Alerte Fukushima:Des déchets radioactifs à perte de vue sur l’ensemble des sites

Le vaste chantier de décontamination à Fukushima engendre une énorme quantité de déchets radioactifs. Les autorités en attendent 22 millions de mètres cubes après incinération des déchets organiques. D’ici 2021, 15,2 millions de mètres cubes devraient être entreposés « provisoirement » sur un site de 16 km2qui entoure la centrale accidentée, sur les communes d’Ôkuma et Futaba. En attendant, ces déchets s’entassent un peu partout, parfois à perte de vue.

 

L’Acronique de Fukushima a publié, il y a un peu plus d’un an, un reportage sur toute la chaîne de gestion de ces déchets, avec des photos et des vidéos. Greenpeace Japon vient de mettre en ligne des images de ces déchets vus du ciel : La première vidéo en japonais est visible sur Youtube, la seconde en allemand est visible ici.

 Une note en anglais de Greenpeace fait aussi le point sur les déchets radioactifs.

 La décontamination, presque terminée officiellement, sauf dans les zones dites de « retour difficile », ne concerne que les zones habitées qui deviennent des oasis au milieu des montagnes et des forêts qui couvrent 75% du territoire de la province de Fukushima. La décontamination de petites zones dans les territoires les plus contaminés est prévue pour ne pas rayer de la carte deux communes, même si les habitants ne rentreront pas. L’obstination de la reconquête, jusqu’à l’absurde.

 

 

Publicités

Alerte Fukushima: le niveau de radioactivité atteint un niveau sans précedent

l’exploitant de la centrale de Fukushima centrale nucléaire a détecté des niveaux de radiation extrêmement élevés à un réacteur endommagé à la centrale de Fukushima au Japon.

Les niveaux de rayonnement qui sont mortels après une brève exposition ont été trouvés à l’intérieur du deuxième réacteur jeudi,le 2 février 2017.

fukushima-690x350

Tokyo Electric Power Company a également trouvé un trou qui a été probablement causé par le combustible nucléaire fondu  qui a également été découvert dans le réacteur.

RT rapporte:

Des niveaux allant jusqu’à 530 Sieverts par heure de rayonnement ont été détectés à l’ intérieur du réacteur inactif 2 au complexe nucléaire de Fukushima Daiichi,la centrale  endommagée pendant le tremblement de terre et le tsunami catastrophe de 2011, ce que les  médias japonais ont rapporté jeudi citant l’exploitant de la centrale, Tokyo Electric Power Company (TEPCO).

Une dose d’environ 8 Sieverts est considérée comme incurable et fatale.

Un trou de pas moins d’un mètre carré  a également été découvert sous la cuve sous pression du réacteur, a expliqué TEPCO . Selon les chercheurs, l’ouverture apparente dans la grille métallique de l’un des trois réacteurs qui avaient fondues en 2011, est censé être avoir été causé par le combustible nucléaire fondu qui est tombé à travers le vaisseau.

L’échafaudage de fer a atteint  un point de 1500 degrés de fusion, selon TEPCO , expliquant qu’il y a une possibilité  que des débris de carburant soient tombé sur elle et ouvert le trou. De tels débris de carburant ont été découverts sur les équipements au fond de la cuve sous pression juste au-dessus du trou, a-t-on  ajouté.

Les derniers résultats ont été libérés après une sonde récente de la caméra à l’intérieur du réacteur, explique TEPCO . À partir de l‘utilisation d’une caméra télécommandée montée sur un long tuyau, les scientifiques ont réussi à obtenir des images de lieux difficiles à atteindre où des matières nucléaires résiduelles sont restées. La substance, elle est tellement toxique que les robots, même fabriqués spécialement  pour ce travail et aussi conçus pour sonder les profondeurs sous-marines sous la centrale sont déjà émietté et arrêté en cours de travail.

Cependant, TEPCO envisage toujours de lancer de nouvelles évaluations plus détaillées à la centrale nucléaire endommagée à l’aide de robots automoteurs.

Plus tôt cette semaine, les espoirs pour un nettoyage plus efficace à Fukushima étaient très  élevés, tellement que l’exploitant a annoncé qu’une partie des débris responsables d’une grande partie de la contamination radioactive  persistante depuis six ans (des combustibles nucléaires résiduels)  peut avoir finalement été trouvé.

Hors,il semble que TEPCO soit obligé et forcé de donner l’heure juste et n’aurait plus le choix que de dire la vérité après 6 ans de mensonge de cachotteries et de …détournement de fonds publics.Plus le temps passe et plus la situation devient hors de contrôle.

Il y a plus de 1100 citernes de stockage d'eau radioactive sur le site de Fukushima Daiichi.Une catastrophe écologique majeure se prépare.
Il y a plus de 1100 citernes de stockage d’eau radioactive sur le site de Fukushima Daiichi.Une catastrophe écologique majeure se prépare.

Les dossiers de Michel Duchaine:Les mutations animales et humaines qui se multiplient davantage

Depuis le 11 mars 2011,le jour de la catastrophe de Fukushima,les 450 tonnes d’eau irradiée rejetées chaque jour  ,sont en train de provoquer de plus en plus de mutations animales.

Non seulement,l maladie radioactive  touche-t-elle l’ensemble de l’océan Pacifique…et menace-t-elle les autres océans de la planète,à moyen et long terme ,mais ils semble que d’autres sources provoquent d’innombrables mutations animales…ailleurs!

L’humanité est menacée pendant que de nouvelles espèces animales sont découvertes,partout sur Terre.

L’humanité sera ,un jour ou l’autre,touchée  davantage par la contagion radiactive …et des mutants apparaîtront parmi nous.

Un jour,nous serons rendus assez fou pour fabriquer  notre  ultime prédateur:un mutant qui pourrait revendiquer notre pseudo suprématie sur notre Terre.

Plusieurs de mes supporteurs me parlent aussi d’une nouvelle race mutante provoquée par des manipulations génétiques extraterrestres.

Tout est devenu possible mes ami(e)s!

Voici donc  une petite recherche sur de nombreuses et nouvelles mutations animales:


LA CRÉATURE  ÉTONNANTE PÊCHÉE AU LARGE DE L’ÉCOSSE

 

Un étrange requin adapté aux profondeurs marines.
Un étrange requin adapté aux profondeurs marines.

 

 

Cette créature a été découverte à l’automne 2015.

 

Voici une créature qui a, dans un premier temps, soulevé l’inquiétude des riverains et réveillé l’imagination des plus fantaisistes.

