Vidéo: notre chanson thème…le Retour des Dieux

Publicités

Le retour des Dieux et la vision spirituelle

En 1952,une véritable flotte d'ovni  survola la Maison Blanche ,à Washington:un avertissement?
En 1952,une véritable flotte d’ovni survola la Maison Blanche ,à Washington:un avertissement?

 

Beaucoup interrogent aujourd’hui la place du religieux dans la société. Pourquoi croire ou ne pas croire au retour des dieux civilisateurs ? Quelle peut être la place de l’homme dans cette Ère Nouvelle ,dans laquelle nous venons de commencer à vivre et qui nous apporte  le  langage intergalactique ? Sans céder à la tentation de substituer la théorie du zoo à la quête de sens, quelques chercheurs indépendants poursuivent inlassablement leur exploration de l’énigmatique monde extraterrestre. Quelles sont les intentions de ces êtres venus d’ailleurs ? Viennent-ils d’une terre future ? D’où viennent-ils ? De notre planète ? Quel est le projet de ces intelligences extérieures ? Autant de questions auxquelles les passionnés d’ufologie se sont confrontés depuis fort longtemps. 

LES ANCIENS ASTRONAUTES:LES  THÉORICIENS ET LES TENANTS DU RÉALISME FANTASTIQUE
Tout d’abord, les théoriciens des Anciens Astronautes savent-ils encore que tout ce qui est terrestre est nôtre ? Ils ont lancé l’idée d’un super Pouvoir extraterrestre s’exerçant sur l’échelle de l’évolution humaine. C’est un événement qui nous permet de rappeler que l’autodétermination de la collectivité hors de son échelle naturelle est inconcevable, à moins que cela ne soit au service d’une élite dirigeante d’un autre monde, indifférente et étrangère à l’ordre moral. 
Croire à une influence des êtres extraterrestres sur notre histoire serait admettre une source étrangère de l’intelligence, qui ne saurait exister autrement que sous forme d’un programme de contrôle, appelons-le agression extérieure, rapt cosmique ou soleil maléfique. Ce sont bien souvent les représentations de ces êtres venus d’un autre système qui servent de base à un nivellement totalitaire par le haut. C’est pourquoi il est impératif de remettre à leur place un certain nombre de stéréotypes qui dévalorisent l’expérience humaine. 
Tous ceux qui suivent cette théorie, ne font que suivre la voie obscure vers une planète totalement planifiée que leur ont tracée d’hypothétiques Ancêtres Supérieurs, précisément parce que ces maîtres extraterrestres suivent à une certaine distance l’évolution humaine depuis plusieurs millénaires. Cette croyance consiste à admettre non seulement la suprématie absolue de la technologie des dieux, mais aussi l’aspect le plus répugnant de la croissance humaine assistée. Je veux parler d’une direction totale du processus mental et donc, du contrôle de notre propre développement, lequel impose inévitablement le pouvoir absolu des extraterrestres. 
Si pareille catastrophe devait se produire, il s’agirait de savoir comment défendre la vie même de la pensée et qui pourrait empêcher les expériences de reproductions sexuelles. C’est là le fait humain fondamental sur lequel repose toute la prise de conscience de ce NOUS. Ce fait incontestable doit échapper à la dictature de certaines civilisations très avancées, mais incompatibles car non conformes à nos valeurs. Dans l’infinie variété des mondes habitables, seuls pourront agir en commun les quelques rares d’entre eux qui venus des étoiles ,sont et  seront d’accord  avec le Peuple des Humains Souverains de la Terre,sur des fins communes. 

Entre 1991 et 1992,une incroyable vague d'ovni  rendit les mexicains survoltés:on en voyait tous les jours!
Entre 1991 et 1992,une incroyable vague d’ovni rendit les mexicains survoltés:on en voyait tous les jours!

Sont-ils supérieurs ces « fils des étoiles », qui ne peuvent faire autrement que continuer l’errance ? Mais quels sont les reflets de ce Dieu invisiblement présent entre lesquels il leur faudra choisir… C’est ce que peuvent savoir seuls les peuples qui connaissent l’indescriptibilité de ce mystère ; et eux seuls, les enfants de Dieu, sont de l’espèce d’êtres qui recherchent le pays de la Parole. Tout le mystère de l’Incarnation est contenu dans ces mots : l’écoute et le dialogue. L’origine de la foi chrétienne, c’est le rapport personnel à Dieu. Il faut bien avoir en tête que cette conception unique d’un Dieu fait homme est devenue une rencontre personnelle plus directement en prise avec le Dieu réel. Il est essentiel pour la compréhension de cette nouvelle relation à Dieu que chacun puisse se saisir de cette recherche de liberté. Nous parlons de la Liberté et de la Souveraineté des Humains de la Terre sur leur Monde:un thème cher à Jimmy Guieu qui aurait payé de sa vie,son ardeur à nous prévenir.

L'homme de Palenque serait un visiteur des Étoiles:un dieu!
L’homme de Palenque serait un visiteur des Étoiles:un dieu!

Vidéo: Notre chanson thème Le Retour des Dieux

vague spatiale bbb entrée 01

 

 

 

En hommage aux Chercheurs et Diseurs de Vérité,nous avons fait un montage  sur le thème du retour des Dieux.

Il s’agit d’un livre que j’ai lu plusieurs fois dans ma vie,car il m’a fait rêvé à des jours meilleurs,suite à un contact officiel  avec une puissance extraterrestre.

Jimmy Guieu avait établi un code de lecture dans ce livre:il donnait aussi une marche à suivre …de lectures,aux néophytes afin qu’ils puissent comprendre le sens profond de certains de ses livres,mêmes ceux de science fiction.

Il y a donc un Code Jimmy Guieu.

 

Je ferai une livre audio et je reproduirai cette oeuvre ici,sur ce site…afin que tous puissent s’abreuver de la Compréhension.

Merci de m’avoir lu.

LE RETOUR DES DIEUX : NOTRE CHANSON THÈME

Prenons plaisir à écouter cette magnifique musique:

 

 

 

 

Vidéo: Le jour Jimmy Guieu des Chercheurs et Diseurs de Vérité

 

jimmy guieu entrée 001

 

Ce vidéo ne sera que le début d’une action collective.

Ce vidéo annonce notre résolution à parler ouvertement de Vérité et de vérités.

Il annonce notre désobéissance  civile et politique face à des gouvernements qui tentent de nous maintenir dans le paradigme actuel ou ce qui est annoncé dans les médias officiels ,soit la seule vérité acceptable.

Quiconque me suivra dans cette voie,en 2014, acceptera l’héritage de la pensée de Jimmy Guieu et de tous ceux et celles qui depuis Charles Forth se sont donné le défi d’éveiller les Humains de la Terre et de leur montrer un autre univers que celui permis par la Matrice du Nouvel Ordre Mondial.

En ce jour,nous décrétons le début du grand rassemblement suggéré par Jimmy Guieu.

Voici ce qu’il écrivait:

« Le temps n’est plus à tenter de convaincre mais à chercher à rassembler.

Ceux qui,n’ayant toujours rien compris aujourd’hui,demeurent nos adversaires,ne comprendront pas davantage demain.

Laissons-les s’enliser dans leurs polémiques et attaques stériles et,fraternellement ,travaillons! »

 

Le message est compris,Jimmy, et ceux qui se sentent appelé,se sont mis au travail…ensemble dans un but fraternel.

 

Merci  à tous ceux  qui croient en la Vérité,d’ou qu’elle vienne…car la Liberté implique la Vérité!

 

Aucun Humain de la Terre ne pourrait se sentir libre en sachant qu’il vit dans le mensonge.Les mensonges permettent la mainmise politique,sociale et économique de nos nations par le crime organisé et les sociétés secrètes…alliées au néolibéralisme actuel.

Le mot du jour: la censure (un article et un vidéo pour vous)

facebook-censure-le-nu-d-art

Un informateur que je connais depuis longtemps ,sur internet,vient de se faire abolir son compte,dans le réseau social Facebook.
Les dernières informations que j’ai reçu de lui,sont des études faites sur le Coran et des constatations faites sur les comportements envahisseurs des islamistes radicaux,en France.
La lecture de ces informations va  m’être extrêmement précieuse dans ma lutte contre l’installations de nombreuses têtes de pont islamiques ,au Québec.Ces informations sont inestimables pour moi,et je le remercie,de tout mon cœur,sachant qu’une personne qui me suit ,en Europe,le connait parfaitement…La communication va donc se faire et se perpétuer,même indirectement.
Cette censure provenant à la fois des sionistes qui contrôlent ce réseau et l’ à-plat-ventrisme du gouvernement français face aux intégristes musulmans en France,nous montre fort bien comment nous vivons dans une espèce de Matrice qui cherche à nous maintenir dans le mensonge.
J’en profite pour saluer bien bas,mes nombreux amis ,en France qui continuent à m’appuyer et m’informer sur de nombreux sujets.
Depuis toujours,nous partageons des valeurs identiques qui nous guident sur un même combat.

Bref,nous continuons le combat  pour la Vérité,sachant que nous vivons dans un Monde de plus en plus faux,mensonger et corrompu.C’est un monde qui a une étiquette avec une date d’expiration,collée dessus…Un monde sans lendemain qui fabrique une génération sans futur,ni espoir .Un monde qui se contente de produire en polluant les mers,les terres et l’air dans le seul but de consommer en grossissant la richesse virtuelle d’une petite élite :les  présidents-directeurs-généraux du Nouvel Ordre Mondial. 

Je vis dans un monde  qui n’est pas celui que je rêvais quand j’étais adolescent.Je vis dans un monde décevant ,un monde dont l’existence et l’évolution nous a été étalé en guise d’avertissement,par  Jimmy Guieu que les médias cherchaient à démolir par tous les moyens.On l’avait ridiculisé,piégé,négligé et traîné dans la boue,mais Jimmy était solide et avait une colonne vertébrale.Jimmy Guieu était fier d’être français.Il aimait les États-Unis et adorait venir à Montréal.Le Maître comme on le surnommait,s’est éteint le 2 janvier 2000  d’un cancer provoqué par une barre de radium placée sous sa chaise.Jimmy nous a laissé en  héritage un livre posthume « Terre,ta civilisation fout le camp » dans lequel il  nous met en garde contre  justement  la censure  et la décadence de notre monde. 

Les États-Unis d’Amérique et la France sont des pays que l’on identifie à la Naissance de la Liberté des Peuples,dans le Monde.Le Canada pendant longtemps a fait rêver les jeunes et les  exclus pendant des décennies,maintenant il vient de rejoindre ,ce club  sélect de « dictatures démocratiques » qui censurent  leurs citoyens en les maintenant dans cette  espèce de paradigme  qui annonce la Décadence Stagnante de l’Empire édifié sur l’apparence,l’enrobage sans profondeur de cette corruption érigée en système de gouvernance.

Les États-Unis en 1996,criaient haut et fort au complot d’Al Qaïda,suite à l’explosion d’une bombe au World Trade Center.Je me souviens très bien,de cette camionnette  que l’on nous montrait à la télé et des remarques des gens dans les restaurants.

Oussama Ben Laden était censé être l’homme le plus recherché de la planète,en ce temps-là.Cela n’avais pas empêché les médecins  de la base américaine  de Dubaï de le soigner,quelques mois avant le 9/11.En décembre 2001,il décédait,mais la CIA continuait de fabriquer des « Cassettes de Ben Laden » afin de maintenir   la psychose collective.

Pour terminer :

Il nous reste l’espoir que  les jeunes qui me lisent actuellement,se réveillent et frappent à la porte   de nos gouvernants pour leur dire qu’ils refusent ce Monde corrompu,matérialiste,sans Dieu,rationaliste et superficiel.

J’estime que la compassion et l’amour d’autrui a toujours sa place ,sur notre Planète et que nous devons  freiner,voire abolir la marche du Démon du Terrorisme,de la Haine et de la Peur provoquée par les Fabricants de Psychose Collective qui signent les chèques de paye des mercenaires d’Al Qaïda.

Je considère que lorsque l’on croit sincèrement que nous sommes pénétré par l’Amour en nous,nous n’avons pas besoin  de prétendre  venir au nom de la Religion de l’Amour et de la Paix,après avoir envahi des pays entiers,chassés ses dirigeants,pillé ses richesses ,violé ses femmes et ses enfants et massacré  les libre-penseurs.

