Réécrire l’histoire cachée des volontaires russes qui combattirent dans la Wehrmacht allemande durant la Deuxième Guerre Mondiale

On ne sait pas quand et où exactement les premières unités de volontaires de l’URSS et des pays annexés par la Russie après 1939 ont été organisées pour lutter contre les Soviétiques du côté allemand. Leurs débuts étaient entourés d’un grand secret, par crainte de Hitler qui était catégoriquement opposé à toute forme de participation des citoyens soviétiques à la guerre contre la Russie. Mais les besoins de l’armée sur le front de l’Est et le désir enthousiaste de centaines d’officiers capturés et évadés par des milliers de soldats soviétiques et par presque toute la population locale incitèrent les commandants allemands à accepter les services de volontaires pour combattre le régime soviétique même contre les ordres clairs du commandement suprême. Lorsque l’existence de nombreuses formations de volontaires de l’Est est apparue au fil du temps, Hitler a été désagréablement surpris. 

La section des armées étrangères à l’est du département des renseignements de l’état-major de l’armée, la section dite « Fremde Heere Ost », a dirigé la création des formations de volontaires de l’Est. Les officiers de cette section ont vu l’importance d’une armée russe anti-soviétique qui se battait du côté allemand et de son effet possible sur l’issue de la guerre. La section de propagande du Commandement suprême, la « Propagande IV de la Wehrmacht », ou WPrIV, qui traitait de la propagande des deux côtés du front oriental et avait sous son contrôle des camps spéciaux pour certains prisonniers être formé à la propagande active dans la guerre psychologique contre la Russie soviétique. 

Un certain nombre de généraux allemands ont également soutenu l’organisation de formations de volontaires de l’Est, mais pendant longtemps sans succès. À l’automne 1941, le maréchal von Bock avait envoyé au siège de Hitler un projet détaillé d’organisation d’une armée de libération de quelque 200 000 volontaires russes et la formation d’un gouvernement local dans la province de Smolensk; Il a été rendu en novembre 1941 avec la mention que « de telles pensées ne peuvent pas être discutées avec le Führer » et que « la politique n’est pas la prérogative des commandants de groupe d’armées ». Bien sûr, le maréchal Keitel, qui a écrit cette notation, n’a pas montré le projet à Hitler (1). 

Le précurseur des formations de volontaires était un service auxiliaire volontaire, de caractère para-militaire, qui a été lancé à l’automne 1941 par les commandements allemands sur le front. De leur propre initiative, ils ont organisé des unités auxiliaires de divers services, composés de déserteurs soviétiques, de prisonniers et de volontaires de la population locale. Ces soi-disant « Hilfswillige » ou « Hiwi » étaient employés comme sentinelles, chauffeurs, commerçants, ouvriers dans les dépôts, etc. L’expérience dépassait toutes les attentes. Au printemps 1942, il y en avait déjà au moins 200 000 à l’arrière des armées allemandes et, à la fin de la même année, leur nombre serait proche de 1 000 000 (2). 

La prochaine étape prise par les commandements allemands de l’est derrière Hitler fut l’organisation de troupes militaires volontaires appelées « Osttruppen », vêtues d’uniformes allemands et destinées à protéger les lignes de communication, à combattre les partisans soviétiques à l’arrière des armées allemandes. parfois même des secteurs moins importants du front. Ces troupes dépassaient rarement la force d’un bataillon. Au milieu de 1942, il y avait déjà 6 bataillons de ce type à l’arrière du centre du groupe d’armées. 

Bronislaw Kaminski

L’une des premières formations de volontaires russes fut RONA (Armée nationale russe de libération), organisée pendant l’hiver 1941-1942 sous le commandement d’un capitaine soviétique appelé Kaminski, promu major général par les Allemands. Son armée, qui n’a jamais dépassé la force d’une division, s’est d’abord battue contre les partisans soviétiques et, plus tard, contre le front. Au cours de l’été 1944, après des pertes considérables, RONA fut retirée en Prusse orientale, où Himmler la reprit de la Wehrmacht et la réorganisa en brigade SS. 

La brigade de Kaminski jouissait de la pire réputation possible parmi tous ceux qui avaient quelque chose à voir avec cela, sans exclure les Russes des autres formations. La brigade de Varsovie a connu une effroyable renommée en 1944. Seule la tristement célèbre brigade SS Dirlewanger, composée de criminels volontaires des prisons et des camps de concentration allemands, pouvait égaler les actes de la brigade de Kaminski. Varsovie se levant, Kaminski a été abattu par ordre de son protecteur Himmler, et les restes de sa brigade ont été envoyés à l’armée de Vlasov qui était alors en formation. 

À peu près au même moment que RONA, la Biélorussie (Russie Blanche), la Gil-Rodionov Droujina et près de Smolensk, à la fin de 1941, l’armée populaire nationale russe (RNNA). La première, une formation SS, a été dissoute en 1943; La seconde, connue sous le nom de Brigade Boyarski et soutenue par la Wehrmacht, a connu la même fin en 1943. Outre ces formations, plusieurs bataillons, compagnies et escadrons de volontaires ont été formés. Au début, ils avaient un statut non officiel, mais plus tard, ils ont été pleinement reconnus. La majorité d’entre eux, composés de volontaires de nationalité russe, ont ensuite été incorporés dans l’armée russe de libération – ROA – qui n’était pas une armée au sens organisationnel du mot, mais un nom donné à toutes les formations volontaires russes reconnaissant le général Vlasov comme leur chef. 

Dans un meilleur état, il y avait les légions orientales , les soi-disant « Ostlegionen » qui, selon la conception de Rosenberg, ne contenaient que des volontaires non russes. Hitler les a limités aux nationalités vivant loin des frontières du « Grand Reich ». Le 30 décembre 1941, un mémorandum top secret ordonna au Commandement Suprême de créer d’abord la Légion de Turkestani parmi les volontaires des nationalités suivantes: Turkmènes, Ouzbeks, Kazakhs, Kirghizes, Karakalpaks et Tadjiks. Deuxièmement, la légion caucasienne-mahométane, composée d’Azerbaïdjanais, de Daghestans, d’Ingouches, de Lezghins et de Tchétchènes. Troisièmement, la Légion géorgienne; Et quatrièmement, la légion arménienne. (4) 

Contrairement aux formations non officielles, les légions orientales avaient dès le départ des comités nationaux. Il faut expliquer qu’une « légion » n’était pas une formation tactique, mais un centre d’entraînement où des unités nationales, principalement des bataillons, étaient organisées et entraînées. Il semble que la plus grande formation était la 162ème division d’infanterie turkmène, composée d’Allemands, de Turkmènes et d’Azerbaïdjanais, qui, selon son commandant, était aussi bonne qu’une division allemande normale. (5) Selon le témoignage des dirigeants caucasiens, le nombre parmi les volontaires du Caucase qui se sont battus du côté allemand, 102 300 (6). 

Les commandants allemands avaient une grande sympathie pour les cosaques, même si ceux-ci ne dissimulaient pas leur ambition politique de construire leur propre État, Kazakia. Leur bravoure, leur haine généralement connue des Soviétiques et les services rendus dès le début, en particulier dans la lutte contre les partisans soviétiques, donnèrent des résultats rapides. Dès le milieu de 1942, une formation de cavalerie cosaque existait à Mohylev, sous le commandement d’un ancien major soviétique, Kononov, qui avait rejoint les Allemands à la première occasion avec la plus grande partie de son régiment et avait commencé à servir du côté des Allemands en gardant la ligne de communication contre les partisans soviétiques (7). 

Lorsque, au cours de l’été 1942, le front du sud se déplaça rapidement vers le Caucase et la Volga, les armées allemandes entrèrent dans des territoires habités par les Cosaques. Composées de nombreuses tribus, celles-ci avaient formé pendant la guerre civile en Russie en 1917-1920 six républiques fédérées: les Cosaques du Don, du Kouban, de Terek, d’Orenbourg, de l’Oural et d’Astrakhan. Les républiques avaient été liquidées par les bolcheviks avec une extrême cruauté. 

Les Cosaques ont donc accueilli les Allemands comme des libérateurs. La population entière des villes, des villages et des villages est sortie pour rencontrer les troupes allemandes avec des fleurs et des cadeaux de toutes sortes, chantant leurs hymnes nationaux. Des formations de cosaques de l’Armée Rouge arrivaient dans un corps d’Allemands, de nouvelles formations surgissaient, apparemment de nulle part, en uniforme traditionnel et armées d’épées, de pistolets, de dagues et de fusils enterrés depuis des années. 

Kulakov, l’un des vieux et célèbres atamans (chefs cosaques), qui était considéré comme mort depuis 1919, est sorti de sa cachette et, accompagné de centaines de cosaques en tenue resplendissante et de magnifiques chevaux, a fait une incursion triomphale dans Poltava. Des milliers de cosaques dans le prisonnier de guerre. les camps offraient leurs services dans le premier contre les Soviétiques. Même les restes de la tribu Kalmuk, estimée à environ 60 à 80 000 personnes, ont formé et équipé 16 escadrons de cavalerie qui ont dégagé les steppes des unités soviétiques restantes, sans aucune pitié. Le général Koestring, qui connaissait bien la Russie et devint gouverneur du Caucase en août 1942, pensait rêver ou regarder un grand film historique (8). Telle était la revanche des Cosaques pendant des années de terreur de la part du NKVD. 

 

Le Mouvement national de libération cosaque, dont le but était de reconstruire un État cosaque indépendant, a recruté le recrutement de cosaques pour lutter contre les soviétiques. À l’été 1943, la 1re division cosaque fut créée sous le commandement du général von Pannwitz. Il y avait six régiments de cavalerie. Peu de temps après, la division a été étendue au XVe Corps de cavalerie SS Cossack, qui comptait environ 50 000 hommes. De plus, deux brigades cosaques et 12 régiments de réserve cosaques ont été formés, et plusieurs unités plus petites ont été rattachées à des formations allemandes. Au total, les troupes cosaques du côté allemand comptaient environ 250 000 hommes (9). 

Il faut expliquer ici que l’octroi du statut de SS au corps de cosaque était le dispositif de Himmler, très souvent appliqué, pour empêcher l’influence de la Wehrmacht dans les préoccupations politiques des formations étrangères.Les Allemands utilisaient les Cosaques pour combattre les partisans soviétiques, pour couvrir l’arrière de leurs armées et parfois pour agir sur le front. Plus tard, des formations cosaques ont été déplacées en France et en Yougoslavie. Le commandement cosaque a objecté, au motif que les cosaques ne devraient se battre que contre les soviétiques, mais en vain. 


L’ARMÉE VLASOV

Pendant ce temps, un petit groupe d’officiers et de fonctionnaires allemands, malgré de nombreux échecs et difficultés, ont poursuivi leurs efforts pour créer une Armée de libération russe sur les centaines de milliers de volontaires russes qui voulaient lutter contre les Soviétiques. Leurs espoirs ont été ravivés quand enfin un « de Gaulle » russe a été retrouvé: le général soviétique Andrey Andreyevich Vlasov, ancien commandant des trente-septième et vingtième armées soviétiques, et plus tard commandant adjoint du front sur le fleuve Volkhov (10). 

Andrey Vlasov

Le général Vlasov était le fils d’un paysan russe du district de Nijni-Novgorod qui, bien que loin d’être riche, avait été classé par les bolcheviks comme « koulak » et traité en conséquence. Le jeune Vlasov a terminé ses études avec l’aide financière de son frère et a commencé à étudier d’abord la théologie, puis au collège d’agriculture de l’université de Nijni Novgorod. Au printemps 1919, il fut appelé dans l’armée rouge. Après quelques semaines dans un régiment, Vlasov a été affecté à une école d’officiers et a terminé un cours de quatre mois, obtenant une commission. En tant que sous-lieutenant, il a été envoyé au front pour lutter contre les « Blancs ». 

General Wlassow mit russischen Freiwilligen
Dabendorf 1944

Il n’a rejoint le Parti communiste qu’en 1930, mais depuis lors, sa carrière a été rapide, car il possédait sans aucun doute de grandes capacités. En 1938, déjà major général, Vlasov était conseiller militaire soviétique à Chiang Kai-Shek en Chine. En décembre 1939, il retourna en Russie et reçut le commandement d’une division. Pendant la guerre avec l’Allemagne, il commanda à son tour un corps de chars et une armée, prenant part à la bataille de Kiev et à la défense de Moscou. En mars 1942, il devint commandant adjoint du front de Volkhov. À la mi-juin 1942, les forces soviétiques opérant sur la rivière Volkhov étaient encerclées dans les bois et les marais, sans nourriture ni fournitures, et à la fin du mois, elles se rendaient aux Allemands. Le général Vlasov est devenu prisonnier de guerre (11). 

La section IV de la propagande de la Wehrmacht, se rendant compte que Vlasov était l’un des officiers exceptionnels de l’Armée rouge, s’intéressa immédiatement à lui. Il a été transféré dans un camp spécial et confortable pour prisonniers importants, où il a été soumis à une propagande subtile qui a joué sur son aversion pour le système soviétique. Bientôt, les partisans allemands de la collaboration avec le mouvement anti-soviétique étaient convaincus que leur prisonnier était l’homme qu’ils cherchaient. 

Son charme personnel, sa manière efficace de parler, ses manières et ses capacités, et en particulier son don d’inspirer la confiance et son dernier poste important dans l’Armée rouge, l’ont prédestiné à prendre la tête du Mouvement de libération et de l’armée. en dépit de Hitler, des ordres stricts venaient de naître. En septembre 1942, toujours dans le prisonnier de guerre. camp, le général Vlasov écrivit un tract appelant les officiers de l’armée rouge et de l’intelligentsia russe à renverser le régime soviétique de Staline, qu’il accusait d’être coupable de toutes les catastrophes qui avaient frappé la Russie. Cependant, le dépliant contenait également de la propagande nazie, incluse à l’insu de Vlasov (12). 

Ce dépliant a été déposé par la Luftwaffe en milliers d’exemplaires. Les protecteurs allemands du général Vlasov lui accordaient de grands espoirs. Ils espéraient que les résultats de cet appel forceraient finalement Hitler à accepter la formation de l’Armée de libération, et les résultats étaient en effet excellents. Jour après jour, le commandement suprême allemand a reçu des informations de tous les groupes d’armées selon lesquelles des milliers de déserteurs de l’Armée rouge qui se rendaient aux Allemands demandaient le général Vlasov et voulaient se battre contre les Soviétiques. 

Mais ces rapports ont exaspéré Hitler; Sur ses ordres, le maréchal Keitel a interdit à tout le monde, sans compter l’état-major général, de présenter un mémorandum ou un rapport sur le sujet des formations du général Vlasov et de la Russie (13). Mouvement soviétique. Ils ont décidé de prendre ce qui constituait une mesure très inhabituelle sous le régime d’Hitler. Sans autorisation officielle, ils ont créé en décembre 1942 le Comité national russe, présidé par le général Vlasov. 

Andrey Vlasov serrant la main a Himmler.

Cela n’a pas été facile, vu la forte opposition des nationalités non russes. Il a été décidé que le siège du Comité serait Smolensk, d’où serait diffusé le « Manifeste de Smolensk » déjà préparé. Dans ses 13 points, le Manifeste déclarait et promettait ce qui suit: 1) abolition du travail obligatoire, 2) abolition des fermes collectives et octroi de terres aux paysans, 3) réintroduction du commerce privé et de l’artisanat, 4) licenciement de terreur, (5) liberté personnelle, (6) liberté de foi, de conscience, de parole, de presse et de réunion, (7) libre choix du travail, (8) garantie du développement libre pour toutes les nationalités, (9) libération de tous les prisonniers politiques, (10) la reconstruction de villes, de villages et d’usines au détriment de l’Etat, 

De plus, le Manifeste indiquait que « l’Allemagne, dirigée par Adolf Hitler, poursuit l’objectif de créer un nouvel ordre en Europe sans bolcheviks ni capitalistes », ce qui, bien sûr, a été ajouté au Manifeste par la propagande allemande.Le Manifeste s’est terminé par un appel aux soldats et aux officiers de l’Armée rouge à se joindre à l’Armée de libération qui se battait du côté allemand. Ainsi, les promoteurs de la collaboration germano-russe ont voulu présenter aux autorités allemandes un fait accompli (14). 

Le projet a largement échoué. Aucun des documents contrôlés par les Allemands n’a même mentionné la création du Comité et du Manifeste; diffuser le Manifeste était interdit; Smolensk a été rejeté comme résidence du Comité.Les citoyens soviétiques des territoires occupés ont eu connaissance de la Commission et de son Manifeste à partir de tracts destinés à l’autre côté du front et qui n’ont été largués du côté allemand que «par erreur». 

Cependant, en janvier 1943, la campagne des tracts a donné de si bons résultats que le Centre du commandement des groupes d’armées et le Nord ont invité de leur propre initiative le général Vlasov à visiter leurs régions et à prononcer des discours devant des prisonniers de guerre, des volontaires soviétiques, et la population locale. 

En mars 1943, le général Vlasov, qui avait acquis une liberté personnelle, visita Smolensk, Mohylev, Bobruisk, Borisov, Orsha et d’autres lieux; Partout ses discours lui ont apporté des milliers de partisans. Plus tard, après un court repos, il a visité les zones du groupe d’armées nord. En mars également, sa lettre parut dans un journal; Dans ce document, il a donné les raisons de la lutte contre le bolchevisme. Dans la seconde moitié du mois d’avril, la tempête a éclaté. Le maréchal Keitel a demandé à savoir qui avait autorisé le général Vlasov à publier une proclamation politique. il a également menacé de graves conséquences s’il s’avérait que le général Vlasov apparaissait en public et était appelé « le futur chef des Russes ». 

Quelques jours plus tard, Keitel émit un nouvel ordre dans lequel il déclarait: Vlasov n’est qu’un prisonnier de guerre, ses discours «sans scrupules» exaspèrent le Führer qui lui interdit de mentionner le nom de Vlasov en sa présence;Ce dernier devrait être immédiatement renvoyé au camp en tant que  prisonnier de guerre, et devrait être maintenu sous surveillance spéciale; Si, à l’avenir, Vlasov apparaissait en public, il serait arrêté et remis à la Gestapo (15). 

Pourtant, les amis du général Vlasov ont réussi à obtenir la permission de continuer son séjour à Berlin – sous «surveillance», ce qui était en fait plutôt fictif. En attendant, la campagne de tracts battait son plein. Bientôt, tous les groupes d’armées et certaines armées ont signalé que la publication d’une déclaration politique et un changement d’attitude envers les volontaires anti-soviétiques étaient une nécessité; Sinon, l’occupation des territoires de l’Est serait une tâche impossible. Des tentatives ont également été faites pour trouver un moyen de parvenir à la raison d’Hitler à travers Rosenberg; Mais la difficulté était que Rosenberg considérait la création du Comité national russe comme contraire à ses propres conceptions. 

Après quelques mois, l’opposition de Rosenberg se détendit, alors que le général Vlasov abandonnait sa position antérieure sur «la Russie indivisible», consentait au principe de l’autodétermination des peuples non-russes et convenait que la Russie, dans un accord de paix, renoncerait à ses prétentions sur l’Ukraine et le Caucase (16). Avant l’intervention prévue de Rosenberg, Hitler répéta une fois de plus son opinion sur cette question. Le 8 juin, lors d’une conférence avec ses conseillers militaires et ses chefs de service, il déclara que l’armée de libération était une folie dangereuse. 

Il n’avait pas besoin d’une telle armée et ne consentirait jamais à son organisation. La création d’États dans les territoires occupés était hors de question. Il y a malheureusement trop de partisans de ces projets ridicules dans le cercle de Rosenberg et dans l’armée. Au lieu de former des troupes de volontaires, les Russes seraient envoyés en Allemagne pour travailler dans les mines de charbon, en remplacement des Allemands. Vlasov était nécessaire pour le travail de propagande sur le front – toute activité à l’arrière était inadmissible. Les pertes dans les formations allemandes ne pourraient être remplacées que par des volontaires venus de l’est sur une très petite échelle, jamais à grande échelle. (17 & 18) et lui a demandé d’oublier l’intervention prévue. 

Ainsi, Hitler, pour le moment, réduisait le Comité national russe et l’Armée de libération, qui n’existaient en réalité que de nom, à un simple centre de propagande contrôlé par les Allemands et travaillant principalement au moyen de journaux et de brochures rédigés en russe. Cependant, le résultat de cette propagande était que, malgré l’intervention de Hitler, le Comité et l’Armée de libération devinrent un symbole de la lutte de la nation russe contre le joug soviétique. Le sort des prisonniers soviétiques en captivité allemande s’est amélioré. 

En 1943, le nombre de volontaires dans les formations orientales aurait augmenté à quelque 800 000. (19) En septembre de la même année, un nouveau coup a été porté à ces formations (20). principalement en raison du comportement « perfide » des formations de volontaires russes. Hitler a volé dans une colère; Il ordonna que toutes les formations orientales soient immédiatement démantelées et que 80 000 d’entre elles, en tant que premier contingent, soient immédiatement envoyées en France en tant que charbonniers. 

Il a également exigé que les progrès de la dissolution soient signalés toutes les 48 heures. Le chef de l’état-major général était également furieux et n’a pas voulu entendre parler de retard dans l’exécution de l’ordre. Cependant, lorsqu’il fut finalement convaincu que les faits étaient grandement exagérés et qu’il était impossible de retirer plus de 3-5 mille hommes du front, il décida d’intervenir. Au bout de trois jours, Hitler modifia son ordre; Seules les formations du secteur cassé du front ont été dissoutes. 

Selon une déclaration du général des troupes orientales, apparemment faite à cette époque, il y avait alors sur l’ensemble du front russe 427 000 anciens soldats soviétiques servant dans les formations orientales, qui devraient être remplacés par des soldats allemands au cas où ils seraient dissous. (21) Ce chiffre n’incluait pas plus de 100 000 « hiwi » qui n’étaient pas reconnus en tant que soldats, ni formations lettones, estoniennes et ukrainiennes.Quelques jours plus tard, alors qu’Hitler semblait apaisé, il émit un nouvel ordre: les troupes orientales devaient être retirées du front russe et envoyées dans d’autres théâtres d’opération. Ainsi, à l’automne 1943, quelque 70 à 80% des troupes orientales se sont progressivement retirées du front russe et se sont installées en Pologne, en France, en Italie, dans les Balkans, etc. 

À la fin d’avril 1943, la formation de la division ukrainienne commença. Cette déviation de la politique d’Hitler était le résultat de la détérioration de la situation générale sur le front de l’Est et de l’apparition de partisans soviétiques dans les territoires du sud-est de la Pologne. La décision de former la division ukrainienne ne rencontre pas l’approbation générale de la population ukrainienne qui, découragée par l’administration allemande, est divisée en deux camps.Les dirigeants du mouvement clandestin étaient opposés au recrutement, mais la principale considération a tourné la balance en sa faveur: la crainte que si l’entreprise était boycottée, la jeunesse ukrainienne serait déportée en Allemagne comme ouvrière ou inscrite dans des formations auxiliaires allemandes (22). ) 

Les Allemands, de leur côté, n’ont pas accordé de concessions spéciales aux Ukrainiens. La formation s’appelait la 14ème division des grenadiers SS (galicien n ° 1), ce qui signifiait qu’elle était sous le contrôle de Himmler et officiellement privée de son caractère national. Cependant, les Ukrainiens ont reçu l’assurance que la division ne serait utilisée que sur le front soviétique. En juin 1944, la division est engagée, encerclée et subit de lourdes pertes.Le recrutement volontaire a ensuite été remplacé par la conscription (23). 

À l’automne 1944, les Allemands acceptent enfin de changer le nom de la formation en « 1ère Division ukrainienne » et en mars 1945, elle fait partie de l’armée ukrainienne (24). À la fin de 1943, un petit La Légion ukrainienne a été organisée. Un an plus tard, elle a été dissoute par les Allemands pour avoir refusé de combattre l’armée nationale polonaise. Le commandant de la Légion a été abattu par les Allemands (25). Parmi les formations orientales, on peut également citer le «corps de défense russe» de Serbie, composé de volontaires parmi d’anciens immigrants russes vivant en Yougoslavie. La force du corps [à son apogée – le rédacteur en chef] était d’environ 15 000 hommes. Il avait un caractère tout à fait différent de la majorité des formations orientales qui étaient principalement composées de citoyens soviétiques. La création du corps a été précédée de longs efforts, parce que Hitler était opposé à la participation d’anciens immigrants russes (ex-tsaristes) à la lutte contre l’UsR. Il a limité les activités du corps aux opérations contre les partisans locaux en Yougoslavie, ce qui a bien sûr privé le corps de sa raison d’être. 

La captivité forcée du Comité national russe et du général Vlasov se poursuivit malgré les nombreux efforts déployés par les sympathisants allemands du mouvement anti-soviétique (26). Le « Gaulieter » de Vienne, Baldur von Schirach, conquis par l’idée de l’armée de libération. Hitler a quitté l’interpolation écrite de Schirach sans réponse. À l’automne 1943, l’ordre apparut qui dirigeait les formations orientales du front russe vers d’autres théâtres d’opérations; On demanda au général Vlasov de publier une lettre ouverte aux volontaires russes, dans laquelle il expliquait que le retrait du front oriental était une mesure temporaire, dictée par la nécessité de leur donner du repos et du temps pour se réorganiser. Quand le général Vlasov a refusé sa signature, le  » 

En résumé, au milieu de 1944, la situation du mouvement anti-soviétique se présentait comme suit: ROA, l’armée russe de libération, ne fut pas une formation dans le sens d’une organisation militaire. Les unités qui portaient son nom étaient pour la plupart commandées par des officiers allemands et dispersées dans toute l’Europe; Général Vlasov et le Comité national russe avait absolument aucune influence, et non ont été reconnus par le gouvernement allemand; Mais les soldats de l’ER ont vu en eux leurs chefs. 

En juillet 1944, un tournant soudain s’est produit. Himmler, toujours un grand ennemi du général Vlasov et de l’Armée de libération, a finalement conclu que, dans la situation critique du Reich, il valait la peine d’essayer une ligne de conduite différente de celle qui avait prévalu jusqu’ici. Son changement d’esprit a été provoqué principalement par ses plus proches lieutenants SS. À cette époque, Himmler était, après Hitler, la personne la plus importante et la plus puissante du Reich. Il était chef du SS, prétoriens d’Hitler, chef de la police, y compris la Gestapo secrète, ministre de l’Intérieur et, depuis l’attentat contre Hitler le 20 juillet, commandant des troupes de réserve [Home Army – le rédacteur]. Il avait la pleine confiance de Hitler, qui lui donnait les mains libres pour traiter avec le général Vlasov. 

La rencontre entre le général Vlasov et Himmler devait avoir lieu le 21 juillet. Mais cette date a presque coïncidé avec l’attentat contre Hitler; la réunion a donc eu lieu deux mois plus tard, le 16 septembre. Il en résulta le consentement de Himmler à la création d’un nouveau comité, appelé KONR – Comité pour la libération du peuple de Russie (27) et l’armée KONR sous le commandement du général Vlasov. Le Comité et l’Armée devaient embrasser tous les citoyens soviétiques vivant sous la domination allemande, afin d’unir leurs activités politiques et militaires dans la lutte contre le bolchevisme. 

Le général Vlasov a confirmé sa déclaration dans le Manifeste de Smolensk, selon laquelle dans la nouvelle Russie « tout le monde obtiendra la liberté nationale, y compris le droit à l’autodétermination. La réalisation de ce droit à l’indépendance et à la liberté nationales n’est possible et sa clique. « (28) 

Himmler a accepté cette interprétation et a promis d’aider à la formation de l’armée KONR. Pour commencer, cinq divisions devaient être organisées parmi les prisonniers et les travailleurs amenés en Allemagne des territoires occupés de l’est; leur nombre a atteint près de 5 millions. La majorité des troupes de l’Est étant engagées sur plusieurs fronts, leur transfert à l’armée KONR devait se faire progressivement. C’est ainsi que le nouveau comité et son armée doivent leur création à Himmler qui, en les prenant sous son aile, les éloigne de la sphère d’influence de la Wehrmacht et de Rosenberg, qu’il détestait tous les deux. 

La création du Comité pour la libération du peuple de Russie et le consentement à l’organisation de son armée ont rencontré une forte opposition dans de nombreux milieux allemands influents, principalement parce que le Comité et l’armée étaient dirigés par le général russe Vlasov. embrasser les ressortissants de tous les peuples de la Russie.Non seulement Rosenberg s’est opposé à cela, mais aussi à de nombreux hauts fonctionnaires et officiers. La plus forte opposition de Vlasov venait cependant des représentants des nations non russes, dont le but était de couper tous les liens avec la Russie et de créer leurs propres États indépendants. 

À leurs yeux, le KONR était principalement une entreprise russe et contrôlée par des Russes auxquels ils ne faisaient pas confiance. La déclaration de «l’égalité de tous les peuples de Russie et leur droit réel au développement national, à l’autodétermination et à l’indépendance de l’État» (29) était considérée comme une simple concession à des circonstances qui, comme par le passé, , serait oublié. Cette fois, les représentants non russes ont exprimé l’expérience de centaines d’années de relations entre leurs peuples et la Russie. 

Ainsi, bien que Himmler – qui ne souhaitait qu’un seul comité russe plutôt que plusieurs comités nationaux – ait exercé des pressions et fait diverses menaces, les ressortissants suivants ont refusé de rejoindre KONR: Ukrainiens, Ruthènes Blancs, Géorgiens, Cosaques. Les Kalmouks, regroupés en « Cosaques », ont décidé de rejoindre KONR.Le général Vlasov, poussé par ses amis les plus proches, s’est entendu avec certains Ukrainiens, Ruthènes Blancs, Cosaques et Géorgiens qui prétendaient être des « représentants » de leurs nations. Ainsi, par exemple, le général russe Balabin a rejoint KONR en tant que « représentant » des cosaques, bien que son seul motif de « représentation » soit celui qu’il avait servi il y a quelque temps dans les troupes cosaques. 

