L’Inde a enfin décollé vers la Lune

Le lanceur GSLV-MkIII a placé lundi avec succès Chandrayaan-2 sur son orbite définie. L’expédition inhabitée a pour but de poser le 6 septembre prochain un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud de la Lune.

Lancement de Chandrayan 2

 

 

L’Inde a lancé lundi dans l’espace sa mission lunaire destinée à poser un appareil sur le satellite naturel de la Terre, illustrant le regain d’intérêt international pour l’exploration et l’exploitation de la Lune. Une fusée GSLV-MkIII, le plus puissant lanceur de l’agence spatiale indienne ISRO, a décollé à 14H43 (09H13 GMT) du pas de tir de Sriharikota, dans le sud-est de l’Inde, ont constaté des journalistes de l’AFP présents sur place. Au bout d’une vingtaine de minutes, les scientifiques de l’ISRO ont applaudi et se sont tombés dans les bras les uns des autres. « Je suis extrêmement heureux d’annoncer que le GSLV-MkIII a placé avec succès Chandrayaan-2 sur son orbite définie », a déclaré Kailasavadivoo Sivan, le président de l’ISRO. « C’est le début d’un voyage historique pour l’Inde », a-t-il ajouté.

L’expédition inhabitée a pour but de poser le 6 septembre prochain un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud de la Lune, située à quelque 384.000 kilomètres de la Terre, ainsi que de placer une sonde en orbite lunaire.

Si la mission est couronnée de succès, l’Inde deviendrait la quatrième nation à réussir à poser un appareil sur le sol sélénite, après l’Union soviétique, les États-Unis et la Chine. Une sonde israélienne a raté son alunissage en avril et s’est écrasée.

Chandrayaan-2 (« Chariot lunaire » en hindi) devait initialement être lancée le 15 juillet, mais les responsables ont arrêté le compte à rebours 56 minutes et 24 secondes avant le décollage, à cause d’un « problème technique » que l’ISRO n’a pas détaillé officiellement.

Selon la presse locale, il s’agissait d’une fuite dans une bouteille d’hélium du moteur cryogénique de l’étage supérieur de la fusée.

New Delhi a consacré 140 millions de dollars (124 millions d’euros) à Chandrayaan-2 – un montant bien inférieur à ceux des autres grandes agences spatiales pour des missions de ce type -, qui pèse au total 3,8 tonnes.

Ambition et sobriété

 

La lanceur n’étant pas assez puissant pour atteindre directement la Lune, la mission doit se propulser en utilisant la force de gravité. Chandrayaan-2 va tourner autour de la Terre pendant près de trois semaines en élevant progressivement son orbite, de façon à atteindre l’orbite lunaire. Arrivée à ce stade, elle resserrera alors progressivement ses cercles autour de l’astre.

La Lune a été relativement délaissée par l’homme depuis la fin du  pseudo-programme américain Apollo dans les années 1970, les grandes agences spatiales ayant préféré se consacrer à l’étude et à l’exploration du système solaire.

Mais le satellite de la Terre est l’objet d’un regain d’intérêt ces dernières années. L’Homme, qui ne l’a plus foulée depuis 1972, y prépare son retour et vise, à plus long terme, à s’y implanter de façon durable.

Le gouvernement américain a ainsi demandé à la Nasa de renvoyer des astronautes sur le sol sélénite pour 2024. Le retour sur la Lune est vu comme une étape incontournable de la préparation de vols habités vers des destinations plus lointaines, au premier plan desquelles la planète Mars.

Le projet Chandrayaan-2 est la deuxième mission lunaire de l’Inde, qui avait placé une sonde en orbite autour de la Lune au cours de la mission Chandrayaan-1 il y a onze ans.

Le programme spatial indien s’est fait remarquer ces dernières années en alliant ambition et sobriété budgétaire, avec des coûts opérationnels bien inférieurs à ceux d’autres pays, ainsi que par sa progression au pas de charge.

L’ISRO compte d’ici 2022 envoyer un équipage de trois astronautes dans l’espace, ce qui serait son premier vol habité. Ses scientifiques travaillent aussi à l’élaboration de sa propre station spatiale, attendue au cours de la prochaine décennie.

Résultats de recherche d'images pour « Chandrayaan-2 »

 

 

 

 

Publicités

La Sexualité Sacrée:Khajuraho et les temples les plus sexy de l’Inde

 

 

Le complexe de temples de Khajuraho est une série de bâtiments joliment construits et décorés dans le Madhya Pradesh. Sur les 85 temples construits à l’origine par la dynastie Chandela entre 900 et 1130, seuls 25 subsistent. Khajuraho a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et mérite grandement l’attention des touristes. Pourtant, ce qui distingue vraiment Khajuraho des autres temples, ce sont les nombreuses gravures érotiques, à l’intérieur et à l’extérieur du temple, qui représentent des hommes, des femmes et même des animaux en train de faire l’amour, des orgies et de la bestialité sous le sourire bénin des divinités.

La construction de temples à l’âge d’or pour l’Inde centrale

Les temples de Khajuraho ont été mis en service presque aussitôt que les Chandelas sont arrivés au pouvoir dans le Madhya Pradesh, une région de l’Inde centrale. Elles étaient dédiées à deux religions indiennes, l’hindouisme et le jaïnisme, suggérant une culture d’acceptation et de respect des traditions religieuses différentes. Sur un espace d’environ 20 kilomètres carrés, 85 temples ont été construits par les souverains Chandela successifs. C’était un âge d’or pour l’Inde centrale.

Elle a brusquement pris fin au début du treizième siècle lorsque le sultanat de Delhi a envahi le royaume Chandela et s’est emparé de la capitale, Mahoba (située à environ 56 km de Khajuraho). Jusqu’à l’invasion, les temples de Khajuraho étaient activement vénérés. Cependant, à l’arrivée du sultanat musulman de Delhi, les temples ont été profanés ou détruits. Les dirigeants islamiques menaient une «politique d’intolérance envers les lieux de culte [sic] d’autres religions, de sorte que tous les citoyens de Khajuraho quittaient la ville avec l’espoir que sa solitude n’attirerait pas l’attention des envahisseurs musulmans dans la temple et eux-mêmes resteront indemnes ».

Les temples émergent de la jungle

Ce ne sont que les temples relativement isolés qui ont réussi à survivre aux différentes dynasties islamiques qui ont dirigé la région du  13ième  au 18 ième siècle. Pourtant, même ceux-ci ont souffert du fait que les forêts et la végétation aient lentement envahi les bâtiments négligés. Ce n’est qu’en 1838 que les temples de Khajuraho ont été connus dans le monde entier. L’exploration britannique TS Burt avait entendu parler d’un temple sexuellement explicite au fond de la jungle indienne, mais «devait être persuadé par ses assistants indiens de faire le voyage; il ne croyait pas que rien d’intéressant puisse être trouvé à cet endroit éloigné »(Ramadurai, 2015)

L’érotisme est partout!

 

Les sculptures érotiques de Khajuraho

En plus de la brillance architecturale et de la sculpture magistrale, les temples de Khajuraho sont bien connus pour leurs sculptures érotiques. L’intention de l’imagerie sexuelle est mal connue, mais il est largement admis que les temples étaient destinés à célébrer tous les aspects de la vie humaine, y compris la sexualité. Environ 10% seulement des œuvres d’art des temples sont de nature sexuelle, mais elles attirent le plus l’attention. Les temples représentent les nombreuses manifestations différentes de Shakti et de Shiva, les principes divins féminin et masculin. Pourtant, les figures humaines sont celles engagées dans les mithunas (terme sanskrit utilisé dans le tantra pour décrire le contexte rituel des unions sexuelles). 

 

Sculptures érotiques au temple de Lakshmana

 

Certaines des sculptures érotiques trouvées sur les complexes du temple de Khajuraho

Résultats de recherche d'images pour « khajuraho temple »

 

 

 

Principes tantriques

Considérés comme des adeptes des principes tantriques, les dirigeants Chandela ont peut-être créé les temples pour aider à favoriser l’équilibre entre les forces masculines et féminines, exprimée par le plaisir mutuel de l’union physique. En effet, les temples représentent des femmes si ouvertement et si librement appréciant les plaisirs sexuels que certains érudits pensent que ces temples sont censés être une célébration du pouvoir féminin: «On considère que ces temples sont une célébration de la large hanche et plantureuse mais bien proportionnée des femmes ( apsaras) ornant les murs du temple. Les corps bien formés des nymphes attirent l’attention et on peut les voir se livrer à des activités telles que se maquiller, se laver les cheveux, jouer à des jeux, nouer et dénouer leurs ceintures »(Cunningham, 2016).

Mêmes des dieux et des animaux participent aux célébrations sexuelles des temples.

Image associée

 

Image associée

Résultats de recherche d'images pour « khajuraho temple »

La danse et la musique.
Temple de Laksmana.

 

L’amour lesbien ainsi que la masturbation des femmes.

Image associée

 

Résultats de recherche d'images pour « khajuraho temple »

 

 

 

 


Sculptures sensuelles à Khajuraho
Sculptures érotiques à Khajuraho

 

Contrairement à de nombreuses autres cultures, en particulier celle islamique qui a envahi la région peu de temps après la construction des temples de Khajuraho, les cultures hindoue et jaïn ne mécontentent pas les femmes qui aiment le sexe. Le plaisir sexuel était considéré comme une forme d’art, le Kama Sutra, destiné à être pratiqué et perfectionné par les deux sexes. «L’hindouisme a traditionnellement considéré le sexe comme un élément essentiel de la vie, ce qui pourrait expliquer pourquoi les sculptures sont parsemées entre elles et décrivent des activités aussi variées que la prière et la guerre. Le fait qu’ils soient mis en évidence et non cachés dans un coin obscur semble suggérer que leurs créateurs ont voulu être vus de tous. « (Ramadurai, 2015) La différence est particulièrement frappante compte tenu de la croissance de la société indienne conservatrice au cours des derniers siècles.

Sources:

Cunningham, Eleanor. « Un catalogue du désir: Les sculptures érotiques des temples de Khajuraho. »  Voyage culturel . Voyage culturel, 2016. Web. https://theculturetrip.com/asia/india/articles/a-catalogue- of-desire-the-erotic-sculptures-of-the-khajuraho-temples/ .

Khajuraho, Inde. « Histoire des temples de Khajuraho. »  Histoire de Khajuraho . Conseils de voyage en Inde, 2016. Web. http://www.khajuraho-india.org/khajuraho-history.html .

Ramadurai, Charukesi. « BBC – Travel – Les temples du sexe de l’Inde. »  BBC News . BBC, 7 octobre 2015. Web. http://www.bbc.com/travel/story/20150921-indias-temples-of-sex .

Shunya. « Photos, Photos de Khajuraho, Inde. »  Khajuraho, Inde . Shunya, août 2005. Web. http://www.shunya.net/Pictures/NorthIndia/Khajuraho/Khajuraho.htm .

Une caravane.

 

Une femme soignant le pied d’une autre.
Le Temple du Lion

 

 

 

(VIDEO) Des poissons tombent du ciel en Iran, Chine et en Inde

Des pluies massives de poissons ont été signalées dans des régions aussi éloignées les unes des autres en Iran, Inde et Chine. Des témoins des régions où les poissons sont tombés ont dit que tous les poissons avaient tendance à être assez petits et de la même espèce. Des vidéos ont émergé de ceux qui […]

via (VIDEO) Des poissons tombent du ciel en Iran, Chine et en Inde — 24h Magazine

Une visite extraterrestre décrite dans un texte boudhiste ancien

L’Ecriture sainte bouddhiste appelé Saddharma Pundarika ou Lotus de la Vraie Loi a été écrit vers 300 AD (Notez que le mot «Sutra» signifie « l’ Écriture».) La date exacte de la version originale en  sanscrit de l’ Inde est pas connue avec certitude, mais la première traduction chinoise a été faite quelque part entre 265 et 315 AD  Bouddha lui – même est né en 563 avant JC, de sorte que le Sutra du Lotus était évidemment écrit par les moines bouddhistes autour de huit siècles après sa mort.

BuddhaRemoteViewing (1)

La version en langue anglaise citée ici a été traduite par H. Kern et publiée à l’origine en 1884 par le Clarendon Press. Cette même traduction a été rééditée par Dover Books en 1963 sous forme intégrale et est la source de cet article.

Comme toile de fond avant de continuer, la cosmologie bouddhiste est étonnamment moderne et avant-gardiste. Le   bouddhisme reconnaît l’ existence de millions d’autres mondes et affirme qu’ils sont habités. Désinvolture  En effet , chaque monde habité est dit d’avoir son propre  Bouddha . (Le mot «Bouddha» signifie un être éveillé. Dans les enseignements bouddhistes, tout le monde est théoriquement capable de devenir un Bouddha, bien que faire de cet objectif est rare). Une Ecriture sainte bouddhiste mentionne en passant que  les sermons de la terre sont donnés avec des mots, mais sur d’ autres mondes,les sermons peuvent être donnés avec la lumière ou avec des parfums ou par d’autres moyens non verbaux.

Un autre aspect moderne de la cosmologie bouddhiste est la reconnaissance du fait que l’univers existe depuis plusieurs millions d’années.  Le temps dans la cosmologie bouddhiste est mesurée en termes de « kalpas. » Un kalpa est figuré définie comme la quantité de temps qu’il faudrait pour user un montagne mile-haute si un oiseau a atterri sur elle et aiguisait son bec une fois tous les mille ans.

Kalpa est un mot en sanskrit signifiant un éon , ou une période relativement longue de temps (par le calcul humain) hindoue et de la cosmologie bouddhiste . Le concept est d’ abord mentionné dans le Mahabharata . La définition d’un kalpa égal à 4,32 milliards d’ années se trouve dans les Puranas (spécifiquement Vishnu Purana et Bhagavata Purana ).

La cosmologie bouddhiste chevauche également la théorie quantique moderne, en ce que les bouddhistes pensent que le vide ou de la vacuité est la source des deux objets matériels et de l’ énergie.  Comme dans la théorie quantique, les particules peuvent clignoter à l’ existence du vide. Le fait que les objets matériels sont construits à partir des millions de petites particules est également une partie de l’ enseignement bouddhiste.  Un enseignement central de la philosophie bouddhiste est que tous les objets composés de ces particules sont vouées à la pourriture. Cette entropie ou cette  pourriture s’applique aux êtres vivants, des objets matériels, et à l’univers lui – même.  Depuis que sont notées les dates de la cosmologie bouddhiste (retournant avant 525 BC), il est intéressant quil y a tant de similitudes entre la cosmologie bouddhiste et la cosmologie moderne.

Soit dit en passant à peu près au moment où le Sutra du Lotus est en cours d’écriture, la célèbre université de Nalanda a été créé dans le nord de l’ Inde. Nalanda a été la première université pour enseigner l’ astronomie et la cosmologie, ainsi que l’enseignement des mathématiques. 

L'université de Nalanda.
L’université de Nalanda.

Bien que Nalanda était une université bouddhiste, il était étonnamment éclectique et a attiré des étudiants d’autres religions et des étudiants de nombreux pays asiatiques. Par exemple, les traductions de sanscrit en chinois effectuées à l’Université de Nalanda ont permis de  conserver de nombreux documents scientifiques précieuses dont les originaux ont ensuite été détruits pendant les invasions musulmanes du 11 ème siècle.

