UNION EUROPÉENNE : LE LIVRE NOIR D’EMMANUEL MACRON

Dès dimanche soir, Emmanuel Macron devrait s’auto-proclamer meilleur représentant de l’Europe et de l’approfondissement de l’Union Européenne. En choeur, les médias parisiens devraient applaudir des deux mains à cette parfaite imposture. Nous examinons ici les dégâts européens et les défaites communautaires enregistrés par Emmanuel Macron depuis son arrivée au pouvoir. Ils montrent que la stratégie européenne de Macron est erronée et qu’elle conduit à l’abaissement de la France en Europe.

Dès ses premières semaines à l’Élysée, Macron a entamé une campagne pour l’approfondissement de l’Union Européenne. C’était le grand début d’une sorte d’incarnation auto-persuasive, selon laquelle ce meilleur représentant de l’énarchie était aussi le meilleur représentant du destin européen. De mois en mois, seuls les médias français perpétuent ce mythe, tant Emmanuel Macron a perdu sa crédibilité sur le continent et a nui à celle de la France à l’égal des piètres performances de François Hollande.

Le discrédit budgétaire français dans l’Union Européenne

Comme l’a indiqué la Commission Européenne encore cette semaine, la France est budgétairement « vulnérable ». Dans la pratique, l’incapacité de la France à se désendetter la discrédite au niveau européen.Ce handicap a tué dans l’oeuf l’objectif d’un budget stabilisateur de la zone euro imaginé par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne. Ce sujet semble définitivement enterré

Pire : la crise des Gilets Jaunes oblige désormais Emmanuel Macron à augmenter un déficit public déjà très supérieur à la cible tracée initialement. Les partenaires français n’ont pas de mots assez durs contre cet échec, qui explique en partie la défiance hollandaise dans l’affaire Air France – KLM

La taxophilie française échouée sur le mur des GAFA

Dans le même ordre d’idée, la France n’a pas fait mieux sur le dossier des GAFA, que Bruno Le Maire veut taxer depuis son arrivée à Bercy. Dans la pratique, cette obsession de régler des problèmes par des taxes, qui donne une image désuète de notre pays et rappelle combien l’énarchie est obsolescente, a isolé la France et l’a mise en marge du mouvement européen. Alors que la Commission se bat pour harmoniser la méthode de calcul de l’impôt sur les sociétés (et ainsi contrer les GAFA), la France a fait cavalier solitaire et n’a suscité que de l’indifférence. 

Bruno Le Maire a beau présenter son action comme une grande victoire sur le sujet, on sait désormais que la directive tant attendue ne prendra jamais forme. 

Le travail détaché si mal réformé

Pour ce qui concerne un autre dossier sensible, le travail détaché, la diplomatie macronienne a à peine fait mieux. Une directive minimaliste a été adoptée en juin 2018, qui réduit la durée possible du détachement. Mais elle exclut le million de chauffeurs routiers d’Europe de l’Est qui parcourent l’Europe chaque jour et concurrencent nos transporteurs nationaux sur leur propre terrain. 

À ce jour, aucun compromis n’a été trouvé sur ce dernier dossier, pourtant essentiel. 

Détérioration des relations avec l’Italie

Dans son approche manichéenne des réalités européennes (avec les bons macroniens d’un côté, et les barbares qui ne pensent pas comme lui de l’autre), Emmanuel Macron a fait beaucoup de dégâts. Ses propos sur la « lèpre nationaliste » en Europe ont beaucoup fâché l’Italien Salvini. Depuis cette attaque en règle, les rapports entre la France et l’Italie n’ont jamais été aussi mauvais.  Le conflit a conduit à un rappel de l’ambassadeur de France à Rome. Cette situation inhabituelle entre pays fondateurs de la Communauté européenne interroge sérieusement sur la capacité d’Emmanuel Macron à incarner l’Europe. 

Emmanuel Macron,

Détérioration des relations avec les Pays-Bas

Plus récemment encore, l’affaire Air France – KLM a montré comment l’un de nos partenaires directs les plus anciens, les Pays-Bas, pouvaient se défier de la France et ne pas hésiter à lui témoigner un comportement hostile. Cette nouvelle dégradation des relations bilatérales illustre bien les dégâts que l’arrogance macronienne peut causer avec les autres États-membres de l’Union. 

Tout se passe comme si l’auto-proclamation de sauveur de l’Europe par Emmanuel Macron le rendait aveugle sur la perception de son comportement par ses partenaires et le déliait de toute obligation de travailler dans de bonnes conditions avec eux. 

