Poésie:Miroir du Temps

 

 

Passons derrière le miroir,

Traversons la ligne de notre histoire.

Découvrons nous simplement,

Aimons nous tendrement.

Le temps passe si vite

Qu’on ne l’évite.

N’ayons plus aucuns doute

Poursuivons notre route

À travers ce miroir,

Par delà l’histoire.

C’était hier,

Soyons en fiers,

De nos aïeux

Venus des cieux!

Comme Jimmy Guieu,

Attendons sans pardon

Le Retour des Dieux

Nous libérer de cette prison!

À Guy Tarade,

J’offre cette tirade:

Une fleur chaque jour

Est preuve d’amour

Que l’on voit s’ouvrir

Sans la cueillir!

Et pour finir

Dans notre délire,

Nous croyons sans fin

Voler le butin

De la nature mourante

De notre futur d’épouvante!

Meurent sur Terre,

Humains mercenaires!

Après Grande Extinction

De toute vie…sans illusion!

Meurent sur Terre

Banquiers sanguinaires

Créateurs des guerres

Voleurs des terres!

Meurent sur Terre

Chefs des pays,

Menteurs infinis

De fausses pandémies!

À ceux du miroir

Qui gardent l’espoir

Fuyez ces Enfers

Devenez Peuples de l’Univers

Libérés des Frontières

D’un monde éphémère!

par Michel Duchaine

Nous vivons dans une Matrice:La séquence de Fibonacci est partout — même dans le marché boursier en difficulté

La curieuse série de chiffres apparaît dans la nature et aussi dans les activités humaines.

Préambule

Certains historiens situent le début de la Renaissance de l’Occident avec la chute de Constantinople en l’an 1453, qui a provoqué, par peur de persécution ottomane, la fuite de cerveaux byzantins vers Florence, capitale de la Toscane, une région située au centre-ouest de l’Italie. D’autres situent le début de la Renaissance avec l’introduction en Europe des chiffres indo-arabes par le mathématicien italien Leonardo Fibonacci.

Leonardo Fibonacci (v. 1175 à Pise, Italie – v. 1250) est un mathématicien italien. Il avait, à l’époque, pour nom d’usage « Leonardo Pisano » (il est encore actuellement connu en français sous l’équivalent « Léonard de Pise »), et se surnommait parfois lui-même « Leonardo Bigollo » (bigollo signifiant « voyageur » en italien).

Né à Pise en Italie, son éducation s’est faite en grande partie en  Algérie. Son père, Guilielmo Bonacci, vivait à Béjaïa (Bougie, Bgayet, Bugia [1]) où il était le représentant des marchands de la république de Pise. C’est dans cette ville portuaire, qui est à l’époque un centre commercial et intellectuel, que Fibonacci commence son éducation en mathématiques. Ayant aussi voyagé en Égypte, en Syrie, en Sicile, en Provence pour le compte de son père, et rencontré divers mathématiciens, Fibonacci en rapporta à Pise en 1198 les chiffres arabes et la notation algébrique (dont certains attribuent l’introduction à Gerbert d’Aurillac [2]). Ceci illustre les liens entre la vitalité commerciale des villes d’Italie de l’époque et la créativité scientifique et artistique de leurs membres.

Son Liber abaci (aussi écrit Liber abbaci) est un ouvrage écrit en 1202 que l’on peut traduire en Livre du calcul ou Livre de l’abaque.

Dans cet ouvrage, Fibonacci présente les chiffres arabes et le système d’écriture décimale positionnelle qu’il avait appris en étudiant auprès de savants arabes à Béjaia. Le Liber abaci est l’un des premiers ouvrages d’Europe occidentale chrétienne, après le Codex Vigilanus (en) en 976 et les écrits du pape Sylvestre II en 999 (Gerbert d’Aurillac), à vulgariser les chiffres arabes. Il s’adresse aux marchands et aux savants mathématiciens de son temps.

Le livre des calculs est un traité sur les calculs et la comptabilité fondée sur le calcul décimal à une époque où tout l’Occident utilisait encore les chiffres romains et calculait sur abaque. Ce livre est fortement influencé par sa vie dans les pays nord-africains ; il est d’ailleurs rédigé en partie de droite à gauche.

Par cette publication, Fibonacci introduit le système de notation indo-arabe en Europe. Ce système est plus puissant et plus rapide que la notation romaine, et Fibonacci en est pleinement conscient. L’invention sera d’abord mal reçue car le public ne comprenait plus les calculs que faisaient les commerçants. En 1280, Florence interdit même l’usage des chiffres arabes par les banquiers. On jugea que le 0 apportait la confusion et des difficultés au point qu’ils appelèrent ce système cifra, qui dérive du nom arabe du zéro (al sifr = vide, zéro). Ce serait par l’usage des nombres dans la tradition cabalistique que le mot chiffre aurait acquis le sens de code secret.

Fibonacci est plus connu de nos jours pour un de ses problèmes conduisant aux nombres et à la suite qui portent son nom, mais à son époque, ce sont surtout les applications de l’arithmétique au calcul commercial qui l’ont fait reconnaître : calcul du profit des transactions, conversion entre monnaies de différents pays. Son travail sur la théorie des nombres était ignoré de son vivant, mais il fut très largement lu pendant les deux siècles qui suivirent. Ses travaux sont désormais très utilisés en finance de marché, et en particulier en analyse technique.

[1] (Source Wikipédia) Béjaïa ou Bougie (en berbère : ⴱⴳⴰⵢⴻⵜ [Vgayet ou Bgayet], en arabe : بجاية), est une commune algérienne située en bordure de la mer Méditerranée, à 220 km à l’est d’Alger. Elle est le chef-lieu de la wilaya de Béjaïa et de la daïra de Béjaïa, en Petite Kabylie.

Connue à l’époque romaine sous le nom de Saldae, elle est promue capitale du royaume vandale avant d’être islamisée au VIIIe siècle. Cité berbère modeste, elle devient une prestigieuse capitale sous les Hammadides au XIe siècle et un foyer religieux, commercial et savant de la Méditerranée. Après un intermède almohade, elle redevient la capitale d’une branche des Hafsides.

Réputée en Europe pour la qualité de ses chandelles faites de cire d’abeille — auxquelles elle a donné son nom : les bougies — Béjaïa a également joué un rôle important dans la diffusion en Occident des chiffres arabes et des savoirs mathématiques locaux. Au Moyen Âge, des savants comme Raymond LulleFibonacci et Ibn Khaldoun y étudient. 

———————————————————Vendredi, alors que la bourse américaine clôturait sa pire semaine depuis 2008 au milieu des turbulences liées aux coronavirus (avant de se remettre un peu tôt cette semaine), les investisseurs se sont retrouvés avec une question flagrante: est-ce que tout est en baisse d’ici? Au milieu de telles turbulences économiques, certaines études de marché se tournent vers un ensemble familier et puissant de chiffres pour prédire l’avenir.

Le «retracement de Fibonacci» est un outil que les analystes techniques utilisent pour guider leurs perspectives sur les comportements d’achat et de vente sur les marchés. Cette technique tire son nom et dérive de la célèbre séquence de Fibonacci, un ensemble de nombres aux propriétés liées à de nombreux phénomènes naturels. Bien que l’utilisation de ces chiffres pour prédire les mouvements du marché soit beaucoup moins sûre que de l’utiliser pour calculer les modèles de graines de tournesol, l’apparition de la séquence dans le domaine de la finance est un autre témoignage de sa capacité à capturer l’imagination humaine.

C’est quoi la séquence de Fibonacci?

La séquence de Fibonacci est un célèbre groupe de nombres commençant par 0 et 1 dans lequel chaque nombre est la somme des deux précédents. Il commence 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21 et continue indéfiniment. Le motif cache un puissant secret: si vous divisez chaque nombre de la séquence par son prédécesseur (à l’exception de 1 divisé par 0), alors que vous vous déplacez vers des nombres plus élevés, le résultat converge vers le phi constant, ou environ 1,61803, autrement connu sous le nom de nombre d’or.

La séquence a une longue histoire. En Europe, c’était la solution à un problème d’élevage de lapins décrit dans le livre Liber Abaci du mathématicien italien Fibonacci, aka Leonardo de Pise en 1202 après JC. Mais le modèle était connu en Inde beaucoup plus tôt, peut-être même au VIIe siècle. Le nom de la séquence provient d’un surnom, Fibonacci, qui signifie «fils de Bonacci», accordé à Léonard de Vinci au XIXe siècle, selon le livre de Keith Devlin Finding FibonacciLa quête de redécouvrir le génie mathématique oublié qui a changé le monde. Le mathématicien Eduoard Lucas a ensuite donné le nom de «séquence de Fibonacci» dans les années 1870 à la séquence dérivée du scénario du lapin. (Il est également apparu en comptant le nombre d’abeilles dans les générations successives).

Le nombre d’or apparaît dans les phénomènes naturels. Les nombres de spirales dans les pommes de pin sont des nombres de Fibonacci, tout comme le nombre de pétales dans chaque couche de certaines fleurs. 

Dans les plantes en forme de spirale, chaque feuille pousse sous un angle par rapport à son prédécesseur de 360/phi2, et les graines de tournesol sont emballées dans une formation en spirale au centre de leur fleur dans une géométrie régie par le nombre d’or également.

« L’attractivité du Ratio d’or découle d’abord et avant tout du fait qu’il a une façon presque étrange d’apparaître là où il est le moins attendu », écrit Mario Livio dans The Golden RatioL’histoire de Phi, le numéro le plus étonnant du monde.

