1919-2019:Cent ans de national socialisme

L’année 2019 marque le 100e anniversaire de la naissance du mouvement national-socialiste. Le 12 septembre 1919, Adolf Hitler assista à une réunion du parti ouvrier allemand à Munich et, quatre jours plus tard, le 16 septembre, il rejoignit officiellement le groupe.

 

 

Personne à l’époque n’aurait pu comprendre les implications fatales de cet événement apparemment insignifiant, mais l’histoire le reconnaît comme le début de la carrière politique de Hitler, un événement qui changera le monde pour toujours.

Pour raconter en détail l’histoire centenaire du national-socialisme, il faudrait plus qu’un seul article, voire plus qu’un seul livre. De nombreux volumes seraient nécessaires pour la tâche. Cependant, nous pouvons passer en revue certains des points saillants de notre héritage, dans la mesure où notre passé est un prélude à notre avenir.

DÉFINITIONS

Au commencement était l’ idée national-socialiste  , née de l’esprit d’Adolf Hitler.

La notion de  lutte nationale-socialiste est implicite dans l’Idée , car Hitler n’a jamais voulu que sa vision du monde n’existe que comme une construction abstraite que les intellectuels peuvent admirer de manière détachée, mais plutôt qu’elle devrait être concrétisée par l’action.

L’idée nationale socialiste ne se définit pas étroitement comme une idéologie ou une philosophie. Il s’agit plutôt d’une  vision du monde  ( Weltanschauung ), qui constitue une attitude fondamentale vis-à-vis de la vie humaine plus globale que les idéologies et les philosophies.

La lutte se déroule par l’intermédiaire du  Mouvement , qui a historiquement pris une forme concrète en tant que  parti.

De même, l’idée est formulée de manière définitive en tant que  Parole, en particulier telle qu’elle est énoncée avec autorité dans  Mein Kampf.

Un des premiers rassemblements du pati national socialiste des travailleurs allemands vers 1921.

EVOLUTION DU MOUVEMENT

Il ne faut pas s’étonner que le Mouvement ait évolué au cours du siècle dernier. Si ses principes fondamentaux sont restés constants, ses politiques et programmes spécifiques ont été adaptés aux besoins d’un monde en mutation. En 2019, le monde est bien différent de celui de 1919. Cette évolution est la preuve que le national socialisme est une entité vivante, et pas seulement les restes fossilisés d’un mouvement politique disparu depuis longtemps des générations précédentes.

Cette évolution peut être notée dans le développement de la pensée national-socialiste, tant dans le domaine de la politique raciale qu’ailleurs, ainsi que dans la structure organisationnelle formelle du Mouvement.

Mais dès les premiers jours de la lutte, le  Führer a  fixé des lignes directrices inébranlables pour son développement. Toute évolution du mouvement se déroule dans ce cadre.

S’adressant à la dernière session du congrès du NSDAP de 1934, il a énoncé ces principes d’organisation de base, qui fondent la vision du monde national-socialiste avec la politique pratique:

«… Alors que notre parti ne comptait que sept hommes, il avait déjà énoncé deux principes: premièrement, il souhaitait être un véritable mouvement conditionné par l’idéologie; et, deuxièmement, il voulait donc être l’unique puissance en Allemagne.

«En tant que parti, nous devions rester dans la minorité, car nous devions mobiliser les éléments les plus précieux de lutte et de sacrifice du Reich, qui, à tout moment, ont constitué non pas une majorité mais une minorité. […]

«Ce ne sera toujours qu’une partie de la nation qui se composera de combattants réellement actifs, et on en demandera plus que d’autres que des millions d’autres citoyens. Pour eux, le simple engagement «je crois» ne suffit pas; au lieu de cela, ils jureront au serment «Je me bats».

«Le Parti représentera pour toujours l’élite des dirigeants politiques du peuple allemand.

«Il sera immuable dans sa doctrine; dur comme l’acier dans son organisation; tactiquement flexible et adaptable; dans son entité cependant, ce sera comme un ordre sacré!  […]

«Mais l’objectif doit être que tous les Allemands fidèles deviennent des national-socialistes. Seuls les meilleurs national-socialistes sont membres du parti!

Aujourd’hui comme par le passé, ce sont les directives que nous suivons.

CHRONOLOGIE

Le Führer en compagnie de femmes slaves.
Contrairement à toute la propagande haineuse émanant de ses ennemis,Hitler n’a jamais refusé de rencontrer d’autres ethnies.

Période d’incubation, 1919-1923  – Le Parti des travailleurs allemands ( Deutsche Arbeiterpartei ) a été officiellement fondé le 5 janvier 1919, mais ce n’est qu’au moment où Adolf Hitler l’a rejoint le 16 septembre de cette année que le Mouvement tel que nous le connaissons a réellement commencé . Au cours de ses quatre premières années d’activité, les fondements de l’avenir ont été jetés. Munich fut établie comme base d’opérations du Mouvement; son nom a été rallongé au Parti ouvrier national-socialiste allemand ( Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ); la croix gammée a été choisie comme son symbole; les Stormtroops ( Sturmabteilung ) ont été formés en tant que milice du parti; et le Folkish Observer ( Völkischer Beobachter ) devint son journal officiel.

La carte de membre du Parti national socialiste au nom d’Adolph Hitler.
Ce fut la première émise.

Les 8 et 9 novembre 1923, le NSDAP et l’AS, appuyés par d’autres formations folkloriques, menèrent un soulèvement sans succès contre la République de Weimar. En conséquence, le Mouvement fut interdit et de nombreux dirigeants emprisonnés.

Entre 1924 et 1932,de nombreux partis nationalistes de droite virent le jour,en Allemagne.
Lors de l’élection de 1933,ils vont appuyer le parti national-socialiste.

Période d’interdiction, 1923-1925  – Même si un responsable est déclaré illégal, le Mouvement continue de fonctionner sur une base réduite pendant la période d’interdiction. Alfred Rosenberg a été nommé par Hitler pour diriger le Mouvement au cours de cette période. Il a formé un remplaçant ad hoc pour le NSDAP, appelé la Grande Communauté Folklorique Allemande ( Grossdeutsche Volksgemeinschaft ). D’autres formations de la Nouvelle-Écosse sont également apparues, telles que le National Socialist Freedom Movement et le Bloc folklorique de Bavière. La SA continua d’être une organisation souterraine connue sous le nom de  Frontbann.

L’élaboration la plus importante de cette période a toutefois été la rédaction du premier volume de  Mein Kampf  par le  Führer . Il y codifiait la vision du monde de la NS sous une forme définitive et définissait les directives opérationnelles pour l’avenir.

Période d’opposition à l’avant-garde, 1925-1930  – Le  Führer  est libéré de prison en décembre 1924. Il fonde officiellement le NSDAP en février 1925. Pendant cinq ans, le Mouvement existe comme un petit parti d’avant-garde en marge de la scène politique. Il a continué à diffuser son message auprès du peuple allemand et a progressivement renforcé sa force. Le 9 novembre 1925, la SS est fondée et le 3 juillet 1926, la jeunesse hitlérienne est créée. politique, le NSDAP a réalisé une percée politique décisive le 14 septembre 1930. Il a remporté 107 sièges au Parlement allemand, devenant ainsi le deuxième parti politique en importance. en Allemagne. La lutte pour le pouvoir politique national a alors commencé sérieusement. Lors de l’élection du 31 juillet 1932 au Reichstag, le NSDAP devint le plus grand parti politique. Conformément aux pratiques établies de la République de Weimar, Hitler aurait dû être invité à former un gouvernement national à ce moment-là. Cependant, les conservateurs l’ont bloqué et ce n’est que le 30 janvier 1933 que Hitler a été nommé chancelier. Il a immédiatement commencé les travaux de construction de l’État national-socialiste.

 

Percée et lutte pour le pouvoir, 1930-1932  

Après des années d’errance,des Années de paix, 1933-1939 

En 1932,le Führer reçoit de plus en plus d’appuis.

Il est impossible de résumer toutes les réalisations du national socialisme en Allemagne en quelques paragraphes. Au départ, le Mouvement avait pour objectif principal de consolider la révolution national-socialiste et d’empêcher la contre-révolution, de gauche ou de droite. La consolidation du pouvoir fut achevée vers le milieu de 1934. En 1936, l’Allemagne était sortie de la Grande Dépression, même si c’était la nation occidentale qui avait été la plus durement touchée. Les forces armées allemandes ont été reconstituées, les chaînes injustes du Traité de Versailles ont été levées et les Allemands des régions frontalières coupées du Reich ont été réintégrés dans la Patrie. En six années seulement, le Mouvement avait transformé l’Allemagne, qui était alors le malade de l’Europe, une grande puissance mondiale. Chômage, itinérance et pauvreté,

Outre le renforcement économique et militaire de l’Allemagne, l’État national-socialiste a également connu des avancées vertigineuses dans les domaines de la culture, des sciences, de la technologie, de l’agriculture et de l’éducation. Le célèbre   système d’autoroute Autobahn – le premier du genre au monde – a été construit pour relier toutes les régions du Reich.

Tout comme le Duce Mussolini,le Führer aimait à apporter son soutient aux travailleurs des autobahn allemandes.

Bien que le NSDAP ne reçoive que 40% du public allemand en 1933, en 1939, 98% de la population allemande était un national-socialiste enthousiaste. Le NSDAP était le mouvement politique le plus réussi de l’histoire moderne et Adolf Hitler était le dirigeant national le plus populaire de tous les temps.

Le Führer Adolph Hitler inaugurait une grande autoroute (autobahn) en 1934.

Années de guerre, 1939-1945  – Hitler avait déclaré à ses généraux que l’Allemagne serait imposée à la guerre en 1942. Cependant, son optimisme quant à l’espoir d’une période de paix prolongée était injustifié. En 1939, les Britanniques et les Français, sous l’impulsion juive, transformèrent un conflit frontalier entre l’Allemagne et la Pologne en une guerre mondiale. Après cinq ans et demi de lutte héroïque, l’Allemagne nationale-socialiste et ses alliés ont été submergés par une alliance impie de l’Union soviétique avec les ploutocraties occidentales. Jusqu’au bout, l’écrasante majorité du peuple allemand a maintenu sa foi dans la vision du monde du  Führer  et du national-socialisme.

Le Zeppelin Hindenburg au-dessus des installations olympiques de 1936.

Le mouvement d’après-guerre

À des fins pratiques, la guerre prit fin le 8 mai 1945 lorsqu’un armistice fut signé par le grand amiral Karl Dönitz, que Hitler avait nommé son successeur à la tête de l’État. Initialement, des nationalistes socialistes intransigeants ont poursuivi leur campagne militaire contre les Alliés et les Soviétiques par le biais du mouvement de guérilla «Werwolf». Cependant, en 1946, il a été reconnu que cet effort était futile. Les national-socialistes se sont regroupés dans une succession de partis politiques pro-NS, qui cherchaient à promouvoir l’idée de manière à ne pas contrevenir à l’interdiction du national-socialisme déclarée après la guerre par les Alliés et les Soviétiques (et qui reste en vigueur). L’Allemagne et l’Autriche aujourd’hui).

Le plus notable de ces partis se substituant au NSDAP est le Parti socialiste du Reich ( Sozialistische Reichspartei Deutschlands ), déclaré illégal en 1952. Il a été reconstitué sous une forme affaiblie en tant que Parti du Reich allemand ( Deutsche Reichspartei ). En 1964, le DRP et plusieurs autres organisations ont fusionné pour former le Parti national démocratique d’Allemagne ( Nationaldemokratische Partei Deutschlands , ou NPD), qui existe encore à ce jour.

Dans le passé comme dans le présent, certains camarades de la Nouvelle-Écosse ont préféré une lutte clandestine ou semi-clandestine qui prônait ouvertement le national socialisme. Le Front d’action des nationalistes socialistes (années 1980) et le National Socialist Underground (2010) sont des exemples de telles formations. De nombreux groupes extrémistes ont été approvisionnés avec du matériel de propagande imprimé aux États-Unis par Gerhard Lauck et le NSDAP-AO.

LE MOUVEMENT HORS D’ALLEMAGNE

Juste avant la Deuxième Guerre Mondiale,Adrien Arcand fonde le Parti National-socialiste du Canada.
Devant sa popularité durant la guerre,il sera arrêté sans raison valable .
Il est le premier grand leader nationaliste de droite au Québec et au Canada.

Avant 1945  – Dès ses débuts dans les années 1920, le Mouvement attira des adeptes hors d’Allemagne. Le NSDAP n’avait que peu d’intérêt pour ces groupes, à l’exception de l’Autriche, considérée comme faisant partie du Reich allemand. La partie autrichienne de la Nouvelle-Écosse était simplement une extension du NSDAP. Après l’occupation allemande des Pays-Bas en 1940, le Mouvement national-socialiste néerlandais ( Nationaal-Socialistische Beweging in Nederland ) est officiellement reconnu par le NSDAP.

Affiche électorale de « notre » Führer canadien,Adrien Arcand.

D’autres partis de la NS existaient au Danemark, en Suède, au Chili et ailleurs, mais n’ont pas reçu de sanction officielle. Il y avait un petit groupe en Grande-Bretagne, le Mouvement national socialiste, créé par l’Union britannique des fascistes et des nationalistes socialistes de Sir Oswald Mosely. Aucune de ces organisations n’a été reconnue par le mouvement allemand. Aux États-Unis, le Bund germano-américain était la première formation de NS. Hitler, cependant, estimait que le Bund avait fait plus de tort à l’image de l’Allemagne aux États-Unis et mis autant de distance qu’il le pouvait avec les Bundistes.

Le développement le plus important du socialisme national extra-allemand a eu lieu dans la  Waffen-SS , dans laquelle des dizaines de milliers de non-Allemands se sont portés volontaires pour se battre pour le Troisième Reich. Si la guerre s’était terminée différemment, ces volontaires étrangers auraient sans aucun doute formé le noyau des gouvernements national-socialistes dans leurs pays respectifs.

Georges Lincoln Rockwell

Après 1945  – Ironiquement, c’est au-delà des frontières du Reich que le national-socialisme s’est ouvert après la guerre. En 1959, George Lincoln Rockwell a formé le parti nazi américain aux États-Unis. Il l’a rebaptisé Parti populaire national-socialiste blanc en 1967. Le NOUVEL ORDRE, l’organisation qui a succédé au NSWPP, a été formé en 1983 et se poursuit aujourd’hui. En Grande-Bretagne, Colin Jordan a fondé le Mouvement national socialiste en 1962. Il existe également aujourd’hui sous le nom de Mouvement britannique. En 2019, le Mouvement de résistance nordique ( Nordiska motståndsrörelsen ), basé en Suède, est la plus vaste et la plus viable formation NS. Elle possède également des succursales en Norvège, au Danemark et en Islande.

En août 1962, Rockwell, Jordan et des camarades de divers pays européens se sont réunis pour former l’Union mondiale des nationaux-socialistes. C’était la première fois que le Mouvement se dotait d’une structure internationale formelle.

Il est à noter que ces organisations nationales-socialistes d’après 1945 ont une taille, une influence et un soutien publics infimes par rapport au mouvement d’avant-guerre en Allemagne. Au mieux, le mouvement contemporain hors Allemagne se trouve dans une situation similaire à la phase d’avant-garde du NSDAP (1925-1930) évoquée ci-dessus.

NATIONALISME ALLEMAND ET INTERNATIONALISME PANARYEN

Sans aucun doute, Adolf Hitler était le nationaliste allemand par excellence de l’ère moderne et peut-être de tous les temps. Le mouvement national-socialiste, tel que le concevait Hitler, était avant tout un moyen de redonner à l’Allemagne sa grandeur, même aux dépens des autres nations et peuples. Et pourtant, dès le début, on se rendit compte que le peuple allemand et le Reich allemand étaient construits sur des fondements raciaux que les Allemands partageaient avec les autres peuples aryens de l’Europe et que le destin et les fortunes de l’Allemagne étaient indissolublement liés à ces autres peuples aryens. nations. En particulier, Hitler a reconnu l’Angleterre comme un grand pays frère du peuple allemand.

Sans pour autant abandonner le nationalisme allemand, il a également défendu le pan-aryanisme. Écrivant en 1927, il nota:

«Nous ne devons pas permettre que la grande communauté raciale ( die grössere Rassegemeinschaft ) soit déchirée par la différence des peuples individuels ( Völker ). La lutte qui fait rage aujourd’hui vise de très grands objectifs. Une culture combinant des millénaires et embrassant l’hellénisme et le germanisme se bat pour son existence. ”( Mein Kampf, volume II, chapitre 2, p. 423; s / 476  au deutsch ).

Il y avait donc une certaine tension, même dans l’esprit d’Hitler, entre le nationalisme allemand et l’unité pan-aryenne. Nous pouvons voir que cette tension se résorbe lentement dans les déclarations de Hitler au fil des ans.

