Belgique: commande de masques chirurgicaux pour les migrants mais pas pour les Belges

Il y a un mois, le gouvernement belge a commandé des masques chirurgicaux pour le centre de demandeurs d’asile de Klein Kasteeltje à Bruxelles, en même temps qu’il disait aux Belges qu’ils n’avaient qu’à se laver les mains pour se protéger du COVID-19 ou du coronavirus.

La ministre belge de la Santé, Maggie De Block, est également secrétaire d’État à l’asile et aux migrations. De Block a passé une commande de masques chirurgicaux pour le centre des migrants pour un montant de 30 000 euros, selon un rapport du SCEPTR.

Dans le même temps, De Block et le virologue Marc Van Ranst disaient aux Belges dans les interviews télévisées de ne pas paniquer, car se laver les mains suffisait à prévenir une infection par un coronavirus.

Un centre de rétention surchargé de migrants en Belgique.

Dimanche, la Belgique a signalé près de 1 100 cas confirmés d’infection à coronavirus et le personnel médical belge souffre d’une pénurie de masques.

Pour faire face à l’urgence, la semaine dernière, le gouvernement belge a passé une commande de 5 millions de masques chirurgicaux d’une entreprise en Turquie qui devaient être livrés dimanche au plus tard. Dans un autre échec du gouvernement, les masques ne sont jamais arrivés, et De Block a admis aujourd’hui qu’ils avaient été fraudés par leur fournisseur turc et que les chances étaient « minimes » qu’ils en recevraient jamais, selon un autre rapport du SCEPTR.

Compte tenu de cette situation, la Belgique est actuellement confrontée à une véritable crise, car elle ne dispose actuellement que de 500 000 masques en stock. En tant que mesure d’urgence, le gouvernement a demandé que des particuliers avec des masques supplémentaires les donnent aux hôpitaux.

Le fait que la Belgique ait pensé à la sécurité des migrants avant celle de ses propres citoyens est ironique, d’autant plus que, comme l’a récemment souligné le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, l’immigration est ce qui a amené le coronavirus en Europe en premier lieu, comme le rapporte Voice of Europe .

 

 

 

 

Courte opinion du jour :honte à l’Union Européenne … 2 poids,2 mesures

Un coup de poignard aux victimes italiennes: l’UE accorde 250 millions d’euros à la Tunisie pour faire face au coronavirus MAIS REFUSE D’AIDER L’ITALIE ET ​​L’ESPAGNE.

…et pire encore : »#UE a annoncé ajd qu’elle inflige 1 amende à Italie € 80K/jour jusqu’à ce qu’ils soient en mesure payer € 8,5 millions d’amendes de l’UE…la même UE qui a annoncé hier qu’elle enverra € 20 millions de dollars d’aide pour contrer le  Covid19 à l’Iran.

L’Union Européenne baigne dans le monde d’Orwell

  • Le problème est que cette noble initiative est une organisation qui censure depuis plusieurs années déjà la liberté d’expression en Europe.
  • Les directives du manuel stipulent que les journalistes doivent « Veiller à ne pas stigmatiser davantage des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Mettez en surbrillance … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, négociez l’information « . En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public.
  • C’est la même Commission européenne qui a exprimé récemment sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour la migration sûre, ordonnée et régulière » des Nations unies. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

L’UE a lancé un plan d’action global contre la désinformation . Selon un récent communiqué de presse de la Commission européenne, son objectif est apparemment de « protéger ses systèmes démocratiques et ses débats publics et dans la perspective des élections européennes de 2019 ainsi que d’un certain nombre d’élections nationales et locales qui se dérouleront dans les États membres d’ici 2020 ».

En juin 2018, les dirigeants des États membres de l’UE s’étaient réunis au Conseil européen et avaient invité la Commission européenne à « présenter … un plan d’action avant décembre 2018 contenant des propositions spécifiques pour une réponse coordonnée de l’UE au défi de la désinformation … ». est ce plan d’action que la Commission a présenté au public le 5 décembre.

Le plan d’action se concentre sur quatre domaines :

  1. Détection améliorée de la désinformation (la Commission européenne a consacré 5 millions d’euros à ce projet et s’attend apparemment à ce que les États membres contribuent également au niveau national).
  2. Réponse coordonnée – les institutions de l’UE et les États membres mettront en place un système d’alerte rapide « pour faciliter le partage des données et l’évaluation des campagnes de désinformation ». Le système d’alerte rapide sera mis en place d’ici mars 2019 et « sera complété par un renforcement supplémentaire des ressources nécessaires ».
  3. Les plateformes en ligne et l’industrie sont appelées à assurer « la transparence de la publicité politique, en intensifiant les efforts pour fermer les faux comptes actifs, en étiquetant les interactions non humaines (messages transmis automatiquement par des » robots « ) et en coopérant avec des vérificateurs de faits et des chercheurs universitaires pour détecter la désinformation campagnes et de rendre le contenu factuel plus visible et plus répandu « conformément au Code de pratique contre la désinformation signé précédemment .
  4. Sensibilisation et autonomisation des citoyens: outre les « campagnes de sensibilisation ciblées », les « institutions de l’UE et les États membres encourageront l’initiation aux médias par le biais de programmes spécifiques. Un soutien sera apporté aux équipes nationales multidisciplinaires de vérificateurs de faits indépendants et de chercheurs afin de détecter et de révéler la désinformation. campagnes sur les réseaux sociaux « . En 2018, les citoyens ne sont soudainement plus « familiarisés avec les médias » et ont besoin d’être « responsabilisés » pour se faire dire comment et quoi penser.

