LA Gigantesque Arnaque de la COVID-19:Ancienne de la CIA, Prophète (comme Gates) de la pandémie, équipière de Biden. Espionnage militaire, AI, Big Tech etc…

Pour la énième fois au cours de notre dossier WuhanGates axé sur le virus SRAS-CoV-2 construit en laboratoire américano-chinois dans le cadre d’un accord entre la Chine et les États-Unis, comme le prétend le virologue français Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et ancien chef de service de l’Université Jiao Tong de Shanghai, des indices inquiétants émergent sur le rôle des membres du Parti démocrate américain dans une pandémie, « planifiée depuis des décennies par Anthony Fauci et Bill Gates », selon l’avocat Robert F. Kennedy, neveu du président assassiné JFK.

 

L’été dernier, en effet, la dame blanche de la sécurité nationale de Barack Obama, experte en missions militaires avec des drones mais surtout en armes biologiques, a rejoint l’équipe de Joe Biden qui devra révolutionner le renseignement américain si le candidat démocrate réussit à remporter la course à la Maison Blanche contre le président sortant Donald Trump. Elle est soutenue par une partie des républicains et surtout par les Américains favorables au Deep State contre lequel Trump se bat depuis son investiture (comme l’avoue sans vergogne un ancien directeur de la CIA sur l’affaire UkraineGate ).

Il s’agit de l’avocate Avril Haines, qui a grandi à « pouponnière » judiciaire Démocrate, puis elle est devenue première directrice adjointe de la C.I.A. (2013-2015), puis elle faut élevée au poste de conseillère nationale adjointe à la sécurité nationale à la Maison Blanche (2015-2017). Elle travaille en coulisses pour Biden, malgré sa cooptation par certaines frondes des progressistes pour des positions contradictoires sur les questions brûlantes à Washington relatives à la torture pratiquée contre les prisonniers de guerre et à la persécution des immigrés d’Amérique latine, mais surtout pour sa proximité embarrassante avec des personnalités faisant autorité dans le propre entourage de Trump.

Ces contradictions, cependant, n’apparaissent telles qu’aux yeux myopes de ceux qui ne sont pas des experts en géopolitique. Ceux qui connaissent bien le rôle du soi-disant État international profond, le potentat occulte des politiciens franc-maçons vétérans, des hommes d’affaires louches en grande partie juifs, des fonctionnaires et militaires des services secrets, savent très bien que ces contradictions sont transversales dans le  système politique bipolaire démocrates-républicains, comme le confirme le fait que George Bush jr. a déjà fait son soutien à Biden , de même qu’une partie du même GOP (Grand Old Party)….

 

Mme Haines est donc la nouvelle Matha Hari dans un costume parfait pour représenter le lien entre Biden et le Deep State (ou NWO, Nouvel Ordre Mondial) justement en vertu de sa longue expérience dans les domaines militaire, d’espionnage et académique.

Ce n’est pas un hasard si elle a donc été choisie par le prestigieux Johns Hopkins Center for Health Security de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health à Baltimore (Maryland), également sa ville natale, comme protagoniste du célèbre exercice Event 201 qui s’est tenu mi-octobre 2019 à New York pour simuler une pandémie de coronavirus à une époque terriblement suspecte.

Ce sommet , qui a été également capable de prédire le retard dans l’arrivée des vaccins, il a apporté son support utile dans le traitement d’un antiviral comme cela s’est passé avec le Remdesivir (définitivement approuvé ces derniers jours par la Food & Drug Administration comme thérapie efficace contre Covid-19) , a été financé par la Fondation Bill & Melinda Gates,  deux célèbres milliardaires également connus pour leur rôle fondamental comme donateurs des Démocrates et notamment de l’ancien président Barack Obama dont l’actuel candidat Biden était adjoint.

LES PROPHÉTIES DE HAINES ET BIDEN SUR LA PANDÉMIE

Obama a invité dimanche 25 octobre les électeurs à soutenir le candidat démocrate Biden, partageant un tweet que son ancien vice-président a publié le 25 octobre 2019, dans lequel il avait averti que le président Trump n’était pas prêt à faire face à une pandémie.

The Hill l’a rapporté avec le tweet complet: «Nous ne sommes pas préparés à une pandémie. Trump a inversé les progrès que le président Obama et moi avons faits pour renforcer la sécurité sanitaire mondiale. Nous avons besoin d’un leadership qui bénéficie de la confiance du public, qui se concentre sur les menaces réelles et qui mobilise le monde pour arrêter les épidémies avant qu’elles n’atteignent nos côtes ».

Le commentaire de Biden a été inspiré par un article publié la veille par le Washington Post, qui faisait état du rapport Global Health Security Index, « la première évaluation complète des capacités sanitaires mondiales« , qui indiquait que 195 pays dans le monde n’étaient pas préparés à faire face à un «Événement biologique catastrophique de taille mondiale».

« L’index, a écrit le Washington Post, est » un projet de la Nuclear Threat Initiative (NTI), une organisation à but non lucratif basée à Washington, et du  Johns Hopkins Center for Health Security « – cite le blog italien Piccole Note republié par le journal milanais Il Giornale – La Nuclear Threat Initiative a été fondée par le sénateur démocrate Sam Nunn et le fondateur de CNN Ted Turner; du Johns Hopkins Center dont nous avons traité dans les notes précédentes concernant certains exercices militaires anti-pandémie qui ont eu lieu en 2019 aux États-Unis d’Amérique, avant l’émergence du Covid-19 « .

 

Cependant, l’histoire manque d’un lien fondamental: celui de l’avocate démocrate Avril Haines qui est responsable du secteur des bio-armes au conseil d’administration de la NTI . En 2013, lorsque la Haines est devenue directrice adjointe de la CIA, l’administration Obama a mis en service le Richiard Lugar Center, l’un des laboratoires biologiques les plus avancés et les plus secrets du Pentagone, coordonné par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA), près de Tbilissi, en Géorgie . et la CIA elle-même, où la multinationale pharmaceutique Gilead (producteur du miraculeux Remdesivir) fait des tests cliniques qui se sont avérés mortels pour 72 cobayes humains en quelques mois.

Au point d’amener la Russie à lancer des accusations d’expériences bactériologiques militaires qui n’ont jamais été sujettes à des enquêtes, et également pour le rôle influent de Gilead Donald Henry Rumsfeld, secrétaire du département de la Défense durant deux termes.

Le projet géorgien, lancé après la Révolution des roses financée ouvertement par Soros, est né de la visite de feu le sénateur républicain Lugar, président de la Commission du désarmement dans les pays de l’ex-Union soviétique, accompagné de son collègue démocrate Obama qui a réalisé le projet une fois arrivé à la Maison Blanche.

En 2014, Obama a décrété un moratoire pour bloquer le financement de la recherche sur les armes biologiques et vaccinales à double usage en raison de la pratique très dangereuse du Function Gain, le processus GOF qui permet de valoriser en laboratoire un agent pathogène, comme cela se serait produit pour le virus du SRAS. Cov-2 infecté par le VIH, selon le bio-ingénieur Pierre Bicage, ancien consultant de l’OTAN Pierre Bricage.

Pour la énième curieuse coïncidence, six expériences sur le virus du SRAS (souche 2003 isolée de chauves-souris au Wuhan Institute of Virlogy) menées entre les USA et la Chine dans le cadre du projet PREDICT-2 ont obtenu une dérogation au moratoire grâce à un financement de l’USAID, une agence gouvernementale outil de la CIA, Gates Foundation et EcoHealthAlliance de New York.

Cette dernière est une initiative de promotion de la recherche sur les vaccins qui voit comme partenaires les deux universités américaines Columbia et John Hopkins, avec lesquelles l’ex-directrice adjointe de la CIA, Avril Haines collabore, mais aussi la big pharma Johnson & Johnson et une université d’Arabie saoudite, nation finançant le projet mondial de vaccination lancé par Obama en 2014 avec le Global Health Security Agenda (GHSA), mais aussi pays partenaire de GlaxoSmithKleine (GSK), administré par un directeur de Microsoft Corporation, fondé par Gates grâce aux investissements de Warren Buffet, fondateur de la Nuclear Threat Initiative susmentionnée.

GSK est le géant des vaccins qui a profité du « projet pilote » mené par le Parti démocrate en Italie avec le Décret Lorenzin, qui a rendu obligatoire 10 vaccins pour les enfants d’âge scolaire, après la visite de George Soros, donateur des Dems américains et investisseur à Gilead, à l’ancien Premier ministre Paolo Gentiloni (nommé par la suite commissaire européen aux affaires économiques).

Il ne faut pas oublier que les premières expériences sur le virus du SRAS infecté par le VIH de 2003 ont débuté en 2004 dans le laboratoire de biosécurité de Wuhan (puis Bsl 2 aujourd’hui Bsl 4) grâce au financement du projet Episars de la Commission européenne présidé par Romano Prodi, futur premier ministre du Parti Démocrate Italien ; où, des années auparavant, sa préface à un livre de George Soros lui-même avait suscité la controverse.

Selon l’ancien directeur britannique du contre-espionnage MI6, Richard Dearlove, le visur du SRAS-Cov-2 se serait échappé – ou aurait été délibérément libéré – de la Chine . Une thèse également soutenue par le lanceur d’alerte Li-Meng Yan, le virologue chinois qui a fui aux États-Unis d’Amérique et placé sous protection par le FBI pour avoir dénoncé la construction du pathogène de la pandémie actuelle dans l’Insistute de virologie de Wuhan.

 

Pour le nier, jusqu’à présent, seule une étude de l’Université John Hopkins elle-même a tenté, impliquée pour de multiples connexions avec la pandémie annoncée par l’ancienne directrice adjointe de la CIA, Avril Haines en 2018, lors de la conférence de Camdem dans laquelle elle évoquait également un nouvel «ordre mondial » comme seule solution pour contrer ces menaces d’épidémies de Coronavirus.

Pour lutter contre l’infection par Covid-19, GSK, en collaboration avec AstraZeneca en Italie et avec Sanofi en Europe, met le vaccin déjà acheté par l’Union européenne, malgré certains événements inattendus survenus lors des essais cliniques d’AstraZeneca et Johnson & Johnson.

POLÉMIQUE DÉMOCRATE CONTRE HAINES
Fin juin, la campagne de Biden a annoncé que Haines, une avocate qui a occupé le poste de directrice adjointe de la CIA de 2013 à 2015, dirigera les aspects de politique étrangère et de sécurité nationale d’une potentielle équipe de transition de Biden.

Selon Daily Beast : “Pour les militants, les experts en sécurité, les assistants du Congrès qui sont plus à gauche que les libéraux – ainsi que les principaux militants des droits de l’homme et au moins un ancien sénateur – la promotion de Haines est inquiétante ou inacceptable. Elle a approuvé un « comité de responsabilité » qui a épargné les représailles contre le personnel de la CIA qui a espionné les enquêteurs du Sénat sur la torture, et elle a fait partie de l’équipe qui a rédigé leur rapport historique  . Haines a soutenu Gina Haspel en tant que directrice de la CIA, directement impliquée dans les tortures de la CIA, une décision qui reste sévèrement condamnée parmi les militants progressistes. Jusqu’à la fin du mois de juin, elle a conseillère à la société de données préférée de Trump, Palantir, issue de la CIA. »

« C’est un signal assez inquiétant de ce qui va arriver » dans une administration Biden, a déclaré un membre du personnel du Sénat qui s’occupe des questions de sécurité nationale.

« «Faire vanter la directrice adjointe de la CIA pour son bilan en matière de promotion des droits de l’homme et de respect de la primauté du droit, je ne pense pas que cela puisse être adéquatement mis en balance non seulement avec son bilan, mais aussi avec ses choix délibérés de plaidoyer.»

Pour les disciples de l’administration Obama qui sont plus libéraux que ceux de gauche, l’aversion envers Haines est stupéfiante. Haines était peut-être la principale voix au sein de l’administration pour restreindre la campagne de drones. Elle était “une voix de retenue sur toutes les questions de lutte contre le terrorisme « , a déclaré Harold Koh, l’ancien conseiller juridique du Département d’Etat.

 

 

Former CIA Deputy Director Avril Haines, now on candidate Joseph Biden’s intelligence team

L’ancienne directrice adjointe de la CIA Avril Haines, maintenant dans l’équipe de renseignement du candidat Joseph Biden «En plus de son travail passé sur la sécurité nationale et de sa présence impressionnante dans le monde des think tanks de Washington DC, Haines s’est décrite comme une ancienne consultante pour la société d’exploration de données controversée PalantirLa page de sa biographie au Brookings Institute, où elle est répertoriée comme chercheuse senior non résidente, elle s’est vantée de cette affiliation jusqu’à au moins la semaine dernière, lorsqu’elle a soudainement disparu sur la page, a écrit The Intercept.

«La nature du travail de conseil que Haines a effectué pour Palantir n’est pas claire. Au moment de mettre sous presse, les demandes de commentaires à son endroit, la campagne Biden, Palantir et Brookings n’ont pas reçu de réponse ».