Mais pourquoi cette séquence est-elle si omniprésente? « Beaucoup de choses en mathématiques et probablement dans le monde réel sont régies par de simples règles récursives, où chaque occurrence est régie par une formule simple en termes de l’occurrence précédente », a déclaré Ken Ribet, professeur de mathématiques à l’Université de Californie, Berkeley. « Et un nombre de Fibonacci a la formule la plus simple possible, juste la somme des deux précédents. »

Fibonacci va au marché

Les humains sont câblés pour identifier les modèles, et en ce qui concerne les nombres de Fibonacci, nous ne nous limitons pas à rechercher et à célébrer la séquence dans la nature. Fibonacci et phi peuvent être trouvés dans certaines œuvres d’art, d’architecture et de musique (même si c’est un mythe que les pyramides d’Égypte y sont pour quelque chose). Et tandis que le comportement d’achat et de vente est en grande partie imprévisible, certains analystes financiers jurent qu’ils peuvent également voir ces chiffres jouer là-bas, y compris dans la crise économique actuelle.

Les chercheurs en investissement appelés «analystes techniques» examinent les formes historiques des graphiques pour déterminer si une tendance actuelle d’achat ou de vente se poursuivra ou se renversera. Certains font leurs prédictions en utilisant des «niveaux de retracement de Fibonacci», dérivés de la célèbre séquence.

Les analystes techniques peuvent examiner toute une série de nombres correspondant aux ratios de nombres dans la séquence de Fibonacci, mais quelques-uns importants sont 61,8% et 38,2%. Tout nombre de Fibonacci donné divisé par son successeur se rapproche de 1 / phi, ou 0,618. Un nombre de Fibonacci divisé par le nombre deux places plus haut dans la séquence se rapproche de 0,382.

Par exemple, considérons le S&P 500. Au plus profond de la récession de 2008, l’indice a atteint son point le plus bas en 2009 à 666 points. Depuis lors, il a généralement connu une ascension à long terme, atteignant un pic de 3.393 avant le plongeon induit par le coronavirus au cours des dernières semaines.

Pour donner un sens aux tendances de ce ralentissement actuel, Katie Stockton, fondatrice et associée directrice du cabinet d’analyse technique Fairlead Strategies, LLC à Stamford, Connecticut, examine si les indices et les actions clés franchissent différents niveaux. Si vous prenez le plus bas de 666 en 2009 en bas (0%) et le plus haut en 2020 de 3.393 en haut (100%), Stockton cherche à savoir si le S&P 500 ferme deux vendredis de suite en dessous de ce qu’elle identifie comme le  » niveau de soutien » de 38,2%. Ce niveau correspond au maximum de 3.393 moins 1.042 (38,2% de la différence entre le haut et le bas), qui s’élève à 2351.

Jusqu’à présent pendant la crise, les prix n’ont pas baissé si bas deux vendredis consécutifs, bien que le 20 mars l’indice ait clôturé à un sombre 2304,92. Si elle clôture le 27 mars en dessous du niveau de Fibonacci de 2351, ce serait la deuxième strike consécutive. Cela indiquerait à des analystes comme Stockton que le S&P risque de glisser plus loin au niveau de 61,8%, soit environ 1708, ce qui rend le moment d’achat moins optimal, selon ce point de vue.

Une prophétie auto-réalisatrice?

Ribet, le mathématicien, rejette l’idée de rechercher des modèles liés à la séquence de Fibonacci pour prédire les marchés. Mais même s’il n’est pas vrai que les chiffres de Fibonacci soient liés aux forces fondamentales du marché, les marchés, par leur conception, réagissent aux croyances de leurs joueurs. Donc, si les investisseurs achètent en masse à cause de l’analyse de Fibonacci, ils créent de toute façon une tendance à la hausse; de même pour la vente.

Stockton reconnaît que cela explique au moins en partie le mouvement de l’or l’année dernière lorsque les investisseurs ont étroitement surveillé si le prix d’une once augmenterait au-delà d’un niveau particulier de Fibonacci. Les prix de l’or ont chuté de manière significative de 2012 à 2015, puis ont rebondi entre environ 1200 $ et 1400 $ l’once pendant quatre ans jusqu’en juin 2019, date à laquelle il semblait être à nouveau en hausse.

« Ce fut un grand breakout de Fibonacci que beaucoup de gens regardaient, même dans la mesure où il est devenu un niveau si largement suivi que je pense qu’il devient une propriété auto-réalisatrice », a déclaré Stockton.

L’idée que les nombres de Fibonacci régissent le commerce des actions humaines pourrait être une pensée magique, mais suffisamment de personnes ayant la même pensée magique peuvent déplacer les marchés. Alors que nous nous préparons à plus de chaos, au moins nous pouvons tous nous consoler en sachant que les nombres de Fibonacci eux-mêmes sont éternels.

Source : The Fibonacci Sequence Is Everywhere—Even the Troubled Stock Market


 

 

 

 

 

L’empreinte de Dieu dans la création

 

 

L’athéisme, ce phénomène irrationnel du XIXe siècle qui s’est accroché à notre époque, devient une manière de plus en plus nocturne d’examiner l’existence et la création. Il ressort du film en norvégien intitulé « La science prouve Dieu »  qui se trouve via le lien en haut et qui expose les empreintes digitales de Dieu dans la création. Regardez-le comme une preuve de l’existence de Dieu.

Autant que je sache, il existe aujourd’hui un consensus général sur la soi-disant théorie du Big Bang: tout ce qui existait est né d’un « coup » cosmique il y a plus de 13 milliards d’années. D’un point extrêmement comprimé rempli d’énergie est venu l’univers, qui depuis s’est constamment étendu.

Ainsi, il ne s’agissait pas de tout créer à partir du chaos, car si tel avait été le cas, tôt ou tard, il avait chaviré avec un coup aussi significatif que le coup d’origine. Certains musulmans prétendent même que le Big Bang est mentionné dans le Coran.

Le film déclare que rien ne se passe ou ne s’est produit par hasard ou par hasard. L’univers est en effet caractérisé par des constantes finement réglées qui témoignent que derrière la création il y a un créateur intelligent avec un but précis: à savoir tout préparer pour l’entrée de l’homme sur la scène de l’univers.

 

CS Lewis (1898-1963).

Cette façon de voir le monde peut être qualifiée de théiste – qui suppose qu’il y a un Dieu – par opposition à matérialiste, qui suppose que tout s’est passé par le biais de lois impersonnelles de la nature, par coïncidence.

L’auteur chrétien britannique CS Lewis (1898-1963) a noté que les lois de la nature aussi peu que les théories de la science produisent des événements. Pour cela, une volonté sous-jacente définie est nécessaire. Une loi physique ne décrit qu’un seul phénomène mais ne peut donner lieu à rien en soi.

La question fondamentale est: pourquoi y a-t-il quelque chose? Rien ne peut avoir causé quoi que ce soit. La raison pour laquelle tout s’est produit est le phénomène et surtout la personnalité que nous appelons Dieu. Dieu a tout commencé à travers le grand coup au début des temps. Dieu est un être personnel, non créé, indépendant du temps et de l’espace, qui avait pour but de se réaliser en l’homme.

Léonard de Pise (Fibonacci).

Dans tout l’univers, il existe des principes mathématiques indubitables qui démontrent l’ordre et la régularité de tout. La séquence de Fibonacci, nommée d’après le mathématicien italien Leonardo Fibonacci ou Leonardo de Pise (vers 1170-1250), montre les structures mathématiques précises de l’univers, de la structure des escargots au fruit de l’ananas et au cycle de reproduction du lapin.


 

« Les mathématiques sont la langue avec laquelle Dieu a écrit l’univers. » (Galilée)


Dans le contexte décrit ci-dessus, il devient évident qu’il n’y a pas vraiment de clichés étanches entre la religion et la science. Les deux ne sont que des façons différentes d’explorer la réalité, où la religion représente l’intérieur et la science des aspects externes de l’existence.


La suite de Fibonacci est une suite de nombres entiers dans laquelle chaque terme est la somme des deux termes précédents. Voici la suite de Fibonacci : 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, etc. Par exemple le chiffre 13 s’obtient en additionnant le chiffre 5 et 8. Le 21 en additionnant 8 et 13 et ainsi de suite.

Vous vous demandez peut-être pourquoi cette séquence de nombres est si célèbre ?

Et bien en fait, la séquence de Fibonacci est si célèbre car les scientifiques se sont rendus compte qu’elle fait partie intégrante de la nature. En effet, cette suite de nombres permet de créer une spirale logarithmique connue sous le nom de spirale de Fibonacci.

Et devinez quoi ? On la retrouve un peu partout… Des plus petits éléments de la nature aux objets les plus gigantesques. On retrouvera donc la spirale de Fibonacci dans les galaxies, l’ADN, les oeufs, les plantes, etc.

Voyant que l’univers répond à des lois mathématiques, la question qui se pose alors est… qui ou quoi a bien pu créer l’univers d’une manière si précise ?

