Vidéo: Fukushima ,enquête sur une super catastrophe nucléaire

 

Un vidéo réalisé un an après la catastrophe  nucléaire de Fukushima.Ce vidéo est totalement resté d’actualité.

Alerte Majeure Fukushima: un accord secret entre TEPCO et l’AIEA a eté révélé par le journal Tokyo

Tokyo Shimbun 31 Décembre 2013, avec traduction par Fukushima Voix (version 2e) , publié le 6 janvier 2014: Il a été découvert que le mémorandum de coopération entre l’AIEA et des préfectures de  Fukushima ainsi que Fukui contiennent une clause de confidentialité [.. .] les critiques disent « il pourrait  court-circuiter  la loi nationale de protection du secret. » […] Dans la préfecture de Fukushima, c’est le gouvernement de la préfecture qui a conclu un accord avec l’AIEA dans le domaine de la décontamination et la gestion des déchets radioactifs, alors que l’Université médicale de Fukushima  a conclu un accord avec l’AIEA dans le domaine de l’étude des effets radiologiques sur la santé humaine. […] «Les Parties garantissent la confidentialité des informations classifiées par l’autre Partie  demandant restriction  ou statu confidentiel. » […] Si l’une des préfectures ou de l’AIEA décident de classer les informations  qui  » contribuent à l’aggravation  de l’anxiété des résidents », «il est possible que des informations telles que les informations de l’accident, ainsi que les données de mesure des rayonnements et des  informations  sur le cancer de la thyroïde ne peuvent pas être rendues publiques. […] L’AIEA a publié des rapports, après l’accident nucléaire de Tchernobyl, en déclarant «il n’y avait pas d’effets sur la santé dus à l’exposition aux radiations. » […]
Nihon TV du Japon en 1993: «Qu’est-il arrivé à Tchernobyl aux  enfants de 7 ans après l’accident» (Source: tokyobrowntabby2 )

Les modalités pratiques entre l’Université médicale de Fukushima et l’Agence internationale de l’énergie atomique sur la coopération dans le domaine de la santé humaine (pdf), 15 déc 2012: Les parties ont identifié les domaines suivants et les activités dans lesquels la coopération peut être poursuivi: [… ] AIEA aidera l’Université dans la mise en œuvre du projet Enquête sur la gestion de la santé de Fukushima; […] les parties vont collaborer dans le renforcement des capacités et la recherche sur les programmes de la santé humaine, y compris la médecine d’urgence radiologique; […] l’AIEA s’efforcent d’organiser conférences, séminaires et ateliers, en collaboration avec l’Université, dans le but d’accroître la sensibilisation publique sur les effets radiologiques sur la santé humaine et aborder la question de « la peur des radiations » et les troubles de stress post-traumatique à la population de Fukushima; […] Les Parties favoriseront la plus large diffusion possible des informations non classés […] Les parties veillent à la confidentialité des informations classifiées par l’autre Partie restreint ou confidentiel. […]Il s’agit du document officiel…public.

Ruiko Mutoh, représentante des plaignants  de Fukushima en cas de catastrophe nucléaire : «l’AIEA a une histoire de cacher des informations sur les effets sur la santé dans de Tchernobyl. La même chose pourrait arriver à Fukushima « .

Ruiko Muto
Ruiko Mutoh

Source : Tokyo Shimbun

 

http://ifyoulovethisplanet.org/audio/IYLTP%20-%20Ep%20157.mp3

Alerte Fukushima: les travailleurs doivent utiliser du ruban adhésif pour colmater les fuites

Les barres d’armature n’étaient même pas utilisé pour renforcer les fondations de béton sous les réservoirs d’eau, dit un  travailleur de la Centrale.

 

Un travailleur japonais qui a passé six mois à la centrale nucléaire de Fukushima dit qu’il n’est pas surpris par les dernières fuites radioactives de la centrale en raison de sa construction et de réparation de mauvaise qualité, y compris l’utilisation de ruban adhésif pour « fixer » les principaux équipements.

