DE NOUVELLES DECOUVERTES DANS LA CARTE DES ÉTOILES DESSINÉE PAR BETTY HILL EN ÉTAT D’HYPNOSE

Extrapolation du dessin

Toujours sous hypnose,Betty Hill a réalisé cette très intrigante « carte des Étoiles » …dont nous allons revenir dessus pour l’expliquer!C’est l’original don nous traitons ici.

 Introduction

Le cas d’enlèvement par UFO de Betty et Barney Hill est le premier à être connu d’un large public. Il est bien étudié et documenté à plusieurs reprises.

Le 19 septembre 1961, sous un ciel étoilé, les Hills ont emprunté une route du New Hampshire (États-Unis) en direction du sud. Ils rentraient chez eux à la fin d’un court voyage de vacances. Le croissant de lune (environ 60% du disque de la pleine lune) était dans le ciel et, à sa gauche, les planètes Jupiter et Saturne étaient visibles l’une à côté de l’autre. Soudain, un engin lumineux et brillant apparut en bas à gauche de la Lune et se dirigea vers les collines avec une trajectoire de vol variable. Au cours de l’événement, une rencontre rapprochée avec des entités non humaines s’est produite et Betty et Barney ont été emmenés à bord d’un vaisseau spatial où les deux ont été examinés physiquement.

Au cours d’une conversation avec l’une des entités, que Betty Hill a appelée le « chef », elle lui a demandé d’où elles venaient. Il lui a montré quelque chose qu’elle a décrit plus tard comme une « carte d’étoiles ». À la fin de la rencontre, les collines ont été réalisées hors de l’engin.

Ils sont retournés à leur voiture et sont partis. Les Hills n’avaient aucun souvenir immédiat de l’événement d’enlèvement – cette période est bloquée entre une série de bips émis par les Hills perçus au début et à la fin. Après que la deuxième série de bips a retenti et que la conscience des collines soit éclaircie, ils se sont retrouvés à 35 miles de leur point de départ et ont remarqué une différence de temps de deux heures. Dans la période qui a suivi, ils ont tous deux souffert de troubles psychosomatiques et ont cherché un traitement médical. Les régressions hypnotiques ont finalement été effectuées par le Dr Benjamin Simon, psychiatre à Boston, au cours du mois suivant. Il franchit le blocage mental imposé aux extraterrestres sur les collines, reconstruisit la séquence complète des événements et en révéla toutes les implications.

Dessin de Betty - source: The Interrupted Journey-Dell BooksGrâce à la suggestion posthypnotique, Betty a réussi à retracer les éléments essentiels de la « carte des étoiles » qu’elle avait vus à bord du vaisseau spatial. L’affaire de l’enlèvement a été reprise en détail par John G. Fuller dans son livre The Interrupted Journey [1] . Ici, les transcriptions des enregistrements des séances d’hypnose ont été largement utilisées. Les brouillons que Betty et Barney ont dessinés, la localité, les entités, le vaisseau spatial et la « carte des étoiles » sont décrits dans la section des illustrations (sans numéro de page) du livre. Un exemple est le croquis de Betty ici à gauche.

En 1966, Mme Marjorie E. Fish , de l’Ohio, a eu connaissance de la carte de Betty Hill. Elle avait l’idée qu’il y avait là quelque chose à vérifier. Soit cela représentait un véritable ensemble d’étoiles qui pourraient être trouvées et nous dire quelque chose au sujet des extraterrestres, soit on s’en souvenait trop mal pour l’aider, soit c’était totalement fictif. Même si un ensemble d’étoiles similaire était trouvé, cela pourrait être une coïncidence. Mais, contrairement à la plupart des rapports d’OVNIS, les possibilités pourraient être examinées et les données re-vérifiées. [2] Des considérations exobiologiques montrent que les étoiles à séquence unique des classes F8, G à K0 non variables ont les meilleures chances de réussite pour les planètes avec vie, y compris la vie intelligente. Dans l’ensemble, les étoiles comme notre soleil sont les meilleurs candidats pour soutenir la vie sur les planètes en orbite autour de leur écozone.

fishs.gif (47016 Byte)En décembre 1968, Mme Fish avait terminé un modèle tridimensionnel de l’environnement plus proche de notre soleil. Cela incluait les étoiles jusqu’à 10 parsecs (1 parsec = 3262 ly – ly = année-lumière). Mme Fish a utilisé pour son modèle différentes perles qui étaient fixées sur un fil de monofilament à la position particulière de chaque étoile. En 1969, la nouvelle édition du « Catalogue of Nearby Stars » de W. Gliese a été imprimée. Avec les nouvelles données, certaines positions d’étoiles pourraient être corrigées. Au total, 23 modèles étoiles ont été construits! Après les variations finales, Mme Fish pensait avoir trouvé un motif d’étoiles similaire à celui de la « carte » de Betty et c’était, dans une certaine mesure, très logique. (Voir photo à gauche) Travaillez sur toutes les étoiles de la « carte »Procédure MUFON de 1974).

 

La première publication sur la « carte des étoiles » était un article de Stanton T. Friedman paru dans le numéro de juillet 1973 de SAGA. Il a également évoqué le travail de Mme Fish dans son article de juillet 1973 sur le MUFON. Le document MUFON de Marjorie Fish a été présenté en juillet 1974. L’ article ASTRONOMY de T. Dickinson a été publié en décembre 1975 et l’édition spéciale de 32 pages d’ASTRONOMY en 1976 intitulée « The Zeta Reticuli Incident ». Cela a ouvert un débat houleux et controversé qui ne s’est pas arrêté à ce jour.

Nous, Joachim Koch et Hans-Juergen Kyborg, tenons à souligner que notre objectif n’est pas de minimiser le travail laborieux de Mme Marjorie Fish. Grâce à son effort admirable, elle a permis à notre vision de s’éveiller dans notre quartier cosmique et sans elle, beaucoup d’entre nous ne sauraient même pas que son système de vedettes préféré, Zeta Reticuli, existe. Elle a toujours pensé que la « carte » était une carte d’étoiles, tout comme Betty.

En réexaminant le matériel disponible, nous avons découvert que la « carte » montrait quelque chose de différent, de beaucoup plus proche, de plus familier et de plus facile à identifier pour Betty qu’un système stellaire éloigné de nous environ 42 fois et qui est également montré de un point de vue de son côté éloigné.

Dans le contexte de toute l’histoire de ce qui est arrivé à Betty, il apparaît clairement que le « leader » voulait lui montrer quelque chose de différent, quelque chose qui a beaucoup plus de sens que ce qui était supposé être le contenu de la « carte » jusqu’à présent. . Nous avons découvert une explication plus plausible et aimerions vous la présenter maintenant à vous tous. Nous savons également que Zeta Reticuli est devenu un véritable mythe.

Depuis l’enlèvement de la colline, beaucoup ont prétendu avoir reçu des messages et des canaux de différentes sortes de « ceux de Zeta Reticuli » et même certains des petits Gris seraient liés à Zeta Reticuli. Il y a beaucoup de rumeurs sur les activités de ces Gris et malheureusement cela a changé l’image de ce système stellaire en négatif. Eh bien, laissez tout cela pour le moment, car cela n’a rien à voir avec l’affaire Hill.

Commençons un nouveau voyage dans la « carte des étoiles » de la colline avec un esprit frais et ouvert. Premièrement, il est nécessaire d’examiner de près ce que Betty avait dit au début de son hypnose, ce à quoi elle avait rêvé au cours des semaines qui ont suivi son enlèvement et lorsqu’elle a été interviewée plus tard dans une émission télévisée.

La carte des étoiles – Que savons-nous?

BETTY se trouvait dans la même pièce à bord du vaisseau spatial où elle avait déjà été examinée. Elle était seule avec le « chef ». Il ne répondit pas à sa question sur leur origine mais lui demanda si elle savait quelque chose à propos de l’univers. Betty a répondu:

et il m’a demandé si j’avais déjà vu une carte comme celle-ci auparavant. Et j’ai traversé la pièce et je me suis appuyé contre la table. Et je l’ai regardé. Et c’était une carte, c’était une carte oblongue. Ce n’était pas carré. C’était beaucoup plus large que c’était long. Et il y avait tous ces points dessus. Et ils étaient dispersés partout. Certains étaient petits, juste des points. Et d’autres étaient aussi gros qu’un nickel. Et il y avait des lignes, il y avait des points, il y avait des lignes courbes allant d’un point à un autre. Et il y avait un grand cercle, et il y avait beaucoup de lignes qui en sortaient. Beaucoup de lignes allant dans un autre cercle sont assez proches, mais pas aussi grandes. Et c’étaient des lignes lourdes. Et je lui ai demandé ce qu’ils voulaient dire. Et il a dit que les lignes lourdes étaient des routes commerciales. Et puis les autres lignes, les autres lignes, les lignes pleines étaient des endroits où ils allaient de temps en temps. Il a dit que les lignes brisées étaient des expéditions … « 

« Alors je lui ai demandé où était son port d’attache, et il a dit » Où étiez-vous sur la carte? « J’ai regardé et j’ai ri en disant: » Je ne le sais pas maintenant « . Alors il a dit: » Si vous ne savez pas où sont, alors il est inutile de dire d’où je viens. « Et il mit la carte – la carte roulée, et il la remit dans l’espace dans le mur et la referma. »

– Extrait d’une transcription d’une séance de régression hypnotique [3] .

Dans une interview télévisée [4], elle raconte la scène de la manière suivante: « Je ne sais pas s’il y avait une ouverture dans le mur ou ce qui était caché et dissimulait la carte. Il n’a tiré rien de ce genre. « – ici, Betty a fait un mouvement avec sa main comme si elle voulait abaisser une carte roulée – » et c’était probablement à peu près deux pieds sur trois. Et c’était presque – c’était tout à fait réaliste – comme regarder le ciel et même Il m’a demandé si je savais où nous en étions sur la carte et je lui ai répondu «non». Et il m’a répondu: eh bien, si je ne connaissais aucune information de base, il serait impossible pour lui de me montrer d’où ils venaient. Et avec cela il a mis la carte des étoiles, il a poussé quelque chose – et la carte avait disparu. « 

Dans les rêves, quelques semaines après l’incident [5], elle a vu: « Il s’est approché du mur et a tracé une carte qui m’était étrange. Maintenant, j’aimerais croire que c’est une carte du ciel. C’était une carte des cieux, avec de nombreuses étoiles et planètes, certaines de grande taille, quelques-unes seulement des pointes. Entre elles, des lignes ont été tracées, des lignes brisées, des lignes légèrement continues, des lignes noires épaisses. Elles n’étaient ni droites ni courbes. « 

« Certains allaient d’une planète à une autre, en séries de lignes. D’autres n’avaient pas de lignes et il a dit que ces lignes étaient des expéditions. Il m’a demandé où se trouvait la Terre sur cette carte et j’ai admis que je ne savais pas Il est devenu légèrement sarcastique et a dit que si je ne savais pas où se trouvait la Terre, il était impossible de me montrer d’où il venait; il remit la carte en place. « 

Ce sont les comptes de Betty. Soulignons maintenant les faits suivants: après quelques manipulations du « leader » en tête de table, une « ouverture » apparaît dans le mur. Il semble à Betty, comme si elle pouvait voir le « ciel », certains des points fluorescents visibles se déplacent. Dans le livre de Fuller, elle a déclaré sous hypnose que le « leader » avait abaissé la « carte ». En tout cas, elle a l’impression d’un arrangement en trois dimensions de tous les détails de la « carte ». Elle regarde, à environ un mètre de distance, la « carte » qui est parsemée de points fluorescents de tailles, de couleurs et de luminosité différentes [6] .

Il n’y a pas de lignes de quadrillage dans la « carte » de 3 pieds (environ 0,9 m) de long sur 2 pieds (environ 0,6 m). Au premier plan, il y a deux grands cercles reliés par de lourdes lignes noires. Du grand cercle plus éloigné de l’œil du spectateur, des lignes continues apparaissent et relient des points plus petits dans des directions et des distances différentes, reliées par des lignes brisées (en pointillés) avec des points encore plus petits.

À sa question, Betty a appris que les lignes épaisses symbolisaient les « routes commerciales », que les lignes continues et légères reliaient les endroits qu’elles fréquentaient occasionnellement, et que les lignes interrompues étaient des « expéditions » qu’elles avaient accomplies quelque temps. Betty a ensuite demandé où était le port d’attache des entités. Au lieu de donner une réponse, il lui demanda de nouveau: « Où étiez-vous sur la carte? » Betty ne pouvait pas répondre à cette question autant qu’elle le souhaiterait. Après quoi, on lui a dit: « Si vous ne savez pas où vous êtes, il est alors inutile de ma part de dire d’où je viens. » Il fit disparaître la « carte » et avec elle « l’ouverture » du mur disparut également. Betty lui a demandé de lui montrer à nouveau la carte, mais il a refusé en riant. 

Quelques considérations sur les descriptions de Betty Hill

BETTY est capable de redessiner le motif de points et de lignes sous la suggestion post-hypnotique. Elle ne sait pas quelle partie du « ciel » lui a été montrée. En particulier, sa question sur le port d’attache des entités est restée sans réponse. En plus du motif principal, certains points non connectés restent dans sa mémoire et apparaissent dans son dessin.

Pour comprendre la discussion suivante, il est très important de clarifier certaines choses:

  • Betty n’avait qu’une connaissance astronomique rudimentaire. Elle ne sait rien des étoiles sauf qu’elles existent. Elle connaît le soleil et la lune et a appris à l’école qu’il y a neuf planètes dans notre système solaire. Il y a bien longtemps, elle avait vu des astrophotographies prises par un camarade de classe.
  • Elle ne peut pas dessiner en perspective. Elle le dit clairement dans le livre de Fuller: « Je ne suis pas bon en dessin. Je ne peux pas dessiner en perspective » [7] . Sa « carte des étoiles » est une adaptation de ce qu’elle a vu à bord du vaisseau et est redessinée à main levée. Dessiner des cartes d’étoiles, en particulier en trois dimensions, est un travail difficile pour quelqu’un qui a l’expérience et la formation, sans parler de quelqu’un qui ne connaît presque rien de l’astronomie et qui n’est pas bon en dessin.

Betty aime savoir d’où viennent les entités. Le « leader » répond à cette question non seulement en lui disant le nom d’un certain système stellaire ou d’une planète, mais en lui posant essentiellement des questions sur sa connaissance de l’univers. Il obtient l’indication définitive que Betty connaît simplement le nombre de planètes de notre système solaire et peut-être leur nom et qu’elle a vu le ciel nocturne, bien sûr. A cause de cela, il exprime le souhait de transmettre plus de connaissances à Betty, puis, après avoir manipulé en tête de table, il rend visible cette « ouverture » dans le mur et avec elle la « carte ».

À ce stade, nous doutons sérieusement de l’interprétation de Betty selon laquelle elle aurait vu une « carte d’étoiles ».

  • Nous ne pensons pas qu’il soit logique de montrer une carte en étoile de plusieurs années-lumière cubiques avec notre système solaire comme un point quelque part en elle et son environnement, à la vue des deux étoiles qui se trouvent à 42,38 km quelqu’un qui ne sait presque rien de son système solaire et rien de son environnement.
  • Nous pensons qu’il serait déraisonnable de s’attendre à ce qu’un être humain ne connaissant son propre soleil que comme le centre du système solaire puisse trouver ce point parmi tant d’autres dans un modèle tridimensionnel représentant autant d’étoiles. .
  • Nous pensons qu’il est insensé de demander où se trouve la Terre sur cette « carte » alors que tout le système solaire n’est représenté que par un petit point situé au loin (interprété par Mme Fish).
La une d’une journal spécialisé de l’époque et une représentation du « leader ».

On peut trouver un fil conducteur dans l’ordre des questions dans la conversation entre Betty et le « leader ». Le « leader » ne répond jamais directement à la question de Betty sur leur origine, mais pose une question sur ses connaissances astronomiques. Il semble qu’avant de pouvoir parler à Betty de choses aussi compliquées que des systèmes stellaires étrangers lointains, il doit savoir si Betty est capable de le suivre. Il doit apprendre que Betty a une connaissance limitée, et commente à ce sujet avec la remarque qu’il souhaitait en savoir plus sur « l’univers ». Un désir compréhensible, semblable à celui d’expliquer sa propre origine dans un pays lointain à quelqu’un qui ne connaît même pas le prochain carrefour situé au bout de la rue où il habite.

Betty aimerait en savoir plus sur les étoiles. Le professeur fait alors apparaître la carte et la leçon commence. Sans avoir appris un seul chapitre, l’élève impatiente Betty veut savoir à nouveau d’où proviennent ces entités. Elle ne peut pas dissuader l’enseignant de son concept d’enseignement et il pose donc sa première question: « Où es-tu sur la carte? » Cette « carte » doit être d’un type où même Betty a une chance de reconnaître quelque chose, car il sait maintenant qu’elle n’a qu’une connaissance minimale de son système solaire. Il ne lui demande pas d’articles spéciaux, mais le plus simple et le plus évident: sa maison. Il reste à savoir si la « maison » planète ou simplement le soleil est destiné.

Betty ne sait pas quoi faire avec cette « carte ». La nuance légèrement sarcastique du professeur prouve sa déception: « Si vous ne savez pas où vous êtes, il m’est impossible de vous montrer d’où je viens! » Si elle est complètement incapable de résoudre un problème aussi simple, celui d’identifier sa maison, cela n’a aucun sens de continuer la leçon. La « carte » disparaît. (En passant, nulle part Betty n’a déclaré que le port d’attache des extraterrestres sur les planètes  extrasolaires est – ou n’est pas – sur la « carte ».)

Était-ce – selon Mme Fish – vraiment Zeta Reticuli que Betty a vu dans les grands cercles au premier plan? Devrait-il être juste de manière à voir l’objet étrange et lointain (Zeta Reticuli) vraiment grand au premier plan et l’objet connu et familier (le Soleil) très petit à l’arrière-plan? Y avait-il des indications sur la « carte » qui auraient permis à Betty de reconnaître plus facilement la Terre?

Tous les partisans de « l’interprétation de Zeta Reticuli » ont-ils oublié quelque chose?