En attendant d’avoir la réponse à cette question, nous vous laissons découvrir la spirale de Fibonacci au coeur de la nature…

Avant tout, voici comment obtenir la spirale de Fibonacci d’après la suite mathématique. On positionne simplement les nombres de la suite de Fibonacci de cette façon avant de tracer la spirale :

 

A partir de maintenant tenez-vous bien, nous partons à la découverte de la spirale de Fibonacci dans la nature…

On retrouvera alors cette spirale dans la coquille parfaite du Nautile…

Ou encore dans la forme de l’Ouragan Irène…

 

Ou même dans la forme des galaxies en mouvement :

Ici, une vue microscopique de l’ovaire d’un poisson (la lotte de mer) :

Ou dans la division d’une cellule cancéreuse. Cette micrographie confocale composite utilise la microscopie time-lapse pour montrer une cellule cancéreuse subissant une division cellulaire. L’ADN apparaît en rouge et la membrane cellulaire en cyan. La cellule ronde au centre a un diamètre de 20 microns :

 

D’autres exemples étonnants:

 

Oeuf de poule

 

Chou Romanesco

 

Aloe Vera

La fleur de Tournesol

 

Ici aussi les graines de tournesol suivent, sur différents niveaux la spirale de Fibonacci. C’est un peu plus difficile à reconnaitre mais si vous regardez bien vous verrez que ce sont plusieurs spirales superposées avec un même point d’origine (le centre de la fleur).

Mille-pattes géants d’Amérique

Les oeuvres d’art

La spirale de Fibonacci dans l’oeuvre de Katsushika Hokusai : «La grande vague au large de Kanagawa». Il semble que même les oeuvres d’art ne puissent échapper à la séquence de Fibonacci.

Qui était Fibonacci ?

La séquence de Fibonacci doit son nom à Léonard de Pise, connu sous le nom de Fibonacci. Bien que Fibonacci ait introduit cette séquence dans le monde occidental pour la première fois en 1202, les mathématiciens indiens l’avaient déjà remarquée dès le sixième siècle apr. J.-C.

La suite de Fibonacci permet d’expliquer comment sont disposés les branches et les cernes de croissance d’un arbre, la disposition des feuilles sur une tige et la manière dont les écailles d’une pomme de pin sont placées.

Et pourtant, vous ne verrez pas la suite de Fibonacci partout car la nature fait preuve de créativité et de nuances afin de créer toute cette diversité.

 

 

 

 

Sommes-nous seuls dans l’univers?

Le célèbre astrophysicien américain « Carl Sagan » aurait clairement répondu à cette question par la négative. Il croyait que Dieu ne perdrait jamais autant d’espace. Maintenant, d’un point de vue philosophique, il n’est probablement pas si mauvais, scientifiquement parlant, qu’il n’existe à ce jour aucune preuve étayée.

Carl Sagan

 

 

Compte tenu du fait que nous, êtres humains, avec nos capacités techniques modestes, sommes déjà capables de détecter la vapeur d’eau dans l’atmosphère d’une planète en orbite autour d’une étoile à plus de 100 années-lumière de nous, un tout petit espoir germe sur nous :nous ne sommes pas si seuls. D’un autre côté, c’est un signe fort que des formes de vie évoluées pourraient nous avoir repérés depuis longtemps, à mesure que nous découvrons plus d’exoplanètes année après  année.


MON ESTIMATION PERSONNELLE 

…est que nous avons été visité depuis des millénaires et que notre position est connue ,très bien connue ,sur le bras d’Orion,dans notre Voie Lactée.

Même si on n’aurait pas été visité,depuis des millions d’années,depuis les débuts de la guerre froide entre les américains et les soviétiques…puis ensuite les communistes chinois,l’utilisation des faisceaux lasers afin d’augmenter l’efficacité des communications dans les forces armées de ces pays,font que plus de 1,000 systèmes solaires reçoivent chaque jour des émissions ou signaux  de communication jusqu’à  une possibilité de 50,000 années-lumière de nous.

 


 

Les efforts de SETI (Recherche d’Intelligence Extraterrestre) sont sans aucun doute bien intentionnés, même si SETI « seulement » insiste pour écouter et ne pas envoyer! Un aspect très important est souvent ignoré: le fait que même les radios télescopes les plus sensibles ne peuvent recevoir que les signaux envoyés avec une puissance de sortie énorme. Un signal à une sonde qui se trouverait dans notre système le plus proche voisin, situé à  environ 4,4 années-lumière de nous, devrait sonner avec environ 1,93 gigawatts.     

Cela correspond à la performance d’au moins 2 centrales nucléaires. La facture d’électricité serait considérable. Pour des systèmes encore plus éloignés, il faudrait beaucoup plus d’énergie et ET devrait envoyer un signal aussi intense pour nous atteindre! Cela nous amène à la prise en compte de l’effet coût-bénéfice, car dans notre société humaine, même une civilisation extraterrestre décidera exactement si cet effort mérite des ressources énormes, juste pour envoyer rapidement un message dans l’immensité de l’univers. , Une civilisation extraterrestre sophistiquée trouvera le moyen de choisir exactement, et pas seulement avec le bonheur de jeter une bouteille après l’autre à la mer.

Le paradoxe de Fermi indique qu’une civilisation hautement civilisée aurait colonisé la galaxie entière en quelques millions d’années, mais rien ne permet de penser à cela? Cependant, le créateur de la théorie part de la mentalité humaine actuelle ne doit pas nécessairement correspondre à celle d’une intelligence extraterrestre.

conclusion:

On entend par SETI qu’il existe des civilisations techniquement avancées. ET existe mais pour des raisons inconnues, il ne veut pas dire « Me voici ».  Les chercheurs de SETI s’intéressent toujours aux formules complexes, telles que le matériel génétique de l’ADN, les atomes d’hydrogène ou les composants chimiques de la vie. Et si  une telle démonstration d’intelligence n’est pas nécessaire?  Les hiéroglyphes égyptiens n’ont été déchiffrés que cent ans après leur découverte et c’était une langue humaine!  Ockham dirais – Si tous les paramètres sont identiques, généralement la solution la plus simple est la bonne! Il existe un langage commun qui permet la communication non seulement entre des personnes de langues différentes, mais également entre des personnes et des animaux qui ne repose pas sur la compréhension verbale…. L’empathie.  


(Intelligence émotionnelle) 

Empathie C’est le fondement de toute compréhension humaine et des relations interpersonnelles. Une personne qui reconnaît ce que les autres ressentent peut détecter les signaux souvent cachés dans le comportement des autres beaucoup plus tôt et déterminer ce dont ils ont besoin ou ce qu’ils souhaitent. Cependant, Goleman souligne également dans d’autres textes qu’il est également évident que leur influence peut être influencée négativement ( capacité de leadership ). L’empathie est donc une capacité neutre en termes de valeur – elle peut avoir un effet ressenti individuellement positif ou négatif. L’empathie n’est à la base des sociétés humaines performantes que d’un point de vue sociétal global, créant un ordre émergent .  


COMME PAR EXEMPLE: ET VOUDRAIT JUSTE ENVOYER LE MESSAGE … »BONJOUR! »

 


QUE PENSER DES ENLÈVEMENTS EXTRATERRESTRES?

Partout dans le monde,des enlèvements de personnes par des extraterrestres ont été observé,ou analysé …ou simplement enregistré pour fin d’enquêtes.
Cela exclue des milliers de personnes qui ont disparues sans laissé de traces.

 

La plupart des gens qui entendent pour la première fois entendre dire que des extraterrestres emmènent des hommes, des femmes et des enfants à bord d’un OVNI et les soumettent à diverses interventions chirurgicales supposent qu’il s’agit d’un type de syndrome psychiatrique contemporain. C’était aussi ma première réaction. Quand, à l’automne 1989, un collègue m’a invité à rencontrer Budd Hopkins (dont je n’avais alors rien entendu parler) et à m’expliquer que Hopkins prenait au sérieux les témoignages des abductés avec lesquels il travaillait, je le croyais comme ses sujets. confus mentalement. Car ce phénomène est au-delà des réalités possibles dans la vision du monde occidental et de ce qu’est une maladie mentale autre que la pensée et le comportement qui ne correspond pas à ce que nous sommes habitués à reconnaître comme réalité.

L’homme a naturellement tendance à adapter chaque nouveau phénomène à des schémas et à des structures familiers, car il nous est difficile de supporter le mystère et l’inconnu. Ceux d’entre nous qui travaillent en tant que psychiatres ou psychologues ont bien entendu tous les diagnostics possibles pour expliquer le phénomène d’enlèvement dès qu’ils en ont entendu parler. Les récits sonnent sans aucun doute comme des illusions ou des hallucinations. Ils contredisent même nos lois physiques, suggérant une sorte de psychose. Les personnes enlevées sont souvent anxieuses ou souffrent de symptômes physiques indiquant une forme de névrose. Les souvenirs de leurs expériences sont souvent fragmentaires; Alors peut-être souffrent-ils d’une déficience organique du cerveau, d’une épilepsie du lobe temporal. Les expériences sont traumatisantes et affectent souvent les abus en matière de procréation, suggérant un viol ou une possible molestation d’enfants. Les expériences d’abduction entraînent un changement d’état de conscience ou se déroulent dans un tel état. Par conséquent, nous pouvons être confrontés à une condition généralement associée à une réaction dissociative telle qu’un trouble de la personnalité multiple ou même un abus des cultes sataniques. Si nous considérons le fait que nous vivons à l’ère spatiale et que les médias ont prêté une si grande attention au phénomène des enlèvements, n’est-il pas possible qu’un processus collectif tel que l’hystérie de masse ou le délire de masse soit à l’œuvre ici? Les expériences de chambre à coucher suggèrent des rêves ou des phénomènes hypnagogiques.

