Vidéo:Documentaire -Yellowstone

Publicités

VOLCANS DE NAPLES : LE RISQUE D’ÉRUPTION SE PRÉCISE

A quel point l’activité volcanique des Champs phlégréens est-elle une menace ? Un nouveau modèle a permis pour la première fois d’évaluer de combien le terrain devrait encore se soulever pour faire craquer la croûte terrestre.

 

 

 

« C’est le volcan le mieux surveillé du monde avec le Vésuve », assure Stefano Carlino, volcanologue à l’Institut national de géophysique et de volcanologie italien (INGV). Lundi 15 mai, il a cosigné une étude publiée dans la revue Nature Communications (en libre accès), proposant un nouveau modèle pour expliquer le processus en cours aux Champs phlégréens, sur lequel les géologues ont les yeux rivés depuis 2012.

Pourtant souterrain, ce volcan situé au nord de la ville de Naples mobilise les chercheurs bien davantage que le Vésuve, se dressant à quelques kilomètres à peine, dont l’allure imposante et la réputation meurtrière suscitent une peur plus instinctive. Or, dangereux, les Champs phlégréens, ne le sont pas moins. Ils rentrent dans la catégorie des « supervolcans », mieux nommés caldeiras, de grandes dépressions formées lors d’éruptions. La dernière en date, remontant à 1583, a criblé la zone de cratères, formant de nouvelles montagnes et des lacs.

L’inquiétude a regagné cette région très peuplée en 2005, quand le terrain a commencé à se soulever lentement, par un processus qui porte le nom de bradyséisme. Ce sont pas moins de 26 000 micro-séismes qui ont secoué le sol depuis cette date, si bien qu’en 2012, la zone a été placée en « alerte jaune », sous surveillance scientifique continuelle. Du magma a ainsi été détecté proche de la surface, à une profondeur de 3 km. Il a été injecté lors des deux précédentes périodes d’activité de la caldeira, de 1969 à 1972 et de 1982 à 1984.

 

Bradyséisme : le terrain se soulève depuis 2005 (hachures noires)

 

 

Le risque est connu des plus anciens, qui gardent encore bien vivant le souvenir de l’évacuation de Pozzuoli, une ville résistant sur place depuis l’Antiquité : en 1983, 25 000 personnes avaient dû quitter leurs maisons, lors du dernier épisode d’activité volcanique majeure. « A cette époque, le sol montait de plusieurs centimètres tous les jours », rapporte Stefano Carlino, « de grandes fissures étaient bien visibles dans les maisons et le sol ».

Alors, la question brûle les lèvres : approche-t-on à nouveau d’un tel événement, voir pire ? L’étude parue mardi donne des éléments de réponse qui se veulent plus concrets que jamais. « En prenant en compte deux simples paramètres du bradyséisme, la déformation du sol et sa tendance (croissante ou décroissante), nous avons pu calculer de combien le sol devrait encore monter pour affaiblir la croûte terrestre au point qu’elle ne puisse plus se modifier de manière élastique », relate Stefano Carlino. En clair, à un certain point, les tensions accumulées se relâcheraient par un craquement… ce qui pourrait donner lieu à une éruption du magma sous-jacent.

Pour cela, les calculs montrent qu’il faudrait que le sol se soulève jusqu’à atteindre son niveau de 1983. A cette date, les fissurations du terrain l’avaient fait redescendre, mais il est à nouveau en phase de soulèvement depuis 2005. Stefano Carlino tient cependant à rassurer : la montée enregistrée n’est que de 45 cm à ce jour. « Or, il manque encore plusieurs mètres avant d’atteindre les niveaux dangereux de 1983 ». Il faut donc compter sur les outils sismologiques de l’INGV pour détecter d’éventuelles accélérations dans ce processus. 


EN COMPLÉMENT

LE VOLCAN DES CHAMPS PHLEGRÉENS MENACE LA VILLE DE NAPLES

Microséismes, soulèvement du sol, fumerolles qui changent de composition chimique… cette zone qui borde la ville italienne est en train de subir des transformations inquiétantes.

 

Naples, avec son million d’habitants, est la ville européenne la plus exposée à la menace volcanique. Le risque principal y provient des « Champs Phlégréens », (campi Flegrei en italien), une vaste dépression en bordure de la ville où d’abondantes fumerolles témoignent d’une activité volcanique constante.

Bien que cette activité remonte à 1950, une équipe dirigée par Giovanni Chiodini, de l’Institut National de Géophysique Italien, a publié récemment des résultats suggérant, selon les termes même du chercheur, «que la situation évoluait dangereusement » depuis 2005. Les scientifiques notent en effet des changements dans la composition des fumerolles, une intensification de l’activité microsismique, et un soulèvement du sol « certes moins rapide qu’à certaines périodes passées, mais d’allure exponentielle », avertit Giovanni Chiodini.

Le volcan pourrait atteindre une « pression critique »

Surtout, suite à un travail de modélisation des magmas, l’équipe a révélé l’existence d’une « pression critique » dont le système pourrait s’approcher, et à laquelle se produirait un changement radical des émissions de gaz. « La quantité de dioxyde de carbone baisserait légèrement, tandis que se produirait une très importante libération de vapeur d’eau, susceptible de générer une réaction en chaîne » résume Giovanni Chiodini. Le scientifique ne plaide cependant pas pour une évacuation de la zone, mais pour un renforcement de la recherche et de l’instrumentation.