 

 

 

 

Publicités

Dévoilement inattendu:La CIA publie enfin des documents secrets sur les OVNI

La CIA vient de déclassifier et quelques 930.000 documents secrets datant de sa création à aujourd’hui et a rendu le tout accessible avec un moteur de recherche dédié. Parmi ces documents, on trouve des photographies de soucoupes volantes, ou plus précisément d’OVNI, et des détails sur le projet d’expériences psychiques nommés « Stargate » entre autres perles. 

cia-publie-documents-secrets-sur-les-ovni-photos

 

 

En 1995, Bill Clinton signait un document qui allait permettre d’accéder à une montagne d’archives secrètes datant de plus de 25 ans. « Normalement », car la CIA s’est immédiatement exécutée, mais, volontairement, on imagine, avec la pire des volontés du monde : ces archives n’étaient accessibles qu’entre 9h et 16h30 sur 4 ordinateurs d’une salle des archives nationales. Alimentant tout un tas de théories du complot…

Alors en 2014, une association américaine, Muckroach, a trainé l’agence de renseignement américaine en justice pour que celle-ci publie enfin ses « x-files ». L’association a eu le soutien de la NSA et d’un journaliste qui souhaitait lui aussi obtenir une copie de ces documents, Michael Best. Et cette année, victoire : l’agence les a enfin mis en ligne, et on peut librement les consulter avec un moteur de recherche dédié.

cia-photo-ovni-1-340x213

En tout ce sont plus de 12 millions de pages qui sont disponibles. N’espérez cependant pas y trouver de vrais secrets d’Etat : les documents ont été dument relus et expurgés de contenu trop sensible. Alors on y trouve pêle-mêle des observations d’OVNI supposés avec des photos de piètre qualité, des documents au sujet d’un tunnel secret entre Berlin Est et Ouest construit par la CIA durant la guerre, et un mystérieux programme Star Gate entre autres perles.

cia-photo-ovni-2-340x213

 

cia-photo-ovni-3-340x213

 

cia-photo-ovni-4-340x213

 

 

cia-photo-ovni-5-340x213

 

cia-photo-ovni-6-340x213

 

cia-photo-ovni-7-340x213

 

 

 

Ce dernier programme ne révèle pas l’existence d’une vraie porte des étoiles mais plutôt des expériences de télépathie (oui oui!). Evidemment, ce contenu est à prendre avec des pincettes, et il est important de lire les textes des documents pour vraiment comprendre ce dont il est question. On vous a mis pour le plaisir des yeux quelques photos d’OVNI d’un document faisant partie de ces fichiers.

 

Le même document donne à chaque fois des explications rationnelles à ces phénomènes, et montre aussi un étonnant véhicule estampillé US Air Force dont la forme évoque une soucoupe volante ! Pour naviguer dans les méandres de ces fichiers, suivez tout simplement le lien Via en bas de cet article.

 

cia-photo-ovni-8-340x213

 

 

VIA

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:photos d’appareils militaires ultra-secrets

Certains secrets militaires doivent être bien gardés pour la propre sécurité des populations (ou pour garder un contrôle dessus). Les secrets concernant les aéronefs militaires sont d’une importance capitale pour éviter que l’ennemi reprenne à bon compte des connaissances qui lui permettraient de construire ses propres modèles. Dans certains cas, ces prototypes volants peuvent se révéler technologiquement très supérieurs à tout ce qui existait auparavant. Mais heureusement pour nous, il arrive que des secrets militaires soient levés et révélés au grand public. Voici plusieurs aéronefs militaires secrets dont vous ignorez sans doute tout.

 

Beaucoup d’avions militaires volent à des vitesses incroyables. Le Falcon Hypersonic Test Vehicle 2 est l’aéronef militaire américain le plus rapide jamais conçu. Le Falcon reste néanmoins au stade expérimental. Cet aéronef est un avion-fusée sans pilote contrôlé à distance grâce à des instruments de navigation automatisés. Le but d’un tel appareil est de prendre l’air afin d’administrer des attaques explosives sans que les radars ennemis aient le temps de le détecter.
Beaucoup d’avions militaires volent à des vitesses incroyables. Le Falcon Hypersonic Test Vehicle 2 est l’aéronef militaire américain le plus rapide jamais conçu. Le Falcon reste néanmoins au stade expérimental. Cet aéronef est un avion-fusée sans pilote contrôlé à distance grâce à des instruments de navigation automatisés. Le but d’un tel appareil est de prendre l’air afin d’administrer des attaques explosives sans que les radars ennemis aient le temps de le détecter.

 

 

 

Le Northrop XB-35 illustre parfaitement l’idée qu’en essayant de nouvelles choses on peut réaliser des objectifs scientifiques spécifiques. L’idée derrière le bombardier Northrop XB-35 était de créer un avion qui fonctionnerait non pas contre, mais en symbiose avec les facteurs environnementaux et les courants aériens. Dans les années 40, le XB-35 faisait si bien l’affaire qu’on lui donna le nom d’aile volante. La conception de l’avion permettait de réduire la traîne et d’en faire un appareil énergétiquement très efficient, ce qui est un avantage indéniable lors de longues missions. Cependant, des problèmes rencontrés avec les hélices ont finalement mis un terme au projet.
Le Northrop XB-35 illustre parfaitement l’idée qu’en essayant de nouvelles choses on peut réaliser des objectifs scientifiques spécifiques. L’idée derrière le bombardier Northrop XB-35 était de créer un avion qui fonctionnerait non pas contre, mais en symbiose avec les facteurs environnementaux et les courants aériens. Dans les années 40, le XB-35 faisait si bien l’affaire qu’on lui donna le nom d’aile volante. La conception de l’avion permettait de réduire la traîne et d’en faire un appareil énergétiquement très efficient, ce qui est un avantage indéniable lors de longues missions. Cependant, des problèmes rencontrés avec les hélices ont finalement mis un terme au projet.

 

 

Pour ce prototype, l’armée de l’air voulait un appareil capable d’atteindre des vitesses incroyables. Le Boeing X-51 Waverider répond parfaitement à cette attente. L’idée était d’atteindre des vitesses supérieures Mach 6 et les ingénieurs ont réalisé cet objectif avec succès. Son statoréacteur utilisant un combustible hydrocarboné permet au X-51 d’atteindre des vitesses hypersoniques après s’être fait larguer dans l’atmosphère par un B-52.
Pour ce prototype, l’armée de l’air voulait un appareil capable d’atteindre des vitesses incroyables. Le Boeing X-51 Waverider répond parfaitement à cette attente. L’idée était d’atteindre des vitesses supérieures Mach 6 et les ingénieurs ont réalisé cet objectif avec succès. Son statoréacteur utilisant un combustible hydrocarboné permet au X-51 d’atteindre des vitesses hypersoniques après s’être fait larguer dans l’atmosphère par un B-52.

 

Le concept du Boeing X-37B est de créer un appareil volant capable de survivre dans l’espace. Fruit d’une collaboration entre le ministère de la défense américain et la NASA, personne ne sait exactement ce qu’il en est du Boeing X-378. Nous savons simplement qu’il peut rester dans l’espace pendant un mois et qu’il peut ensuite se poser sur la Terre comme un avion ordinaire. La mise en orbite s’effectue à l’aide d’un réacteur de fusée à usage unique.
Le concept du Boeing X-37B est de créer un appareil volant capable de survivre dans l’espace. Fruit d’une collaboration entre le ministère de la défense américain et la NASA, personne ne sait exactement ce qu’il en est du Boeing X-378. Nous savons simplement qu’il peut rester dans l’espace pendant un mois et qu’il peut ensuite se poser sur la Terre comme un avion ordinaire. La mise en orbite s’effectue à l’aide d’un réacteur de fusée à usage unique.

 

Dans les années 90, Lockheed-Martin a sorti un prototype d’avion furtif sans pilote. Le concept du RQ-3 Darkstar est identique à celui des drones d’aujourd’hui. L’idée était d’utiliser le Darkstar pour effectuer des missions de reconnaissance. Certaines rumeurs disent que le projet fut abandonné en 1998, alors que d’autres pensent qu’il a servi à l’invasion de l’Iraq en 2003.
Dans les années 90, Lockheed-Martin a sorti un prototype d’avion furtif sans pilote. Le concept du RQ-3 Darkstar est identique à celui des drones d’aujourd’hui. L’idée était d’utiliser le Darkstar pour effectuer des missions de reconnaissance. Certaines rumeurs disent que le projet fut abandonné en 1998, alors que d’autres pensent qu’il a servi à l’invasion de l’Iraq en 2003.

 

 

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, un avion d’aspect inhabituel baptisé Vought V-173 a fait son apparition. En raison de sa forme originale, les gens l’ont surnommé «?Pancake Volant?». Le V-173 possède deux énormes hélices et s’apparentait plus ou moins à une aile ronde. Malgré une manœuvrabilité incroyablement simple, l’armée n’a pas su trouver d’usage légitime pour cet avion.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, un avion d’aspect inhabituel baptisé Vought V-173 a fait son apparition. En raison de sa forme originale, les gens l’ont surnommé «?Pancake Volant?». Le V-173 possède deux énormes hélices et s’apparentait plus ou moins à une aile ronde. Malgré une manœuvrabilité incroyablement simple, l’armée n’a pas su trouver d’usage légitime pour cet avion.

 

Le Sukhoi SU-47 fut le fruit de l’ingénierie russe. Ce prototype d’avion de combat supersonique a vu le jour pendant la guerre froide. Le SU-47 était un avion véloce pouvant atteindre des vitesses supérieures à Mach 1. Son design incomparable avec son aile en flèche inversée lui permettait d’atteindre des vitesses très élevées.
Le Sukhoi SU-47 fut le fruit de l’ingénierie russe. Ce prototype d’avion de combat supersonique a vu le jour pendant la guerre froide. Le SU-47 était un avion véloce pouvant atteindre des vitesses supérieures à Mach 1. Son design incomparable avec son aile en flèche inversée lui permettait d’atteindre des vitesses très élevées.

 

Pour complémenter les manœuvres d’appui aérien et les missions de reconnaissance, quelqu’un a décidé de créer le De Lackner HZ-1. Le pilote contrôlait les déplacements de cette plateforme volante en penchant son corps dans la direction souhaitée. Malgré l’achat de nombreux modèles, l’armée avait fait le choix de ne pas utiliser le De Lackner en raison de divers problèmes comme son pilotage difficile.
Pour complémenter les manœuvres d’appui aérien et les missions de reconnaissance, quelqu’un a décidé de créer le De Lackner HZ-1. Le pilote contrôlait les déplacements de cette plateforme volante en penchant son corps dans la direction souhaitée. Malgré l’achat de nombreux modèles, l’armée avait fait le choix de ne pas utiliser le De Lackner en raison de divers problèmes comme son pilotage difficile.

 

Le Tupolev TU-95LAL était un bombardier conçu par l’Union soviétique en 1961. Le bombardier était propulsé par un réacteur VVRL-100. Le TU-95 était un prototype d’avion destiné à tester la viabilité des avions à propulsion nucléaire. Après une quarantaine de vols d’essai, le projet fut abandonné pour différentes raisons de sécurité.
Le Tupolev TU-95LAL était un bombardier conçu par l’Union soviétique en 1961. Le bombardier était propulsé par un réacteur VVRL-100. Le TU-95 était un prototype d’avion destiné à tester la viabilité des avions à propulsion nucléaire. Après une quarantaine de vols d’essai, le projet fut abandonné pour différentes raisons de sécurité.

 

 

Le Sikorsky UH-60 modifié et transformé en Stealth Black Hawk. Selon la propagande américaine,deux de ces hélicoptères ont été capables de s’infiltrer dans la pseudo cache de Ben Laden sans être détectés par les radars, avec à leur bord 25 U.S. Navy Seals. Les hélicoptères étaient si silencieux que personne ne s’était rendu compte de leur présence avant qu’ils ne soient au-dessus de leurs têtes. Pendant le raid, un des hélicoptères s’est écrasé.Fait à noter:lea totalité des Seals ayant réussi la soi-disante mission,sont tous morts de mort violente rapidement.
Le Sikorsky UH-60 modifié et transformé en Stealth Black Hawk. Selon la propagande américaine,deux de ces hélicoptères ont été capables de s’infiltrer dans la pseudo cache de Ben Laden sans être détectés par les radars, avec à leur bord 25 U.S. Navy Seals. Les hélicoptères étaient si silencieux que personne ne s’était rendu compte de leur présence avant qu’ils ne soient au-dessus de leurs têtes. Pendant le raid, un des hélicoptères s’est écrasé.Fait à noter:lea totalité des Seals ayant réussi la soi-disante mission,sont tous morts de mort violente rapidement.

 

Les avions traditionnels ont besoin d’une piste de décollage et d’une piste d’atterrissage. Dans le monde, certaines pistes sont particulièrement courtes et comportent donc beaucoup de risques. Pour contourner les contraintes liées au besoin de longues pistes d’atterrissage et de décollage, en 1953 la marine américaine décida d’entreprendre la création d’un appareil capable de décoller à la verticale. Ryan Aeronautical créa deux prototypes du X-13 avant que le projet ne soit abandonné.
Les avions traditionnels ont besoin d’une piste de décollage et d’une piste d’atterrissage. Dans le monde, certaines pistes sont particulièrement courtes et comportent donc beaucoup de risques. Pour contourner les contraintes liées au besoin de longues pistes d’atterrissage et de décollage, en 1953 la marine américaine décida d’entreprendre la création d’un appareil capable de décoller à la verticale. Ryan Aeronautical créa deux prototypes du X-13 avant que le projet ne soit abandonné.

 

On ne sait que très peu de choses à propos de l’Aurora. La plupart des informations rassemblées ne sont que spéculations. Dans les années 80, un rapport du budget de la défense fait référence à des dépenses s’élevant à 455 millions de dollars pour la production d’un avion noir. Or, un avion noir a été observé dans le ciel et des bangs supersoniques ont été enregistrés par l’U.S.G.S. (l’institut de recherches géologiques américain) au sud de la Californie, ce qui nous pousse à penser que cet avion a existé ou existe toujours. Deplus,de nombreuses observation d'ovni semble pointer du doigt cet appareil.
On ne sait que très peu de choses à propos de l’Aurora. La plupart des informations rassemblées ne sont que spéculations. Dans les années 80, un rapport du budget de la défense fait référence à des dépenses s’élevant à 455 millions de dollars pour la production d’un avion noir. Or, un avion noir a été observé dans le ciel et des bangs supersoniques ont été enregistrés par l’U.S.G.S. (l’institut de recherches géologiques américain) au sud de la Californie, ce qui nous pousse à penser que cet avion a existé ou existe toujours.
De plus,de nombreuses observation d’ovni semble pointer du doigt cet appareil.

 

L’armée de l’air américaine a disposé dans sa flotte du Lockheed U-2 «?Dragon Lady?» pendant plus de 50 ans. Le U-2 est un appareil-espion possédant un moteur unique et qui se pilote avec une seule personne à son bord. Il est capable de s’élever à plus de 70?000 pieds et peut voler sans encombre dans presque toutes les conditions météorologiques. Pour éviter les accidents de décompression, le pilote devait respirer de l’oxygène pur pendant une heure afin d’éliminer le nitrogène de son corps une heure avant le décollage.
L’armée de l’air américaine a disposé dans sa flotte du Lockheed U-2 «?Dragon Lady?» pendant plus de 50 ans. Le U-2 est un appareil-espion possédant un moteur unique et qui se pilote avec une seule personne à son bord. Il est capable de s’élever à plus de 70,000 pieds et peut voler sans encombre dans presque toutes les conditions météorologiques. Pour éviter les accidents de décompression, le pilote devait respirer de l’oxygène pur pendant une heure afin d’éliminer le nitrogène de son corps une heure avant le décollage.

 

 

Le D-21, conçu par Lockheed, était un drone de reconnaissance impressionnant. Il pouvait s’élever à plus de 90?000 pieds et atteindre Mach 3,5. Les D-21 étaient des appareils à usage unique qui s’autodétruisait une fois leur mission accomplie, et après avoir éjecté la caméra contenant les précieux renseignements collectés. Ils furent en service seulement deux ans, de 1969 à 1971.
Le D-21, conçu par Lockheed, était un drone de reconnaissance impressionnant. Il pouvait s’élever à plus de 90,000 pieds et atteindre Mach 3,5. Les D-21 étaient des appareils à usage unique qui s’autodétruisait une fois leur mission accomplie, et après avoir éjecté la caméra contenant les précieux renseignements collectés. Ils furent en service seulement deux ans, de 1969 à 1971.

 

L’A-12 Oxcart est également un appareil conçu pour des vitesses et altitudes extrêmes. La CIA a eu recours à cet avion pour des missions impliquant Cuba et l’URSS. L’A-12 n’a cependant pas servi longtemps à la CIA, ses missions n’ont duré que de 1963 à 1968. Après son retrait du service, il fut remplacé par un autre appareil.
L’A-12 Oxcart est également un appareil conçu pour des vitesses et altitudes extrêmes. La CIA a eu recours à cet avion pour des missions impliquant Cuba et l’URSS. L’A-12 n’a cependant pas servi longtemps à la CIA, ses missions n’ont duré que de 1963 à 1968. Après son retrait du service, il fut remplacé par un autre appareil.

 

Le F-117 Nighthawk est un avion impressionnant. Il affiche une envergure de 13 m pour 20 m de longueur. Le F-117 est le tout premier avion de combat furtif au monde. Grâce à sa conception et son revêtement, seulement 0,001 m2 (la taille d’un bourdon) de sa surface est détectable par les radars.
Le F-117 Nighthawk est un avion impressionnant. Il affiche une envergure de 13 m pour 20 m de longueur. Le F-117 est le tout premier avion de combat furtif au monde. Grâce à sa conception et son revêtement, seulement 0,001 m2 (la taille d’un bourdon) de sa surface est détectable par les radars.

 

Lorsqu’on parle d’avions impressionnants, on ne peut pas omettre le SR-71 Blackbird. Ce dernier pouvait s’élever à plus de 70?000 pieds et atteindre Mach 3. Sa vitesse incroyable lui permettait d’échapper aux missiles antiaériens. L’armée américaine l’a retiré du service dans les années 90.
Lorsqu’on parle d’avions impressionnants, on ne peut pas omettre le SR-71 Blackbird. Ce dernier pouvait s’élever à plus de 70,000 pieds et atteindre Mach 3. Sa vitesse incroyable lui permettait d’échapper aux missiles antiaériens. L’armée américaine l’a retiré du service dans les années 90.

 

Le RQ-170 Sentinel est un appareil de reconnaissance sans pilote conçu par Lockheed-Martin. Très peu d’informations ont été publiées sur sa conception et ses fonctionnalités. On spécule qu’il est utilisé par l’armée de l’air américaine et la CIA.
Le RQ-170 Sentinel est un appareil de reconnaissance sans pilote conçu par Lockheed-Martin. Très peu d’informations ont été publiées sur sa conception et ses fonctionnalités. On spécule qu’il est utilisé par l’armée de l’air américaine et la CIA.

