Troisième Guerre Mondiale en préparation: Idlib quand l’empire tremble…

 

 

Idlib, où Washington et ses alliés préparent un énième scénario chimique par Casques blancs interposés, risque de devenir le lieu de ce face-à-face. Pourquoi les États-Unis craignent-ils autant la reprise d’Idlib par l’armée syrienne ? Il y a d’abord la crainte de voir l’armée syrienne reprendre le contrôle de l’ultime point stratégique d’où les États-Unis pourraient harceler Damas.

Après tout, l’enclave d’Idlib est le dernier bastion des terroristes que l’État syrien s’apprête à libérer avant de revendiquer la victoire totale dans une guerre menée depuis sept ans contre son existence même. Idlib libérée, l’Amérique perdra l’un de ses derniers leviers de pression contre l’armée syrienne, une libération propre à ramener l’État syrien à l’état d’avant la guerre.

Ce qui veut dire au clair qu’après plus de sept ans de guerre et des milliards de dollars dépensés, les États-Unis devront déclarer forfait face à un Assad vainqueur. Cette perspective effraie les Américains, qui en sont désormais à concocter un scénario chimique à Idlib quitte à provoquer une riposte conjointe syro-russe.

La Russie ne plaisante pas, elle qui a déployé un bouclier maritime en Méditerranée au nord-ouest de la Syrie. Mais la crainte des Américains a un autre motif : Idlib libérée, l’armée syrienne aura toute la latitude nécessaire pour s’attaquer à al-Tanf, cette localité de la province de Deir ez-Zor où les Américains disposent d’une base militaire qui sert de centre de commande et de coordination pour leurs opérations de plus en plus sanglantes contre l’armée syrienne, la Résistance ou encore la Russie. C’est cette base qui abrite d’ailleurs les forces israéliennes, les mêmes qui ont tué des dizaines de combattants des Hachd al-Chaabi en juin dernier non loin d’Abou Kamal.

Le ministre syrien des Affaires étrangères a affirmé jeudi que personne n’avait convié les Américains et que ces derniers se trouvent en Syrie à titre de forces d’occupation. Cette position est également celle de la Russie, qui exige elle aussi le retrait US de l’ensemble du territoire syrien, fut-ce au prix d’une confrontation. Interviewé par Sputnik, l’analyste russe Andreï Ontikov rappelle que Damas est armé des missiles les plus sophistiqués et jouit de l’appui des officiers russes.

L’armée turque porte assistance aux rebelles près d’Idlib.

L’armée syrienne est parfaitement à même de contrer une offensive américaine, surtout que 25 navires russes sont déployés en Méditerranée et surveillent le moindre agissement ennemi. La bataille d’Idlib aura lieu que l’Amérique le veuille ou non. C’est une bataille où les ennemis d’Assad (États-Unis, Turquie, Israël, Arabie saoudite, etc.) jouent leur va-tout.

*Partagez nos articles mes ami(e)s!

 

Publicités

Pour que Trump puisse continuer a gérer,Damas devra être bombardée

La chaîne CNN rapporte que le commandement militaire et les services de renseignement des USA ont déjà dressé la liste des cibles qui seront bombardées en Syrie quand l’armée syrienne sera de nouveau accusée d’avoir eu recours à l’arme chimique contre des civils et la dite «opposition syrienne modérée».

Donald Trump est pris dans un étau!

Les bombardements de la Syrie auront visiblement lieu quoi qu’il arrive. De plus, aucune mesure médiatique ni même la dénonciation publique préalable de l’ensemble du mécanisme de mise en place d’une nouvelle «provocation chimique» n’arrêteront les militaires américains et les faucons de Washington. Dans un certain sens, il ne s’agit pas du tout de Bachar el-Assad ni même du conflit syrien dans l’ensemble. Malheureusement, la Syrie sera bombardée uniquement sur la base de l’utilité politique nationale que cela représentera pour les USA. Les bombardements ne sont pas indispensables, mais à l’heure actuelle ils ne pourraient être évités que si un autre thème faisait de l’ombre pendant quelque mois au dossier syrien.

Malheureusement, la «fuite» des plans de bombardement déjà prêts sur CNN est une sorte de chantage à la réputation de Donald Trump, qui se retrouve dans une situation extrêmement inconfortable: quand les Casques blancs soutenus et dirigés par les services secrets britanniques organiseront une nouvelle provocation en Syrie, il ne pourra plus s’abstenir d’une frappe et de l’escalade du conflit, en disant quelque chose comme «le QG a réfléchi et a pensé qu’il ne fallait pas le faire». Après la «fuite» de CNN, l’abandon des bombardements de Damas suite à un incident (manifestement fallacieux) impliquant l’usage des armes chimiques sera dénoncé par les sénateurs et les congressistes, qui accuseront Donald Trump de jouer en faveur du Kremlin. Ce n’est pas un très grand problème, mais l’aggravation actuelle de la crise syrienne se produit à une période de vulnérabilité maximale du dirigeant américain: les USA sont en pleine campagne électorale à l’approche des élections de mi-mandat dans un mois.