Je suis certain aussi  que lorsque l’on se dit « Policier du Monde Libre » et que l’on accuse  le responsable d’un acte terroriste ,il est très aberrant de payer ce même accusé , pour soit-disant, libérer un peuple,surtout quand on s’associe à son pire ennemi pour qu’il soit certain qu’il ne manque de rien.En faisant cela,le pseudo-policier est en réalité l’instigateur,le coupable,le responsable de sa stratégie et le seul vrai terroriste dans toute l’affaire.

Je crois comme Jimmy Guieu qu’un jour ,nous assisterons au retour des Dieux  et que ce jour-là ,la justice descendra du ciel en même temps que le doux baiser des Êtres de Lumières,sur la joue des Enfants de l’Ère Nouvelle.Ces Êtres de Lumière    qui parfois nous guident sur un chemin que l’on ne voit pas,mais que l’on ressent.

L’histoire de la Quête fantastique vers la Terre Creuse .partie 1

Histoire de la Terre Creuse
La disparition prématurée,le 26 juillet 2006, de l’explorateur américain Steve Currey nous amène à faire le point sur l’évolution des recherches sur la Terre Creuse.Depuis l’an passé,mes recherches sur Neu Schwabenland et les bases secrètes allemandes m’ont amené  à m’intéresser  davantage à ce grand mystère qui explique beaucoup de choses.
Mes recherches confirment  que la surface concave intérieure de la croûte terrestre pourrait abriter une civilisation en tous points supérieure à la nôtre, probablement issue des continents disparus de Lémurie et d’Atlantide. Les « soucoupes volantes » ne seraient que l’une des nombreuses inventions de cette civilisation. Mais leur avancée se situe surtout au niveau spirituel. Au moment où notre société s’enfonce dans la décadence matérialiste, nous tirerions sans doute le plus grand bénéfice à contacter ces frères aînés de la race humaine.J’ai la certitude  que la solution pour abattre le néolibéralisme et la menace mortelle du Nouvel Ordre Mondial,se trouve juste en-dessous de notre nez.

Sir Edmund Halley,le grand penseur de la Terre Creuse.
Sir Edmund Halley,le grand penseur de la Terre Creuse.

Le pionnier de la « théorie de la Terre Creuse » fut l’astronome et mathématicien anglais, Edmond Halley (1656-1749). Il fut également le premier à émettre l’idée que les aurores boréales polaires étaient le reflet d’un « Soleil intérieur » qui éclairait le monde souterrain. Ses travaux furent publiés dans « The Philosophical Transactions of the Royal Society of London » et ne firent pas grand bruit. Halley passa surtout à la postérité grâce à la découverte de la célèbre comète portant aujourd’hui son nom.

John Cleves Symmes
John Cleves Symmes

Un autre précurseur fut John Cleves Symmes, ancien capitaine de l’infanterie de la guerre de 1812 contre la Grande-Bretagne, en hommage duquel fut érigé à Hamilton un monument de pierre représentant une sphère percée en deux points symétriques. Le 10 avril 1818, il envoya au Congrès américain, à des directeurs d’université et à des savants, la lettre suivante: « Au monde entier; je déclare que la Terre est creuse et habitable intérieurement… » Selon lui, la Terre était formée de plusieurs sphères concentriques. Aux deux pôles, il y avait d’énormes ouvertures où s’engouffraient l’atmosphère, des terres et des mers.

Symmes joignit à sa lettre un certificat médical confirmant la pleine possession de ses facultés mentales. Il intéressa le sénateur Richard M. Johnson qui déposa devant le Congrès, le 28 janvier 1823, une demande officielle de financement pour le lancement d’une expédition. Mais cette dernière fut repoussée.
En 1826, toutes les notes de Symmes furent publiées dans un livre intitulé « Theory of concentric Spheres. » Sa théorie fut alors reprise par Joseph Reynolds qui réussit à convaincre le président John Quincy Adams.
Une expédition pour le Pôle Sud partit de New York le 29 octobre 1829. Malheureusement, l’opération fut un désastre total. Edward George Bulwer Lytton, politicien, ésotériste et écrivain célèbre, auteur des « Derniers jours de Pompéi », publia en 1873 « The coming Race » dans lequel il raconta que des rescapés de divers cataclysmes avaient trouvé refuge sous la Terre depuis des milliers d’années. Cette race de surhommes entretenait, selon lui, sa forme grâce à un mystérieux fluide, le « Vril ». Elle allait bientôt supplanter l’humanité.
Cette histoire inspira des sociétés secrètes lucifériennes, notamment celle de la « Loge lumineuse » de l’Allemagne nazie, plus connue sous le nom de « Société du Vril « . Parmi ses membres se trouvaient Rudolf Hess et de nombreux partisans du régime nazi qui cherchèrent dans cette théorie une justification à leur idéologie.
Puis la thèse de la Terre Creuse fut reprise par l’écrivain américain William Reed dans un livre désormais « culte » s’appuyant sur des témoignages d’explorateurs polaires, « Fantôme des pôles », jamais traduit en français.

Reed réfuta les conceptions communément admises sur la structure de la Terre et se basa sur des arguments scientifiques. Selon lui, les pôles n’avaient jamais été découverts parce qu’ils n’avaient jamais existé ! À la place, il y avait d’immenses trous, et ces ouvertures conduisaient à l’intérieur de la Terre. Le livre de Reed n’était pas une fiction. Il le précisa d’ailleurs en ces termes : « Ce volume n’a pas été écrit en vue de divertir ceux qui lisent. Ce n’est pas un roman, mais un essai sérieux qui tend à prouver, dans la mesure du possible, certaines vérités importantes jusqu’ici dédaignées. J’y livre la clé de certains mystères. »
Reed estima que la croûte terrestre avait une épaisseur de 1.300 kilomètres et que son intérieur (creux) avait un diamètre de 10.000 kilomètres. Selon lui, l’aurore boréale polaire n’avait rien à voir avec un phénomène électrique ou magnétique mais provenait de la réflexion sur les nuages, sur la glace ou sur la neige, des feux d’un volcan ou des feux de prairies ou de forêts situées sur le bord de la courbure polaire (une théorie probablement fausse). Il s’inspira des description des explorateurs Bernacchi, Nansen, Siemens, Mauch, Hooper, Greely, Henry, Brainard, Rice, Ralston, Gardiner qui tous s’extasièrent devant la magnificence des aurores boréales et s’interrogèrent sur leur origine. Étant donné que le phénomène n’avait aucun effet sur l’aiguille de la boussole, les évaluations de ces explorateurs en déduisirent logiquement qu’il n’avait rien d’électrique ni de magnétique.

Reed évoqua aussi une mer libre s’étendant loin au Nord, s’appuyant sur des observations du Dr Bessels, de Chester, Kane, Me Gary, Morton, Greely, Pavy et surtout de Nansen. Ils constatèrent tous son existence au delà d’une certaine altitude.
Nansen décrivit cette mer d’eau douce en ces termes : « C’est un phénomène singulier, cette eau douce… Ce phénomène se passe quand une couche superficielle d’eau douce surnage sur l’eau de mer salée et cette eau douce glisse avec le bateau sur la mer plus lourde du dessous comme si cette mer constituait une couche fixe.

Le norvégien Nansen fut le premier explorateur moderne à réussir, en 1897, l'exploit scientifique et humain de s'approcher du pôle Nord jusqu’à atteindre la latitude de 86° 15'.
Le norvégien Nansen fut le premier explorateur moderne à réussir, en 1897, l’exploit scientifique et humain de s’approcher du pôle Nord jusqu’à atteindre la latitude de 86° 15′.

« La différence entre ces deux couches liquides était, dans ce cas, si grande que tandis que nous avions de l’eau potable à la surface, nous sommes arrivés à extraire du fond de la salle des machines une eau si salée qu’elle pouvait être employée pour la chaudière. » Il estima sa profondeur entre 3.300 et 3.900 mètres.
« La différence entre ces deux couches liquides était, dans ce cas, si grande que tandis que nous avions de l’eau potable à la surface, nous sommes arrivés à extraire du fond de la salle des machines une eau si salée qu’elle pouvait être employée pour la chaudière. » Il estima sa profondeur dans « A journev to the Earth’s interior : Have the poles really been discovered ? » (« Un voyage à l’intérieur de la Terre : les entre 3.300 et 3.900 mètres.
La théorie de Reed fut reprise en 1920 par un autre américain, Marshall B. Gardner, après vingt ans d’études et sans qu’il ait eu vent de l’oeuvre de son prédécesseur, puis présentée pôles ont-ils vraiment été découverts ?)
L’ouvrage fut publié à compte d’auteur et jamais traduit en français. Gardner figura la Terre avec des ouvertures circulaires aux pôles dans lesquelles s’engouffrait l’eau de l’océan qui adhérait à la croûte, tant au-dessous qu’au-dessus, puisque selon sa théorie, le centre de gravité de la Terre était situé en plein milieu de cette croûte et non au centre du globe. Si un bateau franchissait le trou et se dirigeait vers l’intérieur, il continuait de naviguer (dans une position renversée) sur la paroi interne de la croûte terrestre.
Il révéla que le lieu où la force de gravité était la plus importante se situait à mi chemin de la courbe. Cette force était si puissante à cet endroit que l’eau salée de la mer et l’eau douce des icebergs ne se mélangeaient pas. L’eau de mer demeurait à quelques dizaines de centimètres au-dessous de l’eau douce, ce qui permettait d’obtenir de l’eau potable même en plein océan arctique. M.B. Gardner s’interrogea sur l’origine des icebergs, formés d’eau douce et non d’eau salée. D’où pouvait bien provenir cette énorme quantité d’eau douce ?
Les auteurs du « Livre Jaune n°6 » publié par les Editions Félix, que nous avons consulté à titre informatif, se sont posé la question suivante : « Qui peut dire d’où viennent les icebergs ? Ils ne viennent pas de la mer, car l’eau de mer est salée, et les icebergs ne contiennent que de l’eau douce, sans exception. La pluie ? »
« Comment cinq centimètres de précipitations annuelles peuvent-ils créer de tels monstres de glace, comme nous les trouvons dans l’océan Arctique ? » se demande le chercheur Bernacchi, qui a exploré le pôle Sud avec Borchgrevink, de 1898 à 1900. Il n’y a pas de réponse rationnelle à cette question. Il a vu un iceberg de 80 kilomètres de large sur 650 kilomètres de long, un iceberg qui irait de Paris à Toulouse et qui se serait formé à la suite de cinq centimètres de précipitations annuelles !!!
Si l’on part du fait qu’il existe bien un pôle Nord et qu’il est recouvert de glace, comme tout le monde semble le supposer, d’innombrables explorateurs ont dû être pris d’hallucinations à partir de 80° de latitude Nord. Ou alors, ils étaient en pleine possession de leurs moyens, et la théorie du pôle couvert de glace ne tient plus. Tous ceux qui vivent dans le grand Nord ont pu constater qu’il y a beaucoup de brouillard dans l’Arctique en hiver. Si la banquise avait été entièrement solide, il n’y aurait pas assez d’humidité dans l’air pour la formation de brumes et de brouillards. Un explorateur américain, le Docteur E. Kane, qui a découvert le glacier de Humboldt, a exploré la zone du pôle Nord entre 1833 et 1855. Il a écrit il y a 150 ans : « Il y a des indices qui montrent clairement qu’il doit y avoir un océan dans le Nord. Les brumes et les brouillards que nous avons vus souvent en hiver nous le confirment. »

