sud. La rumeur dit que l’ouverture d’un robot sex café dans l’ouest de Londres a commencé mais les sceptiques commencent à ressembler à une cascade de publicité ou à une légende urbaine.

Un entrepreneur qui souhaite ouvrir le premier « café de fellation » de Londres a révélé que son personnel serait entièrement constitué de robots sexuels.
L’homme d’affaires Bradley Charvet, qui envisage d’ouvrir le «café des pipes» à Paddington, affirme que les sex-bots seront programmables selon les besoins de la personne et seront bientôt considérés comme « tout à fait normaux ».
Une session de sexe oral de 15 minutes avec un espresso ne coûtera que 60 £ (78 $ US) aux parieurs. Les clients affamés devront payer un supplément pour une pâtisserie.
Le café devrait ouvrir après le lancement de son premier café à Genève, en Suisse, plus tard cette année.

Les poupées individuelles peuvent coûter entre 4 000 et 12 000 £ (entre 5 000 et 15 000 $) et peuvent être personnalisées en fonction du sexe, de la taille, de la couleur des cheveux et des yeux. Les modèles avancés peuvent même inclure l’intelligence artificielle et répondre aux émotions humaines.

Mais les chercheurs ont averti que les relations sexuelles avec des robots pourraient isoler les gens.

«C’est très triste parce que ça va être une relation à sens unique», a déclaré le professeur Sharkey.

«Si les gens nouent des liens avec des robots, c’est très inquiétant. Vous aimez un artefact qui ne peut pas vous aimer en retour, et le mieux qu’ils puissent faire est de le simuler. « 

Le secteur a également un «côté obscur» important, certains robots faisant valoir que des pédophiles non offensants et des personnes fantasmées pour le viol pourraient en tirer parti.

« Il n’y a pas de discussion dans le grand public sur ce qui est acceptable, permis et ce qui devrait être promu », a déclaré la cofondatrice de FRR, Aimee van Wynsberghe.

« Il s’agit d’une étape préliminaire pour engager les décideurs politiques, les universitaires, le secteur de la technologie et le grand public. »

Une collection de robots sexuels…féminins.

 

Corée du Sud : quand des robots recrutent des hommes !

Dans le pays du matin calme, plusieurs entreprises confient la tâche du recrutement de personnel à des robots. Il s’agit d’intelligences artificielles qui analysent des milliers de CV afin de trouver les meilleurs candidats.

 

Futuristic helper. Low angle of serious middle-aged businessman sitting at table in office while big robot is passing him important documents

 

En janvier 2018, le géant sud-coréen des processeurs SK Hynix avait déjà utilisé une I.A pour passer au crible les lettres de motivation des candidats, même si la société a affirmé qu’un recruteur humain avait pris les décisions finales après des entretiens individuels. Une technique assez similaire a été utilisée en ce mois de mars 2018 chez le conglomérat Lotte, qui a lancé une campagne de recrutement pour 800 candidats. L’I.A a passé en revue les lettres et CV des potentiels futurs employés et a fait passer des entretiens totalement dépourvus de recruteur humain !

 

Comme l’explique le quotidien sud-coréen JoongAng Daily, une nouvelle technique d’embauche menée par ordinateur a été présentée par la start-up Midas IT. En pratique, le candidat se trouve face à un écran, répond à des questions et effectue de petits tests alors que le robot analyse les réponses, le ton de voix du candidat ainsi que ses expressions faciales.

Selon Midas IT, il s’agit d’un système de recrutement par I.A à même de définir quel type de poste convient à tel ou tel employé. Par le biais de cette méthode, près de 10.000 personnes auraient été embauchées l’an dernier. Ainsi, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que ce genre de système fleurisse hors des frontières sud-coréennes. La multinationale anglo-néerlandaise Unilever utilise désormais une I.A pour boucler la première étape de ses recrutements.

Les entreprises voient dans ce genre de système une façon d’économiser du temps et de l’argent. En effet, une I.A est capable d’analyser des milliers de CV et de lettres de motivation en quelques heures. Midas IT estime également que la méthode contribue à plus de diversité dans les entreprises en réduisant les discriminations à l’embauche.