Dans le Sutra du Lotus, le début de chaque chapitre fournit un contexte où le sermon spécifique aurait été donnée lorsque le Bouddha a parlé. Les noms des principaux disciples qui ont assisté sont fournis aussi bien.

Autre vue de l'université Nalanda.
Autre vue de l’université Nalanda.

Chapitre 23 du Sûtra du Lotus est intitulé « Gadgadasvara » et commence à la page 393 de l’édition Dover. Parce que la traduction 1884 originale utilise de nombreux noms indiens et des titres très longs (comme un monde lointain appelé «Vairokanarasmipratimandita.») Je vais paraphraser la section qui traite de la visite d’un étranger d’un autre monde.

Dans le chapitre 23, lorsque le Bouddha terrestre était sur le point de donner un sermon, il lança un éclair de lumière à partir d’ un cercle entre ses sourcils. Ce flash de lumière a été vu sur d’ autres mondes, y compris celui avec le nom très long cité dans le précédent paragraphe.

BuddhaRemoteViewing (1)

Sur cet autre monde le résident de Bouddha (qui a aussi un nom très long) perçu le rayon de lumière de la terre. L’   un de ses étudiants, nommé Gadgadasvara, voit aussi le rayon de lumière et a réalisé ce que cela signifiait, à savoir que le Bouddha sur ce monde était sur le point de donner un important sermon.

L’étudiant demande à son maître la permission de visiter la terre et d’écouter le sermon de Sakyamuni, le Bouddha terrestre. L’ autorisation est accordée, mais le maître donne Gadgadasvara Quelques précautions intéressantes sur ce qui vous attend sur la terre:

«En arrivant à la terre , vous devez concevoir une faible opinion de celle – ci. La terre de Bouddha Sakyamuni  (son)Seigneur semblera faible par rapport à vous, de même que ses disciples. Elle  a l’ air différente de nous et lui et ses disciples semblera être laid, il ne se comporte pas brutalement. La terre elle – même a des parties qui sont laides comme les égouts, donc ne forment pas une piètre opinion de celle- ci « .

(Il est assez surprenant qu’un texte religieux bouddhiste décrire le Bouddha historique comme étant «petit et laid.» En fait, comme un jeune homme du Bouddha historique a été décrit par de nombreux témoins oculaires comme athlétique et avenant. Même le Bouddha d’un âge avancé a été décrit comme ayant une bonne posture et un visage qui reflète la sagesse, une nature bienveillante, et le calme. bien sûr, du point de vue d’un étranger, il est difficile de dire à quoi  l’aspect de surface d’un humain ressemblerait.)

aether_galaxy

À ce stade , dans le chapitre 23, Gadgadasvara entre dans une profonde méditation, puis apparaît psychiquement sur terre avant Sakyamuni et ses étudiants.  Un des étudiants terrestres, Manjusri, pose des questions sur cette apparence mentale. Sakyamuni répond que le visiteur est un étudiant d’un autre monde.

Manjusri demande s’il peut apprendre le même genre de méditation utilisé pour voyager entre les mondes. Manjusri demande également si Gadgadasvara peut venir en personne, parce qu’il veut voir à quoi il ressemble.

Gadgadasvara accepte, et vient sur la terre sous forme physique « accompagnée par le bruit de centaines de milliers d’instruments de musique. » Il est arrivé en se déplaçant dans le ciel sur une « grande tour.»  Une fois arrivé, son apparition sur la terre a été décrite comme suit : 

« Son visage montrait des yeux ressemblant au lotus bleus, son corps était coloré comme l’or … et scintillait avec un éclat. »

À son  l’ arrivée, Gadgadasvara a une conversation curieuse mais poli avec Sakyamuni. Il se renseigne sur ce monde et sur les étudiants terrestres.Gadgadasvara exprime l’ espoir que  les étudiants terrestres ne sont pas trop gênant ou trop difficile à instruire. Ceci est une conversation intéressante parce qu’elle traite avec désinvolture avec le sujet que chaque monde habité aurait des étudiants et des enseignants et que les étudiants sur certains mondes peuvent être plus faciles à enseigner que les étudiants sur d’ autres mondes.

Sakyamuni demande Gadgadasvara de montrer aux étudiants terrestres sa forme et son  corps  réel (traduction personnelle de:dont il fait vrai). Mais Sakyamuni souligne également que Gadgadasvara a la capacité de prendre de nombreuses formes différentes et de prendre beaucoup d’autres apparitions s’il veut le faire.

Gadgadasvara écoute le sermon de Sakyamuni, puis donne un « au revoir » poli au Bouddha terrestre et retourne à son propre monde:

« Il monta à nouveau la tour et avec le bruit de centaines de milliers d’instruments de musique, il est retourné à son propre monde. »

Cette brève discussion d’un visiteur étranger au chapitre 23 est le seul endroit dans le sutra qui traite de Voyage interplanétaires.    Le but de la discussion semble indiquer que les principes et les enseignements bouddhistes sont valables sur tous les mondes habités.  Sans doute la discussion chapitre 23 est allégorique plutôt que de décrire un événement réel.  il est facile de rejeter le compte comme fiction, mais il contient sept aspects intéressants:

  1. L’existence de nombreux autres mondes habités est négligemment accepté.
  2. Les deux types de Voyages  (psychique  et physique) entre les mondes est négligemment accepté.
  3. Les formes de communication autres que les mots sont négligemment acceptés.
  4. Les étrangers en visite peuvent apparemment prendre des formes humaines, si désiré.
  5. Un motif extraterrestre surprenant pour visiter la terre est d’apprendre et de partager des connaissances.
  6. Les êtres humains et la terre sont décrits comme étant laide aux étrangers.
  7. Au moins certains étrangers visitant la terre sont avertis de ne pas être impoli pour les humains.

Considérant que le Sutra du Lotus a été écrit dans le 3 ème siècle après JC et la traduction anglaise a été faite en 1884, le concept de Voyage interstellaire est étonnamment question de fait.  Il est indiqué explicitement dans le chapitre que les extra-terrestres peuvent voyager entre les mondes et que les visites à la terre ne sont pas rares.  un peu plus surprenant est la notion que la communication mentale instantanée entre les êtres éclairés sur de nombreux mondes est possible et même une activité commune. Ceci est étonnamment similaire à l’idée de « l’ enchevêtrement» de la physique ou la communication instantanée entre les particules largement séparées.

Il est également intéressant de noter que le chapitre 23 du Sûtra du Lotus déclare explicitement que les contacts entre les humains et les étrangers non-humains peuvent être sous la forme de discussions polies et les échanges scientifiques de l’ information.

Il est curieux que le Bouddha historique n’a pas été du tout surpris par une visite extraterrestre, et plutôt décontractée expliqué à ses disciples ce qui se passait. La conclusion est que Bouddha sur diverses planètes sont au courant de l’autre.

Comme la plupart de la littérature traitant de contacts étrangers suppose tacitement une sagesse supérieure de la part des étrangers, il est également intéressant de noter que le chapitre 23 décrit une visite par un étranger spécifiquement pour écouter un sermon par un enseignant humain.

 Il ya six mille ans, les hommes de Nibiru firent la dicté d' Enuma Elish,l'épopée de la création des humains aux Sumériens. De Sumer, l'épopée de la Création de l'Humanité s'étendit à toutes les anciennes civilisations de la Terre; Ancien Testament de la Bible fait écho de l'Enuma. -Zécharia Sitchin

Il y a six mille ans, les hommes de Nibiru firent la dicté d’ Enuma Elish,l’épopée de la création des humains aux Sumériens. De Sumer, l’épopée de la Création de l’Humanité s’étendit à toutes les anciennes civilisations de la Terre; Ancien Testament de la Bible fait écho de l’Enuma.
-Zécharia Sitchin

En conclusion, le chapitre 23 du Sûtra du Lotus ne contient pas de discussions ambiguës qui doivent être tordue et déformée pour refléter une certaine forme de contact extraterrestre. Le chapitre 23 affirme expressément que les  Voyages interplanétaires et les contacts entre les humains et les extraterrestres se produisent réellement.  En outre, le même chapitre affirme que de tels contacts peuvent être bénignes et causer aucun mal à soit les participants terrestres ou extraterrestres.

 

 

De nombreux ovni et contacts inexpliqués en Inde

Les fantastiques observations d'ovni au Ladakh .
Les fantastiques observations d’ovni au Ladakh .

 

 

 

Des unités de l’armée indienne et de l’ITBP (Indo-Tibetan Border Police Force [forces affectées à la surveillance des frontières]) ont fait état d’observations d’ovnis au Ladakh, région de l’état du Jammu et Cachemire.
C’est ainsi qu’une unité de l’ITBP basée à Thakung, près du lac Pangong Tso, a rédigé des rapports sur plus de 100 (cent) observations d’objets lumineux entre le 1er août et le 15 octobre 2012. Dans ces rapports transmis en septembre à la fois à leur quartier général à Delhi ainsi qu’aux services du Premier Ministre (Prime Minister’s Office), est décrite l’observation de jour et de nuit d’ « objets lumineux non identifiés » (Unidentified luminous objects).
.
Les sphères d’une couleur tirant sur le jaune semblent décoller de l’horizon du côté chinois et traverser lentement le ciel pendant 3 à 5 heures, avant de disparaître.
.
Ce n’étaient pas des engins aériens automatiques (sans équipage), tels des drones ou même des satellites se trouvant sur une orbite très basse, ont déclaré les autorités militaires qui ont étudié les photos prises par l’ITBP.
.
En effet, les observations de drones sont vérifiées et traitées séparément. L’Armée indienne a signalé 99 observations de drones chinois entre janvier et août 2012, dont 62 dans la région du Ladakh et 37 dans l’état de l’Arunachal Pradesh, à l’extrême Est du pays. Trois de ces drones ont fait intrusion dans le territoire revendiqué par l’Inde, situé le long des 365 kms de frontière avec la Chine, au Ladakh où est positionné l’ITBP.
.
De telles mystérieuses lumières ont été observées précédemment au Ladakh, une zone aride de 86000 km² , fortement militarisée, coincée entre la partie du Cachemire occupée par le Pakistan et l’Aksai Chin occupé par la Chine. La persistance des observations par l’ITBP cette année a cependant inquiété le corps d’armée basé à Leh (la capitale du Ladakh). [Et India Today de préciser que l’ITBP a refusé de répondre à un questionnaire détaillé qu’elle voulait soumettre]
Ainsi, en septembre, l’Armée a-t-elle déplacé au sommet d’une montagne longeant le Pangon Lake (qui s’étend sur 160 kms entre l’Inde et la Chine) un radar mobile ainsi qu’un appareil d’analyse de spectre qui collecte toute fréquence émise par un objet. Le radar n’a pu détecter l’ »objet » qui était pourtant visuellement suivi à la trace, indiquant ainsi qu’il n’était pas de nature métallique. L’analyseur de spectre n’a pas pu non plus détecter de signaux émis par l’ »objet ». L’Armée a également envoyé un drone de reconnaissance en direction de l’objet flottant, mais en vain. Le drone a atteint son altitude maximale, mais a perdu la trace de l’objet.
.
Egalement vers la fin septembre 2012, une équipe d’astronomes de l’Indian Astronomical Observatory de Hanle, à 150 kms du lac, a étudié le phénomène aérien pendant 3 jours. D’après les autorités militaires, l’équipe a aperçu les objets volants mais n’a pu établir de façon concluante de quoi il s’agissait réellement. Ils ont cependant déclaré qu’il ne s’agissait pas de corps célestes et ont exclu les météores et les planètes.
.
Les scientifiques ont cependant déclaré que l’environnement inhospitalier et la population clairsemée de la chaîne himalayenne qui sépare la vallée du Cachemire du Ladakh se prête à des observations inhabituelles. « La région est complètement enneigée en hiver, possède peu de routes et constitue l’un des endroits les plus isolés de l’Inde » déclare Sunil Dhar, un géoloque en poste à Dharamsala, ayant étudié les glaciers de la région depuis 15 ans.
.
A ce jour, aucun des experts de la National Technical Research Organisation (NTRO), dédiée au renseignement technologique, ou de ceux de la Defense Research Development Organisation (DRDO) n’a été en mesure d’identifier la nature des objets. Ceci a causé plus d’embarras que de crainte dans l’establishment. « Il y a clairement un problème, à partir du moment où l’ensemble de nos ressources scientifiques sont incapables d’expliquer le phénomène » indique un officier supérieur de l’Armée à Delhi. Les spécialistes du renseignement pensent que ces objets pourraient constituer une grossière opération psychologique des Chinois, ou des sondes sophistiquées tentant d’établir l’état des installations de défense de l’Inde au Ladakh.
.
« Nous ne pouvons ignorer ces observations. Il nous faut déterminer quelle nouvelle technologie aurait pu être mise en oeuvre ici » déclare P.V. Naik, ancien responsable militaire retraité de l’Indian Air Force. En 2010, l’IAF a enquêté et écarté les observations faites par l’Armée de tels objets lumineux, les considérant comme des lanternes chinoises. Pourtant les observations d’ovnis ont constitué un phénomène endémique au Ladakh au cours de la dernière décennie.
.
Vers la fin 2003, 14 corps (d’armée) ont envoyé au quartier général un rapport détaillé sur des observations d’objets lumineux. Des troupes en poste le long du glacier du Siachen avaient aperçu des « lumières flottantes » du côté chinois. Mais, bien évidemment, à rapporter de tels phénomènes l’on s’expose au ridicule. Lorsqu’il en a été fait état lors d’une présentation du commandement Nord à Leh, le chef de l’armée d’à l’époque, le général N.C. Vij, avait rejeté avec colère ces rapports, les qualifiant d’hallucinations.
nation-ufo-nov12-230_110212052145-185x300
Les scientifiques déclarent que ces mystérieux objets ne proviennent pas nécessairement d’outre espace. Il n’y a pas de preuve que les ovnis sont d’origine extraterrestre, indique Jayant Narlikar, astrophysicien réputé basé à Jaipur. Pour lui, suggérer qu’il s’agit d’objets extraterrestres relève de la fantaisie, non du fait avéré, dit-il.
Une troublante apparition devant de nombreux témoins.
Une troublante apparition devant de nombreux témoins.

