Nouvel Ordre Mondial:L’oncle Donald est «l’homme le plus dangereux du monde»

Ce mémoire époustouflant de la nièce du président révèle la dynamique tordue de la première famille américaine « gravement dysfonctionnelle ». [Le livre s’est vendu à 950 000 exemplaires le premier jour, établissant un record pour l’éditeur. – LD]

Comme l’Amérique, Trump prétend être unique, exceptionnel, une auto-création brillante. Ce livre de sanièce séparée démolit ce mythe. Les mémoires impitoyables de Mary Trump reprochent à leur famille de l’avoir créé: elle le voit comme sa mission patriotique de «faire tomber Donald», et elle le fait en montrant à quel point le self-made man ultime a toujours été dérivé et dépendant.
Trump a d’abord été financé par un père indulgent, qui l’a payé pour être un show-off oisif et a fièrement recueilli des rapports de tabloïds sales sur ses singeries; de nos jours, il est soutenu par des hommes plus durs et plus rusés tels que Vladimir Poutine et le sénateur Mitch McConnell, pour qui il est un pantin facilement manipulable.
Sleaze and greft, nous découvrons ici, sont le patrimoine génétique de Trump.
Son grand-père a fui l’Allemagne pour éviter le service militaire et a fait fortune dans des bordels au Canada.
Son père était un propriétaire qui se faisait passer pour un promoteur immobilier pour récolter des subventions gouvernementales pour des propriétés qui n’ont jamais été construites.
Voici une photo de Donald Trump en 1975 , 29 ans, avec son père à Brooklyn
La mère de Donald, née dans la misère en Écosse, est restée si modérément économe qu’elle s’habillait chaque semaine avec son étole de fourrure et conduisait sa Cadillac rose dans la banlieue de New York pour récupérer de la petite monnaie dans les buanderies à pièces des immeubles appartenant à la famille; ses tirelires étaient des boîtes de conserve vides qui contenaient autrefois du saindoux. Elle est restée émotionnellement absente, préoccupée par ses maux, tandis que son mari considérait leur progéniture mâle comme de simples  empreintes de lui-même, engendrés pour s’assurer que la famille gardait la main sur son butin.
Élevé dans un tel environnement, comment Donald Trump pourrait-il ne pas émerger comme «un petit homme mesquin et pathétique»? N’ayant jamais reçu d’affection, il se la donne dans des orgies de lissage et de vantardise; les partenaires de vie qu’il sélectionne en série semblent avoir été choisis dans un catalogue de vente par correspondance.
Sa première épouse, Ivana, est résumée par Mary comme «tout flash, arrogance et dépit», avec un «penchant pour le regifting» révélateur. Les cadeaux ritualisés d’Ivana sont décrits comme un exercice de mépris: un Noël, elle présente à la mère de Mary un luxueux sac à main contenant un Kleenex usagé.
Ivana Trump ,sa mère.
Melania est, pour Donald, un trophée, destiné à occuper une niche dans une vitrine. Présidant un repas de la fête des pères à Trump Tower, Melania ne prononce qu’un mot toute la soirée. Ce mot, exprimant au mieux une curiosité théorique sur le monde, est: «Vraiment?» 
Melania photographiée en 1996 , alors qu’elle faisait des séances photo nues pour Max Magazine, un magazine français pour les hommes affamés de sexe

 

Tout au long  du livre, l’oncle de Mary n’est pas le président Trump mais simplement Donald. Avec un manque de respect désinvolte, elle le prive même de l’article défini déployé par Ivana qui l’a toujours appelé «le Donald». Les diplômes professionnels de Mary en tant que psychologue [elle a un doctorat] lui permettent de cocher rapidement ce qu’elle appelle les «pathologies» de Donald, qui incluent le narcissisme, la sociopathie et les troubles d’apprentissage qui peuvent être dus à la douzaine de Coca light qu’il siphonne quotidiennement. Dans une condamnation finale surprenante, elle accuse que son «besoin lâche de « vengeance »» sur les opposants le rend, dans sa nonchalance à propos du coronavirus à New York, responsable de ce qu’elle appelle un «meurtre de masse».

L’érotomanie peut être ajoutée à la liste de ses vices.

Mary Trump,sa nièce


Une fois à la piscine de Mar-a-Lago, Donald a dégoûté Mary en mesurant ses seins: « Putain de merde, quels gros lolos » remarque-t-il en salivant. Ce méchant oncle est tout idiot, sans surmoi pour retenir les doigts qui démangent de tweeter, jouent avec un gros bouton nucléaire rouge, ou prêt à «attraper par la chatte» toute femelle qui passe à proximité .

Chaque fois que Donald tentait de gérer une entreprise réelle – une compagnie aérienne, un casino ou une université douteuse – le résultat était la faillite.