« Cofondé, Pantir, supporter de Trump, extrémiste droite et milliardaire de la technologie, l’entreprise a bénéficié d’un certain nombre de contrats gouvernementaux, a été accusé d’avoir contribué aux programmes de détention illégale d’immigrés par l’administration Trump, et d’avoir aidé l’administration Trump à construire un état de surveillance généralisée – rapporte The Intercept – « Les systèmes informatiques de Palantir ont donné à l’administration Trump la capacité de procéder à des déportations massives qui ont déchiré et terrorisé nos communautés d’immigrants » , a déclaré Yasmine Taeb, conseillère politique principale pour Demand Progress, un groupe qui soutient des causes allant des droits de l’homme à la transparence. »

Cependant, le propriétaire de l’entreprise, Peter Thiel, s’est récemment distancé de Trump en affirmant qu’il ne financerait plus sa campagne de réélection, en parfaite harmonie avec les autres membres républicains du Deep State.

DOSSIER SUR L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE POUR LA DÉFENSE

Haines ne fait pas partie du cercle intime de la politique étrangère de Biden, comme l’ancien secrétaire d’État adjoint, Tony Blinken; l’ancien responsable politique du Pentagone, Brian McKeon; Jake Sullivan, vice-président du conseiller à la sécurité nationale de Biden; et Carlyn Reichel, rédactrice de discours sur la politique étrangère de son vice-président.

DailyBeast a souligné, cependant, omettant de détecter le rôle joué par Haines dans un segment stratégique de la Big Tech, en particulier dans le domaine militaire: l’intelligence artificielle. L’ancienne directrice adjointe de la CIA fait en effet partie de WestExec Advisors, un groupe de réflexion de la zone démocrate qui regroupe d’importantes personnalités de la sécurité nationale telles que les deux fondateurs, Blinken lui-même et Michèle Flournoy, ancienne sous-secrétaire à la Défense pour la politique avec Obama de 2009 à 2012.

Après avoir annoncé en juin son intention de suspendre son activité pour WestExec Advisors pendant la campagne électorale de Biden, Haines a en réalité maintenu des liens forts qui se sont concrétisés avec la publication d’un dossier sur l’IA, développé en collaboration avec Flournoy, qui semble indiquer au Pentagone les stratégies à poursuivre si le candidat démocrate réussit à être élu à la Maison Blanche.

Le dossier réalisé par Avril Haines sur l’IA pour WestExec Advisors

«Ce moment se déroule dans le contexte d’une révolution technologique qui exacerbe les défis auxquels nous sommes confrontés tout en offrant des solutions potentielles, fournissant des percées dans le climat, la médecine, les communications, les transports, le renseignement et bien d’autres domaines. Beaucoup de ces découvertes se feront grâce à l’exploitation de l’intelligence artificielle (IA) et des technologies associées, principalement le machine learning (ML) .

 Ces progrès façonneront probablement l’équilibre économique et militaire des pouvoirs entre les nations et l’avenir du travail, de la richesse et des inégalités en leur sein. » écrivent les deux auteurs dans l’introduction de l’étude intitulée« Bâtir la confiance par des tests. Adaptation des Tests/évaluation du DOD, de Validation et Vérification (TEVV) d’Entreprise pour les systèmes d’apprentissage automatique, y compris les systèmes d’apprentissage en profondeur ».

Un exemple concret d’utilisation de l’IA est venu ces dernières semaines du forum de l’agence de presse italienne Ansa en relation avec une méthode innovante de diagnostic vocal de Covid-19. Né d’une idée du professeur Giovanni Saggio, professeur au Département de génie électronique de l’Université de Tor Vergata, VoiceWise est aujourd’hui le protagoniste de l’entreprise d’un essai clinique pour diagnostiquer et surveiller l’infection au coronavirus activée à la polyclinique de Tor Vergata de Rome, le Parc Technologique de Latina et la Polyclinique de la Fondation San Matteo de Pavie.

Le système implique l’utilisation d’appareils tels que les smartphones et les tablettes fournis à l’appui du projet par le fabricant chinois Huawei, qui sont utilisés « pour leur capacité à enregistrer correctement l’audio et parce qu’il n’était pas possible d’isoler les patients d’un microphone et d’un enregistreur qui nous utilisons habituellement », explique le professeur Saggio. Les appareils sont livrés à des patients volontaires (et anonymes) de Covid-19 pour enregistrer « leur voix, leur toux et tout ce dont l’algorithme a besoin pour identifier la maladie« .

Évidemment cela peut fonctionner si les algorithmes sont interprétés correctement mais tout comme dans le cas du tampon PCR controversé, dont nous avons mis en évidence les limites du diagnostic liées à d’innombrables variables capables de créer des « faux positifs ». Par conséquent, une erreur possible dans le réglage de l’IA ou pire encore sa «manipulation» peut être en mesure d’altérer les résultats beaucoup plus que les analyses médicales traditionnelles.

CONNEXIONS ET COMMERCE BIG TECH EN EUROPE

Joseph R. Biden Jr. a critiqué Big Tech, réprimandant Facebook pour avoir mal géré la désinformation et disant que les entreprises Internet devraient perdre la protection juridique centrale. Mais sa campagne a discrètement accueilli des personnes qui ont travaillé avec ou pour les géants de la Silicon Valley dans son personnel et ses groupes politiques, soulevant des inquiétudes parmi les critiques de l’industrie quant au fait que les entreprises tentent de coopter une administration potentielle de Biden. Ainsi a commencé un article écrit par David McCabe et Kenneth P. Vogel dans le New York Times en août.

«L’un des plus proches collaborateurs de M. Biden a rejoint la campagne d’Apple, tandis que d’autres ont occupé des postes de direction dans des entreprises qui ont fait du consulting pour de grandes entreprises technologiques. Et un groupe de près de 700 bénévoles conseillant la campagne, l’Innovation Policy Committee, comprend au moins huit personnes qui travaillent pour Facebook, Amazon, Google et Apple, selon des documents examinés par le New York Times. D’autres membres du comité ont des liens étroits avec des entreprises, notamment des économistes et des avocats qui les ont conseillés ainsi que des responsables de think tanks qu’ils ont financés. »

Voici ensuite le nom de la dame blanche de 007: «Avril Haines, ancienne responsable du renseignement et de la sécurité nationale d’Obama qui aide à diriger l’équipe de transition de Biden, était consultante pour la société d’exploration de données Palantir et WestExec Advisors, une société représentant une grande entreprise technologique qui n’a pas été identifiée. Note le NYT.

Le NYT a encore écrit: «Un co-fondateur de WestExec et un officiel du département d’État d’Obama, Antony J. Blinken, dirige l’opération de politique étrangère de la campagne Biden. WestExec s’est associé à la philanthropie lancée par Eric Schmidt, l’ancien président de Google, et à l’unité d’incubation interne de Google, Jigsaw. Mais M. Blinken et Mme Haines n’ont pas participé à ce travail, selon la campagne de Biden, selon laquelle les deux conseillers ont quitté WestExec ce mois-ci. « 

Le dossier sur les stratégies d’intelligence artificielle au sein du ministère de la Défense, signé par Haines en octobre pour WestExec, niait clairement ces distances. Du programme de l’ancienne directrice adjointe de la CIA, cependant, d’autres éléments émergent qui projettent ses relations dans le domaine financier des États-Unis vers l’Europe et l’Italie.

De par son très long cursus, il semble être membre du conseil d’administration de la Fondation Vodafone mais aussi membre du comité consultatif international de Tikeau Investment Management.

Tikehau Capital est un gestionnaire d’actifs européen indépendant qui gère un actif de 25,4 milliards d’euros au 31 mars 2020 (+ 13,7% en glissement annuel depuis 2019, mais en légère baisse par rapport aux 25,8 milliards de fin 2019, voir plus article de BeBeez), dont: 8,3 milliards investis en dette privée; 9,5 milliards en immobilier, 2,1 milliards en private equity et 3,5 milliards en stratégies de marchés de capitaux (voir le communiqué de presse ici). La société a également annoncé qu’elle versera aux actionnaires un dividende de 0,50 € par action, soit le double de ce qu’elle a payé l’année dernière.

L’Italie est le deuxième marché le plus important pour Tikehau après le marché français. En particulier, sur le front de la dette privée, Tikehau a financé, par exemple, le spécialiste des logiciels pour le secteur de la santé Dedalus, le cabinet de conseil aux entreprises Bip, le laboratoire pharmaceutique Neopharmed Gentili. En mai dernier, Tikehau Capital a renforcé le bureau italien avec trois nouvelles entrées: parmi lesquelles un ancien directeur adjoint de Rothschild & Co et un autre directeur arrivant de Goldman Sachs Asset Management.

Personne ne veut remettre en question le bon travail de ce fonds d’investissement international. Mais les intrigues entre l’ancien directeur adjoint de la CIA Avril Haines mettent en évidence un champ de mines de conflits d’intérêts allant de l’Intelligence à la Big Tech, en passant par les armes biologiques et l’Intelligence Artificielle dans le domaine militaire , et en atteignant jusqu’à un des groupes financiers paneuropéens les plus influents.

Un mélange explosif pour un avocat d’âge moyen qui a prédit la pandémie de coronavirus, a participé à des exercices financés par Gates , est entré dans le personnel de Biden après avoir invoqué publiquement le nouvel ordre mondial: c’est-à-dire le visage éhonté et maintenant partiellement identifiable du Deep État, dans lequel le rôle de Big Pharma est de plus en plus crucial, tout comme dans le lobby des armes .

Source : Former CIA, Pandemic’s Prophet as Gates, in Biden’s Team. To manage Military Intel, AI, Big Tech and Trading in EU


EN COMPLÉMENTAIRE

Tunisie – La moitié des tunisiens pensent que la Covid est un complot international

Selon un sondage d’opinion effectué parle journal Al Chourouk, 49.1% des tunisiens pensent que derrière la propagation de la Covid, il y a une sombre histoire de complot international.

Dans ce sens, plus de 60% des tunisiens pensent que la Tunisie n’est pas souveraine de ses décisions dans la gestion de cette épidémie et qu’elle est tributaire des politiques dessinées par d’autres nations.

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’OMS confirme (accidentellement) que le Covid-19 n’est pas plus dangereux que la grippe

L’Organisation mondiale de la santé a enfin confirmé ce que nous (et de nombreux experts et études) disons depuis des mois – le coronavirus n’est ni plus mortel ni plus dangereux que la grippe saisonnière.

Les hauts gradés de l’OMS ont fait cette annonce lors d’une session spéciale des 34 membres du conseil exécutif de l’OMS le lundi 5 octobre, c’est juste que personne ne semblait vraiment le comprendre.

En fait, ils ne semblaient pas le comprendre complètement eux-mêmes.

Lors de la session, le Dr Michael Ryan, le chef des urgences de l’OMS, a révélé qu’il pensait qu’environ 10% de la population mondiale avait été infectée par le Sars-Cov-2. Il s’agit de leur «meilleure estimation», et une énorme augmentation par rapport au nombre de cas officiellement reconnus (environ 35 millions).

Le Dr Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, a confirmé plus tard le chiffre, déclarant qu’il était basé sur les résultats moyens de toutes les grandes études de séroprévalence réalisées dans le monde.

Autant l’OMS tentait de considérer cela comme une mauvaise chose – le Dr Ryan a même déclaré que cela signifie que «la grande majorité du monde reste en danger». – c’est en fait une bonne nouvelle. Et confirme, une fois de plus, que le virus n’a rien d’aussi mortel que tout le monde l’avait prédit.

La population mondiale est d’environ 7,8 milliards de personnes , si 10% ont été infectés, c’est 780 millions de cas. Le bilan mondial actuellement attribué aux infections à Sars-Cov-2 est de 1 061 539 .

C’est un taux de mortalité par infection d’environ 0,14%. En accord avec la grippe saisonnière et les prévisions de nombreux experts du monde entier.

0,14% est 24 fois plus faible que le «chiffre provisoire» de l’OMS de 3,4% en mars . Ce chiffre a été utilisé dans les modèles qui ont été utilisés pour justifier les verrouillages et autres politiques draconiennes.

En fait, compte tenu de la surdéclaration de décès présumés de Covid , l’IFR est probablement même inférieur à 0,14% et pourrait montrer que Covid est beaucoup moins dangereux que la grippe.

Aucun de la presse grand public n’a repris cela. Bien que de nombreux médias aient rapporté les propos du Dr Ryan, ils ont tous tenté d’en faire un titre effrayant et de semer la panique.

Apparemment, ni eux, ni l’OMS n’étaient capables de faire les calculs simples qui nous montrent que c’est une bonne nouvelle. Et que les sceptiques de Covid ont toujours eu raison.

___

SOURCE:
https://thewallwillfall.org/2020/10/09/who-accidentally-confirms-covid-is-no-more-dangerous-than-flu/comment-page-1/?unapproved=12146&moderation-hash=a8047294e8d50c86e376d9b00d70d015#comment -12146

La Gigantesque Arnaque du COVID -19:C’EST LA 5G QUI TUE LE PLUS ET NON LE CORONAVIRUS

David Bruno s’est rendu en Suisse où des antennes relais 5G émettent déjà.