 

 

Cependant il n’y a toujours pas d’explication pour ce qui est considéré comme étant l’observation ovni la plus nette à ce jour, à savoir celle effectuée en 2004 dans la région de Lahaul-Spiti, dans l’Himachal Pradesh, à moins de 100 kms au sud du Ladakh. Un groupe de 5 géologues et spécialistes en glaciologie dirigés par le Dr Anil Kulkarni du « ISRO’s Space Applications Centre » à Ahmedabad était en mission dans la très aride Samudra Tapu Valley. Ils y ont filmé une structure avec quatre pieds, de  grande taille, ressemblant à un robot, qui se déplaçait le long de la vallée à 50 mètres d’eux. L’objet humanoïde prit ensuite rapidement son envol et disparut. La rencontre a duré 40 minutes.
.
Cela a été observé par 14 personnes, dont les 6 scientifiques. Kulkarni a ensuite interrogé séparément chacun des membres de l’expédition pour vérifier ce que l’équipe a vu. Des exemplaires de ce rapport détaillé ont été diffusés aux services du Premier Ministre, à l’ISRO, à l’Armée et à différentes agences de renseignement. Kulkarni a établi que ce que son équipe a vu n’était pas un phénomène naturel. Cependant, l’affaire a été enterrée par la suite.
.
Sunil Dhar, membre de cette expédition de 2004, qualifie l’observation de cet objet non identifié d’expérience inoubliable. D’après lui, des gens du coin ont signalé avoir observé de mystérieux objets depuis pas mal d’années. Ce sont des mystères non résolus qui nécessitent une étude soutenue, dit-il encore. Si on les laisse inexpliquées, les observations du Ladakh risquent de se perdre entre fait réel et science-fiction.

Source : http://indiatoday.intoday.in/story/unidentified-flying-objects-ufo-seen-in-ladakh-jammu-and-kashmir-by-indian-army-itbp/1/227372.html

 

 

 

 

 

 

 

Alerte l’humanité en danger:la croûte de la Terre se fracture dans une zone ou il n’y pas de volcans connus

Une importante fissure qui s'agrave.
Une importante fissure qui s’agrave.

Jusqu’au 6 Juin 2014, le continent indien n’avait pas vu de volcanisme actif pendant les derniers  60 millions d’années. Le 6 Juin 2014, une fissure s’est  ouverte dans le sol près du village de Gadiya, dans le district de Kangra de l’état d’ Himachal Pradesh , en Inde. Les flammes, du  gaz et du magma volcanique  sont sorti  d’​​un trou de  quatre verges  de large ,dans le sol et les chercheurs  du bureau d’étude géologique indienne  ont confirmé qu’il est magmatique, c’est la production de lave qui vient du plus profond de la Terre  et a percé la croûte terrestre.

Photo récente de l'événement.
Photo récente de l’événement.On remarque les gaz

C’est la première éruption volcanique jamais vu en Inde , parce que l’homme n’était pas là quand le dernier arrivé ,il y a 65 millions d’années à la fin de la période du Crétacé.

Les trapps du Deccan ont  marqué le dernier, brisant la croûte en libérant un grand épanchement de magma en Inde . Ils sont l’une des plus grandes provinces volcaniques dans le monde . Il se compose de plus de 6500 pieds (> 2000 m) couchés  lave basalte  flux et couvre une superficie de près de 200.000 miles carrés (500.000 kilomètres carrés) ( environ la taille des États de Washington et de l’Oregon combiné ) dans le centre-ouest Inde. Les estimations de la superficie initiale couverte par les  coulées de lave  sont aussi élevés que 600 000 miles carrés (1,5 million de kilomètres carrés). Le volume de basalte est estimé à 12 275 miles cubes (512 000 km cube) (1980 éruption  du mont St. Helens produit 1 km cube de matière volcanique). Les trapps du Deccan sont des basaltes d’inondation semblables à des basaltes du fleuve Columbia du nord-ouest des États-Unis . ( Source )

L’éruption  géante du Deccan a  projeté  tellement de gaz dans l’atmosphère, qu’elle est soupçonnée d’ avoir joué un rôle important dans des extinctions de masse.

Le secrétaire parlementaire  Jagjivan Pal ,dans la circonscription  l’assemblage de Sulah et  les chutes de la région, a visité l’endroit ce mardi,10 juin 2014. Il a déclaré que les flammes et le liquide chaud émanant de la colline avaient créé la panique.

 » la  température dans la région a augmenté  considérablement  dans le sous-sol et les gens disent qu’un poteau électrique en acier était devenu rouge  vif,il y a  quelques jours , « a-t-il ajouté. Pal  a dit qu’ un matériau de soufre comme de la  pierre noire est apparu  et coule dehors du périmètre de la colline. ( Source )

L’épanchement de lave volcanique et de gaz  continue à circuler et les villageois sont informés qu’ils peuvent perdre leur maison si elle continue. Le village le plus proche est à seulement 90 mètres de la place.

L’éruption du Deccan en forme de l’Inde et a eu un effet profond sur la planète dans son ensemble, espérons que ce n’est pas le début de quelque chose de beaucoup, beaucoup plus .

 

Les trapps du Deccan sont l'une des plus grandes provinces volcaniques dans le monde. Il se compose de plus de 6500 pieds (> 2000 m) de coulées de lave de basalte couchés et couvre une superficie de près de 200.000 miles carrés (500.000 kilomètres carrés) (environ la taille des États de Washington et de l'Oregon combiné) dans le centre-ouest Inde. Les estimations de la superficie initiale couverte par les coulées de lave sont aussi élevés que 600 000 miles carrés (1,5 million de kilomètres carrés). Le volume de basalte est estimé à 12 275 miles cubes (512 000 km cube) (éruption de 1980 du Mont Saint Helens produit 1 km cube de matière volcanique). Les trapps du Deccan sont des basaltes d'inondation similaires aux basaltes du fleuve Columbia du nord-ouest des États-Unis. Cette photo montre une pile épaisse de lave basaltique coule vers le nord de Mahabaleshwar. Photographie par Lazlo Keszthelyi 28 Janvier 1996.
Les trapps du Deccan sont l’une des plus grandes provinces volcaniques dans le monde. Elles se composent  de plus de 6500 pieds (> 2000 m) de coulées de lave de basalte couchés et couvre une superficie de près de 200.000 miles carrés (500.000 kilomètres carrés) (environ la taille des États de Washington et de l’Oregon combiné) dans le centre-ouest Inde. Les estimations de la superficie initiale couverte par les coulées de lave sont aussi élevés que 600 000 miles carrés (1,5 million de kilomètres carrés). Le volume de basalte est estimé à 12 275 miles cubes (512 000 km cube) (éruption de 1980 du Mont Saint Helens produit 1 km cube de matière volcanique). Les trapps du Deccan sont des basaltes d’inondation similaires aux basaltes du fleuve Columbia du nord-ouest des États-Unis. Cette photo montre une pile épaisse de lave basaltique coule vers le nord de Mahabaleshwar. Photographie par Lazlo Keszthelyi 28 Janvier 1996.

 

 

 

Les basaltes du Deccan ont peut-être joué un rôle dans l'extinction des dinosaures. La plupart du basalte a été éclaté il ya entre 65 et 60 millions d'années. Les gaz dégagés par l'éruption ont peut-être changé le climat mondial et conduit à la disparition des dinosaures il ya 65 millions d'années. Cette photo montre les bâches Deccan entre Mambai et Mahabaleshwar. Photographie par Lazlo Keszthelyi 27 Janvier 1996.
Les basaltes du Deccan ont peut-être joué un rôle dans l’extinction des dinosaures. La plupart du basalte a  éclaté il y a entre 65 et 60 millions d’années. Les gaz dégagés par l’éruption ont peut-être changé le climat mondial et conduit à la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années. Cette photo montre les bâches du Deccan entre Mambai et Mahabaleshwar. Photographie par Lazlo Keszthelyi 27 Janvier 1996.
Vocanologists tentent également de comprendre comment ces grands volumes de lave sont éclaté. Les premiers modèles ont proposé que la lave inonda sur de vastes superficies à des tarifs extrêmement rapides. Modèles proposés ont récemment suggéré qu'au moins une partie des flux sont mis en place à des taux progressifs, durable mois à plusieurs années. Cette photo montre les Caves Ajunta, temples creusés dans les basaltes. Remarque groupe scolaire pour l'échelle. Photographie par Lazlo Keszthelyi 31 Janvier 1996.
Les vocanologistes tentent également de comprendre comment ces grands volumes de lave ont éclaté. Les premiers modèles ont proposé que la lave inonda sur de vastes superficies à des vitesses  extrêmement rapides. Les modèles proposés ont récemment suggéré qu’au moins une partie des flux sont mis en place à des taux progressifs, durable  de plusieurs mois à plusieurs années. Cette photo montre les Caves Ajunta, des temples creusés dans les basaltes. Remarquez le  groupe scolaire pour l’échelle. Photographie par Lazlo Keszthelyi 31 Janvier 1996.

Source :Chris Carrington

Livre numérique: le Kama Sutra (l’authentique),auteur inconnu de l’Inde

kama sutra2
Chapitre I
Des différentes sortes d’amour 
Les hommes versés dans les humanités sont d’avis qu’il y a 4 sortes d’amour, savoir :
 1. Amour résultant d’une habitude continue
L’amour résultant de l’exécution constante et continue de tel ou tel acte est dit amour acquis par pratique et habitudes constantes :comme, par exemple, l’amour du commerce sexuel, l’amour de la chasse,l’amour de la boisson, l’amour du jeu, etc… 
2. Amour résultant de l’imagination
L’amour ressenti pour des choses auxquelles on n’est pas habitué,et qui procède entièrement des idées, est dit amour résultant de l’imagination : comme, par exemple, l’amour que certains hommes,femmes et eunuques éprouvent pour l’Auparishtaka ou congrès buccal,et celui que tout le monde éprouve pour des actes tels que d’embrasser et baiser, etc.
 3. Amour résultant de la foi
L’amour réciproque des 2 Parts et dont la sincérité n’est pas douteuse,quand chacun voit dans l’autre une moitié de soi-même, est dit amour résultant de la foi par expérience.
4. Amour résultant de la Perception d’objets extérieurs
L’amour résultant de la perception d’objets extérieurs est bien évident et bien connu de tout le monde, car le plaisir qu’il procure est supérieur au plaisir des autres sortes d’amour, qui n’existent que par lui.Ce qui est dit dans ce chapitre au sujet de l’union sexuelle est suffisant pour l’homme instruit ; mais pour l’édification de l’ignorant,ce même sujet va être maintenant traité au long et en détail et à leurs femmes.Une foule d’hommes sont dans la plus complète ignorance des sentiments de leur femme, et ne s’inquiètent nullement si elle est bienou mal disposée.Pour posséder à fond le sujet, il est absolument nécessaire de l’étudier.On saura alors que, comme pour faire du pain, il faut préparer la pâte,de même il faut préparer sa femme pour le commerce sexuel,si on veut qu’elle en tire satisfaction.
Chapitre II
De l’embrassement
u
Cette partie des Kama Sutra, qui traite de l’union sexuelle,est aussi appelée “64” Chatushshashti. Certains vieux auteurs disent qu’on l’appelle ainsi parce qu’elle contient 64 chapitres.Suivant d’autres, l’auteur de cette partie étant un personnage nommé Panchala, et celui qui récitait la partie des Rig Veda diteDashatapa, qui contient 64 versets, se nommait aussi Panchala,le nom de “64” a été donné à cette partie de l’ouvrage en l’honneur des Iôg Veda.
D’un autre côté, les disciples de Babhravya disent que cette partie renferme 8 sujets, savoir : l’embrassement, le baiser, l’égratignure avec les ongles ou les doigts, la morsure, le coucher, la production de différents sons, la femme jouant le rôle de l’homme,et l’Auparishtaka, ou congrès buccal.Chacun de ces sujets ayant 8 divisions, et 8 multiplié par 8 donnant 64,cette partie est en conséquence appelée “64”.Mais Vatsyayana affirme que cette partie contenant aussi les sujets suivants,savoir : les coups, les cris, les actes de l’homme durant le congrès,les différentes sortes de congrès, et d’autres encore, c’est par hasard seulement que ce nom de “64” lui a été donné.On dit, par exemple : cet arbre est “Saptapama”, ou à 7 feuilles ;cette offrande de riz est “Panchavama”, ou de 5 couleurs, quoiquel’arbre n’ait pas 7 feuilles, ni le riz 5 couleurs.Quoi qu’il en soit, il est ici traité de cette partie “64”, et l’on vas’occuper du premier sujet, l’embrassement.Or l’embrassement, qui indique l’amour mutuel de l’homme etde la femme réunis, est de 4 sortes, savoir :L’action, dans chaque cas, est déterminée par le sens du mot qui la désigne.
 
Touchant
Lorsqu’un homme, sous un prétexte ou sous un autre, va au-devant ou à côté d’une femme et touche son corps avec le sien,c’est l’embrassement touchant.
 
Persant
Lorsqu’une femme, dans un endroit solitaire, se penche comme pour ramasser quelque chose, et perce, pour ainsi dire, un homme assis ou debout, avec ses seins, dont l’homme s’empare aussitôt,c’est l’embrassement persant.
Les 2 sortes d’embrassements ci-dessus n’ont lieu qu’entre personnes qui ne se parlent pas encore librement.
 
Frottant
Lorsque 2 amants se promènent lentement ensemble, dans l’obscurité,dans un lieu fréquenté ou dans un endroit solitaire, et se frottentle corps l’un contre l’autre, c’est l’embrassement frottant.
 
Pressant
Lorsque, en pareille occasion, l’un d’eux presse le corps de l’autreavec force contre un mur ou un pilier, c’est l’embrassement pressant.Ces 2 derniers embrassements sont particuliers à ceux qui saventleurs intentions réciproques.Au moment de la rencontre, 4 sortes d’embrassements sont usités, savoir :
Jataveshtitaka, ou l’enlacement du reptile
Lorsqu’une femme, se cramponnant à un homme comme un reptiles’enlace à un arbre, attire sa tête vers la sienne dans l’intention de le baiser,et, faisant entendre un léger son de soûtt soûtt, l’embrasse et le regarde avec amour, cet embrassement s’appelle l’enlacement du reptile.
 
Vrikshadhirudhaka, ou le grimpement à l’arbre l’arbre
Lorsqu’une femme, ayant placé un pied sur le pied de son amant,et l’autre sur une de ses cuisses, passe un de ses ras sur ses reinset l’autre sur ses épaules, chantonne à mi-voix comme si elle roucoulait,et veut, en quelque sorte, grimper sur lui pour avoir un baiser,cet embrassement s’appelle le grimpement à l’arbre.Ces 2 sortes d’embrassements ont lieu lorsque l’amant est debout.
Tila.Tandulaka, ou le mélange de graines de sésame et de riz
Lorsque les amants sont couchés dans un lit, et s’embrassentsi étroitement que les bras et les cuisses de l’un sont enlacés par les bras et les cuisses de l’autre, dans une sorte de frottement réciproque, cet embrassement s’appelle le mélange de graines de sésame et de riz.
 
Kshiraniraka, ou l’embrassement lait et eau
Lorsqu’un homme et une femme s’aiment violemment, et, sans s’inquiéter de se faire mal, s’embrassent comme s’ils voulaient pénétrer dans le corpsl’un de l’autre, que la femme soit assise sur les genoux de l’homme,ou devant lui, ou sur un lit, cet embrassement s’appelle le mélange de lait et d’eau.Ces 2 sortes d’embrassements ont lieu au moment de l’union sexuelle.Telles sont les 8 sortes d’embrassements que nous a relatées Babhravya.Suvamanabha nous donne, en outre, 4 manières d’embrasser de simples membres du corps, qui sont :
 L’embrassement des cuisses
Lorsque l’un des 2 amants presse avec force une des cuisses de l’autre,ou toutes les 2, contre la sienne ou les siennes propres, cela s’appelle l’embrassement des cuisses.
 