Comme il est dit plus haut, le plan d’action repose sur le code de pratique sur la désinformation , introduit précédemment , que les géants de la technologie en ligne – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – ont signé en octobre 2018. Le code de pratique est nécessaire, parce que selon le commissaire de l’Union européenne pour la sécurité, Sir Julian King:

« La militarisation de fausses informations et de désinformations en ligne constitue une menace sérieuse pour la sécurité de nos sociétés. La subversion de canaux de confiance pour colporter des contenus pernicieux et conflictuels nécessite une réponse lucide basée sur une transparence accrue, la traçabilité et la responsabilité. Les plates-formes Internet ont rôle vital à jouer pour contrer les abus de leurs infrastructures par des acteurs hostiles et pour assurer la sécurité de leurs utilisateurs et de la société. « 

En septembre, la commissaire à l’économie et à la société numériques, Mariya Gabriel, a déclaré à propos du code de pratique:

«C’est la première fois que le secteur s’est mis d’accord sur un ensemble de normes d’autoréglementation pour lutter contre la désinformation dans le monde, sur une base volontaire. Le secteur s’engage dans un large éventail d’actions, allant de la transparence de la publicité politique à la fermeture des faux la comptabilité et la démonétisation des fournisseurs de désinformation, et nous nous en félicitons.Ces actions devraient contribuer à une réduction rapide et mesurable de la désinformation en ligne.A cette fin, la Commission accordera une attention particulière à sa mise en œuvre effective.

« Le code de pratique devrait contribuer à une campagne en ligne transparente, juste et digne de confiance avant les élections européennes de printemps 2019, tout en respectant pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme. »

Selon Andrus Ansip, vice-président responsable du marché unique numérique, le code de pratique et le plan d’action contre la désinformation visent à « protéger nos démocraties contre la désinformation. Nous avons assisté à des tentatives d’ingérence dans les élections et les référendums, avec des preuves La Russie comme source principale de ces campagnes « .

Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré : « Il est de notre devoir de protéger cet espace et de ne permettre à personne de répandre une désinformation qui alimente la haine, la division et la méfiance à l’égard de la démocratie. »

Cela semble noble: l’UE veut protéger les citoyens des « fausses informations » et de l’ingérence des processus étrangers nationaux et européens dans les processus démocratiques de puissances étrangères telles que la Russie.

Le problème est que cette noble initiative a été lancée par une organisation qui censure déjà les discours en Europe depuis plusieurs années, ce qui rend difficile la compréhension de ces intentions déclarées. C’est après tout la Commission européenne qui, en mai 2016, a convenu avec Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft d’un  » Code de conduite sur la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne  » (Google+ et Instagram ont également rejoint le Code de conduite en janvier 2018).

Le code de conduite engage les entreprises de médias sociaux à examiner et à supprimer, dans les 24 heures, le « discours de haine illégal ». Selon le code de conduite, lorsque les entreprises reçoivent une demande de suppression de contenu, elles doivent « évaluer la demande par rapport à leurs règles et directives de la communauté et, le cas échéant, à leur législation nationale relative à la lutte contre le racisme et la xénophobie … ». les géants des médias agissent comme des censeurs volontaires au nom de l’Union européenne.

Outre le code de conduite, l’UE organise plusieurs initiatives visant à renforcer la censure. Récemment, par exemple, l’UE a lancé un appel à propositions de recherche sur la manière de « surveiller, prévenir et combattre les discours de haine en ligne ». Il sponsorise également des projets qui « guident » les journalistes sur ce qu’il faut écrire: dans le cadre du programme Droits, égalité et citoyenneté (REC) de l’UE, l’UE a financé la publication d’un manuel contenant des lignes directrices à l’intention des journalistes sur l’écriture des migrants et des migrations. Les lignes directrices font partie du projet RESPECT WORDS – également financé par l’UE – qui vise à promouvoir la qualité de l’information sur les migrants et les minorités ethniques et religieuses en tant qu’outil indispensable dans la lutte contre la haine « .déclarent , entre autres, que les journalistes devraient:

« Veillez à ne pas davantage stigmatiser des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Ne laissez pas les » affirmations d’actes extrémistes « au nom de l’islam » sans opposition … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, médiatisez l’information. Mettez au défi tous les faux postulats sur lesquels reposent de tels commentaires « .

En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public. Comment donc devrait-on logiquement réagir à un « plan d’action contre la désinformation » parrainé par l’UE?

Enfin, c’est la même Commission européenne qui a récemment exprimé sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières » de l’ONU. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

À l’heure où ce nouveau plan d’action contre la désinformation est mis en œuvre, l’Europe devrait s’attendre à davantage de censure.