Les mensonges qu’il raconte compulsivement sont pour Mary un autre «mode d’auto-agrandissement», une couverture pour son inadéquation tremblante. Malheureusement stupide, il a même dû engager « une mère porteuse » pour passer les examens d’entrée à l’université « en son nom ».

Toute sa vie, il a «échoué vers le haut»; il compte sur le fait d’être «récompensé pour son mauvais comportement», ce qui s’est reproduit lorsque le Sénat a bloqué sa destitution.

Vu par Mary, il est un être humain sous-développé, qui est instantanément passé de la petite enfance pleurnicharde à la vieillesse louche, passant à côté de l’âge intermédiaire de la raison et de la responsabilité, dans lequel le reste d’entre nous passe le plus clair de son temps.



EN COMPLÉMENTAIRE
Sur la mort de la démocratie
par Lasha Darkmoon
Les Américains auront le président qu’ils méritent dans quatre mois, soit Biden avec ses nombreux défauts, soit Trump avec ses nombreux défauts.  
Bernard Shaw a un jour observé: «La démocratie est un dispositif qui garantit  que nous ne serons pas mieux gouvernés que nous le méritons.» C’est peut-être pour cela que nous avons Trump, car Trump est ce que l’Amérique mérite.
Pourquoi la «plus grande démocratie du monde» est incapable de trouver d’autres candidats à l’exception de ces deux charmeurs actuellement proposés, l’incorrigible Trump et l’abominable Biden, est une énigme qu’aucun n’a été capable de résoudre. Dans un pays comme l’Amérique, on n’a plus le droit de voter pour le «meilleur» candidat. On est obligé de choisir le moindre de deux maux. (En France aussi)
Platon  a manifestement beaucoup réfléchi à cette question. Et ce qu’il a dit, plus de 350 ans avant le Christ, a encore beaucoup de sens aujourd’hui. «Pour un État dans lequel la loi est respectée, la démocratie est la pire forme de gouvernement, mais si la loi n’est pas respectée, c’est la meilleure.»
Platon croyait que la meilleure forme de gouvernement était une aristocratie bénigne: «les Gardiens». En bref, une dictature d’oligarques éclairés, un petit groupe de vieillards sages qui n’avaient aucune envie de plumer leurs propres nids ou de promouvoir leurs propres intérêts.[1] Leur seul souci était de statuer avec équité et justice dans l’intérêt de la majorité. Les femmes et les imbéciles étaient censés faire ce qu’on leur disait et ne pas se mêler des affaires de l’État. Une sage décision, à mon humble avis, tout bien considéré.
Jamais une seule fois dans l’histoire, pour des raisons trop complexes à expliquer ici, il n’a été possible de réaliser cette utopie platonicienne. Le plus grand bonheur du plus grand nombre, le but politique de l’utilitarisme benthamite, s’est avéré irréalisable. Nous vivons dans un monde darwinien mangeur de chien dans lequel seuls les plus aptes survivent. L’État profond, par lequel nous sommes gouvernés aujourd’hui, incarne ce principe impitoyable. L’État profond n’est pas intéressé à rendre la vie facile pour les masses. Il s’agit uniquement d’une prédation réussie.
Nos dirigeants peuvent être décrits comme les agriculteurs populaires; et nous, le peuple, sommes leur bétail.
Pour passer aux choses sérieuses: qui remportera les élections de novembre, Trump ou Bidden? Contre toute attente, je prédis une victoire pour Trump. Les sondages d’opinion donnent à Biden une énorme avance: 50% contre 38% pour Trump . Cela n’a pas de sens. 
Parce que Trump, avec l’état profond derrière lui, trichera. 
Rappelez-vous que c’est l’homme qui s’est frayé un chemin à l’université en engageant quelqu’un d’autre pour passer ses examens d’entrée à sa place.
Trump remportera la victoire, je crois, selon le principe proposé si cyniquement par Staline«Ceux qui votent ne décident de rien. Ceux qui comptent les votes décident de tout. » [2]
La vidéo ci-dessous révèle aux Américains à quoi ressemble vraiment leur président. Je ne m’excuse pas de l’avoir téléchargée. Après tout, ce sont les propres mots de Trump.
Trump est le meilleur proposé, semble-t-il. Nous devons être reconnaissants d’avoir Trump à la barre, aussi épouvantable qu’il puisse paraître à première vue. Pensez simplement à quel point cela aurait été pire si, au lieu de Trump, nous avions eu Staline – ou Néron, Caligula, Ivan le Terrible ou Genghis Khan.
Les Américains auront Trump parce qu’il est ce qu’ils méritent . C’est un compliment, pas une insulte. Trump est un produit du Zeitgeist américain . Il pense comme l’Amérique, parle comme l’Amérique, mange comme l’Amérique, se pavane comme l’Amérique et, de toutes les manières, tient le miroir de l’Amérique. Il est l’Amérique personnifiée. 

Anarchie politique américaine:Donald Trump espère éviter le «shutdown» qui approche

Le président américain a reçu des sénateurs démocrates à la Maison Blanche vendredi, quelques heures avant l’ultimatum.