"Adhésif blanc bande» aurait été utilisé pour couvrir l'eau radioactive assis dans des réservoirs.  Crédit: Politas via Wiki

 

Yoshitatsu Uechi, 48, a dit  au  journal Asahi Shimbun que lui et ses collègues étaient sous une telle pression intense pour effectuer les réparations le plus rapidement possible sur le  plant dévasté  de la centrale que le ruban adhésif a été utilisé pour l’équipement essentiel « de réparation » et qu’ils ont même négligé d’appliquer un inhibiteur de rouille sur les réservoirs d’eau radioactives.

«Je ne pouvais pas croire que ce travail bâclé était fait ainsi , » at-il dit. « Même si cela  faisait partie des mesures palliatives. »

De retour en octobre 2012,  un autre travailleur Uechi  avait grimpé au sommet d’un réservoir de stockage contenant de l’eau radioactive, afin de verrouiller un couvercle en acier en se tenant  debout  sur son couvercle.

Quand ils ont atteint le sommet, il a remarqué que l’ouverture, de un pied de diamètre, a été seulement couvert avec du ruban adhésif blanc et que le niveau de l’eau était à moins de deux pieds du dessous de l’ouverture.

Il a été  découvert que  seulement quatre boulons étaient fixés  pour attacher le couvercle, même si il y avait huit trous de boulons, au total.

Uechi a également révélé des techniques de réduction des coûts utilisées pendant la construction de l’usine, comme la décision d’utiliser un filet métallique pour renforcer la fondation en béton dans les réservoirs d’eau ,à la place de  barres d’armature beaucoup plus fortes  et plus couramment utilisées à cet effet.

En outre, des feuilles imperméables ont été placés sur les articulations à l’intérieur des réservoirs au lieu de joint  d’étanchéité, ce qui aurait été beaucoup plus efficace pour arrêter les fuites d’eau irradiée.

Les expériences  vécues par  Uechi ajoutées  à la preuve déjà exhaustive des dangers à la sécurité , suggèrent que la catastrophe nucléaire est bien plus mortelle que ce que la Tokyo Electric Power Company et le gouvernement japonais le laissent entendre.

Comme nous le voyons aujourd’hui, la neige dans le Missouri a le double de la quantité normale de rayonnement et un compteur Geiger a montré cinq fois le niveau de sécurité de rayonnement sur ​​une plage près de San Francisco.

Les représentants du gouvernement américain , cependant, ont rejeté la possibilité que l’augmentation importante du rayonnement soit  lié à la catastrophe de Fukushima.

Mais comme nous avons  pu le voir  la semaine dernière, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux a commandé 14 millions de doses d’iodure de potassium, qui protègent l’organisme contre l’empoisonnement par radiation .

Les responsables japonais ont même admis que les niveaux de radiation autour de la centrale ont été18 fois plus élevé que ce qu’ils avaient précédemment rapporté .

(Sources : La Voix de la Russie )

 

les fonctionnaires gouvernementaux japonais se sont régalé avec du riz de Fukushima! (Mis à jour)

La propagande va loin, très très loin même avec les fonctionnaires du gouvernement au Japon qui se sont vu servir du riz qui aurait été cultivé à Fukushima pour bien montrer qu’il n’y a aucun danger! De l’inconscience à l’état pure comme vous le verrez à la suite de cette brève.

Il y a deux jours, soi-disant dans le but de montrer que les retombées radioactives de Fukushima ont été réduites, un événement a eu lieu à Tokyo pour démontrer la sécurité à consommer du riz cultivé dans les environs de la zone évacuée autour de la centrale nucléaire de Fukushima selon la source d’origine, NHK.

Et puisque les fonctionnaires de la préfecture de Fukushima ont déclaré: « aucunes matières radioactives n’ont été détectées dans le riz récolté », un énorme stock de 540 kg de riz non-radioactif serait servi dans un complexe de bureaux du gouvernement à Tokyo durant 9 jours à partir de lundi.