Les différents aspects du phénomène des enlèvements suggèrent l’une ou l’autre possibilité de diagnostic, surtout si l’on ne traite pas ce phénomène avec trop de soin. Cependant, tous ces diagnostics ignorent plusieurs éléments fondamentaux du phénomène des enlèvements. Chaque théorie doit impliquer cinq complexes.

  1. Les rapports de personnes enlevées aux États-Unis (et ici je fais référence aux seuls États-Unis, car les différences culturelles pourraient modifier cette déclaration) montrent de grandes similitudes même s’ils n’ont pas été mentionnés jusqu’à présent dans les médias. proviennent de personnes qui n’ont aucun contact les uns avec les autres, ne font que rendre compte de leurs expériences avec réticence, n’ont rien à gagner et acceptent d’être ridiculisées.
  2. L’expérience d’enlèvement est accompagnée de preuves physiques importantes. Parmi ceux-ci, des témoins indépendants ont déclaré que le ravisseur avait disparu pendant un certain temps; Des saignements de nez et des coupures diverses, des marques en forme de cuillère, des ecchymoses et d’autres lésions cutanées à motifs complexes que l’on trouve parfois simultanément sur plusieurs abductées, ainsi que des implants pouvant être ressentis après un enlèvement sous la peau, bien qu’aucun d’entre eux ne soit non biologique ou « origine étrangère » a été prouvé.
  3. Même les enfants trop jeunes pour développer le syndrome psychiatrique mentionné ci-dessus signalent un enlèvement. Au cours d’une conversation, un garçon de deux ans m’a confié qu’il avait été élevé au ciel par un homme qui se mordait le nez. Un garçon de presque trois ans a raconté que des chouettes aux grands yeux (les enfants se souviennent généralement des extraterrestres en tant qu’animaux) l’emmenent sur un bateau dans le ciel et qu’il craint de ne pas pouvoir retourner chez sa mère.
  4. Bien que toutes les personnes enlevées n’aient pas vu l’OVNI dans lequel elles ont été introduites, le phénomène est systématiquement associé à l’observation d’objets volants inhabituels, à la fois par les personnes enlevées et par d’autres témoins. Une femme avec qui j’ai travaillé a appris aux médias l’horreur du matin après son enlèvement, dans laquelle elle-même n’avait vu aucun OVNI, que beaucoup de personnes à proximité du lieu de leur enlèvement avaient vu un OVNI au moment de leur expérience. ,
  5. Même dans les évaluations psychiatriques et les examens psychologiques, comme dans plusieurs de mes propres cas, aucun trouble mental cohérent n’a été trouvé. Bien sûr, les abductés peuvent souffrir psychologiquement et émotionnellement du fait de leurs expériences souvent traumatisantes, et certains ont des problèmes psychiatriques associés à ces expériences. Beaucoup d’entre eux viennent de familles brisées. Mais en aucun cas le trouble émotionnel n’a fourni une explication de l’expérience de l’enlèvement. Veuillez consulter l’étude de personnalité de PEER pour une mise à jour.

À la lumière de ces aspects fondamentaux du phénomène des enlèvements, examinons à nouveau les possibilités de diagnostic mentionnées ci-dessus. Toute forme de psychose peut être exclue dans la mesure où les personnes enlevées sont, à de très rares exceptions près, cliniquement parfaitement normales et, malgré le stress associé à leur expérience d’enlèvement, généralement bien intégrées dans la société. Trois de mes cas, avec lesquels j’ai effectué toute une série de tests psychologiques, se sont révélés parfaitement sains mentalement. La psychonévrose peut être exclue car les personnes enlevées ne semblent pas souffrir des conflits personnels intenses typiques des névroses. Les expériences ne peuvent pas être expliquées comme des fantasmes,

Les symptômes physiques des personnes enlevées semblent être le résultat de blessures rappelées explicitement et liées à un enlèvement. De même, contrairement aux stigmates religieux, les coupures et autres blessures observées après un enlèvement ne semblent pas suivre un schéma psychodynamique. L’incapacité des personnes enlevées à se souvenir des détails de leurs expériences n’est apparemment pas due à un dysfonctionnement cérébral organique, mais à la répression de la mémoire qui entraîne souvent un traumatisme, et éventuellement aux forces agissant lors de rencontres extraterrestres.

Le traumatisme est sans aucun doute une caractéristique importante de la plupart des expériences d’enlèvement, mais il n’existe aucun cas documenté où la source du traumatisme se soit avérée être une expérience différente de la vie de la personne enlevée par rapport à l’expérience elle-même. Enfin, avec l’évocation de la dissociation comme explication diagnostique possible, on contourne la question de la causalité. Car la dissociation est une réaction, un mécanisme d’adaptation, par lequel les souvenirs d’expériences douloureuses ou déroutantes sont séparés de la conscience. Cela permet à la personne concernée de conserver ses énergies psychiques pour faire face à la vie quotidienne. En fait, les personnes enlevées « se dissocient » par rapport à leurs expériences traumatiques, c’est-à-dire qu’elles déplacent les souvenirs de rencontres troublantes avec leur subconscient.

Même si l’un ou l’autre aspect de ces différentes catégories de diagnostics s’applique aux cas d’enlèvement, il nous reste à expliquer: l’apparition de ce phénomène chez les tout-petits, les diverses manifestations physiques, l’association avec des ovnis, et surtout les similitudes frappantes entre les récits indépendants , De ce point de vue, les histoires d’enlèvements ressemblent à des manifestations physiques. Cela n’enlève rien au fait que nous ne comprenons pas la cause ou la source de ces événements.

La question de la cause psychosociale est plus complexe. Le syndrome d’abduction est certainement un phénomène collectif dans le sens où de nombreuses personnes aux États-Unis et dans d’autres parties du monde vivent des expériences similaires. Superficiellement, il semble s’agir d’un phénomène d’hystérie de masse, d’illusion de masse ou de croyance erronée qui pourrait se nourrir des nombreux reportages dans les médias (voir l’article de Robert Hall «Les rapports d’enlèvements sont-ils une hystérie de masse?», P. 345, 349). Mais le syndrome d’abduction ne se comporte pas comme un trouble collectif. Les expériences sont très personnelles et individuelles, et les victimes sont isolées les unes des autres et ont souvent peu entendu parler des ovnis ou du phénomène des enlèvements. Ils ne manifestent pas un système de croyance culturellement répandu ou accepté, comme ce fut le cas avec des incidents historiques d’hystérie de masse. Au lieu de cela, les personnes enlevées nagent contre le courant de notions de société sur la réalité qui prévalent et courent le risque d’être ostracisées et ridiculisées lorsqu’elles parlent de leurs expériences.

Il est vrai que les médias ont consacré beaucoup d’attention au phénomène des enlèvements, en particulier ces derniers mois. Cependant, je crois plutôt que cette attention est due aux nombreux rapports sur les enlèvements et les chercheurs en enlèvements sur des enlèvements réels, plutôt que de déclencher des expériences d’enlèvement. Parce que les histoires de kidnapping réelles montrent dans de nombreux matches et pas dans les médias mentionnés de grands matchs. En outre, une explication psychosociale, comme déjà mentionné, doit encore expliquer l’enlèvement de jeunes enfants, les manifestations physiques et, bien sûr, la relation avec les OVNIS.

Enfin, comme le proposait CG Jung dans un article sur les soucoupes volantes écrit bien avant la vague d’enlèvements, nous pourrions élargir notre notion de l’inconscient collectif et considérer le phénomène OVNI / enlèvement comme une sorte de mythe contemporain, de croyance à une époque donnée. manifesté dans une culture particulière. Les jeunes appellent des phénomènes de ce type « psychoïdes » dans la mesure où ils impliquent une sorte de résonance entre la psyché ou le monde intérieur et les phénomènes physiques du monde extérieur (y compris les OVNIS et les manifestations physiques accompagnant les enlèvements). Cependant, si nous élargissions ainsi l’idée de l’inconscient collectif, je dirais que la distinction entre intérieur et extérieur, perdu entre psyché et réalité. Monde et psyché ou conscience ne font plus qu’un. ils existent dans une sorte d’harmonie ou de résonance dont nous devons découvrir les modèles.

Je ne voudrais pas exclure cette possibilité, mais si elle nous donnait une image utile du cosmos, nous abandonnerions le paradigme dualiste de la science occidentale, qui implique une séparation entre les mondes intérieur et extérieur et selon lequel le monde physique obéit à des lois qui ont peu à voir avec les différents. Les formes de conscience doivent faire. Avec l’aide du phénomène des enlèvements, nous découvririons une nouvelle image de l’univers dans laquelle la psyché et le monde se manifestent et se développent conformément à des principes que nous ne comprenons pas encore.

 

En résumé, nous pouvons trouver peu d’aide pour expliquer le phénomène d’enlèvement de la psychiatrie. Aucun diagnostic psychiatrique n’est utilement appliqué à ces cas. Même des explications psychosociales ou culturelles, y compris toutes les dimensions essentielles du syndrome, nous obligeraient à élargir nos conceptions de l’inconscient collectif à un point tel que la distinction entre psyché et monde, réalité interne et externe, disparaîtrait.