Hitler a commencé sa carrière politique – sans doute sans reconnaître au moment où il le faisait – avec un discours impromptu lors d’une réunion privée du parti des travailleurs allemands le 12 septembre 1919. Plus précisément, il s’est prononcé contre une proposition de sécession de la Bavière de la Prusse et le reste de l’Allemagne et forment un État indépendant. La notion outrageait Hitler: pour lui, toutes les subdivisions politiques constitutives de l’Allemagne appartenaient ensemble à un Reich uni.

Cinq mois plus tard, en tant que dirigeant du Mouvement, il a officiellement promulgué la plate-forme politique du parti, le fameux 25 Points. Le premier point « demandait » l’union de tous les Allemands ( alle Deutschen )… dans une grande Allemagne. « 

Quatre ans plus tard, il écrivit le premier chapitre de  Mein Kampf.  Il commence son livre – comme il commençait les 25 points – par un appel à l’union de tous les Allemands dans un seul Reich. Mais ici, il étend l’idée des unités pan-allemandes aux seuls camarades du peuple vivant à l’intérieur du Reich aux Allemands d’Autriche. «Le sang lié appartient à un Reich commun», écrit-il.

Pendant la période du Troisième Reich, ceux ayant la citoyenneté allemande formelle ont été notés comme  Reichsdeutsche ; ceux de sang allemand qui vivaient hors de l’Allemagne mais qui conservaient leur langue et leur culture allemandes s’appelaient  Volksdeutsche . Cela se traduit littéralement par «folk allemand», mais peut-être est-il mieux traduit en anglais par «ethnie allemande». En tout état de cause, le concept est clair: le national-socialisme défendait l’unité de tous les Allemands, quelle que soit leur terre d’origine. un seul État-nation. En tant que chancelier de Reich, le Führer a fait entrer dans le Grand Reich allemand non seulement les Autrichiens, mais également des Allemands des Sudètes, du Memelland, de la Silésie, de l’Alsace et de la Lorraine, du Sud-Tyrol et d’ailleurs.

Mais il ne s’est pas arrêté là. Le peuple allemand, au sens étroit du terme, n’est qu’un élément de la grande famille germanique. Surtout après le début de la guerre, on a envisagé à long terme d’incorporer tous les peuples germaniques dans un seul Reich, en commençant probablement par les Néerlandais.

La Table Talks  enregistre Hitler comme disant:

«Dans le nouveau monde que nous construisons, peu importe si un homme est originaire d’une région ou d’une autre, qu’il vienne de Norvège ou d’Autriche, une fois les conditions de la pureté raciale réunies.» ( Soirée du 1er novembre – 2, 1941)

L’inclusion des germaniques non allemands dans les limites d’un futur Reich était un changement radical dans le nationalisme allemand traditionnel.

The Table Talks  rapporte également que le Fuehrer a confié à un major danois de la  Waffen-SS:

«Je comprends qu’il soit difficile pour un jeune Hollandais ou un jeune Norvégien de se voir appelé à former une unité commune, dans le cadre du Reich, avec des hommes ayant d’autres liens avec l’Allemagne. Mais ce qu’on leur demande n’est pas plus difficile que ce qui a été demandé aux tribus germaniques au moment des grandes migrations. À cette époque, l’amertume était si grande que le chef des tribus germaniques [ Arminius – Ed .] Fut assassiné par des membres de sa propre famille. Ce qui est demandé à des pays qui ont formé le deuxième Reich est semblable à ce que nous demandons maintenant, et à ce que nous avons récemment demandé des Autrichiens. »( Soirée du 22 Février, 1942)

Son intention d’inclure d’autres peuples germaniques occidentaux ainsi que les Allemands du Nord dans un seul Reich unifié peut également être vue dans l’intention du Führer de renommer un Berlin élargi d’après-guerre: «Germania».

Pour récapituler:

1. En 1919, il commence par réclamer l’unité de tous les  Reichsdeutsche  .

2. En 1924, il étend son appel à l’unité des Allemands en Autriche.

3. Dans les années 1930, il intègre les Allemands des territoires frontaliers dans le cadre du Reich.

4. Après le début de la guerre en 1939, il rappelle au pays les  Volksdeutsche vivant dans les Balkans et ailleurs.

5. Au fur et à mesure que la guerre progresse, il élargit son appel pour inclure les peuples germaniques de Scandinavie et des Pays-Bas, et pas seulement les Allemands au sens strict du terme.

Mais il ne s’arrête pas là. Dans son Testament politique, il se fait passer pour le défenseur des «enfants européens des nations aryennes», pas seulement comme le chancelier du Reich allemand ou Chef germanique. Il a écrit:

De plus, je ne laissais aucun doute sur le fait que cette fois-ci des millions d’enfants européens des nations aryennes n’allaient pas mourir de faim (des millions d’hommes ont perdu un million d’enfants dans l’Europe , et que des millions d’hommes subir la mort, et des centaines de milliers de femmes et d’enfants ne seraient pas brûlés et bombardés à mort dans les villes, sans que les vrais coupables aient à se racheter de leur culpabilité, même par des moyens plus humains.

Il convient également de noter l’anecdote fréquemment répétée concernant le général belge  Waffen-SS Leon Degrelle. Hitler lui aurait dit: « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous. » Degrelle n’était ni allemand ni germanique, mais il était aryen.

Il restait à George Lincoln Rockwell de mener cette trajectoire raciale à sa conclusion naturelle. Dans son essai novateur  In Hoc Signo Vinces  (1960), il déclare que les intérêts des différentes nations aryennes sont subordonnés au bien-être de la race blanche dans le monde. Il écrit:

Nos problèmes aujourd’hui ne sont pas des problèmes «américains», des problèmes «britanniques», des problèmes «français», «allemands», «européens» ou «africains» – ce sont des problèmes de survie pour tous les hommes blancs. […]

La seule chose à laquelle je puisse être fidèle avec une conviction profonde – la seule loyauté qui ait un sens – est ma fraternité RACIALE, et donc culturelle, avec mon propre peuple, où qu’il soit né! Lorsque cette loyauté est mise au défi et que mon peuple est en danger, il est monstrueux de prétendre que nous devons nous méfier les uns des autres simplement parce que nous vivons au-delà de frontières géographiques imaginaires nous, Blancs, devons marcher pour nous tuer, nous bombarder et nous haïr de manière éternelle parce que nous sommes des «rivaux du commerce», de la «démocratie américaine», de «l’Empire britannique» ou de n’importe quoi d’autre au monde.

Je suis un homme blanc, et un frère de tous les hommes blancs, et je compte être aux côtés de tous et, au besoin, les mener au combat pour survivre contre la menace indicible des populations colorées de la Terre…

Dans le même essai, Rockwell inclut le passage suivant dans lequel il cherche à mettre fin à l’inimitié séculaire existant entre les Allemands et les peuples slaves:

Et cela inclut nos  frères russes aryens  , qui sont aussi des hommes blancs. Bientôt, ils se retrouveront avec nous contre les hordes colorées de la Chine.

Ainsi, alors que le national socialisme continue de progresser vers le XXIe siècle, l’unité raciale globale de la race aryenne prime maintenant sur le nationalisme étroit et mesquin, qui a ses racines au XIXe siècle et plus tôt.

DANS LE FUTUR: 
UNE VISION MONDIALE MULTIDIMENSIONNELLE

Après la guerre,le président argentin Juan Domingo Peron,accueuillit de très nombreux officiers et politiciens nationaux-socialistes,dont…le Führer lui-même.

La dimension raciale du national-socialisme est la caractéristique la plus importante du Mouvement, tant dans le passé que dans le présent. C’est comme il se doit, car le national socialisme est le seul  chemin réaliste, voire le seul  concevable , de l’humanité aryenne.

Aujourd’hui comme hier cependant, le national socialisme n’est pas un mouvement racial à une dimension; il englobe plutôt toutes les facettes de la société moderne.

• Le national socialisme remplace la société de consommation moderne par une communauté folklorique dans laquelle chaque homme, femme et enfant aryen est reconnu comme un camarade folklorique. Il est également anticommuniste et anticapitaliste et exige l’élimination des différences et des inégalités de classe. 
• Il s’agit d’une restructuration révolutionnaire du système éducatif qui met autant l’accent sur la forme physique et le développement du caractère, ainsi que sur les études universitaires traditionnelles. 
• C’est le «mouvement vert» original. Il reconnaît que l’homme n’est qu’un élément de l’ordre naturel et qu’il exige donc un environnement sain comme condition préalable à une population en bonne santé.
• Il reconnaît que la famille traditionnelle, avec un seul soutien de famille et des rôles de genre clairement définis, constitue le fondement social de base de la communauté populaire.

Contrairement à ce que prétendent ses nombreux ennemis, le national socialisme ne fait pas et n’a jamais fait partie de l’extrême droite. Ce n’est pas non plus une partie de la gauche. Le vieil ordre – la dispensation existante – a son aile droite et il a son aile gauche. Mais le national socialisme ne fait pas partie de l’ordre ancien et, par conséquent, il ne peut être véritablement placé nulle part dans son spectre politique. Au lieu de cela, il se distingue et représente un nouvel ordre renaissant pour notre race qui transcende l’ancienne dichotomie gauche-droite.

Après 100 ans de lutte incessante, nous nous trouvons à un moment crucial de l’histoire de notre race. Notre existence même biologique est attaquée et, en effet, nous sommes confrontés à l’extermination en tant que peuple. Le national-socialisme seul fournit la lumière, l’espoir et le chemin d’une humanité aryenne assiégée. Alors que le Mouvement hitlérien se prépare à entrer dans son deuxième siècle, ses dirigeants et ses membres sont conscients de la nature profondément historique de leur lutte. Ils se conduiront en conséquence.

 

 

 

 

 

Publicités

La Conspiration nazi:La fille de Heinrich Himmler,Gudrun,est décédée è l’âge de 88 ans

Gudrun Burwitz, la fille du chef national-socialiste et SS Heinrich Himmler, est décédée à l’âge de 88 ans.

 

 

Elle était une national-socialiste impénitente et une révisionniste de l’Holocauste. 

Selon le journal allemand Bild, Burwitz, basé à Munich, a travaillé pour le service de renseignement fédéral du pays dans les années 1960.

Il a rapporté que Burwitz, qui était actif dans les milieux nationalistes dans sa vieillesse, a été employé de la fin de 1961 jusqu’en 1963 en tant que secrétaire au BND à Pullach, Munich, sous un nom différent.

Burwitz a participé à des marches nationalistes et ne s’est jamais distanciée de son père ou du national-socialisme.

Gudrun en compagnie de son père Heinrich Himmler,durant la Seconde Guerre Mondiale.

Elle était la figure de proue de l’organisation «Silent Assistance» des NS, qui aidait les accusés «criminels de guerre nazis» à trouver refuge, à éviter l’extradition, à obtenir un avocat ou à payer pour une maison de retraite.

L’organisation a été créée en 1951 et aurait tenté d’aider Klaas Carel Faber, 89 ans, à éviter l’extradition de Hollande pour être jugée pour des crimes de guerre présumés en Allemagne, en 2011.

Le groupe a également aidé l’ancien officier SS danois Soren Kamm, un citoyen allemand, recherché dans son pays d’origine.

Dans une interview avec le Daily Mail, elle avait déclaré: « Je ne parle jamais de mon travail … Je fais juste ce que je peux quand je peux. »

Gudrun Himmler avec le Führer Adolph Hitler.
Gudrun avec son père lors d’une cérémonie nationale-socialiste.
Photo d’avant la guerre :elle est dans les bras de sa mère.
Ici avec Margarete,sa mère.

 

Vers la fin de la deuxième Guerre Mondiale.

 

Elle suivait son père partout!

 

Livre numérique:L’esprit de la SS …par Heinrich Himmler

                    L’Esprit de la SS

Photo du Reichfûhrer Heinrich Himmler donnant la main au Führer Adolph Hitler lors d'une rencontre au
Photo du Reichführer Heinrich Himmler donnant la main au Führer Adolph Hitler lors d’une rencontre au « Nid d’Aigle »,en 1941.

Notre but n’est pas de fonder une association d’hommes qui s’effondrerait tôt ou tard comme toutes les associations d’hommes ou de soldats : notre but est de constituer progressivement un Ordre véritable. A mon avis, on emploie trop souvent le mot d’ordre. Ce n’est pas un ordre parce que nous l’appelons ainsi. J’espère que dans dix ans nous formerons un ordre, et pas seulement un ordre d’hommes, mais un ordre constitué de clans réunis en communautés. Un ordre auquel les femmes seront aussi nécessaires que les hommes. Comprenons bien qu’il serait insensé d’aller chercher le sang noble à travers toute l’Allemagne et de le placer très sagement sous le signe de cette idée, tout en lui permettant de s’allier comme il lui plaira à n’importe quelle famille. Nous voulons créer pour les siècles à venir une nouvelle classe supérieure, une nouvelle noblesse allemande qui sera sans cesse sélectionnée et se composera exclusivement des meilleurs fils et des meilleures filles de notre peuple, une noblesse qui ne vieillira jamais, qui se rattachera à la tradition et au passé dans la mesure où il aura de la valeur — jusqu’aux siècles les plus reculés — et qui représentera toujours la jeunesse aux yeux de notre peuple.

4

Heinrich himmler photo color 002

Nous sommes soumis à la loi de l’élite. Nous avons établi des

critères rigoureux pour le corps, le caractère et l’esprit. Nous avons

toujours sélectionné et abandonné ce qui n’était pas supérieur. Tant

que nous aurons la force nécessaire au maintient de ce principe, cet

Ordre restera sain. Le jour où nous aurons oublié les principes sacrés

de sélection et d’austérité, ce jour là, le germe de la mort sera en

nous. C’est pourquoi nous devons en toutes circonstances et partout

nous rappeler nos principes : sang, sélection, austérité. Chacun de

nous sélectionnera parmi tous les hommes qu’il connaît ceux qui

sont de race pure et dont on peut dire au premier coup d’oeil que se

sont des chefs nés ; il suffira de leur donner l’occasion d’en faire la

preuve. Vous devez amener à nous ce jeune garçon, passer des heures

à vous occuper de lui et veiller à toujours être pour lui un oncle et un

protecteur pendant toutes les années qu’il passera chez nous, jusqu’à

qu’il devienne sous-lieutenant. De cette manière nous aurons réellement

le meilleur de l’Allemagne dans nos rangs, et qu’importe qu’il

s’agisse du fils d’un receveur d’autobus ou du fils d’un comte. Jamais

la route qui mène à nous ne doit être barrée pour ceux qui ont le

sang pur, quelle que soit leur origine. Mais seul le sang véritablement

pur doit accéder aux postes de commandement : nous aurons

ainsi une élite du sang qui deviendra la nouvelle noblesse du peuple

allemand.

Le SS-Obergruppenführer Darré m’a récemment fait une proposition

d’importance. Il m’a conseillé — ce que je considère comme

absolument juste — de vous donner la mission d’incorporer l’année

prochaine dans les SS trois cents fils de paysans qui hériteront un

jour du domaine familial : nous pourrons ainsi établir peu à peu une

structure solide dans les villages. Les meilleurs fils du village et plus

tard les meilleurs paysans doivent appartenir à cette communauté de

sang et de vie qu’est la SS.

La Allgemeine SS, qui compte actuellement cent régiments à

pied, est le fondement de notre organisation, le fondement aussi

de tout notre patrimoine intellectuel. C’est l’organisation à laquelle

incombe la tâche de reconnaître le sang allemand véritablement pur,

5

de l’amener dans nos rangs et de l’éduquer par mis nous, non pas

de l’enlever au peuple allemand, mais de l’éduquer et de lui insuffler

un esprit de corps, un sens du devoir et sentiment du sacrifice tels

qu’alors nous pourrons prendre la responsabilité de constituer une

organisation réunissant les meilleurs. Nous devons cependant veiller,

sans jamais relâcher notre effort ni notre esprit, à ce que toutes

ces ramifications que nous avons instituées sentent qu’elles ne sont

jamais qu’une partie d’un tout, de la même manière, il faut que la SS

sente qu’elle n’est qu’une composante du Parti :

J’estime que là réside mon devoir et ma plus haute mission.

Nous sommes d’abord des nationaux-socialistes, ensuite seulement

nous sommes des SS ; chaque homme est d’abord un SS ; il fait

ensuite partie de la Allgemeine SS, de la Verfügungs truppe, des unités

Têtes de Mort ou du service de sécurité.

Autant chacun de vous et chacun de vos officiers aime et doit

aimer exercer son activité créatrice dans son propre domaine — et

vous y avez la plus grande liberté — autant je vous demande de

toujours persuader vos hommes et votre état-major qu’ils ne sont

qu’une partie à l’intérieur d’un tout et qu’ils ne peuvent représenter

quelque chose que si le tout représente lui-même quelque chose.

Administrer signifie ne pas laisser s’effondrer ce que d’autres

ont créer.

Diriger au contraire signifie former le caractère de l’être humain

dans l’intérêt du peuple, faire apparaître ce que chaque homme

a de meilleur en lui, apporter des idées nouvelles et donner de nouvelles

impulsions.