La nocivité des ondes 5G n’est plus une Théorie conspirationniste.

Le site de David Bruno: https://www.ondes-expertise.com/qui-suis-je/

 


 

 

La 5G est le véritable tueur silencieux, pas le « Corona Virus » !!!

De fait, le confinement de la population mondiale a bien été décrété pour l’épandage de la 5G qui tue.

La preuve:


EN COMPLÉMENTAIRE

Il est urgent d’arrêter le déploiement de la 5G

Il est urgent d’arrêter le déploiement de la 5G ·

 Des organisations de tous pays adressent leur opposition au déploiement de la 5G à leurs gouvernements respectifs.

L’appel international www.5gspaceappeal.org signé par 172 395 personnes et organisations de 204 nations et territoires, en date du 6 novembre 2019, est adressé aujourd’hui aux gouvernements fédéral et régionaux de Belgique.
Partout dans le monde, cette semaine, les 204 nations et territoires adresseront l’appel à leurs gouvernements respectifs.

Le déploiement sur terre et dans l’espace de la 5G, 5e génération des normes de la téléphonie mobile, est en cours ou se prépare dans de nombreux pays. Des dizaines de satellites de télécommunication 5G ont déjà été lancés par des sociétés étasuniennes.

Cette nouvelle réalité entraînera un changement environnemental sans précédent à l’échelle planétaire. Pour la mise en ouvre de l’internet des objets (IdO), l’industrie prévoit l’installation de millions d’antennes 5G, une tous les 50 à 150 mètres en milieu urbain [1], et la mise en orbite de plusieurs dizaines de milliers de satellites. Les prévisions font état de 20 milliards d’objets connectés (émetteurs) en 2020, 30 milliards en 2022 et bien plus par la suite [2] : jusqu’à un million d’objets au kilomètre carré pourraient communiquer.

Malgré un déni généralisé, nous disposons de preuves scientifiques suffisantes indiquant que les champs électromagnétiques (CEM) de radiofréquences [3] (RF) utilisées par les techniques de communication sans fil déjà déployées, sont nuisibles aux êtres vivants. Plus de 1 500 études scientifiques évaluées par des pairs [4] rassemblent des données cliniques probantes tout comme des preuves expérimentales de dommages à l’ADN, aux cellules et aux organes d’une grande variété de végétaux et d’animaux. Des données épidémiologiques viennent étayer la thèse selon laquelle l’origine de beaucoup de maladies de la civilisation moderne, comme le cancer et la maladie d’Alzheimer, peut être expliquée, au moins en partie, par la pollution électromagnétique.

Si les plans de l’industrie des télécommunications pour la 5G se concrétisent, aucun être vivant ne pourra se soustraire à une exposition permanente à des radiations RF artificielles dont la toxicité est déjà avérée. Les conséquences probables de la prolifération des satellites 5G font craindre le pire : dégradation de la santé humaine et des écosystèmes à l’échelle planétaire, perturbation de l’ionosphère et de la magnétosphère entraînant un changement des propriétés électromagnétiques de la Terre, destruction de la couche d’ozone et augmentation de l’effet de serre suite à la combustion des carburants des fusées porteuses de satellites.

Les caractéristiques techniques de la 5G diffèrent fortement de celles des technologies existantes et font peser sur les êtres vivants des risques sanitaires potentiellement supérieurs à ceux induits par les générations antérieures (2G, 3G et 4G), sans parler de la puissance concentrée des faisceaux 5G qui pourrait donner lieu à des expositions locales et instantanées bien supérieures aux expositions actuelles. À ce jour, aucune évaluation des impacts sanitaires et environnementaux de la 5G n’a été réalisée. Son déploiement relève d’une expérimentation à grande échelle sur les êtres vivants. Par ailleurs, dans une situation climatique et sociale où l’urgence serait d’agir ensemble pour assurer l’avenir de l’humanité, une fuite en avant technologique avec des projets comme celui de la 5G est la pire des voies à prendre.

Nous demandons donc aux gouvernements fédéral et régionaux de Belgique l’arrêt du déploiement de la 5G sur son territoire. Étant donné les études scientifiques existantes et les dizaines d’appels émis par le corps médical et les spécialistes de la question[v], le principe de précaution doit primer. D’autre part, le code de Nuremberg interdit les expérimentations sur des humains non consentants.

Nous demandons également à nos gouvernements d’intervenir à l’UE, au Conseil de l’Europe et à l’ONU pour l’interdiction mondiale des satellites 5G et, à tout le moins, de leurs émissions au-dessus du continent européen et des eaux internationales limitrophes.

Des mesures immédiates doivent être prises pour protéger tous les êtres vivants, conformément aux impératifs éthiques et aux conventions internationales :

– Arrêter le déploiement de la 5G sur la Terre et dans l’espace afin de protéger les êtres humains, plus particulièrement les foetus, les enfants, les adolescents et les femmes enceintes, ainsi que les autres êtres vivants.

– Respecter la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) et la résolution 1815 du Conseil de l’Europe sur les CEM en informant les citoyens, notamment les enseignants et les médecins, à propos des risques sanitaires des rayonnements émis par les technologies sans fil, ainsi que la façon dont ils peuvent réduire leur exposition.

– Privilégier et mettre en ouvre des réseaux de télécommunications câblés à la place du sans-fil. Favoriser l’usage des solutions filaires partout où cela est techniquement possible, en particulier dans les habitations, les lieux de travail et les lieux où séjournent des enfants, des femmes enceintes et des personnes vulnérables (crèches, garderies, écoles, hôpitaux.).

– Constituer immédiatement – en dehors de toute participation de l’industrie – des groupes internationaux de scientifiques indépendants, exempts de conflits d’intérêts et spécialistes des CEM et de leur impact sanitaire et environnemental ; ils établiront de nouvelles normes internationales de sécurité applicables aux CEM artificiels qui prennent en compte les effets biologiques de l’exposition sur tous les êtres vivants et pas uniquement les effets thermiques sur les êtres humains.

– Constituer immédiatement – en dehors de toute participation de l’industrie – des groupes internationaux de scientifiques ayant une expertise dans le domaine des CEM, de la santé, de la biologie et de la physique atmosphérique. Ils élaboreront un cadre réglementaire exhaustif garantissant que l’espace extra-atmosphérique est sûr pour les êtres humains et non humains en tenant compte des CEM artificiels, des gaz et de la suie noire éjectés par les moteurs des fusées ainsi que des débris spatiaux résultant de cette activité. Ils prendront la mesure des impacts sur la couche d’ozone, le réchauffement climatique, l’atmosphère et la vie sur la Terre. La technologie spatiale tout autant que la technologie terrestre doit être viable pour les adultes, les enfants, les animaux et les végétaux.

Notes de la complémentaire

[1Une antenne tous les 150 mètres par réseau (opérateur) pour la 5G en ondes millimétriques.

[3Les radiofréquences (RF) sont les ondes ou champs électromagnétiques (CEM) couvrant les fréquences de 20 kHz à 300 GHz utilisées dans les télécommunications sans fil. Les micro-ondes constituent le sous-ensemble des ondes RF qui va de 300 MHz à 300 GHz.

[4Quelques-uns des appels :

  • Un des premiers d’entre eux est l’appel de Freiburg de 2002 signé par plus de 1000 médecins demandant notamment la «réduction massive des valeurs limites, des puissances d’émission et des charges en ondes radio», un appel renouvelé en 2012 (www.freiburger-appell-2012.info).
  • Au 15 octobre 2019, 252 spécialistes des CEM de 43 pays avaient signé un appel adressé à l’ONU, l’OMS et l’UE. Ces scientifiques, qui tous ont publié des travaux de recherche évalués par des pairs sur les effets biologiques et sanitaires des CEM non ionisants et constituent la majorité des experts du domaine, réclament des limites d’exposition plus strictes et demandent que les impacts biologiques potentiels des technologies de télécommunication 4G et 5G sur les plantes, les animaux et les humains soient réexaminés (www.emfscientist.org).
  • Dans un appel adressé à l’UE le 13 septembre 2017, des scientifiques et médecins recommandent un moratoire sur le déploiement de la 5G jusqu’à ce que les risques pour la santé humaine et l’environnement aient été pleinement étudiés par des scientifiques indépendants de l’industrie. Au 17 septembre 2019, il y avait 253 signataires (www.5gappeal.eu).
  • L’appel des professionnels de la santé belges (2019) : https://www.hippocrates-electrosmog-appeal.be.

AUTRE COMPLÉMENTAIRE

La 5G est installée dans notre dos sans consultation des élus locaux

Profitant de la pandémie liée au coronavirus, selon la classique stratégie du choc, et par ordonnance N°6 publiée au J.O. ce 26 mars, le gouvernement  vient de donner tout pouvoir aux opérateurs pour installer les antennes relais.
(Coronavirus, téléphonie mobile et ordonnances – communiqué de presse Alerte Phone Gate – CRIIREM – Robin des Toits)

Tous pouvoirs aux opérateurs

Prétextant sans raison réellement motivée (INSEE : diminution de 35% de l’activité économique en mars), de la pandémie liée au coronavirus Covid-19, et par l’ordonnance n° 2020-320 du 25 mars 2020, publiée ce 26 mars, le gouvernement vient  de donner tout pouvoir aux opérateurs pour installer de nouvelles antennes relais : suspension de l’obligation de transmission d’un dossier au maire ou au président d’intercommunalitédécision d’implantation sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences,dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions (permis de construire ou déclaration de travaux) par les services  d’urbanisme des communes.

La lecture du rapport et de l’ordonnance précités nous amène donc à nous poser de  graves questions.

Nous comprenons la nécessité de garantir la continuité des services et des réseaux de communications électroniques pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire déclaré mais à condition que la construction, l’installation, l’aménagement ou la modification d’une installation radioélectrique dans ce cadre soient limités aux cas de stricte nécessité.

Et la santé publique ?

Nous sommes par contre obligés de marquer notre désaccord quant aux questions relatives à la santé des populations impactées. En effet, la construction, l’installation, l’aménagement ou la modification d’une installation radioélectrique effectués dans le cadre juridique de l’ordonnance sont tenus à une procédure de régularisation ultérieure mais ne nécessitent aucune autorisation préalable. Nous considérons en conséquence que, sous couvert de l’urgence sanitaire, il est fait clairement peu de cas de cet enjeu de santé publique.

Par cette ordonnance, le gouvernement porte le coup de grâce à la loi 2015-136 du 9 février 2015 dite loi Abeille, “relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques”.

Nos expériences jusqu’à un passé récent ont montré qu’il était quasiment impossible de faire retirer une antenne-relais installée. Nous ne croyons donc pas à l’affirmation du caractère temporaire de celles-ci.   

Nous attendons du gouvernement qu’il s’explique clairement sur les liens entre une telle ordonnance et ses volontés récentes et répétées quant au déploiement de la 4G+ et de la 5G. Le gouvernement chinois ne vient-il pas dans le même temps, selon l’agence de presse Reuters, d’annoncer, pour lutter contre le Covid-19, une accélération du déploiement d’antennes-relais 5G pour atteindre les 600 000 à la fin de l’année 2020.

Notre gouvernement, et encore moins le ministre de la Santé, ne peuvent ignorer ni les effets sanitaires des ondes des radiofréquences, ni la tromperie généralisée des industriels ayant conduit au scandale du “Phonegate”, ni le rapport de l’ANSES du 8/07/2016  incitant à réduire l’exposition des enfants aux champs électromagnétiques, ni le classement de l’OMS des ondes comme potentiellement cancérigènes, encore moins la publication de Santé Publique France sur l’augmentation des tumeurs cérébrales et du rôle joué par les ondes dans leur étiologie.
  Nos associations signataires qui militent depuis 20 ans pour faire reconnaître cet enjeu de santé publique considèrent donc que le gouvernement, dans ce domaine, bafoue gravement, une fois encore, toutes les règles du principe de précaution et affirment clairement sa lourde responsabilité quant aux effets sanitaires directs qui résulteront de ces dispositions, et tout particulièrement concernant la survie des personnes Electro Hyper Sensibles.  

Nous vous invitons à signer la pétition « STOP À LA 5G »

Les premières associations signataires :
Alerte Phonegate, Robin des toits, Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Electro Magnétiques (CRIIREM

Si nous ne sommes pas entendu et nous le serons pas, une autre alternative existe : Çà brûle bien !