Nous avons également appris que le vice-ministre de l’environnement Shinji Inoue et le vice-ministre de l’environnement parlementaire Tomoko Ukishima ont goûté des boules de riz faites de la culture du riz du premier jour. Inoue a expliqué que le riz était bon surtout quand il pensait à l’effort qui devait être fourni dans la culture.

Un agriculteur de la ville de Kawamata a quand à lui dit qu’il continuera à cultiver le riz, maintenant qu’il sait qu’il est possible de cultiver un produit savoureux si les rizières sont correctement décontaminées.

Source: Zerohedge

 

Traduction: Les moutons enragés

Mais c’est le paradis des bisounours le Japon alors!!! Les fruits et légumes de la région autour de Tchernobyl ne sont toujours pas comestibles malgré les années et le fait qu’il s’agissait d’un réacteur à l’uranium, et le gouvernement nippon tente de faire croire à sa population que la catastrophe impliquant du mox, et donc du plutonium, n’a aucun impact sur le riz.

Mais si les fruits et légumes de la région le sont, comment se fait-il que le riz ne le soit pas? Mensonge génocidaire?

Trouvé sur lesbrindherbes.org

 

Bref, vous l’aurez compris, il n’y a en fait officiellement aucun véritable problème à Fukushima, le riz peut être mangé, bientôt, ils organiseront même des garden-party au coeur de la centrale pour les populations locales à ce rythme là. Mais pour l’heure, ils manquent de place pour stocker les déchets radioactifs (qui ne posent pas de problèmes bien sur), alors le gouvernement surendetté à plus de 250% achète des terrains pour stocker atomique à la place de Tepco:

L’Etat japonais prévoit un premier budget de 100 milliards de yens (700 millions d’euros) pour prendre en charge à la place de l’opérateur de la centrale accidentée de Fukushima la création d’un site de stockage à moyen terme des déchets issus de la décontamination de la région, indique mercredi 11 décembre l’Asahi Shimbun.

« Initialement, c’est Tokyo Electric Power [Tepco] qui devait payer, mais le gouvernement Abe a jugé que la décontamination n’avancerait pas si elle restait confiée à la compagnie », explique en « une » le quotidien. « Du coup, le gouvernement a décidé de prendre à sa charge l’achat du terrain et l’installation des équipements nécessaires », poursuit le journal.

Il s’agira essentiellement de stocker pour une durée d’environ trente ans la terre, les feuilles et herbes radioactives récupérées dans la région polluée par les rejets de la centrale accidentée. Une surface de 3 à 5 kilomètres carrés est jugée nécessaire pour y stocker 15 à 28 millions de mètres cubes de déchets.

Au total, la construction et l’exploitation de l’ensemble devrait coûter 1 000 milliards de yens (7 milliards d’euros) et commencer à fonctionner en 2015. Un premier montant de 100 milliards de yens pour l’achat du terrain va figurer dans le budget de l’année débutant en avril 2014 en cours de préparation, selon l’Asahi. Au cours l’exercice actuel, près de 15 milliards de yens avaient déjà été budgétés pour prospecter et sélectionner des sites potentiels en fonction des types de qualité des sols.

Article complet sur Le Monde

 

 

 

 

 

Fukushima : L’IAEA recommande de décharger l’eau radioactive directement dans l’océan

 

Juan Carlos Lentijo, directeur de IAEA suivi de membres de sa mission d'inspection.Notez la vapeur d'eau radioactive au-dessus des batiments.
Juan Carlos Lentijo, directeur de IAEA suivi de membres de sa mission d’inspection.Notez la vapeur d’eau radioactive au-dessus des bâtiments.

 

« Le chien de garde nucléaire de l’ONU » a informé la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi d’envisager de décharger directement  l’eau toxique dans l’océan après l’abaissement du niveau des matières radioactives au-dessous de la limite légale .