L’Europe fantasmée d’Emmanuel Macron

On sent bien, dans toute cette affaire, que l’obsession européenne de Macron se heurte à une difficulté de base, qui ressemble à la même difficulté que Macron rencontre sur la scène intérieure. Macron ne connaît pas l’Europe, il la fantasme. Et sa politique ne compose pas avec la réalité, mais ses illusions. 

L’Europe des cafés, des intellectuels, n’est pas l’Union Européenne. En grand rêveur, Macron fait une politique pour l’Europe du XVIIIè siècle, pas pour l’Europe d’aujourd’hui. Ce tropisme aristocratique, complètement décalé, se révèle toxique pour le pays tout entier. Il ringardise la France sur la scène européenne, et il nourrit l’image, déjà très présente, d’un pays de grands diseux, mais de petits faiseux. 

 

Source:

 

 

 

 

 

Publicités

Émeute des gilets jaunes: cinquième semaine

  • Partout en Europe occidentale, les citoyens ordinaires se sentent ignorés et condescendés par leurs élites politiques, économiques, universitaires et des médias. Contre la volonté de la plupart de ces citoyens, leurs dirigeants cèdent peu à peu la souveraineté de leurs nations à l’UE.
  • Également contre la volonté de ces citoyens, leurs nations ont été inondées d’immigrés musulmans qui incarnent un défi culturel majeur, ont provoqué des troubles sociaux considérables et représentent un fardeau économique dévastateur.
  • S’il est de plus en plus évident que l’islamisation financée par les contribuables entraîne l’Europe de l’Ouest sur la mauvaise voie, celle-ci, qui se tient à l’écart de cette évolution désastreuse, refuse de changer de cap.
  • La question ne devrait peut-être pas être de savoir pourquoi les Européens de l’Europe occidentale se sont révoltés mais pourquoi ils ne l’ont pas commencé il y a longtemps.
Des manifestants du « gilet jaune » se rassemblent place de l’Opéra le 15 décembre 2018 à Paris, en France.

Paris a maintenant connu son cinquième week-end de manifestations dans la rue par les soi-disant gilets jaunes, ou « gilets jaunes », bien que des informations suggèrent que les choses pourraient enfin se terminer. Entre-temps, les manifestations – qui dans de nombreux cas atteignent le niveau des émeutes, avec d’innombrables exemples de pillages, de vandalisme et d’incendie criminel – se sont propagées. Les derniers week-ends ont été marqués par des perturbations dans d’autres grandes villes françaises, telles que Toulouse, Bordeaux et Lyon, ainsi que dans des villes des Pays-Bas , notamment Bruxelles , Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Nimègue et Maastricht. Ce week-end à LondresAlors que la tension, la confusion et la frustration autour du Brexit s’intensifissaient et que la possibilité d’un second référendum semblait augmenter, des manifestants à la jaquette jaune, apparemment des partisans du Brexit, ont bloqué d’importants ponts et fermé des rues du centre-ville.

À mesure que ces manifestations d’anarchie se répandaient, les idées sur les motivations des participants ont évolué. Au début, il a été rapporté que les manifestants en France, loin d’être des extrémistes politiques de gauche ou de droite, étaient des citoyens ordinaires en colère contre de nouvelles augmentations des taxes sur l’essence. Mais même lorsque le président Emmanuel Macron a annulé l’augmentation des taxes, les troubles se sont poursuivis. Pourquoi? Parce  que « les familles de la classe moyenne-forte ne sont pas assez pauvres pour toucher des prestations d’aide sociale, mais ont vu leur revenu stagner alors que le coût de la vie et les impôts ont augmenté ….. Les Français les gens se sentent foutus.  » Quelqu’un  a suggéré que « les Français, comme la plupart des habitants des pays riches, s’ennuient tout simplement, avec beaucoup de temps et peu de passion à faire ». Chez PJ Media,Rick Moran a estimé que « les gens ordinaires qui paient pour les régimes grandioses des planificateurs sociaux à Bruxelles en ont assez. Et ils se lèvent enfin pour exiger la fin. » Pour ma part, je me suis demandé si ce signe dramatique de mécontentement populaire marquait « le début de la résistance du public de l’Europe occidentale contre le projet multiculturel et mondialiste désastreux des élites ».

La multiplication des manifestations indique bien sûr que les manifestants sont motivés par la colère suscitée par des phénomènes sociaux, économiques ou culturels non confinés à la France. Plus tôt ce mois-ci, le quotidien néerlandais Het Parool a déclaré que les manifestants néerlandais s’opposaient à l’Union européenne, à l’immigration et aux efforts en cours pour mettre fin à « Zwarte Piet », une tradition séculaire hollandaise de Noël, qui consiste à Blackface, est maintenant considéré par beaucoup d’observateurs comme raciste, même si le personnage en question est aimé. Comme un site de nouvelles néerlandaise a souligné« Les Pays-Bas n’ont pas une tradition de manifestations de masse ou de grèves de masse, comme la France ou la Belgique », ce qui rend la diffusion de ces activités dans ce pays plutôt surprenante, même si elles n’ont jamais atteint l’ampleur des soulèvements en France. .