Situation des villes

 

 

 

Surveillance de Yellowstone ( 25 janvier 2015)

Pendant de  nombreuses journées,depuis  l’automne 2014,les webcam du Parc National de Yellowstone  « étaient  non-fonctionnelles »! Y aurait-il quelque chose que nous devrions ignorer?…Je crois que oui!

Il y aurait eu plusieurs secousses sismiques depuis le mois d’août 2014 (7 au minimum) ,mais rien n’est fait pour nous tenir informé.

Cet article sera relié  à une nouvelle page  qui sera additionnée sur ce site aujourd’hui.Nous allons  reprendre les liens permanents du site sur Yellowstone et les comptes rendus  venant du USGS américain.

…car je pense sérieusement qu’une importante éruption volcanique se prépare…,mais nous ignorons dans combien de temps elle se déclenchera.

Nous ajouterons des informations pertinentes,au jour  le jour,sur cette nouvelle page et tous les liens relatifs  sur Yellowstone y figureront.

Voici donc une petite mise à jour récente des sites  faisant partie du Parc de Yellowstone:

Le 19 janvier 2015,la webcam  du geyser Old Faithfull nous renvoyait cette image.
Le 19 janvier 2015,la webcam du geyser Old Faithfull nous renvoyait cette image.
Le 21 janvier 2015,Old Faithfull  resplendissait de toute sa  puissance.
Le 21 janvier 2015,Old Faithfull resplendissait de toute sa puissance.
Une mare de boue...bouillonnante a été découverte récemment,en 2014.
Une mare de boue…bouillonnante a été découverte récemment,en 2014.
Si le super volcan Yellowstone entrait en éruption, il serait 2000 fois plus grand que l`éruption du Mont St-Helens au début des années 80
Yellowstone juillet 2014-Si le super volcan Yellowstone entrait en éruption, il serait 2000 fois plus grand que l`éruption du Mont St-Helens au début des années 80
Automne 2014-Black Sand geyser.
Automne 2014-Black Sand geyser.

RAPPEL IMPORTANT:

En 2011,sur le site de Yellowstone, parc national situé dans le Wyoming aux Etats-Unis, des experts ont observé des déformations du sol. Après plusieurs mesures, ils ont constaté que celui-ci était plus élevé de 25 centimètres à certains endroits qu’en 2004 ! A Yellowstone, le paysage a connu un changement exceptionnel. C’est ce que rapportent, dans la revue National Geographic, plusieurs scientifiques. Le volcan qui s’y trouve aurait pris une « profonde inspiration » et aurait, par conséquent, poussé le sol vers le haut par endroits.Ce volcan, qui bouillonne, a connu des éruptions dans le passé qui furent à chaque fois mille fois plus puissantes que celle du Mont St-Helens en 1980. La caldeira de Yellowstone, qui couvre une surface de 40 x 60 kilomètres dans le Wyoming, est un ancien cratère formé après la dernière grosse activité de ce « supervolcan », il y a 640.000 ans. Depuis, environ 30 « petites » éruptions ont rempli cette caldeira de lave et de cendres, et le paysage était relativement plat.
Mais depuis 2004, les scientifiques ont remarqué que le terrain prenait de la hauteur (environ 7 centimètres par an, pour ralentir à 1 centimètre par an ou moins à partir de 2007). Au total, le sol s’est élevé à plus de 25 centimètres comparé au niveau de 2004. Selon les experts cités par National Geographic, il y aurait un réservoir de magma qui gonflerait dans les profondeurs, à environ 10 kilomètres de la surface. Heureusement, cette brusque montée du terrain ne présage pas de catastrophe imminente. Les experts veulent tout de même se pencher sur ce phénomène, qui leur permettra sans doute de savoir quand aura lieu la prochaine éruption. L’observatoire volcanique de Yellowstone du U.S. Geological Survey (USGS) a d’ailleurs commencé à cartographier la caldeira et ses parties « gonflées » en utilisant des systèmes GPS et un radar synthétique interférométrique d’ouverture, qui permet de mesurer les déformations du sol.

Un phénomène cyclique

La théorie actuelle est la suivante : un réservoir de magma se nourrit d’un panache de roche très chaude en provenance du manteau de la Terre. Lorsque la quantité de magma augmente, le réservoir se gonfle et la surface, qui nous est visible, s’étend. Selon les données géologiques recueillies sur Yellowstone, il y aurait un cycle d’inflation et de déflation depuis les 15.000 dernières années. Le phénomène ne serait donc pas nouveau.National Geographic donne l’exemple de mesures faites entre 1976 et 1984 : la caldeira a pris 18 centimètres de haut, pour ensuite retomber, une dizaine d’années plus tard à 14 centimètres.Le système hydrothermal qui se trouve sous la surface de Yellowstone pourrait aussi jouer un rôle dans ces déformations du sol. Tout comme les 3.000 séismes qui secouent le site chaque année.
Le 30 mars 2014, un séisme de magnitude 4,8 s’est déclenché dans le parc national de Yellowstone aux Etats-Unis. L’évènement couplé à une étonnante fuite des bisons de la région a relancé le débat sur un réveil possible du supervolcan qui se trouve dans le parc.

Les magnifiques bisons de Yellowstone.
Les magnifiques bisons de Yellowstone.