Pour la toute première fois dans les eaux écossaises, ce faux requin-chat vient d’être pêché.

Ce requin étonnant mesure dans les 3 mètres de long pour plus de 60 kilos.
Il est assez surprenant de le découvrir dans les eaux écossaises alors qu’il n’y avait jamais été repéré auparavant.

L’animal, qui nous semble tout droit sorti d’un film fantastique, ne serait pas un prédateur dangereux pour l’Homme.


UN POISSON MUTANT DÉCOUVERT DANS LES CARAÏBES

 

 

 

A 74 ans, le pêcheur Hope McLawrence n’en croit pas ses yeux lorsqu’il découvre ce poisson dans ses filets.

Il a l’habitude de pêcher au large des Caraïbesmais n’a jamais jusqu’ici eu l’occasion d’approcher un tel spécimen « Je n’ai jamais rien vu de tel auparavant. Les ailes et la queue étaient extrêmement complexes. A voir l’allure de la créature, elle ne pouvait pas nager, mais devait marcher sur le sol marin. Cela m’a énormément choqué. Je ne pensais pas qu’une telle chose pouvait exister. Surtout dans le port où l’eau est peu profonde ».

Si les spécialistes ont encore du mal à se prononcer sur l’espèce du poisson, un internaute pense l’avoir identifié comme étant un Ogcocephalus darwini, une sorte de poisson-chauve-souris qui semble correspondre au spécimen. 

 


UN POISSON DE 127 KILOS PÊCHÉ DANS UN FLEUVE EN ITALIE

 

 

 

 

Les frères Dino et Dario Ferrari ne s’attendaient pas à une telle prise lorsqu’ils se sont offert une après-midi pêche ce 19 février 2015 dans le Pô, un fleuve italien.

C’est au bout d’une lutte de quarante minutesque les deux frères sont parvenus à sortir leur proie de l’eau.

Ce poisson-chat de 127 kilos, âgé d’une trentaine d’années mesure près de 3 mètres, 267 cm de long exactement.

Fiers de leur prise, les deux frères ont mitraillé le poisson de clichés avant de le relâcher dans le fleuve, qui finit par se jeter dans l’Adriatique.

 

On croirait à un photoshop,mais on se rend compte d u réel en voyant la vidéo.
On croirait à un photoshop,mais on se rend compte d u réel en voyant la vidéo.

 

un-poisson-de-127-kilos-peche-dans-un-fleuve-en-italie-358879

 

 

Il a pris de sérieux risques ainsi rapproché de l'animal.
Il a pris de sérieux risques ainsi rapproché de l’animal.

 

EN 2014 ON PHOTOGRAPHIE LE MONSTRE DU LAC DISTRICT EN ÉCOSSE 

le-monstre-du-loch-ness-aurait-il-change-d-adresse-219906

 

Photo plus récente prise à partir d'un avion.
Photo plus récente prise à partir d’un avion.

 

Au Lac District la photographe Ellie Williams pensait prendre de magnifiques clichés embrumés pour ajouter à sa collection.

Ce lac situé à 240 kilomètres du Loch Ness lui semble calme et paisible.

Mais lorsque la jeune femme appuie sur le déclencheur de son smartphone, quelque chose d’impensable se produit.

Sur l’appareil, elle découvre un « monstre » au long cou avec plusieurs bosses !

Une telle créature sous-marine avait déjà été signalée, depuis 2006.

Et, après tout, pourquoi pas ?

 


UNE SIRÈNE OU UNE NOUVELLE ESPÈCE

 


 

MUTATIONS HUMAINES

 

En 2014,en Afrique:

A Nabigingo, une femme accouche depuis chez elle, avec son mari.

Avant l'opération,il avait 4 bras et 4 jambes.
Avant l’opération,il avait 4 bras et 4 jambes.

Cependant, les deux parents sont totalement affolés lorsqu’ils se rendent compte que leur fils possède deux jambes et deux bras en trop et décident de se diriger immédiatement vers l’hôpital le plus proche.

Paul souffre d’un étrange handicap auquel cet hôpital n’a pas de réponse. Les parents se rabattent alors sur l’hôpital de Kampala, la capitale.

Les médecins expliquent alors que le petit Paul souffre de géméllité parasitaire, une sorte de dérivation de jumeaux siamois.

Au moment de passer un scanner, de nouvelles anomalies sont révélées.
Le petit garçon partage son bassin avec son jumeau interne, et possède un foie et un coeur… à droite !

Les médecins attendent 3 mois, le temps qu’il grandisse un peu, pour l’opérer.

L’opération est une grande réussite, et Paul devrait pouvoir retrouver une vie « normale », délesté de ses membres superflus.

3 semaines après l'opération, le garçon se porte à merveille, une bien belle nouvelle !
3 semaines après l’opération, le garçon se porte à merveille, une bien belle nouvelle !

 


 

En 2010,un garçon chinois naissait avec 14 doigts et 16 orteils

 

 

Voici les photos  relatives à cette affaire…Elles parlent d’elles-mêmes:

 

Une terrible difformité.
Une terrible difformité.

 

Garçon chinois 002

 

 

Garçon chinois 003

 

 

Garçon chinois 004

 

Garçon chinois 005

 

Garçon chinois 006

 

Garçon chinois 007

 

Radiographie des pieds.
Radiographie des pieds.

 

Radiographie des mains.
Radiographie des mains.

 

 

 

 


En 1868 : Myrtle Corbin:

En 1868, la jeune américaine Myrtle Corbin naît avec un bassin et deux jambes supplémentaires. Sa particularité unique lui vaudra de passer ses premières années dans un cirque.
En 1868, la jeune américaine Myrtle Corbin naît avec un bassin et deux jambes supplémentaires. Sa particularité unique lui vaudra de passer ses premières années dans un cirque.

 


ETC …car il y en a trop!

bébé chinois a 2 têtes

 

 

Pekanbaru, 25/7 - BAYI BERKEPALA DUA. Bayi berkepala dua saat masih berada di RSUD Puri Husada di Tembilahan, Kabupaten Indragiri Hilir, Riau, Jumat  (24/7). Bayi yang belum sempat diberi nama itu merupakan kembar siam jenis "conjoined twins parapagus dicephalus tetrabrachius" yang berarti bayi kembar dengan dua kepala, empat lengan, dua tulang belakang dan rongga dada yang menyatu. Bayi tersebut kini dalam kondisi kritis dan mendapat perawatan di RSUD Arifin Achmad Pekanbaru. FOTO ANTARA/Maryanto/FB/ed/nz/09.