En passant, le général Vlasov n’avait aucune illusion; Il a pleinement réalisé sa défaite. Quand l’un des Allemands l’a félicité pour la solution « satisfaisante » des représentants non-russes, il a répondu tristement: « Ceux? » « Les autres ne sont que les ombres de leurs peuples, mais ce sont les ombres des ombres. » la préservation des fruits de la révolution de 1917. Cependant, les factions des anciens émigrés qui ont compris qu’un retour à l’état de choses avant 1917 était impossible, a soutenu le général Vlasov. Pourtant, KONR resta jusqu’à la fin sous l’influence des Russes qui étaient citoyens soviétiques; 

Le 14 novembre 1944, le Comité pour la libération des peuples de Russie a tenu sa réunion inaugurale à Prague. Ici, le Manifeste de Prague a été proclamé. Les objectifs du KONR y étaient décrits: « a) Le renversement de la tyrannie de Staline, la libération des peuples de Russie du système bolchevique et la restitution de ces droits aux peuples de Russie pour lesquels ils se sont battus et gagnés au révolution populaire de 1917 b) Arrêt de la guerre et paix honorable avec l’Allemagne c) Création d’un nouveau système politique de peuple libre sans bolcheviks et exploiteurs « (31) 

Le programme politique était presque identique à celui du Manifeste de Smolensk de décembre 1942; Mais il a tout d’abord souligné le droit des peuples de Russie à l’autodétermination et à l’indépendance nationale totale. Le Manifeste indiquait en outre qu’il « rejetait de manière décisive tous les projets réactionnaires liés à une limitation des droits des peuples » (32) et qu’il accueillait l’aide de l’Allemagne dans des conditions qui ne porteraient pas atteinte à l’honneur et à l’indépendance de la Russie. La déclaration s’est terminée par un appel aux officiers et aux soldats de l’Armée rouge pour arrêter la guerre d’agression et tourner les armes contre les usurpateurs bolcheviks et les « frères et soeurs » de la « patrie » pour continuer la lutte contre la tyrannie de Staline. et la guerre d’agression. 

Après sa première réunion, le Comité pour la libération des peuples de Russie s’est réuni à quelques reprises à Prague, mais il n’a pas eu la possibilité de développer son activité. La fin du Troisième Reich approchait avec une grande rapidité. En outre, le contrôle de l’Allemagne entravait constamment le travail du Comité et toutes les décisions et instructions devaient être « coordonnées » avec le commissaire allemand compétent. Néanmoins, la publication du Manifeste de Prague a profondément marqué les Russes. Tout d’abord, il a suscité un grand nombre de demandes volontaires de service dans l’Armée de libération, un nombre qui dépasse toutes les attentes. en un seul jour, le 20 novembre, environ 60 000 demandes ont été reçues (33). 

Le nombre de volontaires parmi les prisonniers de guerre et les réfugiés soviétiques, qui avaient quitté volontairement leur pays natal avec les armées allemandes en retraite, était particulièrement élevé. Ce qui est encore plus curieux, la désertion de l’Armée rouge aux yeux des Allemands s’est accrue après la publication du Manifeste, bien que personne n’ait plus douté de la défaite de l’Allemagne (34). un fait qu’il était répandu, en particulier dans l’Armée rouge. 

L’armée de KONR, appelée de façon persistante mais à tort «ROA», armée de libération russe – aucune armée de ce type n’a jamais existé en tant que force militaire unifiée – avait commencé à se former en novembre 1944, six mois avant la fin de la guerre. Sa naissance s’est accompagnée de pénuries d’armes et de matériel (35) et du chaos du Reich en pleine désintégration. Son protecteur éphémère, Himmler, réalisant que l’entreprise était en retard, l’a abandonné à la Wehrmacht. Les armées allemandes retardaient le transfert de leurs troupes orientales au commandement du général Vlasov; Nombre de ces formations ont été détruites ou ont subi de lourdes pertes sur le front occidental (36). Les dirigeants de l’économie allemande protestaient contre le recrutement de travailleurs [de l’est] dans l’armée de libération. Par conséquent, les 5 divisions à organiser ont été coupées par les Allemands à deux [éventuellement 2 1/2 plus une petite « Air Force » – la rédactrice]. L’armée KONR n’aurait jamais été formée, même en tant que petite force, en si peu de temps, mais en raison du grand afflux de soldats, de l’enthousiasme des volontaires et de l’existence d’un personnel réduit que le général Vlasov avait réussi à deux ans d’inactivité (37) 

Malgré toutes les difficultés, le général Vlasov forma le quartier général de l’armée, deux divisions motorisées, une brigade de réserve et un bataillon d’ingénieurs, ainsi que quelques unités d’officiers totalisant quelque 50 000 hommes (38 et 39). Le 28 janvier 1945 il a officiellement pris le commandement de l’armée. Peu de temps après, les insignes allemands ont été enlevés et remplacés par les propres insignes de l’armée. 

La 1ère division KONR, sous le commandement du général [Sergei Kuzmich] Bunyachenko, a été baptisée « 600th Panzer-Grenadier Division » (40). Son organisation a débuté en novembre 1944 à Muensingen. Éditeur]. La préparation opérationnelle a été atteinte à la mi-février 1945. En raison de la réticence de la Wehrmacht à se séparer de ses formations orientales mentionnées précédemment, le noyau de la division était constitué des vestiges de la 30ème division d’infanterie SS (russe n ° 2). fortement réduit pendant les combats en France, et les restes de la tristement célèbre division SS Kaminski, qui était en fait une bande de hors-la-loi et non une formation militaire.Lorsque cette populace est arrivée au camp où la division se formait, des bandes d’hommes armés et non armés portant toutes sortes d’uniformes, accompagnés de femmes en robes de fantaisie et coiffés de la tête aux pieds sortis des voitures; les officiers ne se distinguaient des hommes que par le nombre de montres à leurs poignets – de trois à cinq; l’ordre et la discipline n’existaient pas. (41) A cette vue, le général Bunyachenko s’exclama avec colère: « Alors c’est ce que vous me donnez – bandits, voleurs, voleurs. Vous me laisserez avoir ce que vous ne pouvez plus utiliser! « (42) 

Bien que la division soit bientôt opérationnelle, de graves pénuries d’armes, d’équipements et de fournitures sont survenues. (43) Il n’y aurait que 50% des livres nécessaires, de sorte que seule la moitié des soldats pourrait quitter la caserne pour des exercices. , alors que l’autre moitié a dû attendre son tour. (44) Après avoir terminé son entraînement, la Division a attendu le début du mois de mars pour passer des commandes et, un mois plus tard, elle est arrivée sur le front de l’Oder. Ces retards étaient principalement dus au chaos général en Allemagne. En route vers le front, quelques milliers de travailleurs et de soldats russes des formations orientales se sont joints à la division. 

La 2e division KONR, sous le commandement du général GA Zveryev, fut nommée 650ème division Panzer-Grenadier (45). Sa formation commença en janvier 1945 à Baden, à quelque 43 milles du camp de la 1re division. la pénurie d’armes et de matériel, elle n’a jamais vraiment atteint la disponibilité opérationnelle. La base de la division se composait de quelques bataillons retirés de Norvège et de prisonniers russes récemment capturés. (47) 

Le quartier général de l’armée de KONR, la brigade de réserve, le bataillon du génie, l’école des officiers , se formaient dans la même zone que la 2e division. L’organisation de la 3ème Division a commencé en Autriche, mais sa force n’a apparemment jamais dépassé 2.700 hommes. 

Le corps de cavalerie cosaque du général von Pannwitz, qui comptait environ 50 000 hommes, et le corps de défense russe de Serbie, d’environ 15 000 hommes, devaient également faire partie de l’armée KONR; mais les cosaques ont rejoint la 2e division quand tout était fini, et le corps de défense de la Serbie n’a jamais rejoint les forces de Vlasov (48). Parmi les formations KONR, seules deux ont participé au combat: un petit détachement blindé du colonel Sakharov, au début de février 1945; et à la mi-avril, la 1ère Division, qui, une fois arrivée au front, fut chargée de capturer la tête de pont soviétique dans la région de Francfort-sur-l’Oder (49). 

Cette tête de pont avait déjà été attaquée par les Allemands, mais sans aucun succès. L’attaque de la 1re Division a également échoué, avec de lourdes pertes en raison du manque d’artillerie et de soutien aérien adéquats. (50) Depuis le moment où la division a quitté le camp d’entraînement, le général Bunyachenko avait retardé l’exécution de tous les ordres , chaque fois en attente de l’approbation du général Vlasov. 

Après l’échec de cette attaque, il retire la division de son propre chef (51) et quelques jours plus tard commence la marche vers la frontière de la Tchécoslovaquie avec le détachement de Sakharov et les volontaires russes. 12 000 à plus de 20 000 hommes. En chemin, les Allemands tentèrent en vain de lui faire obéir. À la fin d’avril, la division atteignit la frontière de la Tchécoslovaquie. Là, le général Vlasov a rejoint Bunyachenko. 

Le 2 mai, ils se sont arrêtés à 30 milles de Prague. Un émissaire allemand arriva au général Vlasov et l’informa que le quartier général de l’armée, la 2e division et les autres formations du KONR traversaient l’Autriche en Tchécoslovaquie; et que les Allemands n’avaient plus besoin de la 1ère Division mais voulaient être assurés qu’ils ne se retourneraient pas contre eux (52). 

A cette époque, Prague semblait être l’objectif des armées américaines et soviétiques qui approchaient de deux directions. Cela a incité le Conseil national tchécoslovaque à appeler à un soulèvement contre les Allemands. Cela a commencé le 5 mai. Le même jour, les Tchèques ont imploré les Alliés par radio pour venir à leur secours, car Prague était menacée par les Allemands. Leur appel était en vain. Grâce à l’accord conclu avec le Kremlin, qui incluait la Tchécoslovaquie dans le domaine de l’influence soviétique, les Américains s’étaient arrêtés. L’Armée rouge a fait de même, probablement pour donner aux SS allemands le temps de traiter à leur manière avec les insurgés antisoviétiques. Ainsi, les Russes ont répété ce qu’ils avaient fait en août et septembre [1944] lors de l’insurrection de Varsovie. 

N’ayant reçu aucune réponse à leur appel à l’aide, le Conseil national tchécoslovaque a demandé de l’aide au général Bunyachenko. Dans la matinée du 6 mai, la 1re division se joignit au combat et, le soir, effaça Prague des SS allemands (53). Les Tchèques accueillirent joyeusement les hommes de Vlasov, mais le lendemain, le général Bunyachenko fut informé par l’Armée rouge, non par les Américains, comme il s’y attendait (54) et par le remplacement du Conseil national tchécoslovaque par le gouvernement Benes; ceux-ci exigeaient que les forces du général Vlasov attendaient l’entrée de l’armée rouge pour se rendre ou quittaient Prague aussitôt que possible. Le matin du 8, les troupes du général Bunyachenko ont commencé à marcher vers la même région d’où elles étaient arrivées à Prague quatre jours auparavant (55). 

Le 19 avril, la 2e division et le quartier général de l’armée ont reçu des ordres de marche pour se rendre à Linz. de là ils devaient aller au front après avoir été armés et équipés. En chemin, la division a passé un prisonnier de guerre.camp de soldats soviétiques qui, voyant les colonnes de marche de leurs camarades, ont commencé à briser les clôtures et à rejoindre les troupes. Les sentinelles allemandes ont ouvert le feu qui a été rendu par les volontaires russes. Les officiers de liaison allemands ont réussi à régler cet incident. Le 1er mai, la division a atteint la zone de Linz. Hitler était déjà mort. La fin de la guerre était une question de jours (56). À peu près au même moment, deux émissaires du général Vlasov, dont un officier allemand, arrivèrent au siège de la 7e armée américaine. 

Préparation du café pour la troupe.

Le commandement de l’armée leur a demandé d’attendre la décision de son gouvernement et, au bout de quelques jours, on leur a dit qu’ils étaient prisonniers. Le général Vlasov, sans nouvelles de ses émissaires, perdit tout espoir de sauver ses soldats de la vengeance du Kremlin. C’était un homme complètement désabusé. Quelques jours après avoir quitté Prague, la 1ère division KONR a déposé les armes dans le petit village tchèque de Schluesselburg, dans la zone américaine. Les émissaires soviétiques ne ménagèrent aucun effort pour amener le général Bunyachenko à se rendre à l’armée rouge. Le général Bunyachenko a joué pour le temps, essayant de convaincre les Américains qu’ils devaient interner ses soldats et ne pas les remettre aux Soviétiques. Cependant, le 12 mai, il fut informé que Schluesselburg serait inclus dans la zone soviétique, 

La seule solution possible, suggérée par un officier américain, était que les soldats de KONR pourraient tenter de traverser individuellement la zone américaine. Le général Bunyachenko a immédiatement dissous la division, conseillant à ses subordonnés de tenter leur chance eux-mêmes. Pendant le vol cependant, beaucoup ont été abattus par les troupes soviétiques, la majorité ont été capturés par l’Armée rouge et d’autres par les Américains (57). Environ 17 000 d’entre eux auraient été déportés en Russie emprisonnement à vie. Le général Vlasov est tombé aux mains des Soviétiques le 12 mai [1945]. Après le changement de ligne de démarcation, il se rendait en voiture de Schuesselburg à la zone américaine. Il existe différentes versions, pas très différentes les unes des autres, quant aux circonstances dans lesquelles il a été capturé, mais toutes conviennent qu’il a été victime de malchance, 

La 2ème division KONR est divisée en deux parties. le 12 mai, en Autriche, la plus grande partie, avec le corps de cosaques du général von Pannwitz, se rendit aux Anglais pour y être internés dans la région de Klagenfurt – St. Veit.Un régiment de la 2e division et le quartier général de l’armée sont arrivés dans la zone américaine après un long et pénible voyage et ont été internés à Landau, dans l’ouest de la Bavière. Le 11 mai 1945, le commandant de la 2e division, le général Zverev, était tombé aux mains des Soviétiques. Voulant rester avec sa femme mourante, il s’était enfermé dans ses quartiers avec son aide de camp et avait décidé de se battre. Lors de l’échange de coups de feu avec des soldats soviétiques, l’aide de camp a été tué et le général Zverev a été blessé et capturé (59). 

Le 27 mai, conformément à l’accord signé à Vienne par les autorités britanniques et soviétiques, les Britanniques ont commencé à remettre aux Soviétiques les soldats internés des formations orientales ainsi que les cosaques. Ce jour-là, à Graz, on a remis les généraux von Pannwitz, Krasnov et Shkuro. Tous trois espéraient au dernier qu’ils seraient épargnés par ce sort, car le premier était un allemand et les deux autres anciens émigrés [tsaristes] russes (60). 

Au même moment, le commandant britannique est arrivé au poste de commandement de la 2e division KONR et a annoncé que le lendemain, les prisonniers quitteraient le camp en groupes nationaux. Lorsqu’on lui a demandé si c’était le premier pas vers la Sibérie, il a répondu par l’affirmative et a commencé à expliquer que la politique oblige parfois un soldat à accomplir des actions avec lesquelles il n’est pas d’accord (61). de la section de liaison [de la division] et quelques centaines de prisonniers, principalement des cosaques, se sont échappés du camp avec l’aide d’un officier britannique et de quelques soldats britanniques. 

La majorité restait, car ils ne pouvaient pas se décider ou manquaient de force pour risquer une telle aventure. Le matin, ils ont été chargés sur des camions et remis au NKVD. En route, déjà dans la zone soviétique, beaucoup ont tenté de s’enfuir, mais presque tous ont été abattus, soit par les membres du convoi, soit par des patrouilles soviétiques dans le pays. Après l’arrivée à Vienne, les prisonniers survivants ont été envoyés par rail en Russie. (62) Le nombre de cosaques livrés aux Soviétiques, rapporté dans une déclaration écrite d’un immigrant cosaque, mérite une attention particulière. La livraison des internés aux autorités soviétiques a commencé le 28 mai. 

Ce jour-là, une conférence a été convoquée dans la petite ville de Spittal, en Autriche, à laquelle le commandant britannique avait convié l’ensemble des officiers du camp des cosaques: 35 généraux, 167 colonels, 283 lieutenants-colonels, 375 capitaines, 1 752 officiers subalternes. 136 fonctionnaires et médecins militaires, deux aumôniers, deux chefs de bande, deux photographes et deux interprètes, pour un total de 2 756 personnes. Au moment du départ du camp, 2 201 personnes étaient prêtes pour le voyage, les autres ayant refusé d’être chargées dans les camions ou ayant disparu. 

Sur le chemin de Linz, 55 d’entre eux se sont suicidés; 2 146 ont été remis au NKVD. Parmi eux, 1 856 officiers cosaques, 176 Russes, 63 Ukrainiens, 31 Caucasiens et une poignée d’autres ressortissants. En ce qui concerne le sort de ceux qui ont été livrés: 12 généraux ont été envoyés à Moscou, 120 officiers ont été abattus sur le chemin de Vienne par des soldats soviétiques du convoi, 1 030 officiers ont été interrogés par le NKVD; beaucoup de ce groupe ont été envoyés dans les mines de l’Oural et privés du droit de sortir à la surface de la terre. 

Deux généraux cosaques ont été tués dans leurs quartiers le jour de la livraison aux Soviétiques. Le 1er juin, environ 25 000 personnes ont été remises aux Soviétiques depuis le camp de cosaques de Linz, qui comptait 32 000 personnes, principalement des hommes âgés, des femmes et des enfants qui étaient en réalité des réfugiés. Même après la période spécifiée de la livraison des prisonniers, les missions militaires soviétiques ont effectué des raids inattendus dans les camps de personnes déplacées dans les zones américaine et britannique et leur ont pris de nombreuses personnes par la force. Au total, plus de 150 000 Cosaques ont été remis à l’UsR. 

Le destin des cosaques était partagé par la 162ème division turkmène qui s’est rendue aux Britanniques en Italie (63) et par presque tous les prisonniers – citoyens soviétiques – des autres formations orientales. En février 1946, la même partie de la 2e division KONR qui, avec le quartier général de l’armée, avait été internée par les Américains à Landau. Les commandants de ces formations ont tenté de persuader les autorités américaines de parrainer les restes de l’armée KONR, en conservant leur caractère de formations anti-soviétiques. Les Américains ont expliqué que c’était tout à fait impossible et ont souvent fait remarquer qu’il était toujours possible de s’échapper du camp mal gardé. 

Beaucoup de stagiaires ont profité de cette opportunité, mais environ 3 000 ont décidé de rester. En automne, les prisonniers ont été transférés à Regensberg puis à Platting. Là, un dimanche à 6 heures du matin, commença la livraison forcée des prisonniers aux Soviétiques. Ce fut une terrible surprise pour les prisonniers, qui ne pensaient pas qu’ils seraient remis de force. Les camps de Kempton, Landshut et d’autres lieux ont été liquidés de la même manière (64). La moitié des dirigeants du mouvement Vlasov ont été livrés aux Soviétiques (65). Voici le témoignage d’un marin britannique donné ici sans modification: 

« Une peur ineffable que j’ai vue lors du convoi et du rapatriement de personnes en Russie soviétique. Ils devenaient blancs, verts et gris avec la peur qui les saisissait. Lorsque nous sommes arrivés au port et que nous les remettions aux Russes, les rapatriés s’évanouissaient et perdaient la raison. Et ce n’est que maintenant que je sais ce qu’est la peur d’un homme qui a vécu l’enfer, et que ce n’est rien comparé à la peur d’un homme qui retourne dans l’enfer soviétique.  » 

Le corps de défense russe de Serbie qui s’est rendu aux Britanniques a échappé au terrible destin. Ses soldats ont été sauvés par le fait qu’ils étaient d’anciens émigrés russes ou des fils de tels émigrés (66). De la même manière, les soldats de la division ukrainienne ont été sauvés. Comme la majorité d’entre eux étaient des citoyens polonais et que les autres revendiquaient le même privilège, ils ne tombaient pas aux yeux des gouvernements occidentaux dans la catégorie des « traîtres » de l’Union soviétique. 

Cependant, avant que cette décision ne soit prise, en mai 1946, les Ukrainiens ont vécu une période d’incertitude terrible. Les soldats des formations estonienne et lettone ne furent pas non plus livrés aux Soviétiques, car ils étaient citoyens d’États dont l’annexion par l’Union soviétique en 1939 n’était pas officiellement reconnue par les puissances occidentales. Le 2 août 1946, la première mention du mouvement Vlasov parut dans la presse soviétique. La dernière page de Pravda, le plus grand journal de Moscou, annonçait la mort par pendaison de Vlasov, Malyshkin, Zhilenkov, Trukhin, Zakutny, Blagoveshchenski, Meandrov, Maltsev, Bunyachenko, Zverev, Korbukov et Shatov. »Tous les accusés ont reconnu leur culpabilité dans les accusations portées contre eux … La peine a été exécutée » (67). 

Le Mouvement Vlasov était l’un des mouvements idéologiques les plus forts connus dans l’histoire moderne, en raison du nombre de partisans qu’il a acquis et de la forme radicale dans laquelle il s’exprimait: la lutte avec les armes contre son propre gouvernement aux côtés de l’ennemi. de sa propre nation. Et pourtant, malgré sa force et sa vitalité, elle n’a pas apporté les résultats escomptés et a causé plus de problèmes aux Allemands qu’aux avantages. Les raisons n’étaient pas tant dans le mouvement lui-même que dans les circonstances dans lesquelles il est né et devait exister (68). 

Jusqu’au milieu de l’année 1944, pendant trois années de guerre avec les Soviétiques, Hitler combattit le mouvement Vlasov et les mouvements nationaux anti-soviétiques, ainsi que Staline. Et même lorsque ces mouvements ont finalement obtenu son approbation, ce n’est jamais le cas. Le 27 janvier 1945, dans une tirade contre l’habillement des étrangers en uniforme allemand, en particulier les habitants de l’UsR: « On n’a pas le sens de l’honneur ici. Chaque misérable est en uniforme allemand. J’étais toujours contre. » (69) 

Le développement du mouvement anti-soviétique n’a pas non plus été stoppé par le mauvais traitement que les formations orientales ont reçu de nombreux commandants allemands (70). Trop souvent, ils étaient considérés comme des troupes de troisième classe qui ne méritaient aucune attention. Ce n’est que vers le milieu de 1944 que le chef de l’état-major général de l’armée a donné des instructions pour le traitement des soldats et des troupes de volontaires qui leur garantissaient les droits et privilèges des soldats (71). action ils ont été laissés à eux-mêmes au lieu d’être retirés à temps; cela a souvent entraîné un désastre pour eux. Beaucoup d’entre eux ont péri de cette manière lors des combats en Normandie. À la fin du mois d’août 1944, les Américains comptaient à eux seuls 20 000 prisonniers des formations orientales (72 et 73). 

Et pourtant, malgré tout cela, les formations orientales se développaient presque jusqu’au bout. Ce qui est encore plus extraordinaire: leur développement a échappé non seulement à l’avis d’Hitler, mais même à celui de son policier attentif, Himmler. Quand, en octobre 1944, le général des troupes orientales informa Himmler qu’au moment de l’invasion anglo-américaine du continent, plus de 800 000 volontaires de l’Est servaient dans l’armée allemande et environ 100 000 dans la marine et la Luftwaffe, dissimuler sa crainte que cette masse ne constitue une menace pour les Allemands (74). 

Hitler en savait encore moins; Le 23 mars 1945, il s’est exclamé avec une grande surprise lors d’une conférence: «Nous ne savons tout simplement pas ce qui circule. Je viens d’entendre pour la première fois, à ma grande surprise, qu’une division SS ukrainienne est soudainement apparue. Je ne sais rien à ce sujet. « (75) Si alors, le mouvement Vlasov et les mouvements anti-soviétiques non-russes n’ont pas donné les résultats qu’ils auraient pu donner, Hitler en est le premier responsable. Jusqu’à la fin, ni lui ni ses acolytes n’ont jamais appris la leçon. Même la dernière tentative de modification de leur politique n’a pas abouti, car ils ne comprenaient pas les aspirations des nations non russes qui rejetaient le système soviétique et la domination de la Russie sur leurs pays. 

Certes, le Manifeste de Prague a reconnu le droit à l’indépendance de toutes les nations sous la domination russe [anti-communiste], mais le manque de confiance en la Russie a empêché les séparatistes de se joindre aux Russes.En conséquence, le Comité pour la libération des peuples de Russie était principalement une entreprise russe. Son armée avait même une saveur russe plus forte. 

La tragédie du mouvement Vlasov était qu’il combattait un système totalitaire aux côtés d’un autre, qu’il luttait pour la libération de sa propre nation aux côtés d’une autre nation qui voulait l’asservir. Ses programmes libéraux étaient une sorte de paradoxe. La même chose est vraie pour les mouvements anti-soviétiques des peuples non-russes qui ne se sont pas entendus en Occident. A cette époque, tous les citoyens soviétiques qui prenaient les armes contre l’USR étaient aux yeux de l’Occident des traîtres à leur pays qui ne méritaient pas la clémence. C’était bien sûr une façon beaucoup trop simple d’examiner toute la question. 

Du point de vue moral, les Ukrainiens, les Biélorusses, les Cosaques, les Géorgiens, les Arméniens et les Turcomans et les membres de toutes les autres nations non russes n’étaient pas des traîtres. Sous quel gouvernement ils sont nés et dans quelle partie du monde, ils ont tous lutté contre un gouvernement qui n’était pas leur gouvernement et contre un pays qui n’était pas leur pays, mais qui les avait réduits en esclavage. En revanche, les Russes du général Vlasov ne combattaient que contre leur gouvernement mais pas contre leur propre nation; de plus, ils ont lutté pour la libération de leur nation du système qui l’asservissait. On pourrait dire d’eux qu’ils étaient des traîtres à leur gouvernement, mais pas des traîtres à leur nation. En Russie soviétique, le gouvernement et la nation ne sont pas les mêmes qu’en Occident. 

Il n’y a jamais eu en Russie un gouvernement du peuple, les affaires de l’Etat ne sont pas contrôlés par le peuple et l’État (et le gouvernement) n’existe pas pour le peuple, mais l’inverse. Général Vlasov et les milliers de ses soldats et des millions de ses partisans étaient bons Russes et non stipendiés de Hitler qui, malheureusement, ils semblaient être et que Hitler voulait qu’ils soient. Déjà à l’automne 1942, l’Office allemand des Affaires étrangères a déclaré dans un mémorandum que le général Vlasov «n’est pas …. un simple chercheur de gloire politique et en conséquence ne sera jamais devenir un mercenaire achetable et ne sera jamais prêt à conduire stipendiés. » ( 76) 

Le général Vlasov n’est pas devenu le chef de file de la mutinerie contre le système soviétique en raison de griefs personnels; loin de là, jusqu’à la toute fin de son service dans l’Armée rouge, il faisait une excellente carrière. La trahison ne vient pas facilement, même pour les personnes de faible niveau moral. Aux côtés du général Vlasov, près d’un million de citoyens soviétiques se battaient côte à côte avec l’envahisseur, et des millions d’autres manifestaient de la sympathie pour l’envahisseur: des raisons très importantes expliquaient ce phénomène. 

A mon avis, il y a une raison qui explique tout: la haine générale du système soviétique, une haine plus grande que le patriotisme inné et la loyauté envers son propre gouvernement. Ceux qui n’ont pas vu la dégradation illimitée de l’homme dans ce qui était l’enfer soviétique ne peuvent pas comprendre qu’un moment puisse arriver où un homme désespéré par le bras prendra les armes contre le système haineux, même à côté d’un ennemi. La responsabilité de sa mutinerie incombe au système et non à lui. Ici, les notions de loyauté et de trahison perdent leur sens. Si, aux yeux de beaucoup de gens, les Allemands qui ont lutté contre Hitler n’étaient pas des traîtres, pourquoi les Russes qui ont combattu contre le système soviétique seraient-ils des traîtres? 

Le texte des tracts adressés aux soldats soviétiques en uniforme allemand, déposés par les forces aériennes alliées en France au cours de l’été 1944, montre peut-être le peu d’opinion publique occidentale qui a compris la situation réelle. a appelé à la cessation des combats et a promis comme récompense – rapatriement rapide des prisonniers à l’URSS! L’effet était bien sûr tel que certaines des troupes orientales se battaient désespérément contre le dernier homme (77). Ainsi, par exemple, un bataillon arménien a péri complètement dans des combats acharnés (78) durant la seconde Guerre mondiale. Privés de leur patrie, méprisés par leurs protecteurs, considérés généralement comme des traîtres, bien que dans leur conscience ils n’étaient pas des traîtres, ils se battaient souvent pour une cause étrangère et haineuse; la seule récompense qu’ils ont finalement reçue pour leurs douleurs était le labeur et la mort, la plupart du temps dans un pays étranger, ou le «rapatriement» dans l’enfer dont ils avaient tenté de s’échapper. Le vieux général [Ernst] Koestring, dans une conversation avec un colonel américain, aurait déclaré: 

« Nous, Allemands, à cause de notre manque de raison, de notre appétit sans limite, de notre incapacité et de notre ignorance, avons perdu le plus grand capital qui existait dans la lutte contre le bolchévisme. la boue Et pourtant, nous avons quitté certains capitaux qui pourraient se développer à l’avenir.Vous ne me comprendrez pas aujourd’hui lorsque je vous dis que ces dernières semaines vous avez détruit cette capitale pour la deuxième fois, pas seulement au sens matériel, mais aussi dans les âmes de tous ceux qui avaient compté sur votre aide et decompréhension après que les Allemands les laisser tomber. Il peut facilement arriver que dans un proche avenir ,vous appellerez pour ce qui est périssant maintenant. »(79) 

Ainsi se termine l’histoire du volontaire russe au service des forces armées allemandes pendant la seconde guerre mondiale.


Notes de bas de page:

1 « Wen Sie Verderben Wollen », pp. 82-83. 

2 « Opposition soviétique à Staline », p.45. 

3 « Leader Panzer », p.356; « Ukraincy a Likwidacja Powstania Warszawskiego », pp. 76-78; « Opposition soviétique à Staline », pp. 42-43. 

4 « Opposition soviétique à Staline », p. 48. 

5 Ibid., P. 48-49. 

6 Ibid., P. 51. 

7 « Wen Sie Verdeben Wollen », p. 80. 

8 Ibid., P. 118-119. 

9 « Ukraincy a Likwidacja Powstania Warszawskiego », p. 80. 

10 Steenberg, Sven. « Vlasov. » Alfred A. Knopf: New York, 1970. Page 21. Selon Sven Steenberg, ancien officier allemand impliqué dans l’armée de libération russe,

11 L’histoire personnelle du général Vlasov est citée ici principalement de « L’opposition soviétique à Staline », pp. 26-32. 

12 « Vlasovskoye Dvizhenye contre Svieti Dokumentov », p. 78. 

13 « Wen Sie Verderben Wollen. » p. 173-174. 

14 « Opposition soviétique à Staline », pp. 58-60. 

15 « Wen Sie Verdeben Wollen », p. 220. 

16 « L’opposition soviétique à Staline », pp. 62-63. 