Je veux que jamais ne se propage dans la SS l’idée que les chefs

qui la commandent ne sont que les administrateurs d’une organisation

existante.

Nous devons bien comprendre que dans dix ans nous exigerons

de la SS plus qu’aujourd’hui.

A ce moment (1933), nous nous sommes trouvés devant le problème

le plus difficile. Nous avions à choisir entre : fermer le Parti

6

et ses organismes, rester un organe de très haute qualité avec très

peu d’adhérents et une base restreinte, ou bien ouvrir largement les

organismes afin d’élargir la base. Cette dernière solution a fait entrer

au Parti un grand nombre de gens qui n’étaient ni absolument

enthousiastes, ni idéalistes ; tous ces gens nous ont mis en danger

par leur nombre, et c’est pour cette raison qu’en 1933, alors que les

autres organismes du Parti grandissaient, j’ai fermé la SS entre 1933

et 1935, j’ai balayé tout ce qui n’avait pas de valeur. J’ai mis à la porte

environs 60 000 personnes, alors que le chiffre actuel de la SS est de

210 000. Cette purge a fait du bien à l’Ordre. La qualité est devenue

meilleure au détriment de la quantité.

Un homme qui n’est bon que pour le sport ne m’intéresse

guère ; un homme doit avoir une valeur humaine, être un sujet

convenable, aboutir à quelque chose dans son domaine, dans son

métier. De même, un homme qui change sans raison de métier pour

la troisième fois ne nous intéresse plus ; nous le mettons à la porte.

Je le dis franchement : dans ce domaine (sport) comme dans tous les

autres, je suis fier de constater que nous sommes les meilleurs, même

s’il ne s’agit pas de notre principale activité. Voyez-vous , s’il y avait

un domaine où ne nous soyons pas les meilleurs d’Allemagne, ou

bien nous serions paresseux ou bien notre sélection serait mal faite.

Lorsqu’on a le meilleur sang, on peut aboutir partout aux meilleurs

résultats, il s’agit seulement de faire ce qu’il faut.

Il y a toujours eu des faiblesses, dans toutes les organisations

humaines.

Des fautes seront toujours commises. Il arrivera toujours que

quelqu’un commette une erreur. Mais les organisations se différencient

dans la mesure où les unes éliminent ceux qui sont indignes

d’elles, alors que les autres couvrent cette indignité en invoquant

de ces excuses inconsidérées pour lesquelles l’homme a un tel penchant,

en disant par exemple :

‘‘ On ne peut mettre ce porc à la porte, ce serait porter atteinte à

notre uniforme ’’. Donc ce porc devrait être couvert par cet uniforme

honorable dans lequel sont tombés des dizaines de généraux, des

7

centaines de colonels, des centaines de commandants de régiment,

des dizaines de milliers d’officiers qui ont versé leur sang, cet uniforme

devrait servir de couverture à un porc ? Non, l’uniforme exige

que tous ceux qui sont indignes de lui en soient dépouillés, de façon

rigoureuse et impitoyable.

Deux camarades doivent s’éduquer mutuellement, et si l’un

d’eux se conduit de manière indigne, il faut qu’il soit exclu de cette

camaraderie.

Et quand un homme se conduit de manière tout à fait indigne,

le devoir de ses camarades est de lui dire : ‘‘ Voilà un pistolet, tu n’as

plus qu’à tirer ’’, ainsi que cela a toujours été l’usage parmi les officiers

Allemands convenables.

Aujourd’hui encore, il se présente tous les mois un cas d’homosexualité

dans la SS. Nous avons de huit à dix cas par an. J’ai donc

décidé la chose suivante : dans tous les cas ces individus seront officiellement

dégradés, exclus de la SS et traduis devant un tribunal.

Après avoir expié la peine infligée par le tribunal, ils seront internés

sur mon ordre dans un camp de concentration. Dans chaque cas,

le corps d’origine sera informé de la chose par mon ordre. J’espère

ainsi extirper ces gens de la SS, jusqu’au dernier : je veux préserver

le sang noble que nous recevons dans notre organisation et l’oeuvre

d’assainissement racial que nous poursuivons en Allemagne.

Les insuffisances et les indignités humaines existeront toujours,

même dans le meilleur corps, même dans la meilleure communauté.

La seule différence réside dans la façon dont réagirons ces

organisations : les unes dissimuleront les faits en disant qu’elles se

discréditeraient en excluant le coupable. L’autre sorte de communauté

dira : c’est terrible pour nous, mais il faut qu’il s’en aille. Vous

voudrez bien agir selon cette dernière ligne de conduite. Je souhaite

que ces choses ne soient pas étouffées : ni dans la SS, ni même dans

une partie de la SS, ni même dans un bataillon. Aussi longtemps que

nous proscrirons une telle manière d’agir et que nous serons sévères

avec un homme, même en considérant tous ses mérites passés, nous

demeurerons une organisation saine.

8

Si nous ne mettons pas en pratique dans chacune de nos actions

ce commandement du Führer : ‘‘ Le Parti doit être un modèle ’’,

si nous n’avons pas toujours le courage d’agir vis-à-vis de nos camarades

du Parti avec brutalité et sans pitié, nous perdons le droit

moral de diriger et d’édicter des lois. Je ne me permettrais pas de

dire cela si je ne pouvais vraiment prouver que j’agis de la sorte à

l’intérieur de la SS.

Mon point de vue a toujours été le suivant : si nous voulons

gagner la guerre, nous avons vis-à-vis de notre peuple et de notre

race, vis-à-vis de notre Führer qui nous a enfin été accordé au bout

de deux milles ans, l’obligation de ne pas être mesquins et d’être

conséquents.

Nous n’avons pas le droit de prendre un seul pfennig sur les

biens confisqués aux Juifs. J’ai arrêté dès le départ que le SS qui

prendrait ne serait-ce qu’un seul mark serait condamné à mort. Ces

derniers jours, je peux le dire franchement, j’ai signé pour cette raison

une douzaine d’arrêts de mort. Il faut se montrer dur pour que

l’ensemble n’en souffre pas. Lorsqu’un homme perd son honneur,

c’est le bataillon tout entier qui le perd avec lui. Lorsque le bataillon

perd son honneur c’est chaque homme du bataillon qui perd son

honneur avec lui.

Croyez-vous qu’un homme entrera encore dans un tel

bataillon ?

S’éduquer mutuellement est une des tâches les plus lourdes de

la camaraderie. Il est bien sûr plus agréable et plus sympathique de

pouvoir raconter quelque chose plutôt que de devoir dire ‘‘ Mon cher

ce que tu as fait n’est pas correct ’’. Mon intention n’est pas de faire

naître une association de tartufes moralisateurs, la SS n’a jamais rien

connu de tel. J’exige que les divertissements soient aussi honorables

que tout le reste. Beaucoup de choses qui passent pour honorables

dans les conceptions libérales et bourgeoises ne sont pas admissibles

chez un SS. Beaucoup se conforment à la lettre aux articles du code,

ce qui ne les empêche pas d’être des canailles et de voler l’argent des

autres. Lorsqu’un SS suit cette route la camaraderie doit cesser.

9

Nous en avons fini avec le passé, il est maintenant nécessaire

que je vous dise en quelques mots ce que j’attends de vous. Je

m’adresse à vous comme je me suis déjà adressé à mes SS en 1933 et

en 1934. Voici ce que j’exige :

1. Fidélité : fidélité inconditionnelle au Führer. La devise

qu’il nous a donnée pour vous reconnaître en elle : ‘‘ Mon

honneur est la fidélité ’’, doit vous servir de fil directeur. Vous

devez la vivre non en parole, mais en acte. La prononcer

est très facile, l’appliquer pendant toute une vie, que cela se

voie ou non, est assez difficile. Votre fidélité doit venir du

coeur et non de l’esprit, car ce dernier est souvent mauvais

conseiller. Lorsqu’on a juré fidélité, on doit rester fidèle,

que cela tourne à notre avantage ou à notre désavantage.

2. Obéissance : obéir sans réfléchir, sans hésiter, sans rien

soupeser, sans rien demander, obéir de toutes ses forces.

C’est nécessaire aucun ordre ne vous est donné sans que

celui qui le donne en prenne la responsabilité

3. Camaraderie : ici encore, dans un sens différent du sens

courant. Il va de soit que vous devez être bons camarades,

que vous devez donner à celui qui a faim, aider celui qui

est dans la peine, que vous entreteniez des relations de camaraderie

est une chose qui va de soi pour tous ceux qui

font partie de la nation allemande. Accorder sa protection

à celui qui est sans défense, avoir une attitude correcte et

chevaleresque vis-à-vis des femmes et des jeunes filles sont

autant de choses qui vont de soi pour un SS. J’exige plus

encore, et c’est cela qui est difficile. J’exige que vous fassiez

mutuellement votre éducation à l’intérieur du bataillon.

En premier lieu, j’exige de vous et de tous les soldats la fidélité.

La fidélité au chef suprême et donc au Reich, au peuple. Il ne suffit

pas de dire ‘‘ Je suis fidèle à la foi jurée, je suis fonctionnaire, officier, et

je ne peux pas faire autrement ’’. Car la fidélité forme un tout. Il n’y a

pas de si ni de mais dans la fidélité, pas de réserve intérieure, pas de

10

droit réservé. Soyez également convaincus d’une chose : les hommes

feront toujours des fautes. Chacun de nous. Il existe certaines fautes

qui sont humaines, que l’on peut pardonner et qui sont pardonnées.

L’infidélité est au premier rang des fautes qui ne pourront jamais

êtres pardonnées. L’infidélité détruit l’ordre de l’État, l’infidélité détruit

les troupes et les armées. Les peuples disparaissent à cause de

l’infidélité. Vous devez avoir bien conscience d’une chose : lorsque

l’un de vous trahit la foi jurée, il montre à ses hommes qu’ils peuvent

en faire autant.

Voici ce que j’exige de vous, officiers et hommes de troupe SS :

que vous vous conduisiez avec vos camarades comme si vous étiez

tous nés ensemble, que vous appreniez à vos camarades et à vos subordonnés

— qui sont aussi vos Camarades — tout ce que vous

savez et tout ce que vous avez apprit en Allemagne. Voici ce que

j’exige de vous, officiers et hommes de troupe : que vous transportiez

hors de la zone de combat votre camarade ukrainien ou galicien

blessé, exactement comme s’il était votre frère. Et voici ce que j’exige

de vous, officiers et hommes de troupe ukrainiens qui faites partie

de cette division, et de vous, allemands : que vous rivalisiez de camaraderie.

Ce que j’exige de vous est ce que je porte en moi-même :

une foi que rien ne peut ébranler, la foi dans le Führer, la foi dans

l’avenir de ce Reich grand allemand, non : grand germanique, la foi

en notre valeur personnelle et la foi en nous-mêmes. C’est quelque

chose que je dois exiger, et que je voudrais sans faire de phrases

faire jaillir en vous, comme une flamme sacrée. Vous qui exercez un

commandement , il est de votre devoir de ne jamais perdre votre foi

dans la victoire finale, votre foi dans la mission du peuple germanique,

et cela à aucune seconde, à aucun moment, aussi désespéré

qu’il paraisse. Jamais vous ne devez laisser parler au fond de vous

l’esprit menteur, ni les calculs menteurs. Car dans la vie des peuples

les impondérables sont plus importants que tous les chiffres et que

tout les calculs conformes à la raison. les tristes événements de ces

derniers jours en sont pour moi la preuve la plus vivante. L’attentat

contre le Führer était le calcul intellectuel le plus abominable. Les

11

conjurés comptaient qu’un instrument dénué d’âme exploserait dès

qu’ils appuieraient sur le bouton, une foi l’appareil mis en place.

Ils se sont complètement trompés parce qu’ils n’ont pu faire entrer

dans leurs calculs cette chose impondérable : la foi de cette jeunesse

dans le Führer, la fidélité de cette jeunesse au Führer. La foi dit :

‘‘ Vous pouvez me démontrer ce que vous voulez, nous vaincrons ’’. Ce

fut plus fort que ce travail d’état-major, que cette apparente finesse

d’état-major, fausse et perverse.

En Allemagne, beaucoup de gens croient devoir nous qualifier,

nous SS, de ‘‘ sans Dieu et sans religion ’’. Il est juste de dire qu’en

tant que Groupe de Protection, nous nous préoccupons moins que

quiconque de la confession des autres ou de l’Église à laquelle ils

appartiennent. Notre croyance en un Dieu tout-puissant est extrêmement

profonde et nous refusons d’admettre dans nos rangs ces

gens prétentieux, arrogants et déraisonnables que sont les athées. Ce

serait gravement méconnaître nos méthodes que de croire que sans

cette foi, nous nous hasarderions à exécuter les tâches que le Führer

nous a imposées et à appliquer les lois que nous sommes données. Si

nous ne croyons pas en toute humilité à une autorité divine placée

au-dessus de nous et à un ordre instauré par Dieu, soyez sûrs que

nous ne trouverons pas notre place entre nos ancêtres et nos descendants,

entre un passé infini à l’échelle humaine et un avenir éternel.

Celui qui prête serment sur la croix gammée doit renier et haïr

toutes les autres croix.


Réflexions Idéologiques

La loi de la nature est ainsi : ce qui est dur est bon, ce qui est

fort est bon, ce qui procède de la lutte pour l’existence, au plan du

corps, du caractère et de l’esprit, est bon du point de vue de la durée.

Nous resterons sains et résistants, aussi longtemps que nous

ne tomberons pas dans la démocratie, ou dans l’empire héréditaire

ou légitime, qui ne provient pas du peuple lui-même. Voyons clair :

nous n’existerons pendant des dizaines d’années à venir que si nous

12

restons un peuple profondément convaincu d’avoir à s’en tenir à lui-même,

à croire à sa propre force, et à la maintenir.

Si dans l’ensemble nous avons surmonté cet hiver de manière

très honorable, c’est à mon avis parce que nos hommes, et surtout

nos chefs, croient en notre conception du monde. Exactement

comme l’autre est un bolcheviste convaincu, nous sommes des nationaux-

socialistes convaincus, des Germains convaincus. C’est de cela

qu’il s’agit. C’est un combat idéologique comme l’était le combat

contre les Huns au moment des Grandes Invasions, comme l’était

le combat contre l’Islam pendant tout le Moyen-Age : ce n’était pas

un combat religieux, mais un combat racial. Le combat est exactement

le même aujourd’hui. C’est aujourd’hui un combat racial,

exactement comme le combat contre les Huns et le combat contre

les tatares, comme on disait alors. Mais il est important que nous sachions

et que notre corps d’officiers — que nous envoyons toujours

en mission — en soit convaincu jusqu’au fond du coeur. Car le coeur

seul peut donner la force de maîtriser des situations impossibles.

La force de nos soldats allemands et du peuple allemand dans

son ensemble réside dans la foi et la conviction que nous avons plus

de valeurs que les autres, conformément à notre sang et à notre race.

C’est là, messieurs, le fondement, le postulat de notre existence historique.

Un peuple situé au milieu de l’Europe, entouré de toute

part d’ennemis, un peuple qui a survécu à une guerre de Trente

ans, qui en est sorti avec trois millions et demi à quatre millions

d’habitants et qui parvient ensuite à la grandeur historique d’une

Grande Allemagne (qui se transforme en un Reich germanique),

un tel peuple n’existe que grâce à sa qualité, à sa valeur raciale. A

partir du moment où nous commençons à douter de notre propre

foi, de notre valeur raciale, l’homme germanique est perdu. Car les

autres sont plus nombreux que nous. Mais nous avons plus de valeur

qu’eux. Notre devoir est de faire en sorte que dans les prochaines

générations, dans les siècles à venir, cet homme germanique constitue

à nouveau la classe dirigeante de vastes parties de la terre, et

gouverne ainsi le monde, comme autrefois dans la nuit des temps.

13

De l’autre côté il y a un peuple de cent quatre-vingts millions

d’hommes, un mélange de races et de peuples dont les noms sont

parfaitement imprononçables et qui ont une telle allure qu’ont peut

tous les abattre sans merci, sans aucune pitié. Ces bêtes qui, à chaque

fois qu’elles trouvent un prisonnier allemand blessé, le bafouent et le

torturent au lieu de le traiter comme un soldat loyal.

Quel est le sens de cette guerre ?

Le sens de cette guerre est la confirmation historique du Reich

grand allemand face au monde entier. C’est un acte en soi, un acte

suffisamment important pour mener une guerre de six ans, quand

on pense qu’un Frédéric le Grand a combattu pendant sept ans,

dans une situation beaucoup plus difficile, pour confirmer un Etat

de deux millions et demi d’habitants. C’est aussi le commencement

et la fondation du Reich grand germanique, l’extension de notre base

ethnique par la réintégration de trente millions d’hommes de notre

sang, d’ascendance germanique : Danois, Flamands, Hollandais,

Norvégiens et autres peut-être.