 

Le Tacit Blue est un appareil particulièrement original. Il a été conçu pour démontrer l’efficacité des technologies furtives de l’époque. Surnommé «?la Baleine?», il n’a jamais été mis en service par l’armée de l’air américaine. Lors de son retrait en 1985, il avait 250 heures de vol à son actif.Il aurait coûter une fotune aux contribuables américains,ce qui explique le secret tenu autour de cet appareil.
Le Tacit Blue est un appareil particulièrement original. Il a été conçu pour démontrer l’efficacité des technologies furtives de l’époque. Surnommé «la Baleine», il n’a jamais été mis en service par l’armée de l’air américaine. Lors de son retrait en 1985, il avait 250 heures de vol à son actif.Il aurait coûté une fortune aux contribuables américains,ce qui explique le secret tenu autour de cet appareil.

 

Le Vril-7 ou RFZ-7 développé par la société du Vril,en Allemagne. La photo que vous voyez aurait été prise en 1939,selon les archives allemandes.Il serait issu de la technologie extraterrestre.
Le Vril-7 ou RFZ-7 développé par la société du Vril,en Allemagne.
La photo que vous voyez aurait été prise en 1939,selon les archives allemandes.Il serait issu de la technologie extraterrestre.

 

L'aile volante Horten fut en développement durant la Deuxième Guerre Mondiale.Les américains s'emparèrent des plans et de plusieurs prototypes durant l'opération Paperclip,en 1945. C'est cet appareil que Kenneth Arnold aurait aperçu en vol et qui fit naître le surnom de "soucoupe volante",en 1947.
L’aile volante Horten fut en développement durant la Deuxième Guerre Mondiale.Les américains s’emparèrent des plans  de plusieurs prototypes durant l’opération Paperclip,en 1945.
C’est cet appareil que Kenneth Arnold aurait aperçu en vol et qui fit naître le surnom de « soucoupe volante »,en 1947.

 

L'Arado 555 était le bombardier le plus secret et possédant la technologie la plus sophisticée de la Deuxième Guerre Mondiale.Les allemands n'ont pas eu le temps de le fabriquer,mais il aurait pu emporter la bombe atomique jusqu'à New York.Cet appareil semble avoir 20 ans d'avance sur son temps,car un ingénieur en a fait un modèle réduit qui fonctionne.
L’Arado 555 était le bombardier le plus secret et possédant la technologie la plus sophistiquée de la Deuxième Guerre Mondiale.Les allemands n’ont pas eu le temps de le fabriquer,mais il aurait pu emporter la bombe atomique jusqu’à New York.Cet appareil semble avoir 20 ans d’avance sur son temps,car un ingénieur en a fait un modèle réduit qui fonctionne.

 

Le TR-3b serait l'un des derniers appareils ultra-secrets sans pilote développé par les américains. L'origine de cette technologie est douteuse et serait extraterrestre. L'appareil utiliserait un "coussin magnétique" pour ses déplacement. Les responsables américains nient totalement l'existence de cet appareil qui aurait été vu dans...la zone 51.
Le TR-3b serait l’un des derniers appareils ultra-secrets sans pilote développé par les américains.
L’origine de cette technologie est douteuse et serait extraterrestre.
L’appareil utiliserait un « coussin magnétique » pour ses déplacement.
Les responsables américains nient totalement l’existence de cet appareil qui aurait été vu dans…la zone 51.

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:La CIA entrouvre ses dossiers OVNIs

*Je dédie cet article à Richard Glenn ,en hommage  des 40 longues années  qu’il a consacré à nous informer sur les ovni et nombre d’autres sujets variés,dont les activités paranormales et l’ésotérisme.

 

Ovni,la CIA dispose d'imposants fichiers.
Ovni,la CIA dispose d’imposants fichiers.

Sous le titre « Jetez un coup d’oeil sur nos ‘X-Files, l’agence américaine de renseignement présente quelques dossiers que « les sceptiques comme Scully et les croyants comme Mulder pourront trouver intéressants ». Suivent cinq dossiers « qu’adorerait avoir Mulder » et cinq autres destinées à l’agent Scully, censés la confirmer dans son scepticisme. Contrairement à ce qui est affirmé ici ou là dans la presse, ces dossiers ne sont nullement inédits. Ils ont été déclassifiés en 1978, sous le mandat de Jimmy Carter, président d’autant plus sensible à cette question qu’il avait lui-même observé un OVNI en 1969. Les documents « Mulder » n’en sont pas moins intéressants car ils rappellent que même au début des années 50, les observations d’OVNIs n’étaient pas réservés aux seuls Etats-Unis. Les rapports proposés par la CIA concernent l’Allemagne de l’Est, l’Espagne, l’Afrique du Nord et même le Congo belge, avec le survol d’une mine d’uranium par des objets non identifiés en août 1952 .


HORS TEXTE

Ceci est un rapport concernant un article de presse Allemand, déclassifié et publié récemment sur le site web de la CIA. A cette époque, la CIA collectait toute information à propos des OVNIS provenant de l’étranger, y compris des articles de journaux, qui étaient résumés dans des rapports tels que celui-ci.

Ce rapport porte le numéro 00-W-23602, il a été distribué le 16 Août 1952, et sa diffusion publique a été approuvée le 6 November 1978.

Bien que non-vérifiée, ce récit est plutôt intéressant.

PUBLIE Vienne DATE DE PUBLICATION 29 Mar 1952 LANGAGE Allemand CETTE INFORMATION N'A PAS ETE EVALUEE SOURCE La Presse SOUCOUPES VOLANTES AU-DESSUS DE MINES D'URANIUM AU CONGO BELGE Récemment, deux disques ardants furent observés au dessus de la mine d'uranium située au sud du Congo Belge, dans le district de Elisabethville. Les disques glissaient dans des courbes élégantes et ont changés de positions à de nombreuses reprises, c'est pourquoi ils sont apparus comme plats, ovales, ou simplement comme des lignes pour les observateurs. Soudainement, les deux disques firent du sur-place en une position fixe, puis partirent en zig-zag vers le nord-est. Un sifflement pénétrant et un bourdonnement furent audibles par les témoins. L'observation complète dura 10 à 12 minutes. Le commandant Pierre du petit terrain d'aviation d'Elizabethville parti immédiatement avec son avion de chasse. A son premier passage il s'approcha à 120 métres d'un des deux disques. D'après ses estimations, la "soucoupe" avait un diamétre de 12 a 15 métres et avait la forme d'un disque. La partie centrale interne semblait absolument stable, une protubérance sortait du centre et plusieurs petites ouvertures furent nettement observées. L'anneau extérieure était complètement voilé par un feu et devait avoir une vitesse de rotation énorme. La couleur du métal était similaire a celle de l'alumimium. Les disques se déplaçaient de manière precise, aussi bien verticalement qu'horizontalement. Des changements d'altitudes, de 800 a 1000 pieds, pouvait être fait en quelques secondes. Les disques sont souvent descendus a une hauteur de 20 métres au dessus de la cime des arbres. Pierre ne pense pas que le disque puisse être occupé, car, d'après lui, sa vitesse irrégulière et sa chaleur interdiraient a quelqu'un de se tenir dans la partie centrale. Pierre poursuivit ces disques pendant 15 minutes quand il entendit un sifflement, malgré le bruit de son avion. Les disques disparurent en direction du lac Tanganyika. Il estima leur vitesse à 1500 kilomètres/heures. Pierre est un officier digne de confiance et un aviateur zélé. Il a donné un rapport détaillé a ces supérieurs, qui, étrangement, ont été d'accord de bien des manières avec plusieurs des résultats de recherches. ARCHIVAL RECORD PLEASE RETURN TO AGENCY ARCHIVES, [CENSORED]
PUBLIE Vienne
DATE DE PUBLICATION 29 Mar 1952
LANGAGE Allemand
CETTE INFORMATION N’A PAS ETE EVALUEE
SOURCE La Presse
SOUCOUPES VOLANTES AU-DESSUS DE MINES D’URANIUM AU CONGO BELGE
Récemment, deux disques ardants furent observés au dessus de la mine d’uranium située au sud du Congo Belge, dans le district de Elisabethville. Les disques glissaient dans des courbes élégantes et ont changés de positions à de nombreuses reprises, c’est pourquoi ils sont apparus comme plats, ovales, ou simplement comme des lignes pour les observateurs. Soudainement, les deux disques firent du sur-place en une position fixe, puis partirent en zig-zag vers le nord-est. Un sifflement pénétrant et un bourdonnement furent audibles par les témoins. L’observation complète dura 10 à 12 minutes.
Le commandant Pierre du petit terrain d’aviation d’Elizabethville parti immédiatement avec son avion de chasse. A son premier passage il s’approcha à 120 métres d’un des deux disques. D’après ses estimations, la « soucoupe » avait un diamétre de 12 a 15 métres et avait la forme d’un disque. La partie centrale interne semblait absolument stable, une protubérance sortait du centre et plusieurs petites ouvertures furent nettement observées. L’anneau extérieure était complètement voilé par un feu et devait avoir une vitesse de rotation énorme. La couleur du métal était similaire a celle de l’alumimium.
Les disques se déplaçaient de manière precise, aussi bien verticalement qu’horizontalement. Des changements d’altitudes, de 800 a 1000 pieds, pouvait être fait en quelques secondes. Les disques sont souvent descendus a une hauteur de 20 métres au dessus de la cime des arbres. Pierre ne pense pas que le disque puisse être occupé, car, d’après lui, sa vitesse irrégulière et sa chaleur interdiraient a quelqu’un de se tenir dans la partie centrale. Pierre poursuivit ces disques pendant 15 minutes quand il entendit un sifflement, malgré le bruit de son avion. Les disques disparurent en direction du lac Tanganyika. Il estima leur vitesse à 1500 kilomètres/heures.
Pierre est un officier digne de confiance et un aviateur zélé. Il a donné un rapport détaillé a ces supérieurs, qui, étrangement, ont été d’accord de bien des manières avec plusieurs des résultats de recherches.
ARCHIVAL RECORD
PLEASE RETURN TO AGENCY ARCHIVES, [CENSORED]

 


 

 

 

 

J. Allen Hynek, membre de la Commission Blue Book, ancien « Scully » métamorphosé en « Mulder »

Les cinq mémorandums qui devraient ravir l’agent Scully valent eux-aussi le détour. Car, loin de fournir une explication convaincante aux innombrables observations d’OVNIs durant cette période, ils montrent l’embarras et l’inquiétude des services de renseignement américains face aux soucoupes volantes. Alors qu’un document évoque un peu légèrement l’hypothèse d’une « folie de l’été », un mémo rédigé par le directeur de la CIA le 2 octobre 1952 souligne que, quelle que soit leur nature, les OVNIs présentent « deux éléments de danger dans une situation internationale tendue »: la possibilité qu’ils soient utilisés par un Etat ennemi comme une arme psychologique, et, surtout, les risques de confusion avec une « véritable alerte », autrement-dit une attaque de l’URSS. 

Les dix documents exhumés par la CIAdatent tous de 1952 et 1953, années particulièrement riches en « incidents » comme le mémorable carrousel de Washington. 1952 est surtout l’année de création du projet Blue Book,  la commission d’enquête sur les OVNI mise en place par l’US Air Force qui cessa ses activités en 1969 sur le constat que les OVNIs n’existent pas et que les cas résiduels inexpliqués ne le sont que par manque d’informations… Mais, comme le soulignait l’astronome J. Allen Hynek, membre démissionnaire de la Commission Blue Book, ancien « Scully » métamorphosé en « Mulder » en cours de route, les conclusions du Livre Bleu sont en contradiction flagrante avec son contenu: des dizaines de cas retenus par la commission sont irréductibles à des phénomènes connus, même avec toutes les « informations complémentaires » imaginables. 

La CIA n’avait que l’embarras du choix pour sélectionner ses mémos OVNIs

Pour quelle raison la CIA ressort-elle maintenant ces vieux dossiers, outre la volonté évidente d’améliorer son image en se faisant mousser sur le come-back d’« X-Files » ? L’agence se garde bien de trancher d’un côté ou de l’autre, renvoyant sceptiques à la Scully et croyants façon Mulder dos à dos. De plus, la CIA n’avait que l’embarras du choix pour sélectionner ses mémos OVNIs. Elle aurait pu aussi présenter aussi ce mémo d’août 1952 rédigé par le directeur de la Scientific Intelligence, Marshall Chadwell, et adressé au patron de la CIA, Walter Bedell Smith où l’on peut lire:

« En ce moment, les rapports d’incidents nous ont convaincus que quelque chose se déroule qui exige notre attention immédiate. Les observations d’objets inexplicables qui volent à haute altitude et à grande vitesse dans l’espace aérien des Etats-Unis sont de telle nature qu’ils ne peuvent être attribués à aucun phénomène naturel ou type de véhicule aérien connus. » 

Enfin, la CIA n’a pas toujours été aussi partageuse avec ses dossiers OVNIs. La plupart l’ont été par des particuliers tenaces qui ont fait valoir le loi sur la liberté de l’information pour obtenir des documents que l’agence rechignait à déclassifier. 

Mais voici ce qu’ils obtiennent parfois…

Mulder comme Scully seraient sans doute un peu agacés… 


IL Y A 1 AN,DÉBUT DE LA DIVULGATION

La presse internationale a annoncé récemment,en 2015,  la déclassification des 11 107 cas d’observations d’OVNIs étudiés par le projet Blue Book entre 1952 et 1969, sous l’égide de l’US Air Force. En réalité, ces documents étaient en accès libre depuis 2007 avant d’être convertis fin janvier en fichiers PDF, plus lisibles, par un ufologue, John Greenwald. Qui a dû les retirer presque aussitôt de son site sous peine de poursuites judiciaires…

La fameuse vague ovni des années '50 aura été marquée par le survol du Capitole en juillet 1952.
La fameuse vague ovni des années ’50 aura été marquée par le survol du Capitole en juillet 1952.

Le Projet Blue Book (Livre Bleu) est la plus vaste enquête officielle jamais lancée sur les OVNIs. Mais, pour certains, elle n’est qu’une opération de couverture destinée à masquer la réalité du phénomène. L’année de la création du Projet Blue Book coïncide avec un évènement ufologique qui a fasciné l’Amérique.

En 1952, le Pentagone ne sait plus où donner de la tête: les OVNIs sont partout. Cinq ans plus tôt l’observation du pilote Kenneth Arnold près du mont Renier a fait entrer les « soucoupes volantes » dans l’actualité et dans le vocabulaire courant. Depuis, les autorités sont débordées par les témoignages quotidiens qui suscitent autant d’enthousiasme que d’inquiétude dans la population. Les Etats-Unis sont-ils menacés par ces étranges objets dont les performances dépassent celles de tous les engins connus ? Le point d’orgue est atteint le soir du 19 juillet 1952. avec l’évènement dit du « carrousel de Washington »: jusqu’à 5 heures du matin, des objets lumineux se livrent à un incroyable ballet aérien au dessus de la Maison Blanche, du Pentagone et de la base de l’US Air Force de Andrew !

Les témoins visuels se comptent par centaines, quelques photographies sont prises et il existe même un film de cette « invasion ».

Les objets sont détectés par des radars civils et militaires. Les accélérations et les vitesses enregistrées sont hallucinantes: les intrus passent de 160km/h à plus de 10000 km/h en quelques secondes. Des avions de chasse décollent pour intercepter les appareils. Sans succès. La nuit du 26 juillet, les OVNIs sont de retour, survolant toujours le coeur du pouvoir civil et militaire américain. Là, encore les observations visuelles sont confirmées par les radars. Le Pentagone est sur la sellette. Le 29 juillet, l’US Air Force organise un conférence de presse et fournit l’explication que tout le monde attendait : aucun engin n’a survolé Washington. Les échos radars ont été provoqués par de banales inversions de température, phénomène météorologique bien connu: une couche d’air chaud prise en sandwich entre deux couches d’air froid aurait créé des mirages par réfraction lumineuse et des tracés radars fantômes.

washington-radars-8ufos
Cinq photos de l’écran radar du National Airport où apparaissent distinctement les objets qui ont survolé Washington. DR

Cette explication parvient à convaincre les journalistes et le grand public mais plusieurs scientifiques restent sceptiques comme le physicien et météorologue James E. McDonald qui a vérifié les données météos des 19 et 26 juillet et conclu que les conditions climatiques excluaient la formation d’inversions de températures. Quant aux techniciens radars, ils ont tout bonnement le sentiment d’être pris pour des idiots: en bons professionnels, ils savent identifier les faux échos radars qui sont des tâches floues et peu distinctes. Elles sont immobiles ou se déplacent lentement mais jamais ces blips fantômes ne se livrent aux extraordinaires prouesses aériennes enregistrées par les radars : accélérations fulgurantes, virages en épingle à cheveu, brusques changements d’altitude.

Gerald Ford: « Le public américain mérite une meilleure explication que celle fournie par l’US Air Force »

Ce carrousel de Washington a fourni à la commission d’enquête sur les OVNIs nouvellement créée par le gouvernement américain l’occasion de se faire les dents sur ce cas sans précédent et de peaufiner une méthodologie qui sera, par la suite, très critiquée. Le projet Blue Book, lancé en avril 1952 par l’US Air Force, a trois objectifs formulés par l’US Air Force : « Trouver une explication pour l’ensemble des témoignages d’observations d’ovnis, déterminer si les ovnis représentent une menace pour la sécurité des Etats-Unis ; déterminer si les ovnis présentent une technologie avancée que les États-Unis pourraient exploiter. » Mais au cours de ses 17 années d’existence jusqu’à sa dissolution en 1969, le projet Blue Book s’est surtout acharné à remplir son premier objectif: trouver une explication rationnelle et scientifique à tous les cas qui lui sont soumis, quitte à prendre quelques libertés avec les données brutes et les témoignages.