La première chose que l’on remarque à propos de la variété des motifs cités dans les médias est qu’ils ne sont pas sans rapport. Sentiment anti-UE? Opposition à la grande marée d’immigrants? Une raison majeure du sentiment anti-européen en Europe occidentale est le ressentiment contre le pouvoir de Bruxelles d’obliger les États membres à prendre un certain nombre de prétendus réfugiés. De même, les manifestants qui sont mécontents de taxes élevées savent très bien qu’une grande partie de leur argent est utilisée pour aider des immigrants qui deviennent des bénéficiaires de l’aide sociale dès leur arrivée dans le pays.

Les gilets jaunes italiens protestent contre les lois d’immigration en Italie.

Une ride curieuse: ce week-end, des milliers de personnes en veste jaune ont défilé à Rome . Cependant, ces manifestants étaient en train de regarder leurs homologues du nord et de l’ouest: alors que les agitateurs français, belges et hollandais étaient pour la plupart des Européens indigènes, apparemment marre des gouvernements qui leur prennent trop et leur donnent trop peu À leur retour, les manifestants à Rome étaient des migrants et leurs partisans, qui désapprouvaient la nouvelle loi italienne sur l’immigration . Dans ce cas, ce que nous semblons observer, c’est un mouvement qui, pour quelque raison que ce soit, a décidé de mimer l’apparition d’un autre mouvement qui, du point de vue philosophique, en est à peu près le contraire.

Ces personnes à Rome, cependant, sembleraient être l’exception qui confirme la règle. En les mettant de côté, plus on lit au sujet des préoccupations prétendument variées qui animent les manifestants du gilet jaune en France, en Grande-Bretagne et dans les Pays-Bas, moins on les regarde. Partout en Europe occidentale, les citoyens ordinaires se sentent ignorés et condescendés par leurs élites politiques, économiques, universitaires et des médias. Contre la volonté de la plupart de ces citoyens, leurs dirigeants abandonnent progressivement la souveraineté de leur nation à l’UE, ce que Macron a franchement reconnu vouloir vouloir transformer en États-Unis d’Europe. Également contre la volonté de ces citoyens, leurs nations ont été inondées d’immigrés musulmans qui incarnent un défi culturel majeur, ont provoqué des troubles sociaux considérables et représentent un fardeau économique dévastateur.

S’il est de plus en plus évident que l’islamisation financée par les contribuables entraîne l’Europe de l’Ouest sur la mauvaise voie, celle-ci, qui se tient à l’écart de cette évolution désastreuse, refuse de changer de cap. Naturellement, l’homme et la femme impuissants dans la rue sont effrayés, pleins de ressentiment et, oui, outrés. La question ne devrait peut-être pas être de savoir pourquoi les Européens de l’Europe occidentale se sont révoltés mais pourquoi ils ne l’ont pas commencé il y a longtemps.

 

 

 

Coralie Delaume : «Référendum en Italie, pourquoi l’Europe va trembler» — histoireetsociete

le verdict est tombé, c’est une déroute pour Matteo Renzi, 59% des Italiens ont dit NON. Comme son homologue Hollande contraint de ne pas renouveler son mandat, comme Sarkozy sanctionné par la primaire, il doit interrompre là son mandat. l’Italie a choisi de “dégager” les sortants. La question du réferendum n’avait pas grand chose à […]

via Coralie Delaume : «Référendum en Italie, pourquoi l’Europe va trembler» — histoireetsociete

La marche sur Rome (27 au 31 octobre 1922)

La marcia di Roma  28 octobre 1922bbbEntre les 27 et 31 octobre 1922, la révolution fasciste atteint son apogée avec la marche sur Rome, opération des groupes de chemises noires provenant de différentes régions d’Italie et commandés par un quadriumvirat (Italo Balbo, Cesare Maria De Vecchi, Emilio De Bono et Michele Bianchi). Le nombre de personnes n’a jamais été établi avec précision, il oscille entre 30 000 et 100 000.