Les députés britanniques rejettent massivement l’accord du Brexit négocié avec l’UE par Theresa May

La défaite était prévisible, mais l’échec de la première ministre britannique, Theresa May, n’en est pas moins cuisant : le Parlement a rejeté par une large majorité l’accord de Brexit qu’elle a négocié pendant plusieurs mois avec Bruxelles.

 

Près de 75 jours avant la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), la première ministre britannique a perdu son pari.

Négocié pendant plus d’un an, le texte de 585 pages a été rejeté par 432 voix contre 202.

C’est la pire défaite parlementaire subie par un premier ministre britannique de l’ère démocratique, a souligné le site du quotidien britannique Guardian.

Ironiquement, le vote, aux conséquences imprévisibles, a uni les tenants d’un « Brexit dur », selon lesquels le Royaume-Uni maintenait des liens trop étroits avec l’UE dans le cadre de cet accord, et ceux qui s’opposent à la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

 

L’opposition réclame un vote de confiance

Qualifiant l’issue de « défaite catastrophique » pour la première ministre, le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a rapidement réclamé un vote de confiance, qui sera débattu mercredi.

La Chambre a rendu son verdict sur son accord. Les reports et le déni ont atteint leurs limites.

Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste

Les unionistes nord-irlandais du DUP, qui ont voté contre l’accord de Brexit, ont néanmoins annoncé qu’ils soutiendraient le gouvernement lors de ce vote.

Theresa May a de son côté répété qu’elle souhaitait que le Royaume-Uni sorte de l’Union européenne « avec un accord ».

Elle s’est dite prête à aborder les futures discussions de manière « constructive », ajoutant que son gouvernement ne ferait que des propositions « réalistes ».

Si les députés lui permettent de rester en poste, Theresa May aura jusqu’à lundi prochain pour présenter une stratégie pour la suite qui permettrait d’éviter une sortie de l’UE sans entente.

Avant la tenue du vote, Theresa May avait appelé les députés à confirmer un accord qui honore le résultat du référendum du 23 juin 2016.

Auparavant, les députés britanniques avaient rejeté par une vaste majorité l’amendement soumis par le député conservateur John Baron sur la clause de « sauvegarde » irlandaise prévue dans le projet d’accord.

Cette clause prévoit d’empêcher le rétablissement d’une frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, instituant de facto un statut spécifique pour cette dernière.

Les trois autres amendements à l’entente qui devaient être soumis au vote des élus ont été retirés.

L’UE regrette l’issue du vote

Les réactions au sein de l’UE ne se sont pas fait attendre.

« Nous regrettons le résultat du vote et exhortons le gouvernement britannique à clarifier ses intentions en ce qui concerne ses prochaines étapes dès que possible », a déclaré un porte-parole du président du Conseil européen, Donald Tusk.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a estimé que le risque d’un Brexit désordonné venait de s’accroître.

Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a pour sa part averti qu’il n’y aurait pas de renégociation de l’accord.

 

 

 

 

 

Hongrie: C’est maintenant une infraction criminelle que d’ aider les envahisseurs de quelque façon que ce soit

Selon un article paru dans le journal Magyar Hirlap à Budapest, la loi – sous la forme d’un amendement constitutionnel visant à « préserver la culture chrétienne de la Hongrie » – était soutenue par l’alliance Fidesz-KDNP et le parti d’opposition le plus puissant Jobbik, lui donnant facilement une majorité de 72% au parlement.

2018. február 6. STOP SOROS! plakát. Soros milliókat telepítene be Afrikából és a Közel-Keletről, felirat. Kormány kampányplakátja. Kampány, óriásplakát. Le Parlement hongrois a adopté l’ensemble de lois connu sous le nom de «Stop Soros», qui criminalise toutes les activités qui soutiennent l’immigration illégale, y compris l’aide juridique et physique de toute sorte.

Selon le cabinet du Premier ministre, le «paquet législatif Stop Soros et l’amendement à la loi fondamentale affirment la volonté du peuple hongrois, en fournissant au pays une protection supplémentaire contre la migration illégale».

En ce qui concerne l’amendement, la loi sur la police, le code pénal, la loi sur l’asile, la loi sur les frontières et la loi sur les délits ont été amendés pour déclarer que l’organisation de l’immigration clandestine est illégale. Le scénario pénal pertinent sera par conséquent incorporé dans le Code pénal.

La loi interdit d’aider les envahisseurs en Hongrie avec des conseils juridiques ou de leur fournir une aide financière. Les infractions seront passibles d’une peine d’emprisonnement de 12 mois.

L’amendement a également changé la Constitution pour rendre illégal «d’installer des populations étrangères» en Hongrie. Ceci est destiné à définir les paramètres juridiques du refus du pays d’accueillir les envahisseurs invités en Europe par l’Allemagne et d’autres pays de gauche en termes d’arrangement de «redistribution» de l’Union européenne.

« La Hongrie doit être protégée contre les migrations illégales; C’est pourquoi nous avons besoin de l’amendement de la Constitution et du paquet législatif « Stop Soros », a déclaré Gergely Gulyás, le ministre qui dirige le bureau du Premier ministre.