 

Il n’y a aucune preuve que les personnes enlevées aient vécu autre chose que ce qu’elles nous ont rapporté. Les personnes avec qui je travaille disent la vérité à mon avis. Cette impression a également d’autres chercheurs sur l’enlèvement. Nous avons donc un secret profond et important à faire, et nous ne savons pas de quoi il s’agit. Une sorte d’intelligence semble être entrée dans notre monde à partir d’une autre dimension de la réalité. Il a un grand pouvoir (beaucoup d’abductés parlent d’un sentiment de « respect » vis-à-vis de ce pouvoir) et nous n’avons aucun moyen de contrôler leurs effets. Nous ne savons pas quel est le but réel. Tout ce que nous pouvons faire, c’est en apprendre davantage sur le phénomène des enlèvements et avoir le courage de

Il existe des preuves que le phénomène devient moins traumatisant à mesure que les abductés surmontent leur anxiété et reconnaissent pleinement la réalité de l’expérience. Il développe une relation avec les êtres extraterrestres, qui est davantage déterminée par la réciprocité, même par les sentiments amoureux. Les personnes enlevées reçoivent des informations sur les risques écologiques fondamentaux et les autres risques mondiaux susceptibles de leur procurer un enrichissement émotionnel et spirituel de base. Nous avons besoin de nombreuses autres études candides sur ces dimensions du phénomène.

John E. Mack md 1929-2004

 

 

  • John E. Mack, MD était un auteur lauréat du prix Pulitzer et professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School.

QUELQUES VIDÉOS

 

 

 

 

 

Longtemps après la prise de cette photo,un ovni apparait au centre.(vidéo en allemand)

Vidéo en allemand fort intéressant  sur la surveillance  ufologique en Allemagne.

 

Lors d’une sortie dans l’espace de l’ISS,un astronaute aperçoit un groupe d’ovni.

 

En 2015 apparitions d’ovni au-dessus d’une autoroute.

Le 30 juin 2015,des astronautes filment un étrange ovni sortant de l’atmosphère terrestre.

 

 

 


Le terme OVNI

 

Le terme OVNI est, à proprement parler, l’abréviation de Objet Volant Non-Identifié. Et cela peut être n’importe quoi, un avion inhabituellement construit, un phénomène météorologique rare ou une météorite – tout simplement un objet volant que le spectateur ne peut pas attribuer immédiatement. De nombreuses observations d’OVNIS se sont avérées être une fausse interprétation du phénomène observé ou – malheureusement – en réponse à une tromperie délibérément induite. Il reste un petit « rez-de-chaussée » dans lequel une falsification ou une tromperie était indétectable, mais cela ne prouve logiquement pas l’authenticité. Et certainement pas comme preuve pour visiter une intelligence extraterrestre peut être consulté.

Malgré tout, l’affirmation ‘  Non, il n’y a pas de tels OVNIS’ est  aussi irréalisable que la réponse ‘Oui, il y a de tels OVNIS’ , car les deux ne peuvent être prouvés clairement jusqu’à aujourd’hui. Donc jusque-là, cela reste une question de foi. Des questions beaucoup plus intéressantes seraient les suivantes:  »  Quelle est la probabilité qu’il y ait des OVNIS? »  Ou   » Et s’il y en avait? »  Ou   » Quel intérêt leurs propriétaires pourraient-ils avoir sur notre planète? »

Ce message ne traite pas de savoir si nous sommes visités par un vaisseau spatial extraterrestre sophistiqué ou si nous avons déjà été visités. Plutôt, les faits et les relations physiques doivent être présentés, et je laisse le soin à mes lecteurs, après cette lecture, de laisser à l’un ou à l’autre le «choix» de décider. Très souvent, il est également question de savoir pourquoi des intelligences étrangères souhaitent établir un contact direct avec la société humaine. En ce qui concerne cette question, il ne faut pas oublier qu’il existe de nombreuses espèces intelligentes sur Terre qui ne s’intéressent pas non plus aux contacts humains.

Un résumé objectif des extraterrestres les plus célèbres:

Les Gris (Ufologie)

 

Gris  ( gris , également  plus petit gris ) est un nom pour un être  humain hypothétique   vivant. Il est dit d’être d’   origine extraterrestre et est  lié aux  phénomènes d’ OVNI et aux  enlèvements extraterrestres dans la  science fiction  et la non –  fiction  . [1]  La première description d’un gris que le couple est  Betty et Barney Hill ont  considéré que , en 1961 , dit qu’il enlevé par des extraterrestres dans un OVNI et plusieurs  médicaux Les expériences ont été soumises. La description de Betty Hill ne correspond pas à la plupart des descriptions ultérieures. [2]  L’existence des Gris n’a pas été prouvée et fait l’  objet d’études et de discussions controversées en  ufologie .

Nouveaux éléments pour les théories du complot: les X-Files du gouvernement britannique, jusque-là secrets. Maintenant, les archives ont été ouvertes et les documents rendus accessibles. Source: ministère de la défense

 


LE CAS  BETTY HILL

Voir mon article sur ce cas précis: Voir ce lien

 

Les dessins d’un gris par Betty et Barney Hill

 

Le croquis complet d’un gris par Betty Hill.

 

Son habillement.

Sans oublier l’autre article sur  de nouvelles révélations:voir ce lien


…À suivre mes ami(e)s!

 

 

 

 

 

Astronomie:L’univers compte 2 000 milliards de galaxies, disent les astronomes

Des images du télescope Hubble depuis l’espace lointain ont été rassemblées pendant 20 ans pour résoudre l’énigme du nombre de galaxies dans le port du cosmos.

Les astronomes ont rapporté récemment  que le chiffre de  2000  milliards de galaxies était vertigineux dans l’univers accessible à la science actuelle,c’est  20 fois plus qu’on ne le pensait. La découverte surprenante, basée sur la modélisation 3D d’images recueillies au cours des 20 dernières années par le télescope spatial Hubble , a été publiée dans Astronomical Journal.
Les scientifiques se sont demandé combien de galaxies le cosmos héberge, du moins depuis l’astronome américain Edwin Hubble, qui avait montré en 1924 qu’Andromeda, une galaxie voisine, ne faisait pas partie de notre propre Voie Lactée. Mais même à l’ère de l’astronomie moderne, il est difficile d’obtenir un décompte précis.

Pour commencer, il n’ya qu’une partie du cosmos où la lumière émise par des objets distants a eu le temps d’atteindre la Terre. Le reste est effectivement hors de notre portée. Et même au sein de cet «univers observable», la technologie actuelle ne nous permet d’apercevoir que 10% de ce qui existe, selon les nouvelles découvertes.

Elle ressemble à un gros microbe de dessin animé, mais elle aimerait qu’on lui montre un peu de respect : GN-z11 est la plus ancienne et la plus lointaine galaxie que l’on ait vue à ce jour. Dévoilée en mars 2016 par l’équipe d’astronomes qui l’a découverte, elle est née il y a 13,4 milliards d’années.

« Il est ahurissant que plus de 90% des galaxies de l’univers n’aient pas encore été étudiées », a commenté Christopher Conselice de l’Université de Nottingham, qui a dirigé l’étude. « Qui sait quelles propriétés intéressantes nous trouverons lorsque nous observerons ces galaxies avec la prochaine génération de télescopes? », A-t-il déclaré dans un communiqué.

 

Astronomie:Ce que l’on sait d’« Oumuamua », l’objet céleste qui venait d’ailleurs

 

Parmi les curiosités scientifiques qui parviennent à capter sans faillir l’attention du grand public, la vie extraterrestre est sûrement l’un des sujets qui fascine le plus. Le dernier exemple en date concerne l’objet astronomique 1I/2017 U1, autrement appelé « Oumuamua ». Cette comète, ou ce que l’on croit être une comète, avait beaucoup fait parler d’elle à l’automne 2017, lorsqu’elle fut découverte, puisque c’est le premier objet dont on sait qu’il ne vient pas du système solaire à être observé par l’homme. Un objet interstellaire, donc, qui, venant de la constellation de la Lyre, s’est approché jusqu’à 45 millions de kilomètres du Soleil avant de ressortir rapidement du système solaire en direction de la constellation de Pégase.

En plus d’être certifié « objet venant d’ailleurs », « Oumuamua » avait également surpris par sa forme très inhabituelle (dix fois plus long que large) ainsi que sa vitesse élevée. Des propriétés curieuses qui ont valu à celui-ci d’être très médiatisé à l’époque. A la suite de sa découverte, le 19 octobre, plusieurs télescopes ont suivi sa course à travers le système solaire jusqu’à ce qu’on perde sa trace début janvier 2018, au fur et à mesure qu’il s’éloignait du Soleil, l’objet étant relativement petit (long de quelques centaines de mètres, environ).

Une représentation artistique d’« Oumuamua », publiée par l’Agence spatiale européenne le 27 juin 2018.
L’objet céleste Oumuamua

 Une représentation artistique d’« Oumuamua », publiée par l’Agence spatiale européenne le 27 juin 2018.

Une hypothèse « exotique »

Disposant des données d’observation sur soixante-seize jours, plusieurs équipes d’astronomes se sont penchées sur « Oumuamua » en tentant de déterminer sa nature exacte. Est-ce un astéroïde ? Une comète ? Ni l’un, ni l’autre, suggère un article scientifique soumis à la revue The Astrophysical Journal Letters, mais déjà lisible en prépublication. Les deux auteurs, co-titulaires de la chaire d’astronomie de l’université de Harvard, y proposent une hypothèse plus « exotique », celle d’une origine artificielle et donc d’une civilisation extraterrestre. Il n’en a pas fallu plus pour susciter l’intérêt de la presse et médiatiser le point de vue des deux astronomes américains. Mais celui-ci a attiré de vives critiques, tant cette hypothèse reste hautement improbable.