17 Ibid., P. 63; Aussi Annexe II, pp.176-187. 

18 Apparemment, cette règle a été ignorée par le commandant divisionnaire de la 134ème division d’infanterie allemande qui, selon l’auteur, Alexander Dallin [« la règle allemande en Russie, 1941-1945 »] a déclaré que son personnel était composé à 50% de volontaires fin 1942.- l’éditeur. 

19 « 

20 « Wen Sie Verdeben Wollen », pp. 283-285. 

21 « Opposition soviétique à Staline », p. 45. 

22 Selon un officier allemand de la division [Wolf-Dietrich Heike], la division a absorbé les 4 e et 8 e régiments de police « galiciens » (ukrainiens). – l’éditeur. 

Selon l’auteur RJ Bender & HP Taylor, le groupe initial de volontaires ukrainiens pour la division s’est avéré être d’environ 80 000 hommes, dont seuls les 13 000 les plus aptes ont été choisis. – « Uniformes, Organisation et Histoire de la Waffen-SS » Vol. IV. R. James Bender Publishing: San José, 1975. Page 22. 

24 « Prawda o Ukrainskiej Dywizji. ». 

25 « Ukraincy a Likwidacja Powstania Warszawskiego », p. 85.

26 Cela comprenait initialement la plupart des membres du personnel de « Fremde Heer Ost » (Armées étrangères Est) dirigés par Reinhard Gehlen, mais également des officiers qui se sont engagés à réaliser une Armée de libération russe à 200%, comme les capitaines Wilfried Strik-Strikfeldt, Sven Steenberg et Egon Peterson (parmi les éléments les plus « actifs »), mais a plus tard inclus la plupart des généraux de haut rang du Front russe, ainsi que des officiers au sein de l’organisation et au sein de la direction politique nazie. – L’éditeur. 

27 « Komitet Osvobozhdyeniya Narodov Rossii » – l’éditeur. 

28 Opposition soviétique à Staline, p. 74. 

29 Ibid., « Manifeste de Prague », annexe IV, p.196. 

30 Wen Sie Verderben Wollen, p. 424. 

31 Opposition soviétique à Staline, « Manifeste de Prague », pp. 196-199.

33 Ibid, p. 96. Kasantsev déclare dans son Tretia Sila, p. 290, que le nombre de demandes ce jour-là était de 62 000, en novembre est passé à 300 000 et à la fin de décembre était de 1 000 000. 

34 C’est l’une des occurrences les plus troublantes de l’histoire du mouvement des volontaires de l’est. Dans un incident particulier, survenu en décembre 1944, et tout un régiment soviétique a déserté en masse l’armée rouge et s’est rendu au XVe corps de cavalerie cosaque en Yougoslavie. La même chose s’est produite quand un escadron de l’armée de l’air rouge a atterri derrière les lignes allemandes, prêt à servir sous le KONR! – l’éditeur.

35 Bien que pour les normes allemandes de 1944/45, les deux seules divisions et une seule brigade qu’elle créait étaient magnifiquement habitées (environ 20 000 hommes et plus par division) et équipées (les deux divisions d’infanterie avaient même leur propre blindage en T-34). chars et chasseurs de chars!). – l’éditeur. 

36 Pour une liste et une description plus complètes de ces unités de troupes orientales qui ont été absorbées par les deux divisions de KONR, veuillez consulter « Légions orientales d’Hitler, Vol.II – The Osttruppen » par Antonio J. Munoz, Axis Europa, Inc.: Nouveau York, 1997. 

37 Cela s’appuyait sur le soi-disant groupe « Dabendorf » qui avait organisé une école de formation pour volontaires russes du même nom et dirigée par des officiers russes. – l’éditeur. 

38 Opposition soviétique à Staline, p. 97. 

39 – 

40 Toutefois, selon les archives de la poste, l’unité était classée division d’infanterie [600. Infanterie-Division (russ.)], Mais comme le montre l’annexe, c’était une division d’infanterie « magnifiquement » équipée, ayant même un complément blindé! – l’éditeur. 

41 Bien que les commentaires du général Anders sur la condition de la brigade Kaminski à Muensingen et son comportement à Varsovie, en Pologne, soient vrais (1), ils n’ont jamais été incorporés à la Waffen-SS, bien que Himmler ait prévu de le faire; et (2) il a en fait été performant en tant qu’unité anti-partisane dure alors qu’il opérait dans la région de Lokot (région de Bryansk). Sa spirale vers le bas en une foule de mercenaires non disciplinée n’a commencé qu’à son transfert à la Russie blanche à la fin de 1943. Pour une étude plus détaillée de cette unité fascinante et ésotérique, veuillez consulter: « La brigade Kaminski: une histoire » d’Antonio Munoz (Axis Europa: Bayside, 1995). – l’éditeur. 

42 Wen Sie Verdeben Wollen, p. 441. 

43 Encore une fois, peut-être le général Anders a-t-il parlé de l’état de l’unité au début de sa formation, car, comme le montre l’annexe à la fin de ce livre, la division disposait d’excellentes armes et armes envie de toute unité allemande. Le 2 avril 1945, les armes énumérées dans cette annexe étaient sous le contrôle de la division. – l’éditeur. 

44 Tretia Sila, p. 302. 

45 Encore une fois, les archives allemandes ont classé l’unité comme division d’infanterie [650. Infanterie-Division (russ.)] .- Le rédacteur en chef. 

Une fois de plus, les archives allemandes indiquent que l’unité se trouve à Wehrkreis V, mais stationnée au terrain d’entraînement des troupes de Heuberg, puis transférée à Muensingen. – l’éditeur. 

47 Ce n’est pas tout à fait le cas, Joachim Hoffman, historien militaire allemand, déclare que plusieurs Ost-bataillonen ont été ajoutés à cette division: 427, 600, 642, 667, 851, IIIe Bataillon / (russiche), régiment de grenadiers 714; Bau Pioneer (ingénieur en construction) Bataillon 851. [« Die Geschichte der Wlassow-Armee » de Joachim Hoffman. 1986 Rombach: Verlagshaus KG, Fribourg-en-Brisgau]. – l’éditeur. 

48 C’est très vrai. Le 29 mars 1945, les hommes du corps de cavalerie cosaque ont voté à l’unanimité pour placer toutes les formations cosaques sous Vlasov (après avoir nommé von Pannwitz comme le premier ataman non cosaque de toute l’histoire) et suspendre l’administration cosaque dirigée par le général Krasnov. Comme le général Anders le rapporte ici, ce transfert de commandement n’a pas eu lieu, car il n’a pas été immédiatement approuvé par Himmler avant le 28 avril 1945. À cette date, la fin de la guerre n’était plus qu’à une semaine. Il était donc impossible que les cosaques atteignent les divisions de Vlasov, et encore moins fusionnent avec eux.- le rédacteur en chef. 

49 En réalité, Anders n’avait pas connaissance d’un troisième contingent KONR, envoyé du Danemark et identifié par un historien militaire comme étant le 1064 Russian Grenadier Regiment de la 599ème brigade russe, tandis qu’un autre auteur déclarait que c’était le 1604e régiment russe de la même brigade [ qui était tout simplement le nouveau Grenadier Regiment 714th (russe)]. De même, la 1ère division KONR s’est battue à Furstenberg-Erlenhof (qui se trouve à environ 30 kilomètres au sud de Francfort-sur-l’Oder). De plus, le commandement du colonel Sakharov sur le contingent blindé léger de 150 hommes a duré du 9 février 1945 à la fin du mois et au début du mois de mars, date à laquelle il a été renvoyé à Muensingen. L’unité a d’abord combattu une tête de pont soviétique à Neulowin puis en Poméranie, où elle a gagné en notoriété, capturant de nombreux prisonniers. Le colonel Sakharov était assisté par le comte Grigory von Lamsdorf. Les deux officiers sont ensuite partis pour le Danemark, où ils ont rassemblé l’un des trois régiments de la 599e brigade russe (le transport par rail n’était disponible que pour l’un des régiments) et se sont dirigés vers Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui a entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder. Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). Les deux officiers sont ensuite partis pour le Danemark, où ils ont rassemblé l’un des trois régiments de la 599e brigade russe (le transport par rail n’était disponible que pour l’un des régiments) et se sont dirigés vers Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui a entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder.Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). Les deux officiers sont ensuite partis pour le Danemark, où ils ont rassemblé l’un des trois régiments de la 599e brigade russe (le transport par rail n’était disponible que pour l’un des régiments) et se sont dirigés vers Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui a entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder. Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde).où ils ont rassemblé l’un des trois régiments de la 599e brigade russe (le transport par rail n’était disponible que pour l’un des régiments) et se sont dirigés vers Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui avait entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder. Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). où ils ont rassemblé l’un des trois régiments de la 599e brigade russe (le transport par rail n’était disponible que pour l’un des régiments) et se sont dirigés vers Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui avait entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder. Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). et partez en direction de Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui a entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder. Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). et partez en direction de Stettin. C’est là qu’ils sont passés sous le commandement d’Otto Skorzeny, qui a entre-temps pris la défense de cette ville sur la rivière Oder. Le régiment sous Sakharov & Lamsdorf s’est battu juste au sud de Stettin du 10 au 10 avril, quand il a été retiré des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). quand il a été sorti des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde).quand il a été sorti des lignes par Sakharov et dirigé vers le sud (vers Vlasov et les 1ère et 2ème divisions). C’est encore un mystère, comment Sakharov aurait pu y parvenir, mais lui, Lamdsdorf, et leur régiment ont atteint le commandement de Vlasov vers le 19 avril, à Rodeberg (près de Dresde). 

En fait, Vlasov avait dit au commandant de la 1re Division, le général Bunyachenko, que l’attaque était une mission impossible et qu’il devait simplement tenter de se retirer, puis se retirer immédiatement. L’attaque devait se poursuivre cependant puisque Himmler avait dit à Vlasov que l’expansion future du KONR dépendait de l’emploi initial de ses unités prêtes au combat afin de « se prouver ». Les Russes ont attaqué pendant quatre heures, puis se sont retirés. En toute justice envers Bunyachenko et les hommes de la 1ère division KONR, la zone ne pouvait pas être attaquée (qui a débuté à 14h00 le 14 avril), principalement en raison (1) de la voie d’attaque – les défenses à câble que les Reds avaient lancées, et (3) les tirs d’artillerie et d’assaut que les hommes du KONR ont subis de la rive opposée de la rivière, avec son altitude la plus élevée. 

51 Pendant ce temps, le général Vlasov était devenu « indisponible » (les Allemands n’avaient donc aucun moyen de contrer officiellement le retrait de Bunyachenko). 

52 Selon Sven Steenberg (Alfred A. Knopf de Vlasov: New York, 1970), l’OKH, commandant de l’armée allemande, avait mobilisé la 2e division, le personnel et le personnel de l’école des officiers et la brigade de remplacement. à Linz, en Autriche, pour rejoindre le groupe d’armées Rendulic. À la même époque (fin avril 1945), la 1ère division KONR se dirigeait également vers le sud. 

53 Les Tchèques avaient assuré à Bunyachenko que lui et sa division recevraient l’asile en Tchécoslovaquie s’ils intervenaient en leur faveur, mais Vlasov ne pensait pas que même les démocrates tchèques agiraient sans l’accord de l’Amérique et, pour l’instant, les États-Unis n’était pas disposé à négocier avec ce que leurs alliés communistes actuels à Moscou appelaient des « revêtements de trahison ». Après une discussion houleuse, Vlasov céda et laissa Bunyachenko suivre son chemin, car la majorité des hommes de la division étaient d’humeur à « rembourser » leurs bienfaiteurs allemands pour des années d’ignorance, d’opportunités perdues et d’humiliations. 

54 Ou été conduit (commodément pour les Tchèques) à croire. – l’éditeur. 

55 Dans la description de l’activité de la 1ère Division, je me base principalement sur  » 

56 Le sort de la 2e division KONR est décrit d’après « Wen Sie Verdeben Wollen », pp. 514-517. 

57 Ibid., P. 117-118. 

58 Ibid., Pp. 117-118. De plus, cette région était contrôlée par la troisième armée américaine, dirigée par le général George S. Patton, dont les croyances anti-communistes étaient largement connues. En fait, le souhait de Patton de continuer la guerre (cette fois-ci contre les Soviétiques) était un « scandale » très médiatisé, qui a été joué dans les journaux. 

59 « Wen Sie Verdeben Wollen », p. 564. 

En réalité, le droit international précisait que seules les personnes qui étaient citoyens soviétiques au 22 juin 1941 devaient être remises. Cela excluait la plupart des hommes qui avaient formé le corps des gardes russes (en Serbie); mais apparemment, les communistes et les britanniques avaient leur propre agenda concernant la qualification de cette loi! 

61 Personnellement, cela ressemble beaucoup à l’alibi que beaucoup d’Allemands ont donné concernant l’holocauste juif. Pour ces hommes misérables et déprimés, la Grande-Bretagne et les États-Unis passaient aux «tendres» miséricordes de Staline et de ses sbires, et représentaient un «holocauste» de 2.000.000 hommes. « (Basic Books, Inc .: New York, 1974). 

62 « Wen Sie Verdeben Wollen », p. 571-572. 

63 « Opposition soviétique à Staline », p. 116. 

64 Ibid., Pp. 116-117. 

65 Ibid, p. 119. 

66 Bien que, comme mentionné précédemment, les Alliés et les Russes aient contourné cette «loi» chaque fois que cela leur convenait, comme dans le cas du général allemand von Pannwitz et des cosaques de l’époque tsariste comme Shkuro, Krasnov, Klych et Girey. Shkuro était un officier bien connu, même pour les Britanniques, qui lui avait décerné un honneur militaire britannique en 1919. Ce n’était donc pas que les Britanniques n’étaient pas au courant de ce qu’il était (et du reste de ces hommes). Pourtant, ils ont été remis aux communistes de toute façon – le rédacteur en chef. 

67 Opposition soviétique à Staline, p. 120. 

68 Pour une excellente discussion sur le succès initial et l’échec final du mouvement des volontaires de l’Est, veuillez consulter le livre « Légions orientales d’Hitler, Volume II – Les Osttruppen » d’Antonio J. Munoz (Axis Europa: Bayside, 1997) .- l’éditeur. 

69 Opposition soviétique à Staline, p. 96. 

70 Sans parler des sous-officiers allemands ou enrôlés, qui ont souvent montré une grande insensibilité et un manque de compréhension lorsqu’ils traitaient avec les volontaires de l’Est. 

71 « Wen Sie Verdeben Wollen », p. 325. 

72 Ibid, p. 402. 

73 Entre juin et décembre 1944, les Alliés occidentaux capturent environ 74 000 volontaires de l’Est, dont 30 000 de janvier à avril 1945. (« Légions orientales d’Hitler, Vol. II – Les Osttruppen ». Axis Europa: Bayside, 1997 Page 30. – Le rédacteur en chef 

74 « Wen Sie Verdeben Wollen », p. 410-411. 

75 « Opposition soviétique à Staline », p. 96. 

76 Ibid., P. 36. 

77 Ibid., P. 116. 

78 est en contraste complet avec un bataillon arménien qui se sont révoltés en Hollande (voir « Les troupes orientales à Zélande, Pays-Bas 1943-1944 » par Hans Houterman) .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

La Conspiration nazi:La fille de Heinrich Himmler,Gudrun,est décédée è l’âge de 88 ans

Gudrun Burwitz, la fille du chef national-socialiste et SS Heinrich Himmler, est décédée à l’âge de 88 ans.

 

 

Elle était une national-socialiste impénitente et une révisionniste de l’Holocauste. 

Selon le journal allemand Bild, Burwitz, basé à Munich, a travaillé pour le service de renseignement fédéral du pays dans les années 1960.

Il a rapporté que Burwitz, qui était actif dans les milieux nationalistes dans sa vieillesse, a été employé de la fin de 1961 jusqu’en 1963 en tant que secrétaire au BND à Pullach, Munich, sous un nom différent.

Burwitz a participé à des marches nationalistes et ne s’est jamais distanciée de son père ou du national-socialisme.

Gudrun en compagnie de son père Heinrich Himmler,durant la Seconde Guerre Mondiale.

Elle était la figure de proue de l’organisation «Silent Assistance» des NS, qui aidait les accusés «criminels de guerre nazis» à trouver refuge, à éviter l’extradition, à obtenir un avocat ou à payer pour une maison de retraite.

L’organisation a été créée en 1951 et aurait tenté d’aider Klaas Carel Faber, 89 ans, à éviter l’extradition de Hollande pour être jugée pour des crimes de guerre présumés en Allemagne, en 2011.

Le groupe a également aidé l’ancien officier SS danois Soren Kamm, un citoyen allemand, recherché dans son pays d’origine.

Dans une interview avec le Daily Mail, elle avait déclaré: « Je ne parle jamais de mon travail … Je fais juste ce que je peux quand je peux. »

Gudrun Himmler avec le Führer Adolph Hitler.
Gudrun avec son père lors d’une cérémonie nationale-socialiste.
Photo d’avant la guerre :elle est dans les bras de sa mère.
Ici avec Margarete,sa mère.

 

Vers la fin de la deuxième Guerre Mondiale.

 

Elle suivait son père partout!

 

Adolph Hitler:le Führer et les sociétés secrètes partie 2 de 10

La profanation du Saint-Graal

 

Le Saint-Graal ,d'après une ancienne gravure féodale:la Table Ronde entourée des Chevaliers.
Le Saint-Graal ,d’après une ancienne gravure féodale:la Table Ronde entourée des Chevaliers.

 

Il fallait bien que le faux Roi du Graal s’aidât d’une chevalerie noire, parodiant les preux de la Table Ronde. Le soin de la réunir fut confié à Himmler, ancien éleveur de volailles aux allures d’instituteur de village, et qui, féru d’astrologie et d’occultisme, se croyait la réincarnation du grand roi saxon Henri Ier l’Oiseleur. Car, comme le souligne très justement Joachim C. Fest dans son introduction aux Discours secrets du Reichsführer S.S. (éd. Gallimard, 1978), celui‑ci « prenait au pied de la lettre ces articles de foi et les transformait en une mission historique concrète (…) ».

De nombreux membres des SA saluent leur Führer au sortir d'une assemblée.Les SA ,dirigés par Ernst Rohm,sont à l'origine de la grande révolution nationale-socialiste allemande. Cette révolution du peuple sera écrasée par la sanglante nuit des Longs Couteaux,un coup d'état orchestré par les sociétés secrètes allemandes.
De nombreux membres des SA saluent leur Führer au sortir d’une assemblée.Les SA ,dirigés par Ernst Rohm,sont à l’origine de la grande révolution nationale-socialiste allemande.
Cette révolution du peuple sera écrasée par la sanglante nuit des Longs Couteaux,un coup d’état orchestré par les sociétés secrètes allemandes.


« Je fonde un Ordre », avait confié Hitler à Rauschning, en évoquant la création de Burgs où se forgerait la nouvelle élite aryenne, « C’est de là que sortira le produit final de la mutation humaine — l’Homme-Dieu ! Cet Être splendide deviendra l’objet d’un culte universel ! » Himmler, pédagogue falot, mais infatigable, se consacra à cette tâche avec l’ardeur que commandait son monoïdéisme : « Nous devons éduquer, éduquer, éduquer. »
Il dirigea les quatre châteaux de l’Ordre ou Ordensburger, abritant les plus fanatiques des jeunes nazis, déjà « filtrés » au sein des écoles spéciales Adolf Hitler — dirigées par les Jeunesses Hitlériennes — et des Instituts politiques nationaux d’Éducation. Le « cursus » de l’élite comprenait d’abord un passage dans le château spécialisé dans les « sciences raciales » et l’idéologie, où la formation intellectuelle (si l’on ose dire !) était privilégiée. La seconde année était consacrée à la formation physique. Dans le troisième château, où ils restaient 18 mois, les « chevaliers noirs » s’initiaient à la politique et à l’art militaire. Enfin, les 18 derniers mois d’étude se passaient à l’Ordensburg de Marienburg, en Prusse Orientale, près de la frontière polonaise. Dans ce château qui cinq siècles plus tôt avait été un bastion des Chevaliers Teutoniques, on développait tout naturellement le concept de Lebensraum, cet espace vital, à l’est, que l’Allemagne revendiquait comme un droit imprescriptible… Voilà ce que visait cette parodie de la Queste arthurienne. Mais la contrefaçon ne s’arrêterait pas là.

Les trois écoles hitlériennes prennent leur origine dans l'organisation initiatique d'une très anciennes loge germanique fondée en 1740 par Frédérick II,dit l'Oiseleur. Himmler se disait la réincarnation du puissant empereur allemand.
Les trois écoles hitlériennes prennent leur origine dans l’organisation initiatique d’une très anciennes loge germanique fondée en 1740 par Frédérick II,dit l’Oiseleur.
Himmler se disait la réincarnation du puissant empereur allemand.


Le symbole du Graal par excellence est la coupe, le vase, ou encore la yoni, le sexe féminin. Ainsi se trouve posé le rapport direct entre la Queste du Graal et la Femme, dont il convient de préserver la pureté. (Hitler semblait précisément avoir de la femme une conception romantique, lui qui, adolescent, renverse un pot de lait dans sa fuite, lorsqu’une jeune fermière veut pousser l’idylle plus loin, et qui s’évanouit presque en entendant — alors qu’il est blessé — la voix d’une infirmière, la première voix féminine depuis des mois. De fait. Martha Dodd, fille de l’ambassadeur américain à Berlin, devait le juger, plus tard, « étrangement tendre et d’une séduisante faiblesse ». La « face obscure » de cette attitude chevaleresque se manifestait entre autres par la contemplation des illustrations « suggestives » de la revue Ostara, dirigée par le cistercien défroqué Lanz von Liebenfels, qui montraient de blondes Aryennes succombant à la séduction des Untermenschen sémites, velus et simiesques…)

Lanz von Liebenfeld
Lanz von Liebenfels


Le rôle de la Femme, dans la Queste graalique, s’explique au plan microcosmique par le fait que le symbolisme de la pierre cachée dans laquelle est taillée la coupe — émeraude qui ornait le front de Lucifer et qui est aussi le troisième oeil de Shiva — réfère à la Kundulini hindoue, hypostase de la Déesse, serpent subtil lové chez le profane au bas de la colonne vertébrale et qui doit être éveillé par des techniques appropriées. Dans l’hermétisme occidental, par cc processus, la « lune » doit devenir « soleil ». Gichtel, disciple de Jacob Boehme, l’illustre dans sa Theosophia Practica (1696) par le dessin d’un corps humain où le « feu serpentin » est représenté par un dragon, à la hase de l’épine dorsale. Et c’est la libération de ce dragon, symbole de l’énergie spirituelle, qui permet la transformation de la conscience.
Mais cette hypostase de la Sophia renvoie aussi au Roi du Monde qui règne dans la « Demeure de Shiva (Shambala) à l’intérieur de la terre. C’est le « Mahachohan », le Seigneur du Feu de la Création. C’est encore l’Homme Cosmique qui dort « comme en un sépulcre » en attendant d’être éveillé par l’Art, et dont la légende de l’Empereur endormi, du Fredericus Rex, n’est que l’expression en mode temporel, ou « historique ».
Cette féminisation « hérétique » de l’Esprit, dans une perspective eschatologique, trouve son fondement à la fois métaphysique et sémantique dans le fait que Buddhi — équivalent hindou de l’Esprit Saint — est féminin, ce qui réfère directement à la Saint-Esprit, la Sophia des gnostiques et des courants médiévaux hétérodoxes. C’est ce que rappelait en 1908 le patriarche néo-gnostique Synesius, en même temps qu’il annonçait, quoique involontairement, ce 3e Règne auquel voulut s’assimiler le IIIe Reich : « Il est un de nos dogmes sur lequel je veux insister. C’est le dogme de la salvation féminine. L’oeuvre du Père a été accomplie, celle du Fils également. Reste celle de l’Esprit qui seule peut déterminer le salut définitif de l’humanité terrestre et préparer, par ainsi, la reconstitution de l’Esprit. Or, l’Esprit, le Paraclet, comme le nommaient les cathares, correspond à ce qu’il y a de féminin dans la divinité, et nos enseignements précisent que c’est la seule face de Dieu qui soit vraiment accessible à notre raison. Quelle sera au juste la nature de ce nouveau et prochain messie ? »

Timbre allemand de 1933,lors  de l'arrivée du Führer au pouvoir,illustrant la quête du Saint-Graal.
Timbre allemand de 1933,lors de l’arrivée du Führer au pouvoir,illustrant la quête du Saint-Graal.


L’Esprit lui-même, en effet, considéré du côté de la Création, devient nécessairement partie intégrante de celle-ci, et apparaît alors comme une production tirée de la Materia prima. Ce qui peut constituer, si l’on a le goût du paradoxe, un pont inattendu entre la métaphysique traditionnelle et la philosophie du P. Teilhard de Chardin, qui apparaissent complémentaires — celle-ci envisageant en somme toutes choses du coeur de la Matière, en gésine d’un Esprit qui en fait la précède ontologiquement, celle-là considérant le cosmos sub specie aeternitatis, autrement dit à partir du Principe. Cette dualité de perspectives peut être illustrée au plan microcosmique par l’affirmation de Leucippe et Démocrite, selon qui l’âme peut être acquise (équivalent de la noogenèse teilhardienne), à quoi la pensée traditionnelle répond : que pourrait-on acquérir que l’on ne possédât déjà ?
Mais après cet aperçu sur le symbolisme féminin de la Coupe du Graal, il convient d’examiner son complémentaire : l’Axe du Monde qui traverse la Coupe paradisiaque sera, dans la légende du Graal, représenté par la lance, symbole viril qui, bien loin d’apparaître seulement avec le centurion Longin, se perd dans la nuit des temps. On la trouve déjà, en tout cas, dans les vieilles traditions celtiques où il est question de la lance magique de Lug et du bassin ou chaudron sacré de Doria, qui allait devenir le calice de la Cène…
Auparavant, nos premiers parents, comme chacun sait, goûtèrent au fruit défendu et pour cela furent chassés du Paradis par l’ange à l’épée flamboyante, sans pouvoir emporter la coupe du Graal puisque aussi bien ils étaient désormais soumis à la mort. En d’autres termes, l’homme, écarté de son centre originel, était enfermé dans la sphère temporelle, ayant perdu le « sens de l’éternité » que manifestait justement le Graal.
Toutefois. Seth, le fils d’Adam et Ève, obtint de venir prendre dans l’Eden déserté le Saint Graal. Lors du Déluge, la Coupe disparut, et la légende ne dit ni où ni par qui elle fut conservée jusqu’à l’époque du Christ ; mais le fonds celtique se manifesta par l’intermédiaire des Druides qui, selon une singulière tradition, envoyèrent à Jérusalem sous le coup d’une inspiration divine le bassin sacré de Dona (sous le nom de Vase Azewladour) et la lance de Lug. Ce qui explique que l’on retrouve la Sainte Coupe la veille de la mort du Christ, lorsqu’il rassemble ses disciples dans le Cénacle pour la dernière Cène. Le lendemain, le centurion Longin voulant s’assurer de sa mort, sur la croix, le frappa au côté avec sa lance, et de la blessure s’échappèrent du sang et de l’eau que Joseph d’Arimathie recueillit pieusement dans la Coupe.

La vision du Saint-Graal retrouvé au Moyen Âge.
La vision du Saint-Graal retrouvé au Moyen Âge.


Le Graal, toujours selon la légende, fut alors transporté en Grande-Bretagne par Joseph d’Arimathie et Nicodème, (Selon une autre version, c’est son fils Josephè, que saint Pierre avait sacré évêque, et son neveu Alain, qui accompagnent Joseph d’Arimathie.) Peu après leur arrivée, ils furent jetés en prison par Crudel, le roi du pays, sans que ce dernier les dépossédât toutefois de leur trésor. Mais le roi Mordrain ayant vaincu Crudel, les délivra bientôt et ils se retirèrent dans un endroit isolé, où ils vécurent en paix.
Alors commença la geste du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde, destinée à l’origine à recevoir le Graal lorsqu’un des preux l’aurait conquis et ramené de Grande-Bretagne en Armorique. Les chevaliers étaient douze, à l’image des douze apôtres et des douze signes du zodiaque, l’aspect circulaire de la Table renforçant quant à lui ce symbolisme du cycle zodiacal.


HORS TEXTE

Le Saint Graal en Espagne? Des experts doutent

Ces pierres précieuses et tout cet or aurait été ajouté au Moyen Âge .
Ces pierres précieuses et tout cet or aurait été ajouté au Moyen Âge .

 

La basilique de San Isidro de Leon, dans le nord de l’Espagne, abrite-t-elle depuis dix siècles, à l’ombre de ses voûtes romanes, le légendaire Saint Graal? La spectaculaire révélation de deux chercheurs espagnols, digne d’un roman médiéval, était balayée mardi par plusieurs experts.

Face à l’afflux de curieux qui se sont précipités dans le musée de la Basilique, où la coupe était exposée sous une vitrine de verre, la direction l’a retirée et les visiteurs devront provisoirement se contenter d’admirer une copie.

A l’origine de cette fébrilité, les travaux de deux historiens espagnols affirmant que la basilique San Isidro abrite depuis dix siècles le calice dans lequel le Christ a bu lors de son dernier repas et qui a ensuite recueilli son sang, un objet de légende porteur de l’un des grands mythes de l’Histoire.

« La légende du Graal est une invention littéraire du 12-ème siècle, sans aucun fondement historique », tranche Carlos de Ayala, professeur d’Histoire médiévale à l’Université autonome de Madrid.

« On ne peut pas trouver ce qui n’existe pas », ajoute-t-il.

Therese Martin, historienne médiévale au Centre national de recherches scientifiques, relève elle aussi que « parmi les spécialistes du Moyen Age, il est d’usage de comprendre les légendes du Graal de manière plus symbolique qu’historique ».

Orné d’or et de pierres précieuses, formé de deux coupes réunies par le pied, le calice de la basilique San Isidro était connu depuis des siècles comme celui de Doña Urraca, fille de Ferdinand 1er le Grand, roi de Leon de 1037 à 1065.

Mais la découverte en 2011 de deux parchemins égyptiens, suivie de trois années de recherches, ont conduit Margarita Torres, professeur d’histoire médiévale à l’université de Leon, et José Miguel Ortega del Rio, historien de l’art, à affirmer que le calice de la princesse espagnole était bien celui de la Cène.

Depuis les années 1050, la basilique San Isidro abrite « le calice qui, depuis les quatrième ou cinquième siècle, est considéré par les communautés chrétiennes de Jérusalem comme celui du dernier repas », déclarait à l’AFP Margarita Torres.