Le but de cette guerre est en troisième lieu la domination et

l’organisation du continent appelé Europe, auquel nous avons apporté

culture, vie et sécurité au prix de nos vies et en versant le sang

des innombrables soldats qui nous ont précédés ; en prévision des

années de paix, nous devons organiser l’économie de ce continent ;

en prévision des guerres et des conflits futurs, nous devons organiser

son armée. A ce sujet notre intelligence des problèmes militaires

et nos connaissances technique nous disent que si les frontières

actuelles sont maintenues, toute guerre à venir sera perdue dès le

départ, un peuple a déjà perdu la prochaine guerre, si ses postes de

détection aérienne ne sont pas placés deux mille kilomètres en avant

de ses frontières.

Le but de cette guerre est en quatrième lieu de repousser les

frontières de la nation allemande de cinq cents kilomètres vers l’Est

au minimum, à partir des frontières de 1939. Il s’agit de peupler

Heinrich Himmler en compagnie de Sepp Dietrich.
Heinrich Himmler en compagnie de Sepp Dietrich.

14

cet espace en fils de sang germanique, en familles germaniques, en

fils allemands et en familles allemandes, pour former comme une

pépinière de sang germanique : il faut en effet que nous continuions

à être un peuple de paysans alors que nous avons presque cessé de

l’être : la population rurale n’a cessé de diminuer. J’estime nécessaire

que nous nous fixions dès aujourd’hui en pensée un but à long

terme : ce but est le suivant — je l’ai déjà évoqué : constitution d’un

peuple de Germains de cent vingt millions d’hommes, déplacement

des frontières de la nation allemande de cinq cents kilomètres à l’Est,

poursuite inlassable du peuplement pendant les vingt années qui

suivront la guerre, puis création de points de protection — protection

de notre puissance aussi bien que de notre nationalité — grâce

à des îlots de peuplement aussi loin que s’étende la domination allemande

en Europe, au Sud-est à l’Est et à l’Ouest, préparation intérieure

et extérieure — mais surtout par le sang, par sa qualité et

sa quantité — de notre peuple aux conflits qui viendrons après cette

guerre pour nos descendants et les générations futures : car alors ce

ne seront pas des peuples, mais des races entières qui s’organiseront

et des continents entiers qui marcheront les uns sur les autres et qui

s’affronteront.

C’est à notre génération, à elle surtout, qu’incombe la tâche

d’assurer à notre peuple l’éternité. Et si vous considérez cet espace

de temps, cette éternité, je crois que chacun, à l’heure de la détresse

et du danger, comprendra que la vie de notre génération ne représente

qu’une seconde dans la vie de la terre et dans la vie de notre

peuple. Et c’est pendant cette petite seconde que celui qui vit à ce

moment-là doit faire son devoir. Beaucoup, beaucoup d’entre nous

ne verrons pas la victoire, mais le destin en épargnera aussi un grand

nombre. Après la guerre nous travaillerons pour gagner la paix, ce

qui sera peut-être plus difficile que de gagner la guerre. Nous vivrons

cette époque de paix, et puis un jour notre existence se terminera,

nous devons donc agir dès aujourd’hui de telle sorte que nos enfants

et nos petits-enfants puissent dire de nous : ‘‘ Nos pères, nos ancêtres, se

sont montrés dignes d’être les officiers d’Adolf Hitler, le Führer envoyé par

Heinrich Himmler à Malthusen,en 1941.
Heinrich Himmler à Malthusen,en 1941.

15

le Seigneur, en un temps qui fut le plus dur de toute l’histoire du peuple

germanique. ’’

Nous devons remarquer la chose suivante : dans l’histoire, sur

ce globe, sur cette terre, seul notre propre sang peut représenter un

danger pour la nation. C’est pourquoi, en cette époque qui est pour

nous une époque de force, nous devons veiller à ramener tous ceux

de notre sang, ce qui est assurément en notre pouvoir, et également

veiller à ce que jamais notre sang ne nous soit retiré et perdu pour

nous.

Et vous pouvez être certains que nous donnerons à tous les

gens de notre sang véritablement noble la possibilité d’une ascension

en leur permettant de s’incorporer à ce puissant Reich et de

grandir au milieu du peuple allemand. Il y a eu autrefois bien des

frottements — disons les choses comme elles sont — dus à l’ignorance,

à l’injustice et, dans les cercles de conjurés, à la mauvaise volonté

qui opposait l’armée et la SS. Je ne suis pas ici en tant que

Reichsführer SS et, disons, en tant que commandant en chef d’une

partie de la Wehrmacht qui ferait concurrence aux autres, je suis

ici en tant que partisan fidèle au Führer, en tant que soldat, national-

socialiste, en tant qu’allemand et Germain. Pour moi, ma tâche

est d’être votre camarade et votre ami en même temps que votre

commandant suprême, comme je le suis pour mes hommes. Je ne

fais aucune différence, j’accorde mon entière confiance à ce corps

d’officiers et à l’armée allemande, et je sais que la loyauté et l’esprit

chevaleresque sont encore très forts chez l’Allemand de sang germanique.

Et je voudrais vous donner à vous, officiers, un mot d’ordre

qui est un mot d’ordre allemand très ancien. Il y avait au Moyen-

Age une inscription placée au-dessus du comptoir des maisons du

commerce, qui signifie en allemand moderne : ‘‘ L’honneur est une

contrainte suffisante ! ’’ C’est ainsi que nous agirons !

Il faut que vous exerciez votre action sur le coeur de vos officiers,

sur le coeur de vos hommes. Mettez dans ces coeurs le feu

sacré de l’honneur militaire, de la vraie tradition militaire allemande,

emplissez-les de foi et de reconnaissance envers le destin qui nous

16

a accordé le Führer, et répétez chaque jour à vos hommes pourquoi

ils combattent, pourquoi ils doivent donner leur sang, souffrir et se

priver. Dites-leur chaque jour de penser à leur enfant, à leur petite

soeur ou à leurs parents, à leur femme, dites-leur qu’ils les protègent,

qu’ils défendent la pureté de notre sang et la beauté de notre pays,

que l’avenir de la nation repose entre les mains de cette division et

de tous ces soldats, entre vos mains à vous.

Ce qui est en jeu dans notre lutte, c’est le national-socialisme,

une idéologie fondée sur la valeur de notre sang germanique, de

notre race nordique.

Ce qui est en jeu, c’est un monde tels que nous l’avons conçu,

beau, honnête, fait d’égalité sociale, un monde riche en joies et en

culture.

Malheur à nous si le peuple germanique ne peut gagner ce

combat ! Ce sera la fin de la beauté, de la culture et de la force

créatrice sur cette terre. Nous luttons pour cet avenir et nous maintenons

l’héritage de nos aïeux. Nous connaissons le visage que nous

donnerons à cet avenir. C’est pour cette raison que nous sommes

plus fanatiques que jamais, plus croyants que jamais, plus obéissants

et plus probes que jamais, car tel est notre devoir.

Justice

Tout peuple, aussi bon qu’il soit, possède sa boue, sa lie. Après

la guerre de Trente ans, il restait quatre millions de personnes en

Allemagne, notre peuple s’est formé à partir de cela en trois siècles,

et lui aussi possède sa boue. Elle n’est certainement pas plus importante

que chez les autres peuples. Elle est parfois très dangereuse

pour un peuple aussi haut placé que nous le sommes parce qu’elle

détonne particulièrement. On comprend son existence et on peut

l’expliquer. Au cours des siècles, toutes sortes de peuples et de races

venus d’Asie, de l’Est et de l’Ouest, ont traversé ce merveilleux pays

avec ses extraordinaires paysages, ce pays si beau, mais si mal placé

géographiquement, avec ses frontières ouvertes à l’Est et à l’Ouest.

L’énigme que sont l’hérédité et le jeu de l’amour provoquerons tou

17

jours au sein de notre peuple l’apparition de germes douteux qui

deviendront des hommes. Il ne faut pas que cela nous attriste. Les

lois d’hygiène raciale qui ont été édictées par l’État national-socialiste

amèneront un changement inouï dans l’avenir. Une grande

partie du sang douteux — la plupart du temps donc enclin à faire

des criminels et des êtres asociaux — n’aura plus la possibilité de se

perpétuer : il ne sera plus mis au monde. Nous devons cependant

bien voir que, de la boue de notre peuple et de la rencontre de ces

germes — ce à quoi la loi ne peut remédier — , certains spécimens

de sous-hommes continueront à voir le jour, aussi belles et aussi

riches d’avenir que soient les lois d’hygiène raciale national-socialiste,

et ce dans les siècles et les générations à venir.

Nous devons découvrir ceux qui auront manqué à leur devoir

et les exclure sans pitié, les remettre aux mains des juges et les dénoncer

publiquement. Toute organisation humaine a ses faiblesses

et ses imperfections. Il en sera toujours ainsi. Les organisations ne

se différencient les unes des autres que par leur attitude. L’armée

prussienne jusqu’à l’époque de l’empereur Guillaume Ier en est un

exemple frappant. C’était une grande armée dont le corps des officiers

avait une tenue admirable parce qu’il avait le fanatisme de la

propreté morale et de l’auto-épuration et parce qu’il chassait sans

merci tous ceux qui allaient à l’encontre de son code d’honneur.

Un peuple doit être capable d’exclure de la communauté et sans

aucune charité chrétienne les individus qui nuisent à cette communauté,

mais en même temps il doit respecter les convenances et ne

jamais torturer un homme. Il faut simplement arrêter ces individus

et les tenir à l’écart de tous.

A cette occasion, je me permets de dire en toute sincérité un

mot sur les camps de concentration. Je suis au courant de tous les

mensonges et de toutes les extravagances que l’étranger peut écrire,

raconter et colporter à ce sujet. Comme toute privation de liberté,

le camp de concentration présente assurément une peine dure et sévère.

Un travail rude qui fait surgir de nouvelles valeurs, un mode de

vie réglé, une constante propreté matérielle et corporelle, une nour

18

riture irréprochable, un traitement strict mais juste, le réapprentissage

du travail dont le détenu retire des capacités professionnelles :

telles sont les méthodes d’éducation. La devise placée au-dessus des

camps est la suivante : ‘‘ Il y a un chemin qui conduit à la liberté. Ses

étapes sont : obéissance, assiduité, honnêteté, ordre, propreté, lucidité, sens

du sacrifice et amour de la patrie ’’. Je trouve bizarre que ce soit surtout

les démocraties occidentales qui se préoccupent du problème des

camps allemands, alors que chez elles les camps de concentration

sont presque devenus une institution vénérable, avec comme seule

différence que l’on interne dans ces camps — contrairement à ce

qui se passe en Allemagne — des nationalistes épris de liberté. On

peut sans aucun doute affirmer au surplus que, dans beaucoup de

ces pays où les richesses naturelles sont aussi abondantes que les

chômeurs, ces derniers et un grand nombre de travailleurs n’ont pas

autant à manger que les criminels dans les camps de concentration

allemands.

La question juive a complètement changé en Europe. Le Führer

a dit dans un de ses discours au Reichstag : ‘‘ Si les juifs devaient machiner

une guerre visant à exterminer les peuples aryens, ce sont les juifs

qui seraient exterminés, pas les Aryens ’’. Le juif a émigré hors d’Allemagne,

il vit aujourd’hui dans l’Est et travaille à nos routes, à nos

lignes de chemin de fer etc. Ce processus a été mis en place de manière

logique, mais sans cruauté. Nous ne torturons personne, mais

nous savons que nous combattons pour notre existence même et

pour la survie de notre sang : le sang nordique. Aux termes de la loi

(avant 1933), il était impossible de s’emparer d’un sadique ou d’un

débauché qui violentait les enfants, s’il ne venait pas précisément

d’accomplir un tel crime. Quand les premiers cas se sont présentés

à moi, j’avais trente-quatre ans, j’étais alors chef de la Gestapo, un

tout jeune chef : je me suis mis à la place des parents et je me suis

dit : ‘‘ Que dirais-je si mon enfant, si ma fille avait été violentée par un

tel sous-homme, par un criminel de ce genre, si un tel malheur m’arrivait

?…. ’’ Dans la police, nous savions que dans les prisons et les

pénitenciers, tout les criminels discutaient entre eux ou projetaient

19

les crimes qu’ils accompliraient après leur libération — car ils ne

vivent que de leurs crimes — et je me suis dit : ‘‘ Ce n’est pas possible,

c’est insensé, et de toute façon je ne peux prendre la responsabilité de telles

choses. Un seul de ces précieux enfants allemands, un enfant pur, a plus de

valeur que vingt criminels. A partir du moment où je sais qu’un homme

est une fripouille, je dois l’incarcérer avant que l’enfant ne soit en danger,

avant qu’il ne devienne un grand ou un petit citoyen, un Allemand loyal,

et que sa vie ou ses biens ne soient menacés par un sadique ’’.

Je savais qu’il y avait dans la police beaucoup de gens déplaisants.

Je savais que jamais un homme d’honneur n’entrerait dans la

police si on ne lui redonnait pas son sens, si on ne lui rendait pas son

honneur. Dans ce cas, la police n’avait plus qu’à disparaître. Il en va

de même dans tous les domaines.

Société

A mon avis il y a une trop grande masculinisation de notre

vie : nous allons jusqu’à militariser des choses inimaginables : je le

dis très franchement, rien n’est aussi parfait que notre manière de

faire avancer les hommes en rang et de faire des paquetages. Mais

je trouve catastrophique de voir les filles et les femmes — les jeunes

filles surtout — circuler à travers le pays avec des paquetages parfaits.

Cela donne envie de vomir. Je trouve catastrophique de voir

les organisations féminines, les associations féminines, les communautés

féminines, s’occuper de choses qui détruisent le charme, la

dignité et la grâce de la femme. Nous autres hommes — je parle de

manière générale, cela ne nous concerne pas directement — nous

voulons, dans notre folie, faire de la femme un instrument de pensée

logique, nous lui apprenons tout ce qui est possible, je trouve cela

catastrophique, nous masculinisons les femmes de telle sorte qu’à

la longue la différence sexuelle, la polarité disparaissent. Dès lors, le

chemin qui mène à l’homosexualité n’est pas loin.

Je suis néanmoins convaincu que s’il s’agit de peser lequel est

le plus dangereux, de laisser ce vice se développer dans notre peuple

sans sévir en attendant que les homosexuels aient corrompu des

20

couches entières de notre jeunesse, ou de voir surgir des espions

ou des saboteurs dans ces milieux homosexuels, je considérerai le

premier péril comme le pire et je continuerai de traquer l’homosexualité.

Le flirt, que vous l’appeliez amitié ou liaison, est admis par la

société, l’enfant illégitime, et sa mère par conséquent, ne sont pas

reconnus par la société, je m’élève contre ce système et je crois que

nous nous élevons tous contre lui. Nous n’enterrons pas le mariage,

nous ne pensons pas à le faire : nous sommes suffisamment intelligents

pour savoir que la cellule de base d’un peuple n’est pas le

mariage en lui-même, mais le mariage dans la mesure où il produit

des enfants — je voulais le dire très nettement et corriger les idées

que l’on a à ce sujet. Qu’un couple vive avec l’accord des autorités

civiles et religieuses, ou non, ne changera rien à la perpétuation d’un

peuple. Cela ne représente pour ce couple qu’un avantage social,

dans la mesure où il est alors dans la légalité et mieux considéré

au point de vue social. Un mariage fécond est la cellule de base de

l’État. Nous le savons nous-mêmes et nous l’exigeons. Je crois qu’il

n’y a pas à s’étendre là-dessus : nous devons encourager les mariages

féconds, qui représentent la cellule de base de l’État et qui sont une

chose saine : personne ne doit y toucher, personne ne doit les mètres

en danger, personne ne doit y porter atteinte.

Nous avons d’autre part une certaine tendance à exclure autant

que possible les femmes des fêtes et des cérémonies. Les mêmes

viennent ensuite se plaindre de ce que les femmes restent parfois

fidèles à l’Église, ou bien de ce qu’elles ne sont pas gagnées à cent

pour cent à la cause nationale-socialiste. Ils n’ont pourtant pas à se

plaindre : ils traitent les femmes comme des êtres de second ordre et

les tiennent à l’écart de toute notre vie intérieure. Il ne faut donc pas

s’étonner qu’elles ne soient pas encore tout à fait gagnées à cette vie.

Nous devons bien voir que le mouvement, la conception du monde

national-socialiste, ne peuvent subsister que s’ils sont portés par les

femmes : car les hommes saisissent les choses avec leur entendement,

alors que la femme le saisit avec son cœur.