Le président américain Donald Trump s’est montré optimiste vendredi sur un accord pour le financement de l’Etat fédéral qui éviterait une fermeture partielle des administrations à partir de minuit, même si les espoirs restaient minces à quelques heures de l’échéance.

A la veille du premier anniversaire de son arrivée au pouvoir, l’issue de ce psychodrame récurrent de la politique américaine qui ternit l’image de la première puissance mondiale est entre les mains des sénateurs.

Ils doivent adopter avant minuit (05H00 GMT) une extension du budget pour quatre semaines, jusqu’au 16 février. Les républicains, majoritaires avec 51 sièges, ne peuvent se passer des démocrates car un minimum de 60 voix (sur 100) est nécessaire. A défaut, le pays vivra son premier «shutdown» depuis octobre 2013, synonyme de chômage technique sans paie pour plus de 850’000 fonctionnaires.

Des progrès

M. Trump a évoqué sur Twitter une «excellente réunion préliminaire» avec le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer, qu’il a rencontré dans l’après-midi à la Maison Blanche. «Nous faisons des progrès», a-t-il ajouté, affichant sa préférence pour une prolongation de quatre semaines.

 

Plus tôt, M. Schumer avait également évoqué «des progrès» mais aussi «de nombreux désaccords» entre les deux camps. Les parlementaires et la Maison Blanche devraient poursuivre leurs intenses tractations sur un texte de consensus jusqu’à minuit, et peut-être au-delà.

«Nous pouvons y arriver, nous sommes assez proches» d’une solution, a ajouté un autre sénateur démocrate, Tim Kaine. Il a toutefois estimé qu’un accord pourrait intervenir «dans les prochains jours», impliquant que le «shutdown» aurait bien lieu au moins pour le weekend.

Si le Sénat amende le texte, il devra retourner à la Chambre pour approbation «et cela prendrait du temps pour rassembler tout le monde», a expliqué Mick Mulvaney, le directeur du Budget. «Il y a de bonnes chances qu’il (le texte) soit approuvé» avant lundi matin, a-t-il ajouté. La Maison Blanche a annoncé que le président, qui devait rejoindre sa luxueuse résidence en Floride, resterait à Washington jusqu’au vote du texte.

Mais au-delà de cette mesure temporaire, la quatrième depuis septembre, la majorité républicaine souhaite adopter un budget 2018 définitif de plusieurs centaines de milliards de dollars qui dope notamment les dépenses militaires, une promesse de campagne de M. Trump qui estime les forces armées sous-équipées après plus de seize ans de guerre ininterrompue.

La Chambre des représentants a approuvé jeudi soir cette extension provisoire, qui finance également pour six ans le programme d’assurance santé destiné aux enfants pauvres (Chip), une demande des démocrates.

«Maintenant, on a besoin des démocrates pour que (la loi de financement) soit approuvée au Sénat, mais ils veulent l’immigration clandestine et des frontières faibles», avait tweeté dans la matinée Donald Trump, qui dresse depuis plusieurs jours le portrait d’un parti engagé dans une obstruction systématique et stérile.

Government Funding Bill past last night in the House of Representatives. Now Democrats are needed if it is to pass in the Senate – but they want illegal immigration and weak borders. Shutdown coming? We need more Republican victories in 2018!


Les démocrates veulent la régularisation de 690’000 jeunes arrivés clandestinement aux Etats-Unis quand ils étaient enfants. Ces «Dreamers» sont expulsables après l’abrogation du programme Daca datant de l’administration Obama qui leur offrait un statut de résident temporaire. Le président Trump a donné au Congrès jusqu’au 5 mars pour légiférer.

Qui paiera les dégâts ?

Pour le président républicain de la Chambre Paul Ryan, les sénateurs démocrates «prennent en otage» le financement fédéral. «Le peuple américain, en particulier les hommes et femmes en uniforme, méritent mieux qu’une fermeture du gouvernement», a-t-il tweeté.


The House has done its part to keep the government open and now Senate Democrats will have their choice. There will be a vote. Will they block government funding and children’s health care?

The American people, especially our men and women in uniform, deserve better than a government shutdown. Senate Democrats, do not block this funding bill. Keep the government open.


«Des gens vont mourir», a lancé le conseiller parlementaire de la Maison Blanche, Marc Short, blâmant des sénateurs démocrates «retranchés pour forcer une paralysie» alors que le texte sur les «Dreamers» n’est pas prêt.

L’équation est rendue encore plus difficile par les signaux parfois contradictoires envoyés par le président lui-même ces derniers jours. «Nous devons savoir où en est le président», a affirmé vendredi sur CNN le sénateur républicain John Kennedy. «Si nous parvenons à un accord, et je pense que ce sera le cas, je veux savoir s’il le signera».