Ordonnance n° 2020-320 alinéa 6 publiée ce 26 mars :

Le ministre de l’économie et des finances et le secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique, ont présenté une ordonnance :

– l’ordonnance relative à l’adaptation des délais et des procédures applicables à l’implantation ou la modification d’une installation de communications électroniques afin d’assurer le fonctionnement des services et des réseaux de communications électroniques.
Dans un contexte de mise sous tension des réseaux de communications électroniques résultant d’un accroissement massif des usages numériques du fait de la mise en œuvre des mesures de confinement de la population, l’ordonnance introduit, pour la durée de l’état d’urgence sanitaire, des adaptations des procédures applicables pour garantir la continuité du fonctionnement des services et de ces réseaux. Quatre procédures administratives préalables en vue de l’implantation ou de la modification d’une installation de communications électroniques sont ainsi aménagées :
– suspension de l’obligation de transmission d’un dossier d’information au maire ou au président d’intercommunalité en vue de l’exploitation ou de la modification d’une installation radioélectrique ;
– possibilité pour l’exploitant d’une station radioélectrique de prendre une décision d’implantation sans accord préalable de l’Agence nationale des fréquences ;
– réduction du délai d’instruction des demandes de permissions de voirie relatives aux installations de communications électroniques implantées à titre temporaire et dans le cadre d’interventions urgentes ;
– dispense d’autorisation d’urbanisme pour les constructions, installations et aménagements nécessaires à la continuité des réseaux et services de communications électroniques ayant un caractère temporaire.

Vingt-cinq ordonnances prises en application de la loi d’urgence n° 2020-290 du 23 mars 2020 pour faire face à l’épidémie de Covid-19 ont été présentées en conseil des ministres.
Texte des ordonnances sur le site du gouvernement : Faire face à l’épidémie de coronavirus

 

 

 

https://ieb.be/Il-est-urgent-d-arreter-le-deploiement-de-la-5G

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19 : les pédiatres dénoncent le « sacrifice » d’une génération d’ados au Québec

Les restrictions sanitaires sont en train de créer de sérieux problèmes chez toute une génération d’ados, croit l’Association des pédiatres du Québec, qui parle d’un « sacrifice générationnel » dans un communiqué publié lundi,le 4 octobre 2020.

 

Des jeunes sont réunis dans un parc, le 1er octobre 2020.

L’Association s’attaque en partie aux mesures plus restrictives annoncées lundi par le gouvernement de la CAQ, notamment le port du masque en classe dans les écoles secondaires en zone rouge. Elle estime qu’il est erroné d’affirmer que les écoles sont responsables de la deuxième vague.

«C’est si facile d’associer cette perte de contrôle à la « téméraire » rentrée scolaire alors que le coupable, le vrai, c’est le comportement du virus, écrit l’Association. En revanche, les mesures en place fonctionnent, la plupart des éclosions comportent moins de 5 cas et ne sortent pas des bulles-classes.»

«Ces éclosions scolaires reflètent davantage la transmission communautaire, dont les jeunes ne sont pas exclus, et ne semblent pas contribuer significativement à cette seconde vague.»

Toujours dans les zones rouges, le gouvernement a également annoncé lundi que les élèves de la 4e et 5e année du secondaire iront à l’école un jour sur deux, afin de réduire la concentration humaine dans les écoles. Les activités sportives de groupe seront aussi interdites.

Les ados vont mal

«On ne parle pas des adolescents […] et la réalité, c’est qu’actuellement, ils ne vont pas bien et on ne l’entend pas assez», a pour sa part déploré la médecin Marie-Claude Roy, pédiatre au CIUSSS de l’Estrie et membre du conseil d’administration de l’Association des pédiatres du Québec, en entrevue à En direct avec Patrice Roy.

C’est en ce sens que l’Association parle d’un «sacrifice générationnel».

«Des adolescents qui ne vont pas bien à cause de la COVID, il n’y en a à peu près pas, mais des adolescents qui vont mal à cause des mesures mises en place depuis six mois, il y en a des centaines et des milliers», dit la médecin Roy.

La pédiatre estime qu’avec les nouvelles mesures annoncées, le gouvernement retire à ces jeunes «ce qui les motive», soit une «socialisation saine et des sports, parce que la vague est là où elle est».

«Ce qui se passe dans les écoles, ce n’est pas la cause de la deuxième vague. La deuxième vague, elle est là, et les adolescents en font partie comme nous tous.»

Elle ne nie cependant pas que certains rassemblements sont problématiques, et que le port du masque autour de l’école puisse être utile, reconnaissant au passage que les «14-18 ans sont surreprésentés» dans les statistiques liées à la COVID-19 actuellement.

«Ceci étant dit, […] la propagation ne se fait certainement pas lorsque les élèves sont assis à leur bureau à faire des problèmes d’algèbre», avance-t-elle.

«Je n’ai pas l’impression que c’est là que le problème se situe. Il se situe, oui, autour de l’école, dans les récréations, dans les rassemblements. Les adolescents continuent à vivre en dehors des murs de l’école.»

« Il faut prendre les moins pires des mesures »

À Québec, le premier ministre François Legault semble tout à fait conscient de l’effort qu’il exige de la part des adolescents. «De façon générale, la pandémie n’a pas aidé les jeunes depuis le mois de mars», a-t-il reconnu en point de presse lundi.

M. Legault semble toutefois se sentir pris entre l’arbre et l’écorce en ce qui concerne la présence des secondaires 4 et 5 seulement un jour sur deux à l’école.

«Dans un monde idéal, il faudrait réduire la taille de toutes les classes. Mais on n’aurait pas assez d’écoles et d’enseignants pour faire ça.»

On essaie de «prendre les moins pires des mesures», de «trouver l’équilibre», pour «ne pas compromettre l’école pour tous les enfants», explique-t-il.

Le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, a de son côté tenté de se faire rassurant quant à cette restriction concernant la présence en classe. «C’est transitoire. Ce n’est pas jusqu’à la fin de l’année», a-t-il assuré.

«On va faire un travail avec le ministère de l’Éducation pour balancer ce choix, entre les risques et les avantages d’être en présentiel.»

«Je comprends très bien les pédiatres, je comprends aussi les parents qui sont inquiets. C’est une balance qui est très difficile», a-t-il expliqué.

«Il n’y a pas une décision qui n’a pas un effet pervers sur un groupe.»

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:Donald Trump a le Covid-19, l’internet et les satanistes rigolent bien

Donald Trump, celui-là même qui avait suggéré de s’injecter du désinfectant ou d’utiliser les UV contre le Covid-19, est contaminé par la maladie, tout comme sa femme Melania. Le couple s’est mis en quarantaine.  Les réactions n’ont pas tardé à fuser ; dans cette année 2020 qui ressemble à une série apocalyptique écrite par des scénaristes jusqu’au-boutistes, la contamination du président américain est comparée à un énième rebondissement dans une intrigue déjà BIEN riche !

Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Now, which witch want it?
@bsaysthis
Girl, we gotta give it up to the 2020 writers… the way they wrote Miss Rona to go from most hated character to one you root for?! Whew character development!
180,7 k
29,9 k personnes tweetent à ce sujet.

Il faut reconnaître le talent des scénaristes de 2020… faire passer Miss Rona [le coronavirus, ndlr] de « personnage le plus haï » à « celle que tout le monde soutient » ?! Quelle évolution du personnage !

Un autre : *quand on racontera l’année 2020 à nos gosses dans 20 ans*

« Attends, c’est le meilleur moment : et là, LE MEC A CHOPÉ LE COVID ! »

 

 

 

 

Certains et certaines ne cachent pas leur joie, estimant que la contamination de Donald Trump est un retour de karma bien mérité pour celui qui a fait souffrir tant de gens par sa médiocrité et ses discours haineux.

Il l’a bien cherché, il l’a bien cherché [en référence à la chanson de la comédie musicale Chicago, ndlr]

Sur TikTok aussi, les réactions se sont multipliées ; la journaliste du New York Times Taylor Lorenz en a compilé une bonne brassée dans ce thread à dérouler !

La France n’est pas en reste. Avec quelques heures de retard dues au décalage horaire, le Twitter francophone a enchaîné les mèmes pour se moquer de Trump.

Trump positif au covid :

Tout le monde :#TrumpHasCovid pic.twitter.com/WARlnn60se

— アテム𓄿 (@Slayer_Road) October 2, 2020

En parallèle des moqueries, un phénomène étrange s’est produit.

De très nombreuses réponses au tweet de Trump sont écrites dans un alphabet inconnu pour la plupart des gens, et comportent des images allant de « bizarre » à « inquiétantes » en passant par « carrément dégueu ». En voici un exemple soft :

ኃጢአተኛ ነፍስህ ከመዳን በላይ ናት እናም ሰላምን ወይም ሥቃይን አታውቅም ፣ የንስሐ ቅዝቃዜ ብቻ አብቅቷል ፣ ምክንያቱም ኃጢአቶችህ ከማንኛውም ተልእኮ የላቀ ስለሆነ ፣ መጨረሻው ቀርቧል ፣ የኃጢአት መርከቦች pic.twitter.com/WGAHLfWtvl

— ElBuni (@therealbuni) October 2, 2020

Obscur présage ? Conglomérat de sorcières modernes jetant un sort au président américain ? Langage millénaire porteur de malédiction pour quiconque le traduira ?  Eh bien non. Il s’agit, comme l’explique cette journaliste de Mashable, d’une langue tout à fait existante, et pas maudite pour un sou.

Mdr, mais non c’est pas un culte satanique maudissant Trump et la Première dame. C’est un copier-coller en en amharique, la langue officielle de l’Éthiopie. Les gens associent des messages inquiétants (souvent religieux) avec des images chelou pour troller dans les réponses […]

Le texte qui va avec l’image du Joker, ci-dessus, signifie selon Google Traduction : « Votre âme pécheresse est au-delà du salut et vous ne connaissez ni la paix ni la douleur, seul le froid de la repentance est passé, parce que vos péchés sont plus grands que toute mission, la fin est proche, les navires du péché ». Des propos similaires ont été traduits à la va-vite et postés en masse sous le tweet de Donald Trump.

C’est peut-être « pour le LOL », mais utiliser la langue bien réelle d’un pays bien réel avec sa culture et son héritage propre, et la faire passer pour un langage maudit… on a vu plus respectueux. La prochaine fois, autant insulter Trump en latin, ça fera plus traditionnel !

Avez-vous pouffé devant ces réactions ? Ou avez-vous l’âme trop pure pour rire de la maladie frappant un être humain âgé ? Promis, personne ne vous jugera.

En conclusion

L’annonce de Trump intervient à un moment très étrange. Octobre est connu pour être le mois le plus actif dans les cercles occultes et il culmine avec le sabbat le plus important de l’année – Samhain – le 31 octobre.

De plus, le mois d’octobre de cette année est spécial: il contiendra deux pleines lunes. La lune des moissons était le 1er octobre et une «lune bleue» aura lieu le… 31 octobre. Bien que, pour la plupart, ces faits soient complètement hors de propos, ils sont de la plus haute importance dans les cercles occultes.

Si certains d’entre vous sentent que cette année a été régie par «l’énergie noire», les semaines à venir pourraient sembler encore plus sombres. Cependant, comme le dit le dicton: il fait toujours plus sombre avant l’aube.

———————————————

L’hôpital Walter Reed met en danger la vie de  Trump

Source : To Dr. Scott Atlas: Walter Reed doctors are endangering Trump’s life;   by Jon Rappoport

Lettre ouverte à Scott Atlas, conseiller en coronavirus de la Maison Blanche

Scott:

Si les rapports des médias sont corrects, le président reçoit 2 médicaments expérimentaux: le cocktail d’anticorps, Regeneron, et l’antiviral, Remdesivir.

Outre leurs effets indésirables individuels…

CES MÉDICAMENTS N’ONT JAMAIS ÉTÉ ÉTUDIÉS POUR LEURS EFFETS COMBINÉS SUR UN PATIENT. ET MAINTENANT CE PATIENT… LE PREMIER PATIENT À LES RECEVOIR… EST LE PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS.

Vous connaissez les effets indésirables du Remdesivir, Scott. Ils sont plus qu’inquiétants. Lésion rénale aiguë, par exemple. Et ce médicament n’a qu’une autorisation d’urgence, et c’est explicitement pour les patients qui sont des cas de COVID GRAVE. Trump n’est pas un cas grave. Que se passe-t-il? Pourquoi les médecins de Walter Reed en font-ils des tonnes?

L’autre médicament, Regeneron, le cocktail d’anticorps, des versions synthétisées d’anticorps de souris et d’humains, est toujours en essais cliniques. Il n’y a AUCUNE autorisation pour son utilisation.

Dans les essais antérieurs de médicaments à base d’anticorps, l’infection a fortement augmenté. Très dangereux.

Et priez que ces médecins n’optent pas soudainement pour un ventilateur. Ils pourraient le faire, si l’état de Trump s’aggrave, à cause des effets des médicaments. Ils appelleront ces effets «une aggravation du COVID».

Dans une vaste étude menée à New York sur des patients atteints de COVID dans le groupe d’âge de Trump, 97% des patients sous respirateur sont décédés. Le traitement par ventilation, comme vous le savez, implique une sédation lourde et prolongée.

Le président est dans une situation très dangereuse.