PhotoReed
Selon Reed et Gardner, cette eau douce provenait des fleuves des régions chaudes situées à l’intérieur de la Terre. Quand ils atteignaient la surface beaucoup plus froide, ils gelaient et se transformaient en icebergs. Durant les mois d’hiver, des millions de mètres cubes d’eau douce en provenance des rivières intérieures émergeaient des ouvertures polaires et formaient de véritables montagnes de glace.
Pour Gardner, les mammouths découverts gelés dans la glace n’étaient pas des animaux préhistoriques mais des animaux vivant toujours actuellement à l’intérieur de la Terre. Car c’est à l’intérieur de ces icebergs que l’on a découvert nombreux mammouths et d’autres espèces disparues que l’on a rapidement qualifiées de « préhistoriques » parce qu’on n’en voyait plus de semblables sur la Terre depuis très longtemps. Certains mammouths avaient encore de l’herbe dans l’estomac et même dans la bouche, ce qui prouve qu’ils avaient été saisis brutalement par un froid intense.
Un certain Robert B. Cook révéla qu’on avait trouvé dans des dépôts glaciaires du Nord des mammouths, des rhinocéros, des rennes, des hippopotames, des lions et des hyènes. Il expliqua que ces animaux, incapables de supporter un climat aussi rude, devaient avoir vécu il y a des millénaires lorsque régnait dans la région polaire une température tropicale. Mais Gardner n’était pas du même avis. Selon lui, il s’agissait d’animaux vivant toujours à l’heure actuelle, faisant remarquer à juste titre que lions et hyènes appartenaient à des espèces récentes et qu’ils n’étaient pas des créatures « préhistoriques » !
Gardner ajouta à la théorie de Reed la présence d’un Soleil central, plus petit que le nôtre, donnant une explication aux températures élevées relevées dans les hautes latitudes polaires. Un astre intérieur, source de chaleur et de lumière, rendrait possible la vie végétale, animale et humaine à l’intérieur de notre globe. Ce cœur irradiant de chaleur bienfaisante expliquait aussi la présence de l’aurore boréale. Reed pensait comme Gardner que l’intérieur de la Terre était habité mais il avait du mal à l’expliquer car sa théorie excluait la présence d’un Soleil central.
L’explorateur Fridtjof Nansen, qui publia « Vers le Pôle » en 1897 affirma avoir vu, aux environs de midi, une « image du Soleil », car selon lui, il ne pouvait être qu’un « mirage. » Il ressemblait à un feu rayonnant qui brillait juste au-dessus du bord le plus éloigné de la glace. Du sommet principal, Nansen aperçut plusieurs lignes horizontales directement l’une sur l’autre, toutes d’égale longueur, comme s’il avait affaire à « un Soleil carré, d’un rouge pâle, avec des rayons sombres horizontaux en travers. » Nansen et son équipe ne s’attendaient pas à observer durant plusieurs jours consécutifs ce « dieu de vie » renaissant après la longue nuit d’hiver polaire, si bien qu’ils pensèrent avoir dérivé vers le Sud.
Mais une simple illusion d’optique pouvait-elle durer plusieurs jours de suite ? De plus, là où se trouvait Nansen, la zone polaire nord était située dans la zone de la nuit polaire totale! Par conséquent, ce n’est pas le Soleil que Nansen vit mais une lumière émanant du centre de notre planète. Gardner fit appel à des données astronomiques pour prouver que non seulement la Terre mais aussi toutes les planètes du système solaire étaient creuses à l’intérieur. Elles possédaient des Soleils centraux et étaient formées à partir d’une nébuleuse tourbillonnante. À l’origine de chaque astre, il y avait une masse en fusion tournant sur elle-même. Ensuite, la force centrifuge projetait les substances les plus lourdes à la périphérie, formant à la surface extérieure de chaque planète une croûte solide. Une partie du feu initial subsistait dans le creux intérieur formant un « Soleil central. »
Des ouvertures se créaient obligatoirement aux extrémités à cause du mouvement de rotation et de déplacement dans l’espace. Gardner évoqua les « lumières polaires » observées sur Mars par le professeur Lowell, sur Vénus par l’astronome français Trouvelet en 1878, et sur Mercure par l’astronome Richard Proctor. Il cita un article paru dans le « Scientific American » du 14 octobre 1916, sous la signature de H. D. Curtis, membre de la Société astronomique du Pacifique, qui révélait: « Cinquante nébuleuses ont été étudiées et photographiées au moyen du réflecteur de Crosly. On a utilisé des temps de pose différents, de façon à faire ressortir les détails de structure de la partie centrale brillante et aussi de la matière périphérique. La plupart des nébuleuses présentent un anneau plus ou moins régulier, une sorte d’écorce ou de coquille, généralement avec une étoile centrale. »
Après la seconde guerre mondiale, en 1947, des bruits coururent que les Nazis avaient envoyé des hommes aux pôles. En 1946, l’amiral Richard Byrd fut chargé d’un programme du nom d’Operation High Jump, avec pour mission de vérifier, entre autres, si des Nazis ne se trouvaient pas dans les parages. Lors d’un vol effectué le 19 février 1947, il rapporta avoir observé des engins resplendissants en forme de disque portant un symbole ressemblant à la swastika qui le forcèrent à atterrir. Deux hommes grands et blonds parlant quelques mots d’allemand vinrent à sa rencontre…
En 1959, F. Amadeo Giannini écrivit son « Worlds beyond the Poles » (Les mondes au-delà des pôles). I1 révéla que, depuis le 12 décembre 1928, les expéditions polaires de la marine US avaient mis en évidence l’existence « d’une terre indéterminée s’étendant au-delà des deux pôles, hors des frontières de notre seul globe déterminées par la théorie copernicienne de 1543. Le 13 janvier 1956, l’unité aérienne de la Marine U.S. pénétra dans une étendue de terre de 2300 miles (3700 kilomètres) au-delà du prétendu pôle Sud de la Terre. Pour de très importantes raisons, ce vol mémorable ne reçut qu’un écho insignifiant dans la presse. »
Mais cette information demanderait à être confirmée. Giannini révéla aussi : « De modernes expéditions ont pénétré dans 5 000 miles d’une extension territoriale, dont l’extrémité ne fut pas atteinte. Quand bien même cette extrémité serait atteinte, une autre de même nature pourra se présenter. Une telle évaluation à répétition pourrait continuer indéfiniment. Il n’y a pas de fin physique à la Terre aux extrémités Nord et Sud. »
En 1959, Ray Palmer évoqua le sujet dans la revue « Soucoupes volantes » dont il était le chef de rédaction. Willis George Emerson, dans un livre intitulé « The Smoky God » (Le Dieu qui fume), titre en rapport avec le Soleil central, aussi intitulé « A voyage to the inner Word » (Un voyage dans le monde intérieur) publié en 1965, raconta une histoire survenue à un norvégien du nom d’Olaf Jansen dont il avait recueilli le témoignage. À bord d’un petit bateau de pêche, Jansen et son fils avaient tenté de trouver la terre légendaire située « au-delà du vent du Nord ». Il parla d’un Soleil central plus petit et moins brillant, donnant l’impression d’être brumeux, comme « entouré d’un nuage de fumée. »
Les deux hommes furent projetés dans l’ouverture polaire et se retrouvèrent à l’intérieur de la planète où ils séjournèrent deux ans avant de ressortir par l’ouverture opposée, celle du pôle Sud. Là, un iceberg coupa en deux le bateau. Le père fut tué. Le fils, sauvé de justesse, passa 24 années dans un hôpital psychiatrique pour déficience mentale… Une fois relâché, il devint pêcheur et après 26 ans, il s’installa en Californie. Il avait près de 90 ans lorsque, « par hasard », l’écrivain Willis George Emerson fit sa connaissance. Le vieillard sentant sa fin prochaine voulut partager son secret et lui raconta sa fantastique aventure, lui montrant les cartes qu’il avait dessinées à l’époque.
Raymond Bernard révéla qu’un certain Docteur Nephi Cottom de Los Angeles avait lui aussi recueilli d’un patient le récit suivant :
« J’habitais près du cercle arctique, en Norvège. Un été, je décidai avec un ami de faire un voyage en bateau et d’aller aussi loin que possible dans le Nord. Nous fîmes donc une provision de nourriture pour un mois et prîmes la mer. Nous avions un petit bateau de pêche muni d’une voile, mais aussi d’un bon moteur. Au bout d’un mois, nous avions pénétré très avant dans le Nord, et nous avions atteint un étrange pays qui nous surprenait par sa température. Parfois il faisait si chaud la nuit que nous n’arrivions pas à dormir. Nous vîmes plus tard quelque chose de si étrange que nous en restâmes muets de stupeur. En pleine mer, devant nous, se dressait soudain une sorte de grande montagne dans laquelle, à un certain endroit, l’océan semblait se déverser!
Intrigués, nous continuâmes dans cette direction, et nous nous trouvâmes bientôt en train de naviguer dans un vaste canyon qui conduisait au centre du globe. Nous n’étions pas au bout de nos surprises. Nous nous rendîmes compte un peu plus tard qu’un Soleil brillait à l’intérieur de la Terre! L’océan qui nous avait transportés au creux de la Terre se rétrécissait, devenait graduellement un fleuve. Et ce fleuve, comme nous l’apprîmes plus tard, traversait la surface interne du globe d’un bout à l’autre, de telle sorte que si on en suivait le cours jusqu’à son terme on pouvait atteindre le pôle Sud. Comme nous le constatâmes, la surface interne de notre planète comprenait des étendues de terre et d’eau, exactement comme la surface externe. Le Soleil y était éclatant, et la vie animale et végétale s’y développait abondamment. Au fur et à mesure que nous avancions, nous découvrions un paysage fantastique. Fantastique parce que chaque chose prenait des proportions gigantesques, les plantes, les arbres et aussi les êtres humains… Oui, les êtres humains ! Car nous en rencontrâmes et c’était des géants ! Ils habitaient des maisons et vivaient dans des villes semblables à celles que nous avons à la surface, mais de taille plus petite. Ils utilisaient un mode de transport électrique, sorte de monorail qui suivait le bord du fleuve d’une ville à l’autre. »
L’homme poursuivit : « Ils nous accueillirent amicalement, nous invitèrent à déjeuner chez eux. Mon compagnon alla dans une maison, moi dans une autre. J’étais complètement désemparé en voyant la taille énorme de tous les objets. On me donna une assiette immense, et la portion qu’elle contenait aurait pu me nourrir une semaine entière ! Le géant m’offrit au dessert une grappe de raisin, et chaque grain était aussi gros qu’une pêche ! Le goût en était délicieux.
À l’intérieur de la Terre, les fruits et les légumes ont une saveur délicate, un parfum subtil. Rien de comparable avec ceux de « l’extérieur ». Nous demeurâmes chez les géants pendant une année, goûtant leur compagnie autant qu’ils appréciaient la nôtre. Nous observâmes au cours de ce séjour un certain nombre de choses aussi étranges qu’inhabituelles, toujours étonnés par l’ampleur des connaissances scientifiques dont faisaient preuve ces gens. Durant ce temps, ils n’affichèrent jamais la moindre hostilité envers nous, et ils ne firent aucune objection quand nous décidâmes de repartir chez nous. Au contraire, ils nous offrirent même courtoisement leur protection au cas où nous en aurions eu besoin pour le voyage de retour. »
Selon le témoignage de Jansen, ces êtres vivaient plusieurs centaines d’années et mesuraient entre trois et quatre mètres de haut ! Ils possédaient une science très avancée. Ils transmettaient leurs pensées en utilisant certains types de radiations et détenaient des sources d’énergie plus puissantes que l’électricité.
Raymond Bernard affirma que ces géants appartenaient à la race antédiluvienne des Atlantes. « Ils s’étaient réfugiés à l’intérieur de la Terre pour échapper au déluge qui submergea leur continent. »
William F. Warren, dans un livre intitulé « Le Paradis retrouvé, ou le berceau de la race humaine », développa l’hypothèse selon laquelle la race humaine avait pris naissance sur un continent tropical situé dans l’Arctique, la fameuse « Hyperborée » des anciens Grecs. Les habitants étaient des « dieux » pouvant vivre des milliers d’années, sans jamais vieillir. Selon lui, les anciens écrits de la Chine, de l’Égypte, de l’Inde, et aussi les légendes des Esquimaux, évoquaient une grande ouverture dans le Nord et une race vivant sous la croûte terrestre dont les ancêtres étaient originaires de cette terre paradisiaque.
