Le silence obstiné du pape sur la persécution des chrétiens

  • Malheureusement, la position du pape François sur l’islam semble provenir d’un monde fantastique.
  • « L’islam authentique et la lecture correcte du Coran s’opposent à toutes les formes de violence », a affirmé le pape, mais de manière peu précise. C’est comme si tous les efforts du pape visaient à exonérer l’islam de ses responsabilités. Il semble l’avoir fait encore plus que les musulmans pratiquants – tels que le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi, l’auteur et médecin américain M. Zuhdi Jasser, l’ancien ministre koweïtien de l’Information, Sami Abdullatif Al-Nesf, et l’écrivaine franco-algérienne Razika Adnani. Le philosophe tunisien basé à Paris Youssef Seddik, le journaliste jordanien Yosef Alawnah et l’écrivain marocain Rachid Aylal, parmi beaucoup d’autres, l’ont déjà fait.
  • « Le pape François ne pouvait en aucun cas ignorer les lourds problèmes posés par l’expansion … au cœur même du domaine chrétien … Notons-le à nouveau … la dernière religion arrivée en Europe présente un obstacle intrinsèque à s’intégrer dans le cadre européen fondamentalement judéo-chrétien … « – Boualem Sansal, auteur algérien, dans son best-seller » 2084. « 
  • Le pape François fait maintenant face au risque potentiel d’un monde chrétien englouti physiquement par le croissant musulman – comme le montre le logo du Vatican choisi pour le prochain voyage du pape au Maroc. Il est temps que l’apaisement soit remplacé.

La persécution des chrétiens est maintenant une crise internationale. 
Malheureusement, la position du pape François sur l’islam semble provenir d’un monde fantastique. 

4.305 chrétiens ont été tués simplement en raison de leur foi chrétienne en 2018. C’est le chiffre dramatique contenu dans la nouvelle « Liste de surveillance pour le monde 2019 » qui vient d’être compilée par l’organisation non gouvernementale Open Doors . Il révèle qu’en 2018, il y avait 1 000 victimes chrétiennes de plus – 25% de plus – que l’année précédente, alors qu’elles étaient 3 066 .

De nos jours, 245 millions de chrétiens dans le monde sont apparemment persécutés simplement pour leur foi. En novembre dernier, l’organisation Aide à l’Église en détresse a publié son «Rapport sur la liberté religieuse» pour 2018 et est parvenue à la même conclusion: 300 millions de chrétiens ont été victimes de violence. Le christianisme, malgré une vive concurrence, a été qualifié de  » religion la plus persécutée au monde « .

En mars 2019, le pape François se rendra au Maroc, un pays également inscrit sur la liste de surveillance des portes ouvertes. Malheureusement, la position du pape François sur l’islam semble provenir d’un monde fantastique. La persécution des chrétiens est maintenant une crise internationale. Considérez ce qui est arrivé aux chrétiens dans le monde musulman au cours des deux derniers mois seulement. Un policier a été tué alors qu’il tentait de désamorcer une bombe devant une église copte en Égypte. Avant cela, sept chrétiens avaient été assassinés par des extrémistes religieux lors d’un pèlerinage. Ensuite, une fosse commune a été découverte en Libye. Elle contient les restes de 34 chrétiens éthiopiens tués par des djihadistes affiliés à l’État islamique. Le régime iranien, dans de nouvelles répressions sévères,arrêté plus de 109 chrétiens. La pakistanaise Christian Asia Bibi, trois mois après son exonération pour « blasphème » et sa libération du couloir de la mort, vit toujours en  » prisonnier « : ses anciens voisins veulent toujours lamettre à mort. À Mossoul, qui était le centre irakien des chrétiens, il y avait un  » Noël sans chrétiens « , et en Irak en général, 80% des chrétiens ont disparu .

Le cardinal Louis Raphael Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens et chef de l’Église catholique chaldéenne, a récemment fourni des chiffres sur la persécution des chrétiens en Irak: « 61 églises ont été bombardées, 1 224 chrétiens ont été tués, 23 000 maisons et biens immobiliers du Les chrétiens ont été saisis « . Le patriarche a rappelé au monde la politique de l’État islamique qui donnait « trois options aux chrétiens »: la conversion à l’islam, le paiement d’un impôt spécial ou l’abandon immédiat et forcé de leurs terres. « Sinon, ils auraient été tués. » De cette façon, 120 000 chrétiens ont été expulsés.