L’embrassement du jaghana, c’est-à-dire de la partiedu corps entre le nombril et les cuisses
Lorsque l’homme presse le jaghana ou partie médiane du corps de la femme contre le sien, et monte sur elle soit pour l’égratigner avec les ongles ou les doigts, soit pour la mordre, ou la frapper, ou l’embrasser, la chevelure de la femme étant dénouée et flottante, cela s’appelle l’embrassement du jaghana.
L’embrassement des seins
Lorsqu’un homme applique sa poitrine contre les seins d’une femme et l’en presse, cela s’appelle l’embrassement des seins.
 
L’embrassement du front
Lorsqu’un des amants applique sa bouche, ses yeux et son front sur la bouche, les yeux et le front de l’autre, cela s’appelle l’embrassement du front.Suivant quelques-uns, le massage aussi est une sorte d’embrassement, parce qu’il implique un contact de 2 corps. Mais Vatsyayana pense que le massage a lieu à un autre moment et dans un but différent,et comme, de plus, il est d’un autre caractère, on ne peut pas dire qu’il soit compris dans les embrassements.Il y a aussi, là-dessus, quelques versets dont voici le texte :“Le sujet tout entier de l’embrassement est de telle nature,que les hommes qui s’en enquièrent, ou qui en entendent parler,ou qui en parlent, éprouvent par cela seul un désir de jouissance.Certains embrassements non mentionnés dans les Kama Shastra doivent être néanmoins pratiqués au moment de la jouissance sexuelle,s’ils peuvent de façon ou d’autre procurer un accroissement d’amour.Les règles des Shastra sont applicables aussi longtemps que la passion de l’homme est moyenne ; mais une fois la roue d’amour mise en motion,il n’y a plus ni Shastra ni règles.”
temple_kamasutra_fine_art
Chapitre III
 
Du baiser
Quelques-uns prétendent qu’il n’y a pas d’ordre ni de temps fixé pour l’embrassement, le baiser et la pression ou égratignure avecles ongles ou les doigts, mais que toutes ces choses doivent avoir lieu généralement avant l’union sexuelle : tandis que les coups et l’émission de différents sons accompagnent généralement cette union.
Vatsyayana, quant à lui, pense que tout est on à un moment quelconque,l’amour n’ayant souci ni d’ordre ni de temps.À l’occasion du premier congrès, il faut user modérément du baiser et des autres pratiques ci-dessus mentionnées, ne pas les continuer longtemps, et les alterner. Mais, aux reprises suivantes, c’est le contraire qui est de saison, et la modération n’est plus nécessaire. On peut les continuer longtemps et, afin d’attiser l’amour, les exercer toutes à la fois.Le baiser portera sur les parties suivantes : le front, les yeux, les joues,la gorge, la poitrine, les seins, les lèvres et l’intérieur de la bouche.Les gens du pays de Lat baisent aussi les endroits suivants : les jointures des cuisses, les bras et le nombril. Mais Vatsyayana est d’avis que,si ces gens pratiquent ainsi le baiser par excès d’amour et conformément aux coutumes de leur province, il n’est pas convenable de tous de les imiter.Maintenant, lorsqu’il s’agit d’une jeune fille, 3 sortes de baisers sont en usage, savoir :
Le baiser nominal
Lorsqu’une fille touche seulement la bouche de son amant avec la sienne,mais sans rien faire elle même, cela s’appelle le baiser nominal.
 
Le baiser palpitant
Lorsqu’une fille, mettant un peu de côté sa pudeur, veut toucher sa lèvre qui presse sa bouche et, dans ce but, fait mouvoir sa lèvre inférieure,mais non la supérieure, cela s’appelle le baiser palpitant.
 
Le baiser touchant
Lorsqu’une fille touche la lèvre de son amant avec sa langue,et fermant les yeux, met ses mains dans celles de son amant,cela s’appelle le baiser touchant.D’autres auteurs décrivent 4 sortes de baisers, savoir :
 

Le baiser droit
Lorsque les lèvres de 2 amants sont directement mises contact les unes avec les autres, cela s’appelle un baiser droit.
 
Le baiser penché
Lorsque les têtes de 2 amants sont penchées l’une l’autre et que,dans cette position, ils se donnent un baiser, s’appelle un baiser penché.
 
Le baiser tourné
Lorsque l’un d’eux fait tourner le visage de l’autre en lui la tête et le menton,et lui donne alors un baiser, cela s’appelle baiser tourné.
Le baiser pressé
Enfin, lorsque la lèvre inférieure est pressée avec force,s’appelle un baiser pressé.Il y a aussi une cinquième sorte de baiser, qu’on appelle le grandement pressé. On le pratique en tenant la lèvre inférieureà 2 doigts, puis, après l’avoir touchée avec la langue,on la presse très fort avec la lèvre.En matière de baiser, on peut jouer à qui s’emparera des lèvres de l’autre.Si la femme perd, elle fera mine de écartera son amant en battant des mains,lui tournera le dos et cherchera querelle en disant : “Donne-moi la revanche.”Si elle une seconde fois, elle paraîtra doublement affligée ;et amant sera distrait ou endormi, elle s’emparera de sa lèvre et la tiendra entre ses dents, de façon qu’elle ne puisse puis elle éclatera de rire,fera grand bruit, se moquera de lui, tout autour, et dira ce qui lui passera par la tête, en remuant sourcils et en roulant les yeux.Tels sont, les jeux et les querelles accompagnent le baiser,mais on peut les associer aussi à l’égratignure avec les ongles et les doigts,à la morsure et aux cris ou mots. Toutefois, ces pratiques ne sont familières qu’aux hommes et aux femmes de passion intense.Lorsqu’un homme baise la lèvre supérieure d’une femme, et celle-ci,en retour, baise la lèvre inférieure de son amant, cela est le baiser de la lèvre supérieure.
kama sutra (1)
Lorsque l’un d’eux prend entre ses lèvres les 2 lèvres de cela s’appelle un baiser servant. Mais cette sorte de baiser n’est par une femme que sur un homme sans moustaches.Et si, de ce baiser, l’un des amants touche avec sa langue les dents,et le palais de l’autre, cela s’appelle le combat de la langue.Il y a de pratiquer, de la même manière, la pression des dents de l’un la bouche de l’autre.Le baiser est de 4 sortes, savoir : modéré, contracté, et doux, suivant les différentes parties du corps car différentes sortes de baisers sont appropriées du corps.Lorsqu’une femme regarde le visage de son amant pendant sommeil,et le baise pour montrer son intention ou désir, cela s’appelle un baiser qui attise l’amour.Lorsqu’une femme embrasse son amant pendant qu’il est en affaires,ou qu’il a querelle, ou qu’il regarde quelque autre chose, de façon à distraire son esprit, cela s’appelle un baiser qui distrait.Lorsqu’un amant, rentré tard la nuit, embrasse sa maîtresse endormie sur son lit afin de lui montrer son désir, cela s’appelle un baiser qui éveille.En pareille occasion, la femme peut faire semblant de dormir à l’arrivée de son amant, de sorte qu’elle puisse connaître son intention et obtenir son respect.Lorsqu’une personne embrasse l’image de la personne aimée,réfléchie dans un miroir, dans l’eau, ou sur un mur, cela s’appelle un baiser qui montre l’intention.Lorsqu’une personne embrasse un enfant assis sur ses genoux,ou une peinture, ou une image, ou une figure, en présence de la personne aimée, cela s’appelle un baiser transféré.Lorsque la nuit, au théâtre, ou dans une réunion de caste, un homme allant au-devant d’une femme embrasse un doigt de sa main si elle estdebout, ou un orteil de son pied si elle est assise ; ou lorsqu’une femme,en massant le corps de son amant, met son visage sur sa cuisse,comme si elle voulait dormir, de manière à enflammer sa passion,et embrasse sa cuisse ou son gros orteil, cela s’appelle un baiser démonstratif.Il y a aussi, sur ce sujet, un verset dont voici le texte :
Toute chose, quelle qu’elle soit, que l’un des amants fait à l’autre,celui-ci doit la lui rendre ; c’est-à-dire, si la femme embrasse l’homme,
 

 l’homme doit l’embrasser en retour ; si elle le frappe, il doit de même la frapper en retour.”
Chapitre IV
 
De la pression, ou marque, ou égratignure avec les ongles
Lorsque l’amour devient intense, c’est le cas de pratiquer la pression ou l’égratignure du corps avec les ongles.Cette pratique a lieu dans les occasions suivantes : lors de la première visite,au moment de partir pour un voyage ; au retour d’un voyage ; au momentde la réconciliation avec un amant irrité ; et enfin, lorsque la femme est ivre.Mais la pression avec les ongles n’est familière qu’aux amants à passion intense. Ceux qui s’y plaisent associent cette pratique à la morsure.La pression avec les ongles est de 8 sortes, suivant la forme des marques qui en résultent, savoir :
EUSKAL-KAMASUTRA-KAMASUTRA-BASQUE-03-17
 
1. Sonore
Lorsqu’une personne presse le menton, les seins, la lèvre inférieure ou le jaghana d’une autre, si doucement qu’il n’en reste aucune marque ou égratignure, et que le poil seul se dresse sur le corps au contact des ongles,qui eux-mêmes rendent un son, cela s’appelle une pression sonore avec les ongles.Cette pression est usitée à l’égard d’une jeune fille, lorsque son amant la masse, lui gratte la tête, et veut la troubler ou l’effrayer.
 
2. Demi-lune
La marque courbe avec les ongles, qui est imprimée sur le cou et les seins,s’appelle la demi-lune.
3. Cercle
Lorsque les demi-lunes sont imprimées l’une contre l’autre, cela s’appelle un cercle. Cette marque avec les ongles se fait généralement sur le nombril,sur les petites cavités à l’entour des fesses, et sur les jointures des cuisses.
4. Ligne
Une marque en forme de petite ligne, qu’on peut faire sur n’importe quelle partie du corps, s’appelle une ligne.
 
5. Griffe de tigre
La même ligne, si elle est courbe, et tracée sur la poitrine, s’appelle une griffe de tigre.
 
6. Patte de paon
Lorsqu’on trace une ligne courbe sur la poitrine au moyen des 5 ongles,cela s’appelle une patte de paon. On fait cette marque dans le butd’en tirer honneur, car il faut beaucoup d’adresse pour l’exécuter proprement.
 
7. Saut de lièvre
Lorsque cinq marques avec les ongles sont faites l’une près de l’autre aux environs de la mamelle, cela s’appelle le saut du lièvre.
 
8. Feuille de lotus bleu
Une marque faite sur la poitrine ou sur les hanches en forme de feuille de lotus bleu s’appelle la feuille de lotus bleu. Lorsqu’une personne,au moment de partir en voyage, fait une marque sur les cuisses ou sur la poitrine,cela s’appelle un signe de souvenir. Il est d’usage, en pareille occasion,d’imprimer 3 ou 4 lignes l’une près de l’autre avec les ongles.Les endroits sur lesquels doit porter cette pression avec les ongles sont :le creux de l’aisselle, la gorge, les seins, les lèvres, le jafhana ou partie médiane du corps, et les cuisses.Mais Suvamanabla est d’avis que, si l’impétuosité de la passion est excessive,il n’y a pas à se préoccuper de l’endroit.
Les qualités requises pour de bons ongles, c’est qu’ils soient brillants,bien plantés, propres, entiers, convexes, doux et polis.Les ongles sont de 3 sortes, suivant leur grandeur, savoir :
 – 
Petits.
 – 
Moyens.
 – 
Grands.Les grands ongles, qui donnent de la grâce aux mains et attirent, par leur apparence, le cœur des femmes, sont possédés par les Bengalis.Les petits ongles, dont on peut se servir de diverses manières,mais seulement pour donner du plaisir, sont possédés par les gens des districts méridionaux.Les ongles moyens, qui ont les propriétés des 2 autres sortes,appartiennent au peuple de Maharashtra
 
Ici finit la marque avec les ongles. On peut encore, par leur moyen,taire d’autres marques que celles ci-dessus décrites ; car, suivant l’observation des anciens auteurs, autant sont innombrables les degrés l’adresse parmi les hommes qui tous connaissent la pratique de cet art,autant sont innombrables les manières de faire ces marques.Et comme la pression ou la marque avec les ongles dépendent de l’amour,personne ne peut dire avec certitude combien de sortes différentes il en existe réellement.La raison de ceci, pour Vatsyayana, c’est que, si la variété est nécessaire en amour, l’amour doit être produit par la variété des moyens.Voilà pourquoi les courtisanes, qui font bien au fait des diversités de voies et moyens, sont si désirables car cette variété que l’on recherche dans tous les arts et amusements, tels que le tir à l’arc et autres exercices,à combien plus forte raison doit-on la rechercher en matière d’amour ?Les marques d’ongles ne doivent pas être faites sur des femmes mariées mais on peut imprimer, sur leurs parties secrètes, des sortes particulières de marques, pour remémorer ou accroître l’amour.Il y a aussi, sur ce sujet, quelques versets dont voici le texte :
L’amour d’une femme qui voit des marques d’ongles sur les parties secrètes de son corps, même si elles sont anciennes et presque effacées, se ravive et se renouvelle. S’il n’y a pas de marques longues pour rappeler à une personne le passage de l’amour, alors l’amour diminue comme il arrive lorsqu’on laisse passer un long temps sans qu’il y ait d’union.”Lorsqu’un étranger aperçoit, même de loin, une jeune femme avec des marques d’ongles sur les seins (il paraîtrait, d’après ceci,que dans les anciens temps les femmes avaient les seins découverts ;c’est ce qu’on voit dans les peintures de l’Ajunta et autres caveaux,où les seins des grandes dames et des princesses de sang royal sont représentés à nu), il est saisi pour elle d’amour et de respect.Pareillement, un homme qui porte des marques d’ongles ou de dentssur certaines parties de son corps, influence l’esprit d’une femme,si ferme qu’il soit d’ailleurs.Bref, rien n’est puissant pour accroître l’amour comme les marques d’ongles ou de morsures.
kama-sutra-photographic-edition-red-eyes-small-36310
Chapitre V
 
De la morsure et des moyens à employer à l’égard des femmes de différents pays
Tous les endroits du corps qui peuvent être baisés sont aussi les endroits qui peuvent être mordus, sauf la lèvre supérieure, l’intérieur de la bouche et les yeux.Les qualités requises pour de bonnes dents, c’est qu’elles soient égales,d’un brillant agréable à l’œil, susceptibles d’être coloriées, de proportions convenables, intactes, et que l’extrémité en soit fine.Par contre, sont défectueuses : les dents ébréchées, déchaussées, rudes,molles, grandes, ou mal plantées.Les différentes sortes de morsures sont comme suit :
 La morsure cachée
La morsure qui ne se révèle que par l’excessive rougeur de la peau mordues’appelle la morsure cachée.
 
La morsure enflée
Lorsque la peau est déprimée des 2 côtés, cela s’appelle la morsure enflée.
 
Le Point
Lorsqu’une petite portion de la peau est mordue avec 2 dents seulement,cela s’appelle le Point.
 

La ligne de Points
Lorsque de petites portions de la peau sont mordues avec toutes les dents,cela s’appelle la ligne de points.
 