La loi a été appelée le projet de loi « Stop Soros », après le juif d’origine hongroise George Soros qui finance des organisations anti-blanches en Europe et en Amérique.


EN COMPLÉMENT

Viktor Orban: « La gauche travaille pour forcer les migrants à entrer en Hongrie avec l’aide de Soros et Bruxelles »

Georges Soros est a droite du représentant de l’Union européenne.

Les groupes d’intérêts économiques et politiques étrangers dirigés par George Soros aimeraient voir un gouvernement hongrois affaibli qui pourrait être soumis au chantage, a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

En raison de la gestion de la crise économique après 2010, et des efforts pour mettre sous contrôle national les fournisseurs d’énergie, certaines banques et une partie des médias, le gouvernement a cessé d’être soumis aux pressions, a déclaré M. Orban lors d’une réunion des législateurs des partis Fidesz et KDNP à Visegrad, dans le nord de la Hongrie. « Aucun pays ne peut être indépendant en l’absence de médias nationaux. Il ne peut pas être non plus indépendant s’il peut faire l’objet d’une pression financière », a déclaré Orban, d’après le quotidien national Magyar Idok.

Pour cette raison, l’enjeu de la prochaine élection générale en avril est de savoir si la Hongrie aura un gouvernement indépendant ou soumis aux pressions. Ce dernier abandonnerait l’indépendance nationale et laisserait la Hongrie se transformer en un pays de migrant, a-t-il ajouté.

Citant un homme d’État étranger, Orban a déclaré que le désespoir génère la haine. Il a ajouté qu’il s’attend à ce que l’opposition lance une campagne de haine dans les jours à venir.

« C’est leur seul message. Le désir de nous traquer tous parce que nous nous opposons à ceux qui veulent transformer la Hongrie en un pays de migrant et l’Europe en un continent de migrant », a-t-il dit.

« Nous devons protéger la culture dans laquelle tous les Hongrois se sentent chez eux ; et cela s’appelle, peu importe si quelqu’un est religieux ou non, la culture chrétienne »

Il est important pour les Hongrois de protéger leur culture chrétienne, a déclaré le Premier ministre dans une interview publiée par le quotidien local Veszpremi 7 Nap.

« Nous devons protéger la culture dans laquelle tous les Hongrois se sentent chez eux ; et cela s’appelle, peu importe si quelqu’un est religieux ou non, la culture chrétienne », a déclaré Viktor Orban 

Commentant le récent plan de migration des Nations Unies, M. Orban a déclaré que la migration est un mouvement de masse qui représente un danger. La position de la Hongrie est que la migration doit être réprimée au lieu d’être soutenue, et cela doit être défendu non seulement au niveau des forums européens, mais aussi au niveau de l’ONU. Orban a réitéré la position du gouvernement selon laquelle une aide doit être fournie aux personnes dans le besoin, mais dans le pays où elles vivent.

Orban a déclaré que la coopération du groupe Visegrad formé avec la République tchèque, la Pologne et la Slovaquie est sans précédent. Il a déclaré qu’au sein de l’UE, chacun de ces pays doit défendre fermement ses intérêts nationaux et qu’il y aura alors « un combat, un débat féroce ».

« Nous sommes en ce moment engagés dans un débat, et c’est une bonne nouvelle, car cela nous permet de nous battre pour défendre nos intérêts nationaux », a conclut M. Orban.


Voilà un exemple dont nous ferions bien de nous inspirer. La Hongrie est l’un des rares pays en Europe où existent encore un Etat et une démocratie. 

Pour lutter contre l’immigration clandestine et les ONG qui la favorisent, le gouvernement a proposé le texte dit «Stop Soros» menaçant d’une peine d’un an de prison les personnes qui fourniraient de l’aide aux migrants entrés illégalement en Hongrie.

 

Le gouvernement hongrois a présenté le 29 mai devant le Parlement une loi baptisée «Stop Soros» – du nom du milliardaire George Soros – qui vise «les organisateurs des migrations illégales», et qui à ce titre, est à l’origine du départ précipité du pays de l’ONG Open Society.

Selon le texte, les personnes qui viennent en aide matériellement aux demandeurs d’asile pour qu’ils obtiennent le statut de réfugiés pourraient écoper d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à une année, si ces derniers ne sont pas en danger immédiat ou s’ils sont entrés en Hongrie de façon illégale. Les ressortissants hongrois qui auraient enfreint la loi pourraient également être interdits de s’approcher des zones frontalières à moins de huit kilomètres. Les ressortissants étrangers pourraient quant à eux être expulsés.

«Les intérêts sécuritaires de la Hongrie doivent passer en premier», a déclaré le secrétaire d’Etat chargé des affaires parlementaires Csaba Domotor lors de la présentation du texte, faisant valoir que cette loi n’était que le reflet de la volonté exprimée par les électeurs aux législatives du 8 avril, largement remportées par le parti du Premier ministre Viktor Orban, le Fidesz. Disposant d’une confortable majorité des deux tiers aux Parlement, le Fidesz ne devrait avoir aucun problème à voter le texte qui sera débattu début juin.