Au-delà du budget, les parlementaires pensent aux élections de mi-mandat en novembre. Les démocrates estiment que les républicains qui ont tous les leviers du pouvoir –Maison Blanche, Chambre des représentants, Sénat– seront tenus pour responsables de la paralysie et paieront le prix fort. Les républicains espèrent se servir du «shutdown» pour punir les sénateurs démocrates qui brigueront un nouveau mandat dans dix Etats remportés par Donald Trump à la présidentielle.

Mais selon un sondage du Washington Post et d’ABC publié vendredi, 48% des Américains estiment que les républicains seraient responsables d’un éventuel blocage, contre 28% pour les démocrates.

 

 

Pédophilie, corruption, haute trahison, soutien au terrorisme : les activités occultes de la mafia Clinton

Voici un vidéo de TV Libertés  qui évoque les dernières révélations de Wikileaks sur Hillary Clinton, et notamment ses soirées pédophiles, dont aucun grand média ne s’est fait l’écho, à quelques jours de l’élection présidentielle américaine.

L'agent du Mossad israélien Jerry Epstein.
L’agent du Mossad israélien Jerry Epstein.

Corruption, tricheries, soutien au terrorisme, pédophilie, pratiques criminelles… Des informations qui forment pourtant de véritables scandales d’État mais restent étouffés par l’ensemble de la caste médiatique occidentale.

Nouvel Ordre Mondial:des morts mystérieuses dans l’entourage d’Hillary Clinton

Le 8 novembre 2016, les élections américaines vont se terminer avec le choix d’un nouveau président ou d’une nouvelle présidente. Comme tous les candidats précédents, Hillary Clinton et Donald Trump montrent au peuple un visage pacifique et promettent la paix mondiale. Cela n’a rien à voir avec la réalité, et le passé d’Hillary Clinton le montre clairement.

Dans l’entourage d’Hillary Clinton, on compte 6 cas récents de mort mystérieuse : John Ashe, Mike Flynn, Seth Rich, Joe Montano, Victor Thorn et Shawn Lucas.

 

Émission de la chaine suisse-allemande Klagemauer.tv du 18 octobre 2016.

Fraude électorale US:(Vidéo)Hillary Clinton a reçu en avance les questions posées lors des débats de la primaire

Nouveau rebondissement qui vient s’ajouter à la longue liste de casseroles que traîne Hillary Clinton !

En plus que de servir les Illuminati,elle sert aussi le CFR (Council of Foreign Relations) et elle est le choix du Groupe de Bilderberg. Hillary Clinton est l'ennemie No 1 du Peuple Américain.
En plus que de servir les Illuminati,elle sert aussi le CFR (Council of Foreign Relations) et elle est le choix du Groupe de Bilderberg.
Hillary Clinton est l’ennemie No 1 du Peuple Américain.

Coup de tonnerre sur le Nouvel Ordre Mondial : mise en accusation probable d’Hillary Clinton concernant les « indélicatesses » de la fondation Clinton

Mise en garde : public sensible s’abstenir!

En plus que de servir les Illuminati,elle sert aussi le CFR (Council of Foreign Relations) et elle est le choix du Groupe de Bilderberg. Hillary Clinton est l'ennemie No 1 du Peuple Américain.
En plus que de servir les Illuminati,elle sert aussi le CFR (Council of Foreign Relations) et elle est le choix du Groupe de Bilderberg.
Hillary Clinton est l’ennemie No 1 du Peuple Américain.

Oubliez (pour l’instant) l’enquête du FBI sur le scandale des emails, c’est celui de la corruption au sein de la fondation Clinton qui semble être assez solide pour envoyer Hillary Clinton directement à la case prison, sans passer par la case présidente.

Hillary Clinton va sans doute être déférée devant la justice. C’est ce que laissent entendre deux sources différentes venant du FBI, citées par Bret Baier.

La première information confirme que le FBI enquête depuis janvier dernier sur la fondation Clinton, soupçonnée de recel de corruption. Hillary Clinton, en janvier, avait qualifié cela de rumeur conspirationniste de la droite— nous venons d’avoir la confirmation que l’enquête existe bien et avance à grands pas sur la corruption qui a enrichi les Clinton de plus de 130 millions de dollars alors qu’ils étaient ruinés lorsque Bill a quitté la Maison-Blanche.

La seconde information nous dit que l’enquête sur la fondation est maintenant passée au statut « haute priorité » au sein du FBI.

Quelle que soit l’issue de l’élection, l’enquête poursuivra son cours, a déclaré l’une des sources, ajoutant que des agents du FBI entendent pousser l’affaire jusqu’à la mise en accusation de Clinton, malgré les pressions qu’ils subissent de la direction du FBI et du Département de la Justice.