21

Depuis que notre Reich existe, son histoire et celle des peuples

allemands, avec l’éternel mouvement ascendant et descendant de

la vie, constituent un triste enseignement : grandeur et décadence,

force et puissance, faiblesse et déclin. C’est pourquoi nous ne pouvons

attendre, nous ne pouvons avoir la témérité de penser que dans

les siècles ou les millénaires à venir un autre Adolf Hitler surgira,

qui possédera la même grandeur, la même force et le même coeur

que lui. Et nous n’avons pas le droit de nous soustraire à la difficulté

et à la dureté de ce qui peut être fait aujourd’hui en disant :

‘‘ Ceux qui viendront après le feront ’’. C’est à nous de le faire, c’est à

nous que la victoire a été arrachée, c’est nous qui sommes responsables

de 1918, nous tous, jeunes ou vieux à l’époque, c’est nous

que les comités de soldats ont piétinés, c’est nos drapeaux qu’ils

ont déchirés, et c’est à nous de réparer les tort que nous avons subi.

Autrefois, l’étendard de la victoire nous a été arraché sans pitié, nous

menons aujourd’hui notre combat avec la même absence de pitié.

C’est dur et terriblement difficile pour les troupes qui doivent le

faire, mais elles doivent le faire et elles l’ont fait. Et je peux vous dire

une chose : moi, Reichsführer SS et fondateur de la SS, j’estime que

le fait qu’elles l’aient supporté sans que leur moralité ou leur âme en

soit atteinte a été la chose la plus dure, celle qui pèse le plus lourd

dans la balance.

Traditions

Le fait que la famille et le clan répondent de chacun de leurs

membres est une coutume allemande très ancienne. De la même

manière il est évident que le clan tout entier est honoré quand un de

ses membres s’est particulièrement distingué. Lorsqu’à la fin de la

guerre un soldat entrera en possession de son domaine héréditaire, ce

n’est pas seulement lui qui en bénéficiera, mais également sa femme,

ses enfants, et indirectement ses parents, et à travers les générations

tous ses descendants, aussi longtemps que la famille se perpétuera.

Un grand soldat méritant, décoré de la Croix de Chevalier, a la certitude

qu’après la guerre il recevra de l’État des honneurs particuliers

22

ainsi qu’une dotation : il a la certitude que s’il tombe, le Führer et

chef suprême accordera à sa veuve et à ses enfants la bienveillance

et la faveur particulière de l’État, bien au-delà de toute pension de

guerre. Inversement, il va de soit que si l’un d’eux est infidèle et que

le clan ne peut prouver qu’il l’a rejeté, on demandera des comptes à

ce même clan.

Nous voyons combien un peuple qui ne croit qu’en ses ancêtres

peut se montrer courageux : le Japon. Il est difficile de vaincre un tel

peuple. Il faut que dans les décennies que nous avons encore devant

nous, nous insufflions cette foi et cette force à notre peuple. C’est

pourquoi justement cette foi doit devenir un élément de vie de la SS.

Il est tout à fait indifférent à l’homme qui vit par hasard en

1936 d’avoir des enfants ou non. C’est une question de préférence

personnelle. L’un a un chien, l’autre a un enfant. Ou bien on a un

enfant pour pouvoir léguer à quelqu’un ce qu’on possède, ou bien

pour être soigné quand on sera vieux. Ce sont autant de motifs

égoïstes. Car il en sera toujours ainsi chez l’homme atomisé, chez

l’individu isolé. L’homme libéral est bien le péché mortel du libéralisme

et du christianisme. Ils ont exactement su comment détruire

le passé. Comment était l’homme du passé ? Il était inséré horizontalement

dans un ensemble naturellement constitué de clans, de

communautés villageoises, de régions ; verticalement, il était inséré

dans une longue chaîne dont-il représentait un maillon, soutenu par

la croyance que le clan le remettrait sans cesse au monde — vous

constaterez que chez nos ancêtres, le petit-fils recevait souvent le

nom de son grand-père — et c’est pourquoi l’on priait toujours le

ciel d’avoir un fils, pour ne pas renaître dans un clan étranger, sous

un autre nom.

On peut philosopher pendant des heures pour savoir si l’on renaît

ou pas. C’est un sujet dont on peut discuter pendant des heures.

Je dois dire qu’il y a autant d’arguments en faveur de cette croyance

qu’en faveur d’une autre. Elle est aussi difficile à démonter scientifiquement

que le christianisme, que la doctrine de Zarathoustra, que

celle de Confucius, etc.

23

Mais elle présente un grand avantage : un peuple qui croit à la

renaissance et qui honore ses ancêtres — et s’honore donc lui-même

— a toujours des enfants et vit donc éternellement.

Je ne peux en aucun cas admettre l’opinion du Prof. Dr. B. K.

Schultz. À mes yeux, elle est scientifiquement insoutenable. En effet,

si l’on suit son raisonnement qui consiste à dire qu’à la troisième

génération on ne peut plus compter qu’il reste un seul des chromosomes

provenant du Juif, on arriverait à prétendre que ceux des

autres ancêtres ont également disparu. Alors, je pose la question :

d’où l’homme tient-il son patrimoine génétique si à partir de la troisième

génération aucun chromosome de ses ancêtres ne subsiste ?

Je vous ai dit souvent déjà que les généalogies sont des paperasses

insensées si l’on n’en fait pas quelque chose de vivant : nous

devons inculquer à nos hommes et plus tard à nos enfants le respect

des ancêtres, du passé, et donc de la continuité vers le futur. De cette

manière seulement la généalogie acquiert son sens, elle nous fait

comprendre que nous avons chacun des ancêtres à qui nous devons

manifester notre respect. Elle nous fait également comprendre ceci :

aussi fiers que nous soyons, nous sommes insignifiants, car nous ne

sommes qu’un anneau, qu’un maillon d’une longue chaîne. Et elle

nous fait en même temps comprendre que nous sommes importants

et nécessaires, car si nous disparaissons, tout ce que nos ancêtres ont

fait devient inutile. Telle est la signification que j’attribue au culte

des ancêtres. Et je crois fermement qu’à partir du moment où il

vénérera ses ancêtres, un peuple résoudra le problème de savoir s’il a

suffisamment d’enfants ou non, sans qu’il soit besoin de prendre des

mesures sociales particulières.

Je ne me mêle pas de religion, je laisse à chacun le soin de résoudre

ce problème. Mais je n’ai jamais supporté aucun athée dans

les rangs de la SS. Chacun croit au fond de lui-même au Destin, au

Seigneur, à ce que nos ancêtres appelaient dans leur langue Waralda,

le Très Ancien, à quelque chose de plus fort que nous. Nous savons

très bien que les proverbes qui disent que l’homme domine la nature

ne sont que des proverbes prétentieux et stupides.

S’il venait à la nature l’idée de faire pleuvoir pendant huit ou

dix semaines, ou, disons, de faire neiger jusqu’à fin Juin de cette

année au lieu de Mars à Avril, nous ne parviendrions pas à nous

tirer d’une telle situation. Alors ce serait la fin de ce que dans notre

mégalomanie nous appelons culture, civilisation et niveau de vie :

‘‘L’Humanité affamée devrait lutter

purement et simplement pour survivre et

elle choisirait sans doute le moyen le plus simple ’’

étendard ns


AVIS AUX HONORABLES CENSEURS SIONISTES QUI LIRONT CE LIVRE

Apprenez que nous ne nous adressons qu’à la plèbe, les sans-voix, la masse puante des goym en puissance, qui ne croient plus en rien de ce que peut leur dire les diverses idoles politiques, toutes soumises à Mamon.

Réjouis-toi Juif, tu sembles avoir gagné ton pari de vouer la Nation Blanche à la disparition de sa race, de ses connaissances, de ses religions et de sa volonté à survivre en tuant le premier à naître dans le ventre de sa mère. Réjouis-toi, tu vas pouvoir devenir le Maître du monde ordonné selon les préceptes de ta folie thalmudique. Allumons les cierges et lâchons les démons. Que le sang des enfants innocents coule et abreuve l’azim !

Au fait qui après cela te faudra-t-il réduire en esclavage ? Qui ? Que feras-tu de ton tas d’or ? Saura-t-il te nourrir convenablement, toi qui rechigne à travailler la Terre pour en obtenir courageusement le lait et le miel, au lieu de le voler à l’Akum ?

Ancètres

Livre numérique: La croix gammée ,par Adrien Arcand,notre Führer québécois (1933)

LA CROIX GAMMÉE
ce qu’elle représente
La croix gammée symbolise la lutte contre le
destructeur de la race blanche.

 

La croix gammée telle qu'apparue au Québec ,en 1933.
La croix gammée telle qu’apparue au Québec ,en 1933.

Depuis leur dispersion les Juifs, répandus sur toute la terre,n’ont
jamais cessé de former un tout compact, fanatiquement uni en ce
qui concerne leurs intérêts nationaux. Ce sont les plus ardents des
nationalistes, leurs livres sacrés et profanes en font foi.
Qu’ils soient en Allemagne, en Angleterre, en France, aux
Etats-Unis, en Pologne ou au Canada, les Juifs restent
immuablement Juifs, à cause de ce profond nationalisme qui les
caractérise. Là où ils se trouvent, ils n’ont pas voulu devenir des
Allemands, des Anglais, des Français, des Américains ou des
Canadiens, alors que les vieilles races romaine, celtique, gauloise,
franque, etc., se sont fondues en groupes plus généralisés, plus
souples et plus civilisés. La marche du temps et le travail des
siècles ont raffiné et policé toutes les races, mais rien n’a pu altérer
la juiverie et le juivisme. Ils sont exactement aujourd’hui ce qu’ils
étaient au temps de Moïse, au temps du Christ et au temps de
Maïmonides, les agents, les apôtres, les propagateurs du
matérialisme.

Adrien Arcand sur une affiche électorale durant cette période historique.C'était particulièrement un nationaliste canadien par rapport à l'Empire Britannique et aux États-Unis d'Amérique.
Adrien Arcand sur une affiche électorale durant cette période historique.C’était particulièrement un nationaliste canadien par rapport à l’Empire Britannique et aux États-Unis d’Amérique.

Ceci s’explique parce que les Juifs, ne se considérant nulle part
dans leur patrie, ne trouvant dans aucun pays un foyer de
judaïsme, se sont confinés aux intérêts matériels des pays qui les
recevaient, sans vouloir en accepter les intérêts spirituels et
moraux. Si les Juifs subissent avec plus ou moins de loyauté le
drapeau qui les héberge, parce que ce n’est jamais leur drapeau,
ils se rangent tous unanimement sous la bannière de l’Etoile
de Sion, faite de deux triangles entrelacés. C’est le symbole
du nationalisme juif, leur emblème national, et ils l’affichent
dans tous les pays où ils se trouvent. Dans leur lutte pour la
domination du monde, les Juifs d’ Angleterre mettent de côté
le drapeau anglais, de même font les Juifs français en France,
de même, les Juifs canadiens au Canada, pour reconnaître au
dessus de tout et avant tout l’étendard sioniste. Seuls les sémites,
ou descendants de Sem, arborent ce drapeau; le symbole des
triangles entrelacés s’est même imposé chez certains Arabes.

Devant l’assaut des Juifs contre les races blanches ou
Japhétiques (issues de Japhet), celles-ci tendent à graduellement
se liguer dans un vaste mouvement défensif. Ce n’est
pas par suite de propagande allemande, mais parce que tous
ont conscience de la même attaque et ressentent le même danger,
que tous les pays tendent simultanément vers un antisémitisme
protecteur; c’est parce que chaque nation voit et constate ce que
l’on a vu en Allemagne. Aussi a-t-on le spectacle d’une immense
contraction, dans tous les pays de race blanche, pour se garer
contre un péril dont on ne peut plus nier l’existence. La
descendance de Japhet, dans un grand mouvement général et sous
certains aspects inconscient, se lève pour répondre à l’offensive de
la descendance de Sem.
Au-dessus de nos caractéristiques secondaires anglaise, française,
italienne, allemande ou autre, il y a une grande caractéristique
basique et fondamentale; nous sommes tous de race blanche. Si
nous avons chacun, suivant notre patrie, un drapeau national, nous
avons tous, en tant que membres de la race blanche, un emblème
commun qui la symbolise : la croix gammée ou swastika, dont
nous donnons la reproduction en page frontispice.
La croix gammée n’est pas un symbole hitlérien ni un
emblème national. C’est un étendard générique qui rassemble
sous son ombre tous les membres de la race indo-aryenne, à
laquelle les blancs appartiennent. Si ce signe est si
haineusement dénoncé par les Juifs, c’est parce que les sémites ne
peuvent pas s’en prévaloir. Le Juif peut se réclamer du drapeau
anglais, ou drapeau français, de n’importe quel symbole religieux
qu’il accepte, mais jamais et pour aucune considération il ne
pourra se mettre sous l’égide de la croix gammée, parce qu’aucune
puissance ne peut en faire un indo-aryen.

La plus récente étude scientifique faite sur les origines de la croix
gammée l’a été par le professeur  W.-Norman Brown, D.Ph., de
l’Université de Pennsylvanie, où il enseigne le sanscrit. Dans cette
étude (août 1933), le professeur Brown, qui est un anti-hitlérien,
affirme que la croix gammée a d’abord été employée dans les
régions « japhétiques » (vallée de l’Indus, Baloutchistan, Troie,
Suse, Chypre, Rhodes, Athènes) aussi lointainement que trois
mille ans avant l’ère chrétienne, comme l’attestent les découvertes
archéologiques; que cet emblème ne fut jamais employé par les
sémites, qu’on ne le trouve pas dans les antiquités de leurs
territoires. Depuis l’an 2,000 avant Jésus-Christ, le swastika fut
toujours employé avec profusion par tous les groupes de la race
indo-aryenne. Aujourd’hui, il forme un point de ralliement pour
tous les « japhétiques » [Blancs] assaillis par les sémites dans une
invasion et un combat non-sanguinaires, mais économiques,
politiques et dont les conséquences sont identiques à celles d’une
conquête armée.

Adrien Arcand  lors d'un rassemblement politique.
Adrien Arcand lors d’un rassemblement politique.

Que l’on discute tant que l’on voudra la pureté de telle section
indo-aryenne. il n’en reste pas moins que la race blanche est la
race blanche, que les descendants de Japhet n’ont rien de commun
avec les descendants de Sem, qu’ils diffèrent par des instincts
fondamentalement opposés, que les tendances spirituelles des
premiers ne pourront jamais s’allier aux tendances matérialistes
des autres.
Les fascistes antisémites de tous les pays ont adopté pour
emblème la croix gammée, symbole de leur race. Bien que le
fascisme soit énergiquement nationaliste, il trouve dans 1a
croix gammée la clef d’un internationalisme qui doit répondre
à l’internationalisme juif, puisque le combat engagé ne peut
être gagné autrement. De même, bien que les fascistes antisémites
soient positivement chrétiens, ils ne veulent pas traîner
dans la poussière du combat la croix chrétienne, symbole
religieux, parce qu’il ne s’agit pas d’une guerre religieuse.

Une belle représentation de la croix gammée.
Une belle représentation de la croix gammée.

La croix gammée est et restera le symbole de ralliement
de la race. blanche, dans son effort mondial pour se dégager
de la domination économique et politique des Juifs. Comme
les Juifs s’inspirent de leur Etoile de Sion, l’affichent, en font
un mot d’ordre au sein de leur race, il faut que les « japhétiques »
arborent sans crainte leur swastika, s’en inspirent, s’en fassent un
mot d’ordre, afin que les peuples de race blanche cessent de
s’entre-déchirer, de se craindre, de se laisser diviser par les Juifs,
afin qu’ils puissent se comprendre, s’entendre et, écoutant la voix,
de leur sang et leurs instincts communs, parviennent à la véritable
paix mondiale. Que partout flotte fièrement et victorieusement la
croix gammée !

Adrien Arcand,1933

 

 

Ré-écrire l’histoire:Adolph Hitler ,théoricien de la guerre du futur …et visionnaire du 11 septembre 2001

Extrait des notes d’un journaliste nazi prises un an avant la prise du pouvoir par le Fuhrer.Les personnes ayant assisté à l’entrevue avec le journaliste sont deux jeunes membres des S.A. de Bavière et le gauliter de Dantzig,Albert Forster,lui-même accompagné de Linsmayer, le jeune fuhrer  des S.A. de Dantzig,…sans oublier Rudolph Hess ,sans qui ces notes seraient probablement disparues à jamais.Ces jeunes personnes sont fascinées et en extase devant la présence imposante du « Guide du Peuple Allemand »!

Photo du Fuhrer Adolph Hitler  prise en 1932...durant la campagne électorale.Nous le voyons ici en compagnie d'un industriel allemand et du  baron de l'acier ,Fritz Thyssen qui servira d'intermédiaire entre des industriels américains et le Reich allemand (dont Howard Bush ,le grand-père de George Walter Bush).
Photo du Fuhrer Adolph Hitler prise en 1932…durant la campagne électorale.Nous le voyons ici en compagnie d’un industriel allemand et du baron de l’acier ,Fritz Thyssen (à droite)  qui servira d’intermédiaire entre des industriels américains et le Reich allemand (dont Howard Bush ,le grand-père de George Walter Bush).