Que se passe t-il dans le parc national de Yellowstone ? C’est la question qui taraude depuis quelques semaines scientifiques et observateurs. Le 30 mars 2014, un séisme de magnitude 4,8 s’est produit dans le parc et a fait trembler pendant de longues secondes la végétation et ses habitants. Il s’agissait du plus fort tremblement de terre observé au cours des trente dernières années. D’après l’Institut de géophysique américain (USGS), la première secousse a été suivie d’au moins 25 autres en moins de deux heures, avec une magnitude maximale de 3,1. Si les séismes sont fréquents à Yellowstone avec entre 1.000 et 2.000 secousses par an, cet évènement a relancé le débat sur le réveil potentiel du supervolcan qui dort sous le parc. D’autant plus que certains ont associé le séisme à d’autres observations étranges réalisées récemment.En effet, les visiteurs ont constaté que les bisons se faisaient rare dans le parc. Et lors du séisme, certains ont filmé les animaux en pleine fuite . « Je peux vous dire que j’ai vu les bisons courir sur les routes », raconte un blogueur repris par 20 minutes.fr. « Je ne sais pas si c’est à cause d’une activité géologique dans le Yellowstone mais ce que je peux vous dire, c’est que quelle qu’en soit la raison, cette fuite est une alerte ».

Un supervolcan endormi depuis 70.000 ans

Découvert dans les années 1960, le supervolcan de Yellowstone est une caldeira qui s’étend sur au moins 45 kilomètres de large et 85 kilomètres de long. Une caldeira est une zone plus ou moins arrondie résultant de l’effondrement d’un volcan sur sa chambre magmatique suite à une éruption extrêmement violente. D’après les experts, celle de Yellowstone se serait formée suite à trois éruptions majeures qui aurait au fur et à mesure formé le cratère.La première éruption se serait produite il y a un peu plus de 2 millions d’années, la seconde, moins puissante, il y a 1,3 millions d’années et la dernière il y a 640.000 années. Excepté une éruption mineure il y a 70.000 ans, la caldeira n’a depuis montré aucune activité éruptive, poussant les scientifiques à la considérer comme endormie. Toutefois, la zone reste bel et bien active. En témoignent notamment les nombreux geysers qu’elle abrite. Aussi, les scientifiques surveillent étroitement l’activité géologique au niveau du parc national de Yellowstone. Nombre d’entre eux estiment que le supervolcan entrera de nouveau en éruption un jour ou l’autre, la question est de savoir quand. Si la caldeira connaissait une nouvelle éruption majeure, elle pourrait rayer de la carte la zone située autour d’elle dans un rayon de 150 kilomètres. Elle recouvrirait également le reste des Etats-Unis et du Canada d’une épaisse couche de cendres. Un évènement volcanique d’une telle ampleur « ne s’est jamais produit dans une civilisation moderne » a expliqué à Epoch Times Ilya Bindeman de l’Université de l’Oregon. « Yellowstone est l’un des plus grands supervolcans du monde », a t-il ajouté.

Comparaison entre diverses éruptions volcaniques.Remarquez que le mont St-Helens ressemble à un nain au côté de Yellowstone.
Comparaison entre diverses éruptions volcaniques.Remarquez que le mont St-Helens ressemble à un nain au côté de Yellowstone.

Un signe annonciateur d’éruption ?

Pour autant, le séisme survenu le 30 mars 2014 ne veut pas nécessairement dire qu’une éruption est imminente, d’après les scientifiques qui se font rassurants. « Il n’y a pas eu d’éruption à Yellowstone depuis 70.000 ans et 500 à 1.000 séismes de cette taille se sont produits depuis cette époque », a souligné à LiveScience Jake Lowenstern du Yellowstone Volcano Observatory.Au cours des dernières années, les chercheurs ont observé différents phénomènes au niveau du parc de Yellowstone, notamment des déformations du sol. Mais ce n’est rien en comparaison avec ce qui produirait si le supervolcan se réveillait réellement, selon Lowenstern. « Il faut mettre la barre assez haut pour démarrer une éruption volcanique à Yellowstone ». Au niveau de la caldeira, la croûte terrestre est relativement fine. Néanmoins, « pour faire sortir le magma du sol, il faudra avoir de nombreux séismes et de nombreuses déformations du sol – bien plus que ce que nous voyons aujourd’hui et bien plus intensément », a assuré le scientifique. Il a également noté qu’en 1959, un puissant séisme de magnitude 7,3 s’est produit au niveau du lac Hebgen dans le Montana. La secousse a fait trembler Yellowstone et a causé de nombreux changements dans les structures mais aucune activité éruptive. Suite au séisme du 30 mars, les scientifiques ont observé en temps réel les températures au niveau de ces structures et n’ont constaté aucun changement significatif. Au cours des derniers mois, l’activité sismique a semblé plus intense et ceci serait dû à une élévation du nord de la caldeira, comme cela s’est déjà produit en 1996 et 2003, d’après les spécialistes. Cette activité accrue pourrait bien justifier le comportement fuyant des animaux.

La surface recouverte par  plusieurs mètres  de cèndres lors des éruptions passées./ La superficie cubierta por varios metros de cedro durante las erupciones pasadas.
La surface recouverte par plusieurs mètres de cendres lors des éruptions passées.

Vidéo:Le Supervolcan de Yellowstone

 

Le Supervolcan de Yellowstone

L’apparent réveil rapide du supervolcan de Yellowstone qui sommeille depuis 680,000 ans va certainement,un jour, faire disparaître notre civilisation et peut-être toute  l’humanité elle-même qui accompagnerait,dans la mort,une multitude d’espèces animales.