Selon Catherine Herridge, correspondante de Fox News à Washington, qui fut la première journaliste à révéler qu’en janvier 2016 le FBI venait de lancer une enquête sur la fondation Clinton, les soupçons de corruption ont été récemment renforcés par des emails publiés par Wikileaks et d’autres emails, peut-être ceux découverts dans l’ordinateur de l’ex d’Huma Abedin Anthony Weiner. Conséquence de quoi, des témoins vont être entendus dans les semaines qui viennent sur des avantages reçus par des gros donateurs de la fondation alors que Clinton était Secrétaire d’Etat.

Catherine Herridge révèle également que selon trois sources qui ont gardé l’anonymat et sont des agents frondeurs du FBI qui veulent voir l’affaire sortir, l’ordinateur de l’avocate personnelle d’Hillary Clinton, Cheryl Mills, que l’on pensait avoir été détruit par le FBI en échange de son immunité dans l’affaire des emails, a été mis à la disposition des enquêteurs de la fondation, et que des documents précis ont été découverts dans l’ordinateur de Weiner.

L’organisation d’Hillary Clinton a fustigé la police fédérale américaine (FBI), affirmant que les récents courriels qu’examine le corps policier ne sont pas liés à la candidate démocrate. Pendant ce temps, parcourant l’ouest des États-Unis, le républicain Donald Trump a tenté de tirer avantage de cette dernière controverse. John Podesta, le directeur de campagne de Mme Clinton, a déclaré aux journalistes que la lettre du directeur du FBI James Comey au Congrès était «pleine d’insinuations», mais n’apportait «aucun fait concret». D’autres démocrates ont dénoncé que cette révélation pourrait déterminer de façon injuste le résultat de l’élection présidentielle du 8 novembre. M. Podesta a insisté pour dire qu’il n’y avait «aucune preuve d’actes répréhensibles» et que rien ne prouve encore que ces courriels concernent Hillary  Clinton.
L’organisation d’Hillary Clinton a fustigé la police fédérale américaine (FBI), affirmant que les récents courriels qu’examine le corps policier ne sont pas liés à la candidate démocrate. Pendant ce temps, parcourant l’ouest des États-Unis, le républicain Donald Trump a tenté de tirer avantage de cette dernière controverse.
John Podesta, le directeur de campagne de Mme Clinton, a déclaré aux journalistes que la lettre du directeur du FBI James Comey au Congrès était «pleine d’insinuations», mais n’apportait «aucun fait concret». D’autres démocrates ont dénoncé que cette révélation pourrait déterminer de façon injuste le résultat de l’élection présidentielle du 8 novembre.
M. Podesta a insisté pour dire qu’il n’y avait «aucune preuve d’actes répréhensibles» et que rien ne prouve encore que ces courriels concernent Hillary Clinton.

Des enregistrements secrets d’une personne soupçonnée de fraude avec la fondation Clinton

Des enregistrements secrets d’un suspect, qui évoque la corruption de la fondation Clinton, ont solidifié les soupçons de corruption des enquêteurs.

Les agents pensent avoir obtenu avec ces enregistrements assez de preuves pour poursuivre « agressivement »— c’est le terme employé par la source— l’enquête, laquelle a reçu l’aide involontaire d’un livre de Peter Schweizer, ancien consultant du Président George W. Bush, «  Clinton Cash*— ou comment les gouvernements étrangers ont enrichi Bill et Hillary Clinton », qui a été longuement interviewé par le FBI.

Le procureur du Département de la Justice a rejeté les enregistrements comme étant des « rumeurs sans valeur ». Les enquêteurs ont refusé de lâcher l’affaire.

L’UBS dans la tourmente

•En février 2009, le fisc américain réclamait à l’UBS les noms de 52 000 clients américains soupçonnés d’évasion fiscale.
•Hillary Clinton, qui venait d’être nommée Secrétaire d’Etat, fut convoquée en Suisse par le Département des Affaires fédérales, son équivalent.
•Le 19 août 2009, Hillary Clinton annonçait que l’UBS ne paierait aucune amende, et produirait uniquement la liste de 4 450 clients d’ici un an.
•A partir de là, les dons de l’UBS à la fondation Clinton « sont passés de moins de 60 000 dollars jusqu’en 2008, à un total de 665 000 dollars jusqu’à fin 2014 », rapporte le Wall Street Journal. La banque suisse a également accordé à la fondation un prêt de 30 millions de dollars, et a versé 1,5 million de dollars à Bill Clinton pour des « conférences privées ».

C’est peut-être ce dossier— mais il en existe d’autres où Hillary Clinton a arrangé des affaires ou avantagé des personnes qui ont ensuite fait de très très gros chèques à la fondation et à Bill Clinton pour des « conférences »— corroboré par les preuves jusque là manquantes et découvertes grâce à Wikileaks et l’ordinateur de Weiner, qui confortent les agents du FBI que Hillary Clinton va être mise en accusation.

La fronde au sein du FBI

Elle semble plus vieille sur cette photo prise en Ohio le 28 octobre 2016.
Elle semble plus vieille sur cette photo prise en Ohio le 28 octobre 2016.