Des écrivains émirent l’idée que l’intérieur du globe était habité par une race de petits hommes à la peau brune et que les Esquimaux, dont le type ne ressemblait à aucun autre, provenaient de ce monde souterrain. « Quand on demande aux esquimaux d’où venaient leurs ancêtres » révéla R. Bernard, « ils pointent un index dans la direction du Nord. Leurs légendes évoquent une terre merveilleuse inondée de lumière. Là il n’y a jamais d’obscurité. Là règne un climat tempéré. Les lacs n’y sont jamais gelés, des hordes d’animaux errent dans les broussailles, des oiseaux de toutes les couleurs sillonnent le ciel. C’est une terre d’éternelle jeunesse où les gens vivent des milliers d’années dans la paix et le bonheur. »
À propos de l’origine des Esquimaux, Gardner écrivit: « Les premiers Norvégiens considérèrent ces petits hommes bruns comme des êtres surnaturels. Ne prétendaient-ils pas que leurs ancêtres venaient d’un pays enchanteur situé très loin dans l’extrême Nord ? Or les Norvégiens, pour qui les régions polaires étaient le bout du monde, ne pouvaient croire à l’existence d’un tel pays. Ils en conclurent que les Esquimaux étaient des créatures d’un autre monde, qu’ils sortaient de l’intérieur de la Terre, séjour supposé des gnomes et des fées. »
Nansen remarqua pour sa part : « Le peuplement esquimau s’accroît. Et il s’accroît non seulement par l’augmentation en nombre de l’espèce, mais par une immigration en provenance du Nord. »
Au Moyen-Âge, on pensait qu’il existait une terre ultime située au-delà du Nord à laquelle on donna le nom de Thulé. Cette croyance en un royaume radieux habité par un peuple étrange, était très répandue. Selon les théories officielles, les régions désolées du Pôle conduisent seulement à une terre de glace éternelle… Nous allons voir qu’il n’en est rien. L’Arctique n’est pas le désert que l’on croit.
Gardner cita un passage du journal de l’explorateur Hayes. En 1869, Isaac Israël Hayes fit un voyage au Groenland pour explorer les territoires d’Ellesmere et de Grinnel. Il écrivit dans son journal : « 78°17 de latitude Nord. J’ai vu un papillon jaune et, qui le croirait, un moustique, ainsi que dix mites, trois araignées, deux abeilles et deux mouches ! » Gardner en déduisit que ces insectes provenaient de l’intérieur de la Terre. Les observations de Hayes furent confirmées par l’explorateur Greely dans son livre « Trois années de service dans l’Arctique. » Greely raconta que les merveilles des régions arctiques étaient si extraordinaires qu’il avait été forcé de « minimiser » les notes qu’il avait prises sur le vif, de crainte qu’on ne le soupçonne d’exagération ! Il recensa des espèces inconnues d’oiseaux, deux fleurs différentes de toutes celles qu’il connaissait, sans parler des papillons et des mouches. Il trouva beaucoup de bois de saule pour faire du feu.
L’explorateur Sverdrup vit des lièvres en si grand nombre, aux environs du 81ème degré de latitude Nord, qu’il appela une crique « Le Fjord du Lièvre ». Il nota qu’il y avait suffisamment de gibier pour nourrir toute l’équipe d’exploration.
Le capitaine Beechey observa des oiseaux en si grande quantité sur la côte Ouest du Spitzberg que l’endroit retentissait de leurs cris depuis l’aube jusqu’au soir.
Franklin aperçut des oies qui migraient vers le Nord. Où se rendaient-elles ? Il nota qu’aussi loin que l’explorateur s’avançait dans l’extrême Nord, il rencontrait toujours l’ours polaire devant lui. Cet ours marchant infatigablement vers le Nord, où se rendait-il ?
Le commandant McClure explora la Terre de Banks et découvrit des quantités d’arbres éparpillés dans la glace. De toute évidence, ils avaient été apportés par des courants en provenance du Nord. Une partie de ce bois était pétrifié, mais il y en avait aussi beaucoup d’origine récente. Nansen s’interrogea sur le bois flottant le long de la côte du Groenland.
Selon Gardner, ces observations selon lesquelles plus on s’avançait vers le Nord, plus il y avait de vies étaient la preuve irréfutable qu’il existait dans l’extrême Nord un vaste refuge, une région au climat privilégié, porteuse d’une vie végétale et animale.
Un certain Théodore Fitch écrivit un livre, « Le Paradis intérieur de la Terre », en s’appuyant sur les travaux de Reed et de Gardner. Il prétendit que les océans internes étaient beaucoup plus petits que ceux de l’extérieur et que les étendues de terres y étaient trois fois plus grandes. Fitch posa une série de questions essentielles : « Si aucun fleuve ne coule de l’intérieur vers l’extérieur de notre globe, pourquoi tous les icebergs sont-ils composés d’eau douce ? Pourquoi trouve-t-on des graines tropicales, des plantes et des arbres flottant dans l’eau douce des icebergs ? Si cette eau ne peut logiquement provenir d’aucun endroit sur la Terre, alors par quel mystère se trouve-t-elle là ? Si la face interne de la Terre ne bénéficie pas d’un climat chaud, alors pourquoi rencontre-t-on en plein hiver; dans l’extrême Nord, des oiseaux tropicaux par milliers et des animaux qui ont besoin d’une température douce pour subsister ? D’où vient le pollen qui colore parfois la neige en rouge, en jaune ou en bleu ? »
« Le Livre Jaune n°6 », dont nous faisions référence précédemment, fait allusion lui aussi à ces pollens et à des troncs d’arbres flottant: « Il y a un autre phénomène qui a surpris plus d’un explorateur : subitement, à certains endroits, la neige était colorée, rouge, noire, verte ou jaune. On a pris des échantillons et on a découvert que le noir était dû à des cendres volcaniques, les autres couleurs étaient dues à du pollen de fleurs. Du pollen au pôle Nord ? Personne ne s’étonnait plus de savoir que ce pollen venait de fleurs que personne ne connaissait. D’où venaient les centaines de troncs d’arbres que le commandant Robert McClure avait trouvé sur la Terre de Bank ? McClure était le premier homme blanc à découvrir le passage Nord-ouest dans toute sa longueur. Et là où plus rien ne pousse, là où la neige et la glace sont reines, il voit du bois flottant qui se dirige sur lui ! Les troncs d’arbres semblaient avoir été charriés par les glaciers venant du Nord. Des arbres encore plus au Nord ? Nansen a vu du bois flottant à 86° de latitude nord, à 4° du pôle. Est-ce que les arbres tombent du ciel, comme la neige ? Sans doute pas ! »
En son temps, Reed avait déjà révélé la présence d’une poussière noire colorant la neige. Il en avait déduit qu’elle provenait d’un volcan en éruption. Et comme il n’y avait aucun volcan en surface, il en était arrivé à la conclusion logique qu’il devait se trouver à l’intérieur de la Terre. Un autre auteur américain, William L. Blessing publia un petit livre dans lequel il révéla sa conception de la structure de la Terre. La vieille idée selon laquelle la planète serait une masse solide avec un centre composé de matières en fusion devait être écartée, tout comme l’ancienne croyance selon laquelle la chaleur augmentait au fur et à mesure qu’on s’enfonçait dans la Terre. La Terre était un astre aplati aux pôles. Le pôle représenterait le bord extérieur d’un cercle magnétique, et à ce point, l’aiguille de la boussole pointerait vers le sol. Au-delà de ce cercle, la Terre descendrait en pente douce vers l’intérieur.
Selon Raymond Bernard, les soucoupes volantes proviendraient de l’intérieur du globe et seraient pilotées par une race souterraine, une idée reprise plus tard par plusieurs chercheurs. Le capitaine de frégate Strauss présenta une série de conférences au Brésil où il affirma que les pistes d’envol des soucoupes volantes se situaient dans le royaume souterrain de l’Agartha dont la capitale serait Shambhalla. Ses habitants auraient atteint un très haut degré de civilisation et un niveau scientifique extraordinaires. Ils appartiendraient à une civilisation antédiluvienne qui aurait peuplé les continents disparus de la Lémurie et de l’Atlantide. Lorsque ces continents furent engloutis, les rescapés trouvèrent refuge à l’intérieur de notre planète ainsi que sur certains continents. L’Égypte était une colonie atlante, comme l’étaient les empires aztèque, maya et inca.
Du Brésil, où elle prit naissance, la théorie de l’origine souterraine des soucoupes volantes gagna les États-Unis. Ray Palmer, directeur du magazine « Soucoupes volantes », écrivit en 1959 : « Les résultats d’années de recherches nous permettent d’avancer l’hypothèse que les soucoupes appartiennent à notre propre planète, qu’elles ne viennent donc pas de l’espace, comme on pouvait croire le jusqu’ici. Une accumulation de preuves montre clairement qu’il existe un endroit inconnu de vaste dimension, encore inexploré, autant que nous puissions le savoir, d’où proviennent très probablement les soucoupes volantes…
Notre magazine a réuni une série de preuves indiscutables qui montrent que les soucoupes volantes sont originaires de la planète Terre – ce que plus d’un gouvernement reconnaît comme une réalité – qu’un effort concerté est accompli pour en savoir plus sur ce sujet, que les faits déjà connus sont d’une telle importance qu’ils sont couverts par un secret mondial, que le danger est si grand qu’offrir une preuve officielle risquerait de semer la panique, que livrer ces faits à l’opinion publique pousserait même opinion à exiger actes en rapport, ce qui plongerait les gouvernements dans le plus embarras, que la nature inhérente des soucoupes volantes, due à leur lieu d’origine, est tout à propre à faire éclater le statu quo politique et économique de notre monde. »
Gray Barker, une autre autorité en matière d’ovnis, écrivit dans le « Saucerian Bulletin » du 15 janvier 1960 : « Les adeptes des sciences occultes croient que des êtres habitent à l’intérieur de la Terre et qu’ils en sortent et y retournent grâce à des passages secrets situés au pôle Nord et au pôle Sud… Est-ce qu’il ne pourrait pas exister une race inconnue, dans quelque coin inexploré de la Terre, qui serait responsable des soucoupes volantes ? … Après avoir longuement réfléchi, il me semble que l’explication d’une Terre intérieure devrait pouvoir résoudre la plupart des énigmes que pose le phénomène « soucoupes volantes. » Dans son livre intitulé : « Ils en savaient trop sur les soucoupes volante », il rappela qu’on avait vu une quantité inhabituelle d’ovnis dans la région du pôle Sud.
NOTE D’ÈRE NOUVELLE : Selon toute vraisemblance, si certains ovnis ont bien une origine intraterrestre, la majorité semble plutôt d’origine extraterrestre, car notre planète reçoit depuis des temps immémoriaux de nombreuses visites de Galactiques.
La description faite par Théodore Fitch de la super civilisation souterraine rappelait beaucoup celle de Bulwer Lytton dans son livre : « The Coming Race » (« La Race qui nous supplantera). Lytton était rosicrucien et avait accès à une source d’informations occultes. Il dressa un tableau saisissant d’une race supérieure de petits hommes bruns vivant à l’intérieur de la Terre dans un état d’abondance perpétuelle, ne connaissant ni la cupidité, ni la pauvreté, ni la guerre. Ils connaissaient les secrets de nos gouvernements. Ils étaient experts en télépathie. Ils affirmaient que notre Bible avait été mal traduite, mal interprétée et mal construite. Ils disaient qu’ils appartenaient à une race qui n’avait pas dégénéré, au contraire de la nôtre, et que nous devions mettre un frein à la fabrication des bombes nucléaires et des armements. Le fait que de nombreuses apparitions de soucoupes volantes se soient produites après l’explosion de la première bombe atomique à Hiroshima fut interprété par certains écrivains comme le signe d’une inquiétude galactique mais il serait plus raisonnable de croire que les plus concernés étaient les habitants des mondes souterrains, sachant l’ampleur des essais qui furent réalisés par la suite en Polynésie notamment.
Durant les années soixante-dix, plusieurs photographies du pôle Nord prises par des satellites météorologiques furent publiées. Elles relancèrent la polémique de la théorie de la Terre Creuse. Il s’agissait de clichés pris le 6 janvier 1967 par le satellite de l’US Environmental Science Service Administration (ESSA-3).