Prions et méditons sur notre avenir.

Le grand lac de lave sous la cadéra du supervolcan de Yellowstone se rapproche dangereusement de la surface. Le sort de  nombreuses espèces dépend de sa stabilité.
Le grand lac de lave sous la cadéra du supervolcan de Yellowstone se rapproche dangereusement de la surface.
Le sort de nombreuses espèces dépend de sa stabilité.

Alerte Yellowstone : l’asphalte de la route fond…de nombreux sites fermés

Le sol commence à surchauffer dans la grande caldéra.Le pire est à craindre.
Le sol commence à surchauffer dans la grande caldéra.Le pire est à craindre.

 

La fonte de l'asphalte est très visible sur cette photo.
La fonte de l’asphalte est très visible sur cette photo.

 

CHEYENNE, Wyoming (AP) – La géologie thermique  en constante évolution du parc national de Yellowstone a créé un point chaud qui fait fondre une route goudronnée et fermé l’accès aux geysers populaires et autres attractions à la hauteur de la saison touristique, ont indiqué des responsables jeudi,le 10 juillet 2014.

Comme ils ont examiné  toutes les solutions possibles, les responsables du parc ont mis en garde les visiteurs à ne pas faire de la randonnée dans la zone touchée, où le danger de marcher à travers le sol solide ,comme de  regarder  l’eau bouillante  était élevé.

Depuis plusieurs jours,tout commenceait à aller au ralenti.
Depuis plusieurs jours,tout commenceait à aller au ralenti.

 

 

Les courbes sont très dangereuses.
Les courbes sont très dangereuses.

« Il y a beaucoup d’autres excellents endroits pour voir les caractéristiques thermiques dans le parc », a déclaré le porte-parole de Yellowstone Al Nash. « Je ne voudrais pas risquer des blessures  au cours de cette fermeture temporaire. »

Plus on s'approche,plus le constat de danger est grave.
Plus on s’approche,plus le constat de danger est grave.

« Naturellement »,disent les responsables, les changements dans les caractéristiques thermiques actuelles vont  endommager souvent les routes et les trottoirs de Yellowstone. La cuisson à la vapeur dans les nids de poule des routes asphaltées et des parkings – délimité par des cônes de circulation – sont des  curiosités assez communes.

Voici l'aspect de Firehole Lake en 2005.
Voici l’aspect de Firehole Lake en 2005.

 

...et voici l'aspect  qu'il a maintenant...Tout s'aggrave.
…et voici l’aspect qu’il a maintenant…Tout s’aggrave.

 

Cependant, les dommages à Firehole Lake Drive sont  particulièrement graves  et pourraient prendre plusieurs jours pour tout réparer. La boucle de 3,3 mile six miles au nord de Old Faithful ,est la route que prennent les visiteurs  pour voir la Grande Fontaine Geyser, White Dome Geyser et Firehole lake.

Le temps  est exceptionnellement chaud pour Yellowstone – avec des températures élevées dans le milieu des années 80 – a contribué à transformer la route en un chaud, un désordre collant.

« Nous avons quelques idées. Nous allons les essayer. Notre personnel d’entretien s’est  vraiment penché sur la question », a déclaré Nash…qui cherche manifestement à nous rassurer.

AUTRES SONS DE CLOCHE

La  route a été sérieusement endommagé par la chaleur extrême dans le parc national de Yellowstone, forçant les responsables du parc à fermer l’accès.
La surface de Firehole Lake Drive ressemble à ça:une  fusion de  chaleur.

Les responsables du parc ont déclaré dans un communiqué de presse que la chaleur extrême des zones thermiques environnantes a provoqué comme une  huile épaisse de bulles remontant  à la surface, endommageant le bitume et la création de conditions de conduite dangereuses sur la route populaire et pittoresque près de la route du Grand Boucle à mi-chemin entre le Vieux Fidèle et Madison Junction en bassin inférieur de geyser du parc.

La boucle de 3,3 mile prend généralement  les visiteurs  de Grande Fontaine Geyser (Great Faithfull), White Dome Geyser et Firehole Lake.

Une date pour la réouverture de la route n’a pas été annoncé.

Le rapport a aidé à l’ allumage renouvelée des rumeurs que la caldeira de Yellowstone, connu sous le volcan de Yellowstone  ou supervolcan, éclatera bientôt.

Tom Lupshu, un blogueur du complot bien connu qui exécute le rapport Bunker, vient de poster une nouvelle vidéo qui prétend que le volcan pourrait exploser bientôt. Ce rapport ainsi que le rapport KTVQ sur la route communiqué de presse a été mis en évidence par le site de la conspiration avant qu’il soit Nouvelles. « Mise à jour! Fondants route à Parc national de Yellowstone, causant la fermeture! « Il a dit dans son style sensationnaliste habituelle.

Cependant, la vidéo de Lupshu se concentre également sur les scientifiques disent qu’ils ont découvert. la caldeira est 2,5 fois plus grande que précédemment pensé nouvelles qui a éclaté en Décembre 2013. Voir la vidéo sur ce lien: video

La spéculation renouvelée suit un cycle qui a explosé en Mars, après qu’une vidéo a été postée ,montrant des animaux qui auraient fui le parc comme pour  «une alerte» que le volcan se préparait à entrer en éruption.