L’article n’a pas été encore publié dans sa version finale

Les conclusions des travaux de MM. Shmuel Bialy et Abraham Loeb sont à prendre avec précaution, non pas parce qu’elles sont exotiques, mais parce que l’hypothèse formulée n’est pas la meilleure explication quant à la nature réelle d’« Oumuamua ». Outre le fait que l’article n’a pas été encore publié dans sa version finale et n’a donc pas été relu et corrigé avant sa publication (un élément qui invite toujours à la précaution), celui-ci écarte très rapidement la piste privilégiée par d’autres travaux, celle selon laquelle « Oumuamua » est plus probablement une comète.

A l’origine du désaccord sur la nature réelle de ce rocher interstellaire, se trouve le fait que l’objet est plus rapide que ce qu’il devrait être, selon les simulations faites au sol. Une différence entre les calculs et les observations qui surprend alors les astronomes. Ils en concluent que l’objet a subi une accélération qui n’est pas due à l’influence gravitationnelle naturelle du système solaire, mais bien par un facteur encore inconnu.

Des calculs corrects

Et c’est précisément cette question que tente de trancher l’étude de Shmuel Bialy et Abraham Loeb. Mais ceux-ci partent du postulat que « Oumuamua » n’est pas une comète active et ne peut ainsi pas avoir d’activité sur sa surface qui puisse expliquer ladite accélération (comme un dégazage par exemple, une transformation de la glace d’une comète en gaz à la surface, lorsque celle-ci s’approche du Soleil). En l’absence d’activité cométaire, les deux astronomes tentent d’expliquer la vitesse de l’objet par l’influence du vent solaire (c’est-à-dire les flux de matière éjectés à haute vitesse par le Soleil) et en concluent que l’explication est valide à condition qu’« Oumuamua » soit très léger, aussi léger qu’un astéroïde de petite taille.

Leurs calculs sont corrects, puisque d’autres équipes ont également estimé que le vent solaire pouvait expliquer le phénomène à condition que l’objet soit bien plus léger que tout ce qu’on a pu observer auparavant ayant une taille similaire. Mais là où celles-ci ont considéré une densité si faible comme peu probable, au regard des autres explications possibles, MM. Bialy et Loeb s’interrogent sur un potentiel nouveau type d’objets interstellaires fins et légers, qui nous seraient jusque-là inconnus, et en profitent pour y glisser la suggestion d’une éventuelle origine artificielle, évoquant « une possibilité qu’Oumuamua soit une voile solaire, voyageant dans l’espace interstellaire, tels les restes d’un équipement technologiquement avancé ».

Si une telle hypothèse ne peut, en effet, jamais être exclue, elle n’a aucun fondement pour autant et n’est pas satisfaisante du tout pour nombre de confrères et de consœurs.

« Ce qu’ils avancent ne correspond pas aux données »

Des travaux menés par l’équipe de l’astronome italien Marco Micheli, et publiés le 27 juin 2018 dans la revue Nature, démontrent qu’« Oumuamua » présente une luminosité, une densité et des propriétés thermiques similaires à celles d’une comète. Micheli et ses collègues se sont attachés à expliquer ce changement de vitesse par toutes les causes possibles, y compris le vent solaire. La seule explication physique plausible aux yeux de ces astronomes est celle d’un dégazage, impliquant que l’objet soit bel et bien une comète. Si les télescopes n’ont pas détecté de dégazage, les chercheurs font valoir que « l’absence d’activité observée est possible lorsqu’un corps cométaire est entouré d’un mince manteau isolant » et soulignent également que leur hypothèse est cohérente avec « les accélérations déjà observées chez des comètes du système solaire ».

« L’idée d’une voile solaire ne peut pas correspondre à ce qui a été observé »« Ce que MM. Loeb et Bialy avancent ne correspond pas aux données recueillies sur l’objet », a fait savoir, de son côté, Lucie Maquet, astronome à l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE), interrogée par Le Monde – ce qui invaliderait nécessairement les conclusions de l’article. Selon elle, « l’idée d’une voile solaire ne peut pas correspondre à ce qui a été observé » et à la forme connue d’« Oumuamua ». La chercheuse rappelle également que, si aucun dégazage n’a été observé, il est tout à fait possible que, s’agissant d’un objet interstellaire dont la composition chimique nous est inconnue, celui-ci ait dégazé autre chose que de la glace d’eau dans le spectre visible, comme le font habituellement les comètes du système solaire.

« Nous tentons forcément d’observer des comportements déjà connus », fait-elle valoir, mais « un dégazage est impossible à observer si nous ne cherchons pas dans les bonnes longueurs d’onde ».Une manière de signifier que, comme l’a vulgarisé le cosmologiste américain Carl Sagan, « une affirmation extraordinaire demande des preuves extraordinaires ».

Astronomie:Le télescope CSIRO aide les astronomes à détecter 20 nouvelles rafales radio mystérieuses et rapides

Une équipe de chercheurs utilisant un réseau de radiotélescopes en Australie-Occidentale a indiqué dans ses conclusions récemment publiées qu’elle avait réussi à détecter 20 nouvelles rafales radio rapides (FRB).

Un FRB, dont le premier a été identifié en 2007 à partir de séquences d’archives rassemblées par la parabole radio Parkes en Australie en 2001, est une impulsion unique à haute énergie qui contiendrait une émission intense de lumière radio similaire à celle du Soleil. 

« Nous avons détecté 20 rafales rapides de radio en un an, soit près du double du nombre détecté dans le monde depuis leur découverte en 2007 », a déclaré Ryan Shannon, principal auteur de l’étude, dans un communiqué de presse.

« En utilisant la nouvelle technologie ASKAP (Square Square Kilometer Array Pathfinder) d’Australie, nous avons également prouvé que les rafales radio rapides provenaient de l’autre côté de l’univers plutôt que de notre propre quartier galactique. »

L’étude, publiée jeudi dans Nature, indique que les chercheurs ont pu faire leur grande découverte grâce à l’utilisation de ASKAP, un réseau de 36 antennes radio appartenant au Centre de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) organisme responsable de la recherche scientifique.

« Le télescope a un champ de vision impressionnant de 30 degrés carrés, 100 fois plus grand que la pleine lune. Et, en utilisant les antennes paraboliques du télescope de manière radicale, chacune pointant vers une partie différente du ciel, nous avons observé 240 degrés tout à la fois – environ mille fois la surface de la pleine lune « , a déclaré Keith Bannister, ingénieur du CSIRO, dans un communiqué publié par l’agence.

« ASKAP est incroyablement bon pour ce travail. »

Bien que les chercheurs aient pu détecter l’un des FRB connus les plus proches, le FRB171020, détecté à quelque 425 millions d’années-lumière de la Terre, leurs découvertes ont également soulevé des questions sur la possibilité qu’il existe deux classes différentes de FRB et si la luminosité et la dispersion FRB pourrait conduire les chercheurs à la cause de l’éclatement.

La majorité des responsables ne savent toujours pas ce qui cause réellement les FRB, bien que des théories aient impliqué la mention de civilisations extraterrestres.

« Parce que nous avons montré que les rafales radio rapides venaient de loin, nous pouvons les utiliser pour détecter toutes les matières manquantes situées dans l’espace entre les galaxies – une découverte vraiment excitante », a déclaré Jean-Pierre Macquart, chercheur associé au étudier, dit.

Le prochain défi que les chercheurs prévoient de relever consiste à localiser les éclats.

C’est de l’autre côté de l’univers connu!

 

 

 

Astronomie:Extraordinaire fusion entre deux galaxies observée par Hubble

Deux galaxies spirales fusionnées sont capturées l’une l’autre ,en  un mouvement de nœuds cosmiques …à voir sur une photo spectaculaire du télescope spatial Hubble .

Les galaxies en collision comprennent un système connu sous le nom d’Arp 256, qui se trouve à environ 350 millions d’années-lumière de la Terre, dans la constellation Cetus (la Baleine).

En rapprochant la célèbre photo de Hubble sur ARP 256.

 

« Les galaxies sont en feu avec des régions éblouissantes de formation d’étoiles: les feux d’artifice bleu vif sont des pépinières stellaires, produisant des étoiles chaudes infantiles », ont écrit les responsables de l’Agence spatiale européenne (ESA) dans une description de l’image jeudi 8 mars. (Le projet Hubble est une collaboration entre la NASA et l’ESA.) 

« Ces bouffées vigoureuses de vie nouvelle sont déclenchées par les interactions gravitationnelles massives, qui agitent le gaz interstellaire et la poussière d’où naissent les étoiles », a ajouté l’ESA.

La fusion est encore à ses débuts. Les deux galaxies continueront à se réunir pendant des millions d’années encore, formant finalement une seule grande structure, a déclaré l’ESA.

De telles fusions galactiques sont courantes dans tout l’univers. Notre propre Voie Lactée en possède déjà quelques-uns, et elle se dirige vers un autre accident dramatique, avec la galaxie voisine d’Andromède dans environ 4 milliards d’années. Mais nos descendants éloignés n’auront pas à s’inquiéter pour autant (s’ils sont encore vivants): Les espaces entre les étoiles sont tellement énormes que peu ou pas d’entre eux entreront en collision les uns avec les autres, ont dit les astronomes.

L’image d’Arp 256 est une nouvelle version d’une photo qui a été libérée en 2008, les fonctionnaires de l’ESA ont dit. Il est composé de données recueillies par deux instruments Hubble, la caméra avancée pour les enquêtes et la caméra grand champ 3.

…avec un rapprochement minimal!