Mussolini ne prend pas part directement à la marche. En effet, il craint que le gouvernement ne lui oppose l’armée, ce qui provoquerait l’échec de l’opération. Il reste à Milan en attendant le développement de l’opération et ne se rend à Rome que plus tard, une fois connu le bilan de ce déploiement de force. À Milan, le soir du 26 octobre, il affiche sa tranquillité auprès de l’opinion publique en assistant au Cigne de Molnàr au théâtre Manzoni. Au cours de ces jours décisifs, il traite directement avec le gouvernement de Rome sur les concessions que celui-ci est prêt à faire aux fascistes et le futur Duce nourrit des inquiétudes sur le résultat de ce qu’il sait être un coup de bluff et qui échouera lamentablement si l’armée reçoit l’ordre d’arrêter ses troupes et s’en donne les moyens.

Victor-Emmanuel III refuse de signer l’état de siège proposé par le président du conseil Luigi Facta. Pourquoi ? Parce qu’il estime que Facta a déjà commencé à l’appliquer sans son aval, il est blessé dans son honneur et ses prérogatives de souverain. Privé des moyens de faire face à la situation, Facta démissionne (28 octobre) et le roi offre à Mussolini la charge de former un nouveau gouvernement de coalition (29 octobre).

Mussolini bénéficie par ailleurs du soutien des officiers supérieurs et des industriels, traditionnels soutiens de la maison de Savoie, qui voient en lui l’homme fort susceptible de ramener l’ordre dans le pays et de « normaliser » la situation sociale italienne.

(Source: Wikipédia)

Ré-écrire l’histoire:Les « avions fantômes » au-dessus de l’Europe

04schriver
C’est à la suite du crash ovni de Freiburg que fut développé le projet de disque volant Schriver-Habermoth

Nous avons compilé des rapports sur  des « phénomènes anormaux »  faisant parti  de renseignements recueillis par les autoritées   italiennes,françaises  et allemandes,  juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale .
Ils sont le plus souvent inclus dans les télégrammes et les phonogrammes, plus de cinq cents envoyé à la préfecture de Milan (et même dans certains cas vers  les services secrets) en Italie.
Certains d’entre eux font référence à des épisodes les plus bizarres, pour lequel il a été nécessaire d’impliquer de multiples organismes, pour d’autres il est beaucoup plus facile d’assumer une explication conventionnelle (que nous proposons à la marge, pour  ajouter à la dimension statistique de la documentation ).
Malheureusement, l’utilisation abusive du terme «aéronef» et «air» (en l’absence de ce qui était alors inexistant  acronyme OVNI) ne facilite pas l’identification de certains épisodes.
Autour de la preuve recueillie, sont indiqués par les  abréviations relativess aux
phonogrammes telles que  « Fon »  ou télégrammes: « TEL ». Les enregistrements sonores n’ont pas été envoyés aux services secrets.
Les articles  identifiés par le mot  « gris » se réfèrent  aux cas les plus insolites, sans doute les OVNI dans le sens strict du terme:

Document crash ovni 1933 01 Italie

Document Crash ovni 1933 002

Document Crash ovni 1933 004

Document crash ovni 1933 télégramme

1-Les archives déclassifiées :

Aujourd’hui nous vous apportons une très petite partie des dossiers ovnis italiens en les recoupant avec des dossiers allemands et français, plus précisément depuis avant la Seconde Guerre mondiale  jusqu’au déclenchement de la guerre elle-même.
Il nous a semblé remarquer un rapport « d’écrasement …de crash d’ovni »  (même si on parle d’ atterrissage) d’un OVNI en 1933 est un exemple clair de notre accession à l’information  et de  le partager avec vous tous, aujourd’hui, que les légendes et la spéculation, nous pouvons faire une réponse fiable et documenté: l’étude du  Vril-7, a commencé après que les nazis avaient  complété un épais dossier sur » les soucoupes volantes de Mussolini »!
Si les informations du gouvernement italien sont authentiques, cela nous donne de nouvelle forces pour faire reculer juste de 1947 à 1933,l‘histoire du début de l’ufologie italienne qui est, composé d’écrits faits  par des commissions d’enquêtes gouvernementales  et les procédés secrets de dissimulation et de démasquage -c’est un  mouvement  de renouveau sur le Vieux Continent qui veut briser  la primauté des États-Unis, le « soit disant » pays d’origine du phénomène OVNI. Pour replacer la naissance  et l’origine immédiate de l’ufologie directement en  Italie et en Europe.
Tout a commencé en 1996, quand une enveloppe anonyme destinée  à Roberto Pinotti, directeur de l’époque de  « Nouvelles OVNI », qui contenait un certain nombre de documents originaux, probablement au cours de la période fasciste, liés à l’observation des «aéronefs non conventionnel» (le terme UFO  n’existait pas encore à ce moment-là) .Aujourd’hui,on peut reprendre ces informations en identifiant avec notre « vision nouvelle » ,les cigares et  disques facilement identifiables  comme étant « volants et non identifiés ».