Le Mirza,navire destroyer russe est apparu en Méditerranée!

Les élections de mi-mandat sont une invention spécifique qui détermine en grande partie le caractère de parade du système politique américain. Les élections présidentielles se déroulent tous les quatre ans, mais dans l’intervalle sont réélus les 435 membres de la Chambre des représentants, un tiers du Sénat, ainsi que la majeure partie des gouverneurs. Cette année, les élections de mi-mandat se tiendront le 6 novembre, et la carrière politique, la liberté, voire la vie de Trump et de sa famille sont en jeu. Le fait est qu’en cas d’issue défavorable le Parti démocrate pourrait recevoir la majorité aussi bien à la Chambre des représentants qu’au Sénat. Dans ce cas, Donald Trump ne risque pas seulement être victime d’une procédure de destitution, mais sa famille (de son gendre Jared Kushner à ses proches travaillant au sein de la Trump Organization) sera accusée de haute trahison et de complot avec la Russie, ce qui pourrait déboucher sur une peine de prison — voire la peine de mort.

Le thème de l’ingérence russe dans les élections (la dernière présidentielle, de mi-mandat et la prochaine présidentielle), ainsi que celui de la haute trahison du Président est déjà central dans la campagne électorale. Si le locataire de la Maison-Blanche refusait de bombarder la Syrie, on peut prédire avec certitude que les images d’«enfants syriens mourants empoisonnés par le sarin» seraient diffusées sur toutes les chaînes américaines pendant toute la campagne électorale en l’accompagnant de commentaires disant que Poutine a forcément des informations compromettantes sur Trump, puisque ce dernier refuse de punir le «sanguinaire el-Assad» et de «montrer la puissance américaine» à Poutine. Du point de vue de l’administration américaine actuelle, un tel risque est inadmissible, c’est pourquoi la Syrie sera très probablement bombardée, et ce démonstrativement et avec un accompagnement médiatique très actif, en exagérant significativement le préjudice infligé et les pertes du côté syrien. De plus, il serait dans l’intérêt de Damas de jouer dans le sens de Trump dans ce spectacle — dans ce cas, ce dernier n’aurait besoin que d’un spectacle médiatique pour la consommation nationale américaine.

La corvette russe Boiky

Heureusement, la logique politique impitoyable de la campagne électorale américaine réduit radicalement les chances que Washington veuille davantage qu’une nouvelle démonstration de force ponctuelle, suffisante pour annoncer que l’ennemi est vaincu et que la justice est rétablie. Par contre, annoncer la tentative de changer de régime à Damas ou le début d’une nouvelle guerre au Moyen-Orient avec une participation américaine directe, ou encore exprimer la disposition à l’affrontement militaire avec la Russie pour renverser el-Assad, serait une stratégie perdante pour les élections. Car le noyau des électeurs de Donald Trump percevra à raison n’importe laquelle de ces déclarations comme une preuve de trahison du Président. Tout en sachant que c’est le soutien du noyau électoral prêt à suivre Trump où qu’il aille qui est sa véritable assurance contre la destitution. Il est donc à prédire que les Américains bombarderont Damas, mais ne combattront pas en Syrie pour tenter de renverser le cours de la guerre civile et arracher la victoire des mains de la coalition russo-syrienne. Et c’est un grand mérite de l’armée russe, ainsi que du gouvernement russe qui n’a pas lésiné sur les forces et les moyens depuis des années pour le développement de son armement, et notamment de la triade nucléaire.

Les djihadistes terroristes et mercenaires associés luttant contre le gouvernement légitime de la Syrie ,consomment et vendent un important volume de drogue dure!

La seule chose que les Américains peuvent encore obtenir en Syrie est une profonde satisfaction morale, ainsi qu’un prétexte pour dire que s’ils le voulaient vraiment, ils pourraient gagner. Il est certain que dans quelques années, Hollywood tournera plusieurs blockbusters sur les victoires héroïques des forces spéciales américaines en Syrie contre les «barbares russes, iraniens et syriens armés de Kalachnikov», et que dans les années 2020 déjà l’Américain moyen sera persuadé que la guerre syrienne a été remportée par les USA, tout comme de nombreux Américains pensent que les États-Unis ont gagné la guerre au Vietnam. Rien à faire: l’époque de post-vérité est déjà là, mais malheureusement la Russie n’a pas encore d’analogue d’Hollywood pour procéder à un «piratage» massif des cerveaux des habitants d’autres pays.

En fin de compte, la victoire principale est la victoire concrète, sur le terrain, et pas dans la réalité médiatico-virtuelle.

Israel a déja lancé des frappes aériennes contre la ville de Damas.

 

 

 

 

 

Troisième Guerre mondiale en préparation:La Russie couvre la prochaine offensive syrienne finale avec bien plus que 25 navires de guerre

La force navale russe, seule, au large des côtes syriennes n’a aucune chance face à la marine américaine. C’est pourquoi la construction russe dans la région va bien au-delà de ces forces

Un très bon article d’Alastair Crooke sur la situation autour de la Syrie et des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres «démocraties» préparant encore un faux drapeau utilisant, quoi de neuf, des SOBs (Special Operations Battalion), une élite de ce qui se fait de pire comme rejetons d’Al-Qaeda et de Daech.