Hubble est passé en orbite terrestre en avril 1990. Le miroir principal du télescope spatial était célèbre dès le début, mais les astronautes ont réglé le problème en décembre 1993. Les astronautes ont réparé, entretenu et modernisé Hubble pour quatre missions d’entretien de 1997 à 2009, et le télescope spatial continue d’étudier les cieux à ce jour.

 

Cette photo peut servir à couvrir un mur,tellement inspirante elle est!

 

 

 

 

Astronomie:La photo la plus lointaine jamais prise dans l’espace

Aucune image n’avait, jusqu’à aujourd’hui, été prise d’aussi loin de la Terre. En décembre dernier, la sonde New Horizons de la NASA a capté une image au moment où elle se trouvait à 6,12 milliards de kilomètres de la Terre, soit à plus de 40 fois la distance Terre-Soleil. Un record.

L'objet 2012 HE85.

L’objet 2012 HE85.

 

Cette image – dont la précision n’est pas de la plus grande qualité – montre un point jaune entouré d’une couronne vert et bleu sur fond violet.

Elle a été prise à l’aide de l’instrument LORRI embarqué dans la sonde New Horizons, qui a été lancée en 2006 à la conquête de Pluton et des confins du système solaire.

Cette image montre une région de l’amas d’étoiles 2012 HZ84 situé dans la ceinture de Kuiper, qui se trouve bien au-delà de l’orbite de Neptune. New Horizons avait capté une autre image de l’objet appelé 2012 HE85 quelques heures plus tôt.

La sonde parcourt pas moins de 1,1 million de kilomètres quotidiennement.

La Terre vue de la sonde Voyager 1.©  La Terre vue de la sonde Voyager 1.

La sonde se trouve actuellement plus éloignée de notre planète que la sonde Voyager 1 lorsqu’elle a renvoyé la célèbre photo « Un point bleu pâle (Pale Blue Dot en anglais) » en février 1990. Elle avait d’ailleurs inspiré le titre d’un livre écrit en 1994 par l’astronome Carl Sagan. À l’époque, Voyager se trouvait à 6,06 milliards de kilomètres de la Terre. Il a fallu plus de 27 ans pour battre ce record.

Le prochain objectif de la sonde est un autre objet de la ceinture de Kuiper appelé 2014 MU69.

Son diamètre ne dépasse pas 50 kilomètres. Le vaisseau s’en approchera à une distance de 3500 kilomètres en janvier 2019.

L'objet 2012 HZ84 tel que capté par la sonde New Horizons.

 L’objet 2012 HZ84 tel que capté par la sonde New Horizons.

Le saviez-vous?

  • La ceinture de Kuiper a été découverte dans les années 1990, mais le premier objet dans ses limites, Pluton, avait été identifié dès 1930.
  • Il existe une autre ceinture d’astéroïdes dans notre système solaire, beaucoup moins lointaine, située entre Mars et Jupiter.
  • La ceinture de Kuiper est beaucoup plus vaste et plus massive que la première.
  • Quelques planètes naines se trouvent à l’intérieur de ses limites, telles Pluton, Makemake et Haumea.

Si la ceinture de Kuiper ferme notre système solaire, il existerait une dernière structure l’entourant : le nuage d’Oort. Composé de milliards de rochers recouverts de glace, celui-ci se trouve à la limite gravitationnelle de notre système : plus loin, un objet céleste, comme une comète, serait plus fortement attiré par une autre étoile.

Les dossiers de Michel Duchaine:LA SCIENCE A FINALEMENT TROUVÉ LA PREUVE DE L’EXISTENCE DE DIEU

La science a-t-elle découvert Dieu? Einstein ne croyait pas que c’était possible, mais Stephen Hawkins a déclaré: «Cela pourrait être la plus grande découverte scientifique de tous les temps». Alors, quelle découverte a déconcerté les plus grands esprits scientifiques du siècle passé, et pourquoi les a-t-elle amenés à repenser l’origine de notre univers? Des télescopes nouveaux et plus puissants ont dévoilé des mystères au sujet de notre univers qui n’ont jamais été révélés auparavant, nous donnant un incroyable aperçu scientifique de l’origine de la vie.

LA SCIENCE A-T-ELLE DÉCOUVERT DIEU? 

La science n’a-t-elle pas prouvé que nous n’avons pas besoin de Dieu pour expliquer l’univers? Qu’y a-t-il dans cette découverte si fondamentalement différente, et pourquoi a-t-elle étonné le monde scientifique? Cette découverte ainsi que ce que les biologistes moléculaires ont appris sur le codage sophistiqué au sein de l’ADN ont permis à de nombreux scientifiques d’admettre que l’univers et la vie elle-même semblaient faire partie d’un grand dessein. « Beaucoup de scientifiques, quand ils admettent leurs points de vue, s’inclinent vers l’argument du design ». Étonnamment, de nombreux scientifiques qui parlent maintenant de Dieu n’ont aucune croyance religieuse.

Quelles sont ces découvertes étonnantes qui ont des scientifiques parlant soudainement de Dieu? Eh bien, il y a trois découvertes révolutionnaires dans les domaines de l’astronomie et de la biologie moléculaire qui se distinguent: 1) l’univers a eu un début 2) L’univers est juste pour la vie 3) Le codage de l’ADN révèle l’intelligence.

Les déclarations que les scientifiques ont faites à propos de ces découvertes peuvent vous choquer.

L’UNIVERS AVAIT UN COMMENCEMENT UNIQUE

Depuis l’aube de la civilisation, l’homme a regardé avec admiration les étoiles, se demandant ce qu’elles sont et comment elles y sont arrivées. Bien que, par une nuit claire, l’œil humain seul ne puisse voir que 6 000 étoiles, Hubble et d’autres télescopes puissants révèlent qu’il y a des milliards de milliards d’étoiles regroupées dans plus de 100 milliards de galaxies. En fait, notre soleil est comme un grain de sable au milieu des plages du monde. Mais, avant le 20ème siècle, la majorité des scientifiques croyaient que notre propre galaxie de la Voie Lactée était l’univers entier, et que seulement 100 millions de démarrages existaient. La plupart des scientifiques du passé croyaient que notre univers n’avait jamais eu de commencement. Ils croyaient que la masse, l’espace et l’énergie qui composent notre univers entier ont toujours existé. Mais au début du 20ème siècle, l’astronome Edwin Hubble a découvert que l’univers est en expansion. Rebobinant le processus mathématiquement, il a calculé que tout dans l’univers, la matière, l’énergie, l’espace, et même le temps lui-même, avait réellement un commencement. Shockwaves frappe la communauté scientifique. De nombreux scientifiques, y compris Einstein, ont réagi négativement. Dans ce qu’Einstein a appelé plus tard « la plus grande erreur dans ma vie », il a trafiqué les équations pour éviter l’implication que l’univers avait un commencement. L’astronome britannique Sir Frederick Hoyle est peut-être l’adversaire le plus virulent de l’idée que l’univers a commencé. Il a ironiquement surnommé l’événement de création «big bang». Il tenait obstinément à sa théorie de l’état d’équilibre selon laquelle l’univers avait toujours existé. Ainsi Einstein et d’autres scientifiques jusqu’à ce que la preuve pour le début devienne écrasante. Puis, finalement, en 1992, les expériences du satellite COBE ont prouvé que l’univers a vraiment débuté dans un incroyable éclair de lumière et d’énergie. Bien que certains scientifiques l’aient appelé le moment de la création, la plupart ont préféré le désigner comme le «big bang». L’astronome Robert Jastow essaie de nous aider à imaginer comment tout a commencé. « L’image suggère l’explosion d’une bombe à hydrogène cosmique. L’instant où la bombe cosmique a explosé a marqué la naissance de l’univers « . La conclusion est que tout dans l’univers est venu de rien. La science est incapable de nous dire quoi ou qui fait que l’univers commence. Mais certains croient qu’il désigne clairement un Créateur. Beaucoup de scientifiques dont certains étaient des agnostiques prétendent que la seule explication du big bang était la main puissante du pouvoir divin, Dieu. Les cosmologistes, qui se spécialisent dans l’étude de l’univers et de son origine, se rendirent vite compte qu’une explosion cosmique de hasard ne pourrait jamais plus produire de vie qu’une bombe nucléaire, à moins qu’elle ne soit précisément conçue pour le faire. Et cela signifiait qu’un concepteur devait l’avoir planifié. Ils ont commencé à utiliser des mots comme «Créateur», «Super-intellect» et même «Être suprême» pour décrire ce concepteur.

L’UNIVERS EST FINEMENT RÉGLÉ POUR LA VIE

Les physiciens ont calculé que pour que la vie existe, la gravité et les autres lois de la physique qui régissent notre univers devaient être ajustées de façon précise ou bien notre univers ne pourrait pas exister. Par exemple, saviez-vous que si le taux d’expansion de l’univers a été légèrement plus faible, la gravité aurait ramené toute la matière dans un « gros craquement ». Stephen Hawking écrit: « Si le taux d’expansion une seconde après le big-bang avait été réduit d’une partie à la fois dans une centaine de millions de millions, l’univers se serait effondré avant d’avoir atteint sa taille actuelle ». D’un autre côté, si le taux d’expansion avait été seulement une fraction plus grande que ce qu’il était, toutes les galaxies, les étoiles et les planètes n’auraient jamais pu se former, et nous ne serions pas là.