Le corail et le joyau
La morsure qui` est faite avec les dents et les lèvres réunies s’appelle le corail et le joyau. La lèvre est le corail, et les dents le joyau.
 
La ligne de joyaux
Lorsque la morsure est faite avec toutes les dents, cela s’appelle la ligne de joyaux.
 
Le nuage brisé
La morsure dont les marques en forme de cercle sont inégales, ce qui provient de l’espacement des dents, s’appelle le nuage irisé. On l’imprime sur les seins.
 
La morsure du sanglier
La morsure qui consiste en plusieurs larges rangées de marques,l’une près de l’autre, et avec des intervalles rouges, s’appelle la morsure du sanglier. On l’imprime sur les seins et sur les épaules.Ces 2 derniers modes de morsure sont particuliers aux personnes de passion intense.C’est sur la lèvre inférieure que se font la morsure cachée, la morsure enflée et le point. La morsure enflée se fait encore sur la joue, ainsi que le corail et le joyau.Le baiser, la pression avec les ongles et la morsure sont les ornements de la joue gauche ; et quand il est question de joue, c’est la joue gauche qu’il faut entendre.
La ligne de points et la ligne de joyaux doivent toutes deux être imprimées sur la gorge, l’aisselle et les jointures des cuisses ; mais la ligne de points seule doit être imprimée sur le front et les cuisses.Si l’on marque avec les ongles, ou si l’on mord les objets suivants,savoir : un ornement du front, un ornement d’oreille, un bouquet de fleurs,une feuille de bétel ou une feuille de tamala, qui sont portés par une femmeaimée ou lui appartiennent, cela signifie désir de jouissance.Ici finissent les différentes sortes de morsures.En matière d’amour, un homme doit s’étudier à faire des choses agréablesaux femmes des divers pays.Les femmes des contrées centrales (c’est-à-dire entre le Gange et le Djoumnah) sont d’un caractère noble, non accoutumées aux pratiques désagréables ; elles répugnent à la pression des ongles et à la morsure.Les femmes du pays de Balhika se laissent gagner par qui les frappe.Les femmes d’Avantika aiment les plaisirs grossiers, et n’ont pas de bonnes mœurs.Les femmes du Maharashtra aiment à pratiquer les 64 arts, elles articulent des mots bas et malsonnants et veulent qu’on leur parle de même,elles sont enragées de jouissance.Les femmes de Pataliputra (c’est-à-dire la moderne Patna)sont du même tempérament que celles du Maharashtra, mais elles n’expriment leurs désirs qu’en secret.Les femmes du pays de Dravida, si bien frottées et comprimées qu’elles puissent être au moment de la jouissance sexuelle, ont l’émission du sperme très lente : c’est-à-dire qu’elles sont très lentes à parfaire le coït.Les femmes de Vanavasi sont modérément. Passionnées, elles aiment toute espèce d’amusement, couvrent leurs corps, et réprimandent ceux qui disent des mots bas, grossiers et malsonnants.Les femmes d’Avanti haïssent le baiser, la marque avec les ongles et la morsure, mais elles affectionnent différentes sortes d’unions sexuelles.Les femmes de Malwa aiment l’embrassement et le baiser,mais sans blessure, et elles se laissent gagner par qui les frappe.
Les femmes d’Abhira, et celles du pays entre l’Indus et les 5 rivières(c’est-à-dire le Pendjab), sont folles de l’Auparishtaka ou congrès buccal.Les femmes d’Aparatika sont pleines de passion ; elles font entendrelentement le son de “Sitt”.Les femmes du pays de Lat ont les désirs plus violents encore,et elles font aussi entendre le son de “Sitt”.Les femmes du Stri Rajya et de Koshola (Oude) sont pleines d’impétueux désirs ; leur sperme s’émet en grande quantité, et elles aimentà se droguer pour faciliter cette émission.Les femmes du pays d’Andhra ont des corps tendres ; elles aimentà se divertir et sont portées aux plaisirs sensuels.Les femmes de Ganda ont le cœur tendre et parlent doucement.Maintenant, si l’on s’en rapporte à Suvamana ha, les convenances de nature de telle ou telle personne, prise en particulier, importent plus que les usages généraux du pays entier, et conséquemment ces usages ne doivent pas être suivis dans tel ou tel cas donné.Les divers plaisirs, l’habillement, les exercices et divertissements d’un pays finissent par être empruntés par un autre, et l’on doit, dans le cas en question,les considérer comme originaires de ce pays même.Des choses mentionnées plus haut, savoir : l’embrassement, le baiser, etc…on doit faire d’abord celles qui accroissent la passion ; on fera ensuite celles qui n’ont pour objet que l’amusement ou la variété.Il y a aussi, là-dessus, quelques versets dont voici le texte :
Quand un homme mord violemment une femme, elle doit le lui rendre furieusement avec 2 fois autant de force. Ainsi, pour un point elle rendra une ligne de points, et pour une ligne de points un nuage basé et si elle est très surexcitée, elle entamera immédiatement une querelle d’amour.
En même temps elle saisira son amant par les cheveux, lui fera courber la tête,baisera sa lèvre inférieure, et alors, enragée d’amour, fermant les yeux,elle le mordra en divers endroits.
Même le jour et dans un lieu fréquenté, si son amant lui montre quelque marque qu’elle peut avoir imprimée sur son corps, elle sourira à cette vue,et, tournant son visage comme si elle allait l’invectiver, elle lui montrera d’un air irrité, sur son propre corps, les marques que lui-même a pu y faire.
 

Ainsi donc, si hommes et femmes agissent au gré les uns des autres,leur amour mutuel ne subira aucune diminution, fût-ce pendant un siècle.”
kama-sutra003
 
Chapitre VI
 
Des différentes manières de se coucher,et des diverses sortes de congrès
Dans le cas d’un haut congrès, la femme Mrigi (Biche) devra se coucher de façon à élargir son yoni ; tandis que, dans un bas congrès,la femme Hastini (Éléphant) se couchera de manière à contracter le sien.Mais, dans un congrès égal, elles se coucheront dans la position naturelle.Ce qui vient d’être dit de la Mrigi et de la Hastini s’applique aussi àla femme Vadawa (Jument).Dans un bas congrès, les femmes feront particulièrement usage de drogues pour que leurs désirs soient promptement satisfaits.Il y a, pour la femme-biche, 3 manières de se coucher, savoir :
 
La position largement ouverte
Lorsqu’elle baisse la tête et lève la partie médiane de son corps,cela s’appelle la position largement ouverte. À ce moment,l’homme doit appliquer quelque onguent pour rendre l’entrée plus facile.
 
La position béante
Lorsqu’elle lève ses cuisses et les tient toutes grandes écartées, puis engage le congrès, cela s’appelle la position béante.
 
La position de la femme d’Indra
Lorsqu’elle ramène ses cuisses, avec ses jambes repliées dessus,sur ses côtés, et dans cette posture engage le congrès, cela s’appelle la position d’Indrani ; la pratique seule peut l’apprendre.Cette position convient aussi dans le cas d’un très haut congrès.
 

La position serrante est usitée dans le bas congrès et dans le très bas congrès,concurremment avec la position pressante, la position liante et la position de la jument.Lorsque les jambes de l’homme et de la femme sont étendues droites l’une contre l’autre, cela s’appelle la position serrante.Elle est de 2 sortes : la position de côté et la position de dos,suivant la manière dont ils sont couchés. Dans la position de côté,l’homme doit invariablement se coucher sur le côté gauche et faire coucher la femme sur le côté droit. Cette règle est à observer avec toutes sortes de femmes.Lorsque, le congrès ayant commencé dans la position serrante,la femme presse son amant avec ses cuisses, cela s’appelle la position pressante.Lorsqu’une femme place une de ses cuisses en travers de la cuisse de son amant, cela s’appelle la position liante.Lorsque la femme retient de force le Lingam dans son yoni,cela s’appelle la position de la jument. La pratique peut seule l’apprendre.Elle est surtout connue chez les femmes du pays d’Andhra.Telles sont les différentes manières de se coucher mentionnées par Babhravya. Toutefois il y en a d’autres qu’indique Suvamanabha,et que voici :Lorsque la femme lève ses 2 cuisses toutes droites, cela s’appellela position levante.Lorsqu’elle lève ses 2 jambes et les place sur les épaules de son amant,cela s’appelle la position béante.Lorsque les jambes sont contractées et maintenues ainsi par l’amant devant sa poitrine, cela s’appelle la position pressée.Lorsqu’une des jambes seulement est étendue, cela s’appelle la position demi-pressée.Lorsque la femme place une de ses jambes sur l’épaule de son amant et étend l’autre, puis met celle-ci à son tour sur l’épaule et étend la première,et ainsi de suite alternativement, cela s’appelle la fente du bambou.
 

Lorsqu’une des jambes est placée sur la tête et l’autre étendue,cela s’appelle la pose d’un clou. La pratique seule peut l’apprendre.Lorsque les 2 jambes de la femme sont contractées et placées sur son estomac,cela s’appelle la position du crabe.Lorsque les cuisses sont élevées et placées l’une sur l’autre,cela s’appelle la position en paquet.Lorsque les jambes sont placées l’une sur l’autre, cela s’appellela position en forme de lotus.Lorsqu’un homme, pendant le congrès, tourne en rond et jouit de la femmesans la quitter, la femme lui tenant toujours les reins embrassés,cela s’appelle la position tournante. Elle ne s’apprend que par la pratique.Au dire de Suvarnanabha, ces différentes positions, couchée, assise et debout, doivent être pratiquées dans l’eau, parce qu’elles y sont plus faciles.Mais Vatsyayana est d’avis que le congrès dans l’eau n’est pas convenable,étant prohibé par la loi religieuse.Lorsqu’un homme et une femme s’appuient sur le corps l’un de l’autre,ou sur un mur, ou sur un pilier, et se tenant ainsi debout engagent le congrès,cela s’appelle le congrès appuyé.Lorsqu’un homme s’appuie contre un mur, et que la femme, assise sur les mains de l’homme réunies sous elle, passe ses bras autour de son cou et,collant ses cuisses le long de sa ceinture, se remue au moyen de ses piedsdont elle touche le mur contre lequel l’homme s’appuie, cela s’appelle le congrès suspendu.Lorsqu’une femme se tient sur ses mains et ses pieds comme un quadrupède,et que son amant monte sur elle comme un taureau, cela s’appelle le congrès de la vache. À cette occasion, il y a lieu de faire sur le dos tout ce qui se fait ordinairement sur la poitrine.On peut opérer de même le congrès du chien, le congrès de la chèvre,le congrès de la biche, le violent assaut de l’âne, le congrès du chat,le bond du tigre, la pression de l’éléphant, le frottement du sanglier et l’assaut du cheval. Et, dans tous les cas, on doit imiter les allures de chacun de ces différents animaux.
Lorsqu’un homme jouit en même temps que 2 femmes, qui l’aiment également toutes 2, cela s’appelle le congrès uni.Lorsqu’un homme jouit en même temps de plusieurs femmes, cela s’appelle le congrès du troupeau de vaches.Les sortes de congrès suivantes, savoir : l’exercice dans l’eau, ou congrès d’un éléphant avec plusieurs éléphants femelles qu’on dit n’avoir lieu quedans l’eau, le congrès du troupeau de chèvres, le congrès du troupeau de biches,s’opèrent à l’imitation de ces animaux.À Gramaneri, plusieurs jeunes gens jouissent d’une femme qui peut être mariée à l’un d’eux, soit l’un après l’autre, soit tous en même temps. Ainsi l’un la tient, l’autre en jouit, un troisième s’empare de sa bouche,un quatrième de son ventre ; et de cette façon ils jouissent alternativement de chacune de ses parties.Même chose peut se faire quand plusieurs hommes se trouvent en compagnie d’une courtisane. Et les femmes du harem du Roi, de leur côté, peuvent en faire autant quand par hasard elles mettent la main sur un homme.Les gens des contrées méridionales ont aussi un congrès dans l’anus,qui s’appelle le congrès inférieur.Ainsi finissent les diverses sortes de congrès. Il y a aussi, sur ce sujet,2 versets dont voici le texte :
Une personne ingénieuse doit multiplier les sortes de congrès,en imitant les différentes espèces de bêtes et d’oiseaux.
Ces différentes sortes de congrès, opérées suivant les usages de chaque pays et la fantaisie de chaque individu, engendrent l’amour,l’amitié et le respect dans le cœur des femmes.”
kamasutra004
 