Chaque foutu médecin qui a une éthique quelconque devrait crier au meurtre sanglant en ce moment. Ce n’est pas une supposition. Est-ce que vous prescririez à un patient non pas un, mais deux médicaments hautement expérimentaux, dont chacun a des effets très néfastes? Les prescririez-vous ENSEMBLE? DÉJÀ? Surtout lorsque le patient n’est pas près d’être gravement malade? Surtout lorsque les effets combinés des médicaments n’ont jamais été étudiés?

POURQUOI LES MÉDECINS DE WALTER REED TRAITENT-ILS TRUMP COMME SI IL ÉTAIT DANS  ÉTAT DÉSESPÉRÉ?

Ils s’en prennent au président comme si celui-ci  s’accrochait à la vie par un fil et ils doivent lui jeter tout ce qu’ils ont.

Qui veille sur la vie du président? Ces médecins essaient-ils de le tuer?

AU BOULOT, SCOTT. MAINTENANT.

Jon Rappoport

L’auteur de trois collections explosives, THE MATRIX REVEALEDEXIT FROM THE MATRIX, and POWER OUTSIDE THE MATRIX, Jon était candidat à un siège du Congrès américain dans le 29e district de Californie. Nommé pour un prix Pulitzer, il a travaillé comme journaliste d’investigation pendant 30 ans, écrivant des articles sur la politique, la médecine et la santé pour CBS Healthwatch, LA Weekly, Spin Magazine, Stern et d’autres journaux et magazines aux États-Unis et en Europe. Jon a donné des conférences et des séminaires sur la politique mondiale, la santé, la logique et le pouvoir créatif à des publics du monde entier. Vous pouvez vous inscrire pour recevoir ses e-mails NoMoreFakeNews gratuits ici ou ses e-mails gratuits OutsideTheRealityMachine ici.


Vidéo sécurisée sur le sujet sur notre site:

 

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID 19:comment transformer un virus inoffensif en bénéfices illimités pour vous et vos amis

 

Imaginez que vous disposiez des ressources et de l’influence suffisantes pour créer une pandémie mondiale, que devriez-vous faire? Comment commenceriez-vous? Et comment en tirer le meilleur parti et augmenter vos profits? Nous avons les réponses ici. Un plan simple en 12 étapes.

  1. Trouvez des critères vagues pour ce qui constitue les symptômes que vous voulez que les gens recherchent.Tout ce qui est subjectif auquel beaucoup de gens peuvent s’identifier est idéal. Prenons les problèmes de mémoire et / ou la confusion + quelques-uns qui sont courants dans la liste Covid. La fatigue, les courbatures et les douleurs sont assez courantes et subjectives. (Pour le covid19, les symptômes sont: fièvre, toux sèche, fatigue. Symptômes moins courants: courbatures, maux de gorge, diarrhée, perte de goût ou d’odeur, éruption cutanée ou décoloration des doigts ou des orteils). Ce serait une bonne idée de prendre quelque chose de très courant chez les personnes âgées afin que nous puissions utiliser la mort de la vieillesse comme preuve de la létalité du nouveau virus.
  2. Ensuite, nous aurions besoin de quelque chose de biologique à tester.N’importe quelle séquence d’ARN ferait l’affaire, tant qu’elle n’est pas présente dans toute la population. Si c’était le cas, quelqu’un pourrait réclamer très rapidement l’immunité collective. En fait, il pourrait s’agir d’une séquence d’ARN qui n’existe pas vraiment chez l’homme mais quelque chose qui pourrait exister sous forme de contamination dans les laboratoires, comme par exemple dans la poussière ou l’eau. Ce serait suffisant pour qu’un test RT qPCR soit considéré comme un faux positif. De nombreux RT PCR ont des taux de faux positifs de 3 à 5%, ce qui serait suffisant pour créer une peur. (En ce qui concerne Covid, le taux de faux positifs est impossible à connaître avec certitude, car nous n’avons pas d’étalon-or à vérifier, mais pour de nombreux autres tests similaires, le taux moyen de faux positifs est supérieur à 3%. Et différent laboratoires testent différentes séquences. Nous pouvons compter sur les laboratoires sur-stressés pour être plus sujets à la contamination que les laboratoires participant à la recherche, sachant que leur exactitude sera vérifiée, pour ceux qui ont donné plus de 3% de faux positifs. Peut-être que le taux d’erreur pour un laboratoire stressé moyen est aussi élevé que 8%. BMJ compte 5% comme une estimation raisonnable. Avec 8%, nous aurions tous les tests positifs aux États-Unis expliqués par des faux positifs.

 

3. Ensuite, nous sommes tous prêts à y aller. Nous devons simplement affirmer que nous avons découvert un nouveau groupe de symptômes et qui est lié à une nouvelle séquence d’ARN. Cela commence par la perte de mémoire et la confusion. En d’autres termes, il s’agit d’un virus neurotoxique, et il conduit à la mort de toutes les manières avec lesquelles les personnes âgées peuvent mourir, comme par accident vasculaire cérébral, crise cardiaque, pneumonie, insuffisance rénale, septicémie, insuffisance organique, déshydratation. Peu importe si le patient était de toute façon au seuil de la mort, en raison de ses maladies existantes. Nous pouvons toujours affirmer que sans notre nouveau virus, ce patient ne serait pas mort. Qui pourrait contrer cela? (Tout comme Covid; les gens meurent de toutes sortes de troubles qu’ils avaient déjà avant le test Covid).

 

  1. Par miracle, nous avons déjà découvert exactement le virus responsable parmi les millions de virus différents qui existent dans un centimètre cube d’air. Nous avons donc déjà un test RT PCR prêt à être utilisé.Cela nous fait ressembler à des chercheurs très compétents. Bien sûr, nous avons déjà acheté d’avance des actions dans les principaux laboratoires d’essais. Nous avons également acheté des actions des plus grands fabricants de vaccins. Ce sera finalement le plus gros producteur d’argent, heureusement pendant des années, car il sera difficile d’obtenir des anticorps contre quelque chose qui n’existe pas vraiment.
  2. Il ne nous reste plus qu’à propager la nouvelle qu’une nouvelle pandémie mortelle se propage dans le monde entier, et chaque pays doit commencer les tests.On peut compter sur les 5% d’hypocondriaques de la population générale qui vont courir pour se faire tester en premier. Il faudra toujours un certain temps à chaque pays pour commencer à intensifier ses tests, de sorte que les graphiques sont garantis d’être exponentiels au début.

 

  1. Tout ce dont vous avez besoin maintenant, c’est que les gens amènent leurs personnes âgées et désorientées pour les tests, et avec 5% de faux positifs, nous aurons bientôt la plupart des lits d’hôpitaux remplis de vieux patients désorientés. Nous pouvons compter sur les médecins pour les traiter de manière agressive. La plupart de ces personnes âgées prennent déjà un cocktail de médicaments, donc l’ajout de quelques médicaments supplémentaires en tant que «traitement d’attaque» ne manquera pas de les pousser à bout. Beaucoup auront une pneumonie due à la grippe saisonnière, nous pouvons donc simplement prolonger cela en les mettant sous respirateur. Ensuite, ils mourront un mois plus tard et on peut dire que ce n’était pas la grippe puisque la saison grippale aurait dû s’arrêter un mois plus tôt.
  2. Les graphiques des nombres testés positifs seront exponentiels au début, mais s’aplatiront lorsque les testeurs atteindront leur niveau maximum. Après un certain temps, les techniciens de laboratoire seront épuisés et auront tendance à bâcler le travail, la pression pour les tests sera incessante et les laboratoires deviendront de plus en plus sales, et nous obtiendrons des taux de faux positifs de plus en plus élevés. Habituellement, les médias seront satisfaits de ne rapporter que le nombre de tests positifs, mais au cas où quelqu’un penserait à vérifier la proportion de tests positifs par rapport au nombre total de tests, ils obtiendraient un nombre plus élevé chaque semaine en raison de travailleurs de laboratoire surchargés et sujets aux erreurs. A terme, la société manquera d’hypocondriaques qui viendront volontairement passer des tests , et beaucoup auront compris qu’en cas de test positif, ils seront mis en contact avec des personnes vraiment malades, non protégées, puisqu’elles ont toutes le même virus… Alors les courbes vont aplatir et commencer à descendre.
  3. Si vous voulez détruire l’économie pendant la pandémie, vous demanderez à un programmeur de faire une prédiction de millions de décès (en fait, 70 millions meurent chaque année de toute façon, ce n’est donc pas vraiment difficile) si nous ne verrouillons pas la société . Il faut juste leur faire peur pour qu’ils se bloquent juste avant que la courbe ne s’aplatisse (quand on manque des 5% d’hypocondriaques) et tous les politiciens penseront et diront qu’ils ont sauvé leur pays.
  4. Juste pour le plaisir, pour voir à quel point nous pourrions étrangement faire agir les gens crédules, nous pourrions inventer différentes stratégies de protection.La distanciation sociale peut sembler vraiment drôle dans un supermarché, et toutes les manières originales de saluer sont intéressantes, la jambe touchant le coude se touchant (même si nous toussons maintenant dans les coudes). Nous pourrions aussi gagner beaucoup d’argent sur les masques, les gants et les désinfectants.
  5. Afin de gagner de l’argent sur les vaccins, nous commencerons à tester les anticorps. Ici, le taux d’erreur de faux positifs est encore plus élevé, de sorte que nous pouvons facilement obtenir 10% avec des anticorps uniquement à partir de faux positifs. Mais lors d’un nouveau test, nous n’obtiendrons statistiquement qu’un pour cent de tests positifs si nous testons les mêmes personnes. Cela signifie que nous pouvons affirmer que nous aurons besoin de nombreux rappels du vaccin. Afin de maximiser les profits, nous pouvons mettre dans le vaccin quelque chose qui rend les gens malades et ensuite nous pouvons les guérir avec un médicament très coûteux produit par une entreprise dans laquelle nous avons déjà investi. Mais pour être sûr que le maximum de pays paiera presque quel que soit le prix du vaccin, nous devons attendre qu’ils soient vraiment désespérés.
  6. Nous pouvons toujours compter sur plusieurs vagues de virus puisque la grippe et le rhume viendront chaque année et tueront des centaines de milliers de personnes comme chaque année, et 3 à 10% d’entre eux seront à chaque fois testés faux positifs pour notre adorable virus. Nous avons donc une source d’argent fantastique pour des années: des tests coûteux, des médicaments coûteux et des vaccins coûteux pour 7 milliards de personnes chaque année.

 

  1. Nous pouvons compter sur les médecins qui sont certains d’avoir raison dans tout ce qu’ils font.Ils s’affronteront à chaque tour, et comme il n’y a pas de véritable nouvelle maladie à guérir, la recherche se heurtera à des impasses sans fin. Cela incitera tous les médecins à accepter un vaccin. Nous devons simplement nous assurer qu’il n’y a pas de médicament efficace et bon marché couramment disponible. Si tel est le cas, nous pouvons toujours payer certains médecins pour créer des chiffres à publier (comme la fausse recherche négative sur l’hydroxychloroquine dans le Lancet).

Rédigé par Nils Nilsen via Off-Guardian.org,


Le psychopathe Horacio Arruda annonce que

Le Québec  est «dans la deuxième vague»

 

Horacio Arruda ,notre psychopathe au pouvoir

 

La forte hausse de cas enregistrée lundi permet désormais au directeur national de santé publique de le dire: le Québec est «dans la deuxième vague» de la pandémie de COVID-19.

C’est ce qu’a affirmé le Dr Horacio Arruda, «très, très, très préoccupé» lors d’un point de presse à Québec.

Ces propos viennent au lendemain du passage de trois régions du Québec dans la zone d’«alerte» orange du gouvernement du Québec. «Si le comportement actuel demeure le même», il est devenu «fort probable» que certaines régions, dont la région métropolitaine, se retrouvent même dans le rouge, l’alerte maximale, a confirmé Dr Arruda.

Celle-ci signifierait un reconfinement presque total.

Dans les 24 dernières heures, la Santé publique a enregistré près de 600 nouveaux cas de COVID-19, un total qui n’avait pas été touché depuis le mois de mai.

«La courbe n’est pas [encore] comme au printemps», a relativisé Dr Arruda, faisant de grands signes des mains comme au printemps, quand ses points de presse quotidiens avaient attiré l’attention de plusieurs millions de québécois.

Limiter les contacts

Aux côtés de Dr Arruda, la vice-première ministre Geneviève Guilbault, a lancé un message à ses commettants de la Capitale-Nationale, qui sont passés dimanche dans l’orange, mais aussi à tous les Québécois.

Selon elle, le temps est venu de limiter «en partie notre vie sociale». Si plusieurs rassemblements demeurent permis, l’élue caquiste décourage tout rassemblement non-professionnel et non-essentiel.

«On a été pendant un certain temps en jaune, et l’idée, c’était de faire en sorte qu’on ne passe pas au orange. Il faut qu’on fasse un effort particulier», a averti Mme Guilbault.

Alors que…:

Voir cette vidéo:Vidéo sécurisée

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID 19:Une épidémie est en cours: alertez les conseils de sécurité!