« Le silence obstiné des dirigeants européens sur la question des religions, et plus particulièrement de l’islam, étonne et déçoit », écrivait récemment le romancier algérien Boualem Sansal .

« Leur attitude est simplement irresponsable, suicidaire et même criminelle … dans le contexte actuel marqué par [une] expansion vertigineuse … C’est comme vivre au pied d’un volcan en colère et ne pas comprendre qu’il se prépare à faire irruption ».

Sansal, menacé de mort par les islamistes en France, comme en Algérie, a écrit  » 2084 « , un best-seller. Il y écrit que la position du pape François sur le monde musulman est semblable à celle des dirigeants occidentaux:

« Le pape François ne pouvait en aucun cas ignorer les lourds problèmes posés par l’expansion de l’islam radical dans le monde et au cœur même du domaine chrétien … Notons-le encore … la dernière religion arrivée en Europe , a un obstacle intrinsèque à l’intégration dans le cadre fondamentalement judéo-chrétien de l’Europe, même si ce référent s’est érodé au cours des siècles passés « .

Le pape François a réussi à expliquer que « l’idée de conquête » fait partie intégrante de l’islam en tant que religion, mais a rapidement ajouté qu’on pouvait interpréter le christianisme de la même manière. « L’islam authentique et la lecture correcte du Coran s’opposent à toutes les formes de violence », a affirmé le pape , mais de manière peu précise. Il n’a pas non plus fait remarquer avec exactitude que « l’Islam est une religion de paix compatible avec le respect des droits de l’homme et la coexistence pacifique ». C’est comme si tous les efforts du pape visaient à exonérer l’islam de ses responsabilités. Il semble l’avoir fait encore plus que les musulmans pratiquants – tels que le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi , auteur américain et médecin.M. Zuhdi Jasser , ancien ministre koweïtien de l’Information, Sami Abdullatif Al-Nesf, l’auteur franco-algérien Razika Adnani, le philosophe tunisien basé à Paris, Youssef Seddik, le journaliste jordanien Yosef Alawnah et l’auteur marocain Rachid Aylal, le font .

La persécution dramatique des chrétiens dans le monde islamique met en lumière un paradoxe occidental: « Depuis leur victoire à la Seconde Guerre mondiale, les Occidentaux ont apporté de grands avantages à toute l’humanité », a écrit Renaud Girard dans Le Figaro .

« Scientifiquement, ils ont partagé leurs grandes inventions, telles que la pénicilline ou Internet. Les droits de l’homme et la démocratie sont loin d’être appliqués partout dans le monde, mais ils sont la seule référence pour la gouvernance qui existe au niveau international. Il est indéniable que sous l’impulsion Depuis deux générations, de nombreux succès politiques, techniques, sanitaires et sociaux ont été remportés par les Occidentaux, mais il existe un domaine dans lequel la planète a indéniablement régressé depuis 1945 et où la responsabilité occidentale est évidente: la liberté de conscience et de religion … En s’abstenant de défendre les chrétiens d’Orient, l’Occident a commis une double erreur stratégique: il a donné un signe de faiblesse en abandonnant ses amis idéologiques; il a renoncé à son credo « .

« Aux yeux des gouvernements occidentaux et des médias », a noté un autre rapportsur la persécution des chrétiens rédigé par Aid to the Church in Need . « La liberté de religion est en train de glisser en bas du classement des priorités des droits de l’homme, étant éclipsée par des questions de genre, de sexualité et de race ».

« Le politiquement correct ne veut rien savoir de la persécution et de la répression actuelles du christianisme et il est donc ignoré de manière presque sinistre », a récemment déclaré Mgr Manfred Scheuer, évêque de Linz, en Haute-Autriche .

L’État Islamique a massacré ainsi des milliers de chrétiens dans le nord de l’Irak et à l’est de la Syrie.