La dernière éruption majeure est supposé avoir eu lieu il ya environ 640000 années et a envoyé des cendres dans l’ensemble Amérique du Nord.

Bob Smith de l’Université de l’Utah dit que les chercheurs ne savent pas quand le supervolcan pourrait éclater de nouveau. Deux autres éruptions ont eu lieu, il ya un 2,1 millions années, et il ya 1,3 millions d’autres années, a déclaré Smith. Une théorie est que les éruptions se produisent, il ya tous les 700000 années, mais Smith a déclaré que plus de données sont nécessaires pour sauvegarder cette théorie jusqu’à ...nouvel ordre!

LES AUTORITÉS SE FONT RASSURANTES

La zone de mort autour de Yellowstone.
La zone de mort autour de Yellowstone.

 

Une éruption du volcan de Yellowstone serait  possible en 2014 ,selon certains chercheurs  à la façon dont les animaux ont été repérés fuyant le parc national ces derniers mois.

 

Dans un rapport connexe par Le Inquisitor , il est affirmé que les récents tremblements de terre de Yellowstone ne déclencheront pas une éruption  volcanique  , mais les scientifiques ont reconnu que si un volcan de Yellowstone devait éclater le supervolcan résultant pourrait tuer tout le monde aux États-Unis:

« L’éruption du volcan de Yellowstone pourrait libérer suffisamment de magma et de cendres pour  enterrer des villes entières sous des  kilomètres de cendres. Les bonnes nouvelles sont que le supervolcan à Yellowstone n’est pas en danger d’explosion de sitôt. La dernière fois que cela s’est produit,c’ était avant l’aube de la civilisation. S’ils  croient  qu’arrêter une éruption est impossible, les scientifiques disent qu’ils devraient être en mesure de prédire une éruption en surveillant la pression du magma souterrain « .

Les tremblements de terre récents qui viennent de faire les nouvelles, mais l’ensemble de la zone  gronde depuis le début de l’année 2014. Les graphiques de l’USGS montrent que les tremblements de terre supérieurs à 3.0 ampleur se sont produits loin et dessus pendant plusieurs jours et tous sont venus de la région de la chambre magmatique de Yellowstone, qui, selon un radar à pénétration de sol, s’étend à l’ouest jusqu’au la ligne d’état de l’Orégon.

Malheureusement, disent  les défenseurs de la science officielle :certains théoriciens de la conspiration revendiquent que l’USGS essait de cacher la possibilité d’une éruption du volcan de Yellowstone se produisant actuellement,dans notre vie. Pour preuve qu’ils utilisent des vidéos comme celles-ci qui montrent prétendument …des buffles « courir pour sauver leur vie » loin du parc national de Yellowstone:

 

…………………………………………………………………………………………………………………..

MÊME LES SAVANTS RUSSENT ONT LANCÉ UNE ALERTE SUR UN ÉVÉNEMENT MAGNÉTIQUE MAJEUR

 

Carte de l'étude des savants russes
Carte de l’étude des savants russes:une importante anomalie magnétique sur la Côte Ouest Américaine (en jaune orange).

 

Un rapport sombre préparé par le commandant en chef de la Force aérienne russe, le Lieutenant-général Viktor Bondarev sur la mission scientifique  que ses avions viennent  de terminer au-dessus de  l’Amérique du Nord;mission  réalisée par 4 Tupolev Tu-95 ,avions de transport stratégique et 2 Ilyushin Il-78  ravitailleurs, que «par voie  de balayage électronique  »pour« anomalies magnétiques »de l’Alaska à la Californie, avertit qu’un« événement catastrophique »peut être presque pour cette région.

Les responsables américains, il convient de noter, ont qualifié cette mission de purement scientifique comme un «passage de bombardement » qui est venu dans les 50 miles de la Californie, mais que leurs forces aériennes ont pu repousser  avec le  lancement des  F-15 de combat.

Ce rapport indique toutefois que cette mission scientifique a été rendue nécessaire par une «anomalie magnétique mystérieuse grave » détectée par le satellite Kosmos 2473 le 3 Juin 2014, se produisant dans la région de Yellowstone ,à  l’ouest des Etats-Unis qui a abouti à ce qu’on appelle un « essaim de tremblement de terre. « 

Le plus important à noter à propos du  3 Juin 2014,à  Yellowstone,c’est cette  « anomalie magnétique », ce rapport continue le fait   que les mesures par satellite montrent qu’il est précipité par l’essaim de tremblements  de terre mystérieux qui ont  frappé  les montagnes Brooks Range, en Alaska, et que les  sismologues sont toujours  à la recherche d’explications.

Les informations relatives à la liaison de ces deux «événements», contenues dans ce rapport, ont également été vérifié par l’United States Geological Survey (USGS) des cartes et des données sur les anomalies magnétiques pour l’Amérique du Nord montrant un champ magnétique « perturbation / ondulation » étrange émanant de Brooks Range et se terminant à Yellowstone.Le 3 Juin, ces deux domaines, il est important de noter que Brooks Range  fait partie des montagnes Rocheuses qui s’étendent de plus de 4830 km (3000 miles) de la partie septentrionale de la Colombie-Britannique, dans l’ouest du Canada, au Nouveau-Mexique , dans le sud-ouest des États-Unis.

« Ce sont de graves préoccupations pour les autorités militaires russes relatives à ces «événements», explique le général Bondarev dans son rapport, c’était l ‘«effet catastrophique» qu’ils ont eu sur les systèmes avancés « de magnetoception » inertiels de navigation utilisés par de nombreux avions de guerre US-OTAN-Russie qui utilisent ces très sophistiqués dispositifs de vol d’avion.