Cette volonté d’expliquer à tout prix  les observations par des méprises avec Vénus, la lune ou un avion finit par lasser certains membres du conseil scientifique qui quittent le projet Blue Book avec plus ou moins de fracas. Le départ le plus mémorable est celui de l’astrophysicien J. Allen Hynek, entré dès 1948 dans le projet Sign, premier avatar moins ambitieux de la commission Blue Book. Sceptique à l’origine, il déclare en 1948 que le sujet des « soucoupes volantes » est « ridicule »,  un « phénomène de mode qui s’éteindra bientôt ». Vingt ans plus tard, son opinion a bien changé : « Il conviendrait que l’US Air Force admette que le phénomène OVNI est un problème scientifique de dimension mondiale qui peut avoir une grande portée » écrit-il en 1968 dans une lettre furieuse adressée au colonel Raymond S. Sleeper, l’un des responsables du projet, où il déplore, entre autres, le manque de moyens alloué aux enquêteurs, les investigation bâclées et le peu de considération accordée aux témoins. J. Allen Hayek lui-même s’en est longtemps voulu d’avoir « expliqué » une observation très détaillée d’atterrissage d’OVNI en 1966 dans des marécages du Michigan par des « gaz des marais », des feus follets. L’hypothèse d’Hynek était si insuffisante, comme il l’a reconnu par la suite, que le futur président Gerald Ford, à l’époque représentant du Michigan au Congrès, avait protesté : « Le public américain mérite une meilleure explication que celle fournie par l’US Air Force ».

« L’US Air Force ne donnait pas aux OVNIs une chance d’exister, même s’ils survolaient une rue en plein jour »

 

Après avoir quitté la galère Blue Book, J. Allen Hayek, sans renoncer à sa carrière d’astrophysicien, est devenu l’un des ufologues les plus respectés et compétents d’un champ d’étude hélas délaissé par les scientifiques de haut niveau. Il a notamment mis au point la célèbre classification des observations d’OVNIs étalonnée entre Rencontre rapprochée du 1er type (RR1)  et Rencontre rapprochée du 3e type (RR3), qui a donné son titre au film de Steven Spielberg dont J. Allen Hayek était le conseiller scientifique.

Quand l’US Air Force a mis fin au projet Blue Book, le major Quantanilla, directeur de la commission, a déclaré : « 676 seulement des 11 107 observations signalées depuis 1947 sont inexpliquées… Il n’existe aucune preuve que les OVNIs encore inexpliqués constituent des créations technologiques ou des principes situés au-delà de notre connaissance scientifique actuelle ».

Bien différente est la conclusion de J. Allen Hayek qui en 1985, un an avant son décès, déplorait « l’attitude complètement fermée de l’Air Force. Ils ne donnaient pas aux OVNIs une chance d’exister, même s’ils survolaient une rue en plein jour. Tout doit avoir une explication. Je commençais à m’énerver, même si, à l’origine, je ressentais la même chose qu’eux, je savais maintenant qu’ils n’étaient pas sur la bonne voie. Vous ne pouvez supposer qu’une chose n’existe pas si vous n’avez pas de preuve. Deuxièmement, la qualité des témoins a commencé à me troubler. Quelques cas ont, par exemple, été rapportés par des pilotes militaires, et je savais qu’ils avaient été bien entraînés, c’est donc là que pour la première fois, j’ai pensé que peut-être, il y avait quelque chose derrière tout cela. »

Les 11 107 cas étudiés par le projet Blue Book et les quelque 100 000 documents (photos, dessins, manuscrits, films etc) sont en réalité en accès libre depuis 2007 sur le site des archives militaires américaines, Fold3. L’ufologue et militant de la déclassification, John Greenwald a converti ces documents difficiles à consulter en fichiers PDF plus simples d’accès sur son site Black Vault. Malheureusement, pour de sombres histoires de copyright, Fold3 a sommé John Greenwald de retirer les documents sous peine de poursuites judiciaires. Dommage : l’occasion était belle de vérifier de visu si le projet Blue Book est une banale compilation de méprises et de supercheries ou, comme le disait en privé, le colonel Raymond S. Sleeper, « a great big pain in the ass », « un truc qui fait très mal au c…»

…une histoire à suivre et que nous suivrons!


Quelques photos de la Grande Vague Ovni de 1952

 

La une du journal de Washington du 29 juillet 1952.
La une du journal de Washington du 29 juillet 1952.

 

La célèbre photo de Coltons Point montrant les ovni au-dessus de Washington.
La célèbre photo de Coltons Point montrant les ovni au-dessus de Washington.

 

La circulation des ovnis sur l'écran radar surveillant la ville de washington en ce 28 juillet 1952.
La circulation des ovnis sur l’écran radar surveillant la ville de washington en ce 28 juillet 1952.

 

Photo prise de la Station des Gardes-côtes de Salem en 1952.
Photo prise de la Station des Gardes-côtes de Salem en 1952.

 

Même l'aviation militaire pris cette photo au-dessus de la Corée du Nord en 1952.
Même l’aviation militaire pris cette photo au-dessus de la Corée du Nord en 1952.

 

Le 19 juillet 1952,on prit cette photo  d'un cigare volant au-dessus de puerto Maldonaldo au Pérou.
Le 19 juillet 1952,on prit cette photo d’un cigare volant au-dessus de Puerto Maldonaldo au Pérou.

 

Au nord de l'Italie,un témoin prit cette photo qui nous montre un humanoïde...pour une première fois.
Au nord de l’Italie,un témoin prit cette photo qui nous montre un humanoïde…pour une première fois.

 

Ovni photographié à Atlantic City,au New Jersey le 28 juillet 1952.
Ovni photographié à Atlantic City,au New Jersey le 28 juillet 1952.

 

 

Le 13 décembre 1952,Georges Adamsky prit cette photo près du mont Palomar. Cette ovni correspond parfaitement au dessin d'un ovni nazi du nom de Hanebu développé sous les bons services deMaria Orsic.Il  sagit de technologie pléadienne.
Le 13 décembre 1952,Georges Adamsky prit cette photo près du mont Palomar.
Cette ovni correspond parfaitement au dessin d’un ovni nazi du nom de Hanebu développé sous les bons services deMaria Orsic.Il sagit de technologie pléadienne.

 

Comparaison entre l'ovni photographié par Adamsky et  un dessin des archives du Troisième Reich.
Comparaison entre l’ovni photographié par Adamsky et un dessin des archives du Troisième Reich.

 

Au-dessus du brésil...1952.
Au-dessus du brésil…1952.

 

Roland hugues ,pilote de l'US Air Force ,fit dessiner l'ovni qu'il prit en chasse au-dessus de Washington,en juillet 1952.
Roland Hugues ,pilote de l’US Air Force ,fit dessiner,sur son chasseur, l’ovni qu’il prit en chasse au-dessus de Washington,en juillet 1952.

 

Keffel et martins,2 chercheurs de l'époque,examinent les  négatifs des photos de l'ovni prises au-dessus de Barra da  Tijuca ,au Brésil.
Keffel et martins,2 chercheurs de l’époque,examinent les négatifs des photos de l’ovni prises au-dessus de Barra da Tijuca ,au Brésil.

 

Agrandissement de la photo  principale de l"ovni aperçu le 7 mai 1952 au-dessus de barra  da tijuca au brésil.
Agrandissement de la photo principale de l »ovni aperçu le 7 mai 1952 au-dessus de barra da tijuca au brésil.

 

 

cet appareil est issu de la technologie extraterrestre mise au point par les allemands durant la Deuxième guerre mondiale...sous le nom de Horten.
cet appareil est issu de la technologie extraterrestre mise au point par les allemands durant la Deuxième guerre mondiale…sous le nom de Horten.

 

Le 25 juillet 1952,cet ovni fut photographié au-dessus de Portsmouth,Massachusetts.
Le 25 juillet 1952,cet ovni fut photographié au-dessus de Portsmouth,Massachusetts.

 

Sources:le site de la CIA sous ce lien: Disclosure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un vaisseau en forme de disque découvert sur Mars..et d’autres artéfacts

Vaisseau spatial étranger trouvé sur Mars le 19 juillet 2014

 

« Cet ancien disque a été trouvé dans une image de Mars Surveyor ce mois-ci. Sa forme circulaire est très typique des soucoupes volantes vues depuis des siècles dans le monde entier. D’un côté du disque ,on voit  la zone qui ressemble à un compartiment moteur ou des dommages possibles  apparaissent « , dit Scott Waring, auteur de  UFO Sightings  .

Alien spaceship on Mars

 

 

 « Ce disque est totalement hors de propos dans cet environnement de crêtes et de falaises dans ce cratère.  C’est un travail d’ artisanat ancien abandonné, probablement endommagé au-delà de réparation possible  ou la technologie a été rendue obsolète par les nouvelles technologies. « , Dit Waring .

« L’objet est en forme de soucoupe  et semble concave avec de possibles dommages à son arrière , ce pourrait également être un système de propulsion, nous ne pouvons que spéculer en raison de la mauvaise qualité d’image fournie par la NASA, ajoute Hannard. 

Une histoire à suivre!

………………………………………………………

…ET D’AUTRES ARTÉFACTS

 

Curiosity,de son côté a multiplié les découvertes.Jugez vous-mêmes:

Un étrange objet métallique...
Un étrange objet métallique…

 

Date de découverte: 4 Juillet, 2014
Lieu de découverte: Mars
 
Source 1: http://areo.info/mer/spirit/124/tn/2P137373426EFF4406P2570L5M1_L4L5L5L5L6.jpg.html
Source 2: http://areo.info/mer/spirit/106/tn/2P135769685EFF3100P2295L5M1_L2L5L5L6L6.jpg.html
Source 3: http://areo.info/mer/spirit/106/tn/2P135779012EFF3100P2294L5M1_L2L5L5L6L6.jpg.html
 
Je vérifiais quelques photos de Mars et suis tombé sur quelques objets anciens fraîches que je pensais que certains d’entre vous pourraient être intéressés . 
 
La photo ci-dessus a deux fonctionnalités en elle. 1er est la clé comme le bras et le 2ème est un visage d’une fenêtre dans un rocher. 
 
La photo ci-dessous montre un objet long qui ressemble à un bord d’un trottoir ou d’un bâtiment. 
 

 

...comme une barre métallique..
…comme une barre métallique..

 

 

…et cet autre objet me laisse perplexe:

Un artéfact qui laisse supposer qu'une forme de vie est passée ici.
Un artéfact qui laisse supposer qu’une forme de vie est passée ici.

 

Je continue d’explorer la filière de la NASA!

 

 

L’histoire de la Quête fantastique vers la Terre Creuse .partie 1

Histoire de la Terre Creuse
La disparition prématurée,le 26 juillet 2006, de l’explorateur américain Steve Currey nous amène à faire le point sur l’évolution des recherches sur la Terre Creuse.Depuis l’an passé,mes recherches sur Neu Schwabenland et les bases secrètes allemandes m’ont amené  à m’intéresser  davantage à ce grand mystère qui explique beaucoup de choses.
Mes recherches confirment  que la surface concave intérieure de la croûte terrestre pourrait abriter une civilisation en tous points supérieure à la nôtre, probablement issue des continents disparus de Lémurie et d’Atlantide. Les « soucoupes volantes » ne seraient que l’une des nombreuses inventions de cette civilisation. Mais leur avancée se situe surtout au niveau spirituel. Au moment où notre société s’enfonce dans la décadence matérialiste, nous tirerions sans doute le plus grand bénéfice à contacter ces frères aînés de la race humaine.J’ai la certitude  que la solution pour abattre le néolibéralisme et la menace mortelle du Nouvel Ordre Mondial,se trouve juste en-dessous de notre nez.

Sir Edmund Halley,le grand penseur de la Terre Creuse.
Sir Edmund Halley,le grand penseur de la Terre Creuse.

Le pionnier de la « théorie de la Terre Creuse » fut l’astronome et mathématicien anglais, Edmond Halley (1656-1749). Il fut également le premier à émettre l’idée que les aurores boréales polaires étaient le reflet d’un « Soleil intérieur » qui éclairait le monde souterrain. Ses travaux furent publiés dans « The Philosophical Transactions of the Royal Society of London » et ne firent pas grand bruit. Halley passa surtout à la postérité grâce à la découverte de la célèbre comète portant aujourd’hui son nom.

John Cleves Symmes
John Cleves Symmes

Un autre précurseur fut John Cleves Symmes, ancien capitaine de l’infanterie de la guerre de 1812 contre la Grande-Bretagne, en hommage duquel fut érigé à Hamilton un monument de pierre représentant une sphère percée en deux points symétriques. Le 10 avril 1818, il envoya au Congrès américain, à des directeurs d’université et à des savants, la lettre suivante: « Au monde entier; je déclare que la Terre est creuse et habitable intérieurement… » Selon lui, la Terre était formée de plusieurs sphères concentriques. Aux deux pôles, il y avait d’énormes ouvertures où s’engouffraient l’atmosphère, des terres et des mers.

Symmes joignit à sa lettre un certificat médical confirmant la pleine possession de ses facultés mentales. Il intéressa le sénateur Richard M. Johnson qui déposa devant le Congrès, le 28 janvier 1823, une demande officielle de financement pour le lancement d’une expédition. Mais cette dernière fut repoussée.
En 1826, toutes les notes de Symmes furent publiées dans un livre intitulé « Theory of concentric Spheres. » Sa théorie fut alors reprise par Joseph Reynolds qui réussit à convaincre le président John Quincy Adams.
Une expédition pour le Pôle Sud partit de New York le 29 octobre 1829. Malheureusement, l’opération fut un désastre total. Edward George Bulwer Lytton, politicien, ésotériste et écrivain célèbre, auteur des « Derniers jours de Pompéi », publia en 1873 « The coming Race » dans lequel il raconta que des rescapés de divers cataclysmes avaient trouvé refuge sous la Terre depuis des milliers d’années. Cette race de surhommes entretenait, selon lui, sa forme grâce à un mystérieux fluide, le « Vril ». Elle allait bientôt supplanter l’humanité.
Cette histoire inspira des sociétés secrètes lucifériennes, notamment celle de la « Loge lumineuse » de l’Allemagne nazie, plus connue sous le nom de « Société du Vril « . Parmi ses membres se trouvaient Rudolf Hess et de nombreux partisans du régime nazi qui cherchèrent dans cette théorie une justification à leur idéologie.
Puis la thèse de la Terre Creuse fut reprise par l’écrivain américain William Reed dans un livre désormais « culte » s’appuyant sur des témoignages d’explorateurs polaires, « Fantôme des pôles », jamais traduit en français.

Reed réfuta les conceptions communément admises sur la structure de la Terre et se basa sur des arguments scientifiques. Selon lui, les pôles n’avaient jamais été découverts parce qu’ils n’avaient jamais existé ! À la place, il y avait d’immenses trous, et ces ouvertures conduisaient à l’intérieur de la Terre. Le livre de Reed n’était pas une fiction. Il le précisa d’ailleurs en ces termes : « Ce volume n’a pas été écrit en vue de divertir ceux qui lisent. Ce n’est pas un roman, mais un essai sérieux qui tend à prouver, dans la mesure du possible, certaines vérités importantes jusqu’ici dédaignées. J’y livre la clé de certains mystères. »
Reed estima que la croûte terrestre avait une épaisseur de 1.300 kilomètres et que son intérieur (creux) avait un diamètre de 10.000 kilomètres. Selon lui, l’aurore boréale polaire n’avait rien à voir avec un phénomène électrique ou magnétique mais provenait de la réflexion sur les nuages, sur la glace ou sur la neige, des feux d’un volcan ou des feux de prairies ou de forêts situées sur le bord de la courbure polaire (une théorie probablement fausse). Il s’inspira des description des explorateurs Bernacchi, Nansen, Siemens, Mauch, Hooper, Greely, Henry, Brainard, Rice, Ralston, Gardiner qui tous s’extasièrent devant la magnificence des aurores boréales et s’interrogèrent sur leur origine. Étant donné que le phénomène n’avait aucun effet sur l’aiguille de la boussole, les évaluations de ces explorateurs en déduisirent logiquement qu’il n’avait rien d’électrique ni de magnétique.

Reed évoqua aussi une mer libre s’étendant loin au Nord, s’appuyant sur des observations du Dr Bessels, de Chester, Kane, Me Gary, Morton, Greely, Pavy et surtout de Nansen. Ils constatèrent tous son existence au delà d’une certaine altitude.
Nansen décrivit cette mer d’eau douce en ces termes : « C’est un phénomène singulier, cette eau douce… Ce phénomène se passe quand une couche superficielle d’eau douce surnage sur l’eau de mer salée et cette eau douce glisse avec le bateau sur la mer plus lourde du dessous comme si cette mer constituait une couche fixe.

Le norvégien Nansen fut le premier explorateur moderne à réussir, en 1897, l'exploit scientifique et humain de s'approcher du pôle Nord jusqu’à atteindre la latitude de 86° 15'.
Le norvégien Nansen fut le premier explorateur moderne à réussir, en 1897, l’exploit scientifique et humain de s’approcher du pôle Nord jusqu’à atteindre la latitude de 86° 15′.