 

 

difforme

 

Enfant8Membres

 

four arms baby2

 

 

 

 

 

 

 

 

Alerte Fukushima:les producteurs agricoles prèts à vendre du lait douteux et de la viande irradiée

Une exploitation agricole à Fukushima. Notez le masque et les précautions des employés.
Une exploitation agricole à Fukushima.
Notez le masque et les précautions des employés.

 

 

 

les producteurs laitiers qui ont dû suspendre leurs activitées qui suit affaires  l’accident nucléaire de 2011 à la centrale électrique de Tokyo Electric Power Co. Fukushima  Centrale n ° 1  pour relancer les livraisons de lait, dès cette année, avec une nouvelle batterie de stock à grande échelle réalisée dans la ville de Fukushima.

Entièrement prise en charge par le gouvernement et l’association coopérative laitière préfectorale, la ferme stock avec 580 vaches, devrait devenir une tête de pont pour la reconstruction de l’industrie laitière de la préfecture, durement touchées par les fermetures d’entreprises et de rumeurs liés aux rayonnements.

La ferme est exploitée par une société établie conjointement par cinq producteurs laitiers de Minamisoma, Namie et Iitate. Kazumasa Tanaka, 44 ans, à Iitate, a été nommé président de la société.

La compagnie vise à produire 5 000 tonnes de lait cru par an sous un système de contrôle informatisé à la ferme (8,9 hectares) .

« J’ai choisi de le faire en raison d’un sens des responsabilités pour la reconstruction de l’industrie laitière à Fukushima, » a déclaré Tanaka lors d’une cérémonie d’achèvement. « Ce sera la chose la plus heureuse pour encourager les pairs de notre  ferme sur un chemin de croissance économique. »

Suite à la triple crise à la centrale nucléaire déclenchée par le séisme et le tsunami en mars 2011, 76 producteurs laitiers ont dû évacuer et suspendre leurs opérations. Parmi eux, seuls 13 agriculteurs ont relancé leurs entreprises.

Dans la préfecture, la production annuelle de lait cru reste atone au environ 80 000 tonnes, en baisse de 20 % par rapport d’avant la catastrophe.

La nouvelle ferme de stock a été développée et est administrée par la préfectorale laiterie coopérative, qui est subventionnée par les gouvernements centraux et préfectoraux.


vaches

LA PEUR D’UNE CONTAMINATION DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE PAR LA RADIOACTIVITÉ DE LA CENTRALE DE FUKUSHIMA S’EST ENCORE ACCRUE MERCREDI,7 octobre 2015 , AU JAPON APRÈS L’ANNONCE QUE DU BOEUF CONTAMINÉ AVAIT ÉTÉ DISTRIBUÉ ET CONSOMMÉ DANS L’ARCHIPEL.

Onze boeufs élevés dans une ferme de Minamisoma (nord-est), située juste à l’extérieur de la zone d’exclusion de 20 kilomètres autour de la centrale accidentée, ont été testés positifs au césium radioactif, à des niveaux trois à six fois supérieurs à la limite légale.

La viande de six autres boeufs issus de la même exploitation avait été distribuée en mai et juin dans le pays et a, semble-t-il, en grande partie déjà été consommée.

Une quantité de 1.438 kilogrammes a été livrée à des magasins et des restaurants de 12 préfectures, dont Tokyo et Osaka, a indiqué mercredi un responsable de la capitale.

Un taux de césium radioactif de 3.200 becquerels par kilogramme — contre une limite autorisée de 500 becquerels – a été détecté lors d’un test effectué sur de la viande d’une des onze bêtes dans une usine de transformation alimentaire à Tokyo. De précédentes analyses, externes, réalisées sur les animaux à la ferme n’avaient pas révélé de problèmes de radiations, selon des responsables.

Le gouvernement a tenu à rassurer le public sur les risques pour la santé, en précisant qu’il faudrait manger de la viande contaminée chaque jour pendant un an pour subir un quelconque impact.

Des responsables de la préfecture de Fukushima ont déclaré que le fermier avait affirmé dans un questionnaire que les vaches n’avaient pas été alimentées avec du foin contaminé, mais les tests ont depuis révélé des taux de césium radioactif 56 fois supérieurs à la limite légale, a indiqué l’agence de presse Kyodo.

L’éleveur a finalement reconnu que son foin avait été laissé à l’air libre et exposé aux retombées radioactives lors de l’accident nucléaire provoqué par un tsunami de 14 mètres le 11 mars.

Afin de répondre aux craintes de la population, le ministère de l’Agriculture envisage désormais d’analyser l’herbe consommée par les boeufs et les vaches laitières, a rapporté le journal Yomiuri, citant des sources ministérielles.

Alerte Fukushima : le combustible fondu des réacteurs a disparu!

Fukushima  top radiation 002

 

Ça continue, et ce n’est pas prêt de s’arrêter… Des scientifiques vont se servir des rayons cosmiques pour localiser le combustible fondu des 3 réacteurs.

Et oui, vous le lisez bien, on ne sait pas où est le corium ! Tout est sous contrôle, dormez braves gens !

 

 

 

TOKYO, 23 janvier 2014 (AFP) – Des chercheurs japonais ont présenté jeudi un moyen scientifique de localiser du combustible nucléaire en observant le comportement des rayons cosmiques, une technologie qui pourrait aider à situer l’emplacement du combustible fondu de trois réacteurs de la centrale accidentée de Fukushima.

Les rayons cosmiques sont des flux de particules provenant directement de l’espace.

Les chercheurs du laboratoire KEK, de l’Université de Tsukuba et d’un établissement universitaire de Tokyo, se sont intéressés aux particules de haute énergie et charge négative appelées muons.

Lesdits muons, des cousins des électrons, ne sont pas faciles à arrêter, ils traversent librement de nombreux matériaux, au point d’ailleurs de gêner parfois des expériences scientifiques.

Pourtant, ils peuvent être absorbés par des substances à haute densité comme le combustible nucléaire.

 

C’est cette propriété que les chercheurs ont utilisée en mesurant les flots de muons depuis trois endroits à l’extérieur d’un réacteur nucléaire à l’arrêt, Tokaimura 2, dans la préfecture d’Ibaraki, au nord de Tokyo. La surveillance a été continue de février 2012 à décembre 2013.