Crooke fait cette observation:

De toute évidence, la Russie prend cette menace sérieusement (elle a déployé 20 navires dans la Méditerranée, au large de la Syrie). Et l’Iran prend évidemment la menace au sérieux aussi. Le ministre iranien de la Défense a effectué dimanche une visite imprévue à Damas afin de préparerune réponse tripartite (Russie, Syrie et Iran) à toute attaque américaine en Syrie.

La Russie prend très au sérieux cette menace et positionne sa force opérationnelle navale sous la forme d’un écran en cas de salve probable des TLAM (Tomahawk Land Attack Missile) et, éventuellement, en fonction des circonstances dans lesquelles les transporteurs aériens lancent leurs propres munitions à distance.

De plus, les exercices navals russes au large de la Syrie ne sont pas que la démonstration d’une flotte navale avec une salve significative – en tant que telle, cette force aura des problèmes de survie face à un ou deux groupements tactiques de l’US Navy, qui sont nettement supérieurs. Mais voici la présence militaire réelle russe et il n’y a rien de secret à ce sujet.

  1. La force opérationnelle navale russe opère toujours sous un «parapluie» aérien important et hautement intégré avec des systèmes terrestres S-400 et S-300 en Syrie et un système d’alerte, qui comprend des moyens aérospatiaux, tels que des satellites et des capacités de reconnaissance A-50 faire partie de cela.
  2. Personne ne connaît le nombre exact de sous-marins dans la région, mais je suppose que les sous-marins russes sont représentés dans la région par plus que deux, même les meilleurs et les plus récents SSK de pr. 636.
  3. Enfin, les actifs au sol. La Russie a son propre « porte-avions » dans la région et s’appelle la base aérienne de Khmeimim. Je n’ai pas le nombre actuel de SU-27SM, SU-30SM et SU-35S disponibles, mais même le régiment (24 avions) de ces chasseurs est plus que suffisant pour atténuer un avantage qu’un seul porte-avions pourrait transporter. au cas où les cinglés à Washington décideraient de procéder à leurs frappes.
  4. Et last but not least- on peut essayer de suivre (bonne chance avec ça) les MiG-31K armés de Kinzhals et de TU-22 avec des X-32, qui, j’en suis sûr, ont toutes les données nécessaires et sont déjà en alerte immédiate de combat ( боевое дежурство), juste au cas où.

Et voici le point principal. Crooke demande:

Qui va cligner des yeux en premier? Netanyahou? Ou Trump pourra-t-il émerger de ses tribulations nationales, pour prendre note et dire «non»?

Les terroristes près d’Idlib,ont commencé a recycler les petites Jeep toyota fournies jadis par le gouvernement US.

A ce stade, tout cela est en effet réduit à la « relation » de Trump avec son « équipe » qu’il a d’ailleurs assemblé lui-même (cela en dit long sur lui, n’est-ce pas?); et cette « équipe » est une collection complète de néoconservateur, des casse-tête tels que Bolton  qui n’est qualifié pour aucune évaluation militaire ou politique, une fois que Mattis est exclu du processus de décision. Cela amène donc à la conclusion inévitable que Trump, en tant qu’individu, n’est pas digne d’une quelconque confiance. Fondamentalement, tout ce qu’il dit c’est du bidon. Comme Crooke et Lawrence Wilkersonpoint le disent, maintenant Trump est un atout complet aux mains des néocons. Une caractéristique déterminante des néocons est leur manque de connaissance de la situation et même de compétence militaire rudimentaire. Trump ne sait peut-être même pas que quelqu’un doit cligner des yeux et il n’a certainement aucun passé militaire (où est Jimmy Carter quand vous en avez besoin).

Alors, qu’est-ce qui reste? Je ne sais pas dans quelle mesure toute cette situation pourrait être qualifiée d’événement de type «Suez», mais c’est certainement l’un des nombreux événements démontrant un désordre complet au sein de la classe politique américaine en général et de l’administration Trump en particulier. Selon l’issue de cette « frappe », si elle ne dégénère pas en affrontement sérieux entre les forces russes et américaines, je pense que la Russie reconsidérera sa position et fournira les dernières S-300 aux forces armées syriennes. . Alors, qu’est-ce que ça va être Monsieur le Président Donald J. Trump – « Paix sur Terre », vous l’aviez si éloquemment demandé quand vous aviez besoin de votes électoraux en 2016, ou alors « une la Terre en lambeaux »?

MISE À JOUR: Un de nos participants, Evald, m’a gracieusement autorisé à utiliser ses excellents graphismes traitant des forces et des moyens russes en Syrie et dans les environs. Le terme clé dans tout cela est l’interaction (Vzaimodeistvie) des forces hétérogènes.