 » En ce qui concerne les quantités croissantes d’eau contaminée sur le site , TEPCO devrait … examiner toutes les options pour la poursuite de sa gestion , y compris la possibilité de reprendre les décharges contrôlées ( dans la mer ) dans le respect des limites autorisées ,  » l’Agence internationale de l’énergie atomique ( AIEA) a déclaré dans un communiqué.

 » Pour poursuivre cette option , TEPCO devrait préparer des évaluations de sécurité et d’impact environnemental appropriées . « 

Le conseil de l’AIEA reflète la liaison Tokyo Electric Power Co s’est trouvée dans car il tente de gérer les risques entre la tenue de plus grandes quantités d’eau contaminée dans les réservoirs de stockage contre le dumping eau partiellement décontaminé dans l’océan . Les résidents locaux et les intérêts de la pêche commerciale ont fortement résisté aux efforts pour drainer l’eau dans la mer .

Juan Carlos Lentijo , qui a dirigé une équipe de 19 experts qui sont arrivés le 25 Novembre pour vérifier les efforts de démantèlement , lors d’une conférence de nouvelles à Tokyo que l’approbation du public était «nécessaire» avant d’aller de l’avant , rapporte Japan Times .

Lentijo , directeur de la Division de l’AIEA du cycle du combustible nucléaire et de la technologie des déchets , a ajouté que la surveillance stricte de l’impact de la décharge serait nécessaire .

Malgré l’opposition locale au plan , Lentijo a ajouté que « la décharge contrôlée est une pratique régulière dans toutes les installations nucléaires dans le monde . « 

L’eau radioactive  en  fuite des réacteurs endommagés et le mélange avec les eaux souterraines depuis un tremblement de terre et le tsunami en 2011,a  détruit les systèmes d’ alimentation et de refroidissement de la centrale , provoquant trois réacteurs à fondre et endommager un quatrième bâtiment du réacteur . Jusqu’à présent , près de 400 000 tonnes d’eau hautement contaminée est stocké dans environ 1000 chars sur le site . Les fuites et autres défauts trouvés dans plusieurs réservoirs plus tôt cette année ont soulevé des préoccupations au sujet de plus d’échecs , surtout si un autre tremblement de terre ou un typhon avait frappé à la région.

Détection d'une fuite importante le 7 novembre 2013.
Détection d’une fuite importante le 7 novembre 2013.

 

L’examen de l’AIEA , qui a évalué la gestion de l’eau contaminée qui a été utilisée pour refroidir les cœurs des réacteurs , ainsi que le travail sur l’élimination des assemblages de combustible de la piscine de combustible usé dans le réacteur n ° 4 , affirme que des progrès ont été  constatés  depuis leur dernière visite de ce passé printemps .

 » L’équipe estime que depuis notre précédente mission en Avril de cette année , le Japon a réalisé de bons progrès dans l’amélioration de sa stratégie et dans l’allocation des ressources nécessaires pour mener un déclassement sûr du Dai -ichi ,la centrale nucléaire de Fukushima « , a déclaré Lentijo , après la conclusion de l’ inspection mercredi.

Il a ajouté que « la situation reste très complexe et qu’il ya encore des questions très difficiles qui doivent être résolus pour la stabilité à long terme de l’usine . « 
  
La suggestion de l’AIEA vient un jour après que des responsables sur le panneau de l’eau contaminée par le ministère de l’industrie japonais a publié un projet de rapport avertissant que l’usine Dai -ichi de Fukushima pourrait manquer d’ espace de stockage pour l’eau contaminée dans les deux ans si les projets actuels ne sont pas entièrement réalisable .

Le rapport , en s’appuyant sur quelques-uns des 780 séries de propositions envoyées de partout dans le monde , a suggéré de couvrir la terre avec de l’asphalte pour réduire les pluies afflux , la construction de réservoirs géants avec plus de capacité et l’installation de filtres de sous-marins à réduire la radioactivité de l’eau qui fuit dans la mer . Experts sur le panel a également proposé de mettre en place une équipe spéciale de se concentrer sur la façon d’aborder le problème du tritium – le seul isotope qui ne peuvent être enlevés chimiquement par la technologie existante .