– Cadeau d’un émir –

Seule sa partie supérieure, une coupe en agate, expliquait l’historienne, constitue la relique légendaire, restée durant sept siècles dans l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem et finalement offerte à Ferdinand 1er, alors l’un des plus puissants souverains de la chrétienté espagnole, par un émir arabe d’Espagne qui voulait sceller la paix avec lui.

Selon les historiens, qui viennent de publier un livre, « Les rois du Graal », il existe, en Europe seulement, environ 200 coupes supposées être le Saint Graal, dont une est conservée à Valence, dans l’est de l’Espagne.

Affirmant se fonder sur des recherches d’une grande rigueur, les deux historiens expliquent que, selon les parchemins égyptiens, il manque un éclat sur le calice du Christ, tout comme sur celui de Doña Urraca.

C’est la princesse espagnole qui, au onzième siècle, aurait donné son visage actuel à la coupe, à l’origine un simple récipient de pierre, en l’ornant avec les pierres précieuses de ses propres bijoux, raconte Margarita Torres.

« Si les rois de Leon avaient cru détenir le Saint Graal, il devrait exister des documents datant de la seconde moitié du 11-ème siècle, contemporains de la fabrication de l’armature d’or et de pierres », souligne Therese Martin.

« Le livre nous révèlera peut-être de nouvelles sources passées inaperçues jusqu’à présent. Mais même si l’infante Urraca a cru que l’un des gobelets formant le calice était le Graal, un tel concept serait difficile à soutenir de nos jours », ajoute-t-elle.

Le musée, quoi qu’il en soit, va devoir trouver une place plus adaptée pour le calice. « Il se trouvait dans une très petite salle et il n’était pas possible de l’admirer pleinement », explique sa directrice, Raquel Jaen.

« Certains des visiteurs sont sceptiques, d’autres viennent par curiosité et d’autres encore envisagent la possibilité » que le calice soit authentique, raconte-t-elle.

Néanmoins, selon elle, l’annonce est d’une grande importance, « pour le musée comme pour la ville ». « La recherche s’est basée pour beaucoup sur des méthodes scientifiques. Il appartiendra aux autres d’évaluer ces conclusions, et de dire si elles sont valides ou non ».

Une coupe qui continuera à alimenter les discussions,les théories et les enquêtes...pour des siècles.
Une coupe qui continuera à alimenter les discussions,les théories et les enquêtes…pour des siècles.

 



Les chevaliers se mirent donc en quête et, après avoir dit surmonter toutes les épreuves initiatiques, trois d’entre eux seulement. Galaad. Perceval et Bohors, parvinrent au château du Graal, chez Pellès, le « Roi Méhaigné qu’Alhrecht von Scharffenberg, dans son Titurel, appelle Pérelhe (cf. René Nelli, préface à la Croisade contre le Graal, d’Otto Rahn, éd. Stock). Ce qui est assez singulier si l’on sait que ce nom était celui du baron à qui appartenait le château de Montségur. Galaad prit la lance qui saignait et en toucha le Roi, le guérissant immédiatement. Ainsi s’achevait l’itinéraire légendaire qui, du Paradis terrestre, avait conduit le Graal jusqu’en ce château que certains — parmi lesquels Otto Rahn… et aussi Himmler et Rosenberg — ont voulu assimiler à Montségur. Quoi qu’il en soit, que faut-il retenir de la légende — brossée à grands traits — sinon que le Graal, contenant le sang sacré, est le symbole d’une puissance perdue, et que sa quête sera « héroïque », prométhéenne par certains aspects, et trouvera dans l’Imperium parousique son cadre temporel approprié.
On ne s’étonnera donc pas, encore une fois, que cette hiérophanie récapitulative intègre une multitude de mythes relatifs au « IIIe Frédéric » retiré en un lieu inaccessible et qui « dort », ou encore « qui vit et ne vit pas », en attendant le jour de la dernière bataille contre les « êtres élémentaires », Arthur. Charlemagne. Frédéric Ier» et Frédéric II hypostasièrent cette attente eschatologique de l’Imperium pérenne. Ce retour à l’origine qui commande évidemment une conception cyclique de l’Histoire (nous l’avons vu à propos du symbolisme de la Table Ronde) implique en outre une redoutable ambiguïté. S’agit-il du retour à l’ordre édénique ou au chaos des Eaux primordiales représentées par la Grande Déesse et, lato sensu, par l’aspect féminin du mythe ? Le nazisme a largement profité de cette ambiguïté et, chose plus curieuse, nous verrons à quel point Hitler lui-même était… dominé par cet aspect féminin du mythe qu’il incarnait. En tout cas, l’ambivalence des symboles du Grand Retour parousique et de l’Endkampf, explique la dangereuse dualité propre aux projets politiques qui, au temporel, revendiquent cette Renovatio.
Pour le IIIe Reich explicitement millénariste, le Graal revêtait une importance primordiale. Il appartenait donc aux « savants » nazis, aux spécialistes de l’« écriture païenne enchevêtrée », comme disait Wolfram von Eschenbach, de redécouvrir ce trésor spirituel que les Cathares étaient censés avoir caché à Montségur, et, en traduisant en clair la susdite écriture, de donner au nazisme la clef de la genèse du monde, que, selon la légende, elle renfermait.
C’est à ce titre qu’Otto Rahn, considéré comme un spécialiste du Catharisme, fut envoyé en Occitanie pour y chercher le Saint Vesse!. Mais nous croyons savoir que sa mission ne concerna pas seulement le Graal, et qu’elle comportait un aspect beaucoup plus secret encore, comme en témoignent à nos yeux les contacts qu’il établit et les investigations qu’il mena dans la région de Carcassonne. Cette mission était directement liée, en l’occurrence, à l’antagonisme entre les eschatologies païenne et judéo-chrétienne, auquel nous faisions allusion tout à l’heure. Expliquons-nous :
Le thème de l’Empereur endormi germanique s’oppose directement à celui du Grand Monarque ou du « Roy perdu » français. Ce dernier — remis en lumière par une actualité récente — trouve son fondement historico-légendaire dans le « Testament de saint Remy », ce « nouveau Moïse » qui aurait prophétisé en ces termes lors du baptême de Clovis à Reims, dans la nuit de Noël 496 : « Apprenez, mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Église romaine, qui est la seule véritable Église du Christ. Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes. Et il soumettra tous les autres peuples à son sceptre. Il durera jusqu’à la fin des temps. Il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa vocation. » Ce mythe du Grand Monarque régnant sur une France « élargie » aux dimensions de l’ancien Empire romain, et dont on retrouve la trace jusque dans l’antique liturgie gallicane, fut accrédité, de siècle en siècle, par un nombre respectable de saints. Or, ce courant prophétique s’est « condensé » en deux hauts lieux géographiques : Stenay, dans les Ardennes, et Rennes-le-Château, au sud de Carcassonne.
De quoi s’agit-il, exactement ? D’authentifier la survivance du sang de la première dynastie française, celle des Mérovingiens. Car contrairement à ce que prétend l’Histoire officielle, elle ne se serait pas éteinte et, par l’intermédiaire de Sigebert IV (« Plant-Ard » ou « le Rejeton Ardent ») — miraculeusement sauvé d’un régicide pippinide — aurait fait souche dans le Razès, et très précisément à Rhedae, aujourd’hui Rennes-le-Château.
Mais, non moins intéressant sur le plan mythique, ce sang sacré est juif. Les Francs mérovingiens, en effet, seraient des Juifs exilés, appartenant à la tribu de Benjamin, et qui auraient émigré à travers l’Arcadie, puis la Sicile, pour arriver finalement sur le Rhin. Et la ville de Stenay, en Lorraine, fut donc le point de chute principal des Benjaminites, devenus les Sicambres. Cette tradition, conservée au cours des âges dans des milieux très restreints, avait bien sûr fort inquiété les pangermanistes d’abord, et Hitler ensuite. Cette inquiétude coûta la vie, durant la Première Guerre mondiale, à Mgr Pierre Mangin, curé-doyen et maire provisoire de Stenay, torturé par les Allemands qui voulaient lui extorquer son secret. Car, selon certains. Mgr Mangin, protonotaire apostolique à la cour pontificale de Pie X (autre victime expiatoire), n’ignorait rien de saint Dagobert II, assassiné le 23 décembre 679 à environ 5 km de Stenay, et surtout de son fils Sigebert IV, recueilli dans le monastère d’OErren par sa demi-soeur sainte Irmine et qui, accompagné de Mérovée Lévi, gagnera Rhedae (Rennes-le-Château) le 17 janvier 681.
Voilà pourquoi c’est en cette petite ville de Stenay — et bien que selon un officier allemand « rien dans son passé ne dût la signaler à une attention particulière » — que le Kronprinz en personne, le fils de Guillaume I1, établit sa résidence. Et c’est Frédéric-Guillaume lui-même qui fit subir à Mgr Mangin un interrogatoire en règle, le 9 septembre 1914. Mais devant la résistance imprévue du prélat, « touchant à des points historiques capitaux », le Kronprinz « entre dans une rage soudaine et ordonne de maintenir le prisonnier dehors en plein soleil afin de le faire parler. Durant toute la journée. Mgr Mangin, privé de boisson, garde obstinément le silence. A bout de force, victime d’insolation, il rend le dernier soupir en cette soirée du 9 septembre 1914. » (Louis Vazart. Dagobert II et le mystère de la cité royale de Stenay. Paris, 1983.)
On peut se demander si le Kronprinz ne cherchait pas surtout le reliquaire de saint Dagobert, confié à la garde des Saurs noires de Mons, en Belgique, ou plutôt le précieux parchemin qu’il contenait — rédigé par sainte Irmine en 708. Or, le bruit courait à Stenay en 1914, que Mgr Mangin avait obtenu ce parchemin, qui, selon l’abbé Vigneron, retraçait « l’assassinat de son père Dagobert Il, le séjour de son frère Sigebert IV au monastère d’OErren, puis son refuge, le 17 janvier 681, à Rhedae, capitale du Razès ».
En fait, il s’avéra que l’inestimable document était toujours à Mons, enroulé dans le pied du reliquaire. Mais pas pour très longtemps puisqu’en 1943, lorsque deux officiers du Sicherheitsdienst ou S.D. (le service de renseignement allemand) se présentèrent au couvent des Soeurs noires pour inspecter le reliquaire, il était vide… Une lettre de la supérieure. Mère Bernadette Dehaye, semble indiquer que le prince de Croÿ, curé doyen de Sainte-Waudru à Mons, et protonotaire apostolique comme l’avait été Mgr Mangin, l’avait soustrait le 31 décembre 1941, Les Allemands, une nouvelle fois, étaient bredouilles. Heydrich, le maître des renseignements S.S., avait échoué, comme le Kronprinz 29 ans plus tôt, dans sa recherche des preuves — à faire disparaître… — de la perpétuation du sang juif de la première dynastie française. Et cela d’autant plus que l’Allemagne nazie nourrissait le projet, dans les années 1942-1943, de remplacer Pétain par un descendant de Naundorff — que certains supposent être Louis XVII, l’évadé du Temple… Rien ne dit qu’Otto Rahn, de son côté, ait réussi à retrouver la piste de Sigebert IV, à l’autre pôle de la Geste mérovingienne.

Otto Rahn
Otto Rahn


Ce n’est pas ici le lieu de trancher la question de l’authenticité historique de cette tradition du sang sacré. Ce qui compte, c’est la puissance du mythe, et l’importance qu’il revêtait aux yeux des pangermanistes et des nazis. Rosenberg ne déclarait-il pas avec emphase : « Aujourd’hui s’éveille une nouvelle fois le mythe du sang, la foi de défendre avec le sang, également, l’essence divine de l’homme en général. » Comment la tradition du « sang juif » de la royauté française — reprise entre autres par le marquis de La Franquerie — aurait-elle pu le laisser indifférent ? Que dire enfin du jugement révélateur porté par un autre philosophe en vue du national-socialisme, A. Baumler, qui écrivait en pensant au mythe du Graal : « (…) Le mythe du sang n’est pas une mythologie à côté d’autres mythologies ; il ne pose pas une nouvelle religion à côté d’anciennes religions. Il a pour structure le tréfonds mystérieux de la formation mythifiante elle-même. Toutes les mythologies procèdent de son principe structurant ; la connaissance de ce principe structurant n’est pas à son tour une mythologie, mais elle est le mythe lui-même, en tant que vie contemplée avec vénération. Le développement de sa réalité cachée est le tournant de notre temps.
Cette mythologie pseudo-graalique du « sang pur » — sur laquelle nous aurons à revenir — informait les structures du phénomène nazi selon des modalités explicitement gnostiques. En effet, la sociologie hitlérienne reproduit la hiérarchie des trois ordres : les purs, les initiés et la masse. Au sommet : la caste des seigneurs, au-dessous, les membres du Parti, en bas, le peuple des anonymes. Les S.S, seront une ébauche de cet Ordre néo-gnostique auquel rêvait Hitler. Ordre noir dont la couleur même évoque les purs et les « revêtus » cathares. Mais surtout, il s’agissait d’un « Ordre du Sang », extériorisation plus ou moins consciente de l’Ordre secret qui, comme nous le verrons, avait présidé à la naissance du nazisme. Himmler devait d’ailleurs déclarer aux soldats de la Leibstandarte S.S, « Adolf Hitler » en 1940, à Metz « Pour moi, le but final depuis onze ans, à partir du moment où je suis devenu Reichsführer S.S., est toujours resté le même : construire un Ordre du sang pur pour servir l’Allemagne. »
Cette nouvelle gnose qui s’opposait — « sang pur » contre Précieux Sang — à la foi chrétienne, avait son prophète : Wagner, bien que celui-ci, comme l’on sait, eût exalté une certaine forme de Christianisme ! Elle avait aussi son signe de reconnaissance, le swastika — qui est pour René Guénon le « signe du Pôle », et dont tous les commentateurs sérieux sont d’accord pour dire qu’en dehors même de son utilisation « occulte » il était très répandu en Allemagne. Son choix — quelles qu’en soient les circonstances précises (assez obscures et d’ailleurs sans grand intérêt en elles-mêmes) — était donc dans la logique des choses. Guillaume II, déjà, en avait fait son emblème personnel. Peut-être n’ignorait-il pas qu’il reprenait ainsi le symbole des « Frères initiés de l’Asie » — ordre rosicrucien du XVIIIe siècle dont nous aurons à reparler — et qu’il imitait de surcroît le légendaire « Roi du Monde » régnant sur l’Agarttha, dont Saint-Yves d’Alveydre nous dit justement qu’il possédait un sceau marqué du swastika…

Otto Rahn en pleine recherche.
Otto Rahn en pleine recherche.


Quoi qu’il en soit — et au-delà de ses localisations « historiques » — Montsalvat, la montagne du Graal, assimilée au Paradeshâ hindou, la « contrée suprême » polaire, n’est autre que la fameuse Hyperborée, et il y a donc identité symbolique entre la Montagne « graalique » et le Pôle. Selon Guénon (Le Roi du Monde, éd. Gallimard), « il s’agit toujours d’une région qui, comme le paradis terrestre, est devenue inaccessible à l’humanité ordinaire, et qui est située hors de l’atteinte de tous les cataclysmes qui bouleversent le monde humain à la fin de certaines périodes cycliques. »
Rien ne manquait désormais à la nouvelle religion nazie : le mythe du sang comme ersatz de doctrine, des prophètes comme Wagner ou Houston Stewart Chamberlain, annonçant Hitler-le-Messie, le swastika comme emblème et un sanctuaire sacré préservé de la corruption temporelle et perdu dans les brumes hyperboréennes. L’ensemble étant noyé dans la musique « liturgique » de Wagner. Louis Bertrand, académicien français converti, comme A. de Chateaubriant, à cette « religion » (il fit le salut hitlérien sous la coupole lors d’une séance de l’Académie), nous a décrit une de ces manifestations religieuses du IIIe Reich à Nuremberg :
« Au centre de cette esplanade géante, entièrement recouverte par des troupes en armes, une avenue large comme le lit d’un fleuve qui se perd dans les lointains de l’horizon. Tout à coup, un orchestre wagnérien invisible remplit tout l’espace de sonorités triomphales : C’est la marche des Niebelungen… Et voici que, du fond de la prairie, tout au bout de l’avenue qui conduit à la tribune du Führer, une bande pourpre se lève, comme celle qui annonce le soleil dans un ciel matinal. Ce sont les vingt mille étendards qui s’ébranlent. Rythmé par la musique triomphale, le flot monte, déferle, s’étale en une vaste nappe rouge, s’arrête brusquement d’un seul mouvement. Et, d’un seul mouvement, les vingt mille étendards se dressent, grandes fleurs de pourpre, et s’abaissent en une salutation unanime devant la minuscule silhouette en chemise brune, à peine discernable là-haut, au sommet de la tribune, et qui représente le maître de la Troisième Allemagne… Et je me demande quel souverain, quel héros national a été acclamé, adulé, chéri et idolâtré autant que cet homme, ce petit homme en chemise brune qui, suivi de son cortège, comme un souverain, a toujours l’air d’un ouvrier. C’est bien autre chose que de la popularité, c’est de la religion. Hitler, aux yeux de ses admirateurs, est un prophète, il participe de la divinité.»

Marie Madeleine ,l'épouse de Jésus Christ ,aurait fuit la Palestine et aurait accostée dans le sud de la France (en compagnie de Joseph d'Arimatie). Elle aurait donné naissance au premier roi de la dynastie mérovingienne. Sigibert IV aurait été le dernier en tître. La couronne de France est issue de la descendance du Christ ...
Marie Madeleine ,l’épouse de Jésus Christ ,aurait fuit la Palestine et aurait accostée dans le sud de la France (en compagnie de Joseph d’Arimatie).
Elle aurait donné naissance au premier roi de la dynastie mérovingienne.
Sigibert IV aurait été le dernier en tître.
La couronne de France est issue de la descendance du Christ …

Adolph Hitler:le Führer et les sociétés secrètes partie 1de 10

Une belle photo du Fûhrer Adolph Hitler
Une belle photo du Führer Adolph Hitler

AVANT  PROPOS

Le  but de cette série d’articles est de donner l’heure juste  sur la personne d’Adolph Hitler,ses relations,le développement de sa pensée politique,même après  la victoire des alliés et des sionistes bolchéviques.

Il restera à jamais,l’homme politique le plus marquant  du vingtième siècle.

Dans cette série d’article,vous apprendrez ce que le système politique du Nouvel Ordre Mondial,le néolibéralisme et ses partenaires d’oppression,ne veut pas que vous sachiez un jour,car vous risqueriez de vous éveiller et de vouloir votre liberté!Si vous voulez éviter  de devenir un ennemi de l’état,rendormez vous aussitôt que vous aurez terminé  la lecture du dernier article!


Le samedi 24 juin 1922, vers onze heures moins le quart, une petite auto décapotable rouge foncé, conduite par un chauffeur en uniforme, descendait à allure modérée la Königsallee à Berlin, dans le quartier résidentiel du Grünenwald. Sur la banquette arrière était assis un homme élégant au costume strict, dont les yeux sombres ressortaient, étrangement vivants et intelligents, dans un visage fin et mince, mais au front volontaire. Une seconde voiture, gris foncé, plus grande mais également découverte, rejoignit la décapotable. A son bord, deux hommes en manteaux de caoutchouc noir, la tête recouverte d’un capuchon qui laissait tout juste entrevoir l’ovale de leur visage entièrement rasé.

La petite auto rouge roulait à ce moment au milieu de la rue, presque sur les rails du tramway, comme si elle s’apprêtait à tourner. Le grand cabriolet gris, après l’avoir doublée sur la droite, lui fit une queue de poisson, la serrant contre le trottoir opposé. L’un des deux hommes en noir sortit alors un pistolet, visa le passager assis à l’arrière de la voiture rouge et fit feu à plusieurs reprises. Puis son complice se leva et, brandissant une grenade citron, la lança dans l’auto. Mais déjà, l’homme au fin visage s’était écroulé sur son siège et restait étendu sur le côté. Tandis que la voiture des assassins démarrait en trombe et filait par la Wallot Strasse, le chauffeur de la décapotable rouge avait bondi sur le trottoir et appelait à l’aide. C’est alors que la grenade explosa. L’homme étendu sur la banquette arrière fut littéralement soulevé par le souffle et la voiture elle-même eut comme un haut-le-corps dérisoire. Après quelques secondes de stupeur, des passants se précipitèrent, parmi lesquels une jeune fille qui monta dans la voiture et soutint le blessé, sans connaissance. Le chauffeur parvint à remettre son moteur en marche et, faisant demi-tour dans un crissement de pneus, remonta à toute allure la Königsallee jusqu’au commissariat tout proche.

Première victime juive du nazisme, le ministre allemand des Affaires étrangères. Walther Rathenau, devait mourir après une courte agonie, veillé par sa fidèle compagne et collaboratrice, l’Autrichienne Irma Staub, qui put recueillir ses ultimes paroles : « Les Soixante-Douze qui mènent le monde… » Il désignait par là les commanditaires de ses assassins, deux jeunes pangermanistes nommés Kern et Fischer. Le premier avait déclaré à quelques compagnons dans les minutes précédant le crime : « Si Hitler comprend que son heure est arrivée, il est bien l’homme que je crois. »

Photo datant du 29 juin 1934,à Berlin...juste un peu avant la décision d'éliminer Ernst Rohm,le chef des SA. Dans ce que nous appellerons:la Nuit des Longs Couteaux!
Photo datant du 29 juin 1934,à Berlin…juste un peu avant la décision d’éliminer Ernst Rohm,le chef des SA.
Dans ce que nous appellerons:la Nuit des Longs Couteaux!

 

Il fut le lieu de passage des forces de l’histoire, « le catalyseur de ces forces qui se sont déjà dressées devant vous ; et, après cela, vous pouvez le supprimer sans rien détruire de ce gui s’est fait par lui… Qu’il y ait dans ces temps aveugles à toute réalité non numérable le « fait » qu’il faut bien nommer « Adolf Hitler », c’est une effrayante ironie machinée par la Providence…

« Ah ! Vous ne croyez plus au mystère ? Eh bien ! Je pose ce fait dans votre histoire : Expliquez-le, si vous pensez encore que cela suffit à vous en protéger… »

Ainsi parlait Denis de Rougemont. Et là, tout est dit, ou presque. Il ne reste plus, pour cerner notre propos, qu’à compléter cette citation par celle du journaliste Jacques Nobécourt qui écrivait dans l’hebdomadaire Carrefour en date du 6 janvier 1960 :

« L’hypothèse d’une communauté initiatique, sous-jacente au nationalsocialisme, s’est imposée peu à peu. Une communauté véritablement démoniaque, régie par des dogmes cachés, bien plus élaborés que les doctrines élémentaires de Mein Kampf ou du Mythe du XXe siècle, et servie par des rites dont les traces isolées ne se remarquent pas, mais dont l’existence semble indubitable pour les analystes (et redisons qu’il s’agit de savants et de médecins) de la pathologie nazie. »

L’irréductibilité manifeste du nazisme aux critères « officiels » a il est vrai incité certains historiens — dont le plus remarquable demeure René Alleau — à rechercher dans les structures de l’imaginaire une explication à ce ténébreux surgissement, en plein XXe siècle, de forces que l’on croyait à jamais bannies de l’univers de l’homme civilisé. L’horreur dont l’Allemagne envoûtée revêtit le masque excédait par trop, en effet, les limites étouffantes imposées par les seules analyses économiques, sociales et politiques qui sont généralement censées rendre compte de la genèse du IIIe Reich.

Adolph Hitler à une ouverture de seesion du Parti nazi.Il est ici entouré de hauts dignitaires du parti.
Adolph Hitler à une ouverture de session du Parti nazi.Il est ici entouré de hauts dignitaires du parti.

La thèse la plus communément admise selon laquelle Adolf Hitler n’aurait été que le produit et l’instrument (finalement incontrôlé…) du grand capital allemand, ignore délibérément les aspects fondamentaux du nazisme. Hitler lui-même en avait prévenu dans Mein Kampf (Nouvelles Éditions Latines) : « L’État n’a absolument rien de commun avec une conception ou un développement économique quelconque, (…) La force essentielle d’un État ne coïncide que très rarement avec ce qu’on appelle la prospérité économique, (…) La Prusse démontre avec une admirable netteté que ce ne sont pas les qualités matérielles, mais les vertus idéales qui, seules, rendent possible la formation d’un État. » Il allait, ce faisant, sur les brisées de Schiller : « Une nation prend naissance avec sa mythologie… L’unité de sa pensée, qui correspond à une philosophie collective, [est] offerte par sa mythologie ; c’est donc celle-ci qui contient le destin de la nation. » Ajoutons sans plus tarder que les tragiques contrefaçons et les dérisoires ersatz d’une mythologie à laquelle, nous le verrons. Hitler lui-même ne croyait pas mais qu’il utilisa, nous situent d’emblée dans une perspective inversée, parodique, dirait Guénon, et donc diabolique stricto sensu (j’adore le latin!).

Si la conjoncture économique joua néanmoins son rôle, ce ne fut qu’à titre subalterne, contingent. Simple terrain infectieux propice à l’apparition de cette maladie de l’âme allemande. Et puis, n’oublions pas que, comme l’écrit William L. Shirer (le Troisième Reich, t. I, éd. Stock, 1959) : « …sans Hitler — doué d’une personnalité diabolique, d’une intuition surnaturelle, d’une intelligence hors ligne, d’une détermination inébranlable et impitoyable (…), d’une stupéfiante aptitude à peser les hommes et les situations — il est presque certain qu’il n’y aurait jamais eu de Troisième Reich. »

La voie est étroite, certes, entre une histoire officielle délibérément sourde aux revendications d’un arrière-monde grimaçant, et une littérature de vulgarisation pseudo-ésotérique exploitant un marché apparemment fructueux. Si nous nous sommes résolu à braver à la fois les foudres des doctes et la colère des trafiquants de swastikas, c’est que nous pensons bien détenir la « clef » qui ouvre la porte des coulisses interdites du nazisme. Et cette clef, c’est Rathenau, et lui seul, qui nous l’a donnée.

Puisque nous répudions le primat de l’économique, est-ce donc dans les « structures de l’imaginaire » évoquées tout à l’heure que nous commencerons notre descente aux enfers ? Non pas si l’on entend ces structures au sens « nominaliste », c’est-à-dire comme de commodes abstractions. Ce qui n’est guère plus satisfaisant que la plate explication économico-politique, cette dernière fût-elle agrémentée d’un zeste d’« irrationalisme germanique », fourre-tout où l’on jette les éléments inclassables du dossier. Que dit donc René Alleau ?

« L’angoisse allemande devant l’absence d’un statut légitime international, devant la misère, la honte, l’inflation, le chômage, la contraignait à lutter contre cette aliénation réelle en lui opposant une concentration, et pour ainsi dire, une récapitulation des ressources mythiques les plus lointaines et les plus constantes de son passé. » (Hitler et les Sociétés secrètes, éd. Grasset, 1969.)

Il y a quelque ambiguïté dans cette formulation, qui peut sous-entendre en somme que les Allemands de la défaite et de l’humiliation se seraient volontairement réfugiés dans un univers imaginaire, pour échapper à la cruelle réalité quotidienne. Il convient donc de préciser ce qu’il faut entendre par « ressources mythiques », et de mesurer leur pouvoir d’intervention dans ce qu’il est convenu d’appeler la vie ordinaire.

Une première approche du subconscient met en valeur la puissance potentielle des pulsions qui, plus ou moins clairement, visent à renverser les obstacles s’opposant à un retour instinctif à l’origine, à ce non-temps mythique assimilé par la métaphysique hindoue à l’éternel présent. Sur le plan individuel, ce processus ramène à l’enfance, et sur le plan collectif, à l’Âge d’Or. Mais chez Hitler, la démarche est parfaitement consciente, si l’on en juge d’après cette déclaration à Rauschning (Hitler m’a dit, éd. Aimery Somogy, 1979) :

« Naturellement, je sais aussi bien que tous vos intellectuels, vos puits de science, qu’il n’y a pas de race au sens scientifique du mot… Eh bien, moi qui suis un homme politique, j’ai besoin aussi d’une notion qui me permette de dissoudre l’ordre établi dans le monde et d’opposer à l’histoire la destruction de l’histoire. Comprenez-vous ce que je veux dire ? Il faut que je libère le monde de son passé historique. (…) Pour accomplir cette tâche, la notion de race est tout à fait utilisable. Elle bouleverse les vieilles idées et ouvre des possibilités de combinaisons nouvelles. »

Ces propos recoupent étrangement ceux d’un maître hindou contemporain. Uppalari Gopala Krishnamurti — dit « U.G. » — qui déclare quant à lui : « L’état naturel [c’est-à-dire l’état originel] ne survient qu’à la faveur d’une mutation biologique ». Ce qui n’est contradictoire qu’en apparence car cette mutation a en fait pour objectif, non un progrès, mais l’« atomisation » de superstructures mentales réputées aliénantes. Et « U.G. » de préciser : « Ce qui est nécessaire pour l’homme, c’est de se libérer de la totalité du passé de l’espèce humaine et pas seulement de son passé individuel. Autrement dit, vous avez à vous libérer de ce que chaque homme avant vous a pensé, ressenti et expérimenté : C’est, pour vous, la seule possibilité d’être vous-même. Tous mes propos n’ont d’autre but que de mettre en lumière l’unicité de chaque individu. La culture, la civilisation (quel que soit le nom que vous lui donniez) a toujours essayé de nous enfermer dans un certain cadre ; l’homme n’est pas du tout un homme : Il est à mon sens un animal unique et il demeurera un animal unique aussi longtemps qu’il subira le fardeau de la culture. » (C’est la première fois, ce n’est pas la dernière, que nous voyons un certain hindouisme « subversif » rejoindre l’essence pseudo-philosophique du national-socialisme.)

Le retour aux origines constitue donc un aspect de ce que les Grecs nommaient la catharsis, c’est-à-dire une voie de purgation des passions, le mot étant pris au sens étymologique d’angoisse et de souffrance. Mais il convient d’élargir le champ de nos investigations au sein de la sphère mythique où s’alimente le phénomène hitlérien.

Les mythes et archétypes socio-historiques sont en effet au principe de toute civilisation, en qualité de supports des valeurs morales et philosophiques. A commencer par le Mythe majeur et multiforme du destin véritable de l’homme : mythe du « bon sauvage », parent de celui du Paradis perdu ; mythe du changement et du Progrès illimité — ou de son antithèse par arrêt catastrophique de l’Histoire ; mythe de la supériorité aristocratique due à la race, à la faveur divine ou au destin ; mythe de la « Civilisation » opposée à la « Barbarie » ; Etc.