 

Sources:

Andrei Martyanov 

 

Russia Is Covering the Upcoming Syrian Final Offensive With Far More Than Just 25 Warships

Troisième Guerre Mondiale en préparation:La Russie déploie la “plus grande force de navires de guerre de tous les temps” pour mettre fin aux attaques des États-Unis contre la Syrie

La RUSSIE a déployé sa plus grande force de navires de guerre en Méditerranée pour empêcher les Etats-Unis de lancer une attaque contre la Syrie.

Les chefs de la marine russe ont envoyé leur plus grande force opérationnelle en Méditerranée depuis le début de l’intervention de la Russie dans le conflit syrien en septembre 2015.

Il comprend au moins dix navires de guerre et deux sous-marins – avec davantage de navires en route, selon le quotidien russe Izvestia.

La plupart des navires transporteraient des missiles de croisière Kalibr.

Izvestia cite des experts militaires qui affirment que la flotte sera en mesure de soutenir la campagne de l’armée syrienne dans l’Idlib tenue par les rebelles.

Cette décision intervient dans un contexte de tensions, alors que la Russie affirme que les États-Unis pourraient se préparer à frapper à nouveau la Syrie en raison de rumeurs de nouvelles attaques chimiques.

Izvestia cite des experts militaires qui affirment que la flotte sera en mesure de soutenir la campagne de l’armée syrienne dans l’Idlib tenue par les rebelles.

La Syrie est devenue un point de tension entre la Russie et l’Occident alors que Poutine tente de protéger le dictateur Bachar al-Assad de l’intervention de l’Occident au Moyen-Orient.

Deux frappes de missiles de croisière contre le régime ont été menées par les États-Unis au cours des deux dernières années – avant de répondre directement aux accusations d’attaques chimiques.

La Russie et la Syrie nient que des armes chimiques ont été utilisées par le régime contre des civils, affirmant qu’elles ont été mises en scène par des terroristes, des rebelles ou même par l’Occident.

Les médias russes décrivent l’opération comme un “bouclier marin” pour la Syrie – et parmi le groupe d’attaque, on trouve des frégates, des croiseurs et des navires de soutien.

 

Et cela intervient au moment où le ministère russe de la défense prétend que les Etats-Unis sont en train de lancer une action militaire pour soutenir les rebelles qui luttent contre le régime d’Assad.

Les chefs militaires ont affirmé que les plans américains prévoyaient d’utiliser la “dramatisation”d’une attaque chimique dans la province d’Idlib comme prétexte pour attaquer le régime syrien.

La Syrie risque d’être le terrain d’une confrontation militaire directe et dangereuse entre les Etats-Unis et la Russie.

Il a affirmé que les plans américains prévoyaient mettre en scène une attaque chimique dans la province d’Idlib comme prétexte pour attaquer le régime syrien.

Konashenkov a mis en garde qu’une attaque au gaz par des militants de Jabhat An-Nusra, l’un des plus grands groupes djihadistes en Syrie, sera imputée à Assad.

Elle provoquera alors le bombardement du gouvernement syrien – et sera coordonnée par les “services spéciaux” britanniques

Konachenkov a dit : “La mise en scène de cette provocation avec la participation active des services spéciaux britanniques doit servir de nouveau prétexte aux frappes de missiles et de bombes des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France contre le gouvernement et les installations économiques de la Syrie.”

Il a averti que les actions des nations occidentales conduiront à une “escalade dramatique de la situation au Moyen-Orient”.

Les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont mené une attaque aux missiles de croisière en réponse à une attaque aux gaz le 14 avril.

Et elle suit une attaque des États-Unis le 7 avril 2017 sur la base aérienne de Shayrat – également en réponse à une attaque chimique.

Source: Daily Star

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:La France, les USA, l’UK veulent frapper la Syrie au motif du recours aux armes chimiques

La France, les États-Unis et le Royaume-Uni préparent une nouvelle frappe aérienne en Syrie sous prétexte du recours par les autorités syriennes aux armes chimiques, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense.

Les navires lance-missiles américains sont au large de la Syrie,prèts a l’attaque!

La France, conjointement avec les États-Unis et le Royaume-Uni, envisage un bombardement en Syrie au motif de l’utilisation par Damas d’armes chimiques, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

«La mise en œuvre avec la participation active des services secrets britanniques de cette provocation devrait également devenir le prétexte d’une frappe aérienne par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France contre des sites économiques et d’État en Syrie», a-t-il averti.

L’USS TheSullivans en manoeuvre

«À cet effet, le destroyer The Sullivans de l’US Navy avec 56 missiles de croisière à son bord est arrivé il y a quelques jours dans le golfe Persique. Un bombardier stratégique В-1В de l’US Air Force doté de 24 missiles de croisière air-sol AGM-158 JASSM a été positionné sur la base aérienne Al Oudeid au Qatar», a-t-il poursuivi.