 

Une terrible pandémie sévit dans le monde aujourd’hui et comme les médias dominants ne nous en parlent pas, de celle-là, avec des chiffres quotidiens de décès, je m’empresse de réparer cette injustice :

 

Un décès toutes les 6 secondes, tout de même [1] ! 14.400 par jour ! 5 millions de morts par an !

 

D’autres maladies feraient la une des journaux pour moins que ça !

 

Bien sûr, je ne pense à rien de précis en VID en disant cela.

Aujourd’hui, c’est plus de 460 millions de personnes atteintes dans le monde [2] par cette épidémie silencieuse, chaque année de plus en plus.

 

En France, plus de 400 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour [3]. Chez les personnes âgées de plus de 65 ans, 1 personne sur 4 est contaminée !

 

Au début, c’est une maladie invisible, pas de toux, pas de difficultés respiratoires, pas de fièvre, pas de fatigue ni même de perte du goût ou de l’odorat.

 

1 personne sur 2 ne sait même pas qu’elle en est atteinte !

 

Attention, cela peut vous concerner, même si vous pensez aller bien, mangez sainement et que votre poids semble « correct ».

 

On associe souvent cette maladie à l’obésité ou aux mauvaises habitudes alimentaires. Détrompez-vous. Évidemment, l’obésité et les mauvaises habitudes alimentaires vont ajouter d’autres maladies, d’autres complications, ce n’est pas bon.

 

Mais dans cette pandémie particulière, une étude états-unienne a montré que les personnes minces ou de poids « normal » avaient deux fois plus de risques de décéder [4].

 

Pourquoi ?

 

Justement, comme elles se pensent en bonne santé, elles passent sous le radar et la maladie a le temps d’évoluer plus longtemps avant de sonner l’alarme et là, c’est trop tard.

 

Cette maladie a beaucoup de complications vitales potentielles, cardiaques, vasculaires (accidents vasculaires cérébraux notamment), rénales.

 

2 à 6 x plus de risques d’infarctus myocardique.

 

2,6 % de toutes les cécités dans le monde.

 

La durée de vie est, en moyenne, raccourcie de 15 ans.

 

Un point commun avec l’autre pandémie (celle en VID) qui, elle, a occulté l’importance de toutes les autres maladies humaines pourtant bien plus meurtrières*, est que nous avons sur cette maladie épidémique des idées reçues qui n’ont rien à voir avec la réalité ou la vérité.

 

Ainsi, l’un des acteurs majeurs de cette maladie est souvent banalisé, quand il n’est pas carrément ignoré.

 

C’est un fléau insidieux dont on sous-estime la portée et la dangerosité.

 

Pendant 40 ans, des chercheurs ont suivi 6800 personnes sans aucun des facteurs de risque de cette maladie [5].

 

Aucun.

 

Près de 900 personnes ont pourtant bien développé cette terrible maladie.

 

Quel était leur point commun ?

Le stress.

 

Divorce, difficultés professionnelles, trop de sollicitations extérieures, décès de proche, peurs…

 

Oui, le stress psychologique.

 

Ce stress affecte tout le corps, notamment au travers de trois systèmes très importants, interconnectés et contrôlant toutes les réactions physiologiques :

 

  1. Système nerveux
  2. Système endocrinien (hormones)
  3. Système immunitaire

 

Les chercheurs ont conclu que les personnes stressées avaient 45% de « chances » en plus de développer la maladie, par rapport aux personnes non stressées ou qui apprennent à gérer ce stress.

 

En fait, les traumatismes psychologiques, dont le stress post-traumatique est la pire des formes, et les émotions négatives telles que la peur, la frustration, la colère seraient parmi les causes principales de cette épidémie, comme de bien d’autres d’ailleurs.

 

J’arrête ici le mystère.

 

Il s’agit du diabète.  
Dans ce cas, le stress a épuisé le pancréas, les cellules productrices d’insuline, l’hormone régulatrice de la glycémie.

 

Le stress.

 

*  Comme on le constate sur le site de l’OMS, le palmarès des 10 maladies humaines les plus meurtrières ne comporte que 3 maladies transmissibles (infectieuses). Parmi les 7 autres, nous retrouvons les maladies cardio-vasculaires en numéro 1 (près de 10 millions de morts en 2016), les AVC en numéro 2 (près de 6 millions de morts en 2016), les pathologies pulmonaires chroniques en numéro 3 telles que la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO).

 

Le diabète arrive en 7ème position [6].

Vous imaginez, si tous les jours, les présentateurs de journaux télévisés commençaient en nous disant :

 

« Diabète : 14 400 morts de plus aujourd’hui ! »

 

Tous les jours, sans interruption.

 

Ils pourraient le faire également pour les maladies cardio-vasculaires (infarctus ou AVC), les cancers (1 décès sur 6 dans le monde), les insuffisances respiratoires chroniques…

 

Ce qu’ils ont fait pour le COVID-19, annoncer tous les jours le nombre de décès, le nombre de nouveaux cas, je n’avais jamais vu ça durant toute ma carrière de médecin.

 

Pas un jour sans parler de COVID-19 !

 

Comme s’il n’y avait plus que ça qui comptait.

 

Tout décès y était rapporté, retenant le COVID-19 comme la cause unique de la mort. Pendant 6 mois, tout s’est arrêté pour ne plus parler que de cette maladie infectieuse, n’envisager que cette cause de décès. Et apparemment, cela continue.

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Prenez un moment pour réfléchir à cela.

 

Beaucoup de personnes sont probablement mortes, ou meurent avec le coronavirus mais en réalité, elles sont mortes, meurent de leur diabète, ou d’une complication fatale de ce diabète, cardio-vasculaire, rénale ou respiratoire.

 

Elles sont mortes, meurent de leur AVC.

 

Elles sont mortes, meurent d’une autre infection.

 

Elles sont mortes, meurent de leur BPCO.

 

Personne ne peut imaginer que ces maladies si meurtrières jusqu’en janvier 2020, soient devenues subitement bénignes. Comme par magie.

 

Ce n’est pas un jugement cynique ou ironique que je fais ici.

 

Seulement une analyse, 6 mois plus tard.

 

Je comprends qu’une nouvelle maladie, contagieuse de surcroît, accapare comme cela toute l’attention des humains, du moins au début.

 

Mais de là à oublier que depuis toujours les êtres humains meurent de nombreuses causes variées, bien plus terribles que le COVID-19 !

 

Cela, encore 6 mois après le début de la crise, alors que le nombre d’hospitalisations et de décès dus au SRAS-CoV-2 a considérablement diminué, c’est inadmissible.

 

Pour revenir au diabète, dans cette étude états-unienne de grande ampleur, nous avons vu combien le stress, toxique et dangereux, était souvent le véritable déclencheur de la maladie.

 

Il est lui aussi très contagieux ! Son taux de reproduction (R) est bien plus élevé que celui du COVID.

 

Il tue au travers de toutes ces maladies (infarctus, diabète, cancers…) qui, COVID ou pas, continuent et continueront d’accaparer le haut du palmarès de la mortalité humaine.

En plus, imaginez le surplus de stress engendré aujourd’hui par les mesures imposées contre le COVID-19 en particulier :

 

  • Peur de perdre son emploi ou désespoir de l’avoir perdu
  • Peur de sortir de chez soi
  • Peur de prendre ses proches dans ses bras
  • Peur d’être pris dans les bras de ses proches
  • Peur d’aller à l’hôpital
  • Respiration entravée par le port continu du masque, même à vélo dans certains endroits avec tous les effets délétères de la sous-respiration chronique [7] dont le pire sera l’aggravation de l’acidité du sang et l’hypoxémie
  • Psycho-traumatismes d’enfants en leur imposant la distance sociale et la mise à l’écart de leurs camarades
  • Psycho-traumatismes des parents qui voient leurs enfants ainsi traités
  • Peur de voyager
  • Entrave aux relations sociales

 

Saviez-vous qu’une piètre qualité des relations sociales était en elle-même un facteur de surmortalité, comme le décrit très bien cette étude parue le 27 juillet 2010 :

 

 

(Traduction : Le rapport entre les relations sociales et le risque de mortalité).

 

Il serait bon que tous les médecins se penchent à présent sur le prix sanitaire énorme et disproportionné (aujourd’hui) des mesures anti-COVID :

 

  1. Confinement (quarantaine inverse, imposée à des sujets sains et non malades)
  2. Port continu de masques obstruant nos voies respiratoires
  3. Distanciation sociale et même isolement dans des bulles, avec interdiction de contacts et de gestes sociaux…

 

D’autant plus que de nombreux médecins disent qu’il y a un traitement simple et peu coûteux dans le COVID-19, pour les personnes qui deviennent malades, un traitement à donner le plus tôt possible, dès les premiers symptômes, à savoir la triple association hydroxychloroquine, azithromycine, zinc, sous prescription médicale, avec à la clé réduction drastique de la charge virale, raccourcissement de la période contagieuse et protection de ses congénères.

 

Il serait bon que les pneumologues se lèvent pour leurs BPCO, les endocrinologues pour leurs diabétiques, les cardiologues pour leurs patients coronaropathes, les néphrologues pour leurs dialysés, les neurologues pour leurs patients accablés d’AVC… et s’assurent que la prise en charge de la maladie COVID-19, aussi réelle et importante soit-elle, ne vienne pas mettre en péril la lutte contre ces terribles maladies plus répandues et plus mortelles.

 

Il serait bon également que nos autorités soient aussi sévères envers ceux qui répandent la peur et le stress à propos de ce virus, qu’elles ne le sont envers ceux qui ne portent pas leur masque correctement, surtout qu’aujourd’hui, ils ne peuvent prétendre ignorer le terrible poids de ces fléaux dans la mortalité humaine que sont l’angoisse et le stress post-traumatique.
Choc post traumatique causé par un accident de voiture
Expliquons aux gens comment atténuer tout ce stress.

 

De nombreux moyens fiables et efficaces existent [8-9-10].

 

Voilà ce dont les journaux télévisés devraient parler, ainsi que les médecins.

Sauvons des vies.

Dr Pascal Sacré

Note aux lecteurs :  Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Notes :

 

 

 

 

 

[6] Les 10 principales causes de mortalité, site OMS, 2018, comparaison 2000/2016 et en fonction du niveau de revenus.

 

 

[8] Comment transformer votre vie avec les thérapies courtes, Cécile Wyler Roulet, éditions Favre, 2015

 

[9] Des ressources pour guérir, Pascal Ide, éditions Desclée de Brouwer psychologies, 2012

 

[10] Se protéger des stress, inflammations chroniques et maladies chroniques, grâce au nerf vague, l’approche par la coach-respiration®, Jean-Marie Defossez, éditions Jouvence, 2018

EN COMPLÉMENTAIRE

Le stress social face à notre propre élimination

Daniel Estulin confirme avec Tyler Durden (Zerohedge.com) la volonté des élites d’éliminer la classe moyenne. Elle coûte trop cher dit-on. Ils ont éliminé avec cette technologie la classe ouvrière qui les embêta tant avec sa lutte des classes, pas vrai ? Alors pourquoi ne pas éliminer cette classe de médiocres (Guénon), de services et d’employés qui les sert mais coûte décidément trop cher en pullulant dans les pays blancs ? On gardera une classe de technocrates et de bureaucrates, et les flics et militaires pour faire un sale boulot – plus tous les personnels médicaux qui serviront bienheureux les dessins de cette élite globale globalement folle. L’extermination de cette classe qui fait monter de joie Wall Street. Ci-contre les vacances en famille en Pologne – avec le sourire. Masques obligatoires à l’école à la rentrée…

Le marché boursier est revenu à des sommets historiques, mais pour les Américains ordinaires, le niveau de vie n’a pas été pire depuis des décennies, voire jamais.
Comme le souligne la Bank of America, alors que les récentes fermetures de covid ont jeté l’économie dans le désarroi avec des millions de licenciés et vivant des chèques de relance du gouvernement, la vie de la grande majorité des travailleurs – c’est-à-dire ceux qui composent la classe moyenne du pays – était déjà précaire. avant la pandémie, et cela n’est nulle part plus évident que dans l’ indice du coût de la prospérité.
Considérez qu’en 1985, il fallait 30 semaines au salaire médian pour payer d’importants coûts fixes comme le logement, les soins de santé, une voiture et l’éducation; Avance rapide jusqu’à aujourd’hui, alors qu’il faut 53 semaines mathématiquement impossible sur 52 semaines pour acheter ces choses.
———————————————

« Lorsque nous avons introduit dans l’organisme d’État le poison du libéralisme, tout son visage politique a subi un changement. Les États ont été saisis d’une maladie mortelle – l’empoisonnement du sang. Il ne reste plus qu’à attendre la fin de leur agonie. » (Protocoles de Sion, 9)
 
«Afin que le vrai sens des choses ne frappe pas les goyim avant le moment venu, nous le masquerons sous le prétendu désir ardent de servir les classes ouvrières …»   (Protocoles de Sion, 6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID 19:La séquence d’amorce du test PCR du coronavirus de l’OMS se trouve dans l’ADN de chaque humain !!