Cette éclipse est encore plus dramatique, sachant que tout le monde sait que le christianisme risque de « disparaître » au Moyen-Orient, a déclaré l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby:

« Des centaines de milliers de personnes ont été forcées de quitter leur domicile. Beaucoup ont été tuées, asservies et persécutées ou converties de force. Même ceux qui restent se posent la question: » Pourquoi rester?  » La population chrétienne d’Irak, par exemple, représente moins de la moitié de ce qu’elle était en 2003. Leurs églises, leurs maisons et leurs commerces ont été endommagés ou détruits, et la population chrétienne syrienne a diminué de moitié depuis 2010. En conséquence, elles (ces églises) étaient les fondements de l’Église universelle face à la menace d’extinction imminente « .

Église St-Jacques d’Abbeville détruite pour bâtir une mosquée.

L’Occident a trahi ses amis chrétiens à l’Est (comme ici et ici ). L’Occident pourrait se demander: que font le Vatican et le pape pour lutter contre cette nouvelle persécution religieuse?

La critique est déjà venue du monde catholique. « Alors qu’il s’inquiète peu de la vague de fermetures d’églises, Francis ne semble pas trop inquiet de l’islamisation de l’Europe », a écrit le chroniqueur catholique américain William Kilpatrick.

« En effet, comme en témoigne son encouragement à la migration de masse, il ne semble pas avoir d’objection à l’islamisation. Soit il croit vraiment au mensonge faux selon lequel l’islam est une religion de paix, soit il croit que la stratégie de prophétie auto-réalisatrice créera un islam plus modéré, François semble être en paix avec le fait que l’islam se propage rapidement, qu’il ait été mal informé sur l’islam ou qu’il ait adopté une stratégie de désinformation, il prend un énorme pari, pas seulement avec sa propre vie. , mais avec la vie de millions de personnes « .

Il y a maintenant des zones entières en Syrie débarrassées de leurs chrétiens historiques. Le pape François a récemment reçu une lettre d’un prêtre franciscain en Syrie, le père Hanna Jallouf, patriarche de Knayeh, un village proche d’Idlib, le fief des rebelles islamistes anti-Assad. « Les chrétiens de ce pays sont comme des agneaux parmi les loups », écrit Jallouf .

« Les fondamentalistes ont dévasté nos cimetières, ils nous ont empêché de célébrer des liturgies en dehors de l’église, en nous dépouillant des signes extérieurs de notre foi: croix, cloches, statues ainsi que nos habitudes religieuses. »

Si le pape ne veut plus recevoir de telles lettres, il devra faire preuve de courage et s’attaquer à l’une des persécutions les plus urgentes de notre temps.

Le pape Benoît XVI, dans son discours à Ratisbonne , a déclaré ce qu’aucun non-pape n’avait osé dire auparavant: il existe un lien spécifique entre la violence et l’islam. Pour illustrer son cas, Benoît XVI a cité un dialogue du XIVe siècle entre un empereur chrétien byzantin, Manuel II Paleologus, et un érudit persan, sur le concept de violence en Islam: trouver des choses… .comme son commandement de répandre par l’épée la foi qu’il prêchait « , a dit l’empereur , a déclaré Benoît XVI à son interlocuteur musulman.

Un autre pape, Jean-Paul II, a également exprimé ses préoccupations. Lors d’une réunion en 1992, Mgr Mauro Longhi, qui, alors qu’il était encore étudiant, accompagnait souvent le pape décédé lors de ses randonnées pédestres, a déclaré que Jean-Paul II avait parlé d’une « invasion islamiste » de l’Europe.

« Le pape m’a dit: ‘Dis ceci à ceux que tu rencontreras dans l’Église du troisième millénaire. Je vois l’Église affligée d’une blessure mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire’, faisant référence au communisme et au nazisme. totalitarisme. « Cela s’appelle l’islamisme. Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes venir d’ouest en est », puis me racontaient chaque pays un par un: du Maroc à la Libye en passant par l’Egypte, et ainsi de suite Est.