M.Konachenkov a également précisé que les déclarations infondées des hauts représentants des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France du 22 août affirmant leur intention de répondre «dans les termes les plus fermes» à «l’utilisation d’armes chimiques» par le gouvernement syrien, étaient les confirmations indirectes de la préparation par ces pays d’une nouvelle agression contre la Syrie.

«Ainsi, les actions des pays occidentaux allant à l’encontre de leurs déclarations publiques visent à aggraver de nouveau la situation au Moyen-Orient et à saper le processus de paix en Syrie», a conclu le porte-parole du ministère russe de la Défense.

 

 

EN CONCLUSION

Face au fait  qu’un terrible affrontement se prépare a la Maison Blanche entre les partisans de Donald Trump et ceux du clan Clinton  et leurs alliés (George Soros entre autre)…et qu’il est probable qu’il doit faire face a sa propre destitution ,le président Trump  utilise une vieille recette :celle du déclenchement d’une guerre pour  détourner l’attention du peuple américain!

Il y a  plus de cent ans,le tsar Nicholas II avait  pris exactement ce genre de décision   afin  d’abaisser les risques de révoltes dans la population civile de l’Empire Russe!

 

 

 

La Chine porterait assistance à l’armée syrienne dans sa future offensive à Idlib

Par Leith Aboufadel BEYROUTH (LIBAN) (9h00) – La Chine aiderait l’armée arabe syrienne (AAS) dans sa prochaine bataille dans le sud-ouest d’Idlib, a déclaré l’ambassadeur chinois en Syrie, Qi Qianjin, à Al-Watan cette semaine. Selon le quotidien Al-Watan, Qianjin a déclaré au quotidien syrien que l’armée chinoise était prête à participer d’une manière ou Continuer la lecture

via La Chine porterait assistance à l’armée syrienne dans sa future offensive à Idlib — Cellule44

Paris menace de frapper de nouveau la Syrie

© AP Photo / Hassan Ammar Alors qu’aucune preuve tangible susceptible de confirmer l’usage de substances toxiques par Damas à Douma n’a toujours été présentée, la France pourrait envisager de frapper de nouveau la Syrie si les autorités syriennes avaient recours à l’arme chimique, a déclaré la ministre française Continuer la lecture

via Paris menace de frapper de nouveau la Syrie — Cellule44

USA Trump coupe tous les fonds visant à financer les “Casques blancs” en Syrie

Les États-Unis viennent de retirer des fonds à l’un des seuls groupes sur le terrain qui sauvent des vies en Syrie. Environ un tiers du financement de la protection civile syrienne, connue populairement sous le nom de Casques blancs, provenait des États-Unis, le reste provenant du Royaume-Uni, de l’Allemagne et d’autres gouvernements. Jusqu’à tout récemment, […]

via USA Trump coupe tous les fonds visant à financer les “Casques blancs” en Syrie — 24h Magazine

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’attaque chimique a été une «mise en scène»,une opération sous faux drapeau

Alors que Trump menace de bombarder la Syrie, l’armée russe lance un pavé dans la mare en affirmant que les accusations d’utilisation d’armes chimiques sont une pure invention des Casques blancs.

L’attaque chimique présumée contre les rebelles syriens à Douma a été «mise en scène devant les caméras» par les Casques blancs, l’organisation de sauveteurs syriens en zone rebelle qui a la première dénoncé cette attaque, a accusé l’armée russe mercredi.

«Opérant uniquement dans les rangs des terroristes, les Casques blancs ont une fois de plus mis en scène devant les caméras une attaque chimique contre des civils dans la ville de Douma», a affirmé le général Viktor Poznikhir au cours d’une conférence de presse.

«Nous ne participons pas à la twitto-diplomatie. Nous sommes partisans d’approches sérieuses», a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences russes lui demandant de commenter les derniers messages du président américain.

«Nous estimons toujours qu’il est important de ne pas mener des actions qui pourraient nuire à une situation déjà fragile», a-t-il ajouté. «Nous sommes convaincus que l’utilisation d’armes chimiques à Douma (ville de la Ghouta orientale en Syrie, NDLR) a été inventée, et ne peut être utilisée comme prétexte pour avoir recours à la force», a-t-il prévenu.

Tôt dans la journée, Donald Trump a prévenu la Russie d’une intervention militaire imminente en Syrie après l’attaque au gaz toxique, imputée à Damas, contre la ville rebelle de Douma, dans la Ghouta.

 

«Tiens-toi prête, parce qu’ils arrivent, beaux et neufs»

«La Russie promet d’abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu’ils arrivent, beaux et neufs(…), écrit Donald Trump sur Twitter. »Vous ne devriez pas être les partenaires d’un animal qui tue son peuple avec des gaz et s’en réjouit!« poursuit-il, faisant allusion au président syrien, Bachar al Assad. Moins d’une heure après avoir averti Moscou de l’imminence de frappes américaines, Donald Trump a proposé de contribuer à la relance de l’économie russe et de mettre un terme à ce qu’il appelle «une course aux armements».