En revanche, le journal JoongAng Daily n’a pas manqué d’évoquer le fait qu’en Corée du Sud, une partie des milliers de candidats ayant été obligés de parler à un ordinateur disent avoir ressenti un malaise et qualifient l’expérience de pénible.

Sources : ZDnet – RFI

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Volley-ball : aux séances d’entrainement, cette équipe joue avec des robots

S’entraîner avec des humains c’est bien. Mais avec des robots, c’est encore mieux. L’équipe nationale japonaise de Volley-ball vient d’enregistrer l’arrivée de nouveaux renforts : des joueurs pas comme les autres.

Les robots ont commencé à entraîner les humains.

 

Un bon entraîneur et d’excellents préparateurs peuvent toujours tirer le meilleur d’une bonne équipe. Mais au pays du soleil levant, plus rien ne tend vers la perfection sans une bonne dose d’assistance high-tech. La dernière illustration vient de leur équipe nationale féminine de volley-ball qui joue depuis plusieurs semaines avec des robots lors des séances d’entrainement.

À quoi servent ces bots qui se déplacent avec les bras en l’air ?

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo, ces joueurs assez particuliers ne sont en réalité que des sortes de marionnettes robotisés avec chacune deux bras dirigés vers le haut. Leur objectif est très clair : entraîner les joueuses japonaises à mieux percer les défenses solides en dressant devant elles une forteresse quasi impénétrable.

Ces robots simulent donc les défenseurs des équipes adverses en empêchant les joueuses de réussir leurs frappes au dessus du filet, et donc de marquer des points.

 

Pourquoi des robots plutôt que des co-équipiers humains ?

Leur avantage a été minutieusement évalué. Ces robots mobiles sont hyper réactifs et se déplacent bien plus vite que les humains. Leur vitesse est de 3,7 mètres la seconde, avec une réactivité telle qu’il faut beaucoup d’adresse pour percer leur ligne.

On notera toutefois que qu’ils ne sont pas entièrement autonomes. En effet, ils sont positionnés d’une manière bien définie, selon différents schémas de défense choisis par le coach depuis une application mobile. Et même si les bots arrivent de cette manière à opposer une défense farouche aux tentatives de frappe des joueuses, ils ne sont pas capables de s’adapter à leurs mouvements sur tout le terrain.

Reste à savoir si sur la durée, ces robots contribueront à améliorer les performances des joueuses japonaises car, c’est cela le plus important. Pour le moment, l’équipe nationale féminine de Volley est en 6e position du classement FIVB.

 

 

 

 

 

 

Les armes de la troisième guerre mondiale:un véritable « Transformer » développé en Corée du Sud pour la construction

Le constructeur sud-coréen Hankook Mirae Technology va bientôt mettre sur le marché un exo-squelette ultra-sophistiqué ressemblant à un Transformers. Sa mission ? Permettre à du personnel de chantier d’effectuer plus facilement des tâches impliquant de porter des charges très importantes, et les protéger dans des situations dangereuses. Vous avez détesté 2016 ? Bienvenue en 2017.

ce-vrai-transformers-ira-bientot-aider-des-ouvriers-sur-chantiers

 

 

Quand on voit ce robot bipède / exo-squelette, on ne peut s’empêcher de se frotter les yeux et de se pincer. Oui, des technologies complètement folles arrivent à grand pas, et les prochaines années risquent bien d’être celles où la réalité va rattraper de larges pans de la science-fiction. Ce robot géant piloté par un humain, à l’intérieur, s’appelle un Mech (pour mechanical en Anglais).

Ce mech, donc, a été baptisé Method-2. Et selon Engadget, il a explosé son budget initial de 200 millions de dollars de développement depuis 2014 mais on a envie de dire, pour le meilleur !  Debout, il mesure quatre mètres de haut, pèse une tonne trois et possède une père de bras ultra-high tech pesant tout juste 120 kg chacun.