« Le Saint-Père a ajouté: » Ils envahiront l’Europe, l’Europe sera comme un sous-sol, d’anciennes reliques, des ombres, des toiles d’araignées. Les souvenirs de famille. Vous, l’Église du troisième millénaire, devez contenir l’invasion. sois suffisant, mais avec ta foi, vis avec intégrité. « 

La vision de Jean-Paul II ressemble à une continuation de la campagne historique de l’Islam sur les terres chrétiennes: « En 637, l’armée islamique s’empara de Jérusalem, deux fois sainte, puis le cœur de tout le Moyen-Orient, centre historique du christianisme », écrit le romancier algérien Boualem. Sansal. Il a ensuite décrit « la progression irrésistible de l’islam vers l’Occident: l’Afrique du Nord judéo-chrétienne qui a immédiatement converti; l’Espagne catholique, annexée au début du VIIIe siècle, Byzance, qu’ils ont pris en 1453; ] à Vienne, qu’ils ont assiégé en 1529 … « .

Le pape François fait maintenant face au risque potentiel d’un monde chrétien englouti physiquement par le croissant musulman – comme le montre le logo du Vatican choisi pour le prochain voyage du pape au Maroc. Il est temps que l’apaisement soit remplacé.

Il nous faut d’autres Don Gabriele Amorth pour éloigner les démons de l’Islam.

Publicités

Réseau Mondial de pédophilie:Les évêques du Chili démissionnent collectivement

Chili : le traitement de choc du pape François

Le pape François offrait un profil triste et isolé.

Le chef de l’Eglise catholique a conduit tous les évêques chiliens à présenter leur démission, pour amorcer un profond renouveau après la crise des abus sexuels dans ce pays


AVANT-PROPOS

Je tiens a souligner le courage du Pape François qui ose défier  les francs maçons et les satanistes qui  se sont infiltrer au cœur du Vatican depuis plusieurs décennies.

Voir cet article antérieur pour vous en convaincre:

https://michelduchaine.com/2018/02/11/les-dossiers-de-michel-duchainepardonne-par-leglise-un-pretre-pedophile-atteint-du-vih-qui-a-viole-30-enfants/

Je souligne aussi que des liens énormes existent entre le Réseau Mondial de Pédophilie …et le Chili en général je vous suggère d’écouter  notre vidéo sur la secte nazi de Paul Shaeffer  (Colonia Dignitad) 

Sur ce lien vers un article antérieur:

https://michelduchaine.com/2017/11/20/video-et-article-colonia-dignitadla-secte-pedophile-nazi-de-paul-schaefer-au-chili/

 

 


C’est un véritable cap dans l’histoire de la lutte de l’Eglise contre les abus sexuels qui vient d’être franchi. Pour le mesurer, il faut se souvenir qu’il y a cinq mois, en janvier, le pape s’était lui-même trouvé en difficulté au cours de son voyage au Chili. Il avait été pris dans la vague considérable de protestations contre les évêques du pays, dénoncés pour leur gestion désastreuse des affaires d’abus sexuels commis par des membres du clergé. Alors, le pontife avait soutenu la hiérarchie de l’Eglise, avant de faire machine arrière et de demander un complément d’enquête. Ce qui l’avait conduit à rencontrer des victimes, et enfin à convoquer au Vatican les 34 évêques chiliens.

 

Pendant ces trois jours à huis clos, entre discussions franches et incitation à la prière et la méditation, le pape argentin a accompli le tour de force de conduire les prélats à présenter eux-mêmes leur démission collective, volonté exprimée fermement par les victimes elles-mêmes. Pour un expert du Vatican, il s’agit d’un processus de gouvernement inédit dans l’histoire récente de l’Eglise, car synodal : non pas un acte autoritaire et unilatéral du Souverain pontife, mais une décision “collective“, basée sur le discernement à partir de la vérité des faits. Et conduite d’une main “paternelle“ par le pape, de la bouche même des évêques. Main d’un pasteur qui sait corriger, mais aussi encourager à une sortie par le haut, en vue d’un renouvellement en profondeur de l’Eglise.