Depuis des années, le Premier ministre conservateur Viktor Orban accuse George Sorosde promouvoir un plan d’immigration massive en Europe, principalement en provenance de pays musulmans, dans le but de détruire les valeurs européennes et de favoriser un agenda mondialiste. Au pouvoir depuis 2010, Viktor Orban a notamment en ligne de mire les ONG du milliardaire, qu’il qualifie de «mercenaires de Soros».

Anticipant cette loi qui était une promesse de campagne du Fidesz, l’Open Society a annoncé mi-mai qu’elle déménageait ses activités à Berlin, en réaction à l’«environnement politique et juridique de plus en plus répressif» en Hongrie ».

Ce sont des bateaux financés par le milliardaire George Soros qui amènent les migrants illégaux en Europe.

La frontière hongroise va devenir plus sure.

 

 

 

Géopolitique Friction : L’OTAN panique…… après que Poutine ait mis la pression sur Trump pour qu’il retire les forces de l’Alliance de la frontière russe (Zerohedge) — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

L’OTAN panique… … après que Poutine ait mis la pression sur Trump pour qu’il retire les forces de l’Alliance de la frontière russe Par Tyler Durden – Le 12 novembre 2016 – Source Zero hedge / le Saker Francophone Tandis que beaucoup de médias ont spéculé que le Kremlin a eu un rôle dans la diffusion des […]

via Géopolitique Friction : L’OTAN panique…… après que Poutine ait mis la pression sur Trump pour qu’il retire les forces de l’Alliance de la frontière russe (Zerohedge) — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Nouvel Ordre Mondial:Comme l’Union soviétique, l’UE bientôt dans les poubelles de l’histoire

 

 

La récente crise des migrants a fait lumière sur la «crise d’unité» de l’Union européenne. L’organisme européen souffre des mêmes symptômes que l’URSS dans ses dernières années d’existence.

Des migrants en Macédoine, après avoir traversé la frontière grecque.
Des migrants en Macédoine, après avoir traversé la frontière grecque.

Mikhaïl Gorbatchev a très bien dit, il y a pas mal de temps : «Le développement le plus énigmatique de la politique moderne, c’est la détermination apparente des dirigeants européens occidentaux à recréer l’Union soviétique en Europe de l’Ouest.»

Le dernier dirigeant soviétique ne se référait pas à une aspiration de l’UE de s’étendre vers l’est, mais plutôt à la structure de gouvernance mal équilibrée, quand les petits Etats sont de plus en plus dominés par des membres plus grands. Cela est apparu de façon évidente l’année dernière, lorsqu’Angela Merkel a de façon quasiment unilatérale imposé à l’Union Européenne une politique d’immigration libérale, qui a entraîné une division très importante de ses membres.

Il y a dix ans, la Bulgarie et la Roumanie étaient à quelques mois de l’accession à l’UE, la Croatie faisant tout son possible pour les suivre. En effet, l’Union était tellement attirante que même les pays riches comme la Suisse et la Norvège avaient des débats sérieux en vue de la rejoindre. Si quelqu’un avait annoncé que dix ans plus tard, le président de la Commission européenne lancerait des avertissements concernant à la «crise existentielle» de l’UE, vous vous seriez probablement demandé ce qu’il avait bu.

Mais on est en 2016, et Jean-Claude Juncker a dit cela dans son discours annuel devant les députés. Il a reconnu que le bloc manquait d’unité en indiquant que «l’histoire ne se souviendra pas de nous. Elle se souviendra de nos erreurs et de leurs effet sur la prochaine génération». Alors que le chef de l’exécutif européen a tardivement informé les membres du législatif des réalités actuelles, il est raisonnable de penser que le poisson était déjà ferré. C’est apparemment comme ça que  les événements évoluent à pas géant sur le continent.

 

Une Union divisée

Cette semaine encore, le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg a appelé à ce que la Hongrie soit jetée hors du club pour avoir refusé d’accepter des migrants, alors que l’Autriche semble incapable d’organiser une élection présidentielle. Certains pensent que c’est le cas parce que l’establishment a peur de la victoire des nationalistes, car les sondages démontrent le large soutien du candidat d’extrême-droite Norbert Hofer, mais la raison officielle est une colle défectueuse sur les enveloppes destinées au vote par correspondance.

Entre temps, à Vienne, le représentant le plus éminent du clergé autrichien, crise-euroSchönborn, avertit les catholiques que les musulmans planifient la «conquête islamique de l’Europe». Dans un contexte global, Christoph Schönborn n’est pas une figure obscure, c’est même l’un des favoris à la succession du pape François au poste d’évêque de Rome.

En même temps, les Balkans reviennent lentement vers cette l’idée. Les Serbes de Bosnie proposent un référendum sur l’indépendance de Sarajevo et la réponse de Zagreb est de menacer d’«agir pour protéger les Croates» en Bosnie, considéré par comme un «Etat qui a failli».