Ils ont ainsi traqué où les muons ont été bloqués pour produire une image de la présence du combustible nucléaire dans le réacteur, a expliqué à l’AFP un des chercheurs du KEK, Fumihiko Takasaki.

Selon lui, cette technologie pourrait aider la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) à situer l’emplacement de corium (matériau constitué des éléments fondus du coeur de réacteurs nucléaires) dans le complexe atomique Fukushima Daiichi ravagé par le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est de l’archipel.

M. Takasaki indique en outre qu’une observation durant moins de deux mois depuis cinq emplacements à la centrale de Fukushima permettrait d’y situer le combustible nucléaire.

Nul pour le moment ne sait en effet où s’est enfoncée cette matière des coeurs fondus, si elle est encore dans l’enceinte en béton de chacun des trois réacteurs incriminés, comme l’estime Tepco, ou si elle l’a déjà traversée, comme le craignent certains experts.

Or, il est essentiel de pouvoir localiser ce corium pour tenter de le récupérer, ce qui constituera l’opération la plus délicate et la plus longue du processus de démantèlement engagé.

Selon les prévisions actuelles, il faudra entre 20 et 30 ans uniquement pour procéder à cette extraction qui, dans le meilleur des cas, ne pourra pas débuter avant 2020.

Un organisme de recherche dédié, l’Irid, a d’ailleurs lancé fin 2013 un appel international à idées pour des techniques de mesure et retrait du corium.

 

 

Source : http://www.tahiti-infos.com

21/01/2014…Japon: Fukushima, nouvelle fuite inquiétante découverte au cœur du réacteur 3

Fukushima-water-leak-e1390156906772

 

 

Le gestionnaire de la centrale nucléaire de Fukushima admet que l’eau contaminée découverte ce week-end pourrait provenir de l’enceinte de confinement du réacteur 3, où se trouve le combustible partiellement fondu.

Au cours du week-end, des ingénieurs de la centrale de Fukushima, qui faisaient progresser un robot télécommandé au rez-de-chaussée du réacteur numéro 3, avaient filmé, avec leur machine, une importante fuite d’eau et, ensuite, découvert que ce liquide était plus contaminé que celui que Tepco injecte au quotidien dans les tranches pour en assurer le refroidissement. 

Hier soir, l’électricien, qui tente maintenant de définir l’origine de ces fuites, a admis que l’eau pourrait provenir de l’enceinte de confinement du réacteur, où se trouve le combustible partiellement fondu.

Si cette hypothèse, que semblent valider nombre d’experts étrangers, était avérée, elle compliquerait encore grandement le travail de démantèlement de Tepco, qui peine déjà à gérer les masses d’eau contaminée accumulées dans les sous-sols de sa centrale.

Le groupe s’est pour l’instant concentré sur le démantèlement du réacteur numéro 4 qui n’était pas «chargé» en combustible au moment de la catastrophe de mars 2011. Il est actuellement occupé à vider la piscine de refroidissement de cette unité, où des centaines d’assemblages de combustible sont stockés.


Il prévoit ensuite de travailler, probablement dans plusieurs années, sur les tranches 1 et 3, où la situation est beaucoup plus critique et où l’environnement est beaucoup plus radioactif. Avant de tenter de retirer le combustible fondu, le groupe prévoit de submerger totalement les cuves mais il devra d’abord réparer d’éventuelles fissures. 

Source: Nature Alerte

 

 

 

 

 

 

 

Alerte Fukushima: tous les thons rouges pêchés en Californie sont radioactifs

Tous les thons rouges  capturés dans la Californie sont radioactifs :

Une alerte vient d'être lancée
Une alerte vient d’être lancée aux USA.

Chaque thon rouge testé dans les eaux au large de la Californie a montré  des signes sérieux de  contamination  par le rayonnement qui provient de Fukushima .

Il y a plus d’un an et demi , en mai 2012, le Wall Street Journal a rapporté une étude de l’Université de Stanford . Daniel Madigan , un écologiste marin qui a dirigé l’étude , a  affirmé:   » Le thon  emmagasine le maximum de radiations  ( le rayonnement ) et l’apporte  à travers le plus grand océan du monde . Nous étions vraiment surpris de voir  cela dans son ensemble  et encore plus surpris de voir  le taux mesuré dans chacun des poissons   » .

Un autre membre du groupe d’étude , le biologiste marin Nicholas Fisher de l’Université Stony Brook , dans l’État de New York a déclaré ,  » Nous avons constaté qu’ absolument chacun  d’eux avait des concentrations comparables de césium 134 et le césium 137 . « 

C’était il y a plus d’un an . Les poissons qui ont été testés avait relativement peu d’exposition aux déchets radioactifs déversés dans l’océan suite à la fusion nucléaire  survenue à la centrale de Fukushima Daiichi, en Mars 2011. Depuis ce temps , le flux de contaminants radioactifs   rejetés (dumping ) dans l’océan s’est poursuivi sans relâche . Les poissons qui arrivent à ce stade vont  nager dans  des contaminants pour toute leur vie .

Lorsque le contact avec le césium radioactif se produit , ce qui est très peu probable , une personne peut éprouver des lésions cellulaires dues à un rayonnement des particules de césium . Pour cette raison, des effets tels que des nausées, des vomissements, la diarrhée et les saignements peuvent se produire. Lorsque l’exposition dure longtemps , les gens peuvent même perdre conscience. Le coma ou même la mort peuvent alors suivre. La gravité des effets dépend de la résistance des individus et la durée d’exposition et la concentration qu’une personne est exposée  .

Si vous voulez partager cet article , alors probablement quelques personnes de plus seront alerté de ce péril et seront sauvé.

PENDANT CE TEMPS AU JAPON,LE POISSON EST MAUDIT

Le marché du poisson au Japon,condamné à mort.
Le marché du poisson au Japon,condamné à mort.

L’accident dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, qui a fait suite au tremblement de terre et au tsunami qui lui a fait suite il y a deux ans, a eu une conséquence catastrophique sur l’intérêt que le monde entier porte à la cuisine de ce pays. Par peur de suites d’une éventuelle contamination radioactive, beaucoup de consommateurs se sont détournés de leur plaisir de consommer la cuisine japonaise. En Corée du Sud, toute importation de poisson et de produits de la mer provenant du Japon a été interdite. Cela a eu des conséquences graves, car le poisson n’est pas seulement un élément essentiel de l’art culinaire japonais, mais il représente aussi un des plus importants secteurs d’exportation du pays.