Actuellement , 400 tonnes d’eau hautement contaminée est en cours de production sur le site sur une base quotidienne . En réponse , TEPCO a mené une opération de test d’une machine de traitement de l’eau de haute technologie appelé ALPES , qui peut enlever toutes les matières radioactives de l’ eau contaminée à l’exception du tritium .

Conformément aux recommandations de l’AIEA , l’utilitaire espère évacuer l’eau traitée après dilution du  niveau de tritium à des limites juridiquement acceptables .

Le fût contenant 22 barres de combustible dans le bâtiment n ° 4 du réacteur sur une remorque, est déplacé de la construction du réacteur à un autre bâtiment où une piscine de combustible commune se trouve, à la Fukushima Daiichi centrale nucléaire de tsunami paralysé de TEPCO dans la préfecture de Fukushima, dans cette photo prise par Kyodo Novembre 21 2013. (Reuters / Kyodo)
Le fût contenant 22 barres de combustible dans le bâtiment n ° 4 du réacteur sur une remorque, est déplacé de la construction du réacteur à un autre bâtiment où une piscine de combustible commune se trouve, à la Fukushima Daiichi centrale nucléaire de tsunami paralysé de TEPCO dans la préfecture de Fukushima, dans cette photo prise par Kyodo Novembre 21 2013. (Reuters / Kyodo)

 

 

Un Tonneau de barres de combustible nucléaire en cours de transfert à partir d'une piscine de combustible usé de l'unité bâtiment de quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi de TEPCO à la ville Okuma dans la préfecture de Fukushima, le 21 Novembre 2013. (AFP Photo / TEPCO)
Un Tonneau de barres de combustible nucléaire en cours de transfert à partir d’une piscine de combustible usé de l’unité bâtiment de quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi de TEPCO à la ville Okuma dans la préfecture de Fukushima, le 21 Novembre 2013. (AFP Photo / TEPCO)

 

 

 

 

 

 

Fukushima:Le gens se mobilisent pour la sécurité de la Terre

Une nouvelle pétition (encore une) fait fureur actuellement sur le net et je vais la reprendre différemment en français,car je juge qu’on  ne s’attaque pas assez aux mensongers  des politiciens véreux.

Le message de David Suzuki est très clair.
Le message de David Suzuki est très clair.

Elle dit ceci en gros: 

Nous exigeons immédiatement un plan de coopération internationale et une déclaration officielle par chaque leader mondial sur ce que son évaluation / sa propre nation sur la catastrophe de Fukushima est, et une présentation détaillée officielle par les scientifiques nationaux  sur leur proposition de plan d’action pour résoudre la plus grande menace que la terre n’a  jamais affronté. Nous exigeons également la création d’un site en ligne où le public peut poser des questions liées à la crise avec un panel d’experts, choisis par le public, capable de répondre aux préoccupations sans enrobage de sucre.

Voici le lien sur Avaaz (encore Avaaz)  la pétition est en anglais:

http://www.avaaz.org/en/petition/We_demand_that_every_single_nations_leader_make_a_public_statement_and_clear_assessment_and_on_the_Fukushima_crisis/?cCpGjgb

 

Pendant que  les gens veulent bouger,les 300 tonnes d’eau irradiées continuent de couler chaque jour vers l’océan Pacifique ,menaçant la sécurité de tous les habitants de la Terre.

Actuellement,le nombre de poissons irradiés monte en flèche et bientôt,la biodiversité,ainsi qu’une grande partie du garde-manger  des humains de la Terre,vont être durement touché.Les pires scénarios sont à craindre .Au côté de ce qui s’en vient, »Soleil Vert » va ressembler  à un film pour enfant.

Les médias sont muets au Québec et au Canada sur ce sujet.Il faut gratter pour aller chercher l’information.Les citoyens et citoyennes du monde commencent à réagir aux trahisons successives de leurs gouvernements et de toute la faune politique.

Nous parlons ici,d’une race de tricheurs et de menteurs.