Comte tenu de tous ces discours présageant une crise, les Britanniques se sont libérés de ce pression en votant pour sortir du bloc. Et leurs voisins en Irlande, à l’époque figure emblématique de l’Union européenne, se sont tout-à-coup mis à remettre en question leur propre participation, au vu des pressions exercées par Bruxelles sur le système de fiscal mis en place par Dublin. Comme si ce n’était pas assez mauvais, des hommes politiques anti-Bruxelles montent dans les sondages en Italie et aux Pays-Bas, alors qu’en France, Marine Le Pen propose d’organiser un référendum sur le «Frexit». Il vaut la peine de garder à l’esprit que ces trois Etats sont les piliers du projet.

Cherchez l’erreur

Les eurocrates consacrés, comme notre vieil ami Carl Bildt, sont naturellement consternés. Mais ils semblent incapables d’accepter leur part de responsabilité dans cette lente implosion de l’UE.

Autrement dit, elle s’est agrandie trop vite. Et l’idéologie l’a emporté sur le pragmatisme pendant trop longtemps. Bruxelles a, par exemple, tendu la main à l’Ukraine en 2013, en lui proposant  un accord d’association, au moment où il était clair que la population de l’UE n’avait aucune envie d’accueillir de nouveaux entrants. Quand on se souvient des événements, la présence du commissaire britannique en charge des Affaires étrangères, Catherine Ashton, à Kiev, à Maïdan, était tellement ridicule, considérant la position déjà fragile du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Pourtant, pas un seul commentateur des médias britanniques n’a jamais mentionné cette hypocrisie.

Les efforts se sont concrétisés en 2015, lors de la crise des migrants, lorsque certaines élites semblaient faire de la politique à la hâte. C’est comme ça qu’Angela Merkel, apparemment sans consulter personne, a unilatéralement ouvert les portes de l’Allemagne à de nouveaux arrivants.

En fin de compte, 1,1 million de migrants étaient arrivés avant la fin du mois de décembre de la même année. Seuls 54 d’entre eux ont jusqu’à présent obtenu des emplois au sein d’entreprises allemandes, en dépit de la rhétorique de représentants de l’économie, comme le président de Daimler, Dieter Zetsche, qui avait affirmé que la plupart des réfugiés étaient «bien formés et motivés» et que «Mercedes avait besoin d’eux». Son entreprise a tout de même recruté 40 stagiaires.

Angela Merkel a également échoué à se mettre d’accord sur un plan concerté avec d’autres dirigeants de l’UE. Mais maintenant, elle attend qu’ils aident à soulager le fardeau de l’Allemagne et accueillent plus de migrants. Jusqu’à présent, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie refusent de jouer à ce jeu et certains autres pays offrent une coopération minimale. La Lettonie – où la population a baissé de 15 400 personnes rien qu’en 2014 – en a accepté 47 et la Lituanie, 26.

Les migrants envahissent l'Union Européenne.
Les migrants envahissent l’Union Européenne.

Ce qui est valable pour la cane…

La racine du malaise est simple. L’establishment allemand favorise largement l’immigration à grande échelle, même si, d’après les sondages, les deux tiers des citoyens ne sont actuellement pas d’accord avec le slogan «Bienvenue aux réfugiés» . Cependant, les gouvernements de nombreux autres pays de l’UE ne soutiennent pas cet afflux, notamment en raison du fait que la plupart de ces nouveaux arrivants ne sont pas issus de la tradition chrétienne. Alors que les médias libéraux et eurocrates eux-mêmes semblent être scandalisés par cette position, c’est un point de vue qui était plus ou moins général dans toute l’Europe jusqu’à très récemment.

Par exemple, les eurocrates peuvent détester le Premier ministre hongrois Viktor Orban, mais faire cela signifie ne pas tenir compte de son électorat. Viktor Orban n’est pas un dictateur et sa position reflète très probablement le point de vue des Hongrois qui l’ont élu. Ainsi, s’il se prosternait devant les exigences de Bruxelles, de telles actions seraient antidémocratiques au niveau national.

Le 8 décembre 1991:la mort de l'URSS est fêtée par ses citoyens.
Le 8 décembre 1991:la mort de l’URSS est fêtée par ses citoyens.

Là est tout le problème. Les libéraux perçoivent l’UE comme un véhicule pour la promotion de la démocratie, mais reculent quand les politiciens élus de façon honnête poursuivent des politiques qui ne sont pas à leur goût. Nous l’avons vu en Ukraine en 2013, lorsque l’ancien président Viktor Ianoukovitch a rejeté un accord d’association avec l’UE qui consituait une très mauvaise opération financière pour son pays. Plutôt que de respecter son mandat, les eurocrates ont activement soutenu son éviction par un coup violent.

Parallèlement aux avertissements terribles lancés sur l’avenir de l’UE, le discours de Jean-Claude Juncker contenait des références à une contribution incontestable de l’alliance pour la paix et pour le travail des agriculteurs, ainsi que l’intervention de Bruxelles pour réduire les frais d’itinérance de la téléphonie mobile.

Quant à l’accord sur les migrants passé avec Ankara, qui était censé permettre aux Turcs de voyager sans visa dans l’espace Schengen dès cet automne, il n’en a pas fait mention. Le président de la Commission a également évité de s’exprimer sur les mauvaises relations avec la Russie ou sur la guerre en Ukraine, un sujet qui frémit encore.