Hollow earth 001

Nous pouvons découvrir ci-dessus une photo composite, un montage réalisé à partir de plusieurs photos pour n’en faire qu’une, car généralement, les satellites n’étant qu’à quelques centaines de kilomètres d’altitude au-dessus de la planète, ils ne peuvent pas photographier la Terre dans son ensemble. Le satellite ESSA-3 prit plus d’un million et demi de clichés. Sur cette photographie, nous voyons des nuages autour du pôle, aspirés progressivement dans l’énorme trou qui doit faire 1400 miles de diamètre selon les spécialistes.
Les 2 photographies suivantes proviennent du satellite ESSA-7.

Hollow earth 002

Ensuite, il y a cette superbe série de clichés pris par le satellite de la NASA, l’ATS 3. En 1977, la NASA aurait ordonné la destruction de 4500 photos prises par ce satellite, prétendant que les images « n’avaient aucune valeur météorologique ».

Hollow earth 003

Les clichés présentés ci-dessus, ont été sauvés par miracle de la destruction. On remarque différentes perturbations atmosphériques au-dessus du Pôle Nord. Des nuages tourbillonnent autour de l’ouverture. Il est à noter que les clichés ci-dessous ont été pris en période de nuit polaire.

Hollow earth 004

Le trou du pôle Nord photographié par Apollo XI en 1969 (Cf. image de synthèse ci-dessus et document ci-dessous) est lui aussi fort troublant. Les calculs effectués aboutissent à un diamètre d’environ 900 à 950 kilomètres. Si ce trou correspond à une ouverture dans la calotte polaire, il serait situé à environ 86° de latitude Nord.

Hollow earth 005

Le très sérieux journal canadien « Weekly World News » publia le 14 février 1995 un article qui disait en substance ceci : « Cap Canaveral, Floride – La NASA reçoit des signaux radio qui viennent de l’intérieur de la Terre. Des experts pensent que ces signaux sont émis par une forme de vie intelligente et très développée ! » Un haut responsable de la NASA, qui ne voulut pas décliner son identité, affirma qu’il existait sous terre des êtres qui cherchaient à entrer en contact avec nous. Des scientifiques auraient perçu les premiers signaux le 30 octobre 1994. Les émissions se seraient renouvelées à intervalles réguliers. Selon lui, « les signaux radio seraient composés d’un code mathématique très complexe, qui nous a convaincus que nous étions en contact avec une colonie d’êtres vivants dont l’intelligence est sans doute supérieure à la nôtre. » Il refusa toutefois de révéler le contenu des messages, expliquant : « Je ne dirais pas que les messages sont de nature hostile, mais leur contenu pourrait provoquer des controverses et des inquiétudes. Comme beaucoup d’éléments dépendent de l’interprétation, je suis d’avis d’attendre avant de déclarer quoi que ce soit qui puisse mettre l’opinion publique dans un état d’excitation et d’anxiété. »
L’informateur anonyme expliqua que les scientifiques de la NASA se sentaient frustrés car ils n’avaient pas réussi à localiser cette civilisation souterraine et qu’ils n’étaient pas en mesure, avec leur technologie, de lui répondre. « Ils en savent plus sur nous, que nous sur eux. » avoua-t-il. Selon lui, les scientifiques estimaient que cela pouvait constituer la découverte la plus importante depuis des siècles. La photographie prise au-dessus du Pôle Nord de la Terre par la mission STS75 1996 est elle aussi éloquente.

Hollow earth 006

En juin 1992, le magazine français « Ciel et Espace » consacra un dossier complet sur « Le vrai visage de la Terre », révélant que de vastes régions du globe étaient largement inexplorées, en particulier l’Antarctique. Ces images étaient particulièrement édifiantes puisqu’elles prouvaient que le continent était perforé par un trou béant englobant la totalité du quatre-vingtième parallèle de l’hémisphère Sud !
L’américain Steve Currey, l’un des principaux explorateurs de fleuves dans le monde, a servi de guide à plusieurs dizaines de milliers de personnes dont des sénateurs et des membres du Congrès US, des chefs d’État, des chefs d’entreprise, des célébrités et des investigateurs. En 2005, il avait eu l’idée de mettre sur pied une expédition scientifique dans l’Arctique destinée à résoudre une fois pour toutes l’énigme de la la Terre Creuse.
Suivant la légende des Esquimaux et les observations de nombreux explorateurs, l’endroit le plus plausible pour une éventuelle ouverture polaire menant vers l’intérieur de la Terre aurait été, selon lui, situé à la latitude de 84,4°N et à la longitude de 141°E. Un brise-glace russe se tenait prêt à accueillir les 100 premiers intrépides qui voulaient se joindre à lui, moyennant finance évidemment, puisque le prix demandé avoisinait les 20.000 Dollars US. Le départ avait été programmé pour le 26 juin 2006 et le voyage devait durer 24 jours.

Steve Currey et Marcelo Martorelli
Steve Currey et Marcelo Martorelli

Steve Currey aurait dû être aidé dans sa tâche par Marcelo Martorelli, fondateur et directeur général d’une ONG sud-américaine à vocation culturelle et pacifiste, la fondation P.E.A. Lié depuis des années à celui qu’il nomme « le Mahatma de l’Occident », le Maître Raul J. Albala plus connu sous le nom de « Yaco », il  a publié récemment  un livre, « L’Appel planétaire des Maîtres de la Terre Creuse », dans lequel il explique une partie de ce qui lui a été révélé sur la ville souterraine située sous la région de Cordoba en Argentine.

(Cordoba est une ville reliée directement  à l’existence  des réfugiés nazi en Argentine ,après la guerre .Le Führer Adolph Hitler lui-même y aurait vécu.)
Guidés par des Maîtres cachés sous la surface terrestre, Steve Currev et Marcelo Martorelli étaient persuadés de pouvoir découvrir sous peu une civilisation oubliée dont les habitants vivraient depuis des milliers d’années en totale autarcie et auraient atteint un niveau spirituel et technologique supérieur au nôtre.
Mais le destin vient d’en décider autrement.

Une mort qui  me fait réfléchir

Tout comme le grand écrivain et chercheur Jimmy Guieu,Steve Currey est décédé d’un cancer malin …juste avant de terminer son oeuvre.

La disparition soudaine de l’explorateur américain Steve Currey amène son partenaire, l’argentin Marcelo Martorelli, à redéfinir leur projet commun d’expédition à destination de la Terre Creuse via le Pôle Nord. Steve Currey, explorateur américain, qui avait décidé de monter avec Marcelo Martorelli une grande expédition à destination de la Terre Creuse via le Pôle Nord est décédé le 26 juillet  2006, victime d’un cancer du cerveau à évolution fulgurante.


Il avait été prévenu le 22 mai  que sa maladie était incurable. La famille de Steve a annoncé qu’il était peu probable que l’expédition puisse finalement avoir lieu et que les souscripteurs seraient remboursés.
J’ai personnellement le même rêve que Steve Currey,mais en passant par l’Antartique…,par Neu Schwabenland.
Au moment ou nous lisons ces lignes,le réchaffement global est en train de dégeler  ce qui reste des anciennes bases secrètes allemandes.Pendant des années ,on a masqué Google Earth afin de tenir secrètes …ce qui se dégage des glaces antartiques.Je me souviens qu’en 2007,je cherchais à situer Neu Schwabenland par le moyen de Google Earth et tout était flou.
J’ai d’ailleurs commencé à exposer mon projet sur mon site :  http://Neuschwabenland.onlc.fr
Autre texte pour vous faire réfléchir:

«     Le Western Group , cependant, devait faire une découverte remarquable. En fin de Janvier 1947 le lieutenant-commandant David Bunger de la ville de Coronado, en Californie, pilotait un PBM qui s’était envolé de son navire, le Currituck et il se dirigea vers le continent au delà de la Queen Mary Coast. En atteignant la terre , Bunger vola vers l’ouest, pendant un certain temps temps, et alors, au dessus de l’horizon blanc informe, il vit une étendue dénudée et sombre que Byrd décrira ultérieurement comme « une terre de lacs verts et bleus et de collines brunes dans une zone sans limite, vide de glace« .
Bunger et ses hommes attentivement firent avec attention la reconnaissance de la contrée avant de s’en retrourner à leur base, munis des informations recueillies. La région qu’ils avaient découverte s’étendant sur une superficie d’environ trois cent miles carrés du continent antarctique et on y apercevait trois grands lacs d’eau libre et quelques plus petits lacs. Ces lacs étaient séparés par des monticules de rochers nus rougeâtres, suggérant éventuellement la présence de minerai de fer.

Quelques jours plus tard, Bunger retourna dans la région , et il trouva que l’eau était tiède au toucher (Note du Webmaster: nous supposons donc qu’il a dû poser son hydravion sur un lac) et le lac lui-même était rempli d’algues rouge, bleu et vert lui donnant ainsi une couleur caractérisée. Bunger remplit une bouteille d’ eau qui ulterieurement s’avéra être saumâtre , un indice qui montrait que la zone était réellement un bras de la mer libre.

Cela est important pour deux raisons : les lacs tièdes et intérieurs, étant reliés à l’environnement océanique seraient parfaits pour y cacher des sous-marins , et des lacs similaires avaient été aperçu dans la Neu-Schwabenland, le site (soupçonné étrangé ) allégué de la base allemande.

Bien qu’il n’y n’ait encore de preuve évidente de l’existence d’une base étrangère allemande en Antarctique, il est hors de doute que quelque chose d’ hautement inhabituel s’ est déroulé sur le froid continent. En général, l’éventualité qu’une telle base ait existé et aussi le cas qu’elle puisse continuer à exister de nos jours, sont des faits d’une très haute probabilité.

« 

Une invitation à visiter notre Réseau Audiologique Mondial

Earth-1-580x580

 

Nous sommes en train d’ajouter de nombreux autres vidéos  sur notre Réseau Audiologique Mondial.

Vous  y aurez accès sur ce lien:

http:RaudM.onlc.fr

Vous y trouverez des vidéos tels que:

Histoires de la Seconde Guerre Mondiale de Pearl Arbour à Midway

http://youtu.be/sLjkj4Nvf7w

Les Civilisations Disparues La Tombe 33 Un Mystère Égyptien

http://youtu.be/Wfl7lTwozkc

Je tiens à souligner l’énorme  travail de notre ami Enrich von Echman qui fait beaucoup de recherches et d’ajouts sur notre grand Réseau.

Souvenez-vous qu’à chaque visite sur notre Réseau Audiologique Mondial,vous nous permettrez  de créer une fondation afin de pouvoir démarrer notre expédition en Antartique…vers les bases secrètes allemandes.

Merci de nous supporter.

Un nube tossica da sabbie bituminose in Canada invasa da Detroit

Voici le tas de sable bitumineux...coupable de notre empoisonnement.
Ecco il mucchio di sabbia colpevole di aver avvelenato la nostra.

« Il coke di petrolio da sabbie bituminose è la più sporca di residui di petrolio più sporco in terra. »

(Lorne Storkman, ricercatore, ambientalista e autore di energia petrolio)

DETROIT – Un enorme nuvola di polvere nera che ha travolto il fiume Detroit a Windsor, in Canada questa settimana è stato collegato a un sacco di coke di petrolio, un sottoprodotto delle sabbie bituminose conservate illegalmente a Detroit da Koch Carbon. Anche se molto è stato detto circa l’industria di sabbie bituminose, che sta vivendo un boom e ha spinto numerosi progetti di alta gasdotti attraverso gli Stati Uniti, l’accumulo di sabbie bituminose, comunemente chiamato coke di petrolio, il lungo il fiume Detroit è andato in gran parte inosservato fino a questa settimana. Una nuvola di polvere ha sorvolato Detroit e Windsor questa settimana è stata trovata per trasportare alte tracce di piombo, zolfo, zinco e vanadio, che possono essere cancerogeni per l’uomo in caso di esposizione prolungata o alta in base ad una organizzazione con sede in Francia Agenzia Internazionale per la Ricerca sul Cancro. Il Dipartimento di Salute e Servizi Umani degli Stati Uniti Stati Uniti non è stato ancora valutato se il vanadio è cancerogeno. Ultimo Sabato sera, un residente di Windsor, Randy Emerson è riuscito a catturare un video del movimento nero spesso lungo il litorale della città di polvere. « È che le sabbie bituminose memorizzati occupano di questo? » Emerson, che ha catturato la scena sul suo cellulare, chiese a sua moglie.