 
Chapitre VII
 
Des diverses manières de frapper et des sons appropriés
Le commerce sexuel peut être comparé à une querelle à cause des contrariétésde l’amour et de sa tendance à tourner en dispute.L’endroit que l’on frappe avec passion est le corps,et sur le corps les endroits spéciaux sont :
 – 
Les épaules.
 – 
La tête.
 – 
L’espace entre les seins.
 – 
Le dos.
 – 
Le jaghana, ou partie médiane du corps.
 – 
Les côtés.Il y a 4 manières de frapper, savoir :
 – 
Frapper avec le dos de la main.
 – 
Frapper avec les doigts un peu contractés.
 – 
Frapper avec le poing.
 – 
Frapper avec la paume de la main ouverte.Les coups produisant de la douleur, il en résulte le son sifflant,qui est de diverses sortes, et les 8 sortes de plaintes, savoir :
 – 
Le son Hinn.
 –
Le son tonnant.– Le son roucoulant.
 – 
Le son pleurant.
 – 
Le son Phoutt.
 – 
Le son Phâtt.
 – 
Le son Soûtt.
 – 
Le son Plâtt.
Outre cela, il y a aussi des mots qui ont un sens, tels que : “Ma mère !”et ceux qui expriment prohibition, suffisance, désir de libération, douleur ou louange, auxquels on peut joindre des sons comme ceux de la colombe,du coucou, du pigeon vert, du perroquet, de l’abeille, du moineau, du flamant,du canard et de la caille, qui tous sont usités dans telle ou telle occasion.Les coups de poing doivent être donnés sur le dos de la femme, pendantqu’elle est assise sur les genoux de l’homme. Elle doit lui rendre ses coups,en l’invectivant comme si elle était en colère, avec accompagnement des sonsroucoulant et pleurant.Lorsque le congrès est engagé, on frappe l’espace entre les seins avec le dos de la main, lentement d’abord, puis de plus en plus vite suivant que l’excitation augmente, jusqu’à la fin.À ce moment on émettra les sons Hinn et autres, alternativement ou comme on voudra, suivant la coutume. Lorsque l’homme, faisant entendre le son Phâtt,frappe la femme sur la tête avec ses doigts un peu contractés, cela s’appelle Prasritaka, ce qui veut dire : frapper avec les doigts un peu contractés.Dans ce cas, les sons appropriés seront le son roucoulant, le son Phâtt et le son Phoutt dans l’intérieur de la bouche, et, à la fin du congrès,les sons soutirant et pleurant.Le son Phâtt est une imitation du bruit que produit la cassure du bambou ;le son Phoutt ressemble au bruit d’une chose qui tombe dans l’eau.À chaque fois qu’on lui donne un baiser ou qu’on lui fait une caresse quelconque, la femme doit répondre par un son sifflant.Pendant l’action, si la femme n’est pas habituée à être frappée,elle murmure continuellement des mots qui expriment prohibition,suffisance ou désir de libération, ou des mots tels que : “Mon père !”“Ma mère !”, entrecoupés de sons soupirant, pleurant et tonnant !Vers la fin du congrès, l’homme Pressera fortement, avec la paume des mains ouvertes, les seins, le jagnana et les côtés de la femme,et cela jusqu’à la fin ; et la femme fera alors entendre des sons tels que ceux de la caille ou de l’oie.Il y a aussi, sur ce sujet, 2 versets dont voici le texte :
Les caractéristiques du sexe masculin sont, dans l’opinion générale,la rudesse et l’impétuosité ; tandis que la faiblesse, la tendresse,la sensibilité, et une inclination à éviter les choses déplaisantes,sont les marques distinctives du sexe féminin.
L’excitation de la passion et certaines particularités d’habitude peuvent quelquefois produire, en apparence, des résultats contraires ;mais l’état naturel tant toujours par reprendre le dessus.”Aux 4 manières de frapper mentionnées plus haut, on peut ajouter l’emploi du coin sur la poitrine, des ciseaux sur la tête, de l’instrument perçant sur les joues, et des pinces sur les seins et les côtés, ce qui donne en tout 8 manières.Mais ces 4 manières de frapper avec des instruments sont particulières aux gens des contrées méridionales, et l’on en voit les marques sur les seins de leurs femmes. Ce sont des particularités locales, mais Vatsyayana est d’avis quela pratique en est douloureuse, barbare, vile, et qu’elle n’est pas du tout à imiter.En règle générale, tout ce qui est particularité locale ne doit pas adopté ailleurs sans examen. Et même dans les pays où la pratique est prévalente,il faut toujours en éviter l’abus.Voici des exemples du danger de ces pratiques : Le roi des Panchalastua la courtisane Madhavasena en se servant d’un coin pendant le congrès.Shatakami Shatavahana, roi des Kuntalas, fit perdre la vie à sa grande reine Malayavati par l’emploi d’une paire de ciseaux ; et Naradeva, dont la main était déformée, aveugla une jeune danseuse avec un instrument perçant mal dirigé.Il existe aussi, sur ce sujet, 2 versets dont voici le texte :
Relativement à ces choses, il ne peut y avoir ni énumération ni règle définie.Une fois le congrès commencé, la passion seule régit tous les actes des parties.”Ces actions passionnées, ces gestes ou mouvements amoureux, qui naissent de l’excitation du moment, dans le congrès, ne sauraient être définis :ils sont irréguliers comme des songes.Un cheval qui a une fois atteint le cinquième degré de motion poursuit sa course avec une vitesse aveugle, sans regarder aux trous, aux fossés,aux poteaux qui peuvent barrer sa route : ainsi 2 amants, dans la chaleur du congrès ; la passion les aveugle, ils vont, ils vont toujours, avec furie,sans s’inquiéter en rien des excès.Pour cette raison, l’homme qui possède à fond la science d’amour et qui connaît sa propre force, comme aussi la tendresse, l’ardeur et la force de sa maîtresse, agira en conséquence.Les différents modes de jouissance ne sont pas pour tous les temps ni pour toutes les personnes : on doit, pour les appliquer, consulter le temps,le pays et l’endroit.
 1-kama-sutra-temple-dorota-nowak

 
Chapitre VIII
 
Des femmes qui jouent le rôle de l’homme et du travail de l’homme
Lorsqu’une femme voit son amant fatigué par un congrès prolongé,sans qu’il ait assouvi son désir, elle doit, avec sa permission, le renverser sur le dos et lui venir en aide en jouant son rôle. Elle peut le faire aussi pour satisfaire la curiosité de l’homme, ou son propre désir de nouveauté.Il y a 2 façons d’opérer : la femme, pendant le congrès, tourne en rondet monte sur son amant, de manière à continuer l’action sans interrompre le plaisir ; ou bien elle joue le rôle de l’homme dès le commencement.Alors, sa chevelure dénouée mêlée de fleurs, souriante et haletante à la fois,elle appuiera les seins sur la poitrine de son amant, et, baissant fréquemment la tête, lui rendra ce qu’il lui faisait tout à l’heure, ses coups, ses invectives.Elle lui dira : “Tu m’as renversée, tu m’as moulue ; à mon tour de te renverser,de te moudre.” Puis elle aura des semblants de pudeur, se prétendra fatiguée,voudra cesser le congrès. Et elle fera ainsi le travail de l’homme,que nous allons maintenant exposer.Tout ce que fait un homme pour donner du plaisir à une femme s’appelle le travail de l’homme, et voici en quoi il consiste :La femme étant couchée sur le lit, et en quelque sorte absorbée par sa conversation, il dénouera sa jupe de dessous, et, si elle commence à l’invectiver, la fera taire en la couvrant de baisers. Alors, son Lingam mis en érection, il promènera ses mains sur divers endroits et maniera délicatement certaines parties du corps.Si la femme est honteuse, et que ce soit la première fois qu’ils se rencontrent,l’homme glissera ses mains entre les cuisses, qu’elle voudrait probablement tenir serrées. Si c’est une très jeune fille, il devra d’abord s’emparer de ses seins,qu’elle voudrait probablement couvrir de ses propres mains, puis il lui passera les bras sous les aisselles et sur le cou.Si, au contraire, c’est une femme expérimentée, il fera ce qui pourra être agréable à l’un et à l’autre et approprié à la circonstance. Ensuite il saisira sa chevelure, et lui tiendra le menton dans ses doigts pour lui donner des baisers.Là-dessus, si c’est une jeune fille, elle deviendra honteuse et fermera les yeux.Quel que soit le cas, la contenance de la femme lui indiquera ce qu’il devra faire pour lui rendre le congrès agréable.
 

Ici Suvamanabha observe que, tout en faisant à la femme ce qu’il juge le plus convenable pendant le congrès, l’homme doit toujours avoir soin de presser les parties de son corps sur lesquelles elle tourne les yeux.Les signes de jouissance et de satisfaction de la femme sont les suivants :son corps se relâche, elle ferme les yeux, oublie toute pudeur, et montre un désir croissant d’unir les 2 organes aussi étroitement que possible.D’un autre côté, voici les signes auxquels on reconnaît qu’elle ne jouit pas et n’est pas satisfaite : elle choque ses mains, ne laisse pas l’homme se lever,semble abattue, mord l’homme, le frappe, et continue à s’agiter après que l’homme a fini.En pareil cas, l’homme doit lui frotter le yoni avec sa main et ses doigts(comme l’éléphant frotte avec sa trompe) avant de réengager le congrès, jusqu’à ce que l’irritation soit calmée ; puis, il s’occupera d’introduire son Lingam.Voici les actes que doit faire un homme :
 
Pousser en avant
Lorsque les organes sont rapprochés convenablement et directement,cela s’appelle pousser en avant.
 
Frictionner ou baratter
Lorsqu’on tient le Lingam avec la main, et qu’on le fait tourner tout autour dans le yoni, cela s’appelle baratter.
 
Percer
Lorsque le yoni est abaissé et que le Lingam en frappe la partie supérieure,cela s appelle percer.
 
Frotter
Lorsque même chose est faite sur la partie inférieure, cela s’appelle frotter.
 

 Presser
Lorsque le yoni est longtemps pressé par le Lingam, cela s’appelle presser.
 
Donner un coup
Lorsque le Lingam est retiré à une certaine distance du yoni, et qu’il y rentre ensuite avec force, cela s’appelle donner un coup.
 
Le coup du sanglier
Lorsque le Lingam ne frotte qu’un côté seulement du yoni,cela s’appelle le coup du sanglier.
Le coup du taureau
Lorsque les 2 côtés du yoni sont ainsi frottés, cela s’appelle le coup du taureau.
 
La chasse au moineau
Lorsque le Lingam est dans le yoni, et qu’on l’y agite avec un rapide mouvement de va-et-vient, sans le retirer, cela s’appelle la chasse au moineau.C’est le dernier acte du congrès.Quand une femme joue le rôle de l’homme, elle doit, en sus des 9 opérations ci-dessus, faire les 3 suivantes :
 
La paire de pincettes
Lorsque la femme tient le Lingam dans son yoni, l’y attire, le serre et le garde ainsi longtemps, cela s’appelle la paire de pincettes.
 
La toupie
Lorsque, pendant le congrès, elle tourne en rond comme une roue,cela s’appelle la toupie. La pratique seule peut l’apprendre.
La balançoire
Lorsque, en pareil cas, l’homme soulève la partie médiane de son corps,et que la femme tourne en rond sur sa partie médiane à elle, cela s’appelle la balançoire.Si la femme est fatiguée, elle posera son front sur celui de son amant,et restera ainsi sans interrompre l’union des organes. Puis, quand elle sera reposée, l’homme se retournera et recommencera le congrès.Il y a aussi, sur ce sujet, des versets dont voici le texte :
Si réservée que soit une femme, et si bien caché qu’elle tienne ce qu’elle ressent, toutefois, lorsqu’elle monte sur un homme, elle trahit tout son amour et toute sa passion. La contenance de la femme doit faire connaître à l’homme ses dispositions, et la manière dont elle veut qu’on jouisse d’elle. La femme qui est dans ses menstrues, la femme qui a récemment accouché, et la femme grosse, ne doivent pas être autorisées à jouer le rôle de l’homme.”
kama-sutra1
 
Chapitre IX
 
De l’auparishtakai  ou congrès buccal
Il y a 2 sortes d’eunuques, les uns déguisés en hommes, les autres en femmes.Les eunuques déguisés en femmes imitent celles-ci en tout : costume, parler,gestes, gentillesse, timidité, simplicité, douceur et modestie.Les actes qui s’opèrent sur le jaghana ou partie médiane des femmes se font dans la bouche de ces eunuques : c’est ce qu’on appelle Aupahshtaka.Ces eunuques trouvent dans le congrès buccal un plaisir d’imagination,en même temps qu’un gagne pain, et ils mènent la vie des courtisanes,surtout ceux qui sont déguisés en femmes.Les eunuques déguisés en hommes tiennent leurs pratiques secrètes,et quand ils veulent exercer une profession, ils choisissent celle de masseur.Sous prétexte de vous masser, un eunuque de cette sorte embrasse et attire à lui les cuisses de son client, puis il lui touche les attaches des cuisses et le jaghana,ou les parties centrales du corps.
 

Si, alors, il trouve le Lingam en érection, il le presse de ses mains et le frotte pour le maintenir dans cet état. Si, après cela et connaissant son intention,le client ne dit pas à l’eunuque de continuer, celui-ci prend sur lui de le faire et commence le congrès. Si, au contraire, le client lui ordonne d’agir,il s’y refuse et ne consent enfin qu’avec difficulté.Suit alors une série de 8 opérations pratiquées l’une après l’autre par l’eunuque,savoir :Cette pratique paraît avoir été usitée très anciennement dans certaines parties de l’Inde. Le Shushnata, un ouvrage de médecine qui remonte à 2.000 ans,décrit, au nombre des maladies dont il traite, la blessure faite au Lingam par les dents. On trouve des traces de cette pratique jusque dans le VIIe siècle.Il existe, en effet, des scènes d’Aupahshtaka dans les sculptures de plusieurs temples de Shaiva à Bhuvaneshwara, près de Kattak, dans l’Orissa,qui ont été construits vers cette époque.De telles sculptures sur de tels édifices donnent à penser que cette pratique était alors très populaire dans certaines régions. Il ne paraît pas qu’elle soit aussi en faveur aujourd’hui dans l’Hindoustan : elle a peut-être cédé la place à la sodomie, introduite depuis la période mahométane.
 
1. Congrès nominal
Lorsque, tenant le Lingam de l’homme avec sa main, et le plaçant entre ses lèvres, l’eunuque le frôle de sa bouche, cela s’appelle congrès nominal.
 
2. Mordillage des côtés
Lorsque, couvrant l’extrémité du Lingam avec ses doigts rassemblés en forme de bouton de fleur, l’eunuque en presse les côtés avec ses lèvres, en se servant aussi des dents, cela s’appelle Mordillage des côtés.
 
3. Pression extérieure
Lorsque, sollicité de continuer, l’eunuque presse le bout du Lingam avec ses lèvres serrées et l’embrasse comme s’il voulait le tirer,cela s’appelle pression extérieure.  

 
4. Pression intérieure
Lorsque, sur une nouvelle invitation de poursuivre, il introduit le Lingam plus avant dans sa bouche, le presse avec ses lèvres et ensuite le fait sortir,cela s’appelle pression intérieure.
 
5. Baiser
Lorsque, tenant le Lingam dans sa main, l’eunuque l’embrasse comme s’il faisait la lèvre inférieure, cela s’appelle baiser.
 
6. Polissage
Lorsque, après l’avoir baisé, il le caresse partout avec sa langue,et particulièrement sur l’extrémité, cela s’appelle polissage.
 
7. Succion de la mangue
Lorsque, continuant de la sorte, il en introduit la moitié dans sa bouche,l’embrasse et le suce avec force, cela s’appelle succion de la mangue.
 