A cette époque, Benito Mussolini  réunissait un conseil restreint ,afin de prendre une décision   éclairée sur les très nombreux rapports d’observation de ce que l’on appelait déjà  des « avions fantômes » ou « avions inconnus « ,afin de permettre d’ effectuer toutes les inspections nécessaires, le même genre  que maintenant,effectué par le MUFON (aux États-Unis) et le GESPA (en France) pour  permettre à l’auteur de prouver l’authenticité de ses observations.

En 2002,c’est l’année ou commence enfin la déclassification des documents ovni,en Italie.

Divers documents seront envoyés à de nombreux journaux  italiens et américains,parlant d’un « mystérieux crash ovni en 1933  durant le règne de Mussolini,en Italie ».
Peu de temps avant l’autre matériel avait été envoyé au rédacteur en chef du quotidien « Il Resto del Carlino » de Bologne, qui n’avait pas pris en compte l’affaire,pensant que cela pourrait être une blague.
L’année dernière,en 2012 enfin, l’expéditeur mystérieux, que nous appellerons «Monsieur X» et a été apparemment ignoré par tout le monde ,pour des questions de frais de publication du à  l’industrie des médias, cette fois en photocopie couleur. Il mettra l’accent sur la documentation de ce dernier  ,c’est-à-dire son texte.Au-début  donc,les médias et l’envoyeur voulaient faire des « profits » avec cette affaire…!

Le premier  envoie de documents  se composait de deux lettres  avec  l’en-tête du Sénat du Royaume et trois télégrammes.
La première lettre était une note adressée à un De Santi, qui a été diffusée avec une « note personnelle hautement confidentielle», le second était la note, en  neuf points avec quelqu’un (je ne sais pas qui) de nommé  qui informe immédiatement le préfet , qui a ordonné la récupération d’un «aéronef» cesserait de tous les témoins de l’événement grâce à la « section spéciale RS/33  ayant reçue l’ordre  de se présenter dans chaque ville» et présentera un rapport à l’Office de l’Université la Sapienza de Rome  et à l’Organisation météorologique centrale («pertinence exclusive: RS/33 Cabinet« ), a été empêchée de distribuer le service de presse, au lieu détourner le public avec la révélation à la presse « articles courts dans la restauration le phénomène à sa vraie nature seulement de météorites céleste, étoile filante, planète, briller, iris, etc parhélie, selon la forme RS/33.FZ.4 précédemment envoyée à toutes les préfectures du royaume avec une livraison spéciale ».
Et enfin, si la transmission des rapports ont été autorisés par la Force RS/33 ,l’insaisissable Cabinet de la force  aérienne, qui a exclu toute autre entité », y compris l’Université pontificale » et que les frais engagés sont imputés dans un chapitre donné de l’Académie royale d’Italie.

L’affaire concernait, dans une très sombre mesure, une  note qui aurait été classé top secret, selon le magazine qui a révélé cette première nouvelle, un ovni s’est écrasé le 13 Juin 1933, un examen du  document a confirmé ce point de détail important, car c’est plutôt la capture  d’un « aéronef  atterri »,et… pas nécessairement écrasé. Ce dernier point a été pris à partir de trois télégrammes texte concis, intitulé « Telegraph Milan » comme la voix de l’expéditeur imprimé « Stefani Agency – Milan », et précise les termes «confidentiel éclair – la priorité de toutes les priorités « .
Le premier télégramme, mais pas dans la possession des ovnis qui a laissé entendre que les trois autres bureaux, a été envoyé à 7h30, annonçant l’arrivée d’une » dépêche officielle »  par avion  conventionnel, envoyée à 16 heures et signé et aussi les deux autres que nous avons », le Directeur général des Affaires Spéciales » a suggéré une version « pour accommoder »  la presse, qui a également été soutenu par la Brera à Milan: l’objet signalé  était une météorite qui a tombé au sol. Un télégramme plus tard, envoyé à 17.07, a indiqué que le Duce avait personnellement ordonné la couverture des nouvelles, la levée des scellés de journaux, saisie la Cour de sûreté de l’État d’un mandat d’arrestation  pour ceux qui avaient parlé.

Le troisième télégramme de « Monsieur X » adressé aux  ufologues  par la voie des journeaux,leur demande de se libérer pour une conférence , mais indique seulement des références vers la version officielle qui sera publiée  avant et qui parle uniquement du télégramme envoyé à 16h00.