« Oh mio Dio », ha detto, ha concluso. « Sì – è la coca. »

Nel mese di maggio, il New York Times ha identificato discariche Stretto di coke di un sito industriale di proprietà di Koch Carbon, una società controllata da ricchi industriali Charles e David Koch, che vende ad alto tenore di zolfo, carbonio ad alta sub- prodotti all’estero, in Cina e in India, dove viene utilizzato come alternativa più economica, ma più sporco di carbone. C’è anche una forte domanda per i sottoprodotti in America Latina, dove viene utilizzato nei forni da cemento. Il processo di raffinazione del petrolio extrat componenti coca sabbie bituminose e olio lascia il coke come un sottoprodotto. Secondo il Times, il Canada ha attualmente 79,8 milioni di tonnellate di scorte di coke, la maggior parte dei quali vengono scaricati in fosse all’aperto e laghetti in Alberta, e il resto è solo stipati. L’impianto di raffinazione a Detroit Marathon Petroleum attualmente processa circa 28.000 barili al giorno di sabbie bituminose e l’aumento sabbie petrolifere negli Stati Uniti, compreso il trasporto attraverso il controverso oleodotto Keystone XL, anche portare più trattamento di coke e produrre più rifiuti negli Stati Uniti. Coca-Cola è un ingrediente nella produzione di acciaio e di produzione di alluminio, ma secondo un analista, la, le informazioni ottenute dalla coke di petrolio servizi Roskill citato dal Times, il suo alto contenuto di zolfo in questo tipo particolare coke di petrolio rendere praticamente inutilizzabile per questo scopo. « Ecco un po ‘di Alberta », ha detto Brian Masse, membro del Parlamento per Windsor maggio. « Per coloro che pensavano di essere immuni alle sabbie bituminose e le conseguenze di essi, ora vediamo la parte anteriore e centrale che noi non abbiamo. » Secondo Lorne Stockman, l’autore dietro a un recente studio di coke di petrolio, rifiuti è « il residuo di sporco petrolio più sporco in terra. »

(Fonte:New York Times,the Times (Canada)

¿Cómo el gobierno de EE.UU. retira la primera industria civil desarrollando una nave civil en el mundo …

En 1955, Otis T. Carr, un protegido de Nikola Tesla comenzó un esfuerzo público muy visible para desarrollar una nave espacial civil, un prototipo que pueda ser producido en masa en forma de kits para montar, y se vende al público. Si tiene éxito, Carr se habría desarrollado la primera nave civil en el mundo y ha revolucionado la industria de la aviación.

El vehículo debe ser alimentado por un generador eléctrico dibujando la energía eléctrica del medio ambiente, y han producido un efecto anti-gravedad para la propulsión. Carr dijo que le enseñó todo lo que sabía acerca de los principios de la energía electromagnética y la lucha contra la gravedad por el famoso inventor Nikola Tesla Yugoslava. Había residido en un hotel de Nueva York, donde Carr trabajó a tiempo parcial mientras proseguía sus estudios.

Tesla había declarado públicamente en 1915 que él sabía cómo construir un vehículo volador de funcionamiento en el principio de la antigravedad:

« Mi máquina de vuelo tendrá ni alas ni hélices. Se puede ver en el suelo y que nunca se imagino que era una máquina voladora. Sin embargo, ella será capaz de moverse a voluntad por el aire en todas direcciones con la seguridad perfecta « . [2]

El vuelo coche Tesla es alimentado por la energía eléctrica consumida de la atmósfera de la tierra y se almacena en bobinas especiales. Frustrado por la falta de apoyo de la industria, Tesla reveló sus ideas radicales a los jóvenes Carr durante un período de tres años.

Tesla enseñó Carr, cómo la energía electromagnética puede ser operado libremente de la abundante energía eléctrica en la atmósfera. La posibilidad de que la energía eléctrica se puede adquirir libremente sin la necesidad de costosas plantas de potencia, conductores hijo, estaciones repetidoras, postes de teléfono y la pérdida significativa de potencia, que desafió a los servicios públicos convencionales.

Tesla dijo que sus ideas radicales no podrían financiarse con cargo a JP Morgan y otras industrias no sería capaz de ensayo de la energía eléctrica sin que pueda ser fácilmente retirado de la atmósfera.

De hecho, las ideas de Tesla han cuestionado los fundamentos de la economía mundial y el sistema monetario … por lo que el Nuevo Orden Mundial.

Inspirado por el envejecimiento de la Tesla, Carr comenzó a probar los principios de Tesla en 1937 cuando comenzó a crear nave espacial en su modelo. [3] Carr, finalmente se convenció de que podía desarrollar una nave civil que pudiera viajar en la atmósfera superior, y viajar hasta la luna e incluso llegar a la velocidad de la luz.

Todo esto se puede lograr siguiendo el consejo de Tesla están recurriendo a la energía eléctrica en la atmósfera a la energía de la nave espacial, el almacenamiento de esta energía en una « espiral regenerativa » especial para los vuelos interplanetarios.

Otis Carr intenta construir la primera nave espacial del mundo civil

Carr fundó una compañía, OTC Enterprises Inc en 1955 en Maryland, y comenzó a recaudar fondos y encontrar personal calificado para la construcción de sus modelos. Estos podrían ser probados para validar un prototipo a gran escala. Estos modelos varían en tamaño y incluyen una versión de seis pies para ser probado para demostrar la viabilidad de sus ideas para un prototipo de nave espacial envergadura de 45 pies, siempre cemoment allí.

En noviembre de 1959, Carr ha patentado con éxito su diseño de una escala de naves espaciales civiles llamó OTC-X1. [4] Él tenía un diseño circular que lo hacía parecer un platillo volante.

 

Otis carr 002

 

Para obtener una patente para su diseño de una Oficina Europea de Patentes escéptico, dijo que la OTC-X1 es un dispositivo de entretenimiento.

 

OTC-X1  002

La introducción de sus pretensiones:

« Esta invención se refiere en general a dispositivos de entretenimiento herramientas, y más particularmente a un entretenimiento mejor tipo de dispositivo en el que los pasajeros se sientan a viajar en una nave espacial interplanetaria. »

En una entrevista en la radio en 1959 Carr describe las diferentes pruebas para desarrollar su nave espacial civil, su prototipo:

« Tenemos la intención de construir un dispositivo de demostración del prototipo. Ahora quiero decir que algunos modelos fueron construidos y probados por mí. Cada uno llevó el aire. Uno estaba completamente perdido en el espacio. Teníamos un sistema de control y no funcionó. Esto ya se ha hecho.  » [5]

El OTC-X1 es alimentado por una serie de condensadores como los objetos que Carr llamó « Utrons. » En una entrevista anterior en 1957, Carr describe que Utrons

« Una celda de almacenamiento de energía eléctrica. Durante el funcionamiento, se genera electricidad al mismo tiempo que utiliza su fuerza electromotriz. Este es el sistema de suministro central para nuestro espacio vehículo. » [ 6]

Los Utrons proporcionan una serie de imanes en contra de la energía que necesitan para superar el campo gravitacional de la Tierra en rotación.

Carr se describen los detalles de este proceso de la siguiente manera:

« Nos placas del condensador y el electro-imanes en este sistema. Sin embargo, es contra-rotación, los electroimanes se convierten en una dirección con la batería, desconecte la batería en el otro. Placas de con capacitor en conjunto con la batería de modo que tenemos un horario y un calendario contra. Ahora, el tercer sistema que mantiene la seguridad de la tripulación de cabina.

Cabina de mando no gira debido a que se fija que los dos cuerpos están en rotación en sentido horario y en sentido antihorario. Por lo tanto, el sistema hace que el vehículo para escapar de la fuerza de la gravedad. La máquina en sí, ya que este sistema tiene siempre gravedad interna, ya que todavía tiene el mismo peso que tenía al principio.

Carr diseñaría un nuevo campo gravitatorio dentro de la máquina. Esto crea un ambiente de masa cero en el interior del vehículo, que significa que las leyes normales de la inercia no funcionarían. Este entorno permite sin masa de la nave espacial para llegar a la velocidad de la luz. También debe permitir que los ocupantes puedan soportar la aceleración y grandes cambios en direcciones opuestas sin ser rociado con enormes fuerzas G, dentro de las direcciones de artesanía.

Carr descripción detallada de la compleja electromagnética conducir su nave espacial en su patente en 1959 (ver tabla anterior). Carr dijo que la fuente de alimentación se retira de la atmósfera y se almacena en cantidad suficiente en la « bobinas » potencia regenerativa a la máquina durante el viaje interplanetario:

« Somos capaces por primera vez a nuestro conocimiento, el uso del poder aéreo en su sistema de carga. Esto se hace como parte principal de la operación de la máquina ». [7]

Carr mostró un pequeño modelo en una entrevista que se describe en la revista « Destino »

Otis T. Carr, presidente de OTC OT Enterprises, Inc., detallando sus reclamos en una entrevista y demostración de un modelo general de una máquina con un movimiento circular que dijo que es el principio de « libre de la energía circular » d una nave espacial que se puede construir, si alguien no pone dinero.

Dijo que la máquina se puede adaptar a cualquier dispositivo tamaño, para absolutamente libre disipación de corriente continua. Aplicación inmediata, Carr dijo, sería en una nave espacial – que sería capaz de volar entre los planetas en vuelo controlado. Podría aterrizar o despegar a voluntad en la tierra, la luna o un planeta en el sistema solar, de la tierra, dijo. [8]

Plan de l'OTC X-1
Plan de l’OTC X-1

 

Carr había planeado poner a prueba su modelo de seis pies en abril de 1959, ante una audiencia de unas 400 personas en Oklahoma City. Las dificultades técnicas y enfermedades repentinas contratado por Carr llevó a la cancelación del evento.

 

OTC X-1 004

 

Un artículo publicado en la revista « Destino » se describe la forma en la prueba fallida de la siguiente manera:

Serious campo de los ovnis y la investigación platillo volante sufrió un revés en Oklahoma City a finales de abril, cuando un intento muy publicitado por OTC Empresas Baltimore, Maryland lanzamiento, resultó en un fracaso. Se invitó a cientos de personas a Oklahoma City por Otis T. Carr para ver « poner en marcha un modelo de OTC X-1, un prototipo de dos metros, una nave espacial que funciona con energía » UTRON. « Los que estaban allí nos fuimos decepcionados. El platillo volador no voló. [ 9]

Todo lo que fue mostrado al público eran tres ilustraciones tridimensionales de su diseño. Se encontró Carr. Long John Nebel, un famoso locutor de radio en Nueva York, vio a Carr en el Hospital de la Misericordia, cerca de donde había sido admitido por ocho días debido a una hemorragia pulmonar. Misteriosamente, Carr se enfermó en la víspera de lo que habría sido un gran golpe publicitario para él. La propuesta nave Carr estaba envuelto cada vez más en el misterio y la controversia, a partir de ahí.

Entre los presentes estaban descontentos y algunos se han quejado de que ni siquiera eran capaces de ver la muestra de ensayo:

« No sé lo que pasa, pero creo que nunca tuvo la intención de tratar de ejecutar el modelo. No pude ver los planes para que el modelo y, de hecho, Entiendo que el Sr. Maywood Jones presentó sólo lo que él llama las ideas « ilustraciones tridimensionales » Carr [10].  »

Muchas personas han criticado públicamente que Carr había planeado para promover su OTC-X1 para crear interés en el proyecto carrusel parque Frontier City en Oklahoma City.

También en Oklahoma City es decir, un periodista de la televisión expresó el sentimiento general de los habitantes de la ciudad: « Esto nunca será capaz de salir de la tierra. Y creo que le dan un montón de ruido en esta unidad está vinculada a la manèege proyecto en la ciudad de Frontera. He intentado constantemente para llegar a ver el modelo de platillo, pero mantuve oculto « . [11]

Con cada vez más hostil la opinión pública en contra de él, Oklahoma, Carr decidió trasladar su centro de operaciones en Apple Valley, California a finales de 1959. Para evitar nuevos estallidos públicos, decidió no anunciar los vuelos de prueba con antelación. Con la nueva financiación y una gran planta, Osbrink, a su disposición, Carr ha hecho planes para desarrollar y probar la nave espacial. Major Wayne Aho, un veterano de la Fuerza Aérea de los EE.UU., oficial de inteligencia durante la Segunda Guerra Mundial y jefe de pilotos Carr, proclamó que « volar a la luna en un platillo volador 07 de diciembre 1959 « . [12]

Poco a poco, fue entonces esfuerzos y muchos planes para poner a prueba su prototipo en vuelo, antes de que los ojos de Carr. No existen informes públicos para todas las pruebas posteriores.