La seconde catégorie mythique est constituée par les prototypes des conquérants,des saints, des chevaliers, des martyrs de toutes les causes — et a contrario par ceux des traîtres et des maudits. Mais le type primordial reste celui des « grands monarques », des « empereurs endormis » et des « imâms cachés » parousiques, promis à la restauration des empires et des paradis perdus, à la fin des temps…

Très souvent, nous venons de le voir, chaque mythe sécrète son antithèse, son double inversé, son ombre portée — engendrant ainsi un affrontement de valeurs tout aussi important que le mythe lui-même, et qui lui confère de puissantes résonances. Il s’agit là d’un aspect particulier de l’ambivalence des symboles.

Voulons-nous un premier indice de ce « pouvoir d’intervention » des mythes civilisateurs évoqué tout à l’heure ? L’Histoire elle-même nous le fournit, qui fermente au sein des empires, vifs ou morts, comme pour conforter la perspective archétype. En Europe, le limes romain n’a-t-il pas laissé une marque indélébile ? Est-ce un hasard si le tracé actuel du rideau de fer correspond à peu près aux limites de l’expansion romaine en Occident ?

La psychanalyse, quant à elle, ne converge que partiellement avec l’Histoire, relativement à ce climat fondamental. Ainsi, pour Jung, il existe trois couches psychiques : la conscience, l’inconscient personnel et l’inconscient collectif. Ce dernier niveau, de tous le moins rationnel, contiendrait la totalité du passé des sociétés à l’état latent mais agissant, formant un inépuisable réservoir de griefs et de revendications qui alimente toutes les formes d’agressivité collective, « L’inconscient collectif, dit Jung, compte une forte précipitation de tout le vécu humain, jusqu’en ses débuts les plus sombres. Mais ce n’est pas une précipitation morte ; ce sont des systèmes de réactions vivantes. »

Toutefois, comme l’a bien vu le regretté Éric Muraise, à qui il nous plaît ici de rendre hommage, l’incapacité où se trouve la psychanalyse de distinguer nettement entre différentes catégories de mythes et d’archétypes — certains « complexes » n’ayant rien d’universel — nous renvoie à la problématique médiévale des universaux, qui va nous servir de critère insurpassable pour apprécier la qualité objective des mythes.

Le problème des universaux, aussi antique qu’inépuisable, connaît trois solutions, qui n’ont jamais varié :

— Celle des idéalistes avec Platon, pour qui les individus ne sont que les ombres d’archétypes réels, autonomes, qui leur préexistent. C’est la position Universalia ante rein.

— Celle des réalistes avec Aristote, pour qui les individus seuls ont une pleine réalité, les archétypes trouvant en eux l’unique possibilité de se réaliser. C’est la position Universalia in re.

— Celle des nominalistes avec Guillaume d’Occam, pour qui les individus sont seuls réels, les archétypes n’étant que des abstractions, un simple système de classement. C’est la position Universalia post rem.

La position idéaliste autorisera l’hypothèse selon laquelle il existe des mythes et archétypes ayant au moins une apparence de vie autonome et capables de s’emparer périodiquement des groupes. Ce qui, répétons-le, n’a rien à voir avec l’inconscient collectif jungien, simple accumulation de « strates géologiques » dépourvues de toute autonomie, et dont les réactions seraient purement instinctives

et en quelque sorte « mécaniques ». Selon l’adaptation de la position idéaliste que nous envisageons ici, nous aurions au contraire affaire à des idées et des passions contagieuses, indépendantes des moyens techniques de diffusion qui ne font qu’exciter le phénomène sans en être le premier moteur. Ces passions, douées d’une vie propre et supposée consciente, engendreraient des comportements « sauvages et déraisonnables » chaque fois que l’humanité traverse une crise, et susciteraient des mouvements qualifiés par H. Kahn, de « romanesques, implicitement messianiques et totalitaires », Et cela d’une manière d’autant plus efficace qu’ils trouvent pour les incarner en termes incandescents des personnages eux-mêmes romanesques et passionnés. Raymond Abellio, dans Heureux les Pacifiques, en a esquissé la typologie par la bouche d’un de ses héros : « …La vérité ne s’incarne pas aujourd’hui au niveau de la politique, elle le fait bien plus haut. Ce n’est pas un Parti qu’il faut créer, mais un Ordre. (…) » Et encore : « Pour qu’une telle société fonctionne, il suffira d’un homme. L’épicentre n’est pas un lieu, c’est un homme qui est en communication avec les forces cosmiques et divines et les transmet aux autres. (…) »

Comme l’avoue très significativement Ernst von Salomon dans les Réprouvés (éd. Christian Bourgois) : « Nous n’agissions pas, les choses agissaient en nous… Lorsqu’on nous demandait : que voulez-vous au juste ? nous ne pouvions pas répondre, (…) Ce que nous espérions s’exprimait en un langage muet… Nous cherchions autour de nous l’homme capable de prononcer le mot libérateur… » (Ainsi le mythe du « destin véritable » attendait-il son héros archétype.)

Il existerait donc des « universaux mentaux » susceptibles d’expliquer la « météorologie » politique et la psychologie des peuples. Le mécanisme des grandes peurs historiques, les états d’âme propres aux tenants des causes pour lesquelles on se fait égorger, selon la formule pascalienne, l’explosion des révolutions et violences généralisées (l’Europe de 1848 ou de 1917) relèveraient alors de la puissance de certains courants, de certaines ondes psychiques. Léon Daudet devait les caractériser de manière quasi platonicienne : « Ils sont chargés de vie, pensée, émotions… Ils sont latents, mais nous constatons leurs effets… Ils relient les humains les uns aux autres et leur course incessante de l’animé vers l’inanimé, nous permet de nous comprendre les uns les autres à l’aide du langage, de comprendre les animaux, les végétaux, les minéraux eux-mêmes et les hiérarchies et les lois qui régissent l’univers. »

Ces universaux mentaux tenteraient leur percée dans notre monde à la manière des gaz et liquides sous pression, recherchant une issue. Toutefois, selon René Guénon, « (…) les courants mentaux sont soumis à des lois, parfaitement définies, et la connaissance de ces lois permet une action bien autrement efficace que l’usage de moyens tout empiriques ». Cette possibilité de manipulation nous renvoie — bien au-delà des lois censées régir la psychologie des profondeurs — à cette perspective satanique dans laquelle se situe le phénomène nazi.

Considérés ainsi, les universaux mentaux sembleront peut-être à certains par trop magiques ; mais il se trouve que le professeur A. Ratzler, de l’Institut universitaire d’Études européennes de Genève, évoquant la crise de la conscience européenne et les mythes du Barbare et du Bon Sauvage, adopte des expressions parentes de celles du polémiste Léon Daudet. Il parle en effet d’une « tradition latente souterraine…douée d’une force d’expansion quasi autonome… [d’un] parti pris viscéral… et qui surgit dans les crises depuis la fin de la Renaissance ». C’est donc bien de nos universaux qu’il est question. S’ils se manifestent de façon particulièrement éclatante depuis la fin de la Renaissance, c’est parce que la civilisation médiévale, comme la chinoise, l’égyptienne ou la romaine, s’estimait « arrivée » et avait décidé, ainsi que l’écrit Toynbee, d’« arrêter l’Histoire ». Nous dirons plus précisément que la dimension temporelle n’était encore que rythme harmonieux et prévisible au sein d’une infinitude spatiale, et l’espace — ou la simultanéité — prédominait sur l’expérience de la durée et du changement. Tandis que depuis la Renaissance, la civilisation européenne, tout en « rapetissant » la planète, s’est identifiée au Progrès, au Devenir, dans une sorte de fuite en avant qui suscite périodiquement de graves inquiétudes, elles-mêmes génératrices d’accès de fièvre.

La solution idéaliste revêt donc décidément un intérêt certain, en expliquant ces crises cycliques directement inspirées par les mythes majeurs de la civilisation : Et d’abord par celui du destin véritable, qui conditionne ce que le professeur Ratzler traduit par l’hypostase du Barbare, opposé au Civilisé, et quel que soit le niveau culturel de celui qui ne s’intègre pas à la définition du destin véritable. Celui-ci partage l’humanité en deux groupes : Ceux qui relèvent de cette définition et les autres » qui en sont exclus. Ces autres sont les Barbares, quel que soit, redisons-le, le degré de raffinement de leur civilisation, qui ne saurait en aucun cas compenser leur aliénation ontologique. Par définition, ce sont des pervers ou des déshérités, infirmes mentaux ou machiavéliques tireurs de ficelles, païens ou pécheurs qu’il faudra réduire ou séduire pour leur bien. Ainsi se justifie la farouche profession de foi du Schatov de Dostoïevski :

« Un peuple ne reste un peuple qu’aussi longtemps qu’il a son dieu propre et qu’il réprouve avec une énergie sauvage tous les autres dieux du monde ; aussi longtemps qu’il croira à son dieu, il pourra vaincre et chasser les autres dieux. Dès qu’un grand peuple cesse de croire qu’il est l’unique détenteur de la vérité — son unique et exclusif détenteur — dès qu’il ne croit plus qu’il est le seul appelé, le seul capable de ressusciter et sauver le monde par sa vérité, il cesse immédiatement d’être un grand peuple et n’est plus qu’une expression géographique. »

Dans cette logique, toute civilisation « totalitaire » implique la présence du Barbare à ses portes, voire même au sein de la cité, à l’état de « 5e colonne ».

Pour Hitler, le Barbare était le Juif, et la Civilisation était aryenne :

« Ce serait une vaine entreprise que de discuter sur le point de savoir quelle race ou quelles races ont primitivement été dépositaires de la civilisation humaine et ont, par suite, réellement fondé ce que nous entendons par humanité. Il est plus simple de se poser la question en ce qui concerne le présent et, sur ce point, la réponse est facile et claire. Tout ce que nous avons aujourd’hui devant nous de civilisation humaine, de produits de l’art, de la science et de la technique est presque exclusivement le fruit de l’activité créatrice des Aryens. Ce fait permet de conclure par réciproque, et non sans raison, qu’ils ont été seuls les fondateurs d’une humanité supérieure et, par suite, qu’ils représentent le type primitif de ce que nous entendons sous le nom d’« homme ». L’Aryen est le Prométhée de l’humanité, (…) Si on le faisait disparaître, une profonde obscurité descendrait sur la terre ; en quelques siècles la civilisation humaine s’évanouirait et le monde deviendrait un désert. » (Mein Kampf.)

Hitler, de surcroît, était obsédé par l’idée d’un tournant de l’Histoire, et ce n’est pas par hasard que l’expression suprême de l’Opéra était à ses yeux le final du Crépuscule des Dieux. « Lorsque sur la scène de Bayreuth, le château des Dieux s’effondrait au milieu du tumulte de la musique, il saisissait toujours dans l’obscurité de la loge la main de Winifred [Wagner] assise à côté de lui pour y déposer un baiser ému. » (Joachim Fest, le Führer, t. II, éd. Gallimard, 1973.)

De fait, selon Rauschning, il prophétisait un bouleversement de la planète « que nous autres, non-initiés, ne pouvions comprendre dans son ampleur. Acquérir la « vision magique » lui apparaissait comme le but de l’évolution humaine, (…) Une espèce nouvelle s’annonçait, qui allait refouler l’ancienne humanité. De même que, suivant l’immortelle sagesse des vieux peuples nordiques, le monde devait continuellement se rajeunir par l’écroulement des âges périmés et le crépuscule des dieux, de même que les solstices représentaient, dans les vieilles mythologies, le symbole du rythme vital, non pas en ligne droite et continue, mais en ligne spirale, de même l’humanité progressait par une série de bonds et de retours. (Hermann Rauschning, op. cit.)

S’opposant directement à l’eschatologie judéo-chrétienne, qui postule une « assomption » de l’Histoire, il s’inscrivait ainsi de plein droit dans une perspective antéchristique. Que si l’on préférait accorder désormais au seul marxisme ce statut infamant, au double titre de sa persistance hic et nunc et de son athéisme militant, nous rétorquerions que le nazisme lui aussi, dans ses structures d’action vivantes et agissantes, continue d’étendre son ombre sur le monde — nous l’allons montrer contre les sceptiques — et que pour être antéchristique, une doctrine (ou plutôt, en l’occurrence, un courant mental) se doit précisément de n’être point matérialiste, mais pseudo-spiritualiste. Ce que n’est pas le marxisme (au moins officiellement…), mais ce qu’est le nazisme.

Car comme l’écrivait René Guénon dans le Règne de la Quantité et les Signes des Temps (éd. Gallimard), les représentants du « Satellite sombre », ou si l’on préfère les serviteurs de l’Antéchrist, « ne peuvent jamais être des mécanistes ni des matérialistes ». En effet, après avoir enfermé l’homme dans une sorte de coquille étanche qui lui procurait une relative impression de sécurité, lui interdisant toute communication avec des domaines supérieurs mais le protégeant d’une certaine façon des influences dissolvantes du psychisme inférieur et de ses courants mentaux, le matérialisme passe le relais au néo-spiritualisme, dont le rôle est de percer par le bas la coquille, permettant ainsi aux puissances de dissolution assimilées symboliquement aux hordes de Gog et de Magog, de pénétrer dans notre monde. Cette seconde phase est d’autant plus dangereuse qu’elle donne à certains l’illusion de s’opposer au matérialisme (voir la croisade antibolchevique d’Hitler) et de réintroduire la spiritualité, alors qu’il s’agit d’une spiritualité à rebours qui ne peut aboutir qu’à une communication avec les états inférieurs de l’être.

Entendons-nous bien : notre propos n’est évidemment pas d’assimiler Hitler purement et simplement à l’Antéchrist, mais de le désigner comme un précurseur,récapitulant en lui certains thèmes mythiques qui appartiennent en propre à l’eschatologie démoniaque. Nous pourrions dire, en usant de la terminologie hindoue, qu’il fut un avatar partiel de l’archétype antéchristique. Néanmoins, ce livre montrera clairement, du moins nous l’espérons, qu’il s’agissait bien d’une préfiguration directe.

Si l’on assimile le déroulement de l’Histoire au processus du Grand OEuvre alchimique, on pourra risquer une analogie entre la tragédie hitlérienne et la phase de l’oeuvre au jaune — la xanthosis des Grecs et le citredo des Occidentaux. Comme le dit Jean Parvulesco dans un entretien accordé à Arnold Waldstein, « son vécu est celui d’une sorte de long rêve éveillé, d’un sommeil vertigineusement limpide où ce qui doit venir se trouve comme déjà donné, mais donné comme dans un miroir (…). » Cependant, il est trop évident que ce n’est pas de rêve mais de cauchemar qu’il est ici question, et que le passage « de l’autre côté de la ligne fatale », ainsi préfiguré, ne peut s’assimiler qu’à l’ultime saut dans le vide, au terme d’un processus de désintégration satanique.

Et comme il est bien connu que le diable n’invente rien mais qu’il imite, cette contrefaçon de spiritualité que fut le nazisme utilisa à des fins ténébreuses les immenses « ressources mythiques » véhiculées par la Queste du Graal. Celle-ci ne constitue-t-elle pas le terreau où s’enracina la plus haute spiritualité de l’Occident chrétien ? Il était donc logique, selon l’adage latin corruptio option pessima, qu’elle servît de support à la négation la plus absolue des valeurs spirituelles. Cette tragique collision entre la sphère des archétypes platoniciens — récupérés à des fins inavouables — et la réalité politique du XXe siècle, fut suscitée de façon quasi mathématique, à l’image du mouvement des corps célestes dont les rencontres sont programmées, du coeur ténébreux de l’espace, par d’infinies et rigoureuses ellipses. Si l’on se souvient des possibilités de manipulation évoquées plus haut, est-on habilité à parler de « plan diabolique » ? Sans ignorer les dangers de l’« Histoire conspirationnelle », nous sommes contraint de répondre par l’affirmative. Les faits sont suffisamment éloquents et, bien loin de vouloir les exploiter abusivement a priori, nous nous sommes cru obligé dans ce préambule de fournir quelques grilles de lecture, faute de quoi la charge explosive qu’ils recèlent risquerait d’en désorienter plus d’un. Et puis, il est toujours dangereux d’ouvrir une trappe sur les abysses infernaux, sans quelques précautions préalables…

Avant qu’Hitler ne fût…

Dans le livre assurément le plus estimable qui ait jamais été écrit sur la ténébreuse alliance nouée entre Adolf Hitler et l’arrière-monde de l’ésotérisme (Hitler et les Sociétés secrètes), René Alleau se laissait inspirer une prophétie dont il était loin alors de mesurer la terrible portée. Son importance — puisque aussi bien notre livre se propose d’en prouver l’hallucinante exactitude — requiert que nous la citions tout au long

« En fait, le pangermanisme possède une supériorité considérable sur ses adversaires : il les connaît alors qu’ils l’ignorent parce qu’ils sont incapables d’imaginer ce qu’il leur réserve. Ce serait, en effet, une lourde erreur de croire qu’un plan de cette envergure (et qui a coûté d’énormes investissements depuis la fin du xixe siècle) n’ait pas prévu de modifications stratégiques, dans le cas de situations nouvelles déterminées et étudiées longtemps à l’avance. Le passage d’une guerre nationale à une guerre raciale, par exemple, permet de déplacer le théâtre des opérations sans perdre vraiment le terrain conquis, lequel devient alors plutôt psychologique que militaire. Pour peu que l’on réfléchisse à l’extension prodigieuse de la puissance de destruction de l’armement depuis 1945, on en arrive à penser que les véritables vainqueurs d’un nouveau conflit seraient ceux qui auraient gagné la guerre, sans l’avoir faite — ou, en d’autres termes, les survivants. Il faut donc en inférer qu’un plan de survie, dans toutes les circonstances possibles, d’un noyau germanique fondamental, s’est imposé logiquement aux racistes hitlériens, à la fois en fonction de leurs doctrines et de leurs buts permanents d’hégémonie mondiale. On peut le nommer le plan de 1945.

On nous comprendrait très mal si l’on ne voyait ici que les prémisses d’une pieuse mise en garde contre une certaine « extrême droite », qui n’entretient de complicité avec le national-socialisme que dans l’imaginaire perturbé de quelques gardiens du Temple démocratique. Rien de tel. Soucieux du sens des mots et terrorisme intellectuel qui faussent toute réflexion, nous n’attribuons la « qualité » de nazis qu’à ceux qui la revendiquent hautement — et qui de surcroît peuvent se réclamer d’une filiation directe, d’une transmission sans solution de continuité, bref d’une participation consciente et active au Plan de 1945. Qui lui-même s’enracine très loin dans le passé mytho-politique de l’Allemagne. Mais ces artisans-là de la « renaissance germanique » sont un peu plus difficiles à découvrir que les habituels boucs émissaires plus ou moins manipulés par l’Est (la Fédération de Russie,en particulier) et livrés à une vindicte médiatique qui se nourrit rarement de craintes justifiées.

C’est à André Chéradame, ancien élève d’Albert Sorel à l’École des Sciences politiques, que nous nous référerons d’abord. Vers 1894, il se lança à corps perdu dans une tâche immense à laquelle il sacrifia 22 années de sa vie : l’étude du plan pangermaniste politique et militaire à l’échelle internationale. Sillonnant le globe pour réunir des preuves, il commença en janvier 1898 à publier le fruit de ses recherches, dans des articles puis dans des livres. Il y définissait en ces termes l’esprit du « pangermanisme universel » : « Les Allemands sont des gens méthodiques. Leurs plans d’action, dans tous les domaines, reposent toujours sur une doctrine, vraie ou fausse, qu’ils se sont faite. En partant de cette conception, ils marchent ensuite avec une tenace résolution. »

André Chéradame
André Chéradame

A ceux qui estimeraient les assertions de Chéradame par trop tributaires du contexte antiprussien de l’époque, nous signalerons un livre publié en 1895 à Berlin par Thormann et Goetsch et qui, sous l’égide de la Ligue pangermaniste, annonçait tout bonnement le programme nazi. Son titre ? Grossdeutschland und Mitteleuropa um das Jahr 1950 La Grande Allemagne et l’Europe centrale en 1950 »). On y pouvait lire entre autres à la page 48 ces lignes si opportunément exhumées, là encore, par René Alleau :

« Sans doute, des Allemands ne peupleront-ils pas seuls le nouvel Empire allemand ainsi constitué ; mais, seuls, ils gouverneront ; seuls, ils exerceront les droits politiques, serviront dans la marine et dans l’armée ; seuls, ils pourront acquérir la terre. Ils auront alors, comme au Moyen Age, le sentiment d’être un peuple de maîtres ; toutefois, ils condescendront à ce que les travaux inférieurs soient exécutés par des étrangers soumis à leur domination. »

Mais à tout seigneur tout honneur ; voyons, maintenant que nous sommes un peu rassurés (si l’on peut dire !) sur l’« incontournable » actualité de son sujet, comment Chéradame lui-même décrivait ce plan qu’il avait si talentueusement et obstinément mis au jour :

LE-PLAN-PANGERMANISTE-SON-BUT-LES-ETAPES-DE-SA-REALISATION-(1915)-_-LES-INTRIGUES&HELLIP-

« Le plan pangermaniste a été établi sur ses bases fondamentales dès 1895. En 1898, eut lieu Fachoda qui semblait devoir creuser un abîme entre la France et l’Angleterre. En 1905, la Russie dut signer la paix avec le Japon après une longue guerre ayant vidé tous ses magasins militaires et par suite détruit pour longtemps, au profit de l’Allemagne, l’équilibre des forces en Europe. [Notons à titre anecdotique que durant la Deuxième Guerre mondiale, le Japon, allié de l’Allemagne, offrit d’accueillir en Mandchourie les Juifs d’Europe centrale, en souvenir reconnaissant de l’aide que lui avait apportée la banque juive Schiff-Kuhn-Loeb, durant sa guerre victorieuse contre la Russie.] En 1909, le gouvernement de Vienne, à la faveur de l’ultimatum discret mais formel que Berlin adressa au Tsar, put réaliser l’annexion de la Bosnie et de l’Herzégovine, peuplées presque totalement de Serbes. Cette mainmise sur un énorme territoire slave constitua un succès considérable pour le germanisme. Le 3 novembre 1910, lors de l’entrevue de Potsdam, le Kaiser obtint du gouvernement du Tsar que la Russie abandonnât toute opposition à l’achèvement du chemin de fer de Bagdad. L’Angleterre et la France adoptèrent ensuite la même attitude à ce sujet. Le 1er juillet 1911, le Kaiser risque le « coup d’Agadir ». Celui-ci aboutit au traité franco-allemand du 4 novembre 1911, cédant à l’Allemagne 275 000 kilomètres carrés du Congo français, alors que cependant des hypothèques économiques extrêmement lourdes continuent à peser sur le Maroc en faveur du commerce allemand.

LE-PLAN-PANGERMANISTE-SON-BUT-LES-ETAPES-DE-SA-REALISATION-(1915)002

« Ces divers événements lésèrent profondément les intérêts de la France, de l’Angleterre et de la Russie ; mais ces puissances préféraient consentir les plus pénibles sacrifices plutôt que de prendre l’effroyable responsabilité de déchaîner une guerre atroce sur l’Europe. Cette attitude fut interprétée bien à tort par les pangermanistes comme une preuve de faiblesse de ces trois puissances et de leur volonté de paix à tout prix. Les pangermanistes en conclurent que l’espoir des réalisations les plus énormes dans un avenir prochain leur était permis. C’est pourquoi, le plan pangermaniste fondamental de 1895 considérablement remanié, devint le plan de 1911.

PLAN-PANGERMANISTE_-«LA-VOLONTE-D-AGRESSION-DE-L-ALLEMAGNE-EST-ETABLIE&HELLIP-

« Ce plan de 1911 prévoyait en Europe et en Asie occidentale :

« 1. L’établissement sous la direction de l’Allemagne d’une vaste confédération de l’Europe centrale comprenant, à l’ouest, la Hollande, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse, les départements français situés au nord-est d’une ligne tirée du sud de Belfort à l’embouchure de la Somme. A l’est, le plan prévoyait la domination de la Pologne russe, des provinces haltes, des gouvernements de Kovno. Vilna et Grovno, et, au sud-est, l’Autriche-Hongrie.

« Cette confédération devait ainsi grouper sous l’hégémonie immédiate de l’Allemagne 77 millions d’Allemands et 85 millions de non-Allemands.

La subordination absolue à la Grande Confédération de l’Europe centrale, de tous les pays des Balkans réduits à l’état de satellites de Berlin, soit 22 millions de non-Allemands.

La mainmise politique et militaire de l’Allemagne sur la Turquie qu’on s’efforcerait ensuite d’accroître de l’Égypte et de l’Iran. L’indépendance de la Turquie, d’ailleurs liée à l’Allemagne par un traité d’alliance militaire, eût subsisté en apparence. Elle eût permis de placer de nombreux fonctionnaires allemands à la tête de toutes les administrations ottomanes sous couleur de les réformer. Ainsi passait sous le protectorat étroit de l’Allemagne la Turquie avec ses 20 millions d’habitants non-allemands, sans compter les dépendances : Égypte et Iran.

« La Confédération germanique de l’Europe centrale devait former un immense Zollverein ou Union douanière. Des traités de commerce spéciaux imposés aux États balkaniques et à la Turquie asservie auraient eu pour résultat de réserver ces vastes régions exclusivement à la Grande Allemagne comme débouchés économiques.

« En somme, le plan pangermaniste de 1911 se résume dans les quatre formules :

Berlin-Calais ;

Berlin-Riga ;

Hambourg-Salonique ;

Hambourg-Golfe Persique.

« La réunion des trois groupements : Europe centrale. Balkans et Turquie, devait placer finalement sous l・influence prédominante de Berlin 204 millions d’habitants dont 127 eussent été obligés de subir la domination directe ou indirecte de 77 millions d’Allemands seulement.

Ce plan pangermaniste continental de 1911 devait être complété par des acquisitions coloniales considérables. « Guillaume II savait fort bien qu’un pareil programme ne pourrait devenir réalité durable qu’à la suite de la disparition de toutes les grandes puissances. Le Kaiser, en établissant son plan pangermaniste, avait donc formellement résolu l’anéantissement de cinq grandes puissances. La disparition de l’Autriche-Hongrie était prévue par son absorption, déguisée par son entrée dans l’Union douanière allemande. L’anéantissement de la France et de la Russie devait résulter de la destruction totale de leurs forces militaires au moyen d’une guerre préventive foudroyante. La mise hors de cause de l’Angleterre devait se produire par l’effet d’une opération ultérieure qui fût devenue très aisée une fois la France et la Russie démembrées et réduites à une complète impuissance. Quant à l’Italie, destinée à devenir un simple État satellite, elle n’était pas considérée comme capable d’offrir la moindre résistance aux ambitions pangermanistes.

« Le plan pangermaniste est fondé sur la connaissance très exacte acquise par les Allemands au prix d’un travail intense, de tous les problèmes politiques, ethnographiques, économiques, sociaux, militaires et navals, non seulement de l’Europe, mais du monde entier. Or, ce travail formidable n・a pas été fait par la diplomatie officielle allemande : il a été effectué soit par des adhérents de l’Alldeutscher Verband ou Union pangermaniste, soit par des agents du service allemand secret, lequel a reçu un développement extraordinaire. Ce sont ces divers agents, rouages intermédiaires entre les espions classiques et les diplomates officiels — le baron de Schenk qui a opéré à Athènes en 1915-1916 est le type d’une catégorie de ces agents — qui ont étudié méthodiquement tous les problèmes-bases du plan pangermaniste, qui ont préparé les moyens de fausser l’opinion des neutres, de paralyser la révolte des Slaves de l’Autriche-Hongrie, de corrompre ceux des neutres (personnes ou journaux) qui pourraient l’être, etc. Les rapports de ces multiples agents, une fois contrôlés et résumés, ont été envoyés à la fois à la Wilhelmstrasse, au grand état-major allemand — dont les opérations d・ensemble sont toujours combinées de façon à correspondre aussi bien aux nécessités politiques qu・aux nécessités militaires. »

Les axes Hambourg-Salonique (turque en 1911) et Hambourg-Golfe Persique attestent assez l’étroitesse des liens entre l’Allemagne et le monde islamique, que symbolise la déclaration de Guillaume II à Damas, le 8 novembre 1898 : « Puisse Sa Majesté le Sultan, ainsi que les trois cents millions de mahométans qui vénèrent en lui leur Calife, être assurés que l’Empereur allemand est leur ami pour toujours ! »

Guillaume II, rêvant de réunir les empires de Charlemagne et d’Haroun alRachid, ne pouvait ignorer, ce faisant, le mythe du Mahdi — le « messie subversif  de l’Islam » — qui commençait d’enflammer les foules musulmanes et qui permet d’expliquer, aujourd’hui, en profondeur, un Khomeiny ,un Kadhafi,un Saddam Hussein,un Ossama ben Laden ou un Al Baghdaddy. Ainsi, le dessein impérial du dernier Hohenzollern, utilisant cette fièvre messianique, relève moins de la mégalomanie que d’une manoeuvre géopolitique qu’Hitler fera sienne. John Buchan, baron Tweedsmuir of Elsfield. Adeptus Exemptus de cette puissante société secrète qu’était l’Hermetic Brotherhood of the Golden Dawn in the Outer, et accessoirement directeur des services stratégiques et de la propagande dans le cabinet Lloyd George et Gouverneur général du Canada, connaissait lui aussi la légende de l’Imâm caché — le Mahdi — destiné à réapparaître à la fin des temps pour la plus grande gloire temporelle et spirituelle d’un Islam régénéré dans le sang… juif. Ainsi écrivait-il dès 1916, dans le Manteau vert : « L’Orient attend une révélation qui lui a été promise, un avènement. Il attend une étoile, un homme, une prophétie nouvelle (…) ; Et l’Occident n’en sait rien. Alors que les Allemands, eux, ne l’ignorent pas. »

Représentation du Mahdi:plusieurs communautés musulmanes attendent que le Mahdi dévoile son visage.Selon la prophécie,le Mahdi apparaîtrait avant la venue du Djahal,le démon.
Représentation du Mahdi:plusieurs communautés musulmanes attendent que le Mahdi dévoile son visage.Selon la prophécie,le Mahdi apparaîtrait avant la venue du Djahal,le démon.