8. Absorption
Et enfin, lorsque, du consentement de l’homme, l’eunuque introduit le Lingam tout entier dans sa bouche et le presse jusqu’à la racine comme s’il allait l’avaler, cela s’appelle absorption.Chacune de ces opérations terminée, l’eunuque exprime son désir d’en rester là.Malgré la première, le client veut la seconde, puis la troisième, et ainsi de suite.On peut aussi, pendant cette espèce de congrès, frapper, égratigner, etc.L’Auparishtaka est également pratiqué par des femmes dissolues et libertines,et par des servantes non mariées, qui vivent de la profession de masseuse.Les Acharyas (anciens et vénérables auteurs) sont d’avis que cet Auparishtaka est l’affaire d’un chien et non celle d’un homme, parce que c’est une pratique basse et prohibée par la Sainte Écriture, et parce que l’homme lui-même souffre en mettant son Lingam en contact avec les bouches des eunuques et des femmes.
Mais Vatsyayana soutient que les prohibitions de la Sainte Écriture ne s’appliquent pas à ceux qui fréquentent les courtisanes, et que la pratique de l’Auparishtaka n’est défendue qu’avec les femmes mariées. Quant au mal qui peut être fait à l’homme, il est aisément remédiable.Les gens de l’Inde orientale ne s’adressent pas aux femmes qui pratiquent l’Auparishtaka.Les gens d’Ahichhatra s’adressent à ces femmes, mais s’abstiennent de tout commerce avec la bouche.Les gens de Saketa ont avec ces femmes toute espèce de commerce buccal,tandis que ceux de Nagara s’en abstiennent, mais font tout le reste.Les gens du pays de Shurasena, sur la rive méridionale du Djoumnah,font tout sans hésitation, car, disent-ils, les femmes étant malpropres de nature,personne ne peut être certain de leur caractère, de leur pureté, de leur conduite,de leurs pratiques, de leurs confidences ou de leurs discours.Il n’y a pas lieu, pour cela, de les délaisser. En effet, la loi religieuse,sur l’autorité de laquelle elles sont réputées pures, établit que le pis d’une vache est propre au moment où on la trait, quoique la bouche d’une vache,et aussi la bouche de son veau, soient considérées comme malpropres par les Hindous.De même un chien est propre lorsque à la chasse il s’empare d’une biche,quoique la nourriture touchée par un chien soit d’ailleurs considérée comme très malpropre.Un oiseau est propre quand il fait tomber un fruit d’un arbre en le becquetant,quoique les objets mangés par des corbeaux ou autres oiseaux soient considérés comme malpropres.La bouche d’une femme, aussi, est propre pour donner ou recevoir des baisers,et pour d’autres actes semblables au moment du commerce sexuel.
Vatsyayana, en fin de compte, estime que, dans toutes ces matières d’amour,chacun doit agir conformément aux usages de son pays et à sa propre inclination.
Il y a aussi, sur ce sujet, des versets dont voici le texte :
 

Les serviteurs mâles de certains hommes pratiquent avec leurs maîtresle congrès buccal. Il y a aussi des citoyens qui, se connaissant bien les uns les autres, le pratiquent entre eux. Certaines femmes du harem, lorsqu’elles sont amoureuses, agissent de la bouche sur les Yonis l’une de l’autre,et certains hommes font la même chose avec les femmes.
Pour faire ceci (c’est-à-dire pour baiser le yoni), on imitera le baiser sur la bouche. Lorsqu’un homme et une femme sont couchés en sens inverse,c’est-à-dire la tête de l’un vers les pieds de l’autre, et se livrent à cette espèce de congrès, cela s’appelle le congrès du corbeau.”Ces sortes de choses passionnent tellement certaines courtisanes,qu’elles abandonnent des amants distingués, honnêtes et instruits, pour s’attacher à des personnes de basse condition, telles que des esclaves et des conducteurs d’éléphants.L’Auparishtaka, ou congrès buccal, ne doit jamais être pratiqué par un Brahmane lettré, par un ministre chargé des affaires d’un État, par un homme de bonne réputation ; car, si la pratique en est permise par les Shastra, il n’y a pas de raison pour qu’on la mette en œuvre,si ce n’est dans les cas particuliers.Ainsi, par exemple, on mentionne dans les livres de médecine le goût,la force et les qualités digestives de la viande de chien, mais il ne s’ensuit pas que le sage doive en manger.Par contre, il y a des hommes, des lieux et des temps à l’égard desquelson peut user de ces pratiques. Un homme doit, en conséquence, considérer le lieu, le temps et la pratique qu’il s’agit d’opérer, si elle convient à sa nature et à lui-même ; après quoi il pourra ou non s’y livrer, selon les circonstances.Mais après tout, ces choses étant faites secrètement et l’esprit de l’homme étant variable, comment savoir ce que fera une personne dans tel ou tel temps et pour tel ou tel objet ?
 Kama Sutra 004

 
Chapitre X
De la manière de commencer et de finir le congrès différentes sortes de congrès et querelles d’amour
Dans la chambre de plaisir, décorée de fleurs et embaumée de parfums,le citoyen, en compagnie de ses amis et serviteurs, recevra sa femme,qui viendra baignée et parée, et il l’invitera à se rafraîchir et à boire librement.Il la fera ensuite asseoir à sa gauche ; puis, prenant sa chevelure et touchant l’extrémité et le nœud de son vêtement, il l’embrassera délicatement avec son bras droit. Ils se livreront alors à une plaisante conversation sur différents sujets, et pourront aussi parler, à mots couverts, de choses qui seraient considérées comme peu séantes en société.Ils pourront chanter, avec ou sans gesticulations, jouer des instruments de musique, causer de beaux arts, et s’exciter l’un l’autre à boire. Enfin,lorsque la femme n’en pourra plus d’amour et de désir, le citoyen renverra le monde qui sera autour de lui, donnant à chacun des fleurs, des onguents,des feuilles de bétel ; et lorsqu’ils seront enfin seuls tous les 2,ils procéderont comme il a été écrit dans les précédents chapitres.Tel est le commencement de l’union sexuelle. À la fin du congrès,les amants, avec modestie et sans se regarder l’un l’autre, iront séparément au cabinet de toilette. Ensuite, assis à leurs mêmes places, ils mangeront quelques feuilles de bétel, et le citoyen appliquera de sa propre mainsur le corps de la femme un onguent de pur santal ou de quelque autre essence.Il l’embrassera alors de son bras gauche et, avec des paroles aimables,la fera boire dans une coupe qu’il tiendra dans sa propre main,où il lui donnera de l’eau à boire. Ils pourront manger des sucreries ou autres choses, à leur fantaisie, et boire des jus frais, du potage, du gruau,des extraits de viande, des sorbets, du jus de manguier, de l’extrait de jus de citron mêlé de sucre, ou toute autre chose qui soit au goût du pays et connue pour être douce, agréable et pure.
5671544-famous-kamasutra-scenes-on-the-wall-of-hindu-temple-in-khajuraho-india
Les amants peuvent aussi s’asseoir sur la terrasse du palais ou de la maison,pour y jouir du clair de lune et se livrer à une agréable conversation.À ce moment aussi, la femme étant couchée sur ses genoux, le visage tourné vers la lune, le citoyen lui montrera les différentes planètes, l’étoile du matin,l’étoile Polaire, et les sept Rishis ou la Grande Ourse.Ainsi finit l’union sexuelle.Le congrès est de différentes sortes, comme suit :
 
Congrès d’amour
Lorsqu’un homme et une femme qui s’aiment depuis un certain temps se trouvent enfin réunis après de Grandes difficultés ; ou lorsque l’un d’eux revient de voyage ; ou lorsqu’ ils se réconcilient après s’être séparés à la suite d’une querelle, leur congrès s’appelle le congrès d’amour. Il se pratique suivant la fantaisie des amants, et aussi longuement qu’il leur plaît.
 
Congrès d’amour subséquent
Lorsque 2 personnes se réunissent, leur amour mutuel étant encore dans l’enfance, leur congrès s’appelle le congrès d’amour subséquent.
 
Congrès d’amour artificiel
Lorsqu’un homme pratique le congrès en s’excitant lui même au moyen des 64 manières, telles que le baiser, etc… ou lorsqu’un homme et une femme ont commerce ensemble, quoique chacun d’eux aime une personne différente,leur congrès s’appelle congrès d’amour artificiel. En pareil cas, il faut employer tous les procédés et moyens indiqués par les Kama Shastra.
 
Congrès d’amour transféré
Lorsqu’un homme, du commencement à la fin du congrès, tout en opérant sur la femme, ne cesse de penser qu’il jouit d’une autre qui a son affection,cela s’appelle le congrès d’amour transféré.
Congrès à l’instar des eunuques
Le congrès entre un homme et une porteuse d’eau ou une servante de caste inférieure à la sienne, qui dure seulement jusqu’à ce que le désir soit satisfait,s’appelle congrès à l’instar des eunuques. On doit s’abstenir, dans ce cas,des attouchements extérieurs, des baisers et des diverses manipulations.
 
Congrès décevant
Le congrès entre une courtisane et un paysan, celui entre citoyens et villageoises ou femmes de banlieue s’appellent congrès décevant.
 
Congrès d’amour spontané
Le congrès entre 2 personnes attachées l’une à l’autre, et qui s’effectue au gré de leur fantaisie, s’appelle congrès d’amour spontané.Ainsi finissent les sortes de congrès.
 
Les querelles d’amour
 Nous allons parler maintenant les querelles d’amour.Une femme qui aime passionnément un homme ne peut souffrir d’entendre prononcer le nom de sa rivale, ni d’avoir aucune conversation à son sujet,ni d’être appelée de son nom par inadvertance. Si pareille chose arrive,alors commence une grande querelle : la femme pleure, se met en colère,agite sa chevelure, frappe son amant, tombe de son lit ou de son siège,et jetant à droite et à gauche guirlandes et ornements, s’étend de son long par terre.L’amant, alors, doit essayer de l’apaiser par des paroles conciliantes,et en même temps, il la relèvera avec précaution et la mettra sur son lit.Mais elle, sans répondre à ses questions, avec une colère toujours croissante,courbera la tête de son amant en tirant ses cheveux, et, après l’avoir frappé une fois, 2 fois, 3 fois sur les bras, la tête, la poitrine ou le dos,se dirigera vers la porte de la chambre.Suivant Dattaka, elle doit alors s’asseoir, l’air courroucé, près de la porte,et verser des larmes ; mais elle ne doit pas sortir, pour éviter de se mettre dans son tort.
 

Au bout d’un certain temps, lorsqu’elle juge que son amant a dit et fait tout ce qu’il pouvait pour se réconcilier, elle doit l’embrasser en lui faisant d’amers reproches, mais aussi en lui laissant voir un vif désir du congrès.Lorsque la femme est dans sa propre maison et qu’elle s’est querellée avec son amant, elle doit aller à lui et lui témoigner toute sa colère, puis le quitter. Mais ensuite, le citoyen lui ayant envoyé le Vita, le Vidushakaou le Pithamardal pour l’apaiser, elle doit revenir avec eux à la maison et passer la nuit avec son amant. Ainsi finissent les querelles d’amour.
En résumé
Un homme qui emploie les 64 moyens indiqués par Babhravya atteint son but et s’assure la jouissance d’une femme de la plus haute qualité. Il aura beau disserter savamment sur d’autres sujets, s’il ne connaît pas les 64 divisions,il n’obtiendra que peu d’estime dans l’assemblée des lettrés.Un homme, dépourvu d’autre savoir, mais bien au courant des 64 divisions,aura la prééminence dans toute société d’hommes et des femmes. Comment ne pas respecter les 64 parties si l’on considère qu’elles ont le respect des lettrés,des savants et des courtisanes ?C’est la raison de ce respect attaché aux 64 parties, du charme qu’elles possèdent et des mérites qu’elles ajoutent aux attraits naturels des femmes,que les Acharyas les appellent chères aux femmes.Un homme versé dans les 64 parties est chéri de sa propre femme,des femmes des autres et des courtisanes.
FIN

Ré-écrire l’histoire:La légende de Rama Setu …les preuves viennent de l’espace

 

Photo satellite montrant clairement l'existence du fameux pont construit 5,100 ans environ avant Jésus-Christ.
Photo satellite montrant clairement l’existence du fameux pont construit 5,100 ans environ avant Jésus-Christ.

 

 

Rama serait descendu du Ciel sur Terre…il aurait bâti un pont reliant l’Inde  au Sri Lanka,il y a plus de 7,000 ans.Comment des hommes de la préhistoire auraient bâti une pareille  oeuvre technologique sans …supervision?

Le pont récemment découvert (depuis l’espace par les astronautes des navettes spatiales et les engins russes) est  constitué d’une chaîne de hauts-fonds et de 30 kilomètres de long dans le Détroit de Palk et couramment appelé Pont d’Adam entre Bharat et Sri Lanka,nous  révèle qu’il y a derrière lui un mystère.

La courbure unique du pont et sa composition par l’âge révèle qu’il a été fait par l’homme. Tant la légende que les études archéologiques montrent que les premiers signes d’habitants humains à Sri Lanka remontent à un âge primitif, il y a environ 1.700.000 années et l’âge du pont est pratiquement équivalent. Cette information est un aspect crucial pour pénétrer dans la mystérieuse légende appelée Ramayana que l’on suppose avoir eu lieu au Treta Yuga (il y a plus de 1.700.000 ans).

Dans cette épopée il est fait mention d’un pont construit entre Rameshvaram (dans l’Inde du Sud) et la côte de Shri Lanka sous la supervision d’un personnage dynamique et invincible appelé Rama, supposé être l’incarnation du Suprême. Cette information peut ne pas être de grande importance pour les archéologues qui s’intéressent à explorer les origines de l’homme, mais il est certain qu’elle ouvrira les portes spirituelles des personnes du mondes qui en sont venues à connaître une histoire ancienne liée à la mythologie indienne. « 

  

Autre photo du pont Hanuman ou pont d'Adam...vue de l'espace.
Autre photo du pont Hanuman ou pont d’Adam…vue de l’espace.

 

NASA – Le Pont d’Hanuman – Une merveille préhistorique du modeL’auteur, avec 40 années d’expérience de recherche scientifique pourrait être l’un des très rares scientifiques qui ont fait des recherches sur le Ramayana de Valmiki depuis 1975, sur les problèmes clés pour les chercheurs du monde entier pour savoir si le Ramayana était un mythe si les Vanaras étaient des singes comme certains le pensent, et si des singes ou des anciens hommes ont construit le Pont d’Hanuman. Ces questions clés sont matière à une grande signification scientifique, historique et anthropologique pour le monde laissé dans l’ignorance, car elles nécessitent une étude sérieuse des deux livres volumineux du Volumineux Ramayana. Avec quelque connaissance pratique du Rig Veda, du Yajur Veda, du Matropasana etc., l’auteur a entrepris des années de recherche scientifique profonde sur ces problèmes clés et est parvenu à des conclusions claires. L’auteur a écrit plusieurs article sur le Ramayana de Valmiki et a organisé des sites web pour l’examen attentif du public.

Le fond de l’étude est le Setu, grande masse de terrain faisant le pont entre l’Inde et Sri Lanka et qui ressemble, comme un doigt, à des projections d’un côté et d’autre que l’on ne voit nulle part ailleurs sur la côte maritime, ce qui élimine la possibilité d’une formation géologique..

Aucune preuve que le Setu a été fait par des hommes

Il n’y a d’un côté aucune preuve documentaire que le Setu, grande basse de terrain faisant le pont entre l’Inde et Sri Lanka, ait été construit par des hommes. Ironiquement, tant les Britanniques que les historiens indiens actuels sont incapables de dire qui a véritablement construit le Setu.

Preuve documentaire : le Setu a été faits par des non-humains

Aussi y a-t-il ici des preuves documentaires convaincantes qui viennent du texte ancien, le Ramayana de Valmiki, selon lequel les Vanaras, les Golangul et les Rukshyas qui ont existé à la période du Ramayana il y a des milliers d’années l’ont construit.
Preuve matérielle et archéologique montrant que des civilisations parallèles aux humains ont existé à la période du Ramayana, avec des capacités ou des compétences supérieures à celles des humains.
La longue carrière académique de l’auteur à L’Institut Indien des Sciences Médicales de New Delhi lui a permis de les montrer comme une civilisation différente qui existait parallèlement aux humains à la période du Ramayana.

L’architecte du Setu

Le Ramayana de Valmiki fourni des détails précis sur la construction du Setu. Construit par l’architecte Nala sans utiliser d’outils, ce pont historique qui devait résister à la charge de 1016 forces Vanara, Golangul et Rukshya forces pour traverser les mers témoignait d’une vie de permanence. A l’évidence, un tel architecte hautement compétent existait dans d’autres civilisations dans l’Inde ancienne, alors que des humains ne peuvent pas accomplir cette sorte de formidable tâche, même aujourd’hui. Construire une vaste zone terrestre comme un pont, ce juste en cinq jours par les Vanaras, comme Valmiki le décrit, donne un aperçu important de leurs capacités supérieures à celle des humains. Le pont a été construit sous le commandement suprême du prince d’Ayodhya, le Seigneur Rama, avec l’aide des chefs Vanaras y compris le Seigneur Hanuman, et du chef Rukshya Jambavan. Les Vanaras et l’armée Rukshya ont construit le pont pour traverser la mer dans la seule intention de libérer Sita, l’épouse de Rama, prince d’Ayodhya, qui avait été enlevée par le roi rakshasa Ravan dans un endroit proche de Nasik.