Le PDG de l’entreprise Yang Jin-Ho explique sa démarche :

« Notre robot est le premier robot bipède habité au monde, et il est construit pour travailler dans des zones de danger extrêmes où les humains ne peuvent pas aller s’ils ne sont pas protégés. »

Ah et si vous vous posez la question, oui, pour développer son projet l’entreprise a bel et bien fait appel à Hollywood. Vitaly Bugarov, à qui on doit le design de nombreuses machines de cinéma dont celles de films comme Transformers, Robocop et Terminator, a participé à son élaboration.

 

Et ce prototype a bien pour but d’entrer sur le marché (bien qu’on ne sait pas encore à quelle échéance). Il pourrait servir à faciliter quantité de tâches de manutention. Mais on imagine que son prix, qui n’est pas encore communiqué, le réservera au début qu’à quelques tâches spécifiques. Tout en inspirant d’autres constructeurs pour le concurrencer. Voici une vidéo qui le montre lors d’un test impressionnant de ses bras articulés :

 

 


AUTRES INFORMATIONS DE DERNIÈRE MINUTES

 

1-Coûts des investissements:$200 millions US.

2-Premier développeur réel du projet: l’armée de Corée du Sud (…et vous n’êtes pas supposés le savoir!) .Vous vous en êtes douté:c’est un robot de combat pour les guerres du futur … développé dans un pays allié aux Illuminati!

 

 

 

 

La Sexualité Sacrée:Avec son pénis « bionique » artificiel il a un succès fou auprès des femmes

Un homme, Mohammed Abad, a vu sa vie changer du tout au tout après s’être fait implanter un pénis « bionique » artificiel. Le pauvre homme vivait sans service trois pièces depuis un violent accident de voiture, à l’âge de 6 ans. Le Sun rapporte que Mohammed Abad est depuis obligé de refuser les avances de nombreuses femmes, fascinées par les performances de son pénis artificiel. En effet,  il pourrait rester en érection plusieurs jours…

avec-son-penis-bionique-artificiel-il-a-un-succes-fou-aupres-des-femmes

 

Lorsqu’il avait 6 ans, Mohammed Abad, originaire d’Edimbourg (Écosse) a subi un violent accident de voiture. Son corps a été éjecté du véhicule lors de l’impact, et il a glissé sur pratiquement 200 mètres. Il a gardé depuis une grave séquelle : les médecins ont en effet dû lui amputer complètement le pénis.

Mais après plus de trois ans d’opérations interminables, Mohammed Abad s’est fait implanter un étonnant membre artificiel. Qui n’a visiblement rien à envier au vôtre. Imaginez : 20 centimètres, des érections et désérections sur demande, avec un garde-à-vous pouvant durer plusieurs jours ! Mohammed Abad explique :

Lorsque vous voulez un peu d’action, vous appuyez sur le bouton ‘on’. Lorsque vous avez fini, vous appuyez sur un autre bouton. Cela prend quelques secondes. Les docteurs m’ont dit de continuer à m’entraîner.

 

 

Et visiblement, il s’entraîne. Un an après avoir commencé ses opérations, il s’est fait quitter par sa femme. Et depuis il aurait « beaucoup de messages de femmes » sur internet qui lui]demandent si il voudrait « leur faire l’amour » : « Elles ont entendu parler de mon pénis bionique et veulent l’essayer. Elle sont toutes très intriguées et pensent que je peux faire l’amour pendant des heures ».

 

Visiblement, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités : « ce n’est pas que je ne veux pas, et j’ai des propositions, mais je suis très occupé par mon travail. Je fais 14 heures par jour, et lorsque j’arrive à la maison, je suis tout simplement trop fatigué pour du sexe ». La rançon du succès. Voici une infographie pour comprendre comment marche ce pénis bionique.

prothese-penis-fonctionnement

 

 

 

 

La fraude de la robotique et de l’abolition du travail,en Occident

Je suis roboticien de par l’un de mes métiers.Je me souviens que dans les années ’80 quand j’arrivais sur un milieu de travail,tout le monde dans les usines me regardait comme une personne exceptionnelle.Ce que les travailleurs de l’époque finirent par comprendre,c’est que dans le système capitaliste,un roboticien ,c’est quelqu’un qui améliore la rentabilité d’une entreprise en éliminant des emplois.