El aumento de los ingresos de la nave espacial del programa, Carr fue haber aumentado las dificultades ante la Securities and Exchange Commission de los Estados Unidos había impuesto una orden judicial contra Carr, ordenándole que dejar de vender acciones no depositada « . [13]

California, 2 de junio de 1960, Carr dijo a una audiencia de 300 que era

« Fueron errores importantes traicionero hecho de decir o inferir que [OTC Enterprises] vienen a California para recaudar dinero en la venta de acciones ». [14]

 

 

 

 

esp_ex6

 

En enero de 1961, el Fiscal General de Nueva York, Louis J. Lefkowitz, de acuerdo con Carr había estafado 50.000 dólares. Fue acusado de « delito de venta de títulos sin registrar la misma. » Carr fue condenado a una pena de prisión de 14 años. Entretanto, Verdadero Revista etiquetado Carr una desconcertante y que puso fin a todas las simpatía del público fue para él. Después de cumplir parte de su mandato, Carr fue liberado de la prisión, y desapareció de la vista del público.

El sufrimiento de los partidarios de corte mala salud y, vivió en la oscuridad. Murió en Gardnerville, Nevada, en 2005. Al parecer, el desarrollo de una nave civil de la industria audaz había fallado vergonzosamente. Su pionero, protegido del gran Nikola Tesla, fue deshonrado públicamente como elementos criminales que al parecer falsear al público con cuentos salvajes de la construcción de naves espaciales civiles, mientras que, de hecho, la promoción de un parque de diversiones diversiones.

La verdadera historia de lo que sucedió con Carr y su esfuerzo por desarrollar una industria de naves espaciales vitales se mantienen en secreto durante casi 50 años. Es única aparición pública de uno de los técnicos Carr confianza de que la verdad finalmente se dijo lo que había sucedido con el primer esfuerzo de la nave civil en el mundo.

Ralph anillo surgió de nuevo para revelar el desarrollo exitoso de prototipo Carr, la OTC-X1

En marzo de 2006, una persona en gran parte desconocido vino a revelar que él era uno de los tres pilotos de pruebas con éxito de la escala prototipo Carr de OTC-XI [15]. Ralph alertó a un técnico que fue reclutado en el equipo Carr tratando de construir un modelo de recipiente 45 pies después de Carr se mudó a California en 1959.

Anillo en ese momento era un inventor de talento que había crecido frustrado con la falta de interés del sector empresarial en los principios innovadores de la energía electromagnética. Él había ayudado previamente el oceanógrafo francés Jacques-Yves Cousteau desarrolló el famoso equipo de submarinismo, y luego trabajó en una organización de investigación financiado por el Gobierno llamado Kinetics.

En una serie de entrevistas y presentaciones públicas, Anillo describe las condiciones iniciales Kinetics avanzadas. Afirma haber resuelto dos problemas complejos de ingeniería que involucran electromagnetismo.

Confiado en una promoción en el trabajo, el anillo estaba en su lugar dijo que el director que estaban organización financiada por el gobierno y « nos pagan para buscar respuestas, pero no las encontramos! » [16] En la frustración, el anillo izquierda y Carr se reunieron a finales de 1959 y quedó impresionado por la rapidez sus ideas, incluyendo un plan para construir una nave civil.

En su primera entrevista pública, Anillo Carr describe como sigue:

Él era un genio indiscutible. Tesla había reconocido su calidad de inmediato y le había enseñado todo lo que sabía. Se inspiró, y – como Tesla – parecía saber exactamente qué hacer para hacer que algo funcione. Él era un hombre reservado y era también muy metafísico en su pensamiento. Creo que el hecho de que no fue entrenado formalmente en la física ayudó. No se vio obstaculizada por las ideas preconcebidas. Tan loco como puede parecer hoy en día, que estaba decidido a ir a la luna y realmente creía que se podía hacer. Pensé. Todos lo hemos hecho. [17]

Anillo había participado directamente en la prueba de los modelos más pequeños de la OTC-XI desarrollados por Carr. Él describió cómo habían sido probados y tenía características únicas con el éxito en el logro de ciertas velocidades:

« … El metal volvió a Jell-o. Usted puede empujar con el dedo a la derecha en él. Ha dejado de ser sólida. Se convirtió en otra forma de la materia, que parecía como si no fuera todo aquí en esta realidad. Esta es la única manera en que puedo tratar de describirlo. Era extraño, una de las sensaciones más extrañas que he sentido « . [18]

Más importante aún, el anillo exige que el pie 45 prototipo OTC-XI desarrollado por Carr fue completado y probado con éxito en 1959. Anillo dijo que era uno de los tres pilotos en la máquina que voló 10 millas al instante. Anillo Carr describió cómo fue capaz de mantener la comunicación con el equipo de tres hombres que conducían la OTC-X1 que se pidió que completar una serie de tareas antes de regresar al lugar de lanzamiento.

Cuando se le preguntó si el OTC-XI había volado a su destino, Anillo, dijo:

Volar no es la palabra correcta. Cerró la distancia. Parecía llevar algún tiempo. Yo estaba con otros dos ingenieros cuando pilotó el 45 ‘nave de unos diez kilómetros. Pensé que no se había movido – Pensé que había fracasado. Yo estaba completamente sorprendido cuando nos dimos cuenta de que habíamos regresado con muestras de rocas y plantas de nuestro destino. Fue un éxito espectacular. Era más bien como una especie de teletransportación. [19]

Anillo describe cómo el vuelo de prueba había sido capaz de cambiar el curso de los tiempos:

« Por otra parte, el tiempo se ha distorsionado de alguna manera. Nos sentimos que estábamos en el comercio de las quince o veinte segundos. Nos dijeron que después de que nos habían programado cuidadosamente como haber estado en el negocio son sólo tres o cuatro minutos. Todavía no tengo ni idea completa cómo funcionaba. [20]

La parte más notable del testimonio del anillo para el sistema de navegación exclusivo utilizado por los pilotos para controlar los movimientos de la OTC-XI. Según Ring, el sistema de navegación utiliza para los conductores conscientes, más que la tecnología convencional.

El UTRON era la clave de todo. Carr dijo que acumula energía debido a su forma, y ​​se usa, y también respondió a nuestras intenciones conscientes. Cuando operamos la máquina, no hemos trabajado fuera de control. Entramos en una especie de estado de meditación y los tres de nosotros nos enfocamos nuestras intenciones sobre el efecto que queríamos lograr. Suena ridículo, lo sé.

Pero eso es lo que hicimos, y eso es lo que ha funcionado. Carr había golpeado ligeramente en un principio que no se entiende, en el que la conciencia se funde con la ingeniería para crear un efecto. No se puede escribir que en las ecuaciones. No tengo ni idea de lo que sabía que iba a funcionar. Pero lo hizo. [21]

Exitosa primera prueba de la escala completa OTC-XI significó que la planificación de los vuelos en el espacio exterior y la luna había terminado para siempre. Anillo dijo que Carr y su equipo trabajaron sin descanso para completar el programa de pruebas antes de anunciar los resultados al público.

La parte más espectacular del testimonio se refiere anillo lo que pasó dos semanas después de la prueba con éxito de la OTC-X1. Él dijo que la operación Carr fue cerrado por el FBI y otras agencias gubernamentales en una redada secreta que involucra a siete u ocho camiones de personal del gobierno armados. El FBI dijo Carr que su proyecto estaba cerrada « debido a su amenaza de derrocar el sistema monetario de los Estados Unidos de América ». [22]

De hecho, la prueba exitosa de Carr nave civil, se le permitió seguir adelante, han revolucionado la industria de la energía y la industria aeroespacial. Industria de la energía convencional que utiliza combustibles fósiles para producir electricidad y la industria de la aviación sería redundante durante la noche. Los intereses de las empresas estadounidenses en el sector de la energía han perdido su inversión sustancial. La falta de beneficios de las empresas arrojaría innumerables puestos de trabajo en los miles.

El impacto financiero de la nave civil industria, utilizando la energía eléctrica de la atmósfera por el poder sería de hecho una enorme presión sobre el sistema monetario de EE.UU. puede provocar su colapso.

En una serie de entrevistas y presentaciones públicas, Anillo afirma agentes del FBI confiscaron todo el equipo, incluyendo el prototipo OTC-XI. Ellos debriefing todos los empleados Carr les advirtió de no hablar de lo que había pasado, y obligados a firmar acuerdos de no divulgación Carr. El testimonio de anillo, si bien es cierto, revela lo que sucedió dramáticamente con el proyecto de nave espacial Civil Otis Carr d. En lugar de ver el proyecto Carr como un fraude que engañó a una serie de inversores para financiar sus nuevas ideas para el parque, el proyecto Carr había sido un éxito.

Su éxito amenaza directamente los intereses creados en el sector energético, por lo que su operación se detuvo con la plena aprobación y conocimiento de una serie de organismos gubernamentales interesados ​​en el impacto financiero en la sistema monetario de EE.UU.. Mismo Carr tuvo que soportar falsas acusaciones para desacreditarlo y acabar con su audaz intento de desarrollar una nave espacial importante industria.

¿Cómo era creíble el testimonio de Ralph anillo?

¿Hay alguna evidencia para corroborar el testimonio del anillo? Ring es una persona muy agradable y sincero que ha impresionado al público con su autenticidad y honestidad. Bill Ryan y Kerry Cassidy, fundadores del Proyecto Camelot, un sitio web con videos de entrevistas con los informantes, que fueron los primeros en entrevistar anillo en marzo de 2006. [23]

Después de una serie de entrevistas, concluyen:

« No hay duda en nuestras mentes que Ralph Ring es 100% auténtica y honesta. Todo el que lo conoció y escuchó su historia en persona muy de acuerdo ». [24]

Esto es algo que yo pueda comprobar personalmente que desde que soy capaz de oír Anillo presentar sus ideas al Congreso Internacional OVNI en 2007 y tuve la oportunidad de hablar con él personalmente. Estoy de acuerdo con Ryan Cassidy y las cualidades personales del anillo hacen que sea muy creíble. Parece estar motivado por el simple deseo de decir la verdad sobre los hechos ocurridos allí casi 50 años y que han revolucionado la vida en el planeta.

Anillo ha proporcionado una serie de fotografías de la OTC-XI desarrollados por Carr. Estas fotografías no han sido publicados anteriormente. Las fotos muestran que Carr sí había logrado construir una serie de modelos, incluyendo una máquina de 45 pies (ver foto abajo) prototipo. Fotos de disipar la idea de que Carr había logrado desarrollar un prototipo a gran escala de la nave espacial. Fotos de anillo son evidencia física de que en realidad trabajó con Carr en la OTC-X1, como él afirma.

 

 

 

Photo de l'OTC X-1 au sol.
Photo de l’OTC X-1 au sol.

 

Tal vez lo más importante es lo que sucedió poco después de su entrada antes de revelar sus experiencias con Otis Carr en 2006 marzo. Bill Ryan describe lo que sucedió:

Poco después, Ralph fue al hospital para un examen (y tratamiento) para la rutina de su rodilla. Él recibió accidentalmente un tratamiento equivocado, y casi murió tres veces. En julio de 2006, salió con un médico menos intenso – pero él está decidido a contar su historia. Antes de eso, había disfrutado de una salud perfecta durante 71 años. [25]

En su presentación en el Congreso Internacional « UFO 2007 » Ring describió cómo fue llevado en ambulancia a un hospital de 25 kilómetros de distancia, sin pasar por un hospital de al lado donde estaba. Anillo pasó peligrosamente cerca de la muerte como resultado de « abuso » y el viaje en ambulancia largo. La aplicación « accidental » del medicamento a otro paciente, y de la « elusión » de los hospitales más cercanos que se parte de un intento de asesinato en secreto en la vida del anillo?

Las circunstancias son sospechosas y ciertamente no indican un serio esfuerzo para silenciar Ring. Esta serie de eventos « accidentales » que casi acabó con la vida del anillo poco después de su aparición pública proporciona evidencia circunstancial para apoyar sus afirmaciones.