En janvier 2004, l’UE comptait 15 membres, uniformément occidentaux, principalement progressistes et relativement riches. Une décennie plus tard, elle se vantait d’en avoir 28 et la plupart des nouveaux arrivants étaient d’anciens pays de l’Est, qui sont relativement pauvres et socialement plus conservateurs que le reste de l’Union.

C’est le problème. L’UE a grandi trop vite et récolte maintenant la tempête car ses structures ne s’en sortent pas. Les dirigeants du bloc auraient dû écouter Mikhaïl Gorbatchev. Après tout, personne ne sait mieux que lui ce qui se passe lorsqu’une grande union perd l’adhésion de ses citoyens.

La poignée de main qui sonna le glas de l'Union Soviétique...entre Gorbatchev et Boris Elsine.
La poignée de main qui sonna le glas de l’Union Soviétique…entre Gorbatchev et Boris Elsine.

 

L,expansion de l'OTAN a suivi les révolutions colorées en Europe,planifiées par la CIA. L'UE est une basse-cours  américaine,maintenant.
L’expansion de l’OTAN a suivi les révolutions colorées en Europe,planifiées par la CIA.
L’UE est une basse-cours américaine,maintenant.

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’Europe s’engage dans la criminilisation des semences anciennes

On connaît les ennuis que rencontrent les entreprises et associations qui proposent à la vente des semences anciennes. La récente confirmation, par la Cour européenne de justice, de l’enregistrement obligatoire de toutes les semences au catalogie officiel (qui met l’association Kokopelli dans une situation très délicate) n’en est que la énième preuve.

Semences anciennes

Mais cela ne suffit pas aux cols blancs qui dirigent l’Union Européenne. Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne (qui n’a été élue par personne, rappelons-le), vise maintenant à rendre illégal le fait de « cultiver, reproduire ou faire commerce » de toute semence de légumes n’ayant pas été « testées, approuvées et acceptées » par la nouvelle paperasserie européenne qui a pour nom « Agence pour l’UE sur la diversité des plantes ».
On l’appelle la « loi sur les matériaux de reproduction des plantes » et son but est de rendre virtuellement responsable le gouvernement de toutes les plantes et semences.
Les jardiniers amateurs qui cultivent leurs propres plantes à partir de semences non-répertoriées seraient considérés comme des criminels en vertu de cette loi.

Ben Gabel, directeur du Catalogue des semences naturelles qui cultive des légumes anciens écrit :
« Cette loi stoppera immédiatement le développement professionnel des variétés de légumes pour les jardiniers amateurs, les producteurs bio, et les petits maraîchers …. Les jardiniers amateurs ont des besoins réellement différents – par exemple ils jardinent manuellement, n’ont pas de machines et ne peuvent ou ne veulent utiliser des pulvérisations chimiques. Il n’y a pas de moyen pour enregistrer les variétés qui conviennent à un usage domestique car elles ne répondent pas à des critères stricts de l’Agence pour la diversité des plantes, qui ne s’occupe que d’approuver le genre de semence utilisé par les agriculteurs industriels. »
Virtuellement toutes les plantes, légumes, graines et jardiniers seront finalement enregistrés par le gouvernement.
En vertu du paragraphe IV de la loi proposée par l’UE sur l’enregistrement des variétés dans des registres nationaux et de l’Union :
Les variétés, dans le but de les rendre disponibles sur le marché à travers l’Union, seront incluses dans un registre national ou dans un registre de l’Union via une procédure d’application directe par le CPVO (Community Plant Variety Office, Bureau de la communauté pour la diversité des plantes).
Les jardiniers doivent aussi payer une redevance à la bureaucratie de l’UE pour l’enregistrement de leurs semences.
D’après le texte de loi proposé, les autorités compétentes et le CPVO prélèveraient une redevance pour le traitement des demandes, l’examen formel et technique comprenant des audits, la dénomination des variétés et la maintenance des variétés pour chaque année pendant la durée de l’enregistrement.
Bien que cette loi ne soit censée viser au début que les jardiniers professionnels, elle constitue un précédent pour poursuivre tôt ou tard les jardiniers amateurs et exiger qu’ils respectent ces mêmes stupides règlements.