Je me souviens qu’en 1987,je travaillais à contrat en tant qu’électromécanicien en robotique.J’avais reçu le mandat de robotiser une machine qui donnait de l’emploi à 6 personnes.À cette époque,j’avais  souvent de semblables travaux  et j’ai particulièrement travaillé sur des prototypes,fort couteux. Je me souviens fort bien que dans cette usine qui fabriquait des plaquettes de freins ,le directeur-gérant m’avait octroyé une somme d’argent importante,à titre de budget pour modifier considérablement la « dite » machine.

À la fin de mon travail,la machine produisait  plusieurs fois,en une heure,ce qu’elle donnait avant la robotisation.

Résultat: la compagnie augmentait radicalement sa marge de profits,tandis que 5 personnes perdaient leur emploi (4 des employés attitrés à la machine…et moi-même,car on me congédiait après m’avoir donné une bonne poignée de main et un tas de remerciements. C’est à compté de ce jour-là que je me suis mis à changer ma vision de la vie et à méditer sur le sens profond de l’existence de l’humanité.

C’est aussi le propre d’un électromécanicien que de réfléchir avant d’agir.

Michel Duchaine (expériences personnelles)

Une ligne de production robotisée
Une ligne de production robotisée

……………………………………………………………………………………………………………………….
*C’est exactement ça qu’il va falloir comprendre un jour…La solution ne viendra pas dans la création d’emploi, mais dans la distribution d’un revenu de base pour tous.

« Le travail disparaît, c’est quelque chose qu’on a voulu. J’ai vécu dans les années 50. On nous expliquait ce que serait l’an 2000. On ne travaillerait plus, on serait remplacé par des machines et des robots. On irait à la pêche avec ses enfants et petits enfants. C’est cela qu’on voulait. Pourquoi ? Parce qu’il y avait du travail extrêmement monotone, du travail extrêmement dangereux, c’était un travail qui épuisait les gens…

Qu’est-ce qui s’est passé ? Jean de Sismondi disait que toute personne qui serait remplacée par une machine aurait droit à une rente à vie, qu’il recevrait une part des richesses créée par cette machine. Où va cette richesse ? Elle va aux investisseurs et aux actionnaires. On a pas pensé aux conséquences. Il fallait que les gens aient des revenus bien qu’il n’y ait plus de travail. Alors on dit aux chômeurs de trouver quelque chose mais le travail n’existe plus ». » Paul Jorion

……………………………………………………………………………….

Trois millions de chômeurs en France, 600 000 en Belgique pour quatre millions d’actifs, 50% des jeunes au chômage en Espagne, plus de 10% de demandeurs d’emplois sur l’ensemble de la zone Euro. Alors que l’emploi périclite un peu partout en Europe, que les rangs des chômeurs ne cessent de grossir, notre social-démocratie et ses trucages néo-libéraux continuent en dépit du bon sens à promouvoir délibérément le travail. Au point de vouloir l’intensifier, le flexibiliser, le précariser…

Soit un parfait contresens, à la mesure de ces progrès techniques qui ont permis à bon nombre d’individus d’être libérés de certaines tâches dégradantes. Que ceux qui n’en sont pas convaincus regardent « Avec le sang des autres », un documentaire sur les réalités du travail à la chaîne de Bruno Muel.

 « Le travail disparaît »

Pourquoi maintenir la journée de travail à huit heures par jour lorsque le travail mort, le travail fait par les machines, ne fait qu’augmenter ?
Pourquoi le système aboli le travail humain par la mécanisation sans vouloir dispenser l’homme du facteur travail ?

Littéralement nous sommes passés du travail de production à la production de travail pour aboutir à sa destruction. Entre les deux se produit ce phénomène de multiplication des postes « à responsabilités » au dépend des emplois réellement productifs. Chacun à son niveau est confronté à cette réalité. Il suffit de compter les emplois les plus nombreux… Se trouvent-ils encore dans les secteurs industriels ? Non. Et comme le déclarait Paul Jorion, chercheur en science sociale :