La guerre du futur

 

La conversation se poursuivit encore sur certains détails de la future guerre des gaz et des microbes. Nous nous trouvions chez Hitler, dans la véranda exiguë de la villa Wachenfeld, sur l’0bersalzberg. Le chien loup d’Hitler, une bête magnifique, était couché aux pieds de son maître. Les pics des montagnes brillaient de l’autre côté de la vallée, couronnant une pente de riantes prairies. C’était par une féerique matinée d’août, baignée de la lumière un peu crue, annonciatrice de l’automne, qui se renouvelle constamment dans les montagnes bavaroises. Hitler fredonnait un air d’un opéra de Wagner. Il me parut distrait, versatile. Loquace au début, il sombra presque aussitôt dans un silence renfrogné. C’était, il faut le rappeler, l’époque où le national-socialisme approchait de sa crise la plus grave. Le parti se trouvait alors dans une situation presque désespérée, ce qui n’empêchait pas que dans chaque parole du Führer, on sentît l’accent de la conviction absolue d’arriver bientôt au pouvoir et de conduire le peuple allemand vers un destin nouveau. Nous parlions de la guerre, de son issue et du tour tragique qu’avaient pris en 1918 toutes les victoires allemandes.

 

Le Führer en compagnie du magnifique chien-loup que nous parlons dans cet article.
Le Führer en compagnie du magnifique chien-loup que nous parlons dans cet article.

– « Nous ne capitulerons jamais, s’écria Hitler. Nous succomberons peut-être, mais nous entraînerons un monde dans notre chute… » Il fredonna quelques mesures caractéristiques du Crépuscule des Dieux. Notre jeune ami des S.A. rompit le silence en suggérant que c’était la supériorité du matériel ennemi qui avait été la cause de l’issue. malheureuse de la guerre, ce à quoi Hitler répliqua : « Là décision d’une guerre ne dépend pas du matériel, .elle dépend toujours des hommes. « 

En 1932,les SA formaient l'ossature du parti nazi.Cette photo de 1932 nous montre le Führer en uniforme SA. C'était avant la nuit des Longs Couteaux.
En 1932,les SA formaient l’ossature du parti nazi.Cette photo de 1932 nous montre le Führer en uniforme SA.
C’était avant la nuit des Longs Couteaux.

– « Pourtant, les découvertes nouvelles et la supériorité des armements décident du sort de peuples entiers et de classes sociales. Et n’est-ce pas cela que vous entendiez, mon Führer, quand vous disiez, il y a un instant, que la guerre future revêtirait un aspect totalement différent de celui de la dernière guerre. Les nouvelles armes, les inventions techniques modifieront totalement la conduite de la guerre. Elles bouleverseront toute la stratégie d’autrefois. Aujourd’hui, l’Allemagne a la supériorité des armes et des découvertes techniques, « 

–  » Non, la stratégie ne varie pas, en tous cas pas du fait des découvertes techniques. C’est une erreur absolue. »

Hitler s’anima. « Dites-moi quelles modifications ont eu lieu depuis la bataille de Cannes, L’invention des armes à feu, au moyen âge, qu’a-t-elle donc changé aux, lois de la stratégie ? » Je reste sceptique en ce qui concerne la valeur des découvertes techniques. Quelle est l’invention qui, jusqu’à présent, a pu révolutionner les lois de la conduite de la guerre d’une manière durable ? Chaque invention est elle-même suivie presque immédiatement d’une autre, qui neutralise les effets de la précédente. Certes, la technique des armements progresse continuellement, et il est certain qu’elle innovera encore beaucoup avant d’avoir atteint la perfection absolue en matière de puissance destructive. Mais tout cela ne confère qu’une supériorité momentanée. ». Rudolph Hess, le secrétaire privé d’Hitler à cette époque, s’était tenu à l’écart au début de la conversation, Il intervint à ce moment :

– « Ces Messieurs ne semblent pas très bien comprendre la façon dont l’Allemagne, étant donné la faible valeur des nouveautés techniques pour la conduite de la guerre, pourrait échapper à l’inéluctable nécessité d’une nouvelle guerre de positions, qui durera plusieurs années

– « Et qui dit que je songe à faire une guerre comme celle qu’ont entreprise les insensés de 1914 ? Est-ce que tous nos efforts ne tendent pas, au contraire, à l’éviter ? La majorité des hommes manque décidément d’imagination. » Le visage d’Hitler se contracta en une grimace méprisante. « Ils sont tout juste capables de se représenter l’avenir d’après leur pauvre petite expérience personnelle. Ils n’entrevoient ni le nouveau, ni le surprenant. Les généraux ont le cerveau aussi stérile que les autres. Ils restent encroûtés dans leur technique professionnelle. C’est toujours ailleurs que dans les milieux de techniciens qu’on rencontre le génie créateur, Moi, j’ai le don de simplifier et de ramener les problèmes à leur donnée essentielle. On a voulu faire de la guerre une science hermétique et c’est pourquoi on l’a entourée d’un appareil solennel. Comme si la guerre n’était pas la chose la plus naturelle du monde. Elle est de tous les temps et de tous les lieux, elle est quotidienne, elle n’a pas de commencement, pas plus qu’il n’y a jamais de paix. La vie est une guerre, chaque lutte que nous menons est une guerre, la guerre c’est l’état naturel de l’homme. Retournons en arrière, remontons, si vous voulez, jusqu’à l’époque de l’homme non civilisé. Qu’est donc la guerre sinon ruse, tromperie, stratagèmes, attaque et surprise ? Les hommes n’ont commencé à s’entretuer qu’à partir du moment où ils ne pouvaient plus faire autrement. Les marchands, les brigands, les guerriers… A l’origine, tout cela ne faisait qu’un. Mais il existe une stratégie plus haute, une guerre employant des moyens d’un ordre plus spirituel(1). Que cherche-t-on à obtenir à la guerre, Forster ? La capitulation de l’adversaire. Dès l’instant où l’ennemi capitule, je sais que je puis l’anéantir complètement. Pourquoi, dans ces conditions, chercherais-je à le démoraliser militairement, si je puis obtenir un résultat identique par des moyens moins onéreux et plus sûrs ? « 

…Hitler nous exposa ensuite les grandes lignes de sa guerre à lui, telle qu’il devait maintes fois la mettre en pratique par là suite. Mais à cette époque, ce n’était encore qu’une vision insolite et manquait quelque peu de clarté. Cependant on sentait qu’il s’était longuement occupé de ces questions et à fond, qu’il avait la conviction d’être un nouveau grand stratège, une sorte de futur « Seigneur de la Guerre », dans un sens jusqu’alors inconnu.

 

Rudolph Hess que nous parlons dans cet article.
Rudolph Hess que nous parlons dans cet article.

– « Si je fais la guerre, Forster, j’introduirai peut être en pleine paix, des troupes dans Paris. Elles porteront des uniformes français. Elles marcheront, au grand jour, dans les rues où personne n’aura même l’idée de les arrêter. J’ai tout prévu dans le moindre détail. Elles marcheront sur le siège de l’État-major, elles occuperont les Ministères, le Parlement. En quelques minutes, la France, la Pologne, l’Autriche, la Tchécoslovaquie seront privées de leurs dirigeants. Les armées décapitées de leurs états-majors, tous les gouvernants liquidés, il régnera une confusion inouïe. Mais je serais depuis longtemps en relation avec des hommes qui formeront un nouveau gouvernement, un gouvernement à ma convenance. De tels hommes, nous en trouverons partout. Nous n’aurons même pas besoin de les acheter. Ils viendront nous trouver d’eux-mêmes, poussés par l’ambition, par l’aveuglement, par la discorde partisane et par l’orgueil. Et la paix elle sera signée avant même que les hostilités aient éclaté. Je vous en donne l’assurance, Messieurs, c’est toujours l’impossible qui réussit et c’est le plus invraisemblable qui est le plus certain. Nous trouverons assez de volontaires, assez d’hommes comme nos S.A., silencieux et prêts à tous les sacrifices. Nous leur ferons franchir la frontière dès le temps de paix, par petits groupes, et tout .le monde s’imaginera que ce seront de pacifiques voyageurs. Aujourd’hui, Messieurs, vous ne me croyez pas, pourtant je ferai comme je vous le dis, je les introduirai section par section. Peut-être atterrirons-nous sur les champs d’aviation car nous serons en mesure, à ce moment, de transporter par air, non seulement des hommes, mais encore des armes, et il n’y aura pas de ligne Maginot pour nous arrêter. Notre stratégie, Forster, consistera à détruire l’ennemi par l’intérieur, à l’obliger à se vaincre lui même(2).

 

– « Qu’en dites-vous ? Me demanda Forster à mi voix. Il y a quelques semaines, il a développé devant les généraux qui commandent en Prusse Orientale, un plan entièrement nouveau pour la défense de cette région contre une attaque éventuelle des Polonais. Et les généraux l’ont adopté. Hitler est un génie, c’est un spécialiste universel… »

 

 

(…plus loin dans la conversation:)

 

Ce fut Hitler qui renoua l’entretien : « Bien entendu, nous dominerons en matière d’aviation. L’arme aérienne offre d’innombrables possibilités. Notre supériorité sur tous les autres sera écrasante. Dans ce domaine, nous n’avons qu’un seul concurrent sérieux à redouter : les Anglais. Les Slaves eux, ne comprendront jamais rien à la guerre aérienne, c’est une arme virile, une forme germanique du combat. Je ferai construire la plus grande flotte aérienne du monde. Nous aurons les pilotes les plus intrépides. Évidemment, nous aurons aussi une forte armée de terre. »

– « Établirez-vous le service militaire obligatoire ? » demanda Linsmayer.

–  » Certainement. J’établirai même l’obligation généralisée du travail auprès de laquelle la Hilfsdienstpflicht de Hindenburg n’existe pas. Il nous faut des armées, non seulement des formations spécialisées de haute qualité, mais encore des armées de masses. Mais nous ne les ferons pas intervenir comme en 1914. Ce que la préparation d’artillerie représentait à cette époque pour l’attaque d’infanterie, dans la guerre des tranchées, sera remplacé dans l’avenir par la dislocation psychologique de l’adversaire au moyen de la propagande révolutionnaire, et ce, avant même que les armées entrent en jeu. Il est indispensable que la nation ennemie soit démoralisée, qu’elle soit préparée à capituler, qu’elle soit moralement contrainte à la passivité avant même que l’on songe à une action militaire. Obtiendrons-nous la défaite morale de l’adversaire avant la guerre ? Voilà la question qui m’intéresse. Celui qui a fait la guerre au front ne peut vouloir de nouveaux sacrifices sanglants, s’il est possible de les éviter. Tous les moyens permettant d’épargner le précieux sang allemand, seront bons. Nous n’hésiterons pas à fomenter des révolutions chez l’ennemi. Rappelez-vous Sir Roger Casement et les Irlandais, pendant la guerre mondiale. Partout, en plein pays ennemi, nous aurons des amis qui nous aideront, nous saurons nous les procurer. La confusion des sentiments, les conflits moraux, l’indécision, la panique, voilà quelles seront nos armes. » Hitler se tourna de mon côté: « Vous connaissez, n’est-ce pas, l’histoire des révolutions ? C’est toujours la même chose. Les classes dirigeantes capitulent. Pourquoi ? « Par défaitisme, parce qu’elles n’ont plus aucune volonté. Les enseignements de la révolution, voilà tout le secret de la stratégie nouvelle. Je l’ai appris, des bolcheviks et n’ai pas honte de le dire, car c’est toujours de ses ennemis qu’on apprend le plus. Connaissez-vous la théorie du coup d’État ? Étudiez-la, et vous saurez alors ce que vous aurez à faire. »

– « Jamais je ne commencerai une guerre sans avoir auparavant la certitude que mon adversaire démoralisé succombera sous le premier choc. » Le regard d’Hitler devint fixe, sa voix s’enfla. « Quand l’ennemi est démoralisé à l’intérieur, quand il est au bord de la révolution, quand les troubles sociaux menacent d’éclater, alors, le moment est arrivé, et un seul coup doit l’anéantir. Des attaques aériennes massives, des coups. de main, des actes de terrorisme, le sabotage, des attentats perpétrés à l’intérieur, l’assassinat des dirigeants, des attaques écrasantes sur tous les points faibles de la défense adverse, assénées comme des coups de marteau, simultanément, sans se soucier des réserves ni des pertes, telle est la guerre future. Un martelage gigantesque et qui broie tout, je ne vois que cela et je ne pense pas à la suite… Je ne jouerai pas au soldat et je ne m’en laisserai pas imposer par les stratèges. La guerre, c’est moi qui la mènerai. Le moment favorable à l’attaque, c’est moi qui le déterminerai. Ce moment, le plus favorable de tous, je l’attendrai, avec une détermination de fer et je ne le laisserai pas échapper. Je mettrai toute mon énergie à le provoquer. Ceci sera ma tâche. Et lorsque j’aurai réussi, j’aurai le droit d’envoyer la jeunesse à la mort, car, alors j’aurai épargné autant de vies humaines qu’il aura été possible de le faire. Messieurs, nous ne nous amuserons pas à jouer aux héros. Ce que nous voulons, c’est anéantir l’adversaire. Les généraux, malgré les enseignements de la guerre passée, veulent continuer à se comporter comme des chevaliers d’autrefois. Ils se croient obligés de conduire les guerres comme des tournois du moyen âge. Je n’ai que faire de chevaliers.

Ce qu’il me faut, ce sont des révolutions. J’ai fait, de la doctrine de la révolution, la base de ma politique. ».

Hitler s’arrêta quelques instants : « Je ne reculerai devant rien. Il n’y a pas de droit international, il n’y a pas de traité qui m’empêchera de profiter d’un avantage lorsqu’il se présentera. La prochaine guerre sera terriblement sanglante et cruelle. Mais la guerre la plus cruelle, celle qui ne fait aucune différence entre les militaires et les civils, sera aussi la guerre la plus douce, parce qu’elle sera la plus courte. En même temps que nous interviendrons avec toutes nos armes, nous démoraliserons l’adversaire par la guerre des nerfs. Nous provoquerons une révolution en France. J’en suis aussi sûr. que je suis sûr que cette-fois-ci, il n’en éclatera pas en Allemagne, Vous pouvez m’en croire. J’entrerai chez les Français en libérateur. Nous nous présenterons au petit bourgeois français comme les champions d’un ordre social équitable et d’une paix éternelle. Ces gens-là ne veulent plus rien savoir de la guerre et de la grandeur. Mais moi, je veux la guerre, et tous les moyens me seront bons. Évitez surtout de provoquer l’ennemi! ce n’est pas là ma devise. Ce que je veux, c’est l’anéantir par tous les moyens. La guerre sera ce que je veux qu’elle soit. La guerre, c’est moi ! « 

 

(notes du rédacteur nazi sur le magnétisme du Fuhrer:)

 

Le magnétisme personnel est un phénomène tout à fait particulier. J’ai éprouvé sur moi et sur d’autres que s’y laisse prendre uniquement celui qui le veut bien. J’ai remarqué qu’Hitler produisait la plus forte impression sur des personnes facilement influençables et chez qui l’élément féminin domine, ou encore sur des gens portés au byzantinisme et au culte de l’individu, soit par suite de leur éducation, soit à cause de leur position sociale.

 

 

 

Le 27 février 1933, à Berlin, le Reichstag prend feu.

 

Le 27 février 1933, à Berlin, le Reichstag prend feu. Dans l'immeuble du Parlement allemand, la police se saisit d'un Hollandais communiste à moitié fou, Marinus van der Lubbe. Il sera considéré comme responsable de l'incendie et exécuté.Georges W. Bush s'inspirera de l'événement en désignant Osama Ben Laden ,comme bouc émissaire et les musulmans,comme ennemis de la démocratie!
Le 27 février 1933, à Berlin, le Reichstag prend feu. Dans l’immeuble du Parlement allemand, la police se saisit d’un Hollandais communiste à moitié fou, Marinus van der Lubbe. Il sera considéré comme responsable de l’incendie et exécuté.Georges W. Bush s’inspirera de l’événement en désignant Osama Ben Laden ,comme bouc émissaire et les musulmans,comme ennemis de la démocratie!

Lorsqu’il accepte le poste de chancelier du Reich, le 30 janvier 1933, Adolf Hitler exige que de nouvelles élections législatives soient organisées, afin de renforcer le poids du parti nazi : celui-ci ne dispose que de deux ministres au sein du gouvernement2,N 1 et le résultat desélections législatives de novembre 1932 a confirmé la chute du vote en faveur des nazis par rapport au deuxième tour de l’élection présidentielle du 10 avril 1932 ou aux élections législatives de juillet 1932. Le 1er février, le président du Reich, Paul von Hindenburg signe le décret de dissolution des chambres, qui fixe la date des élections au 5 mars.