UN MOUVEMENT MONDIAL DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE EST DONC RENDU NÉCESSAIRE

Nous en sommes rendu là:c’est devenu une évidence qu’un vaste complot est en cours ,provenant des gouvernements contre le peuple .Le seul rôle que semble tenir les politiciens,c’est celui de chien de garde de l’establishment.

Attendez-vous à voir apparaître le premier jalon de ce vaste mouvement dès  vendredi-soir.

 

 

Scandale Fukushima:Tepco va supprimer 1,000 emplois pour obtenir plus de fonds publics

Fukushima  top radiation2

 

Fukushima: La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima, Tepco, envisage de lancer un appel à un millier au moins de départs volontaires dans le groupe afin de réduire sa masse salariale en échange d’une aide financière supplémentaire des pouvoirs publics, selon la presse japonaise.

Tepco envisagerait de mettre en oeuvre ce programme de réduction d’effectifs d’ici à l’automne 2014, selon le quotidien économique Nikkei de samedi. Ce sera le cas échéant le premier plan de ce genre pour Tepco, et le nombre de départs pourrait même atteindre 1.500, ajoute le journal. 

De surcroît, la compagnie, pour le moment totalement privée de ses centrales nucléaires, prévoit de vendre de vieilles installations thermiques qui, rénovées, seraient alors exploitées par une autre structure auprès de laquelle s’approvisionnerait Tepco à un coût inférieur.

La compagnie doit en effet se préparer à affronter la concurrence qui va naître de la libéralisation progressive du secteur de l’électricité à partir de 2016. Elle envisage d’ailleurs dans ce cadre de se restructurer en plusieurs sociétés chapeautées par une maison-mère, dont une filiale pourrait être exclusivement chargée de traiter l’accident de Fukushima.

Une façon détournée  de voler les fonds publics tout en s’enrichissant.Ce n’est pas la fin du monde qui les traumatise,mais bien le risque de perdre des profit$.

Pendant ce temps-là:

 

Quatre tonnes d’eau de pluie potentiellement contaminée se sont répandues au cours d’un transfert entre deux zones de stockage de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima, au Japon, a fait savoir récemment son exploitant.

Tokyo Electric Power Co (Tepco), qui a fait état en août dernier d’une fuite de 300 tonnes d’eau radioactive, s’efforce depuis de régler le problème du stockage de cette eau. 

On ignore la radioactivité de celle qui s’est répandue récemment, a indiqué un porte-parole de la compagnie, ajoutant que des analyses étaient en cours. 

TEPCO…ou l’incompétence associée à la collusion politique et à la corruption généralisée.

 

 

 

 

Fukushima: des tonnes d’eau radioactive se déversent dans l’océan Pacifique, malgré les revendications gouvernement japonais

Voici l'endroit ou l'eau en provenance des  réacteurs endommagés fuit vers l'océan Pacifique...l'eau est en ébullition.
Voici l’endroit ou l’eau en provenance des réacteurs endommagés fuit vers l’océan Pacifique…l’eau est en ébullition.

 

Une photo aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, dans le nord du Japon. L'eau radioactive déversée lors d'une catastrophe provoquée par le tsunami en 2011 fait tranquillement son chemin vers la zone côtière américaine.Sur cette photo prise en altitude on peut deviner la chaleur et le bouillonnement de l'eau et la différence de couleur.
Une photo aérienne montre la centrale nucléaire de Fukushima, dans le nord du Japon. L’eau radioactive déversée lors d’une catastrophe provoquée par le tsunami en 2011 fait tranquillement son chemin vers la zone côtière américaine.Sur cette photo prise en altitude on peut deviner la chaleur et le bouillonnement de l’eau et la différence de couleur.Il faut être aveugle pour ne pas le voir.

 

 

L’eau contaminée par les radiations coule dans l’océan Pacifique d’un port à la  centrale nucléaire  No 1 de Fukushima malgré les assurances du Premier ministre Shinzo Abe que ces fuites ont  été  » complètement bloqué . « 

M.Abe, le 19 septembre 2013, a fondé son affirmation sur les mesures prises dans l' »océan extérieur »( en dehors des eaux territoriales japonaises).