« La différence entre ces deux couches liquides était, dans ce cas, si grande que tandis que nous avions de l’eau potable à la surface, nous sommes arrivés à extraire du fond de la salle des machines une eau si salée qu’elle pouvait être employée pour la chaudière. » Il estima sa profondeur entre 3.300 et 3.900 mètres.
« La différence entre ces deux couches liquides était, dans ce cas, si grande que tandis que nous avions de l’eau potable à la surface, nous sommes arrivés à extraire du fond de la salle des machines une eau si salée qu’elle pouvait être employée pour la chaudière. » Il estima sa profondeur dans « A journev to the Earth’s interior : Have the poles really been discovered ? » (« Un voyage à l’intérieur de la Terre : les entre 3.300 et 3.900 mètres.
La théorie de Reed fut reprise en 1920 par un autre américain, Marshall B. Gardner, après vingt ans d’études et sans qu’il ait eu vent de l’oeuvre de son prédécesseur, puis présentée pôles ont-ils vraiment été découverts ?)
L’ouvrage fut publié à compte d’auteur et jamais traduit en français. Gardner figura la Terre avec des ouvertures circulaires aux pôles dans lesquelles s’engouffrait l’eau de l’océan qui adhérait à la croûte, tant au-dessous qu’au-dessus, puisque selon sa théorie, le centre de gravité de la Terre était situé en plein milieu de cette croûte et non au centre du globe. Si un bateau franchissait le trou et se dirigeait vers l’intérieur, il continuait de naviguer (dans une position renversée) sur la paroi interne de la croûte terrestre.
Il révéla que le lieu où la force de gravité était la plus importante se situait à mi chemin de la courbe. Cette force était si puissante à cet endroit que l’eau salée de la mer et l’eau douce des icebergs ne se mélangeaient pas. L’eau de mer demeurait à quelques dizaines de centimètres au-dessous de l’eau douce, ce qui permettait d’obtenir de l’eau potable même en plein océan arctique. M.B. Gardner s’interrogea sur l’origine des icebergs, formés d’eau douce et non d’eau salée. D’où pouvait bien provenir cette énorme quantité d’eau douce ?
Les auteurs du « Livre Jaune n°6 » publié par les Editions Félix, que nous avons consulté à titre informatif, se sont posé la question suivante : « Qui peut dire d’où viennent les icebergs ? Ils ne viennent pas de la mer, car l’eau de mer est salée, et les icebergs ne contiennent que de l’eau douce, sans exception. La pluie ? »
« Comment cinq centimètres de précipitations annuelles peuvent-ils créer de tels monstres de glace, comme nous les trouvons dans l’océan Arctique ? » se demande le chercheur Bernacchi, qui a exploré le pôle Sud avec Borchgrevink, de 1898 à 1900. Il n’y a pas de réponse rationnelle à cette question. Il a vu un iceberg de 80 kilomètres de large sur 650 kilomètres de long, un iceberg qui irait de Paris à Toulouse et qui se serait formé à la suite de cinq centimètres de précipitations annuelles !!!
Si l’on part du fait qu’il existe bien un pôle Nord et qu’il est recouvert de glace, comme tout le monde semble le supposer, d’innombrables explorateurs ont dû être pris d’hallucinations à partir de 80° de latitude Nord. Ou alors, ils étaient en pleine possession de leurs moyens, et la théorie du pôle couvert de glace ne tient plus. Tous ceux qui vivent dans le grand Nord ont pu constater qu’il y a beaucoup de brouillard dans l’Arctique en hiver. Si la banquise avait été entièrement solide, il n’y aurait pas assez d’humidité dans l’air pour la formation de brumes et de brouillards. Un explorateur américain, le Docteur E. Kane, qui a découvert le glacier de Humboldt, a exploré la zone du pôle Nord entre 1833 et 1855. Il a écrit il y a 150 ans : « Il y a des indices qui montrent clairement qu’il doit y avoir un océan dans le Nord. Les brumes et les brouillards que nous avons vus souvent en hiver nous le confirment. »

PhotoReed
Selon Reed et Gardner, cette eau douce provenait des fleuves des régions chaudes situées à l’intérieur de la Terre. Quand ils atteignaient la surface beaucoup plus froide, ils gelaient et se transformaient en icebergs. Durant les mois d’hiver, des millions de mètres cubes d’eau douce en provenance des rivières intérieures émergeaient des ouvertures polaires et formaient de véritables montagnes de glace.
Pour Gardner, les mammouths découverts gelés dans la glace n’étaient pas des animaux préhistoriques mais des animaux vivant toujours actuellement à l’intérieur de la Terre. Car c’est à l’intérieur de ces icebergs que l’on a découvert nombreux mammouths et d’autres espèces disparues que l’on a rapidement qualifiées de « préhistoriques » parce qu’on n’en voyait plus de semblables sur la Terre depuis très longtemps. Certains mammouths avaient encore de l’herbe dans l’estomac et même dans la bouche, ce qui prouve qu’ils avaient été saisis brutalement par un froid intense.
Un certain Robert B. Cook révéla qu’on avait trouvé dans des dépôts glaciaires du Nord des mammouths, des rhinocéros, des rennes, des hippopotames, des lions et des hyènes. Il expliqua que ces animaux, incapables de supporter un climat aussi rude, devaient avoir vécu il y a des millénaires lorsque régnait dans la région polaire une température tropicale. Mais Gardner n’était pas du même avis. Selon lui, il s’agissait d’animaux vivant toujours à l’heure actuelle, faisant remarquer à juste titre que lions et hyènes appartenaient à des espèces récentes et qu’ils n’étaient pas des créatures « préhistoriques » !
Gardner ajouta à la théorie de Reed la présence d’un Soleil central, plus petit que le nôtre, donnant une explication aux températures élevées relevées dans les hautes latitudes polaires. Un astre intérieur, source de chaleur et de lumière, rendrait possible la vie végétale, animale et humaine à l’intérieur de notre globe. Ce cœur irradiant de chaleur bienfaisante expliquait aussi la présence de l’aurore boréale. Reed pensait comme Gardner que l’intérieur de la Terre était habité mais il avait du mal à l’expliquer car sa théorie excluait la présence d’un Soleil central.
L’explorateur Fridtjof Nansen, qui publia « Vers le Pôle » en 1897 affirma avoir vu, aux environs de midi, une « image du Soleil », car selon lui, il ne pouvait être qu’un « mirage. » Il ressemblait à un feu rayonnant qui brillait juste au-dessus du bord le plus éloigné de la glace. Du sommet principal, Nansen aperçut plusieurs lignes horizontales directement l’une sur l’autre, toutes d’égale longueur, comme s’il avait affaire à « un Soleil carré, d’un rouge pâle, avec des rayons sombres horizontaux en travers. » Nansen et son équipe ne s’attendaient pas à observer durant plusieurs jours consécutifs ce « dieu de vie » renaissant après la longue nuit d’hiver polaire, si bien qu’ils pensèrent avoir dérivé vers le Sud.
Mais une simple illusion d’optique pouvait-elle durer plusieurs jours de suite ? De plus, là où se trouvait Nansen, la zone polaire nord était située dans la zone de la nuit polaire totale! Par conséquent, ce n’est pas le Soleil que Nansen vit mais une lumière émanant du centre de notre planète. Gardner fit appel à des données astronomiques pour prouver que non seulement la Terre mais aussi toutes les planètes du système solaire étaient creuses à l’intérieur. Elles possédaient des Soleils centraux et étaient formées à partir d’une nébuleuse tourbillonnante. À l’origine de chaque astre, il y avait une masse en fusion tournant sur elle-même. Ensuite, la force centrifuge projetait les substances les plus lourdes à la périphérie, formant à la surface extérieure de chaque planète une croûte solide. Une partie du feu initial subsistait dans le creux intérieur formant un « Soleil central. »
Des ouvertures se créaient obligatoirement aux extrémités à cause du mouvement de rotation et de déplacement dans l’espace. Gardner évoqua les « lumières polaires » observées sur Mars par le professeur Lowell, sur Vénus par l’astronome français Trouvelet en 1878, et sur Mercure par l’astronome Richard Proctor. Il cita un article paru dans le « Scientific American » du 14 octobre 1916, sous la signature de H. D. Curtis, membre de la Société astronomique du Pacifique, qui révélait: « Cinquante nébuleuses ont été étudiées et photographiées au moyen du réflecteur de Crosly. On a utilisé des temps de pose différents, de façon à faire ressortir les détails de structure de la partie centrale brillante et aussi de la matière périphérique. La plupart des nébuleuses présentent un anneau plus ou moins régulier, une sorte d’écorce ou de coquille, généralement avec une étoile centrale. »
Après la seconde guerre mondiale, en 1947, des bruits coururent que les Nazis avaient envoyé des hommes aux pôles. En 1946, l’amiral Richard Byrd fut chargé d’un programme du nom d’Operation High Jump, avec pour mission de vérifier, entre autres, si des Nazis ne se trouvaient pas dans les parages. Lors d’un vol effectué le 19 février 1947, il rapporta avoir observé des engins resplendissants en forme de disque portant un symbole ressemblant à la swastika qui le forcèrent à atterrir. Deux hommes grands et blonds parlant quelques mots d’allemand vinrent à sa rencontre…
En 1959, F. Amadeo Giannini écrivit son « Worlds beyond the Poles » (Les mondes au-delà des pôles). I1 révéla que, depuis le 12 décembre 1928, les expéditions polaires de la marine US avaient mis en évidence l’existence « d’une terre indéterminée s’étendant au-delà des deux pôles, hors des frontières de notre seul globe déterminées par la théorie copernicienne de 1543. Le 13 janvier 1956, l’unité aérienne de la Marine U.S. pénétra dans une étendue de terre de 2300 miles (3700 kilomètres) au-delà du prétendu pôle Sud de la Terre. Pour de très importantes raisons, ce vol mémorable ne reçut qu’un écho insignifiant dans la presse. »
Mais cette information demanderait à être confirmée. Giannini révéla aussi : « De modernes expéditions ont pénétré dans 5 000 miles d’une extension territoriale, dont l’extrémité ne fut pas atteinte. Quand bien même cette extrémité serait atteinte, une autre de même nature pourra se présenter. Une telle évaluation à répétition pourrait continuer indéfiniment. Il n’y a pas de fin physique à la Terre aux extrémités Nord et Sud. »
En 1959, Ray Palmer évoqua le sujet dans la revue « Soucoupes volantes » dont il était le chef de rédaction. Willis George Emerson, dans un livre intitulé « The Smoky God » (Le Dieu qui fume), titre en rapport avec le Soleil central, aussi intitulé « A voyage to the inner Word » (Un voyage dans le monde intérieur) publié en 1965, raconta une histoire survenue à un norvégien du nom d’Olaf Jansen dont il avait recueilli le témoignage. À bord d’un petit bateau de pêche, Jansen et son fils avaient tenté de trouver la terre légendaire située « au-delà du vent du Nord ». Il parla d’un Soleil central plus petit et moins brillant, donnant l’impression d’être brumeux, comme « entouré d’un nuage de fumée. »
Les deux hommes furent projetés dans l’ouverture polaire et se retrouvèrent à l’intérieur de la planète où ils séjournèrent deux ans avant de ressortir par l’ouverture opposée, celle du pôle Sud. Là, un iceberg coupa en deux le bateau. Le père fut tué. Le fils, sauvé de justesse, passa 24 années dans un hôpital psychiatrique pour déficience mentale… Une fois relâché, il devint pêcheur et après 26 ans, il s’installa en Californie. Il avait près de 90 ans lorsque, « par hasard », l’écrivain Willis George Emerson fit sa connaissance. Le vieillard sentant sa fin prochaine voulut partager son secret et lui raconta sa fantastique aventure, lui montrant les cartes qu’il avait dessinées à l’époque.
Raymond Bernard révéla qu’un certain Docteur Nephi Cottom de Los Angeles avait lui aussi recueilli d’un patient le récit suivant :
« J’habitais près du cercle arctique, en Norvège. Un été, je décidai avec un ami de faire un voyage en bateau et d’aller aussi loin que possible dans le Nord. Nous fîmes donc une provision de nourriture pour un mois et prîmes la mer. Nous avions un petit bateau de pêche muni d’une voile, mais aussi d’un bon moteur. Au bout d’un mois, nous avions pénétré très avant dans le Nord, et nous avions atteint un étrange pays qui nous surprenait par sa température. Parfois il faisait si chaud la nuit que nous n’arrivions pas à dormir. Nous vîmes plus tard quelque chose de si étrange que nous en restâmes muets de stupeur. En pleine mer, devant nous, se dressait soudain une sorte de grande montagne dans laquelle, à un certain endroit, l’océan semblait se déverser!
Intrigués, nous continuâmes dans cette direction, et nous nous trouvâmes bientôt en train de naviguer dans un vaste canyon qui conduisait au centre du globe. Nous n’étions pas au bout de nos surprises. Nous nous rendîmes compte un peu plus tard qu’un Soleil brillait à l’intérieur de la Terre! L’océan qui nous avait transportés au creux de la Terre se rétrécissait, devenait graduellement un fleuve. Et ce fleuve, comme nous l’apprîmes plus tard, traversait la surface interne du globe d’un bout à l’autre, de telle sorte que si on en suivait le cours jusqu’à son terme on pouvait atteindre le pôle Sud. Comme nous le constatâmes, la surface interne de notre planète comprenait des étendues de terre et d’eau, exactement comme la surface externe. Le Soleil y était éclatant, et la vie animale et végétale s’y développait abondamment. Au fur et à mesure que nous avancions, nous découvrions un paysage fantastique. Fantastique parce que chaque chose prenait des proportions gigantesques, les plantes, les arbres et aussi les êtres humains… Oui, les êtres humains ! Car nous en rencontrâmes et c’était des géants ! Ils habitaient des maisons et vivaient dans des villes semblables à celles que nous avons à la surface, mais de taille plus petite. Ils utilisaient un mode de transport électrique, sorte de monorail qui suivait le bord du fleuve d’une ville à l’autre. »
L’homme poursuivit : « Ils nous accueillirent amicalement, nous invitèrent à déjeuner chez eux. Mon compagnon alla dans une maison, moi dans une autre. J’étais complètement désemparé en voyant la taille énorme de tous les objets. On me donna une assiette immense, et la portion qu’elle contenait aurait pu me nourrir une semaine entière ! Le géant m’offrit au dessert une grappe de raisin, et chaque grain était aussi gros qu’une pêche ! Le goût en était délicieux.
À l’intérieur de la Terre, les fruits et les légumes ont une saveur délicate, un parfum subtil. Rien de comparable avec ceux de « l’extérieur ». Nous demeurâmes chez les géants pendant une année, goûtant leur compagnie autant qu’ils appréciaient la nôtre. Nous observâmes au cours de ce séjour un certain nombre de choses aussi étranges qu’inhabituelles, toujours étonnés par l’ampleur des connaissances scientifiques dont faisaient preuve ces gens. Durant ce temps, ils n’affichèrent jamais la moindre hostilité envers nous, et ils ne firent aucune objection quand nous décidâmes de repartir chez nous. Au contraire, ils nous offrirent même courtoisement leur protection au cas où nous en aurions eu besoin pour le voyage de retour. »
Selon le témoignage de Jansen, ces êtres vivaient plusieurs centaines d’années et mesuraient entre trois et quatre mètres de haut ! Ils possédaient une science très avancée. Ils transmettaient leurs pensées en utilisant certains types de radiations et détenaient des sources d’énergie plus puissantes que l’électricité.
Raymond Bernard affirma que ces géants appartenaient à la race antédiluvienne des Atlantes. « Ils s’étaient réfugiés à l’intérieur de la Terre pour échapper au déluge qui submergea leur continent. »
William F. Warren, dans un livre intitulé « Le Paradis retrouvé, ou le berceau de la race humaine », développa l’hypothèse selon laquelle la race humaine avait pris naissance sur un continent tropical situé dans l’Arctique, la fameuse « Hyperborée » des anciens Grecs. Les habitants étaient des « dieux » pouvant vivre des milliers d’années, sans jamais vieillir. Selon lui, les anciens écrits de la Chine, de l’Égypte, de l’Inde, et aussi les légendes des Esquimaux, évoquaient une grande ouverture dans le Nord et une race vivant sous la croûte terrestre dont les ancêtres étaient originaires de cette terre paradisiaque.
Des écrivains émirent l’idée que l’intérieur du globe était habité par une race de petits hommes à la peau brune et que les Esquimaux, dont le type ne ressemblait à aucun autre, provenaient de ce monde souterrain. « Quand on demande aux esquimaux d’où venaient leurs ancêtres » révéla R. Bernard, « ils pointent un index dans la direction du Nord. Leurs légendes évoquent une terre merveilleuse inondée de lumière. Là il n’y a jamais d’obscurité. Là règne un climat tempéré. Les lacs n’y sont jamais gelés, des hordes d’animaux errent dans les broussailles, des oiseaux de toutes les couleurs sillonnent le ciel. C’est une terre d’éternelle jeunesse où les gens vivent des milliers d’années dans la paix et le bonheur. »
À propos de l’origine des Esquimaux, Gardner écrivit: « Les premiers Norvégiens considérèrent ces petits hommes bruns comme des êtres surnaturels. Ne prétendaient-ils pas que leurs ancêtres venaient d’un pays enchanteur situé très loin dans l’extrême Nord ? Or les Norvégiens, pour qui les régions polaires étaient le bout du monde, ne pouvaient croire à l’existence d’un tel pays. Ils en conclurent que les Esquimaux étaient des créatures d’un autre monde, qu’ils sortaient de l’intérieur de la Terre, séjour supposé des gnomes et des fées. »
Nansen remarqua pour sa part : « Le peuplement esquimau s’accroît. Et il s’accroît non seulement par l’augmentation en nombre de l’espèce, mais par une immigration en provenance du Nord. »
Au Moyen-Âge, on pensait qu’il existait une terre ultime située au-delà du Nord à laquelle on donna le nom de Thulé. Cette croyance en un royaume radieux habité par un peuple étrange, était très répandue. Selon les théories officielles, les régions désolées du Pôle conduisent seulement à une terre de glace éternelle… Nous allons voir qu’il n’en est rien. L’Arctique n’est pas le désert que l’on croit.
Gardner cita un passage du journal de l’explorateur Hayes. En 1869, Isaac Israël Hayes fit un voyage au Groenland pour explorer les territoires d’Ellesmere et de Grinnel. Il écrivit dans son journal : « 78°17 de latitude Nord. J’ai vu un papillon jaune et, qui le croirait, un moustique, ainsi que dix mites, trois araignées, deux abeilles et deux mouches ! » Gardner en déduisit que ces insectes provenaient de l’intérieur de la Terre. Les observations de Hayes furent confirmées par l’explorateur Greely dans son livre « Trois années de service dans l’Arctique. » Greely raconta que les merveilles des régions arctiques étaient si extraordinaires qu’il avait été forcé de « minimiser » les notes qu’il avait prises sur le vif, de crainte qu’on ne le soupçonne d’exagération ! Il recensa des espèces inconnues d’oiseaux, deux fleurs différentes de toutes celles qu’il connaissait, sans parler des papillons et des mouches. Il trouva beaucoup de bois de saule pour faire du feu.
L’explorateur Sverdrup vit des lièvres en si grand nombre, aux environs du 81ème degré de latitude Nord, qu’il appela une crique « Le Fjord du Lièvre ». Il nota qu’il y avait suffisamment de gibier pour nourrir toute l’équipe d’exploration.
Le capitaine Beechey observa des oiseaux en si grande quantité sur la côte Ouest du Spitzberg que l’endroit retentissait de leurs cris depuis l’aube jusqu’au soir.
Franklin aperçut des oies qui migraient vers le Nord. Où se rendaient-elles ? Il nota qu’aussi loin que l’explorateur s’avançait dans l’extrême Nord, il rencontrait toujours l’ours polaire devant lui. Cet ours marchant infatigablement vers le Nord, où se rendait-il ?
Le commandant McClure explora la Terre de Banks et découvrit des quantités d’arbres éparpillés dans la glace. De toute évidence, ils avaient été apportés par des courants en provenance du Nord. Une partie de ce bois était pétrifié, mais il y en avait aussi beaucoup d’origine récente. Nansen s’interrogea sur le bois flottant le long de la côte du Groenland.
Selon Gardner, ces observations selon lesquelles plus on s’avançait vers le Nord, plus il y avait de vies étaient la preuve irréfutable qu’il existait dans l’extrême Nord un vaste refuge, une région au climat privilégié, porteuse d’une vie végétale et animale.
Un certain Théodore Fitch écrivit un livre, « Le Paradis intérieur de la Terre », en s’appuyant sur les travaux de Reed et de Gardner. Il prétendit que les océans internes étaient beaucoup plus petits que ceux de l’extérieur et que les étendues de terres y étaient trois fois plus grandes. Fitch posa une série de questions essentielles : « Si aucun fleuve ne coule de l’intérieur vers l’extérieur de notre globe, pourquoi tous les icebergs sont-ils composés d’eau douce ? Pourquoi trouve-t-on des graines tropicales, des plantes et des arbres flottant dans l’eau douce des icebergs ? Si cette eau ne peut logiquement provenir d’aucun endroit sur la Terre, alors par quel mystère se trouve-t-elle là ? Si la face interne de la Terre ne bénéficie pas d’un climat chaud, alors pourquoi rencontre-t-on en plein hiver; dans l’extrême Nord, des oiseaux tropicaux par milliers et des animaux qui ont besoin d’une température douce pour subsister ? D’où vient le pollen qui colore parfois la neige en rouge, en jaune ou en bleu ? »
« Le Livre Jaune n°6 », dont nous faisions référence précédemment, fait allusion lui aussi à ces pollens et à des troncs d’arbres flottant: « Il y a un autre phénomène qui a surpris plus d’un explorateur : subitement, à certains endroits, la neige était colorée, rouge, noire, verte ou jaune. On a pris des échantillons et on a découvert que le noir était dû à des cendres volcaniques, les autres couleurs étaient dues à du pollen de fleurs. Du pollen au pôle Nord ? Personne ne s’étonnait plus de savoir que ce pollen venait de fleurs que personne ne connaissait. D’où venaient les centaines de troncs d’arbres que le commandant Robert McClure avait trouvé sur la Terre de Bank ? McClure était le premier homme blanc à découvrir le passage Nord-ouest dans toute sa longueur. Et là où plus rien ne pousse, là où la neige et la glace sont reines, il voit du bois flottant qui se dirige sur lui ! Les troncs d’arbres semblaient avoir été charriés par les glaciers venant du Nord. Des arbres encore plus au Nord ? Nansen a vu du bois flottant à 86° de latitude nord, à 4° du pôle. Est-ce que les arbres tombent du ciel, comme la neige ? Sans doute pas ! »
En son temps, Reed avait déjà révélé la présence d’une poussière noire colorant la neige. Il en avait déduit qu’elle provenait d’un volcan en éruption. Et comme il n’y avait aucun volcan en surface, il en était arrivé à la conclusion logique qu’il devait se trouver à l’intérieur de la Terre. Un autre auteur américain, William L. Blessing publia un petit livre dans lequel il révéla sa conception de la structure de la Terre. La vieille idée selon laquelle la planète serait une masse solide avec un centre composé de matières en fusion devait être écartée, tout comme l’ancienne croyance selon laquelle la chaleur augmentait au fur et à mesure qu’on s’enfonçait dans la Terre. La Terre était un astre aplati aux pôles. Le pôle représenterait le bord extérieur d’un cercle magnétique, et à ce point, l’aiguille de la boussole pointerait vers le sol. Au-delà de ce cercle, la Terre descendrait en pente douce vers l’intérieur.
Selon Raymond Bernard, les soucoupes volantes proviendraient de l’intérieur du globe et seraient pilotées par une race souterraine, une idée reprise plus tard par plusieurs chercheurs. Le capitaine de frégate Strauss présenta une série de conférences au Brésil où il affirma que les pistes d’envol des soucoupes volantes se situaient dans le royaume souterrain de l’Agartha dont la capitale serait Shambhalla. Ses habitants auraient atteint un très haut degré de civilisation et un niveau scientifique extraordinaires. Ils appartiendraient à une civilisation antédiluvienne qui aurait peuplé les continents disparus de la Lémurie et de l’Atlantide. Lorsque ces continents furent engloutis, les rescapés trouvèrent refuge à l’intérieur de notre planète ainsi que sur certains continents. L’Égypte était une colonie atlante, comme l’étaient les empires aztèque, maya et inca.
Du Brésil, où elle prit naissance, la théorie de l’origine souterraine des soucoupes volantes gagna les États-Unis. Ray Palmer, directeur du magazine « Soucoupes volantes », écrivit en 1959 : « Les résultats d’années de recherches nous permettent d’avancer l’hypothèse que les soucoupes appartiennent à notre propre planète, qu’elles ne viennent donc pas de l’espace, comme on pouvait croire le jusqu’ici. Une accumulation de preuves montre clairement qu’il existe un endroit inconnu de vaste dimension, encore inexploré, autant que nous puissions le savoir, d’où proviennent très probablement les soucoupes volantes…
Notre magazine a réuni une série de preuves indiscutables qui montrent que les soucoupes volantes sont originaires de la planète Terre – ce que plus d’un gouvernement reconnaît comme une réalité – qu’un effort concerté est accompli pour en savoir plus sur ce sujet, que les faits déjà connus sont d’une telle importance qu’ils sont couverts par un secret mondial, que le danger est si grand qu’offrir une preuve officielle risquerait de semer la panique, que livrer ces faits à l’opinion publique pousserait même opinion à exiger actes en rapport, ce qui plongerait les gouvernements dans le plus embarras, que la nature inhérente des soucoupes volantes, due à leur lieu d’origine, est tout à propre à faire éclater le statu quo politique et économique de notre monde. »
Gray Barker, une autre autorité en matière d’ovnis, écrivit dans le « Saucerian Bulletin » du 15 janvier 1960 : « Les adeptes des sciences occultes croient que des êtres habitent à l’intérieur de la Terre et qu’ils en sortent et y retournent grâce à des passages secrets situés au pôle Nord et au pôle Sud… Est-ce qu’il ne pourrait pas exister une race inconnue, dans quelque coin inexploré de la Terre, qui serait responsable des soucoupes volantes ? … Après avoir longuement réfléchi, il me semble que l’explication d’une Terre intérieure devrait pouvoir résoudre la plupart des énigmes que pose le phénomène « soucoupes volantes. » Dans son livre intitulé : « Ils en savaient trop sur les soucoupes volante », il rappela qu’on avait vu une quantité inhabituelle d’ovnis dans la région du pôle Sud.
NOTE D’ÈRE NOUVELLE : Selon toute vraisemblance, si certains ovnis ont bien une origine intraterrestre, la majorité semble plutôt d’origine extraterrestre, car notre planète reçoit depuis des temps immémoriaux de nombreuses visites de Galactiques.
La description faite par Théodore Fitch de la super civilisation souterraine rappelait beaucoup celle de Bulwer Lytton dans son livre : « The Coming Race » (« La Race qui nous supplantera). Lytton était rosicrucien et avait accès à une source d’informations occultes. Il dressa un tableau saisissant d’une race supérieure de petits hommes bruns vivant à l’intérieur de la Terre dans un état d’abondance perpétuelle, ne connaissant ni la cupidité, ni la pauvreté, ni la guerre. Ils connaissaient les secrets de nos gouvernements. Ils étaient experts en télépathie. Ils affirmaient que notre Bible avait été mal traduite, mal interprétée et mal construite. Ils disaient qu’ils appartenaient à une race qui n’avait pas dégénéré, au contraire de la nôtre, et que nous devions mettre un frein à la fabrication des bombes nucléaires et des armements. Le fait que de nombreuses apparitions de soucoupes volantes se soient produites après l’explosion de la première bombe atomique à Hiroshima fut interprété par certains écrivains comme le signe d’une inquiétude galactique mais il serait plus raisonnable de croire que les plus concernés étaient les habitants des mondes souterrains, sachant l’ampleur des essais qui furent réalisés par la suite en Polynésie notamment.
Durant les années soixante-dix, plusieurs photographies du pôle Nord prises par des satellites météorologiques furent publiées. Elles relancèrent la polémique de la théorie de la Terre Creuse. Il s’agissait de clichés pris le 6 janvier 1967 par le satellite de l’US Environmental Science Service Administration (ESSA-3).