De nombreux agents du FBI sont furieux, scandalisés, par la décision de leur patron James Comey, en juillet 2016, de ne pas recommander de poursuites pénales contre Hillary Clinton et son refus, malgré l’accumulation des preuves, de réclamer que Clinton soit présentée devant un grand jury.

Cette fronde et ce qui a été découvert dans l’ordinateur de l’ex-mari de Huma Abedin expliquent pourquoi Comey a décidé de rouvrir l’enquête contre le scandale des emails, mais au-delà, pourquoi il n’a pas été possible d’arrêter les enquêteurs dans l’enquête sur la fondation, et l’on sait maintenant que la ministre de la Justice américaine Loretta Lynch a tenté de la bloquer.

Dans un article publié tard hier, le Wall Street Journal livre les détails de la bataille qui oppose les agents du FBI rebelles qui veulent faire leur travail et conduire leur enquête, à leur direction qui leur a donné l’ordre de l’arrêter, et qui nourrit la fureur… et alimente les fuites.

Depuis février, rapporte le WSJ, les enquêteurs du FBI et les procureurs fédéraux en charge des affaires de corruption s’affrontent. Au centre de la frustration des premiers, le procureur des Etats-Unis de Brooklyn, Robert Capers, qui a été nommé par… Loretta Lynch (quel panier de crabes), et bloque l’enquête, aidé en cela par des hauts responsables du FBI, au prétexte que les preuves ne sont pas suffisantes, alors que les enquêteurs pensent le contraire.

Et plus les enquêteurs sont frustrés, plus les fuites parviennent aux médias…

Parmi les responsables du FBI accusés de bloquer l’enquête, le numéro 2 Andrew McCabe est en bonne place, sa femme ayant reçu 675 000 dollars d’un proche d’Hillary Clinton (quel panier de crabes bis).

Une autre figure importante de la machine Clinton a tenté de bloquer l’enquête. Fin 2015, le FBI a rencontré Leslie Caldwell à Washington, grande militante des droits des LGBT, engagée à l’extrême gauche contre le « grand capital », et directrice de la division criminelle du Département de la Justice nommée par Obama.

A propos de Leslie Caldwell – qui a tenté de bloquer l’enquête – l’ex-inspecteur général du Département d’Etat Howard Krongard l’avait prédit il y a longtemps. Il avait expliqué que même si le FBI référait Clinton au Département de la Justice pour des poursuites criminelles, « celles-ci ne déboucheraient jamais sur une mise en accusation » car :

« le dossier ne pourrait pas dépasser le barrage de quatre femmes démocrates loyales : la ministre Loretta Lynch, la conseillère principale de la Maison-Blanche Valerie Jarrett, Sally Yates, et l’assistante du procureur général Leslie Caldwell, directrice de la division criminelle ».

Il convient en outre de noter que ces femmes ont financièrement contribué à la campagne électorale d’Hillary Clinton (quel panier de crabes ter).

Après cette réunion, rapporte le WSJ, les enquêteurs ont reçu l’ordre de « laisser tomber » leur enquête sur la corruption à la fondation Clinton.

Mais au sein du FBI, les enquêteurs ont considéré qu’ils avaient en main un dossier déjà solide, et ils refusèrent de « laisser tomber », et devinrent de plus en plus frustrés par les résistances des procureurs spécialisés dans les affaires de corruption.

De leur côté, les procureurs refusaient toujours de donner aux enquêteurs les outils dont ils avaient besoin pour poursuivre leur enquête— et devenaient de plus en plus impatients devant ces agents qui refusaient de comprendre qu’il faille fermer le dossier, et paraissaient indifférents aux ordres de leurs supérieurs qui leur demandaient d’agir plus discrètement.

Morale de l’histoire

Les médias sont formidables. La palme revient à Slate cette semaine, qui voit chez Hillary Clinton une seule faute répréhensible : « la mauvaise gestion de son serveur de messagerie »— tandis que Trump en aurait 239 !

En matière de mauvaise foi, Le Monde ma foi ne fait pas toujours la loi.

Le compte à rebours est enclenché pour voir cette dangereuse assassine en  prison.
Le compte à rebours est enclenché pour voir cette dangereuse assassine en prison.