La campagne électorale se déroule dans un climat d’intimidation. Utilisant les nouveaux pouvoirs dont il dispose en tant que chancelier, Hitler fait cesser la parution de journaux qui critiquent le gouvernement et les rassemblements publics sont prohibés dans plusieurs localités par les autorités ; les membres de la SA perturbent les réunions des adversaires politiques des nazis et passent à tabac nombre d’opposants. Cette « brutalisation » de la campagne électorale est favorisée par le décret présidentiel du 4 février 1933 pour la protection du peuple allemand qui donne pleins pouvoirs au gouvernement pour interdire réunions et publications, et qui est largement utilisé par Hitler contre les communistes, les socialistes et les membres du Zentrum ; elle est également facilitée par la décision d’Hermann Göring, en tant que ministre de l’Intérieur de Prusse, de recruter 50 000 membres de la SA, de la SS et du Stahlhem comme auxiliaires de police, ce qui leur assure une totale impunité.

Disque 78 tours sur lequel était enregistré un des meilleurs discours  du Führer durant la campagne électorale de 1932. Cet enregistrement permit énormément au Parti nazi de se populariser en Allemagne.
Disque 78 tours sur lequel était enregistré un des meilleurs discours du Führer durant la campagne électorale de 1932.
Cet enregistrement permit énormément au Parti nazi de se populariser en Allemagne.

Une intense campagne de propagande, soutenue par un apport de fonds considérable venant des milieux industriels, est orchestrée par Joseph Goebbels. Un de ses points culminants est le discours prononcé par Hitler au palais des sports de Berlin, le 10 février, devant une foule immense et enthousiaste, discours rediffusé à travers toute l’Allemagne par la radio.

Le 27 février 1933, vers 21h15, un étudiant en théologie passant devant le Reichstag entend le bruit d’une vitre brisée. Il alerte le gardien du parlement qui aperçoit une silhouette courant à l’intérieur du bâtiment en y boutant le feu. Les pompiers et la police arrivent rapidement sur les lieux où ils constatent de nombreux départs de feu. « Dans la salle Bismarck, située au nord de l’édifice, un homme jaillit soudain, torse nu, ruisselant de sueur, l’air égaré, avec un regard halluciné. ».

Marinius van der Lubbe:l'accusé principal...juif,socialiste et homosexuel en plus!Que demander de plus?
Marinius van der Lubbe:l’accusé principal…juif,socialiste et homosexuel en plus!Que demander de plus?

« Les nazis utilisèrent pour la première fois l’homophobie populaire lors de l’incendie du Reichstag en accusant van der Lubbe, un fragile jeune homme manipulable, d’être un sympathisant communiste mais aussi, on l’a moins lu à l’heure de la récente ouverture du Reichstag, d’être homosexuel. Lequel Reichstag, s’il n’eut été incendié, aurait, comme l’indiquait son calendrier parlementaire, eu à débattre quelques mois plus tard de l’abrogation de cette loi homophobe, le paragraphe 175, héritée du code prussien, elle qui avait été effacée au milieu du xixe siècle par le code Napoléon qui avait aboli toute condamnation pénale pour sodomie. Cette double accusation de la chancellerie nazie – imaginez : un incendiaire du parlement à la fois communiste et homosexuel – permit, par une sorte de « tétanisation » de l’indignation populaire ainsi interloquée, rumeurs comprises, de faciliter la suspension des libertés publiques, des syndicats, des associations et des partis politiques. »

Erich Muhsam,arrêté quelques heures après l'incendie du Reichstag!Un accusé parfait pour un procès!
Erich Muhsam,arrêté quelques heures après l’incendie du Reichstag!Un accusé parfait pour un procès!

 

L’affaire est enclenchée et la chasse aux juifs va commencer!

 

Plus de 68 ans plus tard,un certain Georges W. Bush s’en souviendra,mais cette fois-çi on chassera le musulman avec l’aide des sionistes!

 

L’incendie du Reichstag sera médiatisée fortement par les journeaux…et les procès!La propagande bien orchestrée contre les juifs  bolchéviques aura un grand succès,tout comme celle de Bush ,contre les musulmans!

Le 11 septembre 2001, pour la première fois, un attentat majeur est montré en direct à la télévision. Quand l’avion s’encastre dans la deuxième tour, il est même filmé sous six angles différents. Dans les quelques heures qui suivent les attaques terroristes, un nombre astronomique d’images tragiques et spectaculaires ont été produites, par des amateurs comme par des professionnels, marquant un tournant dans l’histoire de la production et de la diffusion des images de propagande.

Les gens,tels un troupeau de moutons ,vont arrêter de réfléchir et subir le stress de l’horreur en direct!Personne,à ce moment-là,ne va se poser de questions sur le pourquoi et le comment de l’écrasement des 2 tours et du fameux WTC-7!

On ne retrouvera aucun morceau de cadavres,ni d’avion en Pennsylvanie,sur le lieu du crash du vol 93,mais personne ne se posera de questions!Les Tours Nord et Sud du World Trade Center sont les premières tours érigées en acier structurel à s’écrouler après quelques minutes d’incendie,…mais personne ne se pose de question,à ce moment-là!

Conséquences de l’incendie du Reichstag

Les lois de Nuremberg.
Les lois de Nuremberg.

Le 15 septembre 1935, la loi civile du Reich et la loi « pour la protection du sang et de l’honneur allemand » interdisent les unions et les relations sexuelles entre Juifs et « non-Juifs », « génératrices de souillures ». 

Les Juifs sont privés de leur citoyenneté et deviennent des sujets de statut inférieur, auxquels il est même interdit de « pavoiser aux couleurs nationales allemandes. » Parallèlement, le décret d’application du 14 novembre 1935 définit qui est juif : « est juif celui qui est issu d’au moins trois grands-parents juifs ; est juif celui qui appartient à la communauté religieuse juive. » Le critère racial et l’appartenance religieuse sont donc l’un et l’autre pris en compte. Des ordonnances d’application, des dispositions relatives au cas desMischlinge (métis) ou demi-Juifs, suivent quelques semaines plus tard. Ces lois déclenchent une série de dénonciations(3) : dans la seule ville de Hambourg, environ 5 000 personnes sont arrêtées puis interrogées tandis que 1 150 procédures d’instruction sont ouvertes. Après avoir purgé une peine pour infraction à la loi sur la protection du sang, ces personnes sont généralement internées dans des camps de concentration.

 

 

 

Pensez aux conséquences du Complot du 11 septembre 2001!Imaginez le futur de nos enfants vivant dans pareils mensonges!

Nous sommes devenus La Planète des Singes!

Étrange,mais lisez bien  ce qui a été écrit là-dessus…et la date!

 

« Quel était à Berlin, le 27 février au soir, l’homme qui détenait les clés du Reichstag?

Quel était l’homme qui en commandait la police?

Quel était l’homme qui pouvait en activer ou en arrêter la surveillance?

Quel était l’homme qui détenait la clé du souterrain par lequel on semble avoir pénétré?

Cet homme, c’était à la fois le ministre de l’Intérieur de Prusse et le président du Reichstag : c’était Hermann Göring »

— M. de Moro-Giafferi, Londres, 11 septembre 1933.

______________________________________________

(1)Retenez bien ce mot:…spirituel,car il a toute sa signification ,ici!

(2)Intéressante cette phrase;diviser de l’intérieur un pays,pour mieux l’anéantir,avec de dévoués collaborateurs…de l’intérieur!

(3) Récemment le Canada en 2011,par la bouche de son ministre de l’immigration,annonçait qu’il va encourager les dénonciations pour arrêter ou freiner l’immigration illégale!

En 1941,un chien dressé faisait enrager la Gestapo

Le gouvernement  de l’Allemagne était tellement en colère au sujet d’un chien dressé pour imiter le Fûhrer Adolph  Hitler qu’il a commencé une campagne obsessionnelle contre son propriétaire finlandais, selon des documents récemment découverts dans les archives allemandes.

Le célèbre chien de Finlande qui défia les officiers nazi.
Le célèbre chien de Finlande qui défia les officiers nazi.

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale , ministère des Affaires étrangères à Berlin a commandé ses diplomates dans le pays nazi -friendly pour recueillir des preuves sur le chien et son propriétaire .

Le chien , Jackie , était un chien appartenant à Tor Borg , un homme d’affaires de la ville finlandaise de Tampere . La femme  de Borg,Joséphine , une citoyenne  allemande  avec des sentiments anti- nazis , avait surnommé le chien Hitler en raison de la façon dont il  portait  sa patte en l’air , tout comme le salut nazi , selon les documents récemment retrouvé parmi une des recherches les plus intensives  entreprises  au bureau allemand des Affaires étrangères ,parmi les archives politiques du Troisième Reich .


UNE AFFAIRE DE PROPAGANDE ET D’IMAGE

Le 29 Janvier 1941, le vice-consul allemand Willy Erkelenz, à Helsinki ,a écrit qu ‘«un témoin, qui ne veut pas être nommé, a déclaré … qu’il a vu et entendu comment le chien de Borg a réagi à la commande  » Hitler  » en levant sa patte . « 

Borg , qui est mort en 1959 âgé de 60 ans , a été condamné à l’ambassade d’Allemagne à Helsinki et interrogé sur les habitudes de vœux inhabituelles de son chien .

Il a nié n’avoir  jamais appelé le chien par le nom du Fûhrer  allemand , mais a admis que sa femme a appelé le chien « Hitler » . Il avait  tenté ,à l’époque ,de minimiser les accusations , affirmant que la commande de lever  la patte comme un salue nazi  n’était  seulement arrivé que quelquefois  quelques temps en 1933 – peu de temps après l’arrivée d’Hitler au pouvoir .

Cette étrange histoire a été révélée par un chercheur du bureau des Affaires étrangères allemand, Klaus Hilldebrand, auteur de différents livres sur l’époque nazie. Selon lui, le vice-consul allemand à Helinski, Willy Erkelenz, avait écrit pendant la Seconde Guerre mondiale à Berlin en parlant d’« un témoin, qui ne veut pas être nommé, qui dit avoir entendu et vu le chien de Borg lever sa patte à l’ordre “Hitler” ».

Tor Borg était un patron finlandais, maître du chien Jackie. Il fut convoqué à l’ambassade et interrogé sur les habitudes de son animal. Il nia que le nom du chien soit Hitler (c’est ainsi que sa femme, une Allemande connue pour ses sentiments antinazis, l’avait renommé), expliquant que le lever de patte ne s’était produit que quelques fois, des années auparavant, sans aucun lien avec le salut nazi. Le consul, n’étant pas convaincu, écrira dans son rapport à Berlin : « Borg, malgré ses affirmations, ne dit pas la vérité. »Ce sont ces papiers qui seront redécouvert ,ainsi que la photo de mon article.

Les Allemands auraient même pensé à lancer une campagne pour ruiner les affaires de Borg, avant de se raviser. La chancellerie d’Hitler décidera finalement que cela n’en valait pas la peine.
Les différents ministères qui ont été impliqués dans le scandale de chien – le Foreign Office , le ministère de l’Economie et même de la Chancellerie d’Hitler – méticuleusement déclaré tous leurs conclusions sur le chien .

Le ministère de l’Economie a annoncé que le conglomérat chimique allemand IG Farben , qui avait fourni le commerce de gros de produits pharmaceutiques Borg , a proposé d’éliminer son entreprise en mettant fin à leur coopération avec lui .

Sur la base de tout ce soutien , le  Ministère des Affaires Étrangères était déjà à la recherche des moyens d’apporter Borg à un procès pour outrage à Hitler , mais à la fin , aucun des témoins potentiels étaient prêts à répéter leurs accusations devant un juge .

Le 21 Mars 1941, le Ministère des Affaires Étrangères  a demandé à la Chancellerie si des accusations contre Borg à la presse et cinq jours plus tard ils répondu que « considérant que les circonstances ne pouvaient être résolus complètement , il n’est pas nécessaire de porter des accusations .  »

 

 

 

La Conspiration nazi: Histoire de la Croix Gammée … et de la Croix de Puissance

Depuis plus de 6,000 ans.
Depuis plus de 6,000 ans.

Suite à la lecture de nombreux documents trouvés sur le net ,dont certains  proviennent des archives allemandes,je me suis permis cette étude sur la Croix Gammée.Vous verrez qu’elle fait partie intégrante de l’histoire des peuples nordiques et aryens.

On retrouve la croix gammée (ou swatiska)depuis  plus de 6,000 ans , en Europe et Asie,plus rare en Afrique et Amérique du sud.
Le symbole,après la période et le lieu a les sens différentes.
Le mot « swastika » vient du sanskrit,la langue classique des brahmanes dans l’hindouisme,et veut
exprimer « qui porte bonheur » ou « c’est bien ».

Mozaïque
Mosaïque au palais de la porte doré a Paris,l’ancien musée des colonies.
En français,la « croix gammée » vient du latin « crux gammata » ou plus précisément  « Gammadion »,car les
quatre branches de la croix ressemblent aux quatre lettres grecques « Gamma » inverses.

Swatiska 001Comme la swastika peut avoir deux sens de rotation,elle reflète  la dualité,comme le Jing et le Jang.
En Inde depuis 5.000 ans la swastika avec les angles vers la droit sur fond rouge est le symbole
du soleil,du jour,de la vie,contrairement au « sauastika » avec les angles vers la gauche sur fond
bleu,qui est le symbole de la mort et du malheur.
Au  Japon,elle est le signe pour 10.000.Elle est le signe de la transmission de  la « nature de Bouddha ».
Sur les cartes et les plans actuels japonais ,elle désigne l’emplacement des temples bouddhistes.
Elle se trouve dans les armoires des villes et familles nobles.
En Chine elle pressente aussi le  chiffre 10.000 qui est en même  temps synonyme de  l' »infinie ».
Sur les emballages de nourriture,elle désigne la fabrication végétarienne.
Au  Tibet,elle est le signe pour résistance et solidité.

En Grèce elle est connue depuis 3.500 avant JC.Depuis Alexandre le Grand,elle est représente sur les casques militaires.La swastika en grec se appelle "Gammadion
En Grèce elle est connue depuis 3.500 avant JC.Depuis Alexandre le Grand,elle est représente
sur les casques militaires.La swastika en grec se appelle « Gammadion
Connue en Europe depuis le temps de bronze.Les germains connaissant la swastika depuis le quatrième siècle.La swastika sur les poteries germaniques est adopte par le mouvement voelkisch vers 1900. Le mouvement voelkisch,d'origine bourgeoise protestante,est anti sémite,anti slave et anti cléricale.Elle recherche une culture allemande pure,une culture qui n'est pas mélange avec les autres cultures.Pour cette raisons ils rejettent le christianisme et prônent un retour vers les croyances germaniques.
Connue en Europe depuis le temps de bronze.Les germains connaissant la swastika depuis le
quatrième siècle.La swastika sur les poteries germaniques est adopte par le mouvement voelkisch
vers 1900.
Le mouvement voelkisch,d’origine bourgeoise protestante,est anti sémite,anti slave et anti clérical.Il recherche une culture allemande pure,une culture qui n’est pas mélange avec les
autres cultures.Pour cette raison, ses membres  rejettent le christianisme et prônent un retour vers les
croyances germaniques.
Depuis 1890,la swastika est utilise comme emblème pour les entreprisses et clubs de sport a travers le monde,car insigne national et anti royaliste.
Depuis 1890,la swastika est utilisée comme emblème pour les entreprisses et clubs de sport
a travers le monde,car c’est un  insigne national et anti royaliste.Il symbolise la liberté nationale…et le mouvement libre  par opposition  à l’esclavagisme et à l’inertie de l’Empire.
Dans les pays d'Europe du nord on trouve suivant la swastika comme insigne de marque. Ici l'entré de la brasserie Carlsberg,..elle date de 1901.
Dans les pays d’Europe du nord on trouve suivant la swastika comme insigne de marque.
Ici l’entré de la brasserie Carlsberg,..elle date de 1901.
Ouvre bouteille de Coca Cola,datant de 1925.
Ouvre bouteille de Coca Cola,datant de 1925.
On retrouve la swastika aussi dans les insignes militaires. Ici insigne régimentaire,de 1918 a 1939,du 2° régiment des chasseurs de montagne polonais.
On retrouve la swastika aussi dans les insignes militaires.
Ici insigne régimentaire,de 1918 a 1939,du 2° régiment des chasseurs de montagne polonais.
Insigne de la casquette des 6 régiments des chasseurs de montagne polonais.
Insigne de la casquette des 6 régiments des chasseurs de montagne polonais.
Insigne de l'armée d'air lituanien,entre 1919 et 1940.
Insigne de l’armée d’air lituanien,entre 1919 et 1940.
Drapeau actuel,de l'école de l'armée d'air finlandaise.
Drapeau actuel,de l’école de l’armée d’air finlandaise.
Dans la contre révolution allemande de octobre 1918 a mars 1920,la swastika et les couleurs noir,blanc,rouge sont les signes de ralliement des Corps Francs,dans leur combat contre les "rouges".
Dans la contre révolution allemande de octobre 1918 a mars 1920,la swastika et les couleurs
noir,blanc,rouge sont les signes de ralliement des Corps Francs,dans leur combat contre les
« rouges ».
Le mouvement voelkisch,prend son essor vers 1880,mais préféré jusque en 1910,le "Mjoelnir" ou marteau de Thor,comme signe de reconnaissance. En 1907,Jorg Lanz von Liebenfels,fondateur des néo templiers et pamphlétiste(dont le jeune Hitler est un lecteur assidue)monte le première drapeau avec un croix gammée sur son château de Werfenstein en Autriche
Le mouvement voelkisch,prend son essor vers 1880,mais a préféré jusqu’en 1910,le « Mjoelnir »
ou marteau de Thor,comme signe de reconnaissance.
En 1907,Jorg Lanz von Liebenfels,fondateur des néo templiers et pamphlétaire  (dont le jeune
Hitler est un lecteur assidu)monte le première drapeau avec un croix gammée sur son château
de Werfenstein en Autriche.