Jusqu’à la catastrophe de la centrale nucléaire, le Japon gérait une des plus importantes flottes de pêche au monde. Le pays représentait, selon les estimations du magazine Forbes, environ 15% de la pêche mondiale. Ce secteur a été fortement menacé par la catastrophe, même si, selon les observateurs, on note une timide reprise au vu de certains indicateurs. Etant donné que les consommateurs ont largement réfrené leur enthousiasme pour la cuisine japonaise par peur de la radioactivité, les pêcheurs sont obligés de vendre à perte une grande partie de leurs prises.

Yamashike Yosuke, professeur d’ingénierie de l’environnement à l’Université de Kyoto, fait remarquer que dans les environs de la centrale touchée par l’accident, on peut enregistrer sur le fond de la mer une importante contamination, avec une forte concentration en césium radioactif. Cette contamination est en grande partie due à la fuite de l’eau destinée au refroidissement du système hydraulique de la centrale. On a craint que cette radioactivité ne continue à se répandre dans l’Océan Pacifique. Il est possible que 5 préfectures soient touchées par la contamination. Ce facteur menace de nombreuses entreprises de pêche, qui capturent environ 40.000 tonnes de poisson par an.

Les compagnies de pêche de la préfecture de Fukushima sont donc maintenant obligées de contrôler l’éventuelle contamination de leurs prises. « Lors de chaque pêche, un échantillon est prélevé à des fins de tests », déclare un porte-parole du secteur. « Même la plus petite indication d’une possible irradiation est suffisante pour rejeter toute la pêche et la détruire. Mais jusqu’à présent, on n’a encore constaté aucune contamination. Le poisson japonais est sûr ». Il semble cependant difficile de convaincre le public que le poisson japonais est tout à fait sain, malgré les efforts des autorités pour affirmer que le problème est sous contrôle.

Aleksey Yaroshevsky, éditeur du magazine Russia Today, dit au contraire avoir constaté que dans le port de Soma, à quelques kilomètres du site nucléaire, chaque pêche effectuée dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale est automatiquement détruite à cause du danger d’irradiation. « Selon l’économe Hirokai Kurasaki, les pêcheurs concernés sont dédommagés pour leurs pertes par Tepco, exploitant de la centrale », ajoute-t-il. « Les pêcheurs ne sont donc pas tentés de faire de la publicité quant au problème. Certaines quantités de poisson seraient d’ailleurs proposées à la vente dans de petits magasins », pense Kurasaki.

✔ En juin 2012, la National Academy of Sciences a publié un rapport choquant qui révélait que des thons rouges avaient amenés des éléments radioactifs en Californie.

✔ Déjà en 2012, le Vancouver Sun rapportait que du césium-137, un isotope radioactif instable de césium, avait été retrouvé dans un pourcentage important du poisson que le Japon vend au Canada : dans 73% des maquereaux, 93% des thons et 92% des sardines. (Entre-temps, l’article a disparu du journal).

Alerte Fukushima: les travailleurs doivent utiliser du ruban adhésif pour colmater les fuites

Les barres d’armature n’étaient même pas utilisé pour renforcer les fondations de béton sous les réservoirs d’eau, dit un  travailleur de la Centrale.

 

Un travailleur japonais qui a passé six mois à la centrale nucléaire de Fukushima dit qu’il n’est pas surpris par les dernières fuites radioactives de la centrale en raison de sa construction et de réparation de mauvaise qualité, y compris l’utilisation de ruban adhésif pour « fixer » les principaux équipements.

"Adhésif blanc bande» aurait été utilisé pour couvrir l'eau radioactive assis dans des réservoirs.  Crédit: Politas via Wiki

 

Yoshitatsu Uechi, 48, a dit  au  journal Asahi Shimbun que lui et ses collègues étaient sous une telle pression intense pour effectuer les réparations le plus rapidement possible sur le  plant dévasté  de la centrale que le ruban adhésif a été utilisé pour l’équipement essentiel « de réparation » et qu’ils ont même négligé d’appliquer un inhibiteur de rouille sur les réservoirs d’eau radioactives.

«Je ne pouvais pas croire que ce travail bâclé était fait ainsi , » at-il dit. « Même si cela  faisait partie des mesures palliatives. »

De retour en octobre 2012,  un autre travailleur Uechi  avait grimpé au sommet d’un réservoir de stockage contenant de l’eau radioactive, afin de verrouiller un couvercle en acier en se tenant  debout  sur son couvercle.

Quand ils ont atteint le sommet, il a remarqué que l’ouverture, de un pied de diamètre, a été seulement couvert avec du ruban adhésif blanc et que le niveau de l’eau était à moins de deux pieds du dessous de l’ouverture.

Il a été  découvert que  seulement quatre boulons étaient fixés  pour attacher le couvercle, même si il y avait huit trous de boulons, au total.

Uechi a également révélé des techniques de réduction des coûts utilisées pendant la construction de l’usine, comme la décision d’utiliser un filet métallique pour renforcer la fondation en béton dans les réservoirs d’eau ,à la place de  barres d’armature beaucoup plus fortes  et plus couramment utilisées à cet effet.

En outre, des feuilles imperméables ont été placés sur les articulations à l’intérieur des réservoirs au lieu de joint  d’étanchéité, ce qui aurait été beaucoup plus efficace pour arrêter les fuites d’eau irradiée.

Les expériences  vécues par  Uechi ajoutées  à la preuve déjà exhaustive des dangers à la sécurité , suggèrent que la catastrophe nucléaire est bien plus mortelle que ce que la Tokyo Electric Power Company et le gouvernement japonais le laissent entendre.

Comme nous le voyons aujourd’hui, la neige dans le Missouri a le double de la quantité normale de rayonnement et un compteur Geiger a montré cinq fois le niveau de sécurité de rayonnement sur ​​une plage près de San Francisco.

Les représentants du gouvernement américain , cependant, ont rejeté la possibilité que l’augmentation importante du rayonnement soit  lié à la catastrophe de Fukushima.

Mais comme nous avons  pu le voir  la semaine dernière, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux a commandé 14 millions de doses d’iodure de potassium, qui protègent l’organisme contre l’empoisonnement par radiation .

Les responsables japonais ont même admis que les niveaux de radiation autour de la centrale ont été18 fois plus élevé que ce qu’ils avaient précédemment rapporté .

(Sources : La Voix de la Russie )

 

L’héritage mortel du nucléaire en Polynésie Française

 

Test nucléaire ouvert en 1971...Remarquez la puissance de l'explosion!
Test nucléaire ouvert en 1971…Remarquez la puissance de l’explosion!