 

 

Encore une preuve de la grosse arnaque du siècle. C’est suffisamment important pour que je veuille la sortir immédiatement. Mes recherches sur la base de données NCBI pour les séquences nucléotidiques ont conduit à une découverte étonnante. L’une des séquences d’amorces de l’OMS dans le test PCR pour le SRAS-CoV-2 se trouve dans tout ADN humain!
Autrement dit, tout être humain testé avec PCR est positif, donc faussement contaminé !! Ensuite, c’est à la tête du testeur et du testé qu’on décidera du résultat officiel. 

 

La séquence «CTCCCTTTGTTGTGTTGT» est une séquence d’amorces de 18 caractères trouvée dans le document de protocole de test PCR du coronavirus de l’OMS. Les séquences d’amorces sont celles qui sont amplifiées par le processus de PCR afin d’être détectées et désignées comme un résultat de test «positif». Il se trouve que cette même séquence de 18 caractères, verbatim, se trouve également sur le chromosome 8 de l’Homo sapiens! Pour autant que je sache, cela signifie que les kits de test de l’OMS devraient trouver un résultat positif chez tous les humains. Quelqu’un peut-il expliquer cela autrement?
Je ne peux vraiment pas surestimer la signification de cette découverte. Au minimum, cela devrait avoir un impact notable sur les résultats des tests.
Peut-être que le Dr Mayer peut vérifier, ou confirmer / infirmer cela?

 

Le chromosome 8 d’Homo sapiens, ensemble primaire GRCh38.p12
ID séquence: NC_000008.11 Longueur: 145138636

Plage 1: 63648346 à 63648363 est «CTCCCTTTGTTGTGTTGT»

Mise à jour: Après quelques efforts, j’ai enfin découvert un moyen d’afficher la preuve (au-delà de mes captures d’écran) que le chromosome humain 8 a exactement la même séquence de 18 caractères. Veuillez essayer le lien ci-dessous. La séquence est affichée au bas de la page.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/nucleotide/NC_000008.11?report=genbank&log$=nuclalign&from=63648346&to=63648363

 

Preuve sensationnelle : les paires de bases d’ARN COVID sont identiques à l’ADN humain du chromosome 8


EN COMPLÉMENTAIRE POUR MIEUX COMPRENDRE

Le microbiologiste Eric St-Germain explique le masque aux néophytes

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19 Exclusif: l’armée américaine a amené le COVID-19 en Chine avec une fausse équipe de «  jeux militaires  » (histoire du 12 mars)

La mauvaise relation générale de VT avec la présidence Trump a augmenté d’un cran. Le rapport auquel Trump fait référence est passé, non inaperçu, mais plutôt totalement censuré dans la presse occidentale, comme tant d’autres choses jusqu’à ce que VT recherche les faits et les publie.

Maintenant, pour la deuxième fois, Trump a fait des démentis tristes et stupides, celui-ci rempli d’hyperboles et de comportements grandioses, typiques d’un sociopathe du spectre.


12 mars 2020: En octobre 2019, les États-Unis ont amené 172 (vraiment 369) athlètes militaires à Wuhan pour les Jeux militaires mondiaux. Bien qu’ils aient la plus grande armée du monde, décuplée, les États-Unis sont arrivés au 35e rang derrière des pays comme l’Iran, la Finlande et la Slovénie. Aucune vidéo ou photo n’existe de l’équipe américaine, aucun record n’a été conservé, une équipe énorme mais une performance pitoyable pour la meilleure armée du monde.

L’équipe américaine a si mal fait qu’elle a été qualifiée de «soldats de la sauce soja» par les Chinois. En fait, beaucoup n’ont jamais participé à aucun événement et sont restés près du marché de gros de Huanan Seafood, où la maladie serait apparue quelques jours seulement après que les États-Unis aient quitté la région.

Plus de 5,000 antennes de 5G ont été déployées en Chine,juste avant les jeux paramilitaires de Wuhan…préparant la propagation du virus.

L’équipe américaine est rentrée chez elle le 28 octobre 2019 et dans les 2 semaines, les premiers cas de contact humain de COVID 19 ont été vus à Wuhan. Les Chinois n’ont pas pu trouver le «patient zéro» et pensent qu’il était membre de l’équipe américaine.

Ils ont également des sources qui disent que les États-Unis avaient déformé la grippe qui, selon Trump, en a tué des milliers, la grippe transportée en Chine par l’équipe américaine, la grippe qui était vraiment COVID 19, une maladie développée dans une installation militaire de guerre biologique dans l’État de Washington, maintenant «ground zero» aux États-Unis pour COVID 19.

L’affirmation chinoise, quelque chose de censuré aux États-Unis, selon laquelle l’attitude inattentive et les résultats disproportionnellement inférieurs à la moyenne des athlètes américains dans le jeu indiquent qu’ils auraient pu être à d’autres fins et qu’ils pourraient en fait être des agents de la guerre biologique, et que leur lieu de résidence pendant leur séjour à Wuhan, il était également proche du marché de gros de fruits de mer de Huanan , où le premier groupe de cas connu s’est produit. [28] [29]

 

RT / Moscou: L’armée américaine aurait peut-être amené la nouvelle maladie à coronavirus (COVID-19) à Wuhan en Chine, la ville où le virus a été détecté pour la première fois dans le pays, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian.

«Quand le patient zéro a-t-il commencé aux États-Unis? Combien de personnes sont infectées? Quels sont les noms des hôpitaux? C’est peut-être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent! Rendez vos données publiques! Les États-Unis nous doivent une explication! » Zhao a tweeté.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lijian Zhao, a demandé aux autorités américaines de révéler ce qu’elles cachaient à propos des origines de Covid-19, allant jusqu’à suggérer que le coronavirus pourrait avoir été amené en Chine par l’armée américaine.

Soulignant une vidéo du directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), Robert Redfield, admettant apparemment que les États-Unis avaient plusieurs décès dus à Covid-19 avant de pouvoir le tester, Zhao a appelé le chien de garde américain à se montrer clair dans un tweet. posté jeudi.

«C’est peut-être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan», a  suggéré Zhao, appelant le CDC – et les États-Unis en général – à  «être transparents»  et à partager ce qu’ils savent sur le lieu et le moment où  «Patient Zéro» a  été diagnostiqué pour la première fois.

Dans la vidéo, Redfield a reconnu que certains cas de coronavirus avaient été classés à tort comme grippe car les médecins n’avaient pas de test précis pour la nouvelle épidémie à l’époque. Il n’a pas précisé quand ces cas mal diagnostiqués sont apparus pour la première fois – disant seulement que  «certains cas ont été diagnostiqués de cette façon».

En l’absence de détails sur les patients ou de chronologie des décès, les spéculations ont tournoyé. La «théorie» de Zhao s’est  en particulier concentrée sur la délégation militaire qui s’est rendue à Wuhan en octobre pour les Jeux mondiaux militaires, des semaines avant que la ville ne confirme l’épidémie en décembre. La délégation faisait partie du groupe de 300 athlètes américains participant à l’événement multisports organisé tous les quatre ans.

Zhao n’est pas la seule personnalité politique de haut niveau à exprimer ses soupçons sur le calendrier des Jeux et l’introduction du coronavirus à Wuhan. L’ancien Premier ministre malaisien Matthias Chang a proposé des spéculations similaires en janvier, se concentrant sur l’événement comme point de départ de ce qu’il considérait comme une guerre biologique menée par les États-Unis contre la Chine.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare que ce qui est maintenant la pandémie de Covid-19 a été signalée pour la première fois comme une épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019. La recherche de l’origine de la maladie mortelle est en cours, avec des versions contradictoires blâmant le Le marché alimentaire de Wuhan et les chauves-souris – un mets local – y sont notamment vendus, tandis que d’autres pensent que les humains pourraient avoir contracté le virus des pangolins, un mammifère écailleux en voie de disparition.

Des théories moins orthodoxes suggèrent une intention malveillante, le chef de l’élite des gardiens de la révolution iraniens affirmant de manière sensationnelle la semaine dernière que Covid-19 pourrait être  «le produit d’une attaque biologique par l’Amérique qui s’est d’abord propagée en Chine, puis en Iran et dans le reste du monde. . »

Jusqu’à présent, le problème avec toutes ces théories, blâmant à la fois les animaux et les humains, est qu’aucune preuve causale directe n’a été établie, alors que l’identité du «patient zéro» de la Chine   reste également floue. Et ce n’est pas seulement la Chine: dans l’État de Washington – qui a apparemment identifié et isolé avec succès son premier voyageur infecté, avec des dizaines de contacts identifiés et surveillés – le virus a quand même commencé à se propager. Même Steve Wozniak, co-fondateur d’Apple, a déclaré à un moment donné que lui et sa femme étaient peut-être le « patient zéro » des États-Unis   après avoir développé une mauvaise toux à leur retour de Chine.  Cependant, il est apparu depuis que le diagnostic de sa femme était  «une infection des sinus» .


Pourquoi la peste à Wuhan dépend-elle de l’APL?

2020-01-30 17:01:10 Source:  café de l’école    Auteur: pêcher dans les profondeurs

Vus: 37708 Commentaires:  24  (voir)

Du 18 au 27 octobre 2019, les Jeux militaires mondiaux se sont déroulés à Wuhan et les États-Unis ont envoyé 369 soldats à la sauce soja pour y participer.

Pourquoi est-ce des soldats de sauce soja?

Parce que dans le match de 10 jours, la performance des soldats américains de la sauce soja était si décevante que même Bahreïn a été inutilement déçu, la médaille d’or manquait même et le score global a été laissé loin derrière par la Corée du Nord, qui a autrefois donné au Mexique un chance. L’envie de contre-attaquer la zone continentale des États-Unis.

Cependant, les mauvaises performances du jeu n’ont pas affecté l’humeur des soldats de la sauce soja jouant à Wuhan.

Ils ont fait équipe par groupes de deux et ont joué dans les rues de Wuhan, laissant de nombreux accidents romantiques.

Il faut préciser que l’emplacement de la maison d’hôtes américaine des Jeux militaires n’est pas loin de South China Seafood City.

À la fin des jeux militaires, au moment même où les gens se demandaient, comment ces gangsters qui n’attendaient pas pour se muscler le visage pourraient-ils soudainement se faire exploser? La nourriture des soldats américains a-t-elle seulement été prise? Ou ont-ils oublié de le manger pendant le match? Des snickers?


* Pays hôte ( Chine )

 
Rang Nation Or argent Bronze Total
1  Chine  (CHN) * 133 64 42 239
2  Russie  (RUS) 51 53 57 161
3  Brésil  (BRA) 21 31 36 88
4  France (FRA) 13 20 24 57
5  Pologne (POL) 11 15 34 60
6  Allemagne (GER) dix 15 20 45
7  Corée du Nord (PRK) 9 8 15 32
8  Bahreïn  (BHR) 9 1 7 17
9  Ouzbékistan  (UZB) 8 7 5 20
dix  Ukraine  (UKR) 5 13 15 33
11  Italie (ITA) 4 12 12 28
12  Kazakhstan  (KAZ) 4 3 5 12
13  Biélorussie  (BLR) 4 2 8 14
14  Iran  (IRI) 4 2 5 11
15  Suisse  (SUI) 4 1 8 13
16  Corée du Sud  (KOR) 3 dix 11 24
17  Norvège (NOR) 2 4 2 8
 Slovénie (SLO) 2 4 2 8
19  Égypte  (EGY) 2 2 5 9
20  Kenya  (KEN) 2 1 2 5
 Maroc  (MAR) 2 1 2 5
22  Turquie  (TUR) 2 0 3 5
23  Roumanie (ROU) 1 4 3 8
24  Mongolie  (MGL) 1 3 5 9
25  Hongrie (HUN) 1 3 1 5
26  République tchèque (CZE) 1 2 5 8
27  Inde  (IND) 1 1 2 4
28  Belgique  (BEL) 1 1 1 3
29  Lettonie  (LAT) 1 1 0 2
30  Lituanie  (LTU) 1 0 1 2
31  Bulgarie  (BUL) 1 0 0 1
 Namibie  (NAM) 1 0 0 1
 Tunisie  (TUN) 1 0 0 1
34  Finlande  (FIN) 0 4 2 6
35  États-Unis  (USA) 0 3 5 8
36  Autriche  (AUT) 0 3 1 4
37  Algérie  (ALG) 0 2 5 7
38  Azerbaïdjan  (AZE) 0 2 4 6
39  République dominicaine  (DOM) 0 2 3 5
40  Slovaquie  (SVK) 0 2 1 3
41  Qatar  (QAT) 0 2 0 2
42  Thaïlande  (THA) 0 1 5 6
43  Canada  (CAN) 0 1 2 3
 Sri Lanka  (SRI) 0 1 2 3
 Suède  (SWE) 0 1 2 3
46  Oman  (OMA) 0 1 1 2
 Syrie  (SYR) 0 1 1 2
 Vietnam  (VIE) 0 1 1 2
49  Danemark  (DEN) 0 1 0 1
 Equateur  (ECU) 0 1 0 1
 Estonie  (EST) 0 1 0 1
 Arabie saoudite  (KSA) 0 1 0 1
 Tanzanie  (TAN) 0 1 0 1
54  Serbie  (SRB) 0 0 3 3
55  Venezuela  (VEN) 0 0 2 2
56  Albanie  (ALB) 0 0 1 1
 Arménie  (ARM) 0 0 1 1
 Barbade  (BAR) 0 0 1 1
 Grèce  (GRE) 0 0 1 1
 Indonésie  (INA) 0 0 1 1
 Irlande  (IRL) 0 0 1 1
 Koweït  (KUW) 0 0 1 1
 Luxembourg  (LUX) 0 0 1 1
 Pakistan  (PAK) 0 0 1 1
 Rwanda  (RWA) 0 0 1 1
 Espagne  (ESP) 0 0 1 1
Totaux (66 nations) 316 316 389 1021

Source: [33]

Remarque: les épreuves de para-athlétisme, de para tir à l’arc, de gymnastique, de tennis et de 3 épreuves de triathlon senior ne sont pas comptées dans le tableau des médailles.