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi aux propos du président étasunien, estimant que les missiles américains devraient viser les terroristes plutôt que le gouvernement syrien.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a dit mercredi «espérer que le bon sens finira par l’emporter» dans les relations internationales, actuellement «de plus en plus chaotiques» dans un contexte de vives tensions avec les Occidentaux. «L’état du monde ne peut que provoquer la préoccupation», a déclaré M. Poutine lors d’un discours devant des diplomates étrangers, retransmis à la télévision. «La situation dans le monde devient de plus en plus chaotique. Néanmoins, nous espérons que le bon sens finira par l’emporter et que les relations internationales prendront une direction constructive, que le système mondial deviendra plus stable et prévisible», a-t-il poursuivi.

Police militaire russe déployée dès jeudi à Douma

Ces propos interviennent dans un contexte de confrontation Est-Ouest renforcée ces dernières semaines par l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal en Angleterre, à l’origine d’une vague d’expulsions croisées de diplomates, et par l’attaque chimique présumée en Syrie, dont les Occidentaux accusent le régime de Bachar el-Assad, soutenu par Moscou.

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi dans un tweet que les relations entre les Etats-Unis et la Russie étaient «pires aujourd’hui qu’elles ne l’ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide».

«Une unité de police militaire russe sera déployée à partir de demain pour assurer la sécurité, maintenir l’ordre et organiser l’aide aux habitants locaux dans la ville de Douma», dernière poche rebelle située dans la Ghouta orientale, a-t-il ajouté. Selon les Casques blancs syriens, les secouristes en zones rebelles, et l’ONG Syrian American Medical Society, des dizaines de personnes ont été tuées le 7 avril à Douma dans une attaque aux «gaz toxiques», imputée par les Occidentaux au régime de Bachar el-Assad, qui dément toute responsabilité.

L’armée syrienne évacue ses bases

Pour Maria Zakharova, porte-parole du ministère, une éventuelle frappe américaine, en effaçant les éléments d’analyse, pourrait viser à empêcher toute enquête indépendante sur l’attaque chimique qui, selon les rebelles syriens, a eu lieu samedi dernier à Douma, près de Damas. Face à la menace de frappes américaines, l’armée syrienne a de son côté évacué ses principales bases militaires et aérodromes du pays et est en état d’alerte, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).


EN COMPLÉMENT

TRUMP VEUT FAIRE PAYER LE PRIX,DIT-IL

Il y a quelques mois,l’état sioniste d’Israel opérait des frappes aériennes sur un aéroport près de Damas.

Une attaque chimique présumée ayant fait des dizaines de morts dans une zone rebelle près de Damas a soulevé un tollé international dimanche, le président américain Donald Trump avertissant Bachar Al-Assad et ses alliés qu’il faudrait « payer le prix fort » pour ce bombardement.

Sous l’impulsion de la France, neuf pays ont demandé une réunion urgente lundi à 15 h (heure de l’est) du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’attaque présumée samedi à Douma, selon des sources diplomatiques.

Peu après, Moscou a demandé pour la même heure une autre réunion du Conseil, qui n’a pas pour objet spécifique la Syrie et parle de « menaces sur la paix dans le monde », selon des sources diplomatiques.

La réunion consacrée à la Syrie a alors été avancée à 11 h 30 (heure de l’est).

Le régime syrien, défendu par ses deux alliés indéfectibles, la Russie et l’Iran, a démenti toute attaque chimique dans l’ultime poche rebelle dans la Ghouta orientale, région stratégique aux portes de la capitale que ses forces semblaient dimanche soir en passe de reprendre entièrement.

Alors qu’un conseiller de M. Trump a déclaré qu’une action militaire n’était pas à écarter, Moscou a mis en garde Washington contre une telle intervention « pour des prétextes fabriqués » qui pourrait « mener aux plus lourdes conséquences ».

« De nombreux morts, y compris des femmes et des enfants, dans une attaque CHIMIQUE insensée en Syrie », a tweeté M. Trump, assurant qu’il faudra en « payer le prix fort ». Il a pointé du doigt la « responsabilité » de la Russie et de l’Iran, qualifiant M. Assad « d’animal ».

LE TWEET DE DONALD TRUMP


Donald J. Trump

@realDonaldTrump

 

Many dead, including women and children, in mindless CHEMICAL attack in Syria. Area of atrocity is in lockdown and encircled by Syrian Army, making it completely inaccessible to outside world. President Putin, Russia and Iran are responsible for backing Animal Assad. Big price…


Il y a un an, le président américain avait fait bombarder une base du régime syrien en représailles à une attaque au gaz sarin, qui avait tué trois jours plus tôt plus de 80 civils à Khan Cheikhoun.

Les Casques Blancs, les secouristes en zones rebelles, un groupe insurgé ainsi que l’opposition en exil ont accusé le régime d’avoir mené une attaque chimique à Douma. L’Union européenne a estimé elle que les indices pointaient « vers une nouvelle attaque chimique perpétrée par le régime ».

« Scènes effroyables »

Il n’était pas possible de confirmer ces allégations de source indépendante. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui dispose d’un réseau de sources dans le pays, a indiqué ne pas être en mesure de confirmer une attaque chimique.