Ce type d'aile volante fut souvent aperçue à l'époque que nous relatons.
Ce type d’aile volante fut souvent aperçue à l’époque que nous relatons.

2-Voici donc la liste:

16/04/1933 10:10 (gris). Device « ne peut pas identifier » déclenche l’alarme du plan d’urgence  de Milan. Le phénomène se répète à 16h20, alors que la patrouille aérienne  a de nouveau tiré la sonnette d’alarme.

13.05.1933 18.20 (tel). Bruit suspect entendu à  Spluga ,à Milan et à Côme. Le phénomène se répète exactement à la même heure, cinq jours plus tard. Avion probable.

19/05/1933 10:20 (tel). « Billets suspects » (information secrète) de Suisse à Brescia. Les villes de  Sondrio, Milan, Brescia et Bresso sont  tenues en état d’alerte.

6.3.1933. Déluge de télégrammes pour un « bogey »(ainsi décrit sur le rapport…une écriture codée?) à grande vitesse et haute altitude en quelques minutes dans l’espace aérien de la Suisse, Côme et Milan, qui décrit une trajectoire quelque peu anormale .Elle est interceptée par terre à 10.00 (Sondrio), à 10.10 (Montespluga) à 10,22 (de l’Assemblée législative Milan), à 10.30 (Portoceresio). À 1150 la même arme (sic (!) ou similaire) pointe vers la Suisse (à l’époque). Le déploiement de forces est remarquable. Pour «cinq alertes» d’un phonogramme, l’officier de renseignement Agosti affirmera  que l’alarme a été commandé par la station  de l’armée  de l’air  près de  Milan ,en Via Solferino.

08/06/1933 12:27 (tel). Portofino rapporte un  « avion inconnu » se dirigéant vers le nord-ouest.

13/06/1933 (deux numéros de téléphone différents). Dans la matinée, un « avion fantôme »  se dirigeant de Spluga  vers  Milan.

23/06/1933…09:20 (tel). « Signaux mystérieux » dans le ciel de  Pleavano et  confirmés de la brigade d’avion directement depuis la Suisse vers Côme et Milan. Dans un autre télégramme  de 20.25 à Pontechiasso,on  signale un « avionfantôme » à Milan.

28/06/1933 …(gris). L’officier militaire  Soati, à Milan ,de la  Légion  de Défense Antiaérienne ,dément le passage d' »avions suspects » sur la ville, après deux phonogrammes d’avertissement envoyés à 10.45 et 11.13.      (Message envoyé:)Où est l’ « avion mystérieux »?

01/07/1933 …3 heures (gris). Le correspondant  John Errington met en garde contre une  « frappe aérienne ». Aucun autre détail n’était disponible.

07/08/1933… 10:55 (tel). Des « avions fantômes » sont signalés  sur le  chemin de  Vlora (Albanie sous la protection italienne).

17/08/1933 à 17h25 (gris). Un  «appareil  inconnu» signalé  à Milan. La patrouille aérienne part à sa rencontre,en état d’alerte.

08/09/1933 10:10 (tel). »Avion fantôme » à haute altitude au-dessus de Luino et Varèse,Italie.

23/09/1933… 17:45 (source). « Avions fantômes » au-dessus  de Milan, qui se déplacent du nord vers l’est. L’officier militaire   Pagani (II ° Légion Milan) est alerté  pour déclencher l’ alarme  pour la  patrouille d’interception.

04/03/1934… 14h00 (sept  appels). « Avion fantôme » au-desus d’ Imperia,Italie. La « bombe volante »(ainsi décrite)  a été signalée à 14:12 à Savona, quand soudain ,elle change de direction
et disparaît dans la rivière Mont-Vierge. A 14.20 il a été signalé qu’une évolution d’une « bombe volante »  au-dessus de  Gênes, puis disparaît de la vue. Il est rapporté que :  à 13:32, la  « surveillance aérienne »  de Gênes a vu « trois hydravions inconnus ». » D’autres appareils inconnus »  avaient survolé la capitale de la Ligurie, à 11:28. Encore observations en 9.29 et 18.58 de Capo Mele (Messages). Alertes données à tous les bureaux de Milan.

04/04/1934… 13:26 (tel). « Avion inconnu » au-dessus de  Savona,Italie .Aurait  reculé et disparu en altitude.

18/10/1935… 10:45 (tel). Le « détachement de Boccio Pellice»,  signale un « avion fantôme » en montée continuelle au-dessus de  Colle della Gianna (TO),Italie.

05.04.1934… 16.15 (tel). Trois « avions fantômes dans le ciel  de Gênes(modèle inconnu) . À 16h30,les « dits avions fantômes » sont signalés  à Imperia,Italie.