Une perturbation magnétique majeure serait en cours.
Une perturbation magnétique majeure serait en cours.

 

Bien qu’aucun avion militaire russe  n’était près de la « zone magnétique perturbée» émanant de notre Yellowstone, le 3 Juin 2014,  dans ce rapport, deux avions militaires américains étaient à l’intérieur de leurs  «frontières» dans  la région sud de la Californie, le 4 Juin alors que cet «événement» était encore « actif », les  faisant planter au sol ,tous les deux.

Les deux avions de chasse américains s’écrasèrent  le 4 Juin 2014, affirme ce rapport .Les avions ont été identifiés comme un US Navy FA-183 qui s’est écrasé alors que le pilote tentait d’atterrir à bord du porte-avions  Carl Vinson, et un jet US Marine Harrier AV-8B qui s’est écrasé dans un quartier résidentiel à Imperial, à environ 90 miles à l’est de San Diego, les deux accidents survenant dans les mêmes  heures .

Ce rapport note qu’aucun avion civil aurait été touché par cette « anomalie magnétique » que  l’avion militaire le plus avancé emploie ces systèmes de vol coordonnés « géomagnétique-satellites» qui leur permettent de « embrasser le terrain » n’est pas sans rappeler les systèmes magnétiques utilisés par les  oiseaux et les insectes pour naviguer.

Les préoccupations de la Russie concernant des «anomalies magnétiques», il est important de noter, sont liés au pôle nord magnétique se déplaçant rapidement qui depuis 2005 a été déplacé à une vitesse de 40 kilomètres (25 miles) par an de l’Arctique canadien vers la Sibérie.

Une recherche effrayante  indépendante  de l’année dernière (2013) met en garde en outre que ce changement encore s’accélère et selon ce chercheur devrait atteindre la Sibérie au moins dans les 2 ans.

Un des effets du  pôle nord magnétique se déplaçant rapidement le plus  remarqué , est cette note de rapport : les systèmes de piste de l’aéroport sont  perturbé à cause de cela, et  nous pouvons lire un tel exemple de 2011 qui a eu lieu aux États-Unis:

« Aéroport international de Tampa a été contraint de réajuster ses pistes jeudi pour tenir compte de la circulation des champs magnétiques de la Terre, de l’information que les pilotes utilisent pour naviguer sur des plans. Du aux fluctuations de la force, l’aéroport a fermé sa piste principale jusqu’au 13 janvier pour changer de voie de circulation des signes pour tenir compte de l’évolution, affirme la Federal Aviation Administration.

Les pôles sont générés par des mouvements au sein de noyaux interne et externe de la Terre, bien que le processus exact n’est pas exactement connu. Ils sont également constamment en mouvement, se déplaçant de quelques degrés chaque année, mais les changements ne sont presque jamais d’une telle ampleur que les pistes nécessitent l’ajustement, a déclaré Paul Takemoto, un porte-parole de la FAA « .

Les aspects les plus troublants du rapport du Secrétaire général Bondarev relatifs à ces «événements» sont les équations qu’il utilise à postuler que ce qui se produit maintenant en Amérique du Nord avec ces «anomalies magnétiques mystérieuses » se produisent sur une grande étendue des montagnes Rocheuses, et lorsqu’il est combiné avec l’évolution rapide du pôle nord magnétique et de plus en plus,cela donne  la preuve du changement climatique mondial, donnant une  « énorme crédibilité » à ce qu’on appelle «La théorie de la Terre en expansion ».

L’expansion de la Terre ou de plus en plus l’hypothèse de la Terre  en expansion , affirme que la position et le mouvement relatif des continents est au moins partiellement en raison du volume de la Terre de plus en plus élevé et se tient à la différence de celle de la tectonique des plaques, mais qui de nouvelles conclusions relatives aux « théories de l’éther » et la matière noire , le général Bondarev résume,  que cela signifie qu’une «grave considération » doit être accordée aux termes de l’Université Davis  de Californie.Le  cosmologiste ,le Dr. Andreas Albrecht  a averti: « Nous avons atteint certains problèmes très profonds avec la cosmologie …autant  avec la matière noire et l’énergie sombre, qui nous dit que nous devons repenser la physique fondamentale et essayer quelque chose de nouveau « .

Ou en termes simples, ce rapport se termine par: « Nous pouvons être sur le point d’une catastrophique en Amérique du Nord » événement « qui pourrait changer le monde à jamais, nous devons être prêts. »

 

…………………………………………………………………………………………………………………………..

LES PREUVES PHOTOGRAPHIQUES

 

Graphique illustrant  les 2 importants  épicentres sismiques.
Graphique illustrant les 2 importants épicentres sismiques.

 

 

De la Côte Ouest Américaine  (faille de San Andreas) au Mississipi (Faille de San Madre)  et vers Yellowstone ...une grande anomalie magnétique s'est formée.
De la Côte Ouest Américaine (faille de San Andreas) au Mississipi (Faille de San Madre) et vers Yellowstone …une grande anomalie magnétique s’est formée.

 

Les opérations de fracking pour rechercher  le gaz de schiste auraient même une incidence. Même  le capitalisme participe à l'éruption de Yellowstone.
Les opérations de fracking pour rechercher le gaz de schiste auraient même une incidence.
Même le capitalisme participe à l’éruption de Yellowstone.