Polynésie : l’épée de Damoclès du nucléaire

Officiellement, la France a stoppé son programme d’essais nucléaires depuis 1998, quelques années seulement après la ratification du TICEN (Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, 1996). Même si l’arrêt de ce programme est une chose positive, les conséquences de ces tests sur l’environnement ont été manifestement sous-estimés. En outre, et comme le soulignera un élu polynésien, personne n’a trouvé utile d’interroger la population locale sur sa volonté d’accueillir ces essais nucléaires.

Sous l’égide du général de Gaulle, la Polynésie avait été désignée comme le terrain de prédilection idéal pour ces batteries de tests. Il faut dire que la Polynésie réunissait deux atouts de taille pour ces expérimentations : le territoire était étendu, peu peuplé, et il était situé suffisamment loin de la métropole.

Une sécurité militaire  accrue a été développée afin de tout tenir sous surveillance.
Une sécurité militaire accrue a été développée afin de tout tenir sous surveillance.

Sur décision gouvernementale, les atolls de Mururoa et Fangataufa devinrent des zones militaires,alors que la France se tarque d’être une nation  démocratique et respectueuse des droits des peuples. Les retombées économiques ne se firent pas attendre pour la Polynésie (besoin de main d’oeuvre, essor du commerce maritime et routier) au nez et à la barbe des nationalistes indépendantistes qui ne voyaient pas d’un bon œil les chamboulements que cela allait entrainer dans la société traditionnelle polynésienne. Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de ces complexes militaires, si ce n’est que quelques vestiges vieillissants dont certains sont démantelés pour calmer la colère des populations locales.

Une écologie durement frappée...des risques fort élevés de mutations.
Une écologie durement frappée…des risques fort élevés de mutations.

En tout, ce sont pas moins de 193 tirs nucléaires qui ont été effectués dans l’archipel polynésien. A l’époque, les scientifiques ont apparemment mal jugé les trajectoires du vent après certains de ces fameux essais, et des nuages radioactifs se seraient ainsi déplacés d’îles en îles.

Depuis la fin de ce programme, l’armée française mène un autre chantier, celui de la réhabilitation des sites concernés. Cette tâche est immense, mais comme le dira le colonel Baillat, il s’agit de « tourner la page » définitivement sur cet épisode de l’histoire de France,un épisode peux glorieux. Ces efforts suffiront-ils ?

Si l’on en croit Patrick Bouisset (laboratoire d’étude et de suivi de l’environnement), les écosystèmes polynésiens n’ont pas souffert et les traces de radioactivité ont disparu… Si l’on écoute également les propos de hauts gradés de l’armée françaises, les mesures régulières effectuées au niveau des sols polynésiens n’ont rien révélé de particulièrement inquiétant.

Mururroa capteur_geomecanique
Malgré ces propos rassurants, la population locale continue de se méfier. A-t-elle raison ? 570 tonnes de déchets contaminés sommeillent encore au fond des lagons polynésiens. Un document du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) pointe du doigt les risques de tsunamis qui ne sont de lointaines conséquences de ces essais militaires, les sous-sols étant ébranlés.

Un  bunker d'observation .
Un bunker d’observation .

Les autochtones apprennent donc à vivre avec cette épée de Damoclès d’un tsunami dévastateur au dessus de leurs têtes. Certains, amers, parlent d’expatriations. D’autres ont décidé de rester sur les terres de leurs ancêtres coûte que coûte. A titre exceptionnel, des journalistes  ont obtenu une autorisation spéciale du ministère de la défense pour visiter l’atoll du « grand secret » (atoll de Mururoa).

Sans commentaire.
Sans commentaire.

Sur cet atoll, l’on constatera les effets directs et indirects de ces essais nucléaires. Pour faire bonne mine, un poste de surveillance radiologique et géomécanique permanent (‘Telsit’) a été installé sur place mais plusieurs de ses organes sont défaillants, souvent par manque d’entretien (une dégradation des installations qui saute aux yeux). Mais le paramètre le plus négligé d’entre tous reste sans doute la destination du plutonium présent dans les sédiments de l’atoll. (Que deviendrait ce plutonium en cas de catastrophe ?). Le secret défense n’est pas encore levé non plus sur bon nombre d’informations confidentielles concernant ces essais, des informations qui pourraient pourtant s’avérer capitales, autant pour la santé des écosystèmes que pour celle des habitants. 

De nombreux exercises militaires ont eu lieu sur Mururoa,sans  tenir compte des coûts élevés à fare payer aux payeurs de taxes.Même le Concorde  a été utilisé pour des exercise de crash d'avion.Bref,rien de trop beaux,rien de trop coûteux pour la "Classe Militaire".Continuez de payer,bandes de caves (ils ont du se dire entre eux).
De nombreux exercises militaires ont eu lieu sur Mururoa,sans tenir compte des coûts élevés à fare payer aux payeurs de taxes.Même le Concorde a été utilisé pour des exercise de crash d’avion.Bref,rien de trop beaux,rien de trop coûteux pour la « Classe Militaire ».Continuez de payer,bandes de caves (ils ont du se dire entre eux).

DES COÛTS FARAMINEUX

L’atoll de Mururoa, dans l’archipel des Tuamotu, où la France a procédé entre 1966 et 1996 à 179 expérimentations nucléaires, dont 127 souterraines (photo AFP de 1971), va faire l’objet d’une modernisation complète de ses infrastructures de surveillance. A Fangataufa ont lieu 24 tests.

Selon le délégué à la sûreté nucléaire, Bernard Dupraz, ces travaux qui dureront quatre ans et sont estimés à près de 50 millions d’euros (la facture sera payée par le ministère de la Défense). Quelque 200 personnes pourraient être alors déployées sur le site. Des appels d’offres sont annoncés pour janvier 2014.

L’atoll, où une partie des installations datant du Centre d’expérimentations du Pacifique (CEP) ont été détruites et rasées après le dernier essai, en 1996, abrite toujours une piste d’aviation et une trentaine de militaires en charge de la sécurité de ce périmètre. Mururoa reste un espace militaire interdit.

L’atoll fait l’objet d’une surveillance permanente via le système Telsite, mais ce système est vieillissant et il va donc être totalement modernisé entre 2014 et 2018. La surveillance est d’abord radiologique mais aussi géo-mécanique car les expérimentations nucléaires souterraines ont en effet provoqué des fissures dans le substrat corallien formant la couronne de l’atoll.