12/04/1934… 17:52 pm (tel).  Au-dessus de Imperia,Italie ,on signale à nouveau un  » Bogey ».

Ufo 1934 ,Italie


16/04/1934 …22:23 (tel). Plusieurs « Avions fantômes » à  Capo Mele,Italie (notre photo). À 16.40 ,à Milan  la police a signalé  un bruit  d’explosion dans le ciel ,près de Varèse .

20/06/1934… 16:49 (tel). Un « Bogey »  est à nouveau signalé près  de Capo Mele,Italie.

24/07/1934… à 8h55 (tel). Un bruit  suspect dans le ciel …et une « Bombe volante »  « n’a pas pu identifiée »  par un nombre élevé de témoins ,près  de Sondrio,Italie (encore). Aucun avertissement d’alerte anti aérienne, mais  le « rassemblement civil » est signalé immédiatement par les « Services de Renseignement Italien au  ministère  de la sécurité  Intérieur, à Rome.

16/05/1936 …15:30 (cinq images différentes). On parle d’un  » avion inconnu »  Savona, Capo Mele . Inverser soudainement et disparaît de la vue. La même pompe, ou autrement, ont été signalés à 15h10 à Mortola Point, Cape armes à 15.16 et de 15h18 à Bordighera. 15.30 Le télégramme de visée a été envoyé à deux reprises par le préfet Oliveri Savona dans la préfecture de Milan, Intelligence, aéroports et Taliedo Lonate Pozzuolo puis tous les préfets du royaume.

17/05/1936… 21:09 (tel).Un « avion  inconnu » est signalé à  Bordighera et aussi à Imperia  ou il y aura une autre observation à 9:18.

22/06/1936 …24:09 (tel). Une « bombe volante  » signalée  à une grande hauteur sur Varese. L a sécurité aérienne et les services de sécurité  ne sont  pas alerté.

28/06/1936 …08:43 (tel). Six « avions fantômes »  aperçus près  de Mortola (IM) à l’est.

07/02/1936… 22:43 pm (tel). Un « avion inconnu » signalé  à Monte Circleville, . La sécurité n’a  pas alerté  le ministère de l’Intérieur.

17/07/1936… à 15:20 (tel). Un avion inconnu  au-dessus de  Mortola . Phénomène semblable à 15:50 dans le  Capo Noli.  Même appareil probablement.

—————————————————————–

Dans les archives secrètes allemandes,un chercheur retrouvera cette photo d'un  "disque volant" au-dfessus du Reichstag (1936)
Dans les archives secrètes allemandes,un chercheur retrouvera cette photo d’un « disque volant » au-dfessus du Reichstag (1936)
Le RFZ-1 eest le premier véritable appareil développé par Maria Orsic à partir des débris récupérés à Freiburg.
Le RFZ-1 est le premier véritable appareil développé par Maria Orsic à partir des débris récupérés à Freiburg,en 1936.

ÉVÉNEMENT EXTRÊMEMENT IMPORTANT

Le crash ovni de Freiburg

29/07/1936… 15h00 (tel). Un «disque volant  » a survolé le territoire de la  France,à partir des Pays Basques. Puis  il survole Vintimille à très basse altitude (600 mètres), puis viole la zone militaire de Gouta et de Bayard. Malgré la faible altitude, aucun des observateurs militaires n’est capable d’identifier le modèle de l' »avion Fantôme »,ni sa nationalité. Par un étrange « hazard »,aucun média ne sera sur place pour faire un communiqué.L’électricité manque et de nombreux appareils tombent en panne (pour un blackout…pas de  journaliste sur les lieux?) Le quartier général  des gardes-frontières italiens,au nord de l’Italie,pourra entendre le bruit de l’appareil  et alertera plus  tard  les préfectures de La Spezia et Imperia. L’alarme est donné  partout  au sujet de  » l’avion fantôme » (en fait un disque volant).

En Allemagne,Maria Orsic,la grande voyante et grande prêtresse de la Société du Vril,entre en trance.Elle écrira avoir reçu un message télépathique des occupants de l’appareil.À la tombée du jour,elle avertit  le Reichführer  Heinrich Himmler par téléphone qu’un appareil volant en forme de disque …venant d’un autre monde ,va s’écraser en Forêt Noire.

Himmler qui a une confiance aveugle en Maria Orsic ,va mobiliser tout son monde à portée de main.