 

Brooks Range est en haut ,à gauche.
Brooks Range est en haut ,à gauche.

 

Le secteur de Firehole Lake vue du ciel.
Le secteur de Firehole Lake vue du ciel.

 

Noris Basin...une eau bouiionnante.
Noris Basin…une eau bouillonnante.

 

 

Les secousses sismiques du 24 mars 2014.
Les secousses sismiques du 24 mars 2014.

 

Quand  le supervolcan de Yellowstone va entrer en éruptioin,ce sera la fin  de nombreuses espèces animales...sur Terre.
Quand le supervolcan de Yellowstone va entrer en éruption,ce sera la fin de nombreuses espèces animales…sur Terre.

 

 

Toutes mes pensées vont  vers ces superbes Bisons du Parc de Yellowstone.Je leur souhaite de vivre le plus longtemps possible.
Toutes mes pensées vont vers ces superbes Bisons du Parc de Yellowstone.Je leur souhaite de vivre le plus longtemps possible.

 

 

Sources:Yahoo News.,USGS,US Army News,ABC News,

Découverte d’un Supervolcan plus puissant que Yellowstone en Utah

Yellowstone-Supervolcano-Alert-The-Most-Dangerous-Volcano-In-America-Is-Roaring-To-Life

Les géologues de l’Université Brigham Young ont découvert ce qui pourrait être le plus grand  » supervolcan  » du monde qui a éclaté dans sa propre arrière-cour de l’Utah . Bien qu’il existe une variété de volcans qui souffle loin de différentes façons , les éruptions volcaniques sont superbes  le plus grand que l’effondrement dans les grandes caldeiras . Le parc de Yellowstone est le vestige d’ un de ces cirques , et il est encore très vivante et active. Mais , les géologues pensent qu’ils ont peut-être trouvé une tout aussi grand , sinon plus grand super- volcan , qui a secoué 30 millions d’années de l’Ouest et de l’Est de l’Utah Nevada . L’éruption est à peine visible à l’œil nu maintenant , mais en dessous et dans les formations environnantes, la preuve a été en attente d’être découvert. « Pour autant que nous le savons, l’éruption Wah Wah Springs est la plus grande éruption volcanique explosive connue « , a déclaré le professeur de géologie Eric Christiansen . L’éruption et l’effondrement du  super volcan auraient libérés près de 6000 kilomètres carrés de magma .

 » Il se déplaçait sur ​​un paysage plat couvrant 12.000 miles carrés dans l’ouest de l’Utah et Nevada oriental . Il aurait fait  une  inimaginable dévastation  » , a déclaré émérite BYU professeur de géologie Myron meilleur . Le flux de magma prolongé au-delà du courant -jet  Panguitch et au nord près de Delta et le sud près de Saint- George . Comme la cendre a été pris dans le courant-jet , il a effectué autant que Nebraska .  » Le magma est en éruption explosive que le flux se propage à travers le paysage », a déclaré le meilleur . Par rapport au mont. St Helens – qui est un autre type de volcan -le  super volcan de l’Utah était 5000 fois plus grand. Les dépôts laissés derrière dans le sud de l’Utah de l’éruption unique sont 13 000 pieds d’épaisseur . Des milliers d’échantillons de roche prélevés sur 30 ans résident actuellement dans un garde à BYU avec tiroirs s’étendant du sol au plafond . 600 élèves , 30 étés de travail sur le terrain et beaucoup de cartographie et d’analyse géologique ont été utilisés pour confirmer l’existence de super volcan de l’Utah . Cependant, contrairement à Yellowstone qui est encore une caldeira active, l’Utah et le super volcan partagée du Nevada seront probablement jamais en train d’ éclater de nouveau , selon les géologues .KSL –

http://www.ksl.com/?sid=27969121&nid=148

Éruption imminente du supervolcan de Yellowstone

C'est de cet endroit que devrait nous  venir  les "Premiers Échos" !
C’est de cet endroit que devrait nous venir les « Premiers Échos » !

Jugez en par vous-mêmes: jusqu’au début de l’année 2013,il y eu une constante  augmentation des répliques sismiques dans la région de Yellowstone…puis une légère et relative accalmie suivie par…une augmentation du volcanisme partout sur terre.

24 novembre 2013 – ÉTATS-UNIS – Un  tremblement de terre est actuellement en cours au parc national de Yellowstone, Etats-Unis. Selon la liste des séismes de l’Université de l’Utah, une nouvelle série de tremblements de terre relativement fortes a débuté le 23 Novembre 2013. Presque tous sont situés à environ 19 km (12 miles) NNE de West Yellowstone, MT.

Les tremblements de terre les plus notables sont M 3,3 qui a frappé le 23 Novembre à 20:47 UTC (13:47 heure locale) et M 3.1 qui a frappé le 24 Novembre à 07h18 UTC (00h18 heure locale). Gardez à l’esprit que nous sommes encore 7 jours avant le nouveau rapport de mise à jour mensuelle de YVO lorsque plus de données seront disponibles.

yellowstone02

Voici la liste des séismes pf enregistrées par l’Université de l’Utah Stations sismologiques pour la dernière semaine (24 Novembre 2013, à 14:00 UTC – dernières 168 heures). Heure locale (MST ou MDT), pour l’heure UTC ajouter 7 heures. La plupart des tremblements de terre récents sont en haut de la liste. Cliquez sur le mot «carte» ou «MAP» pour voir une vue de carte. Cliquez sur un «DATE» pour obtenir des informations de texte supplémentaire. Magnitude 3 et plus les tremblements de terre sont imprimés en caractères gras.