Durant les quatre années de travaux visant à rénover complètement les installations de surveillance de Mururoa, l’actuel système Telsite continuera d’effectuer normalement son travail de surveillance.

UNE INDEMNISATION AU COMPTE-GOUTTES

Localisation des tests nucléaires sur l'Atoll...un peu tassés!
Localisation des tests nucléaires sur l’Atoll:chaque endroit de test reçoit un nom de femme !…un peu tassés!
10 millions d’euros par an sont prévus pour indemniser les victimes des 210 essais nucléaires français de 1960 à 1996. «Environ 150.000 travailleurs civils et militaires sont théoriquement concernés», précise le ministre de la Défense, Hervé Morin.

Le ministre de la Défense Hervé Morin dévoile aujourd’hui un projet de loi d’indemnisation des victimes des 210 essais nucléaires menés par la France de 1960 à 1996 dans le Sahara et en Polynésie, texte très attendu des associations de vétérans.
L’objectif est de déposer ce texte sur le bureau du Parlement d’ici à la fin du premier semestre, 10 millions d’euros de provision annuelle étant prévus dans un premier temps, précise-t-on au ministère de la Défense.
«Environ 150.000 travailleurs civils et militaires sont théoriquement concernés, sans compter les populations qui vivaient au Sahara et en Polynésie à l’époque des essais», a précisé le ministre dans un entretien publié sur le site Internet du «Figaro».
Il s’agira donc de civils et militaires, employés par la défense ou par des entreprises comme le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ou leurs sous-traitants, mais aussi des populations algériennes ou polynésiennes présentes à proximité.
Les essais avaient mobilisé 150.000 travailleurs, dont près de 20.000 au Sahara et les autres en Polynésie. Quant aux populations polynésiennes, elles représentaient 2.000 personnes dont 600 enfants de moins de 15 ans.
Pour toutes les victimes, qui relevaient jusqu’à présent de régimes divers, les décrets d’application fixeront une liste de 18 maladies (leucémie, cancers du sein, de la thyroïde…).
La liste sera calquée sur celle établie par un organisme de l’ONU, le Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCAER). Elle pourra toutefois être étendue au gré de l’évolution des connaissances médicales, précise-t-on de même source.
De la même manière, les zones géographiques seront très précisément déterminées par décret, la loi prévoyant les périodes concernées, qui s’étendront jusqu’au démantèlement des installations d’essais.
Les dossiers d’indemnisation seront confiés à un comité de neuf membres, principalement des médecins, présidé soit par un conseiller soit d’Etat soit de la cour de cassation, le ministre de la Défense ayant le dernier mot.
Les indemnités, dont le montant sera laissé à l’appréciation de ce comité qui disposera de six mois pour émettre une proposition, seront versées sous forme de capital, ajoute-t-on au ministère de la Défense. De la même manière, aucun seuil d’exposition aux radiations ne sera fixé.
La création d’une commission nationale de suivi, réclamée par les associations de vétérans, n’a en revanche pas été retenu, indique-t-on encore.
Le ministère de la Défense reconnaît plusieurs incidents dont quatre lors d’essais conduits dans des galeries au Sahara qui n’ont pas été totalement confinés, en particulier le 1er mai 1962 lorsque des retombées radioactives importantes ont été relevées dans une bande de plus de 150 km.
En Polynésie, indique-t-on de même source, sur les 41 essais aériens, une dizaines de retombées radioactives ont été notées sur les atolls environnants dont 6 ont eu un impact radiologique.

VOICI UN TÉMOIGNAGE D’UN ANCIEN MILITAIRE FRANÇAIS :
Bonjour,
J’ai pris le temps il y a quelques mois de lire un résumé (334 pages)du rapport d’experts sur les risques encourus, par les vétérans du nucléaire.
N’oublions pas cependant que les populations civiles et les travailleurs Polynésiens étaient eux aussi exposées aux effets des expérimentations nucléaires.
Nombres d’entre nous ne sont plus de ce monde pour voir enfin se profiler un début de reconnaissance.
C’est un bien? Je ne sais pas!! Car l’argent, même s’il va aider nombre d’entre eux, ne fera pas revenir les morts et ne guériras pas les maladies incurable liées à des effets que même les scientifiques, sont incapables de définir. 
Nous avons tous passés des moments agréables et inoubliables, sur ces atolls.
Pour ma part j’y serais allé, même en connaissant les risques.
Ah oui, j’oubliais de dire, le résultat de mon analyse concernant ce rapport: il n’y avait aucun risque majeur avec les connaissances de l’époque…………..
Donc la France possède des bombes H et des bombes A très propres????
Amicalement
Francis
……………………………………………………………….
AUTRE TÉMOIGNAGE ÉLOQUENT D’UN ANCIEN MILITAIRE  FRANÇAIS:
Bonjour,

de toute manière, nous étions fatalistes. 

Je ne sais si la Légion a travaillé dans la région de Reggane en Algérie où ont été effectués 17 essais nucléaires (4 en atmosphère et 13 souterrains) mais en Polynésie, nous allions comme toujours là où on nous envoyait.

Le fait d’être à Mururoa ou Fangataufa n’enchantait personne car nous étions perdus au milieu du Pacifique après avoir goûté aux douces et folles nuits à Tahiti dont nous étions éloignés de 1.200 kms !!!

C’était des bases militaires, donc pas de village tahitien comme à Hao. Les seuls civils étaient le personnel du CEA – Commissariat à l’Energie Atomique, les entreprises civiles qui bossaient pour le CEP – Centre d’Expérimentations du Pacifique – et les tahitiens qui travaillaient avec le régiment. A Mururoa, 3.000 hommes et 4 femmes mieux gardées que la bombe.

Je n’ai pas connu les tirs en atmosphère qui se sont achevés en 1974, puisque j’ai été affecté au 5° RMP / Papeete en septembre 1975 et à Mururoa début janvier 1976.

J’ai donc connu les campagnes de tirs souterrains jusqu’à novembre 1977 qui allaient de la petite secousse qu’on sentait à peine à tout l’atoll qui bougeait comme en 1976 où la secousse a duré 43 secondes.

Seule protection, un masque à gaz ! Pas de dosimètre ! Les plate-formes surélevées que j’ai vu depuis n’existaient pas alors pour éviter les mini raz-de-marées provoqués par l’explosion.

Après le tir, j’étais allé à une conférence du CEA pour les officiers et les sous-officiers du régiment où on nous avait montré des croquis, projeté des films et répondu à nos questions.