Et encore : « L’Islam connaît en ce moment les états d’une immense agitation intérieure. Quelque chose le bouleverse dans les tréfonds. Il se trouve en pleine crise cyclique, vous savez, ces crises, ces montées de mysticisme qui le font flamber périodiquement. D’ailleurs les gens du peuple ne dissimulent rien de ce projet. Ils sont tous d’accord pour annoncer l’apparition prochaine d’un sauveur, qui restituera le califat dans toute sa gloire et l’Islam dans toute sa pureté initiale. Cette promesse court de bouche à oreille dans tout le monde musulman et chacun la chérit en son coeur comme une espérance nouvelle. » Et enfin : « Les musulmans d’Iran fomentent des troubles. Un vent sec souffle à travers l’Est, et l’herbe desséchée n’attend plus qu’une étincelle. » Nous verrons plus loin pourquoi l’appartenance de John Buchan à la Golden Dawn était de nature à lui inspirer de telles prophéties relativement à l’Islam, et une telle connaissance des plans allemands.

Quoi qu’il en soit. Guillaume II savait ce qu’il faisait en prenant le titre de Hadj — accordé à tout pèlerin qui s’est rendu à la Mecque — et en ajoutant même pour faire bonne mesure que les Hohenzollern descendaient du Prophète. Quant au nazisme, loin d’être cette monstruosité irréductible à toutes les normes civilisées, et qu’on a voulu « évacuer » en arguant de son irrationalité même, on le voit s’inscrire dans un plan à très vaste échelle — dont Chéradame avait parfaitement discerné les premières étapes.

A la ténébreuse lumière de ce qui précède, il importe d’ores et déjà de savoir que Rudolf von Sebottendorf, le fondateur de la société Thulé dans laquelle se retrouvèrent les principaux dignitaires du nazisme, à commencer par Hitler. Hess et Rosenberg, avait été initié en Turquie au sein de la confrérie musulmane des Bektashî, et qu’il écrivit un opuscule — Die Praxis der alten Türkischen Freirnaurerei (« La Pratique opérative de l’ancienne Franc-Maçonnerie turque ») — mettant la quête de la pierre philosophale en parallèle avec l’exégèse ésotérique des 29 lettres isolées que l’on rencontre dans les sourates du Coran. Nous y reviendrons.

Fort instructive aussi, cette dévolution forcée du destin impérial austro-hongrois à la Prusse puis au Reich hitlérien — ombre portée d’un mythe dont la prégnance dans l’âme allemande ne fut pas pour rien dans le succès du nazisme. Ce dernier profita en quelque sorte, comme nous le disions plus haut, de l’ambivalence du symbole graalique — Coupe de la Cène mais aussi émeraude tombée du front de Lucifer — pour préparer un crépuscule des dieux à sa mesure. Le Reich et l’Italie fasciste ne furent-ils pas, mille ans après, des contrefaçons du Saint-Empire romain germanique ; et ne profitèrent-ils pas de la nostalgie séculaire d’un ordre temporel sacralisé ? N’oublions pas que, non seulement la Papauté mais les plus grands esprits, à diverses époques, demanderont aux empereurs de venir rétablir l’ordre en Italie et y reprendre l’oeuvre d’Othon le Grand. Tels Dante s’adressant à Henri VII de Luxembourg et Pétrarque à Charles IV.

 

Représentation de l'empereur Napoléon I.
Représentation de l’empereur Napoléon I.

 

 

En 1806, Napoléon, en contraignant l’empereur d’Autriche François II à abandonner les titres du Saint-Empire, rendait un immense service aux Hohenzollern de Prusse, tout en s’appropriant la grande idée magnifiquement incarnée par Othon… et qui ne demandait qu’à « informer » de nouveau l’Europe en une structure unitaire. Mais il était trop tard — ou trop tôt — à l’horloge de l’Histoire ; l’heure des contrefaçons avait sonné, en place de la résurrection de l’unité européenne de l’an mille qui, si elle s’était continuée, eût permis d’annihiler dès ses commencements la tragique aventure des patries, fragments séparés, rapidement et stupidement opposés, d’un même ensemble.

Napoléon, dès lors, ne pouvait que préfigurer le messianisme inversé d’Hitler, qui de fait sut reconnaître et honorer son précurseur. Il souhaita même, en 1945, que Berlin tînt assez longtemps pour qu’il pût mourir le 5 mai, comme l’Empereur…

Un distinguo s’impose, cependant, qui est plus qu’une nuance : Napoléon usurpa un héritage impérial germanique dont Hitler incarna la face obscure. Quoi qu’il en soit, l’« air du temps », au lendemain de la Grande Guerre, est rempli de cette analogie mytho-politique qui fait vaticiner les folliculaires et transforme en visionnaire un jeune élève-officier. Ernst von Salomon, qui rapporte dans les Réprouvés cette singulière prémonition, en pleine révolution spartakiste :

« Après cette révolution viendra l’usurpateur », lit-il dans le Generalanzeiger, évoquant Napoléon, « Dans une armoire, j’avais encore un portrait du Corse que j’avais décroché au début de la guerre. J’allai le chercher, (…) Ce regard fougueux n’avait-il pas vu tout sombrer autour de lui, n’avait-il pas endigué les forces qui allaient s’écouler comme une écume que le vent disperse ; la France et le monde entier n’avaient-ils pas été sous la menace directe de ce regard ? Si à cette époque une chose nouvelle était née, c’était parce que derrière ce front, dans le tourbillon d’un dédain suprême, les vaillants désirs de justice des hommes, les désirs de gloire et d’amour avaient été ramassés, concentrés, transformés en énergie fulgurante (…). Nous prendrions les armes et nous les porterions avec la passion de la victoire qui nous promettait davantage que la pure et simple sauvegarde de l’état existant, qui nous rendrait dignes de notre mission, qui ôterait au désespoir sa morne tristesse, qui ferait jaillir de chaque touffe d’herbe, de chaque muraille, de chaque fenêtre, de chaque porte, notre haine et notre foi. »

La légende germanique de l'empereur endormi.
La légende germanique de l’empereur endormi.

L’homme qu’attendait von Salomon, et que pourtant il ne voulut jamais reconnaître, était revenu avec ces soldats qu’il avait vus défiler, de retour du front : « La guerre les tenait, la guerre les dominait, la guerre ne les laisserait jamais échapper, (…) Ils auront toujours la guerre dans le sang, la mort toute proche, l’horreur, l’ivresse et le fer. Ce qui se passait maintenant, ce retour, cette rentrée dans le monde, paisible, ordonné, bourgeois, c’était une transplantation, une fraude et qui ne pouvait pas réussir. » Eux aussi, ils attendaient celui qui leur rendrait l’honneur. Et là nous en avons trop dit pour ne pas éclairer brièvement le personnage mythique tapi dans l’ombre, qui hantait leurs rêves de revanche : l’Empereur endormi — équivalent germanique du Mahdi, de l’Imâm caché — ce IIIe Frédéric sous l’identité duquel se dissimula Hitler et qui explique que pour l’Allemand moyen, en plein XXe siècle, le Führer ait été un surhomme, un être quasi surnaturel que l’on croyait invulnérable. Au point, comme le rappelle John Toland dans son excellent Hitler (éd. Pygmalion, 1978), « que des esprits crédules avaient affiché son portrait sur leurs murs pour les préserver des bombes ».

Massif de l'Unterberg...près de Bertersgaden
Massif de l’Unterberg…près de Bertersgaden

Le Führer lui-même, au Berghof, pouvait contempler le massif de l’Unterberg où, « selon la légende, dormait l’empereur Frédéric qui devait un jour revenir disperser ses ennemis et retrouver son peuple opprimé. Hitler voyait avec émotion un indice significatif dans le fait que sa résidence privée fît face à cette montagne : «Ce n’est pas un hasard. J’y vois un appel». » (Joachim Fest, Hitler, t. I), D’autre part, dans un discours qu’il prononça en 1940 après la victoire sur la France. Alfred Rosenberg déclara expressément aux soldats de la Wehrmacht qu’Hitler devait être considéré comme le Fredericus Rex attendu depuis des siècles.

Le Berghof,résidence du Führer
Le Berghof,résidence du Führer

Il fallait bien que l’idée du IIIe Frédéric, pour jouer un tel rôle, fût tout autre chose qu’une pieuse légende n’ayant de valeur qu’emblématique ou simplement historique. De fait, il s’agissait non d’une chimère mais bel et bien d’une représentation dynamique vivant de sa vie propre. Et qui venait de fort loin, de beaucoup plus loin encore que le pangermanisme, même si elle intégra celui-ci… ou même si celui-ci l’utilisa à ses fins.

Dans les traditions de tous les peuples, il est question d’un roi ou d’un empereur qui « dort » aujourd’hui, caché dans une île lointaine ou une profonde caverne, mais qui surgira à la fin des temps pour faire triompher la justice et la vérité, rétablir l’ordre et préparer ainsi le cadre temporel de l’ultime descente du Divin, en anéantissant les puissances de la matière et des ténèbres. Il peut être aidé dans son entreprise par un trésor fabuleux ou un objet miraculeux.

Or cette soudaine et providentielle manifestation d’un chef temporel entretient avec la légende du Graal, pivot de cette eschatologie, des liens que, par-delà les contingences historiques, le mythe, dans sa secrète vitalité, s’ingénie à renforcer. De temps à autre, des événements s’affirment décidément rebelles aux grilles interprétatives classiques, et semblent prédéterminés par des forces en apparence irrationnelles En fait, nous savons déjà qu’ils répondent à une mystérieuse et millénaire nécessité, directement induite par le monde des archétypes. Comme l’écrit très justement René Alleau (op. cit.) : « Le temps mythique coule parallèlement au temps historique mais à un autre rythme. Ce que nous nommons des « événements » ne sont peut-être que de multiples avènements, intérieurs et obscurs, qui se renversent, soudain cristallisés et pris en masse, au grand jour. »

Ainsi seulement peut s’expliquer la résurgence abrupte, en plein XXe siècle, de thèmes messianiques hérités en droite ligne des spéculations médiévales ou même préchrétiennes. Un des aspects « cycliques » de la légende de l’Empereur endormi — sa barbe qui continue de pousser et fait le tour de la table — n’est-il pas préfiguré dès le IIIe siècle avant Jésus-Christ à Pessinonte, où l’on montrait le tombeau du dieu Attis dont les cheveux poussaient toujours, symbole de la végétation qui renaît à chaque printemps.

L’eschatologie impériale, en effet, regroupe nombre d’éléments païens, à commencer, on s’en serait douté, par celui de… l’Imperium universel. La romanité païenne, déjà, fut identifiée à un retour de l’Age d’Or et — fait significatif — Saturne n’était qu’endormi dans les régions hyperboréennes. Sous Auguste, les prophéties sibyllines annonçaient un roi venu du ciel, ou du soleil, et Horace (Carm, I, II, 30 sq.), tout comme Virgile (Églogues, IV, 5-10, 15 sq.), espérait en la proche venue de l’Apollon hyperboréen.

La période byzantine voit Méthode reprendre certains de ces thèmes : Là encore, un roi qu’on croyait mort se réveille et rétablit Rome dans sa puissance première, mais pour une courte période (il s’agit là d’une constante puisque le règne du Mahdi dure seulement sept ans). C’est qu’il ne fait que préfigurer le Millenium… Un apocryphe chrétien, l’Apocalypse de Pierre, évoque de son côté un redoutable « Fils du Lion » qui lui aussi s’éveille d’un long sommeil pour vaincre tous les rois. Thème repris dans une prophétie du XVIe siècle attribuée à Paracelse (que nous retrouverons) et annonçant le « Lion du Septentrion » victorieux de la « cléricaille ».

Il est très troublant, a contrario, que tous les prophètes de l’Ancien Testament aient annoncé pour les derniers temps de terribles menaces venant du Nord :

« J’amène du Nord une grande calamité et une grande dévastation.

Le destructeur des peuples s’est mis en marche. » (Jérémie, 4, 6-7.)

« Je te mettrai en marche depuis l’extrême Nord et je t’amènerai sur les montagnes d’Israël. » (Ezéchiel, 39, 2.)

Ainsi assiste-t-on au heurt de thèmes païens et judéochrétiens, symbolisé par la bataille finale contre les armées « orientales » de Gog et Magog commandées par un roi venu du Nord, (Il n’est pas sans intérêt de noter, à ce propos, que l’actuel roi de Shambhala, le royaume secret de la mythologie tibétaine, a nom Magag. pa. Aniruddha, [Cf. Jean Marquès-Rivière. Kâlachakra. Initiation tantrique du Dalaï-Lama, éd. Robert Laffont, 1985].)

Le « IIIe Frédéric » tant attendu par la tradition germanique eut en effet, quant à lui, des précurseurs dont les liens furent historiquement attestés avec l’Orient — confortant ainsi le thème eschatologique de l’alliance du Nord et de l’Est contre l’Occident. Un vieux conte italien cité par Julius Evola dans le Mystère du Graal et l’Idée impériale gibeline (éd. Traditionnelles, 1967), dit que le « prêtre Jean, très noble seigneur indien », délégua une ambassade auprès de l’empereur Frédéric (selon toute vraisemblance Frédéric II) « qui était vraiment le miroir du monde, pour se rendre compte si c’était un sage en paroles et en actions ». Pour en juger, les mystérieux émissaires confièrent de la part du Prêtre Jean trois pierres à Frédéric, sans que ce dernier s’enquît de leurs vertus. En même temps, on lui demanda quelle était selon lui la meilleure chose au monde. A quoi il répondit que c’était « la mesure », dont le Prêtre Jean conclut que « l’empereur était un sage en paroles, mais non dans les faits, parce qu’il n’avait pas demandé quelles étaient les vertus de ces pierres qui étaient d’une si grande noblesse », Il estima que, le temps passant, elles « perdraient leurs vertus, puisque l’empereur ne les connaissait pas », et décida de les lui reprendre. On retrouve ici, réunis, le thème du chevalier qui, au château du Graal, omet de poser la question salvatrice, et celui du Roi Méhaigné qui n’est plus digne du pouvoir qu’il incarne. Une autre légende, rapportée par Oswald der Schreiber, raconte que le Prêtre Jean donna à Frédéric II un vêtement incombustible en peau de salamandre, l’eau de l’éternelle jeunesse et un anneau orné de trois pierres grâce auxquelles on pouvait vivre sous l’eau, devenir invulnérable et se rendre invisible à volonté. On sait que selon Guénon, le Prêtre Jean, incarnant à la fois l’essence du sacerdoce et de la royauté, l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel, s’assimila, aux yeux des clercs médiévaux, au mythe pérenne du « Roi du Monde » siégeant dans l’Agarttha (autre nom de Shambhala), et que certains catholiques identifièrent comme étant le « Prince de ce Monde » dont il est question dans l’Évangile. Son royaume, dans l’imaginaire du temps, se situait tantôt en Inde, tantôt en Asie Centrale, tantôt en Mongolie, quand ce n’était pas en Éthiopie, (Quoi qu’il en fût de la localisation assez fluctuante de cette dernière contrée, qui devait surtout s’entendre symboliquement.)

Représentation du prêtre Jean et de son royaume.
Représentation du prêtre Jean et de son royaume.

Les cadeaux merveilleux du Prêtre Jean au représentant du Saint Empire (plus germanique que romain…) constituaient une sorte de « mandat » légitimant et authentifiant sa fonction. Mais, nous venons de le voir, les incarnations historiques de l’Empereur universel se révélèrent décevantes. Les temps n’étaient pas mûrs. Le représentant véritable de l’Imperium païen, hypostasié par « Fredericus Rex » ou le IIIe Frédéric, était encore à venir, puisqu’il doit s’identifier au Roi du Graal qui régnera avant la dissolution finale… Nul ne sait le jour et l’heure, mais il se trouve qu’au lendemain de la Grande Guerre, toute l’Allemagne attend « quelque chose ».

Allemagne aussi insaisissable que son rêve : Où était-elle ? « A Weimar ? A Berlin ? Autrefois elle avait été au front, mais le front s’était désagrégé. Puis nous avions cru la trouver à l’intérieur du pays, mais le pays nous trompait. — Il était plein de chants et de paroles, mais cela sonnait faux. Où était l’Allemagne ? Était-elle chez le peuple ? Mais le peuple réclamait du pain et il ne lui importait que d’avoir le ventre rempli. Était-ce l’État ? Mais l’État bavard cherchait son chemin parmi les mots et le trouvait dans la résignation. » (Les Réprouvés.) Alors on se lançait dans d’impossibles quêtes

« A cette époque les associations patriotiques sortaient de terre comme des champignons. Des fidèles appartenant à toutes les classes de la société bouleversée s’y réunissaient. Partout c’était le même tohu-bohu d’opinions et de gens. Tous les lambeaux et les débris des valeurs d’autrefois, des idéologies, des confessions et sentiments qui avaient été sauvés du naufrage, se mêlaient aux mots d’ordre attrayants, aux demi-vérités du jour, aux aperçus imprécis, aux divinations exactes et tout cela formait une pelote, perpétuellement en rotation et d’où s’échappait un fil dont mille mains empressées s’emparaient pour en tisser une tapisserie d’une diversité de couleurs déroutante. Sur un fond gris de théories s’épanouissaient des discours fleuris de vieux barbons loquaces, et toute une jeunesse déçue et avide de lumière y jetait une éclatante bigarrure parmi les entrelacs des vertus féminines allemandes. Dans le monde des patrons et des travailleurs chacun croyait posséder la solution des problèmes sociaux actuels et toutes ces théories énoncées à grand fracas ne faisaient qu’embrouiller davantage la situation véritable. Des chefs de partis au crâne chauve trouvaient des accents aussi mélodieux que l’appel des sirènes pour attirer les jeunes générations, et les intérêts des professions les plus diverses savaient habilement mêler leurs voix à ce concert. Partout on voyait un Bismarck en plâtre, au milieu de lauriers et de généraux décorés, qui se dressait menaçant et soulevait l’enthousiasme. Sous un curieux mélange d’odeur de bière, de mythe solaire, de musique militaire on essayait d’étouffer la peur de la vie qui vous serrait la gorge. Cette tapisserie multicolore était bordée d’une frange burlesque de sectes et de communautés, de prophètes et d’apôtres. Le romantisme le plus tarabiscoté signait des pactes avec l’américanisme le plus intégral. Et partout des rêves s’agitaient, tourbillonnaient dans les cerveaux et dans les coeurs. » (Ibid.)

LE FÜHRER,UNE PROPHÉCIE ANNONCÉE!

Oui, décidément, ce chaos attendait qu’on l’organisât, ce terreau pseudo-religieux aspirait à recevoir la Parole prophétique qui l’ensemencerait. Le mythe du Destin véridique allait susciter le prototype héroïque censé conduire l’Allemagne au château du Graal, mais qui la mènerait en fait au plus profond des abysses infernaux. Ernst Jünger, voyant défiler la jeunesse idéaliste des Wandervögel, les « Oiseaux migrateurs », proclame : « Voici l’Homme nouveau, le soldat de choc, l’élite de la Mitteleuropa. Une race entièrement nouvelle, astucieuse, forte et résolue. » (Der Kampf als inneres Erlebnis. Berlin, 1933.) Et encore : « Les formes neuves se façonnent dans le sang, et le pouvoir se saisit d’une poigne dure. » Quant à Spengler, invoquant lui aussi les mânes de Napoléon, il écrivait à un ami : « Comme les Français en 1793, nous devons boire la coupe jusqu’à la lie, il nous faut un châtiment en comparaison de quoi les quatre années de guerre ne sont rien, jusqu’à ce qu’enfin la Terreur soit parvenue à un tel degré d’excitation et de désespoir qu’une dictature, semblable à celle de Napoléon, soit considérée universellement comme le salut. » Drexler aussi — le fondateur du D.A.P. — attendait, rêvant d’un chef capable de donner vie aux maigres idées qu’il avait publiées dans Mon éveil politique. Extraits du journal d’un travailleur. « En tout cas, ne serait-ce que pour tenter la chance, il fallait que ce fût une personnalité exceptionnelle, un homme aux convictions intenses, tout d’une pièce, et sans la moindre crainte. » Mais le plus « prophétique », comme par hasard, était Heinrich Class, président de la Ligue pangermaniste, qui déclarait dès 1913 qu’un homme prendrait la tête de la croisade contre la juiverie : « Nous attendons le Führer ! Patience, patience, il viendra. Persévérez, travaillez et unissez-vous ! »

Walter Rathenau en 1922,peu avant son assassinat.
Walter Rathenau en 1922,peu avant son assassinat.

En 1922, enfin, l’année même de l’assassinat de Rathenau, paraissait un roman de K. Hesse intitulé Feldherr Psychologos, et prophétisant la venue d’un Messie allemand : « Ainsi, un jour viendra où il s’annoncera. Lui, que nous tous attendons pleins d’espoir : des millions de voix l’invoquent incessamment, l’âme allemande tout entière le cherche… Chacun l’acclamera, chacun lui obéira. Et pourquoi ? Parce qu’une puissance extraordinaire émane de sa personne : il est le directeur des âmes. C’est pourquoi son nom sera : le maréchal Psychologos. »

Représentation de l'attentat contre Walter Rathenau.
Représentation de l’attentat contre Walter Rathenau.

Deux au moins des personnages majeurs du nazisme eurent, bien avant leur rencontre avec Hitler, une stupéfiante prémonition de « Celui » qu’ils attendaient. Nous voulons parler de Hess et de Goebbels. Le futur ministre de la Propagande du Reich, qui ne devait entendre Hitler prononcer un discours qu’en 1922 à Munich,avait écrit en 1920, alors qu’il étudiait la philosophie à l’université de Heidelberg, un roman intitulé Michael, dans lequel on pouvait lire ce passage :

« Je m’assieds dans une salle où je ne suis jamais venu avant. Au milieu de gens qui me sont totalement étrangers. Pauvres et mal habillés pour la plupart. Des ouvriers, des soldats, des fonctionnaires, des étudiants. Je fais à peine attention à l’homme là-bas qui commence à parler, lentement, en hésitant.

« Et puis, soudain, c’est un flot de paroles. Une lumière brille au-dessus de lui. J’écoute. Je suis captivé. L’honneur ! le travail ! Le drapeau ! Ces mots ont-ils encore un sens pour un peuple dont Dieu semble s’être tout à coup désintéressé ?

« L’auditoire est enflammé. L’espoir illumine les visages gris. Quelqu’un serre le poing. Un autre essuie la sueur de son front. Un vieil officier pleure comme un enfant.

« J’ai chaud, et puis j’ai froid. Je ne sais pas ce qui m’arrive. Il me semble entendre tonner des canons. Quelques militaires se lèvent en criant : « Hourrah ! », et personne n’a l’air de le remarquer.

« L’homme continue de parler, et tout ce qui en moi était à l’état d’embryon prend forme. Un miracle !

« Au milieu des ruines, quelqu’un nous montre le drapeau.

« Ceux qui m’entourent ne sont plus des étrangers. Ce sont mes frères. Je me dirige vers la tribune pour voir l’homme de plus près.

« Plus qu’un orateur, un prophète !

« La sueur inonde son visage. Un visage pâle où brillent deux yeux fiévreux. Et comme à l’heure du jugement dernier, les mots tonnent, phrase après phrase.

« Je ne sais plus quoi faire. J’ai l’impression d’être fou, « Je me mets à applaudir. Et personne ne semble surpris, « Lui, du haut de sa tribune, me lance un regard. Ses yeux bleus me transpercent comme une flamme, et c’est un ordre.

« J’ai l’impression de naître une seconde fois. Je sais maintenant où me conduit mon chemin. Le chemin de la maturité. On dirait que je suis ivre. Tout ce dont je me souviens, c’est de la main de l’homme étreignant la mienne. Un serment à vie. Et mes yeux rencontrent deux grandes étoiles bleues. »

Rudolph Hess en compagnie du Führer.
Rudolph Hess en compagnie du Führer.

Quant à Rudolf Hess, il avait rédigé, alors qu’il était lui aussi étudiant, une dissertation sur le thème : « Comment doit être constitué l’homme qui rendra à l’Allemagne son ancienne grandeur ». (Cf. Konrad Heiden. Der Führer. Boston. Houghton Mifflin, 1944.) Ce devait être, écrivait-il, un dictateur qui ne dédaignerait pas l’usage des défilés dans les rues, des slogans et de la démagogie. Homme du peuple n’ayant cependant rien de commun avec la masse, il aurait « une énorme personnalité » et ne craindrait pas le sang répandu. Pour atteindre son but, il devrait être prêt à « piétiner ses amis les plus proches », à légiférer « avec une terrible rigueur », à manier individus et nations « avec des doigts prudents et sensibles » ou, en cas de nécessité, « à les fouler avec des bottes de grenadier ».

Dans un tel contexte « prémonitoire », et qui suffirait à accréditer les hypothèses les plus fantastiques sur la manipulation des « courants mentaux », le Führer attendu se devait de recevoir sa mission par des voies… et en l’occurrence des voix, dignes de l’épopée de Jeanne d’Arc.

Plongé une seconde fois dans les ténèbres à l’annonce de l’armistice du 11 novembre 1918, après qu’il eut déjà perdu la vue lors d’un bombardement anglais au gaz moutarde. Hitler, dans sa chambre d’hôpital de Pasewalk, en Poméranie, est l’objet d’un « miracle » dans la nuit du 11 au 12 novembre. Des voix lui enjoignent de sauver l’Allemagne, et la vue lui est rendue. Il promet alors solennellement « de devenir un politicien, et de consacrer toutes ses énergies à exécuter l’ordre qu’il avait reçu », (Cf. John Toland, op. cit.)

Mais, avant même cette « nuit du miracle », le terrible destin du Fredericeas Rex semble s’être manifesté à Hitler, attentif à la voix intérieure qui lui permit, pendant la guerre, d’échapper à la mort un grand nombre de fois. Ainsi de cet épisode (cf. G. Ward Price. I know these dictators. Londres. Harrap, 1937) : « J’étais en train de dîner dans la tranchée avec plusieurs camarades. Soudain, j’eus l’impression qu’une voix me disait : «Lève-toi, et va là-bas.» La voix était si nette, si insistante, que j’obéis mécaniquement comme s’il se fût agi d’un ordre militaire. Je me levai aussitôt en emportant mon dîner dans la gamelle. Puis je m’assis pour continuer mon repas ; mon esprit s’était calmé. A peine avais-je fait cela qu’un éclair et une assourdissante détonation me parvinrent de l’endroit de la tranchée que je venais de quitter. Un obus égaré avait éclaté au-dessus du groupe, tuant tout le monde. »

Quelque temps après, il déclarerait à ses compagnons : « Vous entendrez beaucoup parler de moi. Attendez seulement que mon heure ait sonné. »

Redisons-le, cette « voix » lui était depuis longtemps familière. Son ami Kubizek rapporte en effet la métamorphose d’Adolf, âgé de dix-sept ans, au sortir d’une représentation du Rienzi de Wagner, à Linz : exalté par la geste du tribun romain, son état extatique l’amena à vaticiner, possédé « d’une mission spéciale qui lui serait un jour confiée ».

Ce fut là apparemment la première manifestation de cette emprise consciente du Destin qui allait le conduire, en présence de témoins interloqués, à réaffirmer périodiquement, et son invulnérabilité, et l’appel intérieur qui lui dictait sa voie. Ainsi, avant le putsch manqué de 1923, un de ces témoins rapporte qu’« Hitler avait alors des idées napoléoniennes et messianiques très nettes. Il déclara qu’il se sentait intérieurement appelé à sauver l’Allemagne, et que ce rôle lui incomberait tôt ou tard. Il fit ensuite un certain nombre de parallèles avec Napoléon, en particulier avec le retour de l’île d’Elbe. »

Au-delà des témoins évoqués. C.G. Jung — avec qui nous sommes ici d’accord — livre ce pénétrant diagnostic « Hitler appartient à la catégorie des sorciers guérisseurs authentiquement mystiques. Son corps n’évoque pas la force. Le trait le plus remarquable de sa physionomie est son regard rêveur, (…) Il avait dans les yeux une expression de prophète. » Par conséquent : « …Le pouvoir de Hitler n’est point politique ; il est magique. » Certes, nous le prouverons. Et Jung comprend aussi qu’Hitler se laisse diriger par des forces mystérieuses : « Hitler, lui, écoute et obéit. Le vrai meneur est toujours mené. » C’est d’autant plus vrai que le Messie de l’Islam, le Mahdi, est littéralement le « Bien Dirigé »…

Cette adéquation étrange de l’homme Hitler à un destin mythique nous enjoint décidément d’aborder ce destin en « idéaliste » et non en « nominaliste », Encore une fois, ce serait une grave erreur que de considérer la légende du IIIe Frédéric, du Roi du Graal, comme un simple monument littéraire, vénérable certes, poétique ô combien, mais essentiellement tributaire des phantasmes de son époque, et dont il serait illusoire de vouloir attendre autre chose que des émotions esthétiques. Pour l’intellectualité médiévale, les légendes, loin de s’assimiler à des fictions gratuites nées de la seule imagination, étaient au contraire, selon l’étymologie mime du mot, ce qu’on devait lire. Incitation, en somme, à explorer la sphère des archétypes platoniciens.

Nous l’avons vu : Dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, le mythe qui « informe » la psyché collective et unifie des légendes disparates, agit de façon quasi autonome et imprime son sceau aux événements, en dehors de la volonté consciente d’acteurs « possédés » par des dieux — ou si l’on préfère des courants mentaux — surgis d’un arrière-monde trop longtemps ignoré par le scientisme et le rationalisme triomphants. Fascinant spectacle — et combien terrible — que celui de ces personnages totalement ignorants, parfois, des thèmes mythiques qu’ils mettent en action, et qui n’en reproduisent pas moins, jusque dans les détails les plus inattendus, le modèle archétype formulé in illo tempore.

Il y a eu, surtout en ces dernières années, d’intéressantes « lectures » du Cycle du Graal — en rapport avec la queste initiatique, l’alchimie, etc. — mais à notre connaissance, l’aspect prophétique et politico-mystique qu’il renferme a été négligé. Pourtant, l’archéologue Louis CharbonneauLassay — qui appartint à la » Fraternité des Chevaliers du Divin Paraclet », une organisation initiatique chrétienne dont la fondation remontait au XVe siècle — concluait en ces termes un article sur le « Saint Graal » paru dans une revue catholique des années trente, le Rayonnement intellectuel : « La légende du Saint Graal fut donc pour nos pères un ferment efficace d’inspiration. On peut dire qu’elle reste, après l’Imitation de Jésus-Christ, le chef-d’oeuvre littéraire le plus prestigieux, le plus fécond que la société médiévale nous ait laissé. Qu’on en soit bien assuré, sa gloire et son rôle actif ne sont pas morts. » Il s’agit en effet d’un thème pérenne qui, sous-jacent à la structure religieuse de l’Occident, donne naissance à tout un courant politico-mystique à l’ombre duquel surgira le phénomène hitlérien, telle une plante parasite. Est-ce un hasard si le prix Goncourt Alphonse de Chateaubriant, initié de « l’Estoile Internelle », le cercle intérieur du « Paraclet », écrivait d’Hitler, en 1937, dans la Gerbe des forces : « Ses yeux sont du bleu profond des eaux de son lac de Königssee… Son corps vibre, son mouvement de tête est juvénile, sa nuque est chaude. Ce dos-là n’a pas été cabossé par les sales passions de la politique : il est plein et pur comme un tuyau d’orgue. L’une de ses caractéristiques est une immense bonté. Oui. Hitler est bon. Il est immensément bon. »

La vision du Saint-Graal retrouvé au Moyen Âge.
La vision du Saint-Graal retrouvé au Moyen Âge.