Le travail disparaît, c’est quelque chose qu’on a voulu. J’ai vécu dans les années 50. On nous expliquait ce que serait l’an 2000. On ne travaillerait plus, on serait remplacé par des machines et des robots. On irait à la pêche avec ses enfants et petits enfants. C’est cela qu’on voulait. Pourquoi ? Parce qu’il y avait du travail extrêmement monotone, du travail extrêmement dangereux, c’était un travail qui épuisait les gens… 
Qu’est-ce qui s’est passé ? Jean de Sismondi disait  que  toute personne qui serait remplacée par une machine aurait droit à une rente à vie, qu’il recevrait une part des richesses créée par cette machine. Où va cette richesse ? Elle va aux investisseurs et aux actionnaires. On a pas pensé aux conséquences. Il fallait que les gens aient des revenus bien qu’il n’y ait plus de travail. Alors on dit aux chômeurs de trouver quelque chose mais le travail n’existe plus ».

robotique 01

Telle est la situation en Europe, une situation qui n’a fait que se confirmer depuis les premiers spectres de la crise. Quarante années où le chômage n’a jamais cessé de croître, quarante ans de recherche de la seule, bonne et unique méthode pour parvenir au plein-emploi.

Quarante années où nos élites se sont bornées à ne pas vouloir suivre la seule mesure de bon sens qui s’imposait : répartir le travail sur le plus grand nombre pour que chacun d’entre nous puisse pleinement vivre plusieurs vies, des vies faites de détente, de repos, de découvertes…Plusieurs vies où chacun aurait le temps et les moyens de cultiver et de se cultiver…

Un monde sans chômeur

Selon la lecture marxiste, le chômeur constitue l’armée de réserve de l’appareil productif. Il n’est rien de plus qu’un acteur social instrumentalisé par le grand capital afin de placer les travailleurs en concurrence. Le chômeur représente le médiateur qui justifie, en situation de crise, la baisse des salaires et l’accroissement du taux d’exploitation des travailleurs tout en lésant peu la classe possédante. Mais comme le précisait Paul Lafargue, gendre de Karl Marx, auteur du sémillant recueil « le droit à la paresse » :

En dépit des falsifications industrielles, les ouvriers encombrent le marché innombrablement, implorant : du travail ! , du travail ! Leur surabondance devrait les obliger à réfréner leur passion ; au contraire, elle la porte au paroxysme. Qu’une chance que le travail se présente , ils se ruent dessus…Tous les ans, dans toutes les industries , des chômages reviennent avec la régularité des saisons. Au surtravail meurtrier pour l’organisme succède le repos absolu pendant des deux et quatre mois ; et plus de travail, plus de pitance.

Est-ce donc une utopie de vouloir cesser de travailler ? Est-il bon de rappeler le sens profond de ce mot ? La racine latine du mot travail (tripalium) évoque la notion de douleur, on l’associe à un instrument de torture et d’immobilisation. A Paul Lafargue d’ajouter, comme bon nombre de gens raisonnables à sa suite  :

Puisque le vice du travail est diaboliquement chevillé dans le coeur des ouvriers ; puisque ses exigences étouffent tous les autres instincts de la nature ; puisque la quantité de travail requise par la société est forcement limitée par la consommation et par l’abondance de matière première, pourquoi dévorer en six mois le travail d’une année ? Pourquoi ne pas le distribuer uniformément sur les douze mois et forcer tout ouvrier à se contenter de six ou cinq heures par jour ? »

J’entends bon nombre de nos semblables, remettre en cause le monde du travail et sa logique mais si elle se perpétue, n’est ce pas parce que nous y participons ? Parce que nous coopérons ? Le travail tel qu’il est conçu et pensé aujourd’hui ne constitue-t-il pas l’épine dorsale du système capitaliste ?

N’est ce pas la conception capitaliste du travail qui permet aux riches d’être encore plus riches et aux pauvres encore plus appauvris ? Demandez donc à Albert Frère, à Etienne Davignon, à Laguardère à Mittal, à tous ces multimillionnaires ce qu’ils en pensent ? Quel est le sens de toutes ces heures de travail s’il est vidé de toute portée sociale ? Il n’est pas question de faire les éloges de l’oisiveté, nous connaissons trop bien les effets désastreux de l’inactivité et dans quelle mesure il est cause de dégénérescence, il est plutôt question de tout mettre en oeuvre pour libérer l’homme de l’obligation de travailler afin de rendre sa vie morale, politique, intellectuelle plus intense.