Las implicaciones exopolitiques

Ahora podemos reunir a los diversos elementos del proyecto Carr OTC-XI Otis y el testimonio de Ralph Ring. Desarrollo dirigido por Carr, una nave civil en pleno funcionamiento el uso radical de propulsión electromagnética y sistemas de navegación ha dado lugar a una reacción violenta de las agencias del gobierno federal de Estados Unidos. Los agentes enviados por el FBI allanaron la planta de construcción Carr, equipos confiscados, los empleados intimidépour ellos callaron, y desacreditados públicamente Carr a través de falsas acusaciones orquestadas por el « American bolsa « y la Comisión de Valores.

El anillo de testimonio público y la evidencia fotográfica que proporciona la existencia de la OTC-X1 Carr sugiere que elementos dentro del gobierno de EE.UU. suprimieron una industria llena de nave Civil. Hay varias razones para esta supresión aparecen ahora en el abierto.

La primera y principal razón de la baja por parte del gobierno era proteger los intereses de los capitalistas de energía del sector industrial estadounidense que habría sido amenazado por el conocimiento de cómo dibujar electricidad libre de la atmósfera. Empresas estadounidenses dominan el sector de la energía en todo el mundo, y la aparición de tecnologías que tienen « energía libre » puede causar estragos en su valor de mercado. Esto tendría un impacto negativo en la economía de EE.UU. en general.

Una segunda razón relacionada con esta supresión es el impacto de las « tecnologías » energía libre del sistema monetario EE.UU. -. Explicación dada por agentes del FBI para atacar a los Carr desarrollo de tecnologías energéticas de la planta Libre de ser necesarias del sector energético convencional correspondiente a las sociedades estadounidenses que finalmente llevan a un colapso del dólar de EE.UU..

Una tercera posible razón es para prevenir el desarrollo de una nave espacial fundamental industria que podría viajar en el espacio exterior y en otros planetas con regulación gubernamental mínima o ninguna. Esta nave civil de la industria puede llegar fácilmente a los planetas cercanos y posiblemente confirmar si las formas de vida inteligentes han vivido alguna vez o seguir viviendo en la Luna, Marte y en nuestro sistema solar (letras Ring) en otro lugar. Existe evidencia de que la vida inteligente extraterrestre ha sido descubierto en la Luna y otros planetas, pero es reprimida por los principales gobiernos de la Tierra. [2]

Muchos análisis de fotografías de la NASA de la Luna y Marte estructuras artificiales espectáculo y fenómeno anormal bajo control inteligente. A pesar de amplio interés público en ellos, la NASA se niega a investigar seriamente estas pruebas y muchos han concluido un encubrimiento continúa. [27]

Una cuarta razón para eliminar el proyecto OTC-XI Carr era mantener la tecnología secreta ya en los proyectos de desarrollo clasificadas. El trabajo de Carr no se consideró lo suficientemente importante como para ser clasificados para que él y sus técnicos fueron capaces de seguir trabajando en el desarrollo de sus ideas de una nave espacial que podrían ir a la luna a la velocidad de la luz . Su proyecto ha sido cerrado, Carr desacreditado e intimidado con el fin de silenciar a los técnicos. Hay una explicación obvia para esta respuesta de las autoridades gubernamentales.

 

 

 

 

ufo 0010

Se le dio la razón de este tratamiento a Carr y los técnicos era que el gobierno no necesitaba ideas de Carr sobre cómo desarrollar una nave espacial capaz de una velocidad de la luz, lo que podría aprovechar el potencia disponible en la atmósfera de la Tierra. Las autoridades gubernamentales no tienen ni la necesidad de que el sistema de navegación único desarrollado por la interfaz OTC-XI de Carr que utiliza las nuevas tecnologías, la creación de un vínculo entre el piloto y la nave espacial.

Esto no se debe a que las autoridades gubernamentales no estaban interesados ​​en estas ideas. Es más probable que las autoridades ya tenían un anuncio para un anti-gravedad capaz de velocidad de la luz y alimentado por energía eléctrica del proyecto de arte natural. [28] Los principios del vuelo espacial a la « velocidad de la luz fueron probablemente tan conocido (por los militares de EE.UU.) y los esfuerzos de los inventores civiles no tienen más que necesario en proyectos civiles con antigravedad.

La conclusión es que en la década de 1950, el gobierno de EE.UU. ha tenido una serie de satélites operacionales que fueron capaces de alcanzar una velocidad cercana a la luz, y podría obtener energía eléctrica a partir de la atmósfera Tierra y puede ser almacenado para el viaje espacial.

La cuestión de un millón: ¿de dónde esta tecnología? (…)

Una última razón posible para el cierre del programa nave Carr es un exclusivo grupo de cuasi-gubernamental o de « gobierno en la sombra », con estrechos vínculos con las sociedades secretas, no vaya a las fuerzas militares regulares y / o de las autoridades gubernamentales de la existencia de un gran avance como tecnológico.

Dr. Steven Greer describe una entrevista un ex astronauta del Apolo Edgar Mitchell tuvo con el vicealmirante Tom Wilson en 1997, cuando Wilson J-2, Jefe División de Inteligencia (Jefes de Estado Mayor). Cuando informó de algunos programas especiales de acceso que implican posibles tecnología extraterrestre, Wilson les niega el acceso a ella, ya que no tiene « necesidad de conocer ». [29]

Esta acción sin precedentes, la restricción de un jefe de inteligencia (Jefes de Estado Mayor), muestra a un grupo de autoridades, « gobierno en la sombra », sostiene la tecnología del gobierno de regular y militar. L existencia de un « gobierno en la sombra » como se propuso anteriormente por Jimmy Guieu y varios destacados políticos estadounidenses, entre ellos el senador Daniel K. Inouye:

« Hay un gobierno invisible con su propia Fuerza Aérea, su propia Armada, su propio mecanismo de financiación, y la capacidad de llevar a cabo sus propias ideas de interés nacional, libre de todos los pesos y contrapesos, y liberó la propia ley « . [30]

El programa se pare civil nave Carr negar militar regular y los funcionarios del gobierno de los conocimientos y el acceso a esta tecnología. Eso pondría el ejército regular a la gran desventaja para controlar lo que ocurre en los proyectos negros profundos relacionados con la tecnología avanzada controlada por los organismos gubernamentales en la sombra fuera de la cadena de mando regular.

Misteriosa enfermedad Carr antes de la prueba pública de su modelo de dos metros en 1959 y la muerte de cerca de Ralph Anillo en 2006, después de su llegada, antes de revelar su testimonio sugiere operaciones encubiertas del gobierno para evitar las manifestaciones públicas y el conocimiento de las tecnologías. Las agencias de seguridad del gobierno (NSA y la CIA) se han observado objetivo históricamente inventores e investigadores que trabajan en tecnologías avanzadas. [31]

Desacreditar, mientras que silenciar o poner fin a la acción de los inventores y / o denunciantes continúa ahora con lo que vimos contra Manning y Snowden en 2013.

Conclusiones

En 1959/1960, Otis Carr y su equipo han conseguido desarrollar el primer satélite civil en el mundo. Este importante logro fue brutalmente reprimida, y Carr fue encarcelado por cargos falsos en 1961. La complicidad de ciertos elementos del gobierno de EE.UU. por la eliminación de la aparición de una industria de naves espaciales civiles aparece como un hecho histórico fundamental. Las empresas estadounidenses en el sector de la energía, conscientes de la ambiciosa Carr, fue probablemente un factor clave en esta supresión.

Las implicaciones de los testimonios de los testigos y los logros Carr son memorables para la humanidad. En lugar de un criminal que engañó al público con las ideas radicales nave civil, Carr fue un inventor heroico que tuvo éxito a pesar de enormes dificultades en la construcción de la primera nave espacial civil en el mundo. Carr y su equipo de colaboradores deben ser reconocidos y honrados por sus esfuerzos pioneros.

Los investigadores del Congreso deben iniciarse de inmediato a plena luz sobre lo sucedido a Carr. El FBI y otras agencias gubernamentales que participan en las instalaciones de las redadas Carr y equipos confiscados, deben revelar lo que ocurrió. El papel exacto de las corporaciones estadounidenses cómplices de estas acciones de aplicación también debe ser analizado.

Legislación apropiada debe desarrollar para prevenir futuros casos de inventores pioneros que son el objetivo de las agencias gubernamentales que actúan a instancias de los grupos de interés.

La revolución tecnológica que se llega a una investigación exhaustiva sobre los logros de Carr se debe adoptar en lugar de escondido en el público en general. Las agencias gubernamentales y las sociedades secretas que operan en las sombras, son responsables de la eliminación de la aparición pública de esta tecnología, incluso hasta el punto de negar a las fuerzas militares regulares, deben ser identificados y responsabilizados.

La humanidad está en el umbral de un logro notable, el desarrollo de una industria de naves espaciales civiles bajo costo que puede permitirse el lujo de hacer viajes a los planetas de nuestro sistema solar y más allá starsThese adquirido intereses financieros a los combustibles fósiles, las fuerzas del neoliberalismo y los grupos para-gubernamentales como las empresas relacionadas con la tecnología espacial ya no se pueden permitir mantener en secreto, este notable logro.

Notas, enlaces y renvoies:

[1] Gracias a Jack Davis.

[2] Nikola Tesla, interviewed in The New York Herald Tribune, October 15, 1911

[3] See 1957 Interview with Long John Nebow where Carr describes how he began creating models of his ideas: http://www.keelynet.com/gravity/carr4.htm

[4] US Patent # 2,912,244, Amusement Device (November 10, 1959).

[5] Transcript of Radio Interview: “Long John” Nebel & Otis Carr, et al. (WOR Radio, NY, 1959). Available online at: http://www.rexresearch.com/carr/1carr.htm

[6] Cited at: http://www.keelynet.com/gravity/carr4.htm

[7] Cited from 1957 Interview with Long John Nebow, available at: http://www.keelynet.com/gravity/carr4.htm

[8] Original source: Gravity Machine? FATE magazine (May 1958) p. 17. Online copy available at: http://www.keelynet.com/gravity/carr1.txt

[9] W. E. Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly,” FATE magazine, (August 1959) p. 32. Cited online at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm.


[10] Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly.” Cited at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm

[11] Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly.” Cited at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm

[12] Cited online at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm. Biographical information on Wayne Aho is available at: http://www.answers.com/topic/wayne-sulo-aho

[13] Cited from Project Camelot website: http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[14] Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly.” Cited at: http://www.keelynet.com/gravity/carr3.htm

[15] Ring first met with Bill Ryan and Kerry Cassidy in March 2006 to reveal his remarkable story.

[16] Ralph Ring, conference presentation at the International UFO Congress, Laughlin, Nevada, 2007.

[17] Extracted from Project Camelot interview with Ralph Ring at: http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[18] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[19] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[20] The original citation from Project Camelot listed 15 to 20 minutes. This was corrected in a private phone conversation I had with Ralph Ring on March 25, 2007:, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[21] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[22] Ralph Ring, conference presentation at the International UFO Congress, Laughlin, Nevada, 2007.

[23] More information on Project Camelot available at: http://www.projectcamelot.net

[24] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[25] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[26] See Michael Salla, Exopolitics: Political Implications of the Extraterrestrial Presence (Dandelion Books, 2004); Steven Greer, Disclosure: Military and Government Witnesses reveal the Greatest Secrets in Modern History (Crossing Point Press, Inc., 2001).

[27] See Richard C. Hoagland, The Monuments of Mars: A City on the Edge of Forever, 5th Edition (North Atlantic Books, 2003); and Fred Steckling, We Discovered Alien Bases on the Moon (G.A.F. International, 1990).

[28] For discussion of antigravity technology and government classification of such principles, see Nick Cook, The Hunt for Zero Point (Broadway Books, 2001).

[29] Steven Greer, Hidden Truth, Forbidden Knowledge (Crossing Point, Inc., 2006) 158-59.

[30] Inouye made this claim at the Iran-Contra hearings conducted by the U.S. Senate. Cited online at: http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Shadow_Government

[31] See G. Cope Schellhorn, “Is Someone Killing Our UFO Investigators,” http://www.metatech.org/ufo_research_magazine_evidence.html

http://www.bibliotecapleyades.net/exopolitica/esp_exopolitics_ZZZZB.htm

http://exopoliticsjournal.com/vol-2/vol-2-1-Salla.pdf