Hollow earth 001

Nous pouvons découvrir ci-dessus une photo composite, un montage réalisé à partir de plusieurs photos pour n’en faire qu’une, car généralement, les satellites n’étant qu’à quelques centaines de kilomètres d’altitude au-dessus de la planète, ils ne peuvent pas photographier la Terre dans son ensemble. Le satellite ESSA-3 prit plus d’un million et demi de clichés. Sur cette photographie, nous voyons des nuages autour du pôle, aspirés progressivement dans l’énorme trou qui doit faire 1400 miles de diamètre selon les spécialistes.
Les 2 photographies suivantes proviennent du satellite ESSA-7.

Hollow earth 002

Ensuite, il y a cette superbe série de clichés pris par le satellite de la NASA, l’ATS 3. En 1977, la NASA aurait ordonné la destruction de 4500 photos prises par ce satellite, prétendant que les images « n’avaient aucune valeur météorologique ».

Hollow earth 003

Les clichés présentés ci-dessus, ont été sauvés par miracle de la destruction. On remarque différentes perturbations atmosphériques au-dessus du Pôle Nord. Des nuages tourbillonnent autour de l’ouverture. Il est à noter que les clichés ci-dessous ont été pris en période de nuit polaire.

Hollow earth 004

Le trou du pôle Nord photographié par Apollo XI en 1969 (Cf. image de synthèse ci-dessus et document ci-dessous) est lui aussi fort troublant. Les calculs effectués aboutissent à un diamètre d’environ 900 à 950 kilomètres. Si ce trou correspond à une ouverture dans la calotte polaire, il serait situé à environ 86° de latitude Nord.

Hollow earth 005

Le très sérieux journal canadien « Weekly World News » publia le 14 février 1995 un article qui disait en substance ceci : « Cap Canaveral, Floride – La NASA reçoit des signaux radio qui viennent de l’intérieur de la Terre. Des experts pensent que ces signaux sont émis par une forme de vie intelligente et très développée ! » Un haut responsable de la NASA, qui ne voulut pas décliner son identité, affirma qu’il existait sous terre des êtres qui cherchaient à entrer en contact avec nous. Des scientifiques auraient perçu les premiers signaux le 30 octobre 1994. Les émissions se seraient renouvelées à intervalles réguliers. Selon lui, « les signaux radio seraient composés d’un code mathématique très complexe, qui nous a convaincus que nous étions en contact avec une colonie d’êtres vivants dont l’intelligence est sans doute supérieure à la nôtre. » Il refusa toutefois de révéler le contenu des messages, expliquant : « Je ne dirais pas que les messages sont de nature hostile, mais leur contenu pourrait provoquer des controverses et des inquiétudes. Comme beaucoup d’éléments dépendent de l’interprétation, je suis d’avis d’attendre avant de déclarer quoi que ce soit qui puisse mettre l’opinion publique dans un état d’excitation et d’anxiété. »
L’informateur anonyme expliqua que les scientifiques de la NASA se sentaient frustrés car ils n’avaient pas réussi à localiser cette civilisation souterraine et qu’ils n’étaient pas en mesure, avec leur technologie, de lui répondre. « Ils en savent plus sur nous, que nous sur eux. » avoua-t-il. Selon lui, les scientifiques estimaient que cela pouvait constituer la découverte la plus importante depuis des siècles. La photographie prise au-dessus du Pôle Nord de la Terre par la mission STS75 1996 est elle aussi éloquente.

Hollow earth 006

En juin 1992, le magazine français « Ciel et Espace » consacra un dossier complet sur « Le vrai visage de la Terre », révélant que de vastes régions du globe étaient largement inexplorées, en particulier l’Antarctique. Ces images étaient particulièrement édifiantes puisqu’elles prouvaient que le continent était perforé par un trou béant englobant la totalité du quatre-vingtième parallèle de l’hémisphère Sud !
L’américain Steve Currey, l’un des principaux explorateurs de fleuves dans le monde, a servi de guide à plusieurs dizaines de milliers de personnes dont des sénateurs et des membres du Congrès US, des chefs d’État, des chefs d’entreprise, des célébrités et des investigateurs. En 2005, il avait eu l’idée de mettre sur pied une expédition scientifique dans l’Arctique destinée à résoudre une fois pour toutes l’énigme de la la Terre Creuse.
Suivant la légende des Esquimaux et les observations de nombreux explorateurs, l’endroit le plus plausible pour une éventuelle ouverture polaire menant vers l’intérieur de la Terre aurait été, selon lui, situé à la latitude de 84,4°N et à la longitude de 141°E. Un brise-glace russe se tenait prêt à accueillir les 100 premiers intrépides qui voulaient se joindre à lui, moyennant finance évidemment, puisque le prix demandé avoisinait les 20.000 Dollars US. Le départ avait été programmé pour le 26 juin 2006 et le voyage devait durer 24 jours.

Steve Currey et Marcelo Martorelli
Steve Currey et Marcelo Martorelli

Steve Currey aurait dû être aidé dans sa tâche par Marcelo Martorelli, fondateur et directeur général d’une ONG sud-américaine à vocation culturelle et pacifiste, la fondation P.E.A. Lié depuis des années à celui qu’il nomme « le Mahatma de l’Occident », le Maître Raul J. Albala plus connu sous le nom de « Yaco », il  a publié récemment  un livre, « L’Appel planétaire des Maîtres de la Terre Creuse », dans lequel il explique une partie de ce qui lui a été révélé sur la ville souterraine située sous la région de Cordoba en Argentine.

(Cordoba est une ville reliée directement  à l’existence  des réfugiés nazi en Argentine ,après la guerre .Le Führer Adolph Hitler lui-même y aurait vécu.)
Guidés par des Maîtres cachés sous la surface terrestre, Steve Currev et Marcelo Martorelli étaient persuadés de pouvoir découvrir sous peu une civilisation oubliée dont les habitants vivraient depuis des milliers d’années en totale autarcie et auraient atteint un niveau spirituel et technologique supérieur au nôtre.
Mais le destin vient d’en décider autrement.

Une mort qui  me fait réfléchir

Tout comme le grand écrivain et chercheur Jimmy Guieu,Steve Currey est décédé d’un cancer malin …juste avant de terminer son oeuvre.

La disparition soudaine de l’explorateur américain Steve Currey amène son partenaire, l’argentin Marcelo Martorelli, à redéfinir leur projet commun d’expédition à destination de la Terre Creuse via le Pôle Nord. Steve Currey, explorateur américain, qui avait décidé de monter avec Marcelo Martorelli une grande expédition à destination de la Terre Creuse via le Pôle Nord est décédé le 26 juillet  2006, victime d’un cancer du cerveau à évolution fulgurante.


Il avait été prévenu le 22 mai  que sa maladie était incurable. La famille de Steve a annoncé qu’il était peu probable que l’expédition puisse finalement avoir lieu et que les souscripteurs seraient remboursés.
J’ai personnellement le même rêve que Steve Currey,mais en passant par l’Antartique…,par Neu Schwabenland.
Au moment ou nous lisons ces lignes,le réchaffement global est en train de dégeler  ce qui reste des anciennes bases secrètes allemandes.Pendant des années ,on a masqué Google Earth afin de tenir secrètes …ce qui se dégage des glaces antartiques.Je me souviens qu’en 2007,je cherchais à situer Neu Schwabenland par le moyen de Google Earth et tout était flou.
J’ai d’ailleurs commencé à exposer mon projet sur mon site :  http://Neuschwabenland.onlc.fr
Autre texte pour vous faire réfléchir:

«     Le Western Group , cependant, devait faire une découverte remarquable. En fin de Janvier 1947 le lieutenant-commandant David Bunger de la ville de Coronado, en Californie, pilotait un PBM qui s’était envolé de son navire, le Currituck et il se dirigea vers le continent au delà de la Queen Mary Coast. En atteignant la terre , Bunger vola vers l’ouest, pendant un certain temps temps, et alors, au dessus de l’horizon blanc informe, il vit une étendue dénudée et sombre que Byrd décrira ultérieurement comme « une terre de lacs verts et bleus et de collines brunes dans une zone sans limite, vide de glace« .
Bunger et ses hommes attentivement firent avec attention la reconnaissance de la contrée avant de s’en retrourner à leur base, munis des informations recueillies. La région qu’ils avaient découverte s’étendant sur une superficie d’environ trois cent miles carrés du continent antarctique et on y apercevait trois grands lacs d’eau libre et quelques plus petits lacs. Ces lacs étaient séparés par des monticules de rochers nus rougeâtres, suggérant éventuellement la présence de minerai de fer.

Quelques jours plus tard, Bunger retourna dans la région , et il trouva que l’eau était tiède au toucher (Note du Webmaster: nous supposons donc qu’il a dû poser son hydravion sur un lac) et le lac lui-même était rempli d’algues rouge, bleu et vert lui donnant ainsi une couleur caractérisée. Bunger remplit une bouteille d’ eau qui ulterieurement s’avéra être saumâtre , un indice qui montrait que la zone était réellement un bras de la mer libre.

Cela est important pour deux raisons : les lacs tièdes et intérieurs, étant reliés à l’environnement océanique seraient parfaits pour y cacher des sous-marins , et des lacs similaires avaient été aperçu dans la Neu-Schwabenland, le site (soupçonné étrangé ) allégué de la base allemande.

Bien qu’il n’y n’ait encore de preuve évidente de l’existence d’une base étrangère allemande en Antarctique, il est hors de doute que quelque chose d’ hautement inhabituel s’ est déroulé sur le froid continent. En général, l’éventualité qu’une telle base ait existé et aussi le cas qu’elle puisse continuer à exister de nos jours, sont des faits d’une très haute probabilité.

« 

Comment le gouvernement américain a supprimé la première industrie civile developpant un engin spatial civil au Monde …

En 1955, Otis T. Carr, un protégé de Nikola Tesla a commencé un effort public très visible pour développer un vaisseau spatial civil ,un prototype qui pourrait être produit en masse  sous la forme de  kits à monter, et vendu au public. En cas de succès, Carr aurait développé le premier engin spatial civil du monde et aurait révolutionné l’industrie de l’aviation.

Le véhicule devait être alimenté par un générateur électrique puisant l’énergie électrique à partir de l’environnement, et aurait produit un effet anti-gravité pour la propulsion. Carr a affirmé avoir été enseigné tout ce qu’il savait sur ​​l’énergie électromagnétique et des principes anti-gravité par le célèbre inventeur  yougoslave  Nikola Tesla. Il avait résidé dans un hôtel de New York Carr a travaillé à temps partiel tout en poursuivant ses études.