Autre menaces: La menace des champs Phlégréens (Italie)Q

Les champs Phlégréens désignent un cratère de 13 kilomètres de large où se niche la ville de Naples. Depuis 1969, le sol dans cette région a enflé par endroits de 3,5 mètres, un signe inquiétant qui mobilise les chercheurs. S’agit-il d’une poche de gaz ou du réservoir de magma qui se remplit ? Lors des précédents pics d’activité volcanique à cet endroit, le sol s’était également élevé de plusieurs mètres. Par conséquent, les chercheurs anticipent un événement majeur, comme les deux derniers identifiés il y a 36 000 et 14 000 ans, sans pouvoir préciser si celui-ci se produira dans quelques décennies ou quelques siècles.

Pour mieux évaluer le risque, les volcanologues se préparent à sonder le cratère jusqu’à 3 kilomètres de profondeur, bien que certains redoutent que cela ne déclenche un tremblement de terre ou, pire, une éruption. L’objectif est d’atteindre le réservoir de magma sous le cratère : moins il est profond et plus il est liquide et plus les risques d’une éruption majeure sont élevés.
L’équipe des champs Phlégréens a terminé un premier test sur 500 mètres fin décembre 2012 sans incident. Et les séismologues ont fait de même dans la caldeira de Long Valley (Californie), un supervolcan actif il y a 760 000 ans et considéré comme potentiellement aussi dangereux que le Yellowstone.

Un modèle montre que d’ici 460 ans à 7 200 ans, une éruption majeure a un risque sur 100 de se produire.

Quoi penser?

Mais il existe aussi de nombreux contre-exemples, y compris dans le cas du supervolcan de Yellowstone, où le sol enfle sans que cela soit suivi par une éruption. Selon la théorie actuelle, le réservoir magmatique de Yellowstone est alimenté par un panache de roches chaudes provenant du manteau terrestre. Lorsque la quantité de magma qui afflue dans la chambre augmente, le réservoir se gonfle comme un poumon et la surface s’élève. Lors du soulèvement des dernières années, les modèles indiquent que le réservoir s’est rempli d’environ 1 million de mètres cube de magma par an. Lorsque cet afflux ralentit, en théorie, le magma se déplace horizontalement pour se solidifier en refroidissant, ce qui fait redescendre le niveau de la surface terrestre.

« Sur la base de preuves géologiques, Yellowstone a probablement vu un cycle continu d’élévation puis de régression au cours des 15 000 dernières années, et ce cycle continuera probablement« , a déclaré Bob Smith. Les enquêtes montrent, par exemple, que la caldeira a augmenté d’environ 18 centimètres entre 1976 et 1984 avant de redescendre d’environ 14 centimètres au cours de la décennie suivante. Il ajoute « ces caldeiras ont tendance à monter et descendre, mais de temps en temps, elles créent des explosions hydrothermales, des tremblements de terre, ou des éruptions volcaniques« .

Les chercheurs estiment que 10 à 30% du magma présent sous Yellowstone est à l’état liquide, c’est donc encore insuffisant pour déclencher une éruption majeure (il en faudrait au moins 50%). Mais des poches de magma en fusion dans la chambre pourraient quand même causer des éruptions plusieurs fois plus fortes que celle de 1980 au Mont St Helens (Etat de Washington), prévient Jacob Lowenstern, qui dirige l’Observatoire de Yellowstone pour le compte de l’USGS de Menlo Park, en Californie.

REGAIN D’ACTIVITÉS 

Or, la Terre vit un regain d’activité supervolcanique : depuis 13,5 millions d’années, pas moins de 19 méga-éruptions ont produit quelque 1 000 kilomètres cubes de roche : de quoi recouvrir de plusieurs centimètres de cendres un continent entier et plonger la planète dans un « hiver nucléaire ». L’une des éruptions les plus récentes (il y a 74 000 ans), celle du Toba en Indonésie, a été si catastrophique que certains scientifiques lui attribuent la responsabilité du dernier âge de glace qui a réduit la population humaine à quelque 10 000 individus.

Les quatre systèmes supervolcaniques actifs les plus jeunes de la Terre sont le Toba, les champs Phlégréens (campi Flegrei en italien), la calderia de Yellowstone au nord-ouest des Etats Unis et la région du lac Taupo en Nouvelle Zélande. Ils sont étroitement surveillés pour détecter tous signes avant-coureurs comme des renflements de l’écorce terrestre ou une multiplication de séismes mineurs, trahissant des flux de magma. Mais nul ne sait prédire si une éruption produira un panache de vapeur ou une énorme coulée de lave. « Si quelque chose se préparait, nous serions prévenus dans les heures (ou les jours voire les mois) qui précèdent, » déclare Shan de Silva, volcanologue de l’Oregon State University à Corvallis. « Rien en revanche ne nous permet de prévoir l’ampleur d’une éruption. » ajoute t-il.

Sources:  Fabian Gehrig,

    Autres sources:

 

AUTRES ARTICLES SUR LE MÊME SUJET:

https://michelduchaine.com/2013/11/16/alerte-yellowstone-le-compte-a-rebours-de-lapocalypse-est-enclenche/