Une bureaucratie qui devient folle
Ben Gabel dit « Tout ce que fait cette nouvelle loi est de créer une tonne de fonctionnaires civils dans l’UE payés à déplacer des montagnes de papiers toute la journée, tout en supprimant un approvisionnement en semences aux jardiniers amateurs et en interférant avec les droits des agriculteurs de cultiver ce qu’ils souhaitent. Il est aussi très ennuyeux qu’ils se soient arrogés le pouvoir de réglementer et donner une autorisation dans l’avenir pour toutes les espèces de plantes – pas juste les plantes agricoles, mais les herbes, les tourbes, les fleurs, la totalité – sans avoir à le rapporter au Conseil pour être voté. »
Comme on peut le soupçonner, cette idée est la « solution finale » de Monsanto, DuPont et autres corporations de semenciers qui ont depuis longtemps admis que leur but est de dominer complètement toutes les semences et cultures de la planète. En criminalisant la culture privée de légumes – transformant ainsi les jardiniers en criminels – les bureaucrates de l’UE peuvent enfin céder le total contrôle de l’approvisionnement alimentaire à de puissantes corporations comme Monsanto.
La plupart des semences de variétés anciennes deviendront criminelles
Cela veut dire que le fait de sauvegarder des graines d’une génération pour les ressemer l’année suivante – base d’un mode de vie durable – deviendra un acte criminel. De plus, comme l’explique Gabel, cette loi « tuera efficacement l’utilisation des graines pour les jardins privés de l’UE ».
C’est le souhait ultime de tous les gouvernements, bien sûr : criminaliser toute action en vue d’une autonomie et rendre la population complètement dépendante des monopoles des corporations pour sa survie. C’est vrai aussi bien aux USA que dans l’UE. Voilà ce que font les gouvernements : ils prennent le contrôle, un secteur à la fois, année après année, jusqu’à ce que vous finissiez par vivre en esclave sous un régime dictatorial mondial.
L’Arche de Noé et 240 autres organisations de 40 pays européens ont aussi lancé une pétition pour appeler les bureaucrates de Bruxelles à stopper cette folie. Vous pouvez vous y associer en cliquant sur ce lien
Mike Adams conclut : « Les graines sont sur le point de devenir un produit de contrebande. Quiconque cultive sa propre nourriture est sur le point d’être ciblé comme criminel. Les gouvernements du monde, conspirant avec des corporations comme Monsanto, ne veulent pas qu’un individu soit capable de faire pousser sa propre nourriture. » 

 

Arche Noah

 

Globe du Nordkaap

Globe du Nordkaap
Globe du Nordkaap

Et pendant ce temps-là :

« Un éternuement de Sǿren tira Solveig de ses pensées. Elle se baissa pour prendre son fils dans ses bras. Un coup d’œil complice à Sven, qui était en train de l’observer et qui, lui, portait Sofie, suffit à leur faire savoir qu’ils n’allaient pas tarder à se mettre à l’abri dans le proche complexe hôtelier à demi enterré. Surfant la falaise qui surplombait l’océan Arctique de ses trois cents mètres de hauteur et sur laquelle ils se tenaient, le vent polaire de printemps s’immisçait entre les couches de vêtements et risquait de compromettre leurs vacances en les rendant tous les sept malades s’ils tardaient trop. Solveig regarda brièvement autour d’elle les touristes qui se serraient les uns contre les autres, chacun portant ces lunettes bizarres « spécial éclipse ». Ils formaient un groupe compact autour de l’imposant globe terrestre stylisé qui signalait le point nordique extrême des terres continentales européennes.
 
Pour l’occasion, le squelette métallique de six mètres de haut irradiait une lumière bleu violacé, et, devant eux, c’était la mer à perte de vue… En la contemplant, Solveig ne put s’empêcher de penser au Global Seed Vault, ce monumental coffre-fort mondial qui conserve depuis peu des échantillons de toutes les semences et graines répertoriés sur la Terre. Creusée à cent-vingt mètres de profondeur dans le permafrost et protégée par des murs en béton armé d’un mètre d’épaisseur sous la montagne de l’île Spitzberg, cette « chambre forte de l’Apocalypse » – comme l’appellent ses détracteurs qui se demandent bien ce que nous réserve l’avenir -, se trouvait être juste en face d’eux, à huit cents kilomètres au nord dans l’archipel arctique du Svalbard, l’un des endroits les plus isolés du globe.

Sous couvert de « capitalisme philanthropique », les fondations Bill Gates, Ford et Rockefeller, ainsi que les compagnies Monsanto, Syngenta et Dupont de Nemours qui contrôlent déjà à elles seules la moitié du marché mondial de graines naturelles et transgéniques, avaient investi des dizaines de millions de dollars avec l’aval du gouvernement de la Norvège afin de regrouper en un seul lieu la totalité du patrimoine génétique de l’agriculture de la planète. Solveig avait le vertige lorsqu’elle considérait les potentialités de ce fabuleux trésor de plus de trois millions d’espèces différentes de graines, qui se trouvait dorénavant à portée de main des plus grands financiers et chimistes du monde. Y avait-il un but caché dans la construction de cette Arche de Noé végétale encerclée par une demi-douzaine d’antennes satellites géantes ?  »
à suivre…
Seconde 9 – La Norvège – L’ADN

 

La Chambre forte de l'Apocalypse
La Chambre forte de l’Apocalypse

 

Sources:Yan Yoro

Nouvel Ordre Mondial:La Turquie refuse de fermer sa frontière avec l’Etat Islamique mais sera exemptée de visas pour l’UE en 2016

Angela Merkel et Ahmet Davudoglu
Angela Merkel et Ahmet Davudoglu

Lire la suite « Nouvel Ordre Mondial:La Turquie refuse de fermer sa frontière avec l’Etat Islamique mais sera exemptée de visas pour l’UE en 2016 »