Le sociologue Michel Clouscard affirmait dans un de ses ouvrages, qu’au moyen-âge il fallait 28 heures de travail abstrait pour une once de pain, maintenant il nous faut moins d’une demi heure. L’industrialisation peut libérer l’humanité de la terreur (du manque), garantir la vie de subsistance en libérant tout un temps de travail qui avant ne suffisait même pas à acquérir le nécessaire pour vivre… La logique actuelle ne vise -t-elle pas à nous ramener dans ce schéma existentiel de pénurie et de carence ? Nous cherchons à le combattre en intensifiant le travail avec l’espoir de gagner plus, soyons conséquents et faisons le contraire !

Aujourd’hui et plus que jamais la journée de travail de quatre heures devient une nécessité !

(Source:Laurent Bodenghien)

L'exploration spatialke est le plus grand avenir de la robotique.
L’exploration spatialke est le plus grand avenir de la robotique.

Norbert Wiener ,un bâtisseur du Nouvel Ordre Mondial …actuel

Norbert Wiener en 1948 est honoré par la Maison blanche.
ci-dessus: Norbert Wiener, en compagnie du président Lyndon Johnson et de Vanevar Bush (à gauche de Johnson), un autre scientifique fondateur de l’ère cybernétique et membre de l’organisation MJ12.Une photo qui vaut plus que mille mots!

« Mille ans d’un genre de vie analogue à celui de l’Europe médiévale ou même à celui du dix- huitième siècle n’eussent pas épuisé nos ressources aussi complètement qu’un siècle de nos propres procédés libéraux » .(Norbert Wiener)

Norbert Wiener,l’un des bâtisseur du Nouvel Ordre Mondial…actuel!

Il est impressionnant de noter que les travaux de celui dont la pensée sociale est à l’origine même des thèmes de « société de consommation » et du « village planétaire » demeure aussi méconnu du grand public en général.

La cybernétique est une science du contrôle des systèmes, vivants ou non-vivants, fondée en 1948 par le mathématicien américain Norbert Wiener.

Notre monde est intégralement constitué de systèmes, vivants ou non-vivants, imbriqués et en interaction.

Peuvent ainsi être considérés comme des systèmes: une société, une économie, un réseau d’ordinateurs, une machine, une entreprise, une cellule, un organisme, un cerveau, un individu, un écosystème …

Les ordinateurs et toutes les machines intelligentes que nous connaissons aujourd’hui sont des applications de la cybernétique, la cybernétique su aussi fournir des méthodes puissantes pour le contrôle de deux systèmes importants: la société et l’économie.

Un système cybernétique peut être défini comme un ensemble d’éléments en interaction, les interactions entre les éléments peuvent consister en des échanges de matière, d’énergie, ou d’information. Ces échanges constituent une communication, à laquelle les éléments réagissent en changeant d’état ou en modifiant leur action. La communication, le signal, l’information, et la rétroaction sont sont des notions centrales de la cybernétique et de tous les systèmes, organismes vivants, machines, ou réseaux de machines.

Lorsque des éléments sont organisés en un système, les interactions entre les éléments donnent à l’ensemble des propriétés que ne possèdent pas les éléments pris séparément. On dit alors que « le tout est supérieur à la somme des parties ». Par exemple, un animal manifeste des propriétés (courrir, chasser, guetter, attaquer…), que ne manifestent pas ses organes pris séparément. Et ces organes eux-mêmes sont des systèmes qui possèdent des propriétés que ne possèdent pas leurs éléments, à savoir les cellules, etc. De même, une machine (par exemple un ordinateur) possède des propriétés supérieures à celles de la somme de ses composants.

Notre monde est intégralement constitué de systèmes, vivants ou non-vivants, imbriqués et en interaction.

Une science du contrôle social

Norbert Wiener  durant un cour

La cybernétique peut être considérée comme particulièrement déterminante à l’ère de l’information et des systèmes complexes. La maîtrise des systèmes complexes que nous avons créés, ainsi que la compréhension de cet autre système complexe qu’est la biosphère, font partie des enjeux majeurs pour le 21è siècle.