Mais les experts ont affirmés que  les niveaux de substances radioactives par voie maritime restent souvent en deçà des limites de détection dans l’océan extérieur parce que les substances sont tout simplement devenues diluées .

Le gouvernement a estimé que 300 tonnes d’eau souterraine radioactive fuit chaque jour dans le port de la centrale. Le port a une ouverture sur l’océan externe à travers laquelle 20 pour cent de l’eau de mer (venant des réacteurs)  est censé être remplacé par l’eau de mer de l’océan extérieur pendant un cycle de marées hautes et basses .

Michio Aoyama, un chercheur senior de la chimie marine à l’Institut de recherche météorologique de l’ Agence météorologique du Japon , a estimé que 30 milliards de becquerels de césium radioactif et un autre 30 milliards de becquerels de strontium radioactifs continuent de fuir dans l’océan extérieur tous les jours.

Les matières radioactives  entrent en décroissance avec le temps à des taux fixes , mais les données de surveillance disponibles n’ont pas montré de baisse de leurs niveaux.

Une entrée quotidienne de 60 milliards de  becquerels est nécessaire pour que cela se produise , a déclaré Aoyama .

Le Césium radioactif  et le strontium  continuent d’être détectés à l’intérieur du port. Ils sont soupçonnés de provenir de l’eau hautement radioactive qui a fui dans des fosses souterraines en Avril et mai 2011 après que l’eau a été utilisée pour refroidir le combustible nucléaire fondu durant les premiers stades de l’accident nucléaire qui a commencé en Mars 2011.

Pour faire face à la situation, Tokyo Electric Power Co. a installé des barrières de polyester de 0,5 millimètre d’épaisseur , qu’elle appelle «clôtures anti-érosion,  » dans le port en Avril 2011 afin de réprimer le trafic de l’eau salée. Mais les obstacles ne peuvent pas bloquer totalement la circulation des substances radioactives parce que les particules de boue  et d’eau  fines peuvent pénétrer dans les clôtures anti-érosion à travers les grilles de trous minuscules , chacune de 0,02 à 0,03 millimètre .

TEPCO , le gouvernement de la préfecture de Fukushima, le ministère de l’Environnement , l’Autorité de réglementation nucléaire et d’autres organisations ont été surveiller  les niveaux de radioactivité dans l’eau de mer et le fond marin sur  200 à 300 sites, la plupart d’entre eux dans un rayon de 20 kilomètres de la centrale nucléaire paralysé . Mais les méthodes de ces mesures ont été remises en question .

Les experts ont souligné un manque de cohérence dans les méthodes d’ échantillonnage et d’analyse au cours d’une réunion d’un groupe NRA chargé de la surveillance des océans le 13 septembre .

 » Les mesures peuvent varier dix fois au même endroit », dit un expert .

 » Les méthodes d’analyse sont dépassées », a dit un autre .

Le Commissaire de la NRA ,Kayoko Nakamura a dit qu’elle prendra des mesures pour améliorer la situation.

 » Les données doivent être prises de façon précise et fiable », a déclaré Nakamura .

Le NRA  prévoit de commencer à surveiller le sol des fonds marins dans une zone qui s’étend sur 20 km à lest de la centrale nucléaire et à 50 km du nord au sud. Le plan fera usage de matériel développé par des chercheurs de l’Université de Tokyo qui est attaché à un fil et réduit d’un bateau sur le fond marin pour mesurer les niveaux de césium radioactif dans le sol pendant que le navire se déplace le long .

Le NRA  prévoit de surveiller les  600.000 sites  à intervalles de 1 mètre et de mettre en commun les résultats avant l’exercice en cours se termine en Mars.

…À  moins que l’Apocalypse  vient changer l’Agenda des scientifiques  japonais d’ici là!

 

(Sources:Ashahi Shimbun)