…………………………………………………………………………….

HORS TEXTE IMPORTANT

Jorg Lanz von Liebenfels est le premier allemand à ériger un drapeau  portant la swatiska.Il est surprenant de remarquer à la fois le personnage et de bien identifier ce premier drapeau.

Jorg Lanz von Liebenfels,il se présentait comme un grand réformateur et un prophète. Il est le fondateur d'une nouvelle philosophie ,la théozoologie.
Jorg Lanz von Liebenfels,il se présentait comme un grand réformateur et un prophète.
Il est le fondateur d’une nouvelle philosophie ,la théozoologie.
Détails  en anglais ,venant d'une page  expliquant cette doctrine.
Détails en anglais ,venant d’une page expliquant cette doctrine.
Autre photo plus rare,de Jörg Lanz von Liebefels.
Autre photo plus rare,de Jörg Lanz von Liebefels.
Premier véritable drapeau nazi érigé par Jörg Lanz von Liebefels ,en Allemagne.Notez les fleur de lys ,symbole nationaliste très européen et nordique que l'on retrouve aussi sur le drapeau du Québec.
Premier véritable drapeau nazi érigé par Jörg Lanz von Liebefels ,en Allemagne.Notez les fleur de lys ,symbole nationaliste très européen et nordique que l’on retrouve aussi sur le drapeau du Québec.

La connexion Ostara

Vidéo unique de Jörg Lanz von Liebenfels :

Lanz von Liebenfels ( également connu sous d’autres noms et titres: . Adolf Lanz , le Dr Jörg Lanz , Schurl Lanz , Georg von Liebenfels Lancz , Lancz DE Liebenfels Le nom inscrit sur son certificat de naissance est donnée comme Adolf Josef Lanz. Il dit une fois à un  ami qu’il a pris différents noms pour tromper les astrologues , donc ces « pseudonymes astrologiques. ») Il  était le fils de la classe moyenne , mais bien de choses à faire aux parents , est né à Vienne en 1874 comme Adolf Lanz . Il a affirmé , toutefois, que ha est né à Messine , en Italie, en 1872 , et que son vrai père était baron Johannes Lancz DE Liebenfels . ( Apparemment, la date incorrecte a été créée  dans  le but , d’induire en erreur les astrologues , et son doctorat n’existait que dans son imagination ) .

En 1893 , à l’âge de 19 ans, Lanz est devenu un novice dans un monastère de l’ordre cistercien à Heiligenkreuz , sur la présente frontière austro-hongroise , mais a été expulsé six ans plus tard accusé d’être une victime de  » désirs mondains et charnels .  » Peu de temps après avoir été  expulsé du monastère,il fonda  son Ordre des Templiers nouveaux , qui avait une forte orientation raciale . Il a été inspiré , comme son nom l’indique , par les Templiers . Depuis 1905 ,Lanz est devenu le rédacteur en chef et éditeur de la revue antisémite  » Ostara » .

Nommée  d’après la déesse germanique du printemps , Ostara était grotesque , le magazine raciste consacré à la diffusion des idées de Lanz . La croix gammée apparait  comme symbole de ralliement . La plupart de l’idéologie de la supériorité raciale allemande exposés par la Société de Thulé et plus tard par les nazis était un développement des thèses publiées dans Ostara .

Avec l’Ostara,Lanz a commencé à utiliser la kruckenkreuz ( le symbole représenté sur la poitrine du chevalier , un design combinant les deux mouvements virtuels possibles de la croix gammée ; Destro et sinistroverse , également appelée aussi  « croix de  puissance » . ) Ainsi que la croix gammée .

Le magazine célèbre de Lanz a attiré Hitler à ses débuts comme un des  pauvres artistes sans le sous et affamé, à Vienne . Il est connu que Hitler était tellement enflammé avec les théories occultes , raciales et antisémites sauvages qu’il a trouvé dans Ostara , qu’il a effectué une visite aux bureaux de l’éditeur et se trouva face à face avec Lanz , lui-même  . Certains auteurs affirment que c’est à travers les pages de Ostara que Hitler est devenu inspiré  par  la croix gammée ,comme symbole du peuple arien .

En 1934 , un an après l’arrivée d’Hitler au pouvoir , Lanz a écrit que l’Ordre des Templiers Nouveaux était la  » première manifestation du Mouvement National Socialiste Allemand , qui maintenant , conformément à la loi de Dieu , est le plus puissant de l’histoire et sans contrainte balayant le monde  » .

………………………………………………………………………………………………………………..

LA CONNEXION TIBÉTAINE

swastikaTibet
Dessinée sur une porte,la swatiska est un signe porte-bonheur.
Un bon repas au Tibet.
Un bon repas au Tibet.Les relations diplomatiques étaient fraternelles.


Dans la seconde moitié du 19 ième  siècle , des recherches  intéressantes sur des enseignements secrets tibétains ont été menées à l’Ouest par Helena Blavatsky , qui  aurait reçu  son  initiation  directement des  mains des Saints  Lamas  eux-mêmes . Mieux renseignée , Mme Blavatsky  avait appris que ses « Maîtres cachés » et « Chefs  Secrets  » avaient leur résidence terrestre dans la région himalayenne .Aussi , dès que le mouvement nazi avait suffisamment amassé de fonds , il a commencé à organiser un certain nombre d’ expéditions au Tibet, et les succédé pratiquement sans interruption jusqu’en 1943 .Il semble particulier  de noter que 1943 marque la chute de Stalingrad et le début de la fin pour le Troisième Reich…,mais pas le Quatrième!

Certaines personnes « superficielles  »  croient que l’une des expressions les plus évidentes de l’intérêt nazi au Tibet était lié à l’adoption du  plus important symbole mystique du Tibet…et de toute l’Asie : la croix gammée .

……………………………………………………………………………………………………………

La connexion Thule

thule-10

La Société de Thulé ( Thule Gesselschaft ) , la véritable source d’inspiration du nazisme , a été fondée en Août 1919, à Munich , sous la  forme d’un plan  de l’Ordre Germain , à l’initiative d’un étrange personnage nommé  » baron » Rudolf von Sebottendorf . Parmi ses membres les plus importants étaient également Max Amann , Anton Drexler , Dietrich Eckart , Hans Frank , Rudolf Hess , Alfred Rosenberg , Gottfried Feder , et d’autres qui devinrent plus tard les dirigeants nazis . Adolf Hitler appartenait à la société comme un «associé » ou «  frère  visiteur. « Beaucoup de gens ignorent que le Führer lui-même était tenu à l’écart de beaucoup de décisions prises par cette société occulte.En fait,cette puissante société contrôlait le Führer…,donc l’Allemagne tout entière!

L’emblème de la Société de Thulé représente un poignard allemand sur une croix gammée sinistroverse de pieds galbés inscrits dans un cercle .

La Société de Thulé était une façade pour tout un réseau de sociétés secrètes qui partageaient les mêmes  racines occultistes  . Parmi les membres de ces groupes,il y avait  des gens influents , comme le théoricien politique Gottfried Feder , dont son groupe Hammer  Union a meublé  de cadres  jeunes et prometteurs , l’avenir du parti nazi . Dans ce cercle d’initiés ,il y avait  également Hans Frank , un avocat membre du parti nazi et futur gouverneur général de Pologne , qui à cette époque avait  été impliqué dans une société  spécialisée dans  la recherche généalogique héraldique et , dirigée  par le Dr W. Daumenlang . Daumenlang avait  été fortement épris et marqué  par sa découverte d’une croix gammée dans les armoiries de la famille  Hohenzollern .

L’initiative de la création de la Thule Gesselschaft est venu du baron von Sebbotendorf , chef de la branche bavaroise de l’Ordre Germain . Au nom de la Thule Gessellschaft ,Sebottendorf avait  acheté le journal Völkischer Beobachter  qui devint plus tard le journal officiel du parti nazi . Dietrich Eckart  qui fut  le mentor du Führer  pendant de nombreuses années  , a fourni l’argent pour l’achat .

La Société de Thulé a été fondée en 1919 par le baron von Sebottendorf . Né en Saxe en 1875 , il était le fils d’un conducteur de locomotive de Silésie . Son vrai nom était Adam Rudolf Glauber . Il a adopté en 1911 le nom de Baron von Sebottendorf  .

Juste avant la Première Guerre mondiale , Sebottendorf a fait plusieurs voyages au Proche-Orient . Pendant la guerre des Balkans de 1912-1913 , il a dirigé le Croissant-Rouge turc et a été nommé Maître de l’Ordre de la RoseCroix ( Rosenkranz ) . Expulsé de l’Allemagne comme un étranger indésirable ( il avait été un citoyen turc depuis 1911 ) , il est retourné en Turquie en 1924 . De 1929 à 1931, il a erré à travers le Mexique et les États-Unis .

En 1919, il avait  fondé la Société de Thulé et s’éleva au rang de Grand Maître . Il a exercé une influence considérable dans les milieux allemands élevés .

Inspiré par Madame Blavatsky , il a ramené à la vie, le mythe de l’Atlantide séculaire , le surnommant  Thulé . Les occultistes  initiés par cette société secrète,voyaient  cette Thulé , comme l’Atlantide , qui était le centre d’une civilisation disparue dont les supporteurs  recevaient  des pouvoirs  « surhumains » .

On croit que Sebottendorf est mort  noyé en 1945 .C’est un homme qui en savait trop.

…………………………………………………………………………………………………………………….

Plus sur la Société Thulé

*Traduit de l’allemand.

A la fin du 19° siècle,en réaction contre le marxisme scientifique,il y  a en Europe une vaque d’occultisme et d’ésotérisme .
-en 1855,le comte français, Arthur Gobineau,publié son livre « l’ inégalité des races humaines »,
soulignant la dualisme entre les « seigneurs » des ariens et la race des sémites.
-le beau fils de Richard Wagner,Houston Steward Chamberlin,écrit en 1899 le « Fondement du 19°siècle »,qui donne une justification « scientifique » à l’anti- semitisme en Allemagne et Autriche.
-en Vienne,Guido von List,crée la « Guido von List société »,dont le maire de Vienne,Dr Karl Luger,
est le membre de plus connue.List désigne la swastika comme « signe de pureté du sang. »
-le général et géographe,Karl Haushoffer,fait plusieurs voyages en Asie,ou il est confronté à la
swastika.Haushoffer,dont les plus fidèles étudiants,s’appellent Hess et Rosenberg,est le  fondateur de l’idée de « Lebensraum »(espace de peuplement…ou espace vital).

Haushoffer et von Sebottendorf créent la société Thule en 1918,comme une « loge secrèté »…donc affiliée aux francs-maçons.
Les membres sont entre autres Rudolf Hess,Dietrich Eckhard,Alfred Rosenberg et le Padre
Dr Gerhard Stempfle (plus tard rédacteur final de Mein Kampf,tué dans la nuit des longues couteaux).
Le salut de Thule est « Heil et Sieg » (Sieg Heil ).L’ idée directrice de la Thule était basée sur un Troisième Reich
de mille ans et le rêve d’une croisade contre le bolchevisme.
Sebottendorf a acheté le journal « Munchener Beobachter »,qui devient plus tard le « Voelkische Beobachter »...journal officiel du parti nazi.
En octobre 1918,von Sebotendorf,donne ordre a Karl Harrer et Anton Drexler,de fonder la Deutsche Arbeiter Partei (Parti des Travailleurs Allemands).
Lors d’une réunion de la DAP,ils « découvrent » le 3 octobre 1919,un certain Adolf Hitler,qui est élu
le 29 juilliet 1921,président de la DAP  qui sera rebaptisée NSDAP (Parti national socialiste des Travailleurs Allemands).
En avril 1919,Sebotendorf crée le « Freikorps Oberland » (Corps Francs) ,embryon de la future SA.
Plus tard Sebotendorf,content de lui,écrit: »Le Heil et Sieg des membres de la Thule,Hitler transforme en « Sieg Heil »,Le journal de la Thule est devenue le Voelkische Beobachter.Notre insigne le croix gammée, Hitler a utilisé comme insigne de la NSDAP triomphante. »
En 1933,il écrit un livre sur les débuts du Parti national-socialiste qui serait surement devenu un best-seller,mais le Führer  interdit la parution. Hitler ne voulait absolument  pas que  les histoires sur le commencement du mouvement nazi soient  publié…surtout pas en Allemagne.

Afin de l’éloigner de l’Allemagne ( fait vérifié dans plusieurs archives) ,Sebotendorf est nomme consul en Turquie.Il se suicide(?) à  la fin de  la guerre (selon les communistes russes…vainqueurs à Berlin).

………………………………………………………………………………………………………..

Document signé du Führer.
Document signé du Führer.

*cette partie de texte qui suit  sera terminée de traiter demain…j’étais fatigué…MD

Dessin venant de la main  de Hitler ,fait en  1920.Il note parmi ces signes germaniques, quel est le futur emblème qui va
sauver l’Allemagne.
Le dentiste de Starnberg prés de Munich,Friedrich Krohn,a publié le 2 mai 1919,une brochure
intitulée  « La croix gammée un insigne pour un parti national? ».
Au début de  1920,il présente deux exquisses de croix gammées au bureau de la DAP.Tous les
membres voulant le modelé avec les angles a gauche.Hitler opte pour le model à  angle  droit.Après les longues discussions, il s’est  imposé,mais dans l’immédiat il n’ a pas de suite.
Quand Krohn fonde la ortsgruppe du parti  de Starnberg,le 20 mai 1920,il décore le pupitre avec un drapeau a croix gammée,cousu  par sa femme.
Anton Drexler,dès que il  eut  pénétré dans la salle se exclame: »Voila,notre drapeau ».
Le lendemain,le  21 mai 1920,avec l’accord du chef de propagande Adolf Hitler,le drapeau fut adopte
pour le  parti,ainsi elle sert de modèle   pour les insignes du partie.
Anton Drexler,dans un lettre du 25 mai 1935,certifia  à  Krohn,que c’est bien lui  qui est à  l’origine du drapeau.
Hitler ne voit pas l’histoire de  la  même  façon,il écrit : »J’ai fait d’innombrables essaies avant de trouver les couleurs et la forme,ailleurs un dentiste de Munich,Krohn,trouve un modèle  pas mal
mais perfectible. »
L’explication du drapeau,il  la livre dans Mein Kampf: »Comme national socialiste , nous voyons notre drapeau comme notre programme.Le rouge est l’idée sociale de mouvement,le blanc
représente l’idée nationale,le croix gammée symbolise la mission du combat pour la victoire de  l’homme arien et en même  temps, la victoire de l’idée du « vrai travail »,qui est toujours antisémite et  qui va rester anti sémite. »

Au Reichsparteitag de « Liberté » du 15 septembre 1935,les « lois de Nuremberg » sont présentes:
-la loi sur les couleurs nationales,
-la loi sur la nationalité allemande,
-la loi sur la protection du sang et honneur allemande.
Les premiers trois articles,sur les couleurs nationales :
Art.1 les couleurs du Reich sont noir,blanc,rouge
Art.2 drapeau du Reich et de la Nation est le drapeau a croix gammée,
Art.3 Le Fuhrer et Reichskanzler designé la Reichskriegsflagge et Reichsdienstflagge

Quatre formes spéciales  du drapeau,dans le format 3:5, les dimensions du drapeau de nationalité sont libres.
-Reichskriegsflagge=drapeau de souveraineté de la Wehrmacht,Luftwaffe et Marine,
-Goesch=pour les bateaux du guerre, à  l’ancre,
-Handelsflagge=pour la marine commerciaux  ,avec croix de fer seulement si commandé  par un
ancien  de la marine de guerre,
-Reichsdienstflagge=pour toutes les administrations du Reich,

Le loi du 28 août 1937,fixe les jours ou les drapeaux sont obligatoires:
1=date de fondation du Reich (18 janvier),
2=journée du mouvement (30 janvier),
3=journée des héros (16 mars),
4=anniversaire du fuhrer (20 avril),
5=jour férié nationale (1 mai),
6=journée merci pour la moisson (29 septembre),
7=journée des martyrs de mouvement (9 novembre).

Fin de la partie 1…prochaine épisode :l’évolution de la Croix gammée dans le parti nazi…car elle a évoluée …et pas pour rien!

Sources:archives allemandes,collection privée