Tesla avait publiquement déclaré en 1915 qu’il savait comment construire un véhicule volant fonctionnant sur le principe de  l’antigravité:

«Ma machine volante n’aura ni ailes ni hélices. Vous pourrez la voir sur le terrain, et vous ne devineriez jamais que c’était une machine volante. Pourtant, elle  sera capable de se déplacer à volonté dans l’air dans toutes les directions avec une parfaite sécurité ». [2]

Le véhicule volant de Tesla serait alimenté par de l’énergie électrique consommé à partir de l’atmosphère de la terre et stocké en spires spéciales. Frustré par le manque de soutien de l’industrie, Tesla a révélé ses idées radicales au jeune Carr sur une période de trois ans.

Tesla a enseigné à Carr,comment  l’énergie électromagnétique peut être librement exploité à partir de l’énergie électrique abondante dans l’atmosphère. La possibilité que l’énergie électrique peut être librement acquise sans avoir besoin de coûteuses centrales électriques, les fils conducteurs, des stations relais, de poteaux téléphoniques et la perte de puissance importante, qui remettait en cause les compagnies d’électricité classiques.

Tesla a dit que ses idées radicales ne seraient pas financées depuis JP Morgan et que  d’autres industriels ne seraient pas en mesure de doser l’énergie électrique libre qui pourrait être facilement tiré de l’atmosphère.

En effet, les idées de Tesla ont contesté les fondements de l’économie mondiale et le système monétaire…donc le Nouvel Ordre Mondial.

Inspiré par le vieillissement de Tesla, Carr se mit à tester les principes de Tesla en 1937 quand il a commencé à créer des engins spatiaux  sur son  modèle. [3] Carr est finalement devenu convaincu qu’il pourrait développer un vaisseau civil qui pourrait se déplacer dans la haute atmosphère,et voyager jusqu’ à la lune et même atteindre la vitesse de la lumière.

Tout cela pourrait être réalisé en suivant les conseils ,soient de Tesla de puiser dans l’énergie électrique dans l’atmosphère pour alimenter le vaisseau spatial, le stockage de cette énergie dans une «bobine régénérative» spéciale pour les vols interplanétaires.

Otis Carr prétend construire le premier vaisseau spatial civil du monde

Carr a fondé une société, OTC Enterprises  Inc, en 1955, dans le Maryland, et se mit à lever des fonds nécessaires et de  rechercher le personnel qualifié pour la construction de ses  modèles. Ceux-ci pourraient être testés pour valider un prototype à grande échelle. Ces modèles varient en taille et inclus une version de six pieds pour être testé pour prouver la faisabilité de ses idées pour un prototype de vaisseau spatial de 45 pieds d’envergure,  prévu à cemoment-là .

En Novembre 1959 ,Carr a breveté avec succès sa conception d’un vaisseau spatial civil à grande échelle qu’il a appelé OTC-X1. [4] Il avait une conception circulaire qui faisait  ressembler à une soucoupe volante.

Otis carr 002

Afin d’obtenir un brevet pour sa conception d’un Office européen des brevets sceptique, il a affirmé que le  OTC-X1 était  un appareil de divertissement .

OTC-X1  002

L’introduction de ses revendications:

« Cette invention se rapporte généralement à des outils en appareils de divertissement, et plus particulièrement un dispositif de divertissement amélioré du type où les passagers recevront l’impression de rouler dans un vaisseau spatial interplanétaire.« 

Dans une interview à la radio  en 1959 Carr décrit les différents tests effectués pour développer son vaisseau spatial civil ,son  prototype:

«Nous prévoyons de construire un prototype de dispositif de démonstration. Maintenant, je tiens à préciser que certains modèles ont été construits par moi et testé. Chacun a pris l’air. L’un a été entièrement perdu dans l’espace. Nous avions un système de contrôle et celui-ci ne fonctionnait pas. Cela a déjà été fait ». [5]

L’OTC-X1 serait alimenté par un certain nombre de condensateur comme des objets que  Carr a appelé «Utrons ». Dans une précédente entrevue 1957, Carr a décrit les Utrons que,

« Une cellule de stockage de l’énergie électrique. En fonctionnement, il génère de l’électricité en même temps qu’il  utilise sa  force électromotrice. C’est le système d’alimentation central pour notre véhicule  de l’espace ». [6]

Les Utrons fourniraient une série de contre-aimants rotatifs d’énergie dont ils ont besoin pour surmonter le champ gravitationnel de la Terre.

Carr a décrit les détails de ce processus comme suit:

« Nous avons plaques du condensateur et électro-aimants dans le cadre de ce système. Or, c’est contra-rotatifs, les électro-aimants tournent dans un sens  avec  l’accumulateur, les piles tournent dans l’autre. Les plaques du condensateur tournent  en conjonction avec la batterie de sorte que nous avons un horaire et  un anti horaire. Maintenant, le troisième système est la cabine qui maintient l’équipage en sécurité.

La cabine de pilotage  ne tourne pas, elle est fixée en raison du fait que les deux corps sont en rotation dans le sens horaire et dans le sens antihoraire. Par conséquent, le système provoque le  véhicule afin  d’échapper à l’attraction de la gravité. L’engin lui-même, à cause de ce système, a toujours gravité interne, car il a toujours le même poids qu’il avait au début.

La conception de Carr créerait un tout nouveau champ de gravitation à l’intérieur de l’engin. Cela créerait effectivement un environnement de masse nulle à l’intérieur de son véhicule, cela signifierait que les lois normales de l’inertie ne fonctionneraient pas. Cet environnement de masse nulle permettrait au vaisseau spatial pour atteindre la vitesse de la lumière. Il devait également permettre aux occupants de supporter des accélérations et des changements énormes dans des directions opposées  sans être pulvérisé par d’immenses forces g ,à l’ intérieur de l’engin.

Carr  a détaillée la description de son  système de propulsion électromagnétique complexe de son vaisseau spatial dans son brevet en 1959 (voir le schéma ci-dessus). Carr a déclaré que l’alimentation électrique serait extraite de l’atmosphère et serait stockée en quantité suffisante dans les « bobines » régénératrices pour alimenter l’engin pendant le voyage interplanétaire:

« Nous sommes en mesure ici, pour la première fois à notre connaissance, d’utiliser l’électricité atmosphérique comme un système de recharge. Ceci est fait comme une partie  principale  du fonctionnement de l’engin. « [7]

Carr a montré un petit modèle dans une interview comme indiqué dans le « Destin Magazine »:

Otis T. Carr, président de gré à gré  de O.T. Enterprises, Inc., détaille ses prétentions dans une interview et la démonstration d’un modèle brut d’une machine à mouvement circulaire qui est selon lui le principe d’une « énergie libre circulaire  » d’un vaisseau spatial  qu’il peut construire, si quelqu’un y met l’argent.

Il dit que la machine peut être adapté à des appareils de toute taille pour produire du courant continu absolument exempt de dissipation. Son application immédiate, Carr a dit,  qu’il serait dans un vaisseau spatial – qui serait capable de voler parmi les planètes en vol contrôlé. Il pourrait atterrir ou de décoller à volonté sur la terre, la lune ou n’importe quelle planète dans le système solaire,à partir  de la terre, dit-il. [8]

Plan de l'OTC X-1
Plan de l’OTC X-1

Carr avait  prévu un test pour son modèle de six pieds en Avril 1959 ,devant un auditoire d’environ 400 personnes à Oklahoma City. Les difficultés techniques et une maladie soudaine contractée par Carr a conduit à l’annulation de l’épreuve.

OTC X-1 004

Un article publié dans Le « Destin Magazine » a décrit comment le test a échoué ainsi :

Le champ sérieux des OVNIS et la recherche de soucoupe volante a subi un revers à Oklahoma City à la fin avril quand une tentative de lancement très médiatisée par OTC Entreprises de Baltimore, dans le Maryland, ont abouti à un échec. Des centaines de personnes avaient été invitées à Oklahoma City par Otis T. Carr pour le regarder « lancer un modèle OTC X-1,un prototype de six pieds, un vaisseau spatial qui travaille sur l’énergie »UTRON.« Ceux qui étaient là sont repartis déçus. La soucoupe volante n’a pas volée. [9]

Tout ce qui a été montré au public étaient trois illustrations des dimensions de sa conception. Carr était introuvable. Long John Nebel, un célèbre animateur de radio de New York, avait vu  Carr à l’hôpital de la Miséricorde, à proximité, où il avait été admis depuis huit jours en raison d’une hémorragie pulmonaire. Mystérieusement, Carr était tombé malade à la veille de ce qui aurait été un coup publicitaire de grande envergure pour lui. Le projet de vaisseau spatial de Carr a été de plus en plus entourée de mystère et de controverse,à partir de là.

Les personnes présentes étaient mécontentes et certaines se sont plaintes  qu’elles n’ont même pas été capable de voir le modèle à tester:

« Je ne sais pas ce qui se passe, mais je pense qu’ils n’ont jamais eu l’intention d’essayer  ou de lancer le modèle. Je ne pouvais pas voir les plans en vue pour le modèle et, en fait, je crois comprendre, que M. Maywood Jones a présenté seulement ce qu’il a appelé  des «illustrations en trois dimensions» des idées de Carr [10]. »

Beaucoup  de gens ont  critiqué publiquement  que Carr avait  planifié la promotion de son OTC-X1 afin de créer de l’intérêt pour son  projet de manège de parc à Frontier City ,à Oklahoma City.

C’est aussi à Oklahoma City,qu’un  journaliste de télévision a exprimé le sentiment général des habitants de la ville: «Cette chose ne sera jamais capable de  quitter le sol. Et je pense que beaucoup de tapage qu’ils donnent sur cet appareil, est lié au projet de  manèege  , à Frontier City. J’ai essayé constamment d’entrer pour voir le modèle de soucoupe, mais ils ont gardé caché ». [11]

Avec de plus en plus l’opinion publique hostile contre lui, en  Oklahoma, Carr a décidé de déplacer le centre de ses opérations à Apple Valley, en Californie, à la fin de 1959. Pour éviter d’autres débâcles publics, il a décidé de ne pas annoncer des vols d’essai à l’avance. Avec le nouveau soutien financier et une grande usine de production, Osbrink, à sa disposition, Carr a procédé à ses plans pour développer et tester son vaisseau spatial. Le Major Wayne Aho, ancien combattant  de l’armée de l’air américaine ,officier du renseignement pendant la Seconde Guerre mondiale, et chef pilote de Carr, a proclamé qu’il  irait «voler jusqu’à la lune dans une soucoupe volante, le 7 Décembre 1959.» [12]

Petit à petit, on a fait  ensuite  des efforts et des plans nombreux pour tester  son prototype,en   plein  vol,devant les yeux de de Carr. Pas de rapports publics existent de tous les tests ultérieurs.

En augmentant les revenus de son programme de vaisseau spatial, Carr éprouvait des difficultés croissantes auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis qui avait placé une injonction contre Carr, lui ordonnant de cesser de vendre des actions non déposées ». [13]

Californie, le 2 Juin 1960, Carr a déclaré à un auditoire de 300 qu’il était,

« C’étaient des inexactitudes perfide fait de dire ou de déduire que nous [OTC Entreprises] sont à venir en Californie pour lever des fonds dans les ventes d’actions». [14]

esp_ex6

En Janvier 1961, le procureur général de New York, Louis J. Lefkowitz, selon Carr avait escroqué 50.000 dollars. Il a été inculpé de «crime de vendre des titres sans enregistrer le même. » Carr a été condamné à une peine d’emprisonnement de 14 ans. Dans le même temps, le magazine True étiqueté Carr un mystificateur, mettant ainsi fin efficacement toute la sympathie du public reste pour lui. Après avoir purgé une partie de son mandat, Carr a été libéré de prison, et a disparu de la scène publique.

Souffrant d’une mauvaise santé et coupé de partisans, il a vécu dans l’obscurité. Il est mort à Gardnerville, Nevada, en 2005. Apparemment, le développement audacieuse d’une industrie de l’engin spatial civil avait honteusement échoué. Son pionnier, un protégé du grand Nikola Tesla, a été publiquement disgracié comme un criminel ayant des éléments apparemment truquées du grand public avec ses contes sauvages de la construction d’engins spatiaux civils alors qu’en fait la promotion d’un manège de parc d’attractions.

La véritable histoire de ce qui s’est passé avec Carr et son effort pour développer une industrie de l’engin spatial civil resterait secrète pendant presque 50 ans. C’est seulement l’apparition publique de l’un des techniciens de confiance de Carr que la vérité finirait par être informée de ce qui s’était passé avec le premier effort de l’engin spatial civil du monde.

Ralph Ring   ressorti de nouveau afin de révéler le  développement réussi du prototype de Carr , l’OTC-X1

En Mars 2006, un individu largement inconnu vint à révéler qu’il était l’un des trois pilotes de la réussite des  tests du prototype à grande échelle de Carr de l’OTC-XI [15]. Ralph  alerta  un technicien qui a été recruté dans l’équipe de Carr  pour tenter de construire un prototype pied vaisseau 45 après Carr avait déménagé en Californie en 1959.

Ring à l’époque était un inventeur talentueux qui avait grandi frustré par le désintérêt du secteur des entreprises dans les principes novateurs en matière d’énergie électromagnétique. Il avait auparavant aidé l’océanographe français Jacques-Yves Cousteau célèbre développer le scaphandre autonome, et a ensuite travaillé dans un organisme de recherche financé par le gouvernement appelé Kinetics .

Dans une série d’interviews et de présentations publiques, Ring a décrit les conditions de départ Kinetics avancée. Il prétend avoir résolu deux problèmes d’ingénierie complexes impliquant l’électromagnétisme.

Confiant d’une promotion de l’emploi, Ring a plutôt été racontée par le directeur qu’ils étaient gouvernement lucratif financé et « nous sommes payés pour chercher des réponses, mais pas de les trouver!» [16] Dans la frustration, annulaire gauche et rencontré Carr à la fin de 1959 et a été rapidement impressionné par ses idées, y compris un plan pour construire un vaisseau spatial civil.

Dans sa première interview publique, Ring décrit Carr comme suit:

Il était un génie incontesté. Tesla avait reconnu sa qualité immédiatement et lui avait appris tout ce qu’il savait. Il a été inspiré, et – comme Tesla – semblait savoir exactement quoi faire pour faire fonctionner quelque chose. Il était un homme privé et était également très métaphysique dans sa pensée. Je pense que le fait qu’il n’a pas été officiellement formé en physique l’a aidé. Il n’a pas été entravée par des idées préconçues. Aussi fou que cela puisse paraître aujourd’hui, il était déterminé à aller sur la lune et croyait vraiment qu’il pourrait être fait. Je croyais. Nous avons tous fait. [17]

Ring avait directement participé à l’essai des modèles plus petits de l’ OTC-XI développée par Carr. Il a décrit comment ceux-ci avaient été testés et présentaient des caractéristiques uniques avec succès lors de la réalisation de certaines vitesses de rotation:

« … Le métal se tourna vers Jell-o. Vous pouvez pousser votre doigt en plein dedans. Il a cessé d’être solide. Il s’est transformé en une autre forme de la matière, qui était comme si elle n’était pas entièrement ici, dans cette réalité. C’est la seule façon que je peux essayer de le décrire. C’était étrange, l’un des plus étranges sensations que j’ai jamais ressenti ». [18]

Plus important encore, les demandes d’anneau que le pied prototype 45 OTC-XI développée par Carr a été achevé et testé avec succès en arrière en 1959. Ring  dit qu’il était l’un des trois pilotes sur l’engin qui a volé 10 miles instantanément. Anneau décrit comment Carr avait été en mesure de maintenir les communications avec l’équipe de trois hommes pilotage de la OTC-X1 qui ont été invités à compléter une série de tâches, avant de retourner sur le site de lancement.

Lorsqu’on lui a demandé si l’OTC-XI avait volé à sa destination, Ring a déclaré:

Voler n’est pas le mot juste. Il parcourut la distance. Il semblait prendre peu de temps. J’étais avec deux autres ingénieurs lorsque nous avons piloté la 45 ‘artisanat environ dix miles. J’ai pensé qu’il n’avait pas bougé – J’ai pensé qu’il avait échoué. J’ai été complètement surpris quand nous avons réalisé que nous étions rentrés avec des échantillons de roches et de plantes de notre destination. Ce fut un succès spectaculaire. C’était plus comme une sorte de téléportation. [19]

Ring  décrit comment le vol d’essai avait été capable de changer le cours du temps:

«Qui plus est, le temps a été déformée en quelque sorte. Nous sentions que nous étions dans le métier environ quinze ou vingt secondes. On nous a dit par la suite que nous avions été soigneusement chronométré comme ayant été dans le métier ne sont plus que trois ou quatre minutes. Je n’ai toujours aucune idée complète comment il fonctionnait. [20]

La partie la plus remarquable du témoignage de Bague concerne le système de navigation unique utilisé par les pilotes de contrôler les mouvements de l’OTC-XI. Selon Ring, ce système de navigation utilisé l’intention consciente des pilotes plutôt que la technologie conventionnelle.

Le Utron était la clé de tout. Carr a déclaré qu’il énergie accumulée à cause de sa forme, et a porté, et a également répondu à nos intentions conscientes. Lorsque nous avons opéré la machine, nous n’avons pas travaillé tout contrôle. Nous sommes entrés dans une sorte d’état méditatif et tous les trois d’entre nous concentrons nos intentions sur l’effet que nous voulions atteindre. Cela semble ridicule, je sais.

Mais c’est ce que nous avons fait, et c’est ce qui a fonctionné. Carr avait puisé dans un principe qui n’est pas comprise, dans lequel la conscience fusionne avec génie pour créer un effet. Vous ne pouvez pas écrire que dans les équations. Je n’ai aucune idée de comment il savait que ça marcherait. Mais il l’a fait. [21]

Succès de la première épreuve de la pleine échelle OTC-XI signifiait que la planification des vols dans l’espace extra-atmosphérique et à la lune était maintenant en cours pour de bon. Ring  dit  que Carr et son équipage avaient  travaillé sans relâche pour compléter le programme d’essais avant d’annoncer les résultats au grand public.