Et pour que la vie existe, les conditions de notre système solaire et de notre propre planète doivent également être justes. Par exemple, nous réalisons tous que sans atmosphère d’oxygène, aucun d’entre nous ne pourra respirer. Et sans oxygène, l’eau ne pourrait pas exister. Sans eau, il n’y aurait pas de pluie pour nos cultures. D’autres éléments tels que le calcium, l’hydrogène, l’azote, le sodium, le carbone et le phosphore sont également essentiels à la vie. Mais ce n’est pas tout ce qui est nécessaire pour que la vie existe. La taille, la température, la proximité relative et la composition chimique de notre planète, du soleil et de la lune doivent également être justes. Et il y a une douzaine d’autres conditions qui doivent juste avoir raison. Un scientifique qui croyait en Dieu pouvait s’attendre à un tel ajustement, mais les athées et les agnostiques étaient incapables d’expliquer les remarquables «coïncidences».

L’UNIVERS: ACCIDENT OU MIRACLE?

Quelles sont les chances contre la vie humaine existant par hasard d’une explosion aléatoire dans l’histoire cosmique? Pour que la vie humaine soit possible à partir d’un big bang définit complètement les lois de la probabilité. Un astronome calcule les chances à moins d’une chance sur un trillion-billion-billion-billion-billion billion … En d’autres termes, il sera beaucoup plus facile pour une personne pliée en aveugle dans un essai de découvrir un grain de sable spécialement marqué de toutes les plages du monde. Les chances d’un big bang aléatoire produisant la vie telle que nous la connaissons seraient comme si une personne gagnait plus de mille loteries consécutives de millions de dollars après l’achat d’un seul billet pour chacune. Pas probable? Vraiment tout à fait impossible. Ainsi, de nombreux scientifiques ont conclu: Quelqu’un dans les coulisses a conçu et créé l’univers. Mais, il y en a d’autres qui cherchent encore d’autres explications à l’existence de notre univers.

ADN: LE LANGAGE DE LA VIE

Aussi récemment que 1953, les biologistes moléculaires ont découvert un design complexe complexe dans le monde microscopique de l’ADN. Cette minuscule molécule a été appelée le «cerveau» de chaque cellule de notre corps, ainsi que toutes les autres créatures vivantes. Pourtant, plus ils découvrent à propos de l’ADN, plus ils sont étonnés de l’éclat derrière elle. Les scientifiques qui croient que le monde matériel est tout ce qui existe, comme Richard Dawkins, soutiennent que l’ADN a évolué par sélection naturelle sans un créateur. Pourtant, même les plus ardents évolutionnistes admettent que l’origine de la complexité complexe de l’ADN est inexplicable. La complexité complexe de l’ADN a amené sa co-découverte, Francis Crick, à croire qu’elle n’aurait jamais pu provenir naturellement de la Terre. Il croyait que la vie est trop complexe pour être originaire de la Terre et qu’elle doit venir de l’espace. Le codage derrière l’ADN révèle une telle intelligence qu’elle tergiverse l’imagination. Un simple volume d’ADN de tête d’épingle contient des informations équivalentes à une pile de livres de poche qui encerclent le monde 5 000 fois. Et l’ADN fonctionne comme un langage avec son propre code logiciel extrêmement complexe. Au début du 21ème siècle, athée noté, l’incrédulité de toute une vie d’Antony Flew est venu à un abrupt et a même étudié l’intelligence remarquable derrière l’ADN. Flew a expliqué ce qui change sa position: « Ce que je pense que le matériel de l’ADN a fait est de montrer que l’intelligence a dû être impliquée dans le rassemblement de ces divers éléments extraordinaires. L’énorme complexité avec laquelle les résultats ont été obtenus me ressemble comme le travail de l’intelligence … Il me semble maintenant que la découverte de plus de cinquante ans de recherche sur l’ADN a fourni des matériaux pour un argument nouveau et énormément puissant à concevoir.

LA VIE ET L’UNIVERS ONT LES EMPREINTES DIGITALES D’UN CRÉATEUR

Les scientifiques sont-ils maintenant convaincus qu’un Créateur a laissé ses « empreintes digitales » sur l’univers? Bien que de nombreux scientifiques soient toujours déterminés à extirper Dieu de l’univers, la plupart reconnaissent les implications religieuses de ces nouvelles découvertes.

ALORS, ET SI, APRÈS TOUT, IL Y A UN CRÉATEUR?

S’il y a un Créateur super-intelligent, la question se pose, à quoi ressemble-t-il? Est-il juste une « Force Cosmique » comme dans Star Wars, ou est-ce un être personnel comme nous? Puisque nous sommes des êtres personnels et relationnels, celui qui nous a créés ne serait-il pas aussi personnel et relationnel? De nombreux scientifiques, tels qu’Arthur L. Schawlow, professeur à l’Université de Stanford et lauréat du prix Nobel de physique, estiment que ces nouvelles découvertes sont des preuves convaincantes d’un Dieu personnel. Il écrit: « Il me semble que face aux merveilles de la vie et de l’univers, il faut se demander pourquoi et pas seulement comment. Les seules réponses possibles sont religieuses … Je trouve un besoin de Dieu dans l’univers et dans ma propre vie « . Si Dieu est personnel et qu’Il nous a donné la capacité de communiquer, ne nous attendrions-nous pas à ce qu’il communique avec nous et nous fasse savoir pourquoi nous sommes ici? Comme nous l’avons vu, la science est incapable de répondre aux questions sur Dieu et le but de la vie. Cependant, puisque la Bible avait raison sur la création à partir de rien, pourrait-elle aussi être digne de confiance en ce qui concerne Dieu, la vie et le but?

L’HOMME QUI A CHANGÉ LE MONDE

Il y a deux mille ans, un homme posa le pied sur notre planète qui prétendait avoir la réponse à la vie. Bien que sa vie sur terre ait été brève, son impact a changé le monde et se fait encore sentir aujourd’hui. Son nom est Jésus-Christ. Les témoins oculaires de Jésus-Christ nous disent qu’il a continuellement démontré un pouvoir créateur sur les lois de la nature. Ils nous disent qu’il était sage, humble et compatissant. Ils nous disent aussi que Jésus-Christ est celui qui a jeté les étoiles dans l’espace, a affiné notre univers et a créé l’ADN. Pourrait-il être celui dont Einstein, sans le savoir, nous appelait «super-intelligence» derrière l’univers? Le mystère de qui est responsable de la création de l’univers et de l’intelligence derrière l’ADN a-t-il été révélé dans le Nouveau Testament? Jésus a parlé avec autorité de l’amour de Dieu pour nous et de la raison pour laquelle il nous a créés. Il a dit qu’il avait un plan pour notre vie et que ce plan était centré sur une relation avec lui. Mais pour que cette relation soit possible, Jésus a dû mourir sur la croix pour nos péchés. Et il était nécessaire pour lui de ressusciter d’entre les morts, afin que nous puissions avoir une vie après la mort. En tant que Créateur, Jésus aurait certainement du pouvoir sur la vie et la mort. Les plus proches de lui prétendent l’avoir vu vivant après sa mort et enterré pendant trois jours. S’ils avaient tort, alors le christianisme a été fondé sur un mensonge. Mais, s’ils avaient raison, un tel miracle justifierait tout ce que Jésus a dit de Dieu, de lui-même et de nous.

Qu’en pensez-vous?

 

Astronomie:Une énorme supernova vient de se produire, observez-la en direct streaming !

Une énorme supernova illumine le ciel depuis le 14 mai 2017. Vous ne l’avez pas encore vue ? C’est normal : aussi énorme soit-elle, cette explosion est si lointaine, que sa brillance la confond tout juste avec les étoiles environnantes. Néanmoins, un peu de matériel suffit à l’observer près de la galaxie NGC 6946. Mais il y a encore mieux : le Virtual Telescope Project propose un direct streaming ce soir !

 

 

Cette supernova vient d’être repérée par un passionné américain, Patrick Wiggins, le 14 mai. Un nouveau point lumineux est apparu à proximité dans la constellation du Cygne. Celle-ci est en fait une énorme supernova de type II, c’est à dire l’effondrement sur elle-même d’une grosse étoile, générant une explosion très lumineuse visible à travers l’espace.

Voici comment observer l’énorme supernova en direct streaming

Ce phénomène, baptisé 2017 eaw, intervient dans une région, la constellation du Cygne, où ce type d’événement n’est pas si rare. C’est en effet la 10e supernova que l’in y repère depuis une centaine d’années. Dans un premier temps, l’amateur anonyme a comparé les clichés de la région datant de deux dates différentes, puis a observé pendant plus d’une heure pour être bien sûr qu’il ne s’agissait pas d’un astéroïde.

Mais un astronome italien, Gianluca Masi, du Virtual Telescope Project a pu l’observer de manière indépendante, et a confirmé ainsi qu’il s’agissait bien d’une supernova. C’est le plus puissant phénomène de ce type visible en ce moment dans le ciel, et elle devrait rester observable pendant encore un moment. Pour la voir, justement, c’est accessible à l’astronome amateur, à condition de posséder un télescope relativement puissant.

Il faut en effet une lentille de 15 cm minimum. Il faudra pointer la lunette en direction de la constellation du Cygne et chercher la galaxie NGC 6946: la supernovae se trouve autour de celle-ci. Mais il y a beaucoup, beaucoup plus simple : le Virtual Telescope Project propose un direct streaming dès 21:30 UT ou 23:30 heure de Paris pour l’observer avec des explications (en italien).

 

 

%d blogueurs aiment cette page :