Le Pont- un record préhistorique mondial à plusieurs points de vue jamais battu par les humains

Ca a été le pont le plus ancien, le plus long et le plus large jamais construit dans le monde, en un temps très court : juste 5 jours, sur une mer turbulente qui avait probablement de 20 à 200 m de profondeur. Non pas comme un pont étroit ou une route suspendue comme en construisent de nos jours les humains au-dessus des routes ou au-dessus des rivières, mais une zone terrestre très large que des satellites peuvent voir comme ils voient la Muraille de Chine. Ca a été la merveille préhistorique du monde, bien supérieur aux Sept Merveilles du Monde faites par les humains.

 

Crédibilité du Ramayana de Valmiki

Détails géographiques justes donnés sur le Setu

Valmiki Maharshi a compose l’histoire de Rama intitulée ‘Ramayana’ en slokas sanskrits. Ce qui surprend tout le monde est que Valmiki donne les détails géographiques les plus justes sur la zone, quand la cartographie, la photographie aérienne, les images par satellite et la géographie n’étaient pas encore connus de l’homme. Valmiki Maharshi a fait une description claire dans le Ramayana, comme un géographe, de l’endroit où se trouvait la première zone terrestre la plus large et la plus longue jamais construite sur la mer profonde reliant l’Inde (appelée Bharat dans les temps anciens) et Sri Lanka, là où se situait la Lanka historique de Ravana. Lors du vol de retour à Ayodhya à bord du Pushpak Vimana (ancien aéronef qui existait et qui a aidé Rama à retourner à Ayodhya) Rama a fait remarqué à Sita le pont le plus difficile construit sur la mer salée that is no famous a ‘Nala-Setu’ (sloka 17, page 1429, 8me édition, Srimad Valmiki Ramayan Gita Press, Gorakhpur, Uttar Pradesh). Pour confirmer ce que Valmiki a écrit sur la construction du Setu par l’armée Vanara,, on peut même le voir dans les Atlas d’école.

L’Hindustan Times a présenté un article le 10 octobre 2002 : Des images de la NASA montrent un Vieux Pont Fait de la Main de l’Homme vieux de 1.750.000 ans, quoique l’âge du pont demande à être confirmé par des méthode de datation comme la datation à l’uranium.

Détails techniques

Il donne des détails précis : qui a été impliqué dans la construction du pont, leur nombre, les matériaux qu’ils ont utilises, la source des matériaux le transport des matériaux et le temps pris.

Détails historiques

La description graphique que Valmiki donne de l’histoire de la vie de Rama, des civilisations humaine, Vanara, Rukshya et Rakshasa qui existaient alors lui valent la distinction d’être qualifié de ‘premier historien’.

La vue des historiens sur le Setu

L’ancien nom Bharat ou Bharat Khand a été change en Inde ou Hinndustan lors de la domination étrangère. ‘Religion védique’ a été changé en ‘Hindouisme’. Le changement des noms de nombreuses villes et de sites historiques et religieux a efface le passé historique de la mémoire des gens. Le Setu qui reflète les glorieuses civilisations Vanara, Golangul et Rukshya ainsi que l’exploit unique du Seigneur Rama dans l’histoire humaine n’a pas été épargné. En changeant son nom en Pont d’Adam, l’effet est évident. Les Indiens d’aujourd’hui ne sont pas surs que ce soit le même Setu. Même lorsque les images satellite de la NASA montraient que c’était le même « ancien pont mystérieux entre l’Inde et Sri Lanka, comme il est dit dans le Ramayana », des scientifiques et historiens indiens ont argumenté contre :

Rama...le grand bâtisseur.
Rama…le grand bâtisseur.

 

Le Pont d’Hanuman est un mythe : les experts

The Times of India – Samedi 19 octobre 2002

New Delhi: Après la Nasa, c’est au tour des experts indiens de déclarer qu’il n’existe pas de preuve reliant le pont mythique de Lanka construit par Hanuman à la chaîne de bancs de sable que la camera de l’agence spatiale US a capture en travers du Détroit de Palk. L’éminent astrophysicien J V Narlikar, lorsque nous l’avons contacté à Pune, nous a dit qu’il avait vu des comptes-rendus revendiquant le pont mythique, mais qu’il n’y avait aucune preuve pouvant suggérer que ce qui avait été localisé avait des liens avec le pont mentionné dans le Ramayana. « Il n’y a aucune preuve archéologique ou littéraire pour supporter cette revendication. « , a dit au Times of India à Patna l’historien éminent R S Sharma. « Le Ramayana lui-même n’est pas si ancien. Et il n’y a pas eu d’habitation humaine il y a 1,75 million d’années » (1) , a dit Sharma, autorité reconnue dans le domaine de l’histoire ancienne de l’Inde. Le témoignage le plus ancien, celui du Ramayana se situe autour de 400 av. JC et passe à travers cinq strates, ses shlokas se multipliant et passant de 6.000 à 24.000 dans les années 1.200 apr. JC. « Même si vous voulez faire confiance au témoignage littéraire, le témoignage littéraire le plus ancien remonte à 1500 av. JC. » Sharma dit que même la localisation du pont et celle de l’ancienne Lanka doivent encore être établies de manière convaincante. Vaishnava News Network et quelques autres réseaux d’informations basés aux US ont clamé que la NASA avait « découvert » les restes du pont connu dans le folklore comme Hanuman Setu – à cause du rôle d’Hanuman et de ses troupes de singes dans sa construction – au travers du Détroit de Palk qui relie l’Inde à Sri Lanka. Ce pont est supposé avoir été capturé de l’espace par les caméras de la NASA. Mais la NASA a officiellement démenti cette prétention, en disant que l’agence ne pouvait pas fourni d’information scientifique sur l’origine ou l’âge de la chaîne d’îles, et qu’elle ne pouvait assurément pas déterminé si des humains avaient été impliqués dans la production des motifs que l’on voyait. » L’agence US disait que ce qui avait été capturé n’était rien de plus qu’une chaîne de hauts-fonds de 30 kms de long formés naturellement et appelés Pont d’Adam. D N Jha, professeur d’histoire à l’Université de Delhi, dit que ce que les caméras de la NASA avaient capturé était une formation géologique. Que la question avait « plus à voir avec la géologie qu’avec l’histoire » étant donnée cette affirmation d’un page de 1.750.000 ans. « Relier cela à Rama ou au Ramayana est ridicule. Relier n’importe quoi que l’on trouve avec le Ramayana ou le Mahabharata peut être de la mythologie, mais ça n’est certainement pas de l’histoire », dit Jha.

 

Couronnement de Rama :notez les corps peints en bleu.
Couronnement de Rama :notez les corps peints en bleu.

Age du Setu

The Hindustan Times a fait paraître un article le 10 octobre 2002
Les images de la NASA montrent un Pont fait par l’homme vieux de 1.750.000

La navette de la NASA a pris des photos d’un ancien pont mystérieux entre l’Inde et Sri Lanka, tel que mentionné dans le Ramayana. Le pont récemment découvert, généralement appelé Pont d’Adam et constitué d’une chaîne hauts fonds de 30 kms de long dans le Détroit de Palk entre l’Inde et Sri Lanka, laisse voir un mystère derrière lui. La courbure unique du pont et sa composition due à l’âge révèle qu’il a été fait par l’homme. La légende comme les étude archéologique révèlent que les premiers signe d’habitant humains à Sri Lanka remonte à l’âge primitif il y a environ 1.750.000 ans et l’âge du pont est aussi à peu près le même.

Mon commentaire : Les images satellite de la NASA et son estimation de l’âge du Setu à 1.750.000 ans ont fixé de manière correcte la période du Ramayana (2) , alors que les historiens et les savants lui attribuaient arbitrairement, en l’absence de ressources scientifiques, quelques centaines ou quelques milliers d’années av. JC. Une chose sure est que la période du Ramayana est vieille de 1,750,000 années ou catégoriquement plus ancienne que celle donnée précédemment pas les historiens. Cela établit directement que le Sanskrit utilisé dans le Ramayana et le Yajur Veda etc.. que Rama a appris de Vashishta Maharishi a plus de 1.750.000 ans   ou est tout au oins plus ancien que ce que l’on pensait auparavant.

The_Monkeys_and_Bears_Build_a_Bridge_to_Lanka

 

Référence au Setu dans le Ramayana de Valmiki

PREMIERE SUGGESTION
Sugriva a suggéré de construire le Setu et a ajouté que les Vanaras étaient là qui pouvaient changer leur forme physique à volonté (sloka: 12, page 1053)

En Inde-Des fouilles archéologiques intenses pour retrouver un fantastique trésor

en ce jeudi 17 octobre 2013 sur la photo, les gens visitent le fort du roi Ram Rao Singh Baksh dans Unnao dans l'Etat septentrional de l'Uttar Pradesh, en Inde.
en ce jeudi 17 octobre 2013 sur la photo, les gens visitent le fort du roi Ram Rao Singh Baksh dans Unnao dans l’Etat septentrional de l’Uttar Pradesh, en Inde.

Unnao , Inde – Des archéologues ont commencé à creuser pour retrouver  un  trésor sous un fort du 19ème siècle dans le nord de l’Inde vendredi, après qu’un populair saint  homme hindou  a dit  qu’ un ancien roi lui apparut en songe et lui  a expliqué  l’emplacement d’une cache  de,un trésor ,évaluée sommairement à près de 50 milliards de dollars.

La chasse au trésor a commencé après qu’un  hindou,le  Swami Shobhan Sarkar a raconté son rêve à un ministre du gouvernement indien qui visitait l’ashram du swami ,le mois dernier .

Le Swami  a dit que  l’esprit du roi Rao Ram Baksh Singh, qui a été pendu en 1858 après une rébellion  contre les forces coloniales britanniques, lui a dit de prendre soin de ce trésor de 1000 tonnes caché sous le fort de la fin du roi dans l’ Etat septentrional de l’ Uttar Pradesh.

Les Fonctionnaires géologiques et archéologiques indiens interrogés la région dimanche ,ont trouvé des preuves de métaux lourds d’environ 20 mètres (66 pieds ) sous terre , District Magistrate Vijay Anand a déclaré Karan . Creuser serait le seul moyen de confirmer le type de métal.

L’ Archaeological Survey of India a déclaré qu’elle allait commencer à creuser sous un temple contenue dans les ruines de l’ ancienne forteresse .

Une multitude de parties intéressées font déjà la queue pour déposer er un claim sur ce  trésor , qu’on croit être en or et argent .

Un des descendants du roi, Navchandi Veer Pratap Singh, a déclaré:  » si l’or est vraiment trouvé là, nous devrions avoir notre part .  »

À Uttar Pradesh,les  autorités de l’Etat , ainsi que des responsables locaux , ont également dit qu’ils avaient le droit à la richesse .

 » Le trésor doit être utilisé pour le développement de l’Etat « , a déclaré le  législateur local Kuldeep Senger . Uttar Pradesh , avec une population énorme de 200 millions d’habitants , est l’un des états les plus pauvres et les moins développés de l’Inde.

Les résidents du pauvre village Khera Daundia , qui n’ont pas accès à l’électricité , ont dit qu’ils connaissent depuis longtemps  des histoires de trésor racontées par leurs aînés.

«Tout le monde dans le village connaissent  ce sujet « , a déclaré  Vidyawati Sharma,60 ans  , qui a appris les histoires de son père  et de son frère .

Les habitants ont trouvé l’argent et des pièces d’or dans la région , dans le quartier Unnao , à environ 80 kilomètres (50 miles ) au sud-ouest de la capitale de l’état de Lucknow , selon le disciple du swami , Om Ji . «Personne ne savait exactement où  » le trésor était jusqu’à la fin du roi a visité les swami dans son sommeil, dit-il.

Toutefois, les responsables de l’ Archaeological Survey of India ont nié que l’agence avait commencé les fouilles à l’appel d’offres du « saint homme  hindoue »  .

«L’archéologie ne fonctionne pas selon les rêves d’un homme saint , ou quelqu’un d’autre . L’archéologie est une science. Nous menons cette excavation sur la base de nos conclusions » sur le site , a déclaré Syed Jamal Hasan, un responsable de l’ agence .

Les autorités ont mis en place des barricades contre des milliers de personnes qui ont afflué depuis le village dans l’espoir de voir le trésor , ou de prendre éventuellement une petite  poignée  de pièces. Les gens offraient des prières au temple à l’intérieur des ruines du fort.

Les habitants ont également déclaré qu’ils espéraient que la vision de Swami Sarkar s’est avéré être vrai , car il  » est vénéré comme Dieu dans ce domaine parce qu’il a beaucoup fait pour cet endroit « , a déclaré instituteur Chandrika Rani .

La Cour suprême a déclaré vendredi qu’il examinerait une pétition à la Cour de contrôler la chasse au trésor , au milieu des craintes que certaines des richesses pouvaient être volés .

Les autorités indiennes sont également déterrer et cataloguer un autre trésor trouvé il ya deux ans dans un temple hindou du 16ème siècle , et ont empêché les médias et le public à partir du site d’excavation dans l’Etat méridional du Kerala. La découverte de ce trésor , dont bagfuls de pièces de monnaie , couronnes de joyaux et de statues dorées de dieux et de déesses , a fait la Sree Padmanabhaswamy Temple le plus riche de l’institution religieuse connue en Inde. L’ex- famille royale qui est resté les fiduciaires du temple depuis 1947 l’indépendance de l’Inde a dit que le trésor appartient à la divinité hindou Vishnou , qui est également connu dans la région comme Padmanabhaswamy .

(SOURCES: Biswajeet Banerjee, The Associated Press)

Les glaciers fondent plus rapidement en raison de feux de forêt,en Asie

Dessin exposé par des scientifiques indiens récemment.
Dessin exposé par des scientifiques indiens récemment.

Le nombre particulièrement élevé de feux de forêt au nord de l’inde pourrait occasionner la fonte rapide des glaciers de l’Himalaya,..au moins accélérer le processus de fonte déjà en cours.
Une nouvelle étude  prouve la relation entre l’augmentation des feux de forêts actuellement,et  cette fonte  plus rapides des glaciers..
A la même température et malgré  les précipitations ,les conditions environnementales  peuvent également changer à l’extrème.

Le grand scientifique indien  AV Kulkarni dit qu’il peut être interprété que par les dépôts de noir de carbone.

Situé dans l’ouest et la région centrale himalayenne du Jammu – Uttarakhand,les  forêts dans de nombreux Etats indiens, en Cachemire, Himachal Pradesh ,sont écrasés sous un feu nourri de …feux de forêts,depuis mai 2013. En outre,tous  les  arbres de l’Inde,dans la plaine du Gange ,sont menacés directement de bruler.

Les scientifiques ont  fait remarqué que  l’accumulation saisonnière des neiges et  que l’augmentation du noir de carbone pourrait affecter la réflexion de la lumière solaire. parce que le noir de carbone de la poussière naturelle absorbe plus de rayonnement.