Aucun risque nous avait-on dit et quand bien même une fissure se serait produite, on tirait quand il y avait du vent de manière à ce que l’éventuel nuage radioactif parte ailleurs.

Je crois que c’est pour cela que la Nouvelle-Zélande et l’Australie râlaient à l’époque car si ça c’était produit, c’est eux qui ramassaient !!!

Enfin, n’étant pas des spécialistes, on faisait comme si tout allait bien ! Pas le choix, surtout quand on y était affecté pour deux ans.

On allait se balader le week-end vers l’endroit de l’atoll où avaient eu lieu les essais en atmosphère, on ramassait les coquillages, on mangeait même les langoustes et les poissons.

On a même entendu parler d’essais de la bombe à neutrons. Vrai ou faux, on ne le saura sans doute jamais !

J’ai passé un petit examen avant de rentrer en Métropole. Pendant 20 minutes on m’a enfermé dans un coffre relié à plein d’appareils et on m’a dit que tout était ok.

Donc, bête et discipliné, j’ai écouté et cru ce que l’on m’a dit !!!

A ce jour je ne brille toujours pas la nuit mais ça ne veut rien dire !

Amicalement
Simon

source : Libération.fr
__________________
Situation du CEP et de Mururoa en particulier : il est à 1200 km de Tahiti , 4750 de la Nouvelle Zélande , 6600 de Lima (Pérou) , 6720 de Santiago (Chili) 6900 km de Sydney (Australie) , avec 2300 habitants
Situation du CEP et de Mururoa en particulier : il est à 1200 km de Tahiti , 4750 de la Nouvelle Zélande , 6600 de Lima (Pérou) , 6720 de Santiago (Chili) 6900 km de Sydney (Australie) , avec 2300 habitants

LES VICTIMES CIVILES DE POLYNÉSIE

Test nucléaire puissant en 1970.Remarquez  la proximité des gens à l'avant-plan
Test nucléaire puissant en 1970.Remarquez la proximité des gens à l’avant-plan

Agriculteur sur l’île de Tahaa, dans l’archipel des îles sous le vent en Polynésie française, Lucien Faara s’était exilé en 1968 sur l’atoll de Mururoa. Il espérait ytrouver des revenus plus stables que ceux que lui procurait son champ de taro. Pendant huit ans, il a travaillé comme manœuvre sur les sites où le centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) et le centre à l’énergie atomique (CEA) réalisaient les essais nucléaires.

En 2004, Lucien Faara est mort d’un cancer broncho-pulmonaire. Sa veuve demande, depuis 2005, que la maladie et le décès de son époux soient reconnus comme liés à la contamination radioactive. Elle espérait obtenir gain de cause auprès du comité d’indemnisation (Civen) créé par la loi sur la reconnaissance et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires de janvier 2010, dite loi Morin. En vain.

Le 29 mai, le tribunal administratif de Papeete se penchera sur son recours et celui de six anciens travailleurs et de leurs ayants droit contre la décision du Civen de rejeter leur demande d’indemnisation. Ce sera le troisième et dernier rendez-vous judiciaire sur cette question depuis le 21 mai au palais de justice de Papeete. Tribunal du travail et cour d’appel ont examiné les actions des anciens travailleurs contre le CEA, accusé de ne pas avoir pris les mesures de sécurité suffisantes pour éviter qu’ils soient contaminés.

« JE VEUX OUBLIER »

« Je veux oublier. Mais ça me fait mal au cœur quand je vois mes collègues partir », murmure Robert Voirin, ancien manœuvre à Mururoa. « On nous disait de nousmettre les mains sur les yeux et de tourner le dos au champignon », raconte-t-il. En 1998, il se plaint de ganglions aux jambes et les médecins diagnostiquent un lymphome.

Le 21 mai, le tribunal du travail a entendu les plaidoiries de son avocat sur l’expertise médicale ordonnée en juin 2009. Il rendra une décision le 16 juillet. « Je n’attends plus grand-chose, avoue M. Voirin. Je veux juste savoir si cette maladie risque d’être transmise à mes enfants. »

Le CEA a été condamné en première instance au civil pour le décès de Lucien Faara. Plaidant l’absence de lien entre la maladie et les essais, l’avocat du CEA, Me Franck Dremaux, a estimé devant la cour d’appel, le 24 mai, que « les essais, l’atome, le nucléaire militaire font peur, mais la polémique ne doit pas entrer dans la salle d’audience ». Il a demandé une expertise médicale.

La loi Morin devait, selon les termes de l’ancien ministre de la défenseéviter de telles « procédures judiciaires longues et aléatoires ». La déception est à la hauteur de l’espoir suscité par le texte, présenté comme un aveu de « la responsabilité de l’Etat dans les souffrances que supportent aujourd’hui ceux qui l’ont servi hier ».

TOUS LES CAS POLYNÉSIENS ÉCARTÉS

Sur les 720 dossiers, civils et militaires, reçus par le Civen, quatre ont obtenu une indemnisation, située entre 16 000 et 60 000 euros. Tous les cas polynésiens ont été écartés. « Ils attendent que l’on meurent les uns après les autres pour qu’il y ait moins de personnes à indemniser », lâche, désabusé, Robert Voirin« C’est une humiliation, » tonne Roland Oldham, de l’association de défense des anciens travailleurs Mururoa e Tatou.

 Le Civen justifie les rejets en considérant comme « négligeable » le risque que lespathologies soient imputables aux essais nucléaires. « La loi a été vidée de son sens. La méthode de calcul du Civen réintroduit une logique de seuils de radiation exclue par le législateur », condamne Me Cécile Labrunie, avocate des anciens militaires.

Les associations des anciens travailleurs souhaitent la refonte complète du dispositif et le gouvernement polynésien a demandé un rendez-vous au premier ministre, Jean-Marc Ayrault, pour évoquer ces demandes. Le délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires de Polynésie française, Bruno Barrillot, note que Christiane Taubira avait porté, en 2009, une proposition de loi sur ce sujet, tout comme l’avait fait, sept ans auparavant, Marie-Hélène Aubert, aujourd’hui conseillère de François Hollande.

On aime aussi rappeler, à Mururoa e Tatou, que la banderole de l’association est un cadeau du conseil municipal de la ville de Nantes dirigée par M. Ayrault. Toute la semaine, elle a été déployée, lors de chaque audience, devant le palais de justice de Papeete.

 

Christine Chaumeau ((Papeete, correspondante))