Une faillite collective

Car les faits sont accablants. C’est un véritable “système“ qui a été mis au jour dans cette enquête détaillée de 2300 pages demandée par le successeur de Pierre, et non pas seulement quelques faits isolés. Une faillite collective,  affirme-t-il dans une synthèse de 10 pages, révélée par la télévision chilienne. Des “négligences dans la protection des enfants de la part d’évêques et de supérieurs religieux“. Des plaintes jugées “invraisemblables“, des documents détruits, des transferts de religieux laissés au contact d’enfants, ou encore des séminaires ou noviciats confiés à des prêtres “soupçonnés d’homosexualité active“, au mépris des règles ecclésiastiques…

Opération-vérité qui n’a guère de précédent de cette ampleur dans l’histoire récente de l’Eglise. De même, au passage, qu’elle n’a pas non plus d’équivalent au sein d’autres institutions profanes, comme l’école, alors que la pédophilie est loin d’affecter la seule Eglise catholique. Mais il faut de fait remonter à… 1801 pour voir une telle démission en bloc des prélats d’un pays. C’était en France, après la Révolution française, lorsque Napoléon avait demandé à Pie VII la démission de tous les évêques. Et encore, à l’époque, il s’agissait d’un épiscopat divisé sur l’attitude face à la mainmise de l’Etat révolutionnaire et athée.


EN COMPLÉMENT

La dernière démission collective remonte à 1801

Pierre Joseph Célestin François (1759–1851)
Allégorie du Concordat de 1801

La démission de l’ensemble des évêques chiliens ce 18 mai est un fait rare. Mais il existe un précédent historique à la démission de tout un corps épiscopal. C’était en France… en 1801. Explications.

La démission des 34 évêques chiliens est un fait rare, exceptionnel mais pas inédit. Il est déjà arrivé que l’ensemble d’un corps épiscopal démissionne. C’était en France, après la Révolution française, lors du Concordat de 1801. Également appelé « Convention entre le gouvernement français et sa Sainteté Pie VII », ce texte va régir les relations entre l’État et les églises en France jusqu’au vote de la loi de séparation de 1905. Le Concordat, en créant des relations officielles entre l’État français et la papauté, nécessite une réorganisation de la hiérarchie catholique en France.

Un clergé divisé en deux

À l’époque, avec la Constitution civile du clergé de 1790, les prêtres français avaient dû prêter un serment de fidélité à la Constitution et les évêques n’étaient plus nommés mais élus par les citoyens électeurs de leur diocèse. En avril 1791, le pape Pie VI avait fermement condamné ce serment qui faisait des prêtres de « quasi-fonctionnaires ».

À ce moment-là, le clergé français était donc divisé en deux : le clergé d’Ancien Régime, dont la majorité des évêques étaient en exil à l’étranger depuis la Révolution française, et un clergé constitutionnel. L’exigence formulée par Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, de composer un épiscopat selon sa volonté va donc l’obliger à faire plier l’ensemble du clergé français.

Le 15 août 1801, le pape Pie VII promulgue ainsi deux décisions pour permettre cette réorganisation : le bref Tam multa, qui exige la démission des évêques institués par Rome, et le bref Post multos labores qui demande celle des évêques élus. Par cette intervention directe, la papauté redevient la — seule — source de l’institution canonique.

 

L’Empereur Napoléon I pardonnant aux rebelles au Caire!

 

 


Suite au recours du pape le 18 mai 2018:Les évêques du Chili démissionnent collectivement

 

L’ensemble des évêques chiliens ont remis leur démission au pape François « afin qu’il décide librement pour chacun d’entre nous », ont-ils déclaré. Les prélats demandent également « pardon » aux victimes d’abus sexuels de la part du clergé, mais aussi « au Pape, au peuple de Dieu et à notre pays ».

La conférence épiscopale chilienne a annoncé ce 18 mai 2018 que les 34 évêques chiliens ont remis leur démission au pape François. Cet événement intervient alors qu’un rapport leur a été remis en début de semaine indiquant que, depuis des années, l’Église catholique chilienne abrite « de nombreuses situations d’abus de pouvoir, d’autorité et d’abus sexuels ». Le pape François avait annoncé dans la foulée des « changements » à court, moyen et long terme pour rétablir « la justice » au sein d’une Église chilienne entachée par des scandales de pédophilie.