La partie la plus spectaculaire du témoignage des préoccupations de Ring  ce qui est arrivé deux semaines après l’essai réussi de l’OTC-X1. Il a déclaré que l’opération de Carr a été fermé par le FBI et d’autres agences gouvernementales dans un raid secrète impliquant sept ou huit camions de personnel armés du gouvernement. Le FBI a dit Carr que son projet a été fermé « en raison de votre menace de renverser le système monétaire des Etats-Unis d’Amérique». [22]

En effet, des essais concluants de Carr d’un engin spatial civil, il avait été autorisé à aller de l’avant, aurait révolutionné le secteur de l’énergie et de l’industrie aérospatiale. L’industrie de l’énergie conventionnelle utilisant des combustibles fossiles pour produire de l’énergie électrique et l’industrie de l’aviation serait devenu superflu du jour au lendemain. Intérêts des grandes entreprises américaines dans le secteur de l’énergie auraient perdu leurs investissements substantiels. Manque de bénéfices des sociétés jetterait un nombre incalculable d’emploi par milliers.

L’incidence financière de l’industrie de l’engin spatial civil utilisant l’énergie électrique à partir de l’atmosphère pour le pouvoir aurait en effet mis une pression énorme sur le système monétaire américaine peut causer son effondrement.

Dans une série d’interviews et de présentations publiques, Ring prétend agents du FBI ont confisqué tout le matériel, y compris le prototype OTC-XI. Ils debriefing tous les employés de Carr, les ont avertis de garder le silence sur ce qui s’était passé, et ont fait signer des accords de non-divulgation Carr. Le témoignage de Ring, si il  est vrai, révèle ce qui s’est passé  radicalement avec le projet de vaisseau spatial civil  d’ Otis Carr. Plutôt que de  voir le projet de Carr comme étant une fraude qui a trompé un certain nombre d’investisseurs  afin qu’ils financent ses idées   nouvelles  de parc  ,le projet de Carr avait été un succès.

Son succès menaçait directement  des intérêts bien établis dans le secteur de l’énergie, ce qui explique pourquoi  son fonctionnement a été arrêté avec la pleine approbation et la connaissance d’un certain nombre d’organismes gouvernementaux ,concernés par l’impact financier sur le système monétaire américain. Carr lui-même dut endurer de fausses accusations visant à le discréditer, et mettre fin à sa tentative audacieuse pour développer une industrie de l’engin spatial civil.

Comment crédible était  le témoignage de Ralph Ring?

Existe-t-il   des preuves pour corroborer le témoignage de Ring? Ring est une personne très sympathique et sincère qui a impressionné le public avec son authenticité et la franchise. Bill Ryan et Kerry Cassidy, fondateurs de Project Camelot, un site web avec des interviews vidéo des dénonciateurs, ont été les premiers à interroger Ring, en Mars 2006. [23]

Après une série d’entretiens, ils concluent:

« Il ne fait aucun doute dans notre esprit que Ralph Ring est 100% authentique et honnête . Tous ceux qui l’ont rencontré et entendu son histoire en personne sont entièrement d’accord ». [24]

C’est quelque chose que je peux vérifier personnellement depuis que je suis en mesure d’entendre Ring  présenter ses idées au Congrès International UFO en 2007 et j’ai pu m’entretenir personnellement avec lui. Je suis d’accord avec Ryan Cassidy et que les qualités personnelles de Ring  le rendent  très crédible. Il semble être motivé par le simple désir de dire la vérité sur les événements qui se sont produits il y a près de 50 ans  et qui aurait révolutionné la vie sur la planète.

Ring  a fourni un certain nombre de photographies de l’OTC-XI développées par Carr. Ces photographies n’avaient précédemment pas été publiées. Les photos montrent que Carr avait en effet réussi à construire un certain nombre de modèles, y compris le prototype d’un engin de 45 pieds (voir photo ci-dessous). Les photos dissipent l’idée que Carr n’avait pas réussi à développer un prototype vaisseau spatial à grande échelle. Les photos de Ring sont des preuves matérielles qu’il a effectivement collaboré avec Carr sur l’OTC-X1, comme il le prétend.

Photo de l'OTC X-1 au sol.
Photo de l’OTC X-1 au sol.

Peut-être le plus important est ce qui est arrivé , peu après son entrée avant de révéler ses expériences avec Otis Carr ,en Mars 2006. Bill Ryan décrit ce qui s’est passé:

Peu de temps après, Ralph est allé à l’hôpital pour un examen  (et des traitements)de routine pour  son  genou . Il a reçu accidentellement le mauvais traitement, et a failli mourir trois fois. En Juillet 2006, il est ressorti  avec une santé diminuée  des soins intensifs mais il est déterminé à raconter son histoire. Avant cela, il avait bénéficié d’une santé parfaite pendant 71 ans. [25]

Dans sa présentation lors du Congrès International » UFO 2007 « Ring  a décrit comment il avait été transporté par ambulance à un hôpital éloigné de 25 miles, sans passer par un hôpital adjacent à l’endroit où il se trouvait. Ring  a passé dangereusement proche de la mort à la suite de la «maltraitance» et le long trajet en ambulance. L’application «accidentelle» de la médication d’un autre patient, et le « contournement » des hôpitaux plus proches feraient-ils  partie d’une tentative secrète d’attentat sur la vie de Ring ?

Les circonstances sont certainement suspectes et n’indiquent  pas un effort sérieux  pour faire taire Ring . Cette série d’événements «accidentels» qui ont presque pris la vie de Ring  peu après son apparition publique fournit une preuve circonstancielle à l’appui de ses prétentions.

Les Implications exopolitiques

Nous pouvons maintenant rassembler les différents éléments relatifs du projet OTC-XI  d’Otis Carr et le témoignage de Ralph Ring. Le Développement réussi par  Carr,d’un vaisseau spatial civil entièrement opérationnel utilisant la propulsion électromagnétique radicale et  des systèmes de navigation a conduit à une réaction brutale de la part des organismes gouvernementaux fédéraux américains. Les agents ,envoyés par le FBI ,ont attaqué les installations de construction de Carr, le matériel confisqué,les  employés furent intimidépour qu’ils gardent  le silence, et  ils ont discrédité publiquement Carr à travers de fausses accusations orchestrées par le « stock exchange américain » et de la Commission des valeurs mobilières.

Le  témoignage public de Ring  et des preuves photographiques qu’il a fourni de l’existence de l’OTC-X1 de Carr, donnent  à  penser que les éléments à l’intérieur du gouvernement américain ont réprimé une industrie à part entière de l’engin spatial civil . Plusieurs motifs de cette suppression apparaissent ,maintenant au grand jour.

Le premier et le principal motif de la suppression par le  gouvernement était de protéger les intérêts  capitalistes des industriels américains du secteur de l’énergie qui aurait été menacé par la connaissance de la façon de tirer de l’énergie électrique libre de l’atmosphère. Les entreprises américaines dominent le secteur de l’énergie autour de la planète, et l’apparition de technologies tirant de « énergie libre »  pourrait  faire des ravages sur leur valeur boursière. Cela aurait un impact négatif sur l’ensemble de l’économie américaine.

Un deuxième lié motif de cette suppression est l’impact des technologies «libres d’énergie » sur le système monétaire américaine – l’explication donnée par les agents du FBI pour piller l’usine de Carr. Le développement des technologies de l’énergie libre rendrait inutile le secteur de l’énergie conventionnelle détenue par des sociétés américaines conduisant éventuellement à un effondrement du dollar américain.

Une troisième raison possible est d’empêcher le développement d’une industrie de l’engin spatial civil qui pourraient voyager dans l’espace extra-atmosphérique et  sur d’autres planètes avec la réglementation gouvernementale minimale ou nulle. Une telle industrie de l’engin spatial civil peut facilement se rendre à des planètes proches  et éventuellement confirmer si des formes de vie intelligentes ont jamais résidé ou continuer à résider sur la Lune, Mars et ailleurs dans notre système solaire (paroles de Ring ). Il existe des preuves que la vie extraterrestre intelligente a été découvert sur la Lune et d’autres planètes, mais cela est réprimé par les principaux gouvernements de la Terre. [2]

De nombreuses analyses de la NASA photographies de la Lune et de Mars révèlent des structures artificielles et le phénomène anormal sous contrôle intelligent. Malgré l’intérêt du public répandue dans celles-ci, la NASA refuse d’enquêter sérieusement sur ces éléments de preuve et beaucoup ont conclu un couvercle en place est en cours. [27]

Un quatrième motif pour supprimer le projet OTC-XI de Carr était de garder secrète la technologie déjà en cours de développement dans les projets classés. Le travail de Carr n’a pas été jugée suffisamment important pour être classé de  sorte que lui et ses techniciens ont pu continuer à travailler sur le développement de ses idées d’un vaisseau spatial qui pourrait aller sur la lune à la vitesse de la lumière. Son projet a été fermé, Carr discrédité et ses techniciens intimidés  dans le  but de garder le silence. Il y a une explication évidente de cette réponse par les autorités gouvernementales concernées.

ufo 0010

La raison pour laquelle ce traitement  a été accordé à  Carr et ses techniciens était que les pouvoirs publics n’avaient pas besoin des idées de Carr sur la façon de développer un vaisseau spatial capable de vitesse de la lumière, et qui pourrait puiser dans l’énergie électrique disponible gratuitement dans l’atmosphère de la Terre. Les autorités gouvernementales responsables n’auraient pas non plus nécessité pour le système de navigation unique développée par Carr pour son OTC-XI qui utilise une interface de  technologie nouvelle ,créant un lien  entre les pilotes et les vaisseaux spatiaux.

Ce n’est pas parce que les autorités gouvernementales n’ont pas été intéressés par ces idées. Plus probablement, ces autorités avaient déjà un projet classifié pour un engin anti-gravité capable de vitesse de la lumière proche et alimenté par l’énergie électrique tirée de l’environnement naturel. [28] Les principes de vol dans l’espace à la  «vitesse de la lumière ont probablement été si bien connu (par les autorités  militaires américaines)  que les efforts des inventeurs civils n’ont tout simplement pas été  nécessaire dans les  projets civils utilisant  l’antigravité .

La conclusion est que dans les années 1950, le gouvernement américain a déjà eu un certain nombre d’engins opérationnels qui étaient capables d’atteindre une vitesse proche de la lumière, et pouvaient tirer de l’énergie électrique à partir de l’atmosphère de la Terre  et qui pouvait être stocké pour voyager dans l’espace.

La question à un millions de dollars : d’où venait cette technologie?      (…)

Un dernier motif possible pour la fermeture du programme de vaisseau spatial de Carr est qu’un groupe exclusif des autorités quasi-gouvernementales ou de «gouvernement fantôme» avec des liens étroits avec les sociétés secrètes , ne voulait pas alerter les forces militaires régulières et / ou les autorités gouvernementales de l’existence d’une telle avancée technologique.

Le Dr Steven Greer décrit une interview qu’un  ancien astronaute d’Apollo ,Edgar Mitchell a eu avec le vice-amiral Tom Wilson en 1997, quand Wilson a J-2, chef de la division du renseignement ( Chiefs of Staff). Lorsqu’il a été avisé de certains programmes d’accès spécial impliquant  une possible  technologie extraterrestre, Wilson a refusé l’accès à celui-ci car il ne dispose pas d’un «besoin de savoir». [29]

Une telle action sans précédent, restreignant un chef d’intelligence ( Chiefs of Staff), démontre qu’un groupe d’autorités « du gouvernement de l’ombre» maintient des technologies de pointe à partir d’ autorités gouvernementales et militaires régulières. L’existence d’un tel «gouvernement de l’ombre» a été proposé  ,antérieurement par Jimmy Guieu et par un certain nombre de politiciens américains de premier plan dont le sénateur Daniel Inouye K.:

« Il existe un gouvernement invisible  avec sa propre  force de l’air, sa propre marine, son propre mécanisme de financement, et la capacité de poursuivre ses propres idées de l’intérêt national, libre de tous les contrôles et de contrepoids, et affranchi de la loi elle-même. » [ 30]

L’Arrêt du programme de vaisseau spatial civil de Carr nierait  militaire régulier et les autorités gouvernementales des connaissances et l’accès à cette technologie de pointe. Cela placerait l’armée régulière au grand désavantage de surveiller ce qui se passe dans les projets noirs profonds impliquant une technologie de pointe contrôlé par des organismes gouvernementaux dans l’ombre en dehors de la chaîne de commandement régulière.

La Mystérieuse maladie de Carr avant le  test public de son modèle de six pieds en 1959, et la proximité de la mort de Ralph Ring en 2006 ,après sa venue ,avant de révéler son témoignage, suggèrent des opérations gouvernementales secrètes pour prévenir toute manifestation publique et la connaissance des technologies de pointe. Les agences de sécurité gouvernementales (NSA et CIA) ont été observés historiquement à cibler les inventeurs et les chercheurs travaillant sur les technologies avancées. [31]

Discréditer,tout en  faisant taire ou de mettre fin à l’action des  inventeurs et / ou des dénonciateurs  se poursuit maintenant avec ce que nous avons vu contre Manning et Snowden,en 2013.

Conclusions

En 1959/1960, Otis Carr et son équipe avaient  réussi à développer le premier satellite civil du monde. Cette réalisation remarquable a été brutalement réprimée, et Carr a été incarcéré sur de fausses accusations en 1961. La collusion de certains éléments du gouvernement américain en supprimant l’émergence d’une industrie de l’engin spatial civil apparaît comme un fait historique essentiel. Les entreprises américaines dans le secteur de l’énergie, conscients de l’ambitieux programme de Carr, étaient probablement un facteur clé dans cette suppression.

Les implications du témoignage des témoins et les réalisations de Carr sont mémorable pour l’humanité. Plutôt que d’un criminel qui mystifié le grand public avec des idées radicales de vaisseau spatial civil, Carr était un inventeur héroïque qui a réussi, malgré d’énormes difficultés dans la construction du premier vaisseau spatial civil du monde. Carr et son équipe de collaborateurs doivent être reconnus et honorés pour leurs efforts de pionniers.

Les enquêteurs du Congrès doivent être immédiatement lancés pour faire  pleinement lumière sur ce qui est arrivé  à Carr. Le FBI et d’autres agences gouvernementales impliquées dans les raids des installations de Carr et qui ont confisqué l’équipement ,doivent  révéler ce qui s’est passé. Le rôle précis des sociétés américaines complices de ces actions répressives doivent également être examiné minutieusement.

Une législation appropriée doit être élaborée pour prévenir les futures instances des pionniers inventeurs  qui sont  ciblés par des organismes gouvernementaux agissant à l’instigation de groupes d’intérêts.

La révolution technologique qui verra le jour à une enquête approfondie sur les réalisations de Carr doit être adoptée plutôt que cachée au grand public. Les organismes gouvernementaux et les sociétés secrètes agissant dans l’ombre,sont responsables de la suppression de l’émergence publique de cette technologie, même au point de nier aux forces militaires régulières, doivent être mis en évidence et rendre des comptes.

L’humanité est au seuil d’une réalisation remarquable, le développement d’une industrie de l’engin spatial civil peu coûteux qui peut permettre d’ entreprendre des  voyages aux planètes de notre système solaire et par delà  les étoiles.Les intérêts financiers acquis à l’énergie fossile  ,aux forces du néolibéralisme  et les groupes para gouvernementaux ,comme les corporations reliées  à la  technologie spatiale , ne peuvent plus être autorisés à tenir secrète , cette réalisation remarquable.

Notes ,liens et renvoies:

[1] Nos remerciements à  Jack Davis .

[2] Nikola Tesla, interviewed in The New York Herald Tribune, October 15, 1911

[3] See 1957 Interview with Long John Nebow where Carr describes how he began creating models of his ideas: http://www.keelynet.com/gravity/carr4.htm

[4] US Patent # 2,912,244, Amusement Device (November 10, 1959).

[5] Transcript of Radio Interview: “Long John” Nebel & Otis Carr, et al. (WOR Radio, NY, 1959). Available online at: http://www.rexresearch.com/carr/1carr.htm

[6] Cited at: http://www.keelynet.com/gravity/carr4.htm

[7] Cited from 1957 Interview with Long John Nebow, available at: http://www.keelynet.com/gravity/carr4.htm

[8] Original source: Gravity Machine? FATE magazine (May 1958) p. 17. Online copy available at: http://www.keelynet.com/gravity/carr1.txt

[9] W. E. Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly,” FATE magazine, (August 1959) p. 32. Cited online at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm.


[10] Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly.” Cited at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm

[11] Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly.” Cited at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm

[12] Cited online at: http//www.keelynet.com/gravity/carr3.htm. Biographical information on Wayne Aho is available at: http://www.answers.com/topic/wayne-sulo-aho

[13] Cited from Project Camelot website: http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[14] Du Soir, “The Saucer that didn’t Fly.” Cited at: http://www.keelynet.com/gravity/carr3.htm

[15] Ring first met with Bill Ryan and Kerry Cassidy in March 2006 to reveal his remarkable story.

[16] Ralph Ring, conference presentation at the International UFO Congress, Laughlin, Nevada, 2007.

[17] Extracted from Project Camelot interview with Ralph Ring at: http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[18] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[19] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[20] The original citation from Project Camelot listed 15 to 20 minutes. This was corrected in a private phone conversation I had with Ralph Ring on March 25, 2007:, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[21] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[22] Ralph Ring, conference presentation at the International UFO Congress, Laughlin, Nevada, 2007.

[23] More information on Project Camelot available at: http://www.projectcamelot.net

[24] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[25] Cited from Project Camelot interviews with Ralph Ring, http://www.projectcamelot.net/ralph_ring.html

[26] See Michael Salla, Exopolitics: Political Implications of the Extraterrestrial Presence (Dandelion Books, 2004); Steven Greer, Disclosure: Military and Government Witnesses reveal the Greatest Secrets in Modern History (Crossing Point Press, Inc., 2001).

[27] See Richard C. Hoagland, The Monuments of Mars: A City on the Edge of Forever, 5th Edition (North Atlantic Books, 2003); and Fred Steckling, We Discovered Alien Bases on the Moon (G.A.F. International, 1990).

[28] For discussion of antigravity technology and government classification of such principles, see Nick Cook, The Hunt for Zero Point (Broadway Books, 2001).

[29] Steven Greer, Hidden Truth, Forbidden Knowledge (Crossing Point, Inc., 2006) 158-59.

[30] Inouye made this claim at the Iran-Contra hearings conducted by the U.S. Senate. Cited online at: http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Shadow_Government

[31] See G. Cope Schellhorn, “Is Someone Killing Our UFO Investigators,” http://www.metatech.org/ufo_research_magazine_evidence.html

http://www.bibliotecapleyades.net/exopolitica/esp_exopolitics_ZZZZB.htm

http://exopoliticsjournal.com/vol-2/vol-2-1-Salla.pdf