 

Hillary Clinton, Israël et le “processus Potemkine” — GLOBAL RELAY NETWORK

Par Philip Weiss, le 17 octobre 2016 Les emails de John Podesta n’en finissent pas de sortir de WikiLeaks. Comme Haaretz le note platement, “beaucoup des emails ayant fuité de la campagne Clinton concernent Israël.” Oui: les emails démontrent la centralité d’Israël comme thème pour la clique des Clinton, ainsi que l’agonie qu’ils ont traversé […]

via Hillary Clinton, Israël et le “processus Potemkine” — GLOBAL RELAY NETWORK

Vidéo:fuite de Wikileaks: les démocrates filmés en flagrant délit de falsification de votes aux primaires démocrates de 2016

 

billarycoverups-1024x576

Voici l’un des plus insultants vidéos que je n’ai jamais vu sur la fraude de la démocratie en Occident Chrétien:

Tout d’abord voici La convention démocrate qui a élue Hillary Clinton,afin que vous compreniez mieux…examinez les visages des gens qui circulent vite,autour de l’illuminati Clinton:

 

….suivie par la fraude sous vos yeux:

 

Wikileaks confirme la vente d’armes à l’État Islamique par Hillary Clinton

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, est un personnage controversé. Mais on ne peut pas nier que les courriels qu’il a collecté à l’intérieur du Parti démocrate sont réels, et il est prêt à exposer Hillary Clinton.

Cette photo d'elle entourée de mercenaires djihadistes au lendemain du renversement de Kadhafi,en Libye,nous fait méfier d'elle.
Cette photo d’elle entourée de mercenaires djihadistes au lendemain du renversement de Kadhafi,en Libye,nous fait méfier d’elle.

Maintenant, il est heureux d’annoncer qu’Hillary Clinton et son Département d’État armaient activement les djihadistes islamiques, ce qui inclut l’État islamique (ISIS) en Syrie.

Clinton a nié à plusieurs reprises ces revendications, y compris pendant plusieurs déclarations sous serment devant le Sénat américain.

WikiLeaks est sur le point de prouver qu’Hillary Clinton mérite d’être arrêtée :

Les responsables de l’administration Reagan espéraient obtenir la libération de plusieurs otages américains, et ensuite récupérer les bénéfices des ventes d’armes à l’Iran, pour financer les Contras au Nicaragua.

Dans le second mandat d’Obama, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a autorisé l’envoi d’armes fabriquées en Amérique au Qatar, un pays redevable aux Frères musulmans, et sympathique aux rebelles libyens, dans un effort pour renverser le gouvernement / Kadhafi en Libye, puis expédier ces armes à la Syrie afin de financer Al-Qaïda, et renverser Assad en Syrie.

 

Clinton a pris le rôle principal dans l’organisation des soi-disant « Amis de la Syrie » (alias Al-Qaïda / ISIS) pour soutenir l’insurrection menée par la CIA pour un changement de régime en Syrie.

Sous serment, Hillary Clinton a nié qu’elle était au courant des livraisons d’armes au cours de témoignage public au début de 2013, après l’attaque terroriste de Benghazi.

Elle est maintenant très vieillissante:elle serait  même très malade.
Elle est maintenant très vieillissante:elle serait même très malade.

Dans une interview avec Democracy Now, Julian Assange de Wikileaks indique maintenant que 1.700 courriels contenus dans le cache de Clinton connectent directement Hillary à la Libye, à la Syrie, et directement à Al-Qaïda et ISIS.

 

Via The Duran

Voici la transcription incroyable :

JUAN GONZALEZ : Julian, je veux parler de quelque chose d’autre. En mars, vous avez lancé une archive consultable avec plus de 30.000 e-mails et pièces jointes envoyées vers et depuis le serveur de messagerie privée d’Hillary Clinton alors qu’elle était secrétaire d’État. Les 50,547 pages de documents couvrent la période de juin 2010 à août 2014 ; 7500 des documents ont été envoyés par Hillary Clinton elle-même. Les e-mails ont été mis à disposition de tous sous la forme de milliers de fichiers PDF par le Département d’État des États-Unis à la suite d’une demande de la Loi pour la liberté d’information. Pourquoi avez-vous fait cela, et quelle est l’importance, de votre point de vue, d’être en mesure de créer une base consultable ?

 

JULIAN ASSANGE : Eh bien, Wikileaks est devenu la bibliothèque rebelle d’Alexandrie. C’est la collection la plus importante d’informations qui n’existe nulle par ailleurs, accessible pour tous, sous forme consultable, sur la façon dont les institutions modernes se comportent en réalité. Et tout ça est en marche pour libérer les gens de prison, où les documents ont été utilisés dans leurs affaires judiciaires ; tenir la CIA responsable des programmes de’interprétations ; alimenter les cycles électoraux, qui ont abouti à la fin, dans certains cas, ou contribué à la cessation des gouvernements, dans certains cas, pris la tête des services de renseignement, les ministres de la défense et ainsi de suite. Donc, vous savez, nos civilisations peuvent seulement être aussi bonnes que notre connaissance de ce que notre civilisation est. Nous ne pouvons pas espérer réformer ce que nous ne comprenons pas.