Les évêques ont annoncé avoir remis « par écrit » leurs charges « dans les mains du Saint-Père, afin qu’il décide lui-même et librement pour chacun » d’entre eux. Ils expliquent également demander « pardon pour la douleur causée aux victimes, au Pape, au peuple de Dieu et notre pays pour les graves erreurs et les omissions » qu’ils ont commises.

La persévérance et le courage des victimes

Les prélats chiliens ont également remercié les victimes pour leur « persévérance et leur courage », malgré les énormes difficultés personnelles, spirituelles, sociales et familiales « qu’ils ont dû affronter », et malgré « l’incompréhension et les attaques » de la communauté ecclésiale.

Les évêques affirment encore remercier le pontife « pour son écoute paternelle et sa correction fraternelle ». Ils espèrent que ce chemin de changement guidé par le pape François sera une « pierre milliaire », pour rétablir la justice et contribuer à la réparation des dommages causés. Et donner un « nouvel élan » à la mission prophétique de l’Église au Chili.


Exigence de justice

Ici l’enjeu n’est pas le rapport à la politique, toujours conflictuel, mais la “justice“, a affirmé le pape François. Justice qui n’est pas seulement à entendre au sens juridique du terme, mais aussi à celui de vertu morale : “nous demandons pardon aux victimes, au pape, au peuple de Dieu, et à notre pays“, ont déclaré les évêques chiliens.

Au-delà de la spectaculaire démission du corps épiscopal tout entier, c’est donc à un renouveau global que le pape engage les évêques : une douloureuse mais salutaire exigence de réforme en profondeur de l’Eglise au Chili.

Cela prendra du temps, et en particulier celui d’une réflexion sur le sens même du sacerdoce. Les actes pédophiles des prêtres sont comme “faire une messe noire“, avait ainsi expliqué le pape François en 2014 : c’est le Corps du Christ lui-même qui est profané. En Irlande, après un scandale d’une ampleur similaire, Benoît XVI avait conduit le clergé de l’île à une démarche de purification sans exemple jusqu’alors : pénitence publique, jeûne, prière, adoration continuelle de Jésus – lui-même « victime de l’injustice et du péché » – devant la Sainte hostie exposée sur les autels des églises. Et pour les évêques, exercices spirituels en vue d’une révision de vie radicale. Un remède de choc, auquel les catholiques chiliens à leur tour seront sans doute conduits…

 

 

 

 

 

Le Pape François implore « humblement » les pays musulmans

 

Le Pape François 1 er
Le Pape François 1 er

Pendant qu’un niveau de violence physique et morale ,conjugué à l’intolérance des islamistes radicaux en Syrie,au Mali et partout  en Occident ,le Pape François  ose  montrer de la compassion à des brutes qui ne croient qu’en la loi du meurtre ,la loi de l’esclavage  et celle du mensonge.

Ces brutes qui servent de mercenaires aux Nouvel Ordre Mondial,c’est-à-dire aux États-Unis d’Amérique,à la République Française et au Royaume-Uni!

Comment des assassins pédophiles à tendances terroristes peuvent entendre la raison?Quel est leur sens de la vie au moment ou l’humanité est menacée dans sa survie qui est liée à celles de toutes les autres formes de vie,sur Terre?

Je pense que l’humanité et toute la planète Terre se porteraient mieux,sans les islamistes radicaux  terroristes qui nous menacent tous!

La légitime-défense,ça existe!

…………………………………………………………

Le pape François a «imploré humblement» les pays musulmans d’assurer la liberté religieuse aux chrétiens, «prenant en compte la liberté dont les croyants de l’islam jouissent dans les pays occidentaux».

Dans son exhortation intitulée «Evangelii Gaudium» («La joie de l’Evangile») rendue publique aujourd’hui, sept ans après le tollé causé dans le monde musulman par des propos de Benoît XVI à Ratisbonne, en Allemagne, semblant lier islam et violence, le pape François s’inquiète d’«épisodes de fondamentalisme violent» mais invite aussi à éviter «d’odieuses généralisations», «parce que le véritable islam […] s’oppose à toute violence». […]

Le Figaro