Mais les Casques Blancs et l’ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS) ont affirmé dans un communiqué conjoint que 48 personnes avaient péri dans cette attaque aux « gaz toxiques ».

Ils ont également fait état de « plus de 500 cas, la plupart des femmes et des enfants », qui souffrent notamment de « difficultés respiratoires et dégagent « une odeur semblable à celle du chlore ».

Une vidéo postée par les Casques blancs sur Twitter et présentée comme tournée après l’attaque chimique présumée montre un enchevêtrement de corps sans vie, dont ceux de femmes et d’enfants, allongés à même le sol, de la mousse blanche s’échappant de leur bouche.

Firas al-Doumi, un secouriste à Douma a évoqué « des scènes effroyables ». « Il y avait de nombreuses personnes en train de suffoquer, certaines sont mortes immédiatement », a-t-il dit à l’AFP. « C’était un massacre. Il y avait une très forte odeur qui a entraîné des difficultés respiratoires chez les secouristes ».

« Nous avons fait une tournée dans la ville, on a vu des corps encore abandonnés sur les routes », a affirmé un volontaire du Croissant rouge syrien.

Face aux accusations contre le régime, son allié russe a dénoncé des « prétextes inventés » pour une intervention militaire qui « serait absolument inacceptable et peut mener aux plus lourdes conséquences ».

L’Iran a de son côté fustigé un nouveau « complot » contre le président Assad et un « prétexte pour une action militaire ».

Le régime y a vu lui « une rengaine ennuyeuse » de la part des pays « qui soutiennent le terrorisme en Syrie ».

À l’étranger, la France a fait état de son « extrême préoccupation », affirmant qu’elle assumerait « toutes ses responsabilités ».

La Turquie, parrain des rebelles, a dit soupçonner « fortement » le régime, le patron de l’ONU Antonio Guterres s’est dit « particulièrement alarmé » par le recours présumé au gaz, et l’Union européenne a vu les « indices » d’une nouvelle attaque à l’arme chimique.

« Rien ne peut justifier l’usage de tels instruments d’extermination contre des personnes et des populations sans défense », a dit de son côté le pape François.

Accord sur Douma

Grâce à l’appui militaire de Moscou, le régime contrôle déjà plus de la moitié de la Syrie, ravagée par une guerre qui a fait plus de 350 000 morts en sept ans.

Il a été maintes fois accusé de mener des attaques chimiques contre des régions rebelles, ce qu’il a toujours nié.

Déterminé à faire plier le groupe rebelle Jaich al-Islam, le dernier encore présent dans la Ghouta orientale et retranché à Douma, le pouvoir a de nouveau bombardé intensément vendredi et samedi la ville tuant près d’une centaine de civils, selon l’OSDH.

Le régime a, semble-t-il, obtenu ce qu’il voulait puisque selon l’agence officielle Sana, l’évacuation vers le nord de la Syrie des rebelles et de leurs familles a commencé dimanche soir, en application d’un accord conclu dans la journée avec Jaich al-Islam.

Le commandant du centre russe pour la réconciliation entre les parties, Iouri Evtouchenko, avait annoncé plus tôt que « 100 autobus » étaient arrivés sur place et que « tout [était] prévu pour l’évacuation de 8000 combattants et environ 40 000 membres de leurs familles ».

Parallèlement, des otages retenus à Douma par les rebelles ont pu regagner Damas.

Après une offensive lancée le 18 février par le régime pour reprendre la Ghouta orientale qui a fait plus de 1600 morts, des accords d’évacuation négociés par Moscou ont déjà entraîné l’évacuation de plus de 46 000 combattants de deux autres groupes rebelles et des civils pour Idleb, une des provinces échappant presque entièrement au gouvernement légitime de Syrie.

Voir le lien vidéo çi-dessous:

https://www.msn.com/fr-ca/video/watch/une-crise-sans-fin-en-syrie/vp-AAvGKMv


Donald Trump:la haine et la hargne se lisent sur son visage!

Doit-on s’inquiéter des tweets de Donald Trump?

Absolument. Ce qui semble se préparer autour de la Syrie est très inquiétant et très grave parce que cela peut déraper en un conflit américano-russe. Une attaque contre la Syrie est une attaque contre un allié de la Russie, qui est présente en Syrie. La Russie a annoncé qu’elle allait riposter. Ce que font les États-Unis, c’est narguer et viser un allié de la Russie.

Pourquoi ces menaces arrivent-elles à ce moment-ci?

L’opération de reprise de la Ghouta par la Syrie a commencé au mois de février. La Syrie et la Russie ont déjà prévu que les djihadistes feraient appel aux Occidentaux pour bombarder la Syrie, à travers un incident chimique. Il faut comprendre que les incidents chimiques sont le moyen de faire venir les Occidentaux pour bombarder la Syrie. C’est le prétexte. Les djihadistes en ont besoin.