 

Donc, ces e-mails d’Hillary Clinton se connectent avec les câbles que nous avons publié sur Hillary Clinton, la création d’une image riche de la façon dont Hillary Clinton travail au bureau, mais plus largement, comment le Département d’État américain fonctionne. Ainsi, par exemple, la désastreuse intervention, absolument désastreuse en Libye, la destruction du gouvernement Kadhafi, qui a conduit à l’occupation d’ISIS dans de grandes parties de ce pays, les armes allant vers la Syrie, poussées par Hillary Clinton, les djihadistes en Syrie, y compris ISIS, tout est là dans ces e-mails. Il y a plus de 1700 emails dans la collection Hillary Clinton, que nous avons publié, seulement sur la Lybie.

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Les dangereux amis de la CIA d’Hillary Clinton

Michael Morell...dans toute sa splendeur!
Michael Morell…dans toute sa splendeur!

On en tient un beau, un vrai de vrai, un grand ami d’Hillary Clinton. Pas un quidam, non, mais l’ancien directeur de la CIA, Michael Morell. On ne fera pas ici de délit de sale gueule, mais sa photo en dit assez long.

Ce qu’il raconte en dit long sur l’incroyable mentalité et la folie furieuse de ces gens là, qui ont tué des centaines de milliers de civils de par le monde et qui affirment sans complexes qu’il faut en tuer encore des millions ! Ses propos laissent rêveurs et sont glaçants. Vous avez dit psychopathequi a perdu sa raison et tout sens de l’humanité et de la mesure ?

L’ancien vice-directeur de la CIA Michael Morell, qui soutient Hillary Clinton et insiste sur le fait que Donald Trump est manipulé par le président russe Vladimir Poutine, a déclaré que les Russes et les Iraniens en Syrie devraient être tués secrètement pour « payer le prix ».

Ce haut responsable de la CIA, qui a servi deux fois comme directeur par intérim de l’agence, et a travaillé avec Clinton alors qu’elle était secrétaire d’Etat, a déclaré sur PBS à l’hôte Charlie Rose que l’Iran et la Russie devraient « payer un prix élevé » en Syrie – et qu’ils devraient purement et simplement être tués. Par ses soins, sûrement, mais par ceux de la candidate Hillary Clinton si elle arrive à être présidente.

« Quand nous étions en Irak, les Iraniens donnaient des armes à la milice chiite qui tuaient les soldats américains », a déclaré Morell. « Les Iraniens doivent payer un prix et c’est nous qui devons le faire. » « Nous devons faire payer un prix pour la Syrie par les Iraniens, et nous avons aussi besoin de faire un prix aux Russes », a t-il poursuivi.

Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait tuer les Russes et les Iraniens, Morell a pleinement marqué son accord, ajoutant à la réponse : “secrètement.”

« Dire au monde cela directement, non » a t’il continué. « Vous ne tenez pas au Pentagone de dire ‘nous avons fait cela,’ mais vous devez vous assurer qu’ils savent à Moscou et à Téhéran que c’est nous qui avons fait le travail. »

Se référant aux rebelles soutenus par les US en Syrie, Morell a dit qu’il voulait que Washington les soutienne dans des actions plus agressives, non seulement contre le gouvernement de Bachar el-Assad, mais contre les Iraniens et les Russes.

Morrell s’est ensuite lancé dans une diatribe sur la façon dont les Etats-Unis devraient « faire peur » à Assad, y compris attaquer sa garde nationale et « bombarder ses bureaux dans le milieu de la nuit. »

“Je ne préconise pas de l’assassiner, je préconise de contrer ce qu’il pense être sa base de pouvoir et ce dont il a besoin pour survivre. Je veux faire pression sur lui, je veux mettre la pression sur les Iraniens, je veux mettre la pression sur les Russes pour arriver à cette solution diplomatique “.

Cet ancien directeur par intérim de la CIA a publiquement approuvé Hillary Clinton la semaine dernière par un article d’opinion (Op-Ed) dans le New York Times, louant ses qualités en tant que commandant en chef. Il a appelé son rival Donald Trump une « menace pour la sécurité nationale ».

Après sa retraite de la CIA en Août 2013, Morrell a pris un emploi à Beacon Global Strategies, un cabinet de conseil de Washington, DC fondée par les assistants des Clinton, Philippe Reines et Andrew Shapiro. Là, il a travaillé avec Léon Panetta, un autre aide des Clinton et son prédécesseur à la tête de la CIA, qui a également parlé en faveur de Clinton à la convention démocrate à Philadelphie le mois dernier.

L’année dernière, Morrell a présenté ses excuses à “tous les Américains” et, enfin, a reconnu des « erreurs » faites par la CIA en Irak, où plus de 4.000 soldats américains et au moins 250.000 civils irakiens ont été tués depuis l’invasion américaine de 2003. Le chiffre de 250.000 civils assassinés est largement sous-évalué, si on s’en tient au « bilan » des organisations humanitaires qui, elles, savent la triste vérité.

Avec des supporters comme Morell, le pire qu’on craint déjà d’une arrivée d’Hillary Clinton au pouvoir ne fait aucun doute. Le monde risque fort d’entrer dans une spirale épouvantable, où les morts de masse et les destructions vont s’accélérer.