Sources:Veterans Today

Services de santé à Wuhan,en février 2020.

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19: Une stratégie du choc pour imposer une société totalitaire

« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » Florence Scovel Shinn
Après plusieurs mois de crise COVID-19, des éléments pertinents d’analyse de cette crise apparaissent plus clairement.

1. La pression énorme pour convaincre 7 milliards d’humains de la nécessité de se vacciner contre un virus [1] dont on a gonflé la mortalité [2] et qu’on dit omniprésent alors qu’il est en train de disparaître, voire a disparu.
Cela nous rappelle l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 [3] : mêmes tactiques, mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarios, mêmes narratives avec un accent sur la peur, la culpabilité, la précipitation et toujours la même odeur nauséabonde de cet argent omniprésent sous la forme de profits immenses à l’horizon pour l’industrie productrice de vaccins.
C’est comme si l’épisode H1N1 de 2009 avait servi de répétition.
Cette fois, l’épisode COVID-19 de 2020 est en passe de transformer l’essai en succès.

 

Les points chauds au-début de la fausse pandémie.

 

Tests de surveillance : Rassembler les données sur le COVID-19. Source : sph.umich.edu
2. La capacité énorme des populations à se soumettre à l’autorité.
Malgré des indices évidents de corruption, d’incompétence, d’ignorance concernant des personnalités éminentes de la politique, de la science, de la médecine, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Malgré des recommandations confuses, contradictoires, inexpliquées, injustifiables, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Exemples :
  • 1) Au cœur de l’épidémie, le port des masques n’est pas obligatoire et même déconseillé pour les gens bien portants.
      Alors que l’épidémie s’éteint, les masques deviennent obligatoires partout pour tous.
  • Beaucoup de médecins généralistes d’autres pays et l’IHU Méditerranée-Infection de Marseilles, l’un des plus grands centres d’infectiologie du monde, le plus grand de France, a démontré que l’hydroxychloroquine était efficace pour diminuer la contagiosité du SRAS et le nombre de cas sévères de COVID-19 [4].
2) En Belgique, « on » dit que c’est un médicament dangereux et inefficace et « on » empêche les médecins généralistes de le prescrire à leurs patients.
Des contradictions, des mensonges, des fausses vérités…
Ainsi de suite…
Bien sûr, la peur et le conformisme peuvent expliquer cette obéissance fabriquée.
Nous connaissons les expériences de Solomon Asch et de Stanley Milgram [5].
Cette tendance à la soumission et à l’obéissance n’est pas répartie de la même façon au sein des populations.
Ainsi en Serbie :

« Cassée, la progression implacable de la terreur coronavirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu’il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c’est beaucoup mieux que le bouclage complet qu’ils avaient prévu. » [6]

Par contre, en Belgique :

« De manière incompréhensible alors que l’épidémie, hormis de petits foyers (clusters), disparaît peu à peu [7], des mesures coercitives sont à nouveau imposées, voire élargies [8] avec port obligatoire de masque partout, pour tout le monde, obligation de donner ses coordonnées dans les restaurants et les bars à des fins de tracking [9] … »

Tout cela n’est pas justifié.
Tout cela relance la peur, la terreur, et laisse craindre un retour vers le confinement partiel ou total (assignation à résidence) alors qu’aujourd’hui, on sait que cette mesure est inutile et délétère ! [10-11]
Comme si la crise COVID-19 servait aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple [12], et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante.
J’espère que le peuple belge, ce peuple le plus brave de la Gaule selon Jules César [13], aura le courage et la lucidité du peuple serbe et finira par se réveiller.
3. L’utilisation d’experts en faisant croire à un consensus qui n’existe pas
Les gouvernements forment des conseils composés d’experts pour justifier leurs mesures.
Pour le citoyen, pourquoi mettre en doute les mesures en question ?
Toutefois, on l’a bien démontré au sein d’organisations comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Agence Européenne du Médicament (AEM), le comité COVID-19 en France (le CARE) ou en Belgique (Sciensano-comité COVID-19), être expert ne veut pas dire être indépendant, libre de tout conflit d’intérêt, voire même compétent [14-15].
Chaque fois qu’un gouvernement dit : « il y a un consensus d’experts sur cette question », c’est en fait un mensonge.
Cela veut seulement dire que leurs experts se sont mis d’accord, telle une officine autosuffisante et auto-satisfaite sans débat contradictoire.
Dans le COVID-19, vous pouvez trouver sur tous les sujets présentés comme consensuels :
  • Masques
  • Hydroxychloroquine
  • Confinement
  • Tests utilisés
  • Traitements
  • Vaccination
… d’autres experts aussi valables sur le plan des diplômes, de la réputation ou des activités exercées, dont les avis vont à l’encontre des diktats officiels, avec des arguments honnêtes, des démonstrations solides et des références multiples.
Pour le citoyen, comment faire la part des choses ?
À diplôme égal, à expertise équivalente, un bon critère de discernement est de vérifier l’absence de conflit d’intérêt.
Beaucoup d’auteurs qualifiés avec des avis opposés à ceux de leurs homologues gouvernementaux ne sont pas liés à l’industrie pharmaceutique ni aux gouvernements qui, finalement, veulent faire passer une idéologie, un programme politique et ont de plus en plus de comptes à rendre à l’industrie.
Ces auteurs indépendants ont également plus à perdre qu’à gagner dans ce débat d’avis.
Qu’est-ce qui pourrait les pousser à prendre des risques sinon leur honnêteté, leur conscience ? Ce n’est ni la gloire, ni l’espoir d’un contrat dans le privé, ni l’argent, en tout cas.
4. La fabrication d’une fiction inspirée de faits réels et pour cela, utilisation d’une narrative qui finit par être répétée en boucle et crue sans plus être remise en question.
Le COVID-19 est une fiction basée sur des faits plausibles : un virus, de vrais morts, une vraie maladie, une épidémie de maladies respiratoires à laquelle sont ajoutés, au fur et à mesure, des déformations de vérités ou de réalités, voire carrément, des mensonges (Cf. ma série, COVID-19 : au plus près de la vérité).
Les coronavirus sont connus. Ils existent. Deux d’entre eux ont déjà menacé l’humanité d’épidémies meurtrières (SRAS, MERS).
Qu’importe si les faits ont montré que cette pandémie était fausse et que les experts avaient déjà manipulé les chiffres, la pandémie H1N1 de 2009 a préparé le terrain à l’idée que ça ne pouvait que revenir et qu’à nouveau, seule la vaccination pourrait nous sauver.
De vrais malades ont été hospitalisés et certains sont morts.
Tous ces éléments ont rendu l’histoire « COVID-19 » plausible.
La narrative COVID était lancée.
Pour pérenniser ensuite LA peur qui permette la mise en place d’une stratégie du choc à l’échelle d’une population, il fallait des tests présentés comme fiables, des chiffres de mortalité élevés, des indices de contagiosité effrayants et des capacités hospitalières limitées.
Dans ce processus, la participation conformiste des médias fut essentielle.
Comme chaque fois, ils ont bien joué leur rôle, annonçant chaque jour le nombre de morts et les attribuant au COVID-19 sans aucune discrimination.
Aujourd’hui, ils entretiennent la peur de deuxièmes vagues, de nouveau confinement en faisant passer, à tort, les cas de tests PCR positifs pour de nouveaux cas de COVID-19.
La Suède et d’autres pays, ainsi que certains états aux USA, n’ont pas joué le jeu, ou ont suivi leur propre agenda.
La Suède:sans confinement criminel comme au Québec!
Stockholm durant la « pandémie Covid-19 »
Source : Quartz
Ils n’ont pas confiné, ils ont moins traumatisé, ils sont restés plus humains.
Ils sont la preuve supplémentaire que l’histoire COVID-19 telle qu’elle a été instaurée dans les pays liberticides et coercitifs (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien une fiction avec des éléments réels, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable.
Tous ces points sont des indices que l’histoire COVID-19 est une stratégie du choc et les stratégies du choc ne sont jamais utilisées pour le bien des populations, pour votre bien ou pour le mien !
La stratégie du choc psychologique est une réalité, étudiée par plusieurs auteurs et chercheurs, dont Naomi Klein [16], avec son livre paru en 2007, « La Stratégie du Choc : la montée d’un capitalisme du désastre ».
Nous retrouvons,au Québec, les mêmes responsables psychopathes lors de la grippe AH1Ni ou le Dr Horacio Arruda présidait le fameux comité pour rendre un vaccin obligatoire.
Maintenant,avec la « fausse pandémie du COVID 19,il aide François Legault à prendre en main tous les pouvoirs sociaux,économiques et politiques.
Ça s’appelle une dictature!
Le but est de réaliser une tabula rasa, une page blanche et sur cette page blanche, de reconstruire ce qu’on veut.
Comment ?

« À l’échelle d’une population entière, en réduisant à néant le patrimoine d’un pays, ses structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé. 
Une fois le peuple privé de ses points de repères, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défenses et devient facilement manipulable.
Ce processus peut s’appliquer suite à une grave crise économique ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire. » [17]

La stratégie du choc a été appliquée par des moyens économiques à la Grèce dans la foulée de la crise de 2008, entraînant des millions d’âmes dans la misère avec la complicité de leurs politiciens. [18]
La stratégie du choc a été appliquée par des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimés [19].
La stratégie du choc est aujourd’hui appliquée par des moyens de crise sanitaire, le COVID-19, à une partie du monde, dont mon pays, la Belgique.

« La terreur induite à grande échelle dans une société entraîne une sorte d’état d’hébétude, une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure.
Il faut développer un état d’esprit immature chez la population afin de la contrôler au mieux.
La société doit être infantilisée. »

Ces idées ont été étudiées et diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé [17].
Il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique, au moyen de l’infantilisation, de la confusion, de la désinformation et de la peur.
N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ?
Les gens sont infantilisés…
On leur dit sur quel trottoir ils peuvent marcher, dans quel sens, quand ils peuvent rentrer dans un magasin et où ils doivent se moucher.
La peur est omniprésente.
Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs.
Des milliers de gens voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer.
Les vieillards sont abandonnés.
Les jeunes sont emprisonnés dans un monde masqué et confiné.
Les adultes sont précarisés.
Les gens d’une même famille, séparés.
La réflexion est paralysée.
La contestation, sanctionnée.
Si cette thèse est juste, il est à prévoir que notre gouvernement par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie du choc et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de COVID, quelle que soit la réalité des faits.
Les exemples de la Suède et de Belgrade sont des phares d’espoir dans cette perspective d’obscurité.
Dr Pascal Sacré

Image en vedette : Société de surveillance. source: opiniojuris.org
Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Notes :
[4] Bulletin d’information scientifique de l’IHU, Pr Philippe Parola, directeur de service de soins et d’unité de recherche à l’IHU Méditerranée Infection
[5] PSY-OP COVID-19 : assignés à résidence !, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 11 mai 2020
[6] Belgrade libérée, par Israel Shamir, maondialisation.ca, 13 juillet 2020
[7] La virulence du Covid-19 est-elle en train de diminuer ?, par Christophe De Brouwer, Contrepoints.org, 21 juillet 2020
[8] Les décisions du Conseil National de Sécurité. Les décisions ont été communiquées aux Belges à 13h30 lors d’une conférence de presse ce 24 juillet 2020
[10] COVID-19 : au plus près de la vérité. Confinement, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 22 juillet 2020
[12] Opération COVID-19: Tester le degré de soumission des peuples, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 26 avril 2020
[13] Horum omnium fortissimi sunt Belgae, Wikipédia,  « De tous ceux-là les plus courageux sont les Belges», souvent traduite littérairement en français par « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.
[14] Politique et corruption à l’OMS, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 12 janvier 2010, réédité le 14 avril 2020
[17] MK Abus rituels et Contrôle Mental, Alexandre Lebreton, éditions Omnia Veritas, 2016

 

L’imbécillité humaine additionnée à la psychose collective donne ce genre de résultats!