Le type de société qui émerge aujourd’hui dans les pays industrialisés découle directement des applications de la cybernétique: processus de robotisation de la production, réseaux financiers mondialisés, nouvelles méthodes de management et d’organisation de l’entreprise, réseaux de communication et réseaux informatiques, nouveaux systèmes d’armes intelligentes…

La cybernétique est par essence une science du contrôle et de l’information, visant à la connaissance et au pilotage des systèmes. La signification étymologique du mot cybernétique désigne « l’action de manoeuvrer un vaisseau, de gouverner » (du grec Kubenêsis).

Lorsque la cybernétique a été inventée, le gouvernement américain souhaitait la classer « secret défense ». Grâce à l’opposition de Norbert Wiener, la cybernétique a été rendue publique mais sa diffusion a été restreinte à un cercle de spécialistes. Actuellement, la plupart des livres sur la cybernétique sont « épuisés chez l’éditeur », et la plupart des gens ignorent ce qu’est la cybernétique (ou bien ils l’associent à tort à la mode « cyber » ou aux jeux vidéo).

Norbert Wiener était conscient de l’impact que les applications de la cybernétique allaient avoir sur la société. Dans un livre publié en 1950, « Cybernétique et société », il prévoit la fin du travail humain remplacé par des machines intelligentes, et met en garde les responsables politiques contre les conséquences d’une utilisation de la cybernétique qui ne serait pas accompagnée par une évolution « post-industrielle » des structures de la société, dans laquelle l’homme pourrait enfin être libéré du travail. Faute de quoi avait-il prévenu, nous assisterons à un développement sans précédent du chômage et de l’exclusion sociale, pouvant à terme conduire à l’effacement progressif de la démocratie.

Mais la cybernétique pourrait aussi constituer une source d’inspiration positive et féconde pour l’invention d’un « capitalisme à visage humain », conciliant l’homme, l’’économie, et l’environnement.

…et en tant que roboticien ,je vous exposerai ma vision politique de ce capitalisme à visage humain  que j’associe à l’évolutionisme politique actuel et aux mouvements de l’évolution.

Nous sommes dans une Ère Nouvelle et  notre vision politique va changer plus qu’on ne le voit de nos yeux,actuellement!

Tout va changer !

Le grand penseur du contrôle social...au tableau!
Le grand penseur du contrôle social…au tableau!

………………………………………………………………………………………..

La pensée politique de Wiener

Wiener avait une vision aiguë de la mutation radicale des machines, et il percevait les dangers d’une automation porteuse du meilleur comme du pire. C’est cette double conscience à la foi de la nouveauté des problèmes qui se posaient à l’humanité et de l’incapacité des sociétés à y faire face qui l’ont poussé à écrire un ouvrage accessible à l’homme cultivé « Cybernétique et société ». Celui ci reprends et synthétise un certain nombre de thèses exposées dans son ouvrage précédent « Cybernétics » qui posait les bases d’une discipline nouvelle, la cybernétique, en la définissant comme la science du « contrôle et des communications dans l’homme, l’animal et la machine », et il cherche à étendre ces concepts à la société. Il ne s’agit pas d’une tentative achevée, mais d’une esquisse qui combine faits scientifiques et hypothèses à partir d’un noyau méthodologique lui même en construction (celui de la cybernétique). C’est aussi un ouvrage ou s’expriment les positions politiques et éthiques de son auteur.

Sa critique de la société américaine, et de la société occidentale en général, repose sur une prise de conscience que l’on pourrait qualifier « d’écologique », et par l’affirmation de la responsabilité du savant . Il juge que le marché ne peut résoudre tous les problèmes et qu’un certain nombre de régulations sont indispensables pour socialiser les retombées des sciences et des techniques. Cette démarche qui consiste à s’adresser au public pour discuter sous un angle critique des conséquences sociales des techniques et des sciences est assez rare à l’époque chez un scientifique. Wiener prend la démocratie au sérieux, et sa critique de la société s’exerce au nom d’un idéal démocratique.