L’image du chevalier du Graal était à ce point prégnante que l’hebdomadaire satirique allemand Simplicissimus publiait dès 1924, en première page, une caricature d’Hitler en armure, « faisant son entrée à Berlin sur un blanc destrier comme s’il eût été messire Galaad en personne » (cf. John Toland, op. cit.), En fait, ce n’était pas de Galaad qu’il s’agissait, ni même de Parsifal, mais de Klingsor, le mage noir. Et pourtant, du héros, il eut les captieuses apparences, au point qu’un groupe d’extrémistes juifs de Palestine déclarait en 1932 que, mis à part son antisémitisme (!), le mouvement N.S.D.A.P. était acceptable et qu’il sauverait l’Allemagne. De surcroît, l’Association des Juifs de la Nation allemande lançait en 1933 un appel en sa faveur. Ses membres appartenaient aux 90 % d’Allemands qui le 19 août 1933 votèrent librement pour Adolf Hitler, successeur de Hindenburg… Un tel plébiscite n’était réservé qu’à un héros désigné par le Destin.


HORS TEXTE

himmler-et-le-saint-graal

En 1933, un écrivain et archéologue allemand reçoit un étrange télégramme anonyme. La lettre lui promet une forte somme d’argent s’il continue sa quête. L’écrivain s’appelle Otto Rahn. Passionné d’ésotérisme, il recherche depuis des années le Saint Graal. L’expéditeur n’est autre que Heinrich Himmler. Le chef de la SS est obsédé par le mysticisme et se persuade à la lecture d’un livre de Rahn que le calice du Christ est à sa portée !Himmler souhaitait créer une nouvelle religion païenne. Il finança plusieurs expéditions d’Otto Rahn au château de Montségur,en France, lieu supposé du trésor cathare. Revenu bredouille, Rahn fut muté gardien aux camps de  Dachau et de Buchenwald. Il finit par se suicider dans les Alpes autrichiennes. Il était juif et homosexuel…Himmler était  homophobe!

 

 

 

 


N’avait-il pas fait preuve pendant la Grande Guerre d’un courage exceptionnel ? Lui, l’« intellectuel » qui transportait toujours des livres, dont un Schopenhauer, dans son paquetage, était devenu dès la fin de 1915 indispensable à l’état-major du régiment, car les tirs d’artillerie coupaient fréquemment les lignes téléphoniques entre les postes de commandement des bataillons et des compagnies, et seuls les agents de liaison pouvaient porter les messages, « Nous ne fûmes pas longs à savoir à quels messagers nous pouvions nous fier le plus », devait écrire Fritz Wiedemann dans Der Mann, der Feldherr werden wollte. Constamment sur la brèche, admiré par les autres soldats pour son intrépidité, « Adi », nous dit John Toland, « était en général aimé parce qu’on pouvait se fier à lui en cas de coup dur. Jamais il n’abandonnait un camarade blessé damais il ne se prétendait malade en cas de missions dangereuses. En outre, c’était un bon compagnon durant les longues et fastidieuses périodes où l’on attendait le combat. Sa qualité de peintre le rapprochait de ses camarades : Il faisait des dessins humoristiques illustrant des moments comiques de leur existence. »

Son colonel devait déclarer : « Aucune circonstance, aucune situation ne l’auraient empêché de se porter volontaire pour les tâches les plus délicates, les plus difficiles et les plus dangereuses, et il était toujours prêt à sacrifier sa vie et sa tranquillité à sa patrie et à ses camarades. » Hugo Gutmann, un Juif, capitaine adjoint du bataillon d’Hitler, demanda pour ce dernier la croix de fer de première classe, qu’il lui remit le 4 août 1918.

Alphonse de Chateaubriant, quant à lui, qui aurait dû pourtant savoir que viendrait un temps « où les élus eux-mêmes seraient séduits », pensait sans doute déjà à Hitler en commentant en 1933 dans la Réponse du Seigneur, la célèbre gravure de Dürer, le Chevalier et la Mort :

« …. Le chevalier apparaît, casqué, lacé dans sa cuirasse, la lance sur l’épaule, à cheval.

« Ce n’est pas un jouvenceau, c’est un homme d’âge mûr, qui porte sur ses os durcis la trace de ses combats, (…)

« Il remonte des bas-fonds de sa vie, son âme médite. Il passe droit son chemin. (…)

« Redoutable chemin, plongé dans les ténèbres des plus basses nuées, hérissé des terribles pierres de l’angoisse et du doute, hanté par les bêtes les plus immondes, les abominations, les terreurs, les trahisons, les haines. Des rochers effroyables essayent d’écraser l’homme et le cheval ; des bas-fonds de cendre, des marais pestilentiels s’ouvrent sous leurs pas pour les engloutir. Véritable sentier de Trophonius, où ceux qui y entraient ne riaient de toute leur vie ! (…)

« Et le voici maintenant qui a engendré l’oeuvre de sa délivrance, et qui passe, ferme comme celui qui a vu l’Invisible. Un immense oubli recouvre comme un tombeau tout ce qui l’a fait souffrir ; il est rendu au confluent de cette heure, où l’homme sous le balancier de l’Éternel peut-être dit : un jour qui s’avance et une nuit qui se retire. »

Et les deux sacripants apocalyptiques, le vieillard à la clepsydre comminatoire et la mâle bête aux longues oreilles d’âne porcien, la Mort et Belzébuth, il ne les voit plus — ces formes obsolètes du vieux monde.

Mais que voit-il alors, de ce regard fixe et perçant qu’il dirige droit devant lui ?

— Ce qu’il voit, répondit ce vieux fils des Templiers, ce qu’il voit, est l’épanouissement de la vision qui ne fut au départ qu’une tremblante ébauche, et qui, à force d’être contemplée, est devenue la glorieuse cité de marbre où il mettra bientôt pied à terre, en enlevant son casque ! » C’était le château du Graal que décrivait ainsi Chateaubriant. Et Hitler lui faisait sinistrement écho : « L’oeuvre que le Christ a entreprise mais n’a pu achever, moi — Adolf Hitler — je la mènerai à terme. »

Adolph Hitler,le guide du Peuple allemand.
Adolph Hitler,le guide du Peuple allemand.

 

 

 

 

 

 

Livre numérique:L’esprit de la SS …par Heinrich Himmler

                    L’Esprit de la SS

Photo du Reichfûhrer Heinrich Himmler donnant la main au Führer Adolph Hitler lors d'une rencontre au
Photo du Reichführer Heinrich Himmler donnant la main au Führer Adolph Hitler lors d’une rencontre au « Nid d’Aigle »,en 1941.

Notre but n’est pas de fonder une association d’hommes qui s’effondrerait tôt ou tard comme toutes les associations d’hommes ou de soldats : notre but est de constituer progressivement un Ordre véritable. A mon avis, on emploie trop souvent le mot d’ordre. Ce n’est pas un ordre parce que nous l’appelons ainsi. J’espère que dans dix ans nous formerons un ordre, et pas seulement un ordre d’hommes, mais un ordre constitué de clans réunis en communautés. Un ordre auquel les femmes seront aussi nécessaires que les hommes. Comprenons bien qu’il serait insensé d’aller chercher le sang noble à travers toute l’Allemagne et de le placer très sagement sous le signe de cette idée, tout en lui permettant de s’allier comme il lui plaira à n’importe quelle famille. Nous voulons créer pour les siècles à venir une nouvelle classe supérieure, une nouvelle noblesse allemande qui sera sans cesse sélectionnée et se composera exclusivement des meilleurs fils et des meilleures filles de notre peuple, une noblesse qui ne vieillira jamais, qui se rattachera à la tradition et au passé dans la mesure où il aura de la valeur — jusqu’aux siècles les plus reculés — et qui représentera toujours la jeunesse aux yeux de notre peuple.

4

Heinrich himmler photo color 002

Nous sommes soumis à la loi de l’élite. Nous avons établi des

critères rigoureux pour le corps, le caractère et l’esprit. Nous avons

toujours sélectionné et abandonné ce qui n’était pas supérieur. Tant

que nous aurons la force nécessaire au maintient de ce principe, cet

Ordre restera sain. Le jour où nous aurons oublié les principes sacrés

de sélection et d’austérité, ce jour là, le germe de la mort sera en

nous. C’est pourquoi nous devons en toutes circonstances et partout

nous rappeler nos principes : sang, sélection, austérité. Chacun de

nous sélectionnera parmi tous les hommes qu’il connaît ceux qui

sont de race pure et dont on peut dire au premier coup d’oeil que se

sont des chefs nés ; il suffira de leur donner l’occasion d’en faire la

preuve. Vous devez amener à nous ce jeune garçon, passer des heures

à vous occuper de lui et veiller à toujours être pour lui un oncle et un

protecteur pendant toutes les années qu’il passera chez nous, jusqu’à

qu’il devienne sous-lieutenant. De cette manière nous aurons réellement

le meilleur de l’Allemagne dans nos rangs, et qu’importe qu’il

s’agisse du fils d’un receveur d’autobus ou du fils d’un comte. Jamais

la route qui mène à nous ne doit être barrée pour ceux qui ont le

sang pur, quelle que soit leur origine. Mais seul le sang véritablement

pur doit accéder aux postes de commandement : nous aurons

ainsi une élite du sang qui deviendra la nouvelle noblesse du peuple

allemand.

Le SS-Obergruppenführer Darré m’a récemment fait une proposition

d’importance. Il m’a conseillé — ce que je considère comme

absolument juste — de vous donner la mission d’incorporer l’année

prochaine dans les SS trois cents fils de paysans qui hériteront un

jour du domaine familial : nous pourrons ainsi établir peu à peu une

structure solide dans les villages. Les meilleurs fils du village et plus

tard les meilleurs paysans doivent appartenir à cette communauté de

sang et de vie qu’est la SS.

La Allgemeine SS, qui compte actuellement cent régiments à

pied, est le fondement de notre organisation, le fondement aussi

de tout notre patrimoine intellectuel. C’est l’organisation à laquelle

incombe la tâche de reconnaître le sang allemand véritablement pur,

5

de l’amener dans nos rangs et de l’éduquer par mis nous, non pas

de l’enlever au peuple allemand, mais de l’éduquer et de lui insuffler

un esprit de corps, un sens du devoir et sentiment du sacrifice tels

qu’alors nous pourrons prendre la responsabilité de constituer une

organisation réunissant les meilleurs. Nous devons cependant veiller,

sans jamais relâcher notre effort ni notre esprit, à ce que toutes

ces ramifications que nous avons instituées sentent qu’elles ne sont

jamais qu’une partie d’un tout, de la même manière, il faut que la SS

sente qu’elle n’est qu’une composante du Parti :

J’estime que là réside mon devoir et ma plus haute mission.

Nous sommes d’abord des nationaux-socialistes, ensuite seulement

nous sommes des SS ; chaque homme est d’abord un SS ; il fait

ensuite partie de la Allgemeine SS, de la Verfügungs truppe, des unités

Têtes de Mort ou du service de sécurité.

Autant chacun de vous et chacun de vos officiers aime et doit

aimer exercer son activité créatrice dans son propre domaine — et

vous y avez la plus grande liberté — autant je vous demande de

toujours persuader vos hommes et votre état-major qu’ils ne sont

qu’une partie à l’intérieur d’un tout et qu’ils ne peuvent représenter

quelque chose que si le tout représente lui-même quelque chose.

Administrer signifie ne pas laisser s’effondrer ce que d’autres

ont créer.

Diriger au contraire signifie former le caractère de l’être humain

dans l’intérêt du peuple, faire apparaître ce que chaque homme

a de meilleur en lui, apporter des idées nouvelles et donner de nouvelles

impulsions.

Je veux que jamais ne se propage dans la SS l’idée que les chefs

qui la commandent ne sont que les administrateurs d’une organisation

existante.

Nous devons bien comprendre que dans dix ans nous exigerons

de la SS plus qu’aujourd’hui.

A ce moment (1933), nous nous sommes trouvés devant le problème

le plus difficile. Nous avions à choisir entre : fermer le Parti

6

et ses organismes, rester un organe de très haute qualité avec très

peu d’adhérents et une base restreinte, ou bien ouvrir largement les

organismes afin d’élargir la base. Cette dernière solution a fait entrer

au Parti un grand nombre de gens qui n’étaient ni absolument

enthousiastes, ni idéalistes ; tous ces gens nous ont mis en danger

par leur nombre, et c’est pour cette raison qu’en 1933, alors que les

autres organismes du Parti grandissaient, j’ai fermé la SS entre 1933

et 1935, j’ai balayé tout ce qui n’avait pas de valeur. J’ai mis à la porte

environs 60 000 personnes, alors que le chiffre actuel de la SS est de

210 000. Cette purge a fait du bien à l’Ordre. La qualité est devenue

meilleure au détriment de la quantité.

Un homme qui n’est bon que pour le sport ne m’intéresse

guère ; un homme doit avoir une valeur humaine, être un sujet

convenable, aboutir à quelque chose dans son domaine, dans son

métier. De même, un homme qui change sans raison de métier pour

la troisième fois ne nous intéresse plus ; nous le mettons à la porte.

Je le dis franchement : dans ce domaine (sport) comme dans tous les

autres, je suis fier de constater que nous sommes les meilleurs, même

s’il ne s’agit pas de notre principale activité. Voyez-vous , s’il y avait

un domaine où ne nous soyons pas les meilleurs d’Allemagne, ou

bien nous serions paresseux ou bien notre sélection serait mal faite.

Lorsqu’on a le meilleur sang, on peut aboutir partout aux meilleurs

résultats, il s’agit seulement de faire ce qu’il faut.

Il y a toujours eu des faiblesses, dans toutes les organisations

humaines.

Des fautes seront toujours commises. Il arrivera toujours que

quelqu’un commette une erreur. Mais les organisations se différencient

dans la mesure où les unes éliminent ceux qui sont indignes

d’elles, alors que les autres couvrent cette indignité en invoquant

de ces excuses inconsidérées pour lesquelles l’homme a un tel penchant,

en disant par exemple :

‘‘ On ne peut mettre ce porc à la porte, ce serait porter atteinte à

notre uniforme ’’. Donc ce porc devrait être couvert par cet uniforme

honorable dans lequel sont tombés des dizaines de généraux, des

7

centaines de colonels, des centaines de commandants de régiment,

des dizaines de milliers d’officiers qui ont versé leur sang, cet uniforme

devrait servir de couverture à un porc ? Non, l’uniforme exige

que tous ceux qui sont indignes de lui en soient dépouillés, de façon

rigoureuse et impitoyable.

Deux camarades doivent s’éduquer mutuellement, et si l’un

d’eux se conduit de manière indigne, il faut qu’il soit exclu de cette

camaraderie.

Et quand un homme se conduit de manière tout à fait indigne,

le devoir de ses camarades est de lui dire : ‘‘ Voilà un pistolet, tu n’as

plus qu’à tirer ’’, ainsi que cela a toujours été l’usage parmi les officiers

Allemands convenables.

Aujourd’hui encore, il se présente tous les mois un cas d’homosexualité

dans la SS. Nous avons de huit à dix cas par an. J’ai donc

décidé la chose suivante : dans tous les cas ces individus seront officiellement

dégradés, exclus de la SS et traduis devant un tribunal.

Après avoir expié la peine infligée par le tribunal, ils seront internés

sur mon ordre dans un camp de concentration. Dans chaque cas,

le corps d’origine sera informé de la chose par mon ordre. J’espère

ainsi extirper ces gens de la SS, jusqu’au dernier : je veux préserver

le sang noble que nous recevons dans notre organisation et l’oeuvre

d’assainissement racial que nous poursuivons en Allemagne.

Les insuffisances et les indignités humaines existeront toujours,

même dans le meilleur corps, même dans la meilleure communauté.

La seule différence réside dans la façon dont réagirons ces

organisations : les unes dissimuleront les faits en disant qu’elles se

discréditeraient en excluant le coupable. L’autre sorte de communauté

dira : c’est terrible pour nous, mais il faut qu’il s’en aille. Vous

voudrez bien agir selon cette dernière ligne de conduite. Je souhaite

que ces choses ne soient pas étouffées : ni dans la SS, ni même dans

une partie de la SS, ni même dans un bataillon. Aussi longtemps que

nous proscrirons une telle manière d’agir et que nous serons sévères

avec un homme, même en considérant tous ses mérites passés, nous

demeurerons une organisation saine.

8

Si nous ne mettons pas en pratique dans chacune de nos actions

ce commandement du Führer : ‘‘ Le Parti doit être un modèle ’’,

si nous n’avons pas toujours le courage d’agir vis-à-vis de nos camarades

du Parti avec brutalité et sans pitié, nous perdons le droit

moral de diriger et d’édicter des lois. Je ne me permettrais pas de

dire cela si je ne pouvais vraiment prouver que j’agis de la sorte à

l’intérieur de la SS.

Mon point de vue a toujours été le suivant : si nous voulons

gagner la guerre, nous avons vis-à-vis de notre peuple et de notre

race, vis-à-vis de notre Führer qui nous a enfin été accordé au bout

de deux milles ans, l’obligation de ne pas être mesquins et d’être

conséquents.

Nous n’avons pas le droit de prendre un seul pfennig sur les

biens confisqués aux Juifs. J’ai arrêté dès le départ que le SS qui

prendrait ne serait-ce qu’un seul mark serait condamné à mort. Ces

derniers jours, je peux le dire franchement, j’ai signé pour cette raison

une douzaine d’arrêts de mort. Il faut se montrer dur pour que

l’ensemble n’en souffre pas. Lorsqu’un homme perd son honneur,

c’est le bataillon tout entier qui le perd avec lui. Lorsque le bataillon

perd son honneur c’est chaque homme du bataillon qui perd son

honneur avec lui.

Croyez-vous qu’un homme entrera encore dans un tel

bataillon ?

S’éduquer mutuellement est une des tâches les plus lourdes de

la camaraderie. Il est bien sûr plus agréable et plus sympathique de

pouvoir raconter quelque chose plutôt que de devoir dire ‘‘ Mon cher

ce que tu as fait n’est pas correct ’’. Mon intention n’est pas de faire

naître une association de tartufes moralisateurs, la SS n’a jamais rien

connu de tel. J’exige que les divertissements soient aussi honorables

que tout le reste. Beaucoup de choses qui passent pour honorables

dans les conceptions libérales et bourgeoises ne sont pas admissibles

chez un SS. Beaucoup se conforment à la lettre aux articles du code,

ce qui ne les empêche pas d’être des canailles et de voler l’argent des

autres. Lorsqu’un SS suit cette route la camaraderie doit cesser.

9

Nous en avons fini avec le passé, il est maintenant nécessaire

que je vous dise en quelques mots ce que j’attends de vous. Je

m’adresse à vous comme je me suis déjà adressé à mes SS en 1933 et

en 1934. Voici ce que j’exige :

1. Fidélité : fidélité inconditionnelle au Führer. La devise

qu’il nous a donnée pour vous reconnaître en elle : ‘‘ Mon

honneur est la fidélité ’’, doit vous servir de fil directeur. Vous

devez la vivre non en parole, mais en acte. La prononcer

est très facile, l’appliquer pendant toute une vie, que cela se

voie ou non, est assez difficile. Votre fidélité doit venir du

coeur et non de l’esprit, car ce dernier est souvent mauvais

conseiller. Lorsqu’on a juré fidélité, on doit rester fidèle,

que cela tourne à notre avantage ou à notre désavantage.

2. Obéissance : obéir sans réfléchir, sans hésiter, sans rien

soupeser, sans rien demander, obéir de toutes ses forces.

C’est nécessaire aucun ordre ne vous est donné sans que

celui qui le donne en prenne la responsabilité

3. Camaraderie : ici encore, dans un sens différent du sens

courant. Il va de soit que vous devez être bons camarades,

que vous devez donner à celui qui a faim, aider celui qui

est dans la peine, que vous entreteniez des relations de camaraderie

est une chose qui va de soi pour tous ceux qui

font partie de la nation allemande. Accorder sa protection

à celui qui est sans défense, avoir une attitude correcte et

chevaleresque vis-à-vis des femmes et des jeunes filles sont

autant de choses qui vont de soi pour un SS. J’exige plus

encore, et c’est cela qui est difficile. J’exige que vous fassiez

mutuellement votre éducation à l’intérieur du bataillon.

En premier lieu, j’exige de vous et de tous les soldats la fidélité.

La fidélité au chef suprême et donc au Reich, au peuple. Il ne suffit

pas de dire ‘‘ Je suis fidèle à la foi jurée, je suis fonctionnaire, officier, et

je ne peux pas faire autrement ’’. Car la fidélité forme un tout. Il n’y a

pas de si ni de mais dans la fidélité, pas de réserve intérieure, pas de

10

droit réservé. Soyez également convaincus d’une chose : les hommes

feront toujours des fautes. Chacun de nous. Il existe certaines fautes

qui sont humaines, que l’on peut pardonner et qui sont pardonnées.

L’infidélité est au premier rang des fautes qui ne pourront jamais

êtres pardonnées. L’infidélité détruit l’ordre de l’État, l’infidélité détruit

les troupes et les armées. Les peuples disparaissent à cause de

l’infidélité. Vous devez avoir bien conscience d’une chose : lorsque

l’un de vous trahit la foi jurée, il montre à ses hommes qu’ils peuvent

en faire autant.

Voici ce que j’exige de vous, officiers et hommes de troupe SS :

que vous vous conduisiez avec vos camarades comme si vous étiez

tous nés ensemble, que vous appreniez à vos camarades et à vos subordonnés

— qui sont aussi vos Camarades — tout ce que vous

savez et tout ce que vous avez apprit en Allemagne. Voici ce que

j’exige de vous, officiers et hommes de troupe : que vous transportiez

hors de la zone de combat votre camarade ukrainien ou galicien

blessé, exactement comme s’il était votre frère. Et voici ce que j’exige

de vous, officiers et hommes de troupe ukrainiens qui faites partie

de cette division, et de vous, allemands : que vous rivalisiez de camaraderie.

Ce que j’exige de vous est ce que je porte en moi-même :

une foi que rien ne peut ébranler, la foi dans le Führer, la foi dans

l’avenir de ce Reich grand allemand, non : grand germanique, la foi

en notre valeur personnelle et la foi en nous-mêmes. C’est quelque

chose que je dois exiger, et que je voudrais sans faire de phrases

faire jaillir en vous, comme une flamme sacrée. Vous qui exercez un

commandement , il est de votre devoir de ne jamais perdre votre foi

dans la victoire finale, votre foi dans la mission du peuple germanique,

et cela à aucune seconde, à aucun moment, aussi désespéré

qu’il paraisse. Jamais vous ne devez laisser parler au fond de vous

l’esprit menteur, ni les calculs menteurs. Car dans la vie des peuples

les impondérables sont plus importants que tous les chiffres et que

tout les calculs conformes à la raison. les tristes événements de ces

derniers jours en sont pour moi la preuve la plus vivante. L’attentat

contre le Führer était le calcul intellectuel le plus abominable. Les

11

conjurés comptaient qu’un instrument dénué d’âme exploserait dès

qu’ils appuieraient sur le bouton, une foi l’appareil mis en place.

Ils se sont complètement trompés parce qu’ils n’ont pu faire entrer

dans leurs calculs cette chose impondérable : la foi de cette jeunesse

dans le Führer, la fidélité de cette jeunesse au Führer. La foi dit :

‘‘ Vous pouvez me démontrer ce que vous voulez, nous vaincrons ’’. Ce

fut plus fort que ce travail d’état-major, que cette apparente finesse

d’état-major, fausse et perverse.

En Allemagne, beaucoup de gens croient devoir nous qualifier,

nous SS, de ‘‘ sans Dieu et sans religion ’’. Il est juste de dire qu’en

tant que Groupe de Protection, nous nous préoccupons moins que

quiconque de la confession des autres ou de l’Église à laquelle ils

appartiennent. Notre croyance en un Dieu tout-puissant est extrêmement

profonde et nous refusons d’admettre dans nos rangs ces

gens prétentieux, arrogants et déraisonnables que sont les athées. Ce

serait gravement méconnaître nos méthodes que de croire que sans

cette foi, nous nous hasarderions à exécuter les tâches que le Führer

nous a imposées et à appliquer les lois que nous sommes données. Si

nous ne croyons pas en toute humilité à une autorité divine placée

au-dessus de nous et à un ordre instauré par Dieu, soyez sûrs que

nous ne trouverons pas notre place entre nos ancêtres et nos descendants,

entre un passé infini à l’échelle humaine et un avenir éternel.

Celui qui prête serment sur la croix gammée doit renier et haïr

toutes les autres croix.


Réflexions Idéologiques

La loi de la nature est ainsi : ce qui est dur est bon, ce qui est

fort est bon, ce qui procède de la lutte pour l’existence, au plan du

corps, du caractère et de l’esprit, est bon du point de vue de la durée.

Nous resterons sains et résistants, aussi longtemps que nous

ne tomberons pas dans la démocratie, ou dans l’empire héréditaire

ou légitime, qui ne provient pas du peuple lui-même. Voyons clair :

nous n’existerons pendant des dizaines d’années à venir que si nous

12

restons un peuple profondément convaincu d’avoir à s’en tenir à lui-même,

à croire à sa propre force, et à la maintenir.

Si dans l’ensemble nous avons surmonté cet hiver de manière

très honorable, c’est à mon avis parce que nos hommes, et surtout

nos chefs, croient en notre conception du monde. Exactement

comme l’autre est un bolcheviste convaincu, nous sommes des nationaux-

socialistes convaincus, des Germains convaincus. C’est de cela

qu’il s’agit. C’est un combat idéologique comme l’était le combat

contre les Huns au moment des Grandes Invasions, comme l’était

le combat contre l’Islam pendant tout le Moyen-Age : ce n’était pas

un combat religieux, mais un combat racial. Le combat est exactement

le même aujourd’hui. C’est aujourd’hui un combat racial,

exactement comme le combat contre les Huns et le combat contre

les tatares, comme on disait alors. Mais il est important que nous sachions

et que notre corps d’officiers — que nous envoyons toujours

en mission — en soit convaincu jusqu’au fond du coeur. Car le coeur

seul peut donner la force de maîtriser des situations impossibles.

La force de nos soldats allemands et du peuple allemand dans

son ensemble réside dans la foi et la conviction que nous avons plus

de valeurs que les autres, conformément à notre sang et à notre race.

C’est là, messieurs, le fondement, le postulat de notre existence historique.

Un peuple situé au milieu de l’Europe, entouré de toute

part d’ennemis, un peuple qui a survécu à une guerre de Trente

ans, qui en est sorti avec trois millions et demi à quatre millions

d’habitants et qui parvient ensuite à la grandeur historique d’une

Grande Allemagne (qui se transforme en un Reich germanique),

un tel peuple n’existe que grâce à sa qualité, à sa valeur raciale. A

partir du moment où nous commençons à douter de notre propre

foi, de notre valeur raciale, l’homme germanique est perdu. Car les

autres sont plus nombreux que nous. Mais nous avons plus de valeur

qu’eux. Notre devoir est de faire en sorte que dans les prochaines

générations, dans les siècles à venir, cet homme germanique constitue

à nouveau la classe dirigeante de vastes parties de la terre, et

gouverne ainsi le monde, comme autrefois dans la nuit des temps.

13

De l’autre côté il y a un peuple de cent quatre-vingts millions

d’hommes, un mélange de races et de peuples dont les noms sont

parfaitement imprononçables et qui ont une telle allure qu’ont peut

tous les abattre sans merci, sans aucune pitié. Ces bêtes qui, à chaque

fois qu’elles trouvent un prisonnier allemand blessé, le bafouent et le

torturent au lieu de le traiter comme un soldat loyal.

Quel est le sens de cette guerre ?

Le sens de cette guerre est la confirmation historique du Reich

grand allemand face au monde entier. C’est un acte en soi, un acte

suffisamment important pour mener une guerre de six ans, quand

on pense qu’un Frédéric le Grand a combattu pendant sept ans,

dans une situation beaucoup plus difficile, pour confirmer un Etat

de deux millions et demi d’habitants. C’est aussi le commencement

et la fondation du Reich grand germanique, l’extension de notre base

ethnique par la réintégration de trente millions d’hommes de notre

sang, d’ascendance germanique : Danois, Flamands, Hollandais,

Norvégiens et autres peut-être.

Le but de cette guerre est en troisième lieu la domination et

l’organisation du continent appelé Europe, auquel nous avons apporté

culture, vie et sécurité au prix de nos vies et en versant le sang

des innombrables soldats qui nous ont précédés ; en prévision des

années de paix, nous devons organiser l’économie de ce continent ;

en prévision des guerres et des conflits futurs, nous devons organiser

son armée. A ce sujet notre intelligence des problèmes militaires

et nos connaissances technique nous disent que si les frontières

actuelles sont maintenues, toute guerre à venir sera perdue dès le

départ, un peuple a déjà perdu la prochaine guerre, si ses postes de

détection aérienne ne sont pas placés deux mille kilomètres en avant

de ses frontières.

Le but de cette guerre est en quatrième lieu de repousser les

frontières de la nation allemande de cinq cents kilomètres vers l’Est

au minimum, à partir des frontières de 1939. Il s’agit de peupler

Heinrich Himmler en compagnie de Sepp Dietrich.
Heinrich Himmler en compagnie de Sepp Dietrich.

14

cet espace en fils de sang germanique, en familles germaniques, en

fils allemands et en familles allemandes, pour former comme une

pépinière de sang germanique : il faut en effet que nous continuions

à être un peuple de paysans alors que nous avons presque cessé de

l’être : la population rurale n’a cessé de diminuer. J’estime nécessaire

que nous nous fixions dès aujourd’hui en pensée un but à long

terme : ce but est le suivant — je l’ai déjà évoqué : constitution d’un

peuple de Germains de cent vingt millions d’hommes, déplacement

des frontières de la nation allemande de cinq cents kilomètres à l’Est,

poursuite inlassable du peuplement pendant les vingt années qui

suivront la guerre, puis création de points de protection — protection

de notre puissance aussi bien que de notre nationalité — grâce

à des îlots de peuplement aussi loin que s’étende la domination allemande

en Europe, au Sud-est à l’Est et à l’Ouest, préparation intérieure

et extérieure — mais surtout par le sang, par sa qualité et

sa quantité — de notre peuple aux conflits qui viendrons après cette

guerre pour nos descendants et les générations futures : car alors ce

ne seront pas des peuples, mais des races entières qui s’organiseront

et des continents entiers qui marcheront les uns sur les autres et qui

s’affronteront.