Vers 18h00,sous un ciel nuageux et sombre un ovni s’écrase près de Freiburg,en pleine Forêt Noire.Curieusement,ce sont les grandes prêtresses de la Société du Vril et un détachement de la SS qui seront les premiers sur les lieux.Les officiers crieront des ordres à haute voix ,les civils et les curieux seront éloignés pendant que deux camions seront chargés à plein ,des débris et morceaux de l’appareil.Il y aurait au moins un survivant parmi les occupants de l’appareil.

Tout le matériel sera envoyé au Château de Wewelsburg.

Le Führer aurait été mis en présence du « survivant de l’écrasement ».Quelques jours plus tard,il se réveillera vers 2h30 du matin, en criant devant ses aides et gardes du corps: »J’ai vu le surhomme…et j’ai tremblé devant lui! »

Grâce à cet événement inespéré,la technologie militaire et scientifique allemande va connaître un envol …extraordinaire.Maria Orsic est à l’origine de la mise au point du premier « Ovni Nazi »!

…………………………………………………………………………………..

08/03/1936… 18:34 pm (tel). Un  » avion inconnu » à Punta Mortola (IM).

08/10/1936 à 17,08 (tel). Un « avion inconnu »  à Punta Mortola (IM).

19/08/1936 …vers 16 heures (tel). De nombreux  » avions fantômes »  aperçus au-dessus de Capo Mele. plan de Prob.

27/08/1936… 09:45 a.m. (tel). Des  » avions fantômes  »  signalés à  Capo Mele. plan de Prob.

30/08/1936… 12:34 (tel). Plusieurs  » avions inconnus »  signalés au-dessus de Capo Noli. plan de Prob.

31/08/1936… 10:35 (tel).  Un « avion  inconnu » signalé par un autre pilote au-dessus de  Capo Noli ,Italie ,sur un vol régulier. Un autre rapport de Gênes à 11.08 (pas  d’alerte auprès de la sécurité aérienne).

01/09/1936… 20:25 (tel).À  Bordighera,nord de l’Italie ,  une « bombe volante » signalée se dirigeant  vers le nord-est.sur un vol régulier.

08/09/1936… 23:19 (cryptage tél.). Un « avion fantôme » signalé près  de Portofino. La sécurité  n’est pas alerté.

22/09/1936… 15:37 (tel). « Avions fantômes », modèle inconnu à  Capo Noli,Italie .

13/10/1936… 20:17 (tel). « Avion  fantôme et  confusion »,… le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité à Rome a été averti.

30/10/1936…12.25 (tel). Un « avion fantôme »  d’un modèle inconnu près de  Capo Noli. plan de Prob.

22/01/1937 10:45 (tel). « Avion fantôme inconnu »,…survole Bordighera ,Italie. plan de Prob.

13/03 /1937 …vers 13h00 ,au (tel). « Avion  (sic) inconnu» au-dessus de  Savona.

18/02/1937… 24:42 (tel). Un « très étrange appareil en forme d’hydravion  inconnu » vu par l’Observatorio del Capo Noli.

10.16 13/03/1937… au (tel). Un  » avion fantôme »  survole  Bordighera   vu par de nombreux témoins. plan de Prob.

05/01/1937 …11:10 (tel). De Mystérieux bruits  d’avions » au-dessus de Turin.

10/05/1937 …09:33 (tel). De » mystérieux  bruits  d’ avions »  au-dessus de  Capo Mele.

19/08/1937… 15:55 (tel). Une extraordinaire « bombe volante » survole  la France  jusqu’à Turin, volant à haute altitude.

12/11/1937… 14:55 (tel). Autre « bombe volante spectaculaire » .  Toutes les préfectures de l’Italie et de l’aéroport  de Mirafiori  jusqu’à Turin, ont été alerté.

……………………………………………………

EN CONCLUSION

C’est comme notre époque,en 2013 :nous faisons face à une grande vague ovni,juste avant le déclenchement d’une grande guerre mondiale.

Est-ce le fait d’une  technologie « développée » par une puissance militaire en secret ou influencée par une autre puissance…venue d’ailleurs?

Cette puissance diabolique contrôle -t-elle  maintenant encore les Illuminati qui sont responsables de la domination du Nouvel Ordre Mondial?

Je le crois sincèrement!

Je crois que la Vérité se situe entre les deux phrases énoncées …avec un mélange des deux!

………………………………

Post Scriptum

Je suis fier que le gouvernement italien ait permit cette divulgation de documents ,car il vient de confirmer la justesse de mes recherches et mettre une date précise sur le Crash ovni de Freiburg,en 1936.

Merci, l’Italie…après plusieurs années de recherches,je suis fier de nous tous sur cette planète!

...et le Reich se mit à  imiter une technologie très en avance sur la sienne!
…et le Reich se mit à imiter une technologie très en avance sur la sienne!