Vous faites référence à la présumée attaque chimique survenue samedi dans la ville de Douma, qui aurait fait plusieurs dizaines de morts. Chacun se renvoie la balle. Qui est à la source de cette attaque chimique, selon vous?

Certainement les djihadistes. Il n’y a aucun doute. Il faut toujours se poser la question : « À qui profite le crime? ». Certainement pas à la Syrie. Certainement pas au gouvernement syrien, qui n’a pas besoin d’être bombardé. Il est en ce moment en train de remporter la victoire sur le plan militaire. Ceux qui sont en train de subir la défaite, ce sont les djihadistes. Ils ont besoin d’aide externe, parce qu’ils sont vaincus, et cette aide externe, elle est occidentale. Pour faire agir les Occidentaux, on leur montre des images horribles, pour travailler des cordes sensibles et obliger les dirigeants à dire que c’est le moment de bombarder la Syrie. Ce sont les djihadistes qui en profitent.

 

Les syriens sont unis derrière le président Assad…Ce sont les USA,l’Angleterre et la France qui financent les mercenaires terroristes…au nom de l’Islam et de la pseudo démocratie néolibérale!

Une alliance entre les États-Unis et les djihadistes est-elle improbable?

Elle n’est pas improbable, elle est de facto. La guerre en Syrie est une guerre de coalition. Il y a des pays anti-syriens – les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar au début, Israël. Tous ces États voulaient démanteler la Syrie depuis 2011 par une guerre interne, une guerre menée par les djihadistes. Ce sont les djihadistes qui menaient la guerre contre le gouvernement syrien, avec l’accord et l’appui des pays occidentaux, car ils n’ont pas de troupe au sol. C’est une guerre par procuration. Ce n’est pas une guerre classique où on envoie sa propre armée. La coalition anti-syrienne a utilisé les djihadistes comme combattants au sol. Il y a un parrainage entre cette coalition et les djihadistes.

Quel est l’intérêt pour la Russie de protéger le président Bachar Al-Assad?

La Russie a besoin de stabilité dans la région. L’effondrement de la Syrie permettrait aux djihadistes de s’incruster en Syrie et au Moyen-Orient et ensuite, de passer en Russie après avoir créé des troubles dans le Caucase. L’installation des djihadistes en Syrie, le démantèlement de l’État syrien et d’autres États dans la région donneraient aux djihadistes beaucoup d’espace d’action, et ils viseraient immédiatement la Russie.

Cela affaiblirait-il l’influence russe dans la région, à l’avantage des Américains?

Tout à fait. La guerre en Syrie n’est pas uniquement une guerre syrienne. C’est une guerre qui vise la Russie en dernier ressort. La Russie n’est pas en Syrie simplement par générosité. Elle est là pour défendre ses propres intérêts et sa stabilité, parce que si les djihadistes lancent en Russie le genre de guerre qu’ils ont menée en Syrie, il va y avoir beaucoup de troubles.

Comment pourrait riposter la Russie s’il y a des tirs de missiles américains?

Tout dépend de la nature de la menace. Si les États-Unis lancent une opération majeure, visant les centres vitaux de la Syrie, je vois mal comment la Russie pourrait ne pas riposter. Et elle a tous les moyens pour riposter. Par contre, il n’est pas exclu que les États-Unis fassent une sorte d’attaque-spectacle, comme l’année dernière. Une soixantaine de missiles de croisière avaient été lancés contre une base aérienne vide. Il n’est pas exclu que Trump se limite à un peu de spectacle et dans ce cas-là, probablement que la Russie ignorera. Mais si c’est quelque chose de sérieux, je ne vois pas comment la Russie pourrait ne pas riposter.

D’où tirerait-elle? A-t-elle des missiles dans les pays alentours, en Syrie?

La Russie a des missiles de croisière qui peuvent être tirés depuis la Russie. Elle a aussi un armement antiaérien S300 et S400 qui peut abattre n’importe quoi, qui se trouve en Syrie.

Les Russes pourraient-ils bombarder le territoire américain?

Le territoire américain, non, pas encore, mais il y a des forces américaines dans la région. Il y a des navires américains en mer Méditerranée. Si ces navires sont le lieu d’où partent des attaques contre la Syrie, la Russie pourrait les viser.

Sommes-nous à quelques heures d’une escalade internationale de la guerre en Syrie?

Ce n’est pas exclu. Il faut prendre la chose très au sérieux. Deux grandes puissances vont se frotter et ça peut déraper.

Souvenons-nous que les jeeps Toyota de l’État Islamique provenaient des surpolus du département d’état américain (cf:la CIA).

 

 

Le monde arabe se convertit à la multipolarité

Alors que la Syrie est en passe d’éradiquer la menace terroriste qui menaçait le pouvoir légal et l’intégrité territoriale du pays depuis plusieurs années, des changements évidents s’opèrent dans la région. Les succès des alliés de la Syrie, notamment de la Russie, replacent celle-ci au centre du jeu moyen-oriental, au plus grand bénéfice de la […]

via Le monde arabe se convertit à la multipolarité — L’Axe Afrique-Russie