C’est à notre génération, à elle surtout, qu’incombe la tâche

d’assurer à notre peuple l’éternité. Et si vous considérez cet espace

de temps, cette éternité, je crois que chacun, à l’heure de la détresse

et du danger, comprendra que la vie de notre génération ne représente

qu’une seconde dans la vie de la terre et dans la vie de notre

peuple. Et c’est pendant cette petite seconde que celui qui vit à ce

moment-là doit faire son devoir. Beaucoup, beaucoup d’entre nous

ne verrons pas la victoire, mais le destin en épargnera aussi un grand

nombre. Après la guerre nous travaillerons pour gagner la paix, ce

qui sera peut-être plus difficile que de gagner la guerre. Nous vivrons

cette époque de paix, et puis un jour notre existence se terminera,

nous devons donc agir dès aujourd’hui de telle sorte que nos enfants

et nos petits-enfants puissent dire de nous : ‘‘ Nos pères, nos ancêtres, se

sont montrés dignes d’être les officiers d’Adolf Hitler, le Führer envoyé par

Heinrich Himmler à Malthusen,en 1941.
Heinrich Himmler à Malthusen,en 1941.

15

le Seigneur, en un temps qui fut le plus dur de toute l’histoire du peuple

germanique. ’’

Nous devons remarquer la chose suivante : dans l’histoire, sur

ce globe, sur cette terre, seul notre propre sang peut représenter un

danger pour la nation. C’est pourquoi, en cette époque qui est pour

nous une époque de force, nous devons veiller à ramener tous ceux

de notre sang, ce qui est assurément en notre pouvoir, et également

veiller à ce que jamais notre sang ne nous soit retiré et perdu pour

nous.

Et vous pouvez être certains que nous donnerons à tous les

gens de notre sang véritablement noble la possibilité d’une ascension

en leur permettant de s’incorporer à ce puissant Reich et de

grandir au milieu du peuple allemand. Il y a eu autrefois bien des

frottements — disons les choses comme elles sont — dus à l’ignorance,

à l’injustice et, dans les cercles de conjurés, à la mauvaise volonté

qui opposait l’armée et la SS. Je ne suis pas ici en tant que

Reichsführer SS et, disons, en tant que commandant en chef d’une

partie de la Wehrmacht qui ferait concurrence aux autres, je suis

ici en tant que partisan fidèle au Führer, en tant que soldat, national-

socialiste, en tant qu’allemand et Germain. Pour moi, ma tâche

est d’être votre camarade et votre ami en même temps que votre

commandant suprême, comme je le suis pour mes hommes. Je ne

fais aucune différence, j’accorde mon entière confiance à ce corps

d’officiers et à l’armée allemande, et je sais que la loyauté et l’esprit

chevaleresque sont encore très forts chez l’Allemand de sang germanique.

Et je voudrais vous donner à vous, officiers, un mot d’ordre

qui est un mot d’ordre allemand très ancien. Il y avait au Moyen-

Age une inscription placée au-dessus du comptoir des maisons du

commerce, qui signifie en allemand moderne : ‘‘ L’honneur est une

contrainte suffisante ! ’’ C’est ainsi que nous agirons !

Il faut que vous exerciez votre action sur le coeur de vos officiers,

sur le coeur de vos hommes. Mettez dans ces coeurs le feu

sacré de l’honneur militaire, de la vraie tradition militaire allemande,

emplissez-les de foi et de reconnaissance envers le destin qui nous

16

a accordé le Führer, et répétez chaque jour à vos hommes pourquoi

ils combattent, pourquoi ils doivent donner leur sang, souffrir et se

priver. Dites-leur chaque jour de penser à leur enfant, à leur petite

soeur ou à leurs parents, à leur femme, dites-leur qu’ils les protègent,

qu’ils défendent la pureté de notre sang et la beauté de notre pays,

que l’avenir de la nation repose entre les mains de cette division et

de tous ces soldats, entre vos mains à vous.

Ce qui est en jeu dans notre lutte, c’est le national-socialisme,

une idéologie fondée sur la valeur de notre sang germanique, de

notre race nordique.

Ce qui est en jeu, c’est un monde tels que nous l’avons conçu,

beau, honnête, fait d’égalité sociale, un monde riche en joies et en

culture.

Malheur à nous si le peuple germanique ne peut gagner ce

combat ! Ce sera la fin de la beauté, de la culture et de la force

créatrice sur cette terre. Nous luttons pour cet avenir et nous maintenons

l’héritage de nos aïeux. Nous connaissons le visage que nous

donnerons à cet avenir. C’est pour cette raison que nous sommes

plus fanatiques que jamais, plus croyants que jamais, plus obéissants

et plus probes que jamais, car tel est notre devoir.

Justice

Tout peuple, aussi bon qu’il soit, possède sa boue, sa lie. Après

la guerre de Trente ans, il restait quatre millions de personnes en

Allemagne, notre peuple s’est formé à partir de cela en trois siècles,

et lui aussi possède sa boue. Elle n’est certainement pas plus importante

que chez les autres peuples. Elle est parfois très dangereuse

pour un peuple aussi haut placé que nous le sommes parce qu’elle

détonne particulièrement. On comprend son existence et on peut

l’expliquer. Au cours des siècles, toutes sortes de peuples et de races

venus d’Asie, de l’Est et de l’Ouest, ont traversé ce merveilleux pays

avec ses extraordinaires paysages, ce pays si beau, mais si mal placé

géographiquement, avec ses frontières ouvertes à l’Est et à l’Ouest.

L’énigme que sont l’hérédité et le jeu de l’amour provoquerons tou

17

jours au sein de notre peuple l’apparition de germes douteux qui

deviendront des hommes. Il ne faut pas que cela nous attriste. Les

lois d’hygiène raciale qui ont été édictées par l’État national-socialiste

amèneront un changement inouï dans l’avenir. Une grande

partie du sang douteux — la plupart du temps donc enclin à faire

des criminels et des êtres asociaux — n’aura plus la possibilité de se

perpétuer : il ne sera plus mis au monde. Nous devons cependant

bien voir que, de la boue de notre peuple et de la rencontre de ces

germes — ce à quoi la loi ne peut remédier — , certains spécimens

de sous-hommes continueront à voir le jour, aussi belles et aussi

riches d’avenir que soient les lois d’hygiène raciale national-socialiste,

et ce dans les siècles et les générations à venir.

Nous devons découvrir ceux qui auront manqué à leur devoir

et les exclure sans pitié, les remettre aux mains des juges et les dénoncer

publiquement. Toute organisation humaine a ses faiblesses

et ses imperfections. Il en sera toujours ainsi. Les organisations ne

se différencient les unes des autres que par leur attitude. L’armée

prussienne jusqu’à l’époque de l’empereur Guillaume Ier en est un

exemple frappant. C’était une grande armée dont le corps des officiers

avait une tenue admirable parce qu’il avait le fanatisme de la

propreté morale et de l’auto-épuration et parce qu’il chassait sans

merci tous ceux qui allaient à l’encontre de son code d’honneur.

Un peuple doit être capable d’exclure de la communauté et sans

aucune charité chrétienne les individus qui nuisent à cette communauté,

mais en même temps il doit respecter les convenances et ne

jamais torturer un homme. Il faut simplement arrêter ces individus

et les tenir à l’écart de tous.

A cette occasion, je me permets de dire en toute sincérité un

mot sur les camps de concentration. Je suis au courant de tous les

mensonges et de toutes les extravagances que l’étranger peut écrire,

raconter et colporter à ce sujet. Comme toute privation de liberté,

le camp de concentration présente assurément une peine dure et sévère.

Un travail rude qui fait surgir de nouvelles valeurs, un mode de

vie réglé, une constante propreté matérielle et corporelle, une nour

18

riture irréprochable, un traitement strict mais juste, le réapprentissage

du travail dont le détenu retire des capacités professionnelles :

telles sont les méthodes d’éducation. La devise placée au-dessus des

camps est la suivante : ‘‘ Il y a un chemin qui conduit à la liberté. Ses

étapes sont : obéissance, assiduité, honnêteté, ordre, propreté, lucidité, sens

du sacrifice et amour de la patrie ’’. Je trouve bizarre que ce soit surtout

les démocraties occidentales qui se préoccupent du problème des

camps allemands, alors que chez elles les camps de concentration

sont presque devenus une institution vénérable, avec comme seule

différence que l’on interne dans ces camps — contrairement à ce

qui se passe en Allemagne — des nationalistes épris de liberté. On

peut sans aucun doute affirmer au surplus que, dans beaucoup de

ces pays où les richesses naturelles sont aussi abondantes que les

chômeurs, ces derniers et un grand nombre de travailleurs n’ont pas

autant à manger que les criminels dans les camps de concentration

allemands.

La question juive a complètement changé en Europe. Le Führer

a dit dans un de ses discours au Reichstag : ‘‘ Si les juifs devaient machiner

une guerre visant à exterminer les peuples aryens, ce sont les juifs

qui seraient exterminés, pas les Aryens ’’. Le juif a émigré hors d’Allemagne,

il vit aujourd’hui dans l’Est et travaille à nos routes, à nos

lignes de chemin de fer etc. Ce processus a été mis en place de manière

logique, mais sans cruauté. Nous ne torturons personne, mais

nous savons que nous combattons pour notre existence même et

pour la survie de notre sang : le sang nordique. Aux termes de la loi

(avant 1933), il était impossible de s’emparer d’un sadique ou d’un

débauché qui violentait les enfants, s’il ne venait pas précisément

d’accomplir un tel crime. Quand les premiers cas se sont présentés

à moi, j’avais trente-quatre ans, j’étais alors chef de la Gestapo, un

tout jeune chef : je me suis mis à la place des parents et je me suis

dit : ‘‘ Que dirais-je si mon enfant, si ma fille avait été violentée par un

tel sous-homme, par un criminel de ce genre, si un tel malheur m’arrivait

?…. ’’ Dans la police, nous savions que dans les prisons et les

pénitenciers, tout les criminels discutaient entre eux ou projetaient

19

les crimes qu’ils accompliraient après leur libération — car ils ne

vivent que de leurs crimes — et je me suis dit : ‘‘ Ce n’est pas possible,

c’est insensé, et de toute façon je ne peux prendre la responsabilité de telles

choses. Un seul de ces précieux enfants allemands, un enfant pur, a plus de

valeur que vingt criminels. A partir du moment où je sais qu’un homme

est une fripouille, je dois l’incarcérer avant que l’enfant ne soit en danger,

avant qu’il ne devienne un grand ou un petit citoyen, un Allemand loyal,

et que sa vie ou ses biens ne soient menacés par un sadique ’’.

Je savais qu’il y avait dans la police beaucoup de gens déplaisants.

Je savais que jamais un homme d’honneur n’entrerait dans la

police si on ne lui redonnait pas son sens, si on ne lui rendait pas son

honneur. Dans ce cas, la police n’avait plus qu’à disparaître. Il en va

de même dans tous les domaines.

Société

A mon avis il y a une trop grande masculinisation de notre

vie : nous allons jusqu’à militariser des choses inimaginables : je le

dis très franchement, rien n’est aussi parfait que notre manière de

faire avancer les hommes en rang et de faire des paquetages. Mais

je trouve catastrophique de voir les filles et les femmes — les jeunes

filles surtout — circuler à travers le pays avec des paquetages parfaits.

Cela donne envie de vomir. Je trouve catastrophique de voir

les organisations féminines, les associations féminines, les communautés

féminines, s’occuper de choses qui détruisent le charme, la

dignité et la grâce de la femme. Nous autres hommes — je parle de

manière générale, cela ne nous concerne pas directement — nous

voulons, dans notre folie, faire de la femme un instrument de pensée

logique, nous lui apprenons tout ce qui est possible, je trouve cela

catastrophique, nous masculinisons les femmes de telle sorte qu’à

la longue la différence sexuelle, la polarité disparaissent. Dès lors, le

chemin qui mène à l’homosexualité n’est pas loin.

Je suis néanmoins convaincu que s’il s’agit de peser lequel est

le plus dangereux, de laisser ce vice se développer dans notre peuple

sans sévir en attendant que les homosexuels aient corrompu des

20

couches entières de notre jeunesse, ou de voir surgir des espions

ou des saboteurs dans ces milieux homosexuels, je considérerai le

premier péril comme le pire et je continuerai de traquer l’homosexualité.

Le flirt, que vous l’appeliez amitié ou liaison, est admis par la

société, l’enfant illégitime, et sa mère par conséquent, ne sont pas

reconnus par la société, je m’élève contre ce système et je crois que

nous nous élevons tous contre lui. Nous n’enterrons pas le mariage,

nous ne pensons pas à le faire : nous sommes suffisamment intelligents

pour savoir que la cellule de base d’un peuple n’est pas le

mariage en lui-même, mais le mariage dans la mesure où il produit

des enfants — je voulais le dire très nettement et corriger les idées

que l’on a à ce sujet. Qu’un couple vive avec l’accord des autorités

civiles et religieuses, ou non, ne changera rien à la perpétuation d’un

peuple. Cela ne représente pour ce couple qu’un avantage social,

dans la mesure où il est alors dans la légalité et mieux considéré

au point de vue social. Un mariage fécond est la cellule de base de

l’État. Nous le savons nous-mêmes et nous l’exigeons. Je crois qu’il

n’y a pas à s’étendre là-dessus : nous devons encourager les mariages

féconds, qui représentent la cellule de base de l’État et qui sont une

chose saine : personne ne doit y toucher, personne ne doit les mètres

en danger, personne ne doit y porter atteinte.

Nous avons d’autre part une certaine tendance à exclure autant

que possible les femmes des fêtes et des cérémonies. Les mêmes

viennent ensuite se plaindre de ce que les femmes restent parfois

fidèles à l’Église, ou bien de ce qu’elles ne sont pas gagnées à cent

pour cent à la cause nationale-socialiste. Ils n’ont pourtant pas à se

plaindre : ils traitent les femmes comme des êtres de second ordre et

les tiennent à l’écart de toute notre vie intérieure. Il ne faut donc pas

s’étonner qu’elles ne soient pas encore tout à fait gagnées à cette vie.

Nous devons bien voir que le mouvement, la conception du monde

national-socialiste, ne peuvent subsister que s’ils sont portés par les

femmes : car les hommes saisissent les choses avec leur entendement,

alors que la femme le saisit avec son cœur.

21

Depuis que notre Reich existe, son histoire et celle des peuples

allemands, avec l’éternel mouvement ascendant et descendant de

la vie, constituent un triste enseignement : grandeur et décadence,

force et puissance, faiblesse et déclin. C’est pourquoi nous ne pouvons

attendre, nous ne pouvons avoir la témérité de penser que dans

les siècles ou les millénaires à venir un autre Adolf Hitler surgira,

qui possédera la même grandeur, la même force et le même coeur

que lui. Et nous n’avons pas le droit de nous soustraire à la difficulté

et à la dureté de ce qui peut être fait aujourd’hui en disant :

‘‘ Ceux qui viendront après le feront ’’. C’est à nous de le faire, c’est à

nous que la victoire a été arrachée, c’est nous qui sommes responsables

de 1918, nous tous, jeunes ou vieux à l’époque, c’est nous

que les comités de soldats ont piétinés, c’est nos drapeaux qu’ils

ont déchirés, et c’est à nous de réparer les tort que nous avons subi.

Autrefois, l’étendard de la victoire nous a été arraché sans pitié, nous

menons aujourd’hui notre combat avec la même absence de pitié.

C’est dur et terriblement difficile pour les troupes qui doivent le

faire, mais elles doivent le faire et elles l’ont fait. Et je peux vous dire

une chose : moi, Reichsführer SS et fondateur de la SS, j’estime que

le fait qu’elles l’aient supporté sans que leur moralité ou leur âme en

soit atteinte a été la chose la plus dure, celle qui pèse le plus lourd

dans la balance.

Traditions

Le fait que la famille et le clan répondent de chacun de leurs

membres est une coutume allemande très ancienne. De la même

manière il est évident que le clan tout entier est honoré quand un de

ses membres s’est particulièrement distingué. Lorsqu’à la fin de la

guerre un soldat entrera en possession de son domaine héréditaire, ce

n’est pas seulement lui qui en bénéficiera, mais également sa femme,

ses enfants, et indirectement ses parents, et à travers les générations

tous ses descendants, aussi longtemps que la famille se perpétuera.

Un grand soldat méritant, décoré de la Croix de Chevalier, a la certitude

qu’après la guerre il recevra de l’État des honneurs particuliers

22

ainsi qu’une dotation : il a la certitude que s’il tombe, le Führer et

chef suprême accordera à sa veuve et à ses enfants la bienveillance

et la faveur particulière de l’État, bien au-delà de toute pension de

guerre. Inversement, il va de soit que si l’un d’eux est infidèle et que

le clan ne peut prouver qu’il l’a rejeté, on demandera des comptes à

ce même clan.

Nous voyons combien un peuple qui ne croit qu’en ses ancêtres

peut se montrer courageux : le Japon. Il est difficile de vaincre un tel

peuple. Il faut que dans les décennies que nous avons encore devant

nous, nous insufflions cette foi et cette force à notre peuple. C’est

pourquoi justement cette foi doit devenir un élément de vie de la SS.

Il est tout à fait indifférent à l’homme qui vit par hasard en

1936 d’avoir des enfants ou non. C’est une question de préférence

personnelle. L’un a un chien, l’autre a un enfant. Ou bien on a un

enfant pour pouvoir léguer à quelqu’un ce qu’on possède, ou bien

pour être soigné quand on sera vieux. Ce sont autant de motifs

égoïstes. Car il en sera toujours ainsi chez l’homme atomisé, chez

l’individu isolé. L’homme libéral est bien le péché mortel du libéralisme

et du christianisme. Ils ont exactement su comment détruire

le passé. Comment était l’homme du passé ? Il était inséré horizontalement

dans un ensemble naturellement constitué de clans, de

communautés villageoises, de régions ; verticalement, il était inséré

dans une longue chaîne dont-il représentait un maillon, soutenu par

la croyance que le clan le remettrait sans cesse au monde — vous

constaterez que chez nos ancêtres, le petit-fils recevait souvent le

nom de son grand-père — et c’est pourquoi l’on priait toujours le

ciel d’avoir un fils, pour ne pas renaître dans un clan étranger, sous

un autre nom.

On peut philosopher pendant des heures pour savoir si l’on renaît

ou pas. C’est un sujet dont on peut discuter pendant des heures.

Je dois dire qu’il y a autant d’arguments en faveur de cette croyance

qu’en faveur d’une autre. Elle est aussi difficile à démonter scientifiquement

que le christianisme, que la doctrine de Zarathoustra, que

celle de Confucius, etc.

23

Mais elle présente un grand avantage : un peuple qui croit à la

renaissance et qui honore ses ancêtres — et s’honore donc lui-même

— a toujours des enfants et vit donc éternellement.

Je ne peux en aucun cas admettre l’opinion du Prof. Dr. B. K.

Schultz. À mes yeux, elle est scientifiquement insoutenable. En effet,

si l’on suit son raisonnement qui consiste à dire qu’à la troisième

génération on ne peut plus compter qu’il reste un seul des chromosomes

provenant du Juif, on arriverait à prétendre que ceux des

autres ancêtres ont également disparu. Alors, je pose la question :

d’où l’homme tient-il son patrimoine génétique si à partir de la troisième

génération aucun chromosome de ses ancêtres ne subsiste ?

Je vous ai dit souvent déjà que les généalogies sont des paperasses

insensées si l’on n’en fait pas quelque chose de vivant : nous

devons inculquer à nos hommes et plus tard à nos enfants le respect

des ancêtres, du passé, et donc de la continuité vers le futur. De cette

manière seulement la généalogie acquiert son sens, elle nous fait

comprendre que nous avons chacun des ancêtres à qui nous devons

manifester notre respect. Elle nous fait également comprendre ceci :

aussi fiers que nous soyons, nous sommes insignifiants, car nous ne

sommes qu’un anneau, qu’un maillon d’une longue chaîne. Et elle

nous fait en même temps comprendre que nous sommes importants

et nécessaires, car si nous disparaissons, tout ce que nos ancêtres ont

fait devient inutile. Telle est la signification que j’attribue au culte

des ancêtres. Et je crois fermement qu’à partir du moment où il

vénérera ses ancêtres, un peuple résoudra le problème de savoir s’il a

suffisamment d’enfants ou non, sans qu’il soit besoin de prendre des

mesures sociales particulières.

Je ne me mêle pas de religion, je laisse à chacun le soin de résoudre

ce problème. Mais je n’ai jamais supporté aucun athée dans

les rangs de la SS. Chacun croit au fond de lui-même au Destin, au

Seigneur, à ce que nos ancêtres appelaient dans leur langue Waralda,

le Très Ancien, à quelque chose de plus fort que nous. Nous savons

très bien que les proverbes qui disent que l’homme domine la nature

ne sont que des proverbes prétentieux et stupides.

S’il venait à la nature l’idée de faire pleuvoir pendant huit ou

dix semaines, ou, disons, de faire neiger jusqu’à fin Juin de cette

année au lieu de Mars à Avril, nous ne parviendrions pas à nous

tirer d’une telle situation. Alors ce serait la fin de ce que dans notre

mégalomanie nous appelons culture, civilisation et niveau de vie :

‘‘L’Humanité affamée devrait lutter

purement et simplement pour survivre et

elle choisirait sans doute le moyen le plus simple ’’

étendard ns


AVIS AUX HONORABLES CENSEURS SIONISTES QUI LIRONT CE LIVRE

Apprenez que nous ne nous adressons qu’à la plèbe, les sans-voix, la masse puante des goym en puissance, qui ne croient plus en rien de ce que peut leur dire les diverses idoles politiques, toutes soumises à Mamon.

Réjouis-toi Juif, tu sembles avoir gagné ton pari de vouer la Nation Blanche à la disparition de sa race, de ses connaissances, de ses religions et de sa volonté à survivre en tuant le premier à naître dans le ventre de sa mère. Réjouis-toi, tu vas pouvoir devenir le Maître du monde ordonné selon les préceptes de ta folie thalmudique. Allumons les cierges et lâchons les démons. Que le sang des enfants innocents coule et abreuve l’azim !

Au fait qui après cela te faudra-t-il réduire en esclavage ? Qui ? Que feras-tu de ton tas d’or ? Saura-t-il te nourrir convenablement, toi qui rechigne à travailler la Terre pour en obtenir courageusement le lait et le miel, au lieu de le voler à l’Akum ?

Ancètres

La conspiration nazi: Himmler à la recherche du pouvoir spirituel

*traduit de la langue russe…je remercie mon envoyeur. 

Gennady Fedotov
Gennady Fedotov

Gennady Fedotov, un chroniqueur intéressé par  l’époque du maréchal Staline qui ,un jour,fit une recherche impartiale ,autant sur le  court
des événements incroyables qui ont eu  lieu autour de l’influence  des sociétés secrètes associées  avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et aujourd’hui, ce travail de recherche  continue à embarrasser les chercheurs. Tant de mystères liés à la personne de l’un des plus proches collaborateurs de Hitler :l’élu des diverses sociétés  secrètes en Allemagne, Heinrich Himmler ,le chef suprême des SS.


Himmler était connu pour être obsédé par les anciens mythes et légendes du monde.Il  croyait  en la transmigration des âmes (la réincarnation) et souvent ,il affirmait avoir  » communiqué « avec les fantômes de génies morts depuis longtemps,revenus  du passé. Il se considérait comme une réincarnation de ce roi mythique des îles  Britanniques,le roi  Arthur ,auprès de qui ,se recueillaient  les chevaliers  de  » la Table Ronde », puis ce fut  le roi Henri I, dont l’esprit ,disait lui apparut et lui a donné des instructions.

Il a vu l’association de leurs activités avec le légendaire Saint Graal qui donne à son titulaire le pouvoir mondial et c’est pourquoi il s’était battu  pendant l’époque du Roi Arthur.

 

Enrich Himmler
Enrich Himmler

 

 

Le Reichsführer SS s’est inspiré d’une ancienne légende allemande, selon laquelle les trésors cachés apparaissent sur ​​la surface de la terre tous les 700 ans. Et en 1944, quand le Troisième Reich était déjà essentiellement  menacé d’invasion , il a même envoyé une expédition à la recherche du Saint Graal.

Le  16 Mars, 1944 ,il envoya une expédition  sous l’égide d’Alfred Rosenberg, qui sur les vestiges du château cathare ( les derniers propriétaires du Saint Graal ) les allemands ont soulevé un immense drapeau  représentant la croix celtique

Cette date n’a pas été choisie au hasard: c’était ce jour-là en 1244 qu’ont été détruits …les ennemis  des gardiens du sanctuaire mystique. Les  grandes prêtresses de la Société du Vril ,avec Maria Orsic en tête,avaient  en effet, fait un autre ancien rituel magique, demandant à une puissance supérieure de l’aide et de protection pour la personne Sacrée du Führer,la Sainte Allemagne et la Victoire pour le Peuple Allemand.

Le mont Elbrouz
Le mont Elbrouz

 

Un peu plus tôt, au printemps de 1942, trois grimpeurs expérimentés,membres des SS  avaient  grimpé jusqu’au sommet du mont  Elbrouz, la montagne sacrée des Aryens. Là, ils ont effectué une série de rituels magiques et hissé le drapeau à  croix gammée. Tout cela a été fait avec un seul but  dans la tête du Reichführer  Himmler : pour établir le pouvoir sur les éléments.

Mont Elbrouz explorateurs

 

L’expédition sur le mont Elbrouz dans le but de retrouver des artéfacts.

Himmler n’a pas cessé de financer de nombreuses expéditions dans l’esprit d’Indiana Jones dans tous les coins du monde, au cours de laquelle des scientifiques allemands ont été la recherche de preuves de «supériorité» de la race aryenne.

Cependant, il n’a pas laissé sans attention  des projets plus «banals». Il est connu que dans le Troisième Reich était très sérieux au sujet de ces armes de l’esprit potentiels, ce qui pourrait être simplement  … un chien! Les Nazis considéraient eux,que les chiens étaient  pratiquement  plus intelligents  que tous les autres animaux ainsi que plusieurs humains.Ils  ont  donc essayé d’enseigner aux chiens à «parler» et à lire , ainsi que des expériences menées sur la communication télépathique entre les humains et les animaux (voir mon article sur ce sujet: La conspiration nazi...) .

C’est précisément, Himmler  qui a supervisé l’école de chien spéciale de  Tier-Sprechschule ASRA, basée près de Hanovre, en 1930 et qui  a existé sous la direction d’une  certaine Margaret Schmitt avant la fin de la guerre.

Dans cette école, note Compulenta, on a choisi les animaux « particulièrement doués » de toute l’Allemagne. Certains d’entre eux ont été en mesure d’imiter la voix humaine, et un  chien aboya  même  un soi-disant «Mein Führer» en réponse à la question, qui est Hitler.

Un  Airedale du nom de  Rolf, « dit » en appuyant sur ​​les touches spéciales sur la patte. Chaque lettre représente un certain nombre d’entailles. Il a fait valoir que de cette manière il a parlé de religion …!

Aussi, Rolf prit des leçons de langues étrangères, écrit de la poésie et une fois aurait  demandé à l’un des nobles les participants: «Pourriez-vous remuer la queue? » …ce qui fit rire les témoins aux éclats.
…………………………………………………………………….


Comment faire pour extraire l’or de la cire?
Deux autres incroyables  projets  qui ont conduit le Troisième Reich et  Heinrich Himmler sur d’étranges recherches hors du commun ont été associés à des expériences sur la production d’essence à partir de l’eau et l’or à partir  de  la  cire!

Selon une étude publiée récemment, les «alchimistes  étaient reliés aux  tentatives secrètes de Hitler à faire de l’or à Dachau »,selon les notes  sensationnelles  de l’historien allemand Helmut Werner, mais en premier ,Himmler croyait un  certain Kurshildgenu Henry, qui a affirmé qu’il  pouvait transformer l’eau en essence.

Finalement le  Reichsführer Himmler a  exposé le charlatan et l’a envoyé dans un camp de concentration, mais cet échec n’a  pas ébranlé sa foi dans le pouvoir de l’alchimie, et il a commencé à financer les travaux d’un autre alchimiste – Karl Malhusa, sans l’aide promise ,la « Pierre Philosophale » allait faire  devenir le Troisième  Reich,immensément  riche et puissant.

Selon l’historien allemand, l’idée de transformer le sable ordinaire de la rivière en or a suscité l’enthousiasme d’Himmler après  que dans des rivières en Bavière, dans les années 30, ont été trouvés des  petites pépites d’or.

Par la suite,le  Reichsführer a rencontré Malhusom   qui a assuré le chef de la SS, que  à l’avenir,il  sera en mesure de produire de l’or en abondance pour les besoins du Troisième Reich, il lui donnera ce résultat  avec de la cire, des pierres et du sable du fond de la rivière Isar, qui coule à Munich. 
Un  laboratoire d’alchimie sur les ordres de Himmler a été créée sur le territoire du camp de concentration tristement célèbre à Dachau. Avant de commencer le travail,selon  le journal The Daily Telegraph, tous les membres Malhusa ont été fouillés.

Himmler voulait s’assurer qu’ils n’ont pas été entraîné dans cette  quête de métal précieux à essayer  de tricher  le puissant Reichsführer SS. Cependant, il s’est avéré que quelques semaines plus tard, Malhus  avait osé cacher des  pépites d’or dans les cigarettes. La première fois qu’il les a enlevés, il  a affirmé avoir eu l’or à partir de leurs expériences.
Cependant,la  déception et la fraude  a finalement été découverte et d’employé de Dachau, Malhus est devenu son prisonnier. Mais  ce ne fut pas pour longtemps. Une envie incroyable pour le mystérieux par Himmler, aussi connu comme « tueur par  millions de gens « , a redonné la  liberté à  l’alchimiste uniquement sur ​​la promesse ,sous peine de mort ,de ne rien  dire quelque chose sur les expériences de Dachau, et puis passer à d’autre chose sur  au moins  quelques-uns des projets incroyables et fantastiques  qui abondaient dans l’esprit du Reichführer….